Page 1

Le monde en classe Dossier mensuel pour l’enseignement primaire, en lien avec le calendrier 11.11.11 ISSN : 2033-6756-Numéro 1

FÉVRIER 2012

Colombie Thème : LE CLIMAT


EDITORIAL

SOMMAIRE

Chers lecteurs,

L’actu 11.11.11

2

Nous entendons aujourd’hui beaucoup parler de climat et d’environnement. Les scientifiques, les ONG et les médias ont depuis longtemps tiré la sonnette d’alarme. Comme vous le savez, le CNCD-11.11.11 consacre sa campagne actuelle à cette thématique en alertant le public sur les injustices climatiques.

Editorial

3

Informations du mois

4&5

Fiches par cycle

6 - 18

2e cycle (de 6 à 8 ans)

Avec ce dossier, vous pourrez aborder le sujet avec les plus jeunes en commençant, comme il se doit, par les bases : mais au fond, qu’est-ce que le climat, et comment se fait-il qu’il change ?

7

Feuillet B : Sous la pluie !

8 9

Feuillet C : La lettre d’Aline

10

Feuillet D : Découvrons la Colombie !

11

4e cycle (de 10 à 12 ans)

12

Ressources complémentaires

13

Amitiés solidaires, Arnaud Zacharie, secrétaire général Alexandre Seron, responsable du département campagne

Feuillet A : Quel temps fait-il ? 3e cycle (de 8 à 10 ans)

L’histoire du petit Askaira, insouciant au fond de sa forêt, nous fera réfléchir à l’importance de préserver l'environnement, pour nous mais aussi et surtout, pour les générations futures. Pourrons-nous faire en sorte que les rêveries d’Askaira ne se transforment jamais en cauchemard ?

6

Feuillet E et F : Rêveries

14 & 15

Feuillet G : Climat et environnement

16

Feuillet H : Crêpe ou « arepa » ?

17

Feuillet I : Dessin de la photo

18

A vous la parole!

19

Photo en miroir

20

COLOPHON © 2011

Le Monde en classe est une publication du CNCD-11.11.11 (Quai du commerce, 9 à 1000 Bruxelles T 02 250 12 30 – F 02 250 12 63)

Wereldreis (version néerlandophone) est une publication de Studio Globo (Rue des Tanneurs, 165 à 1000 Bruxelles)

Lien Web

www.cncd.be/lemondeenclasse

www.studioglobo.be/wereldreis

Editeur responsable

Arnaud Zacharie

Piet Spanhove

Abonnement : Cellule Education au développement - lemondeenclasse@cncd.be – 02/613.30.36 Rédaction et collaborateurs : Bea De Koster (récit), Mie Moons, An Van den Broeck, Frans Meul, Helga Vande Voorde, StefaanVan Den Abeele (rédaction). Relecture et adaptation francophone : Antonella Lacatena Dessins : Jos Verhulst

Photo du calendrier : Juan Manuel Barrero Bueno

Mise en page : Marc Vermeiren

Photo en miroir : Roza De Mayer

Traduction : Virginie Gosselin Tous droits réservés. Acquisition exclusivement réservée à des fins éducatives et non commerciales. Obligation de mentionner "Le monde en classe/Wereldreis" pour toute reproduction éducative. Imprimé sur papier certifié FSC. Avec le soutien de 11.11.11 et de la Coopération Belge au développement.

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – 3


Informations du mois LA COLOMBIE Géographie La Colombie est située au nord-ouest de l’Amérique du Sud. C’est le seul pays du continent sud-américain doté de deux côtes : sur l’Océan Pacifique ainsi que sur la Mer des Caraïbes. Située près de l’équateur, la Colombie ne connaît que deux saisons, l’été correspondant à la saison sèche (décembre-janvier et juillet-août) et l’hiver à la saison des pluies (avril-mai et octobre-novembre). Le climat varie selon la région et l’altitude avec une stabilité relative des températures tout au long de l’année. Du climat tropical humide de l’Amazonie ou des Caraïbes, désertique de la Guajija, aux températures glaciales des Paramos (zones situées à plus de 3 000 m d’altitude), la Colombie décline toutes les variations climatiques et thermiques, jusque dans leurs extrêmes. La biodiversité colombienne est l’une des plus riches au monde. Les dénivellations considérables accueillent

une faune et une flore très variées. Le département du Chocó, à la frontière panaméenne est le moins accessible du pays. Il ne compte pas moins de trois réserves naturelles, le parc Los Katíos étant la plus importante. Dans ce département, la biodiversité est particulièrement riche. D’innombrables espèces d’oiseaux, d’amphibiens, d’insectes et de petits et grands mammifères y vivent, et la flore y est éblouissante. Cette forêt tropicale est malheureusement menacée par la déforestation. Population et culture La majorité de la population vit dans les régions de haute altitude car le climat y est plus supportable. La capitale compte environ 8 millions d’habitants. Au total, quelque 46 millions d’habitants d’origine européenne, africaine et indienne peuplent la Colombie. La Colombie ayant été une colonie espagnole, pratiquement tout le monde parle espagnol. Il existe

