Page 1

6 16 Zeitschrift für Planung, Umwelt und Städtebau Périodique d’urbanisme, d’aménagement et d’environnement Periodico di urbanistica, pianificazione del territorio e tematiche ambientali Publikation / Publication / Pubblicazione FSU

Patrimoine et densification /  Denkmalpflege und Verdichtung /  Patrimonio architettonico – paesaggistico e densificazione THEMA


Inhalt / Sommaire

IMPRESSUM COLLAGE Zeitschrift für Planung, Umwelt und Städtebau (erscheint 6 mal pro Jahr) /Périodique d’urbanisme, d’aménagement et d’environnement (paraît 6 fois par année) / Periodico di urbanistica, pianificazione del territorio e tematiche ambientali (esce 6 volte all’anno) Herausgeber / Edité par / Edito da FSU (Fédération suisse des urbanistes /  Fach­verband der Schweizer Raumplanerinnen und Raumplaner / Federazione svizzera degli urbanisti /  Federaziun Svizra d’Urbanists)

CARTE BLANCHE

4 De la Solitude à la réalité augmentée (BEC BED)

THEMA

5 Politiques d’aménagement du territoire en Suisse: défis pour le patrimoine bâti? / Raumplanungspolitik in der Schweiz: Ist das Baukulturerbe gefährdet? (Sandra Guinand) 9 ISOS et densification: les enjeux de la pesée des intérêts / ISOS und Verdichtung: Was bei der Interessenabwägung auf dem Spiel steht (Entretien avec Claudia Guggisberg et Oliver Martin) 14 La rénovation d’un bâtiment classé et la démolition d’une ancienne salle communale: leviers pour la réhabilitation urbaine et sociale d’un quartier historique /  Abbruch eines Gemeinde­saals macht den Weg frei für die städtebauliche und soziale Sanierung eines historischen Quartiers (Giovanni Troccoli, Bruno Marchand, Pierre-Alain Couvreu, Bakker et Blanc Architectes / O. Rochat Architectes, Jean-Yves Le Baron) 18 Intervenir sur le patrimoine: la parole aux acteurs cantonaux (Entretien avec Sabine Nemec-Piguet, Francesco Della Casa, Philippe Venetz et Benoît Coppey) 25 Der Wakkerpreis: Bürgerstolz und Sorgfalt würdigen / Le Prix Wakker: récompenser la fierté citoyenne et le doigté / Il Premio Wakker: un riconoscimento all’orgoglio civico e alla sensibilità (Patrick SchoeckRitschard)

ZUR FSU-ZK 2016

29 Lärm – Klang – Ruhe, Gedanken zur ZK 2016 (Barbara Zibell)

INFO

30  Informations de la FSU / Nachrichten FSU Informazioni della FSU

Titelblatt / Couverture / Foto di copertina siehe/voir/vedi S./p. 31 2

COLLAGE 6/16

Redaktion / Rédaction / Redazione Zentralkomitee /Comité central / Comitato centrale: Silvan Aemisegger, Denise Belloli, Stefanie Ledergerber, Henri Leuzinger, André Müller, Isabelle Rihm, Susanne Schellenberger, Dario Sciuchetti; Westschweizer Komitee /Comité romand / Comitato della Svizzera romanda: Marta Alonso Provencio, Daniel Baehler, Oscar Gential, Magali Henry, Gregory Huguelet-Meystre, Jenny Leuba, Leah Tillemans, Urs Zuppinger; Komitee der italienischen Schweiz / Comité de la Suisse italienne / Comitato della Svizzera italiana: Giada Danesi, Francesco Gilardi, Jordi Riegg Kontakt und Inserate /Contact et annonces / Contatti e inserzioni COLLAGE, c/o Henri Leuzinger, Postfach 358, 4310 Rheinfelden 1, Tel. 061 831 70 05, henri.leuzinger@bluewin.ch Verlangen Sie unsere Inserattarife und Termine / Demandez nos tarifs d’annonces et nos échéances/ Richieda le nostre tariffe per le inserzioni e le scadenze Redaktionsschluss / Délai de rédaction /  Chiusura redazionale COLLAGE 1/17: 15.12.16 COLLAGE 2/17: 15.02.17 Abonnemente /Abonnements / Abbonamenti Mitglieder FSU/Membres FSU / Soci FSU: gratis/gratuit / gratuito; Einzelabonnement (Inland, Ausland, inkl. Porto) /Abonnement individuel (Suisse et étranger, frais de port compris) / Abbonamento singolo (Svizzera e estero, spese di porto comprese): CHF 85.00 Studenten /Etudiant(e)s / Studenti: CHF 40.00 Einzelheftbestellungen (Inland/Ausland, exkl. Porto) /Numéro séparé (Suisse/étranger, frais de port non compris) / Numero singolo (Svizzera/estero, spese di porto non incluse): 1 Ex. CHF 16.00, 2–5 Ex. CHF 14.50 6–10 Ex. CHF 12.50, 11–20 Ex. CHF 9.50 Produktion / Production / Produzione Konzept, Gestaltung / Graphisme, mise en pages /  Grafica e layout: Hahn+Zimmermann, Bern (www.hahn-zimmermann.ch); Druck / Impression / Stampa: Stämpfli AG, Bern (http://publikationen.staempfli.com) Hinweise / Avertissements / Avvertenze Für unverlangt eingereichtes Text- und Bildmaterial wird keine Haftung übernommen. Artikel, Infor­mationen sowie Beilagen können von der Meinung des FSU abweichen. Nachdruck nur mit Zustimmung der Autoren und Quellenangabe gestattet. Alle Text- und Bild­rechte bleiben vor­be­halten.  /  La rédaction dispose librement des textes et images envoyés spontanément. Les articles et informa­tions publiés dans la revue ainsi que les encarts ne reflètent pas forcément la position de la FSU. Toute reproduction requiert l’autori­sation de l’auteur et la mention de la source. Tous les droits sont réservés. /  La redazione dispone liberamente di testi e immagini pervenuti spontanea­mente. Gli articoli e le informazioni pubblicati nella rivista e gli allegati non rispecchiano necessariamente la posizione della FSU. Ogni riproduzione, anche parziale, necessita l’autorizzazione dell’autore e l’indicazione della fonte. Tutti i diritti sono riservati.


Editorial

Magali Henry, Gregory Huguelet-Meystre

Patrimoine et densification

Denkmalpflege und Verdichtung

Construire la ville sur la ville, préserver les terres agricoles, Das revidierte RPG verlangt eine Siedlungsentwicklung nach voilà ce que demande la LAT révisée. Si l’on oppose densifica- innen und das Erhalten von Kulturland. Versteht man Verdichtion et préservation du patrimoine, il est certain que le débat tung und Denkmalschutz als Gegensatz, werden die Diskussur la façon de faire vivre ou revivre les biens patrimoniaux et sionen über die Art und Weise, wie das Kulturerbe belebt oder de les intégrer aux nouveaux projets urbains ne va faire que neu belebt und in neue städtebauliche Projekte integriert wers’intensifier au fur et à mesure de la mise en œuvre de la loi. den soll, im Laufe der Umsetzung des Gesetzes immer heftiger Nombreux sont les projets allant parfois jusqu’à la bataille werden. Bei zahlreichen Projekten führt dies teilweise bis zum judiciaire pour départager les conflits d’experts lorsque le bon juristischen Gefecht, um den Expertenkonflikt zu entwirren, sens s’est perdu dans les méandres des jurisprudences, inven- wenn der gesunde Menschenverstand in den Mäandern der taires et autres recensements. Plus rares sont les exemples Jurisprudenz, der Inventare und anderen Erhebungen verloren de projets permettant de satisfaire à la fois développeurs, ging. Seltener sind Beispiele von Projekten, die Bauträger und conservateurs sans oublier les usagers et citoyens. L’enjeu Denkmalpfleger, aber auch Nutzer und Bürger gleichermassen actuel est, telle une pensée magique, de ne pas opposer mais befriedigen. Die momentane Herausforderung besteht darin, concilier patrimoine et densification en les faisant converger einem Wunschdenken gleich, Denkmalpflege und Verdichtung vers des projets de qualité. nicht als Gegensatz zu begreifen, sondern diese in guten ProIntervenir sur le patrimoine bâti relève dès lors d’un réel jekten zu vereinen. défi tant en termes de savoir-faire à développer que de réféEingriffe in die Bausubstanz stellen daher eine echte Herentiels à faire évoluer. Ce numéro soulève plusieurs questions rausforderung dar, sowohl bezüglich Entwicklungs-Know-how sous-jacentes à ce défi: qu’est-ce qu’une bonne gestion du als auch bezüglich neuer Ansatzpunkte. Diese Nummer wirft patrimoine bâti? Implique-t-elle forcément une notion figée dazu mehrere tiefer greifende Fragen auf: Was heisst eine de conservation? Quelles sont les compétences attendues de gute Bewirtschaftung der gebauten Bausubstanz? Bedingt la part des aménagistes, des architectes et des construc- dies zwingend eine starre Haltung des Konservierens? Welche teurs pour assurer la qualité des projets? Les inventaires et Fachkompetenzen werden von Raumplanern, Architekten und recensements constituent-ils des instruments suffisants à Bauunternehmern erwartet, um Projekte von guter Qualität zu l’heure actuelle ou devraient-ils être ajustés au vu des enjeux gewährleisten? Stellen Inventare heutzutage noch angemesd’aujourd’hui? Sont-ils faits pour imposer ou orienter? Faut-il sene Instrumente dar, oder müssten sie im Hinblick auf die adapter certaines lois et règlements? Quels rôles attribuer aux aktuelle Problematik angepasst werden? Sollen sie befehlen experts? Enfin, comment prendre en compte l’avis des habi- oder empfehlen? Müssen gewisse Gesetze und Reglemente tants-usagers sur ce qui doit être préservé ou non? angepasst werden? Welche Rolle spielen die Experten? Und COLLAGE tente d’apporter un éclairage sur ces questions schliesslich, wie kann die Meinung der Nutzer und Bewohner en mettant l’accent sur des exemples probants dans l’espoir darüber, was zu erhalten ist und was nicht, mitberücksichtigt de voir émerger une nouvelle vision du patrimoine, ouverte à werden? l’innovation, qui valoriserait les dynamiques en cours, afin que Die COLLAGE versucht anhand überzeugender Beispiele le territoire – tel le palimpseste cher à André Corboz – conti- auf diese Fragen mögliche Antworten aufzuzeigen. Dies in nue de faire sens pour tous, sans pour autant faire fi des der Hoffnung auf das Entstehen einer neuen Sicht auf das traces de son histoire. Kulturerbe. Eine Sicht, die offen für Innovationen ist und die aktuelle Dynamik zu nutzen weiss, sodass das Territorium weiterhin für alle Sinn macht, ohne jedoch – ganz im Geiste des Palimpsests von André Corboz – die Spuren der Vergangenheit auszublenden. Vorschau COLLAGE 1/17 «Wo ist die Jugend?» – Während Themen wie die Schulwegsicherheit von Kindergärtnern und Primarschülern oder Spielplatzkonzepte und Spielflächenziffern mittlerweile Einzug gehalten haben ins Planungs­ metier, führen die Jugendlichen mit ihren Bedürfnissen und Vorstellungen eher ein Schattendasein. Weshalb steht die Jugend so selten im Fokus der Planung? Wer ist denn «die Jugend»? und was haben Jugendliche für Ansprüche an den den öffentlichen Raum? Mehr dazu in der nächsten COLLAGE. COLLAGE 6/16

3


De la Solitude à la réalité augmentée CARTE BLANCHE

BEC BED Bureau d’étude de compensation  Bureau d’espace de décompensation investigations visuelles, plastiques et performatives; Tilo Steireif, Cédric Henny.

