Issuu on Google+

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

Magazine des associations familiales affiliées à Familles de France Septembre / Octobre 2011

n°725

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

2011 ANNÉE DES

OUTRE

MER DOSSIER

LES JEUNES UNE MÉTÉO DÉPLORABLE MAIS UN ÉTÉ DE JEUNES

RENTRÉE DES CLASSES + 6,8% plus chère pour les familles

APPRIVOISER LE MOBILE Par Frédéric BELLIER Ex-dirigeant de Dailymotion

WWW.FAMILLES-DE-FRANCE.ORG


EDITORIAL ASSOCIATIF

FAMILLE

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

Magazine des associations familiales affiliées à Familles de France Septembre / Octobre 2011

n° 725 CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

Pour l'année des Outre-Mer, les jeunes d'abord !

12 Henri JOYEUX Président

territoires ultramarins, 2,7 millions d'habitants dont 567 000 jeunes de 15 à 29 ans, leurs cultures, leurs identités, leur environnement géographique : Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre et Miquelon, Polynésie française, Terres Australes et Antarctiques françaises, Wallis-et-Futuna. En 2010, en métropole, 7,4% de jeunes âgés sont inactifs. Cette proportion est plus forte dans les Outre-mer, autour de 11% et 20% en Polynésie française et en Guyane.

L’existence de dispositifs organisant et favorisant la mobilité des jeunes ultramarins est indispensable pour compenser les effets négatifs de l’éloignement et de l’insularité pour l'accès à la formation. Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, Mayotte et Wallis-et-Futuna n’ont pas d’université. Les infrastructures universitaires les plus proches sont situées à des milliers de kilomètres : Saint-Pierre-et-Miquelon/Paris : 4600 km ; Wallis-et-Futuna/Nouvelle-Calédonie : 2200 km et Mayotte-La Réunion : 1406 km. Quant à Saint-Barthélemy et Saint-Martin, elles sont situées respectivement à 230 et à 260 km

Famille

Divorce par consentement mutuel

Conso

Quel est le coût de la vie dans les DOM ?

Conso

Une rentrée 2011 plus chère pour les familles : +6,8%

Conso

Le coût de la rentrée scolaire en Saône-et-Loire

Logement

Trouver un logement étudiant

Dossier

Qu’est-ce que la gestion durable des forêts ?

Santé

Saveurs ultra-marines

Dossier

Les jeunes

Associatif

Le jardin des écoliers

Mouvement

Cinéma : « Et maintenant on va où ? » de Nadine Labaki

Mouvement

Formations, mémo, conférences, communiqués de presse…

04 06 07 09 10 11 12 14 23 29 30

du campus universitaire de la Guadeloupe. La Guyane, la Polynésie et la Nouvelle-Calédonie ont une université mais leur territoire est très étendu. L’existence de dispositifs organisant et favorisant la mobilité des jeunes ultramarins est indispensable pour compenser les effets négatifs de l’éloignement en termes d’accès à la formation. C’est donc parce que certaines filières sont inexistantes ou saturées que les étudiants ultramarins doivent être mobiles et bénéficier d’aides ou de dispositifs comme le “ passeport-mobilité » pour venir étudier en Métropole. Familles de France s'est engagé dans cette juste cause ”.

Un supplément

« Temps L » est joint à ce numéro Ce magazine est celui des associations familiales affiliées à Familles de France 28, place St-Georges // 75009 PARIS Tél. 01 44 53 45 90 // Fax. 01 45 96 07 88 www.familles-de-france.org CCP 388 62 X 020 Paris Organe bimestriel de la Fédération Familles de France. Directeur de la publication : Henri Joyeux Rédacteur en chef : Michel Bonnet Secrétaire de rédaction : Sylvie Merleau Responsable des ventes : Thierry Vidor CPPAP : 0412 G 81533 - ISSN : 0751-6169 Conception/Réalisation : COMEDI_0385935419 Crédits photos : FOTOLIA / ISTOCKPHOTO Imprimerie : S2E impressions 400 bd Ch. de Gaulle 21160 Marsannay-la-Côte

Les interviews des personnalités extérieures au mouvement n’engagent pas Familles de France et restent à la liberté de leurs auteurs. CONTACTS ANNONCEURS Serge DUNAND Tél. 06 32 00 00 49 serge.dunand@familles-de-france.org RÉGIE PUBLICITAIRE COMEDI / 8, rue du Blé / 71100 Chalon-sur-Saône Tél. 03 85 93 54 19 / fdfmagazine@studiocomedi.com

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 3


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL PAR / Magali GRENOUILLEAU

Après l’Assemblée nationale, c’est le Sénat qui rappelle la place essentielle du juge.

T

oujours à l’étude au début de l’été : le projet de loi relatif à la répartition des contentieux et à l’allègement de certaines procédures juridictionnelles. Le texte comprend un ensemble assez large de mesures relatives aux procédures judiciaires, et une des dispositions importantes (article 13) concerne la procédure de divorce par consentement mutuel.

Selon le projet : • les couples sans enfants mineurs communs seraient dispensés de l’entretien devant le Juge aux affaires familiales (JAF) ; • en remplacement de cet entretien et pour garantir le consentement des deux parties, elles devraient soumettre un certain nombre de pièces écrites (définies plus tard par décret). L’objectif avancé de cette réforme est de pacifier et de faciliter la vie des époux lors de la procédure, considérant qu’il s’agit là d’une « formalité inutile » dans un procès qui n’a pas vocation à être contentieux, puisque dit « par consentement mutuel ». Mais le Sénat s’y est déclaré opposé, faisant suite à l’Assemblée nationale. La commission des lois a fait valoir que la rencontre avec le JAF, qui se déroule lors d’une entrevue des époux d’abord séparément, puis ensemble, et enfin avec leurs avocats, permet de s’assurer : • de la réalité du consentement de chacun, • de l’absence de contraintes, • de la compréhension des effets du divorce et des éléments de la convention acceptée par les époux. Ces éléments ne pourraient être garantis par le juge uniquement par le biais de pièces écrites qui seraient versées au dossier comme il était envisagé.

q Pour rappel Dans le cadre d’une procédure de divorce par consentement mutuel, il est possible pour les époux d’être représentés par un même avocat. q Complément Un autre dispositif du même projet de loi prévoit une meilleure lisibilité et un encadrement des tarifs pratiqués par les avocats en matière de divorce. Aux termes de l’article 14, il est prévu que pour les procédures de divorce, l‘avocat et son client signent une convention d’honoraires (faute de convention, les honoraires de l’avocat seront plafonnés). Des barèmes indicatifs des honoraires pratiqués par la profession seront publiés par le ministère de la Justice, et actualisés tous les 2 ans.

q Le rôle de la médiation familiale Il est par ailleurs proposé que pour les divorces ou séparations en présence d’enfants, lorsque le jugement a fixé les modalités d’exercice de l’autorité parentale ou Un veto du Parlement donc, qui rassure, puisque la possibilité d’être entendu par le les pensions alimentaires, toute demande de modificajuge c’est la garantie pour les deux parties (et notamment pour la plus fragile dans l’af- tion de ces mesures devra impérativement être précédée faire) que leurs intérêts respectifs soient effectivement protégés. De même, cela per- d’une tentative de médiation familiale (sauf accord des met au juge de rappeler le droit et d’insister sur les conséquences de la séparation parents sur les modifications envisagées). auprès de chacun.

4 // Une force de propositions et d’actions / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / NUMÉRO 725 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

« BIO CONSOM’ACTEURS » À LA RÉUNION ! L’« ÎLE INTENSE » CLASSÉE AU PATRIMOINE MONDIAL PAR L’UNESCO PAR / Bernard ASTRUC, vice-président national coordinateur des associations et correspondants locaux

Un peu de socio-économie La Réunion est depuis 1946 un département d'Outremer (DOM - 974) et elle bénéficie de ce fait d'un développement rapide auquel participe son statut plus récent de région ultrapériphérique de l'Union européenne. Toutefois, son tissu productif reste structurellement fragile et fortement dépendant de la France métropolitaine. On y relève un taux de chômage particulièrement élevé (25%). La démographie locale se caractérise par la jeunesse des habitants et leurs origines variées. La cohabitation dans un espace restreint a donné lieu à un métissage original considéré comme un atout essentiel pour le premier secteur économique de l'île : l'industrie touristique locale, à qui elle doit son surnom d' « Île intense ». L'agriculture à La Réunion est une activité importante au Atelier de fabrication de pain bio pour petits et grands organisé par Bio Consom’acteurs sein de l'économie de l’île. Autrefois axée sur la culture Réunion et la Ferme Pédagogique Lou Cachet’ (qui reçoit 12 000 scolaires par an) du café puis du giroflier, elle est centrée sur celle de la canne à sucre depuis la prise de La Réunion par les Bri- forme d’une conférence sur l’agro-bio-socio-écologie qui tanniques au XIXe siècle. a rempli le grand amphithéâtre de 300 places de l’Université du TAMPON. « Bio Consom’acteurs Réunion » (Voir les informations et les articles de presse sur a été créée en mars 2010. Composée d’un CA de 12 www.bioconsomacteursreunion.com ) membres dont un bureau de 6 membres, l’association compte un fichier d’environ 300 correspondants, adhé- « Bio Consom’acteurs Réunion » rents et sympathisants. A déjà établi plusieurs contacts avec des collectivités loElle a déjà participé ou organisé plusieurs manifestations cales pour favoriser l’introduction de l’alimentation bio et rencontres autour de l’Agriculture et de l’Alimentation dans les restaurants scolaires des écoles de l’île et la Contact et adhésions Biologiques qui ont connu un vif succès – dont une dans création de « jardins familiaux bio individuels et collec- à Bio Consom’acteurs le cadre de la Ferme Pédagogique « Lou-Cachet’ » à La tifs », et avec le GAB pour créer des réseaux de grou- Réunion : Rivière Saint-Louis en présence de tous les acteurs de pements d’achat direct des consommateurs auprès des 36 Rue des Gerbéras 97430 LE TAMPON la Bio sur l’île : la Chambre d’Agriculture, le GAB Grou- producteurs. pement des Agro-Biologistes, et les organismes de re- En cela, et d’autres actions spécifiques, Bio Consom’ac- 06 92 95 45 45 cherche : ARMEFLHOR, CIRAD, FDGDON. Cette teurs Réunion contribue fortement au développement contact@bioconsomacteursreunion.com grande journée de rencontre autour de la nature et de de l’autonomie alimentaire de l’île, et à combler le retard www.bioconsomacteursreunion.com l’Agriculture Biologique a déplacé entre 500 et 600 per- que celle-ci a connu avec seulement 62 fermes bio sur sonnes, en familles, dont plus des 2/3 la découvraient 7 000 exploitations ne représentant que 0,6% de la SAU Contact national : concrètement, pour la première fois, au travers des ate- (Surface agricole utile) au lieu des 6% programmés en www.bioconsomacteurs.org liers, des exposés, des stands, et particulièrement des bio à l’objectif 2012 par le Grenelle de l’Environnement… collations et boissons de jus de fruits frais locaux et de Néanmoins l’avenir de la bio sur l’île s’annonce très prosaison à 1 euro ! et une autre tout récemment, sous metteur !

