__MAIN_TEXT__

Page 1

Le monde en classe Dossier mensuel pour l’enseignement primaire, en lien avec le calendrier 11.11.11 ISSN : 2033-6756-Numéro 7

SEPTEMBRE 2013

CUBA Thème : LA VILLE


EDITORIAL

SOMMAIRE

Chères lectrices, chers lecteurs, Nous allons explorer la thématique de ce mois – la ville – à La Havane, capitale de Cuba. Nous y verrons qu’à la Havane, nombre de loisirs ont lieu, de façon très conviviale, dans la rue. Les adultes y bavardent, juchés sur leurs chaises, les enfants y jouent et y font du sport. Cette vie communautaire est très respectée par les voitures, relativement rares, mais surtout car leur vitesse est limitée à du 30 km/heure. Rompus aux sports de rue depuis la tendre enfance, les jeunes Cubains sont souvent athlétiques. Si Cuba est un pays relativement pauvre, ce qui explique en partie que les enfants jouent dans la rue, c’est cependant aussi un pays jouissant d’un niveau de développement élevé. Des services publics tels que la médecine ou l’enseignement y sont de qualité et accessibles à tous. On ne souffre pas de la faim à Cuba, et le travail des enfants est inexistant. En conséquence de cette sorte d’équilibre, Cuba a une empreinte écologique très faible : alors que son niveau de développement est comparable à celui de la Grande-Bretagne, ses émissions de CO2 par personne sont équivalentes à celles de l’Albanie.

L’actu 11.11.11

2

Editorial

3

Informations du mois

4 et 5

Fiches par cycle

6 - 18

2e cycle (de 6 à 8 ans)

6

Feuillet A : La Havane en image

7

Feuillet B : Dominos

8

3e cycle (de 8 à 10 ans)

9

Feuillet C : La lettre d’Aline

10

Feuillet D : Micro-brigades

11

4e cycle (de 10 à 12 ans)

12

Ressources complémentaires

13

Feuillet E et F : La petite fille et la balle

14 et 15

Feuillet G : Temps libre ! Que fais-tu ?

16

Feuillet H : Chaise musicale inversée

17

Feuillet I : Dessin de la photo

18

Bonne lecture et bonnes activités !

A vous la parole !

19

Amitiés solidaires

Photo en miroir

20

Alexandre Seron, responsable Campagne

COLOPHON © 2012

Le Monde en classe est une publication du CNCD-11.11.11 (Quai du commerce, 9 à 1000 Bruxelles T 02 250 12 30 – F 02 250 12 63)

Wereldreis (version néerlandophone) est une publication de Studio Globo (Rue des Tanneurs, 165 à 1000 Bruxelles)

Lien Web

www.cncd.be/lemondeenclasse

www.studioglobo.be/wereldreis

Editeur responsable

Arnaud Zacharie

Piet Spanhove

Abonnement : lemondeenclasse@cncd.be – 02/250.12.57 Rédaction et collaborateurs: Christine Caals (récit), Kathalyn Dutry, Lieven Van Houtte, Lies Henderieckx, Dorien De Wit, Emilie Deblock, Jan Debonnet et Helga Vande Voorde (rédaction) Adaptation francophone : CNCD-11.11.11 Dessins : Jos Verhulst

Photo du calendrier : Desmond Boylan

Mise en page : Marc Vermeiren

Photo en miroir : Marie Jeanne Smets

Traduction : Virginie Gosselin Tous droits réservés. Acquisition exclusivement réservée à des fins éducatives et non commerciales. Obligation de mentionner "Le monde en classe/Wereldreis" pour toute reproduction éducative. Imprimé sur papier certifié FSC. Avec le soutien de 11.11.11 et de la Coopération Belge au développement.

Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – 3


Informations du mois CUBA Géographie Avec une superficie de 110 860 km², Cuba est la plus grande île des Caraïbes. D’une longueur de 1 250 km et une largeur de 30 km à 160 km, elle est entourée par de nombreuses petites îles, dont la plus grande est l’Île de la Jeunesse. La république de Cuba n’est séparée des États-Unis (Floride) que par 180 km de mer. Caractérisée par un climat tropical, mais tempéré en raison du vent maritime frais, Cuba doit faire face à un ouragan par an, au moins, à la fin de la saison des pluies. Celle-ci s’étend de mai à octobre. Histoire L’île de Cuba était peuplée par les indiens Tainos jusqu’à l’arrivée des Espagnols à la fin du 15ème siècle. Les conquistadores espagnols y amenèrent l’esclavage ainsi que des maladies et l’île resta une colonie espagnole pendant plus de trois siècles. Le mécontentement envers le système colonial espagnol ne cessa de s’intensifier au sein de la population cubaine et déboucha sur une guerre d’indépendance au 19ème siècle. En 1902, le pays obtint son indépendance grâce à l’intervention des États-Unis d’Amérique. Cependant, dans la pratique, Cuba devint un état satellite de son grand voisin du nord et la plupart des Cubains vivaient dans la pauvreté. Fidel Castro, un jeune avocat cubain, fut tellement choqué par le contraste entre la petite élite qui

