LIVRET COEUR DE VILLE 2019 2020

Scroll for more

Page 1

Au coeur des villes Septembre 2019 - Février 2020 B.Boris, L.Guedj, D.Guéneau S.Argant, K.Nousiainen, A.Portnoï



SOMMAIRE PRESENTATION DE L’OPTION

Page 4

ANALYSES I. ANALYSE GEOGRAPHIQUE II. ANALYSE HISTORIQUE III. ANALYSE TYPOLOGIQUE IV. FLUX ET TRANSPORTS V. ACTIVITES ECONOMIQUES VI. EQUIPEMENTS PUBLICS VII. LA VILLE REGELEMENTEE VIII. LA VILLE ACTUELLE ET PROJETEE IX. LA REALISATION DES MAQUETTES

Page 6 Page 18 Page 26 Page 32 Page 42 Page 48 Page 56 Page 72 Page 86

VOYAGE A HAMBOURG

Page 90

PROJETS

Page 92


1. PRESENTATION DE L’OPTION Objectifs : Dans le cadre de cet enseignement les étudiants sont amenés à développer un projet à différentes échelles à partir de l’observation et de la compréhension d’un territoire. L’objectif est de se former un regard critique sur le fait urbain, savoir faire appel à un imaginaire et mettre en perspective théorique et culturelle votre démarche de

projet. Il vous sera demandé d’expérimenter un processus de conception impliquant dans le développement d’un projet la manipulation simultanée de deux échelles fortement contrastées: un projet de ville, de territoire et de paysage et des interventions architecturales avec un site et un programme resserrés.

Equipe enseignante: Louis Guedj MC TPCAU, Benoit Boris MC STA, Dorothée Guéneau MCA VT, Sébastien Argant MCA VT, Kristo Nousiainen architecte urbaniste (EnsaPLV), Anne Portnoï architecte urbaniste (Ensa Normandie) Personnes présentes sur place ou aux différents jurys : Commune de Châteaubriant : Mme Ciron première adjointe, Philippe Simon directeur de l’urbanisme, Maéva Gasnier chef de projets « cœur de villes » DRAC pays de la Loire : Régine Pellegrini SPADD CAUE 44 : Jean-Marc Foucault Achitecte consultant


Contenu : Nous profitons du lancement des opérations « cœur de ville » par le ministère de la cohésion des territoires. Ces opérations visent à porter financièrement des projets de transformation des centres urbains des villes moyennes et des bourgs. Des sites peu étudiés et peu valorisés souvent dans l’ombre des métropoles avoisinantes. La région Pays de la Loire regroupe 8 opérations dont 2 en Loire Atlantique, l’une à Saint-Nazaire l’autre à Châteaubriant au Nord de Nantes. Nous nous sommes intéressés à la ville de Châteaubriant qui articule différentes échelles d’études : – l’échelle territoriale par la position de pivot de la commune entre Nantes et Rennes sur la ligne du

tram-train qui desservira Rennes à terme (projet de gare multimodale) –l’échelle du territoire communal et des projets de développement des faubourgs –l’échelle du centre-ville, du château, de la ville « close » très homogène et des espaces publics – l’échelle du site du « projet cœur de ville » recentré sur un îlot en lien avec la gare. Site qui pose la question de la conservation/transformation du bâtiment de l’ancienne école, de l’implantation de surfaces de logements et de commerces, du dessin des espaces publics, notamment en regard du site patrimonial défensif (terrasses et fossés) du château (topographie et nivellement).


Carte topographique de l'intercommunalitÊ de Châteaubriant-Derval Ech : 1/5 000 000


I. ANALYSE GEOGRAPHIQUE L’intercommunalité à laquelle appartient Châteaubriant s’étend presque sur 91 000 hectares, dont 3 362 appartiennent à la commune. Cette dernière se situe entre deux points hauts. Le terrain apparaît en pente, descendant vers la mer, vers l’ouest. Ce volet présente une analyse géographique de la ville, à travers l’observation

GEOLOGIE

de la topographie, de l’hydrographie, des bois & forêts présents qui encerclent Châteaubriant autour ainsi que des ressources disponibles sur le territoire alentours.


I. ANALYSE GEOGRAPHIQUE

1. Carte hydrographique de la communauté de commune

2. Station d’épuration La Goupillère

3. Le Moulin du Pont Godalin

CARACTERISTIQUES TOPOGRAPHIQUES ET HYDROGRAPHIQUES La communauté de commune de Châteaubriant s’inscrit dans deux bassins versants dont celui de la Chère est de type peuplier : long avec de nombreux affluents. Cette carte met en évidence les différentes infrastructures permettant la gestion de l’eau, très présente sur le territoire. Le Moulin du Pont Godalin à Sion-les-Mines est le seul aujourd’hui en activité. La station de laGoupillère traite les eaux usées, dont les boues produites sont valorisées localement par épandage agricole

Réseau de surface Limite de bassin versant Obstacle Source

Moulin à eau Réservoir sur tour Station d’épuration


9

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

Châteaubriant

Diagramme topographique de la butte du Chateau et de ses environs

90 80

La Chère

E Le tertre

C

B

55

D

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

80

B'

55

km

C'

D'

A

E' 30

A'

Ech : 1/20 000 N

Diagramme topographique de Châteaubriant et de ses environs

0

km

105

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

30

55

A'

Diagramme topographique de la bu de ses environs

90 80

E C

B

55

D

80

B'

C'

D'

E'

105

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

A

1 km Ech : 1/20 000 N

0

1 km

Carte topographique de Châteaubriant

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

Ech : 1/20 000

Carte topographique de Châteaubriant

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

Ech : 1/20 000

1. Diagramme topographique de Châteaubriant et des environs 3. Carte topographique autour de la Chère et du Rollard

2. Diagramme topographique de la butte du château 4. Coupe topographique au niveau de la Chère

Le bassin versant est l’espace situé entre les deux crêtes entourant la Chère et par la même occasion Châteaubriant. Cet espace récupère l’ensemble des eaux qui y tombent et les fait descendre dans la Chère. Le bloc met aussi en évidence les espaces boisés arborant les crêtes, les rivières en contrebas et les terres agricoles les séparant. Sur la commune, des petits sommets apparaissent au nord-est et au nord-ouest ainsi que sud-est. A l’origine de la ville de chateaubriant, la motte

féodale. Placée sur un point haut, elle est encadrée par un bras du Rollard et un bras de la Chère. Ainsi, ce lieu fut positionné stratégiquement, de part le profil du terrain, favorisant la défense. Les abords de la Chère et du Rollard sont les zones les plus basses de la ville.


I. ANALYSE GEOGRAPHIQUE

1. Carte hydrographique de la communauté de commune

2. Carte hydrographique du centre ville

A échelle communale, la Chère est alimentée par de multiples ruisseaux de premier ordre qui prennent leurs sources sur la commune ou à proximité, avec notamment le Rollard, le Choisel et le Pont Pirraud. On comptabilise au total presque 39km de ruisseau. Les 3/4 des cours d’eau du bassin sont secs en été et le soutien des débits se fait grâce les zones humides, c’està-dire des terrains inondés ou gorgés d’eau douce. Il y a 256 hectares de zones humides sur la commune. A l’échelle du centre-ville, la construction de l’agglomération vient fragmenter fortement le réseau d’eau qui est enterré par endroit. Certains de ces aménagements sont historiques, comme la retenue sur la Chère au nord du château qui forme l’étang de la Torche. A l’ouest, le château était, à l’origine, bordé par le ruisseau du Rollard mais il a été en partie recouvert à partir du 19e siècle. D’autre part, la commune est fortement concernée par le risque d’inondation, notamment le long de la rivière à cause de l’imperméabilisation des sols des zones

urbanisées (les crues automnales ou hivernales qui font suite à des épisodes de fortes précipitations). Plusieurs ouvrages de gestion des crues ont été mis en place par le Syndicat du bassin en amont au niveau de la source à Soudan, pour permettre de réduire ce risque.

Réseau de surface Réseau enterré Réseau de surface Zones inondables Zones humides


REALISE

RE

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT 0

10KM

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VE

1. Trame verte & bleue à l’échelle intercommunale

TRAME VERTE

Les surfaces boisées représentent 11.827h, soit environ 13% du territoire intercommunal. Il existe cependant d’importants contrastes, par exemple entre St julien de Vouvantes (2% - 48 ha) ou Noyal-sur Brutz (2.1% - 16 ha) et Ruffigné ( 39% - 1304 ha) ou Juigné-les-Moutiers (62% - 1529 ha). Ces espaces sont principalement peuplés de chênes, de châtaigniers, de hêtres, de peupliers et de conifères divers. Mais on observe d’autres essences auprès des cours d’eau, comme le Saule pleureur ou encore le frênes. Les massifs forestiers sont situés sur d’anciens substrats gréseux qui résistent à l’érosion. Les sols sont acides, peu profond et donc difficilement valorisables. Les principales forêts sont celle de Teillay, au Nord, Javardan, Araize, Domnaiche à L’ouest, la Forêt Pavée au centre, et celle de Juigné à l’Est. Au sud, également, un grand site naturel, avec les forêts de Vioreau, de l’Arche et d’Ancenis, puis les bois de la Vente, de la Foi et de la Meilleray.

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

AL

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

ISE REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT AL 'AI DE D'U NP RO DU IT AU TO DE SK REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT VE RS IO NE TU D IA REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT N

T

11

Réserves patrimoniales de biodiversité Zones boisées patrimoniales Réservoirs de biodiversité Zones boisées non patrimoniales

Hydrographie Limite de l’intercommunalité Limites communales Châteaubriant

complémentaires

T


I. ANALYSE GEOGRAPHIQUE REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

LIS

EA

L'A

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REA

REALISE A L'AIDE D'UND'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

SREALISE IOREALISE L'AIDE D'UND'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT A L'AIDE PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT NA E TUD ANT AUTODESK VERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE D'UNIPRODUIT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

IDE

D'

SK

VER

REALISE A L'AIDE D'UN PRO REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK V

0

10KM

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSI

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSIONVERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK ETUDIANT

1. Réserves de biodiversité à l’échelle intercommunale

IDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

RODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

La faune se déplace sur le territoire : plusieurs espaces ont été délimités, et leurs courbes de déplacement observés entre ces espaces. Il s’agit des corridors. On en distingue 4 types : - boisés - bocagers - voies vertes - corridor vallée (le long des cours d’eau). De plus, le territoire est découpé par ce qu’on appelle des éléments de fragmentation. Fabriqué par l’homme, ce sont les routes ou encore les voies ferrées. De nombreux obstacles viennent aussi entraver ces espaces et notamment les routes telles que la N137 (Nord sud : Jans Derval Mouais), la D771 (Sud Ouest - Est/Nord : St Vincent-des-landes Châteaubriant Soudan), La D163 (Nord Ouest - Sud Est : Châteaubriant Candé) et la D178 (Sud Nord : Châteaubriant - Martigné ferchaud).

Réserves patrimoniales de biodiversité Forêts, bois Réservoirs de biodiversité Zones boisées non patrimoniales

Réservoirs complémentaires Zones bocagères denses

Corridors bocagers Corridors boisés Eléments de fragmentation, axes de transports

complémentaires


13

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

1000

0

0

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

1. Zones boisées de Châteaubriant au 18ème siècle

1000

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VE

2. Zones boisées de Châteaubriant au 21ème siècle

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

IMPLANTATION GEOGRAPHIQUE ET CROISSANCE DEMOGRAPHIQUE C’est fin 18ème, début 19ème siècle que les cartes de Cassini furent établis, reprenant notamment, les grandes entités du territoire, tels que les bois. Ici, on peut voir qu’à cette époque, la tâche urbaine se concentre au niveau de la ville close et de la butte du château. Les espaces naturels occupent la majeure partie du territoire de la commune. On note la présence d’un bois important à l’est du château.

Espaces agricoles, prairies Zone boisée

Tissu urbain

Aujourd’hui, la tâche urbaine s’est dilatée vers le nord, le sud ainsi que l’est mais s’est cependant moins étendu à l’est. On s’aperçoit également que la quantité d’espaces boisées a diminué, notamment au niveau du château.

'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT


I. ANALYSE GEOGRAPHIQUE

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

3

2

1

4

0

1000

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

1. Différents types d’espaces agricoles_ Bois & Parcs

La périphérie de Châteaubriant se caractérise par de nombreux espaces naturels réparties entre espaces agricoles et prairies. Trois catégories majeures d’espaces peuvent être déterminés : Les prairies sont majoritaires sur le territoire de la commune. Il s’agit surfaces enherbées denses de composition floristique composées principalement de graminacées. Principalement pâturées, cela est cohérent avec l’importance de l’activité d’élevage bovins et porcins présente sur le territoire de Chateaubriant. Les Terres arables hors périmètres d’irrigation constituent le deuxième type d’espace sur le territoire. Ils représentent la culture de céréales, légumineuses de plein champ, de cultures fourragères, plantes sarclées et jachères. Les systèmes parcellaires et culturaux complexes sont des petites parcelles de cultures diversifiées, de

prairies et/ou cultures permanentes. Ce troisième type est minoritaires par rapport aux deux autres. On les trouve principalement sur l’ouest de la commune. Les systèmes parcellaires et culturaux complexes ainsi que les terres arables se trouvent particulièrement sur l’ouest de la commune. Il s’agit d’espaces de meilleure qualité que les prairies et leur présence à cet endroit serait en mesure d’expliquer l’extension de la ville dans les autres directions.

