Page 1

c么me debray _ PORTFOLIO


- sélection de projets témoignant des acquis de la première année de licence semestre 1 XS le théâtre de verdure L la salle de chant XXL la tour de bureaux S le cabanon d’été semestre 2 S la halle de marché M la maison de la directrice - sélection de projets témoignant des acquis de la seconde année de licence semestre 3 l un logement dans les calanques M un logement en dent creuse semestre 4 XL la médiathèque de quartier - sélection de projets témoignant des acquis de la troisième année de licence semestre 5 L homeless is more M la galerie d’art de la chapelle - sélection de projets d’arts plastiques - présentation de quelques productions hors-champ ainsi que du site internet «comme un bel hasard» - curriculum vitae

sommaire


sélection de projets témoignant des acquis de la première année de licence


projet 1 _ semestre 1 Un théâtre de verdure à Luminy _ Toute première approche architecturale en atelier, concevoir une enceinte de théâtre en plein air faite de pierres de taille (matérialité). Le projet questionnait à la fois la petite échelle et l’inscription dans un site en déclivité (topographie-courbes de niveaux) - mettre en scène

projet 2 _ semestre 1 Une salle de chant du fort st jean _ creuser une salle de chant dans le fort st jean, situé en façade maritime, entre port et gare le projet questionnait le rapport à la masse, au plein et au vide mais aussi la notion de salle de spectacle. - requalifier


S

La jeune femme observa un moment un moment le bâtiment, constatant avec un sourire que le côté «jardin» était très ouvert tandis que le coté «cour» était clos. Elle s’installa dans les gradins, assise dans l’herbe contre un muret de pierre, elle aperçut quelqu’un apparaissant dans le fond de la scène. Une vingtaine de personne étaient maintenant installée dans les trois rangs de profonds gradins et la scène, surélevée, restait visible de tous. Tous purent donc voir l’acteur interagir avec le bâtiment, disparaissant puis réapparaissant au travers de passages dérobés...

L

La découverte soudaine de ce très vaste espace me déstabilisa un instant mais avide de descendre toujours plus en profondeur, je m’élançais déjà dans les escaliers. Quatre énormes puits de lumière apportaient une lumière plus importante que les deux énormes colonnes entre lesquelles je descendais et je voyais en contrebas un grand nombre de personnes installé dans des gradins surplombant la scène.


projet 5 _ semestre 2 La halle de marché _ P=S+T ce Projet de halle = un Sol requalifié + un Toit ce dernier élément se décompose en trois pans de toiture qui génère trois espaces spatialement différents : 1_L’AUVENT Ce premier toit représente le seuil de la halle, il est en contact direct avec la ville. Dans l’optique de renforcer la notion de légèreté inhérente au projet, ce pan de toiture semble avoir été délicatement plié et s’ouvre un peu plus sur la rue. On y passe, on n’y est ni dedans ni dehors. 2_L’ABRI Situé juste après l’auvent, cet espace se resserre, gagne en intimité. C’est un point ombragé mais ouvert, on s’y arrête, on s’installe sur les marches. Les enfants courent, et les anciens palabrent. 3_TOIT ou HALLE Le toit le plus bas, couvre l’espace le plus vaste. C’est notre halle polyvalente à proprement parler, le sol est entièrement libre et les possibilités d’occupation multiples de façon à correspondre à divers usages. Il remonte légèrement vers le conservatoire, nous invitant à nous y rendre. contexte


S

I

Le site auquel nous nous intéressons est en forte déclivité et le programme de la halle induit un sol plan. Après avoir déterminé la surface nécessaire, on repense le sol de façon à avoir quatre séries de marches et trois larges paliers reliant la rue au conservatoire.

II

III

N


GAUDI 3e édition Durant l’été 2011, ce projet a évolué. Il a été repensé mais surtout re dessiné, dans le but d’être proposé au concours européen sur l’architecture durable (cité de l’architecture & du patrimoine) «MARKET HALL : A PLACE FOR SOCIAL INTERACTION 2011»

Michel est vendeur sur le marché de la «halle Carli», il y installe son étalage les mercredi et samedi matins, toute l’année. Il travaille sur différents marchés de la région 5 jours par semaine et il pêche à Cassis le reste du temps. Marie-Thérèse est une enseignante à la retraite, qui affectionne les bons produits. Elle habite à deux rues d’ici et peut donc venir régulièrement se fournir en légumes frais au nouveau «marché Carli».