toutefois également près de 65 langues indigènes, parmi lesquelles l’emberá parlé par les indigènes de la région du Chocó. Economie Le principal produit d’exportation est le pétrole, suivi par l’or, le charbon et l’émeraude. L’exploitation de ces ressources est très polluante et menace lourdement la biodiversité de la Colombie si une règlementation stricte n’est pas imposée. Un quart de la population colombienne travaille dans l’agriculture, l’élevage et la pêche. L’industrie se développe et se diversifie, mais le pays reste célèbre pour son café, la canne à sucre et la cocaïne. IDH (Indice de Développement Humain) : la Colombie est actuellement 81e avec 0,689 Pour en savoir plus sur la Colombie, consultez aussi « Le monde en classe » de juin 2011

AS-TU DÉJÀ ENTENDU PARLER DE… LA MANGROVE? La mangrove se caractérise par des arbres ou arbustes aux caractéristiques particulières que l’on trouve dans les zones de marée tropicales. Avec le mouvement des marées, la vase est régulièrement submergée, si bien que le sol devient saumâtre. Les forêts de mangrove se reconnaissent facilement à leurs racines aériennes. Elles sont difficilement accessibles pour l’homme, mais constituent un excellent biotope pour les animaux. C’est pourquoi elles sont primordiales pour la biodiversité. Étant donné le nombre de plantes et d’animaux économiquement intéressants que l’on y trouve, les forêts de mangrove risquent de succomber aux objectifs économiques. Les conséquences pourraient être catastrophiques, il est donc essentiel de tout mettre en œuvre pour protéger ces trésors naturels.

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Informations sur le pays – 4


utilisant le charbon, le gaz et le pétrole. Leur accumulation dans l’atmosphère produit ce qu’on appelle un effet de serre “additionnel”, entraînant une modification du système climatique et une augmentation de la température moyenne sur Terre.

INFORMATIONS SUR LA PHOTO Cette photo a été prise dans la communauté de Salinas (tout comme la photo de juin 2011) dans le département du Chocó. Cette communauté d’indiens Emberá s’est adaptée à son environnement et au climat de la région, notamment aux fortes précipitations qui caractérisent la zone. Sur la photo, une mère Emberá nourrit son enfant dans une maison appelée « tambo ». Ce tambo est perché sur des pilotis de plusieurs mètres de haut pour être protégé contre les fréquentes inondations dans la plaine humide et pour obtenir des températures plus fraîches. C’est aussi pour cette raison qu’il n’y a pas de murs. Le sol en branches de palmier ou de bambou est rectangulaire et comporte plusieurs foyers d’argile pour cuisiner. Le toit conique en feuilles de palmier se prolonge jusqu’en bas au-dessus de la plate-forme et protège contre les pluies abondantes.

INFORMATIONS SUR LE THEME : LE CLIMAT Un climat est l'ensemble des circonstances atmosphériques et météorologiques propres à une région du globe, sur une assez longue durée de temps. Nous connaissons en Belgique un climat « tempéré » qui se caractérise normalement par des étés relativement frais et humides et des hivers relativement doux et pluvieux.

A proximité de l’équateur par contre, il fait chaud toute l’année car le soleil brille perpendiculairement au sol et les rayons empruntent un chemin plus court pour traverser l’atmosphère. L’évaporation peut également y être importante, ce qui entraîne une forte nébulosité. Par conséquent, la forêt tropicale est peu ensoleillée et fortement exposée aux précipitations. Les scientifiques qui étudient le climat sont appelés « climatologues ». Ils calculent des données comme les précipitations, l’ensoleillement ou encore les températures d’une région sur une longue période. C’est très important de connaître le climat car la présence de certaines espèces animales et végétales dans une région dépend en grande partie du climat. Lorsqu'un climat est très différent d'un autre, la plupart des espèces qui y vivent sont différentes aussi. Depuis sa création, la Terre a connu plusieurs changements climatiques importants. Mais si on parle beaucoup de ce phénomène actuellement, c'est parce qu'on observe un nouveau réchauffement climatique qui a commencé dans les années 1950. Contrairement aux précédents, celuici serait en grande partie dû à l'homme et à ses activités. Le facteur principal du changement climatique actuel est la modification de la composition de l’atmosphère. En effet, depuis le début de la révolution industrielle, l’homme a émis une grande quantité de différents gaz dans l’atmosphère, notamment en