[ILL. 2]

[ILL. 1]

[ILL. 1] Chapelle apostolique catholique du lieu dit de La Solitude (Lausanne), photographie, 2015.

[ILL. 2] Ha-ha, tabouret et roulettes, 2016.

L’irvinisme n’existe plus. La chapelle apostolique catholique de La Solitude (Rue CésarRoux – Lausanne), abandonnée ou presque, en est le reflet. Elle reste le vestige architectural de cette congrégation éteinte lors de «La Grande Humiliation» de 1901 et inexploitée depuis 1961, date du dernier culte officiel. Particulièrement difficile d’accès (plus de 2 ans de démarches pour obtenir le droit de visiter et photographier la chapelle), BEC BED découvre un intérieur non figuratif irvingien parfaitement conservé. Se pose dès lors la question de la future affectation d’un tel bâtiment. Et que restera-t-il de la glossolalie irvingienne pratiquée dans cette chapelle? Le parler en langue, cette élévation de soi au très Saint; cette langue de Dieu cryptée. BEC BED questionne par ailleurs le projet «Social Loft» des architectes Dreier Frenzel érigé sur le «cimetière» d’Artamis, lieu historique de la culture alternative genevoise. Ce nouvel écoquartier de la Jonction est analysé dans son rapport à la rue, à l’espace public. Nous invitons l’observateur à s’élever et en même temps à trouver son «ha-ha» [1]. BEC BED fait écho, là aussi, à la compensation, l’invitation au «très haut» qui devrait nous offrir [1]  Richard Sennett s’appuie sur  une observation nouvelle. Le ha-ha est un dispositif qui efface la recherche du jardinier Horace Walpole qui évoque l’origine du ha-ha les barrières et repositionne l’usager d’un environnement. BEC (saut-de-loup) comme une nécessité BED instaure donc une méthode de travail simple: produire de la d’harmonie du paysage. Il s’agit compensation et de la décompensation pour mieux mesurer les de mettre ensemble promeneur et bétail en créant une fosse comme interactions dans l’espace public. barrière. Sennett, R., (2009). La conscience de l’oeil, urbanisme et société, Ed. Verdier, p. 129. LINK

www.becbed.net

4

COLLAGE 6/16


Politiques d’aménagement du territoire en Suisse: défis pour le patrimoine bâti? THEMA

SANDRA GUINAND Géographe, urbaniste FSU, FNS Fellow, chercheure invitée à l’Institut für Geographie und Regional­ forschung de l’Université de Vienne.

En 2013, la révision de la loi sur l’aménagement du territoire en Suisse était majoritairement acceptée. Proposée pour freiner le mitage du territoire, en constante augmentation depuis ces dernières années, elle implique nécessairement un changement de référentiel dans les pratiques de l’aménagement urbain. Les valeurs du développement durable – densification, économies d’énergie, zones de compensation, etc. – sont devenues les maîtres mots de l’action publique. Si le processus de reconstruction de la ville sur la ville peut apparaître pour certains comme une menace pour le patrimoine des villes, il peut être aussi présenté comme une opportunité pour réinvestir et réinventer les territoires urbanisés. On propose d’interroger l’opposition entre densification et protection du patrimoine et d’esquisser quelques pistes de réflexion afin d’appréhender de manière complémentaire ces deux registres d’action. On insistera notamment sur l’importance de l’appréhension du patrimoine dans une dynamique globale anticipant le développement futur des territoires ainsi que sur le nécessaire changement de posture du conservateur vers celle de promoteur de la culture du bâti. Cet article s’appuie sur un entretien effectué auprès de Jacques Bujard, Conservateur cantonal à Neuchâtel. Aujourd’hui, l’urbaniste semble se trouver devant un défi: d’un côté, la révision de la LAT l’enjoint à construire la ville sur la ville, à densifier et à préserver les terres agricoles. De l’autre, les politiques de protection du patrimoine et des sites construits visent à conserver, à maintenir, à préserver. Ces deux politiques sont-elles irrémédiablement inconciliables? La problématique de la protection du patrimoine associée à celle des politiques de densification se complexifie d’un cran avec l’expansion, ces dernières années, du patrimoine tous azimuts. En effet, ce dernier comprend des objets de plus en plus proches, de plus en plus ordinaires et diversifiés ainsi que des espaces de plus en plus étendus. Il serait même, selon certains, devenu un prétexte, une réaction à l’action de densification des centres. À l’inverse, la construction sur l’existant, implique pour la maîtrise d’ouvrage et les concepteurs du projet, de procéder à des choix sur ce qui doit, pourra être préservé et la manière d’opérer. Cette problématique est d’autant plus prégnante dans les villes centres où il ne reste que peu de foncier vacant et où les contraintes constructives sont toujours plus fortes. Cela paraît être moins le cas pour les périphéries, même si les zones constructibles y seront considérablement réduites. Elle est, en revanche, d’actualité pour les petits villages, notamment sur l’aspect paysager de ces derniers, touchés par une pression foncière qui menace de disparition jardins et vergers.

Concilier les impératifs de l’aménagement du territoire avec ceux de la conservation du patrimoine Interprétées au pied de la lettre, politiques d’aménagement du territoire et politique de protection du patrimoine semblent effectivement antinomiques. De sus, les débats sur les modalités de conserver ou (re)convertir des biens patrimoniaux, les manières de les intégrer ou non aux nouveaux projets urbains ne devraient que s’accroître ces prochaines années, au fur et à mesure de la mise en application de la LAT. Cependant, selon Jacques Bujard, Conservateur cantonal à Neuchâtel, le souci majeur repose souvent sur une lecture trop rigide de ces textes et une focalisation sur certains des éléments de la loi. Il prend pour exemples ceux de la densification ou des économies d’énergie pour lesquels il serait, selon lui, plus judicieux d’opter pour une analyse plus globale et systémique. En l’occurrence, la question lancinante de l’efficacité énergétique est un aspect à relativiser dans ses ambitions concernant les bâtiments protégés. À y regarder de plus près, seul un petit pourcentage des bâtiments patrimoniaux est concerné (de l’ordre de 7 à 15 pour cent par exemple pour le canton de Neuchâtel). Les usages et fonctions de ces bâtiments, dont certains ne sont pas ou peu chauffés, sont une autre dimension dont les projets urbains devraient tenir compte dans leur calcul. Il en va de même des énergies grises dont on ne tient que peu compte pour des bâtiments anciens, construits par la seule main de l’homme et remplissant encore des fonctions utiles à la société. Il s’agit donc de revoir ce qui est posé, les critères et indicateurs établis pour mesurer la durabilité. Ce changement de perspective, s’il est à opérer du côté de la LAT vaut également pour les objets à protéger et les modalités de leur protection. Faire évoluer la figure de l’expert La figure de l’expert apparaît encore aujourd’hui nécessaire, mais elle ne suffit plus. Selon Jacques Bujard, la posture du conservateur omnipotent telle qu’adoptée dans les années 1970–80 n’existe plus, ou du moins, dans le contexte actuel, doit être dépassée. Aujourd’hui, le rôle du conservateur n’est pas d’imposer à lui seul une vision ou d’apporter une vérité. Celui-ci doit rendre attentif, mettre en avant et sensibiliser sur certains aspects par les connaissances architecturales, urbanistiques et historiques qu’il a du bâti et de son environnement. Son rôle est avant tout celui de conseil. Il doit ouvrir le champ des propositions et des solutions. Comme le rappelle Jacques Bujard, l’expert n’est pas seul dans la prise de décision. Celle-ci s’opère avec d’autres acteurs, dont les usagers, dans une logique de pesée d’intérêts. Il est ainsi nécessaire d’établir un échange afin de proposer des pistes de discussion et des solutions. La connaissance et compréhension fine du COLLAGE 6/16

5


[ILL. 1]  Le nouveau quartier «Le Corbusier» sort de terre à La Chaux-de-Fonds, à l’emplacement de l’ancienne gare aux marchandises. (Source: Ville de La Chauxde-Fonds, A. Henchoz)

6

COLLAGE 6/16

site et de ses dynamiques doivent permettre au conservateur d’anticiper les besoins futurs afin de voir l’objet patrimonial non pas comme un élément à protéger per se mais de l’inscrire dans une perspective de continuité et de dialogue avec le territoire et ceux qui le pratiquent. Ceci peut d’ailleurs lui valoir également d’expliquer et de faire comprendre les motivations d’une démolition ou d’une transformation partielle d’un bâtiment. Cet état de fait interroge sur le titre de conservateur et invite à le reconsidérer aux vues de l’évolution de ses fonctions et de son rôle. Ne serait-il pas plus pertinent de parler de promoteur et gestionnaire de la culture du bâti?


[ILL. 1]

Un patrimoine ressource Comme le montre le nombre important de travaux de recherche depuis ces vingt dernières années, le patrimoine bâti en tant que vecteur d’identité et de support mémoriel est considéré comme un moyen privilégié pour assurer la continuité des sociétés urbaines  [1]. Préserver le tissu bâti, sans le figer, apparaît alors comme une ressource pour le développement urbain. Notamment dans un premier temps, parce qu’il s’inscrit dans la compétition accrue que se livrent les territoires. Il devient, en particulier pour la puissance publique, une ressource économique et touristique qui s’inscrit dans

[1]  Harrison, 2012, Heritage: a critical approach; Veschambre et al., 2005, Préservation du bâti et développement durable: une tautologie? Le cas de Nantes et Angers; Emelianoff, 2004, Les villes européennes face au développement durable: une floraison d’initiatives sur fond de désengagement politique; Linossier et al., 2004, Effacer, conserver, transformer, valoriser. Le renouvellement urbain face à la patrimonialisation. COLLAGE 6/16

7


une logique de marketing territorial. Mais il apparaît également à l’échelle locale, dans un contexte de fortes mutations sociales et de mobilité croissante, comme un outil potentiel de reterritorialisation et d’ancrage identitaire, voire de cohésion sociale. Jacques Bujard souligne l’importance de la dimension symbolique du bâti et le fort attachement des résidents et usagers à leur cadre paysager. Dans un contexte de métropolisation croissante des territoires, ces éléments bâtis inscrivent des points de repères et une continuité dans le paysage. Ils sont une ressource qualitative pour les espaces urbains et agrémentent le cadre de vie. La question de la qualité de vie est l’un des enjeux principaux du futur des développements du territoire suisse et c’est peut-être, selon Jacques Bujard, sur cette base que les politiques patrimoniale et d’aménagement du territoire se rejoignent et pourraient être complémentaires. Dans le contexte de gestion durable des ressources, il convient, dans un dialogue ouvert, de définir les biens communs à préserver dans une perspective de développement futur. L’inventaire comme base de discussion Dans le cadre d’un projet urbain, une bonne gestion de la ressource patrimoniale signifie dans un premier temps d’avoir une bonne connaissance du paysage patrimonial et culturel. L’outil privilégié étant celui de l’inventaire, offrant une information claire sur la valeur historique et patrimoniale du ou des bâtiment(s) et leur contexte. Ce dernier est à prendre, selon le conservateur, comme une base de discussion, un point de départ dans la démarche projectuelle. Il permet de donner une idée de l’intérêt historique mais ne donne pas de recette établie quant aux modalités d’intervention sur des bâtiments reconnus de valeur. Il s’agit ensuite de discuter du «comment». C’est ici que les connaissances du conservateur sont mobilisées, non pas pour imposer, mais pour sensibiliser aux dimensions esthétiques, valeurs culturelles, historiques et architecturales à préserver. Il s’agit de mettre en avant et de protéger les qualités intrinsèques d’un bâtiment ou d’un paysage. Dans le cadre du projet urbain, ce bâti doit permettre de faire le lien entre passé et futur tout en officiant en tant qu’élément d’ancrage dans le présent. Au final une bonne gestion patrimoniale dans le cadre d’un projet (de densification) urbain, c’est avant tout d’anticiper sur ce qui est à conserver ou ce qui peut être modifié (anticipation du développement), de réfléchir à une large échelle et non sur l’unique base d’un élément isolé de son contexte, ceci afin de ne pas bloquer les projets. Le nouveau quartier Le Corbusier à la Chaux-de-Fonds [ILL. 1] est un exemple de projet urbain ayant réussi à concilier dimension patrimoniale et impératifs de densification et d’économie d’énergie. Alors que la ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en tant qu’«exemple exceptionnel d’un ensemble urbain et architectural, entièrement dédié à la production horlogère depuis le XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui» [2], ce projet urbain ambitieux, situé en plein centre, sur une ancienne friche ferroviaire d’environ 49’000 m2, prévoit l’accueil de 1000 résidents ainsi que la création d’une centaine d’emplois, échelonné sur vingt ans. Selon Jacques Bujard, le projet prend le parti d’un urbanisme proposant des idées novatrices avec du contenu en termes d’images architecturales. Ce projet intègre de manière judicieuse le plan en damier propre à l’urbanisme horloger qui fait l’identité de la ville. L’exemple de La Chaux-de-Fonds illustre bien l’élargissement du patrimoine et de son échelle spatiale (un patrimoine modeste ou ordinaire pris dans un ensemble) se traduisant par la montée en force des questions paysagères liée à celle de l’identité. 8