+Infos

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 5


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

QUEL EST LE COUT DE LA VIE DANS LES DOM ? PAR / Delphine BORNE

Selon une étude de juin 2011 de TNS Sofres, le pouvoir d’achat constitue la préoccupation première de 56% des Français, soit un chiffre en perpétuelle croissance. C’est dans ce contexte de situation économique difficile que nous avons voulu savoir si la vie est réellement plus chère chez nos compatriotes ultra-marins, et si oui, dans quelle mesure. Résultat de notre « enquête ».

tre-mer d’un double aspect : en effet, le coût du « Panier Métropolitain » est évalué lorsque celuici est acheté en Métropole et aussi dans chacun des DOM. Il en est de même pour le « Panier » de chacun des DOM (« Panier réunionnais », « Panier guyanais », etc.) : son coût est étudié que ce soit dans le DOM concerné et en Métropole.

+Infos Les DOM étudiés sont : Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique. Mayotte n’était pas encore un département d’Outre-mer au moment de cette enquête.

N

Le résultat est sans appel : la vie Outre-mer est plus chère que la vie en Métropole. Pour détails, concernant un panier de consommation métropolitain, l’écart de prix allait jusqu’à +12,4% à La Réunion à +19,6% en Guyane par rapport au coût en Métropole ! Autres chiffres : le panier local guyanais revient ici en Métropole à 6,4% moins cher qu’en Guyane, il s’agit du plus fort écart pour un panier local. Le panier local réunionnais, lui, est celui pour lequel il existe le moins d’écart de prix entre La Réunion et la Métropole : en effet, sur le territoire métropolitain, le panier réunionnais n’est « que » 0,4% moins cher qu’à La Réunion. Avant toute conclusion hâtive, nous avons regardé la composition de ces « Paniers » et c’est sur cet élément que nous avons, au moins partiellement, résolu notre énigme.

ous avons en premier lieu demandé à ceux qui peuvent le mieux en parler : les Français des DOM qui vivent aujourd’hui en Métropole. Et le constat est unanime. Lorsqu’ils arrivent en Métropole, tous remarquent que leurs produits locaux sont proposés en Métropole à des prix très élevés, voire « excessifs ». Mais leur constat est double : En effet, dans ces « Paniers » sont pris en compte noen Métropole certains aliments sont plus abordables tamment le coût du logement, de la santé (prix bruts avant remboursement par la Sécurité sociale) ou encore (comme par exemple les fromages, les laitages). du secteur des communications (l’internet, la téléphonie, les services postaux), et pas seulement l’alimentaire. Il vaut mieux manger local… Et c’est peut-être à ce niveau que se situe l’écart entre le sentiment qu’ont nombre d’Ultra-marins vivant en MéNous avons ensuite orienté nos « recherches » vers tropole concernant « leurs » produits qu’ils considèrent une étude de l’INSEE (Institut national de la statistique plus chers en Métropole, et les résultats de l’enquête et des études économiques) qui avait pour objet d’enquêter sur la comparaison des prix entre les DOM et la INSEE, qui démontre que, tout confondu, la vie est touMétropole pour l’année 2010. Cette étude a l’avantage jours plus chère dans les DOM. d’analyser le coût de la vie entre la Métropole et l’Ou-

6 // Une force de propositions et d’actions / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / NUMÉRO 725 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

UNE RENTREE PLUS CHERE POUR LES FAMILLES : + 6,8% Pour la 27e année consécutive, Familles de France a mené une enquête sur le coût de la rentrée scolaire pour un élève entrant en 6e. Bilan : +6,8% par rapport à 2010 pour un coût moyen de 187,32 euros. PAR / Estelle YACOVOU

C

ette année, le coût de la rentrée scolaire pour un enfant entrant en 6e est en hausse de +6,8% pour un coût moyen de 187,32 euros. Cette hausse était prévisible dans la mesure où les matières premières ont augmenté de +1,9% en 1 an et du fait de la flambée du cours de la pâte à papier (+55,3% en deux ans). Tous les circuits de distribution (hypermarché, supermarché et magasin spécialisé) affichent des prix à la hausse de même pour chaque catégorie de produits. Les prix en hypermarché connaissent la plus forte hausse (+8,43%) vis-à-vis des supermarchés (+4,79%) et des magasins spécialisés (+6,48%). Familles de France dresse un bilan mitigé de l’opération des « Essentiels » (à l’exception des Essentiels proposés par les magasins spécialisés) : articles trop souvent de premier prix avec une qualité médiocre, absence de signalétique permettant un repérage facile des « Essentiels ». Familles de France attendait davantage mais estime néanmoins que les Essentiels ont permis d’amortir la hausse du coût de la rentrée scolaire. Les tendances de cette année Coté tendance cette année, les fournitures scolaires sont plus que jamais colorées et sont déclinées en une

multitude de formes et formats. Attention tout de même à ne pas se laisser éblouir par toutes ces fantaisies qui peuvent revenir cher à l’achat ! Internet Pour ce qui est des achats de la rentrée scolaire sur Internet, Familles de France constate que le coût moyen pour l’équipement d’un enfant entrant en 6e s’avère être moins cher qu’en magasin : entre 10% et 15% moins cher !

On parle de Familles de France…

radio : France inter, chéri Fm, europe 1, rmc, rTl… TV : TF1, France 2, France 3, BFm, i télé, canal +, lci, m6 presse écrite : les échos, France soir, la tribune, le point, le nouvel observateur, midi libre, l’express, le parisien, aujourd’hui, la croix, métro, 20 minutes, centrefrance, Ouest France, la provence, l’Humanité, la Voix du nord…

4

plateaux TV en direct France Inter « La matinale » (H. Joyeux 21/08/11) Canal + « La nouvelle édition » (T. Vidor 29/08/11) Europe 1 « Les experts » (T. Vidor 02/09/11) M6 « 100% mag » (D. Borne 02/09/11)

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 7


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

L’ASSURANCE SCOLAIRE PAR / Estelle YACOVOU

Votre enfant est à l’école et vous ne savez pas si vous devez l’assurer ou non. L’assurance scolaire est-elle obligatoire ou facultative ? Quels sont les risques que doit couvrir l’assurance ? Familles de France vous donne quelques conseils afin, d’une part, d’assurer au mieux votre enfant, et d’autre part, d’éviter que vous sur-assuriez votre enfant. L’assurance scolaire est-elle obligatoire ou facultative ? Par principe, l’assurance scolaire est facultative pour les activités obligatoires qui font Comment souscrire une assurance scolaire ? partie des programmes scolaires. En revanche, elle est obligatoire pour ce qui Vous avez le choix entre souscrire une assurance auprès concerne les activités facultatives organisées par l'école ou l'établissement (séjours linde l’assureur de votre choix ou bien adhérer à un guistiques, classes de découverte…). “ contrat groupe ” proposé par une association de parents d'élèves ou par un établissement d'enseignement privé. Que garantit l’assurance scolaire ? Avant de souscrire à une telle assurance, vérifiez que L’assurance scolaire a pour objet de garantir les dommages que l’enfant pourrait cauvotre enfant n’est pas déjà assuré par ailleurs. Par exemser à des tiers (garantie responsabilité civile) ou couvrant ses propres dommages corple, la garantie responsabilité civile de l'assurance "mulporels (garantie accident corporel). tirisques habitation" a le même objet que la garantie Certains contrats d’assurance proposent également de couvrir des garanties comresponsabilité civile de l'assurance scolaire. Certains plémentaires comme le vol ou un service d'assistance qui permet à l'enfant malade contrats personnels (individuelle accidents, garantie des de poursuivre sa scolarité à domicile... accidents de la vie - GAV) peuvent, par ailleurs, garantir aussi les accidents corporels subis par l'enfant.

8 // Une force de propositions et d’actions / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / NUMÉRO 725 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

LE COUT DE LA RENTREE SCOLAIRE EN SAONE-ET-LOIRE PAR / Estelle YACOVOU

L’enquête réalisée par Familles de France permet à ses fédérations départementales d’avoir également des données concrètes sur le coût de la rentrée scolaire dans leur département.