La planète s’est ainsi réchauffée de 0,74°C entre 1906 et 2005. Cela peut sembler insignifiant, mais cela implique déjà des changements importants. Le réchauffement climatique actuel a déjà des conséquences concrètes sur notre environnement et donc aussi sur l’Homme : fonte des calottes glaciaires, élévation du niveau de la mer, perturbation des saisons, augmentation des phénomènes climatiques extrêmes comme les inondations ou les sécheresses, etc… Ces changements obligent l’Homme à s’adapter à ce nouveau contexte. Nous devons par exemple trouver d’autres moyens de produire de l’énergie, d’autres façons de produire notre nourriture. Les pays du Sud sont aujourd’hui les plus durement touchés par les changements climatiques essentiellement parce qu’ils disposent de peu de moyens pour s’adapter. Ils sont pourtant peu responsables de ce réchauffement climatique étant donné que la plupart d’entre eux ont peu contribué à l’accumulation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

VOCABULAIRE DU VOYAGEUR Gaz à effet de serre : gaz qui participent à l'effet de serre. L'augmentation de leur concentration dans l'atmosphère terrestre est à l'origine du réchauffement climatique. Justice climatique : aujourd’hui, les populations des pays du Sud sont les principales victimes des changements climatiques alors qu’elles en sont très peu responsables. De nombreuses organisations de la société civile demandent que l’on répare cette injustice.

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Informations sur le pays – 5


2e cycle (de 6 à 8 ans) A PROPOS DE LA PHOTO Pour plonger les enfants dans l’ambiance de la photo, vous pouvez avant de commencer la leçon, leur faire écouter les sons de la forêt tropicale. Vous en trouverez par exemple sur l’album « Sound of the Earth – Rainforest » disponible en prêt à la Médiathèque. Montrez leur ensuite la photo. Que voient-ils ? Où cela se passe-t-il ? Montrez-leur sur la carte la Colombie ainsi que l’équateur pour qu’ils comprennent que ce pays se situe en plein centre du globe. On y trouve la forêt tropicale. « A votre avis, quel temps il fait là-bas ? Quel type d’animaux vit dans cette forêt ? » Demandez-leur de décrire l’habitation qu’ils voient sur la photo. « A votre avis, pourquoi vivent-ils dans ce type de maison ? » Compétence de langue française : s’exprimer sur un événement à partir d’une image.

Proposez-leur ensuite de dessiner le pictogramme décrivant la météo du jour ainsi que les vêtements et accessoires adaptés. Compétence d’éveil géographique: rechercher de l’information en utilisant un instrument de travail écrit informatif ou explicatif.

SOUS LA PLUIE Sur le feuillet B, les enfants imaginent ce qu’est un tambo. Vous pouvez leur proposer de fabriquer une maison sur pilotis en consultant « Le monde en classe » de février 2011.

EN ROUTE VERS LA COLOMBIE ! Bananes Les gens que tu vois sur la photo sont des indiens Emberá. Ils se nourrissent notamment de bananes plantain : d’une longueur de 30 à 40 cm, elles peuvent être vertes, jaunes ou rouges. Les bananes plantain sont aussi importantes pour eux que les pommes de terre pour nous. Les élèves connaissent-ils des plats à base de pommes de terre ? Dressez une liste des plats que l’on peut préparer avec des pommes de terre : nature, en chemise, frites, croquettes, purée, soufflé, salade… Si vous en avez l’opportunité : roulez des tranches de banane (plantain) dans l’oeuf battu, puis dans la farine et faites-les frire. Faites-les enfin goûter aux élèves. Que préfèrent-ils : les bananes ou les pommes de terre ?

QUEL TEMPS FAIT-IL ? Sur le feuillet A, les enfants se familiarisent avec certaines notions météorologiques et comparent la météo dans leur région et à Quibdo (là où a été prise la photo du mois). Pour remplir le tableau, proposez-leur de chercher les informations à plusieurs endroits : apportez un journal, allez sur Internet (par exemple sur www.meteokids.be), regardez par la fenêtre, installez un thermomètre à l’extérieur, etc…

Orchidée L’orchidée est la fleur nationale de la Colombie. Il en existe plus de 3 000 variétés de toutes les couleurs. Regarde des photos d’orchidées. Dessinez au tableau une orchidée étape par étape, les enfants la dessinent sur un carton et la colorient ensuite comme ils le souhaitent. L’arrière-plan est aussi colorié. Sur le bord du carton, les enfants dessinent par exemple des grains de café pour faire un cadre. Compétence d’éveil artistique : s’identifier et identifier l’autre dans ses modes d’expression, son art, son folklore, …

Quelles sont les différences entre le temps chez nous et làbas ?

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – 6


Quel temps fait-il ? Le temps aujourd'hui temps risque de précipitation taux d'humidité vent température maximum température minimum lever du soleil coucher du soleil

A ..................

A Quibdò orage localement 60% 87% 8 km/heure 29 °C 23 °C 6h12 18h08

Quelle température fait-il aujourd’hui ? Colorie le termomètre ! Dessine à gauche le pictogramme qui correspond au temps d’aujourd’hui (soleil ? nuage ? pluie ? orage ?) et à droite, les vêtements les plus appropriés (pull ? lunettes de soleil ? bonnet ?).