vivait dans l’aisance et la majorité des Cubains qui vivaient dans une extrême pauvreté qu’il constitua un groupe de guérilleros avec son frère Raúl et Che Guevara. En 1959, ils menèrent à bien la révolution qui porta Fidel Castro au pouvoir. Sous sa direction, l’état cubain fut constitué suivant le modèle communiste. Castro parvint à y développer un système où les Cubains bénéficiaient de l’enseignement et des soins de santé gratuits, de logements bon marché et de garderies pour enfants. En raison de l’embargo imposé à Cuba par les États-Unis ainsi que de la chute de l’Union soviétique – qui était le principal partenaire commercial de Cuba – Fidel Castro s’est vu contraint de libéraliser quelque peu le régime communiste cubain. Pour des raisons de santé, il a démissionné en 2008 en faveur de son frère Raúl qui dirige le pays depuis lors.

Population 11,2 millions de personnes vivent à Cuba, dont 75 % dans les villes. Les 70% de la population se considèrent comme blancs, tandis qu’environ 29 % sont des Afro-cubains. Il y a longtemps, les indiens d’origine se sont mêlés aux autres groupes de population. Près de 17 % des Cubains ont plus de 60 ans, mais plus de 20 % ont moins de 18 ans. Economie L’économie cubaine est basée sur deux piliers importants : le tourisme et l’industrie sucrière. Les produits d’exportation sont les cigares, le café, le rhum, le nickel et le cuivre. Le pays investit également dans l’industrie pharmaceutique et biotechnologique. IDH : 0,776 ; le pays se trouve à la 51ème position sur 187 pays (plus l’indice est élevé entre 0 et 1, meilleure est la qualité de vie).

AS-TU DéJà ENTENDU PARLER DU… COCO TAXI ? Comme dans chaque ville, il est extrêmement important d’avoir un moyen de transport. Les gens veulent se rendre rapidement d’un endroit à un autre. Depuis quelques années, le coco taxi parcourt La Havane. Ce tricycle a la forme d’une noix de coco, d’où son nom. De couleur jaune canari, il peut transporter deux passagers, est très maniable et omniprésent dans les rues. Le coco taxi est la version motorisée du pousse-pousse. À l’origine, le pousse-pousse est une charrette légère à deux roues, généralement tirée ou poussée par une personne. À La Havane, on peut aussi prendre le cyclo-pousse, qu’on appelle ‘bicitaxi’.

Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Informations sur le pays – 4


INFORMATIONS SUR LA PHOTO Les enfants cubains jouent énormément, qu’ils vivent à la campagne ou en ville. Ils s’amusent avec des jeux simples comme le baseball ou le football ou roulent avec des « caisses à savons » qu’ils fabriquent euxmêmes. Le soir, quand l’école est finie, les voitures roulent lentement car la plupart des enfants restent dans la rue, sous l’œil vigilant de leurs parents et voisins qui discutent ou écoutent de la musique. Le gouvernement cubain accorde beaucoup d’importance au bienêtre des enfants, à leur protection et à leur éducation. Bien que le salaire mensuel d’une famille cubaine soit très faible à nos yeux (en moyenne 20 dollars par mois), tous les enfants sont scolarisés, ils ont tous des vêtements et des chaussures et ne souffrent pas de la faim. Il n’y a ni enfants des rues, ni travail des enfants. À l’école, les élèves font beaucoup de sport et les jeunes cubains sont généralement très athlétiques. Cuba n’est pas une société de consommation. On y achète difficilement un ordinateur et il est rare

d’avoir accès à un connexion internet qui fonctionne. C’est pourquoi les enfants cubains ne passent pas leur temps devant leur ordinateur ou sur internet.

