Issuu on Google+


Il est 5 heures du matin, le soleil se lève sur la case de DJAMAL & ADILA L’an 1848, 2 jours avant l’abolition   de l’esclavage voici l’histoire de   3 destins croisés :   & ADILA -DJAMAL Issus de descendants   travaillants africains et en tant qu’esclaves dans les champs  de canne sur l’habitation Lepelletier.   -YVES LEPELLETIER Colonialiste, esclavagiste   et maître de l’habitation.

 

 

Je sens que  cette journée va  mal se passer !! 

   

ADILA, pa révé nou né  esclav , nou kay mo    esclav !! 

DJAMAL mwen fé an rév.  Adan rév la nou té lib et yo té  ka prononcé abolition esclavag.  AH bondié  si sa té pé fét !!! 

Maitre Lepelletier se  rendant dans les champs 

                             

       

Fout travay   ta la réd 

Vous ne comptiez pas venir aux  champs .Votre retard vous  coutera 20 coups de fouets


Baisse ton regard !!!!!.  Et puisque tu veux jouer  au dur,, tu vas payeer pour  les autres.

Je vais te les  mater ces nèggres. 

  Fanm fok mween chapé mw wen pé  pa sipoté  lo ko ou ta la. Si m mwen  rétté mwen kayy tchoué métt la. 

Tu en veu ux  encore !!  An jou sa kay  fini.   

 

    pa kité  Non,D Djamal  rété  mwen n tou sél. Si o ou pati    mét laa kay bat mw wen..  

              Ou sav ki saa ki ka  atten mwen si mwen   minyin métt la. 

  Pa inkiété kkow Adila,    mét la pa kay féw  ayin.Isav bien sa i ka fé     

Oui mwen n  sav   Ou su ur di sa  ou kaa di la ? 

   

   

       


Oui mwen sur  é  nou kay  palé a  travé tanbou la. 

Ki manié tou sa kay  fini. Mwen pé. 

Mwen ka féw  confians.   

     

 

         

NON !!!  Djamal 

Mwen sé an nég mawon.  Ayin  pa kay arêté  mwem 

Et DJAMAL s’enfonce dans la forêt.   

       

 


Es zo ot ni an  tanb bou ?

Sa o ou fé  fré mwen

Kii sa ki  rivéw ?

Mwen chapé,  mwen ti ni asé  pren ko ou a ba  blan la. 

Oui  méét  piès la ii la 

Mw wen bizoin vvréyé an  meessag ba mad dam  mw wen  ADILA  Ba mwen  messag la

Pa ni piès  m ! problem

 

       

 

Diy kee mwen bien n rivé é ke  nou kka préparé ré évolt la é  diy kee mwen inmiinyin 

Mwen kaa  espéré i kay  ten messsag la  


Kouté Zarah, sé an  messag di DJAMAL     

   

Je n’ai pas de nouvelles  de DJAMAL.Je suis  inquiète 

Ki sa mesag la ka di ?              

I ka di ke i inmin mwen é  ke yo ka preparé revolt la  épi sé nég mawon an.   

 

  Oui mwen sur, sé djamal  mém ki apren mwen  conpren tanbou la.

  Ou sur sé sa i ka di .     

           

En se rendant à sa case une esclave  

Et que faisonsnous de l’esclave qui s’est échappé ?

intercepte une

 

entre le maitre contremaitre

 

 

conversation et le

Quel esclave   ?

   

       


Tu connais la sentence inscrite dans le code noir

DJAMAL   MONSIEUR 

               

Quel est‐elle ?  Lis la moi  dépêche toi !!! 

