Issuu on Google+

AC.C - - - - - - - - - -

CROP HS_2


HS_2 ///////////////////////////////////

CROP U n e re v u e p h o to g ra p h i q u e d u C o l l e c t i f Ac c i d e n t . H o r s - s é ri e n ° 2 . © AC . C Ac c i d e n t - c o l l e c t i f As s o c i a t i o n d e g r a p h i s t e s s o u s l a l o i 19 01. Sept / 06. Nantes.

/

En page de couverture > Cap Carteret (Sténopé numérique) Ci-contre > À l’orée du bois, Série Télévisuelle II .


De haut en bas et de gauche à doite > Résidence (surveillée). Série télévisuelle I.


Résidence > Séjour obligatoire au lieu où l'on exerce une fonction. 3


Donner à percevoir un champ c’est avant tout proposer un hors-champ.


AU DELÀ DE L’ABSENCE DE RÉEL. Délimiter un champ, cette portion d’espace découpée lors de la prise de vue, est principalement l’action d’établir un hors-champ. Il contiendra en substance tous les espaces invisibles à l’oeil, qui mettront le cadre en tension. Lieu charnière entre le montré et le non-montré, entre le visible et le suggéré, entre re-présentation et imaginaire. Le regard que nous pouvons porter, en même temps, sur une image délimitée par un champs, viendra enrichir une certaine connaissance visuelle qui à son tour sera convoquée pour interpréter les hors-champs des images à venir. C’est dans cet aller-retour incessant que ce construit les différentes interprétations d’une même image. Le travail d’imaginaire est alors conçu comme une forme d’anticipation, contrairement aux flux télévisuels où il ne peut survenir que de l’imprévu.


CADRERENPHOTOG RAPHIECESTDÉLI MITERLAPORTION DELESPACEQUISE RAREPRÉSENTÉET DONCTOUTAUTANT CHOISIRCEQUINE SERAPASMONTRÉ.

7


HS_2 ////////////////////////////////

CONTEXTE DE PRODUCTION DE RÉCEPTION Contexte : peut être défini en tant que l’ensemble d’attibuts qui ne se situent pas dans l’image mais qui contibuent à sa perception et à son interprétation.

Contexte de production : Qui parle ? Qui parle à travers de quel type d’image ? L’ annonceur, le publicitaire, le poète, l’auteur…

Contexte de réception : Quels sont les lieux : diffusions, supports, publics, audience, durée, date…

11


17


LA LUMIÈRE POUR VOIR ET ÉMOUVOIR… Dans notre imaginaire collectif, la lumière est l’élément le plus fondamentalement lié à la vie. Apportée par le soleil, la lumière est ce qui dans l’histoire a organisé toute l’activité de l’homme : heures, jours, saisons, mais aussi l’agriculture, l’habitat... D’ailleurs ne dit-on pas, pour parler de la naissance, «voir le jour». Inversement l’absence de lumière, la non-lumière, c’est-à-dire le noir, est liée à la mort. Depuis la «nuit des temps» (le néant), chaque aube est pour l’homme la certitude d’avoir vu un jour de plus et chaque crépuscule l’angoisse de ne pas retrouver un lendemain. Dans sa signification primitive, l’opposition lumière/ nonlumière recouvre la dialectique vie/mort et c’est cet dans antagonisme fondamental que se trouve principalement la symbolique du «noir et blanc» et du «clair obscur». «Éclairer», en photographie, au cinéma, à la télévision ou au théâtre, c’est donner physiquement à voir, «illuminer» ou, mieux, «luminer» ; c’est donner à penser, à méditer, à réfléchir ; c’est aussi émouvoir. »

19


27


29


TOUTE TRADUCTION EST UNE TRAHISON… Interpréter. C’est essayer de relier tous les éléments observés avec la subjectivité de la réception (impression ressentie, plaisir que l’on a pris ou pas devant l’image, compréhension ou sens que l’on a perçu, etc.), sans vouloir attribuer a priori à chaque signe une signification particulière mais au contraire en essayant de mettre à jour les dialectiques qui entrent en jeu dans la construction de ces significations. Il semble pour cela nécessaire de partir des pratiques des élèves en la matière avec leurs propres regards, leurs sensibilités, leurs enthousiasmes, leurs envies, leurs cultures, leurs représentations... Méthode : procéder par suppression, substitution ou transposition. Si tel élément visuel était absent, modifié, placé ailleurs... qu’est-ce que j’aurais perçu, compris... Suppression, substitution ou transposition peuvent être conduites de façon abstraite ou réelle : jeux de découpages, de caches, de re-montages, de détournements....

31


34


HS_2 ////////////////////////////////

Le domaine des représentations est le lieu où s’exercent consciemment ou inconsciemment de l’idéologie, des idées, des concepts...

Les représentations individuelles : construites à partir des activités cognitives propres à chaque individu et dans lesquelles inter viennent : le savoir, la culture, le fait des expériences psychologiques et affectives... Les représentations sociales : Concernant l’image en particulier, différents degrés de prégnance peuvent être repérés dans les représentations sociales. Des plus enfouies aux plus éphémères on peut trouver : les mythographies, les stéréotypes, les modes, l’actualité… 35


De haut en bas et de gauche à doite > Résidence (surveillée). Suite de la Série télévisuelle I.


Résidence surveillée > Séjour imposé pour des raisons d’ordre publique. 37


48


Track one < > Track one filter one

Track one < filter three

filter two

> Track one filter four


HS_2 /////////////////////////////////////////////////////////

CROP U n e re v u e p h o to g ra p h i q u e d u C o l l e c t i f Ac c i d e n t . H o r s - s é ri e n ° 2 . Photographies : O l i v i e r R o ch e / p a g e d e c o uve r tu r e / p 10 - p 11 / p 12 - p 13 / p 16 - p 17 / p 18 - p 19 / p22-p23 / p24-p25 / p28-p29 / p30 Fra n ck M a rr y / p r e m i è r e d e c o uve r tu r e / p2-p3 / p4 / p32-p33 / p34 / t r o i s i è m e d e c o uve r tu r e . A l b a n G e r va i s / p 8 - p 9 / p 4 9

© AC . C Ac c i d e n t - c o l l e c t i f As s o c i a t i o n d e g r a p h i s t e s s o u s l a l o i 19 01. Oct / 06. Nantes.

/



Hors-serie numero 2