Issuu on Google+

N A J OJ UO RU NR A L L

SOA infos

M A T II OO NN SS D D’ ’I I NN F F OO RR M

MMU UN NI CI C I PI AP LA E L S E S

Mars 2009 N° 280

PRINTEMPS 2009 : L'ÉCLOSION DES PROGRAMMES VERTS (pages centrales)

• VÉLO2 LANCEMENT EN MARS

(Page 12)

• JOURNÉES DE LA JEUNESSE DU 25 AU 29 MARS

Les jeunes ont rendez vous avec la 13è édition des journées de la jeunesse… c’est le moment de se mobiliser pour participer et profiter pleinement des propositions du programme 2009… (Page 6) 0,76 €


MAIRIE

Les services municipaux de l’hôtel de ville sont ouverts du lundi après-midi au samedi matin de 8 h 30 à 12h et de 13 h 30 à 17 h 30. Ouverture en soirée le jeudi, jusqu’à 19h. Urbaniste-Conseil accueil sur rendez-vous, sauf mardi.

MARCHÉS

www.ville-saintouenlaumone.fr

2, place Mendès France Tél. 01 34 21 25 00

Marché couvert et découvert, place Mendès France, mercredis et dimanches matins de 8h à 13h.

2

ANNEXE DE LA MAIRIE Rue Rhin-Danube 01 34 21 25 00 Service du logement

Horaires d’ouverture : mardi, jeudi et vendredi après-midi de 14h à 17h ; mercredi toute la journée de 9h à 12h et de 14h à 17h.

SOA MARS 2009

•VIE PRATIQUE INSCRIPTIONS SCOLAIRES Rentrée en maternelle 2009 /2010. Pour les enfants nés entre le 1er janvier et le 31 mars 2007, pré - inscriptions, du 2 au 14 mars 2009 (l’inscription, définitive se fera dans la limite des places disponibles). En mairie, au service des affaires scolaires (Tél. 01 34 21 25 42 ou 25 55 ou 25 56)

POLICE Le bureau de police est situé au centre-ville, 26 rue du Général Leclerc. Horaires d'ouverture du lundi au samedi de 9 heures à 12 heures et de 14 heures à 19 heures. Tél. 01 34 64 31 16 (Permanence téléphonique jusqu’à 22 heures).

INSCRIPTIONS EN CENTRES DE LOISIRS Du 7 au 21 mars inscriptions pour les centres de loisirs des vacances de printemps auprès du service des affaires scolaires, en mairie, 1 er étage. Les vacances se dérouleront du 16 au 22 avril.

ENQUÊTE PUBLIQUE Modification du Plan Local d’Urbanisme Du jeudi 12 mars au samedi 11 avril 2009. Dossier consultable en mairie aux heures d’ouverture de l’hôtel de ville auprès du service d’accueil. Permanences du commissaire enquêteur Le 18 mars de 9h à 12h Le 28 mars de 9h à 12h Le 2 avril de 16h à 19h Le 10 avril de 14h30 à 17h30 Registre d’enquête pour le recueil des avis du public

MÉDIATHÈQUE Horaires d’ouverture : mardi, jeudi et vendredi de 16 h 30 à 19 heures. Mercredi et samedi de 10 heures à 13 heures et de 15 heures à 18 heures. Contact : 01 30 37 99 74. www.bibaglo.org Des livres dans mon biberon : s’adresse aux enfants de 9 mois à 3 ans accompagnés: Prenez date… samedi 21 mars et mercredi 1er avril de 10h à 12h. Atelier de conversation philosophique : samedi 14 mars, «Quelle différence y a t-il entre un homme et une femme ? Samedi 4 avril, « Faut-il vivre avec son temps ? ».

ENQUÊTE PUBLIQUE Le SIAAP (syndicat interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne) demande une autorisation d’exploiter, dans le cadre de travaux de mise en conformité de la station d’épuration Seine Aval implantée sur les communes d’Achères et de Saint-Germain-en-Laye. Une enquête publique se déroule jusqu’au 21 mars 2009. Le dossier d’enquête est consultable dans les mairies d’Achères et de Saint-Germain-en -Laye et en Préfecture des Yvelines.

Société CYEL Du 9 mars au 7 avril enquête sur la demande d’autorisation d’exploiter une chaufferie urbaine sur le territoire de la commune de Cergy, plaine des Linandes. Dossier consultable en mairie, registre d’enquête pour le recueil des avis du public.

ON RECRUTE LamairiedeSaint-Ouenl’Aumône recrute des assistantes maternelles agréées pour sa crèche familiale. Pour toute information, contactez la directrice au 01 34 64 59 78. Les lettres de candidature et photocopies d’attestations d’agréments sont à adresser en mairie.

COMMÉMORATION Cérémonie commémorative de la fin des conflits en Afrique du Nord, le jeudi 19 mars : 18h15 dépôt de gerbe, place du 19 mars par la FNACA ; 18h30 dépôt de gerbes au monument aux morts, au cimetière, en présence des autorités civiles et militaires.

DISTRIBUTION ANNUELLE DE SACS POUBELLE ATTENTION : CE SERA LE SAMEDI 4 AVRIL

Prenez date, l’accueil s’effectue sur 5 sites de 9h à 12h. La distribution annoncée pour le 14 mars, a du être reportée de 3 semaines, du fait de difficultés d’approvisionnement de sacs chez le fournisseur. Seuls les habitants des secteurs pavillonnaires de la commune sont concernés par cette distribution (près de 3000 foyers). Chaque foyer reçoit à domicile (envoi posté) un bon de retrait qui indique sur quel site se présenter et qui précise le nombre de sacs distribués : un lot de 150 sacs noirs pour l’année, d’une contenance de 50 litres ; un lot de 80 sacs jaunes pour la collecte des emballages ; un lot de 30 sacs papier pour les déchets verts. Les sacs noirs sont financés par la commune qui gère la collecte des ordures ménagères, les autres sacs sont financés par la Communauté d’Agglomération qui gère le tri sélectif. Si vous n’êtes pas présent le 4 avril, vous pouvez vous faire représenter par une personne de confiance qui se présentera avec le bon que vous aurez complété et signé et sur lequel vous mentionnerez le nom du mandataire. Ceux qui manqueraient la distribution du 4 avril, bénéficie-

ront d’une session de rattrapage du 27 au 30 avril et le 15 et le 16 mai. Attention après ces dates, les sacs noirs ne seront plus disponibles. Un réapprovisionnement de sacs papier (2 fois) et de sacs jaunes (à volonté) est possible au long de l’année (de juin 2009 à février 2010) auprès du Centre Technique Municipal (Bd Ducher). A noter cette année une proposition de la Communauté d’Agglomération de disposer de compost (sous réserve de se présenter avec un récipient). Les nouveaux propriétaires ou locataires de pavillons, doivent se présenter en mairie (services techniques, 3e étage de l’hôtel de ville) pour se faire enregistrer. En savoir plus : Tél 01 34 21 25 68.

POINTS DE DISTRIBUTION 5 secteurs 1- Parking, place Victor Leveau 2- Bd Ducher (esplanade sur Parc des Sports) 3- Parking Allée de Colbert (face au lycée Rostand) 4- Parking rue du Hameau (niveau chemin des Béthunes) 5- Parking rue Louise Labé (côté lycée technique Jean Perrin)


ETAT CIVIL NAISSANCES

DÉCÈS

• LE GUICHARD Brandon Kévin Julien né le 3.01.09 à Pontoise

• ONANA ATEDZOE Dominique décédé le 20.12.2008 à l’âge de 32 ans

• AKCAN Melih né le 3.01.09 à Pontoise

• DUDA Michel décédé le 24.12.08 à l’âge de 62 ans

• BOCAGE Maéva Célia Allyson née le 4.01.09 à Pontoise

• MOREAU Pierre Fernand Louis décédé le 24.12.08 à l’âge de 69 ans

• ROQUES Amaël né le 5.01.09 à Villefranche-de-Rouergue

• DUPUIS Bernard décédé le 29.12.08 à l’âge de 82 ans

• SEDIRA Anès né le 5.01.09 à Pontoise

• LE GALL Didier Ferdinand Albert décédé le 30.12.08 à l’âge de 62 ans

• RAKOTOARISOA Jonathan Andritiana né le 5.01.09 à Pontoise • LE Ryan né le 5.01.09 à Pontoise • DIENE Omar Wagane Olivier né le 6.01.09 à Pontoise • DIENE Ismaël Madiba Michel né le 6.01.09 à Pontoise • DOULA Leïla Affifa Nesrine née le 8.01.09 à Pontoise • DULIC Maé Axel Paulin né le 8.01.09 à Pontoise • PINTO Mia Angelina née le 8.01.09 à Ermont

• CHERRUAT André Gérard Michel décédé le 31.12.08 à l’âge de 50 ans • ABDA épouse HAOUACHE Yamina décédée le 1.01.09 à l’âge de 65 ans • DEMEY André Joseph Achille décédé le 9.01.09 à l’âge de 75 ans • RASO Delphine Mélanie décédée le 11.01.09 à l’âge de 37 ans

• BEN HARZALLAH Idriss né le 11.01.09 à Pontoise • DA CUNHA DIAS Noha né le 14.01.09 à La Garenne-Colombes

• MARINHO DA CUNHA Augusto Fernando décédé le 18.01.09 à l’âge de 60 ans

• MOINDJIE Asma Khayriyya née le 14.01.09 à Pontoise

• PAOUR Guillaume Pierre Antoine décédé le 17.01.09 à l’âge de 29 ans

• HAMRAOUI Jalal né le 15.01.09 à Pontoise

• D’ATTOMA épouse MOULLET Louise Jeanne décédée le 14.01.09 à l’âge de 80 ans

• FERRERES Marie née le 17.01.09 à Pontoise • COSTA-PEREIRA Sakina née le 19.01.09 à Pontoise • DIB Namir Wassim né le 19.01.09 à Ermont • GUYOCHIN - - DOMERGUE Sanaé Joëlle née le 22.01.09 à l’Isle-Adam • CORREIA SILVA Julie née le 23.01.09 à Pontoise • ZALAZNY Anaïs Camille Marie née le 23.01.09 à Cormeilles-en-Parisis • SOUTINHO MONTEIRO Lucas né le 24.01.09 à Pontoise

MARIAGE Le 30.01.09 • BOUMAZA Abdelhalim et ABDSLAM Sabrina Fatma • MAIA BARRIM Josué et XAVIER SILVA BARROS Renata

LE NOUVEAU PLAN DE VILLE EST PARU !

• JOSSELIN veuve MORAUX Suzanne Berthe décédée le 30.12.08 à l’âge de 86 ans

• ZAMBETTI veuve DIDELOT Ginette Aline Renée décédée le 6.01.09 à l’âge de 71 ans

• BELKDIF Âya née le 16.01.09 à Paris (12e)

ACTUALITÉS• COMMUNALES

3

• LEFEVRE veuve FRILET Jacqueline Eugénie décédée le 19.01.09 à l’âge de 78 ans • LE GALL Didier Ferdinand Albert décédé le 30.12.08 à l’âge de 62 ans • LEBREUILLY Michel Daniel René Alain décédé le 23.01.09 à l’âge de 58 ans • CHANOINE Robert Eugène décédé le 23.01.09 à l’âge de 84 ans • MULEMBWE Shesha Daniel décédé le 27.01.09 à l’âge de 42 ans • PINGUET veuve VILLEMANDY Christiane Suzanne Mathilde Simone décédée le 30.01.09 à l’âge de 78 ans • JOSSE Gilbert Gérard décédé le 30.01.09 à l’âge de 65 ans • NGUYEN Dang Nha décédé le 5.02.09 à l’âge de 91 ans

VOUS POUVEZ VOUS LE PROCURER À LA DEMANDE AUPRÈS DU SERVICE D’ACCUEIL, EN MAIRIE (GRATUIT) En plus d’une liste de rues avec repérage sur plan, vous trouverez quelques petits rappels pratiques sur les équipements publics et services situés sur la commune. Si vous avez d’utiles suggestions sur des mises à jour d’informations figurant sur ce plan ou des améliorations à y apporter lors d’un retirage adressez vos commentaires au service communication, en mairie. Contact : Tél 01 34 21 25 00.

SOA mars 2009


•ACTUALITÉS COMMUNALES HISTOIRE D’EAU : DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC

La Communauté d’Agglomération a conclu un nouveau contrat avec la société CYO’, filiale du groupe Véolia Eau, depuis le 1er janvier 2009, pour la distribution de l’eau potable.

Ce nouveau contrat apporte des innovations majeures sur le territoire de Cergy-Pontoise.

Une tarification unique et une meilleure maîtrise des consommations d’eau

4

Un même tarif s’applique désormais sur l’ensemble des communes dans le cadre d’une gestion unifiée. Le niveau de la part fixe (abonnement) sera fonction du niveau de consommation de l’abonné, permettant d’accompagner l’effort de chacun et d’inciter à économiser l’eau (voir encadré).

