Issuu on Google+

J O U R N A L

D ’ I N F O R M A T I O N S

M U N I C I P A L E S

SOA infos février 2009 N° 279

RÉHABILITATION DE CHENNEVIÈRES : OÙ EN EST-ON? (pages centrales)

• VŒUX 2009 (pages 3 et 4)

• MÉDIATHÈQUE DES NOUVEAUTÉS…

Plusieurs points sont à découvrir en ce début d’année : des rayonnages autour de l’emploi et de la formation, une signalétique couleur pour les ouvrages sélectionnés (à l’étage) pour les lycéens et collégiens et le début d’un fonds de DVD pouvant être empruntés et dont les nouveautés sont en présentation au rez-de-chaussée… (page 7)

0,76 €


MAIRIE

Les services municipaux de l’hôtel de ville sont ouverts du lundi aprèsmidi au samedi matin de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30. Ouverture en soirée le jeudi, jusqu’à 19h. Urbaniste-Conseil accueil sur rendez-vous, sauf mardi.

MARCHÉS

www.ville-saintouenlaumone.fr

2 place Mendès France ☎ 01 34 21 25 00

Marché couvert et découvert, place Mendès France, mercredis et dimanches matins de 8h à 13h.

2

ANNEXE DE LA MAIRIE Rue Rhin-Danube 01 34 21 25 00

Service du logement Horaires d’ouverture : mardi, jeudi et vendredi après-midi de 14h à 17h ; mercredi toute la journée de 9h à 12h et de 14h à 17h.

SOA février 2009

•VIE PRATIQUE INSCRIPTIONS SCOLAIRES Rentrée en maternelle 2009/2010. Pour les enfants nés en 2006, inscriptions durant tout le mois de février 2009 (attention après cette date, l’inscription, se fera sur liste d’attente). En mairie, au service des affaires scolaires (Tél. 01 34 21 25 42 ou 25 55 ou 25 56) Pièces originales à présenter impérativement : – livret de famille ou extrait d’acte de naissance de l’enfant – 2 justificatifs de domicile (quittance de loyer, facture d’eau, EDF…) datant de moins de trois mois. – carnet de santé – numéro d’allocations familiales – extrait de jugement de divorce ou de séparation, si nécessaire – attestation de sécurité sociale sur laquelle figure l’enfant à inscrire – assurance responsabilité civile « chef de famille » POLICE Le bureau de police est situé au centre-ville, 26 rue du Général Leclerc. Horaires d’ouverture du lundi au samedi de 9 heures à 12 heures et de 14 heures à 19 heures. Tél. 01 34 64 31 16 (Permanence téléphonique jusqu’à 22 heures).

MÉDIATHÈQUE Horaires d’ouverture : mardi, jeudi et vendredi de 16 h 30 à 19 heures. Mercredi et samedi de 10 heures à 13 heures et de 15 heures à 18 heures. Contact : 01 30 37 99 74. www.bibaglo.org Des livres dans mon biberon : s’adresse aux enfants de 9 mois à 3 ans accompagnés. Prenez date… mercredi 4 mars et samedi 21 mars de 10h à 12h.

RECENSEMENT Le recensement annuel de la population se poursuit jusqu’au 21 février 2009.Tous les habitants ne sont pas concernés. Les personnes recensées seront avisées du passage de l’agent recenseur. Les agents nommés sont en possession d’une carte officielle avec photo. Les informations recueillies sont confidentielles. Elles sont transmises à l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques, seul habilité à exploiter les questionnaires. Merci de réserver un bon accueil aux agents recenseurs.

Atelier de conversation philosophique : samedis 14 février : « Peut-on rire de tout ? » et 14 mars « Quelle différence y VACANCES D’HIVER a t-il entre un homme et une Les vacances scolaires d’hiver femme ? » ont lieu du samedi 14 février au lundi 2 mars. ENCOMBRANTS Prochaines dates : lundi 2 mars ENQUÊTE PUBLIQUE (secteur Nord) et lundi 9 mars Le SIAAP (syndicat interdépar(secteur Sud). Pas de collecte temental pour l’Assainissement en février, plaquette d’informa- de l’Agglomération Parisienne) tion disponible en mairie, avec demande une autorisation d’exl’agenda de l’année 2009. ploiter, dans le cadre de travaux de mise en conformité de la ON RECRUTE station d’épuration Seine Aval La mairie de Saint-Ouen implantée sur les communes l’Aumône recrute des assistan- d’Achères et de Saint-Germain tes maternelles agréées pour sa en Laye. Une enquête publicrèche familiale. Pour toute in- que se déroule du 19 février formation, contactez la directrice au 21 mars 2009. Le dossier au 01 34 64 59 78. Les lettres de d’enquête est consultable dans candidature et photocopies d’at- les mairies d’Achères et de testations d’agréments sont à Saint-Germain en Laye et en adresser en mairie. Préfecture des Yvelines.

GUIDE 2009 : NOUVEAU CRU

Il a su se rendre indispensable au fil des années…

Plus de 120 pages d’informations pratiques sur tous les thèmes de la vie courante, le guide pratique annuel a su, au fil des années, se rendre indispensable à tous. La variété de sujets abordés en font une vraie source d’information précieuse et un utile repère pour toute personne arrivant dans la commune en cherchant à mieux la connaître. On y prend connaissance de l’information administrative : les élus du conseil Municipal, les services proposés aux habitants par la commune dans les secteurs aussi divers que le scolaire, la petite enfance, les retraités, les affaires générales, l’état civil, la culture, le sport… Le guide est aussi un point de repère pour des informations sur les transports, la santé, les services publics et il répertorie les associations existantes ce qui vous permet un repérage très utile pour vos choix d’activités.

Distribué en janvier dans les boîtes aux lettres de la commune, il est disponible tout au long de l’année auprès du service d’accueil en mairie et remis à tous les nouveaux habitants dès leur arrivée (lors des réunions d’accueil ou sur présentation en mairie). Découvrez-le et usez-en !

À NOTER

GUIDE COMPLÉMENT Pour prendre rendez-vous avec Roland Mazaudier, 9e maire-adjoint délégué à l’Administration générale, composez le 0134212559. (Contact avec les autres élus : lire le guide 2009, chapitre « les élus »)


ACTUALITÉS• COMMUNALES

VŒUX 2009 : « CONSTRUIRE L’AVENIR DÈS DEMAIN » Le maire a présenté ses vœux entouré des membres du Conseil Municipal.

Après avoir accueilli chaleureusement l’assistance venue en nombre et salué amicalement Paul-Henri Trollé (Préfet) et Didier Arnal (Président du Conseil Général), le Maire a tenu à s’expliquer sur l’utilité d’une réception de vœux : « C’est avant tout un moment de plaisir ensemble, où se rencontrent des partenai-

C’est le 10 janvier que la municipalité a présenté ses vœux à la population par la voix d’Alain Richard.

res, des intervenants dans des fonctions voisines qui ne se parlent pas forcément assez et qui peuvent trouver un agrément à dialoguer en dehors du travail. »

Une actualité économique brûlante

Avouant qu’après 31 ans d’exercice, le maire ressentait tout de même le

ÉTAT CIVIL

• WILLIAMS Elya née le 17.11.08 à Pontoise • SCHEURER Steven Joël • GANDEGA Koumba née André Daniel né le 18.11.08 le 3.11.08 à Pontoise à Pontoise • YOLLANT Clara Catherine • DOS SANTOS MARQUES Martine née le 4.11.08 Diana née le 18.11.08 à à Pontoise Pontoise • BOUTEILLER Manon née • GAIOLA Rafaël Joaquim né le 4.11.08 à Pontoise le 19.11.08 à Pontoise • NDOMBELE Yesalaso-Levrai • PEROUMAL Dharshiny née né le 5.11.08 à Stains le 19.11.08 à Pontoise • GUERE Adélie Marie • ADELAÏDE Raphaël Anthony Charlotte née le 6.11.08 né le 21.11.08 à Pontoise à Pontoise • SOARES Loucas Diamantino • GOUDET Shengh Adam Etienne né le 23.11.08 né le 6.11.08 à Pontoise à Pontoise • LIBRIZZI Inès née le 7.11.08 • BELUGOU Alycia Félicia née à Ermont le 24.11.08 à Rueil-Malmaison • ROSSI Lohan Benjamin Tom né le 7.11.08 à Pontoise • MARIE- - TAVARES Julia • OUASSINI Yanis Mohamed Liliane née le 25.11.08 à Pontoise né le 9.11.08 à Pontoise • JEAN-BAPTISTE Noa Camille • SEZNEC Louane Hélène Emilie née le 27.11.08 à née le 11.11.08 à Pontoise Pontoise • OZANNE Mélanie Sarah • NOEL Elisa Faustine Delphine née le 11.11.08 Clémentine née le 27.11.08 à Pontoise à Pontoise • HIM Alexandre Sothearos • BENJELLOUN Lilya née né le 12.11.08 à Pontoise le 27.11.08 à Pontoise • BRACK Camille Rose • EFFLAME Lorine Océane Catherine née le 13.11.08 Oriane née le 1.12.08 à à Pontoise Pontoise • TIZI Imen née le 13.11.08 • BEKKAOUI Iptissam née à Pontoise le 1.12.08 à Pontoise • WARTEL Maëlys née • MENARD Anaëlle Comfort le 13.11.08 à Pontoise Catherine née le 1.12.08 • BUNDHOO Sheryne Inès à Pontoise Emma née le 13.11.08 à Ermont • GERMAIN Nolän né le • BIGNON Quentin Gérard 2.12.08 à Pontoise Philippe né le 15.11.08 • DEPARIS Sofiane né à Pontoise le 2.12.08 à Pontoise • MABUMBI Mathis Maurice • LE MOAL Cheryl Maëly Marie Gabriel Panzu né le 16.11.08 née le 2.12.08 à Pontoise à Pontoise • YANINDJI Alicia Ludivine • LODUGNON Mélissa Estelle née le 17.11.08 à Pontoise née le 2.12.08 à Paris 16e

NAISSANCES

trac, ses propos se sont recentrés sur la situation économique actuelle et ses conséquences pour les plus fragiles : « Nous vivons une crise économique qui a son originalité, qui a ses spécificités par rapport à ce qu’on a connu. C’est loin d’être la première crise si on se réfère au paysage des 10 • HERCMAN Ethan Lucas né le 3.12.08 à Cormeilles-en-Parisis • DUMLU Muhamed né le 4.12.08 à Saint-Ouen l’Aumône • DEHIERE Toni Pascal Gary né le 4.12.08 à Pontoise • LE GLOUANNEC Lou née le 5.12.08 à Pontoise • KILLI Efecan né le 5.12.08 à Pontoise • BOUTIGHATNE Adam né le 5.12.08 à Ermont • DECOURVAL - - DUBOIS Tom Serge Denis né le 5.12.08 à Pontoise • MBAKOP NJONSI Darel Lewis né le 6.12.08 à Pontoise • ZENGOUR Mohamed-Rayhan né le 6.12.08 à Pontoise • CHETTAR Salima née le 7.12.08 à Pontoise • DEWOST Chloé Evelyne Patricia née le 8.12.08 à Saint-Maur des Fossés • DIB Malak née le 8.12.08 à Pontoise • SRI BALAN Srishakithyan né le 8.12.08 à Pontoise • DALI Lény né le 9.12.08 à Ermont • MALLOT Mathis né le 10.12.08 à Pontoise • PARDONIPADE Melie née le 10.12.08 à Pontoise • CAMPOS Rafael Daniel Pierre Jean né le 15.12.08 à Pontoise • LECELLIER Florentin Serge Antonio Manuel né le 15.12.08 à Pontoise • SCHEUBEL Noah Sylvain Patrick né le 15.12.08 à Paris 17e • IKHEDJI Lauric né le 15.12.08 à Pontoise • LE BLAYE Maëlyss née le 16.12.08 à Pontoise • DEBOVE Mathias né le 16.12.08 à Ermont • KONTE Chéickene né le 16.12.08 à Pontoise

ou 15 dernières années, depuis que l’économie de marché est devenue globalement prédominante sur la planète (…) Nous en sortirons avec une économie toujours globalisée, toujours centrée sur le marché, mais régulée, ouverte et influencée par (Suite page 4) • KERAMANE Nayla Manel née le 18.12.08 à Pontoise • AGHRAY Nordine né le 18.12.08 à Pontoise • JOISSAINS Lina Yvonne Sophia Manuela née le 20.12.08 à Ermont • GOMES Lukas né le 20.12.08 à Versailles • BAILLIE Lorenzo Johannès né le 22.12.08 à Versailles • NABI Kayla née le 23.12.08 à Pontoise • MBAYE Mergane Aïssatou née le 28.12.08 à Pontoise • MAYEYENDA - - BOUTAN Timéo Joan Enel né le 28.12.08 à Pontoise • BENALI Esma née le 29.12.08 à Pontoise • DIAMESSO Manon Grace Lulu née le 31.12.08 à Pontoise

