Issuu on Google+

journal trimestriel du conseil général de la corse-du-sud

N°2 j anvier 20

s d

09

à la

une

Dossier spécial :

les transports w w w. c g - c o r s e d u s u d . f

r


2

le Président s’exPrime / si sprimi u prisidentu

sommaire / sunta

2

le Président s’exprime

3

au fil du temps

L’édito du préSident

« Pour un Département de proximité, ambitieux et solidaire.»

si sprimi u Prisidentu

L’édito du Président.

a fior di tempu

Une collectivité, une histoire...

4/5

rétrospective en image

6/7

à la une

ritrospetiva figurata

Arrêt sur image des évènements des derniers mois.

sottu a luci

Gros plan sur le service départemental des transports.

8

scènes rurales

9

Projets

scene campagnole

Le canton du Sénateur. à la découverte des Deux-Sevi.

Prughjetti

Le Conseil général agit pour vous. Zoom sur les grands chantiers en cours.

10

opinion libre

11

carnet d’adresses

libaru avisu

La parole est aux élus.

librettu d’indirizzi

L’annuaire du Département.

journal trimestriel du conseil général de la corse-du-sud

N°2 j anvier 20

s d

09

Quid d’une collectivité unique ? Il s’agit véritablement d’une question fondamentalement politique dont le but est de déterminer le type d’approche territoriale que l’on entend promouvoir et mettre en place sur le territoire national. Point n’est besoin d’insister sur l’utilité d’une telle réflexion qui en réalité met en jeu une problématique qui nous touche au quotidien et qui est celle de l’exercice de la démocratie locale, au regard de la désignation des élus en charge d’un territoire et de sa population. Sur cette base, il est bien évident que la définition d’une nouvelle organisation territoriale, autour des départements, qui se sont vus confiés au fil des années les compétences de plus en plus accrues dans l’exercice des politiques de proximité visant à améliorer aussi bien la cohésion sociale que territoriale, me paraît devoir être retenue. Ceci ne serait d’ailleurs nullement en contradiction avec une redéfinition spatiale des régions. Mais un tel schéma ne saurait être retenu pour la Corse, elle-même érigée en collectivité territoriale de par les statuts successifs dont elle a bénéficié. Il ne saurait être question d’envisager un rattachement de l’entité régionale à une entité plus large, tout comme il me semble évident que la place des deux départements dans l’organisation actuelle est tout à fait pertinente et ce, d’autant plus, qu’elle a été consolidée par les résultats du référendum local de 2003. Aujourd’hui, l’objectif poursuivi est de renforcer l’efficacité de notre politique départementale au plus près de chacun. Cette réflexion nécessite aussi une écoute et un dialogue avec les principaux acteurs du territoire, au premier rang desquels les maires, dont certains m’ont accueilli cet été pour des réunions de travail. Ainsi, c’est un Département de proximité, ambitieux, solidaire, partenaire et dans l’action, dans chacun de nos cantons que je vous propose de promouvoir. Même si le Département ne peut répondre à toutes les attentes, il se doit de vous accompagner au quotidien, comme le témoigne l’exercice de notre compétence en matière de transports terrestres de voyageurs que je vous propose de découvrir ce mois-ci.

Aujourd’hui, tout le monde le sait...

Directrice de la publication : Sandra Filipputti Rédaction et réalisation : Sandra Filipputti & Caroline Orsetti - Photos : Caroline Orsetti Contact rédaction : Sandra Filipputti Conception & réalisation : Mediani 09 61 21 70 32 La Voix du sud, Voci suttana est édité par la Direction de la communication du Conseil général de la Corse-du-Sud - Hôtel du Département, BP44 - 20183 Ajaccio Cedex. Tél. 04 95 29 13 11 - Fax 04 95 29 14 94 www.cg-corsedusud.fr Dépôt légal : 120 – ISSN 1966-6578 Tirage 70 000 ex. Imprimé sur papier recyclé. Distribution : © Conseil général de la Corse-du-Sud, w w w. c g - c o r s e d u s u d . f tous droits réservés. r

la voix du sud / VoCi suttana N°2, jANvIer 2009

le Conseil Général de la Corse-du-Sud


au fil du temPs / a fior di tempu

retour en arrière

Tempi fà...