L’article 38 du code dit que  l’esclave qui aura été en fuite  pendant un mois aura les oreilles  coupées et sera marqué d’une  fleur de Lys sur une épaule ; s’il  récidive il aura le jarret et il sera  marque sur l’autre épaule ; et la  3eme fois il sera puni de mort 

                     

Tu sais ce qu’il te reste à  faire. Lache les chiens et  ramène le moi mort ou vif 

Aujord’hui, je n’ai eu que des    mauvaises nouvelles. Entre la  rumeur sur l’abolition de    l’esclavage et la fuite de ce foutu  esclave 

 

Comme vous  voudrez missié   lepelletier  

         

       


Je peux  t’assurer que  tu vas parler 

Fou de rage,  le maitre se  rend à la    case de  ADILA pour  lui soutirer  des  informations  sur la fuite  de  DJAMAL 

                  Ou est  djamal ? 

   

Mwen pa sav  missié  LEPELLETIER 

             

Mwen diw ke mwen pa  sav. Ki sa ou lé mwen  diw de plis. 

Tu ne veux pas me dire  ou il se trouve .Tu vas le  regretter !! 

  Puisque tu ne veux pas  parler. Je te condamne  à 50 coups de fouets 

             

       


Et puis parle Français,  je comprends rien à ce  que tu racontes   

Non missié pa  ba mwen cou  de foué 

               

Suis‐moi. J’ai déjà perdu  assez de temps avec toi. 

 

   

 

Non  missié  

  Non , Non 

           

Cette fois ton compte  est bon  .Tu vas tâter de  mon fouet !! 

               

       


Je te donne une dernière chance de  me dire ou est DJAMAL et ce qu’il  prépare !!! 

Tu ne veux toujours rien dire ? 

Mwen té di djamal  que mét la té kay   bat mwen

 

                  Sa kay alé.Pa  inkiétéw  

Tiens pour toi     Sale négresse 

 

Djamaaaal !!! !

             

Mwen ni asé  épi lo soufrans  ta la. mwen pé  pa enco 

Ou en sont les   recherches ?  

Pa inkiété kow,  nou kay  soignéw. 

      Toujours rien missié Leppeletier

     

       


Écoute‐moi  bien  bon  à  rien.  Je  me  fous  royalement du code noir.  J’exige  que  tu  le  retrouves  et  que  tu  me  ramènes sa tête sur un plateau. 

J’ai entendu le maitre dire à  sa femme qu’il y’a eu des  esclaves d’habitations qui se  seraient insurgés contre leur   maitre ; par rapport  à une    décision prise  en France   

Vos désirs sont  des ordres missié  Lepelletier 

   

Asé di bétiz             Ou sur di sa  ou ka di a ? 

 

  E a  fos tini esclav an la ri   é ki révolté ko yo, Lé  gendarm lan  té obligé  libéréy

   

  Oui  mwen diw mwen pé  mém diw ke pa koté Préchè  bagay la té cho mém.            yo arrété an boug yo ka krié  ROMAIN (Mét a manioc  adan rebellion). 

      Ki  sa enco 

 

      I ni an boug yo ka kriyé missié  PERRINON ki ka soti di frans é ki pou   poté an zafé papié ki ka di ke esclavag  fini pou toujou matinik. 

       

Fok mwen  di  ADILA sa 

       

       


Es i kay kwé mwen, lé  mwen kay rakontéy sa. 

                  ADILA es ou ten lé nouvel a  sou sa ki pasé adan comun  Préchè é St Pié    

 

Fanm mété ko  zot an travay !!! 

 

 

L’esclavag pres fini.Mwen sav  sa de source sur. Compatriot    nou koumencé  révolté.Insurection    koumencé  pa koté St Pié é i  ka étenn koy a toute il la. 

Non ki sa ki  pasé ? 

               

Fok mwen    vréyé messag  ta la ba    DJAMAL 

 

                 


Mwen ka espéré i kay  ten messag mwen.  Mwen kontan, sa sur le  point di fini. 

               

N’écoutant que son cœur ADILA se mit à jouer  au tambour comme DJAMAL  le lui avait appris. 

Kouté zanmi, sé  an messag di  ADILA

Ki sa i ka    di ?       

