Page 1

  

          



  

         



         !"#$!%"!& •

'#%#()*!% !"#$%#$ &''(

      )+,#%%))--.$$& •

%)./)-!)!#*(#%+,

(!%''(-

•

$,0"1%$-$!./!$",#012"$# )#3"%''(

      + $."%2& •

2#4 51! 676$6 8$#%9''(

    34 5 5 •

," ))4$"+#%"7!9(  ''(

$67!:!"%%;%4< !%6;# #!%4#1$%4= #!%< #;!%"7;>$

<


'

  

      

6/ 5  '#%#()*!%  !"#$%#$ &''(

6/

?     733

/ 5

/8

 5 ," )) 4$"+#%"7!9(  ''(

/

/8

  &8    8363

  

%)./)-! )!#*(#%+,

(!%''(-

9/

   33

:/98 5

;/

 5 $,0"1%$-$! ./!$",#012"$# )#3"%''(

;/8

6/8

     833

  $<"&

   =  2#4 51! 676$6 8$#%9''(

/

 8    733

> 5

/



$67!:!"%%;%4< !%6;# #!%4#1$%4= #!%< #;!%"7;>$

<


Le géant égoïste

FILM Titre Original Réalisateur Fiche technique

Sélection - Prix

Production Distribution

VISA Classement

The selfish giant Clio Barnard GB, 2013, 1h31

Avec Conner Chapman, Shaun Thomas, Sean Gilder...

Festival de Cannes 2013, Quinzaine des réalisateurs, prix label Europa Cinemas Festival du Film Britannique de Dinard, Hitchcok d’or, prix de l’image et le coup de cœur de cœur des exploitants Festival de Saint-Jean de Luz, meilleur film

Moonspun Films Pyramide Distribution 01 42 96 01 10 programmation@pyramidefilms.com

En cours AE

Label RD

DATE SORTIE Label PR

Label JP

18/12/2013 Soutien

NB COPIES ACID

ADRC

GNCR

Autre

FILM Synopsis Arbor, 13 ans, et son meilleur ami Swifty habitent un quartier populaire de Bradford, au Nord de l’Angleterre. Renvoyés de l’école, les deux adolescents rencontrent Kitten, un ferrailleur du coin. Ils commencent à travailler pour lui, collectant toutes sortes de métaux usagés. Kitten organise de temps à autre des courses de chevaux clandestines. Swifty éprouve une grande tendresse pour les chevaux et a un véritable don pour les diriger, ce qui n’échappe pas au ferrailleur. Arbor, en guerre contre la terre entière, se dispute les faveurs de Kitten, en lui rapportant toujours plus de métaux, au risque de se mettre en danger. L’amitié des deux garçons saura-t-elle résister au Géant égoïste ?

FILM Critiques

"Comment avez-vous réussi à faire un film contemporain d!un conte de l!ère victorienne ? Le Géant égoïste est certes un texte de l!ère victorienne, mais j!ai d!abord souhaité faire un film contemporain qui transcende les époques en fusionnant le conte de fée et le réalisme social, deux genres apparemment contradictoires. Les similitudes entre ces deux mondes sont nombreuses. On peut voir Kitten comme un équivalent de Fagin, le personnage du roman Oliver Twist de Dickens, chef d!une famille de substitution, qui recueille les enfants livrés à eux-mêmes pour en faire des voleurs. Arbor, de son côté, a quelque chose du « Renard », un autre personnage du célèbre roman de Dickens. La notion d!un « retour vers le futur » est un thème clé de mon film. Ces enfants, avec leurs chevaux et leurs chariots, ferraillent et fouillent les poubelles dans un paysage désindustrialisé, où la verdure a repris ses droits. On voit des centrales électriques hors d!usage perdues dans le brouillard, par-delà champs et moutons. Mes deux protagonistes survivent d!une manière qui préfigure peut-être leur avenir et celui de leur génération, dans un monde dépourvu d!emplois, où les ressources se raréfient. L!ironie du sort est que les ferrailleurs contribuent à démanteler des éléments de l!infrastructure moderne de leur propre pays, comme les câbles en cuivre des voies ferrées, afin de nourrir la croissance des pays en voie de développement, en particulier la Chine." (entretien avec le réalisateur - extrait du dossier de presse)