MARIAGE Le 13.12.2008 • JAGO Joseph et ALEXANDRE Yolande Irène

DÉCÈS • POTINIERE épouse DELPUECH Annick Gabrielle décédée le 9.12.08 à l’âge de 68 ans • PELLERIN veuve BRUYERE Solange Léa Fernande décédée le 7.12.08 à l’âge de 88 ans • WAREMBOURG veuve BIBETTE Georgette Marcelle décédée le 16.12.08 à l’âge de 92 ans • ESTRADE Jean-Claude Fernand décédé le 13.12.08 à l’âge de 63 ans • CHAPAVEIRE Jean Roger décédé le 21.12.08 à l’âge de 63 ans • DARRAS épouse LAURENT Renée décédée le 26.12.08 à l’âge de 89 ans SOA février 2009 SOA avril 2008

3


•ACTUALITÉS COMMUNALES

4

le développement durable (…) Je peux comprendre qu’il y ait une dimension un peu de rejet ou d’imprécation contre l’économie de marché qui est fondée sur la volonté individuelle d’enrichissement. Philosophiquement, cela peut s’entendre mais expérimentalement, l’économie de marché est un outil d’efficacité et de prise de responsabilité. » Mettant en avant le défaut de régulation et d’encadrement des systèmes financiers actuels, le maire s’est prononcé en faveur de nouvelles règles et d’un système plus transparent qui doit être défendu par l’Union Européenne « qui aura un rôle déterminant dans la création de ces nouvelles règles et dans le dialogue avec le reste du monde » et notamment les EtatsUnis, sans oublier les pays émergents.

Développement durable

Poursuivant sur le rôle de l’Europe, Alain Richard a jugé positives les décisions prises en matière d’environnement et de réduction des gaz à effet de serre (moins 20 % d’ici 2020), bien que pas suffisantes. Il a aussi mis en garde les pessimistes sur le sujet : « Je crois que les multiples prophéties non justifiées scientifiquement qui expliquent que nous sommes en train de rouler vers l’abîme ne sont ni exactes intellectuellement, ni mobilisatrices. La volonté de rétablir un équilibre à long terme pour

l’ensemble des espèces de la planète est un objectif en soi positif qui n’a pas besoin d’être environné d’une dramatisation artificielle. »

Ouverture de la réception le 10 janvier dernier.

« Penser global, agir local »

Concernant les sujets plus locaux, le maire a évoqué « la municipalité renouvelée dont les efforts d’écoute, de recherche de concertation et de disponibilité doivent aussi être renouvelés (…) Dans cette période d’incertitudes et de doutes, il faut maintenir une volonté d’évolution, d’investissement et de croissance. Nous croyons à un meilleur équilibre et à une meilleure cohérence sociale et environnementale de cette commune. » Affichant les dernières statistiques de recensement (en moyenne un accroissement de population de 2,5 % par an entre 1999 et 2006), le maire a insisté sur l’attractivité de la commune qui est la principale raison de l’arrivée de nouveaux habitants et promis la poursuite des projets allant dans ce sens : les crèches, la maison de l’éducation et de la formation qui ouvrira au printemps, l’extension de

Les vœux sont « un moment de plaisir ensemble où se rencontrent des partenaires » selon Alain Richard.

Lors de son discours, le maire a évoqué la crise économique mondiale, les enjeux de développement durable et les projets à venir sur la commune.

la coulée verte à Liesse, les travaux des quais de l’Oise, l’achèvement du jardin de Chennevières, le programme de réhabilitation complète que ce soit au Grand Centre ou au Parc le Nôtre… « Tout ça se justifie, il y aura un maintien de notre niveau d’investissement, peut-être même à certains moments une accélération, parce que même en période de difficultés, l’objectif global de qualité de vie collective et solidaire, pour l’ensemble des habitants ne doit pas être compromis. »

Mixité Sociale et logements sociaux

Si le constat d’une ville de plus en plus résidentielle et familiale va de soi, le logement social y a aussi sa place et le maire à réaffirmé ses engagements : « Nous croyons profondément, dans cette équipe municipale, que si une commune a une vocation, et dans ma conception politique et morale, une obligation d’accueillir des travailleurs, des familles pauvres et des gens en difficulté, c’est un tout autre choix d’avoir le laisser-aller de succomber à la mauvaise habitude de les grouper entre eux (…) Pour moi, la pauvreté est faite pour s’en sortir ! » Il y aura donc de nouvelles phases d’aménagements en ville, même si les nouvelles constructions doivent se ralentir au fil du temps, elles devront prendre en compte nécessairement les enjeux de développement durable, chers à la municipalité.

Des partenariats étroits…

Alain Richard s’est ensuite adressé plus particulièreSOA février 2009

ment aux entrepreneurs (« nous sommes une ville industrielle »), leur indiquant le soutien de la commune en ces temps plus difficiles, et saluant leurs capacités d’innovation et de progression. Il a également assuré une collabora-

Dialogue direct avec les habitants…

tion parfaite avec tous les services publics présents sur la commune considérant qu’ils sont « un outil d’égalité (…) et que tous les services publics tirent dans le même sens et assurent la qualité de vie globale, la sécurité et la cohésion sociale de l’ensemble de la population. » Enfin, aux associations, il a souhaité pour elles qu’en 2009, « le bénévolat, le militantisme et la participation effective des citoyens soient au rendezvous. Que ceux qui prennent des responsabilités auprès de nos concitoyens se sentent soutenus ! » L’année 2009 démarre donc avec de nombreux sujets ponctuant l’activité communale. Les vœux du maire se veulent « une espérance construite par l’action dans la convivialité, le contact, la coopération, l’intelligence collective et individuelle, et l’attachement à la collectivité pour un avenir plus optimiste et plus juste, à construire dès demain. »


ACTUALITÉS• COMMUNALES UN DÉBUT D’ANNÉE ARROSÉ PLUS QUE DE RAISON

Les équipes d’astreinte et police et pompiers ont été très sollicités pour juguler une importante fuite d’eau début janvier.

Un incident majeur est survenu sur le réseau de distribution d’eau potable, le samedi 3 janvier dernier. Plusieurs commerces et riverains ont appelé les pompiers pour des soussols inondés avenue du général de Gaulle. Les pompiers ont déclenché l’alerte auprès des services municipaux pour une recherche sur l’origine du problème compte tenu de leurs observations. Le Maire et le Premier adjoint étaient sur place avec la direction des services municipaux, lors des premiers constats. Les services d’astreinte (municipaux et Commu-

nauté d’Agglomération) entraient alors en lice et le concessionnaire du réseau d’eau Véolia était alerté, la fuite semblant provenir du réseau d’eau potable.

Rupture de conduite

A l’origine de la fuite, le gel et son incidence sur une conduite de 250 mm, grosse artère véhiculant l’eau potable depuis le château d’eau du Parc vers la partie basse de la ville. L’origine de la fuite localisée vers 10h du matin, les services du concessionnaire devaient se montrer très réactifs et l’ensemble des acteurs

concernés par le dépannage et la sécurité (pompiers, polices nationale et municipale, astreinte de la mairie, de la Communauté d’Agglomération de Cergy Pontoise) également efficaces dans leurs interventions conjointes. Tout a été fait pour s’assurer que la coupure d’eau nécessaire aux réparations touche le plus petit nombre possible de riverains et que soient préservés les sites les plus sensibles (la réparation était terminée le dimanche matin, après un travail de nuit dans des conditions de gel sévères). Pour minimiser l’impact de la coupure, une

vanne de liaison a du être ouverte rue du Mail, ce qui a permis d’alimenter une partie de la ville via un autre réseau. La circulation a également dû être réorientée (déviations) pendant la durée des travaux sur la conduite, la fin de chantier (remise en état de la chaussée après ouverture de fouilles) intervenant le lundi suivant. Les conditions météo très perturbées ont compliqué d’autant les interventions. Certains riverains ont également été secourus s’agissant des incidences de la fuite sur le chauffage et l’électricité de leurs installations.

EN SAVOIR PLUS SUR L’ANGLAIS À ROUSSEAU …

D’utiles compléments d’information nous ont été adressés par M. Mauger (Inspecteur départemental de l’Education nationale), depuis la parution de notre article sur l’apprentissage de l’anglais à l’école Rousseau (SOA infos du mois de janvier). M. Mauger nous précise que l’école dispose de la présence d’une assistante

étrangère dans la durée (ordinairement, ce n’est possible que sur une année scolaire). L’équipe enseignante a disposé de l’appui de formations (3 enseignantes concernées) sur deux années scolaires. L’école a obtenu des équipements informatiques afin de permettre des visio-conférences avec un établissement anglais

CONSEIL MUNICIPAL EN BREF Séance du 18 décembre 2008 BUDGET PRIMITIF VILLE 2009 Le Conseil a adopté (5 voix contre) son budget Primitif 2009 qui reprend les propositions du débat d’orientations budgétaires. Ce budget s’équilibre à hauteur de 28323458 € en dépenses et recettes de fonctionnement et de 15351737 € en dépenses et recettes d’investissement. Les recettes de fonctionnement s’élèvent à 28323458 € comprenant 868074 € de provision sur les recettes fiscales qui permettent à la communed’anticiperlesbaissesderecettes 2010 (Dotation de Solidarité Urbaine et de Cohésion Sociale, notamment) et les charges nouvelles (crèche Pasteur) et Le coefficient d’actualisation des valeurs locatives issu de la loi de finance 2009 est à hauteur de 2,5%. La hausse des taux de fiscalité locale est estimée à 7,5% ce qui porte les taux de

taxe d’habitation à 8,51%, du foncier bâti à 23 % et du foncier non bâti à 38,46%. On enregistre : – une diminution des droits liés à la taxe additionnelle sur les droits de mutation de 400 K€ – une diminution de la DGF de 0,37% – une stagnation de la DSUCS On enregistre une nouvelle recette du fait de l’instauration de la taxe sur les déchets ménagers à hauteur de 100000 €. En dépenses : – les dépenses de fonctionnement s’élèvent à 28 323 458 € dont le virement à la section d’investissement pour couvrir le remboursement du capital des emprunts à hauteur de 1050000 € auxquels s’ajoute la provision de 868074 € permettant de diminuer l’inscription budgétaire de l’emprunt.

(les enseignantes ont été formées à l’utilisation de ce matériel). Les équipes sont accompagnées dans leur démarche pédagogique par un conseiller pédagogique. A partir de la dotation financière de la Municipalité, d’utiles supports pédagogiques ont été acquis et complétés par une formation dispensée par l’Education

Les charges prises en compte dans ce budget sont : Personnel + 2 % GVT et + 1,3 % au titre des augmentations ; ouverture de la crèche Pasteur en septembre 2009 ; Inscription de 2 postes supplémentaires (aux services techniques pour les ordures ménagères et deux demi-postes : voirie et espaces verts) ; admissions en non valeur 20K€ ; remboursement du capital des emprunts en incluant un nouvel emprunt de 3,5 M € avant la fin 2008 (1 050 K €). La section d’investissement s’élève à 15 351 737 €. Les recettes étant de 12 199 667 € auxquelles s’ajoutent le virement de la section de fonctionnement (1 050 000 € pour le remboursement des emprunts et 868 074 € d’autofinancement). Les dépenses s’élèvent à 15 351 737 € soit un besoin de financement de 1 233 996 €. Il est proposé de réévaluer l’autorisation de programme concernant la crèche

nationale (stage d’école pour les équipes enseignantes).