1

Parc du bout du monde

2

Parc de Radevormwald

3

Bois de Choisel

4

Bois de Tugny


15

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK

AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

20

Parcs & bois publics

Végétations sur terrains privés

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTOD

La ville de Châteaubriant dispose de 4 parcs ou bois publics relativement importants. Deux de ces parcs se trouvent en plein centre ville. Il s’agit du parc de Radevormwald et du parc du bout du monde, derrière le château. Ces deux espaces se trouvent à proximité de l’eau, l’étang de la Torche par lequel passe la Chère pour le parc du bout du monde et le long de cette même Chère pour le parc de Radevormwald. L’autre parc important, qui constitue une base de loisir, se trouve autour des étangs de Choisel. Bien que sa taille ait diminué, le bois de Tugny, plus au sud, vers la zone commerciale et industrielle, est toujours présent. Ces 4 espaces verts sont ouverts au public et promus par la ville comme des endroits de détente, de promenade et de tourisme vert. On a pu remarquer que, contrairement aux premières impressions de nombreux étudiants, le centre ville n’était pas si minéral que cela. En effet, les vue aériennes permettent de mettre en évidence les jardins situés en coeur d’îlot.

PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

1. Végétation autour du centre historique

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

TUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

0

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT


I. ANALYSE GEOGRAPHIQUE

Légende Grès armoricain superieur Schistes intermediaires Grès armoricain inferieur Schistes à trinucleus pongerardi Grès du chantellier Schistes à calymène tristani Gothlandien Schistes pourprés Alluvions modernes Schistes de Rennes Sables, graviers et argiles Calcaire à spirifer decheni Alluvions anciennes Faluns Poussée Orientation des rides Failles

Echelle 0

2000

4000

6000 m

1. Types de roches du sous sol castelbriantais

RESSOURCES DU SOUS SOL Ce territoire s’inscrit dans le domaine centre-armoricain, structuré pendant l’orogenèse hercynienne (400-300 MA). Il est situé au cœur des synclinaux paléozoïques du Sud de Rennes appelé aussi synclinaux de la Vilaine. Le paysage rythmé, alterne des creux et des bosses, correspondant à des natures de roche différentes, qui se traduisent par une résistance à l’érosion plus ou moins forte. Les barres gréseuses briovériennes et paléozoïques, très résistantes à l’érosion marquent le paysage : très présentes au nord du territoire, elles forment les reliefs les plus accentués. En ce qui concerne notre zone d’étude au Sud du territoire, elle est occupée par une vaste dépression bocagère, essentiellement schisteuse, coupée parfois de faibles reliefs de quartzites paléozoïques, également très résistantes à l’érosion. Ce domaine a subi au fil du temps une compression dû à

la poussé du bassin aquitain au sud, le domaine varisque de Bretagne au nord et le bassin Parisien à l’ouest ce qui a formé un paysage marqué par l’alignement de buttes et de reliefs plus ou moins estompés, orientés WNW-ESE et le chevauchement de certaines couches géologiques. De ces poussées convergentes résulte des fissurations dans le sol autour de Chateaubriant. En zoomant sur la ville de Châteaubriant, on constate que le sol est composé majoritairement de sables, graviers, argiles et de couches de schiste et de grès qui se chevauchent. Tout au long du territoire, ces couches sont traversées par des alluvions modernes qui constituent le lit de la Chère et du Rollard.


17

Légende

Echelle 0

500

1000

1500

Grès armoricain superieur Schistes intermediaires Grès armoricain inferieur Schistes pourprés Alluvions modernes

Schistes de Rennes Sables, graviers et argiles

108 m 98 m 90 m 82 m 75 m 68 m 60 m 55 m 55 m

0 0.5 km 1.0 km 1.5 km 2.0 km 2.5 km 3.0 km 3.5 km 4.0 km 4.5 km 5.0 km 5.5 km 6.0 km

1. Zoom sur la ville de Châteaubriant

2.Exemples d’utilisation de la pierre issue des schistes à Châteaubriant

En fonction de leur nature pétrographique et du contexte géologique de leur genèse, les schistes présentent une grande diversité d’aspect et de propriétés. Ils présentent tous le fait de pouvoir être clivés, à savoir de se fendre naturellement sous l’impact d’un choc suivant leurs plans de schistosité, ce qui permet de les débiter en pierres plates, ardoises ou lauzes selon l’épaisseur, qui seront utilisées en toitures, en dallage de sol ou en pierres mureuses.

Depuis toujours, les castelbriantais se sont servit de leur mileu naturel pour leur architecture, on a pu constater que dans de nombreuses constructions, de differentes époques, le materiau le plus courant est la pierre issue des schistes pourprés et parfois les schistes de Rennes pour les pierres de couleur grise.


LES MARCHES DE BRETAGNE

Places fortes françaises Places fortes bretonnes Châteaubriant Frontière du royaume


II. ANALYSE HISTORIQUE Le développement de la ville de Châteaubriant est à inclure dans un contexte historique large, national. La ville du moyen-âge se situe sur les Marches de Bretagne, la frontière créée au VIIIème entre la Bretagne, à l’époque indépendante et le Royaume de France. De nombreuses forteresses fleurissent tout le long de cette frontière

qui s’étend du Mont St-Michel à Noirmoutier. La motte féodale de Châteaubriant a été créé dans le but de défendre cette frontière du côté breton, la naissance du visage de Châteaubriant est donc à comprendre en partie à travers le spectre de la stratégie militaire.


II. ANALYSE HISTORIQUE

La Chère

Béré

La Chère

Béré

Faubourg de Couéré

Faubourg de la Barre

Faubourg de la Torche

Faubourg de la Vannerie

Faubourg Saint-Michel

Le Rollard

Le Rollard

1832

1832

La Chère

Béré La Chère

Béré

Rue Saint-michel

Rue de la Barre Rue de la Vannerie

Le Rollard

voie

Le Rollard

e

fére

1905

1100 1905

1100

La Chère

Béré Faubourg de Couéré

Faubourg de la Barre

La Chère

Béré

Faubourg de la Torche

Faubourg Saint-Michel

Faubourg de la Vannerie

Rue Saint-michel

Rue de la Barre Rue de la Vannerie

VITRE RENNES Le Rollard

Le Rollard

1985

1672 1985

1672

La Chère

Béré Faubourg de Couéré

Faubourg de la Barre

Faubourg de la Torche

Faubourg de la Vannerie

Béré

La Chère

Faubourg Saint-Michel

Rue de la Barre Rue de la Vannerie

Rue Saint-michel

ANGERS

Le Rollard

1780

Bois

Le Rollard

Landes 1780

2018 NANTES 2018

1 km

500 m


21

1. Croissance de la ville

2. Coupe de Béré / Gare et Coupe de Est / Ouest

LA CROISSANCE DE LA VILLE La toute première implantation sur le territoire s’est faite à Béré avec une paroisse. Cette église fût ensuite lié à un second territoire : la motte féodale de Châteaubriant. Cette motte va se développer plus intensément que Béré. Elle se situe au croisement de la Chère et du Rollard. Châteaubriant va s’agrandir avec l’apparition de la ville close et des faubourgs. Cette croissance est dite linéaire,

ou en doigt de gants, elle relie les faubourgs à la ville close par des axes de circulation. Après la révolution, les murs de la ville close tombent au fur et à mesure ce qui changera la manière d’extension du centre. La ville se voit s’agrandir de manière continue autour de ce centre historique et non en suivant des axes de circulation.


II. ANALYSE HISTORIQUE 1500

RENNE

VITRE VITRE

VITRE VITRE

1789

RENNES RENNES

RENNES RENNES

ANGERS ANGERS

ANGERS ANGERS

NANTES NANTES

2019

VITRE RENNES

NANTES NANTES

1500 1500

Métairies religieuses

1789 1789

Métairies nobles et roturières

Métairies religieuses Métairies religieuses Métairies nobles Métairies nobles et et roturières roturières

1 km1 km

ANGERS

2019 NANTES le 16ème siècle Evolution des fermes à Châteaubriant depuis

1 km

AGRICULTURE DANS LE TEMPS Châteaubriant se trouve au centre d’une vaste clairière traversée par des rivières que la ville a su utiliser pour son agriculture. On observe différents reliefs dans cette région, vallées, plateaux qui vont diversifier la production. La surface exploitable est considérable et est le résultat de siècles de défrichage. Les zones humides au coeur débocagement débocagement débocagement favorise l’élevage ( moutons, boeufs, LeChâteaubriant deLeLe porcs...), une activité très important pour la ville qui Ledébocagement débocagement débocagement Le Le

représente au moyen-âge plus de 50% des échanges. De 1500 à 1789 le secteur agricole va s’intensifier avec une influence religieuse qui persiste. Les fermes dessinent alors le territoire à travers les voies qu’elles créent et plus particulièrement à travers le principe de débocagement qui influence au fil des ans le parcellaire observable cidessous. LE DÉBOCAGEMENT regroupement de parcelles par destructions des hais et comblements des points d’eau

1840 1840 1840

1940 1940 1940

1980 1980 1980

1840 1840 1840

1940 1940 1940

1980 1980 1980


23 LES FORÊTS

LES MINES

Les forêts Petites agglomérations Châteaubriant

Carte des fôrets en haut à gauche. Carte des mines en haut à droite. Carte des industries en bas à droite.

INDUSTRIE On trouve des forêts dans rayon de 30km autour de Châteaubriant, des ressources qui participeront au developpement de l’industrie au XIXème. Les scieries qui oeuvrent à la découpe du bois se trouve à Châteaubriant même et aux alentours. La matière première utilisée dans ses industries de trouve dans les mines, on observe une quinzaine de mine en activité, les cinq plus grosses étant repréentées sur la carte. Avec ces entreprises Châteaubriant échangera avec de nombreuses ville aux alentours nottament par voie fluviale jusqu’à Nort-Sur-Erdre. A l’aube du XXème, l’entreprise Huard en essort possède 2 sites: Rue Anatole Briand et des Vauzelles. Huard possède également une cité ouvrière.

Localisation des industries


II. ANALYSE HISTORIQUE

VITRE

Jusqu’en 1800 RENNES RENNES VITRE

Béré

Foire de Béré

Les Halles

Les Halles Place de la Motte Place St Nicolas

ANGERS

TanneriesTanneries Marchés Marchés bestiauxbestiaux

100 m NANTES

Rue de commerce

ANGERS

Voie ferrée

250 m NANTES

Les commerces à Châteaubriant jusqu’en 1800 en haut.

Les commerces à Châteaubriant au XIXème en bas.

HISTOIRE DES COMMERCES Avant le moyen-âge, l’implantation humaine à Châteaubriant est minime, elle se concentre principalement à Béré. Au moyen-âge, la ville saura profiter de sa position stratégique entre les différentes régions des Marches de Bretagne. Jusqu’en 1800, le centre économique de la ville se trouve véritablement aux halles, on y échange, on y rend justice parfois, c’est un lieu de sociabilité et de contrôle des marchandises qui viennent des campagnes. Les autres pôles importants de vla ville sont les espaces destinés à l’activité bovine, aux bétails de Châteaubriant. Toute une économie va en effet se créer autour de l’élevage, notamment avec le travail de la laine et du cuir dans les tanneries. Ces dernières se trouvent le long des rivières pour leur besoin en eau dans la fabrication du cuir. Des besoins en eau mais surtout en peau de bétail que l’on trouve sur les marchés à la Place St Nicolas, devant l’église, autrement appelé Champ de Foire. Au XIX, le visage de la ville va considérablement

changer, de nouvelles voies commerçantes se dessinent, notamment la voie Aristide Briant. Les halles vont se voir attribuer un nouvel emplacement, le long de l’axe principal où les étales pourront confortablement s’étendre.

VITRE

Au XIXème

RENNES

Les Halles Place de la Motte

Tanneries Marchés bestiaux ANGERS

Rue de commerce Voie ferrée

250 m NANTES


25

Place de la motte

VITRE

Au XXème

RENNES

1763

1550

1763

1550 1763 1850

AUJOURD’HUI

Supermarchés

1763

Foirail et abattoirs

1850

AUJOURD’HUI

Zone commerciale

Marchés bestiaux AUJOURD’HUI

ANGERS

Rue de commerce NANTES

Voie ferrée

1 km

AUJOURD’HUI

Evolution de la Place de la Motte à gauche.

Les commerces à Châteaubriant au XXème à droite.

Les marchés occupent une place important dans l’histoire et le tissu urbain de la ville. En 1763 le marché est déplacé à la place de la Motte en dehors des remparts pour des raisons sanitaires puis redéplacé fin XXème hors du centre ville non loin de la voie ferrée. Aujourd’hui la place de la motte conserve sa fonction commerciale avec l’implantation de banques, magasins.... Le plus grand marché de bétails de la ville reste la Foire de Béré, une foire créée avant l’an 1000. Elle attire depuis le Moyen-âge de nombreux visiteurs et fait fonctionner par la même occasion tout l’économie de la ville close.

Au XXème, lors des 30 glorieuses, de nouveaux modes de vie s’installe un peu partout dans le monde et impact à plus petite échelle les modes de consommation des habitants. La ville cherchent de nouveaux terrains pour ancrer de nouveaux pôles commerciaux. C’est la création des ZACs. Les accès à ces ZACs vont être réfléchis, ainsi ces nouveaux pôles commerciaux impacteront considérablement le paysage urbain de la ville.