COLLAGE 6/16

Défis pour l’avenir Paysage et identité, s’ils se concrétisent par des éléments matériels, se transmettent également par les dimensions immatérielles qu’ils convoquent chez tout un chacun. Nous pouvons prendre l’exemple des murs de pierres sèches, auquel les promeneurs mais aussi les habitants attribuent une signification particulière dans la construction du paysage. Dans un contexte de densification et de transformation de l’espace par de nouveaux projets, c’est peut-être également sur cette dimension qu’il serait important de travailler et d’insister. Notamment dans une perspective d’analyse sensible de l’espace, des usages et pratiques instituées. Cette dimension immatérielle paraît essentielle dans une perspective de durabilité et de continuité de l’activité urbaine. Patrimoine et aménagement du territoire doivent donc avancer de concert de façon ouverte et large, proposer des approches et critères nouveaux afin [2] http://whc.unesco.org/ d’anticiper et ainsi éviter d’avancer au fr/decisions/1972 coup par coup.

ZUSAMMENFASSUNG Raumplanungspolitik in der Schweiz: Ist das Baukulturerbe gefährdet?

Die Revision des Raumplanungsgesetzes wurde 2013 von einer Mehrheit angenommen. Dessen Ziele bedingen eine Neuorientierung bei der städtebaulichen Planung sowie eine andere Beurteilungsweise des Bestandes. Sehen einige die Siedlungsentwicklung nach innen als eine Bedrohung des baukulturellen Erbes der Städte, kann sie jedoch auch eine Chance für die Aufwertung und Neugestaltung der besiedelten Gebiete darstellen. In diesem Artikel werden der Konflikt zwischen Verdichtung und Denkmalschutz hinterfragt und ein paar gedankliche Stossrichtungen skizziert. Als besonders wichtig erachtet werden das Begreifen der Bausubstanz im Umfeld einer globalen Dynamik durch das Antizipieren zukünftiger Siedlungsentwicklungen sowie die Notwendigkeit der Wandlung des Denkmalpflegers vom Erhalter zum Förderer der Baukultur.


ISOS et densification: les enjeux de la pesĂŠe des intĂŠrĂŞts THEMA

CLAUDIA GUGGISBERG Cheffe de la section planification directrice, Office fĂŠdĂŠral du dĂŠveloppement territorial (ARE). OLIVER MARTIN Chef de la section patrimoine culturel et monuments historiques, Office fĂŠdĂŠral de la culture (OFC). Entretien rĂŠalisĂŠ par Gregory Huguelet-Meystre, rĂŠdaction de COLLAGE.

ISOS ZH6 Bd1 Pliant 1 IS_STZH_AP_307x297 02.11.2015 21:08 Seite 61

Aufnahmeplan 1: 7500 Grundlage: ĂœP, 2012 Plangrundlage: Ăœbersichtsplan der Stadt ZĂźrich 1: 5 000, Reproduziert mit Bewilligung vom Amt fĂźr Raumentwicklung

Innenstadt (IS) , Ausschnitt SĂźd Kreis 1, Gemeinde ZĂźrich, Kanton ZĂźrich

  

 





En avril 2016, l’Office fÊdÊral du dÊveloppement territorial (ARE), a publiÊ le rapport d’un groupe de travail nommÊ ISOS et densification. Ce groupe de travail, composÊ de reprÊsentants des milieux de l’amÊnagement du territoire, de la protection du patrimoine aux niveaux fÊdÊral, cantonal et communal, ainsi que d’experts, est parti du cas zurichois pour dÊterminer comment protection du patrimoine et densification doivent Êvoluer de concert pour atteindre les objectifs de ces deux stratÊgies sectorielles.



  

Si d’emblÊe il est admis que l’ISOS [1] peut compliquer la densification, il ne l’empêche toutefois pas et sa prise en compte doit faire l’objet d’une pesÊe des intÊrêts minutieuse. COLLAGE s’est entretenu avec Claudia Guggisberg (ARE) et Oliver Martin (OFC) pour mieux comprendre les rÊsultats du groupe de travail.

[ILL. 1]

[ILL. 1]  Extrait du plan de relevÊ ISOS du centre de Zurich ayant conduit à la mise en place du groupe de travail. (Source: OFC) [1]  Inventaire fÊdÊral des sites construits d’importance nationale à protÊger en Suisse.

COLLAGE 6/16

9


[ILL. 2]  Vue aérienne du centre de Zürich. De la gare à la cathédrale: espace de dialogue entre densification et patrimoine. (Source: OFC)

10

COLLAGE 6/16


COLLAGE (C): Quels ont été les éléments déclencheurs qui ont conduit l’ARE et l’OFC à mettre en place un groupe de travail ISOS et densification? OLIVER MARTIN (OM): Le Conseil fédéral est légalement tenu d’établir des inventaires d’objets d’importance nationale. L’ISOS a été établi pour toute la Suisse. L’élaboration de l’Inventaire se fait par étapes, canton par canton. En 2014, dans le cadre de la révision de l’ISOS dans le canton de Zurich, la Direction des travaux publics (Baudirektion) du canton ainsi que les municipalités de Zurich et de Winterthour ont fait part aux conseillers fédéraux Leuthard et Berset de leurs préoccupations concernant l’ISOS, craignant des difficultés, voire des contradictions, dans la mise en œuvre concrète du développement de l’urbanisation vers l’intérieur du milieu bâti. CLAUDIA GUGGISBERG (CG): Lors de la préparation des instruments de mise en œuvre de la LAT et en particulier pendant la rédaction du complément du guide de la planification directrice, il est apparu que le développement d’une urbanisation «de qualité» à l’intérieur du milieu bâti est une tâche exigeante qui ne peut être réussie que si les réflexions intègrent l’histoire et l’identité d’un lieu. Comme c’est le cas pour le canton de Zurich et les villes de Zurich et Winterthur, la question de la coordination entre les objectifs de sauvegarde des sites construits et la densification préoccupe aussi d’autres cantons, villes et communes. Dans ce contexte, les deux conseillers fédéraux concernés ont proposé la création d’un groupe de travail dirigé par l’Office fédéral du développement territorial (ARE). C: Qu’est-ce que l’ISOS, à quoi sert-il et quels en sont les principaux objectifs? OM: La protection de la nature et du patrimoine fait partie des obligations constitutionnelles de la Confédération. La loi fédérale sur la protection de la nature et du paysage prévoit l’établissement d’inventaires d’objets d’importance nationale qui doivent servir de bases de décision, dont l’ISOS. Cet inventaire recense en règle générale des sites habités en permanence regroupant au moins dix bâtiments présentant une importance nationale en raison de leurs qualités topographiques, spatiales et historico-architecturales exceptionnelles [ILL. 1]. L’ISOS a pour but de préserver les qualités qui confèrent une valeur aux sites répertoriés et d’éviter que ceux-ci ne soient altérés par des dommages irréversibles.

[ILL. 2]

C: Comment et par qui cet inventaire est-il réalisé et quel en est le contenu? OM: L’inscription d’un site à l’Inventaire fédéral ISOS suit une procédure et une méthodologie objective et précise. Tous les sites, indépendamment de leur taille (hameau, village ou ville) sont relevés au moyen d’une seule et même méthode. L’ISOS est un instrument d’expert, il analyse et évalue les sites selon des critères d’expert et met en exergue les dimensions historiques et culturelles des sites, porteurs des valeurs sociales cruciales comme l’identité. Les relevés de sites sont soumis pour avis aux services spécialisés du canton concerné, et, une fois finalisés, la Confédération prend l’avis du Conseil d’État du canton concerné avant qu’ils soient mis en vigueur par une décision du Conseil fédéral. C: Comment résumer en quelques mots les contradictions qui peuvent exister, en apparence du moins, entre ISOS et densification? CG: La LAT révisée met l’accent sur l’urbanisation vers l’intérieur et privilégie donc la densification du tissu urbain déjà construit. La densification de quartiers existants a des effets COLLAGE 6/16

11


[ILL. 3]

[ILL. 3]  Place de

sur la structure bâtie. Dans les grandes villes, qui devront absorber une bonne partie de la croissance de la population et des emplois, une part importante des surfaces est recensée dans l’ISOS, avec une notice descriptive et un objectif de conservation. Les notices de l’ISOS aident à mieux comprendre l’histoire d’un lieu et peuvent ainsi fournir une contribution essentielle à la qualité de la densification. En revanche, les différents objectifs de protection qui découlent de l’ISOS et qui doivent être pris en considération peuvent entraver plus ou moins fortement la densification. C: Le rapport du groupe de travail «ISOS et densification» met en avant la notion de pesée des intérêts. Comment effectuer concrètement cette pesée des intérêts entre la volonté d’avoir une croissance démographique dans les centres et la préservation du patrimoine bâti? CG: Il nous semble essentiel qu’il y ait toujours une pesée des intérêts entre la densification d’une part et la protection des sites construits d’autre part – pour autant qu’il ne s’agisse pas d’une tâche fédérale, ce qui devrait être assez rarement le cas pour des projets de densification. L’ISOS constitue une base pour la pesée des intérêts et non pas son résultat. En fin de compte, il peut arriver que l’on fasse passer un projet de densification avant la conservation d’un site construit d’importance nationale. Mais il faut pour cela que les intérêts aient été reconnus, qu’ils aient fait l’objet d’une pesée circonstanciée et que cet examen ait fait l’objet d’une documentation claire. La discussion dans le cadre du groupe de travail a montré que pour la pesée des intérêts, il est important d’élaborer une vision globale du développement urbain souhaité à l’échelle du territoire communal [ILL. 6]. Cela peut se faire à l’aide d’un plan directeur communal ou d’un instrument similaire qui définit, d’une part, les endroits où une densification du tissu urbain est souhaitée et propice et, d’autre part, des endroits qui sont particulièrement sensibles du point de vue de la protection des sites et où il faudrait renoncer à 12