Tom est à l’école dans le quartier, en 5 minutes il vient voir les bouquinistes installés là tout les après-midi. Il se plonge dans une bande dessinée, avant de rentrer chez lui. Sophie passe ces vacances d’été à Marseille, elle vient de découvrir cet agréable endroit du centre ville. Un sublime édifice néo-classique, confronté à une halle contemporaine lui offrant un espace à l’abri du soleil.


projet 6 _ semestre 2 La maison de la directrice _ Concevoir, sur un terrain en contrebas de l’école, une maison de fonction pour la directrice de l’établissement. Premier projet de maison. Il a fallu tenir compte de la proximité voire de la promiscuité de l’ensa. Le projet prend alors la forme d’une trait, lancé depuis l’école vers l’extérieur. Un large mur cyclopéen est tracé dans la pente, les pièces viennent une à une se greffer contre lui tandis que la directrice le traverse pour rentrer chez elle. parcourir


M

Le mur tuteur, orienté nord-est/sud-ouest, fait face au mistral. Il se place comme un écran de protection derrière lequel se développe l’habitation. Les ouvertures au sud ayant été privilégiées, la lumière naturelles est omniprésente. Au nord, une fenêtre bandeau à hauteur de regard offre une vue cadrée sur la cime des arbres présents sur le site tout en évitant au maximum les dépérditions de chaleur. Au coeur de la maison, une terrasse, protégée du vent par les trois murs qui la bordent, elle est exposée au soleil tout au long de la journée. Elle offre un espace privilégié

mur ^N

élévation est


sélection de projets témoignant des acquis de la seconde année de licence


projet 7 _ semestre 3 Une maison dans les calanques de sugiton _ (vaste et libre) Concevoir un habitat isolé dans les calanques, pour le client de notre choix, notre scénario dictera nos contraintes. mr. marci est un provençal pure souche, tenant fermement a préserver le patrimoine naturel de son pays. il prend donc part au projet sugiton 2013, un projet de valorisation des calanques et des sentiers qui les jalonnent. une série de «folies» viennent ponctuer et requalifier le site, tandis que mr. marci, chargé d’orienter et d’informer les randonneurs, est logé sur les ruines d’une ancienne bergerie. respecter


L

élévation sud 1/200e

élévation sud

coupe 2 1/200e

> projet 1 groupe Morales DEBRAY CÔME [S3]

masse 1/200e

coupe

plan détail constructif

coupe 3 1/200e

> projet 1 groupe Morales DEBRAY CÔME [S3]

> projet 1 groupe Morales DEBRAY CÔME [S3]


projet 8 _ semestre 3 Une maison au coeur du camas _ (site imposé et étroit) Notre scénario évolue, il nous faut maintenant loger mr. marci en centre ville, au coeur du quartier du camas dépourvu d’espaces publics. 2015, le projet sugiton 2013 est un succès mais mr. marci se fait âgé et il est relayé pour son poste dans les calanques. On lui propose alors de bâtir sa maison dans une étroite dent creuse, donnant sur un coeur d’îlot densement occupé par des garages privatifs. Il y voit cependant une opportunité, la faille créée par sa parcelle va permettre de désengorger le coeur d’îlot. L’édifice se fait encore plus étroit pour laisser place à un passage montant vers un parcours de verdure au dessus des garages. s’adapter


M


projet 9 _ semestre 4 Une médiathèque place du 4 septembre _ composer avec le contexte urbain existant afin d’intégrer au quartier un équipement publique d’ordre culturel. il est question de requalifier la place du 4 septembre en tant qu’espace publique et d’y implanter une mediathèque. des recherches sur l’acte de lire sont inhérentes à la conception d’une médiathèque. le creux


xl

On creuse, dissociant ainsi deux partie du programme : livres dans les étages et médias au sous-sol. on créé ainsi un réel protocole pour pénétrer le bâtiment, on glisse dessous. Un dispositif de tremis apporte lumière naturelle à tout les niveaux et instaure un dialogue entre les étages. Un bloc opaque s’oppose aux planchers libres et légers, dans lequel sont situés la partie administrative, l’amphithéâtre ainsi que certains rayonnages.


