Page 1

Dossier de presse Agence Colonnes Julie Lécuyer & Alix Lionni 16 rue des Saints-Pères 75007 Paris +33 1 42 60 70 10 / contact@colonnes.com


carré rive gauche antiquaires & Galeries d’art - Paris Vii

Quai Voltaire, rue du Bac, rue de Beaune, rue de Lille, rue du Pré-aux-Clercs, rue des Saints-Pères, rue de l’Université, rue de Verneuil. Paris VI et VII. La Dolce Vita du 7 au 16 juin 2018 Vernissage le jeudi 7 juin de 18h à 22h


La Dolce Vita ou l’art de se laisser vivre au Carré Rive Gauche La Dolce Vita au Carré Rive Gauche, c’est venir contempler le soleil baigner les vitrines des Antiquaires et Galeries d’art parées des couleurs de l’Italie. C’est rêver de croiser, au détour de l’une des huit rues du quartier, le sosie de la plantureuse Anita Ekberg, et se plaire à convoquer le souvenir éternel de la scène de la fontaine.

« Marcello! Marcello!.. » La Dolce Vita au Carré Rive Gauche, c’est s’octroyer, le temps d’une soirée, la place de ce Mastroianni flânant au cœur des fastes romains accolés à une symbolique religieuse profanée, trompant l’ennui avec les femmes, tentant d’échapper à la fuite du temps en fuyant son existence au profit de la décadence, gagnant sa vie en dissimulant sa peur de la mort sous le plaisir futile des mondanités, assouvissant son désir dans l’érotisme latent du poème cinématographique de Fellini. La Dolce Vita au Carré Rive Gauche, c’est un peu comme si Baz Luhrmann revisitait ce maître du cinéma italien. Les Antiquaires et Galeries d’art de ce quartier d’exception offriront à voir, du 7 au 16 juin, leur interprétation de « la Dolce Vita ». Tantôt rock, charnelles, sentimentales, relevant de l’iconographie mythologique ou de l’instant volé, évoquant la musicalité imprimée aux gestes et les mélodies de Nino Rota : les œuvres présentées pour l’événement dénoteront l’éclectisme du Carré Rive Gauche sur un doux air de printemps.


La programmation de l’événement Afin que la fête soit complète, le Carré Rive Gauche prévoit des animations en collaboration avec ses partenaires : un bar à champagne Taittinger et un happening organisé par ESI, se tiendront au sein du quartier pour le plaisir des papilles et des yeux. L’ancrage du Carré Rive Gauche dans son quartier et sa capacité à dynamiser la vie associative ont été mis à profit à travers une nouvelle collaboration, avec la Maison des Associations du 7 e arrondissement. Un certain nombre d’associations voisines animeront elles aussi le quartier. Le food truck Clasico Argentino et plusieurs food bikes viendront régaler les hédonistes d’un soir ou de toujours, respectivement d’empanadas et de glaces argentines, et de crêpes ou autres gourmandises. Enfin, un jazz band bercera nos oreilles !


5 bonnes raisons... de visiter le Carré ! 1. Richesse et éclectisme

Le Carré Rive Gauche s’offre aux visiteurs dans toute sa splendeur et sa diversité. C’est un condensé de 7 000 ans d’histoire des arts décoratifs que l’on entrevoit en flânant dans ses rues. Le voyage commence dans l’Antiquité à la découverte des sculptures grecques, étrusques ou romaines. Quelques rues plus loin, on apprécie la qualité du mobilier Haute Époque et des sculptures polychromes de la Renaissance. Puis, le tour se poursuit et nous entraîne aux XVIIe et XVIIIe siècles, au summum du raffinement du mobilier et de l’art français. Sans oublier les arts du feu qui transcendent l’espace et le temps, de la Chine à la Manufacture de Sèvres en passant par les compagnies des Indes hollandaises. Pour terminer, la visite s’ancre dans notre époque, avec un incroyable panorama du design et des arts contemporains (peinture, sculpture, photographie, céramique…).

2. Une expertise unique dans le monde de l’art

L’Association Carré Rive Gauche est née en 1977. Aujourd’hui, elle regroupe une centaine de galeries et marchands d’art. Cette formidable concentration de professionnels du monde de l’art n’est en rien le fruit du hasard : situé entre le Musée du Louvre et le Musée d’Orsay, au cœur de Saint-Germain-des-Prés, le Carré Rive Gauche est un lieu privilégié. La rue de Beaune, la rue du Bac, la rue de Verneuil, la rue de Lille, la rue de l’Université, la rue des Saints-Pères ou encore le quai Voltaire sont devenus, en 40 ans, le port d’attache d’experts reconnus dans leur domaine et de galeries prestigieuses. Passion, exigence et qualité sont les maîtres-mots qui rassemblent les galeries du Carré. Pour les collectionneurs avertis, les décorateurs, les artistes ou encore les amateurs passionnés, le Carré Rive Gauche est sans conteste un lieu de passage obligé dans la capitale.

