Issuu on Google+

l’étude

… . le cadre de travail

Habiter autrement les centres-bourgs

la récolte

.

les hypothèses

.

l’activation

.

la dernière ligne droite

en cours

.

avant le 4 mars


Q

u’ici soient remerciés tous ceux qui ont contribué à ce que nous nous sentions bien à Châteldon, que nous ayons plaisir à vivre et travailler dans le bourg. Toutes les personnes rencontrées, à commencer par les habitants du quartier de l’Ollière et de Châteldon, pour leur temps, leur motivation et leurs remarques, qui sont à la base de cette étude. Toutes les personnes qui nous ont aidé, conseillé et ont participé, de près ou de loin, aux actions, temps de réflexions et évènements organisés.

Nous remercions également : Nos maîtres d’ouvrage et financeurs pour leur confiance et leur attention, la municipalité pour son accueil, sa disponibilité et la mise à disposition de notre local, les services techniques pour leur aide, leurs conseils et dépannages express, les professionnels, privés ou d’institutions, qui ont répondu à nos sollicitations, les personnes extérieures qui se sont jointes à nous, amis et invités. ue la suite de cette étude soit l’occasion de prolonger les rencontres, d’en faire de nouvelles, toujours dans la bonne humeur.

Q

Le programme « Habiter autrement les centres-bourgs » est porté par le Conseil général du Puyde-Dôme et le Parc naturel régional Livradois-Forez, qui en est également le maître d’ouvrage. Lauréat d’un appel à projets lancé par la DATAR (Comité de Massif / Massif-Central) «à l’attention des départements et leurs territoires souhaitant construire une offre d’accueil qualifiée», il propose de travailler la question de l’accueil de nouveaux habitants et du maintien des populations existantes dans les petits centres-bourgs ruraux. Le programme se déroule de septembre 2011 à septembre 2013. Il est financé par l’Etat (DATAR), la Région Auvergne, le Département du Puy-de-Dôme, l’Europe (Leader), le Parc naturel régional Livradois-Forez, les communes et les Communautés de communes associées.


avant-propos

L

e livret que vous tenez entre les mains présente l’avancement de notre étude au mois de janvier 2013. C’est pour nous l’occasion de faire un point, avant la dernière ligne droite de cette étude, de vous présenter notre travail et de l’expliquer, de manière très synthétique. Depuis notre arrivée certaines choses ont depuis évoluées, se sont mises en marche, et nous en sommes ravis. La plupart des projets, issus des idées récoltées auprès de vous, habitants ou autres acteurs locaux, sont encore à imaginer et à réaliser. Les réflexions présentées sont en cours de développement, parfois encore non abouties, mais vouées à être affinées et développées demain. Elles sont le fruit d’un travail d’identification et de formulation des possibles, des projets et idées qui contribuent à répondre à la question que les villages se posent : Comment « habiter autrement le centre-bourg » ? Que ce livret soit l’occasion d’échanger avis et réflexions. Que chacun se sente libre de nous faire part de ses remarques, de venir nous rencontrer ou de nous écrire pour se renseigner, réagir, critiquer... Et pour que le temps qui nous reste à passer parmi vous soit toujours aussi prolifique que sympathique, nous vous donnons rendez-vous fin février pour un temps d’échange privilégié, et plus particulièrement le 4 mars pour une dernière soirée de bilan et de discussions, toujours dans la bonne humeur chateldonnaise ! Bonne lecture, le Collectif Etc,

4-6 place Jean Jaurès - 63290 Châteldon contact@collectifetc.com 06 83 55 05 70 (Anna) 06 59 10 59 54 (Cédric)