COLLAGE 6/16

une densification. Enfin, cette base peut, la gare de Winterthur: exemple de théâtre de dans chaque cas concret, justifier, à partir la pesée des intérêts d’une vision globale, un projet de densifi- entre développement cation à un endroit précis ou au contraire vers l'intérieur et protection du patrile maintien de la structure originale d’un moine. (Source: OFC) site construit. OM: Le but de tout aménagement du territoire doit être une haute culture du bâti. La considération de l’existant et de ses valeurs par une création contemporaine consciente sont des éléments centraux d’un développement de qualité. La pesée des intérêts n’est pas un but en tant que tel, elle n’est qu’un outil nécessaire en cas d’intérêts divergents. Si la densification et la protection des sites peuvent représenter des intérêts opposés, la tâche de l’aménagement du territoire n’est pas seulement de peser les intérêts et de prendre une décision pour ou contre l’un ou l’autre des intérêts, mais de développer une solution urbanistique, architecturale et technique qui respecte au mieux les qualités du site, dans le but de produire une urbanisation de qualité et, par là-même, respecter l’objectif du développement d’une urbanisation de qualité à l’intérieur du milieu bâti prévu par la loi. Cet objectif est ambitieux et nécessitera une nouvelle culture de planification qui réunit davantage les aménagistes, les architectes et les conservateurs du patrimoine. C: Quels sont les enjeux actuels et futurs en matière de préservation/protection du patrimoine face au développement urbain vers l’intérieur? CG: Les villes et villages ont toujours été en mouvement et en transition et ils le resteront à l’avenir. Ils doivent répondre à l’évolution des besoins des habitants. La société actuelle exige de réduire l’étalement urbain et de préserver le paysage, ce qui implique une densification du tissu urbain déjà construit pour permettre l’arrivée de nouveaux habitants. Dans l’application de l’ISOS, il faudrait mettre en avant surtout son rôle de base à une densification de qualité, et moins y voir un


«instrument qui empêche le développement». Cela exige une ZUSAMMENFASSUNG ISOS und Verdichtung: information large sur les possibilités qu’offre la pesée des Was bei der Interessenabwägung auf intérêts et des échanges intensifs entre spécialistes. À notre sens, les marges de manœuvre juridiques ne sont actuellement dem Spiel steht pas complètement exploitées. OM: Le développement urbain vers l’intérieur prévu par la LAT Im April 2016 hat das ARE einen Bericht der Arbeitsgruppe met le patrimoine bâti sous haute pression, prétendant sou- «ISOS und Verdichtung» veröffentlicht. Im Laufe der Revision vent un conflit fondamental entre les deux approches de la des ISOS im Kanton Zürich äusserten die Städte Zürich und conservation et du développement, et dénigrant la conser- Winterthur den Bundesräten Leuthard und Berset gegenüber vation comme un frein à toute innovation. Cette attitude Bedenken, das ISOS wirke für die Verdichtung und Entwicklung malheureusement de plus en plus répandue, aussi fausse nach innen als Bremse. Als Antwort schlugen die Bundesräte qu’hypocrite, ne vise qu’un affaiblissement de la protection die Schaffung einer Ad-hoc-Arbeitsgruppe vor. Die Arbeitsdu patrimoine. Or, la densification sert souvent de prétexte à gruppe, zusammengesetzt aus Vertretern des Bereichs der la réalisation de projets de qualité discutable. La discussion Raumplanung und der Denkmalpflege aus allen drei Staats­ actuelle de l’aménagement du territoire fait ainsi preuve d’un ebenen sowie Experten aus verschiedenen Verbänden und Ordéficit culturel flagrant. Quelles sont pour nous les valeurs ganisationen, kam zu folgender Schlussfolgerung: Das ISOS du tissu construit? Quelles sont les zones où ces valeurs ist eine wichtige Planungsgrundlage. Bei der Berücksichtigung font défaut? Où la densification pourrait-elle être une chance der Einträge ist jedoch eine Interessenabwägung erforderlich, d’augmenter la qualité? Qu’est-ce, après tout, qu’une densi- welche die Ziele des Inventars nicht eins zu eins übernehmen fication de qualité? Les nouveaux prémices de l’aménagement muss. Das ISOS muss, zusammen mit anderen kantonalen und représentent un défi qui demande une approche spécifique en kommunalen Grundlagen, zur Identifikation der vorliegenden matière d’aménagement et d’urbanisme, approche qui n’est Interessen beitragen. Abgesehen vom Einbezug der Ziele des pas encore consolidée: le patrimoine culturel existe et est ISOS in die Interessenabwägung, verweist die Arbeitsgruppe d’une importance majeure pour la société. Affaiblir les dispo- darauf, dass die Identifikation der unterschiedlichen Interessitions d’inventorisation et de protection sous l’euphémisme sen, vor allem jener der Verdichtung, in einem grösseren raumde vouloir créer une plus grande marge de manœuvre pour planerischen Kontext geschehen muss, idealerweise in Form l’aménagement, est simpliste. Nous détruirons tout simplement eines Gesamtkonzepts. Anhand dieses Berichts wird schnell une partie de notre patrimoine sans vouloir en assumer la res- klar, dass die Interessenabwägung – allgegenwärtig in der ponsabilité. Nos enfants nous en voudront. Plus généralement, Raumplanung – beim Einbezug des ISOS in die Umsetzung des pour que l’Inventaire fédéral puisse remplir cette fonction de RPG eine wichtige Rolle spielt. Die Redaktion von COLLAGE manière optimale, il doit toutefois être facilement compris et hat sich mit Claudia Guggisberg, Sektionschefin Richtplanung accessible. L’OFC s’engage par conséquent à mieux informer beim ARE, und mit Oliver Martin, Leiter der Sektion Heimatsur l’ISOS, ses objectifs et son utilité, ainsi qu’à mieux impli- schutz und Denkmalpflege beim BAK, unterhalten, um die wichquer les différents partenaires. Dorénavant, l’ISOS sera élabo- tigsten Inhalte dieses Berichts besser zu verstehen. ré et publié sous forme de géodonnées sur le géoportail de la [ILL. 4 + 5] Claudia Confédération. Le géoréférencement de l’ISOS implique égaleGuggisberg et Oliver ment le développement d’un nouveau mode de représentation Martin. (Sources: ARE pour l’Inventaire fédéral. L’OFC profite de cette occasion pour et Guadalupe Ruiz) préciser un certain nombre de points concernant la méthode de recensement, le but étant de rendre la systématique ISOS plus compréhensible afin d’en faciliter l’application pratique. INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

Afin de poursuivre et d’approfondir le sujet d’ISOS et densification, VLP-ASPAN, Patrimoine suisse et l’Office fédéral de la culture (OFC) organisent le 24 janvier 2017 un symposium national sous le titre «L’ISOS et la Suisse construite de demain».

PROCESSUS DE LA PESÉE DES INTÉRÊTS Identification des intérêts

Développement de l’urbanisation vers l’intérieur

… Protection des sites construits: ISOS, intérêts cantonaux et communaux

Appréciation/pesée des intérêts

Documentation

Conception d’ensemble

Rapport exposant la pesée des intérêts effectuée

Exemple: plan directeur communal, conception directrice communale

Rapport d’aménagement (art. 47 OAT)

Décision

[ILL. 6]  Processus de la pesée des intérêts. (Source: ARE)

COLLAGE 6/16

13


La rénovation d’un bâtiment classé et la démolition d’une ancienne salle communale: leviers pour la réhabilitation urbaine et sociale d’un quartier historique THEMA

[ILL. 1]

[ILL. 1]  Prangins, vue d’ensemble: au centre la place de la Borderie en travaux, derrière l’ensemble des bâtiments Passade, Forge et Ancienne poste, à gauche l’Auberge communale. (Source: Commune de Prangins)

En 2005, la Municipalité de Prangins, commune d’environ 4000 habitants située sur l’Arc lémanique à côté de Nyon, entama la réhabilitation complète d’une partie du centre du village. A travers une réflexion préliminaire sur le devenir de l’ancienne salle communale, c’est tout une partie du centre de Prangins qui commence un processus de réhabilitation urbaine et sociale comprenant: la création d’un espace public, la transformation de l’Auberge communale et la réhabilitation d’anciens bâtiments par une coopé­rative de logement. Cinq acteurs impliqués dans la démarche reviennent sur les éléments marquants de ce projet.

14

COLLAGE 6/16

Patrimoine: contrainte ou opportunité Dans un projet d’architecture, on le sait, les contraintes sont souvent d’autant plus importantes lorsqu’il s’agit d’un projet de rénovation d’un objet existant. Lorsqu’il s’agit d’une intervention sur un bâtiment classé, les architectes considèrent souvent que le projet sera limité dans son expression et son langage. De leur côté, les maîtres d’ouvrage sont exposés à des variables plus coûteuses. Le paradoxe dans cette approche est que le patrimoine est souvent considéré, non pas comme une réelle richesse, mais comme une contrainte lourde. Le projet présenté dans ces pages inverse cette approche dans une forme créative et audacieuse. Les limites, fixées au préalable, étaient

GIOVANNI TROCCOLI Architecte SIA, Commune de Prangins.


d’ordre politique, économique, spatial et, naturellement, historique. Avec un objectif prioritaire: comment transformer trois bâtiments en ruine et restituer ce morceau du vieux village à ses citoyens? Au cours des dernières législatures, plusieurs bâtiments du centre historique de Prangins, (Maison de Commune, Maison Fischer et le Four à pain) ont fait l’objet de transformations [ILL. 1]. Pour compléter la transformation des bâtiments du centre du village, il restait à intervenir sur un ensemble de trois bâtiments (La Passade, La Forge et l’Ancienne Poste). C’est en particulier autour de La Passade, le bâtiment le plus ancien (1727), considéré d’intérêt régional au répertoire cantonal des Monuments et Sites, qui a successivement servi de Maison de Commune, de lieu de passage lié au château et d’abri pour les nécessiteux, que s’est organisée la réhabilitation et transformation complexe du quartier prévoyant plusieurs actions s’enrichissant mutuellement: la démolition d’une salle communale, la rénovation de l’auberge communale, l’aménagement d’un espace public, ainsi que la création d’appartements subventionnés. En restituant à la Passade non seulement son dégagement d’origine mais aussi son statut de lieu de vie. En effet, la réalisation de tels appartements au cœur du village, dans des bâtiments historiques, avec vue sur le Château ou sur les vieux toits, est rare. Rare aussi que, tout proche d’une place, un espace public soit conçu juste pour «la convivialité», d’autant plus que cet espace soit réalisé après la démolition d’un bâtiment communal. L’entreprise de cette vaste action de réhabilitation, au-delà des contraintes techniques et patrimoniales, est avant tout due à une vision et un courage politique puisque la démolition de l’ancienne salle communale, qui plus est fief du Théâtre Amateur de Prangins, fit l’objet d’un référendum populaire. C’est notamment grâce à l’impulsion donnée par la Municipalité, en particulier par le dicastère de l’urbanisme et nouvelles constructions, pendant tout le long de deux législatures, que cette vision a pu se concrétiser. Sans ce projet, Prangins n’aurait pas pu récupérer et profiter de cette partie du vieux village en valorisant finalement ce patrimoine bâti. [ILL. 2]  Lier le bourg historique et la place de la Broderie (gauche) avec le château et ses jardins (droite). (Source: L’Atelier du paysage JeanYves Le Baron Sàrl)

1. Place de la Broderie 2. Auberge communale 3. Passade 4. Forge 5. Ancienne poste 6. Jardin potager 7. Château de Prangins

La place de la Broderie, lieu de mémoire et de rassemblement La création d’une place est toujours un évènement marquant, surtout dans un village qui ne contient pas ce genre d’espace public. A Prangins, l’histoire de la nouvelle place est d’abord celle du remplacement d’un plein par un vide. En effet, elle découle de la décision de la Municipalité, basée sur les indications données par le plan partiel d’affectation du centre du village, de démolir la grande salle attenante à l’auberge communale et, par voie de référendum, de l’acceptation de la population de Prangins d’un octroi de crédit pour cette démolition. Dès lors, la question s’est posée de savoir quelle serait la vocation de ce nouvel espace, situé au centre du village. Rapidement a émergé l’idée que cette démolition non seulement allait changer considérablement la configuration des lieux, mais qu’elle représentait aussi une belle opportunité de créer un espace public. Ce projet a dès lors fait partie d’une action concertée de rénovation urbaine, menée sous la lidérance de Martine Baud, Municipale de l’urbanisme, qui comprenait aussi la transformation de l’auberge communale et la valorisation des bâtiments de la Passade, de la Forge et de l’Ancienne Poste. En effet, il s’agissait d’une part de conserver la substance historique du patrimoine communal, tout en l’adaptant aux nouveaux modes de vie et aux normes de confort actuelles; d’autre part, il fallait renforcer l’habitabilité du centre du village, ainsi que son animation et sa convivialité, tout en tissant des liens plus forts avec le Château, ses jardins et ses évènements [ILL. 2]. BRUNO MARCHAND Architecte epfl et architecte-urbaniste conseil pour la commune de Prangins.