3. Une plongée au cœur de l’histoire

Le Carré est un lieu empreint d’histoire. Ici, les bâtiments ont une âme. Du marquis de Cuevas à Charles Baudelaire, d’Alexandre Dumas à Amedeo Modigliani, d’Alfred Jarry à Juliette Récamier : les personnages historiques qui ont habité et façonné le quartier y ont laissé leur marque. Nombreux sont les lieux de mémoire. Jean-AugusteDominique Ingres avait installé son atelier au 17 quai Voltaire. Jacques Lacan pratiquait la psychanalyse au 5 rue de Lille, les cadets de Gascogne menés par d’Artagnan logeaient au 17 rue du Bac, Serge Gainsbourg composait au 5 rue de Verneuil et le fondateur du Musée du Louvre, Dominique Vivant Denon, résidait au 9 quai Voltaire.


5 bonnes raisons... de visiter le Carré ! 4. Le Carré Rive Gauche et les décorateurs

À l’image du renouveau qui s’opère dans le Carré, les membres du Bureau -  JeanLouis Herlédan (Président), Gaulthier Aubert (Vice-Président), Michèle Hayem (Secrétaire Générale) et Anouch Kasparian (Trésorière) - souhaitent apporter un nouvel éclairage sur l’association en mettant en exergue les liens qui se tissent de plus en plus avec le monde de l’architecture et de la décoration d’intérieur, dont la proximité dynamise le quartier. Parmi les fidèles des galeries, on trouve évidemment des collectionneurs, des conservateurs de musées, des amateurs mais aussi un nombre croissant de professionnels de la décoration d’intérieur, dont plusieurs grands noms se sont installés dans le quartier.

5. L’événement « La Dolce Vita » du Carré Rive Gauche se déroulera au cœur d’une période propice au rayonnement des arts à Paris

- Nocturne Rive Droite le mercredi 6 juin, - Carré Rive Gauche et Printemps Asiatique le jeudi 7 juin (certaines galeries du quartier participent aux deux événements simultanément), - Soirée des Puces le vendredi 8 juin. Le Carré Rive Gauche vient d’ajouter le mot « Paris » à sa marque, pour affirmer son rayonnement international.

Du 7 au 16 juin 2018, les Antiquaires et Galeristes du Carré Rive Gauche - Paris vous invitent à la découverte de 7000 ans d’arts décoratifs. Rue du Bac, rue de Beaune, rue de Lille, rue du Pré-aux-Clercs, rue des Saints-Pères, rue de l’Université, rue de Verneuil, quai Voltaire. Paris VI et VII.

Le Carré Rive Gauche remercie ses partenaires www.carrerivegauche.com / www.fonds-carrerivegauche.com

CARRÉ RIVE GAUCHE ANTIQUAIRES & GALERIES D’ART - PARIS VII

2018-CRG-annoncepresse-140x200.indd 1

02/05/2018 18:13


Les visuels disponibles...


1831 Art Gallery

Art moderne et contemporain

6 rue de Lille, Paris 7 www.1831artgallery.com +33 1 75 51 78 68 / hello@1831artgallery.com

Aude Herlédan (1966-) Colourful, 2018 Polyptyque, 6 panneaux (65 x 54cm) Techniques mixtes sur toile 195 x 108 cm © 1831ArtGallery

EXPOSITION « VIBRATO » du 7 juin au 25 juillet 2018. Vernissage le 7 juin à partir de 18h. Vibrato est un clin d’œil au thème de l’événement du Carré Rive Gauche «  La Dolce Vita  ». Le titre de cette exposition est emprunté à l’univers de la musique. Ce substantif italien décrit une modulation esthétique, une forme d’ornement. Comme tous les effets de nuance, le vibrato apporte une expressivité particulière : il évoque ici la résonance des lignes, l’effet pulsatoire des couleurs, la vibration des émotions. Vibrato est une exposition étonnante qui présente des peintures de Florence Blanchard et de Aude Herlédan, des photographies de Pedro Correa, des sculptures textiles de Anne-Sophie Gruwez, des sculptures en bois de Lars Zech et des porcelaines de Thierry Lancelot. Véritable modulation esthétique, Vibrato est une parabole de l’exaltation de la vie…