INFORMATIONS SUR LE THEME : LA VILLE On parle de « ville » pour désigner les endroits à forte densité de population, avec des constructions continues, proposant de nombreuses infrastructures et activités. La Havane, capitale de Cuba, est une métropole de plus de deux millions d’habitants. La majorité d’entre eux vivent dans un appartement constitué de quelques pièces dans l’un des innombrables bâtiments historiques. Ces imposantes maisons de maître, caractérisées par les balcons et les grilles en fonte devant les portes et les fenêtres, remontent généralement au 19ème ou au début du 20ème siècle. Comme dans d’autres villes du monde, La Havane grouille de bus et de voitures, à la différence près que les voitures datent des années 1950, quand la ville était l’endroit de sortie préféré des NordAméricains. Suite à la révolution en 1959 et plus tard à l’embargo, les choses ont beaucoup changé. Les voitures circulent encore mais les moteurs ont été remplacés par des moteurs chinois. Les coco taxis et les charrettes se manient habilement parmi ces voitures anciennes. Comme dans chaque grande ville, La Havane compte de nombreuses

places, parcs et grands bâtiments. On n’y trouve cependant par de gratteciel. On y trouve des tas de services, tels que les hôpitaux, les écoles, les magasins, les cinémas, les théâtres, les restaurants, les cafés et les bars, mais il n’y a ni supermarché, ni boutique de luxe. Comme dans d’autres villes du Sud, la rue est ponctuée d’étals où l’on peut manger rapidement, acheter un journal, des fruits ou des légumes. La Havane est également une ville colorée, non seulement par le mélange de la population, mais aussi par les façades peintes dans toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Cependant, la particularité de la ville réside surtout dans la musique qui y résonne partout, accompagnée par les bruits urbains caractéristiques et celui de la mer dont les vagues viennent s’échouer sur le Malecón.

VOCABULAIRE DU VOYAGEUR Esclavage : système où les personnes sont la propriété d’une autre, et sont à sa charge, pour effectuer un travail sans rémunération. Société de consommation : société où les gens sont incités à acheter des marchandises même quand ils n’en ont pas besoin. Métropole : ville qui exerce une grande influence dans le monde et compte une population importante, de nombreux transports, des connaissances étendues, une offre culturelle importante et un grand pouvoir. Les métropoles célèbres sont Londres, New York, Paris, Tokyo, Hong Kong. Gratte-ciel : immeuble très haut où travaillent – ou vivent - de très nombreuses personnes. Les premiers gratte-ciel ont été construits à New York et Chicago, le plus haut du monde se trouve aujourd’hui à Dubaï. Malecón: une des plus célèbres digues au monde, et un endroit populaire de La Havane ; les Cubains et les touristes viennent s’y balader, discuter, parader… ou faire une promenade romantique.

Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Informations sur le pays – 5


2e cycle (de 6 à 8 ans) UN NOUVEAU MOIS, UNE NOUVELLE PHOTO Les enfants expliquent ce qu’ils voient. Les enfants jouent dans la rue, les gens parlent, les femmes tiennent leurs enfants dans les bras, la dame remonte la rue… Peut-on aussi jouer en rue ici comme ces enfants ? Pourquoi ? À quoi ressemblent les maisons ? Balcons, maisons rapprochées, façades colorées avec des portes et de nombreuses fenêtres, des fils traversent la rue... Expliquez-leur que la photo a été prise à La Havane, la capitale de Cuba. Quelle est la différence entre une ville et un village ? À quoi reconnaît-on une ville/un village ? Laissez les enfants expliquer avec leurs propres mots : une ville compte plus d’habitants, il y a plus de bâtiments et d’immeubles, moins d’agriculture, plus d’industries, de magasins, d’écoles et d’autres infrastructures, et en général beaucoup de circulation. Vivez-vous en ville ou dans un village ? Connais-tu une ville ? Pourrais-tu jouer en rue dans cette ville ? Pourquoi ? Montrez une fois de plus la photo, il y a peu de circulation motorisée : c’est possible s’il y a de nombreuses personnes qui se déplacent à pied ou avec les transports en commun.

êTRE ENFANT A LA HAVANE Imaginez un enfant de La Havane qui parle de sa ville. Racontez ce que l’enfant vit dans sa ville. Expliquez par exemple comment il dévale la colline avec la caisse à savon qu’il a fabriquée. Parlez des musiciens de rue et des vieilles voitures que l’on rencontre en rue, ainsi que des jeux traditionnels tels que le football, les dominos…

LA HAVANE EN IMAGES Demandez aux enfants de colorier les images qu’ils aiment sur le feuillet A. Quels sont les points communs / différences entre ici et la ville de La Havane ? Qu’est-ce que tu préfères ?