Continuité du service public, qualité de l’eau, préservation des ressources

Cyo’ s’engage sur la qualité de l’eau distribuée au robinet, sur l’acquisition d’une meilleure connaissance du réseau,

et assure le maintien en bon état de fonctionnement du patrimoine. La provenance de l’eau étant diversifiée vous êtes certains de pouvoir disposer de ressources en quantité suffisante. 17 Millions d’investissements nouveaux seront réalisés sur les 5 premières années du contrat. Les investissements porteront sur la sécurisation de l’alimentation et la distribution de l’eau (fin des branchements publics en plomb notamment). Tous ceux encore en place seront remplacés.

Meilleure communication avec l’usager

La société CYO’, en collaboration avec la Communauté d’agglomération développe un site Internet dédié au service de l’eau à Cergy-Pontoise : www.cyodirect.fr La mise en place chez chaque abonné du radiorelevé permettra l’envoi

En bref…

LES DÉCISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

Séance du 29 janvier 2009 En ouverture de la séance les élus ont assisté à la présentation du programme de travaux qui débute en mars, concernant la suite d’aménagement de la coulée verte vers Liesse avec création de jardins familiaux et installation de nouveaux jeux pour les 2 à 6 ans (lire pages centrales).

PROGRAMME DE RÉNOVATION URBAINE CHENNEVIÈRES/PARC LE NÔTRE : CHARTE LOCALE D’INSERTION Le conseil a approuvé à l’unanimité la conclusion d’une charte locale d’insertion dans le cadre de la convention de rénovation urbaine pour le quartier de Chennevières et du Parc le Nôtre et autorisé le Maire à signer la charte locale d’insertion qui traduit la volonté d’agir sur la question de l’emploi et de l’insertion. SOA Mars 2009

COMMISSION COMMUNALE DES IMPÔTS DIRECTS – DÉSIGNATION DES MEMBRES Le conseil municipal a désigné à l’unanimité les personnes ci-après dénommées pour figurer sur la liste préparatoire en privilégiant les 8 premiers noms : -Titulaires:PatriciaJOUANEAUX,Jacques VERGNAUD, Cédric LAPERTEAUX, Michel LEMAIRE, Véronique PELISSIER, Bruno BEAUJAN, Gilbert DERUS, Emile TROALEN, Philippe AUBRAY, Roland MAZAUDIER, Patrick GROBELNY, Pierre JANCOU, Jean SCHRAM, Gérard MAGISSON, Frédéric MOREIRA, José RAMANANTSOA ; - Suppléants : Roger CHATELAIN, Marie AMIAND, Micheline BERTRAND, Georges DESANDES, Gilbert PICHON, Marc CLAUDEL, Janine QUEVA, Claude LONQUEU,BernadetteGAUTRON,Serge GOUGEROT, Marie-Christine GUENY,

des factures trimestrielles basées sur les consommations réelles, supprimant les factures d’estimation et permettant la détection rapide de fuites éventuelles. Un fonds de solidarité est mis en place pour assurer une aide aux clients en situation difficile (informations communiquées aux abonnés par la société Cyo’dans les premiers mois de mise en œuvre du contrat). Le règlement du service sera transmis à chaque abonné avec la première facture 2009.

Lamin REIZIG, Martine DAMPIERRE, Ginette DELPECH, Jacqueline SOUDAIS, Chantal GUILLON

SUBVENTIONS AUX ASSOCIATIONS Le conseil municipal a décidé à l’unanimité d’accorder les subventions aux associations suivantes : Amicale du Personnel : 12 360 euros, Protection civile Cergy-Pontoise : 340 euros, droits et Libertés Action Juridique : 927 euros, C.E.E.V.O : 315 euros, RGB 99,2 : 1 900 euros, CGT : 1 100 euros, AFIFA : 7 940 euros, amicale des randonneurs : 340 euros, Association des Femmes de SOA : 340 euros, Autour de Liesse : 340 euros, AVEC : 21 253 euros, CESARIA : 340 euros, La Feuille d’Érable : 340 euros, La joie de vivre : 340 euros, La retraite en Marche : 340 euros, Locataires du Parc le Nôtre : 340 euros, Mieux vivre au Clos du Roi : 4 165 euros, Raphaëlle Marie : 340 euros, Résidants de Jean GIONO : 340 euros, Résidants de SaintLouis : 340 euros, Union Nationale des locataires indépendants : 340 euros,

CHIFFRES CLÉS 179 000 habitants desservis en eau potable 13 000 000 m3 distribués par an 682 km de réseau

PRIX 1er

Au janvier 2009 le prix de l’eau, toutes taxes et redevances comprises, est de 3,23€ le m3 (1000 litres). Il convient d’y ajouter la part fixe de l’abonnement 30€ par an (hors TVA) pour une consommation inférieure à 150m3 Ensuite, 15€ supplémentaires, par tranche de 30m3. Pour joindre le prestataire : 0811 900 402 - 7j/7 24h/24

Association Résidents Touraine-Picardie : 340 euros, AJC : 17 530 euros, OLA : 75 406 euros, Cercle Philatélique : 1 392 euros, Association coopér. E. Rostand : 450 euros, Assoc. anciens Élèves école du Centre : 360 euros, Délégation Dép. de l’Éduc. nationale : 100 euros, École Ouverte des Bourseaux : 1 280 euros, F.S.E Collège du Parc : 340 euros, F.S.E Collège M. Pagnol : 340 euros, AIPE Cergy-Pontoise : 380 euros, École et Vie Locale : 2 460 euros, FCPE Collège Pagnol : 300 euros, FCPE collège du Parc : 275 euros, FCPE Conseil locaux prim et bourseaux : 380 euros, Club Bouliste : 640 euros, Club Plongée Subaquatique : 1 250 euros, club sportif P.T.T 95 : 780 euros, Cyclo-club du Vexin : 1 400 euros, Les Cougars : 20 900 euros, Les pêcheurs de Maubuisson : 340 euros, RCACP : 31 500 euros, S.N.O : 13 000 euros, SQUASH : 340 euros, GOLF : 340 euros, SHC : 300 euros, Assoc Sport Collège du Parc : 340 euros, Assoc. Sport collège Pagnol : 340 euros, Assoc Sport J. Perrin : 340 euros,


ACTUALITÉS• COMMUNALES LE STATIONNEMENT RUE DE MAUNOURY EN QUESTION La municipalité a convié les riverains à débattre du sujet le 5 février dernier

Le stationnement à Liesse, s’avère « tendu » dans certains secteurs, les capacités de la voirie publique se révélant trop justes pour le nombre de véhicules recensés par logement (supérieur à la moyenne de la ville). Là où les arrangements de voisinage s’avèrent inefficaces dans la durée, il convient de rappeler les règles et de les faire respecter : c’était le sens de la réunion qui a regroupé élus et riverains début février pour débattre du sujet. Une réunion qui a permis d’exprimer des points de vue parfois contradictoires et de recueillir des avis motivés, avant de conclure sur d’éven-

tuelles nouvelles places de stationnement à aménager, un possible changement de sens de circulation (sens unique ou non ?), la mise en zone bleue de la rue (avec macarons pour les riverains qui ont plus d’un véhicule et peuvent attester de l’usage d’un garage), et une régulation des comportements (règles rappelées et verbalisation pour les contrevenants), ceci en tenant compte de l’environnement et de ses spécificités. Le projet reste pour l’heure en discussion et sera réexaminé après remodelage et intégration des éléments recueillis lors de la réunion. Un point était mis en

Au côté d’Alain Richard (Maire), la représentation du Conseil était importante notamment les conseillers du quartier : Alfrédo Martin (délégué aux projets de stationnement), Christophe Scavo (Transports et activités économiques), Roland Mazaudier (délégué à l’Administration Générale).

avant tout particulièrement, le respect des circulations piétonnes sur les trottoirs et une séparation bien claire à

UNE SIGNALÉTIQUE COMMERCIALE A LIESSE ? C’est sur cette question qu’ont débattu les commerçants du quartier avec la municipalité, le 23 janvier dernier.

Les commerçants de Liesse ont répondu présents à l’invitation de MarieJoëlle Liégès, conseillère municipale déléguée aux activités commerciales. A l’ordre du jour ce 23 janvier, la possibilité d’implanter une signalétique indiquant « espace commercial de Liesse » aux

abords du quartier. Les artisans commerçants ont répondu favorablement au projet qui s’inscrit dans une démarche plus globale d’implantation de panneaux directionnels du centre ville jusqu’au quartier de Liesse. L’expérience s’est montrée fort concluante il y a quel-

ques années pour l’espace commercial du Saut-duLoup. Plusieurs solutions ont été envisagées et sont aujourd’hui à l’étude. Il s’agit pour l’heure de se rapprocher de la Communauté d’Agglomération et du Département (gestionnaires de certaines voies

Assoc.Sport lycée Rostand : 340 euros, Anciens combattants prisonniers de guerre : 230 euros, comité d’entente anciens combattants : 440 euros, FNACA : 430 euros, UNACITA : 218 euros, Conservatoire M. Ravel : 22 900 euros, IMAG’IN : 300 euros, Jazz au fil de l’Oise : 5 400 euros, Les amis de l’orgue notre Dame : 1 050 euros, Les Nuits du conte : 4 500 euros, Musée de l’Education : 1 000 euros, société historique et archéolog : 400 euros, U.V.O.L : 15 000 euros, LIRE VIVRE : 300 euros, Association du côté des femmes : 2 960 euros, La montagne vivra : 14 280 euros, secours Catholique : 1 240 euros, secours Populaire : 950 euros, JALMALV : 200 euros, France ADOT : 160 euros, Croix rouge française : 600 euros, APUI Les Villageoises : 510 euros, La croix d’Or (Section SOA) : 110 euros, France Alzheimer : 210 euros. Le conseil approuve à l’unanimité la conclusion d’une convention avec l’amicale du personnel ayant pour objet de définir les engagements

réciproques des parties dans le cadre de la contribution de la commune de Saint-Ouen l’Aumône aux objectifs d’intérêt général que se propose d’atteindre l’Amicale du personnel.

assignés aux différents clubs et les modalités du partenariat engagé.

CONVENTION D’OBJECTIFS 2009 AVEC L’OFFICE LOCAL D’ANIMATION Le conseil municipal a approuvé à l’unanimitélasignatured’uneconvention d’objectifs avec l’office local d’animation ayant pour objet de définir les objectifs communs visant au renforcement de la vie associative dans la commune. DISPOSITIF DE SOUTIEN AUX CLUBS SPORTIFS LABELLISÉS – CONVENTION Le conseil municipal a approuvé à l’unanimité la conclusion d’une convention d’objectifs entre la Communauté d’Agglomération, la commune et chacun des clubs labellisés saint-ouennais suivants : la S.N.O, Les Cougars, ASSOA Handball, R.C.A.C.P. Ces conventions, conclues pour 3 ans, ont pour objet de définir les objectifs

PROJET DE LA COMMUNE NÉCESSITANT LE DEPÔT D’UNE DEMANDE DE DÉCLARATION PRÉALABLE Le conseil municipal a autorisé (par 34 voix pour et 1 abstention) le Maire à déposer une déclaration préalable dans le cadre des travaux de régénération des plantations du parc le Nôtre et de requalification de son allée principale. Le projet a pour objet l’abattage de 30 arbres en alignement et la plantation de 32 nouveaux sujets au printemps 2009. COULÉE VERTE DU FOND DE VAUX – ESPACE VERT COMMUNAUTAIRE - ÉTUDE Le conseil municipal a autorisé à l’unanimité le Maire à solliciter la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise afin que le secteur du Fond de Vaux soit classé en espace vert majeur d’intérêt communautaire. Le conseil a approuvé le lancement

maintenir entre les véhicules en stationnement et les zones de cheminement pour les piétons.

publiques) afin de trouver le meilleur emplacement pour cette nouvelle signalétique visant à attirer les chalands roulant sur la rue de Paris et ne distinguant pas toujours les différents commerces à proximité. Un prochain rendez-vous est d’ores et déjà prévu, afin de trouver un accord notamment sur la répartition de la charge financière de ce projet. Panneaux à suivre…

d’une étude paysagère permettant de prévoir les aménagements pour une mise en valeur à terme.

C.I.M.E.S : CONVENTION AVEC LE CONSEIL GÉNÉRAL Le conseil municipal a autorisé à l’unanimité le Maire à signer avec le Département la convention relative à la mise en œuvre de l’action C.I.M.E.S : « Centre pour l’Insertion, la Mobilisation et l’Evaluation Sociale ». MOTION DE DÉFENSE DE L’HÔPITAL PUBLIC Le conseil a adopté une motion demandant l’organisation d’un large débat national sur le devenir de l’hospitalisation publique et souhaite dans ce domaine « que la réforme passe par le vote d’une loi à la hauteur des besoins de la population et des enjeux à préserver notre système de santé ». Prochain conseil municipal, le jeudi 19 mars 2009, à 20 h 45, à l'hôtel de ville. SOA Mars 2009

5


• ACTUALITÉS COMMUNALES JOURNÉES DE LA JEUNESSE : DU MERCREDI 25 AU DIMANCHE 29 MARS La réputation de l’événement n’est plus à faire. Cette 13e édition promet cette fois encore de nombreux temps forts !

L’an passé, remise de récompenses de ceux qui avaient suivis les ateliers d’escrime.