G a l eri e Arcanes

Arts décoratifs du XXe et Design

11 rue de Lille, Paris 7 www.galeriearcanes.fr +33 1 40 20 49 59 / info@galeriearcanes.fr

Patrick Braoudé, Tant qu’il y aura des hommes et des femmes Tirage photographique C-print © Patrick Braoudé

La Dolce Vita à la Galerie Arcanes : « Les Impressions intemporelles de Patrick Braoudé » La Galerie Arcanes vous invite à une promenade sur les plages de Normandie en compagnie de Patrick Braoudé. Si l’on connaît l’homme du cinéma, on ignore souvent qu’avant d’être acteur et réalisateur, Patrick Braoudé se passionnait pour la photographie. Il revient ici à ses premières amours et livre de petits morceaux de vies, capturés sur les plages de Normandie, des prises de vue simples, du bonheur au quotidien. Patrick Braoudé sait photographier ce non visible qui donne toute l’atmosphère à l’instant présent. La chaleur douce ou intense, l’air humide et vibrant, c’est palpable…il saisit la température !

On a déjà les pieds modelés par le sable, l’humidité salée sur les lèvres, le parfum de la mer et du grand air plein les narines, la glace à la main.


F. Baulme Fine Arts

Peinture, sculptures et dessins anciens

1 quai Voltaire, Paris 7 www.fbaulme-finearts.com +33 1 42 60 73 10 / contact@fbaulme-finearts.com

La beauté des paysages italiens... La chaleur du soleil sur les pierres... Carl Frederik Aagaard (Odense, 1833 - Copenhague, 1895) Vue sur le Mont Etna à travers les ruines du Théâtre Grec de Taormina, 1871 Huile sur toile 100 x 72 cm Signé et daté en bas à droite © F. Baulme Fine Arts


JM Béalu & Fils

Céramique et Arts du feu 3 rue du Bac, Paris 7 / www.bealu.net +33 1 45 48 46 53 / bealu@wanadoo.fr

Fontaine d’Urbino, XVIe siècle Fontaine en ronde-bosse en forme de grotte à bassin rectangulaire en majolique d’Urbino à décor polychrome au naturel. Elle est surmontée d’un Bacchus enfant tenant dans ses mains un verre et un pichet, entouré d’un capridé de chaque côté ; au dos, une cavité voutée. Atelier de Patanazzi, vers 1580, deuxième partie du XVIe siècle. Hauteur : 45 cm. Provenance : collection privée italienne. Référence : Jeanne Giacomotti, Les majoliques des musées Nationaux, n°1118 et 1119 pages 375 et 376. Ed. des Musées nationaux, Paris 1974. Prix : 16 500 € © JB

La fraîcheur de l’eau des fontaines...


G a l eri e Belliard

Antiquités, mobilier et objets d’art 30 rue de Verneuil, Paris 7 www.galerie-belliard.com +33 1 40 20 45 82 / francoisbelliard@yahoo.fr

La pureté de l’esthétique de l’Antiquité romaine...

Statue en terre cuite signée de Brault Femme drapée à l’ancienne Manufacture de Choisy le Roi XIXe siècle Hauteur : 136 cm


Marie Biancarelli Antiquaire

Curiosités, objets de vitrine et de collection 10 rue de Beaune, Paris 7 +33 6 13 08 03 44 / marie.biancarelli@gmail.com

Une ravissante parure étrusque pour sublimer la Femme... Collier en or jaune de style étrusque orné de scarabées en cornaline, antiques et modernes Circa 1860 Travail italien, attribué à Castellani Poids brut : 104 grammes © Guillaume Benoît


G a l eri e Canavèse

Arts décoratifs du XXe et Design 21 rue des Saints-Pères, Paris 6 www.galerie-canavese.com +33 9 50 75 60 25 / info@galerie-canavese.com

Lo Kee, La pilule © www.lokee-photo.com

Se la couler douce sur les bords de Seine...


Galerie Chenel

Archéologie et civilisations 3 quai Voltaire, Paris 7 www.galeriechenel.com +33 1 42 97 44 09 / contact@galeriechenel.com

Amour, toujours...

Aphrodite dénouant sa sandale Rome, Ier siècle av. J.-C. – Ier siècle ap. J.-C. Marbre Taille et bras gauche restaurés Hauteur : 54 cm x largeur : 29,5 cm Provenance : ancienne collection privée de M. J.-C. Duret, sud de la France, depuis les années 1980. Vendue a Sotheby’s Londres le 11 juillet 1988, lot n°142.