CHÂTELDOn et LE QUARTIER DE L’OLLIÈRE

C

hef-lieu de canton, Châteldon est membre de la communauté de communes « Entre Allier et Bois Noirs » depuis sa création le 1er janvier 2010, et membre du Parc naturel régional Livradois-Forez depuis sa création en 1986. Entre la fin de la seconde guerre mondiale et le recensement de 1999, la commune a perdu plus de la moitié de sa population (de 1.900 à 737 habitants). Depuis le recensement de 1999 qui avait enregistré une baisse d’environ 100 habitants, la commune a connu une stabilisation, et même une reprise démographique, pour arriver à 780 habitants en 2012. Dans les nombreux hameaux que comporte la commune, il n’y a pas de situation de vacance ou d’habitat dégradé, à l’exception d’une ou deux indivisions conflictuelles. Le bourg comprend des logements vacants car ne disposant bien souvent pas de terrain (cour, jardin), ni de garage, avec des pièces sur plusieurs niveaux. Certains propriétaires n’habitant pas la commune se soucient peu du devenir de ces logements parfois hérités, et nécessitant d’importants travaux de mise au niveau de confort attendu aujourd’hui. Cependant, des initiatives de propriétaires privés se développent, compte tenu du prix d’achat souvent modeste de ces maisons de bourg, avec des rénovations destinées à la location. D’une manière générale, les logements locatifs du bourg ne restent pas vacants lorsqu’ils sont convenablement réhabilités. Par ailleurs, compte tenu des caractéristiques géographiques du bourg, il ne reste quasiment aucun terrain constructible, ce qui a été un des facteurs explicatif de la chute démographique. En effet, de jeunes ménages ne trouvant pas de terrains se sont résignés à partir pour construire dans les communes voisines. Face à ce constat, une des actions de la municipalité a été de profiter de la mise en œuvre des deux Programmes d’Aménagement de Bourg, pour qu’un espace public de qualité soit le jardin de ceux qui n’en ont pas. Le fleurissement n’a pas été négligé, dans une optique respectueuse de l’environnement : arrêt des herbicides, plantation de plantes vivaces, récupération de l’eau de pluie… Par ailleurs, la commune a candidaté et a été retenu dans le programme du conseil régional d’Auvergne visant à la mise en tourisme des communes pour obtenir le label « plus beaux villages de France ».


Reste à faire vivre et à développer l’ambition portée pour Châteldon. La puissance publique ne peut rien sans l’implication de tous. Les habitants doivent devenir des militants de leur centre bourg.

le cadre de travail la récolte

.

les hypothèses

.

.

l’activation

Alors que l’étude touche à sa fin, les élus retiennent l’intérêt des fiches projets, qui pourront être réutilisées, complétées et multipliées au besoin. Certes, rien n’a été découvert, la plupart des problèmes étaient connus. Mais ils sont maintenant listés, les freins énumérés et les solutions esquissées. L’implication des habitants a bien fonctionné et devra être développée, notamment par la mise en place de chantiers participatifs. Et, plus généralement, l’ambiance est différente dans le village, les citoyens semblent plus concernés et prêts à s’impliquer dans l’amélioration de leur habitat.

.

. en cours

Le quartier de l’Ollière, périmètre d’étude retenu, est le quartier de la commune qui compte le plus de logements vacants et dégradés. Mais c’est aussi un quartier central, une entrée de bourg et l’un des deux anciens faubourgs moyenâgeux autour du château. C’est aussi un quartier vivant où les habitants ont souhaités racheter un four à pain communal, le remettre en état et le faire fonctionner avec l’association « Tous à l’Ollière Unis pour le Four ». Ce quartier est connecté à la place Jean Jaurès, siège de la plupart des commerces, par la rue Joseph Claussat. Voici les contours du périmètre d’étude. Mais la problématique est plus large, et concerne également les autres quartiers, et les abords du bourg (jardins, chemins de randonnée).

l’étude

… L’équipe municipale a souhaité répondre à l’appel à projet « habiter autrement les centres-bourgs » afin de questionner différemment la problématique de l’habitat en milieu rural. Il s’agit d’inventer de nouvelles solutions à la vacance des logements et à l’abandon de leurs biens par certains propriétaires, et d’explorer de nouvelles pistes après des études plus traditionnelles qui n’ont pu être mises en œuvre. Une prise de conscience des habitants vis-à-vis de leur environnement est également recherchée, et elle passe par une véritable implication des citoyens dans la prise de décisions. La municipalité souhaite définir une stratégie globale d’intervention publique et privée.