III. ANALYSE TYPOLOGIQUE La ville de chateaubriant, au niveau de la typologie, on remarque que c’est une ville qui est marquée par un net contraste entre le centre ville, la ville ancienne et le fauxbourg aisni que la périphérie. Une présence de deux cours d’eau qui quadrillent la ville en quatre parties, mais aussi les railles du tram-train qui viennent constitués une rupture, un fragment non construit dans la ville.

On remarque encore au niveau des voies et ilots une nette différence entre la ville centre et la périphérie. Au centre, on va avoir une répartition des ilots assez condensés et compacte du à cette organisationen immeuble de rue. Alors que plus loin on va avoir un tissu plus distant avec du pavillonnaire.


III. ANALYSE TYPOLOGIQUE

1. Le centre ville

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

A commencer par le centre ville où on remarque une typologie particulière du point de vue de l’occupation du terrain, l’allignement sur rue, le gabarit des maisons mais aussi la composition de la façade. On va avoir dans cette partie une répartition du batit par rapport à la parcelle qui est assez particulière. Les batits viennent s’aligner

sur la rue et forment ainsi des ilots avec des espaces à l’arrière des batiments.

rue Aristide Briand


29

1. La zone pavillonaire

L’autre partie c’est la zone pavillonnaire où on va avoir des maisons individuelles formées d’un batiment au milieu d’une parcelle avec un jardin à l’avant. Ce sont des constructions avec une subdivision assez tramée.

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT


III. ANALYSE TYPOLOGIQUE

Il y a aussi la zone au Nord Est qui va avoir une particularité, ce sont des constructions qui suivent une voies majeurs. On remarque que c’est après la constuction de cette voie routière que les habitations ainsi que d’autres activités ont pu aménagé. REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT


31

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

Une autre partie d’une typologie remarquable c’est la ville rose qui est au Sud Ouest. On remarue qu’il s’agit d’une intervention bien détérminée et non une construction aléatoire. Cette zone se caractérise en majeur partie par des constructions en grands immeubles allant jusqu’à six niveaux.

L’autre partie c’est celle qui se trouve au Sud de la ville, c’est la zone industrielle où on va avoir des constructions en rez de chaussée qui sont constutuées en majeur partie de hangars et d’usines.


UNE IMAGE (DE BONNE QUALITÉ) PLEINE PAGE REPRESENTANT VOTRE ANALYSE (DEUX IMAGES SI BESOIN)


IV. FLUX ET TRANSPORTS Pour l’analyse sensible, nous nous sommes appuyés sur notre premier ressenti lors de la visite de Châteaubriant: l’importance de la voiture. C’est aussi cela qui a attisé notre curiosité et nous a poussés à étudier l’influence des flux sur l’organisation spatiale de la ville. Ce montage photographique, où les voitures sont remplacées par des vides, montre notre première

impression du paysage castelbriantais: en partie basse, le regard est attiré, voire obstrué par la présence dense des voitures, tandis qu’en partie haute, tout se dégage, le tissu est plus poreux. Trois échelles sont abordées dans notre analyse: la connexion de chateaubriant à l’échelle régionale, départementale et de la communauté de communes.


IV. FLUX ET TRANSPORTS

1. Relations Rennes-Nantes-Angers-Châteaubriant

Châteaubriant est une ville relativement bien reliée aux agglomérations alentours grâce à divers transports et infrastructures. Châteaubriant est proche de la côte, ainsi que de grandes agglomérations aux alentours (Nantes, Rennes, Angers, St Nazaire). Sont comparés les distances, les durées et prix des trajets avec différents modes de transport (train, voiture). Des photos des routes à emprunter montrent qu’il n’y a pas eu d’entretien récent des plus grands axes reliant Rennes, Angers et

Châteaubriant, c’est-à-dire des départementales (doubles voies). En opposition, le grand axe reliant St Nazaire, Nantes et Châteaubriant est une autoroute privée (quatre voies) qui semble mieux entretenue. La récurrence de trajets en covoiturage au départ de Châteaubriant semble aussi indiquer une migration pendulaire principalement à destination de Nantes, Angers et Rennes.


35

1. Axes de circulation dans la communauté de communes

2. Migrations pendulaires au sein de la communauté de communes (en dessous)

Les départementales reliant Châteaubriant aux grandes agglomérations permettent aussi de la connecter aux autres villes de la communauté de commune de Châteaubriant. Châteaubriant est située au centre d’une communauté de commune, ce qui signifie que la ville a une grande

importance économique. Cela s’explique grâce a une migration pendulaire importante au départ des communes voisines et à destination de Châteaubriant. Différents transports sont utilisés : la voiture reste l’outil le plus utilisé, mais on dénombre plusieurs dispositifs publics mis en place afin d’augmenter l’utilisation d’autocars et de vélos électriques intercommunaux. Cette migration pendulaire n’est pas équivalente dans l’ensemble des communes, ce qui provoque une très grande fréquentation de certaines routes.


IV. FLUX ET TRANSPORTS

1. Flux saturations et activités

2. Nom du document en dessous

La carte montre les voies les plus utilisées sur le territoire : les départementales en direction de Nantes et Rennes, les routes au sud-ouest (à proximité des zones commerciales). Ces fréquentations importantes peuvent provoquer de nombreux embouteillages. Les départementales qui relient les différentes villes de la communauté de commune se prolongent aussi dans les

zones résidentielles de Châteaubriant, ce qui renforce les migrations pendulaires. Les parkings semblent se développer aux abords de ces axes. La quantité et l’aménagement des alentours des zones de stationnement indiquent l’attractivité des espaces qui en bénéficient.


37

1. Fragments de ville

La lecture de Châteaubriant peut se faire grâce aux routes qui dessinent les différents quartiers. Cela indique les époques et les usages. Le centre ancien est caractérisé par de nombreuses voies irrégulières, situées aux pieds des bâtiments et allant de 3 à 7 mètres de large. Dans les zones commerciales, les voies sont rectilignes, très larges (de 10 à 20 mètres) et se coupent en angles droits.

La zone résidentielle de la ville rose est encadrée par une voie circulaire (15 mètres de large), à l’intérieur de laquelle se développent d’autres routes (de 8 à 10 mètres de large). Au Nord-Est, l’entrée de ville est marquée par une voie rectiligne (20 mètres de large) qui rejoint des axes secondaires.


IV. FLUX ET TRANSPORTS

1. Lignes de bus à Châteaubriant

À l’échelle de la ville, des propositions sont faites afin de faire diminuer l’utilisation des voitures. Depuis la gare partent cinq lignes de bus qui relient plusieurs zones de la ville. Les trajets se font le long des plus grandes voies, ce qui leur permet d’être les plus rapides possibles (15 minutes maximum). Cependant, certains espaces restent à l’écart puisque les bus n’y passent pas.


39

1. Morphologie et profils urbains

Différents types de rues existent dans le paysage de Châteaubriant. Des profils permettent de le montrer, grâce aux dimensions et aux traitements des sols. Ceuxci sont principalement pavés lorsqu’il s’agit de routes piétonnes, ou goudronnés pour les voies dédiées aux circulations automobiles. On remarque aussi la présence

de marquage au sol et de mobilier urbain pour séparer les espaces. Quelques exemples sont pris : la grande rue, la rue du château, la place Charles de Gaulle et la rue des 27 otages, la rue Pierre de Coubertin et la rue Henry Dunant.

GSEducationalVersion


IV. FLUX ET TRANSPORTS

1. L’eau comme liant à l’échelle de la communauté de communes

Dans cette carte à l’échelle de communauté de commune, nous pouvons voir que la chère est un moyen de connexion, un lien, un dialogue avec les autres communes situés aux alentours de Chateaubriant : elle lie 7 communes : Soudan, Châteaubriant, rougé, saint aubien des chateaux, sion les mines, mouais, et derval. Son ecoulenment vient cree une sorte d’interface, une trame entre les communes tout autre que celles que nous avons pu ennoncer jusque la c’est a dire auto/ cycliste ou bus.

Ce lien reste pour autant variable puisque le bassin de la chere presente de grandes variations de debit dans l’année : alors qu’en janvier il atteind les 1,3 m3/ s en juillet son debit n’est plus que de 0.1 m3/s : un lien qui varie donc en fonction des periodes climatiques.


41

1. L’eau comme liant à l’échelle de Châteaubriant

A l’échelle de la ville, la chere traverse chateaubriant d’ouest en est. le rollard constitue un axe nord sud : une sorte de cardo decamunus autour duquel le tissu urbain centrale est venu comme nous pouvons le voir sur la carte s’accrocher et s’organiser. Aujourd’hui même si une grande partie du réseau a été busé en centre et donc n’est plus visible, il reste fondamentale et très present dans les zones vertes de la ville : exemple du parc de choisel organise autour de son etang lui même alimenté par la chère. Cepandant ces flux viennent contraindre le territoire: zone innondable a montrer sur la carte. Vient parois paralyser temporairement le territoire exemple de juin 2018 : en deux jours 200 mm d’eau sont tombés contre 800 mm en moyenne a l’année. Le réseau d’eaux au sein de la ville est present sous differentes formes :

parfois il suivra les circulation et sera donc reporte sur le côte devenant une composante minoritaire ( exemple rue d’Ancenis) dans d’autres cas il deviendra limite exemple place Ernest Breant ou il vient separer les habitats entre eux. Dans d’autres cas comme dit precedemnt il prendra la forme d’etang exemple de l’etang de la borderie. Il est également génerateur de différentes activities a l’echelle de la ville: la chère offre des zones de pêches et différentes zones d’attraction touristique qui ont besoin de l’eau, par exemple - Les Forges de La Hunaudière, qui furentr un haut lieu métallurgique : Actifs depuis le milieu du 16ème siècle en 1882 ils perdent leur vocation industrielle métallurgique, aujourdhui reconvertis en âctivites touristiques qui ont donc encore beoin de l’eau pour fonctionner.


Direction Bain de Bretagne

Direction Nantes

Activité industrielle Activité commerciale Activité Agricole : Forêt Activité Agricole : paturage Activité Agricole : Céréale Tissu urbain


Direction Rennes

V. ACTIVITES ECONOMIQUES Le système économique de la ville de Châteaubriant comme de nombreuses autres villes périurbaines est basé sur trois grandes activités. Les terres agricoles sont celles qui sont à l’origine de la ville en plus d’être celles qui représentent la plus grande surface. Ces activités agricoles sont de plus en

plus réduites dû à l’étalement urbain et à la croissance démographique. Ensuite nous avons les industries. Enfin, ces dernières années les activités commerciales de la ville prennent de l’ampleur dû fait que les modes de vies et de consommation ont évolués.


REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

V. ACTIVITES ECONOMIQUES

REALISE

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

re

en voitu 5 min à pied/ rU 16 min zone Supe

CENTRE VILLE COMMERCE

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

LEGENDE Alimentation

re

en voitu 5 min à pied/ rU 16 min zone Supe

Restauration - Hotellerie

Maison - Aménagement Santé - Bien être Automobile Autres services Commerces fermés Point relais

0

100

1.Enquête des différentes typologies de commerces en coeur de ville

200

300

400

500

1000

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

AA - Place Saint nicolas

BB- Rue couëré/La grande rue

Serait-il possible de réinventer le mode d’usage des commerces du centre-ville pour attirer les clients ainsi pérenniser les commerçants. Cependant la fréquentation du coeur de ville reste tout de même moins importante, notamment grâce à la présence de services indisponibles en zone commerciale : poste, banque, opérateur téléphonique, restaurant ou encore des commerces sans enseigne qui parviennent à maintenir leur clientèle. REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

À l’échelle de l’intercommunalité, les villages sont en majorité bien équipés en commerces de proximité. Excepté quelques-uns où les habitants sont obligés de se déplacer dans les villes voisines pour accéder aux commerces dont ils ne disposent pas dans leur propre village. Pour les habitants, il est d’avis général que le centre-ville soit en déclin d’attractivité. Nous observons un certain nombre de commerces fermés. Cependant nous supposons qu’il s’agit de commerces à devanture renouvellée ainsi ils retrouveront de multiples activités sur de courte durée. Les questions sont les suivantes : Pourquoi ces commerces n’arrivent pas à être pérenne ?