G a l eri e Chevalier

Arts du textile 17 quai Voltaire, Paris 7 www.galerie-chevalier.com +33 1 42 60 72 68 / info@galerie-chevalier.com

Diane et Actéon : tapisserie faisant partie d’une tenture de L’Histoire de Diane Anvers – milieu du XVIIe siècle Hauteur : 373 cm x Largeur : 499 cm Modèle dans le goût de Rubens / Tissée en laine et soie

Une Dolce Vita mythologique à la Galerie Chevalier Le 7 juin prochain, le Carré Rive Gauche, lors de son événement de printemps, célèbrera la Dolce Vita. À cette occasion, la Galerie Chevalier évoquera

une dolce vita mythologique à travers une tapisserie flamande du XVIIe siècle : Diane et Actéon.


Bertrand de Lavergne

Arts d’Asie 17 rue des Saints-Pères, Paris 6 www.bertranddelavergne.com +33 1 42 60 21 63 / bertrand.de.lavergne@wanadoo.fr

Détail d’un grand plat en porcelaine de la « famille verte » et bleu poudré à très rare décor de scène galante avec un voyeur derrière un rocher percé Chine, époque Kangxi (1662-1722) Pièce similaire : Musée de Groningen (Famille verteChinese Porcelain in green enamels par C. J. A. Jörg) Diamètre : 40 cm. © Yves Breton

L’art de la séduction...


G a l eri e Carole Decombe

Arts décoratifs du XXe et Design 30 rue de Lille, Paris 7 www.galeriecaroledecombe.com +33 1 40 20 00 12 cecile@galeriecaroledecombe.com

La culture du farniente...

Fernando Galez Jaguar Sculpture en basalte, Mexique, années 1920 © David Ross


François Hayem

Antiquités, mobilier et objets d’art 13 rue du Bac, Paris 7 +33 1 42 61 25 60 / hayemantiquites@free.fr

Le temps du triomphe des plaisirs...

Rare pendule d’époque Louis XVI en bronze ciselé et doré représentant Le Triomphe du jeune Bacchus sur un char tiré par deux bouquetins Bronzes ciselés et dorés attribués à Philippe Thomire (1757-1853) Mouvement à quantième de Lieutaud à Paris Marbre rouge de Bourgogne Époque Louis XVI, cira 1780, XVIIIe siècle Dimensions : Hauteur 50 cm. Largeur : 64 cm. Profondeur : 15 cm.


G a l eri e Michèle Hayem

Arts décoratifs du XXe et Design 5 rue de Beaune, Paris 7 www.galerie-michele-hayem.com +33 6 62 67 79 02 / michayem@hotmail.fr

Carolein Smit Leda et le Cygne, 2016 Céramique émaillée Hauteur 62 cm. Largeur 96 cm. Profondeur 58 cm. Pièce unique, signée. © Winnifred Limburg

Céder à la tentation du plaisir coupable...

Carolein Smit est une figure majeure de la Nouvelle Céramique. Ses sculptures possèdent un pouvoir de séduction irrésistible et convoquent une violence crue qui, à la manière des vanités et des écorchés, met en contrepoint décharnement et ostentation, luxuriance et vacuité, haine et amour, innocence et culpabilité, acceptation et pardon, comme dans cette scène inspirée de la mythologie, Leda et le Cygne. Depuis le 20 mars et jusqu’au 30 septembre 2018, le Victoria and Albert Museum de Londres présente une exposition personnelle de Carolein Smit, accompagnée d’un livre de 350 pages. À partir du 7 juin 2018, le Grassi Museum de Leipzig présentera une exposition personnelle de Carolein Smit.


G a l eri e Jantzen

Curiosités, objets de vitrine et de collection 18 rue de Beaune, Paris 7 www.laurencejantzen.com +33 1 42 61 58 05 / jantzen@artcannes.com

Parer la chaleur de l’été en toute élégance...