C

omme chaque année, la Fédération de Saône-et-Loire dévoile ses chiffres pour la rentrée scolaire 2011/2012 à l’occasion d’une conférence de presse qui s’est déroulée le mercredi 17 août à Blanzy organisée par la présidente Odile Coutaudier, et qui, cette année encore, est un exemple de réussite sur le plan médiatique local permettant d’informer concrètement les familles sur ce que va leur coûter l’achat de leurs fournitures scolaires.

nationale (papeterie +6,65%, fournitures +6,42%). Malgré une baisse de 7 euros en Saône-et-Loire, le poste "articles de sport" (59,28 euros contre 66,28 euros en 2010) dépasse sur le département le coût relevé en France. Les vêtements pour le sport (jogging, short, chaussures et chaussettes) sont devenus rares dans certains magasins et restent plus chers dans ce département.

L’Allocation de rentrée scolaire en Saône-et-Loire pour 20201 familles Le coût de la rentrée scolaire Lors de ce rendez-vous avec la presse, Christiane en Saône-et-Loire Therry, présidente de la CAF du 71 a indiqué que l'AlLe coût de la rentrée scolaire pour un élève entrant en location de rentrée scolaire (ARS) serait perçue par plus 6e, pour ce département, est de 186,55 euros, mon- de 20 000 familles en Saône-et-Loire entre le 19 et le tant qui est inférieur à celui de la moyenne nationale 21 août. (187,32 euros). Dans le département du 71, 20 201 familles sont béL'augmentation moyenne reste très faible sur le dépar- néficiaires de l’ARS à taux plein pour 32 154 enfants, ce tement : +0,4% (contre +6,8% en France). Les coûts qui représente une enveloppe de 9 436 488,11 euros. moyens des articles de papeterie et des fournitures Il y a 298 familles bénéficiaires de l’ARS à taux réduit scolaires restent inférieurs en Saône-et-Loire au coût pour 501 enfants, ce qui représente une enveloppe de moyen sur la France. Cependant ces deux postes ont 73 406,76 euros, soit un total de 20 499 familles béaugmenté avec la même proportion que la moyenne néficiaires de l’ARS dont 32 655 enfants, ce qui représente une enveloppe de 9 509 894,87 euros.

+Infos http://71.familles-defrance.org

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 9


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

TROUVER UN LOGEMENT ETUDIANT

MOUVEMENT

PRATIQUE

PAR / Delphine BORNE

Entre ceux ayant eu la réponse de leur école ou faculté récemment, ceux qui ont rencontré quelques péripéties et enfin ceux qui sont simplement « en retard », les étudiants qui recherchent à cette époque encore un logement sont nombreux. Familles de France a étudié pour vous quelques pistes pour aider les retardataires à trouver un logement.

échange de quelques services rendus à la personne propriétaire des lieux, normalement d’un certain âge et vivant seule. Mais attention, toutes ces offres ne sont pas fiables et sûres ! En effet, il peut exister certains abus, donc méfiez-vous. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle des organismes se sont mis en place, permettant de sélectionner dans un premier temps puis de faire un lien entre ces personnes âgées à la recherche d’une compagnie et les étudiants en recherche de logement. La location dans le parc privé Que ce soit par agence immobilière ou directement auprès du propriétaire, les logements disponibles dans le parc privé sont nombreux. Mais l’inconvénient est qu’ils sont au prix du marché. Et dans certaines grandes villes, les prix sont excessifs.

a nOTer

Un seul crOUs regroupe les académies de Guadeloupe, martinique et Guyane : http://www.cnous.fr/_c nous__academie_.htm ?academie_id=3&academie=antillesGuyane

Les logements universitaires des CROUS Les CROUS (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) sont en charge régionalement des aides financières accordées aux étudiants ainsi que des logements universitaires.

Problème majeur : le dépôt de garantie L’aide financière « Avance Loca-Pass » est mise en place par 1% logement (anciennement « Action logement ») et permet d’obtenir une avance pour le dépôt de garantie qui est exigé à l’entrée dans le logement. Ce système est destiné aux étudiants boursiers, à ceux qui travaillent en CDD en parallèle, ou sont en stage, et ceux ayant cumulé au moins 3 mois de CDD dans les 6 mois qui précèdent la demande. L’avance est faite à taux nul et sans frais de dossier. Le locataire qui en bénéficie doit en avoir remboursé la totalité au maximum 3 mois après le départ du logement (http://www.actionlogement.fr/media/upload/pdf/fiches-produitspdf/AVANCELOCA-PASS.pdf).

Théoriquement les demandes de logements doivent être effectuées avant le mois d’avril qui précède l’année universitaire. Par exception, il est encore possible pour les retardataires de procéder, auprès du CROUS duquel dépend l’école ou l’université au sein de laquelle vous êtes inscrit pour l’année 2011-2012, à une demande de logement universitaire. Pour cela, connec- La colocation tez-vous sur le site du CNOUS : https://dse.orion. Il s’agit d’un mode économique de se loger car le moneducation.fr/depot/. tant du loyer est divisé en autant de personnes qui occupent le logement. Mais il ne s’agit pas d’une situation sans risque. Reportez-vous au numéro 724 de Familles La colocation intergénérationnelle de France Magazine dans lequel une page est consaSe développe le principe de la location de chambre au crée aux points faibles de la colocation. sein d’une maison ou d’un appartement, avec accès au moins à la salle de bains, les toilettes et la cuisine en

10 // Une force de propositions et d’actions / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / NUMÉRO 725 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

QU’EST-CE QUE LA GESTION DURABLE DES FORETS ? PAR / Caroline BEAUVALET

Sylviculture, patrimoine forestier, biodiversité, loisirs, énergie renouvelable, bois matériau ou encore stockage de carbone... la forêt fait partie de notre quotidien. En termes de surface forestière, la France se place au 3e rang des pays européens avec : 13% de la surface boisée de l’Union européenne, 15,3 millions d’hectares en métropole et 7,7 millions d’hectares de forêts tropicales dans les 4 départements d’Outre-mer, dont 98% dans la seule Guyane. Gestion durable des forêts ? La gestion durable des forêts signifie « la gestion et l'utilisation des forêts et des terrains boisés d'une manière et à une intensité telle qu'elles maintiennent leur diversité biologique, leur productivité, leur capacité de régénération, leur vitalité et leur capacité à satisfaire, actuellement et pour le futur, les fonctions écologiques, économiques et sociales pertinentes aux niveaux local, national et mondial, et qu'elles ne causent pas de préjudices à d'autres écosystèmes ». C’est notamment lors du sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992, que le secteur forestier, étroitement lié aux ressources naturelles, a fait l’objet d’une attention particulière en vue d’établir un cadre international de l’aménagement forestier durable. Les enjeux • Une gestion forestière écologiquement appropriée respectant la biodiversité et les équilibres écologiques. • Une gestion forestière socialement bénéfique dont les retombées économiques profitent aux populations locales et à la société en général. • Une gestion forestière économiquement viable profitable à l’exploitant, sans pour autant porter atteinte à l'intégrité de la ressource forestière, ni à la biodiversité, ni aux populations locales.

La certification forestière De nombreux acteurs de la société sont concernés par la certification dont : les entrepreneurs forestiers, les investisseurs, les écologistes, les chasseurs, les entreprises vendant ou consommant de grandes quantités de bois et de papier, les responsables de l'achat public éthique ou des «achats verts» et tous les consommateurs de bois, etc. Afin de garantir la provenance de produits issus d’une forêt gérée de façon durable et responsable, plusieurs systèmes de certification forestière ont été établis par des organisations environnementales. Familles de France participe notamment activement au groupe de travail du Forest Stewardship Council pour traduire et adapter les dix principes de gestion forestière du référentiel international FSC aux forêts françaises. Créé en 1993, le label FSC assure un lien crédible entre production et consommation responsable des produits issus de la forêt, et permet de faire un choix éclairé vers des produits issus d’une gestion écologiquement appropriée, socialement bénéfique et économiquement viable. Les produits portant le label FSC sont certifiés de façon indépendante pour garantir aux consommateurs qu’ils proviennent de forêts gérées en tenant compte des aspects sociaux, économiques et écologiques.

+Infos La forêt guyanaise, partie du grand massif amazonien, compte à elle seule 7 à 10 000 espèces végétales (dont 1000 espèces d’arbres), 1200 espèces de vertébrés dont 685 espèces d’oiseaux, 400 000 espèces d’insectes, soit entre 10 et 20% du nombre d’espèces d’insectes inventoriées dans le monde.

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 11


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

SAVEURS ULTRA-MARINES PAR / Christine BOUGUET-JOYEUX NUTRITIONNISTE

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE


RECETTES COLOMBO DE POULET (GUADELOUPE, MARTINIQUE) b 1 kg de viande de poulet b1 courgette b1 aubergine b3 pommes de terre b1 échalote b1 oignon b 2 cives (ou cébettes) b5 ou 6 gousses d'ail bPersil b1 piment b 2 c. à soupe de colombo (sorte de curry) b 1 c. à café de coriandre et d'anis bLe jus d'un citron b 15 cl de lait de coco bHuile d'olive, sel, poivre. Couper le melon en dés, ajouter les feuilles de pissenlit lavées et coupées en deux, le jambon en lamelles et les cébettes, le sel, l’huile, quelques gouttes de vinaigre balsamique. Mélanger et servir.