Pour le Conseil Municipal, Tony Bernard maire de Châteldon


l’appel à projet

habiter autrement les centres-bourgs Un constat partagé Sur l’ensemble du Massif central le constat est partagé. L’accroissement de la vacance et la déshérence des centresbourgs ruraux s’associent souvent à un habitat inadapté aux modes de vie contemporains. Le délabrement de ce bâti nuit à la qualité du cadre de vie, à l’attractivité de ces ensembles urbanisés ; il contribue à la fragilisation d’un territoire. Dans ce contexte, le maintien et l’accueil de populations conduisent à la construction de logements standardisés en limite de bourg, voire à l’émergence d’habitat dispersé. Les services et commerces suivent (ou précèdent) bien souvent ces mouvements centrifuges. Cette situation engendre plusieurs conséquences négatives : • Un surcoût économique, tant en investissement que fonctionnement, pour les collectivités publiques gestionnaires des réseaux, • Une banalisation des paysages par le recours à des constructions pavillonnaires, • Une fragilisation de l’environnement liée à la consommation d’espaces agricoles et naturels et à leur artificialisation (atteinte à la biodiversité), • Un affaiblissement des liens sociaux en raison d’une absence d’appropriation culturelle d’un territoire. Dès lors, comment remettre sur le marché, à un coût raisonnable, ce foncier en grande partie réutilisable pour le rendre de nouveau attractif ?

C’est ainsi que les lieux de vie des centres-bourgs perdent progressivement leurs qualités urbaines et sociales, et par de conséquence leur attractivité pour des nouveaux venus, précisément à la recherche de conditions de vie riches en relations sociales. Les nombreux anciens bâtis des bourgs et villages constituent des réserves foncières, déjà équipées et viabilisées (enjeu économique), pour accueillir un nouvel habitat, alternative à l’étalement périphérique (enjeu environnemental).

La notion d’habitat L’habitat est une notion large qui ne se réduit pas au logement. Il est un ensemble de services et de fonctions sociales, économiques, culturelles, accessible à partir du logement. A ce titre, il est le produit de la rencontre entre des politiques publiques et des stratégies d’acteurs privés, et touche de ce fait à l’aménagement du territoire, à la répartition des services, à l’emploi et aux déplacements.


le cadre de travail .

la récolte

Ses objectifs •  Proposer une méthodologie transposable de reconquête des centres-bourgs ; • Identifier les freins socioculturels, patrimoniaux, juridiques et financiers à l’aboutissement de projets en centre bourgs ; • Faire émerger des solutions innovantes, opérationnelles, pour redonner aux centres-bourgs leur attractivité et leur capacité à accueillir de nouveaux habitants. • Parallèlement, il s’agit d’impliquer dans la démarche l’ensemble des acteurs de l’habitat en centre-bourg, publics comme privés et de faciliter le avec une mise en oeuvre concrète des projets.

.

.

les hypothèses

Ses enjeux • Le développement d’une réflexion transversale sur la notion d’habitat ; • L’amélioration de l’image des centres-bourgs et la qualité de vie en associant les partenaires locaux et les habitants en place ; • Le maintien des populations présentes et l’accueil de nouveaux habitants • L’adaptation de l’offre de logements et des formes urbaines des centres anciens aux nouveaux modes de vie ; • La gestion et la maîtrise du foncier utile pour développer des projets à long terme.

l’étude

… l’ambition du programme L’ensemble du programme consiste à concevoir et tester, sur six exemples de bourgs/ villages du PNR Livradois-Forez, une démarche de projet permettant d’accompagner les collectivités et les professionnels de l’ingénierie urbaine vers le renouvellement, ilot par ilôt ou par groupe d’ilôts, de l’habitat des bourgs et villages. Ainsi un habitat alternatif nouveau permettrait de diversifier une offre facilitant le maintien ou l’accueil de populations, cela en réinvestissant sur des ensembles urbains, traces de l’évolution de notre société et de ses rapports à l’environnement.

Parc Naturel Régional Livradois-Forez, programme “Habiter autrement les centres-bourgs”

l’activation . en cours

Douze communes ont fait acte de candidature pour participer au programme, dont six ont été retenues. Elles sont représentatives de l’ensemble des difficultés que rencontrent aujourd’hui les centres-bourgs du Massif-Central. Saint-Germain-l’Herm et Saint-Dier-d’Auvergne travaillent avec des Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture appartenant au réseau Espace rural et projet spatial (Clermont-Ferrand et Lyon). Courpière, Châteldon et La Monnerie-le-Montel, plus avancées dans leurs réflexions sur l’habitat en centre-bourg, travaillent avec des équipes professionnelles pluridisciplinaires composées de plusieurs bureaux d’études. Cunlhat bénéficie d’un travail mené par une équipe professionnelle légère installée en résidence.

.