Chaque début de printemps c’est l’effervescence pour les jeunes Saint-Ouennais de moins de 25 ans. Pilotées par la direction de l’Animation locale avec le concours d’autres services communaux, largement soutenues par les associations, les journées de la jeunesse offrent chaque année à quelques 2 000 jeunes la possibilité de pratiquer et de s’initier à de nombreuses activités.

Pour les petits, les structures gonflables sont un vrai moment de bonheur

Un programme détaillé des activités sera distribué dans les boîtes aux lettres

courant mars (disponible également dans les structures municipales).

Ambiance bucolique au parc Le Nôtre avec la traditionnelle balade en calèche.

DES JEUNES FRÉQUENTANT L’ANTENNE D’ANIMATION DU 78 RUE DE VERDUN PARLENT DE L’ÉVÉNEMENT :

6

« Moi je crois que j’ai toujours participé aux journées de la jeunesse. Je me souviens une année nous étions allés voir un match de football France – Uruguay au stade de France, c’était magique. Nous n’avons pas beaucoup l’occasion de faire de sorties en dehors de la ville, il faut en profiter (…) Ce qui est bien, c’est que j’ai le choix d’y aller avec mes petits frères, ou bien alors avec des amis et là, on peut constituer une équipe de football et faire une vraie compétition. » Abdoul, 15 ans « On peut faire beaucoup d'activités pendant ces journées là. Quand j’étais plus jeune, j’adorais la minimoto, ce n’est pas quelque chose que l’on fait tous les jours. Ce qui est vraiment bien, c’est que l’on puisse essayer plein de choses parce qu’en plus, c’est souvent

gratuit ou très peu cher. Il suffit de piocher dans le programme. » Maurice, 16 ans « Moi je garde d’excellents souvenirs d’avoir visité la caserne des pompiers d’Eragny et aussi d’avoir pu faire du tir à l’arc. C’est quand même un événement attendu pour nous, surtout pour mes petits frères. C’est vraiment un moment dans l’année qui change notre quotidien et j’espère que ça change un peu l’image de la jeunesse parce que c’est toujours une bonne ambiance. C’est vrai que quand on grandit, il y a moins de choses pour les adolescents, moi j’aimerais rencontrer des acteurs, voir des spectacles… Ce qui est sûr, c’est que je n’aimerais pas que l’événement s’arrête. » Moussa, 15 ans « Moi je n’y vais plus beaucoup parce que j’ai déjà fait toutes les activités les

années précédentes. J’aimerais bien qu’il y ait plus de fêtes, de concerts, des arts de la rue… Pour les plus jeunes, ça reste quand même l’occasion de faire de la mini-moto et de découvrir plein de choses. » Abdoul-Thierry, 15 ans « Moi j’essaie de participer à un maximumdechoses,surtoutlesactivités sportives. J’aimerais bien qu’il y ait plus de tournois. C’est une semaine où l’on se croit un peu en vacances finalement même s’il y a école la journée. Et puis c’est bien ça prouve que les jeunes ils font des choses bien. » Ismaël, 15 ans « Moi qui suis animateur, j’apprécie de pouvoir rencontrer d’autres jeunes que je ne vois pas forcément dans l’année. Certains découvrent notre existence. Pour les jeunes, c’est vraiment bien cet

événement, ils font des activités qu’ils ne connaissent pas, ils découvrent qu’il y a des associations sur la ville et qu’ils y sont les bienvenus. Un autre point positif, c’est que les jeunes se côtoient entre eux, même s’ils n’habitent pas le même quartier et ne vont pas dans les mêmes écoles. » Aboubacar, animateur

RENCONTRE AVEC ANDRÉE SALGUES, PREMIER MAIRE ADJOINT, DÉLÉGUÉ À L’ANIMATION ET À LA VIE ASSOCIATIVE

Les Journées de la jeunesse ont déjà 13 ans, pourquoi poursuivre ? Tout simplement parce que l’événement est toujours un succès. C’est un vrai temps fort pour la jeunesse saint-ouennaise, un temps de détente et d’amusement qui permet de découvrir tout ce que l’on peut faire en ville, et ce tout le long de l’année. Il faut absolument remercier toutes les associations et les structures qui jouent le jeu en SOA mars 2009

proposant des activités au programme de l’événement. Les valeurs d’équipe, de solidarité, de civisme et de respect des autres sont mises largement en avant. Ces valeurs représentent un fil conducteur pour toutes les actions menées envers les jeunes.

Y-a-t-il des nouveautés dans la programmation cette année ? A chaque édition, il faut réfléchir à un nouveau programme. Certaines associations sont très fidèles à la manifestation et reconduisent les activités d’années en années (l’ASSOA handball, la SNO, SOA SUB, le cercle philatélique…). D’autres activités voient

le jour cette année : un atelier vitrail sur le quartier de Liesse, l’arrivée de la capoeira, la journée de la cardio… Il en faut pour tous les goûts et tous les âges. Nous avions pensé cette année proposer les Journées de la jeunesse durant des vacances scolaires. L’idée n’était pas réalisable parce que cela amenait trop de contraintes aux associations qui sont déjà largement investies et qui méritent notre gratitude. Le plus important, c’est que l’événement attire des jeunes qui ne fréquentent pas nos activités durant l’année et que des animations aient lieu dans tous les quartiers !

Que peut-on attendre alors de cette 13e édition J’espère que ces nouvelles Journées de la jeunesse seront fidèles à la convivialité qu’on leur connait. Au delà des loisirs proposés, je sais que cela participe à renvoyer une image positive de nos jeunes citoyens à l’ensemble de la ville. Devenir acteur de sa vie et de sa ville, c’est déjà le début de la citoyenneté. Que ce soit à travers le sport, la culture, les loisirs, etc., chaque jeune a sa place dans la ville, aidons-le à se réaliser, les Journées de la jeunesse y participent déjà.


ACTUALITÉS • COMMUNALES LE CENTRE DE LOISIRS DE LIESSE A L’HEURE DES VACANCES D’HIVER Le mercredi 18 février, 48 enfants étaient inscrits au centre de loisirs de Liesse

A partir de 7 heures du matin, ce sont parfois les yeux plein de sommeil que les enfants arrivent. Deux animateurs sont présents pour assurer un accueil chaleureux. Ici, tout le monde se connait et s’appelle par son prénom. Les enfants connaissent le centre par cœur pour la plupart, et ils sont nombreux à apprécier ce début de journée, autour Coller sans dépasser les traits… pas si facile que ça !

d’un bon petit déjeuner, un peu comme à la maison (chocolat chaud, céréales, fruits… il y a le choix). Jusque vers 9 heures, les enfants sont en activité libre. Les conciliabules se forment ici et là, on retrouve ses copains autour d’un dessin, d’un livre, de jouets, de jeux de société…

Un centre de loisirs, c’est une sorte de caverne d’Ali Baba version ludothèque.

Place aux activités

A partir de 9 heures, place aux activités. Les enfants sont regroupés par tranches d’âges avec leurs animateurs. Cette fois, tout le monde est arrivé et les animateurs sont plus nombreux : 6 pour 48 enfants, avec le soutien du directeur et de la directrice adjointe du centre. La journée se poursuit avec l’entretien, les enfants peuvent exprimer leurs souhaits pour la journée et les animateurs proposent des activités. Il y en a toujours au moins deux par groupe, car au centre, personne n’est obligé de suivre l’activité. Harry Potter a investi le centre durant ces vacances d’hiver, l’occasion de bien préparer le carnaval de la ville. Certains travaillent sur la construction du train « Le Poudlard express », d’autres confectionnent des baguettes magiques, les plus petits fabriquent des cravates en papiers et des chapeaux de sorcier. Même la direction du centre prépare le carnaval et fait preuve de créativité et d’adresse manuelle sans commune mesure

Le centre de loisirs de Liesse s’est mis dans l’ambiance « Harry Potter » durant les vacances scolaires d’hiver. Décryptage d’une journée type*. (construction du char et des costumes). Collage, découpage, peinture, modelage… ces activités sont bien intégrées par tous. Les enfants espèrent bien quant à eux que la colle et la peinture sécheront vite, ils aimeraient bien pourvoir ramener leurs outils magiques à la maison.

Défoulement, encadré

Tandis que la préparation du carnaval occupe les petites mains de ceux qui ont choisi cette activité, les autres se retrouvent dans la salle polyvalente de l’école pour une activité sportive. On court, on rampe sur les tapis de gymnastique, on organise des jeux en équipe, on applaudit, on encourage les camarades… Comme pour toutes les activités, les enfants sont partie-prenante de l’organisation et ils participeront à l’installation de la salle et à son rangement. Chacun y met de la bonne volonté, c’est aussi une manière pour les animateurs de faire intégrer aux enfants les notions élémentaires de vie en collectivité. L’après-midi, les grands ont la possibilité d’aller au parc Le Nôtre tandis que pour les petits, l’heure de

la sieste a sonné. Jeu du béret, cache-cache et autres amusements font courir et crier les enfants dans tous les sens. Le centre de loisirs, c’est aussi une gestion d’un emploi du temps qui alterne entre des phases calmes de repos et des phases de défoulement nécessaires dans la vie de l’enfant.

Goûter et temps libre

Rentrés au centre, les enfants peuvent entamer le goûter. Il est déjà presque 16h45 et les premiers parents vont venir chercher leurs enfants. Le centre de loisirs est repassé en activité libre. Certains dessinent ou lisent. Les plus intrépides sont encore en train de jouer dans la cour, football et courses de bicyclettes se font concurrence. A l’heure de la fin de la journée, certains enfants, les plus petits souvent, se mettent à pleurer. Non pas qu’ils sont malheureux, bien au contraire, ils auraient juste aimé rester jouer encore.

*Le centre de loisirs de Liesse est à l’image de ce qui se passe dans les autres centres de loisirs de la commune.

Le film de la journée 7 HEURES – 9 HEURES : ARRIVÉE AU CENTRE ET PETIT DÉJEUNER Chaque matin, les enfants ont le choix d’arriver ou pas le ventre vide. Les animateurs servent un petit déjeuner un peu comme à la maison. Chaque enfant peut ainsi aller à son rythme. Les activités sont libres le temps que tous les enfants inscrits soient présents. Réveil en douceur pour tous…

Le jeu du dragon et du voleur de trésor

9 HEURES – 11 HEURES Les activités sont proposées et conçues avec les enfants et il y en a pour tous les goûts : loisirs créatifs, activités culturelles, sorties, sport… Les enfants ne sont pas jamais obligés de suivre l’activité. Les animateurs ne se montrent pas avares d’explications et de dialogues. Lorsque l’autorité doit être affirmée, jamais le ton ne monte. JeanFrançois, directeur du centre de loisirs de Liesse explique « Nous privilégions la négociation. Il faut savoir prendre l’enfant à part, le rassurer, expliquer même plusieurs fois s’il le faut. Il n’y a qu’un point sur lequel nous sommes intransigeants, la sécurité ! » Les activités sont toujours élaborées par rapport aux orientations pédagogiques fixées par la municipalité. Chaque centre développe son projet pédagogique visant des objectifs variés : apprentissage de la vie en société, développement de l’enfant,

prise de parole, responsabilisation et prise d’autonomie, travail sur la motricité… 11 HEURES – 13 H30 TEMPS LIBRE ET DÉJEUNER Les temps libres se passent le plus souvent dans la cour de l’école lorsque la météo le permet. C’est un moment où les enfants peuvent courir et se défouler. A l’heure du déjeuner, les professionnels veillent. Chacun s’assure que les enfants se lavent bien les mains et qu’ensuite ils mangent… L’heure du déjeuner est un moment convivial qui se termine après le déjeuner dans la cour. 13H30 – 16 HEURES Les activités reprennent en intérieur ou en plein air. Lorsque les enfants sortent du centre, les animateurs renforcent la sécurité et des faux airs de colonies de vacances prennent le pas (chansons sur le chemin…)

Entretien du matin 16 HEURES : LE GOÛTER Rien de tel pour reprendre des forces et se reposer un peu. 16H30 – 19 HEURES Les activités sont libres. Lorsque les parents viennent chercher leur enfant, ils doivent signer le registre de sortie. La journée a été bien remplie et pourtant, beaucoup d’enfants aimeraient pouvoir encore rester. Une nouvelle journée d’aventures les attend dès demain ! SOA mars 2009

7


• ARRÊT SUR IMAGES 6

1

7

8

2

8 3 4

AU FIL DES JOURS 1

Nouveaux diplômes 7 femmes originaires du Maroc, de Turquie, d’Algérie et du Mali présentées par l’APIREF et le Secours Catholique (qui ont assuré leur formation) ont obtenu le DILF (Diplôme Initial de Langue Française, validé par les ministères de l’Education Nationale et du Travail). Les diplômes, qui s’adressent aux non francophones, ont été décernés en Mairie, le 30 janvier dernier et remis par Andrée Salgues (Premier adjoint) en présence des formateurs. L’APIREF* qui organise depuis deux ans les sessions d’examen (lors des vacances de la Toussaint) espère étendre son action qui s’exerce sur une partie de la commune à d’autres quartiers, voire d’autres villes du Département. Ses lauréats de l’année précédente préparent actuellement le second niveau de diplôme (DELF) qui valide un niveau « collège ». * L’APIREF (Association Pour la Réussite des Élèves et de leurs Familles en Val d’Oise) assure pour l’heure, une aide personnalisée aux familles étrangères résidant au Clos du Roi et au Parc Le Nôtre dont les enfants fréquentent les écoles Matisse et La Prairie.