UDIANT

25 min à pied / 7 min en voiture zone commerciale

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

Mode et Accessoires


45

Bâti privé Non bâti privé ERP Espace public

1. Répertoire des typologies d’espaces

0

10

20

30

40

50

100

La ville se compose de multiples espaces ayant des statuts très précis dans leurs accessibilités. La ville se compose d’abord de masses, appelées le bâti, se sont les lieux privés qui n’ont pas de fonction à recevoir du public. Ensuite, par opposition la ville se compose peut-être même avant le bâti des espaces publics : place, rue, parc, ... Tout les aménagements urbains qui permettent aux habitants de déambuler et vivre la ville. Dans un entre deux nous constatons que la porosité de l’espace public dans le bâti se fait à travers les établissements recevant du public (ERP) : commerce, 0

AA - Place Saint nicolas

10

20

30

40

50

restauration, établissement de culture et loisir... Ces activités font partie du marché économique de la ville. Il s’agit également de lieux qui permettent à la ville d’avoir du vécu, une histoire, des rencontres. Nous observons que la majorité de la ville poreuse se situe sur l’ilot autour de l’église Saint-Nicolas ainsi que dans la rue Aristide Briand menant à la mairie. 100


V. ACTIVITES ECONOMIQUES

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

0

100

200

300

400

CENTRE VILLE COMMERCE

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VE

LEGENDE 500

Alimentation

1000

Restauration - Hotellerie

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

Mode et Accessoires Maison - Aménagement Santé - Bien être Automobile Autres services Commerces fermés Point relais

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT


BB- Rue couëré/La grande rue

47

CC- Rue Aristide Briand

DD- Zone commerciale / Leclerc

EE- Zone commerciale / Leclerc

1.Enquête des différentes typologies de commerces en zone commerciale

Par opposition, nous retrouvons les zones commerciales de grandes surfaces qui se trouvent principalement en périphérie de Châteaubriant. Ces espaces commerciaux sont à l’initiative d’une politique de ville qui cherchait à diversifier et à retrouver les enseignes des grands magasins que l’on trouvait auparavant dans les grandes agglomérations. Ainsi l’intérêt était d’étendre l’économie commerciale de Châteaubriant. Toutefois l’ampleur de ces grandes surfaces ont un impact sérieux sur ceux du centre-ville.

Mais comment faire face à cette emprise ? De plus ces zones d’activités commerciales sont en périphérie des villes ce qui oblige un déplacement en véhicule. Nous observons également que le développement résidentiel ne se propage guère autour de ces zones.


REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

LES ÉQUIPEMENTS PUBLICS E

C

REALISE A L'AIDE D'UN P

F

REALISE A L'AIDE D'UN PROD

D B

Enseignement Mobilité Structure administrative Culture Enseignement Structure médicale

Mobilité

ERSION ETUDIANT

Parc

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

A

Structure administrative Équipement public désafecté Structure sociale

Culture

Sport et loisir

Structure médicale Parking

Parc


REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

VI. EQUIPEMENTS PUBLICS Châteaubriant est aussi le pôle majeur en termes d’équipements publics et de services. En effet, bien que l’on retrouve dans la plupart des communes de l’intercommunalité des équipements en commun tel que : une bibliothèque, un/des club(s) de sports ou des écoles primaires. Châteaubriant propose un plus large

choix d’équipements, absents dans les autres communes. Ces équipements sont éparpillés dans la ville, parfois regroupés selon les secteurs d’activités. Nous observons aussi que la voie ferrée empêche le développement des équipements publics à l’Est.

RE


REA

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODES

Pharmacie : 13 min Eglise St Nicolas : 15 min Gare : 16 min

VI. EQUIPEMENTS PUBLICS

DESK VERSION ETUDIANT

Parc : 15 min

Pharmacie : 4 min Gare : 8 min Boulangerie : 10 min

École publique : 8 min Eglise St Nicolas : 11 min

DUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT Bar : 1 min City stade/terrain multisports

Ecole publique : 18 min

Parc : 14 min Leclerc : 22 min

ESK VERSION ETUDIANT

Bar : 11 min Boulangerie : 12 min Pharmacie : 13 min Eglise St Nicolas : 15 min Gare : 16 min

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT 1.Étude du pôle d’enseignement secondaire public

DUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

Le pôle d’enseignement secondaire situé proche de la ligne de chemin de fer est quelque peu mis à l’écart du reste des attractivités de la ville. Concentré dans son activité d’éducation, encerclé d’un tissu résidentiel, et proche d’un axe principal routier il serait intérressant de repenser le lien et la place de ces jeunes dans la dynamique City stade/terrain multisports de la ville de Châteaubriant. Car il s’agit d’une tranche d’âge perenne.

City stade/terrain multisports

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT 3. Établissement secondaire


REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT ON ETUDIANT

Eglise St Nicolas : 15 min Gare : 16 min

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT Pharmacie : 4 min Gare : 8 min Boulangerie : 10 min

École publique : 8 min Eglise St Nicolas : 11 min

51

AUTODESK VERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT Bar : 1 min

orts

City stade/terrain multisports

Parc : 14 min Leclerc : 22 min

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTOD 1.B : Étude du pôle administratif

Nous constatons que les établissements administratifs ont été déplacés et sont actuellement re-regroupés en-dessous de la gare. Une zone de la ville qui est en développement. Ainsi elle ne fait pour le moment pas encore partie de la dynamique du cente-ville malgré que ces fonctions administratives soient uniques et indispensables. De ce fait, le déplacement pour un rendez-vous

administratif n’influence pas l’usage d’un temps en centre-ville. Il serait donc impératif de remettre en question ce quartier qui appartient au fonctionnement d’une commune. Comment le relier au centre ville ? Comment doit-il être traité ?

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT City stade/terrain multisports

1. Gare

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTOD


VI. EQUIPEMENTS PUBLICS

1.C : Étude du centre historique

Le centre-ville est évidement le coeur le plus dense en équipements publics. Ce constat s’explique par le développement historique de la ville de Châteaubriant d’abord dans les remparts puis hors des remparts du château. L’une des plus grandes problématiques et interrogations est la place de la voiture dans ce centre historique. De nombreux parkings sont visibles et imposants dans l’espace urbain.

2. Médiathèque

Comment réinventer le stationnement, l’accès en centre ville sachant que la mobilité automobile est indispensable aux habitants ?


REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT A

Bar : 3 min

École publique : 1 min

53

Pharmacie : 7 min Gare : 20 min

DESK VERSION ETUDIANT

Boulangerie : 14 min Eglise ST Nicolas : 18 min

Parc : 15 min Leclerc : 21 min

Place en Place en coeur d’ilot

City stade/terrain mult Terrain multisports

Parc

Place en coeur d’ilot

Parc : 15 min Leclerc : 21 min Terrain de foot et tennis

1.D : Étude du quartier de la ville aux roses

La ville aux roses est un quartier singulier de la ville en périphérie de Châteaubriant. Elle est conçue avec une répartition urbaine singulière de l’après guerre, liée au rationnalisme. Elle propose plusieurs espaces publics notemment sous de nouvelles formes (en coeur d’ilot de barre). De plus elle est constituée d’équipements publics utilisés au quotidien (école) ce qui participe à l’idée d’automie de ce quartier. City stade/terrain multisports

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT DESK VERSION ETUDIANT

eur d’ilot

Parc

Place en coeur d’ilot

3.Logements à la ville aux roses Terrain de foot et tennis


VI. EQUIPEMENTS PUBLICS

Etang de loisirs de Choisel

1.E : Étude du quartier de Choisel

L’étang de Choisel est un pôle attractif de la ville. Utilisé par ses habitants, et très proche du centre-ville, il s’agit du grand poumon vert de Châteaubriant. Temps de loisirs, de promenades et de sports, ce pôle propose un autre rythme et un autre paysage de l’identité Castelbriantaise.

Parc de Choisel


55

1.F : Étude du quartier lycée Saint Joseph

Le lycée privé St Joseph est une des attractivités de la ville à l’échelle de l’intercommunalité. Actuellement associé au centre municipal des sports, le quartier est en train de retrouver un dynamisme orienté vers un public « jeune ». Toutefois ces équipements sont proches d’un grand axe routier et la place du piéton n’est pas valorisée.

2. CMS


I– Rapport de Présentatio I– Rapport de Présentation 0/ Résumé non techniq 0/ Résumé non techniqu

Maîtrise de l’étalement urbain : quelles possibilités d’évolution ? Maîtrise de l’étalement urbain : quelles possibilités d’évolution ? L’accueil des nouveaux logements s’effectue en priorité

et essentiellement en continuité des centralités. L’accueil des nouveaux logements s’effectue en priorité et essentiellement en continuité des centralités.

Evolution des constructions ex Evolution des constructions exis

Densification / Renouvellemen Densification / Renouvellement Extension possible de l’urban Extension possible de l’urbanis

Les groupements bâtis peuvent être confortés à titre exceptionnel, justifié (restructuration urbaine, capacitésà titre d’assainissement, Les groupements bâtis peuvent être confortés exceptionnel, proximité des pôles urbains ou économiques…). justifié (restructuration urbaine, capacités d’assainissement, proximité des pôles urbains ou économiques…).

Evolution des constructions ex Evolution des constructions exis

Densification si justifié Densification si justifiée

I– Rapport de Présentatio

0/ Résumé non techniq

Les constructions isolées peuvent éventuellement faire l’objet d’extensions ou changement de destination (selon PLU). Les constructions isolées peuvent éventuellement faire l’objet Maîtrise de l’étalement urbain : de quelles possibilités d’évolution d’extensions ou changement destination (selon PLU). ? L’accueil des nouveaux logements s’effectue en priorité et essentiellement en continuité des centralités.

Evolutiondesdesconstructions constructionsexist ex Evolution Evolution des constructions exista Densification / Renouvellemen

Extension possible de l’urban

Les groupements bâtis peuvent être confortés à titre exceptionnel, justifié (restructuration urbaine, capacités d’assainissement, SCoT de la Communauté de Communes Châteaubriant - Derval proximité des pôles urbains ou économiques…). SCoT deVersion la Communauté de Communes Châteaubriant - Derval approbation du 18 décembre 2018 Version approbation du 18 décembre 2018


VII. LA VILLE REGLEMENTEE La vile d’aujourd’hui est soumise à de nombreuses réglementations. Elles interviennent pour gérer à la fois la ville existante et celle projetée. L’enjeux pour les communes est de constituer une constellation de documents à la fois cohérents entre eux et en accord avec les intentions politiques des différentes collectivités territoriales.

Certains sont donc plus politiques tandis que d’autre sont techniques et traitent de l’architecture. Cette analyse viendra éclaircir à la fois la définition des documents, leurs intentions et permettra de les confronter pour dégager un avis critique sur leur cohérence et sur la vision de la ville projetée qu’ils traduisent


RGANISATION DOCUMENTS

LA VILLE REGLEMENTEE rarchieVII. des documents d´urbanisme

Socle législatif

Code de l’urbanisme

Echelle territoriale

SCOT (Schéma de cohésion territoriale) et

Programmes Thématiques

PADD (projet d’aménagement et de développement durable)

PGD

PLH

(Plan global de déplacement)

(Plan local d’urbanisme)

Echelle Locale

PLU

Hiérarchie des documents. Données1.:Organisation © mairie-chateaubriant. hiérarchique desfrdocuments d’urbanisme

DEFINITIONS Code de l’urbanisme : regroupe les lois et réglementations françaises, en l’abscence de PLU, il régit les normes en matière d’urbanisme. SCot : document de planification et d’urbanisme à long terme d’un territoire donné, il correpond à une ambition politique régissant les grandes orientations d’aménagement PADD : Définit les orientations d’urbanisme et d’aménagement qui concernent l’organisation générale du territoire communal. Permet de préciser des orientations ou des prescriptions concernant plus spécifiquement des espaces, des quartiers, ou des actions publiques.

PLH : document stratégique de programmation qui inclut l’ensemble de la politique locale de l’habitat : parc public et privé, gestion du parc existant et des constructions nouvelles, populations spécifiques. PGD : définit les principes de transports d’une agglomération de moins de 100 000 habitants. A pour objectif de réguler la circulation automobile et de développer des circulation saines pour l’air évitant les nuisances de tout type PLU : document de planification des sols à l’échelle communalle. Il régit l’utilisation des sols et les gabarits des construction.


ORGANISATION DOCUMENTS

59

Frise chronologique

Aujourd´hui

1.Frise chronologique

La procédure d’élaboration d’un PLU est préscrite par la mairie en question, se suit une longue phase de diagnostique qui permet également la mise en place d’une enquête avec les habitants pour alimenter les analyses des urbanistes et de tous les acteurs liés à l’aménagement du territoire en question. Après validation de la commune, le projet est soumis à une enquête publique sous la direction d’un comissaire enquêteur ou d’une comission. Cette phase vise à juger de la cohérenceet de la validité du ptojet de PLU. Après modifications liés au rapport d’enquête, le projet est accepté par la commune. Il peut passer en appel si les termes ne permetttent pas un accord entre le rapport de commission et la mairie. Lors de la création du SCot de l’intercommunalité, la comune de chateaubriant n’a pas voulu faire parti d’un

projet de PLU Intercommunal pour garder son autonomie en terme d’urbanisme au vue de sa situation et de son statut de ville moyenne au sein du territoire rural. L’élaboration du SCoT en 2018 s’est fait avec l’aide financière et le soutien de l’état et de la région Pays de la Loire


VII. LA VILLE REGLEMENTEE

SCOT

Intercommunalité : Bassins de proximité Rennes

Laval

Martigné-Ferchaud

Soulvache Fercé

Rougé

Rennes

Sion-les-Mines

Grand-Fougeray

Châteaubriant

Soudan

Pouancé

Saint-Aubindes-Châteaux

Mouais

Angers

Lusanger

Juigné-desMoutiers

Louisfert Erbray

Saint-Vincentdes-Landes

Derval

Saint-Juliende-Vouvantes

Moisdonla-Rivière

Jans

Guémené-Penfao

Villepot

Noyal-sur-Brutz

Ruffgné

Issé

La Chapelle-Glain Petit-Auverné

Marsac-sur-Don

Grand-Auverné Nozay

Nantes

La Meillerayede-Bretagne

Bassins de Proximité de l´Intercommunalité de Chateaubriant.

