Issuu on Google+

Les co没ts de distribution des films fran莽ais

Mars 2006


Les coûts de distribution des films français

AVERTISSEMENT

Cette étude est réalisée sur un échantillon de films français qui ne représente pas l’intégralité des films français sortis en salle sur une année. Elle s’appuie sur un échantillon significatif mais pas représentatif de l’ensemble de la production française.

15 mars 2006

2


Les coûts de distribution des films français

Sommaire Méthodologie ............................................................................................... 4

1. La structure des coûts de distribution ...................................................... 6 2. Structure des coûts de distribution en fonction du nombre de copies ..... 8 3. Structure des coûts de distribution en fonction du devis de production des films..................................................................................................... 10

15 mars 2006

3


Les coûts de distribution des films français Méthodologie

Le Centre national de la cinématographie a réalisé une analyse sur les coûts de distribution des films ayant bénéficié de la contribution Canal+ à la distribution. Les données de cette étude concernent les frais d’édition certifiés (investissements réels) des films agréés par le CNC et dont la part française en production est au moins égale à 30 %. Les chiffres relatifs aux films sortis sur plus de 200 copies ayant été amortis en salles (hors MG salle) ne sont pas tous disponibles. L’analyse porte sur un échantillon de 284 films français sortis en salles en 2001 (143 films) et 2004 (141 films). Trois films ont été exclus de l’étude pour l’année 2001 et un film en 2004, soit pour des raisons techniques (absence de balance analytique), soit économique (économie spécifique au genre) : l’Art délicat de la séduction (CTV International - 2001), Etat de services (Rézo films- 2001), Origine Océan (La Géode - 2001) et Kiss of life (Haut et Court - 2004). Pour effectuer une analyse relativement précise des coûts de distribution, les frais d’édition ont été répartis en trois catégories : 1. les frais de laboratoires : frais techniques liés au tirage de copies, au stockage et frais liés à la conception et la fabrication du film annonce. 2. l’achat d’espaces publicitaires : affichage, radio, Internet, presse, cinéma, télévision. 3. Les coûts de promotion divers représentent deux types de dépenses, souvent cumulées au sein des balances analytiques envoyées par les distributeurs : les dépenses liées aux relations presse (fabrication de cartons d’invitation, location de salles de projection, avant-premières, festivals, rémunération de l’attaché de presse, voyages et déplacements, etc) ; la conception et fabrication du matériel publicitaire, c’est-à-dire conception et fabrication de l’affiche (photos exploitation, infographie, frais de fabrication divers), création et réalisation de spots radio, clips vidéo et sites Internet.

15 mars 2006

4


Les coûts de distribution des films français Présentation de l’échantillon Les deux échantillons de films français analysés présentent des caractéristiques communes en termes de nombre de films (143 films en 2001, 141 films en 2004), de frais d’édition (56,65 M€ en 2001 et 55,09 M€ en 2004), de copies tirées (119 en moyenne en 2001 et 108 en 2004) et de devis de production (3,60 M€ en 2001 et 3,65 M€ en 2004). 57 distributeurs différents sont représentés au sein de l’échantillon 2001 et 48 en 2004. CLASSEMENT DES 5 PREMIERS DISTRIBUTEURS 2001 Rézo Films (11 films) Bac Films (11 films) Océan Films (10 films) Pyramide (8 films) Mars distribution (8 films)

2004 Gémini Films (9 films) Studio Canal (8 films) Pyramide (8 films) Les Films du losange (8 films) Bac Films (7 films)

Source : CNC

Les cinq plus grands distributeurs de 2001 ont distribué un tiers des films sortis en salles cette même année, et cumulent 39 % des frais d’édition totaux. Les frais d’édition sont moins concentrés en 2004, les cinq premiers distributeurs ne représentant que 28 % des films distribués et 23 % des frais d’édition.