Canne à système éventail, France fin XIXe - début XXe Canne à système de dame faisant pare-soleil ou pare-feu, pouvant aussi être utilisée sous la forme d’un éventail. La canne droite en bois fruitier s’ouvre par charnière sur l’éventail qui se déploie sur le fût. L’éventail reste solidaire de la canne. L’éventail est en papier huilé de couleur framboise à 28 plis. Référencée dans le livre de Catherine Dike : Les cannes à système, page 161, photographies n°17/37 et 17/40. © L. Jantzen


G a l eri e Gabrielle Laroche

Antiquités, mobilier et objets d’art 12 rue de Beaune / 25 rue de Lille, Paris 7 www.gabrielle-laroche.com +33 1 42 97 59 18 / gabrielle-laroche@wanadoo.fr

Yoshiko Miyashita Narussime, 1985 Sculpture en marbre de Carrare et bronze Atelier Carlo Nicoli Pièce unique Hauteur : 180 cm. Largeur : 35 cm. Profondeur : 20 cm. Expositions : Château du Repas © Vincent Luc - Agence Phar

« [...] Il y a déjà une bonne dizaine d’années de cela, les œuvres peintes de Yoshiko Miyashita m’ont fait penser à un Picasso femme. Si j’ai eu alors l’intuition immédiate d’un Picasso femme, c’est parce que la mise en pièces et la synthèse des figures de femmes qui en étaient le thème, étaient empreintes de liberté et de dynamisme, comme celles de Picasso dans sa période cubique.

Et dans ses dernières sculptures, on retrouve bien l’exubérante plastique de ses figures de femmes. Des fesses, des ventres, des plantes de pieds, des seins, des bras, des mains, des cheveux. Toutes ces formes des parties du corps humain sont stylisées ou ornementées à l’extrême. Ce n’est pas de la stylisation pour de la stylisation, ni de l’ormentation pour de l’ormentation. Cette artiste n’a pas tant d’expérience en matière d’exécution artisanale, qui d’ailleurs ne nécessite pas tant d’exercice. C’est parce qu’elle connaît bien le tarissement consécutif à un simple exercice trop longtemps répété. Alors, d’où lui viennent cette stylisation et cette ornementation ? Sans doute que pour elle, il ne s’agit pas seulement d’une attirance vers la morphologie en soi du corps féminin ou vers sa plasticité particulière. C’est parce que les parties du corps féminin qui viennent et reviennent sans cesse dans ses sculptures ont été choisies comme un moyen de concrétiser l’éros dont l’homme a pris conscience au point même de l’élever au stade de concept. [...] » Katsuhiro Yamaguchi Professeur à l’Université Tsukuba/video artist, août 1988. Traduit par Rose-Marie Fayolle


Le Cabinet de Porcelaine

Métiers d’art 37 rue de Verneuil, Paris 7 www.lecabinetdeporcelaine.com +33 1 42 60 25 40 / info@lecabinetdeporcelaine.com

Création de Samuel Mazy, 2017 35 cm x 20 cm © Frédéric Godé

L’Italie jusqu’au bout des feuilles...

Samuel Mazy exerce le métier de céramiste depuis seize ans. Il façonne et peint des fleurs en porcelaine qu’il associe le plus souvent au travail du métal pour réaliser des compositions florales décoratives d’une grande poésie, ainsi que des objets de décoration tels que des appliques ou des lustres d’une haute technicité. Son travail s’inspire des maîtres « fleuristes porcelainiers » d’autrefois avec un esprit naturaliste qu’il décline au gré de son inspiration. Son activité s’oriente vers deux pôles. D’une part, des créations qu’il propose à une clientèle de particuliers dans sa boutique, Le Cabinet de Porcelaine, ouverte depuis 2001 au 37 rue de Verneuil, Paris (75007). D’autre part, des collections haut de gamme dans un esprit plus contemporain, telles que la ligne Magnolias qui associe la porcelaine et le bronze, diffusées auprès de décorateurs ou effectuées sur commande pour des collectionneurs privés qui suivent ses créations dans le monde entier.


Jacques Leegenhoek

Peinture, sculptures et dessins anciens 35 rue de Lille, Paris 7 www.leegenhoek.com +33 1 42 86 85 51 / jleegenhoek@gmail.com

Antonio Balestra (Vérone, 1666 - 1740) Vulcain remettant à Thétis les armes pour Achille Huile sur toile, 110 x 116 cm © Vincent Luc -  Agence Phar

Quand Thétis, la plus belle des Néréides, fait tourner la tête de Zeus, Apollon et Poséidon, cela donne un avant-goût de la Dolce Vita. Quand ensuite Thétis épouse Pélée et lui donne pour fils Achille, le plus grand des héros grecs, la Dolce Vita se transforme en guerre de Troie. C’est ainsi que dans notre tableau, Thétis récupère pour son fils, les armes qu’elle avait commandées à Vulcain.