Un vide aménagé: la mémoire des lieux et «l’art des jardins» Le concours organisé en 2008 pour la «création d’un espace public à côté de l’auberge communale» a permis de comprendre que la création d’une place au cœur du village impliquait un exercice approfondi de compréhension de la mémoire des lieux. Face à ce constat, force est de reconnaître la qualité du projet lauréat «Broderie» de l’Atelier du Paysage qui a justement fondé l’essence de sa proposition sur les valeurs culturelles et naturelles de l’enracinement pluriel de Prangins. La nouvelle place est ainsi constituée d’éléments simples issus du contexte rural – un mur, un escalier droit, du gravier, des arbres isolés – et d’un motif de «broderie végétale» inspiré des massifs décoratifs de «l’art des jardins» du Château. A travers cette composition, l’architecte paysagiste Jean-Yves Le Baron joue à la fois sur la retenue et sur le raffinement, dans une symbiose et réciprocité de deux cultures qu’au fond rien n’oppose.

5 3

1

4 2

6

7

COLLAGE 6/16

15


[ILL. 3]

[ILL. 3]  La place de la Broderie (là où se tenait anciennement la salle communale) et l’ensemble de bâtiments Passade, Forge et Ancienne poste. (Photos: Léonore Baud)

[ILL. 4]

[ILL. 4]  L’annexe de l’auberge communale avant sa démolition.

16

COLLAGE 6/16

[ILL. 5]

[ILL. 5]  Escaliers menant à la place de la Broderie et l’Auberge communale transformée.


Un vide rassembleur: à la rencontre des autres A Prangins, la nouvelle place recouvre plusieurs réalités et pratiques sociales. Par le vide instauré, elle met en valeur les façades des bâtiments qui la bordent, notamment celle de la Passade dont la valeur historique est indéniable; toujours par la présence du vide, elle nous attire vers elle et nous incline à la rencontre des autres, dans une sorte de «vallon villageois», en prolongement de l’auberge, contenu par un long banc continu en bois; enfin, faisons le vœu qu’elle sera le support d’autres pratiques et formes de convivialité et, on l’espère, qu’elle contribuera à consolider l’identité du village. La transformation de l’Auberge Le bâtiment date du XVIIIe siècle et a fait l’objet de plusieurs transformations. Les principales datent de 1938, 1949 et 1978. En l’absence de plans anciens dans les archives, impossible de reconstituer avec certitude l’image de l’état d’origine tant certaines interventions ont été invasives. Dès lors, le parti pris a été de proposer une transformation intérieure s’inspirant tout en les réinterprétant des principes de composition du XVIIIe siècle. La façade nord de l’Auberge étant libérée de son annexe, comment fallait-il la traiter? Sur la base d’anciennes photos issues des archives communales, il a pu déterminer que la grande salle avait été érigée à la place d’un bâtiment abritant grange et écuries. Ainsi, l’Auberge avait toujours été borgne côté nord [ILL. 5]. Décision fut prise de maintenir cette façade fermée, à l’exception d’une seule baie, contemporaine et agrandissement de l’ouverture existante entre la grande salle et l’Auberge pour offrir au café un accès et un point de vue vers le futur espace public. En façade ouest, un édicule particulièrement malvenu qui avait été ajouté pour permettre l’accès direct à la partie hôtel et couvrir l’accès au sous-sol a été supprimé afin de retrouver la géométrie d’origine et libérer un espace généreux pour l’accès au nouvel espace public. PIERRE-ALAIN COUVREU Architecte EPFL en charge de la tranformation de l’Auberge.

La transformation et mise en valeur des bâtiments de la Passade, de la Forge et de l’Ancienne Poste en logements collectifs pour la Coopérative d’habitation «Des Plantaz» Le projet d’habitat collectif pour la coopérative d’habitation des Plantaz s’organise autour d’une cour intérieure reliée de façon traversante à l’espace public. L’ensemble des logements «maisonnettes» est distribué par cet espace, permettant ainsi de libérer une partie importante du pourtour des bâtiments au profit de prolongements extérieurs pour les habitants. L’idée de pouvoir faire «vivre» l’espace devant les maisonnettes est renforcée par la disposition des chambres au premier étage, puis dans l’étage des combles. La cour intérieure est animée par trois percées verticales lui amenant sa lumière. Ce dispositif dont l’inspiration a été donnée par la qualité des espaces de distribution préexistants de la Forge et de l’Ancienne Poste, cherche à en reproduire la complexité et la richesse tout en s’étendant dorénavant d’un bâtiment à l’autre, comme trait d’union symbolisant leur destin désormais commun. Ce nouvel espace fait partie du type d’espaces cachés mais remarquables qui font le charme de ce type de tissus urbains, et s’inscrit dans ce sens en complément de la valorisation générale du site en direction du château en tissant des relations piétonnes orientées ouest-est. BAKKER ET BLANC ARCHITECTES /  O. ROCHAT ARCHITECTES Architectes en charge de la transformation de l’ensemble Passade, Forge, Ancienne poste.

Broderie: un salon jardin au cœur du village De jardin en jardin, le projet tisse une relation étroite et unitaire entre le château et le cœur historique de Prangins. Un nouveau dialogue entre bourg et château s’installe. Les bâtisses historiques, Passade, Forge, Ancienne Poste réhabilitées, sont mises en valeur par la création de ce nouvel espace public [ILL. 3]. La façade nord de l’Auberge communale s’ouvre sur ce jardin polyvalent. Ce lieu de vie et de rencontre offre aux habitants et aux visiteurs une souplesse d’adaptabilité selon les évènements et les saisons. Un long banc de bois de chêne, en forme de L, circonscrit la pièce sur les traces de l’ancienne salle des fêtes. En limite est, le mur à tête arrondie, garde-corps de l’esplanade, emprunte le langage des ouvrages anciens présents dans le village. Au sol, un gravillon rond perméable fait écho au jardin du Château. Le jardin s’inspire d’un art typique du style à la française. Dans une réinterprétation contemporaine de la broderie végétale, un plateau de houx taillé s’orne de volutes de plantes bulbeuses, de vivaces et de fleurs annuelles. JEAN-YVES LE BARON Architecte paysagiste en charge de la conception de la place de la Broderie.

ZUSAMMENFASSUNG Abbruch eines Gemeinde­ saals macht den Weg frei für die städtebauliche und soziale Sanierung eines historischen Quartiers 2005 nahm die Gemeinde Prangins in koordinierter Vorgehensweise die Komplettsanierung eines Teils des Dorfzentrums in Angriff. Ausgelöst durch vorgängige Überlegungen über die Zukunft des ehemaligen Gemeindesaals, kam in einem Teil des Zentrums von Prangins ein städtebaulicher und sozialer Sanierungsprozess in Gang. Dabei entstand ein öffentlicher Platz, das Hotel «Auberge communale» wurde umgebaut und eine Wohngenossenschaft hat ihre alten Liegenschaften saniert. Um dem Verlust des im Bauinventar eingetragenen ehemaligen Gemeindesaals entgegen zu wirken, hat die Gemeinde diesem Ort seine öffentliche Funktion belassen und einen offenen Platz geschaffen, der nun einen ganzen Sektor des Dorfkerns aufwertet. Dieser städtebauliche Wandel musste einige Hürden nehmen, da der Beschluss dem Referendum unterstand. Schliesslich nahmen ihn jedoch die Bewohner von Prangins an. Beherrschten zu Beginn des Prozesses noch poli­tische, wirtschaftliche und denkmalpflegerische Aspekte die Diskussion, so rückte schnell die Frage ins Zentrum: Wie können drei heruntergekommene Bauten umgebaut und dieser Teil des historischen Dorfkerns, ein lokales baukulturelles Erbe, den Bürgern zurückgegeben werden? Das Beispiel zeigt sehr gut dass, wenn es um das gebaute Erbe, die DNA eines Dorfes, geht, das Wichtigste der Genius loci und die Bürger sind, diese müssen im Zentrum der Diskussion stehen. Die finan­ziellen, technischen und architektonisch-denkmalpflegerischen Fragen spielen für den Erfolg einer solchen städtebaulichen Aufwertung nur eine vermittelnde Rolle.

COLLAGE 6/16

17


Intervenir sur le patrimoine: la parole aux acteurs cantonaux THEMA

SABINE NEMEC-PIGUET Directrice générale et conservatrice cantonale des monuments, Genève.

PHILIPPE VENETZ Architecte cantonal de l’Etat du Valais.

FRANCESCO DELLA CASA Architecte cantonal de l’Etat de Genève.

BENOÎT COPPEY Architecte du patrimoine au Service cantonal des bâtiments, monuments et archéologie du Canton du Valais. Entretien réalisé par Magali Henry, rédaction de COLLAGE.

La question de la délicate pesée des intérêts inhérente à tout projet urbain touche directement les acteurs cantonaux amenés à se positionner sur le sort des éléments préexistants, protégés ou non. La façon de prendre en compte le lien entre développement urbain et protection du patrimoine est-elle différente selon le territoire envisagé? COLLAGE a proposé aux conservateurs et architectes de deux cantons dont les spécificités territoriales et patrimoniales sont pour le moins contrastées, à savoir ceux de Genève et du Valais, de répondre chacun-e à 3 questions. A Genève, Sabine Nemec-Piguet et Francesco Della Casa ont aimablement accepté cet exercice en offrant chacun leur point de vue, tandis que les Valaisans Philippe Venetz et Benoît Coppey ont choisi d’unir leurs voix. Tous livrent une vision de la question qu’ils estiment, dans leur pratique au quotidien, plus convergente que dichotomique. COLLAGE (C): Selon vous, comment et quand intégrer un élément patrimonial (objet ou ensemble bâti) dans la pesée des intérêts inhérente à tout projet urbain? FRANCESCO DELLA CASA (FC): C’est évidemment dès le début de la réflexion qu’il faut établir un inventaire au sens large du contexte existant, qu’il s’agisse du bâti, du non-bâti, des infrastructures et des relations entre les acteurs. Et il ne faut pas se limiter à tenir compte de quelques éléments qui seraient au bénéfice de mesures de protection légale, mais s’interroger sur l’apport global de l’existant dans le projet. C’est la qualité même du projet urbain qui en tirerait bénéfice. SABINE NEMEC-PIGUET (SN): des outils d’identification performants tels que le recensement cantonal sont indispensables en tant que donnée de base. Mais pour que l’aspect patrimoine fasse partie des préoccupations des propriétaires dès le lancement d’un projet, il importe aussi que ces derniers aient un accès aisé à ces outils. A Genève, le recensement a débuté en 1977 dès l’entrée en vigueur de la LPMNS; il a été poursuivi à la fin des années nonante alors que les enjeux de croissance urbaine devenaient de plus en plus importants, avec notamment une pression forte sur la zone villas (la 3ème zone de développement appelée à se densifier jusqu’à un CUS de 1.6 au gré de l’évolution de la pénurie de logements). Depuis, le recensement s’est peu développé. Surtout, il a pris du retard dans son informatisation. Si l’on trouve sur le SITG [1] la couche des zones protégées, des plans de site ainsi que des bâtiments classés ou inscrits à l’inventaire, le recensement lui, n’y est pas, car n’ayant pas été actualisé, il est devenu peu fiable à cause de changements d’adresse, de parcelle, de propriétaire, etc. Ce n’est que récemment que l’Etat a décidé