Pasteur à hauteur de 946 404,22 € afin de porter celle-ci en 2009 à 5 027 566 € conformément au plan de financement approuvé en Conseil municipal le 10 mai 2007.

ACQUISITION DE L’IMMEUBLE DE LA CAISSE PRIMAIRE D’ASSURANCE MALADIE La réorganisation de la Caisse Primaire d’AssuranceMaladieconduitaumaintien d’un seul espace dédié à l’accueil des assurés sociaux sur le centre implanté 12 avenue du Général de Gaulle. La CPAM a proposé à la commune d’acquérir la totalité de son immeuble R + 2, représentant une surface utile de 857 m2 au prix estimé par les domaines de 800 € le m² soit 685 600 €. Le Conseil a décidé (5 abstentions) d’approuver l’acquisition de l’immeuble au prix de 685 000 € hors frais de mutation et autorisé le maire à signer l’acte de vente correspondant. SOA février 2009

5


• ACTUALITÉS COMMUNALES 22 977 HABITANTS : SAINT-OUENNAIS, LE COMPTE EST BON !

L’INSEE a publié les chiffres officiels de populations légales en vigueur au 1er janvier 2009.

Le dernier chiffre connu, mis à jour, faisant référence à la population de la commune, datait du recensement complémentaire de 2003. Les Saint-Ouennais étaient alors dénombrés 21 501. Jusqu’à cette période, et compte tenu de notre appartenance à l’agglomération de Cergy-Pontoise, nous avions chaque année le bénéfice d’un recensement complémentaire portant sur les logements

neufs qui nous permettait d’ajuster le nombre de nos habitants. Les autres communes étant restées au chiffre du recensement général.

NOUVEAUX COMPTAGES

En 2004, les règles de comptage ont changé s’agissant du recensement général (le dernier du genre a eu lieu en 1999). Dans les communes de 10 000 habitants ou plus, dont nous faisons partie,

QUELQUES REPÈRES POUR MÉMOIRE Recensement général de 1990 : 18822 habitants Recensement général de 1999 : 19904 habitants Recensement général de 2009 : 22977 habitants

6

Recensements complémentaires 2001 : 20514 – 2002 : 20836 – 2003 : 21501

une enquête est réalisée chaque année auprès d’un échantillon de 8 % des logements. La méthode consiste à produire pour chaque commune, des populations prenant effet juridique le 1er janvier 2009, mais « calculées en se référant à l’année milieu des cinq années écoulées soit le 1er janvier 2006 ». C’est ce chiffre qui vient d’être communiqué. Par ailleurs, le recensement annuel de 8 % de la population se poursuit et un nouveau chiffre de population sera communiqué début 2010 selon la même méthode se référant alors au 1er janvier 2007. De cette façon les chiffres de population seront régulièrement rééva-

lués chaque début d’année désormais. La population totale de la commune est composée de la population municipale et la population « comptée à part ». Cette dernière enregistre les personnes recensées sur d’autres communes et qui ont conservé une résidence sur la commune (296). Pour l’heure le seul élément statistique dont nous disposons est le chiffre de population. En cours d’année 2009, l’INSEE communiquera une photographie beaucoup plus détaillée de la population sur laquelle nous reviendrons.

QUI SONT CES NOUVEAUX SAINT-OUENNAIS ? Rencontre avec des nouveaux habitants du Val de Liesse

En 2001, le quartier de Liesse commençait à voir le jour, plus de 864 nouveaux logements y sont habités.

Etienne Ahoua « J’habite à Saint-Ouen l’Aumône depuis plusieurs années et je me suis installé dans le quartier de Liesse le 17 juin 2003, devenant propriétaire de mon logement. J’apprécie le calme du quartier et la facilité des transports à proximité. Moi je travaille sur Paris et j’ai seulement 40 minutes de transports (…) On a peu de contacts avec les voisins mais c’est toujours SOA février 2009

très courtois quand on se rencontre. » Michèle Fruchiet « Je suis arrivée avec ma famille en juin 2003. On connaissait déjà l’agglomération puisque nous habitions Cergy-SaintChristophe. On cherchait à acheter et c’est vrai que les prix étaient abordables, l’architecture du quartier nous plaisait, contrairement à celle du centreville. Ce qui est agréable

dans le quartier, c’est qu’il y a beaucoup de jeunes couples avec des enfants, comme notre famille, et les espaces de jeux et de promenade sont agréables. Le seul bémol, c’est que nous attendons vraiment impatiemment l’arrivée du supermarché car pour faire ses courses, il faut toujours prendre la voiture et c’est pénalisant. » Corinne Karra « Nous sommes arrivés en 2003 à Liesse, nous venions de Cergy-SaintChristophe et on voulait acheter un pavillon. Ce qui nous a convaincus sur le quartier de Liesse, c’est d’abord le rapport qualité/prix. J’apprécie aussi les espaces verts, je suis pressée que le bassin de retenue des eaux pluviales ouvre, ce sera agréable aux beaux jours. »

Delphine Sevestre « Je suis arrivée en 2005 avec mon compagnon, je venais de Boulogne. J’ai tout de suite apprécié le calme du quartier et surtout ce qui nous a fait choisir la ville, c’est le montant des impôts locaux. En région parisienne, c’est vraiment un critère important quand on veut acheter un bien. J’apprécie aussi la coulée verte, le cadre en général, j’emmène souvent mon chien s’y balader (…). Les points négatifs, oui il y en a ! Le quartier a vraiment besoin d’un supermarché parce que sinon sans voiture, la vie est vite impossible. Et quand on a la voiture, je trouve quand même que le stationnement est problématique. Du coup, on a tendance à rester dans le quartier. »


ACTUALITÉS • COMMUNALES MÉDIATHÈQUE : MIEUX ACCOMPAGNER CEUX QUI CHERCHENT

Un pôle emploi-formation offre aujourd’hui d’utiles passerelles.

Dans un environnement de société où la recherche d’emploi et de qualification par la formation est particulièrement à l’ordre du jour, il est utile de bien repérer les aides existantes dans ce domaine, localement. La médiathèque Stendhal a développé, au premier étage de l’équipement (secteur adultes), quelques rayonnages de documents qui constituent un lieu ressource. Le « pôle emploi-formation », comme on l’appelle ici, est une idée qui a cheminé d’autant mieux qu’elle répond à une démarche partagée par les professionnels du réseau des

bibliothèques de l’agglomération de Cergy-Pontoise. Les échanges entre professionnels permettent de conforter les fonds en bonne complémentarité.

La première marche

Il s’agit ici de répondre à la demande de base, des personnes qui sont en formation avant premier emploi ou en formation continue, qui préparent des concours, ou plus simplement qui recherchent un emploi. La médiathèque propose des documents utiles pour se situer et avancer dans les démarches. On y trouve des livres sur « Comment rédiger un CV, préparer un

SPÉCIAL JEUNES DE 16 À 25 ANS La Coordination Locale pour l’Emploi et la Formation est un fonds de ressources documentaires spécialement conçu pour les jeunes SaintOuennais. De plus il propose un accueil et des conseils personnalisés pour les recherches de formation et d’emploi. C’est donc le lieu prioritaire à consulter pour les 16-25 ans. En savoir plus : Tél. : 01 30 37 67 77

FONDS DVD : BON DÉBUT Le cinéma reste en tête d’affiche.

Sachant qu’il y avait une demande du public pour les documents « images » en complément des livres et CD, la médiathèque a commencé à constituer un fonds de DVD. Des acquisitions réalisées, seulement petit à petit, depuis un an. Vous trouverez des propositions d’emprunt en cheminant dans l’équipement. Plusieurs tables sont occupées par des présentations de récentes acquisitions

au rez-de-chaussée, proches de l’espace consacré à la musique et du coin presse. Aujourd’hui le fonds compte 300 titres en circulation. L’essentiel des propositions est tourné vers des films qui ont marqué l’histoire du cinéma (ancienne ou récente). Des « classiques », des films d’auteurs, des films pour les enfants… Vous trouvez ainsi par exemple « Mon oncle » de Tati, « Les Oiseaux » de Hitchcock, « Charlie et la chocolaterie » de Tim Burton, « Drôle de Drame » de Marcel Carné, « No country for old men » des frères Coen, « Bienvenue chez les Ch’tis » de Dany Boon… Vous trouverez aussi beaucoup de documentaires à l’exemple

entretien de recrutement », des ouvrages sur les préparations de concours, sur les questions d’orientation… Le pôle s’adresse à tout le monde et cherche à être le plus éclectique possible dans ses propositions. Quelques DVD d’« auto- formation » sont aussi proposés (un petit fonds qui démarre tout juste). Le prêt s’opère dans les mêmes conditions que pour des méthodes de langues ou d’apprentissage du français déjà familières aux usagers. Il est aussi question d’apporter quelques pistes allant dans le sens de ceux qui s’interrogent sur comment créer une entreprise. La médiathèque devrait élargir ses propositions dans ce sens. Il est à noter que depuis septembre dernier la fréquentation de l’équipement est fortement en hausse, on s’attend donc en ce début 2009 à une rentrée active de des séries sur « des trains pas comme les autres » pour des voyages autour du monde sur des parcours parfois à couper le souffle, ou encore des documentaires enfants de la collection : « C’est pas sorcier » sur les volcans, les baleines ou les chantiers…. Le fonds s’enrichit peu à peu avec l’intention affichée d’accentuer la spécialisation cinéma et de la croiser avec livres (de cinéma) et musiques (de films)… Le fonds propose aussi des DVD musicaux, comédies musicales, concerts ou opéras filmés… Ici aussi on travaille en complémentarité avec les autres sites de l’Agglomération s’agissant des acquisitions de fonds. Un objectif constant : favoriser la diversification de l’offre à l’échelle des 12 communes. Les bibliothèques

ce point de vue. L’équipe de la médiathèque a aussi pour rôle, au delà de cette aide de premier niveau, d’aiguiller les personnes en recherche vers les sites de l’Agglomération qui disposent des documents les plus appropriés selon les cas. Il s’agit notamment de la bibliothèque d’étude et d’information de Cergy dont la mission principale tourne autour de ces domaines d’activité ou de la CLEF dans le cas des jeunes de la commune.

• Bibliothèque d’études et d’informations, Parvis de la Préfecture, Cergy Tél. 01 34 41 42 56. • LA CLEF, 31 avenue du Général de Gaulle, Tél. 01 30 37 67 77.

de Jouy-le-Moutier, de l’Horloge et de l’Astrolabe à Cergy proposent aussi des DVD et ont déjà des fonds importants accessibles aussi aux Saint-Ouennais. Le prêt des DVD à Saint-Ouen l’Aumône est limité à 1 DVD à la fois, pour une durée d’une semaine, afin de favoriser le partage du fonds entre tous.

• Bibliothèque de Jouy-leMoutier, 96 avenue des Bruzacques à Jouy-le-Moutier, Tél. 01 34 43 38 37 • Bibliothèque de l’Astrolabe, Parvis de la Préfecture à Cergy, Tél. 01 30 17 83 00 • B i b l i o t h è q u e d e l ’ H o rloge, 1 r u e d u C l o î t re à C e rg y - S a i n t - C h r i s t o p h e , Tél. 01 34 33 46 90 À noter que les DVD accessibles dans le réseau sont ceux pour lesquels les droits ont été négociés avec les éditeurs pour un usage de prêt. SOA février 2009

7


• ARRÊT SUR IMAGES 6

1

7

8

2

8 3 4

AU FIL DES JOURS 1

Expo calligraphie à la médiathèque La médiathèque a présenté une merveilleuse exposition autour de Montaigne, qui a donné à tous l’envie d’en savoir plus sur l’art et la manière de tracer de belles lettres… La calligraphie est à l’honneur encore en ce début d’année avec des travaux pratiques pour les amateurs ! Une autre exposition jusqu’au 28 février « écritures croisées » et des ateliers d’initiation adultes et enfants les 7 et 25 février (infos 01 30 37 99 74).