3

CeT éTé... paS de vaCanCeS pour LeS éLuS !

les Présidents du conseil général de la corse-du-sud •JEAN-PAUL DE ROCCA SERRA,

canton de Porto-Vecchio (1975-1976).

•MARIUS CASILE, canton de Celavo-Mezzana (1976-1977). •JEAN-PAUL DE ROCCA SERRA,

canton de Porto-Vecchio (1977-1982).

•JEAN-DOMINIQUE CESARI, canton d’Olmeto (1982-1985).

•JOSÉ ROSSI,

canton d’Ajaccio IV (1985-1998).

•MARC MARCANGELI,

canton d’Ajaccio I (1998-2001).

•NOËL SARROLA,

canton de Celavo-Mezzana (2001-2004).

•ROLAND FRANCISCI,

canton de Zicavo (2004-2006).

•JEAN-JACQUES PANUNZI,

canton de Tallano-Scopamène (Depuis 2006).

P

1. À Figari, outre les divers équipements de la commune subventionnés par le Département et l’entretien des routes départementales, c’est la question de la desserte de l’aéroport qui a retenu l’attention du Président du Conseil général de la Corse-du-Sud, Jean-Jacques PAnUnZI. Pour l’équipe municipale, réunie autour de Roger SIMOnI, ce projet doit être configuré en parallèle d’un aménagement cohérent du centre du village. Tous se sont félicités de cette visite sur le terrain du Président du Conseil général, en saluant son investissement sur le terrain. 2. À Petreto-Bicchisano, le Président JeanJacques PAnUnZi, accompagné de Joëlle LOVIChI, chef du service d’aide aux communes, a souhaité faire un bilan des actions réalisées et subventionnées par le Département mais aussi aborder les projets à venir comme par exemple les travaux de la traverse du village, la rénovation de la RD420 ou encore la réalisation d’une salle des fêtes. Enfin, les dossiers d’eau et d’assainissement constituaient

pour Jacques nICOLAi et son équipe le dossier du jour. En effet, tout le réseau de PetretoBicchisano est à refaire, ce qui constitue un engagement financier important à ce jour. Un engagement réitéré par Jean-Jacques PAnUnZI alors que manquent toujours les crédits d’État. 3. À Sotta, la sécurité routière, avec notamment la traversée du village, a été au cœur des discussions entre le conseil municipal et JeanJacques PAnUnZI, le Président du Conseil général. Il a ainsi été question d’un nouveau revêtement, de ralentisseurs à l’entrée de l’agglomération et de projets de constructions de ronds-points. Le maillage des transports scolaires a également été évoqué compte tenu du nombre élevé de hameaux. Enfin, dans le domaine de l’environnement, les travaux des forestiers-sapeurs ont été mis à l’honneur avec une future piste DFCI. La commune a de plus félicité le Département de son intention de réaliser un plan départemental d’itinéraires et de randonnées.

rochainement

Da qui à pocu LUNDI 2 FÉVRIER Réunion du Conseil général.

JANVIER

à AJACCIO

à BASTIA

Conseil général de la Corse-du-

PRINTEMPS

Assises de la lutte anti-vectorielle,

Sud, le Président du Conseil

à AJACCIO

organisées par le Conseil général

général de la haute-Corse et le

Assises de la précarité, organisées

de la haute-Corse et celui de la

Préfet concernant les assises de la

par le Conseil général de la Corse-

Corse-du-Sud.

lutte anti-vectorielle.

du-Sud et celui de la haute-Corse.

Rencontre entre le Président du

Réunion de la commission permanente.

Conseil général de la Corse-du-sud / www.cg-corsedusud.fr


4

1

retrosPective en image / ritrospetiVa figurata

Le Conseil général de la Corse-du-Sud, le 3

2 1. Quatrième Nuit des Musées au musée départemental de L’ALTA rOCCA. Lévie, le 17 mai 2008.