Galerie JM Lelouch

Arts décoratifs du XXe et Design 11 quai Voltaire, Paris 7 www.jmlelouch.com +33 1 40 13 94 03 / contact@jmlelouch.com

Alessandro Mendini, Lampe Cubofesra, éditée en 1968 par Fidenza Vetraria en Italie Platine de fixation en laiton enserrant deux éléments imbriqués en verre épais formant un cube en forme de bulle Dimensions : 16 x 16 x 16 cm © Victoria Tanto

La beauté intemporelle du design italien...

Alessandro Mendini est né en 1931 à Milan. C’est grâce à son travail d’architecte, de designer, de journaliste et d’éditeur que Mendini a permis de sensibiliser le monde au design italien.


Galerie Valérie Levesque

Arts d’Asie 3 rue des Saints-Pères, Paris 6 www.chine-japon.com +33 1 42 60 56 57 / valerie-levesque@wanadoo.fr

Peinture représentant une jeune femme avec un instrument de musique et un chat (détail) Encre et pigments sur soie Chine, dynastie Qing, XVIIIe siècle 137,5 x 64 cm

La musique, pilier de la fête...


Galerie Gérard Lévy

Arts d’Asie 17 rue de Beaune, Paris 7 +33 1 42 61 26 55 / galeriegerardlevy@gmail.com

Michel Tessier La diagonale des sens Nikon FM, Pellicule Tri X Kodak, 650 ASA, Nikon 85 mm, studio, lumière Flash Balcar © Michel Tessier

C’est la première fois, et au motif de l’événement de printemps du Carré Rive Gauche, que la Galerie Gérard Lévy, spécialisée en arts d’Asie et photographie de collection, présente un artiste contemporain : Michel Tessier. Michel Tessier collabore pour Vogue, Marie Claire, L’Officiel depuis plus de trente ans et réalise des campagnes de publicité et catalogues de marques de lingerie et de beauté. En parallèle, il développe ses travaux personnels.

Amoureux des courbes, il sait apprivoiser la lumière et les ombres pour nous donner à toucher le grain de la peau et rendre compte du charnel en photo. Michel Tessier vit aux États-Unis et expose pour la première fois dans une galerie en France.


Galerie Gilles Linossier

Antiquités, mobilier et objets d’art 11 quai Voltaire, Paris 7 www.galerie-linossier.com +33 1 53 29 00 18 / g.linossier@wanadoo.fr

Commode d’époque Louis XIV attribuée à Nicolas Sageot (1666-1731), Paris, vers 1700-1710 En marqueterie en première partie et contrepartie de cuivre et écaille rouge, placage de bois noirci, ornementation de bronze ciselé et doré Largeur : 120 cm. Hauteur : 83,5 cm. Profondeur : 65,5 cm. © Galerie Gilles Linossier

L’Italie, inspiratrice des fastes de la marqueterie française...

Cette impressionnante commode présente un riche décor « à la Bérain  », constitué de personnages de la Commedia dell’arte évoluant sous des dais festonnés, coquilles, enroulements feuillagés, chimères, volatiles, putti, et vasques fleuries.

Le blason des Médicis figure au centre du plateau.


L’Œil du Pélican

Antiquités, mobilier et objets d’art 5 rue de Beaune, Paris 7 +33 6 14 18 13 08 / francoise.carrier@wanadoo.fr

Vue de la Cour, le Palais Pitti et les Jardins Boboli Attribuée à Guiseppe Maria Terréni (Livourne, 1739-1811) Circa 1780 Dessin italien, plume, lavis de bistre, aquarelle avec des rehauts de gouache blanche © Xavier Grandsart

La finesse du trait italien...


Galerie MiniMasterpiece

Art moderne et contemporain 16 rue des Saints-Pères, Paris 7 www.galerieminimasterpiece.com +33 6 62 01 63 06 / estherdebeauce@gmail.com

Pablo Reinoso Bracelet Loopingcuf, 2018 Vermeil et or jaune brossé 18k Édition de 8 + 2 EA, édition MiniMasterpiece © Yann Delacour

L’exubérance, clef de l’élégance à l’italienne...

Inauguration du nouvel espace de la Galerie MiniMasterpiece le 7 juin 2018 La galerie MiniMasterpiece ne pourra bientôt plus se vanter d’être la plus petite galerie parisienne ! Après six années passées dans l’écrin de ses bijoux d’exception et à partir du 7 juin 2018, Esther de Beaucé accueillera fidèles amateurs et nouveaux curieux dans son nouvel espace, situé à la même adresse, mais en fond de cour. Cette inauguration sera l’occasion de découvrir les bijoux les plus récents issus des dernières collaborations avec les artistes Jean-Luc Moulène, Phillip King, Pablo Reinoso, Carlos Cruz-Diez, Claude Lévêque, Faust Cardinali et les designers Frédéric Ruyant, Pierre Gonalons et Nestor Perkal.