PROMENADE PéDAGOGIQUE Faites une promenade dans les environs de l’école. Demandez aux enfants de citer ce qu’ils voient : des maisons, la circulation, le parc, des prairies, des entreprises… L’école se trouve-t-elle en ville ou dans un village ? Qu’est-ce qui a été fabriqué par l’homme ? Les bâtiments, les routes… Qu’est-ce qui est (plutôt) naturel ? Parc, prairies, forêt…

DOMINOS On joue beaucoup aux dominos à La Havane. Qui a déjà joué aux dominos ? À quoi ça ressemble ? Photocopiez le feuillet B sur du papier blanc. Transformez d’abord la classe en une classe imaginaire de La Havane. Demandez aux élèves de décorer l’arrière des cartes. Les enfants cubains les décoreraient peut-être différemment, avec d’autres voitures ou des musiciens de rue … ? Discutez-en en classe. Ensuite, demandez-leur de découper les dominos et de jouer.

PROMENADE PEDAGOGIQUE Transformez la cour en énorme espace de jeu (voir Le monde en classe d’avril 2013). Demandez aux enfants d’inventer des jeux créatifs avec des moyens simples. Ils peuvent ainsi découvrir eux-mêmes la fonction sociale du jeu, du jeu à l’extérieur en toute sécurité et de la créativité dans leur jeu. Vous pouvez organiser des espaces mais sans donner de directions précises. Par exemple, proposez un espace “Jouer au ballon” : les enfants décident ensemble du type de jeu (football ? volley ? balle chasseur ?). Dans notre société, on propose beaucoup de choses aux enfants. Il est important pour leur développement de prendre eux-mêmes des initiatives. Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – 6


La Havane en images Colorie ce qui te plait dans ces images.

Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Feuillet A – 7


Dominos

Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Feuillet B – 8


3e cycle (de 8 à 10 ans)

LA LETTRE D’ALINE

MICRO-BRIGADES

Après lecture de la lettre d’Aline, organisez une discussion en cercle : dans les pays les plus pauvres, de très nombreuses personnes vont vivre en ville. Pourquoi les gens vont-ils vivre en ville ? Quels y sont les avantages ? Pour trouver du travail, gagner de l’argent, parce qu’on y trouve plus de facilités comme des écoles, hôpitaux, magasins, loisirs, transports en commun,… Et quels sont les inconvénients ? Pollution, circulation, stress. Aimeriez-vous vivre à la ville ou la campagne ? Expliquez.

JEUX D’EXTERIEUR À Cuba, les enfants jouent essentiellement dehors. Les voitures y roulent plus lentement et sont plus prudentes car le jeu dans la rue y est très fréquent. Est-ce différent en Belgique ? Pourquoi ? Le temps n’est pas aussi bon, les rues ne sont pas aussi sûres et les parents ne laissent pas leurs enfants jouer dans la rue, les enfants préfèrent jouer à l’intérieur sur leurs consoles de jeu, leurs ordinateurs,… Expliquez-leur qu’à Cuba, peu d’enfants ont accès à ce type de jeu.

Dans sa lettre, Aline parle des « micro-brigades ». Il s’agit de personnes qui donnent du temps pour aider leurs voisins à réparer leurs maisons. Proposez aux élèves de créer des « micro-brigades » qui donnent un coup de main à l’école, dans le quartier, dans la ville, que ce soit en collaboration avec les travailleurs rémunérés de l’école ou d’organisations. Quelques possibilités : nettoyer le matériel de la classe, ramasser les papiers dans la cour ou dans le parc, retirer les mauvaises herbes entre les dalles des trottoirs… Utilisez le feuillet D. Définissez un objectif concret (pas de procédure) dans un certain délai et espace. Exemple : non pas “Nous allons améliorer la propreté dans la cour”, mais “D’ici vendredi, il n’y a plus de déchets dans la cour et entre les buissons”.

