Issuu on Google+

 

 

Collaboratif,  la  meilleure  manière   d’être  vraiment  compétitif  !       Arturo  Uscátegui  Restrepo     www.colaboremos.com  -­‐  novembre,  2013  

  Chaque   individu   expérimente   à   un   moment   ou   à   un   autre   de   son   existence   le   besoin   primaire  de  gagner.  Gagner  c’est  faire  mieux,  c’est  dépasser  une  limite,  c’est  réussir  un   objectif.   Eprouver   la   joie   et   la   satisfaction   de   ce   moment,   est   la   plus   belle   des   récompenses.  

  Le   besoin   de   gagner   est   inhérent   non   seulement   à   l’être   humain   mais   à   toutes   les   espèces  vivantes.  Gagner  est  l’acte  le  plus  naturel  est  instinctif  d’un  être  vivant.  Le  vivant   gagne  à  chaque  instant  en  se  développant,  en  s’exprimant,  en  poussant  toutes  les  limites   qu’ils   rencontre.   Gagner   est   le   processus   biologique   grâce   auquel   la   vie   se   recrée   constamment.  C’est  l’acte  de  survive  le  plus  primaire.   Dans   ce   contexte,   être   compétitif   (du   latin   competere   -­‐   «   aller,   tendre   vers   un   même   point,  convenir  »  -­‐),  est  l’acte  de  développer  les  capacités  nécessaires  pour  gagner.   Arturo  Uscátegui  Restrepo  –  www.colaboremos.com  -­‐  novembre,  2013  

1  


Des   études   ont   démontré1  que   lorsque   l’être   humain   travaille   en   groupe   et   l'objectif   commun   et   ses   enjeux   sont   clairement   énoncés   et   communiqués,   et   quand   l’apport   de   chaque   membre   du   groupe   est   véritablement   valorisé   et   stimulé,   un   phénomène   se   passe   naturellement   :   le   groupe   se   soude,   l’envie   de   construire   ensemble   grandit,   la   créativité   de   chacun   voit   le   jour   pour   converger   vers   une   réussite   commune.   Apprendre   à   travailler   ensemble   en   mode   collaboratif,   c’est   se   donner   les   chances   d’être   réellement   innovateur  et  compétitif  !   Cela  étant  dit,  pour  certains  l’excitation  de  gagner  trouble  leur  audace  et  les  amène  à  des   réussites  parasitaires,  voire  prédatrices,  souvent  caractérisées  pas  leur  courte  durée  et   des  efforts  particulièrement  nocifs  pour  leur  propre  survie.  Dans  ces  cas,  le  focus  est  sur   la  réussite  à  court  terme,  coûte  que  coûte.  L’urgence  de  gagner  à  tout  prix,  voile  le  sens   de   la   réalisation   et   prime   sur   l’importance   de   la   préparation,   de   l’élaboration,   de   la   conception.  La  copie  prend  le  dessus  sur  l’originalité  et  l’authenticité.  Les  organisations   qui  agissent  ainsi,  attirent  des  collaborateurs  pour  qui  travailler  est  une  contrainte  et  un   exercice  d’endurance.  Ils  n’attendent  que  le  dernier  tic  de  montre  marquant  la  fin  de  la   journée,  et  le  dernier  jour  avant  les  vacances.  S’ils  sont  responsables,  ils  le  sont  par  une   certaine   pudeur,   mais   surtout   parce   qu’ils   doivent   assurer   leur   survie.   Ils   sont   séduits   pour   faire   ce   qui   est   facile.   L'élément   mobilisateur   est   basé   fondamentalement   sur   la   peur.   Les  différences  avec  ce  qui  gagnent  durablement  se  trouvent  dans  la  nature  des  valeurs   qui   soutiennent   une   démarche   compétitive   basée   sur   le   sens   de   ce   qui   est   fait,   l’ouverture   et   le   partage.   Ceux-­‐ci   sont   inspirés   pour   faire   ce   qui   est   juste,   malgré   la   difficulté  ou  la  complexité  des  situations.  Travailler  leur  permet  de  s’accomplir.  La  fin  de   la   journée   est   alors   une   pause   méritée   et   nécessaire.   Les   vacances   ne   sont   plus   des   occasions   de   fuite   ou   d’oubli,   plutôt   des   occasions   pour   expérimenter   autrement   leur   créativité.   Dans   ce   cas,   l’organisation   ou   l’équipe,   bénéficie   naturellement   de   l’engagement  authentique  de  chaque  collaborateur  et  le  sens  collectif  connecte  bien  avec   le   sens   individuel.   Chacun   sait   et   adhère   au   pourquoi   ils   font   ce   qu’ils   font.   Leur   compétitivité  est  basée  sur  l’amour  et  non  sur  la  peur.  C'est  ainsi  qu'ils  se  mobilisent  par   l’envie  de  dépasser  leurs  propres  limites.   Tous   les   êtres   humains,   nous   avons   les   mêmes   besoins   primaires   :   se   nourrir,   se   protéger  des  intempéries,  s’habiller,  se  développer,  s’épanouir,  créer,  etc.  Mise  à  part  les   évidences   biologiques   de   notre   espèce,   ces   besoins   sont   une   des   preuves   que   nous   appartenons  au  même  "groupe",  à  la  même  "équipe".   Le  jour  où  les  êtres  humains  aurons  pris  conscience  que  nous  faisons  tous  partie  de  la   même   «   équipe   »,   ce   jour-­‐là   nous   agirons   en   mode   collaboratif   de   manière   plus   consciente  pour  «  sauver  »  cette  équipe.  Ce  jour-­‐là  nous  serons  vraiment  compétitifs  au   service   du   sens   de   notre   cause   commune.   Le   plus   grand   nombre   aura   compris   la   puissance  d’être  collaboratif,  la  meilleure  manière  d’être  vraiment  compétitif  !   Celui-­‐là  est  le  rêve  de  COLABOREMOS!     Arturo  Uscátegui  Restrepo   www.colaboremos.com                                                                                                                   1  Jas  Garcha,  Collaboration  vs  Competition  

Arturo  Uscátegui  Restrepo  –  www.colaboremos.com  -­‐  novembre,  2013  

2  


Collaboratif, la meilleure manière d’être vraiment compétitif