1. Carte des bassins de proximités

SCoT de l’intercommunalité Derval-Chateaubriant : 4 grands axes politiques : - se baser sur une échelle locale regroupée en bassins de proximité, ceux-ci sont définits par un perimètre regroupant les services principaux ( alimentation, travail, médecine, éducation, culture, loisirs ). Les périmètres permettent d’avoir accès à tous ces services en moins de 10 minutes de voiture. - Préserver un caractère et un mode de vie rural ainsi qu’une qualité paysagère pour le bien être de tous.

- Valoriser une économie locale basée essentiellement sur l’agriculture au sein de laquelle 60% est dédiée à l’élevage laitié - fournir et préserver l’ensemble des services aux habitants ainsi que répondre à tous leurs besoins ( culturels, santé, education, logement, transports, alimentation, sécurité, cadre de vie )


61

PADD

Chateaubriant : Rocade et Liaison

Chateau

Parc étangs Choisel

Zone Industrielle

Lotissement

Voie ferroviaire

Schéma de projet d´Extension de ´´rocade´´ périphérique.

Départementales existantes

Routes & rues existantes Route à construire

Route existante à moderniser

1. Carte de projet des projets routiers du PADD

Projets Majeurs du PADD : - création d’une voie de contournement à l’ouest de la commune en 2021, allié à une modernisation des départementales existantes dans le but d’affirmer le statut de l’axe existant qui relie les 2 fois 2 voies AngersRennes et Nantes-Rennes. - valoriser et intensifier la ligne de tram-train avec chteaubriant et développer la ligne vers Rennes. - préserver les espaces agricoles qui représentent actuellemnt 60% du territoire de la commune .

PLH : - anticiper l’arrivée dans la vie active et sur le marché immobilier des jeunes, 21% de la population a aujourd’hui moins de 14ans -adapter les logements au vieillissement de la population - réduire les 10% de logements vacants ( 7.9% à l’échelle nationale) - satisfaire le grand manque de logement T1 et T2 - rénover le parc existant datant d’avant 1946 souffrant de mauvaise qualité thermique - réduire les disparités de logements entre les communes de l’interco - valoriser le parc existant - completer l’offre de logements et l’hébergement des publics aux besoins spécifiques ( retraités, jeunes travailleurs, personnes à faible revenus) -Objectifs de 2018 à 2040 : 270/360 nouveaux habitants par ans. 180 à 250 nouveaux logements par ans. 24 logements vacants remis sur le marché densifier les coeurs d’ilot et réduire la taille moyenne des parcelles.


Zone UA : zone actuellement urbanisée à caractère central d’habitat, de services et d’activités urbaines : commerces, bureaux... Les constructions s’y implantent de manière continu Zone UB: zone actuellement urbanisée à caractère central d’habitat, les services et les activités urbaines y sont moins concentrées Zone UC et UD : zone actuellement urbanisée à dominante d’habitat résidentiel et à caractère pavillonaire. Les zones UC peuvent comporter de manière ponctuelle des services et des activités urbaines


Zone UE et UZ : zone d’activité qui regroupe les établissements artisanaux, commerciaux, les petites et grandes industries. On y retrouve les installations privées ou publiques incompatibles avec l’habitat Zone UF et UG : zone correspondant à l’emprise de la gare ferroviaire Zone UL : zone à vocation à accueillir les espaces affectés aux activités sportives, de loisirs et touristiques ( hébergement hotelier, restauration...)


VII. LA VILLE REGLEMENTEE

Gabarits zone UA a

retrait potentiel = 4m

retrait potentiel = 4m

3/4 de façade alignée ≤45°

retrait potentiel > 6m

3/4 de façade alignée

6m

1/4 de façade libre

≤45°

retrait potentiel > 6m

20 m bande principale

1/4 de façade libre

UAc

batiment principal

6m

batiment principal

≤45° >4m

annexe

6m

≤45° >4m

annexe

6m


65

Gabarits zone UA b

≤45° ≤4.0

≤ 9.0

Annexe

D

≤45°

≤ 9.0 ≥ 4m s'il n'est pas égal à 0 ≤4.0 D Annexe D batiment voisin

D ≥ 4m s'il n'est pas égal à 0 existant batiment voisin

A

existant

H/2

20 m

batiment voisin

bande principale

existant

H

A 20 m bande principale

A doit être égal à 0 ou ≥ 5m

H/2 ≥ 3m

H/2 batiment voisin existant

H/2 ≥ 3m

H/2 batiment voisin existant

A doit être égal à 0 ou ≥ 5m

H/2 ≥ 3m

H

H/2 batiment voisin existant

H/2 ≥ 3m

H

H


VII. LA VILLE REGLEMENTEE

Gabarits zone UA c

retrait potentiel = 4m

retrait potentiel = 4m

3/4 de façade alignée ≤45°

retrait potentiel > 6m

3/4 de façade alignée

6m

1/4 de façade libre

≤45°

retrait potentiel > 6m

20 m bande principale

1/4 de façade libre

UAc

≤45°

batiment principal

6m

batiment principal

annexe

>4m

6m

≤45° >4m

annexe

6m


67

Gabarits zone UB a

≤45° ≤4.0

≤ 9.0

Annexe

D

≤45°

≤ 9.0égal à 0 ≥ 4m s'il n'est pas ≤4.0 D Annexe D batiment voisin

D ≥ 4m s'il n'est pasexistant égal à 0 batiment voisin

A

existant

H/2

20 m

batiment voisin

bande principale

existant

H

A 20 m bande principale

A doit être égal à 0 ou ≥ 5m

H/2 ≥ 3m

H/2 batiment voisin existant

H/2 ≥ 3m

H/2 batiment voisin existant

A doit être égal à 0 ou ≥ 5m

H/2 ≥ 3m

H

H/2 batiment voisin existant

H/2 ≥ 3m

H

H


VII. LA VILLE REGLEMENTEE

Gabarits zone UB b

≤45° H

batiment voisin

≤H

existant

H

batiment principal

batiment voisin

≤H

existant

Annexe

≤45°

batiment principal

≤4.0

D Annexe

≤4.0

D ≥ 4m s'il n'estD pas égal à 0 batiment voisin D ≥ 4m s'il n'est pas égal à 0 existant

batiment voisin existant

A H/2

20 m bande principale

batiment voisin

A

existant

H/2

20 m bande principale

A doit être égal à 0 ou ≥ 5m

H

batiment voisin

H/2 ≥ 3m H/2 ≥ 3m

existant

H/2 batiment voisin existant

A doit être égal à 0 ou ≥ 5m

H

H

H/2

H/2 ≥ 3m H/2 ≥ 3m

batiment voisin existant

H


69

Gabarits zone UB c

≤ 45° ≤ 6.0

batiment principal

≤ 45°

Annexe

≤6

D

batiment D≤≥6.0 4m s'il n'estAnnexe pas égal ≤6 à 0 principal

D

D ≥ 4m s'il n'est pas égal à 0

batiment voisin existant

batiment voisin existant

A H/2

20 m bande principale A 20 m bande principale

A doit être égal à 0 ou ≥ 5m A doit être égal à 0 ou ≥ 5m

batiment voisin existant

H/2 ≥ 3m

H/2 batiment voisin existant

UC H/2 ≥ 3m

batiment voisin

H

H/2 batiment voisin existant

H/2 ≥ 3m

H

H/2 existant

UC H/2 ≥ 3m

H

H


VII. LA VILLE REGLEMENTEE

Gabarits zone UG

libre

≤12m

libre

batiment principal

annexe ≤12m libre libre

≤12m

libre

batiment principal

annexe ≤12m libre

libre

≤12m

libre

20 m

batiment principal

libre libre

≤12m

libre

bande principale 20 m

batiment principal

≤12m + H rdc libre

H rdc

si implantation sur 2 niveaux

≤12m + H rdc

H rdc

bande principale

si implantation sur 2 niveaux H ≥H/2

parcelle voisine

batiment principal libre

parcelle voisine


71

Le PLU de chateaubriant est peu restrictif en terme de gabarits, de nombreuses sections ne sont pas renseignées. Il n’y a pas d’indication sur le pourcentage d’occupation des sols, ce qui permet donc de construire totalement l’emprise d’une parcelle sur les limites d’implantation indiquées. On retrouve très peu de renseignements sur le type de matériaux et sur l’aspect des batiments, seul une notion d’harmonie d’ensemble et de cohérence avecles voisins proches est mentionnée. Aucune limites de faitage n’est mentionnée, seul la hauteur des façades est réglementée et les toit doivent s’inscrire librement dans un volume inférieur ou égal à 45°. Associé à une occupation des sols non limitée, les hauteurs totales des batiments peut rapidement augmentée. De grandes zones catégorisées AU «à urbaniser» qui sont situées en périphérie de la ville et donc pouvant venir questionner les recommandations de densification

du PADD et du PLH. Un PLU peu restrictif marque une volontée de devenir attractif au vue des futures projets, pour ne pas être un frein à l’investissement et au grandes politiques. De plus la ville souhaite conserver son statut de ville moyenne tout en y apportant unmode de vie urbain. C’est pour cela que des incohérence notemment du point de vue de la densification d’une part et de l’étalement urbain de l’autre, peuvent apparaître. Concernant les grandes politiques territoriales, la ville de chateaubriant souhaite appliquer des modes de vie et de fonctionnement plus proches des standards des métropoles, mais reste dans les faits une ville souffrant d’un faible solde migratoire et d’un système de commerce affaibli. De plus on peut se poser la question du devenir des espaces agricoles et naturels situées entre la lizière de la ville à l’ouest et la future rocade prévue pour 2021, sont ils voués à l’urbanisation ?



VIII. VILLE ACTUELLE ET PROJETEE Cette ultime partie de l’analyse de la ville de Châteaubriant a pour objectif la compréhension de la ville telle qu’elle existe aujourd’hui mais aussi de la voir dans un futur proche. Une analyse du PLU actuel sera faite à la suite de l’analyse de sites de projets potentiels dans la ville. Pour cela, nous avons choisi douze sites à Châteaubriant, situés dans des parcelles du domaine public et du

domaine privé, choisis ou non dans le cadre de l’Action Coeur de Ville. La présentation des douze sites se fera selon l’ordre suivant: tout d’abord les sites construits à réhabiliter, ensuite les sites vierges (donc non construits) et enfin les sites déjà construits et réhabilités.


VIII. VILLE ACTUELLE ET PROJETEE

Contruction : 1823 Superficie construite : 405 m² Superficie totale : 5 253 m²

1.Plan de situation

1. LE CHATEAU DE LA TRINITE Situé sur l’axe reliant Châteaubriant et Béré, ce château du XIXème siècle est un patrimoine remarquable de la ville. Cependant il est constamment squatté et dans un état de plus en plus dégradé. Parmi les principaux enjeux dégagés, on compte la réhabilitation du lieu, sa mise en valeur dans un site paysager intéressant et la

requalification de cette entrée de ville stratégique. Le site s’implante en zone UAb, permettant la construction de bâtiments de 12m de haut maximum.


75

Contruction : 1900

Superficie construite : 563 m²

Superficie totale : 5 000 m²

1. 1.Plan de situation

2. LA FERME DE LA BORDERIE Ce corps de ferme agricole du XXème siècle se situe au nord de Châteaubriant, à la limite entre la ville et les champs. Cet espace est un lieu idéal pour y fonder un projet d’équipement public, social ou autre, bien que la mairie s’intéresse plutôt aux coteaux de la Borderie, un éco-quartier qui se veut un exemple d’urbanisme et qui

s’implantera au nord du site de projet. Le site s’implante en zone 1AUc, une zone naturelle insuffisamment équipée et qui doit être pensée en harmonie avec le milieu naturel qui l’entoure. L’urbain prime sur les règles architecturales.


VIII. VILLE ACTUELLE ET PROJETEE

Contruction : 1928 Superficie au sol : 543 m²

1.Plan de situation

3. LES BAINS DOUCHES Les bains douches sont un bâtiment intéressant, pourtant délaissé par la mairie. Ancien lieu de sociabilisation, puis endroit utilisé par les SDF pour se laver, le lieu est actuellement fermé et dans un état architectural fortement délabré. Les bains douches ont un fort potentiel de projet, pour étendre le centre ville historique

et s’intégrer dans le chemin menant du château à l’étang de Choisel. Le site s’implante dans la zone UAa, qui correspond au centre ville. Ici, les nouvelles constructions ne doivent pas dépasser les 12m de hauteur.


77

Contruction : 1948-1952

Construction projet : 2024

Superficie au sol : 8 000 m²

1. 1.Plan de situation

4. L’ILOT DES TERRASSES L’ilôt des terrasses est une parcelle située à un carrefour stratégique de Châteaubriant: proche de la gare, en face du château et en entrée de ville, c’est un lieu de projet idéal. Parmi les enjeux dégagés, on compte la question du réaménagement du bâti existant (destruction d’une partie?), la refonte de la cour, la préservation du végétal

du site et le travail sur les vues qu’offre l’ilôt sur la ville. Le site s’implante dans la zone UAb, c’est à dire proche du centre ville historique, où les nouvelles constructions ne doivent pas dépasser les 12m de haut.