FABRIQUES TES PROPRES JOUETS Dans un pays pauvre comme Cuba, on ne jette rien. Les enfants sont très créatifs et fabriquent beaucoup de jouets eux-mêmes. Ils utilisent des bouteilles en plastique et d’autres matériaux comme le carton ou les CD cassés. Placez une boîte remplie d’affaires de bricolage et de ‘déchets’ qui peuvent être utilisés en faisant preuve de créativité. Pleins d’idées sur le site : http://www.teteamodeler.com/dossier/jeux/jouets.asp Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Fiche par cycle – 9


La lettre d’Aline Hola! Je me promène avec José dans les rues animées de La Havane. Les gens ont l’habitude de prendre une chaise et de s’asseoir devant chez eux pour discuter avec leurs voisins. Un groupe joue de la musique au loin. Les garçons jouent au football, les filles les encouragent ou jouent aussi. Les vieilles voitures américaines qui passent dans la rue roulent lentement. La vitesse est limitée à 30 km/heure. Jouer et vivre en plein air : c’est la réalité des enfants cubains ! En effet, il fait souvent beau et les maisons ne sont pas très grandes. José me demande si je veux aller me promener avec lui sur le Malecón, une longue rue qui longe la mer. La mer et le vent apportent un peu de fraîcheur, car Cuba est une île située en plein cœur des Caraïbes. Tout le monde va au Malecón le soir : certains enfants vont pêcher, d’autres jettent des petits cailloux dans l’eau, on peut aussi nager, les plus rebelles plongent des rochers ou du bord de la rue pour impressionner. Mais on travaille aussi au Malecón. Les gens nettoient la plage. On peut aussi voir des groupes qui rénovent des maisons. José m’explique que ce sont les micro-brigades. Bisous de Cuba ! Aline

Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Feuillet C – 10


Micro - brigades La Havane compte de nombreuses maisons en ruine, que le gouvernement a réparties en trois catégories : • les maisons qui étaient dangereuses et qui ont dû être démolies, • les maisons qui devaient être restaurées et • les maisons qui avaient besoin d’entretien. Pour les entretenir, le gouvernement a créé ce qu’on appelle les “micro-brigades”. Ce sont des petits groupes d’hommes et de femmes qui décident de donner du temps pour la communauté du quartier où ils vivent. En échange, ils reçoivent une formation. Planning de notre propre micro-brigade

Par la suite

• Avec qui vais-je former une micro-brigade ?

• Comment la collaboration et l’action se sont-elles déroulées ?

……………………………………………………

……………………………………………………

……………………………………………………

……………………………………………………

• Que voulons-nous faire ?

• L’objectif a-t-il été atteint ? Sommes-nous satisfaits du résultat ?

……………………………………………………

……………………………………………………

……………………………………………………

……………………………………………………

• Où ?

• Notre micro-brigade pourrait-elle être reproduite ? Que peut-on améliorer ?

……………………………………………………

……………………………………………………

……………………………………………………

……………………………………………………

• De quoi avons-nous besoin pour ce faire ? …………………………………………………… …………………………………………………… • Qui peut nous y aider ? …………………………………………………… …………………………………………………… • Comment allons-nous nous y prendre ? …………………………………………………… …………………………………………………… • Quand le travail doit-il être terminé ? …………………………………………………… ……………………………………………………

Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Feuillet D – 11


4e cycle (de 10 à 12 ans) INTRODUCTION Avant de lire l’histoire sur les feuillets E et F et de regarder la photo du mois, menez une enquête avec les élèves. Sur le feuillet G, ils élisent le top 3 de leurs loisirs préférés. Discutez des résultats avec les élèves.

UNE PHOTO, UN RECIT Demandez aux élèves ce qu’ils voient sur la photo du mois. Beaucoup de gens en rue, tant des enfants que des adultes. Les enfants jouent au football. Parlez de la situation ici avec les enfants. Jouent-ils souvent dans la rue ? Pourquoi ? Est-ce dangereux ? Demandez-leur de deviner où la photo a été prise. Lisez avec eux le texte qui se trouve au dos de la photo du mois ou les Informations sur la photo. Situez Cuba sur la carte du monde. Que savent-ils de La Havane ?” Montrez une photo de notre capitale. “Devinez où cette photo a été prise. Quels sont les points communs, quelles sont les différences ? Pensez-vous que ces villes soient comparables ?