Des recettes fétiches Les épices et les parfums des cives (cébettes) et du citron vert enchantent ces recettes fétiches de nos amis d'Outre-mer, ajoutant aux délices de nos papilles leurs vertus antiseptiques et phyto-thérapeutiques indispensables, empruntées aux plus belles traditions de l'Inde millénaire. La cuisson à la vapeur douce permet de rendre plus rapide leur préparation, et leur digestion plus facile. Bon appétit avec ces préparations ensoleillées !!!

L’aspartame sur la sellette ! Attention la plupart des produits " sans sucre " en contiennent ! L’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES) devrait publier ses premières recommandations sur la consommation d’aspartame fin 2011/début 2012. Suite à la publication de deux études, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) avait été chargée de conduire une réévaluation de la sécurité de l’aspartame et de la dose journalière admissible (DJA). Cette réévaluation est prévue pour 2012 pour une position plus claire. De son côté, l’ANSES s’est emparée de la question bénéfices/risques nutritionnels afin d’élaborer, éventuellement, des recommandations aux populations sensibles telles que les femmes enceintes, les enfants et les autres…? (Quotidien du Médecin du 05/09/11)

CARI DE POISSON (RÉUNION) b 2 gros filets de poisson épais (pour 4 personnes) b 4 belles tomates b3 oignons b 5 ou 6 gousses d'ail b1 citron vert b 1 à 2 c. à café de curry, sel et huile d'olive. On peut aussi utiliser 1 c. à café de curcuma associée à 1/2 c. à café de gingembre à la place du curry. Laver et couper les pommes dans un saladier, les branches de céleri après en avoir ôté les feuilles (elles serviront pour un potage ou un bouillon aux herbes), couper la tomme en dés par-dessus, ajouter l’huile, sel, poivre ou 5 baies, quelques gouttes de vinaigre balsamique. Mélanger juste avant de servir.

RIZ CITROUILLE (GUYANE) b Riz de préférence complet, normal, noir ou rouge, b Giromon - variété de potiron des Antilles (on peut aussi utiliser du potimarron) b Piment bSel Faire cuire d'abord le riz : mettre le riz complet, rincé au préalable, dans un bol (1 volume 1/2 d'eau pour un volume de riz), déposer dans le cuit-vapeur pour 20 minutes de cuisson. Laver et couper en dés le giromon, le mettre à cuire à la vapeur douce pendant 10 minutes. Verser dans une cocotte avec 3 c. à soupe d'huile d'olive, mélanger puis ajouter le riz, un verre d'eau, sel, piment, mélanger encore, couvrir et laisser au chaud pendant quelques minutes. Le giromon apporte de la douceur et du fondant. Une recette simple, originale, délicieuse et peu coûteuse !

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 13


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

DOSSIER

LES JEUNES

UNE MéTéO DéPLORABLE MAIS UN éTé DE JEUNES… L’année scolaire s’était terminée par quelques drames et violences ayant touché des jeunes, provoqués par des jeunes, à l’origine de souffrances aiguës de jeunes… Mais, quelques jours plus tard, les vacances d’été étaient là et chacun partait à ses affaires. Elles étaient variées pour ces jeunes, longues, parfois laborieuses, même éreintantes dans certains cas. Nous avons suivi quelques personnes qui ont accepté de se raconter, avec des éléments biographiques dissimulés, pour nous dire ce que fut leur été, loin parfois des angoisses météorologiques des adultes qui recherchaient un coin de plage, un rayon de soleil, une eau de mer non polluée et une collation du terroir… Un jeune qui rentre en Guyane présenter « sa copine » à sa famille ; un jeune qui travaille dans un *** Michelin tout l’été, des jeunes qui participent aux JMJ à Madrid, un jeune qui fait le ménage à Nantes,

de futurs intermittents du spectacle qui font leur premier festival d’Avignon en professionnels… Tous ces jeunes ont passé l’été et ils nous en parlent avec franchise, avec sérieux, avec une conscience de l’avenir et un sens des responsabilités que certains adultes n’ont plus… c’est aussi cela un été de jeunes ! Enfin, une réflexion sur la violence qui a touché certains jeunes cet été, en particulier en Grande-Bretagne. La crise est une réalité, probablement même s’agit-il d’un changement de civilisation qui se prépare. Les adultes en place dans le monde veulent le gérer, le contrôler… mais oublient que les jeunes, eux, vont le vivre ! Ne serait-ce pas à eux de décider, de conseiller ? Comment ? Une réflexion qui s’ouvre mais ne doit pas se refermer de si tôt ! PAR / Michel BONNET


FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 15


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

A LA DECOUVERTE DES REALITES D’UN METIER DIFFICILE… Cette année, la grande école du théâtre français est venue à Villeneuve-lès-Avignon, dans le cadre du festival du théâtre itinérant, pendant le grand festival d’Avignon, présenter un magnifique spectacle autour d’Œdipe ! Deux festivals, à proximité l’un de l’autre, pour deux visions différentes du spectacle mais pour la plus grande joie des étudiants…

Q

uand on est étudiant à l’Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (ENSATT) et que l’on a l’occasion d’aller au festival d’Avignon pour y présenter un spectacle, quel bonheur ! Pour les jeunes, Avignon ou Villeneuve-lès-Avignon, c’est du pareil au même : un grand plongeon dans le spectacle, le vrai !

On a vu la différence entre deux festivals, le in et le off. Un in avec des expériences, des spectacles conceptuels, quelques-uns inabordables et incompréhensibles, parfois originaux et merveilleux. Un off plus accessible et populaire, peut-être pas le théâtre que nous préférons mais avec un public sympathique et Ce fut une expérience qui laissera des traces positives. C’était le « premier Avi- chaleureux, venu pour se faire plaisir et reconnaissant gnon », en tant que professionnel et en tant que festivalier. En discutant, ces jeunes envers les artistes… n’hésitaient pourtant pas à mettre le doigt où ça pouvait faire mal… Une surprise, une déception : les profesD’abord, le regard sur le théâtre et la société… sionnels ! On avait le sentiment que beaucoup de gens venaient là pour oublier la crise, pour L’accueil fut loin d’être chaleureux. On avait toujours ne plus s’enfermer dans leur quotidien triste et morne. Ils ne demandaient qu’à rire, l’impression d’être considérés comme des enfants, des réfléchir, penser sans se laisser enfermer par les médias. En même temps, une par- troublions qui devaient être encadrés, surveillés… D’autie du public était assez prétentieux, venait là pour se faire voir, méprisait les artistes tant plus désagréable que les soi-disant adultes et proet techniciens comme s’il s’agissait simplement de saltimbanques. Pas facile à vivre fessionnels qui nous entouraient n’étaient pas si pour nous qui démarrons dans ce métier. irréprochables que cela : fumer en laissant traîner leurs mégots ; jeter leurs canettes de bière n’importe où ? Mais passons… Le pire fut le sentiment fort d’être pris pour des voleurs de rôle. Un peu comme si chaque artiste, chaque technicien ne voyait en nous qu’un prédateur capable de lui prendre son métier, son gagne-pain… Nous ne nous attendions pas du tout à cela et ce fut un peu rude… La grande famille du spectacle ne souhaitait pas nous accepter, du moins, pas tout de suite ?! Pas de découragement, on s’accroche ! Malgré cela, malgré le petit public qui est venu voir notre travail, malgré ce regard agressif de certains professionnels, nous avons fait de belles rencontres, vu de beaux spectacles et nous sommes repartis encore plus déterminés dans nos projets… A bon entendeur, salut ! Oedipe, Antigone et Cassandre

16 // Une force de propositions et d’actions / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / NUMÉRO 725 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

UN HOMME AU MENAGE ! LA PRISE DE CONSCIENCE… Si certains ont eu la chance de travailler dans leur domaine ou de participer à un événement majeur et médiatisé, André, lui, s’est retrouvé, par choix, à faire le ménage dans une société de prestation de service, dans la ville de Nantes… Il découvrait d’un coup un univers qu’il ne soupçonnait pas…

J

e voulais avoir une expérience de travail manuel, ne pas bénéficier d’une quelconque faveur, être plongé dans un univers que je croyais « d’en bas ». On entend parler de ce monde, on voit des reportages, mais j’avais envie d’aller au contact des personnes avant de devenir cadre. Mes études ne suffisaient pas, je voulais travailler avec cette réalité et je n’ai pas été déçu !

fois est évalué par un chef d’équipe… Ainsi je comprenais l’air fatigué de la femme de ménage qui nettoyait le hall de mon immeuble. Moi qui la prenais pour une nonchalante paresseuse ! Non, fatiguée et éreintée, tout simplement, comme moi après quelques semaines de travail…

Il faut dire que la journée commence de très bonne heure, vers quatre heures du matin. J’avale en vitesse un café et je me rends, à pied, au point de rendez-vous, à 500m de chez moi. Là, tout s’enchaîne. Les lieux changent souvent car je suis dans l’équipe des renforts d’été. C’est très serré, plusieurs bureaux qui doivent être propres Je n’ai pas encore terminé mes deux mois de travail mais pour l’ouverture vers 9h00 ou 10h00. On travaille dans la solitude. Personne ne nous je compte les jours qui me restent à faire ! C’est d’une voit, aucune remarque, pas de sourire pour nous remercier. Anonymat, efficacité et fadureté que je n’aurais jamais imaginée ! tigue : atroce !…