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Feuillet A – 7


Sous la pluie Une maison Tu sais maintenant quel est le climat de cette partie de la Colombie. Les indiens Emberá appellent leur maison un ‘tambo’. Comment construirais-tu un tambo ? Dessine

ou

.

avec un toit plat pour bronzer sur des pilotis pour se protéger des inondations avec des murs épais pour se protéger du froid la nuit avec les arbres qui poussent dans la forêt tropicale avec des petites fenêtres pour que personne ne puisse regarder à l’intérieur avec un toit de feuilles pour que la pluie puisse s’écouler entièrement ouvert pour que le vent puisse souffler librement Fais un beau dessin de cette maison sur une autre feuille.

Fais-tu aussi cela ? • Utiliser un parapluie pour ne pas te mouiller • Regarder la pluie tomber • Sauter dans les flaques • Se laver avec l’eau de pluie • Faire la vaisselle avec l’eau de pluie

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Feuillet B – 8


3e cycle (de 8 à 10 ans) A PROPOS DE LA PHOTO Regardez ensemble la photo du mois et montrez la Colombie sur la carte du monde. Montrez que le pays donne à la fois sur l’Océan Pacifique et la Mer des Caraïbes (Océan Atlantique). Montrez l’équateur et les Andes. “Penses-tu qu’il y fait chaud ou froid ?” Dans les zones de basse altitude, il fait chaud mais il pleut souvent. Dans les montagnes, il fait un peu plus froid et les sommets sont recouverts des neiges éternelles.

Nous aussi, nous utilisons des produits issus de la forêt tropicale : bois dur, caoutchouc, cacao, bananes, café, canne à sucre… Malheureusement, ces forêts sont souvent exploitées de manière abusive et sans attention particulière à l’environnment et aux hommes qui y vivent. Chaque années, des forêts sont abattues pour vendre le bois ou utiliser l’espace libéré pour l’agriculture et l’élevage. Parlez des risques de la déforestation : moins de capture du carbone, consommation d’oxygène plus élevée à cause de la combustion des branches et de ses feuilles, appauvrissement de la biodiversité, atteinte à l’habitat de ces personnes… Voir aussi « Le monde en classe » de juin 2011. Compétence d’évéil géographique : identifier les composantes du paysage et l’impact de l’action humaine.

UNE AFFICHE POUR SENSIBILISER LA LETTRE D’ALINE Aline nous raconte son voyage (feuillet C). Les élèves lisent attentivement la lettre. Le feuillet D reprend une carte de la Colombie. Ils montrent l’itinéraire parcouru et collent chaque symbole au bon endroit. Compétence d’éveil géographique : utiliser des répères spaciaux.

LA FORET TROPICALE Les forêts tropicales se développent sur tous les continents. La plupart d’entre elles se trouvent de part et d’autre de l’équateur, on les appelle alors forêts équatoriales mais il existe aussi des forêts tropicales tempérées. La forêt tropicale peut donc être sèche ou humide, en fonction du type de climat et du type de sol. On estime que l'ensemble des forêts tropicales recèle au moins 75.2 % des espèces animales et végétales de la planète. La forêt grouille de vie. Les plantes, animaux et êtres humains qui y vivent ont besoin les uns des autres pour survivre. La forêt est très généreuse avec ceux qui ne prennent pas plus que ce que la nature peut leur offrir. Ses habitants vivent de la chasse et de la pêche, cueillent des fruits et des plantes, et utilisent ce qu’ils trouvent dans la forêt pour construire leur maison. Ils savent beaucoup de choses sur les plantes et les animaux de la forêt !

Avec la classe, rassemblez des photos de la forêt tropicale et regardez-les ensemble. « Que trouve-t-on comme caractéristiques ? ». Ensuite, proposez-leur de choisir entre un dessin ou un collage (ou de combiner les deux) pour représenter cette forêt et tous ses éléments afin de réaliser un grand et beau panneau. Répartissez les tâches : • • • •

arbres géants avec un énorme feuillage arbustes et petits arbres plantes, champignons… sur le sol et sur les arbres oiseaux, singes, papillons, rainettes, serpents, araignées… • habitants de la forêt tropicale Proposez ensuite aux enfants de transformer leur travail en affiche pour sensibiliser les autres enfants de l’école à la protection des forêts. Cherchez ensemble un slogan et écrivez-le en grand sur le panneau. Affichez-le ensuite dans l’école pour que tout le monde ait l’occasion d’admirer le fruit de leur travail ! N’hésitez pas à nous envoyer une photo à l’adresse suivante : lemondeenclasse@cncd.be Compétence d’éveil artistique : choisir ses outils en fonction d’une technique d’execution et d’un mode d’expression.