2. Colloque des conseillères conjugales à l’Hôtel du Dépar tement. Mai 2008.

4

seil général 3. visite du Président du Con COBBI et de GIA l Pau e ors te-C Hau la de 8. son cabinet. Le 26 mai 200

5

remise du 5. Les régates impériales. par Philippe » l  rée ps Tem en «  prix l d’Ajaccio I. COrTeY, conseiller généra 8. 200 i Port d’Ajaccio. Le 28 ma

à Ajaccio par Pierre4. Inauguration du village du Défi des Port de Pêche sur la place du marché 2008. juin 28 Le II. d’Ajaccio général conseiller jean LUCIANI, Lévie, le 6 juin 2008. 6. robin reNUCCI en visite au Musée départemental de L’ALTA-rOCCA.

6

la voix du sud / VoCi suttana N°2, jANvIer 2009

7

sées par le 7. Mini olympiades organi se-du-Sud Cor la de l éra Conseil gén ados. Le 13 au festival des enfants et juin 2008.


retrosPective en image / ritrospetiVa figurata

s t n e m e n è v é s d n a r g s e d l e r u t a n e r d a ec

5

9

8

l’enfant, loi du 5 mars 2007 en salle des déli8. Signature du protocole relatif à la protection de bérations de l’Hôtel du Département. Le 23 juin 2008. Hôtel le des délibérations, qui a eu lieu en sal IS a été SD I du NZ n NU tio PA tra conseil d’adminis -Sud jean-jacques 10. à l’occasion du 08. néral de la Corse-du 20 gé t eil ille ns ju l. Co nta du t me en rte Présid vice dépa du Département, le la présidence du ser llègues pour prendre désigné par ses co

9. réception à la villa PIeTrI pour le congrès international napoléonien. Le Conseil général de la Corse-du-Sud était représenté par jacques BILL ArD, er 1 vice-président et Nicolas ALFONSI, Sénateur. juillet 2008 .

12

11 10

r les jacques PANUNZI a souhaité récompense 11. Suivant la tradition depuis 20 ans, jean el logici un et a 000 1 de e bours une yant octro meilleurs bacheliers de Corse-du-Sud, en réune ion occas cette à u la mention Très Bien. de traduction à chaque lauréat ayant obten 2008. I a été organisée en leur honneur. juillet ception dans les jardins de la villa PIeTr

12. Sur proposition du Pré sident jean-jacques PANUNZ I, le Préfet de Corse a intégré service des Forestiers-Sape le urs du Département au défi lé traditionnel du 14 juillet. Le sident, a souhaité mettre en Préavant le service des For-Sap pou r salu interventions lors des intempé er non seulement leurs ries du mois de mai mais aus si leurs actions quotidienne s.

14

13

13. Présentation du bilan d’activités des services de l’état pour l’année 2007 IT, par le Préfet de Corse Christian LeYr e-duCors la de ral géné eil Cons le devant Sud, à l’hôtel du Département, salle des délibérations. Le 21 juillet 2008.

14. Inauguration de la résidence Sainte-Cécile par le ministre de la Solidarité Xavier BerTrAND. Le 29 juillet 2008.

Conseil général de la Corse-du-sud / www.cg-corsedusud.fr


6

à la une / sottu a luCi

dossier spécial : réalisé en collaboration avec Antoine PerAldi, directeur général adjoint à l’Aménagement du territoire

L’organisation des transports non urbains de voyageurs réguliers ou à la demande est une compétence obligatoire du Conseil général qui lui a été confiée aux termes des lois de décentralisation et de la Loi d’Orientation sur les transports intérieurs. Dans ce cadre, le Conseil général poursuit son effort en faveur de l’ensemble des modes de transport, permettant la mobilité des personnes dans des conditions de sécurité et de confort maximales. En Corse-du-Sud, chaque année, 11 millions d’euros sont consacrés aux transports dont 8 millions aux transports scolaires. Ainsi, deux thèmes majeurs sont mis en avant : Les transports scolaires et les lignes régulières. En ce qui concerne, les transports scolaires, la collectivité départementale met l’accent sur trois grands axes : • Un principe intangible, la gratuité. • Un souci permanent, la sécurité. • Un réseau dense. Les transports scolaires confirment donc la volonté de la collectivité départementale à accomplir une politique de proximité. Ils constituent à divers titres, l’un des maillons essentiels de l’action éducative de la collectivité, permettant à chaque jeune scolarisé, et distant d’au moins trois kilomètres de l’établissement fréquenté, de pouvoir s’y rendre dans les meilleures conditions de prise en charge. Chaque année, tous les circuits sont réexaminés pour adapter les nouveaux besoins.