2

Repas de noël dans les écoles C’est une tradition qui demeure, la restauration scolaire a son repas de noël en fin d’année. Une occasion de se rendre compte que les vacances approchent ! Rôti de dinde sauce aux marrons et bûche de Noël étaient au menu cette année…

3

5

à

Spectacle pyrotechnique place Mendès-France La magie de Noël a joué pour rassembler un public attentif au conte proposé par le service d’animation locale le 20 décembre dernier. Père noël, feu d’artifice et friandises ont accompagné le début de soirée, la façade de l’hôtel de ville étant comme un écran géant sur lequel dérouler l’histoire…

6

Marché de Noël école Prévert L’école Prévert a investi à fond l’esprit de Noël en proposant son petit marché à l’occasion des fêtes le vendredi 19 décembre. Sur les étals, on trouvait des objets confectionnés par les enfants, du sachet de bonbons à la bougie décorée… parents et grands-parents n’avaient plus qu’à débourser une modique somme qui sera réutilisée à des fins pédagogiques au sein de l’école.

7

Animation de Noël au marché Le père Noël s’est également invité le 24 décembre sur la place du marché. Dans sa hotte foisonnaient chocolats et bonbons qu’il a joyeusement distribués aux enfants, même lorsqu’ils étaient déjà un peu grands.

8

9

UVOL fait le plein Dès le mois de novembre, le théâtre UVOL a réchauffé nos soirées en proposant un premier spectacle autour de l’érotisme. Amour, plaisir, désir ou encore fantasme ont animé la soirée avec toujours beaucoup de poésie et d’humour… une marque de fabrique pour le théâtre. En décembre, UVOL a fait renaitre nos cœurs d’enfants en jouant son spectacle « le cabaret des fables ». L’aigle et le hibou ou bien encore Le corbeau et le renard auront bien, une fois de plus mérité leurs noms d’oiseaux !

5 SOA FÉVRIER 2009


ARRÊT SUR IMAGES • 11

12

13

10

14

9

9

15

AU FIL DES JOURS 10

Noël à Liesse Dans le quartier de Liesse, les festivités de Noël ont été concoctées par l’association « Autour de Liesse ». Le 13 décembre dernier, une trentaine d’enfants se sont initiés au ‘windows color’, ont confectionné cartes de vœux et autres décorations de Noël pour le sapin… Installé dans les locaux de l’école, le petit groupe s’est retrouvé 16 autour d’un convivial goûter.

11

à

15

Neige/verglas Montagne sur Oise Le froid a sévi en début d’année : neige, verglas, températures sibériennes, janvier a coïncidé avec des interventions importantes des services techniques pour permettre d’assurer la sécurité des voies de circulation. Les 2 saleuses ont tourné à plein à l’exemple des 200 tonnes de sel déversées la première semaine de grands froids (du 5 au 10 janvier). Pour d’autres, « Montagne sur Oise » (clin d’œil au nom de la commune sous la Révolution…) était plutôt signe de boules et bonhommes de neige.

16

16

Cougars : on prépare la victoire La saison des Cougars démarre tout juste après des mois d’entraînements pour les seniors. Saluons cette année l’arrivée de deux américains : Matt Polhemus et Matt Rhodes qui ont tous deux un palmarès impressionnant. N’oublions pas que ces deux là sont nés au pays du foot US ! L’équipe a pu se rendre ensuite à un week-end de cohésion avant de se jeter dans la compétition : rencontre avec les Molosses d’Asnières le 8 février, les Templiers d’Elancourt le 22 février… et peut-être un nouveau titre de champion de France d’ici la fin de la saison !

17

17

Une nouvelle adhérente au club très fermé des centenaires Le dimanche 18 janvier dernier, Paulette Billand a eu la joie de souffler ses 100 bougies. Paulette est très entourée par sa belle-fille, ses deux petits enfants, ses quatre arrière petits enfants, ainsi que son aide-ménagère qu’elle voit chaque matin. Paulette s’est installée il y a 72 ans sur la commune où elle a vécu à plusieurs adresses. Elle était couturière et comme elle aime le dire : « j’habillais les rois et les reines »… A l’occasion de cet anniversaire peu commun, Nicole Champion, adjointe au maire déléguée aux actions d’animations en direction des retraités, s’est rendue au domicile de Paulette pour lui remettre au nom de la municipalité un bouquet de fleurs et des vœux chaleureux de bonheur. Paulette étant dans une forme épatante, rendez-vous a été pris pour dans dix ans !

SOA février 2009


•DOSSIER

CHENNEVIÈRES CHENNEVIERES LA RÉHABILITATION REHABILITATION O 10 ans déjà que les travaux ont été engagés : 817 logements sont aujourd’hui réhabilités. L’image du quartier a bien changé… Tout a commencé avec la démolition du bâtiment 11 et la réhabilitation des 239 logements de la résidence du Dauphiné dont 20 logements aménagés pour l’accueil de handicapés gérés par l’APAJH. La rue des Sophoras était alors ouverte, première des nouvelles voies devant être créées. Aujourd’hui, cette résidence va connaître un complément de travaux dont une réunion publique récente a fait état (voir encadré).

Les grands jeux anciennement situés avenue de Chennevières y ont été réinstallés. Au cœur du quartier la moitié de l’espace libéré par les tours 1 et 2 a été aménagé, planté, un belvédère surplombant le parc étant construit à hauteur de l’ancienne école Pasteur. De ce site, la vue s’étend vers la vallée de l’Oise, au loin. La dernière étape de l’aménagement de ce parc, après la disparition des deux derniers bâtiments (19 et 20), s’engagera avec la création de jardins clos à thème et l’installation d’une nouvelle aire de jeux.

LE TEMPS UN FACTEUR NÉCESSAIRE

10

A ce jour, la totalité des logements conservés sur le site de Chennevières est réhabilitée résidence du Dauphiné (239 logements), résidence PicardieTouraine (259 logements) et résidence Aquitaine (319 logements). 817 logements au total ont connu des travaux de rénovation. Par ailleurs, quatre bâtiments ont disparu aujourd’hui (le 11, le 21, le 2 et le 1) où l’on comptait 378 logements. Courant 2009 à la fin du premier trimestre, démarrera le chantier de démolition des deux derniers bâtiments (19 et 20) appelés à disparaître. Ce chantier va durer environ 6 mois. Les démolitions ont été rendues possibles par le relogement de l’ensemble des locataires concernés, au fil des mois, la majorité à leur demande sur le quartier. Certains sont partis vers d’autres programmes d’habitat social dans la commune ou d’autres communes de l’agglomération. Ce travail de relogement qui s’est étalé sur plus de 10 ans a été possible grâce à un bon partenariat entre le service du Logement de la mairie et le bailleur (OPIEVOY) ainsi Programme de la Foncière Logement (livraison fin 2010).

SOA février 2009

Résidence Picardie-Touraine.

qu’avec le concours des services de la Préfecture. Ces opérations ont contribué à limiter la densité du quartier et à favoriser, pour l’avenir, la mixité sociale, plusieurs programmes de logements neufs y étant engagés.

ESPACES PUBLICS ET VOIRIE, QUE DE CHANGEMENTS !

Des opérations d’aménagement des espaces extérieurs, la création de nouvelles voiries ont également été menées pendant ces 10 années. Trois nouvelles rues sont nées permettant une meilleure desserte des logements : rue des Sophoras, rue de Flandre, rue du Séquoïa. A court terme, après la démolition des bâtiments 19 et 20, une dernière voie sera créée qui reliera la rue du Chemin Vert à la rue de Flandre, bordant au Nord le tout nouveau Parc urbain. Ce parc d’environ 1,5 hectare au total a été pour partie aménagé en 2008. On y a réalisé des terrasses engazonnées en contre bas du centre commercial du Saut du Loup.

Réalisation ARCADE (en cours).

NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS

Pendant ces dix années, l’accent a aussi été mis sur le développement économique et commercial du quartier. Rappelons la livraison en novembre 2003 du nouveau centre commercial du Saut du Loup qui regroupe 7 cellules commerciales et un bureau de poste. Sa vitalité est aujourd’hui reconnue. En 2005 une cité artisanale a été livrée qui regroupe 10 cellules, une réalisation sous maîtrise d’ouvrage et gestion commerciale de la Communauté d’Agglomération. A côté du Parc Urbain, un terrain de sport en synthétique a été réalisé en 2005 pour les jeunes du quartier. Il est aujourd’hui très fréquenté et bien respecté preuve s’il en faut de la pertinence de ce choix. L’ancien centre commercial a été démoli, ce qui a entraîné le relogement au centre ville (av. de Verdun) de l’agence de l’OPIEVOY sur un site restauré. Aujourd’hui une grande partie des parkings de proximité en périphérie des résidences a été réaménagée ce qui favorise la sécurité et le confort du stationnement des riverains. Ceci


DOSSIER•

OÙ EN EST-ON ? RÉSIDENCE DU DAUPHINÉ : Présentation publique du projet aux locataires le 18 décembre dernier L’OPIEVOY a présenté, lors d’une réunion publique, le nouveau projet de résidentialisation de la résidence du Dauphiné. Il s’agit, à l’instar des résidences les plus récemment réhabilitées, de compléter les réalisations de la première tranche par des travaux permettant de bien séparer domaine public et privé. L’architecte a présenté les principes retenus qui visent à créer des espaces protégés par des grilles en pied d’immeubles, et marquer de façon bien lisible les accès des bâtiments (placette, massifs fleuris) et aménagements diversifiés par des plantations (la partie végétale, se substituant à la notion de murets). Les travaux seraient envisagés à partir du second semestre 2009 et pour une durée de 7 mois environ (sous réserve des résultats des Accès bâtiments 13,14, 15 avenue de Chennevières. appels d’offres). Architecte : M. Choay.

alors même que la densité est moins forte. La création de nouvelles voiries a été accompagnée par la réalisation d’une centaine de places supplémentaires de stationnement de proximité, répondant ainsi à une forte demande des habitants.

ET L’AVENIR ?

Toutes ces réalisations ne marquent pas encore la fin du changement du quartier. A présent, un premier programme (livraison fin 2009) de logements en accession (35 logements, 18 maisons de ville et 17 appartements) est en cours de construction le long de l’avenue de Chennevières à proximité de la résidence Ile-de-France (Réalisation ARCADE). Un autre chantier se profile avec la construction par la Foncière Logement d’un programme de 35 logements, en locatif libre, entre la maison de quartier et la future crèche Pasteur. Ce programme constitué de 10 maisons de ville et 25 logements en petit collectif devrait être livré au 2e semestre 2010. Deux autres programmes sont encore à l’étude concernant, l’un la Pour plus d’informations sur le projet de réhabilitation du quartier vous pouvez contacter, M. Rice, directeur de projet au 01 34 21 25 14.

réalisation de 50 logements en collectif en accession sociale à implanter sur l’emprise des bâtiments 19 et 20 démolis prochainement, et l’autre la construction de 30 à 40 logements, en accession privée, à implanter sur l’emprise de la cour et du plateau sportif de l’ancienne école maternelle Pasteur.

CRÈCHE ET MAISON DE L’ÉDUCATION

L’ancienne école Pasteur est en travaux. Deux gros chantiers y sont menés de front, s’agissant de la reconversion du bâtiment. Les travaux concernant une nouvelle

Monsieur Choay, architecte, présente le projet aux habitants de la résidence du Dauphiné.

crèche de 50 berceaux ont débuté en 2008. En septembre 2009, les locaux devraient être livrés. La crèche se situera au rez-de-chaussée du bâtiment. Une maison de l’Education et de la Formation accueillant le Centre Départemental de Documentation Pédagogique et une antenne de Formation continue de l’Education Nationale se réalise dans le reste du bâtiment. A noter aussi, la réhabilitation et la sécurisation fin 2009 par l’OPIEVOY, d’anciens parkings souterrains dont l’accès se situe rue d’Aquitaine (P1 P2). Le parking situé face à la future Maison de l’Education et de la Formation sera aussi réhabilité. ●

Nouvelle crêche et future Maison de l'Éducation (chantier en cours). SOA février 2009

11


• ÉVÈNEMENT CITÉ ARTISANALE : DE NOUVEAUX ARRIVANTS…

Le succès de la cité artisanale de Chennevières ne se dément pas. Deux nouvelles entreprises se sont installées et espèrent développer leurs activités.