Le travail en lui-même Bien sûr, j’ai déjà balayé à la maison, passé la serpillière, ramassé les poubelles… Ma mère a bien eu du mal à me donner ces habitudes, je le reconnais. Mais jamais je ne m’étais rendu compte de l’effort physique que cela exigeait. Il faut dire qu’il y a une grande différence entre balayer la cuisine familiale après un repas (5 minutes maxi) et passer le balai une journée entière de 8 heures de travail. Chaque mouvement devient un effort, on s’économise, on fait attention à tout ce qui peut nous faciliter le travail tout en restant attentif au résultat qui cette

Une très belle expérience Je ne veux pas jouer les martyrs, les exploités ou autres brimés. Je n’étais là que pour deux mois, d’autres y sont pour beaucoup plus longtemps, une vie entière même. Oui, j’ai compris ce que signifiait « homme ou femme de ménage » même si on nous classe en techniciens de surface… Un travail, sous-valorisé, effectué tous les jours par des femmes et des hommes qui gagnent là leur vie à défaut de gagner notre estime. Une très belle expérience que je ne suis pas prêt d’oublier et qui va me permettre de poursuivre mes études cette année ! André, chef de balais

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 17


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

A L’ECOLE DE L’EXCELLENCE DANS UN *** MICHELIN Travailler l’été, quand on fait des études de restauration et hôtellerie, c’est une chose banale. Les stages s’enchaînent chaque année, ils font partie de la formation. Mais quand la porte d’un « trois macarons » au Michelin s’ouvre, alors tout change ! « La fermer » ! Ce qu’il faut intégrer rapidement ? Le client a toujours raison, surtout quand il paye le prix fort, et un menu découverte dans cet établissement n’est pas donné. Le chef aussi a toujours raison et on ne doit pas compter son temps pour lui donner satisfaction ! Alors, il faut se taire, prendre sur soi, rester concentré jusqu’au bout d’un service. Faire 35 heures en 3 jours ! Ici, on ne compte pas son temps et ceux qui furent commis en cuisine constatent qu’ils ont travaillé, chaque jour, entre 15 et 18 heures. Quel boulot ! On ne se plaint pas et chaque jour on apprend encore quelque chose de nouveau. Alors la fatigue arrive, la tension nerveuse pointe son visage, on compte les semaines qui restent à faire et on se dit que travailler ainsi toute une vie doit être épuisant ! Pas étonnant que certains passent par ce type d’établissements pour s’améliorer mais n’y restent jamais trop longtemps.

C

’est ainsi que cette année, six jeunes du lycée hôtelier de Poligny (Jura) se sont retrouvés pour l’été à Chagny dans un établissement prestigieux, Lameloise ! C’est l’attrait de cet honneur, il n’y a pas d’autres mots, qui les pousse vers ce restaurant. Ils savent bien qu’ils ne seront que commis, que leur travail se limitera à exécuter mais ils ont envie de savoir comment fonctionne au quotidien un restaurant de cette renommée, même si Jacques Lameloise, maître Jacques comme l’appelaient certains, ne travaille plus et a pris une retraite méritée.

La vie est fragile ! Pour le groupe de jeunes, l’été sera marqué par un drame humain puisque l’un d’entre eux sera victime d’un dramatique accident. Ils s’en seraient bien passés mais cela aussi fera partie de leur formation d’été, la formation humaine, celle qui reste pour la vie entière. Occasion, aussi, de mesurer que le chef était aussi un homme de qualité qui saura trouver les mots pour réconforter et re-dynamiser son équipe. Il fallait le faire et cela aussi est un apprentissage de la vie.

Etre aux ordres ! Ce qui les surprend le plus à leur arrivée ? La rigueur, l’absolue précision de l’exécution de chaque plat, de son service. Oui, on ne peut pas qualifier un titulaire d’un BTS de Poligny d’approximation professionnelle, de laisser-aller, de dilettantisme. Mais, ici, dans un « 3 macarons », il faut être encore plus rigoureux, plus à l’écoute du chef de cuisine, du client, des autres acteurs de ce qui devient chaque soir une féerie gastronomique, une fête du palais, une aventure.

L’été se termine, il faut maintenant reprendre les chemins des études ou de la vie professionnelle, mais voilà une étape humaine et professionnelle franchie. Plus rien ne sera plus comme avant. Ce sont des adultes, plus des enfants… Six jeunes Jurassiens à Chagny

18 // Une force de propositions et d’actions / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / NUMÉRO 725 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

AU MILIEU DE DEUX MILLIONS DE JEUNES À MADRID Cet été, deux millions de jeunes se sont retrouvés ensemble à Madrid pour les journées mondiales de la jeunesse. La délégation française était l’une des plus nombreuses et il aurait été bien injuste de les oublier au moment de parler de la jeunesse et de son été. Nous en avons rencontré plusieurs, garçons et filles, âgés entre 17 et 23 ans et nous avons voulu leur donner la parole… Qui a payé le voyage ? En fait, chaque participant a eu un processus différent. Certains d’entre nous ont travaillé ensemble durant toute l’année pour engranger, petit à petit, l’argent nécessaire : réalisation et vente de cartes de vœux, réalisation et vente de gâteaux sur le marché, garde d’enfants… Généralement, cela n’a pas totalement suffi et on a complété par des économies personnelles, par des dons anonymes ou des actions plus tournées vers nos familles. Mais, ceux qui ont décidé de partir la prochaine fois pour Rio, au Brésil, lieu des prochaines JMJ, seront obligés de travailler plus. On a eu de la chance avec Madrid, ce n’était pas trop cher.

La plus forte impression ? Des silences formidables ! Un peuple fou, heureux, capable à la fois de chanter, de hurler et de tomber dans un immense silence de méditation et indiscutablement l’ampleur de la foule avec tout ce que cela représente de difficultés au quotidien : temps de déplacement, temps des repas, difficultés pour trouver une place pour se poser… Souvent, en France, on se sent un peu minoritaire, isolé. Là, ce fut très différent, un vrai bonheur d’être des jeunes ensemble, de tous les pays du monde. Cela nous a fait un grand bien malgré la fatigue, l’absence de confort et aussi le sentiment de solitude à la recherche de soi, du sens de la vie…

Un meilleur souvenir ? “ A Madrid, j’ai fait du diabolo dans un parc public, pour le plaisir puisque c’est une de mes passions. Un de mes copains a mis un chapeau devant moi et on a récolté 13 euros… de quoi rapporter un souvenir à ma sœur ! Mon pote m’a filmé avec son portable et j’espère faire le buzz ! ” Tous cathos certainement pas ! “ La bière espagnole, je l’ai goûtée, ma première cuite… ” En recherche, certainement ! “ J’ai beaucoup apprécié une rencontre avec des cardinaux, un Autrichien qui parNous ne pensions pas tous la même chose, on le lait admirablement bien le français et qui m’a passionnée. Cela faisait un peu intello, voyait bien tout au long du séjour, des rencontres, des mais cela restera mon meilleur souvenir. ” partages. Il y avait des croyants, des pratiquants, des jeunes dans le doute et même des touristes et des cuChristine, David, Fatima, Franck, François, Karim, Luc, Pauline, Yoen rieux qui étaient là uniquement pour les rencontres avec des jeunes étrangers. On n’exige rien de nous pour participer aux JMJ !

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 19


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

UN SAUT EN GUYANE POUR ME PRESENTER A SA FAMILLE Mon histoire n’est pas des plus simples, je ne suis quand même pas la plus mal lotie. Mon papa est Réunionnais, ma maman Lyonnaise. Ils ne vivent plus ensemble depuis longtemps. Je m’y suis faite, c’est la vie… Je vous passerai tous les détails sur la famille, les voisins, les amis… qui tous voulaient voir la copine du fils de la famille. Les traditions de chez eux n’ont rien à envier aux nôtres et le rhum guyanais… Bref ! Tout a bien commencé mais… Les frayeurs le 3e jour ! Figurez-vous que j’ai posé la main sur une pierre, sans faire attention. Quelques instants plus tard, alors que ma main avait repris sa place dans ma poche, on me signalait sans trop de ménagement que j’avais échappé à une morsure très dangereuse… Oui, mon chéri ne m’avait pas bien expliqué qu’il y avait en Guyane plus de 90 espèces de serpents dont certaines dangereuses… Heureusement, tout se finissait bien. Par contre, les jours suivants, je regardais partout à m’en user les yeux.

J

’ai 25 ans et, depuis 3 ans, j’ai un « chéri ». Il est de Guyane mais travaille en France, à Lyon. Nous vivons ensemble. Je suis vendeuse d’habits mais ce n’est pas mon métier car j’ai un diplôme de styliste mais je n’ai rien trouvé encore dans ce domaine. Lui, mon chéri, il n’avait pas fait d’études. Rien de très brillant et pas de métier. Heureusement, il a été faire un service militaire (SMA) adapté en Guyane et il est revenu avec une qualification de conducteur d’engin, un métier où il a pu tout de suite trouver du concret.

Une virée dans la forêt Durant, notre séjour, nous avons eu la chance de faire une virée dans la forêt. Contrairement à ce que je croyais, ce n’était pas un repère de serpents, d’araignées et autres méchantes bêtes. Certes, nous avons bien croisé quelques dangerosités rampantes ou pas, mais ce fut surtout un émerveillement devant une nature si diversifiée.

Depuis que nous vivions ensemble, il me parlait de son pays, de sa famille… Mais nous n’avions pas les moyens de nous rendre là-bas, presque au bout du monde. Comme cette année nous avons tous les deux travaillé, nous avons décidé de nous rendre dans sa famille. Il voulait me présenter les siens, son pays et m’offrir des vacances au soleil en Guyane.