18

COLLAGE 6/16

de lancer une mise à jour complète et informatisée du recensement. Ce dernier bat aujourd’hui son plein, en collaboration avec l’office de l’urbanisme. La prise en compte d’un élément patrimonial non protégé est à chaque fois un cas particulier puisque nous ne sommes pas dans un domaine normatif. Face à un projet, nous réévaluons la valeur du recensement et demandons un avis à la commission des monuments et des sites. S’il apparaît que l’objet est vraiment digne de protection, c’est à ce moment là que la pesée des intérêts commence, pour voir si un développement plus mesuré permettrait une conservation ou non. Parfois on arrive à un accord avec le promoteur qui y trouve lui aussi un intérêt. C’est très rare que des requérants déposent un projet en autorisation de construire sans venir s’informer au préalable de leurs possibilités de développement; le risque est alors que la pesée des intérêts se fasse devant les tribunaux, ce qui est regrettable. A Genève, la politique du logement est cruciale lors de la prise de décision. La question de la proportionnalité est par ailleurs très importante: plus la limitation du potentiel constructif est forte, plus la valeur patrimoniale doit être ­élevée. PHILIPPE VENETZ (PV) ET BENOÎT COPPEY (BC): Le patrimoine bâti étant par définition préexistant, il est une composante fondamentale et incontournable de tout projet qui l’approche. Il s’agit de l’intégrer dès les premières réflexions programmatiques et volumétriques. Mais pour cela il doit préexister non seulement physiquement dans le territoire, mais également dans la conscience collective et dans le corpus des connaissances que l’on peut en dégager. Le recours aux inventaires et aux évaluations est de ce fait capital et reste un premier pas nécessaire afin d’intégrer le patrimoine bâti dans la pesée des intérêts dès le début. L’élément patrimonial n’est qu’un maillon temporel et spatial de la chaîne historique qui donne une épaisseur au temps et du réseau territorial et urbain qui dialogue avec lui. C: Pouvez-vous citer un exemple de projet comportant un/plusieurs aspects patrimoniaux qui soit réussi ou au contraire raté? En quoi est-il réussi/raté selon vous? FC: Par exemple, une structure viaire ou ferroviaire dans un secteur industriel appelé à muter, tels le Kreis 5 à Zurich (Turbinenplatz) ou le projet urbain de Roger Diener pour le quartier Grosselin à Genève. Ni les rails, ni les revêtements de sol, ni la continuité de [1]  Système d’inforpied de façade à pied de façade ne sont mation du territoire genevois, voir http:// protégés, mais ils sont des éléments es- ge.ch/sitg/carte/ sentiels pour la permanence de l’identité patrimoine


[ILL. 1]

[ILL. 2]

[ILL. 1]  Le domaine de Budé à Genève datant du XVIIIe siècle et, au second plan, l’ensemble résidentiel réalisé dans les années soixante par G. Addor et les frères Honegger. (Source: Bibliothèque de Genève) [ILL. 3] [ILL. 2]  L’ensemble de Budé, carte postale, date inconnue, droits réservés. [ILL. 3]  Vue sur la résidence de Budé, 2007. (Source: Archives OPS, Max Oettli) COLLAGE 6/16

19


[ILL. 4]  Photo aérienne du quartier des Hauts-de-Malagnou et des bâtiments implantés autour d’une maison de maître. (Source: DALE, Office du registre foncier et de la mensuration officielle, 2016)

[ILL. 5]  Hauts de Malagnou, vue sur la maison de maître. (Source: Lüscher Architectes, Pierre Boss)

[ILL. 5]

20

COLLAGE 6/16


pour y construire une école primaire et un cycle. Le patrimoine devient alors un équipement public par son parc. Les dépendances rurales accueillent depuis quelques années un projet d’agriculture urbaine qui rencontre beaucoup de succès. On peut aussi citer le cas de l’école de Pré-Picot sur la rive gauche, un autre grand domaine comprenant une jolie petite villa du milieu du XIXe siècle, qui a été conservée pour y accueillir une crèche alors que le parc était agrémenté, à la fin des années 80, de trois nouveaux bâtiments comprenant une école primaire, des locaux pour des sociétés et une salle de gym. Ici, la magie du lieu a opéré. Les acteurs du projet ont tous été attentifs à préserver cet endroit plein de charme en adaptant les gabarits en fonction de l’existant. Enfin, la récente opération des Hauts de Malagnou [­ ILL. 4+5] sur la rive gauche, consistant en 4 barres de logements et d’activités implantées dans un grand parc, est plus atypique. Elle a le mérite d’avoir été élaborée dès le début en collaboration avec l’office de l’urbanisme et les promoteurs. Ici, la maison de maître se retrouve au milieu du parc, entourée par les nouvelles constructions. Cette densification a suscité de nombreuses oppositions. Cela dit, le parc et la maison accueillant aujourd’hui une association sont très bien conservés.

[ILL. 4]

spatiale du lieu. Sur le plan architectural, pour le Lieu Unique à Nantes, l’ancienne biscuiterie LU, on a conservé l’état exact dans lequel étaient les ateliers au dernier jour de travail, les nouvelles activités culturelles s’y adaptant sans en effacer la mémoire. SN: Associer le patrimoine à la densification peut s’avérer très intéressant pour développer l’offre en équipements publics. A cet égard, l’ensemble de Budé à Genève [ILL. 1–3], réalisé par Georges Addor et les frères Honegger, est exemplaire. Il s’agit d’un vaste domaine du XVIIIe siècle racheté dans les années cinquante par des promoteurs pour y développer un grand projet d’habitation alors que la demande de logements battait son plein. En rive droite, proche des organisations internationales, le projet était prévu pour une population aisée: 4 barres de 7 étages avec piscines privées sur les toits et un hôtel. Les promoteurs ont cédé gratuitement à l’Etat pratiquement la moitié du domaine, non seulement pour conserver le parc, la maison de maître et les dépendances du domaine, mais aussi

PV/BC: Si l’on oppose conservation du patrimoine et développement urbain, on aura des gagnants et des perdants à chaque coup. Lorsque la pesée des intérêts est faite correctement, on ne peut parler que de cas «réussis». Prenons deux exemples récents à Sion, ville lauréate du prix Wakker 2013 pour avoir amorcé avec succès sa mue urbaine, repensé la ville, replacé le paysage au cœur de son développement territorial et effectué un travail de reconnaissance du patrimoine architectural. Le premier cas, celui de la villa Veuillet [ILL. 7] préservée in extremis par une mise sous protection d’urgence, montre qu’il a été possible de conserver cet emblématique témoin de l’architecture moderne en Valais, non seulement dans sa structure, sa forme, ses matériaux et son expression, mais également dans sa fonction de villa individuelle. La surélévation initialement prévue aurait contribué à une pseudodensification du quartier mais dans une si faible mesure que la pesée des intérêts a penché pour la sauvegarde du bâtiment et de ses alentours. Le deuxième exemple, celui de «Cour de gare» [ILL. 6], illustre «malheureusement» la perte d’un bâtiment intéressant situé à proximité immédiate de la gare, une cave emblématique de l’activité vinicole de la région sacrifiée sur l’autel de la densification, mais dont la perte a permis d’envisager la construction de tout un quartier. On peut le regretter mais on peut aussi prendre la mesure de l’extraordinaire potentiel du développement urbain d’un secteur situé en un endroit hautement stratégique. Ici aussi, la pesée des intérêts a montré l’évident déséquilibre entre les intérêts patrimoniaux de la conservation d’un élément, de qualité relative, et la pertinence de la densification d’une friche urbaine, située au cœur même de la ville, dans un quartier en devenir, à proximité de la gare CFF. C: Une question pour Genève: au vu des différentes expériences depuis la votation par le Grand Conseil de la loi sur les surélévations en 2008: un bilan? des perspectives? FC: Depuis l’entrée en vigueur de la Loi, les projets réalisés montrent à quel point une surélévation d’immeuble est un exercice architectural difficile, sans doute le plus difficile. Quelques réussites exemplaires (Place du Cirque, Avenue Wendt, Rue Daubin) et d’autres qui le sont moins ont permis COLLAGE 6/16

21


[ILL. 6]


[ILL. 7]

[←ILL. 6]  Projet Cour de Gare: l’ancienne cave Bonvin à Sion a été démolie pour faire place à un grand projet de développement urbain à proximité immédiate de la gare. (Source: Etat du Valais, SBMA, Photo: Robert Hofer)

[ILL. 7]  La Villa Veuillet à Sion, emblématique témoin de l’architecture moderne en Valais, préservée in extremis par une mise sous protection d’urgence. (Source: Etat du Valais, SBMA, Photo: Robert Hofer)

de mettre sur pied une méthodologie d’évaluation, appliquée par les instances chargées d’examiner les requêtes, qui sera d’une grande utilité pour les mandataires. A Genève se développe un véritable savoir-faire, ce dont se sont avisées des villes comme Bâle ou Paris, où il a été longuement fait état de l’expérience genevoise lors d’un récent colloque organisé par la Mairie de Paris. SN: il y a eu des cas de surélévations qui ont suscité de fortes réactions car elles ont été admises dans des lieux qui ne s’y prêtaient pas, notamment dans des quartiers où les gabarits étaient très homogènes. Lorsqu’il s’agit de bâtiments ou ensembles bâtis non protégés, notre marge de manœuvre est très limitée. La méthodologie en cours d’élaboration va dans le bon sens. Elle permet d’évaluer l’impact d’une surélévation tant à l’échelle du quartier qu’à celle de la rue et de juger si l’augmentation de gabarit porte atteinte ou non à l’image de la ville.

24

COLLAGE 6/16

C: Une dernière question pour le Valais: que vous évoque le lien entre patrimoine et tourisme en Valais: vrais ou faux amis? PV/BC: Le patrimoine doit être considéré comme une ressource, non seulement pour le tourisme, mais aussi pour la société locale tout entière. Avec le patrimoine, le tourisme bénéficie d’un extraordinaire levier pour ancrer une région dans l’esprit des gens venus la visiter ou y vivre, et ceci dans la durée. Au même titre que le patrimoine naturel et le patrimoine immatériel, le patrimoine bâti constitue un des atouts importants en mains de la promotion touristique. C’est un véritable ami, même (et surtout serait-on tenté de dire) lorsqu’il conditionne de grands projets touristiques ou qu’il freine la course en avant dans le remplacement de l’existant. La qualité du patrimoine bâti est d’ailleurs devenu un atout non négligeable pour le développement touristique puisqu’il sera encore possible de transformer en résidence secondaire les bâtiments patrimoniaux protégés ou caractéristiques de sites. Réciproquement, la protection du patrimoine bénéficiera des restrictions récemment introduites pour ces résidences secondaires puisqu’il sera demandé un inventaire, une mise sous protection et un projet de qualité pour bénéficier de cet allègement. S’ils collaborent intelligemment, patrimoine et tourisme ont donc encore de beaux jours devant eux sous le soleil valaisan.


Der Wakkerpreis: Bürgerstolz und Sorgfalt würdigen THEMA

PATRICK SCHOECK-RITSCHARD Kunsthistoriker, lic. phil. I Leiter Baukultur Geschäftsstelle Schweizer Heimatschutz, Zürich.