A touch of sin

FILM Titre Original Réalisateur Fiche technique

Sélection - Prix

Production

Tian Zhu Ding

Jia Zhang-ke Chine, 2013, 2h13

Festival de Cannes 2013 - Sélection officielle - Compétition

Xstream Pictures (Beijing), Office Kitano, Shanghai Film Group Corporation

Distribution

Ad Vitam 01 46 34 75 74

VISA

En cours

Classement

Avec Wu Jiang, Baoqiang Wang, Tao Zhao

AE

Label RD

DATE SORTIE Label PR

Label JP

1112/2013 Soutien

NB COPIES ACID

ADRC

GNCR

Autre

FILM Synopsis

Dahai, mineur exaspéré par la corruption des dirigeants de son village, décide de passer à l’action. San’er, un travailleur migrant, découvre les infinies possibilités offertes par son arme à feu. Xiaoyu, hôtesse d’accueil dans un sauna, est poussée à bout par le harcèlement d’un riche client. Xiaohui passe d’un travail à un autre dans des conditions de plus en plus dégradantes. Quatre personnages, quatre provinces, un seul et même reflet de la Chine contemporaine : celui d’une société au développement économique brutal peu à peu gangrenée par la violence.

FILM Critiques

"Le titre anglais évoque le film A Touch of Zen de King Hu… J’aime beaucoup les films de King Hu. En effet, le titre anglais, A Touch of Sin, est un hommage à son film A Touch of Zen (en chinois Xia nü - La Dame chevalier - Cannes 1975). Dans le mien, l’histoire de Xiao Yu (jouée par Zhao Tao) et les vêtements du personnage font directement référence à l'actrice Hsu Feng dans A Touch of Zen. À la fin du film, la scène d’opéra est extraite de "Su San qi jie" (L'interrogatoire de Su San). C’est l’histoire d’une jeune femme arrêtée pour meurtre qui finit par retrouver la liberté. C’est un opéra très connu en Chine. King Hu en a fait son deuxième film (Yu Tangchun - 1964). Je m’en suis servi parce qu'il représente l’idée que la même histoire peut se répéter à différentes époques et dans des contextes différents. Il y a de nombreux parallèles entre les difficultés auxquelles les Chinois font face aujourd’hui et les situations qu'ils vivaient il y a des siècles. Pour moi, il est naturel d’associer cette perception aux oeuvres littéraires et aux films chinois qui ont abordé ces sujets par le passé. La différence, c’est que je travaille à l’ère de l'Internet, des jets privés, des trains à grande vitesse. A une époque aussi où les gens se sentent plus proches les uns des autres sur Weibo que dans la vraie vie. C’est pourquoi je voulais que les quatre histoires s’entremêlent. Je veux comprendre comment nous évoluons, comment les gens "restructurent" leurs vies et saisir comment nous établissons des liens dans le monde que nous construisons." (entretien avec le réalisateur - extrait du dossier de presse)


Tel père, tel fils

FILM Titre Original Réalisateur Fiche technique

Sélection - Prix

Production

Soshite Chichi ni Naru Hirokazu Kore-Eda Japon, 2013, 2h00

Prix du Jury au Festival de Cannes 2013

FILM, INC.

Distribution

Le Pacte 0 1 44 69 59 59

VISA

En cours

Classement

Avec Fukuyama Masaharu, Ono Machiko, Maki Yoko, Lily Franky

AE

Label RD

DATE SORTIE Label PR

Label JP

25/12/2013 Soutien

NB COPIES ACID

ADRC

GNCR

Autre

FILM Synopsis

Ryoata, un architecte obsédé par la réussite professionnelle, forme avec sa jeune épouse et leur fils de 6 ans une famille idéale. Tous ses repères volent en éclats quand la maternité de l'hôpital où est né leur enfant leur apprend que deux nourrissons ont été échangés à la naissance : le garçon qu’il a élevé n’est pas le sien et leur fils biologique a grandi dans un milieu plus modeste…

FILM Critiques

"Est-ce, alors, le fait de partager son sang qui fait d’un homme un père ? Ou bien est-ce le temps qu’un père et son enfant passent ensemble ? Cette acceptation difficile du rôle de père viendrait-elle du fait que je n’ai pas suffisamment passé de temps avec mon enfant ? Est-ce lié au sang ou au temps ? Le sujet de mon film est alors né de ce dilemme personnel. C’était le début de TEL PÈRE, TEL FILS : tous mes dilemmes, mes questionnements et mes regrets même ; c’est la première fois que je déverse ces émotions avec une telle candeur dans un personnage principal. Le film est désormais terminé. Mais pour le protagoniste comme pour moi-même, ces questions demeurent." (Note d'intention du réalisateur - extrait du dossier de presse)