Six communes inscrites au programme


la démarche

L

e point de départ de notre étude, c’était de croire en la force des ressources locales. Pour ne rien laisser de côté, nous avons proposé de consacrer un temps pour chaque chose, et de mener notre étude en nous appuyant sur les ressources humaines présentes. Croiser, confronter et rassembler les avis et propositions des acteurs, c’est voir émerger pour le quartier de l’Ollière une nouvelle dynamique. La méthode d’intervention que nous avons proposé d’expérimenter se déroule en sept phases : bricolages comité de suivi

concerts

ateliers

bureau municipal

co

?

1. l’installation septembre

2. la récolte

septembre / octobre

1/Commencer par s’installer dans la commune pour y travailler, y vivre et tenir un lieu ouvert à tous. Ce lieu de résidence c’est dans un bâtiment vacant du centre-bourg, bien sur !

3. les hypothèses

octobre / novembre

3/Ensuite, s’arrêter et prendre le temps de faire émerger des hypothèses de ces multiples discussions. Après synthèse, voir se dessiner une série de projets potentiels, réalisables à plus ou moins long terme. Des possibles rêvés, concrétisables à condition qu’ils soient relayés, certes par la collectivité, mais aussi par des citoyens et groupes locaux motivés.

2/Puis très vite, rencontrer nos voisins, habitants et acteurs locaux. Sans a priori ni idées préconçues, en cherchant à identifier quels étaient les freins et leviers au dynamisme du centre-bourg de Chateldon. 4/Et reprendre en fanfare ! Au cours d’une semaine festive, présenter à tous ces idées nées de chacun. Inviter les châteldonnais à réagir sur l’ensemble des hypothèses proposées. Et pour celà, rien de mieux que d’en tester grandeur nature !

4. l’activation novembre


l’étude

… le cadre de travail

.

bureau municipal

comité de suivi

bureau municipal

.

la récolte

comité de suivi

lancements

.

5/Que faire maintenant ? C’est l’objet de ce 5ème temps : faire le bilan de toutes les propositions et toutes les réactions qu’elles ont pu provoquer. Ce fut le moment de choisir collectivement quels projets développer pour la suite.

7/La fin de l’étude sera marquée par une restitution publique de notre travail, le 4 mars, et par la publication d’un livre. L’objectif  : faire que ces dynamiques amorcées ne s’éteignent pas dès notre départ. Transmettre les 6/Puis passer à l’action : dévelop- projets aux porteurs pour assurer per les projets sélectionnés. Des la continuité de la démarche. groupes de travail sont définis pour travailler à la réalisation ou la mise en place d’un certain nombre de projets. Chantiers, Dossiers stratégiques.

les hypothèses

mars

.

l’activation

janvier / février

7. la restitution

. en cours

décembre

6. le développement

Ce livret présente la première partie de l’étude, c’est-à-dire les étapes 1 à 5. …

5. l’aiguillage

réalisations


le cadre de travail

N

1. l’installation

ous avons eu envie d’habiter autrement le centre-bourg de Châteldon, venir nous installer, y vivre et travailler. Nous immerger dans la vie de la commune, au plus près des acteurs locaux, pour instaurer un dialogue régulier, pour nourrir notre réflexion.

Rien ne remplace la relation humaine et le dialogue, et c’est pourquoi nous avons cherché à offrir une permanence et ouvrir notre local au public. Notre étude y est présentée, et exposée au fur et à mesure de son avancement, faisant de ce local une vitrine sur la place, un lieu d’échanges et de rencontres. Nous souhaitons que cette résidence soit un moment d’émulation, pour nous, travailleurs et habitants temporaires, et pour tous les châteldonnais qui en passeront la porte.


le cadre de travail

.

.

la récolte

Projets pour l’Ollière & Idées Locales

l’étude

… Encore itinérants après notre Détour de France, c’est avec plaisir que nous avons défaits nos sacs dans l’ancien bar-restaurant de la place Jean-Jaurès, pour six mois. Lorsqu’il a fallu trouver un nom à notre nouveau local, nous avons eu envie de faire un clin d’œil à une fameuse association : Tous à l’Ollière Unis pour le Four, un acteur incontournable du quartier. Acrostiche nous voilà nommés au P.O.I.L. :

les hypothèses

.

www.au-poil.org

l’activation

.

en cours

.