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Fiche par cycle – 9


La lettre d’Aline Salut les amis ! J’aimerais vous faire découvrir le magnifique voyage que j'ai fait. Je n’ai jamais connu plus grande diversité qu’en Colombie. Vous me suivez sur la carte ? J’ai commencé dans la capitale: Bogotá. Il n'y fait pas trop chaud, et pourtant cette ville se trouve près de l’équateur! Cela vient du fait que Bogotá se situe à haute altitude dans les montagnes. Une fois sortie de la ville, j’ai vu des plantations de café partout. J’ai parcouru le fleuve Magdalena pour aller jusqu’à son embouchure à Barranquilla. Il s’agit d’une vallée très fertile, parsemée de rizières et d’arbres fruitiers. J’ai passé la nuit là-bas mais je n'ai pas beaucoup dormi parce les gens fêtaient le carnaval. J’ai ensuite rejoint la ville de Cartagena qui abrite des raffineries de pétrole. J’ai parcouru la forêt tropicale pour me rendre à Quibdo. J’en ai profité pour me remplir le ventre de mon fruit préféré : la banane. C’est là que j’ai pris une photo d’Askaira et de sa maman. Ensuite, je suis partie en direction de Medellín. Le trajet entre les Andes et la côte de l’Océan Pacifique a été très difficile. Il pleut énormément dans cette région! On peut voir de magnifiques mangroves et de nombreuses plantations de canne à sucre. Mon voyage est presque terminé. Demain, je retourne à Bogotá pour rejoindre ma prochaine destination. A bientôt !

Aline

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Feuillet C – 10


Découvrons la Colombie ! Colorie en bleu le fleuve Magdalena. Trace une ligne rouge pour l’équateur et colorie en brun la cordillère des Andes. Colle ensuite les symboles ci-dessous au bon endroit en fonction du récit de voyage d’Aline.

café

riz

carnaval

pétrole

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Feuillet D – 11

banane


4e cycle (de 10 à 12 ans) A PARTIR DE LA PHOTO En regardant la photo du mois, on peut comprendre beaucoup de choses sur le climat de la région du Chocó et sur la manière dont ses habitants s’y sont adaptés.

les animaux ainsi que les communautés humaines qui y vivent.

CLIMAT ET ENVIRONNEMENT A. Climatogramme Le climat belge et le climat colombien sont très différents. Mais quelles sont ces différences, au juste ? Sur le feuillet G, un exercice vous invite à utiliser le climatogramme (disponible sur le site de l’IRM) pour analyser ces différences. En choisissant par exemple d’analyser les données pour Bruxelles et Bogotà, on se rendra compte entre autres que : • la moyenne annuelle des précipitations est pratiquement la même en Colombie et en Belgique. • la température est plutôt stable toute l’année en Colombie alors qu’en Belgique la température augmente en été.

« Que voyez-vous sur cette photo ? » Une femme donne à manger à un enfant. Elle est accroupie sur une structure en bois. Expliquez à vos élèves qu’il s’agit des habitations typiques des indiens Emberá. « A votre avis, en regardant ces habitations, quel climat y a-t-il là-bas ? » Dans cette région du monde, il fait chaud et la température reste plus ou moins constante tout au long de l’année. Ils n’ont donc pas besoin de murs pour se protéger du froid. « Et à votre avis, pourquoi la maison est-elle construite en hauteur sur des pilotis ? » Pour éviter les risques liés aux inondations car dans cette région, il y a beaucoup de cours d’eau et beaucoup de précipitations également. Pour se protéger contre les fortes chutes de B. Réchauffement climatique pluie, les Emberá prévoient également des toits solides Proposez ensuite à vos élèves de répondre au petit quiz sur le réchauffement climatique. très inclinés en feuilles de palmier. Réponses : 1-B / 2-A / 3 – exemples : les déplacements en avion, le chauffage, l’agriculture industrielle, etc… Compétence de français : réagir à un document en exprimant son opinion personnelle, Compétence d’évéil géographique : identifier accompagnée d’une justification cohérente. les atouts et contraintes des « milieux naturels »/ identifier des aspects des activités économiques (agriculture, industrie, commerce,…) RÊVERIE Le récit “Rêverie” (feuillets E et F) nous raconte l’histoire d’Emilio et de son petit neveu Askaira. Emilio nous explique que vivre dans la forêt n’est pas simple mais que ça lui plait. La forêt apporte à sa communauté tout ce dont elle a besoin. Pour eux, c’est comme un grand supermarché ouvert à tous. Ils n’ont pas d’autres ressources que celles de la forêt. Ils sont donc très reconnaissants et respectent leur environnement pour le préserver au mieux.

CREPES OU « AREPAS » ? A l’occasion de la chandeleur, pourquoi ne pas essayer une spécialité colombienne ? Sur le feuillet H, vos élèves trouveront la recette des crêpes de chez nous et celle des « arepas », petites crêpes salées colombienne. A tester sans modération !