sélection de projets témoignant des acquis de la troisième année de licence


projet 11 _ semestre 5 Une galerie d’art _ urban lighthouse Éléments du contexte + croisement de flux + les rails ENTERRÉS de la gare du nord + les rails AÉRIENS de la ligne 2 + le dessin des rails / sillons? + la non-place de la chapelle + le chemin de traverse existant ne doit pas être remit en question Intention + créer un lien, un troisième axe + dialogue vertical + signal visuel fort / phare urbain

phare

metro

trains


m R+5 / galerie alternative extérieure R+4 / galerie alternative intérieure

R+3 / café d’hiver accueillant un artiste en résidence l’été R+2 / café R+1 / café et terrasse d’été

Rez de chaussée / Rez de jardin / galerie d’art


Charles BAUDELAIRE

(1821-1867)

Les phares Rubens, fleuve d’oubli, jardin de la paresse, Oreiller de chair fraîche où l’on ne peut aimer, Mais où la vie afflue et s’agite sans cesse, Comme l’air dans le ciel et la mer dans la mer ; Léonard de Vinci, miroir profond et sombre, Où des anges charmants, avec un doux souris Tout chargé de mystère, apparaissent à l’ombre Des glaciers et des pins qui ferment leur pays, Rembrandt, triste hôpital tout rempli de murmures, Et d’un grand crucifix décoré seulement, Où la prière en pleurs s’exhale des ordures, Et d’un rayon d’hiver traversé brusquement ; Michel-Ange, lieu vague où l’on voit des Hercules Se mêler à des Christs, et se lever tout droits Des fantômes puissants qui dans les crépuscules Déchirent leur suaire en étirant leurs doigts ; Colères de boxeur, impudences de faune, Toi qui sus ramasser la beauté des goujats, Grand coeur gonflé d’orgueil, homme débile et jaune, Puget, mélancolique empereur des forçats, Watteau, ce carnaval où bien des coeurs illustres, Comme des papillons, errent en flamboyant, Décors frais et légers éclairés par des lustres Qui versent la folie à ce bal tournoyant ; Goya, cauchemar plein de choses inconnues, De foetus qu’on fait cuire au milieu des sabbats, De vieilles au miroir et d’enfants toutes nues, Pour tenter les démons ajustant bien leurs bas ; Delacroix, lac de sang hanté des mauvais anges, Ombragé par un bois de sapins toujours vert, Où, sous un ciel chagrin, des fanfares étranges Passent, comme un soupir étouffé de Weber ; Ces malédictions, ces blasphèmes, ces plaintes, Ces extases, ces cris, ces pleurs, ces Te Deum, Sont un écho redit par mille labyrinthes ; C’est pour les coeurs mortels un divin opium ! C’est un Un ordre C’est un Un appel

cri répété par mille sentinelles, renvoyé par mille porte-voix ; phare allumé sur mille citadelles, de chasseurs perdus dans les grands bois !

Car c’est vraiment, Seigneur, le meilleur témoignage Que nous puissions donner de notre dignité Que cet ardent sanglot qui roule d’âge en âge Et vient mourir au bord de votre éternité !


sélection de projets d’arts plastiques


projet d’arts plastiques _ semestre 2 Le passage _ vidéo La demande de ce semestre était de mettre en pratique les outils pertinents pour donner forme à la transformation, au passage de notre choix. ici les altérations ont étés puisées dans la liste de verbes de richard serra (1967-68) tandis que j’ai opté pour un traitement vidéo. centre ville de marseille, à proximité de la canebière, un bloc noir monolithique se dresse, menaçant. il se fissure et ses fragments aux surfaces miroitantes se dispersent lentement dans la brume avant de percuter les édifices du quartier. exploser


projet d’arts plastiques _ semestre 3 ALTER EGO 1.0 _ 1 Recherches plastiques sur le thème de la traversée, initié par anne-valérie gasc (plasticienne, enseignante). nous avons travaillé en groupes réduits durant un semestre a une proposition spatiale accompagnée d’une video plasticienne. Nous décidons de travailler sur une traversée du réel au virtuel avec pour ambition de proposer un espace singulier à partir d’un espace réel prémices et suite


rendu de fin de semestre et prĂŠsentation vidĂŠo en prĂŠsence des galeristes de la galerie des grands bains douches (marseille)...