VIII. VILLE ACTUELLE ET PROJETEE

Superficie : 4 000 m² Superficie totale : 5 945 m²

1.Plan de situation

5. LE CENTRE ARISTIDE BRIAND Après avoir connu de multiples usages au fil du temps, cette ancienne caserne fait partie de l’action Coeur de ville. Beaucoup d’enjeux se posent ici: Que faire des bâtiments sans qualité architecturale? Que faire des parkings gâchant la vue sur ce site en entrée de ville? Comment travailler avec l’urbain du centre ville, à moins

de cinq minutes à pied du site? Comment gérer le végétal sur la cour? Le site s’implante dans la zone UAa, qui correspond au centre ville. Ici, les nouvelles constructions ne doivent pas dépasser les 12m de hauteur.


79

9, 7, 5, 1 Rue du château

Superficie : + de 1 100 m²

1. 1.Plan de situation

6. LES MAISONS DU CHATEAU Les parcelles situées le long du château posent bien des questions: faut-il garder les vieilles maisons sans harmonie? Ou tout détruire pour mettre en avant les remparts? Une partie des maisons a été détruite, cependant rien n’a été mis en oeuvre à leur place, laissant des espaces sans intérêt en plein centre ville de

Châteaubriant. Le site s’implante dans la zone UAb, c’est à dire proche du centre ville historique, où les nouvelles constructions ne doivent pas dépasser les 12m de haut.


VIII. VILLE ACTUELLE ET PROJETEE

Superficie place : 2 475 m² Superficie place et voiries : 6982m²

1.Plan de situation

7. LA PLACE CHARLES DE GAULLE La place Charles de Gaulle est un endroit strétagique pour la ville: c’est une entrée de ville qui donne la meilleure vue sur le château, avec un lieu culturel proche (le théâtre de verre). Même si, on ne peut pas parler de place, mais plutôt de parking gigantesque de 125 places. La place doit être réaménagée, en revoyant l’espace automobile, en favorisant plus de lien entre l’ilôt des

terrasses et le château, pour créer une réelle entrée de ville. Le site s’implante dans la zone UAb, c’est à dire proche du centre ville historique, où les nouvelles constructions ne doivent pas dépasser les 12m de haut.


81

1. Plan de situation

8. LE 2 RUE DE RENAC La parcelle du 2 rue de renac est un grand site densément boisé avec une bâtisse de près de 500 mètres carrés en son centre. Ce lieu annonce la fin de Châteaubriant, car les constructions se font ensuite rares et la route fait penser à une voie de campagne. Or le site est proche de la gare et possède de nombreux avantages: il est en surplomb et

possède des axes visuels sur la ville qui sont à travailler, le quartier résidentiel d’implantation est propice à créer un équipement public, en travaillant le végétal, trop présent sur le site.


VIII. VILLE ACTUELLE ET PROJETEE

Superficie : 6 500 m²

1.Plan de situation

9. LES PARCELLES 458-459-460-461 Le long des voies de chemin de fer, ces immenses parcelles vierges se déploient, sans utilisation. Appartenant à la SNCF, elles offrent des possibilités de projet nombreuses: création d’un nouveau quartier avec des logements, des commerces, de l’industrie et des bureaux.

Ces parcelles sont situées dans la zone UG, c’est à dire sous l’emprise de la gare ferroviaire. Les nouvelles constructions ne doivent pas dépasser 12m de hauteur.


83

Superficie étang : 1.5 Ha

Superficie aménageable : 2 400 m²

1. Plan de situation

10. L’ETANG DE LA TORCHE Site naturel au pied du château mais pourtant peu mis en valeur à cause de routes très passantes et de peu d’aménagements pour y accéder. L’étang de la torche offre pourtant un espace propice au réamnégament de l’espace public afin que Châteaubriant retrouve son lien avec l’eau.

Le site s’implante dans la zone UAb, c’est à dire proche du centre ville historique, où les nouvelles constructions ne doivent pas dépasser les 12m de haut.


VIII. VILLE ACTUELLE ET PROJETEE

Contruction : 1877 Superficie contruite : 594 m²

1.Plan de situation

11. LA GARE Cette édifice de la fin du XIXème siècle a déjà été réhabilité dans le cadre de travaux visant à relier Nantes à Rennes en passant par cette ville. Le tram train s’arrête en effet à Châteaubriant en venant de Nantes. il faut penser le futur

de ce site avec le projet de pôle multimodal de la ville. La gare s’implante en zone UG, c’est à dire sous l’emprise de la gare ferroviaire (logique). Les nouvelles constructions ne doivent pas dépasser 12m de hauteur.


85

Superficie étang : 1.5 Ha

Superficie aménageable : 2 400 m²

1.Plan de situation

12. LE MARCHE COUVERT Ce marché du début du XXème siècle a été le premier projet de l’action coeur de ville de Châteaubriant. Il a été entièrement rénové. La mairie se penche actuellement sur le réaménagement de l’espace public autour du

marché couvert, afin de créer un parvis pour les piétons. Le lieu s’implante dans la zone UAa, qui correspond au centre ville. Ici, les nouvelles constructions ne doivent pas dépasser les 12m de hauteur.



IX. REALISATION DES MAQUETTES La réalisation des maquettes a été marquée par plusieurs étapes. LA première consistait en la définition des zones à représenter. trois sont alors choisies, une au 1/1000e, une au 1/5000e et une au 1/25000e, permettant la compréhension de la ville à différentes échelles : du centre-ville à l’intercommunalité. D’abord réalisée en argile pour la topographie, les maquettes prennent chacune des dimensions similaires

: 1m20*1m20. Ces dimensions ont été conservées pour les deux maquettes finales. Pour ces dernières, la topographie fût usinée en bois, les voiries gravée et le bâti découpé au laser pour la première et symbolisé par des clous pour la 2e


IX. REALISATION DES MAQUETTES

1. Maquette du centre ville ech 1/1000e, argile et mousse

2. Projections sur les maquettes au 1/1000e et 1/5000e, en dessous

Pour la réalisation de ces maquettes, l’argile nous à permis de réaliser une topographie aisément et à différentes échelles. Des plans format A0 nous ont ainsi permis de tracer les voies et de replacer les différents creux et points haut de la ville. Si la maquette au 1/1000e représente la forme générale du bâti, c’est au moyen de clous plantés que la maquette au 1/5000e fait ressortir la densité de la ville.

Enfin, des cartes projetées adaptées au format des maquettes ont permis de faire ressortir des informations pertinentes à chaque groupe et de mettre en avant des éléments singulier de Châteaubriant.


89

1. Maquette du centre ville ech 1/1000e, bois et carton bois

2. Maquette de la ville au 1/5000e, bois et clous, en dessous

Après une modélisation de la ville, ses réseaux, ses bâtiments et sa topographie, nous avons pu passer à l’usinage. Ces maquettes font en effet suite aux maquettes précédentes réalisées en argile. Pour l’usinage de la topographie, différents tests ont été réalisés en amont, dont un au fablab de Polytech Angers, avant d’être finalement usinées à la CNC, dans le pôle numérique de l’ENSAN.

Les bâtiments découpés en plusieurs couches de cartons bois ont ainsi pu être assemblés et placés pour la maquette du centre ville. Le principe de clou à été également repris au 1/5000e.


VOYAGE A HAMBOURG

20-26 Octobre 2019



TRAVERSEE

B.Boutelet, L.Delorme, D.Fourny, A.Grégoire

Une ville scindée par la gare sans possibilité de traverser évidente hormis pour la voiture. Notre projet se pose comme une réponse aux problématiques du site. Incluant la gare et proposant l’émergence d’un nouveau quartier fondé sur le dynamisme et la sociabilité, le quartier gare prend le parti prit d’une séquence tram entre la D163 et les quais. Véritable quartier de la mobilité douce en son coeur,

intégrant la présence d’un mail végétalisé, ce dernier accueille une nouvelle vie entre les rue d’Ancenis et de la gare. Il se compose de différents plots tertiares, de logements intergénérationels, étudiants et mixtes et intègre un pôle transport (tram, voitures, poids lourds, bus) tout comme l’installation d’un programme CNAM.


MISE EN PAGE DE L’ANALYSE


TRAVERSEE

1. Plan détails deslogements.

2.Insertion vu du mail

3.Insertion vu d’une rue transversale

4. Coupe logements.


95

1. Axonométrie pôle transport.

2.Insertion vu du tram-train

3.Insertion vu des jardins

2. Coupe à travers le mail


PORTE DE LA VILLE

B.B.Niyonzima, F.M.Sylla, A.Ahmed

Au cours de ce semestre, nous nous avons travaillé sur la ville de chateaubriant, une ville située sur la limite entre la Bretagne et le pays de la Loire. Après une analyse oppérée sur cette ville, on remarque plusieurs particularités notamment sa gare SNCF. Dès

la création de cette dernière, elle est venue former une barrière entre la partie Ouest (le centre ville) et la partie Est (le quartier de Renac).



PORTE DE LA VILLE

1. Plan RDC

2. Elévation

Notre projet se base sur un fait constaté lors de la visite et après de nombreuses recherches et analyses de urbaine. La particularité que possède le site de la gare, c’est de créer une barrière entre la partie Est (quartier Renac) et la partie Ouest (la ville close). C’est dans cette optique que l’on propose un franchissement par une passerelle qui relie les deux parties et surplombe les railles de la gare.

Concernant les points d’encrage, on a la partie du quartier Renac, qui est à une altitude de 8 mètres, alors que le niveau de la gare est au niveau 0. Cela fait que la passerelle a un axcès en plein pied à l’Est et à l’Ouest une descente en equerre.

COUPE OU AUTRE DOCUMENT GRAPHIQUE


99

1. Axonométries

2. Coupe Longitudinale

La passerelle possède deux niveaux de passage à savoir un niveau plus haut qui est dédié aux piétons et un niveau bas pour les cyclistes. La structure est faite en métal et est revetue d’une maille de métallique pérforée.

COUPE OU AUTRE DOCUMENT GRAPHIQUE


LES TERRASSES

C.Le Méhauté, D. Lozano Sinausia, L.Lemâle, C.Pautrel

L’intercommunalité Châteaubriant-Derval possède un patrimoine agricole important : 44000 habitants répartis sur 26 communes, 756 producteurs dont 40 en vente directe. Or la volonté de la ville est de trouver « un équilibre de solidarité » au sein de ces communes. De plus, aujourd’hui favoriser les circuits cours est primordiale, c’est pourquoi il nous était cohérent d’amener ce

patrimoine agricole au cœur de la ville. Pour cela, il nous semblait important de créer des cellules commerciales destiné aux producteurs locaux et une école de cuisine, en continuité de la politique communale d’accueillir des formations postBac. L’îlot des terrasses nous est alors apparût comme le lieu le plus adapté : porte d’entrée du centre-ville, facilité d’accès, et monument de la ville.


Château

e ru du ch

renn e

s

au

e ât

rue des 27 otages

UNE IMAGE (DE BONNE QUALITÉ) PLEINE PAGE REPRESENTANT VOTRE PROJET

Théâtre

(DEUX IMAGES SI BESOIN)

A

es Nant

ru e

de l

ag ar e

Gare

A


LES TERRASSES

1.

1. Vue depuis la coursive du restaurant.

2. Coupe AA, de la gare au parking du théâtre, Rue Pasteur.

L’îlot à un enjeu important : il doit aussi répondre au projet voisin de la Place Charles de Gaulle, puisque sa réhabilitation vise à supprimer le parking existant afin d’apporter une nouvelle approche du Château. Ainsi, ce parking actuel est « déplacé » au niveau de l’ancienne cour de l’école des terrasses, avec un accès toujours depuis cette place, surmontée d’un commerce. Il nous permet donc de proposer une esplanade piétonne

reliant la gare à la place Charles de Gaulle. Deux grandes percées sont créées au travers de l’existant, elles favorisent une circulation le long des commerces entre la gare et le centre-ville. Enfin les associations présentent sur les lieux actuellement seront conservé et déplacé dans l’ancienne école des garçons, bâtiment historique de la ville sur le même îlot.

COUPE OU AUTRE DOCUMENT GRAPHIQUE

2..


103

1.

2.. 1. Vue depuis la Rue de la Gare.

2. Vue depuis la Place Charles de Gaulle.

Lieu de regroupement et d’activités au cœur de la ville, le nouvel aménagement de l’îlot des Terrasses propose aux usagers un système de succession de terrasses enherbées pour qu’ils puissent venir se détendre ou s’adonner à des activités extérieures. Un restaurant et des cafés sont également à proximité pour permettre aux usagers de s’y restaurer, en terrasse. Vous pourrez enfin assister à des spectacles en plein air grâce à la

scène estivale en contrebas du café-théâtre. Des cellules commerciales qui regroupent les producteurs locaux sont situées au niveau de la rue, avec une double orientation gare/esplanade. Le nouvel îlot des Terrasses est tout simplement un espace public ouvert à tous. Puis au-dessus, c’est une école de cuisine qui prend place, en lien direct avec les producteurs locaux et les restaurateurs de l’îlot.

COUPE OU AUTRE DOCUMENT GRAPHIQUE


LES TERRASSES

A.Baud, N.Chasseloup, A.Odenthal, N.Thill

S’implantant sur la place Charles de Gaulle le projet des terrasses a pour objectif de redonner à la commune de Châteaubriant une vraie entrée de ville. Redéfinissant les espaces, la place des terrasses vient confronter histoire et contemporain. En reprenant les formes historiques défensives du bastion, la place vient

diversifier les circulations, en atténuant la place de la voiture pour laisser place aux mobilités douces.