15 mars 2006

5


Les coûts de distribution des films français 1. La structure des coûts de distribution

Les frais d’édition sont équivalents sur les deux années (56,65 M€ en 2001 et 55,09 M€ en 2004) et se répartissent en 2004 de la manière suivante : 46 % d’achats d’espaces publicitaires, 32 % de frais de laboratoire et 22 % de frais relatifs aux relations presse et à la conception et fabrication du matériel publicitaire. Alors que les frais d’édition sont stables entre 2001 et 2004, les frais d’achats d’espaces publicitaires progressent de 13,5 % au total et de 15 % en moyenne par film. REPARTITION DES COUTS DE DISTRIBUTION (M€) 2001 films 143 frais d'édition (M€) 56,65 19,48 dont frais de laboratoire 22,42 dont achats d'espaces 14,75 dont frais divers (presse…) copies 17 062

2004 141 55,09 17,78 25,44 11,88 15 256

Source : CNC

REPARTITION DES COUTS MOYENS DE DISTRIBUTION PAR FILM (K€) 2001 2004 films 143 141 frais d'édition moyens (K€) 396,15 390,74 136,23 126,11 dont frais de laboratoire 156,78 180,41 dont achats d'espaces 103,15 84,23 dont frais divers (presse…) Moyenne des copies 119 108 Source : CNC

15 mars 2006

6


Les coûts de distribution des films français Ainsi, le poids des achats d’espace publicitaires représentent 46 % des frais d’édition en 2004, contre 40 % en 2001, soit une augmentation de 6 points.

2001

REPARTITION DES FRAIS D’EDITION 2004

Divers 26%

Frais de laboratoire 34%

Divers 22%

Frais de laboratoire 32%

Achat d'espaces 46%

Achat d'espaces 40%

15 mars 2006

7


Les coûts de distribution des films français 2. Structure des coûts de distribution en fonction du nombre de copies

Une majorité de films français sortis en 2001 et 2004 ont été distribué sur un nombre de copies inférieur à 50, soit 42 % de l’échantillon de 2001 et 49 % de l’échantillon des films 2004. Ces derniers concentrent respectivement 13,5 % et 13,0 % des frais d’édition totaux sur les deux années analysées.

REPARTITION DES FRAIS D’EDITION PAR TRANCHE DE COPIES (M€) dont frais de nombre de films frais d'édition laboratoire copies 2001 2004 2001 2004 2001 2004 1à9 17 28 1,54 1,55 0,53 0,52 10 à 49 43 41 6,12 5,71 2,17 1,80 50 à 99 27 20 6,91 5,38 2,26 1,79 100 à 199 26 28 12,85 14,26 4,06 4,88 200 à 399 22 18 16,29 17,15 6,56 5,7 400 et plus 8 6 12,94 11,05 3,90 3,09 Total 143 141 56,65 55,1 19,48 17,78

dont achats d'espaces 2001 2004 0,32 0,39 2,05 2,25 3,07 2,03 5,68 6,79 6,25 8,09 5,05 5,88 22,42 25,44

dont coûts divers 2001 2004 0,69 0,64 1,89 1,66 1,59 1,56 3,11 2,60 3,49 3,35 3,98 2,08 14,75 11,89

dont achats d'espaces 2001 2004 20,6 25,3 33,6 39,5 44,4 37,7 44,2 47,6 38,4 47,2 39,1 53,3 39,6 46,2

dont coûts divers 2001 2004 44,7 41,0 30,9 29,0 23,0 29,0 24,2 18,2 21,4 19,5 30,8 18,8 26,0 21,6

Source : CNC

REPARTITION DES FRAIS D’EDITION PAR TRANCHE DE COPIES (%) dont frais de nombre de films frais d'édition laboratoire Copies 2001 2004 2001 2004 2001 2004 1à9 12 20 100 100 34,7 33,7 10 à 49 30 29 100 100 35,5 31,5 50 à 99 19 14 100 100 32,6 33,2 100 à 199 18 20 100 100 31,6 34,2 200 à 399 15 13 100 100 40,2 33,3 400 et plus 6 4 100 100 30,2 28,0 total 100 100 100,00 100,00 34,4 32,3 Source : CNC