Seulement, aujourd’hui la forêt est en danger! Des sociétés privées s’installent dans la région pour tirer profit de ses ressources. Ils coupent les arbres, installent d'immenses plantations de bananiers ou de canne à sucre. Ils détruisent ainsi les écosystèmes, font fuir

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Fiche par cycle – 12


Ressources complémentaires Les ouvrages ci-dessous vous sont proposés, ce mois-ci, par la Bibliothèque Centrale de la Province du Hainaut. Ils ont été soigneusement sélectionnés pour vous permettre de prolonger l’exploration de la thématique avec vos élèves :

LIVRES

mettre un frein à cette menace, des changements radicaux de comportement et de mode de vie sont nécessaires. Mais quels sacrifices sommes-nous prêts à faire ?

• Le climat : de nos ancêtres à vos enfants / Bérengère Dubrulle et Valérie Masson-Delmotte Paris : Le Pommier, 2005 (Les minipommes ; 8) Pourquoi vers l'équateur, fait-il plus chaud qu'ailleurs ? Pourquoi le climat change-t-il ? Comment pouvons-nous prévoir le climat ? Peut-on mourir du réchauffement de la Terre ? Prêts pour un voyage dans l'histoire du climat ? Embarquons à bord du Chronotron avec Hélo- ïse, Zohra et leur drôle de copain Chone... Des réponses sérieuses et drôles aux questions que les enfants se posent sur le monde. • Colombie : rondes, comptines et berceuses / Consuelo Uribe Arb music, 2011

VIDEO

• C’est pas sorcier – Les caprices de la météo France 3 Emission éducative – France – 2008 (105 min) Ce DVD comprend 4 émissions chapitrées : La météo des Sorciers : pressions, vents, masses d'air... Les Sorciers dévoilent les secrets de la météo et font la pluie et le beau temps. - Les orages : foudre, tonnerre et éclair... Sabine part photographier les orages afin de mieux nous éclairer. - Gare aux inondations : Fred et Jamy se mouillent pour comprendre les causes des inondations... mais surtout, comment les prévenir et s'en protéger. - Alerte à la sécheresse : bouleversements climatiques, la sécheresse menace. Comment s'explique-t-elle ? Comment lutter ?

Loin du Cartel de Medellin et des événements qui mettent régulièrement la Colombie à la Une de WEB l'actualité, cet album propose des rondes, comptines et berceuses qui traduisent l'univers chaleureux et espiègle de l'enfance colombienne en famille. • www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim/ Consuelo Uribe s'amuse à évoquer les personnages Sur le site du CNRS, vous trouverez un outil qui ont peuplé son enfance au pays : le marchand interactif intitutlé “Le climat de la terre” en ligne de charbon et le joyeux pêcheur, Pinocchio, la destiné aux enfants à partir de 10 ans. Il explique marionnette. de manière très pédagogique et scientifique les différents aspects du climat. • Le changement climatique / Shelley Tanaka Paris : Actes sud Junior, 2009 • www.lamap.fr/climat/ Cela fait plus de trente ans que certains scientifiques Le climat, ma planète... et moi ! est un projet essaient d'alerter les pouvoirs publics et le grand d'éducation au développement durable, destiné à public, dans de nombreux pays, sur les risques d'un sensibiliser enseignants, enfants et parents à une réchauffement global. Mais la prise de conscience des principales menaces du XXIe siècle sur les plans est lente, et les premières décisions réellement poécologiques, sanitaires et sociales: le changement litiques n'ont été concrétisées qu'en 2005 avec la climatique. ratification du Protocole de Kyoto. Ces décisions risquent d'ailleurs de ne pas être suffisantes. La planète se réchauffe à un rythme très rapide, et • www.tlfq.ulaval.ca/axl/amsudant/colombie.htm certaines conséquences de cette hausse des tempéSite complet sur la Colombie, reprenant des inforratures sont d'ores et déjà irréversibles. Si l'on veut mations telles que sa situation géographique, son histoire, sa culture…. Vous retrouverez ces ouvrages et bien d’autres, en consultant le catalogue en ligne du Réseau Public de Lecture de la Communauté Française : www.samarcande-bibliotheques.be ou en contactant la bibliothèque publique la plus proche de chez vous (liste complète sur : www.bibliotheques.be).