Le service des transports. Photo ©Pierre-Olivier Guerrini

un principe intangible, la gratuité

Chaque jour, ce sont près de 4 000 élèves du primaire et du secondaire ainsi que les élèves externes, demipensionnaires ou internes qui sont transportés.

Les 1 331 € par élève transporté et par an, sont à la charge exclusive du Département. L’effort est conséquent dans la mesure où l’engagement financier du Conseil général est fixé sur une masse budgétaire d’environ 11 millions d’euros.

un souci permanent... la sécurité Chaque année, le Conseil général de la Corsedu-Sud en partenariat avec l’Adateep, la Sécurité routière, l’Inspection d’Académie et les établissements scolaires, organise des formations aux attitudes responsables et aux gestes de sécurité (boucler sa ceinture, savoir se tenir dans un car, ne pas parler au chauffeur…). Ces opérations d’éducation sont organisées pour les parents, les enfants et les conducteurs de bus. Ainsi, le Département veille tout particulièrement à ce que les élèves soient transportés dans des conditions optimales non seulement de sécurité mais aussi de confort :

la voix du sud / VoCi suttana N°2, jANvIer 2009

•Accompagnement obligatoire pour les enfants de moins de 6 ans en incitant les communes à recruter un accompagnateur pour les enfants scolarisés en maternelle. •Rajeunissement du parc des véhicules qui comprend 145 cars dont 65 % ont moins de 10 ans et 40 étant neufs. •Mise en œuvre de contrôles sur le terrain afin de vérifier le respect du cahier des charges par les transporteurs et de veiller à la bonne exécution des services de transport. à cet effet, 3 équipes de 2 contrôleurs sillonnent chaque jour le département.


à la une / sottu a luCi

7

les transports 1. Le schéma directeur d’accessibilité des transports départementaux aux handicapés Le schéma d’accessibilité doit porter sur l’ensemble de la chaîne de déplacement, c’est-à-dire : •La préparation du voyage. •L’achat du titre de transport. •L’accès du lieu de report. •L’attente du véhicule. •L’accès au véhicule. •Le trajet. •La sortie du véhicule. •Le transfert modal vers un autre réseau. Dans ce cadre, le Conseil général de la Corsedu-Sud a décidé de réaliser un schéma d’accessibilité des transferts départementaux pour les personnes handicapées et à mobilité réduite.

un réseau départemental dense... Les 62 marchés de transports scolaires irriguent tous les secteurs d’habitation de la Corse-du-Sud. En témoigne un réseau dense de 24 lignes régulières et 174 circuits scolaires pour 2 640 045 km parcourus par an. Pour conforter un meilleur service de proximité, le Département de la Corse-du-Sud a, dans des cas précis, délégué ses compétences en la matière à des organisateurs secondaires comme les communes, les syndicats, les groupements de communes, et les associations de parents d’élèves. C’est ainsi qu’un certain nombre de circuits intra-muros créés par des communes sont pris en charge à 50 % par le Conseil général. Le Département de la Corse-du-Sud assure les transports publics sur l’ensemble du département à l’exception des périmètres de transports urbains. Cette situation le positionne de fait comme un acteur majeur de l’accessibilité.

Ce schéma doit permettre : •L’accessibilité dans la totalité aux personnes handicapées et à mobilité réduite de toute la chaîne de déplacement. •La détermination des surcoûts imputables au transport de ces personnes. •La répartition d’un plan d’actions prioritaires pour réaliser la mise à niveau progressive de programme d’accessibilité dans un délai de 10 ans. Ainsi 130 élèves internes, 8 élèves handicapés ont pu bénéficier de la prise en charge de l’intégralité des frais de déplacement. Par ailleurs, 53 élèves ont bénéficié d’une allocation de transport.

2. Le schéma départemental des transports de voyageurs (lignes régulières) La loi du 11 février 2005 sur l’égalité des chances et la mise en œuvre d’un schéma d’accessibilité aux handicapés, la mise en adéquation des lignes de transport avec le schéma régional, et la volonté d’appliquer une politique de développement durable, mettent en exergue la nécessité d’une réflexion globale sur les moyens de transports départementaux qui doit aboutir à la réalisation d’un schéma départemental des transports et ses déplacements qui fixera les grandes lignes de la politique départementale des transports pour les années à venir. L’élaboration de ce document a été confiée à un bureau d’études.