TEMPS LIBRE Lisez maintenant l’histoire avec les enfants. Demandezleur de chercher éventuellement les mots difficiles dans Dans l’histoire, on parle de ce que les enfants et les le dictionnaire, ou montrez des images pour les expliadultes font à La Havane pendant leur temps libre. quer (ex. coco taxi). Demandez aux élèves de raconter les loisirs qui sont cités dans l’histoire. Les Cubains font beaucoup de sport et Qu’est-ce qui étonne les élèves dans l’histoire ? Demande musique. Les gens vivent en rue, parlent, dansent, dez-leur comment se passe leur propre vie. Y a-t-il des chantent... choses qu’ils reconnaissent ou qu’ils trouvent étranges ? Pendant la discussion, ne soulignez pas toujours les À présent, demandez aux élèves de revenir à leurs loisirs différences entre les cultures, parlez aussi des points préférés. Dans notre culture, notamment en raison du communs. Sur base de cette discussion, vous pouvez climat, nous avons l’habitude de rester à l’intérieur. travailler sur plusieurs thèmes intéressants. Nous achetons également des produits pour nous occuper, comme la télévision, l’ordinateur… Par conséquent, nous vivons dans une société de consommation. Demandez aux élèves de chercher ce mot. Nous achetons souvent des produits dont nous n’avons pas réellement besoin. Ce n’est pas la même chose à Cuba. Les gens y achètent le strict nécessaire pour pouvoir vivre. Il est par exemple rare qu’ils aient un ordinateur ou une connexion internet. Par conséquent, rien d’étonnant au fait qu’ils s’amusent dans la rue et profitent de la musique et du sport. Comment se fait-il que les Cubains n’achètent pas de produits de luxe ? Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Fiche par cycle – 12


Ressources complémentaires Les supports repris ci-dessous ont été sélectionnés par la Bibliothèque Centrale de la Province de Bruxelles. Nous espérons qu’ils vous aideront à faire « un petit pas de plus » avec vos élèves.

LIVRES • Dayana , enfant de Cuba / Reportage de Barbara Castello et Pascal Deloche Editions PEMF, 2000 (Enfants du monde)

• Anton et la musique cubaine [Multisupport] / Emmanuel Viau Gallimard jeunesse, 1998 (Musiques d’ailleurs)

Dayana évoque – brièvement - son pays au travers de la culture, ses paysages,…et nous présente sa vie quotidienne dans la ville de Candelaria, au nord - est de Cuba.

• Aleida, Raysel et Vilma vivent à Cuba / Geraldina Colotti et Philippe Godart De la Martinière jeunesse, 2011 (Enfants d’ailleurs)

Voyage dans sur cette île ensoleillée au travers d’illustrations colorées et de sourires de cubains.

VIDEO

• Buena Vista Social Club / Réalisé par Wim Wenders Arte Production, Allemagne, 1999, 105’

Histoire de Cuba et la vie quotidienne de trois enfants qui vivent respectivement à : Trinidad de Cuba : une des plus ancienne ville de Cuba au centre du pays ; Santiago de Cuba, qui fut la première capitale de l’île située au sud - est ; La Havane actuelle capitale au nord – est.

• Cuba, perle des Caraïbes / Paolo Rinaldi Minerva, 1999 (Les 5 continents)

Anton vit à La Havane et doit passer une audition très importante. Cette fois nous sommes transportés à La Havane au son de la Salsa.

Un voyage vers la Havane à la découverte des grands musiciens cubains comme Ibrahim Ferrer ou Compay Segundo.

WEB

• https://www.youtube.com/playlist?list=PL3F2835E7 384428A6

Une chaîne Youtube dans laquelle on peut retrouver des dizaines de vidéos sur différents aspects de La Havane.

• Cuba : la isla grande / Sous la direction de Martino Fagiuoli Gründ, 2002

Ouvrage aux grandes photos lumineuses et de très grandes qualité, qui consacre un chapitre aux villes de Cuba.

Vous retrouverez ces ouvrages et bien d’autres, en consultant le catalogue en ligne du Réseau Public de Lecture de la Communauté Française : www.samarcande-bibliotheques. be ou en contactant la bibliothèque publique la plus proche de chez vous (liste complète sur : www.bibliotheques.be).

Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Ressources complémentaires – 13


La petite fille et la balle Maikel ne parvient pas à trouver le sommeil. Demain, il doit faire une élocution à l’école. Il doit parler de lui. Hier, il s’est entraîné pour la première fois devant un public : sa famille. Son petit frère s’esclaffait à chaque fois que Maikel se trompait. Heureusement, Maikel avait coincé sa balle de football entre ses pieds. Pour se donner de l’assurance. Maikel prend sa balle partout. Du réveil au coucher, il a sa balle à proximité. D’ailleurs, son surnom est ‘Bola’, ce qui veut dire balle en espagnol. Lorsque Maikel est énervé, il fait balancer sa balle sur le bout de ses orteils. Ça l’apaise. Son tour d’adresse préféré consiste à faire sauter la balle de ses pieds à ses genoux, puis de viser les épaules et la tête. La balle ne tombe jamais. Selon son meilleur ami Roberto, Bola a du talent et pourrait être le meilleur footballeur cubain de tous les temps. “Dommage que je ne puisse pas former une équipe tout seul”, plaisante Maikel. Roberto doit avouer que Cuba n’est pas un pays de football. Les sportifs cubains obtiennent des titres et des médailles en boxe, en saut en hauteur ou en base-ball, mais ils sont à la traîne au football. Mais ce n’est pas très grave pour Maikel, tant qu’il peut dribbler partout.