Le retour Puis ce fut le retour avec des adieux aussi déchirants que l’accueil avait été chaleureux. Il fallut promettre de revenir car la vie, la vraie, c’est bien là-bas qu’elle a lieu, pas en Métropole ! Que deviendrons-nous ? Allonsnous créer une famille écartelée entre Lyon, La Réunion et la Guyane ? L’avenir nous le dira bien mais L’avion, une angoisse totale ! J’en ai profité pour dire à ma mère que je l’aimais très fort car je n’étais pas certaine maintenant, je sais d’où il vient… La prochaine fois, ce de revenir d’un tel périple. Heureusement, nous sommes bien arrivés sur cette terre sera à lui de me suivre à La Réunion ! Et vivement le française lointaine. Remarquez, je n’ai rien à dire car La Réunion ce n’est pas non mariage, qui sait ? Sophie plus la porte voisine.

20 // Une force de propositions et d’actions / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / NUMÉRO 725 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

LA VIOLENCE EST-ELLE INELUCTABLE ? CERTAINEMENT PAS ! Il suffit d’un petit rien, une rumeur, un fait divers ou même une agression pour qu’un quartier, une ville, un pays s’embrase… c’est le sentiment que beaucoup ont eu en observant de loin les évènements de Grande-Bretagne cet été. Guerre civile ? Emeutes, révolution, jeunes en colère, pillage, casseurs et manipulateurs… finalement, que s’est-il passé ?

N

ous vivons dans un monde bizarre, un univers parfois sans limite, presque déshumanisé. Certes, on comprend bien que la vie n’est pas facile, que le chômage existe et qu’il frappe de nombreux jeunes, que le coût de la vie ne permet pas de satisfaire toutes ses envies, que les idéologies tentent de nous enfermer dans des boîtes, qu’elles exacerbent les haines, qu’elles poussent trop de jeunes à la violence contre tout ce qu’ils ne sont pas et qu’ils n’ont pas.

On cherche les coupables, responsables… Les parents ? La famille ? Les enseignants ? L’école ? Le pouvoir ? Les riches ? Les pauvres ? La crise ? Le pire serait d’accepter tout cela comme une situation inéluctable, irréversible. Fatalitas ! Non, il faut absolument la prévenir. Familles de France propose un changement de regard sur les jeunes. Qu’attendent-ils des adultes ?

q Etre respectés, considérés q Etre encouragés et pas enfoncés dans l’erreur q Etre en confiance et faire confiance q Etre utiles aux autres Intolérables injustices q Etre conscients de la violence que l’on peut avoir en soi Il y a dans notre société des grandes et intolérables in- q Etre rémunérés de manière juste. justices. De nombreux jeunes, en Europe et dans le monde manquent de travail, de logement, de nourri- Tous ces jeunes rencontrés cet été refusent cette violence et travaillent pour l’avèture et vivent dans la plus grande pauvreté. Des per- nement d’un monde meilleur, le leur. Ils attendent de nous qu’on leur laisse la place sonnes, des « salopards » qui exploitent les plus de co-acteurs et co-auteurs, dès aujourd’hui. Ils veulent nous voir à leurs côtés pour malheureux, profitent de leur situation, en s’enrichis- les accompagner dans leur cheminement, celui qui leur permettra de devenir des sant sur le dos des jeunes… On comprend alors l’uti- adultes responsables et autonomes. lisation de la violence même si on ne peut pas l’accepter, car elle ne résout rien. Ils nous demandent de les aider à maîtriser cette violence qui fait souffrir, les plus Des jeunes cèdent à la violence et l’utilisent avec force jeunes comme les plus vieux, et qui empêche d’avancer, d’aller à la rencontre des pour faire savoir qu’ils existent et veulent être pris en autres, de construire… A Familles de France on est dans une « positive attitude » considération : du travail, même humble mais être res- pour les jeunes, en faisant tout pour qu’ils puissent Apprendre, Attendre, Agir, pectés… Excédés et aveuglés par les folies et perver- Aider, Aimer… et être aimés. sions de la société, ils peuvent devenir meurtriers. FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 21


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

CONCOURS JEUNES TALENTS PAR / Denis COSTA

Depuis 2005, la Fédération du Rhône organise ce concours afin de promouvoir les initiatives des jeunes de la région et de les aider à réaliser leurs projets. Plus de 70 projets ont déjà été accompagnés.

L

e concours se déroule en plusieurs étapes. Tout d’abord un appel à projet est lancé dans les structures ayant contact avec les jeunes (établissements scolaires, MJC,…) afin de repérer un maximum d’initiatives de jeunes souhaitant concourir. Les dossiers sont ensuite examinés par un jury composé de personnalités issues de différents milieux (sport, entreprise, jeunes, mouvement familial, partenaires…). Cette étape sert à vérifier la recevabilité des dossiers reçus avant leur sélection. Les dossiers franchissant cette étape sont sélectionnés. Ils sont suivis pendant un an ou jusqu’à leur réalisation, et les jeunes les ayant menés participent à la soirée de remise des prix.

La soirée de remise des prix Ce moment met les jeunes au coeur de l’événement avec la création, sur mesure, d’une soirée qui leur est dédiée. Cette soirée commence par un moment d’échange

à l’occasion d’un débat où ils sont les seuls intervenants. Puis, une dernière chance de convaincre le jury leur ait donné au travers d’une présentation, par les moyens qu’ils désirent, devant l’ensemble du public et du jury présent ce jour-là. Puis la soirée devient festive avec des animations autour d’un thème. C’est au cours de celle-ci, intercalée par des animations que se déroule la remise des prix. Si vous souhaitez organiser cet évènement, un dossier complet peut vous être adressé (http://concoursjeunestalents.fr).

22 // Une force de propositions et d’actions / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / NUMÉRO 725 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

FéDéRATION FAMILLES DE FRANCE DU LOIRET

LE JARDIN DES ECOLIERS PAR / Gabrielle PARISOT

I

l y a 20 ans, Lucie Chassard (présidente) et Maryvonne Legrand (secrétaire) ont créé l’activité jardinage pour les enfants de 8 à 10 ans, les mercredis et samedis après-midi. André et Madeleine Chesnay, maraîchers, ont mis à disposition un terrain en friche de 1200 m² dont l’aménagement avait été décidé par Lucien Lanson, vice-président de la SHOL (Société d’horticulture d’Orléans et du Loiret). « Encadrés par des animateurs et des bénévoles, 400 enfants se sont succédés sur 35 parcelles d’environ 12 m² pour partager le goût du jardinage, de la nature, de la solidarité (en surveillant le jardin de son voisin en cas d’absence, car bizarrement le jardin continue de pousser et même les mauvaises herbes !), du savoirfaire des anciens (observation de la météo, des plantes, des insectes, des oiseaux…), et pour apprendre à piéger taupins et limaces ! Au fil du temps le jardin s’est organisé : allées engazonnées, cabane de jardin, serre, système d’arrosage plus performant, arboretum (créé en 2000) et implantation d’une ruche. En outre, une fois l’an nous ouvrons au public notre jardin pour vendanger nos quelques pieds de vigne et initier à la fabrication du vin. Notre activité est financée par le « marché aux fleurs et aux plantes » (5000 visiteurs) du SHOL d’Olivet et le soutien sans faille de la municipalité. » Philippe Proust Responsable du jardin des écoliers et de l’association et président de la section SHOL d’Olivet

Distinctions : Trophée de l’environnement par le Conseil général du Loiret (2000), Trophée national Familles de France (1er prix, 2006), Grand Prix au concours national des jardins potagers (2008) et régulièrement primé au concours de fleurissement d’Olivet. 8 ans d’« un fruit à la récré ! » En réunion de délégués de classe, les enfants de ND de la Providence s’interrogent sur le contenu des poubelles lors de leur pause récréative. L’association familiale d’Olivet les aide à mettre en place un plan d’action associant parents et enseignants et organise une conférence d’Henri Joyeux sur la prévention de l’obésité. L’équipe enseignante entreprend, quant à elle, de faire passer des messages santé utiles. « Nous avons de la chance d’avoir des fournisseurs et des producteurs locaux qui ont des fruits de qualité et de saison ! L’idée est venue des enfants de préparer un cageot par classe chaque matin, de désigner un délégué responsable de son acheminement vers l’enseignante qui en assure la distribution. Cent kilos de fruits frais commandés chaque vendredi sont livrés le lundi suivant et stockés dans une cave. Pour chaque récréation matinale trois ou quatre fruits différents sont proposés aux enfants du CP au CM2. Bien sûr, pas question de faire du gâchis ! Pour les petits appétits, la coupe d’un demi-fruit suffit ! Le coût de 20 euros par enfant et par an est désormais intégré dans les frais de scolarité et cette opération réussie rencontre depuis 8 ans l’adhésion indéfectible des familles. » Marie Bordage/Directrice

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 23


LA PHARMACIE DE L'ABEILLE DANS VOS FAMILLES

NOUVEAU ENERGIE VITALE "TONUS MAMANS" • Maintien de l'équilibre biologique de la femme enceinte • Riche en vitamines et minéraux intervenant dans le bon développement du fœtus • Aide à passer le cap du "baby blues" Une cuillère à café = 100% des AJR (Vitamines B12 / B6 / B9 • Minéraux : zinc) Extrait de Propolis Française = défense de l'organisme, action antioxydante Miel = source de vitamines B, de minéraux Sirop de riz Bio = Hypoallergénique, sans gluten Acérola = source de vitamine C naturelle Gelée Royale = nourriture royale concentrée en vitamines et minéraux Jus de citron Bio = défense de l'organisme, antioxydant

BIEN-ÊTRE DE LA GORGE

SOIN DE LA PEAU

TONUS ET VITALITÉ

Depuis plus de 30ans, la transformation de la propolis est notre métier. Nos travaux de recherche ont permis de créer des produits qui préservent ses vertus exceptionnelles. Pour votre bien-être quotidien, la gamme Propolia est riche en principes actifs biodisponibles.