B

D

A C A' C'

B'

D'


LES TERRASSES

1. Perspective depuis l’ Ouest de la place

2. Coupe AA’, Echelle 1 : 1000

La place Charles de Gaulle se caractérise par un dénivelé fort. Dans le projet des terrasses l’objectif est de créer des paliers avec un plateau haut et des plateaux intermédiaires qui premettent de traverser la place. Ces paliers intermédiaires viennent créer des points de vue aussi bien sur la ville que sur le château et sa douve. Ils créent par la même occasion des espaces plus intimes où les personnes sont amenées à se rencontrer, échanger

et se divertir. Se raccrochant à ces terrasses, une pente douce tend vers les niveaux d’origines de la place qui sont visibles au niveau du bastion. Une large bande se forme alors au niveau du front bâti, permettant l’implantation de terrasses pour des activités tertiaires. On y trouve aussi une route à sens unique desservant la ville.


107

1. Vue depuis l’esplanade 3. Perspective depuis le Sud de la place

2. Coupe DD’, Echelle 1 : 1000

La place haute a pour but de mettre en valeur le château en venant le confronter aux constructions contemporaines du bastion. Mise en avant accentuée par la grandeur de la place. En effet l’horizontalité de la place vient souligner la verticalité du château. Cette place peut être lieu d’évenments, etc... Finalement l’objectif de ce projet est de réintroduire la place dans la vie de Châteaubriant.


DU POINT DE VUE DES JEUNES

R.Chouguiat, H.M.T.Diem, L.Hubert, A.F.Mastriani

Le Centre Aristide Briand se transforme en un point attractif pour les jeunes de Châteaubriant et d’ailleurs, comprenant un programme complet. Il permet des interactions riches et diverses entre les milieux sociaux et les âges, un certain épanouissement.

Trois grands pôles y sont rassemblés : - Logement - Loisir - Enseignement Belvédère sur la ville, le centre offre enfin un panorama remarquable sur la ville qui est mis ici en valeur.



A’

+0.00

CARTE MOBILITE 1/2000

Ru

eJ

+0,75

nJ

+6.12

DU POINT DE VUE DES JEUNES

parking employés

ea

au

rès

parking vèlos

acc

ès

D prin

arrêt de bus

cip

s Davy

al

A

+1,82

E ire da on t

C’

cès à l’a dminist tante ration s

Rue Loui

-1.00 +5.12

B

ac

c n accès parking se e ès em public cc log a

ortés Résis

E’

ès

C +1,82 accès principal logement

secon daire

acc

B’

A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT seREALISE co nd air e D’

accès

-3,91

Rue d

e Dép

+1,82

-1,16

A’ REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

e Ru

+0.00

Ru

vy Da

+6.12

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

parking employés

ea

is

u Lo

eJ

+0,75

nJ

au

rès

parking vèlos

acc

ès

D prin

arrêt de bus

cip

s Davy

al

A

+1,82

E ire da on t

C’

c n accès parking se e ès em public cc log

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

Résista accès à l’adm inistratio ntes n

-1.00 +5.12

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

B

Rue Loui

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

a

ortés

E’

on

da

ire

-1,16 D’

e

Ru

Position géostratégique : - Espace à la fois directement connecté et ouvert au centre historique où se concentrent les activités, il se situe aussi entre deux pôles éducatifs. - Situé sur un point haut, le centre est un belvédère sur la ville - Une offre d’espace très importante, pour peu de moyens nécessaires (6000m2 plancher environ) - Patrimoine architectural remarquable

LIGNE E

y

LIGNE D

av

LIGNE C

LIGNE B

sD

LIGNE A

ui

Lo

2. Plan masse

daire secon

B’

accès

REALISE L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE D'UN A PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

sec

REALISE L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE D'UN A PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

ès

REALISE A L'AIDE REALISE D'UN PRODUIT A L'AIDE AUTODESK D'UN PRODUIT VERSION AUTODESK ETUDIANT VERSION ETUDIANT

1.Plan de situation

+1,82 acc

REALISE A L'AIDE REALISE D'UN PRODUIT A L'AIDEAUTODESK D'UN PRODUIT VERSION AUTODESK ETUDIANT VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE REALISE D'UN PRODUIT A L'AIDE AUTODESK D'UN PRODUIT VERSION AUTODESK ETUDIANT VERSION ETUDIANT

-3,91

Rue d

e Dép

+1,82

Afin d’ouvrir le centre sur la ville et permettre la mise en valeur du panorama, il nous a parut essentiel de supprimer les bâtiments qui cloisonnaient l’îlot et dégager les vues. Le sol reprend son profil naturel en dénivelé afin de rattraper le niveau de la rue Louis Davy, connectant ainsi la cour au tissu rubain. Des gradins sont créent en créant comme des pontons sous lesquels s’abritent une partie des logements.

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT


111

1. Scénarios d’ambiance dans la cour

2. Logements sud 3. Logements ouest

Dans les bâtiments existants que nous gardons s’inssèrent les pôles de loisirs et d’enseignement : bibliothèque et centre de formation pluridisciplinaire autour sur du développement durable, un bar/Lounge qui s’étend sur la cour etc...

Une autre partie des logements étudiants est placée au niveau de la parcelle ouest de notre îlot, anciennement utilisé en parking. Ce dernier est relégué au sous-sol afin d’optimiser l’usage de cet espace.


(RE)NOUER

L.David, L.Morin, A.Morvan

L’entrée Nord de Châteaubriant est formée par la rue des Déportés Résistants. Axe majeur longeant le groupe scolaire formé du collège Robert Schumann et du lycée Moquet-Lenoir, son caractère routier rompt pourtant leur lien avec le centre-ville. Le projet (re)nouer s’intéresse à ces populations scolaires connues comme les premières à s’exiler du territoire de la commune. Que pouvons-nous leur offrir ? Comment développer leur attachement envers Châteaubriant ?

Le projet, entre urbanisme et paysagisme, formule une proposition de parc urbain pour les élèves, qui s’intègre à la trame des quartiers résidentiels environnants. Le parc s’insère dans la trame verte rayonnante autour du centre-ville et relie des voies douces existantes ou nouvelles. Les établissements scolaires ainsi que le stade sont intégrés au parc, les façades font clôture et de larges préaux tendent et cadrent des vues vers les espaces verts.



(RE)NOUER

min Che

Lycée

eil de D Logements

Parc

Terrain d’entraînement Parking vélo

Stade in de

Chem

irie

la pra

Collège

1. Plan masse de la proposition du projet de parc entre le collège Robert Schumann et les lycées Guy Moquet et Etienne Lenoir, 1/2000

Situé au cœur du groupe scolaire, ce parc s’inscrit dans la continuité d’une trame verte existante. La densité de végétation crée une liaison entre la campagne à l’est et met à distance la rue à l’ouest, laissant ainsi un espace planté où collégiens, lycéens ou riverains peuvent flâner. Leurs déplacements au sein du parc sont favorisés par des chemins liants ceux venant des quartiers résidentiels. Des préaux agrémentent les cheminements et marquent les entrées des établissements. De plus, un parking vélos couvert est placé dans le prolongement de la piste cyclable venant du centre-ville. 2. Élévation du parking vélo

3. Coupe en baillonette de la propositionde parc, 1/2000


115

1. Plan de réaménagement de la rue des Déportés-résistants, 1/4000

2. Coupe du profil de la rue existante, 1/200 A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT 3. Coupe du profil deREALISE la rue réaménagée, 1/200

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

Le réaménagement de la rue prolonge le projet de parc et étend les espaces plantés vers le centre-ville. Le but est de créer une promenade agréable où les circulations douces sont privilégiées. Ainsi les trottoirs sont agrandis et protégés par des zones arborées. La piste cyclable montante possède cette même protection alors que celle descendante se situe sur la chaussée où la vitesse des véhicules est proche de celle des cyclistes. Les riverains et usagers de la voie bénéficient alors d’une vue quotidienne plus apaisante avec une mise à distance des véhicules motorisés.

80

300

15

95

15

205

10

120

20

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

Echelle: 1/504. Coupe technique, 1/200 Coupe détails réseaux de la rue

5. Coupe dans le rue des Déportés-résistants, 1/4000

225


OAP : ILOT VIOL

V.Destouches, W.Durand, M.Genoist, A.Gualdoni

Le projet est une étude concernant un site particulier de Châteaubriant. Nous avons dégagé une problématique qui n’est ni scpécifique à notre parcelle ni à cette ville : comment penser des territoires notamment historiques face à la question de la densité et de l’étalement urbain ?



OAP : ILOT VIOL

1

2 1. OAP urbanisme : travailler les limites, préserver le patrimoine et dégager le centre

Notre site de projet se situt dans un quartier résidentiel en développement. À l’intérieur de ce dernier nous avons pu constater un château du XIXème siècle qui appartient aujourd’hui à une grande famille de Chateaubriant : Mr et Mme VIOL. En effet ce joyau architectural raconte en partie l’histoire de la ville. C’est pour cela qu’il nous parraît impératif de se poser la question sur la préservation de ce site qui se fait entourer d’un mitage urbain.

Architecture de couverture Typologie avec des redants

S’articule entre deux typologies paysagères

2. OAP paysage : entre grand plateau et multiples clairière

Ainsi notre OAP (Orientation d’Aménagement et de Programmation) consiste à urbaniser uniquement sur les limites afin de préserver la grandeur du parc du château. De plus nous imaginons un développement en 2 temps selon l’usage qui sera attribué à la parcelle. L’ensemble du parc urbain se conçoit donc avec deux intentions directives : l‘architecture pavillonnaire référant au site du quartier et la composition paysagère et architectuale par la création de clairières.

Vient délimiter une clairière et forme des jardins publics

Mise à distance du château pour le préserver

9m

Architecture de couverture

Plateau

Clairière

Clairière

Bosquet

Plateau


119

1. OAP architecture : bâtiment de lisière et bâtiment de couverture

Nous avons donc définit deux typologies de bâtiments qui serviront à composer le paysage du nouveau parc public. Les bâtiments de lisière travailleront l’épaisseur de la limite de la parcelle. Ils seront accompagnés de la lisière végétale pour délimiter et marquer le parc. Les bâtiments de couverture eux, permetteront avec la masse paysagère en bosquet, de créer des clairières pouvant servir à l’usage public.

2. Plan masse de projet : Peps


LA VILLE AUX ROSES

C.Parrod

BUNGAL’AUX ROSES : Après toutes les analyses faites, nous avons remarqué que le quartier de la ville aux roses a été laissé à l’écart. Pourtant c’est un quartier avec de nombreux sites à potentiel. C’est aussi un quartier classé prioritaire. Nous avons donc trouvé intéressant de nous pencher dessus et faire notre projet là bas. Un site se

démarquait plus que les autres. C’est un parking avec une aire de jeu laissée à l’abandon d’une surface de 6 500 m². L’idée était de faire venir les habitants de Châteaubriant dans ce quartier et pour se faire nous avons décidé d’y installer un programme culturel composé de plusieurs bâtiments.


op

in

s re ie

c

erté

Lib

éri éd Fr

ue

R

Rue

ar

és

tor

Hec

ck

an

Fr

rli

C

ue

oz

e lé Al

de rd ua cq Ja

z

m Lu

Be

de

es ér Fr

an

ssy

nue

s

l

al

Av en Fr

Ave

de

e

Ru

r

sa

k

nc

Fra

e Ru

lité

ga

l'E

olf W

ng ga

t ar oz M

e

e

n An

is

Va lo

de

e

Ru

de

Ru Rue

e

e

de

ne tag Bre

5

94

s

8m

ai 1

ai

in

Ru

Ru

ite

er

gu

ar

M

Ba ch

l' A

ub

Rue

et Rue G. Biz

ea n-

ue J

n

ue

in rra Lo

ba sti e

en

ce

sa

Al

Av

é Av en

in

up er

Rue

s

ai in ub

e Ru

l'Egalit

Co

l'A

ve Ra Ru

ly an Br

e

Ru

ois

Fra

de

ue

è re

e Ru

ité tern Fra

Av

en

Ludw

Ch

Lavoisier

la

ue

Am p

de

e

Rue

Rue

e ng Mo

enu e

Av

en

Rue Ru

ric

e

ce rt

e

Al

n Be ig Va

be

Debu

ude

sa ven etho hu Sc

e

c

e de

Cla

nne Lae

Rue

r Parmentie Rue

rie

eté

Ru

la t-Cu Jolio

la

de

yenn Cito

Denis P apin

e Ru

Av

e Ru

Menndès-F rance

ue

u Ma

Rue

Rue

Aven

G ilé e


LA VILLE AUX ROSES

1.Plan aménagé

L’intention était de créer un grand espace vert de circulation centrale avec les bâtiments qui s’implante autour de cet axe. Ces bâtiments sont tous reliés entre eux par un système de liaison créé par cheminement par un système de poteau. Ces liaisons vont ainsi créer d’autres espaces. Nous avons trois types d’espaces qui viennent se créer : le premier qui est l’espace central servant de grand jardin, les espaces secondaires qui servent d’espace

0

5

10

20

30

de transition avant de rentrer dans ce grand jardin et deux espaces mineurs collés à deux bâtiments servant de micro jardin. Les poteaux sont en quelque sorte la représentation de l’arbre en architecture, de ce fait, ces poteux en bois se fondent dans la masse végétalisée et permettent de lier ces «bungalow».