2

à

5

Rois et reine d'un jour Le 31 janvier, le Centre Culturel accueillait dans sa grande salle 384 personnes à l’occasion de la traditionnelle « galette des anciens ». Alain Richard se félicitait de voir que l’on avait fait le plein de participation et en profitait pour donner quelques nouvelles s’agissant de l’actualité communale. 22 977 : le nouveau chiffre est connu depuis peu, il s’agit du nombre d’habitants. Une population qui se rééquilibre (moins jeune) plus proche des moyennes nationales. Des signes encourageants aussi sur la stabilité de la population pour une commune qui dispose d’espace, ce qui permet de continuer à développer des programmes d’aménagement vert (coulée verte, berges d’Oise). Mais le Maire rappelait aussi que ce qui compte « c’est l’ambiance de vie et les relations entre personnes » ce pourquoi les rencontres comme celle du 31 janvier font date ! Nicole Champion (Maire-adjointe) en profitait pour enchaîner en félicitant chaleureusement tous les bénévoles qui contribuent aux activités des retraités pour leur dynamisme et leur engagement indéfectible.

6

Cougars : nouvelle saison C’est en présence d’une tribune bondée de spectateurs que les Cougars ont effectué leur lancement de saison. Un match valeureux contre les plus titrés du tableau, les Flashs de la Courneuve. Une défaite honorable bientôt suivie d’une belle victoire sur Asnières. La saison est lancée…

7

8

Interclubs de tir à l'arc Plus de 200 participants se sont regroupés au COSEC Pagnol pour une compétition inter-club fin janvier. La présence lors de cette compétition de Sophie Domont, médaillée de bronze aux JO de Pékin a retenu toute l’attention (ici aux côtés des officiels). C’est tout naturellement qu’elle a remporté la victoire dans sa catégorie.

5 SOA MARS 2009

et


ARRÊT SUR IMAGES • 11

12

13

10

14

9

9

15

AU FIL DES JOURS 9

Tennis : championnats de France Une rencontre contre le club de Brest dans le contexte des championnats de France des plus de 45 ans s’est tenue dans la salle des tennis couverts le 25 janvier dernier.

10

L’occupation à la loupe Les retraités étaient au rendez vous pour une conférence sur la vie quotidienne au temps de l’occupation… dans le contexte de leurs animations de saison début février.

16

11

et

12

13

et

14

Gel et neige (suite) En février les intempéries ont redoublé. Froid, vents violents (tempête) ont retenu toute notre vigilance. De beaux paysages insolites parfois, et une grosse mobilisation des équipes techniques de la commune pour faciliter les circulations en ville…

16

Un président en ville Didier Arnal, Président du Conseil général, a poursuivi sa visite des équipements départementaux et rencontré les élus municipaux, en passant par SaintOuen-l’Aumône, le 6 février dernier. Accompagné d’Andrée Salgues (Premier adjoint et Conseiller général), il s’est d’abord rendu auprès des services départementaux des routes, Chaussée Jules César : un service qui a été très sollicité du fait des dernières intempéries (saler, déneiger les voies). Le président a affirmé son soutien face au personnel départemental et s’est montré très à l’écoute. La délégation s’est ensuite rendue dans les équipements de Méry-sur-Oise, avant de revenir à Saint-Ouen l’Aumône inaugurer les services de la Protection Maternelle et Infantile (82 rue de Verdun, un bâtiment réhabilité par la ville et cédé au département et au bailleur social OPIEVOY).

17

15

Un entraînement mené par une star Le 7 février dernier, l’ASSOA Basket a accueilli Ron Stewart, ancien entraîneur américain du Paris Levallois, pour une séance avec des poussins du club et ceux des villes voisines. Su fond de hip hop, environ 50 poussins se sont défiés autour de jeux plus ludiques les uns que les autres (dribler avec deux ballons en relai…). Une soirée magique pour des petits qui se rêvent déjà grands…

16

et

17

Nouveaux locaux en service L’école Le Nôtre a désormais deux nouvelles classes maternelles toutes neuves. Les parents et les enfants ont été conviés à une visite, juste avant la mise en service à l’initiative de la municipalité et en présence de l’Inspecteur de l’Education nationale. SOA MARS 2009


•DOSSIER PLANTATIONS DIFFUSES, AMÉNAGEMENTS : LA PÉRIODE EST FAVORABLE A L’ÉCLOSION DES PROGRAMMES VERTS Plusieurs chantiers sont abordés ou se poursuivent en ce début d’année et à l’approche du printemps

AMÉNAGEMENT

DES ABORDS DE LA CRÈCHE

10

Les travaux sur le bâtiment abordant début février l’étape du second œuvre (aménagements intérieurs), le chantier de la crèche du Boulevard Ducher a engagé la phase des aménagements extérieurs. Il s’agit de créer (travaux de janvier à mars) les liaisons piétonnes avec le parc de la pépinière, voisin ; de réaliser les clôtures autour du bâtiment ; d’aménager l’abord de la dépose minute (circulations, plantations éclairage public). Plantations, protection… Pour isoler la partie piétonne de la crèche du boulevard Ducher, des plantations de massifs arbustifs seront réalisées le long du cheminement piéton (forsythia, orangers du Mexique, laurier thym, cotoneaster).

RAMPE DE SKATE Bonne pour le service depuis fin janvier Les utilisateurs de la rampe (proche du Parc des Sports) sont revenus à présent que celle-ci a été remise en état. Ils sont manifestement satisfaits de leur nouvelle surface de roulement. En février quelques dernières retouches ont été apportées aux joints qui avaient souffert d’une installation par période de grand froid. A présent place aux amateurs de skate et rollers !

COULÉE VERTE

Nouvelle étape de la 2e tranche Début mars s’engage une période de trois mois de travaux afin de poursuivre l’aménagement de la coulée verte aux abords du quartier de Liesse. Il s’agit de réaliser 10 parcelles de 200 m2 de Jardins familiaux. Un petit parking au voisinage direct du chemin de Liesse pour la desserte des jardins sera aussi construit. Les jardins familiaux se situent en contrebas de la sente des Ivrognes, sur l’espace utilisé un temps comme aire de jeux. La gestion des futurs jardins (livrables fin mai) est confiée à l’association des

Coulée verte aux abords des futurs jardins familiaux SOA MARS 2009

existante. Ce secteur se raccordera plus tard (travaux en 2010) au belvédère de la rue Maunoury via une allée verte et une passerelle (acquisitions foncières non encore toutes réalisées).

Jardins familiaux

jardins familiaux qui se charge de les attribuer à partir de la liste d’attente existante (contact : Alain Mary 06 98 84 80 57). Les jardins seront livrés « prêts à semer »… Un apport de terre végétale une fois effectué. La pose d’une clôture, la réalisation d’une dalle pour supporter un abri et un point d’eau constituent les caractéristiques de chaque parcelle. Par ailleurs cette étape d’aménagement comprend aussi la réalisation d’une aire de jeux pour les petits, composée de deux structures à grimper et d’un tourniquet implantés à proximité des futurs jardins et proche de l’aire de jeux déjà

Aux Prés de Saint-Ouen (entre les berges d’Oise et la rue Allende) 10 parcelles de jardins familiaux sont aussi en cours de réalisation pour être livrées en juin. Des parcelles plutôt dévolues à des jardins de loisirs (fleurs, arbres fruitiers, pelouse). Ces parcelles seront également gérées par l’association de Jardins Familiaux.

EN QUELQUES CHIFFRES Une nouvelle aire de jeux de 1400m2 Des jardins familiaux 10 parcelles sur 2000m2 Coût des réalisations 104 000€ (jardins) 61 500€ (aire de jeux aménagée) Subventions (25% Département et 30% agence des espaces verts).


DOSSIER• AMÉNAGEMENT DES BERGES DE L’OISE LES TRAVAUX AVANCENT Plantations en mars, quai du halage Les travaux d’assainissement quai du halage se sont achevés fin décembre. Un nouveau réseau d’évacuation des eaux pluviales a été créé ainsi qu’un ouvrage de filtrage des eaux avant rejet dans l’Oise. Le raccordement à ce réseau des réseaux de toutes les voies perpendiculaires au quai a également été réalisé. Les remplacements de branchements en plomb des réseaux d’eau potable, pour les riverains ont été traités, dans le même temps. Un mur de soutènement en gabions a été construit au droit de la rue Van de Maele, côté Oise. Le long des habitations notons que les réseaux électriques aériens, ont été supprimés (enfouissement) au cours de cette phase de travaux ; Depuis la mi- février, et pendant trois mois, les travaux d’aménagement de bordures venant délimiter les différents espaces, sont en cours de réalisation. Il s’agit de créer le cheminement piétonnier en tête de talus, au bord de l’Oise (revêtement pour partie avec des dalles) et une piste cyclable (revêtement en béton désactivé) à double sens, les zones de stationnement, la voirie et le trottoir du côté des habitations. L’éclairage public sera également refait (ambian-

ce favorable à la promenade). La rue restera en circulation à sens unique (de la place Carnot vers la rue d’Oraison). En mars seront plantés les arbres (frênes angustifolia raywood), les mêmes essences seront plantées quai de l’Ecluse à l’automne.

D’une berge à l’autre

Quai de l’Ecluse, les travaux ont commencé début janvier. Une démarche similaire à la première phase de travaux, qui à commencé avec la coupe du rideau d’arbres et les travaux sur le réseau d’évacuation des eaux pluviales. Un ouvrage de filtrage des eaux, avant rejet dans l’Oise, est réalisé à hauteur du passage sous le Pont SNCF. Des palplanches (sortes de pieux pour renforcer l’assise de la berge) ont été installées à certains endroits. Le programme vise à construire un cheminement paysager en surplomb au dessus de l’Oise comprenant la circulation

Quai de l'Écluse Arbres plantés en mars quai du Halage

PLANTATIONS DIFFUSES De février à avril plusieurs sites seront revisités L’objectif du programme de plantations diffuses est de remplacer dans les alignements les végétaux morts ou de compléter des aménagements existants. ■ 13 arbres on été remplacés, rue Verdi, rue Jean Zay, rue George Sand, av. R i c h a r d D e To u r, rue des Sophoras, av. de Chennevières, rue StHilaire.

piétonne et la piste cyclable à 2 voies. L’ensemble du stationnement sur la rue qui restera en circulation à double sens, sera reporté du côté Oise. Les travaux seront réalisés d’ici novembre 2009, les plantations étant la dernière étape du chantier (A noter que les essences d’arbres, seront les mêmes, sur l’autre berge, du côté Pontoisien). S’agissant d’un projet global de réaménagement d’un site majeur de l’agglomération, les travaux qui englobent le Pont sur l’Oise et ses abords immédiats sur les 2 rives de Saint-Ouen l’Aumône et Pontoise, sont réalisés par la Communauté d’Agglomération de Cergy- Pontoise. Le financement comprend des participations au côté de la Communauté d’Agglomération du Conseil Général du Val d’Oise, de l’Etat et des villes de Saint-Ouen l’Aumône et Pontoise.

■ Rues Prachay et Louise remplacés par un aligneLabé des jardinières seront ment d’amélanchiers, le long du ru. réaménagées. ■ Square Clamart, des plantations vont permettre d’apporter de l’ombre près de l’aire de jeux. Le poirier à fleurs (cassé par le vent) sera remplacé et 5 polownia plantés, autour de l’aire de jeux. Par ailleurs, les rondins (murets de soutènement) seront remplacés par des gabions (plus compacts et plus solide). ■ Bd Ducher notons des plantations d’aubépines dans un alignement d’éra* Cette maladie entraîne l’assèchement de l’arbre et son bles, car on s’oriente vers pourrissement intérieur, ce le remplacement progresqui le rend dangereux pour sif de cet alignement, les l’environnement. Ce champignon qui le ronge, décolle arbres étant atteints de la l’écorce ce qui le prive de maladie de la suie*. protection. Cette maladie est ■ Aux étangs de Mautransmissible aux voies respiratoires de l’Homme ce qui buisson, 10 peupliers nécessite des mesures prophydevenus trop imposants lactiques. pour le site devront être

■ Le long du ru de Liesse à hauteur du Golf, plantation de 7 saules blancs pour compléter le site. ■ Rue Claude Chappe remplacement de 7 érables malades par des aubépines. ■ Au Parc le Nôtre, plantation de 35 nouveaux arbres (hêtre pourpre, châtaignier, chêne, bouleau… dont 10 conifères : cèdre, pin sylvestre). ■ Aux abords du stade Escutary, plantation de 12 rhus typhina pour densifier l’écran végétal entre le pas de Tir et l’Autoroute.

SOA MARS 2009

11


• ÉCONOMIE LE VELO2 CERGY-PONTOISE ROULERA BIENTÔT EN VILLE

Dès le 21 mars prochain, tous en selle ! Deux stations saint-ouennaises accueilleront le vélo en libre service de l’agglomération de Cergy-Pontoise.