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Ressources complémentaires – 13


Rêveries Cet après-midi, j’ai regardé mon petit neveu, Askaira ramper sur la large planche jusque dans ma cabane, tout seul et sans avoir peur. Et je peux vous assurer que ce n’est pas facile pour un petit garçon comme lui. En effet, nos cabanes en bois sont construites sur des pilotis d’une hauteur de deux mètres. Mais Askaira est agile comme son père et très curieux. Il aime les animaux qui nous entourent. Ce qu’il préfère, c’est jouer avec les animaux les plus colorés, comme les iguanes vert brillant qui arrivent parfois dans notre cabane en montant sur les branches des arbres. Alors qu’Askaira savait à peine marcher à quatre pattes, un bébé lézard s’est glissé sur sa natte tressée. Le petit garçon suçotait une banane et l’animal est venu manger les morceaux qu’il laissait tomber à côté de lui. Askaira a commencé à jouer avec le petit audacieux et depuis lors, le reptile est devenu son animal domestique. Après sa visite jusqu’à chez moi, j’ai ramené le petit intrépide chez sa maman. Il avait sûrement très faim car il a aussitôt englouti un gros morceau de poisson frit. Elle lui a ensuite donné un peu de sancocho qui mijotait dans la casserole. Cette soupe est remplie de vitamines, tout ce dont il a besoin pour devenir grand et fort. Elle est faite à base d’igname, une racine comestible que l’on peut préparer de différentes manières. On peut même en faire des chips ! Mais ce que je préfère ce sont les bananes plantain de la forêt, il en existe des dizaines de variétés. Comme vous pouvez le voir, la forêt vierge dans laquelle nous vivons et la rivière au long de laquelle nous avons construit notre village sont de véritables armoires à provisions. On y trouve tout ce dont nous avons besoin pour manger.

difficile qu’aujourd'hui. En effet, de grandes parcelles de forêt sont abattues sur ordre de grosses entreprises pour en faire des plantations, exclusivement de bananiers. À perte de vue ! J’ai encore pu le constater ce matin quand je suis monté sur la colline à côté de notre village pour aller chercher des noix de coco. J’avais grimpé jusqu’au sommet d’un palmier pour faire tomber les noix de coco. C’est là, entre les grandes branches de palmier, que j’ai vu au loin l’une des ces gigantesques plantations de l’autre côté de la rivière. Je me suis d’abord dit que c’était très joli, toute cette verdure. Puis, je me suis souvenu de la fois où j’étais allé dans une telle plantation avec mon père : à part des bananiers, quelques oiseaux égarés et des milliers de moustiques, il n’y avait rien. Pas de broussailles, pas de fleurs colorées, comme chez nous dans la forêt, et encore moins de grands animaux, comme des singes hurleurs, des tamanoirs ou des paresseux. Autrefois, une tribu d’Indiens vivait là où se trouve maintenant la plantation. Des Indiens Emberá comme nous. Ils ont dû fuir et construire un nouveau village, pas loin du nôtre. Leur jaibaná, le guérisseur qui dirige leur communauté, a entendu les esprits de leurs ancêtres dire qu’ils devaient protéger la forêt, sans quoi toute la nourriture disponible pour nous, les gens qui y vivent, disparaîtrait. J’espère que nous y parviendrons.

Cependant, je crains que cette armoire à provisions puisse disparaître. Il sera alors de plus en plus difficile de trouver de quoi manger. Du Je regarde le feu sur lequel la soupe d’Askaira mijote. moins, beaucoup plus Sa maman l’a allumé avec quelques petites branches et Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Feuillet E – 14


l’eau ! C’est très agréable. C’est beaucoup mieux que pendant la saison sèche, où nous devons prendre notre bain dans la rivière. Alors que je pense à toutes ces choses, un sentiment de chaleur m’envahit. Nous devons tout faire pour protéger la nature. Ce n’est pas facile, mais je sais que nous ne sommes pas seuls et que nous continuerons à nous battre avec des gens du monde entier pour préserver notre environnement. Nous devons le faire pour les petits êtres comme Askaira. Il vient de finir de manger et va faire une sieste. Moi aussi. La chaleur humide me fatigue. Tout à l’heure, j’irai pêcher avec les autres jeunes hommes et femmes, mais d’abord une petite sieste. Il va commencer à pleuvoir et les poissons se pêchent plus facilement juste avant le crépuscule. Il me reste donc encore beaucoup de temps. des écorces d’arbre. Si le feu fume assez longtemps, je ferai griller quelques noix dans les cendres chaudes tout à l’heure. Un délice ! J’entends un groupe d’oiseaux qui gazouillent d’indignation. Il y a peut-être quelqu’un du village qui a grimpé dans leur arbre pour y prendre de l’écorce ou des lianes. Nous les utilisons pour fabriquer des cordes. Vous savez, vivre ici n’est pas facile et il vaut mieux connaître tous les secrets de la forêt. Mais tout semble paisible et en harmonie avec la nature. Nous savons par exemple que lorsque le soleil atteint son apogée, une violente averse va tomber. C’est le cas presque tous les jours. Mais ce n’est pas un problème car il fait chaud. Au contraire, les enfants adorent jouer sous la pluie. Bien souvent, l’averse est tellement forte qu’on peut se laver sous

Je rentre chez moi et m’allonge dans mon grand hamac. La nuit, je préfère dormir sur une natte sur le plancher, mais la journée, quel bonheur de se reposer dans le hamac confortable que nous avons suspendu entre deux pilotis ! Je me couvre les yeux avec mon bras gauche et je me sens lentement partir dans un autre monde. Un monde du rêve, peuplé d’êtres fantastiques de toutes les couleurs et tailles, où les esprits nous protègent et où tout le monde sourit en permanence. Un monde sans peur. Un endroit magique où je me sens profondément heureux. N’est-ce qu’un rêve ? Ou est-ce que ça pourrait devenir réalité ? Je pense que oui. Est-ce que je rêve encore ou suis-je réveillé ? Je vois le petit Askaira. Sa maman chantonne un petit air et le berce doucement pendant qu’il dort dans ses bras. Il sourit.