SPÉCIALISTES DE LA PROPOLIS ET DES PRODUITS DE LA RUCHE Avenue du Lac / 34800 Clermont l'Hérault / 04 67 96 38 14


A TOUTES LES MAMANS ET FUTURES MAMANS PAR / Henri Joyeux (Faculté de Médecine de Montpellier)

En France, au moins 800 000 mamans accouchent, (828 000 naissances - Insee 2010) chaque année.

T

rop nombreuses sont celles qui sont fatiguées, parfois épuisées avant la conception et pendant tout le temps de la grossesse, menant de front, activité professionnelle et vie familiale actives.

Un produit spécifique Afin de répondre toujours plus aux besoins des « mamans modernes », nous avons choisi de développer en partenariat avec les laboratoires APIMAB un produit spécifique répondant aux besoins de l'enfant et de la mère. Les laboratoires APIMAB sont spécialistes de la transformation de la Propolis et des produits de la ruche depuis 1979. Ce produit est un concentré de bienfaits nécessaires au développement harmonieux de l'embryon (2 mois) puis du fœtus (dès le 3e mois jusqu'au 6e) et du bébé à naître. Après l’accouchement, il aide la maman à passer le cap du baby blues. Des cures de 15 jours sont donc conseillées. A noter que la dose journalière apportant 100% de l'apport journalier recommandé ne coûte qu'1 euro !

Trop souvent elles n'osent pas allaiter leur bébé, alors qu'il est démontré que c'est l'idéal pour la santé du bébé et celle des seins de la mère. En France, seulement 63% des mères allaitent leur enfant et le plus souvent pas très longtemps. L'OMS rappelle que l'idéal pour la santé de l'enfant et de la mère, c'est 6 mois d'allaitement mater- A faire connaître à toutes les mères et futures mères. nel, jusqu'à la première dent de l'enfant. Allaiter sans contrainte Familles de France se bat pour que les femmes qui en font le choix puissent allaiter leur enfant sans contrainte, en étant prises en charge si elles ont une activité professionnelle.

derniere nOUVelle !

l’allaitement maternel prolongé jusqu’à 6 mois réduit de moitié le risque de fracture du col du fémur après la ménopause et de 27% les risques de fracture de fatigue.

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 25


INTELLIGENT OU INQUIÉTANT, APPRIVOISER LE MOBILE PAR / Frédéric Bellier

Ex-dirigeant de Dailymotion.com, expert Internet & mobile.

Les qualificatifs génériques «mobile» et «portable» sont devenus substantifs et désignent automatiquement cet objet compagnon, indispensable, bruyant ou obsessionnel. Les Français ont plébiscité cette innovation avec nombre de conséquences et changements dans les comportements individuels et collectifs.

On peut s’inquiéter de l’addiction des enfants et des adolescents à leurs gadgets et compagnons favoris

Le mobile plébiscité : 62 millions ! Nous sommes 56,6 millions en France à être clients des opérateurs de téléphonie mobile, et 62 millions de mobiles circulent dans l’Hexagone avec un taux d’équipement de près de 97%. Un taux atteint en seulement 15 ans, quand 40 années auront été nécessaires à la faire sur ce sujet, par exemple sur la présence du téléphone mobile à l’école ou télévision et 30 années au réfrigérateur ! son usage dans les lieux publics. Aujourd’hui, on s’interroge moins sur le temps consommé, que sur la manière de vivre au quotidien avec cette présence tour à Un équipement trublion tour envahissante ou utile, futile ou rassurante. En effet, on peut s’inquiéter de Il y a quelques années, la consommation des télé- l’addiction des enfants et des adolescents à leurs gadgets et compagnons favophones mobiles des « jeunes » inquiétait les parents, ris, de sa contribution manifeste à la fracture numérique dans les cours de réà juste titre. Sous la pression des associations, dont création, les maisons de retraites en passant par les personnes isolées ou en Familles de France, et des autorités de régulation (telle difficultés économiques. l’ARCEP), les fournisseurs de forfaits mobiles ont su corriger le tir - forfait bloqué, forfait ado, forfait famille Une création sauvage (4 personnes) - redonnant ainsi un équilibre dans les Cette création technologique offre le droit à l’intimité, le droit à la parole, celui des relations enfants-parents et éteignant une source petits-enfants avec leurs grands-parents ou celui des insurgés avec l’étranger concave de conflits familiaux ou de fossés généra- face à leurs oppresseurs. Le mobile libère ; libération du mouvement, du temps tionnels. Certes, d’aucuns notent qu’il reste tant à et de l’espace de communication. Pourtant cette création peut être une source de

26 // Une force de propositions et d’actions / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / NUMÉRO 725 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


A peine 15 ans pour apprivoiser le mobile et un nouvel écran apparaît dans nos foyers : la tablette

tensions. Elle renforce l’individualisme, le repli ou le secret de l’adolescent, le sentiment d’envahissement des appels indésirables, intempestifs ou intrusifs. Elle génère des inquiétudes liées à la sur-communication du forfait ou des tensions entre individus. Elle est l’icône emblématique et favorite de ceux qui ont le culte de l’efficacité quand d’autres revendiquent le droit à la paresse et le retour de la maîtrise de l’humain sur la machine et du respect de soi par le respect de l’autre. Tout comme l’automobile, son usage impose la vigilance. Il n’y aurait qu’un pas à fran- Or, un utilisateur de « smartphone » ne ressemble pas chir à notre imagination pour trouver les raisons - tant sur la forme que le fond - à un utilisateur de mobile. Il se fait remarquer, la tête baissée sur l’écran. Au-delà des applications ludiques, d’établir ce code du mobile et de bonne conduite. cet utilisateur a de fortes chances de vouloir convaincre son entourage des usages pratiques de son moApprivoiser l’animal Le mobile est devenu une télécommande sur la vie quotidienne entre amis, copains, bile intelligent, posé dans le creux de sa main ou relation, mais surtout la famille proche et éloignée. Cet outil du lien s’est installé pro- caché au fond de sa poche. Cet utilisateur a une arme fondément entre les membres d’une famille, enfants, parents. Alors autant l’appri- de distraction et de solutions de masse. Les nouveaux voiser après avoir exposé ouvertement les raisons de s’en méfier. Aux parents de utilisateurs de « smartphone » téléchargent sur leur s’intéresser aux activités numériques de leurs enfants, aux enfants de partager mobile à l’aide de l’écran tactile et trois mouvements de doigt, les services ludiques et utiles pour être en l’usage de leur mobile. relation quasi-permanente si besoin, avec leur entourage tels que Facebook, Twitter ou Skype. Plus Du ludique au pratique En 2011, 15% des mobiles en France, soit 7 millions environ, sont des mobiles important, ils partageront d’innombrables applications « smartphones », car considérés comme intelligents ou ouverts. Tous les construc- pratiques diverses et gratuites transformant leur moteurs de téléphones ont leurs « smartphones », et préparent les nouveaux modèles bile en guide écologique, livre de cuisine pour la fin d’année. Le « smartphone » sera l’un des cadeaux les plus souhaités. (750Grammes), guide personnalisé touristique… Il est Les prix seront en baisse, subventionnés mais accompagnés de son contrat donc nécessaire d’approfondir son regard sur l’usage d’abonnement à lire assidûment. En mars 2012, la France comptera 14 millions mobile et d’apprivoiser cet écran car il est source de richesses et de services malins, éducatifs, pratiques le d’utilisateurs de « smartphone ». plus souvent gratuits et créateurs de lien social en déplacement. Par ailleurs, dès 2012, ces « smartphones » permettront de payer directement vos achats en boutique grâce à la technologie NFC déjà testée en région PACA. Pour les uns, ce sont de nouvelles opportunités d’usages pratiques, simplifiant la vie quotidienne, pour d’autres, de nouvelles inquiétudes futures. Dans les deux cas, restez vigilant, ni accro, ni réfractaire. Les tablettes : l’avenir ? L’avenir nous réserve déjà d’autres surprises. À peine 15 ans pour apprivoiser le mobile et un nouvel écran apparaît dans nos foyers : la tablette (type iPad). Elles seront 1 000 000 à être vendues en France en 2011. Les prix deviennent plus accessibles (en ce moment 100 euros pour la dernière Tablette HP) avec de nouvelles perspectives d’utilisation grâce au Wifi à la maison. Cet écran commandera aussi tous les autres : télés, PC, frigos, volets. L’accès Internet fixe - c'està-dire à l’aide d’un câble à la maison - s’achemine vers un usage désuet pour rejoindre au musée, le minitel et l’ordinateur de chambre ou de bureau. Ce n’est pas le thème de cet article, mais il faut convenir qu’une seule et universelle source de crainte collective sérieuse persiste, sur laquelle le voile du doute n’a été ni adroitement ni complètement levé dans l’utilisation des équipements connectés mobiles, je veux parler des ondes mobiles. Sont-elles dangereuses pour notre santé ? À suivre dans votre magazine.