Nous avons également développé un site internet, support de communication et d’échange complémentaire, pour nous adresser aussi aux curieux venus d’ailleurs, à ceux qui partagent nos problématiques, ou aux audacieux qui aimeraient participer à l’aventure, de près ou de loin.


la récolte 2. la récolte

L

es solutions existent, les idées aussi : allons les chercher  ! La phase de récolte menée consistait à aller à la rencontre des usagers du centre-bourg, à enclencher discussions et réflexions, et à noter, lister, enregistrer les idées et les propositions de chacun. Nous avons voulu rencontrer tous les acteurs du centrebourg : ce sont des habitants, mais aussi des visiteurs, travailleurs, agents immobiliers, sociologues, touristes, randonneurs, indépendants, retraités, grands ou petits, désabusés ou enthousiastes...


l’étude

… le cadre de travail

.

“ça ne peut que se développer Châteldon, c’est hyper bien situé.”

.

rencontres

.

idées

.

projets

. acteur 1

l’activation

Par ailleurs, ces rencontres et d’échanges ont été complétés par un travail plus classique de relevés de terrain, d’analyses des données cartographiques et cadastrales.

.

les hypothèses

“Mon terrain C’est l’intérêt de cette récolte, pour que chacun puisse retrouver je l’ai acheté à un sujet qui le concerne dans les hypothèses de projet formulées l’apéro !” par la suite. Sans a priori ni idées préconçues, nous avons abordé au cours de nos discussions des thématiques diverses : des ques“Je suis venue tions de patrimoine, d’immobilier, d’espace public, mais aussi ici, et j'ai bien de tourisme, d’économie, de transports et de communication… fait !” Et même si nos sujets de conversation avaient pour départ des questions relatives à l’Ollière, c’est au delà de ses frontières qu’on trouvait souvent quelques réponses.

la récolte

.

acteur 2

acteur 3

.

acteur 4

en cours

Bien sûr, ces rencontres ne sont pas exhaustives et nous n’avons pas pu rencontrer et discuter avec tout le monde. Mais nous avons pu aborder un nombre de questions et de points qui sont susceptibles de toucher et d’intéresser l’ensemble des habitants.

“L'aménagement du bourg, c'est vachement vaste !”

Les multiples rencontres ont été effectuées sur plus d’un mois, par différents membres du Collectif. Nous continuons d’en faire naturellement. Ces échanges se sont faits soit de manière formelle (prise de rendez-vous, invitation), soit le plus souvent de manière informelle : dans la rue, chez les personnes, autour d’un petit verre au moment d’un évènement particulier, ou quand quelqu’un pousse notre porte.


COMités de suivi

comité de suivi

bureaux municipaux

bureau municipal

?

les hypothèses

L

3. les hypothèses

es propos et idées recueillis pendant la phase de récolte ont permis de constituer un important réservoir d’informations. On avait pris grand soin de tout garder, même les idées de projet les plus farfelues. On avait là largement assez d’indices pour choisir des pistes à explorer. Ces pistes sont des « hypothèses de projets ». Nous en avons fait émerger un grand nombre, et nous avons proposé de les organiser autour de plusieurs grands axes. Aucun projet parachuté ! L’intérêt de ce travail est de préserver un lien entre les rencontres effectuées et les projets que l’on propose.


l’étude

… Nous avons tourné et retourné les éléments collectés lors de nos rencontres avec les acteurs de Châteldon pour en faire ressortir des hypothèses de projets. La force de ces hypothèses réside principalement dans le fait qu’elles correspondent à des besoins ou des attentes identifiés. Nous avons ainsi pu générer une quarantaine d’hypothèses de projets, liste non exhaustive mais qui balaye une bonne diversité de thématiques et d’échelles de projets. Après de nombreuses tentatives, nous avons décidé de les ranger par catégories. Onze familles de projets se sont alors dessinées. Ces axes de projets peuvent fonctionner comme des lignes directrices, des objectifs majeurs qui participent tous au dynamisme du centre-bourg. Ces onze axes recouvrent des domaines très variés, parce que «habiter» dans le bourg ce n’est pas simplement y avoir son logement, mais c’est aussi et surtout bénéficier d’un cadre de vie, d’une vie de Retrouvez l’ensemble des axes et village, profiter de ses commerces et serhypothèses de projets sur le site : vices, des activités possibles… www.au-poil.org C’est à toutes ces facettes que les onze axes participent et proposent des solutions, améliorations et alternatives : les hypothèses de projets. .

idées

.

projets

.

le cadre de travail la récolte les hypothèses

.

lancements

.

.

l’activation

rencontres

.

acteur 1

axe 1 acteur 2

axe 2

.

acteur 3

en cours

axe 3 acteur 4

.