123 1.

2.

3.

4.

2. Perspective de la bibliothèque 4. Plan de la bibliothèque

1. Principe constructif 3. Visuel de l’assemblage

Le projet suit un principe de base qui est la trame des poteaux. Ces poteaux sont en bois lamelé collé, plus précisèment de l’épicea et suit un assemblage japonais du nom d’assemblage Suketi. Cet assemblage a pour but de cacher les liaisons entre les poteaux et les poutres et évite l’utilisation de boulons. C’est un principe très simple et très facile d’usage. De plus cette trame réalisé par les poteaux nous permet de l’utiliser afin d’avoir le principe constructif des bâtiments. Comme nous pouvons le

0

5

10

20

30

constater sur le plan de la bibliothèque (4) la trame continue à l’intérieur du bâti et nous donne son principe constructif. Cet assemblage nous permet de se fondre dans la masse, que ce soit du bâti ou bien même de la végétation car ce principe se fait avec du bois ce qui nous permet d’avoir des avantages en therme de structure mais aussi des avantages esthétiques.


LA VILLE COURT-CIRCUITEE

D.Duby, T.Nguyen, H.Péron, B.Roignant

INCARNER un lieu qui propose une réconciliation de la ville et de la campagne, à la frontière entre les deux, par l’installation d’une exploitation maraîchère dont un jardin d’insertion. Cette initiative se traduit par une appropriation du paysage qui n’est pour l’instant caractérisé que par les panneaux thermiques solaires et les façades arrières de deux batiments commerciaux vacants. Le panorama sur

Béré et ses plaines est desormais propice à la promenade à travers les chemins, les places et les bassins ménagés. Dans ce contexte s’insère aussi la réhabilitation des deux batiments aujourd’hui vides comme supports de ces activités orientées vers le local et comme logements de divers types, du logement social au loft.


UNE IMAGE (DE BONNE QUALITÉ) PLEINE PAGE REPRESENTANT VOTRE PROJET

EXISTANT

INTERVENTION

(DEUX IMAGES SI BESOIN)


LA VILLE COURT-CIRCUITEE

1. Plan Masse de l’intervention 3. Coupe Nord-Sud

2. Ambiances des réhabilitations en logements (gauche) et Coopérative maraîchère (droite)

L’intervention traduit d’abord le moins d’imperméabilisation des sols possibles, par le réemploi des parkings existants et la densification des usages dans les batiments jusqu’ici vacants. Entre ces bâtis sont aménagés des promenades et des places propices

à ponctuer les promenades ainsi que les déplacements doux issus de la voie verte et le long de la Chère. Les bassins, inspirés de ceux de Tripode sur l’île de Nantes, reprennent le principe de ces derniers en filtrant par phytoépuration les eaux de pluies draînées par les noues présentes.


127

1. Schéma Situation dans la Ville 3. Plan Rez-de-Chaussée des 2 Réhabilitations

2. Schéma Contexte du Secteur Ouest de Chateaubriant 4. Coupe Ouest-Est

Ce travail prend place dans le contexte de l’Ouest de Chateaubriant, qui selon le PLU pourrait faire l’objet d’une extension de la départementale périphérique à la Ville (Cf. Fig. 1). A l’échelle du secteur, l’aménagement s’insère entre la Ville aux Roses et Béré (cf. Fig. 2).

Elle relie la voie verte à la départementale d’entrée de la ville, à la Chère avec le chemin de halage créé par le groupe «Raconte moi une rivière» et à Béré avec ses plaines, ses terrains de sport et son église.


DESSINE MOI UNE RIVIERE

J.Bachimont, C.Guégano, C.C.Maloubier, Z.Pottier, T.Nyamusamba

Notre projet de remise en avant de la Chère s’appuie sur plusieurs objectifs : un objectif urbain, un objectif écologique et un objectif pédagogique. Nous avons donc décidé de structurer notre projet sous la forme d’une promenade qui viendra s’implanter suivant un tracé est/ ouest proche de celui de la Chère. Elle prendra la forme d’une piste pédestre mais aussi cyclable permettant de

relier les deux voies vertes (Rougé et Soudan). Sur ce tracé, nous avons identifié 3 types de zones nécéssitant 3 types d’aménagements : des zones naturelles (traitement doux et linéaire), des zones résidentielles (traitement en points et en lignes et des espaces publics (traitement ponctuel).



DESSINE MOI UNE RIVIERE

1. Plan masse - Aménagement du bras ouest

2. Coupe - Zone de pêche du bras ouest

Dès le départ du parcours, nous débouchons face à la station d’épuration, où une signalétique pédagogique est mise en place. Ensuite, le tracé vient s’implanter au plus près de la Chère. Au Nord est proposé une circulation vélo ainsi qu’une voie piétone tandis qu’au sud, seule une voie piétonne se dessine. Elles sont traitées simplement par un changement de sol (pavage), contrastant avec l’actuel chemin en terre. Les franchissements entre les rives

sont assurés par de petits ponts en pierre. À proximité de ces ponts, nous trouvons de petites zones de pêche permettant d’offrir plus d’espace aux pêcheurs mais aussi d’informer sur la variété de la faune et flore présente. La voie cyclable au nord vient suivre le lit majeur pour ensuite se rapprocher de la Chère et offrir un espace de jeu avec des blocs de pierre permettant ainsi pendant les périodes de crue d’assurer une continuité entre les deux


131

1. Plan masse - Aménagement du jardin de la MAPA

2. Coupe - Bras de la Chère

Notre projet s’axe ici autour d’une remise à jour de l’itinéraire naturel de la Chère en venant débuser une partie de l’ancien bras qui parcourt d’est en ouest le jardin. Il s’agit d’un débusage progressif, d’abord à la manière d’un canal d’un mètre de large, puis d’un espace d’eau plus large (5m). Celui-ci est bordé de petites plateformes traitées à la manière des zones de pêche permettant aux plus jeunes de profiter de l’eau, ici basse. L’eau reprend ensuite les dimensions actuelles du bras de la Chère.

Nous venons donc déporter le parking vers le nord, ce qui nous permet d’insérer nos voies vélos et piétonnes. Cette promenade en coeur d’ilot inclut des parterres de fleurs médicinales en rapport avec l’histoire de la chapelle ainsi qu’une serre adaptée aux PMR. Des espaces ombragés sont crées proche de l’eau, avec des bancs pour s’arrêter. Le long de l’eau, le traitement est léger et poreux, des pontons en acier permettent de traverser et d’assurer une continuité entre la maison de retraite et le jardin.

COUPE OU AUTRE DOCUMENT GRAPHIQUE


DESSINE MOI UNE RIVIERE

1. Plan masse - Aménagement mairie

2. Coupe - Plateformes

Au niveau de la mairie, le projet consiste en l’installation de deux plateformes, le long des façades sur les deux bras de la place, prenant la forme de quai. Ils descendent et serpentent le long des façades jusqu’à arriver à fleur d’eau près des éléments architecturaux importants. Ils permettent également d’accéder aux éléments historiques du site liés à la rivière (comme les tanneries et les lavoirs) et permettent également aux habitants des

maisons qu’ils longent de réutiliser les accès condamnés de leurs maisons sur la Chère. Enfin, grâce à des assises et des balises, le dispositif vient mettre en valeur ces éléments et redonner leur contexte historique, tel une prolongation de la rue au coeur de l’eau.

COUPE OU AUTRE DOCUMENT GRAPHIQUE


133

1. Plan masse - Aménagement étang de la Torche

2. Coupe - Escaliers reliant le parc du bout du monde

Nous proposons ici de créer une zone réservée, en déviant l’axe automobile de la rue du Duc d’Aumale afin de le rendre accessible aux vélos et piétons. Des passages permettent de relier la voie principale aux 3 ilots végétaux grâce à de petits ponts en pierre. Au niveau de l’ilot le plus au nord, nous venons installer une zone de pêche. Au sud de la rue, un escalier offrant de multiples points de vue sur l’étang et le château. Cet escalier en acier corten possède deux entrées faisant lien avec les entrées

des ilots végétalisés. Il reprend plus simplement la forme des chemins très étrois et terreux qui liait l’étang et le parc du bout du monde. A l’est, nous venons recréer des liaisons douces, plus accessibles aux personnes à mobilités réduites. Nous venons ensuite débuser les deux bras à l’est de l’étang, par la création d’arches traitées à la manière des ponts du bras ouest (pierre et acier corten), créant ainsi de nouvelles entrées de ville avant de se prolonger vers le nord afin de rejoindre la voie verte de

COUPE OU AUTRE DOCUMENT GRAPHIQUE


O.B. - E.C.

L.Masson, T.Bellanger

Ouest Béré - Est Châteaubriant. Le projet fait suite à un diagnostique : revitaliser le lien entre Châteaubriant et Béré, quartier de naissance de la commune. À l’ouest, Béré, avec une fois par an sa grande foire agricole, et le reste du temps, l’Église St Jean. À l’est, Châteaubriant. S’y concentrent les dynamiques culturelles, avec le

conservatoire ou une salle de cinéma, des zones de travail ainsi que les pouvoirs administratifs avec la mairie. Entre les deux, une route départementale, la D163, trace un axe contournant le centre de la ville. La route directe entre Béré et le centre reste elle peu utilisée.



O.B.-E.C.

1. Axonométrie générale du projet

2. Coupe dans la rue du Prieuré de Béré

Un projet en trois pôles O.B.-E.C. se réparti entre trois points : de l’ouest à l’est, la parcelle de St Jean de Béré, le carrefour entre la D163 et la Rue Annie Gautier Grosdoy, et la parcelle du Château de la Trinité. Entre les trois se tisse un nouveau lien, orienté vers les circulations douces. Aux extrémités apparaissent de nouveaux programmes, au croisement se dessine un nouveau square.

À l’Ouest, le Jardin du souvenir Depuis Béré, l’axe s’ouvre sur un nouveau parvis devant St Jean de Béré. Le parvis se présente comme lien : lien entre le quartier et l’église, lien entre l’ancien cimetière et le nouveau jardin du souvenir, lien entre le passé archéologique du lieu et le présent avec l’ouverture de sites de fouilles. Le jardin de la parcelle est réapproprié et s’affirme comme proue du projet.


137

1. Coupe au carrefour

2. Façade de l’Hôtel

Au carrefour, le square Au croisement entre la circulation automobile de la départementale et celles plus douces du nouvel axe EstOuest, vient apparaître un square végétal. Les arbres dessinent une place, comme lieu de pause et comme repère végétale au sein des flux de circulations. La Rue du prieuré de Béré et la Rue Annie Gautier Grosdoy sont fermées aux voitures par des plots qui ne laissent passer que les résidents. Les pavés dessinent et hiérarchisent la position des piétons dans l’espace.

À l’Est, l’Hôtel de la Trinité Le château désaffecté de la Trinité se voit remis sur le devant de la scène en développant un programme d’hôtellerie. Les vues et les perspectives redessinent le parvis du château, tandis que derrière, un jardin public se dessine. Le bâtiment y offre une nouvelle facette de son architecture. Le parc permet aussi aux piétons de traverser la parcelle.


CULTURE(S)

C.Bouteiller, T.Germaine, C.Gousset

Le projet CULTURE(S), fort des analyses faites en amont de sa conception, vise à recréer du lien entre des espaces isolés, laissés à l’abandon, tout en revitalisant l’axe historique Béré-Porte de Couéré. Pour ce faire, les circulations sont modifiées, d’abord dans leur ensemble en mettant en place plusieurs sens-uniques, puis de façon

plus précise en retravaillant chacun des axes pour assurer plus de confort aux usagers. D’autre part, un travail paysager est réalisé pour unir les différents espaces; et une valorisation, un réaménagement de plusieurs édifices patrimoniaux est envisagé.


UNE IMAGE (DE BONNE QUALITÉ) PLEINE PAGE REPRESENTANT VOTRE PROJET (DEUX IMAGES SI BESOIN)


CULTURE(S)

1. Vue sur la proposition du château de la Trinité

2. Plan du château de la Trinité

Le château de la Trinité, jusqu’ici à l’abandon, est réaménagé pour accueillir un centre de formation de cuisine et d’hôtellerie. Son parc est organisé de façon à y installer des potagers et à y planter un verger. Un étang est également installé, dans l’idée de recréer le parc d’antan. Le carrefour qui le relie à l’espace de la MAPA est fait de sorte à lier les deux lieux, par le travail du sol, les circulations, les points de vue.

3. Coupe du château et de ses environs


141

1. Vue sur la proposition de la chapelle

2. Plan de la chapelle

Le parc de la MAPA est aménagé pour le rendre plus agréable. Un important travail du sol et de la végétation est fait, et la Chère est remise à ciel. Plusieurs installations sont faites, comme une avancée sur la Chère, et une terrasse pour le nouveau café littéraire, installé dans la chapelle. Le lien avec le parc Radevormwald est renforcé en modifiant radicalement la gestion des voiries, pour un parcours plus poreux. Cet aménagement se prolonge dans le parc, dont les chemins sont également changés.

COUPE OU AUTRE DOCUMENT GRAPHIQUE

3. Coupe de la Mapa et de ses environs