3. La sécurité des points d’arrêts En fait, le Département de la Corse-du-Sud, s’est engagé dans une politique pluriannuelle d’amélioration des conditions de qualité et de sécurité des transports scolaires. Après le rajeunissement du parc automobile, un diagnostic sur la sécurité des points d’arrêts est en cours. Il débouchera sur des propositions de travaux à réaliser, afin d’atteindre une sécurisation renforcée.

Conseil général de la Corse-du-sud / www.cg-corsedusud.fr


8

scènes rurales / sCene Campagnole

Le CANTON DU SéNATeUr

Fiche technique

à la découverte du canton des deux-Sevi

Conseiller général : nicolas Alfonsi Nombre de communes : 9 Chef-lieu : Piana Population : 2 496 habitants Superficie : 39 679 hectares densité : 6,29 hab./km² Communes : Cargèse, Cristinacce,

Evisa, Marignana, Osani, Ota, Partinello, Piana, Serrera

Cargèse

L

Cristinacce

Evisa

e canton des DEUX-SEVI, a été créé par le décret du 18 août 1973, en remplacement des cantons d’EVISA et de PIAnA. Il cantonne, au nord, le canton des DEUX-SORRU et s’étire, à l’ouest, le long d’une côte rocheuse dans le golfe de SAGOnE. Ce territoire de 400 km, soit environ 5 % de la superficie de l’île, se distingue par la diversité de ses paysages. En effet, ce canton étonne par la sauvagerie de ses côtes escarpées, par la dureté de ses découpures et par sa muraille de granit

3

Marignana

Osani

Ota

rouge. Des rochers noirs alternant avec ce granit rouge, donnent un cachet particulier à toute cette région, composé de couleurs flamboyantes et de nature sauvage. Son maquis est formé de chênes verts, de genévriers, d’arbousiers, de lentisques, d’alaternes, de bruyères, de lauriers, de thyms, de myrtes et de bais. Cette forêt est dominée par une arête de rochers étrangement découpés appelée « CALAnChE ». Son patrimoine bâti est lui composé de fours à pains, de lavoirs, de fontaines, d’édi-

Partinello

Piana

fices religieux… nous l’avons bien compris, la particularité de ce canton est déterminée par des paysages merveilleux, mais elle est renforcée par une démographie particulière. Cette circonscription possède en effet, l’une des plus faibles densités de population de la Corse (6,29 hab./km²). Toute la population de cette microrégion attend donc aujourd’hui le développement d’un tourisme intégré afin de redynamiser l’économie cantonale

questions à...

nicolas Alfonsi

L’opération de désenclavement de la côte ouest paraît terminée, votre avis ? Sous réserve de quelques améliorations ponctuelles, inscrites au P.E.I. qui restent à exécuter, on peut affirmer que notre région est aujourd’hui totalement désenclavée vers le niolu et Bastia par la RD 84, vers le canton d’Evisa par la RD 70 et vers Calvi par la RD 81. J’ajoute que ce désenclavement a été exemplaire depuis quelques années par l’inscription de l’itinéraire au Contrat de Plan et au Programme Exceptionnel d’Investissement et par l’impulsion que les services ont donnée à

cette opération. Le désenclavement de la côte Ouest constituera ma plus grande satisfaction.

Pourquoi tant de retard dans la réalisation de cet itinéraire ? Pour des raisons qui tiennent à une erreur historique : le déclassement, au début des années 1970, avant la bi-départementalisation, de 1 500 Kilomètres de routes nationales, dans un état lamentable, moyennant le versement par l’État d’indemnités pérennes de 1 300 euros par kilomètre, réactualisées de manière homéopathique tous les ans. Ce fut un marché de dupes, car sans cet accord, l’État aurait été contraint, dès l’année 1970, de remettre son réseau à

la voix du sud / VoCi suttana N°2, jANvIer 2009

niveau comme il a pu le fa i r e a v e c l e p l a n Bretagne et celui de l’Auvergne. Pourquoi votre région fut-elle pénalisée ? Parce que le canton des Deux-Sevi est celui qui a connu le linéaire transféré le plus important de Corse-du-Sud : 1OO kilomètres. Il aura ainsi fallu, à partir des années 1980, rechercher ailleurs, notamment auprès de la DATAR et de la Collectivité territoriale de Corse, ce que la Collectivité départementale ne pouvait seule supporter.