12

L’agglomération de CergyPontoise sera la première d’Ile-de-France, après Paris et son Vélib’, à bénéficier d’un service de location de bicyclettes de courte durée. 41 stations se partageront les 360 vélos baptisés VélO2 Cergy-Pontoise, rappelant ainsi l’enjeu de développement durable sur le territoire. Au courant du mois de février, les stations ont été installées dans sept communes (Cergy, Eragny, Vauréal, Pontoise, Neuville, Courdimanche et bien entendu Saint-Ouen l’Aumône). Courant mars, les tests d’usage sur le bon fonctionnement du service auront lieu pour un lancement officiel en fanfare le 21 mars prochain de 11 à 14 h, place de la gare Cergy-Prefecture RER.

7j/7 et 24h/24 Chaque station est composée d’une borne principale destinée à assurer la gestion de la location et d’une vingtaine de points d’attache pour les deux roues. Deux stations seront à Saint-Ouen l’Aumône. La première permettra uniquement les retraits et rendus de vélos, elle est située place Carnot, le long du quai de l’Ecluse. La seconde est une borne intégrale qui permet également de gérer son abonnement au service (ticket 7 jours ou 24 heures et possibilité de créditer son abonnement annualisé), elle se trouve sous le pont SNCF au niveau de la gare centrale (avenue du Général Leclerc). Le service sera disponible aux utilisateurs âgés de plus de 14 ans. La location pourra s’effectuer à la borne de 5 heures à 1 heure du matin ;

La prise d’un vélo pour un abonné ou sa restitution pour tous les usagers, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Les tarifs seront identiques à ceux pratiqués à Paris (abonnement : 29 euros à l’année, 5 euros la semaine et 1 euro la journée avec un dépôt de garantie). Ensuite, la première demi-heure sera gratuite, la deuxième coûtera 1 euro, la troisième 2 euros et chaque demi-heure supplémentaire 4 euros). A noter que l’abonnement annuel est compatible avec le passe Navigo, déjà utilisé dans les transports en commun de la région. Participez au jeu concours du 21 février au 11 mars sur www.cergypontoise.fr ou sur www.velo2.cergypontoise.fr puis rendez-vous le 21 mars à 11 heures place de la gare à Cergy pour le lancement du VélO2 et tous en piste !

QUELQUES POINTS D’INFORMATION VélO2 est entièrement financé par les recettes publicitaires générées par le prestataire de service JC Decaux qui s’attend à plus de 1500 utilisations par jour de ses vélos. Actuellement, l’agglomération compte 75 Km de pistes cyclables, il est prévu de doubler ce réseau d’ici 2012. Chaque VélO2 parcourra en moyenne 10 000 Km/an. Les point fort du VélO2 : un dérailleur 3 vitesses, un éclairage permanent, un large panier, une selle hydrophobe, une bavette et un garde-boue arrière anti-éclaboussures, un antivol permanent pour les arrêts momentanés. Vous pouvez d’ores et déjà prendre votre abonnement annuel : rendez-vous sur www. velo2.cergypontoise.fr, ou à l’hôtel d’agglomération, dans les hôtels de ville des communes équipées ou à la boutique transport de la STIVO (Cergy Préfecture) Le site internet propose un jeu concours gratuit jusqu’au 11 mars.

RENCONTRE AVEC ANNAËLLE CHÂTELAIN, CONSEILLÈRE MUNICIPALE DÉLÉGUÉE AUX CIRCULATIONS DOUCES

Comment la ville accueille VélO2 ? L’arrivée du VélO2 Cergy-Pontoise est une très bonne nouvelle. C’est un peu comme si maintenant, chacun avait sa bicyclette avec le garage qui va avec. Ceux qui vivent en logements collectifs n’ont pas toujours l’espace nécessaire pour ranger un vélo, voire plusieurs quand on est en famille. Le vélo en libre-service est donc une vraie incitation à changer ses habitudes en matière SOA mars 2009

de déplacements quotidiens. C’est aussi une source d’attractivité pour la commune car la pratique du vélo peut aussi être un loisir. Au tarif pratiqué, il ne faudrait vraiment pas se priver. L’arrivée du VélO2 tombe également à pic puisque la municipalité est justement en train de réfléchir actuellement aux problématiques de circulations douces sur la commune.

Quels sont les projets à venir concernant les circulations douces sur la ville ? Nous sommes actuellement en phase d’étude pour implanter

des stationnements pour les deux roues sur des points stratégiques de la ville, à l’image de ceux déjà installés devant le cinéma UTOPIA. Cette réflexion se mène en commun avec d’autres acteurs comme la SNCF, la Communauté d’Agglomération… Cela n’a d’intérêt que si nous visons à créer un maillage efficace et des itinéraires qui privilégient la sécurité et le gain de temps. Nous sommes également en réflexion sur des projets de pistes cyclables dans la ville. C’est le cas sur les berges de l’Oise sur lesquelles nous allons créer

une piste cyclable à double sens le long des arbres. Nous réfléchissons également à la connexion rue du Mail / rue du Château… La difficulté est de créer des espaces cyclistes tout en améliorant ceux des piétons et en sécurisant les circulations de chacun. L’enjeu est primordial car aujourd’hui, toutes les villes du monde se mettent au vélo parce qu’il est devenu un véritable moyen de locomotion en zone urbaine, un moyen écologique et économique.


ART ET ÉCRITURE : DES CALLIGRAPHES DANS LA VILLE

Rencontre avec Stéphanie Devaux et Jean-Marie Dommeizel, calligraphes.

En février, deux ateliers de calligraphie ont eu lieu à la médiathèque…

C’est principalement à la médiathèque Stendhal que l’on a pu les croiser cette saison. A l’origine, il y a « La » rencontre entre Laurent Pfulghaupt et ses élèves (Stéphanie Devaux, Jean-Marie Dommeizel et Denise Luc). Il y une dizaine d’année, les derniers ont commencé à prendre des cours chez le premier, de quoi faire naître également une histoire d’amitié. Plusieurs projets ont vu le jour de cette estime

A PROPOS DES EXPOSITIONS…

Que ce soit sur l’exposition « Pas plus sage qu’il ne faut » (novembre 2008) ou sur l’exposition « Ecritures Croisées » (février 2009), les calligraphes ont produit des œuvres communes. Chacun travaillait l’œuvre en apportant son propre univers et en la transmettant ensuite à l’autre qui y ajoutait sa griffe. Pari réussi : conjuguer les mots, les matières et les couleurs et transformer l’écriture en images… Les artistes avouent avoir aimé jouer avec le lieu et ses transparences. Pour vous rendre compte du travail des artistes sur Montaigne, vous pouvez emprunter l’ouvrage « Pas plus sage qu’il ne faut » à la médiathèque Stendhal. Deux ateliers ont eu lieu en février à la médiathèque, invitant le public à s’initier à cet art : étirer, resserrer, déformer les lettres, créer le tissage de sa propre écriture, jouer avec la taille et la graisse des caractères, multiplier les supports… voilà à quoi le public a pris grand plaisir.

•AGENDA DES ANCIENS

Jeudi 12 mars Ciné Foyer « Jackpot » Film avec Cameron Diaz et

mutuelle : l’exposition et le livre « pas plus sage qu’il ne faut » consacrés à Montaigne, la soirée happening mêlant slam et calligraphies, des ateliers de pratiques de cet art à la médiathèque… Pour Jean-Marie Dommeizel, « la calligraphie a été un chemin de connaissance. Je suis infirmier de profession et l’art m’a permis de me révéler, d’aller chercher en moi une énergie créatrice. » Stéphanie, elle, est issue du petit monde de la librairie ancienne : « j’étais déjà fascinée par le texte, la lettre, le livre unique. L’écriture et la calligraphie, c’est vraiment un prolongement de soi. » Lorsqu’on parle aux deux de leur apprentissage auprès de Laurent, ils évoquent une calligraphie « moderne et vivante, de plain pied dans le monde d’aujourd’hui ». Jean-Marie explique même être un artiste « durable » car comme Stéphanie, il lui arrive de faire de la récupération de matériaux très divers sur les trottoirs, et même dans les poubelles ! Pour eux, la calligraphie dépasse largement le travail de la lettre et emprunte à tous les arts certaines techniques : collage, découpage, choix des supports (papier, bois, plexiglas…), etc.

Des débuts à l’œuvre d’art

Pour devenir calligraphe selon nos deux artistes, il est indispensable de passer par l’étude des écritures historiques. Cependant l’apprentissage de la calligraphie ne se fait pas seulement à travers la copie d’anciens documents mais aussi par le travail du geste, du trait, de la mise en page et de la création d’image. Jean-Marie évoque le plaisir ressenti à calligraphier : « il y a une sorte d’énergie venue de l’enfance. Petits, on calligraphie tous des gribouillages sans se rendre compte que c’est un réel mode d’expression. Avec la pratique, on découvre cette connexion fascinante œil – cerveau – main, on aiguise son regard et l’on voit les choses différemment. Pour ma part, c’est comme si aujourd’hui je voyais plus les formes par les vides que par les pleins. »

Ashton Kutcher Entrée libre Samedi 14 mars A 14 heures au foyer du Centre Loto Mardi 17 mars 14 heures à l’hôtel de ville Conférence « Héritage et succession : quoi de neuf » par Maître Lambert

… dans une ambiance studieuse et conviviale.

avons tous nos propres univers, mais nous avons pris du plaisir à les mélanger. La calligraphie, c’est avant tout une riche aventure humaine. »

Œuvre signée Jean-Marie Dommeizel

13

Aventure humaine

La particularité de ces artistes, c’est d’avoir travaillé en collaboration sur les mêmes œuvres. Stéphanie témoigne : « nous nous connaissons bien et c’est comme si nous avions décuplé nos forces. En fait chacun faisait un fond et le passait à son voisin qui poursuivait. Nous

ILS ÉVOQUENT LE TRAVAIL DES AUTRES Jean-Marie, à propos de Stéphanie : « Elle a un univers très personnel et sensible, c’est une véritable artiste. Je trouve son œuvre très féminine et entière, elle ose utiliser des matières comme le tissu qui donne à ses œuvres un côté singulier. On ressent une sorte d’équilibre avec des vibrations. »

ZOOM •

Stéphanie à propos de Jean-Marie « Son travail est très équilibré et moderne, il aime aller dans les contrastes et on sent dans ses réalisations une grande sensibilité. J’aime beaucoup son audace lorsqu’il travaille des matières comme la chaux…. Ses œuvres rendent compte de son élan créatif et témoignent d’un vrai travail sur le trait. »

Œuvre signée Stéphanie Devaux

Stéphanie à propos de Denise Luc « Je trouve son travail très poétique et évocateur, authentique. Son travail sur l’abstraction nous plonge dans un monde un peu différent, une sorte d’équilibre fragile. » Jean-Marie à propos de Denise Luc « Son travail est très pur et sensible, j’y vois une sorte de rêve très reposant. »

Jeudi 19 mars Visite guidée du musée du jouet de Poissy Départ à 13h30 du foyer du Centre Participation aux frais 11,65 € (transport en car)

« Une journée à la campagne » spectacle de danses et saynettes champêtres Participation aux frais 6 € à régler sur place

Jeudi 24 mars Journée nationale du fromage 12 heures au foyer du Centre

Les animations sont réservées aux Saint-Ouennais Tél 01 34 21 25 00 SOA mars 2009


•TRIBUNE DE L’OPPOSITION

Le 18 décembre nous étaient présentées encore de nouvelles constructions pour notre ville. Nous avons demandé s'il avait été exigé des promoteurs un effort en terme le développement durable, constructions HQE… Le Maire nous a fustigés, in-

diquant qu'il s'agissait d'un gadget et que, compte tenu des coûts, des milliers de personnes ne trouveraient pas de logements si nous nous mettions aux constructions écologiques. Quelle n'a donc pas été notre surprise d'écouter notre Maire

faire lors de la cérémonie des vœux l'éloge du protocole de Kyoto et surtout de lire dans le journal qu'il venait d'être nommé président du C3D (Conseil départemental du développement durable). Pour qu'il ne s'agisse pas d'un poste gadget ou d'une opportunité de s'acheter une conscience, nous rappelons que l'on estime que l'élévation du coût de construction d'un immeuble écologique est d'environ 30%. Cependant, les immeubles sont d'immenses consommateurs d'énergie (eau et ressources). Le secteur immobilier représente plus de 40% des demandes mondiales d'énergie et de matières premières. Les grands coupables sont : chauffage, climatisa-

Mise au point du maire...

par le gouvernement actuel pour guider les constructeurs sur leurs projets futurs. Ensuite j’ai relevé que, par ignorance sans doute, Mme Pélissier parlait du « HQE » (haute qualité environnementale) comme d’une norme que nous devrions adopter localement alors qu’il ne s’agit que d’une démarche indicative (faire un chantier propre, par exemple) qui n’a pas d’impact réel sur le sujet central d’importance planétaire, qui est la consommation d’énergie. Enfin et surtout j’ai dû faire remarquer à Mme Pélissier que, contrairement à ce qu’elle semble croire, le surcoût très sensible de la construction à très haute performance énergétique (de 20 à 35 %, soit 50 à 60000 € pour un petit trois-pièces par exemple) n’est absolument pas compensé par les économies sur les dépenses de chauffage. D’ailleurs le simple bon sens montre que, s’il

était dès maintenant profitable de construire en très haute performance énergétique, il existerait des montages financiers permettant aux particuliers de choisir euxmêmes cette formule sans bourse délier, pour la construction neuve comme pour la transformation de l’existant. Ce constat évident ne semble pas avoir effleuré Mme Pélissier qui se pique d’écologie. Quiconque analyse son budget familial peut pourtant s’en rendre compte. Donc en attendant (et en faisant le constat de bon sens que les dizaines de milliers de concepteurs et les centaines de milliers de constructeurs du bâtiment sont seulement en train d’acquérir les techniques et les savoir-faire de l’efficacité énergétique), il faut simplement savoir que, pour « devancer l’appel » de quelques années sur ces objectifs futurs, on s’imposerait localement une

En vertu de l’article 39 du règlement intérieur du conseil municipal, il est instauré une tribune d’expression des élus issus des listes n’ayant pas obtenu la majorité aux élections municipales de mars 2008. La responsabilité juridique et éditoriale du texte revient au seul groupe signataire.