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Feuillet F – 15


Climat et environnement A. CLIMATOGRAMME Pour répondre à cet exercice, rendez-vous sur le site de l’Institut Royal Météorologique (IRM) à l’adresse suivante : www.meteo.be Dans l’onglet « Climat », tu trouveras des données sur le « climat dans le monde ». Pour comparer le climat en Belgique et en Colombie, compare leurs climatogrammes. Le climatogramme est la représentation graphique du cycle annuel du climat d’un lieu en particulier. Il se construit à partir des moyennes mensuelles de la quantité de précipitations et de la température moyenne calculées sur une longue période. Choisis la ville la plus proche de chez toi en Belgique et Bogota en Colombie afin d’obtenir leurs climatogramme. Que peux-tu constater? Au niveau des précipitations : ……………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………… Au niveau des températures : ……………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………

B. RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Aujourd’hui on parle de plus en plus des dangers du réchauffement climatique. Mais sais-tu de quoi il s’agit exactement ? Oui ? Alors, réponds à ces questions! 1. Le réchauffement climatique est du à : a) L’augmentation de l’activité des rayons du soleil b) L’accumulation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère c) L’évaporation de l’eau 2. Qu’est-ce qui a provoqué l’accumulation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ? a) Les activités humaines b) La diminution des nuages c) Rien, c’est arrivé tout seul 3. Peux-tu donner trois exemples d’activités humaines qui produisent beaucoup de gaz à effet de serre ? a)………………………………………............................................... b)………………………………………............................................... c)………………………………………...............................................

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Feuillet G – 16


Crêpes ou « arepas » ? Tout le monde aime le mois de février car c’est l’époque de la « Chandeleur » et donc des crèpes ! Mais pourquoi mange-t-on des crèpes à la « Chandeleur » ? La tradition se rapporte à un mythe lointain selon lequel si on ne fait pas de crèpes le jour le Chandeleur, le blé serait mauvais pour le reste de l’année. A travers le monde, on trouve des recettes qui s’apparentent à nos crèpes. En Colombie, on les appelle « arepas » et elles se mangent salées. Tu veux essayer et comparer ?

La crèpe de chez nous

L’arepa colombienne

• • • • • •

• 1 tasse de farine de maïs (farine de maïs blanche précuite ; la marque P.A.N. est très populaire en Amérique du Sud et elle est en vente dans les magasins ethniques et les grands supermarchés), • 2 tasses d’eau, • Une pincée de sel, • Huile

½ l de lait demi-écrémé 250 g de farine 2 cuillères à soupe de sucre cristallisé Une pincée de sel 4 cuillères à soupe de beurre 4 œufs

Préparation

Préparation

1. Dans un saladier, verse la farine et les oeufs. Puis, progressivement, ajoute le lait en mélangeant avec un fouet. Ajouter le sucre et la pincée de sel. 2. Laisse reposer la pâte à crêpe si possible une heure. 3. Fais chauffer une poêle. Une fois chaude, verse un peu de beurre pour graisser la poêle. 4. Verse une demi-louche de la pâte à crêpe et fais cuire chaque face pendant 1 à 2 minutes. 5. Savoure tes crêpes seules ou avec les ingrédients de ton choix : cassonade, confiture, pâte à tartiner, fromage, jambon,...

1. Mélange tous les ingrédients, sauf l’huile que tu utiliseras pour cuire. Tu dois obtenir une masse onctueuse. Tu peux éventuellement ajouter un peu de farine si la pâte est trop liquide ou un peu d’eau si elle est trop sèche. 2. Ensuite, fais comme si tu préparais une boulette, mais lorsqu’elle est roulée, aplatis-la pour obtenir un petit pain rond et plat. 3. Dore-la avec un peu d’huile dans une poêle. 4. Comme en Colombie, garnis-la de fromage, de viande, de haricots ou d’œufs.

Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Feuillet H – 17


Le monde en classe – 2012/Numéro 2 – Feuillet I – 18


Un climat plus froid, une maison en dur, d’autres ustensiles... mais une même préoccupation: nourrir son enfant.

Le Monde en classe 02/2012  

Vous êtes instituteur/trice ? Partez à la découverte du monde avec vos élèves ! Eveillez vos élèves à la solidarité internationale dès la pr...