.

réa


bricolages

u municipal

èses

bricolages

concerts

concert

l’activation

A

ateliers

ateliers

4. l’activation

près avoir pris le temps de faire émerger ces onze axes et la quarantaine d’hypothèses de projets, nous avons eu envie de retourner faire du bruit dans les rues du centre-bourg, et d’organiser une semaine d’activation, du 5 au 10 novembre 2012. Le thème général était posé : la Semaine des Projets Prêt à Porter. Car chacun porte en lui son histoire, ses envies… et ses projets! Nous avons souhaité que chaque visiteur se mette dans la peau d’un porteur de projet potentiel, car la redynamisation du centre-bourg se fera avec l’implication de chacun.


l’étude

… .

lundi 5.11

jeudi 8.11

.

visite

marché

Découverte guidée, test de signalétique

Marché de bouche et d’idées

la récolte

le cadre de travail

Nous voulions présenter l’avancée de notre travail à tous les châteldonnais, par une exposition dans nos locaux du P.O.I.L. C’était aussi l’occasion d’expérimenter et tester plusieurs de ces projets, à travers des journées recherche-action qui ont rythmé la semaine.

mardi 6.11

vendredi 9.11

randonnée

chantier

Questions du paysage et des loisirs

Chantier ouvert place de la T.O.U.F.

les hypothèses

.

Maquette

Projets tests, conseils au particuliers

Recueil des projets pour l’espace public

. en cours

samedi 10.11

projets architecturaux

mercredi 7.11

l’activation

.


en cours

A

près cette semaine bien chargée, il était temps pour nous de faire le point sur les projets testés, de voir ce qui avait bien fonctionné ou n’avait pas eu l’effet escompté. Nous avons discuté des réactions et retours que nous avons eu, et commencé à envisager la suite de cette étude. Des hypothèses de projets ont été formulées, certaines ont été testées : c’est maintenant le moment d’entrer plus concrètement encore dans le sujet, et de développer les hypothèses de projets jugées les plus appropriées.

.

rencontres

.

idées

.

projets

acteur 1

axe 1 acteur 2

axe 2 acteur 3

axe 3 acteur 4

.

lancements

.

réalisations

.


l’étude

… Depuis le mois de janvier nous développons donc plusieurs de ces pistes, sous la forme de dossiers thématiques. En s’appuyant sur une analyse de l’état actuel, et toujours à partir des hypothèses de projets formulées en amont, ils proposent un diagnostic et des pistes à approfondir, des solutions à développer pour la suite.

le cadre de travail Retrouvez les travaux des étudiants sur le site internet : www.au-poil.org, ou directement dans le quartier de l’Ollière !

.

la récolte

La venue d’étudiants en architecture de Strasbourg, du 19 au 24 janvier derniers, a aussi été l’occasion de tester à l’échelle certains des dispositifs envisagés.

.

Le travail que nous sommes en train de développer marque un regard posé collectivement sur Châteldon. C’est une image, à l’automne 2012, des besoins et des attentes d’une commune au sujet de son centre-bourg. Certains projets commencent à voir le jour, d’autres sont restés à l’état de fiche, quoi de plus naturel !

.

les hypothèses

Nous considérons que tant qu’un projet n’a pas été formulé, il n’a aucune chance de voir le jour. Nous espérons que ces documents pourront servir de support à des discussions, à des initiatives, et évidemment à des projets à venir. Dans un mois, dans un an... ou même dans dix ans !

l’activation . en cours

le Collectif Etc,

.

Soyez libres de réagir, de continuer à venir nous voir, de proposer des idées, de commenter les choix qui sont faits ! En espérant vous voir toujours aussi nombreux et enthousisates pour la suite !


rendez-vous la semaine du 25 février au 3 mars C’est le dernier moment pour venir nous voir au P.O.I.L., pour discuter, échanger et rebondir sur nos réflexions et nous parler de vos attentes. Vous connaissez notre adresse …

le lundi 4 mars 2013

20 . 20

à 18h30

à la salle des fêtes de Châteldon

Réunion publique de présentation du bilan de notre étude, et verre de l’amitié pour se dire aurevoir ! On espère vous voir nombreux …

Collectif Etc Au P.O.I.L. - 4-6 place Jean Jaurès - 63290 Châteldon www.au-poil.org - contact@collectifetc.com


Livet Février, Châteldon