Les premières entreprises s’y sont installées au premier trimestre de l’année 2006. A la suite d’une étude des étudiants de l’ESSEC révélant un manque de petits locaux artisanaux sur l’agglomération de Cergy-Pontoise, en collaboration avec la commune, et dans un but de redynamisation économique du quartier de

Chennevières, la Communauté d’Agglomération a fait sortir de terre 10 cellules de 90 à 100 m 2 chacune. La vocation du site est pleinement réalisée : donner un sérieux coup de pouce aux jeunes pousses ! Située en zone de redynamisation urbaine (ZRU), la cité artisanale, gérée par l’Agglomération, est avant

tout destinée aux créations d’entreprises et aux structures voulant favoriser l’emploi du quartier. Les jeunes entreprises installées bénéficient d’exonérations de charges fiscales et sociales les premières années. Bien souvent, au bout de quelques mois d’activités, pour des services en plein essor, les locaux peuvent déjà se

montrer exigus, ce qui permet d'arranger une rotation des entreprises et d’offrir une chance à de nouveaux arrivants, sélectionnés avec soin par un comité regroupant les partenaires du projet (Chambre des métiers, centre du commerce, Conseil Régional, Départemental, Agglomération et Ville de SaintOuen l’Aumône).

Les nouveaux arrivants

L’ATELIER MANO La petite entreprise est spécialisée dans le façonnage (coupe, pliage, perforation, collage, reliure en fin d’impressions) et s’adresse principalement aux imprimeries, aux façonniers et aux agences de communication. Pour Serge Hendrycks, le patron, « l’activité démarre bien. J’ai déjà une vingtaine de clients que je préfère satisfaire et fidéliser, plutôt que d’en conquérir trop et de faire des déçus. » L’entrepre-

neur connait très bien son métier, ayant toujours travaillé dans le domaine de l’imprimerie. Il avoue avoir été soutenu par la Communauté d’Agglomération et la Chambre des Métiers dans le montage de son projet. L’entreprise compte actuellement 3 salariés, mais emploie également une dizaine de personnes qui travaillent à domicile et qui sont rémunérées à la tâche (l’entreprise est toujours à la recherche de personnes voulant se faire

un complément de revenus à domicile). Il faut dire que Serge Hendrycks met un point d’honneur à placer l’humain au cœur de sa structure : « je souhaite rester une petite structure. J’ai un grand plaisir à remettre à mon personnel son salaire. J’ai vraiment l’impression de réussir quelque chose tous les mois ! Et puis même si je connais parfois de grands moments de solitude, c’est palpitant de travailler pour soi ! ».

12 ATELIER MANO

Serge Hendrycks 16 avenue de Chennevières Tel : 01 30 37 01 18

JEAN-BAPTISTE DA SILVA TEXEIRA MENUISERIE Après 30 ans de métier, cet Auversois a choisi d’installer son atelier de menuiserie à Saint-Ouen l’Aumône. « C’est un métier qui se perd un petit peu mais les gens auront toujours besoin parfois de faire du sur-mesure. » C’est le créneau que vise l’artisan : fabriquer des meubles, des « caches »

Actuellement, 8 entreprises sont installées sur le site (certaines occupent deux cellules artisanales) : Agapa Weg Electricité (installations électriques), Atelier Mano (façonnage), DIS auto (exploitation et gestion de distributeurs automatiques), Gir Manutique (ingénierie, études techniques et industrielles), Seitac (fabrication et installation de portes automatiques), Simart Protection Signalisation (alarmes), Timp Plus (imprimeur) et Jean-Baptiste Da Silva Texeira (menuiserie).

de compteurs d’eau ou d’électricité, aménager des placards ou les fabriquer sur mesure, poser des meubles de cuisines… En somme, conquérir une clientèle qui ne se satisfait pas de la standardisation des grandes enseignes. Jean-Baptiste sait qu’il lance son entreprise à un moment délicat dans le secteur du bâtiment mais compte bien sur le bouche à oreille. La location de

ces nouveaux locaux représente une opportunité unique pour développer son entreprise et faire travailler le jeune entrepreneur et son apprenti.

JEAN-BAPTISTE DA SILVA TEXEIRA

Pose de Menuiserie : agencements, décoration, menuiserie sur mesure, pose de cuisine et placards sur mesure 16 avenue de Chennevières Tel : 06 14 25 35 25

• JEU DU PATRIMOINE Dans quelle rue sommes-nous ? 1. Rue Voltaire – 2. Rue Camille Corot 3. Rue Alfred Hitchcock – 4. Rue du Séquoia 5. Rue Colette– 6. Rue Diderot 7. Rue de Paris – 8. Rue Louis Armand SOA février 2009

1

4

5

2

6

3

7

8


ZOOM • LA FAMILLE HUSTACHE TOUT DROIT VERS LE GRAND CHELEM De gauche à droite : Hugo, Manon et Lucas, tous trois champions de tennis

A 11 ans, Manon n’en est pas à son premier tournoi, elle a déjà disputé la finale des championnats du Val d’Oise et remporté de nombreuses compétitions. Sur le court, Manon dicte sa loi et ce n’est pas près de s’arrêter. « Moi je joue pour gagner » déclare l’adolescente. Elle sait de quoi elle parle car peu d’adversaires sont à son niveau. « Sur le court, je n’ai pas peur, même si mon adversaire est plus grande que moi, ça ne veut pas dire qu’elle ne fait pas d’erreurs. » Classée 15/2, Manon a beaucoup progressé depuis son arrivée au club saint-ouennais il y a un an. Elle a gagné trois classements et ne compte pas en rester là ! Dans son entourage, on se laisse aller à évoquer le trophée Perrier ou le Roland-Garros Junior. Michel Razafimbelo, président du club, confirme : « Manon est une excellente tacticienne. Sur le court, contrairement aux autres filles de son

Entraînement au tennis couvert du Parc des Sports.

Cette famille a la particularité d’avoir quatre enfants faisant du tennis, dont trois champions déjà détectés par la ligue départementale.

Lors du « Trophée des Champions organisé par la municipalité » fin 2008, Manon (au centre de la photo) avait déjà reçu des distinctions.

âge, Manon ose tenter des coups, elle a un vrai jeu d’attaque. Je crois que si elle arrive à canaliser son énergie, ce sera vraiment une grande championne. » Aujourd’hui déscolarisée, Manon s’entraîne quatre fois par semaine au club en cours collectif, sans compter les heures d’entraînements à la ligue. Plusieurs entraîneurs travaillent avec elle, mais la priorité reste les études, même par correspondance. La maman confirme « Manon, actuellement en sixième, a un excellent niveau. Elle sait que c’est la condition pour pouvoir poursuivre sa voie dans le tennis. »

tennis. « Lorsqu’Hugo a commencé à en faire, il fallait toujours le changer de niveau car il s’adaptait très facilement et s’ennuyait » déclare la maman, et le président du club d’ajouter : « Hugo est très précoce à son âge, il a besoin de canaliser son énergie mais on sent chez lui une rage pour gagner. » Si la technique est là, reste encore à travailler le mental car comme sa sœur, Hugo a beau s’amuser comme un petit fou, qu’on ne s’y trompe pas, un match est ce qu’il y a de plus sérieux et hors de question d’en sortir perdant.

Derrière Manon, deux petits frères…

Si le parcours tennistique de la famille Hustache peut paraître extraordinaire, le petit dernier de la famille fait grand honneur à la fratrie. A 5 ans, Lucas est également très en avance. Comme s’en souvient Michel Razafimbelo : « la première fois que nous l’avons vu jouer

Si Manon n’a pas à proprement parler de sérieuse concurrente, elle peut déjà se soucier de la relève et celle-ci reste dans le giron familial à travers Hugo (7 ans) et Lucas (5 ans). Hugo aussi a été détecté par les plus hautes instances du

• DÉTENTE

Champion à 5 ans

au club, nous sommes tous restés bouche bée. Nous n’avions jamais vu ça ! Du haut de ses 5 ans, il renvoyait toutes les balles en prenant instinctivement des positions parfaites, c’était incroyable ! » Le petit garçon est un vrai passionné et lorsqu’on l’interroge sur le plaisir qu’il prend à jouer, il répond, un sourire malicieux esquissé au coin des lèvres : « Ce qui m’amuse, c’est de faire courir les autres. » Comme quoi, ils ont beau être champions, le bonheur réside avant tout dans le jeu et la maman se dit, elle, rassurée « d’avoir trouvé un club qui a de bons formateurs et de bons élèves. La difficulté est de trouver une structure qui fait la part des choses entre le tennis loisir et le tennis compétition. » Quant aux enfants, ils sont déjà à taper dans la balle sur le court, mais attention, le président du club prévient : « Surveillez leur progression et vous verrez que d’ici quelques années, vous allez entendre parler de ce nom ! »

CONTACT AVEC LE CLUB

Ecole de tennis à partir de 4 ans. Rendez-vous au club-house le mercredi après-midi de 14 heures à 17 heures et le week-end de 10 heures à 12 heures. Contact au 01 30 37 10 72 et informations sur www.club.fft.fr/assotennis

Mots croisés

SOLUTIONS du numéro de janvier HORIZONTALEMENT : I- MADEMOISELLE -II- OGIVE - MARIES -III- RIVE - AILES -IV- TOILETTE - TUE -V- OTASSES -VI- RA - UNIT - USAS -VII- ASCENSEUR - GA (gaga) -VIII- AL - EUS - EES -IX- CIVES - RANCES -X- API - AS - GEH -XI- ISARD - RETOUR -XII- SORCIERE - SUA - . VERTICALEMENT : A- MORT FRANCAIS -B- AGIO - AS - IPSO -C- DIVIN - CAVIAR -D- EVEL (lève) - UELE - RC -E- ME - E.O.N.N. - SADI -F- ATTISE -G- IMITATEUR - RR -H- SALES - USAGEE -I- ERE - SUR - NET -J- LISTES - ECHOS -K- LE - USAGEE - UU -L- ESSE - SASSERA SOA février 2009

13


•TRIBUNE DE L’OPPOSITION

Notre groupe a unanimement voté contre le budget communal 2009 et le Maire nous a défiés d’en donner publiquement les raisons. N’ayant pas peur de nos convictions, nous lui ferons donc ce plaisir. La majorité municipale a toujours

mis en avant le fait que les impôts locaux n’avaient pas été augmentés depuis 20 ans. Personne ne s’en plaignait. Mais était-ce bien signe d’une bonne gestion prévoyante? Qui peut dire qu’il fait en 2008 la même chose qu’en 1988 avec

la même somme ? A défaut d’augmentation des impôts, la municipalité a pu jouer jusqu’à présent sur l’augmentation du nombre de contribuables et surtout, par le biais de la construction de logements sociaux, sur la perception de dotations de solidarité dépendant notamment du revenu moyen par habitant. L’augmentation des prix de l’immobilier a mis à mal ce petit calcul et a inexorablement changé la structure de la population. Nous avons donc perdu la dotation Ile-de-France pour 700 000 euros. La perte d’autres dotations nous entraîne un déficit d’environ 1000000 d’euros pour 2009 que la mairie va donc compenser par une augmentation globale de 10% de la fiscalité locale. Si nous ne

Mise au point du maire...

ge supplémentaire aux contribuables plus tôt, alors que nous avions des recettes suffisantes. 2 – Il est sous-entendu que ce serait une duperie d’expliquer les baisses de recettes communales par la faute du gouvernement ; nous devons donc comprendre que pour Mme Pélissier l’accroissement du déficit national et la baisse de pouvoir d’achat des dotations aux communes, alors

qu’avant 2002 on constatait le mouvement inverse, sont un brevet de succès pour l’action des gouvernements de droite depuis 6 ans et demi. 3 – Il est prétendu que l’intéressée et ses collègues de groupe auraient été « invectivés » lors du débat budgétaire. Ceci est contraire à la vérité, comme peuvent le confirmer tous ceux qui assistaient à cette séance et

En vertu de l’article 39 du règlement intérieur du conseil municipal, il est instauré une tribune d’expression des élus issus des listes n’ayant pas obtenu la majorité aux élections municipales de mars 2008. La responsabilité juridique et éditoriale du texte revient au seul groupe signataire.