Groupe d’opposition municipal LISTE ENSEMBLE, RÉUSSIR NOTRE VILLE

14

Une nouvelle fois, je suis obligé de rectifier la présentation mensongère que Mme Pélissier donne de l’expression d’une autre personne au Conseil Municipal. Cette fois elle affirme, contre le procès verbal qui fait foi (et qu’elle a approuvé !) que j’aurais indiqué que l’ « exigence de constructions écologiques serait un gadget ». Ce que j’ai dit, et que Mme Pélissier ne devrait pas ignorer, est qu’il est impossible que chaque commune selon son gré instaure des obligations de construction différentes du reste de la France. Les règles d’urbanisme relèvent des communes (encadrées par un Code national), mais les normes de construction sont entièrement du domaine de l’Etat ; on ne peut d’ailleurs que regretter que, plus d’un an après le fameux « Grenelle de l’environnement », pratiquement aucune norme concrète n’ait été adoptée

tion, eau chaude et éclairage mais aussi les services connexes comme les déchets de construction et la consommation d'eau. Il s'agit donc d'un choix pour les saint-ouennais (qui ne leur est d'ailleurs pas offert) : acheter ou louer un logement sans souci de développement durable ou investir dans l'avenir de notre planète. Les consommations d'énergie d'un immeuble peuvent être diminuées de 50% et la consommation d'eau de 40%, sans compter les subventions et incitations fiscales. L'investissement complémentaire peut donc être rentabilisé L’Equipe d’opposition Tél. 06.05.28.28.28. Mail vepelissier@wanadoo.fr

hausse de prix qui exclurait de l’accès au logement (en accession et même en location) des milliers de familles dont les ressources sont tendues. Seul un système de financement spécifique aidé par l’Etat permettra de franchir cette étape nécessaire ; il est d’autant plus dommage que l’UMP au pouvoir n’ait même pas commencé à travailler sur ce sujet, ce qui a dû échapper à Mme Pélissier. Mme Pélissier, qui semble faire de l’écologie comme la reine MarieAntoinette faisait de l’agriculture, paraît heurtée qu’on lui ait fait cette remarque simple. C’est vrai que, à la différence des petites phrases destinées à « avoir l’air écolo », le développement durable est un travail de long terme, méthodique, et qui veille à tout moment à la solidarité entre catégories sociales. C’est justement pour cela que je m’y intéresse. Alain Richard

• ARCHIVES DU TEMPS OÙ LA COMMUNE S’EST APPELÉE MONTAGNE-SUR-OISE… (EN 1794) Saint-Ouen l’Aumône (1 270 habitants en 1790) est un village agricole et vigneron lorsqu’éclate la Révolution française. On y vit de la terre et surtout de la vigne et d’un artisanat qui répond aux besoins de Pontoise.

1789-1793 : Des répercussions lointaines Alors que les départements sont créés et les communes reconnues administrativement, les saint-ouennais découvrent les élections et élisent la première municipalité (maire et adjoints) le 31 janvier 1790. En 1792, la France est menacée à ses frontières par les monarchies européennes et les idées révolutionnaires se radicalisent. Deux courants politiques s’opposent : les Girondins surtout issus de la bourgeoisie provinciale du négoce et des manufactures et les Montagnards, plus sensibles aux difficultés du peuple, qui siègent sur SOA MARS 2009

les bancs les plus hauts de l’hémicycle de l’Assemblée législative. Ils sont prêts à prendre des mesures d’exception pour sauver la République. Leurs chefs sont, entre autres, Robespierre, Danton, Marat et Saint-Just. Le 21 septembre 1792, la Convention nationale (nom donné à l’assemblée qui succède à l’Assemblée législative) proclame l’abolition de la royauté et l’avènement de la République. Alors que la Constitution de l’An I est promulguée le 24 juin 1793, le gouvernement révolutionnaire se caractérise par une extrême centralisation et la suspension de toutes les libertés. Le pouvoir passe véritablement à vingt-et-un comités. C’est l’entrée en vigueur de la Terreur.

Suite du texte dans le numéro d'avril : - 1793-1795 : La déchristianisation à l’œuvre à Saint-Ouen l’Aumône - Saint-Ouen l’Aumône et Pontoise : histoire d'un mariage forcé


CHRONIQUE HISTORIQUE par SERGE LESMANNE

1805 - FRAUDE, MENACES ET INSULTES A L’AUBERGE DE L’ÉGALITE Sous l’Ancien Régime, Pontoise a considéré comme faubourgs de la ville une partie de la paroisse de Saint-Ouen-l’Aumône : le quartier proche du pont (le bout du pont) où est établie l’hôtellerie du Grand Cerf et celui de l’Aumône (sur le coteau de chaque côté de la route de Paris). Saint-Ouen désignait alors le quartier de l’église. Cette mainmise sur la rive gauche de l’Oise fit l’objet de plusieurs différends entre la fabrique de l’église ou le syndic de Saint-Ouen et les maire et échevins de la ville. A la Révolution, Pontoise obtint la réunion des deux communes à l’insu de la municipalité saint-ouennaise. Cette dernière adressa une pétition de tous les habitants à la Convention nationale pour protester contre cette annexion ; l’existence de la commune fut rétablie.

Contrôle d’un chargement par les gabelous (les employés de l’octroi) en 1900.

•CADRE DE VIE

La réunion avait duré 31 jours (du 21 janvier au 20 février 1794). Un autre désaccord allait naître 10 années plus tard : il s’agit de l’extension de l’octroi de Pontoise à la commune de Saint-Ouenl’Aumône et une fois de plus sans que cette dernière n’en ait été informée (voir les précédents

articles dans les bulletins de mai et juin). Le mécontentement des saintouennais va se manifester par une fraude importante, nombreux sont ceux qui vont se soustraire aux droits d’entrée des denrées et marchandises soumises à l’octroi, soit par non déclaration, soit par dissi-

PASSÉ • mulation. L’aubergiste de l’Égalité (1), qui est le fils de Jean-Antoine Pagnerre (officier municipal pendant la Révolution) va être confronté au préposé de l’octroi chargé de la surveillance et du bon paiement des droits. Voici l’intégralité du procès-verbal conservé aux archives municipales de Pontoise :

« L’an 13 de la République, second de l’Empire français et le 20e jour du mois de prairial (le dimanche 9 juin 1805) à 10 heures un quart du soir. Nous soussigné, Jean François Robinet, employé à la perception de l’octroi établi à Pontoise et rendu commun à Saint-Ouen-l’Aumône, assermenté devant le juge de paix du canton, étant en tournée, avons vu entrer dans la cour de l’auberge située à la Haute-Aumône, ayant pour enseigne l’Égalité (1), tenu à présent par le sieur Pagnerre fils et sa mère, une voiture à deux limons, attelée de deux chevaux, chargée de deux pièces de vin dites de trois quarts (2) et deux petits barils contenant chacun environ 12 litres, nous avons suivi la dite voiture dans la cour, nous y avons trouvé le sieur Pagnerre, à qui nous avons demandé si le vin que nous venions de voir entrer avait été déclaré. Le sieur Pagnerre nous a dit qu’il ignorait si la voiture qui venait d’entrer était à vide ou à charge. Il a interpellé le conducteur qui a dit que c’était du vin ; mais, ce n’est pas pour nous a dit le sieur Pagnerre, le conducteur a répondu non. Nous avons alors fait observer au sieur Pagnerre qu’il était en contravention tant parce qu’il était heure indue, que parce qu’il n’avait pas fait sa déclaration et lui avons dressé procès-verbal. A ces mots, le sieur Pagnerre nous a dit que nous ne savions pas à quoi nous nous exposions, et à quoi donc nous lui avons répondu ? A recevoir une bonne volée. Vous êtes tous des fieffés coquins et des fieffés gueux (3) quand vous seriez vous et tous vos camarades et même le commissaire de police. A ces propos nous nous sommes retiré et le sieur Pagnerre a continué ses menaces et nous a dit à nouveau avance donc fieffé gueux fieffé coquin. Pourquoi de tout ce que dessus avons rédigé le présent procès-verbal, le jour mois et an sus indiqué et avons signé. Robinet. » Le contrevenant a été traduit devant le tribunal d’instance de Pontoise le 23 prairial an 13 (12 mai 1805). Je n’ai pas trouvé trace de sa condamnation. (1) L’auberge de l’Égalité c’est le nom que prit l’auberge du Dauphin à la Révolution. (2) Quarts ou quartauts .Trois quartauts = trois quarts d’un muid = 67 litres x 3 = 201 litres. (3) Dans bon nombre de procès-verbaux dressés par les commis de l’octroi on relève des injures proférées à leur encontre : fripons, voleurs, coquins, bougres, foutres, gueux, rats de cave, maltôtiers (ceux qui perçoivent les impôts, la maltôte est un ancien impôt)

15 TRI SÉLECTIF : DE BONS ÉLÈVES ?

Depuis de nombreuses années, nous pratiquons le tri sélectif. La démarche est-elle définitivement ancrée dans nos mœurs aujourd’hui ? L’intérêt de trier les déchets n’est plus à démontrer, mais les consignes sur la façon de trier restent nécessaires à rappeler, au quotidien. La collecte sélective en porte-à-porte permet de trier (secteurs pavillonnaires) les déchets fermentescibles (sacs papier et bioseaux) ainsi que les emballages (sacs jaunes). A noter que depuis 2002, les secteurs en collectifs trient aussi les emballages (bacs jaunes). Des points d’apport volontaire en ville, permettent aussi de déposer du verre et du papier (liste disponible à la demande en mairie). Aujourd’hui les réflexes sont bons, les responsables du tri de la Communauté d’Agglomération souli-

gnent seulement quelques rappels utiles de consignes. Pour l’efficacité du recyclage il faut que les déchets triés soient conformes à la sélection demandée*. Dans les emballages, ne mettez pas, les petits emballages en plastique (pots de yaourts) les suremballages (films en plastique), les bouteilles d’huile, le polystyrène, les couches culotte, les barquettes contenant des restes, le papier aluminium. En cas de doute éliminez-les dans la poubelle habituelle (ordures ménagères). En d’autres termes : triez propre !

* Il existe un guide tri. Si vous l’avez égaré, demandez-le en mairie auprès du service d’accueil. C’est une aide précieuse pour corriger les mauvais réflexes !!!

RECYCLAGE Sachez que 1 tonne d’emballage acier recyclé c’est 1 tonne de minerai de fer économisé 1 tonne d’emballage alu recyclé c’est 1 année de consommation en énergie pour 3 habitants 1 tonne de carton recyclé c’est 2,5 tonnes de bois économisés 1 tonne de plastique recyclé c’est 700 kilos de pétrole brut économisés

TABLEAU D’HONNEUR En 2008, la commune a réalisé le 4e score de collecte des déchets cumulés (en tonnes/mois), déchets verts et emballages avec un score de 84,21 tonnes/mois. Les meilleurs scores étaient Osny (135,62 tonnes/mois), Cergy (124,06 tonnes/mois), Vauréal (85,01 tonnes/mois). A noter qu’en 2008, les Saint-Ouennais ont trié sur l’année, 329,62 tonnes d’emballages ; 680,87 tonnes de déchets verts ; et dans le contexte de la collecte par point d’apport volontaire : 209,89 tonnes de papier et 347,24 tonnes de verre. Les ordures ménagères par comparaison représentent un tonnage annuel de 6536,82 tonnes de déchets. (chiffres 2008) SOA MARS 2009


• RENCONTRE ASSOCIATIVE

Départ en car pour une sortie familiale

Deux ou trois questions à : DOMINIQUE MUNIER PRÉSIDENTE DE L’ASSOCIATION ACTION CULTURE JEUNESSE (AJC)

Qu’est-ce que l’AJC ?