projet d’arts plastiques _ exposition mai 2011 ALTER EGO 2.0 _ en collaboration avec dimitri felouzis 3 Contactés par la galerie, nous prenons part au projet des galeries nomades. Il s’agit d’installer des galeries d’art mobiles dans des quartiers excentrés et délaissés de marseille. Pendant près de deux mois se succéderont dans des containers, diverses expositions professionnelles. On nous offre la possibilité d’investir le container lab, dédié à des travaux expérimentaux. espace inarpentable


4 Nous participerons également à la requalification (éphémère) du site. le projet des jeunes architectes guillaume calas et thibault maupoint de vandeul, consiste à doter les containers d’une vaste terrasse et de mobilier en bois de coffrage.

5 Nous n’avons pas souhaité exposer de façon scolaire le travail du troisième semestre mais plutôt proposer une réelle installation spatiale. Nous avons réinterprété les principes mis en place en atelier et les avons appliqué à ce «réel» que l’on nous proposait. créer l’alter ego alteré de ce container Jeux de lumières, de projection, de sonorités plongent le visiteur dans un espace singulier et inaccessible. Un double virtuel du container est projeté à l’intérieur, semblant dédoubler l’espace.


projet d’arts plastiques _ semestre 4 Mobilier bois _ bernard boyer (plasticien, enseignant) serrer


présentation de quelques productions hors-champ ainsi que du site internet «comme un bel hasard»


«Junkspace change toujours, il n’évolue jamais. Son programme, c’est le crescendo, comme dans le Boléro de Ravel.» rem koolhaas


«ne rien dessiner que l’on ne puisse réaliser.» jean prouvé


oppression urbaine _ typographie illisible


«avoir un violon d’ingres» comme-un-bel-hasard.tumblr.com Espace virtuel où sont archivées depuis 2009 et de façon régulière mes expérimentations autour de l’image : typographie, photo, vidéo... Internet est une immense source d’informations et devient dans ce cas un véritable moteur de production. outil


curriculum vitae


Côme Debray Né le 15 mai 1991 21, rue dezobry 93200 saint denis Tel : 06 70 63 13 79

FORMATION 2011 - 2012 : Paris étudiant en troisième année à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture semestre 6 : atelier Frédéric Bertrand architecte DPLG semestre 5 : atelier David Elalouf architecte DPLG 2010 - 2011 : Marseille étudiant en seconde année à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture semestre 4 : atelier Jérôme Apack architecte DPLG semestre 3 : atelier José Morales architecte DPLG 2009 - 2010 : Marseille étudiant en première année à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture semestre 2 : atelier Eric Dussol architecte DPLG semestre 1 : atelier Eric Dussol architecte DPLG 2006 - 2009 : Toulouse Cycle de lycée en STI Arts Appliqués Obtention du Baccalauréat Arts Appliqués avec mention Bien EXPERIENCES PROFESSIONNELLES sept 2011 : participation au concours européen sur l’architecture durable, organisé par la cité chaillot été 2011 : collaboration avec anne-valérie gasc (plasticienne) dans le cadre du concours pour le 1% ar tistique du lycée brzeska mai 2011 : ALTER EGO, installation plastique dans un container dans le cadre du cycle d’exposition ARCHIST / les galeries mobiles, proposée par la galerie Art-Cade juin 2010 : conception graphique pour la troupe de l’Olivier qui présente les femmes savantes de Molière au festival d’Avignon 2010 puis 2011 août 2006 : stage d’observation chez Mathieu Debray, architecte DPLG juin 2006 : stage d’observation au cabinet d’architecture d’interieur Jaymes & Valentin COMPETENCES Anglais : bon Espagnol : bon


merci

PORTFOLIO _ debray come _ 2012  

Etudiant en architecture à l'ensa paris belleville archi_image_video

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you