Groupe d’opposition municipal LISTE ENSEMBLE, RÉUSSIR NOTRE VILLE

Le texte de Mme Pélissier demande trois mises au point très simples. 1 – Il est ainsi confirmé que l’opposition de droite au Conseil Municipal n’a aucune contreproposition à notre politique financière, et que le seul motif de son vote négatif sur le relèvement de fiscalité locale est que nous aurions dû demander cette char-

14

voulons pas diminuer les services rendus aux habitants, nous n’avons malheureusement pas d’autres choix. Nous avons cependant voté contre car : d’une part cela intervient brutalement l’année d’une crise qui touche tous les foyers alors que cela aurait pu être fait graduellement sur plusieurs années, d’autre part certains investissements présentés ne nous paraissent pas prioritaires (intérieur du château d’Epluches, prolongement de la coulée verte). La majorité nous a invectivés en prétendant que nous étions contre les investissements et que c’était la faute du gouvernement. Personne ne sera dupe.

L’Equipe d’opposition Tél. 06.05.28.28.28. Mail vepelissier@wanadoo.fr

l’enregistrement sonore. Il n’est pas acceptable que Mme Pélissier porte ainsi une accusation, totalement fausse, de manque de correction à l’encontre des élus de la majorité municipale. L’opposition de droite, qui a le droit de nous critiquer avec les arguments qu’elle choisit, doit avoir la tolérance élémentaire d’accepter d’être contredite dans un débat démocratique.

• ARCHIVES LES RECENSEMENTS DE POPULATION : UNE HISTOIRE VIEILLE DE PLUS DE 200 ANS Visant à mieux connaître la population française, les recensements de population fournissent des informations sur le nombre d’habitants et sur leurs caractéristiques (âge, profession, lieu de résidence…). Ils permettent aussi de mesurer les évolutions démographiques. Ce sont en quelque sorte des photographies d’une ville et d’un pays à un moment précis.

A l’origine, ce besoin d’information sur la population répondait principalement à un objectif fiscal. Avant la Révolution, des évaluations étaient déjà réalisées à partir de foyers familiaux (les feux) ou des paroisses. Un décret des 19/22 juillet 1791 oblige les municipalités à tenir un registre des habitants et à le remettre à jour chaque année. Le premier grand recensement est lancé en 1801 dans les 98 départements de l’époque, le suivant en 1816/1817. Depuis 1831, les recensements sont quinquennaux, exception faite de celui de 1871 repoussé en 1872 à cause de la guerre. De même, les recensements de 1916 et 1941 n’ont pas eu lieu. Toutefois, depuis 1946, cette enquête n’est plus régulière et il n’y a eu que six recensements : 1954, 1968, 1975, 1982, 1990 et 1999. C’est en vertu d’une loi de 1951 que le recensement est obligatoire. Le Service des archives de Saint-Ouen l’Aumône possède quant à lui plusieurs registres de recensement de population couvrant la période 1808 à 1975. SOA février 2009

Les informations fournies dans ces registres s’avèrent précieuses notamment pour les généalogistes. On peut suivre l’évolution d’une famille, parfois sur plusieurs générations ou déterminer la composition de chaque ménage sur une longue période avec précision. Enfin, ce sont aussi de précieux compléments de l’Etat Civil en cas de lacunes d’autant plus que le lieu et l’année de naissance des recensés sont indiqués en 1872, 1876 et à partir de 1906. Depuis janvier 2004, le recensement de la population française est annuel. Le dernier recensement général a eu lieu en 1999. Les communes de plus de 10 000 habitants, comme Saint-Ouen l’Aumône, réalisent tous les ans une enquête par sondage auprès d’un échantillon de leur population (environ 8 %). En 2009, on dénombre 22 977 Saint-Ouennais. Ces résultats permettront aux pouvoirs publics d’adapter les équipements collectifs aux nouveaux besoins de la société (crèches, hôpitaux, écoles, équipements sportifs…) ou encore aux professionnels des logements de connaître l’état de la question et d’envisager les évolutions nécessaires.

09

20


PASSÉ •

CHRONIQUE HISTORIQUE par SERGE LESMANNE

LES HABITANTS DU BOUT DU PONT… « Les habitants du bout du pont qui sont de la paroisse de SaintOuen.» C’est ainsi que, sous l’Ancien Régime, les maire et échevins de Pontoise désignent les SaintOuennais qui résident à la porte du pont sur la rive gauche de l’Oise. Ce quartier de Saint-Ouen l’Aumône apparaît alors comme une extension du pont qui lui-même supporte deux moulins, des habitations et des boutiques (notamment des boucheries, on en compte 6 en 1585). Un peu plus loin, à flanc de coteau, le long de la route de Paris s’est développé le faubourg de l’Aumône. En 1707, la ville de Pontoise obtient du roi l’instauration d’un tarif (un octroi) qui va frapper de droits les marchandises et denrées qui entrent dans la ville (1). Dès lors, Pontoise est exonérée de taille, ce sont les recettes du tarif qui devraient permettre de payer l’imposition royale et de faire face aux multiples besoins : entretien du pavé, des murailles, des fontaines, le logement et subsistance des troupes en garnison. Au bout du pont, sur la paroisse de SaintOuen, il n’y a pas de tarif. Une activité commerciale sans taxes, va s’y développer, les Pontoisiens viennent boire dans les cabarets; introduites frauduleusement dans

la ville en petites quantités, des marchandises échappent au tarif. Des commerçants pontoisiens vendent à partir de dépôts installés au bout du pont. Les officiers municipaux se plaignent de cette concurrence. Les espoirs des Pontoisiens sont déçus, le produit du tarif est insuffisant pour payer la taille de la ville, aussi, en 1716, ils sollicitent à nouveau le roi pour l’établissement d’un tarif plus élevé et pour mettre fin à la fraude qui a lieu à la porte du pont. Ils obtiennent que les habitants du bout du pont soient eux aussi soumis au tarif : «Ordonne sa Majesté qu’à compter du premier octobre prochain les Habitans du bout du Pont de la paroisse de Saint Oüen, seront et demeureront sujets au payement des droits dudit nouveau Tarif de Pontoise, et quatre sols pour livre d’augmentation; au moyen de quoy ils cesseront d’être imposez, à commencer du premier octobre prochain dans les Rolles des Tailles de ladite Paroisse de Saint Oüen, à la charge néanmoins par l’Adjudicataire (2) de payer annuellement en leur acquit au Receveur des Tailles de Pontoise le montant de la Taille et crües y jointes sur le pied que lesdits Habitans ont esté compris dans le Rolle de ladite Paroisse. » Il est désormais

•CADRE DE VIE

ORDURES MÉNAGÈRES : RESPECTEZ BIEN LES CONSIGNES

La propreté des rues de la ville dépend du comportement de chaque habitant. La collecte des ordures ménagères ne doit pas générer de désordre dans les rues si chacun s’applique bien à respecter les règles en usage. Le bon jour veille du jour de passage

La ville est divisée en deux grands secteurs : Nord et Sud. Chaque secteur a ses jours de collecte pour les ordures ménagères. Au Nord, c’est le mercredi et le samedi ; au Sud, c’est le lundi et le jeudi que sont ramassées les poubelles. Dans les deux secteurs, la collecte des déchets recyclables (déchets verts, fermentescibles, emballages) a lieu le mardi. Pour se situer s’agissant de la zone dont vous dépendez procurez- vous des documents en mairie, ou appelez le 01 34 21 25 00.

Et la bonne heure…

Les ordures doivent être présentées à la collecte la

après 20 heures ou le matin même avant 6 heures. Pour la collecte en porte à porte chez les particuliers, les ordures sont présentées dans des sacs (correctement fermés pour éviter tout risque d’épandage) ou des containers (pour ceux qui en possèdent) disposés sur le trottoir

interdit aux marchands domiciliés dans la ville et les faubourgs de Pontoise d’ouvrir des magasins hors de la ville dans l’étendue d’une lieue à la ronde. En 1786, la ville paie un neuvième de la taille de Saint-Ouen l’Aumône. Le tarif disparaît à la Révolution : l’Assemblée Nationale Constituante vote la suppression des droits d’entrée à partir du 1er mai 1791. Cette suppression va engendrer un manque de ressources pour de nombreuses villes. L’octroi de Pontoise est rétabli en 1803, il est étendu à tout Saint-Ouen l’Aumône de 1804 à 1806 malgré les protestations de la municipalité. Au XVIIIe siècle, les bureaux de l’octroi sont installés à la porte du pont dans les tours du châtelet. En 1781, Melon Montier, marchand cordier demeurant au bout du pont, loue aux administrateurs du tarif, pour 90 livres par an, les tours de la porte du pont qui servent de bureaux.

(1) Les taxes portent sur les boissons, la boucherie, les bois à brûler, les matériaux de construction, les fers et aciers, la tonnellerie, les poteries, la tannerie, «la courroirie», la verrerie et faïence, la dinanderie, les lainages, les épiceries et salines, la draperie et mercerie, les toiles,

Le châtelet à la porte du pont (côté Saint-Ouen l’Aumône) au XVIe siècle. (Société historique de Pontoise).

l’argenterie, l’étain, le plomb. Il est précisé qu’aucun droit ne sera tiré des grains, foins, fruits, herbes, poissons frais de mer et d’eau douce, volaille, agneaux, cochons de lait, œufs, beurre, sucre, vieille vaisselle d’argent, vieille vaisselle d’étain, échalas, ni sur les marchandises qui viendront pour la foire la veille et le jour de la Saint Martin d’hiver, ni sur les toiles que les gens de la campagne apportent pour teindre. (2) Le tarif de l’octroi était affermé. Son adjudication avait lieu à Paris au bureau de l’intendant de la généralité. Charles Le Bosseur de la Bauve, seigneur d’Epluches, participe en 1716 à une société pour l’adjudication du tarif pour une durée de vingt ans. Il est intéressé pour moitié dans cette opération.

À NOTER La prochaine distribution annuelle de sacs poubelles (secteur pavillonnaire) aura lieu le samedi 14 mars, de 9 heures à 12 heures. Prenez date!

ATTENTION En ce qui concerne des dépôts d’ordures sauvages dans un lieu public ou privé non autorisé, les infractions sont poursuivies dans les conditions prévues au code Pénal. Les infractions sur voirie dans les quartiers, peuvent notamment faire l’objet d’une contravention établie par la police municipale.

sans gêner la circulation. La propreté des trottoirs relève de la responsabilité des riverains (nettoyage à effectuer en cas de désordres constatés). Notez que le poids des sacs ne doit pas dépasser 20 kg. Pour les personnes qui demeurent en collectif et pour les commerces, les ordures sont déposées sur des aires de regroupement spécifiques. Ceci est également le cas pour certains secteurs pavillonnaires où la benne

à ordures ne peut accéder à toutes les maisons. Pour les collectifs les containers doivent être retirés par les gestionnaires au plus tard une heure après le passage de la benne.

SOA février 2009

15


• RENCONTRE ASSOCIATIVE Deux ou trois questions à : DANIEL ARGUEDAS PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION LOCALE UFC QUE CHOISIR

16

De gauche à droite : Alain Pennecé (vice-président) et Daniel Arguedas (président).

Qu’est-ce qu’ « UFC que Choisir » au niveau local ?

Nous sommes l’une des 169 associations loi 1901 qui faisons l’UFC Que Choisir. Bien souvent, lorsqu’on évoque notre association, on pense au magazine national. Figurez-vous que sur le Val d’Oise, il existe 4 associations locales, dont la nôtre basée à Cergy-Pontoise. Nous regroupons 300 adhérents sur une centaine de communes. Notre but est bien entendu de défendre les consommateurs et nous disposons de divers outils pour le faire.