Plus le nombre de copies est important, plus le poids des frais de laboratoire dans les frais d’édition se réduit, passant de 31,5 % en 2004 pour les films à moins de 50 copies à 28,0 % pour les films à plus de 400 copies. La même tendance s’observe sur les coûts divers dont le poids est divisé par deux en 2004, passant de 4,01 % pour les films à moins de 10 copies à 18,8 % pour les films à fort potentiel commercial. En revanche, le poids des achats d’espaces publicitaires augmente à mesure que le nombre de copies est élevé. Les frais d’édition sont peu élevés pour les « petits films » et ce, pour plusieurs raisons. La part des dépenses de laboratoire représente entre 33 % et 35 % des frais d’édition, soit une part importante des frais de 15 mars 2006

8


Les coûts de distribution des films français sortie, ces dépenses étant incompressibles. En revanche, contrairement à d’autres films d’envergure plus importante, ces films vont plutôt miser sur une campagne de promotion efficace que sur des achats d’espaces, notamment d’affichage, qui leur seront très coûteux et d’efficacité non garantie par les résultats de l’exploitation en salles. En ce qui concerne les films français à fort potentiel commercial (plus de 400 copies dont un film à 835 copies : la Vérité si je mens 2 en 2001), ils semblent concentrer leurs investissements sur les achats d’espaces publicitaires plurimédias (affichage, presse, radio, télévision, Internet). En effet, les achats d’espace représentent pour ces films 53,3 % des frais d’édition en 2004 et 39,1 % en 2001. Réalisant de fortes économies d’échelle, la part des frais de laboratoire est plus faible que pour les autres films (30,2 % en 2001 et 28,0 % en 2004). Ces films sont généralement distribués par de grandes sociétés de distribution comme Warner Bros, Bac films, ou Pathé Distribution. Pour les films sortis en salles sur un nombre de copies compris entre 100 et 200, deux postes s’imposent dans la répartition des coûts de distribution : les frais de laboratoire (34,2 % en 2004) ainsi que les achats d’espaces publicitaires qui atteignent près de 47,6 % des dépenses de distribution. Cette catégorie de films (à rapprocher des films distribués sur 200 à 400 copies), comprend de nombreux échecs en salles (au regard de la comparaison des frais d’édition avec les encaissements distributeurs, hors MG salles), sur les deux années étudiées.

15 mars 2006

9


Les coûts de distribution des films français 3. Structure des coûts de distribution en fonction du devis de production des films

Les frais d’édition représentent en moyenne 11 % du devis d’un film sur les deux années étudiées. Bien que 2001 et 2004 présentent des échantillons de films relativement similaires (devis de production, total frais d’édition, poids des frais d’édition dans le devis), la structure des coûts de distribution évolue entre les deux années. POIDS DES FRAIS D’EDITION DANS LE DEVIS D’UN FILM films devis total (M€) devis moyen (K€) total frais d'édition (M€) dont frais de laboratoire (M€) dont achats d'espaces (M€) dont frais divers (presse,…) (M€) frais d'édition moyens (K€) part des frais d'édition dans le total des devis (%) dont frais de laboratoire (%) dont achats d'espaces (%) dont frais divers (presse,…) (%) copies copies moyennes

2001 143 515,2 3 602,80

2004 141 514,85 3 651,45

56,65 19,48 22,42 14,75 396,15

55,09 17,78 25,44 11,88 390,74

11,0 3,8 4,3 2,9

10,7 3,5 4,9 2,3

17 062 119

15 256 108

Source : CNC

Le poste relatif aux achats d’espaces publicitaires progresse de 13,5 % pour atteindre 180,41 K€ par film en 2004 contre 156,78 K€ en 2001. Il représente en moyenne près de 5 % des devis de production en 2004. En revanche, les frais divers liés aux relations presse et à la conception du matériel publicitaire enregistrent une baisse de 19,5 % au total et de 18,3 % en moyenne par film. Les frais de laboratoire diminuent également de 8,7 %, parallèlement à une baisse en volume des copies (- 10,6 %). Toutefois, le prix moyen d’une copie est stable puisqu’il atteint 1 141,8 € en 2001 et 1 165,5 € en 2004 (remises comprises).