16

C’est une association principalement basée à la maison de quartier de Chennevières. Nous agissons sur le domaine de « l’éducation populaire ». En fait, l’AJC est surtout une structure qui fait le lien entre les populations et d’autres structures (la CAF, la direction de l’animation locale…). Nos actions s’adressent principalement aux familles et aux jeunes Saint-Ouennais de moins de 25 ans.

Quelles sont les actions menées envers les familles ?

Nous proposons déjà des départs en vacances pour des familles aux revenus

• DÉTENTE

modestes pour qui il est difficile de partir. C’est une action qui est financée par la CAF, elle permet de partir à plusieurs familles accompagnées de travailleurs sociaux, cela concerne 8 à 10 familles par an. Plus simplement, nous aidons les gens à organiser leurs vacances, à les accompagner dans leurs démarches, à les rendre autonomes. Il y en a pour qui ça parait impossible alors qu’il suffit parfois de s’organiser, d’économiser un peu, de trouver les bonnes destinations… Plus régulièrement (environ une fois par mois), nous proposons également des sorties familiales axées sur la culture. Nous nous rendons à des spectacles ou des musées. Pour les familles, c’est souvent une découverte, elles s’aperçoivent alors qu’elles ont leur place dans ce milieu qu’elles ne pensaient pas pour elles. Pour donner quelques exemples, nous sommes allés au Louvre, à l’Institut du Monde Arabe, voir le spectacle du Roi Lion…

Et pour les jeunes alors, que fait l’AJC ? Pour la jeunesse, l’association a mis en place une formule qui ressemble à du troc-temps. C’est-à-dire que nous subventionnons certains projets à condition que le jeune effectue des heures de volontariat au profit d’autres associations ou des structures collectives (soutien scolaire, activités sportives…). C’est une sorte d’échange qui responsabilise les jeunes. Dans la majorité des cas, nous finançons ainsi des BAFA contre 160 heures de travail. Une douzaine de jeunes, chaque année, peuvent ainsi obtenir le précieux sésame pour pouvoir travailler dans l’animation. Beaucoup de projets peuvent être en partie financés ainsi (maximum 1/3 du financement total), à condition que le montage financier et administratif soit sérieux et que le projet ait un aspect éducatif. Pour exemple, nous avons déjà participé à l’envoi de containers dans des pays

Mots croisés

HORIZONTALEMENT : I- Apprécie la présence des tapettes -II- Pièce montée - Robinier -III- Elles n’ont pas une seconde à perdre -IV- Récompense sportive - Manque d’affaires -V- Soleil anglais - La petite maison dans la prairie -VI- Marque au sol - Avant Lanka -VII- Chapeau à plumes - C’est pour moi -VIII- Gouttes d’eau - Un chaud lapin -IX- Fait un avoir - Est de la noce -X- Coutumes Le plancher des vaches - Thallium - Ex-cité -XI- Des remerciements non sincères -XII- Soutenus à droite comme à gauche - Pudibonds VERTICALEMENT : A- Les hommes du palais -B- Fait suite - Partie en Suisse - Telle une eau à l’égout -C- Nettoyage de conduit - Romains -D- Un verbe pour les hommes d’actions - Au pied pour le footballeur -E- Dix anglais - Femme au pouvoir Tendus pour servir -F- Article - Combattit le taureau -G- Remplît à l’excès Travaux pratiques -H- C’est un bon service - Lustrer une étoffe (l’ancien verbe) -I- Bonnes à la crème - Demeure de glace -J- Pas ailleurs - Arrêt des combats - Notre Dame -K- Son jeu fait dans la spirale - Porte feuilles Provoque de l’usure -L- Panier d’osier - Marquer un retrait

Résultats dans le numéro d’avril SOA mars 2009

A B C D E

pauvres ou à la traversée de l’Amérique par des jeunes il y a deux ans, etc. L’été, en collaboration avec la ville et la CAF, nous participons aussi à l’organisation des mini-séjours pour les 11-15 ans. Nous finançons également des actions sur les Journées de la jeunesse (organisation de la buvette, achat en gros de billets de spectacles, financement de la formation sur les premiers secours…). Pour nous, il est important de ne pas priver les jeunes de leurs projets, faute de financement, à condition qu’ils démontrent eux aussi leur volonté de vouloir réaliser leurs rêves.

CONTACT AVEC L’ASSOCIATION Présidente : Mme Dominique Munier au 06 99 87 31 60 Programme des sorties familiales et agenda des permanences de l’association à l’Office Local d’Animation (23 rue du Général Leclerc). Prochaines permanences les samedis 7 mars, 11 avril et 6 juin de 10h à 12h.

F G H

I

J

K

L

I II III IV V VI VII VIII IX X XI XII Créés par Philippe IMBERT


• ASSOCIATIONS Andrée Salgues à votre écoute. Conseiller général du canton de Saint-Ouen l’Aumône – Méry-sur-Oise, Andrée Salgues tient des permanences s’adressant aux habitants des deux communes. Prochaines dates, le samedi 28 mars 2009 de 9 h à 11h30 en mairie de SaintOuen l’Aumône et le samedi 14 mars et 4 avril 2009 de 9h à 11h30 en mairie de Méry-sur-Oise. Pour limiter l’attente, il est nécessaire de prendre rendez-vous en téléphonant au 01 34 21 25 63. Des permanences métiers sont tenues en mairie par un représentant de la Défense, un mercredi par mois de 14 h à 16h30 pour informer les jeunes sur les métiers proposés par les différentes armées. Ces permanences permettront aussi de recueillir des informations sur les journées d’appel de préparation à la Défense. Prochains rendez-vous : le 11 mars et le 8 avril. L’association des résidents Touraine-Picardie de Chennevières vient de se constituer. Affilée à la Confédération Nationale du Logement, cette association s’occupe de conseil et défense des locataires. Contact : Mme Josette Béguin (Présidente) et Mme Corinne Dutitre (Trésorière). Tél. 01 30 37 63 81 ; email : artpc95@laposte.net Attention aux risques d’intoxication au monoxyde de carbone. Le monoxyde de carbone est un gaz dangereux car il est invisible : inodore, toxique et mortel. Dans la maison attention aux appareils de chauffage ou de production d’eau chaude mal entretenus. Pour éviter les risques, faites vérifier chaque année vos installations par des professionnels ; aérez votre logement même en hiver et ne bouchez pas les entrées d’air ; faites effectuer un ramonage mécanique de vos conduits et cheminées au moins une fois par an.

Plaquette d’information en mairie disponible à l’accueil. L’université de CergyPontoise communique : l’université recherche des propositions de logements à louer chez l’habitant, en location ou colocation pour des étudiants. Il s’agit d’accueillir des étudiants étrangers de haut niveau inscrits à la faculté de Droit de CergyPontoise. La plupart de ces étudiants bénéficient d’une aide à la mobilité et peuvent fournir des garanties de paiement. Si vous êtes disposés à proposer une location, contactez l’université : Tél. 01 34 25 60 20 ; email : lia.gombert@u-cergy.fr

CHRONIQUE • DE LA MÉDIATHÈQUE MUSIQUE… MOTOWN : LE LABEL MYTHIQUE A 50 ANS ! C’est l’histoire d’un certain Berry Gordy… Ce gars là habite Detroit, la ville phare de l’industrie automobile américaine. Ouvrier à la Motor city, il commence à écrire des chansons… Grâce à l’argent qu’il touche, il investit dans la production d’artistes et a l’idée de créer sa propre société… En janvier 59 naît la Motown, contraction de Motor town (la ville du moteur). Ambitieux, Gordy veut faire sortir la musique afro-américaine de son communautarisme et l’imposer dans tous les foyers… La Motown sera une usine à tubes ou ne sera pas ! L’animal a du flair pour repérer ses auteurs-compositeurs et choisir ses musiciens.Ainsi, les Funk Brothers seront les musiciens du studio pendant plus de dix ans. En peu d’années, le « son Motown », soul éminemment sexy, s’impose avec des artistes tels que Smokey Robinson, Marvin Gaye, Stevie Wonder, The Temptations …

Les éditions du Valhermeil organisent jusqu’au 13 mars, le concours littéraire de nouvelles « Le prix philippe Delerm ». Les prix seront attribués en juin 2009. Renseignements, Tél. 01 34 48 96 60 ou www. corlet-editions.fr/valhermeil L’association du quartier d’Epluches reprend ses activités. Prochains rendez vous, le dimanche 8 mars, 15h30 fête des grand-mères. Samedi 28 mars, 14h30 tarot et manille. Samedi 11 avril, 14h30, loto. Les activités se passent à la maison de quartier d’Epluches. En savoir plus : contact 01 34 64 10 33 (le mardi après-midi), ou Mme Bucheli (Présidente) au 06 75 47 00 31. L’abbaye de Maubuisson prépare une exposition « Unions mixtes et mariages libres » de l’artiste ORLAN, qui se déroulera en septembre 2009. Orlan souhaite récolter des vidéos de mariages mixtes en Val d’Oise. Si votre mariage est placé sous le signe de la mixité des origines, envoyez vos images (morceaux choisis, scènes de baisers les bienvenues !) à l’Abbaye de Maubuisson,avantle14avril. En savoir plus : 01 34 64 36 10.

17 Chaque semaine, Gordy organise des écoutes musicales. Les meilleurs morceaux sont enregistrés, les autres ne le seront qu’à condition d’être retravaillés… Cet esprit de compétition oblige les groupes à se transcender pour avoir une chance d’être enregistrés…Véritable foyer de création musicale, la Motown connaîtra son apogée en 1970 avec la révélation des Jackson Five et de Diana Ross. Mais Gordy en veut encore plus et décide de se lancer dans la production cinématographique. Destination Hollywood. Hélas, les films de La Motown se révèlent de piètres réalisations ! De plus, Gordy, joueur invétéré, perd plus d’argent qu’il n’en gagne… En 1988, il vend son « bébé » pour la coquette somme de 61 millions de dollars. Le label Motown est à ce jour diffusé par Universal. Agé aujourd’hui de 79 ans, Gordy a non seulement créé un son novateur dont la pop actuelle s’inspire encore aujourd’hui, mais il a ouvert la voie aux artistes et producteurs noirs, dans un monde tenu jusque là tenu par les blancs. Pharrell Williams et Jay Z peuvent lui dire merci ! Apparemment, ils ne sont pas les seuls puisqu’un certain Barack Obama déclarait il y a peu : « Motown a fait de moi l’homme que je suis aujourd’hui » Pour découvrir ou réécouter les artistes issus de la Motown, n’hésitez pas à venir à la médiathèque ! Ils seront à l’honneur du 15 mars au 15 avril. SOA mars 2009


•SPORT DU VÉLO, SUR ROUTES ET CHEMINS

Le Cyclo Club du Vexin (CCV) n’en finit plus de rendre moderne et populaire la bicyclette. Une école de VTT vient d’être ouverte pour les enfants de 9 à 18 ans.

Pédaler pour le plaisir est le point commun qui les réunit. Ils sont une petite centaine à être en selle régulièrement, avant tout pour le loisir, sans jamais penser à la compétition. Pour autant, il ne faudrait pas croire que l’activité n’est pas physique,

comme le confirme Dominique Caudan, président du club : « Nous avons trois groupes de cyclotouristes, du plus lent pour la balade au plus rapide pour ceux qui aiment donner de vrais coups de pédales. » Pour tous, ce qu’ils viennent

chercher avant tout, c’est le grand air, la sensation de liberté que procure le vélo, le contact de la nature et bien sur l’esprit du groupe. « En cyclotourisme, l’idée de groupe est très forte, il n’ s’agit pas de laisser quelqu’un sur le bord de la route, il faut donc trouver une allure commune. Et puis nous sommes très attentifs aux aspects de sécurité », ajoute le président. Au delà des circuits vélo proposés, le cyclotourisme s’appuie largement sur un mélange entre sports et loisirs (visite de monuments, d’exposition, de milieux naturels, découvertes gastronomiques…).

Apprendre à rouler

18 PARCOURS DU CŒUR 29 MARS Régulièrement, le Cyclo Club du Vexin fait l’événement en faisant découvrir les différentes facettes de son sport : sorties culturelles autour du patrimoine, randonnées vélo sur un week-end… Le 29 mars prochain, l’association organise avec la fédération française de Cardiologie et la Mutuelle Familiale un parcours du cœur pour la deuxième année consécutive. Un circuit de 15 Km à pieds sera proposé à tous (famille, enfants…), ainsi qu’une randonnée à vélo de 25 Km (pour tous) et 102 Km (pour les initiés). Des initiations aux premiers secours sont également prévues en présence des sapeurs pompiers d’Eragny. La participation demandée (un minimum de 2€) sera entièrement reversée à la Fédération française de Cardiologie. Rien de tel qu’une bonne balade à vélo pour prévenir les maladies cardio-vasculaires.