•AGENDA DES ANCIENS

Mardi 10 février Foyer du centre à 14h15 Jeux Après midi ludothèque (autour de jeux variés) Entrée libre

SOA février 2009

Une association locale agit comment?

Nous assurons déjà des permanences pour les par-

ticuliers membres de l’association et nous essayons de bien les informer sur les textes juridiques. En 2007 pour exemple, nous avons assuré 53 permanences et traité 383 dossiers. Parfois, il suffit juste de quelques négociations avec une entreprise ; notre but est toujours de trouver un terrain d’entente. Parfois, on n’y arrive pas et on doit faire appel aux tribunaux, l’association départementale est habilitée à ester en justice. Nous siégeons également à des commissions publiques, par exemple à Saint-Ouen l’Aumône à celles sur la gestion du golf public ou du crématorium, ou bien au niveau de l’Agglomération au chauffage urbain ou à la gestion de l’eau… Nous rédigeons également un magazine trimestriel au niveau départemental, nous menons régulièrement des enquêtes (relevé de prix, tests…). Chez nous, il n’y a pas besoin nécessairement d’avoir des connaissances juridiques sur la consommation, tous les bénévoles sont les bienvenus et lorsqu’ils sont fidèles, nous mettons des programmes de formation à leur disposition.

Y’a-t-il des règles pour bien consommer ?

Les adhérents de la section locale reçoivent un magazine trimestriel.

Mercredi 11 février Sortie Visite guidée de l’espace Pierre Cardin Départ du foyer du centre à 13 heures Participation aux frais 21,15 € Transport en car Inscriptions en mairie, les mercredis et samedis matins

Il y a toujours certaines pratiques, voire certaines arnaques devenues intolérables à dénoncer. Pendant longtemps, il y avait des secteurs propices comme internet, la téléphonie mobile, les assurances, les Jeudi 12 février Ciné foyer au foyer du centre à 14h15 «Je déteste les enfants des autres» Comédie Entrée libre réservée aux Saint-Ouennais Mardi 10 mars Jeux au foyer du centre à 14h Après midi ludothèque Entrée libre

UFC Que choisir était présente au forum des associations de Cergy.

garagistes… Il faut déjà se souvenir de règles simples comme ne jamais rien signer avant d’avoir lu l’intégralité d’un document, toujours trouver suspect le fait qu’on veuille vous presser à le faire, exiger un devis sitôt que le montant dépasse 80 €… Il y a aussi des règles simples à suivre pour les achats en ligne sur internet comme privilégier les sites connus et ceux qui affichent un contact avec un numéro de téléphone sur le territoire national. N’oublions pas, tout de même, que s’il faut être vigilant face aux arnaques, les problèmes de consommation sont souvent issus d’une simple incompréhension entre l’acheteur et le vendeur et que rétablir le dialogue résout souvent le problème de départ.

Pour rencontrer l’association, rendez-vous au Centre socioculturel des Louvrais (2 place de la Fraternité à Pontoise). Permanences les jeudis de 14 h à 16h30 et les samedis de 10 h à 12 h (sauf vacances scolaires). Rendez-vous uniquement pour les membres à jour de cotisation (26 € annuels) Contact au 01 30 32 12 12

Jeudi 12 mars Ciné foyer Au foyer du centre à 14h15 «Jackpot» Entrée libre Réservée aux Saint-Ouennais Mardi 17 mars Conférence Succession et héritage, quoi de neuf? Informations (heure et lieu) en mairie Tél. 01 34 21 25 00 Poste 2622


• ASSOCIATIONS Andrée Salgues à votre écoute Conseiller général du canton de Saint-Ouen l’Aumône – Méry-sur-Oise, Andrée Salgues tient des permanences s’adressant aux habitants des deux communes. Prochaines dates, le samedi 7 mars 2009 de 9 heures à 11h30 en mairie de Saint-Ouen l’Aumône et le samedi 14 mars 2009 de 9h à 11h30 en mairie de Méry-sur-Oise. Pour limiter l’attente, il est nécessaire de prendre rendez-vous en téléphonant au 01 34 21 25 63. Des permanences métiers sont tenues en mairie par un représentant de la Défense, un mercredi par mois de 14 heures à 16h30 pour informer les jeunes sur les métiers proposés par les différentes armées. Ces permanences permettront aussi de recueillir des informations sur les journées d’appel de préparation à la Défense. Prochains rendezvous : le 11 février 2009, le 11 mars. Attention aux risques d’intoxication au monoxyde de carbone. Le monoxyde de carbone est un gaz dangereux car il est invisible : inodore, toxique et mortel. Dans la maison attention aux appareils de chauffage ou de production d’eau chaude mal entretenus. Pour éviter les risques, faites vérifier chaque année vos installations par des professionnels ; aérez votre logement même en hiver et ne bouchez pas les entrées d’air ; faites effectuer un ramonage mécanique de vos conduits et cheminées au moins une fois par an. Plaquette d’information en mairie disponible à l’accueil. L ’ a s s o c i a t i o n Fra n c e Alzheimer Val d’Oise communique par la voix de sa présidente Mme Not qu’elle a été très touchée par les gestes et dons de l’assistance lors de la cérémonie consacrée au décès de Monsieur Demey André.

Le Cercle Philatélique communique : L’assemblée générale du CPSOA s’est tenue le 11 janvier 2009. L’association compte 53 adhérents au 31 décembre 2008. Les événements marquants de l’année et le bilan des différentes activités menées en 2008 ont été commentés par le Président, puis développés par les animateurs. L’événement le plus marquant de l’année a été la “Rencontre toutes collections” du 28 juin qui a remporté un vif succès. Le bulletin d’informations “CPSOA infos » remplace l’ancien PHIL’SOA, et le site internet de l’Association est mis à jour régulièrement. Comme à son habitude, le Cercle Philatélique a participé à différentes animations et manifestations, tant locales que départementales, voire nationales. À l’unanimité le quitus est donné au rapport moral et d’activités ainsi qu’au bilan financier. Les projets pour 2009 sont le maintien des activités habituelles, la participation à la semaine de la jeunesse, au forum des associations, et présence à la “Fête du Timbre” dont le sujet sera “Les Looney tunes”, à Pontoise les 28 février et 1er mars. En prévision, l’organisation d’une nouvelle “Rencontre toutes collections” le 12 septembre au Centre Culturel. Avec une démission, le Conseil d’Administration est renouvelé pour 1/3, sans nouvelle candidature. Un apéritif offert par le Cercle a clôturé la séance. Les réunions ont lieu chaque 2e dimanche du mois de 9 h 30 à 12 h au Centre Culturel (salle Rose), 23 rue du Général Leclerc. Cotisation 2009 : adultes = 18 € - jeunes = 9 €. Pour tous renseignements sur les différentes animations : 01-34-64-71-67 ou cpsoa95310@orange.fr Site internet : cpsoa@free.fr

CHRONIQUE • DE L'ABBAYE REGARDS CROISÉS PAR DES JEUNES SUR LA SHOAH ET LES GÉNOCIDES Du 19 janvier au 23 février 2009, l’abbaye de Maubuisson, à Saint-Ouenl’Aumône, présente l’exposition « Comment vivre ensemble ? Voyage de mémoire en Pologne » qui interroge la relation à l’autre et les événements génocidaires de ces dernières décennies. En prenant appui sur le vécu quotidien des Maisons d’Enfants du Château de Maubuisson à Saint-Ouen-l’Aumône et de Rueil-Malmaison, le projet « Comment vivre ensemble ? », conduit depuis 2005 avec des jeunes de toutes origines permet d’interroger la relation à l’autre. Mobilisant 25 jeunes âgés de 15 à 21 ans, ce projet s’est construit entre 2005 et 2008 autour de rencontres (avec un ancien déporté, une rescapée tutsi, etc.), de visites (Mémorial de la Shoah, etc.) et d’un voyage en Pologne avec plusieurs étapes (Cracovie, Auschwitz, Birkenau, Varsovie). À partir de leurs dessins, textes et productions réalisés pendant leur voyage, l’exposition témoigne des impressions, réflexions et ressentis de ces jeunes sur les génocides (Shoah, génocide des Tutsis par les Hutus du Rwanda, en 1994, massacres de masse commis au Darfour depuis 2003). Dans l’exposition, ce travail de mémoire est mis en perspective par un documentaire d’Élie Roubah ainsi que par les photographies fortes et sensibles de Sylvie Hatchwell etVincent Gapaillard. Pour une découverte en famille, des cahiers du jeune visiteur sont remis à la billetterie de l’abbaye. Attention, l’abbaye sera fermée du 3 au 31 mars inclus, et rouvrira avec l’exposition « Quelqu’un est tombé », de l’artiste Dominique Petitgand qui proposera de nouvelles installations sonores.

COMMENT VIVRE ENSEMBLE ? VOYAGE DE MÉMOIRE EN POLOGNE

Du 19 janvier au 23 février 2009 Abbaye de Maubuisson rue Richard de Tour 95310 Saint-Ouen-l’Aumône / Tél. 01 34 64 36 10 Exposition ouverte en semaine, sauf le mardi, de 13h à 18h. Week-ends et fériés de 14h à 18h www.valdoise.fr SOA février 2009

17


•SPORT CHRISTO-RUGBY ADAPTÉ : UN AUTRE REGARD SUR LE SPORT

Un nouveau club de Rugby est né dans le Val d’Oise, l’ASSOA accueille depuis Novembre 2008 le Rugby adapté.

L’ASSOA accueille la mascotte de «Christo rugby adapté».

Séance d’entraînement avec Christopher Pottier au centre.

18

Le Rugby adapté est l’adaptation du rugby aux possibilités des déficients mentaux. Si, à priori, tout semble séparer le monde du handicap mental à celui des sportifs, un dénominateur commun permet de repousser les préjugés : la passion. Les principaux dirigeants et entraîneurs de ce nouveau club, tous bénévoles, sont des passionnés biens connus dans le monde du Rugby « valide » du Val d’Oise. « La genèse du projet remonte à l’année 2006 », témoigne Michel Pottier, père de Christopher et président de cette nouvelle section. « Jusqu’en avril 2006, une structure adaptée à Choisy-le-Roi (94) a pu l’accueillir. Ensuite, Christopher intègre le monde du travail dans un ESAT de la région et les horaires deviennent incompatibles avec un entrainement à Choisy-leRoi. » Il se rapproche donc du RCACP afin d’inscrire son fils dans « des équipes dites ‘normales’. Son intégration dans l’équipe junior est réussie. Néanmoins, sa progression est différente des autres joueurs et il ne pouvait AGENDA ◗ Football américain Samedi 21 février LesCougars/LesTempliers d’Elancourt (juniors) 15 heures au stade Escutary SOA février 2009

pas intégrer l’équipe senior. » Septembre 2008 il ne trouve plus de clubs pouvant l’accueillir. « Je ne voulais pas qu’il reste sur le banc de touche, il est bien trop passionné par le rugby » déclare Michel Pottier. Avec l’aide de deux amis il décide donc de faire vivre son projet avec le soutien de l’ASSOA et de la Fédération Française de Sports Adaptés.

Premiers entraînements…

Le 17 Janvier dernier, la jeune association a organisé une première journée « portes ouvertes » par un entraînement sous la pluie sur le stade Roger Couderc à Saint-Ouen l’Aumône. La joie, le bonheur des trois premiers joueurs à l’entraînement sur le stade était largement perceptible. L’association espère attirer une dizaine de joueurs à partir de 8 ans. 3 groupes seront formés en fonction du degré de handicap des sportifs, il n’est pas interdit de penser que le niveau des joueurs évoluera. Sur le sujet, Michel Pottier fait part de son expérience : « Avec le rugby, Dimanche 22 février Les Cougars/Les Templiers d’Elancourt (seniors) 20 heures au stade Escutary ◗ Football Dimanche 22 février ASSSOA/Palaiseau (division d’honneur) 15h30 au parc des Sports

j’ai vu mon fils évoluer et gagner en autonomie et en sociabilité. Il a maintenant une certaine dextérité et une fluidité dans ses mouvements. Ce qui compte le plus, c’est son sourire et le fait qu’autour de tout ça, il y a un projet de vie qui se crée. »

Ambiance

L’association, c’est aussi un lieu de rencontres qui se prolongent bien au-delà du rugby. Les activités sportives sont une grande source de valorisation pour les personnes handicapées. Encadrés par des éducateurs spécialisés et des entraineurs de rugby, les sportifs bénéficient de toutes les précautions nécessaires et les valeurs du rugby sont largement mises en avant : solidarité, courage, excellence et innovation sportive. Michel Pottier a également dans

Dès les premiers entraînements, le groupe se soude.