Seit 44 Jahren zeichnet der Schweizer Heimatschutz jährlich eine Gemeinde mit dem Wakkerpreis aus. Die aktuell massiven Angriffe auf die rechtlichen Grundlagen der sorgfältigen Siedlungsentwicklung zeigen: Der Wakkerpreis ist wichtiger denn je. Ein Aufruf gegen die Zerstörung der Heimat 1972 hat der Schweizer Heimatschutz den Wakkerpreis erstmals ausgerichtet. Es war die Zeit, als die Schweiz gerade an der Schwelle zwischen dem Nachkriegsboom und der Ölkrise stand. Die Euphorie gegenüber den hochtrabenden Planungsvisionen war einer breiten und nachhaltigen Ernüchterung gewichen. Es ist kein Zufall, dass die Eidgenössischen Räte angesichts der irreparablen Schäden, die Verkehrs-, ­Infrastruktur- und Bauprojekte angerichtet hatten, im selben Jahr den dringlichen Bundesbeschluss zur Raumplanung ohne Gegenstimme durch die Kammern gepeitscht hatten. 44 Jahre später steht die Schweiz vor ähnlichen Herausforderungen wie Anfang der 1970er-Jahre. In der Schweiz wird viel gebaut – oft mit wenig Sorgfalt und Subtilität. Auf allen politischen Ebenen haben sich die Stimmberechtigten in letzter Zeit mehrfach gegen dieser Auswüchse zur Wehr gesetzt – man denke etwa an die Zweitwohnungsinitiative, das revidierte nationale Raumplanungsgesetz oder die Verweigerung gegenüber kommunalen Grossprojekten und Ortsplanungen.

Anders als damals zeigen heute die Wegweiser in den Parlamenten in eine andere Richtung: Sehr starke politische Kräfte zielen darauf ab, den Gesetzen und Instrumenten zum Schutz der Baudenkmäler und der Kulturlandschaften die Zähne zu ziehen oder gleich abzuschaffen: Das nationale Naturund Heimatschutzgesetz steht unter Dauerbeschuss – und nun soll es dem ISOS an den Kragen gehen. Es heisst, Schutz­ inventare oder Expertisen von Fachkommissionen des Bundes würden die Innenentwicklung unnötig verhindern. Diese aktuellen und brandgefährlichen Entwicklungen laden geradezu ein, über die Ziele, die Herkunft und die Zukunft des Wakkerpreises nachzudenken. Den Bürgerstolz würdigen Der erste Wakkerpreis ging 1972 an Stein am Rhein SH: Eine Kleinstadt, die ihre historische Hauptstrasse trotz der massiven Auswirkungen des Durchgangsverkehrs nicht aufgegeben hatte, sondern trotzig und mit Stolz in ihren Ortskern investierte. Was heute autofrei, beschaulich und herausgeputzt daherkommt, war vor 44 Jahren noch von Lärm und Gestank geplagt. Der Entscheid, nicht ein abgelegenes und im Stillstand verharrendes Bergdorf, sondern ein verkehrsgeplagtes Städtchen zu prämieren, entsprach dem Willen des Preisstifters Henri-Louis Wakker (1875–1972). Seine Stiftung an den

[ABB. 1]

[ABB. 1]  M. Wakker. (Foto: zVg SHS)

[ABB. 2]  Erster Wakkerpreis: Stein am Rhein. (Foto: zVg SHS)

[ABB. 2]

COLLAGE 6/16

25


Schweizer Heimatschutz war mit der Verpflichtung verbunden, dass jährlich 10’000 Franken «jenen Orten zugutekommen sollten, deren Behörden und Bürgerschaft im gemeinsamen Bemühen ein überliefertes Siedlungsbild zu bewahren und in unverfälschter Schönheit zu sichern trachten». [1] Von Beginn weg war damit klar und deutlich gesagt: Der Wakkerpreis geht nicht an eine Einzelperson, ein besonders umsichtig saniertes Bürgerhaus oder ein einzelnes architektonisches Leuchtturmprojekt, sondern an eine Gemeinde, deren Bevölkerung und Behörden gemeinsam um einen sorgfältigen und nachhaltigen Umgang mit ihrem Siedlungsgebiet bemühen. Was zählt, ist die Bevölkerung Die gesetzlichen Grundlagen, die zu einem sorgfältigen Umgang mit den Ortsbildern und den Kulturlandschaften verpflichten, steckten 1972, im Jahr des ersten Wakkerpreises, noch in den Kinderschuhen. Viele Kantone kannten kein oder nur ein rudimentäres Natur- und Heimatschutzgesetz, und der Bund hatte erst begonnen, konkrete Massnahmen zur Umsetzung seines NHG auf die Beine zu stellen. Das nationale Raumplanungsgesetz liess schliesslich bis 1980 auf sich warten. Siedlungsqualität und einen sorgfältigen Umgang mit dem baukulturellen Erbe einzufordern, war vor der Etablierung dieser Schutzinstrumente eine Herkulesaufgabe. Der sehr häufig ehrenamtliche Aufwand war enorm: Es brauchte die Motivation, mit dem Einzelnen über die Qualität der Bauvorhaben zu diskutieren und zugleich die Gemeinschaft durch eine andauernde Sensibilisierung auf gemeinsame Ziele zu verpflichten. Die Honorierung dieses immensen zivilgesellschaftlichen Engagements ist und bleibt das Fundament des Wakkerpreises. Auch wenn der Wakkerpreis inzwischen als eine Art «Oscar für Planungsbüros und Baubehörden» gilt: Der Wakkerpreis geht schlicht und einfach an ein Gemeinwesen als Ganzes. Natürlich liegt es an den Behörden und Fachleuten, gute und mehrheitsfähige Lösungen zu suchen und immer wieder im Interesse der Öffentlichkeit von Privaten Qualität einzufordern – aber am Ende entscheiden die Stimmberechtigten über die Planungsinstrumente und ihre politische Anwendung. Für eine Innenentwicklung mit Qualität Mit der Revision des nationalen Raumplanungsgesetzes ist die Innenentwicklung auf der politischen Agenda weit nach vorne gerückt. Das Gebot zur Beschränkung der Einzonungen und zur Konzentration der Siedlungsentwicklung darf auch als wichtiger politischer Erfolg des Schweizer Heimatschutzes gewertet werden. Seit Jahren und Jahrzehnten erklärt der Wakkerpreis, dass eine gute und nachhaltige Verdichtung in den Städten und Dörfern sinnvoll und vor allem möglich ist. Was es aber braucht, sind verbindliche Rahmenbedingungen, die ein gesundes und verantwortungsvolles Mit- und Nebeneinander von Fortschritt und Bewahrung ermöglichen und befördern. Vier Wakkerpreise zeigen dies exemplarisch: 1983 erhielt Muttenz BL den Wakkerpreis, weil die Gemeinde es verstanden hat, den Ring von Privatgärten um den Ortskern vor einer Bebauung zu schützen und die Dorfmitte mit einem Gemeindezentrum aufzuwerten. 1992 ging die Auszeichnung an die Stadt St. Gallen, die mit Studienaufträgen und Sondernutzungsplänen etc. für mehr städtebauliche Qualität sorgte. 2002 wurde die Gemeinde Turgi AG für eine Ortsplanung prämiert, die eine sanfte Erneuerung und Entwicklung des Industriedorfes ermöglichte. Mit Fläsch (GR) hob der Wakker­preis 2010 ein Dorf aufs Podest, das wertvolle Freiräume im Dorf durch Baulandkompensation erhalten konnte. 26

COLLAGE 6/16

Diese vorbildlichen Lösungen sind durch Diskussionen und Güterabwägungen zwischen dem Wert des Bestandes und den Chancen der baulichen Entwicklung entstanden. Dass nun starke politische Kräfte – und gar gewichtige Planungsbehörden – den Schutz des baukulturellen Erbes aufweichen wollen, um die Innenentwicklung zu beschleunigen, ist unverständlich und schädlich. Wer ein Siedlungsbild sorgfältig und nachhaltig entwickeln will, kommt um Gespräche und ernste Reflexionen nicht herum – auch wenn das bisweilen unbequem ist. Diese unsinnigen Angriffe [1]  Schwabe, Erich: machen deutlich, dass der Wakkerpreis Lebendige Gemeinschaft im überlieferten kein Stück an Aktualität eingebüsst hat. Altstadtrahmen, in: Heimatschutz 4/1974.


[ABB. 3]

[ABB. 3]  Letzter Wakkerpreis: Rheinfelden, Überbauung «Patio», Lea Mergenthaler. (Foto: Henri Leuzinger)

COLLAGE 6/16

27


RÉSUMÉ Le Prix Wakker: récompenser la fierté citoyenne et le doigté

RIASSUNTO Il Premio Wakker: un riconoscimento all’orgoglio civico e alla sensibilità

Depuis 44 ans, Patrimoine suisse décerne chaque année le Da 44 anni Heimatschutz Svizzera attribuisce ogni anno il Prix Wakker à une commune suisse. Souvent présentée par les Premio Wakker a un comune svizzero. Presentato spesso dai médias comme l’«Oscar de la culture suisse du bâti», cette dis- media come l’«Oscar della cultura svizzera dell’edilizia», quetinction fut instituée par Henri-Louis Wakker (1875–1972), qui sto riconoscimento è stato istituito da Henri-Louis Wakker souhaitait la voir attribuer aux collectivités publiques «dont les (1875–1972) che sperava vederlo attribuito a delle collettività autorités et les citoyens s’efforcent ensemble de sauvegarder pubbliche «dove le autorità e i cittadini si sforzano congiunl’aspect traditionnel et la beauté authentique de leur localité». tamente per salvaguardare l’aspetto tradizionale e la bellezza L’idée de récompenser l’engagement de la société civile – les autentica della loro località». L’idea di premiare lo sforzo della efforts communs des autorités et des citoyens – reste le fon- società civile – gli sforzi comuni delle autorità e dei cittadini dement du Prix Wakker, même si l’accent est chaque fois mis – rimane il fondamento del Premio Wakker, anche se l’accento sur des problématiques différentes, conformément à l’impres- viene messo ogni volta su problematiche diverse, in conforsionnante diversité des villes et villages helvétiques. Si l’on mità con la grande diversità delle città e dei villaggi elvetici. entend développer le paysage urbanisé tout en en préservant Se si vuole sviluppare il paesaggio urbano preservandone le les qualités, il faut non seulement que les bureaux d’études qualità, non basta che gli studi di pianificazione e le autorità et les autorités en charge des constructions disposent des incaricate delle costruzioni abbiano le competenze tecniche e compétences techniques et des capacités de négociation le capacità di negoziazione necessarie, ma è importante che nécessaires, mais aussi que la population se montre sensible anche la popolazione si mostri sensibile alle sfide legate al aux enjeux patrimoniaux et contribue à créer un climat culturel patrimonio architettonico e paesaggistico, e contribuisca a favorable à leur prise en compte. C’est la raison pour laquelle creare un clima culturale favorevole per tenerne conto. Tale le Prix Wakker est toujours décerné à une collectivité publique è la ragione per la quale il Premio Wakker è sempre stato atdans son ensemble: au final, en effet, ce sont les citoyens qui tribuito a una collettività pubblica nel suo insieme: in effetti, se prononcent sur les plans d’aménagement et sur leur mise sono i cittadini che in definitiva si pronunciano sui piani regoen œuvre. latori e sulla loro attuazione.

Annonce

28

COLLAGE 6/16


Lärm – Klang – Ruhe Gedanken zur ZK 2016 ZUR FSU-ZK 2016

BARBARA ZIBELL Raumplanerin Thalwil / ZH.