transformer les vieilles façades grises des maisons en une œuvre d’art tropicale haute en couleurs. Les immenses représentations de dieux africains alternent avec des poèmes et des formes géométriques dans toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Maikel aime l’ambiance exaltante qui règne quand les musiciens de rue jouent pour faire danser les touristes et les habitants. Il racontera à ses camarades de classe qu’il passe des heures à écouter sa grand-mère raconter ses histoires passionnantes sur la Révolution. Il garde la partie la plus facile à raconter pour la fin. Il clôturera l’élocution en parlant de sa passion : le football. Son regard se pose sur sa balle qui se trouve à côté de son lit. Quand il la sent entre les pieds, il oublie le monde qui l’entoure. C’est avec cette pensée qu’il s’endort enfin.

Maikel décide de relire le texte de son élocution. Il parlera d’abord de son quartier, dans le centre de La Havane. Il décrira son appartement composé de quelques pièces dans un bâtiment de plus de cent ans. Ensuite, il parlera de son endroit préféré : le ‘Callejón de Hammel’, une petite rue colorée au Lorsque Maikel dévale les escaliers le lendemain matin début du quartier afro-cubain. Il a fallu plus de dix avec sa balle, il évite habilement les marches cassées. ans au muraliste Salvador Gonzalez Escalona pour La vieille cage d’escaliers n’a plus été rénovée depuis soixante ans, en témoignent l’escalier délabré et les dalles cassées. Les murs mériteraient aussi un petit coup de peinture. Certains quartiers de la capitale ont été rénovés, comme la ‘Habana Vieja’, la vieille ville où les rues ne sont plus parsemées de trous et où les anciens bâtiments ont été remis en état. Mais Maikel est déjà content d’avoir un toit pour sa famille. Il n’y a pas de sans-abris à La Havane, contrairement à la plupart des grandes villes du monde. “Hola, Bola”, crie Roberto. “Tu es prêt pour ton élocution ?” Maikel rit à pleines dents. “Tant que j’ai ma balle, tout va bien !” Les deux amis saluent les voisins, de l’autre côté de la rue, qui se sont installés comme tous les jours, dehors sur leur chaise avec le journal et un cigare à la main. À La Havane, on vit dans la rue car c’est là que les dernières nouvelles sont échangées entre voisins ou amis.

Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Feuillet E – 14


Voilà arrivé le grand moment. Malgré le stress, Maikel parle d’une voix posée. Ses camarades de classe l’écoutent attentivement et à la fin de son exposé, l’instituteur le félicite. Son élocution débouche alors sur une discussion à propos des passions et des loisirs. La danse, le sport et la musique sont manifestement les loisirs préférés des enfants. Mais les filles parlent aussi des heures qu’elles passent à se faire des tresses dans les cheveux ou à flâner pendant des kilomètres sur le Malecón. Elles expliquent en ricanant qu’elles y observent les couples d’amoureux. Les garçons, quant à eux, aiment surtout le base-ball et la boxe, mais ils s’amusent aussi avec des voitures et des skateboards qu’ils fabriquent eux-mêmes. La plupart des écoliers ont une télévision, mais il n’y a pas beaucoup de programmes pour enfants. De toute façon, il y a plus à faire dans la rue et dans le parc que dans le salon à la maison.

Martha s’approche de lui. Timidement, il lui envoie la balle. Elle la prend comme si elle l’avait déjà fait cent fois. Roberto sautille vers eux. Ils partent à trois en direction du parc. Sur la route, ils se passent la balle de l’un à l’autre. Martha est tellement absorbée par la balle qu’elle évite de justesse un coco taxi qui klaxonne quand ils traversent la rue. Il faut faire attention au trafic dans les grandes avenues. Pourtant, les camarades d’école font slalomer habilement la balle entre les étals et les piétons.

Tout à coup, l’instituteur demade :“Et Martha, que fais-tu de tes temps libres ?” Il s’adresse à la petite fille qui se trouve à l’arrière de la classe et qui n’a pas encore beaucoup parlé. Maikel l’encourage du regard. Il a déjà essayé plusieurs fois de discuter avec elle, mais elle s’enfuit toujours timidement. Pourtant, elle regarde toujours quand il dribble avec sa balle dans la cour.

améliorer leurs techniques, pendant que Roberto, qui ne possède pas l’agilité des deux autres, monte une énorme chorégraphie pour ses amis.