◗ Handball Samedi 28 février ASSOA/Savigny (N2) 20h45 au gymnase Armand Lecomte ◗ Volley-ball Samedi 7 mars ASSOA/Charenton (Régionale 3)

les cartons des projets qu’il compte développer pour faire vivre l’association : animations (goûter, journées découvertes…), aller voir des matchs, organiser des rencontres avec d’autres clubs de sport adapté, ou rencontres amicales avec des personnes « dites normales », etc. Evidemment, Christopher et ses amis ne seront sans doute jamais dans le Top 14. Eux veulent juste jouer, s’amuser et passer de bons moments. A la journée d’inscription du 17 janvier, trois athlètes sont sur le terrain avec deux entraîneurs. Ils rient, ils courent… ils jouent. Voici les membres de la première équipe de rugby adapté du Val d’Oise.

ASSOA Christo-Rugby adapté Entrainements au stade Roger Couderc les mercredis (18h – 19h30) et les samedis (10h30 – 12h30) Renseignements auprès de Jean-Luc Detoeuf au 06 07 10 49 61 ou via adresse mail : christo.rugbyadapte@orange.fr Cotisation annuelle : 30 € (de Janv à Juin 2009) Elle comprend la licence, l’assurance, et l’adhésion au club.

20 heures au COSEC Pagnol Dimanche 8 mars Championnat départemental espoir juniors masculin 10 heures au COSEC Pagnol


ON EN PARLE • « HISTOIRES DE RÉSONANCES » OU LA RENCONTRE ENTRE DEUX ARTISTES

Le 13 février à L’imprévu, vous pourrez découvrir une prometteuse création de François Méchali et Carole Thibaut.

François Méchali est un contrebassiste de jazz actuellement en résidence à L’apostrophe, scène nationale de Cergy-Pontoise. Sa démarche consiste à raconter des histoires de vie à travers une partition créée de toute pièce. C’est en allant à la rencontre de personnes issues

de communautés multiples (haïtienne, berbère, capverdienne, etc.) qu’il a collecté des anecdotes, des récits… aujourd’hui transformés en musique, avec l’aide d’autres virtuoses (contrebasse, percussions, accordéon et flûte à bec). Carole Thibaut, quant à elle, fonde sa démarche

artistique sur la rencontre humaine. C’est donc en ajoutant sa voix et ses textes aux sonorités du quartet de jazz qu’elle trouve sa place dans le spectacle. « Le texte s’est dessiné peu à peu comme un long chant parlé, un chant autour des femmes, baigné de Méditerranée… » selon

l’artiste, un texte qui intervient parfois en chorus, parfois en dialogue avec le ou les instruments… Ce sera le 13 février et c’est une expérience jazzy à ne pas manquer ! Tarifs et horaire en page 20

ALICE : TOUJOURS UN MONDE DE MERVEILLES

Proposé par la compagnie Flash Marionnettes le 8 mars à L’imprévu, « Alice », spectacle librement adapté de l’œuvre de Lewis Caroll nous plonge dans un monde délirant et onirique, toujours très poétique. C’est l’histoire d’une jeune femme, prénommée Alice, qui pénètre dans l’hôtel des rêves et qui se retrouve dans une chambre avec « vue sur l’enfance ». C’est le début de la plongée dans un monde fantastique et malicieux, parfois imprévisible et cruel, où l’on retrouve le lapin excentrique, le chapelier à moitié fou, les très bondissants jumeaux monozygotes… Une quinzaine de marionnettes, toutes avec des bouilles délirantes et

tendres, évoluent dans un univers esthétique et scénographique de grande qualité. La compagnie strasbourgeoise fait figure de référence dans son domaine et la relation entre les comédiens manipulateurs et ces petits personnages fantaisistes est réjouissante. Un spectacle qui ravit aussi bien les enfants que les adultes, où magie, et imaginaire sont au rendez-vous. Une expérience unique de toute beauté…

19 La compagnie Flash Marionnettes est l’invitée d’honneur de l’Enfance de l’art en mars 2009, réseau de diffusion de spectacles jeune public. Horaires et tarifs en page 20

DU THÉÂTRE… À PARTIR DE 2 ANS

« Moi seul » est un spectacle qui sera joué à L’imprévu le 10 mars prochain. Les relations fraternelles y sont mises en exergue…

A partir d’un travail d’improvisations sur le thème de la fraternité, Laurent Dupont en collaboration avec la compagnie ACTA/ Agnès Defosses, construit un spectacle touchant, à voir dès deux ans. Lau-

On a aimé :

rent Dupont, le spécialiste du spectacle très jeune public aime mélanger la danse, le chant et le théâtre et faire participer son public sous forme d’ateliers créatifs. Avec « Moi seul », il aborde le thème

de la fraternité renvoyant beaucoup d’entre-nous à l’enfance et aux sensations vécues de la fratrie. Avec une esthétique douce et touchante, il s’empare du sentiment et du lien qui unissent les êtres par choix

ou par lien du sang. Une réflexion artistique à voir absolument !

Horaires et tarifs en page 20

L’EXPOSITION DE DOMINIQUE BIENSAN « JARDINS D’HIVER »

Tandis que nos jardins sont mornes en cette saison, Dominique Biensan a su rendre leur éclat aux légumes, fleurs, graines et autres trublions de son jardin imaginaire. Le vernissage de l’exposition le

16 janvier dernier a réuni beaucoup de monde venu arpenter les sentiers de ce potager artistique municipal. L’artiste a largement expliqué son travail sur la terre, son soin apporté aux couleurs et ses techniques

sur céramique, grès ou autre matière. L’exposition est à voir dans le hall de l’hôtel de Ville jusqu’au 22 février.

SOA février 2009


•RENDEZ-VOUS À SUIVRE JUSQU’EN

2011

Le Musée Départemental de l’Education propose « Histoire de l’école, les collections s’exposent » ⌦

Gapaillard mettent en perspective leur réflexion sur la Shoah et sur les événements génocidaires de ce siècle. Ouvert en semaine sauf mardi, de 13 h à 18 h Week-ends et jours fériés (sauf 1er mai) de 14 h à 18 h Infos : Tél. : 01 34 64 36 10. JUSQU'AU

22 FÉVRIER

Exposition de Dominique Biensan : « Jardins d’hiver », céramiques ⌦

Une manière originale de revivre l’école depuis la fin du xviiie siècle Ouvert le mercredi, jeudi et vendredi et chaque premier week-end de chaque mois de 14 heures à 18 heures Tarif : 3 €, renseignements au 01 34 64 08 74 JUSQU'AU

20

23 FÉVRIER

⌦ L’abbaye de Maubuisson propose : « Comment vivre ensemble ? Voyage de mémoire en Pologne »

PREMIÈRE

8

DIMANCHE MARS ⌦

«Depuis plusieurs années ma démarche s’est orientée vers le thème de la nature. Légumes, fleurs, graines, le monde végétal m’attire. La couleur de mes terres est importante. Terre noire, porcelaine ou grès, cela me permet de mettre une distance avec le réel.» Dominique Biensan Hall de l’hôtel de Ville aux heures d’ouverture (lire p. 2)

VENDREDI

13 FÉVRIER

Jazz : Histoires de résonances ⌦

Marionnettes : Alice

C’est l’histoire d’une jeune femme, prénommée Alice, qui pénètre dans l’Hôtel des rêves. Le réceptionniste s’enquiert du type de rêve souhaité mais Alice ne rêve plus depuis longtemps. Alors on lui confiera la clé d’une chambre «avec vue sur l’enfance». C’est le début de la plongée tantôt inquiète, tantôt exaltée et joyeuse dans un monde merveilleux et onirique… 16 heures à L’imprévu Tarif plein : 11 €; réduit : 10 €; abonnement : 8 €; moins de 16 ans et passe culture : 5 € Renseignements et Réservations au 01 34 21 25 70 MARDI

10 MARS

Théâtre (à partir de 2 ans) : Moi seul ⌦

En partenariat avec L’apostrophe, scène nationale de Cergy-Pontoise

François Méchali, contrebassiste, est un musicien en résidence à L’apostrophe. Il travaille depuis plusieurs années sur des histoires de vie. «Histoires de résonances» trouvent leur point de départ dans des rencontres faites avec des personnes issues de communautés multiples et d’individualités remarquables. C’est de cette collecte de

quel regard chacun porte sur les relations entre frère et sœur; quelle est la place de chaque enfant dans la famille; fratrie et fraternité, affaire de sang ou de cœur… Douceur et émotion sont au rendez-vous. Séances à 10 heures et à 14 heures à L’imprévu Tarif unique : 3 € Renseignements et Réservations au 01 34 21 25 70 SAMEDI

AVANT -

Dans le cadre de L’enfance de l’art, spectacle librement adapté de l’œuvre de Lewis Caroll par la compagnie Flash Marionnettes

À L’AFFICHE L’OPEJ (œuvre de Protection des Enfants Juifs) qui occupe l’ancien logis des hôtes dit «Château de Maubuisson» trouve son origine pendant les années 1942-1943. Dans la clandestinité, des groupes de résistants favorisèrent le regroupement d’enfants juifs dont les parents avaient été déportés, ou avaient disparu. Ces enfants menacés d’arrestation et de déportation, furent mis à l’abri dans des familles et institutions non juives. À travers ce projet, les questions d’identité, de relation à l’autre et de transmission sont ainsi interrogées. Les dessins et textes réalisés par les jeunes, le film documentaire d’Elie Roubah ainsi que les photographies de Sylvie Hatchwell et Vincent

musiques et d’anecdotes que nait la partition du compositeur… Carole Thibaut y ajoute sa patte en y insufflant ses mots et ses images… 21 heures à L’imprévu Tarif plein : 13 €; réduit : 8 €; moins de 16 ans : 6 €; passe culture : 5 € et abonnement : 8€ Renseignements et Réservations au 01 34 21 25 70

A partir d’un travail d’improvisation sur la fraternité, Laurent Dupont avec la collaboration de la compagnie Acta/Agnès Desfosses a construit ce spectacle à voir dès 2 ans :

14 MARS

Fest-Noz Venez vous initier aux danses bretonnes et battre des pieds au son de la cornemuse et du banjo en famille et entre amis. Les mélodies traditionnelles bretonnes sont mises à l’honneur par les groupes Gwaremm et Accord’Age dans un esprit festif, convivial et authentique. 21 heures à L’imprévu Tarif unique : 8 €; moins de 16 ans et passe culture : 5 € Renseignements et Réservations au 01 34 21 25 70

13

VENDREDI ET SAMEDI MARS

14

Le théâtre Uvol propose un Lever de rideaux La vie exemplaire de Pamela Pichon aux pays des hommes de droits (par la compagnie Phénix Bleu et la compagnie L’Alchimiste à deux têtes). Réussir sa vie lorsqu’on s’appelle Pamela Pichon, que l’on a juste le niveau d’un CAP coiffure et que l’on ne maîtrise que sa langue maternelle pourrait paraître difficile… Et pourtant. L’héroïne de la pièce, sorte de Candide des temps modernes, va vivre une véritable «succes story»… 20 h 45 à la maison de quartier de Chennevières Tarif unique : 8 € ; moins de 16 ans et passe culture : 5 € Renseignements et Réservations au 0134218579

Directeur de la publication : Alain Richard Rédaction : Mireille Quantin, Vincent Echasserieau au 01 34 21 25 00 Mise en page et photogravure : Nord Compo : 03 20 41 40 01 Impression : DB Print : 03 20 28 83 20 Nombre d’exemplaires : 10000 Dépôt légal à parution


SOA infos (février 2009)