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 27


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

A L’AFFICHE

CINémA

ET MAINTENANT ON VA OU ? de NadiNe Labaki, réaLisatrice, scéNariste et actrice LibaNaise PAR / Sylvie MERLEAU

inTerVieW de la realisaTrice, nadine laBaKi Vous êtes née avec la guerre du Liban. Quels souvenirs de petite fille en avezvous ? Y a-t-il un évènement en particulier qui vous a inspiré ce film ? Je n’ai pas de souvenir marquant. la guerre était notre lot quotidien. nous vivions « avec ». Je garde à la fois des souvenirs de bombardements mais aussi d’abris dans lesquels nous faisions des parties de cartes pour passer le temps. mais très vite je me suis questionnée sur l’absurdité de la guerre. l’idée de ce film est partie d’une flambée de violence en mai 2008 au cœur de Beyrouth. Je venais d’apprendre que j’attendais un enfant et je me suis demandée jusqu’où j’irais pour protéger mon enfant. et j’ai su à ce moment-là que je pourrais aller très loin. Au festival de Cannes où vous avez été ovationnée, on vous a qualifiée d’ « hirondelle annonçant le printemps arabe », que pensez-vous de ces évènements récents ? J’ai écrit mon film avant les révolutions arabes, mais je me pose la même question : je suis optimiste et j’ai peur à la fois, mais j’espère vraiment qu’on va en faire quelque chose. On sait qu’il suffit d’un rien pour que ça explose et on en a marre de ces conflits interreligieux. le film exprime ce que beaucoup de gens ressentent au liban, d’appartenir à une religion plus qu’à un pays.

Dans le cadre de son partenariat avec l’agence APC, Familles de France vous invite à découvrir ce nouveau film à l’affiche depuis le 14 septembre. Des places gratuites sont disponibles sur le site : www.familles-de-france.org (offre réservée aux adhérents à une association Familles de France).

L

’histoire débute par l‘image saisissante d’un groupe de femmes, toutes de noir vêtues, oscillant dans un mouvement de balancier qui donne le vertige avant de se scinder en deux : les unes se rendent sur la tombe de leurs fils musulmans, les autres sur celle de leurs fils chrétiens.

+Infos

www.etmaintenantonvaoulefilm.com

Dans un Liban meurtri qui n’a presque connu que la guerre (même si ce n’est pas évoqué dans le film qui pourrait se passer dans n’importe quel pays) tous les moyens sont bons pour ces femmes d’empêcher les hommes de reprendre les armes. Nadine Labaki la réalisatrice, née avec la guerre du Liban en 1974, traite ce sujet grave avec humour et dérision, son arme à elle… Sans tomber dans un féminisme primaire les femmes prouvent à travers ce film leur degré de tolérance, d’amour et de compassion qui inspirent respect et admiration. Elles font preuve d’intelligence et de courage face à des guerres religieuses incessantes entre musulmans et chrétiens qui ne sont autres que leurs propres voisins de village, leurs amis, leurs frères... Seule la mort est multiconfessionnelle. En plein printemps arabe, ce film prend tout son sens. Il nous fait réfléchir sur la profondeur philosophique de la religion qui a au fond peu d’importance mais traduit juste un besoin d’appartenance.

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 29


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

FORMATIONS

FAMILLES DE FRANCE * Vous pouvez consulter toutes ces informations sur notre site et adhérer en ligne www.familles-de-france.org

STAGES DE FORMATION 29 SEPT. L’enfant face aux médias* Stage animé par Michel Bonnet, formateur, professeur de communication et médias à l’IUT de Chalon-sur-Saône

13 OCTOBRE INTRODUCTION AU DEVELOPPEMENT DURABLE* Notions de base et enjeux pour les associations familiales et de consommateurs. Stage animé par Caroline Beauvalet, chargée de mission Développement Durable

18 OCTOBRE

24 NOVEMBRE

Etre représentant des locataires* Stage animé par Delphine Borne, chargée de mission logement et Michel Bonnet, formateur, professeur de communication et médias à l’IUT de Chalon-sur-Saône

Jeux vidéo : prévenir, prendre plaisir, éduquer* Stage animé par Michel Bonnet, formateur, professeur de communication et médias à l’IUT de Chalon-sur-Saône

naissance

nous avons la joie de vous annoncer la naissance de : Zoé le 14 juillet 2011, fille de sophie martres, chargée de mission. Familles de France se réjouit pour sophie et romain, les heureux parents, et les félicite.

UN AUTRE REGARD SUR LA FAMILLE

BULLETIN D’ABONNEMENT GAGNEZ 8 EUROS EN VOUS ABONNANT NOM / PRENOM

ABONNEMENT

A compléter et à retourner avec votre règlement par chèque bancaire ou postal à l’ordre de Familles de France sous enveloppe affranchie à : FAMILLES DE FRANCE SECTEUR PRESSE 28, place St-Georges 75009 PARIS o Oui, j’accepte l’offre et je m’abonne au prix de 4€ au lieu de 12€ pour 6 numéros/an

RAISON SOCIALE ADRESSE

CODE POSTAL TéL / FAX MAIL

ASSOCIATION MECENAT CHIRURGIE CARDIAQUE Cette association a fait venir depuis 15 ans 1750 enfants malades du coeur originaires de pays pauvres ne permettant pas de les opérer localement. Ils sont convoyés par des bénévoles d'Aviation Sans Frontières et se font soigner à Paris ou dans certaines villes de province. Ces enfants sont hébergés dans des familles d'accueil qui les accompagnent pendant environ 2 mois. Accueillir un enfant est une expérience très enrichissante aussi bien pour l'enfant que pour les familles d'accueil. Or celles-ci se font de plus en plus rares notamment Lyon Angers et Marseille. 178 enfants atteints de malformations cardiaques ont ainsi été pris en charge par l’association en 2010 ! Venez vous engager à leurs côtés ! Référentes Mécénat Chirurgie Cardiaque Lyon : Annie Juillerot au 06 82 22 37 08 Angers : Nathalie Queinnec au 06 81 24 01 81 Marseille : Nancy Roche au 06 18 58 07 24 Mécénat Chirurgie Cardiaque, 33 rue St Augustin, 75002 Paris, Tél. 01 49 24 02 02, www.mecenat-cardiaque.org

30 // Une force de propositions et d’actions / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / NUMÉRO 725 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

MéMO

FAMILLES DE FRANCE Vous pouvez consulter toutes ces informations sur notre site et adhérer en ligne www.familles-de-france.org

MÉMO 17 mai * Fondation pour l’innovation politique : réflexion sur le « Vivre ensemble » avec Nathalie KosciuskoMorizet, ministre de l'Ecologie, du développement durable, des transports et du logement et Laurent Wauquiez, ministre chargé des Affaires européennes 10 juin * Ministère des Solidarités et de la cohésion sociale, Jacques Simbsler, Conseiller politique de la famille : groupe de travail sur la préparation du mariage civique

15 juin * Elysée, Jean Castex, Secrétaire général adjoint et Jean-Baptiste Froment, Directeur de cabinet 16 juin * Secrétariat d'Etat de la Jeunesse et de la vie associative, Anne-Laure Chazeau, Directrice adjointe de Jeannette Bougrab en charge des relations avec la vie associative : présentation de l'Odyssée des familles et demande d'agrément service civique

21 juin * Commission de régulation de l’énergie, Emmanuel Massa : audition sur le projet d'arrêté sur l’augmentation des tarifs réglementés de vente de l'électricité au 1er juillet 2011

4 juillet * Ministère de l’Economie et des finances, Ludovic Guilcher, Directeur adjoint de 22 juin François Baroin : pré* Assemblée nationale, paration du rapport Jean-Luc Warsmann, pré- d'évaluation sur les sident de la Commission conditions et les effets des lois : audition sur les de l'ouverture à la adaptations à apporter au concurrence et à la réDroit de la consommation gulation du secteur des jeux d'argent et de ha29 juin sard en ligne * Assemblée nationale, Christian Jacob

CONFÉRENCES

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

HENRI JOYEUX 13 octobre * Gap (05) Prévention des cancers du sein et de la prostate

21 octobre * Carpentras (84) Que ton Aliment soit ton Médicament

19 octobre * Montceau les Mines (71) Nutrition et prévention des maladies de civilisation : diabète, obésité, maladies auto-immunes, rhumatismes, alzheimer…

26 octobre * Montilliers (44) L'agriculteur, 1er acteur de santé

28 octobre * La Roque d’Antheron (13). La place des personnes en situation de handicap dans la société

27 octobre * Mende (48) Les remèdes de nos grands-mères

29 octobre * Carcassonne (11) L’agriculteur 1er acteur de santé

28 octobre * Sarrians (84) Les Hormones de

3 novembre * Metz (57) Nutrition et prévention

20 octobre * St Dizier (52) Santé Amour Sexualité

30 juin * Ministère de l'Ecologie : réflexion sur la famille

la puberté à la ménopause (18h30)

14 JUIN * Les essentiels de la rentrée 2011 : engagements entre Familles de France et les enseignes de la distribution pour une offre de rentrée scolaire à prix attractifs 1ER JUILLET * Affichage environnemental des produits de consommation : l’expérimentation des 168 entreprises volontaires débute le 1er juillet 2011

BILLET PARLEMENTAIRE Juillet 2011 * « Projet de loi renforçant les droits, la protection et l’information des consommateurs ».

12 JUILLET * Le panier des essentiels : un flop dans le déploiement de l’opération 17 AOÛT * Une rentrée plus chère pour les familles : +6,8% ; le coût de la rentrée scolaire pour un enfant entrant en 6e s’élève à 187,32 euros 2 SEPTEMBRE * Le ministre de l’Agriculture veut-il mettre les familles dans la rue comme en 1996 ?

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 725 / SEPTEMBRE - OCTOBRE 2011 / Une force de propositions et d’actions // 31



Familles de France Magazine