Après plus de 70 ans d’existence, le club a formé des générations de cyclistes et continue à le faire. Il s’agit bien entendu d’apprendre à roulersurrouteenrespectant les règles, en assurant sa sécurité… Il s’agit également d’apprendre à entretenir son vélo et à assurer les menues réparations nécessaires ; la « morsure du serpent » (crevaison) n’intimide pas les initiés. Afin d’attirer encore plus de jeunes générations, le club vient de

lancer une école VTT destinée aux 9-18 ans. S’écarter des routes et emprunter les chemins de traverses est une aventure tout aussi palpitante et s’inscrivant dans les valeurs du club par rapport au respect de la nature. Pour rejoindre le groupe, il suffit juste de posséder un équipement (vélo et protections). Le club propose aux nouveaux adhérents trois sorties gratuites et un encadrement sécurisant. Le but de l’apprentissage est bien sûr l’autonomie sur tous les aspects et la transmission du plaisir de faire du vélo. Les sorties se terminent souvent par un bon goûter, la bonne humeur est donc une condition indispensable pour rejoindre le club.

CONTACT AVEC LE CLUB Pour les adultes : Dominique Caudan au 06 60 73 69 65 (cotisation annuelle : 47€), les sorties hebdomadaires ont lieu le dimanche matin. Pour les enfants : Guy Dautreppe au 01 30 38 30 06 (cotisation annuelle : 21€), les sorties hebdomadaires ont lieu le samedi après-midi. Contact par email : cycloclub.du-vexin@wanadoo.fr et visitez le site internet du club : wwww.cycloclubduvexin.com

AGENDA ◗ Football américain

Samedi 21 mars

Les Cougars / Les Mousquetaires du Plessis Robinson (juniors). 15h au stade Escutary

Dimanche 22 mars

Les Cougars / Les Argonautes d’Aix en Provence (seniors) 14h au stade Escutary ◗ Football

Dimanche 22 mars

ASSOA / Evry (division d’honneur) 15h30 au parc des Sports

SOA MARS 2009

◗ Handball

Samedi 4 avril

ASSOA / Aubervilliers (N2) 20h45 au gymnase Armand Lecomte

◗ Volley-ball Samedi 21 mars

Championnat régional 3 masculin ASSOA / AVB Val d’Yerres 20 heures au COSEC Pagnol

Dimanche 22 mars

Championnat départemental senior féminin

ASSOA / Cergy et ASSOA/ Argenteuil. 14 et 16h au COSEC Pagnol

Dimanche 29 mars

Championnat départemental senior féminin ASSOA / Taverny St-Leu 14h au COSEC Pagnol

Samedi 4 avril

Championnat régional 3 masculin ASSOA / Elan Chevilly-Larue 20 heures au COSEC Pagnol

◗ Cyclisme

Dimanche 15 mars

10è grand prix de Méry-surOise Passage dans les parcs d’activités de Saint-Ouen l’Aumône ◗ Tir à l’arc Dimanche 22 mars Challenge spécial jeune départemental Toute la journée au COSEC Pagnol et au pas de tir


ON EN PARLE • SHAM REMIXE L’ÉTRANGER

Ce sera le vendredi 20 mars à L’imprévu, une adaptation du célèbre roman d’Albert Camus, remis au goût du jour.

Albert Camus, écrivain humaniste, prend ici un grand coup de jeune et sa parole se veut plus actuelle que jamais. Serge Hamon, alias Sham, a été séduit à l’adolescence par Meursault, le héros du roman L’étranger, condamné à mort pour avoir tué une personne.

Sham, tout d’orange vêtu, donne vie à un Meursault des temps modernes : un jeune de banlieue, sur fond de musique hip-hop, enfermé dans une prison telle Guantanamo. La prestation se veut moderniste dans un univers

confiné ; l’acteur se trouve dans une cage au milieu du public, qui lui, devient tour à tour confident, juge, témoin... Toujours tenu en haleine dans cet univers poétique et sensible, le public est un élément de la pièce et fait partie intégrante du

spectacle. Comment ne pas s’interroger sur la vie, la violence, l’absurde de la situation, la responsabilité de ses actes. Le spectacle qui invite le public à devenir citoyen urgemment… et qui sait, à se replonger dans la lecture du roman original.

ANNE SYLVESTRE : SON JUBILÉ ! 50 ANS DE CHANSON Un anniversaire et un nouvel album plus subtil et audacieux que jamais, voilà ce que propose, le 4 avril prochain à L’imprévu, la grande dame de la chanson, qui a enchanté des générations d’enfants et d’adultes.

Un anniversaire et un nouvel album plus subtil et audacieux que jamais, voilà ce que propose, le 4 avril prochain à L’imprévu, la grande dame de la chanson, qui a enchanté des générations d’enfants et d’adultes. 50 ans de chansons, ce n’est pas rien. L’auteur et l’interprète des fameuses Fabulettes à l’aube des années 70 et d’un

répertoire dans la lignée de la grande chanson française, est toujours là. Elle revient fêter cette carrière exceptionnelle avec un nouvel album « Bye Mélanco ». Fidèle à son œuvre, les nouvelles chansons posent une écriture toujours exigeante aux rimes riches, et toujours aussi engagée que ce soit pour le droit des femmes, celui des

enfants et plus récemment dans sa chanson « Gay marionsnous » pour les minorités. Sans jamais renier son répertoire pour enfants, Anne a également écrit en cohérence de nombreux textes pour adultes comme sa dernière chanson « les rescapés des fabulettes ». Le lien qu’elle a tissé avec le public est aujourd’hui

indéfectible. Retrouvez-là sur scène, en toute intimité, accompagnée d’une clarinette, de guitares et de percussions. Loin d’une soirée nostalgique, l’artiste est plus engagée et vivante que jamais !

« Courir les rues », PLACE A LA SCÈNE LOCALE !

C’est dans le cadre des Journées de la jeunesse que le groupe cergypontain viendra interpréter son répertoire cuivré et festif de son second album « De l’autre côté l’herbe est verte » (le 28 mars à L’imprévu).

COURIR LES RUES annonce la couleur : « De l’autre côté, l’herbe est verte ». Ce deuxième opus du quatuor révèle la maturité dans l’écriture et les arrangements de ce groupe qui court les scènes de

Horaires et tarifs p. 20 Réservations au 01 34 21 25 70

On a aimé :

France. Chansons cuivrées, textes poétiquement engagés… Accordéon, trompette, guitare, contrebasse, trombone, tuba, caisse claire… viennent servir des textes dans la douce ligné des Ogres de

Barback ou des Blérots de Ravel. Un album choc à découvrir d’urgence en live ! Première partie : Jules (ancien chanteur de Mahzet) – Premier album : « Les années douces »

LA SEMAINE « SANTÉ ET CITOYENNETÉ » DU COLLÈGE MARCEL PAGNOL

Environ 160 élèves de classes de 3e ont participé à l’événement, marquant cette dernière année de collège. Organisée par le collège en soutien avec le département, les activités proposées sont variées et visent à rendre plus autonomes et plus actifs ces jeunes citoyens. De nombreuses rencontres sous formes de

visites ou d’ateliers ont pu avoir lieu : rencontre avec des administrations, des assureurs, l’armée, la caserne de pompiers d’Eragny, une auto-école, l’association des paralysés de France ou bien encore des sourds et malentendants… La ville s’est impliquée dans le projet en organisant une représentation du

spectacle « Istoires » de Carole Thibaut, abordant la condition de la femme dans différentes cultures. Les élèves ont pu ensuite échanger avec l’artiste sur des problématiques et sur les techniques théâtrales permettant d’améliorer son expression. Une semaine qui laissera des traces… de citoyens !

SOA mars 2009

19


•RENDEZ-VOUS

Exposition jeune public : les chevalets de Monet Sa boite à peinture à la main et son chevalet sur le dos, le peintre Claude Monet entraîne les enfants dans son jardin ombragé, au milieu des champs de coquelicots… Avec lui, les enfants découvrent l’impressionnisme, les jeux de lumière et de couleur à travers une quinzaine d’œuvres (à voir dès 4 ans) ! Hall de l’hôtel de Ville aux heures d’ouverture (lire p. 2), entrée libre.

2011

⌦ Le Musée Départemental de l’Éducation propose « Histoire de l’école, les collections s’exposent »

Une manière originale de revivre l’école depuis la fin du xviiie siècle Ouvert le mercredi, jeudi et vendredi et chaque premier week-end de chaque mois de 14 heures à 18 heures Tarif : 3 €, renseignements au 01 34 64 08 74

À L’AFFICHE

20

SAMEDI

3

À SUIVRE JUSQU'EN

23

DU LUNDI MARS AU VENDREDI AVRIL

l’héroïne de la pièce, sorte de Candide des temps modernes, va vivre une véritable succes story… 20h45 à la maison de quartier de Chennevières Tarif unique : 12 € ; réduit : 8 € Renseignements et Réservations au 01 34 21 85 79 VENDREDI

20 MARS

Théâtre : Sham remixe l’étranger ⌦

14 MARS

⌦ Fest-Noz Venez-vous initier aux danses bretonnes et battre des pieds au son de la cornemuse et du banjo en famille et entre amis. Les mélodies traditionnelles bretonnes sont mises à l’honneur par les groupes Gwaremm et Accord’Age dans un esprit festif, convivial et authentique. 21 heures à L’imprévu Tarif unique : 8 € ; moins de 16 ans et passe culture : 5 € Renseignements et Réservations au 01 34 21 25 70

13

VENDREDI ET SAMEDI MARS

14

⌦ Le théâtre Uvol propose un Lever de rideaux La vie exemplaire de Pamela Pichon aux pays des hommes de droits (par la compagnie Phénix Bleu et la compagnie L’Alchimiste à deux têtes). Réussir sa vie lorsqu’on s’appelle Pamela Pichon, que l’on a juste le niveau d’un CAP coiffure et que l’on ne maîtrise que sa langue maternelle pourrait paraître difficile… Et pourtant,

SAMEDI

28 MARS

Musique : Courir les rues Courir les rues promet une belle soirée. Le groupe propose toujours le swing cuivré des débuts, en y ajoutant des guitares, de l’accordéon, des mots… Le quatuor, né trio à Cergy en 2000, révèle sa maturité dans l’écriture, partagée entre poésie, humour et fantaisie. 21 heures à L’imprévu Tarif plein : 11 € ; tarif réduit : 11 € ; abonnement : 8 € ; moins de 16 ans : 5 € et passe culture : 5€ Renseignements et Réservations au 01 34 21 25 70 ⌦

Tarif plein : 12 € ; réduit : 8 € ; jeune public : 4€ Renseignements et Réservations au 01 34 21 85 79

4

SAMEDI AVRIL

Chanson : Anne Sylvestre Si cette grande dame de la chanson française fête aujourd’hui ses 50 ans de carrière, aucune nostalgie à l’horizon. C’est même une occasion de venir écouter un nouvel album : « Bye mélanco ». L’artiste est toujours aussi engagée dans son époque, dans ses combats pour la libéralisation de la femme, le respect des enfants, contre toutes discriminations… un spectacle d’humour et de tendresse. 21 heures à L’imprévu Tarif plein : 18 € ; tarif réduit : 16 € ; abonnement : 15 € ; moins de 16 ans : 9 € et passe culture : 5€ Renseignements et Réservations au 01 34 21 25 70

9

JEUDI AVRIL

Musique : une soirée à Buenos Aires

Coréalisation ville de Saint-Ouen l’Aumône / CCR de Cergy-Pontoise

Meursault est un jeune de banlieue, vêtu aux couleurs des prisonniers de Guantanamo. Condamné à mort pour avoir tué, il voit sa vie défiler… Sur fond de musique hip-hop et par l’énergie de l’interprétation, le texte d’Albert Camus se révèle d’une jeunesse percutante. Un regard qui nous interroge sur la difficulté d’être, les déviances sociales, la délinquance, la prison … 21 heures à L’imprévu Tarif plein : 11 € ; tarif réduit : 10 € ; abonnement : 8 € ; moins de 16 ans : 5 € et passe culture : 5€ Renseignements et Réservations au 01 34 21 25 70

AVANT - PREMIÈRE

1 4

MERCREDI er AVRIL ET SAMEDI AVRIL

Le théâtre Uvol propose : « Promenons nous dans les bois » Lorsque qu’on se promène dans les bois et que l’on s’écarte de la route qui doit mener chez Mère-Grand, on peut y faire de drôles de rencontres, surtout si on s’appelle le petit Chaperon rouge… Qui aurait imaginé qu’une fée, le Petit Poucet, Barbe Bleue et bien d’autres héros de Perrault seraient réunis ici pour l’accompagner… Le mercredi à 14h30 et le samedi à 16h30 ⌦

Proposé par des musiciens du Conservatoire à Rayonnement Régional de Cergy-Pontoise, le spectacle est une véritable plongée dans la mégalopole argentine : bandonéon, guitare, clarinette, piano et contrebasse créeront l’atmosphère autour des œuvres du compositeur Astor Piazolla. Quelques surprises pourraient bien ponctuer la soirée… 21 heures à L’imprévu Tarif plein : 11 € ; abonnement : 8 € ; moins de 16 ans : 5 € et passe culture : 5€ Renseignements et Réservations au 01 34 21 25 70 Directeur de la publication : Alain Richard Rédaction : Mireille Quantin, Vincent Echasserieau au 01 34 21 25 00 Mise en page et photogravure : Nord Compo : 03 20 41 40 01 Impression : DB Print : 03 20 28 83 20 Nombre d’exemplaires : 10000 Dépôt légal à parution


SOA infos (mars 2009)