G a l eri e des Modernes

Art moderne et contemporain 2 et 13 rue des Saints-Pères, Paris 7 et 6 +33 1 40 15 00 15 / galerie.des.modernes@orange.fr

Marie Laurencin (Paris, 1883-1956) La Princesse de Clèves, 1934 Aquarelle sur papier Signée en bas à droite « Marie Laurencin » 33,8 cm x 44,8 cm © Galerie des Modernes, Paris

Si pour certains, « La Dolce Vita » évoque un film mythique, elle incarne pour nous dans sa traduction littérale

une « douce oisiveté », une vie facile axée sur les plaisirs et la richesse.

La Princesse de Clèves est d’abord un roman historique où son auteure : Madame de La Fayette (1634-1697) incarne en elle-même la préciosité et fréquente les salons littéraires. Les figurent féminines de notre aquarelle de Marie Laurencin illustrent la grâce, la légèreté, la douceur d’une vie idéale basée sur les plaisirs.


Galerie Myrna Myers

Arts d’Asie 11 rue de Beaune, Paris 7 +33 1 42 61 11 08 / mmyersgal@aol.com

Militer pour une vie plus douce...

La Galerie Myrna Myers a le plaisir de présenter « Les Affiches de Mai ’68 issues de l’Atelier Populaire  -  la collection de Philippe Vermès  » Dans ces moments chauds du mois de mai ’68, Philippe Vermès et ses camarades de la Jeune Peinture ont cherché un moyen de contribuer au mouvement. Lors d’une assemblée générale universitaire houleuse à Censier (à deux minutes du Quartier Latin), ils ont senti l’importance des différentes actions sociales incitant à l’occupation des lieux de travail et d’études. Ils avaient envie de s’y associer. La question, « Comment y participer? » les narguait. À l’École des Beaux-Arts où ils étaient étudiants, ils ont fait fonctionner la presse lithographique, mais la méticuleuse et lente technique de la lithographie ne permettait pas d’imprimer plus d’une trentaine d’affiches en une après-midi. Grâce aux connaissances des artistes : Rougemont, Seydoux, Merri-Jolivet, etc., un atelier de sérigraphie y a été installé. Il fut très vite nommé « l’Atelier Populaire » et se fit « entendre » visuellement et très clairement dans les rues de Paris et autour des usines occupées. Placardées de façon massive aux murs, ces affiches ont fait connaître l’ampleur des mouvements et ont donné voix aux multiples luttes sociales. Les affiches étaient conçues à la fois comme expression de l’imaginaire populaire et comme moyen de faire prendre conscience au public des problèmes sociaux, politiques, et économiques. La grogne sociale s’affiche encore mais désormais, les « smart phones », via Twitter, Facebook et Instagram, ont pris le relai pour afficher l’histoire autrement. La Galerie Myrna Myers est heureuse de montrer une sélection des affiches qui ont joué un rôle déterminant dans l’histoire de la France. Ces affiches originales proviennent de la collection Vermès. La gamme de prix s’étend de 400 € à 2 000 €.


La Pendulerie

Antiquités, mobilier et objets d’art 8 rue de Beaune, Paris 7 www.lapendulerie.com +33 1 42 61 51 60 / lapendulerie@lapendulerie.com

Prendre le temps de contempler le Beau...

Allégories de l’Astronomie et de l’Histoire La caisse attribuée à Étienne Martincourt Les figures féminines d’après des modèles attribués à Augustin Pajou Le contre-émail signé par l’émailleur Élie Barbezat Exceptionnelle pendule monumentale en bronze finement ciselé, patiné « à l’antique » ou doré à l’or mat et à l’or bruni Paris, époque Transition Louis XV-Louis XVI, vers 1770 Hauteur : 68 cm. Largeur : 80 cm. Profondeur : 28,5 cm. © Vincent Luc - Agence Phar


Alexandre Piatti

Antiquités, mobilier et objets d’art 29 rue de Lille, Paris 7 +33 1 40 20 94 90 / alexpiatti@free.fr

Eros, dit « le Génie Borghèse » Matériau : terre cuite Dimensions : Hauteur 155 cm. Largeur 80 cm. Origine : Italie Période : XVIIIe siècle (test de thermoluminescence, effectué par QED laboratoire)