Suzanne

FILM Titre Original Réalisateur Fiche technique

Katell Quillévéré France, 2013, 1h34

Avec Sara Forestier, François Damiens, Adèle Haenel, Paul Hamy, Corinne Masiero

Sélection - Prix

Production Distribution

Move Movie MARS DISTRIBUTION 01 56 43 67 20 contact@marsdistribution.com

122.089

VISA Classement

AE

Label RD

DATE SORTIE Label PR

Label JP

18/12/2013 Soutien

NB COPIES ACID

ADRC

GNCR

Autre

FILM Synopsis

Le récit d’un destin. Celui de Suzanne et des siens. Les liens qui les unissent, les retiennent et l'amour qu’elle poursuit jusqu'à tout abandonner derrière elle...

FILM Critiques

"Comment est né le personnage de Suzanne ? Quand mon compagnon lisait beaucoup de livres sur les ennemis publics français comme Mesrine, Besse, Vaujour, il m’a offert les autobiographies de leurs compagnes. J’étais fascinée par l’attitude de ces femmes à la fois extrêmement courageuses mais aussi dans une soumission presque suicidaire à leurs hommes. Dans leur livre, elles consacrent toujours le premier chapitre à leur enfance et leur adolescence pour y chercher, sans vraiment les trouver, des événements qui donneraient du sens à leur parcours, expliqueraient cette rencontre amoureuse déterminante. Pourquoi tombent-elles tout d’un coup sur cet homme-là, s’y enchaînent et se révèlent capables d’introduire des explosifs dans une prison ou d’apprendre à conduire un hélicoptère pour le faire évader ? Leur trajectoire pose la question du destin et du hasard. Parallèlement, j’ai toujours beaucoup aimé la forme américaine des biopics comme Bird, Bound for glory, Coal miner's daughter… Dans ma tête a alors commencé à germer l’idée de construire le biopic d’une inconnue qui s’enchaîne à un amour, au point de tout abandonner pour lui." (entretien avec la réalisatrice - extrait du dossier de presse)


Paper Moon

FILM Titre Original Réalisateur Fiche technique

Paper moon Peter Bogdanovich USA, 1973, 1h42

Avec Ryan O’Neal Tatum O’Neal Madeline Kahn...

Version restaurée

D’après le roman “Addie Pray“de Joe David Brown

Sélection - Prix

Production Distribution

Spinalonga films 06.50.29.66.20 frd.simcic@gmail.com

41.768

VISA Classement

AE

Label RD

DATE SORTIE Label PR

Label JP

25/09/2013 Soutien

NB COPIES ACID

ADRC

GNCR

Autre

FILM Synopsis

Kansas, dans les années 30, Moses Pray, escroc à la petite semaine, assiste à l’enterrement d’une ex-maîtresse et accepte d’emmener sa prétendue fille de 9 ans, Addie, chez une tante. Pendant leur trajet, leurs rapports sont tendus. L’orpheline est persuadée que celui-ci est son père, en raison de la ressemblance de leur menton mais Moses refuse d’endosser ce rôle. Etonnamment mature pour son âge, la petite Addie s’avère être une coéquipière très efficace : c’est le début de leur épopée.

FILM Critiques

"Paper Moon, en tant que road-movie rétro, illustre parfaitement la position paradoxale de Peter Bogdanovich au sein du Nouvel Hollywood. Le cinéaste aborde des thèmes en phase avec son époque (l’errance, la solitude, la marginalité) mais pour les inscrire dans une fable familiale qui renoue avec l’esprit du cinéma classique (avec pour modèle très lointain The Kid de Chaplin) ; il emprunte la forme déjà canonique du film de route, établie par des films comme Easy Rider, Point limite zéro, Macadam à deux voies, mais s’en écarte par le choix d’une action située dans le passé et d’une photographie en noir et blanc. D’où ce sentiment, très séduisant, que le film date à la fois des années 70 et des années 30." (extrait du dossier de presse)

Scala | 30 novembre 2013 à Blain  

prévisionnement régional relayé par l'association des cinémas de l'ouest pour la recherche