Il voit lentement rougir Martha. À son grand étonnement, il entend la petite fille dire : “J’aimerais jouer au football, mais je n’ai pas de balle”. L’instituteur commence à rire et s’adresse à Maikel. “Voilà Bola, tu as maintenant une partenaire de jeu !” Maikel n’en croit pas ses oreilles, mais il ne peut faire qu’acquiescer en voyant Martha le regarder les yeux remplis d’espoir. Dès que la cloche retentit,

Arrivés dans le parc, ils reprennent leur souffle. “Papa pense que le football n’est pas un sport de fille,” dit Martha résignée. “C’est pour cela que je n’ai jamais demandé de jouer avec toi”, explique-telle à Maikel. “Mais tu as du talent !”, crient Maikel et Roberto en chœur. “Nous allons persuader ton père du contraire”, concluent-ils vaillamment. Martha et Maikel profitent de leur temps libre pour

Quelques semaines plus tard, ils sont fin prêts. Maikel et Martha, coachés par Roberto, effectuent leur danse du ballon dans la rue où vit Martha et sa famille. En quelques secondes, tout le quartier s’est réuni autour du duo pour profiter du spectacle. Les parents de Martha regardent avec étonnement. Ils voient comment leur fille fait voler la balle, l’envoie sur le front et le menton. Le football, c’est une question de pieds et de jambes, il faut tourner et sautiller. Enfin, dos à dos, les deux amis attrapent la balle entre eux. Les applaudissements retentissent. Les trois amis regardent autour d’eux. Le père de Martha doit admettre ses torts et lui donne fièrement une tape dans le dos. “Nous allons fêter ça !”

Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Feuillet F – 15


Temps libre ! Que fais-tu ? Voici une série de loisirs. Note les trois activités que tu pratiques le plus souvent. Ensuite, attribue un score à ces activités dans la première colonne : trois points pour ce que tu fais le plus souvent, deux points pour la deuxième activité et un point pour la troisième. Compare avec les résultats de tes camarades de classe et écris les scores totaux de chaque activité. Enfin, établis un top 3 de la classe.

ACTIVITÉS

MON TOP 3 TOTAL

Sport Jouer de la musique Écouter de la musique Jeux vidéos (ordinateur, Xbox, Wii…) Internet Télévision Mouvement de jeunesse Jeux de société Lecture Autres : ……………………………... Dans le récit « La petite fille et la balle », on parle des loisirs que les enfants cubains aiment pratiquer. Cherche les mots et complète. Après l’élocution de Maikel, une discussion est lancée sur les _ _ _ _ _ _ _ _ et loisirs. La danse, le _ _ _ _ _et la _ _ _ _ _ _ _ sont manifestement les loisirs préférés. Les _ _ _ _ _ _ aiment aussi se faire des _ _ _ _ _ _ _ dans les cheveux ou flâner pendant des _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ sur le Malecón. Les garçons aiment surtout le base-ball et la boxe. Ou ils s’amusent avec des voitures et des _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ qu’ils fabriquent. Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Feuillet G – 16


Chaise musicale inversée Connais-tu le jeu de la chaise musicale ? Nous allons ici changer un peu les règles. Pour commencer, il faut autant de chaises que d'élèves. Quand la musique commence, les élèves tournent autour des chaises (comme dans une chaise musicale classique). Quand la musique s'arrête, tous les joueurs doivent être assis sur les chaises disponibles, quitte à être à plusieurs sur un même siège. On enlève une chaise à chaque round pour rendre le jeu de plus en plus difficile. Si un joueur se retrouve sans chaise lorsque la musique s'arrête, tout le monde a perdu. Jusqu’au allez-vous arriver ensemble?

Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Feuillet H – 17


Le monde en classe – 2013/Numéro 7 – Feuillet I – 18


“Jouer dans la rue à Bruxelles.” Photo : Marie Jeanne Smets

Profile for CNCD-11.11.11 asbl

Le Monde en classe 09/2013 - Cuba  

Vous êtes instituteur/trice ? Partez à la découverte du monde avec vos élèves ! Eveillez vos élèves à la solidarité internationale dès la pr...

Le Monde en classe 09/2013 - Cuba  

Vous êtes instituteur/trice ? Partez à la découverte du monde avec vos élèves ! Eveillez vos élèves à la solidarité internationale dès la pr...

Advertisement