Zunehmend dachte ich während der ersten drei Vorträge über den Inhalt dessen nach, was von Referenten und Referentin zum Thema vorgetragen wurde: Lärm, Klang, Ruhe – diese drei Titelbegriffe durchzogen das gesamte Tagesprogramm. Es begann mit dem Lärm als Konstante menschlichen Zusammenlebens, Schall kam hinzu, Klang wurde zelebriert – aber ich vermisste das «Geräusch», diesen Sammelbegriff für alle Hörempfindungen, die zuallererst dazu beitragen, räumliche Orientierung zu vermitteln … Erst der vierte Vortrag brachte mit der «Geräuschkulisse» oder dem Ton einen Hinweis auf die neutrale Dimension des Motivs, um das sich an der diesjährigen ZK alles drehte: den Lärm, der uns stört, den wir brechen oder vermeiden möchten, zumindest ihm nicht ausgesetzt sein, der Klang, den wir hören, konzentriert und aufmerksam, von dem wir mehr wollen, weil er uns gefällt, uns berührt. Und schliesslich die Ruhe, nach der wir uns sehnen, in einer mobilisierten und technisierten Gesellschaft, die – zumindest gefühlt – permanent von ausserhalb erzeugten Dauergeräuschen und Schallpegeln infiltriert wird und erschöpft aufatmet, wenn sie einmal nichts hören muss ausser sich selbst, einfach Ruhe empfinden kann oder zumindest die Voraussetzung dafür, in sich selbst einzutauchen und bei sich selbst anzukommen. Tags darauf «Das Magazin» als Frühstückslektüre: Marina Abramovic im Interview erinnert sich an «512 hours», eine Performance in der Serpentine Gallery, London 2014, ihr immateriellstes Werk überhaupt. Es bestand aus Stille. Sie bot dem Publikum nichts als Kopfhörer, die jeden Laut abblockten. Ein kleiner Junge sagte: «Die Kopfhörer funktionieren nicht.» Dabei ging es ja genau darum: nichts zu hören. – Das scheint uns fremd geworden, in einer dauerbeschallten Gesellschaft. Jeden Morgen wundere ich mich über die vielen Menschen mit Kopfhörern auf den Ohren, vorzugsweise in überfüllten öffentlichen Verkehrsmitteln. Sie wollen offenbar nur ihre Ruhe haben – ungestört von ihren Sitznachbarn, für sich sein, dafür aber umso lauter die Musik, die in ihre Ohren dröhnt und mit der sie nur allzu oft ihre Sitznachbarn stören, die die tiefen Bässe oder schrillen Klänge, die durch die dünnen Membranen nach aussen dringen, ertragen müssen. Wir haben unsere Welt entlang der Autobahnen mit Lärmschutzwänden zugebaut, neue Baugrundstücke in der Agglo sind mit Betonmauern eingefasst, abgeschottet nach aussen. Lärm ist dennoch präsent, der Film «Hügel», an der ZK eingespielt, zeigt, wie wir trotz transparenten Lärmschutzwänden, die den Blick auf die Landschaft freigeben, das Erlebnis von Ruhe – des Hörens, des Sehens, der Stille, des Eintauchens in Landschaften, die begrenzte Weite signalisieren und unsere Seelen durchdringen – vermissen. Das Thema scheint emotional so aufgeladen, dass es uns nur noch gelingt, zwischen den extremen Polen von Lärm und Ruhe zu unterscheiden. Im Englischen gäbe es mehr Wörter, behauptet eine Referentin, mit denen Ruhe differenziert ausgedrückt werden kann: silence, calm, tranquility … Tatsächlich? Im Deutschen gibt es auch Ruhe, Stille, Schweigen, aber – so ein weiterer Referent – mit den Begriffen noise und sound existierten im Englischen bessere Möglichkeiten, um Gehörtes zu differenzieren … Im Deutschen kennen wir auch Geräusch und Klang, darum ging es hier ja unter anderem auch. Aber vielleicht haben wir die innere Disposition verloren, um diese Begriffe zu verwenden – der Ärger über den Lärm, den der andere macht, die Sehnsucht nach der Ruhe, die wir uns in informationsüberfluteten und dynamischen Zeiten nicht mehr gönnen (können), scheint um vieles grösser und bedeutender. Es war wohltuend, an einer ZK des FSU, am Beispiel des Hörens, einmal den sinnlichen Qualitäten von Stadt und Landschaft nachzuspüren. Die Frage aus dem Publikum nach dem Wissen über Gerüche lag nahe. Und sie macht Mut auf mehr – Zulassen von Emotion und Sinnlichkeit, auch in der Raumplanung.

COLLAGE 6/16

29


Informations de la FSU/ Nachrichten FSU / Informazioni della FSU INFO

MERCI JEAN-DANIEL!

Un grand merci à Jean-Daniel pour tout ce qu’il a fait pour notre revue depuis le début de sa parution! Cher-e-s collègues, L’inimaginable est arrivé: Jean-Daniel Rickli s’est retiré du comité de rédaction romand de COLLAGE, après y avoir participé fidèlement et de manière ininterrompue pendant un quart de siècle ou presque, étant donné qu’il y avait déjà siégé au début des années 90 lorsque notre revue est née. Un bénévolat qui n’a jamais été un sacrifice pour Jean-Daniel, j’en suis convaincu. En effet, la nécessité de publier une revue professionnelle était une évidence pour lui et y contribuer un besoin. Il avait très vite compris que de part et d’autre de la Sarine, les comités de rédaction de COLLAGE sont des lieux collectifs d’échange et de réflexion sur nos problématiques et pratiques professionnelles et qu’ils offrent à ce titre à chaque participant la possibilité de s’interroger sur des thématiques d’actualité en dehors des contraintes du travail sur mandat.

30

COLLAGE 6/16

De plus, Jean-Daniel a toujours été conscient que nous exerçons un métier jeune, fragile, à la légitimité régulièrement contestée, et il aime se battre, – comme il aime débattre, participer à la confrontation des idées et à la clarification de la pensée par l’approche d’un sujet à plusieurs. Mais il a aussi été là à chaque fois qu’il s’agissait de sortir un numéro. Il aimait chercher des auteurs par rapport à une thématique et coacher ensuite la rédaction de leurs articles comme il a aimé interviewer des spécialistes d’une thématique pour en tirer un article de son cru. Et il a fourni dans ce domaine à chaque fois une prestation de qualité, souvent originale, toujours passionnée. Son départ est pourtant légitime. Il a laissé un vide qu’il ne sera pas facile de combler. Mais il a choisi le bon moment, car l’équipe actuelle du comité de rédaction romand est dynamique, jeune et apte à assumer la tâche. C’est d’ailleurs ce qui m’a décidé à tirer la révérence moi aussi très, très prochainement, alors que j’ai moi aussi débuté au comité de rédaction romand de COLLAGE il y a un quart de siècle, pratiquement en même temps que Jean-Daniel. Sachez donc, jeunes et moins jeunes aménagistes de Suisse romande: il y a, à l’heure actuelle, des chaises à prendre dans ce petit cénacle! N’hésitez pas à vous y intéresser, c’est une activité enrichissante qu’il vaut la peine d’exercer à fonds perdus au moins pendant quelque temps! Si vous êtes dynamiques et convaincu-e-s, vous n’allez pas regretter cet investissement. Urs Zuppinger, aménagiste à la retraite


MANIFESTATION / VERANSTALTUNG

Save the date Assemblée générale: Vendredi, 5 mai 2017 Mitgliederversammlung 2017: Freitag, 5. Mai 2017

MANIFESTATION / VERANSTALTUNG

Annonce anticipée / Vorankündigung  Conférence centrale 2017: Vendredi 17 novembre 2017, KKL Lucerne Zentralkonferenz 2017: Freitag, 17. November 2017 im KKL Luzern

MEMBRES/MITGLIEDER

Changements/Mutationen  01.09.2016 –30.10.2016 Adhésions/Eintritte Membres ordinaires /Ordentliche Mitglieder: Doessegger Gilles, Genève Hagedorn Susanne, Zürich Pochon Martial, Givisiez Rolinet Marc Henri, Genève Schibli Patricia, Zürich Membres alliés / Verbundene Mitglieder: Choffat Thierry, Delémont Mäkynen Tommi, Zürich Niemeyer Mirjam, Zürich Wyss Bettina, Zürich Etudiant(e)s /Studierende: Ammon Simon, Dübendorf Andreetta Valérie, Plan-les-Ouates Beerli David, Basel Coray Roman, Bonstetten Duriaux Dirk, Rapperswil-Jona Grah Oliver, Winterthur Keiser Andreas, Zug Niederhauser Mirta, Steinhausen Perrin Victor, Versoix Salamin Pauline, Sion Wildhaber Tobias, Zürich Zobele Fabrice, Vernier

Bureaux membres / Büromitglieder: Helsinki Zürich Office GmbH, Zürich sd ingénierie jura sa, Delémont

TITELBLATT

Changements de statut / Wechsel De membre allié à membre ordinaire / Übertritt Verbundenes Mitglied zu Ordentlichem Mitglied: Bendixen Kerstin, Burgdorf De membre étudiant(e) à membre allié / Übertritt Studierende zu Verbundenem Mitglied: Brunner Dominique, Wil Rieder Fabian, Luzern Départs / Austritte Membres ordinaires / Ordentliche Mitglieder: Tallone Guido, Losone

DÉLAI RÉDACTIONNEL FSU INFO / REDAKTIONSSCHLUSS FSU INFO

Merci de nous envoyer vos communications par e-mail ou par courrier et de nous les annoncer à l’avance. /Bitte senden Sie uns Ihre Beiträge per Mail bzw. per Post. Für eine frühzeitige Voranmeldung Ihres Beitrages sind wir dankbar. No Délai rédactionnel Envoi COLLAGE Nr. Redaktionsschluss Versand COLLAGE  1/ 17 31.12.2016 23.02.2017 2/17 01.03.2017 21.04.2017 3/ 17 28.04.2017 22.06.2017

Ensemble Freihofweg, Aarau Freihofweg 9, Neubau (links im Bild): erstes MINERGIE®-P-ECO-Gebäude des Kantons Aargau, Baujahr 2010. Architektur: Ernst Niklaus Fausch Architekten ETH SIA GmbH, Zürich und Aarau. Holzbauingenieur: Holzbaubüro Reusser GmbH, Winterthur. Bau­ ingenieur: Wilhelm + Wahlen, Bauingenieure AG, Aarau. Holzbau: Holzbautechnik Burch AG, Sarnen. Freihofweg 11, Altbau (rechts im Bild): 1830 von Gottlob Hotze aus Wädenswil erbaute Textilfabrik (Firma Hotze & Frey). 1860 ging das Haus an die Familie Bally über, die dort bis 1903 eine Schuhelastik-Fabrik (Firma Bally-Schmitter) betrieb. 1907 richtete Jost Suter-Kopp darin die Zuckerwarenfabrik J. Suter & Cie ein. 1960er-Jahre: Umwandlung zur Kaugummi AG (Merz & Cie AG). 1979 Umbau der alten «Täfelifabrik» zum Wohnbau, Metron, Brugg.

CONTACT / KONTAKT / CONTATTO

Fédération suisse des urbanistes Fachverband Schweizer RaumplanerInnen Federazione svizzera degli urbanisti Federaziun svizra d’urbanists Geschäftsstelle, Alexanderstrasse 38, Postfach 216, 7001 Chur Tel 044 283 40 40, Fax 044 283 40 41 info@f-s-u.ch, www.f-s-u.ch

COLLAGE 6/16

31


Collage 6/16 Patrimoine et densification / Denkmalpflege und Verdichtung  

«Patrimoine bâti» – D’un côté, la révision de la LAT ancre les principes de développement vers l’intérieur et de préservation des terres agr...

Collage 6/16 Patrimoine et densification / Denkmalpflege und Verdichtung  

«Patrimoine bâti» – D’un côté, la révision de la LAT ancre les principes de développement vers l’intérieur et de préservation des terres agr...

Advertisement