Serriera


Projets / prughjetti

9

LA rOUTe DéPArTeMeNTALe 81

Le plus grand chantier routier du réseau départemental

S Entretenir, améliorer le confort ou la sécurité des usagers et moderniser nos routes départementales, ce sont les missions du Conseil général de la Corse-du-Sud.

’il est, pour les élus de la Collectivité départementale, une date à marquer d’une pierre blanche, c’était bien celle du 16 juillet 2007 qui a donné lieu à la réception des travaux du plus grand chantier routier effectué en un seul lot, sur une route départementale corse. à cette occasion, Jean-Jacques PAnUnZI, le Président du Conseil général de la Corse-du-Sud et nicolas Alfonsi, conseiller général des Deux-Sevi accusaient réception des travaux du chantier de 13 kilomètres sur la route départementale 81 en présence de l’ensemble des maires du canton. C’est ainsi la fin d’un long périple pour tous les usagers souhaitant se rendre à Calvi par la côte, qui étaient obligés d’emprunter un itinéraire dont le profil n’avait pas changé depuis son ouverture sous napoléon III. Il aura fallu ainsi 20 mois, compte tenu des difficultés rencontrées par les entreprises (terrain difficile, importances des éboulements…), pour conduire cette opération exemplaire, dans le respect des procédures. Situés en site classé, les travaux étaient en effet subordonnés à une autorisation ministérielle. Cette voie facilite désormais les liaisons sur la Côte Ouest, de la Balagne à la région de Cargèse-Sagone. Elle permet ainsi un gain d’une demi-heure pour tous ceux qui, au départ de Sagone et Cargèse, et plus particulièrement de Porto, souhaitent se rendre à Calvi. Tout autant, les visiteurs de la Balagne pourront se rendre, sans que cela constitue désormais une épreuve pour les automobilistes et visiter les sites de Porto, Piana et Girolata, classés au patrimoine mondial de l’Unesco.

Cette opération extrêmement lourde complète ainsi celle de la route de Solenzara-Bavella, en mettant désormais à niveau les grands itinéraires départementaux. Rappelons qu’en 2002, une impulsion avait été donnée pour exécuter les 7 kilomètres sur l’itinéraire Porto-Calvi, financés, c’est à le souligner, par la première opération inscrite au Programme Exceptionnel d’Investissement. Cette réception des travaux aura également été l’occasion pour tous de rendre hommage à la Direction des routes de la Collectivité départementale, chargée de surveiller un chantier situé à 100 kilomètres d’Ajaccio

en quelques chiffres •Exécution des terrassements nécessaires à l’élargissement de la plate-forme et à la rectification du tracé : 183 000 m3, 5 000 tonnes d’enrochement. •Prolongement ou création d’aqueducs : 900 mètres de buses. •Réalisation de l’assainissement pluvial : 10 km de fossés bétonnés.

•Réalisation de divers aménagements (accotements, clôtures, parapets : 1,2 km, bordures en pierres : 2 km, glissières : 5 km…)

•Création d’un ouvrage de 12 m2 d’ouverture, de 60 mètres de long.

•Construction de la chaussée en matériaux traités : 70 000 m2.

•Coût des travaux : 7,350 millions d’euros dont 6,885 millions d’euros de travaux, 0,350 million d’euros d’aménagement paysager et 0,115 million d’euros d’études, marquages et contrôles des chantiers. •Délai : 20 mois.