Eros est le Dieu de l’amour et de la puissance créatrice dans la mythologie grecque. Le mot érotisme

provient justement d’Eros. Cette grande statue en terre cuite, sur laquelle il subsiste encore quelques traces de polychromie blanche, probablement pour imiter le marbre, est une reproduction effectuée au XVIIIe siècle de la sculpture d’Eros, dit « le Génie Borghèse », et présente aujourd’hui au Musée du Louvre (d’époque romaine, en marbre, elle appartenait à la collection Borghèse, et fut considérée comme l’une des sept pièces les plus importantes de cette collection). Cette sculpture, exceptionnelle également en vertu de ses dimensions, était située dans un luxueux jardin

verdoyant et ombragé, dans lequel les familles flânaient à la recherche de la Dolce Vita.


Galerie Pla

Antiquités, mobilier et objets d’art 18 rue de Beaune, Paris 7 www.galeriepla.com +33 1 47 70 33 90 / plajerome@gmail.com

Bassin en marbre de Carrare, Italie, Gênes, XVIIe siècle Attribué à Filippo Parodi (1630-1702) Bassin en marbre de carrare à décor de faune et enroulement à volutes Hauteur : 69 cm. Longueur : 175 cm. Profondeur : 120 cm. © Romain Courtemanche

Entre la robustesse du matériau & la délicatesse de son travail...


Rouge Absolu

Décoration 3 rue des Saints-Pères, Paris 6 +33 1 42 61 61 61 / sylvie@rougeabsolu.com

Rouge Absolu insuffle à chacun de ses projets, une impertinence sensuelle inspirée de la Mode. Géraldine Prieur crée l’élégance par l’attitude. Ses robes subliment les Femmes. À leur passage, elles déposent un panache virevoltant, faisant se retourner les hommes, épris d’émotion. La robe Rouge Absolu invite au voyage. Elle colore la Vie et revendique une personnalité audacieuse. Sa fluidité provoque la grâce.

La robe Rouge Absolu se porte longue en mode « Dolce Vita  », et alors le titre du chezd’œuvre de Fellini devient la signature de la collection. La Femme se fait muse d’un grand peintre italien, dont chaque robe de la collection porte le nom.

Robe Giacomo, collection « Dolce Vita » [En transparence : décor signé Rouge Absolu, designed by Géraldine Prieur.] © Rouge Absolu


Seine Intérieur

Arts décoratifs du XXe et Design 40 rue de Verneuil, Paris 7 www.seineinterieur.com +33 9 84 34 22 40 / seine.interieur@gmail.com

Philippe Hiquily, Table Quille © Gregory Favre

La chaleur d’un intérieur accueillant...


G a l eri e Théorème

Céramique et Arts du feu 15 rue de Lille, Paris 7 www.galerie-theoreme.com +33 6 07 11 42 84 / galerietheoreme@club-internet.fr

Une vision idyllique de l’Afrique vue par les européens Rhinocéros en faïence fine provenant de la Manufacture de Pont aux Choux à Paris vers 1750, seulement quatre exemplaires connus Paire de figurines en porcelaine anglaise de Derby vers 1760 figurant des « bons sauvages » © Galerie Théorème

Le fantasme d’une « dolce vita » exotique...


Galerie Tiago

Arts d’Asie 36 rue de l’Université, Paris 7 www.galerietiago.com +33 1 42 92 09 12 / sylvietiago@hotmail.com

Brûle-encens en bronze à patine brune, représentant un lièvre couché, les oreilles dressées vers l’arrière, le pelage figuré par de petites incisions. Petit couvercle circulaire s’insérant sur le dos. Il porte le Mon de la famille Yonezu en relief sur le dos. Japon - Meiji (1868-1912), vers 1880 Hauteur : 14 cm. Longueur : 17 cm. Profondeur : 8 cm. © Caroline Perrier

Le raffinement aromatique de l’art de vivre à la japonaise...

Dossier de presse - La Dolce Vita au Carré Rive Gauche - Vernissage le jeudi 7 juin > 18h-22h  

La Dolce Vita au Carré Rive Gauche, c’est s’octroyer, le temps d’une soirée, la place de ce Mastroianni flânant au cœur des fastes romains a...

Dossier de presse - La Dolce Vita au Carré Rive Gauche - Vernissage le jeudi 7 juin > 18h-22h  

La Dolce Vita au Carré Rive Gauche, c’est s’octroyer, le temps d’une soirée, la place de ce Mastroianni flânant au cœur des fastes romains a...

Advertisement