15 mars 2006

10


Les coûts de distribution des films français REPARTITION DES FRAIS D’EDITION SELON LES TRANCHES DE DEVIS 2001 films devis total (M€) devis moyen (K€)

<1 M€ 23 13,62 592,12

1-2 M€ 25 35,24 1 409,68

2-4 M€ 49 141,6 2889,80

4-5 M€ 16 72,18 4 511,56

5-7 M€ 10 56,99 5 699,59

2,17 0,72 0,61 0,84 94,36

4,77 1,75 1,80 1,22 190,89

15,13 5,17 6,23 3,73 308,7

6,81 2,45 2,9 1,46 425,93

6,27 2,62 2,46 1,19 627,49

8,37 2,87 3,15 2,34 697,37

13,12 3,89 5,26 3,97 1 640,4

part des frais d'édition dans le total des devis (%) dont frais de laboratoire (%) dont achats d'espaces (%) dont frais divers (presse,…) (%)

15,9

13,5

10,7

9,4

11,0

8,7

13,2

5,3 4,5 6,1

5,0 5,1 3,4

3,7 4,4 2,6

3,4 4,0 2,0

4,6 4,3 2,1

3,0 3,3 2,4

3,9 5,3 4,0

copies copies moyennes

330 14

1 221 49

4 203 86

2 202 138

2 042 204

2 617 218

4 447 556

total frais d'édition (M€) dont frais de laboratoire (M€) dont achats d'espaces (M€) dont frais divers (presse,…) (M€) frais d'édition moyens (K€)

7-10 M€ >10 M€ 12 8 96,07 99,49 8 005,73 12 436,22

Source : CNC

REPARTITION DES FRAIS D’EDITION SELON LES TRANCHES DE DEVIS 2004 films devis total (M€) devis moyen (K€)

<1 M€

total frais d'édition (M€) dont frais de laboratoire (M€) dont achats d'espaces (M€) dont frais divers (presse,…) (M€) frais d'édition moyens (K€) part des frais d'édition dans le total des devis (%) dont frais de laboratoire (%) dont achats d'espaces (%) dont frais divers (presse,…) (%)

26 14,21 546,72

1-2 M€ 32 48,12 1 503,78

2-4 M€ 38 108,58 2 857,34

4-5 M€ 12 54,25 4 511,56

5-7 M€ 19 101,17 5 324,94

2,3 0,82 0,73 0,76 88,47

4,98 1,73 1,83 1,42 155,61

11,45 3,77 5,34 2,33 301,22

4,84 1,51 2,09 1,24 403,58

14,09 4,66 6,82 2,61 741,85

5,54 1,9 2,67 0,97 923,72

11,89 3,38 5,97 2,54 1 486,07

16,2%

10,3%

10,5%

8,9%

13,9%

11,6%

8,5%

5,8 5,1 5,3

3,6 3,8 2,9

3,5 4,9 2,1

2,8 3,8 2,3

4,6 6,7 2,6

4,0 5,6 2,0

2,4 4,2 1,8

390 15

1 282 40

3 116 82

1 533 128

4 229 223

1 625 271

3 081 385

copies copies moyennes

7-10 M€

>10 M€

6 8 47,95 140,56 7 991,93 17 570,05

Source : CNC

Les frais d’édition représentent une charge plus importante pour les films français à petit budget (16,2 %), en raison des frais de laboratoire qui atteignent près de 5,8 % du montant des devis (absence d’économie d’échelle). Les films français dont le devis est compris entre 4 et 5 M€ représentent une catégorie charnière de films pour lesquels le poids des frais d’édition est moins important (8,9 %), marquant une rupture par rapport aux autres tranches de devis.

15 mars 2006

11


Les coûts de distribution des films français Enfin, le poids par rapport au devis de production des frais d’édition des films à gros budget (supérieur à 10 M€) est logiquement moins important compte tenu des budgets concernés (devis moyen : 17,6 M€). La moitié des coûts de distribution de ces films français se compose d’achats d’espaces publicitaires, en raison de leur fort potentiel commercial.

15 mars 2006

12


les coûts de distribution des films français-1