Conseil général de la Corse-du-sud / www.cg-corsedusud.fr


10

oPinion liBre / libaru aVisu

opinion libre libaru avisu Conformément à la loi n°2002-76 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, cette tribune d’expression est réservée à chacun des groupes d’élus du Conseil général. jacques Billard UMP Dans le cadre de la « Semaine Bleue », semaine nationale des retraités et des personnes âgées, organisée du 20 au 26 octobre 2008, le Conseil général de la Corse-du-Sud avec son comité départemental des retraités et personnes âgées (CODERPA) ont organisé la Journée des Seniors. Le CODERPA, présidé par délégation par Jacques BILLARD 1er Vice-Président, est une instance consultative placée auprès du Président du Conseil général. Ce comité constitue un lieu de dialogue, d’information et de réflexion au sein duquel des représentants des retraités et personnes âgées participent à l’élaboration et à l’application des mesures de toute nature les concernant, en concertation avec les professionnels et les principaux organismes chargés de mettre en œuvre les actions en leur faveur au sein du Département.

Cette journée s’est déroulée le lundi 20 octobre au Musée de Levie et a été basée sur le thème national « Jeunes et Vieux connectez-vous ». La matinée a été consacrée aux débats « Accueil en établissements », « Maintien à domicile », « Services, Santé ». Ces débats ont été animés par des médecins spécialisés en gériatrie, psychiatrie et soins palliatifs, le Dr Marlène DELARBRE, le Dr Jean François ABInO, le Dr Sauveur DIDIER. L’après midi, essentiellement récréatif a été animé par TEATRU MASCOnU avec la participation des élèves de l’Alta Rocca afin d’illustrer la « connection intergénérationnelle ». Cette manifestation a été clôturée par un goûter. Dans la continuité de la politique sociale du Département et dans le but d’améliorer le quotidien des retraités et des personnes âgées, le Conseil général de la Corse-du-Sud par l’intermédiaire du CODERPA, a contribué à l’organisation de cette journée en mettant à la disposition des organisateurs le Musée de Levie et l’attribution d’un budget permettant de financer cette opération

jean-louis luciani PRG Collectivité de proximité par excellence, le Département est aujourd’hui contesté à la fois par ceux qui souhaitent rationaliser ou simplifier la carte administrative en France et par ceux qui recherchent des économies dans le fonctionnement de l’État et des collectivités locales. Si on peut trouver des justifications aux thèses qu’ils développent, il faut néanmoins se méfier des analyses souvent simplistes qui conduiraient à des bouleversements dont toutes les conséquences n’auraient pas été correctement mesurées. Qu’à l’ère de l’Europe à 27, les Départements ne soient plus d’une taille pertinente, c’est un constat qu’il est aisé de partager (il en est probablement de même pour les Régions), mais paradoxalement dans cette vaste Europe, ellemême engagée dans la mondialisation, contester le rôle fondamental des élus de proximité revient à abandonner davantage les territoires les plus reculés, déjà frappés par la désertifica-

tion et par le désengagement de l’État et de ses services (sous-préfectures, tribunaux, écoles, postes, etc). L’enjeu est donc double pour notre pays qui doit certes se doter d’entités administratives pertinentes et suffisamment fortes pour rivaliser avec les grandes régions d’Europe, mais également suffisamment proches des populations et des difficultés qu’elles rencontrent partout sur le territoire national. La mise en œuvre de nombreuses politiques publiques ne peut se concevoir qu’à l’échelle de territoires de vie avec des problématiques parfois éloignées, voire contradictoires, d’un territoire à l’autre. Aussi, la proximité des élus et des services administratifs est une condition sine qua non à la réussite de tout projet de territoire en matière d’aménagement et de développement durable. En la matière, la Collectivité départementale, de par ses compétences et le mode d’élection de ses représentants attachés à un canton dont ils sont les défenseurs, reste le meilleur exemple. Gageons que ceux qui ont aujourd’hui en charge la modernisation de nos institutions sauront tirer profit de son expérience