    I ka di ke abolition  esclavag za voté dépi le  27 AVRIL 1848 pa koté la  Frans. 

     

I ka di ke l’esclavag pres fini é  ke insurrection za koumencé  pa koté Préché épi St Pié.  

       

Non !ki  sa enco 

     

       


Asé di bétiz, nou  pres lib.       

Zanmi, fok nou  préaparé ko nou  pou viré désend 

  Oui mwen diw 

 

 

                   

Nou ka suiv  ou

                                 

 


Le maitre lisant le décret de  Victor Schoelcher 

Emancipation immédiate  de tous les esclaves sans  attendre l’arrivée du  décret en Martinique. Mwen ka espéré i kay ten messa mwen    

C la fin pour  nous. Qu’allons‐ nous devenir ?

            C’est qui ce  foutu Victor  Schœlcher ?  

             

 

 

Je dois fuir car  l’abolition de  l’esclavage à été  proclamé.  Annonce‐le aux  esclaves

         

Honte à lui !!!  Il mérite la  pendaison ce  victor  schoelcher 

                   

Je le ferais  Monsieur  Lepelletier.  Bon vent à  vous. 


Si on te demande ou je  suis, tu répondra que  tu  ne sais pas !!!    

Bien missié  

                                                             

 


Mwen desend la  mem, lé mwen ten  son tambou la ou  joué ba nou 

Mwen kontan  ritrouvéw 

     

 

                                      Oui nou lib              

Koté mét  la pasé  

I chapé. Pésonn  pa sav koté i alé 

Enfin sa  fini !!   


Wé  lélélélé 

Wé  lélélé  

     

 

          N’ayant pas de maire noir

 

en 1848 et pour la

 

symbolique DJAMAL &

 

ADILA ont choisi un esclave comme eux pour

 

les marier.

       

Melle ADILA JOLICOEUR, voulez  vous prendre pour époux Mr  DJAMAL BOISOLDAT ici  présent. 

     

Maintenant que vous avez un  nom, DJAMAL BOISOLDAT,  voulez‐vous prendre pour  épouse Melle ADILA JOLICOEUR 

Oui je le  veux 

                   

Oui je le  veux   


Mwen  inminw  pou la vi. 

                   

Mwen osi  

   

 

                                 

 


Ke bondié  protégé zot 

                   

 

               

Tout félicitation  mwen 

    Méci an pil                   

 


ADILA ou wé, an  nouvo la vi ka  koumancé ba nou   Jodi nou pé di, nou  lib…..

 

Oui nou pé di sa 

« Nou Pété chénn an » 

       


Hervé FRANCOIS Manager de la Cyber base du Lamentin Photographe et metteur en scène scè

Sandra MORELLON Assistante technique et Animatrice nimatrice au sein de la cyber base du Lamentin

Patrice MONTLOUIS-FELICITE DJAMAL

Natacha GELIN ADILA DILA

Cédric PERRIN Monsieur LEPELLETIER

Stéphane VALERE Le faux maire

Nathalie FRANCOIS-LUBIN FRANCOIS Esclave en 1848


Claudia CAMBRAY Esclave en 1848

Katarina RHINAN Esclave en 1848

Loïc MITRAIL (A gauche) Loïc VICTOIRE (A droite) Nég MAWON

REMERCIEMENTS A -

Monsieur LAROSE GILBERT propriétaire et exploitant de la savane des esclaves

-

Aux personnes ageés de l’OMASS

-

Aux personnes agées de l’association Fleur de l’Age

-

Aux jeunes de l’association Jeunesse LAMENTINOISE

-

A la Mairie du LAMENTIN

-

Et à toux ceux et celles qui contribué de près ou de loin à ce projet

Les prises de vues ont été faites à la savane des esclaves aux Trois ilets Pour visiter le site 0596 68 33 91 9 ou 0696 22 79 05

Et rappeler vous que Nulle terre de France ne peut plus porter d’esclaves.



Nég pété chénn