la voix du sud / VoCi suttana N°2, jANvIer 2009

Paul-joseph caitucoli Nationaliste Réduire la fracture territoriale. La crise internationale que nous subissons affaiblit un peu plus chaque jour le milieu rural. Le désengagement de l’État dans de nombreux domaines, et en particulier dans celui du maintien des services publics, plombe de façon inquiétante le maintien des activités dans l’intérieur de l’île. Un plan exceptionnel de revitalisation est nécessaire pour enrayer la désertification. Certes, les compétences en matière de développement économique sont dévolues à la Collectivité territoriale de Corse, cependant le Conseil général peut jouer un rôle notamment par le biais de sa commission du développement rural et des relations européennes. Les conseillers généraux sont, avec les maires et les présidents des communautés des communes, des élus de proximité au cœur du développement des territoires ruraux. Le premier signe fort de notre assemblée serait la définition des territoires pertinents pour le Conseil général en concertation avec les élus de proximité et les forces vives des territoires (associations, facteurs économiques). Après la réalisation d’un diagnostic et d’un projet émanant de la base, il serait opportun de territorialiser les politiques du Département sur les territoires définis, et ainsi contractualiser avec les différents partenaires (État-Région-Communes-Intercommunalité) par le biais d’une charte de développement. Cette démarche ne peut se réaliser que si une majorité forte se dégage de notre assemblée au-dessus des logiques partisanes, afin de donner un espoir de survie aux zones rurales de notre île. Elle pourrait être la matrice d’un véritable PADDUC au service exclusif des intérêts collectifs du peuple corse. Pour ma part, j’ai engagé une démarche de concertation sur le canton de Petreto et la vallée du Taravo, qui se concrétisera dans les prochaines semaines par la création d’un conseil de développement. Vous pouvez trouver des informations et participer au débat en consultant le site et le blog suivants : blog : paul-jo.org site : www. vaddi-e-paesi.com


carnet d’adresses / librettu d’indirizzi

11

s d

L’annuaire de la Collectivité départementale

hôTEL DU DÉPARTEMEnT. PALAIS LAnTIVY. BP 414. 20183 AJACCIO CEDEX

STANDARD Tél. 04 95 29 13 00 Télécopie 04 95 29 14 98 ACCUEIL PRÉSIDENCE Tél. 04 95 29 13 31

N°2 j anvier 20

09

Santé, solidarité et prévention... Patrimoine et Affaires culturelles...

• MÉDECINE PRÉVENTIVE

04 95 29 12 42

• CENTRE DE DÉPISTAGE ANONYME ET GRATUIT DU SIDA,

DES HÉPATITES ET IST

04 95 29 15 92

•ARCHIVES DÉPARTEMENTALES

04 95 29 12 77 •BIBLIOTHÈQUE DÉPARTEMENTALE DE PRÊT

• CENTRE DÉPARTEMENTAL DE VACCINATION

04 95 29 12 65

• CENTRE DE LUTTE CONTRE LA TUBERCULOSE ET LES

MALADIES RESPIRATOIRES

04 95 29 13 80

• SERVICE DE L’AIDE SOCIALE AUX ADULTES ET HANDICAPÉS

04 95 29 15 66 ou 04 95 29 16 66

• SERVICE DE L’AIDE SOCIALE à L’ENFANCE

AJACCIO : 04 95 23 61 71 •BIBLIOTHÈQUE DÉPARTEMENTALE DE PRÊT

SARTENE : 04 95 73 74 20 •MUSÉE DE LEVIE

04 95 78 00 75 •MUSÉE DE SARTENE

04 95 77 01 09

04 95 29 15 52

•CENTRE LOCAL D’INFORMATION ET DE COORDINATION

GÉRONTOLOGIE (CLIC) AJACCIO

Aménagement du territoire...

04 95 52 96 37

• CENTRE LOCAL D’INFORMATION ET DE COORDINATION

GÉRONTOLOGIE (CLIC) SARTENE

04 95 74 08 45

• LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D’ANALYSES

04 95 29 14 80

• PMI

04 95 29 13 98 ou 04 95 29 16 60

•SERVICE AIDES AUX COMMUNES

04 95 29 82 24 ou 04 95 29 16 82 •SERVICE DES ASSOCIATIONS ET DES ÉTABLISSEMENTS

PUBLICS

04 95 29 15 98 •SERVICE DES TRANSPORTS

• CRÈCHE DÉPARTEMENTALE (LAETITIA)

04 95 21 46 25

• SERVICE DE LUTTE ANTI-VECTORIELLE

DÉMOUSTICATION

04 95 29 82 09

04 95 29 80 58

Consultez notre site w w w. c g - c o r s e d u s u d . f

Conseil général de la Corse-du-sud / www.cg-corsedusud.fr

r


, s n o t n a c s e l s u Dans to il GĂŠnĂŠral -Sud

e u s d n e o s C r o le C a l de


Voix du Sud #2