Page 1

L'ACOR est une association inter-régionale implantée dans six régions de l'Ouest de la France – Bretagne, Centre, Haute-Normandie et Basse-Normandie, Pays de la Loire et Poitou-Charentes.

COMMUNIQUÉ Association des cinémas de l'ouest pour la recherche

N°03 Vendredi 21 mars 2014 p.1, 2 et 3 > Du côté des adhérents p.4 > soutiens GNCR p.5 > soutien ADRC / AFCAE patrimoine (soutien partenariat) p.6 > Infos ADRC p.7 > Infos distributeurs p.8 > Infos Cinéfondation

Elle regroupe des structures tournées vers la défense de l'art et essai et de la recherche dans le cinéma.

Directeur de publication : Yannick Reix, président de l'ACOR • rédaction : Catherine Bailhache et Soizig Le Dévéhat • contact@lacor.info • www.lacor.info Avec le soutien du CNC et des DRAC des régions Centre, Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes, Bretagne, Haute-Normandie, Basse-Normandie

DU CÔTÉ DES ADHÉRENTS Le Café des Images fête ses 35 ans et le passage de témoin entre Geneviève Troussier et Yannick Reix ! du 25 mars au 14 avril 2014 Plus d'infos sur les événements sur le site du Café des images ici

> Mardi 25 mars ••• HOMMAGE À AGNÈS VARDA, en sa présence 18H00 > DOCUMENTEUR (1981) | BLACK PANTHERS (1968) | UNCLE YANCO (1967) 20H30 > CLÉO DE 5 À 7 (France •1962) Agnès Varda ©Abaca

Samedi 5 et dimanche 6 avril de 9H30 à 17H30

"POUR VOUS, QU’EST-CE QUE LE CINÉMA ?" 30 personnalités présentes et invitées par Carole Desbarats, critique et historienne du cinéma, à répondre à la question d’André Bazin, en 15 minutes chrono, extraits de film à l’appui : "Pour vous, qu’est-ce que le cinéma ?"

Samedi 5 avril

> HOMMAGE À ALAIN CAVALIER, en sa présence | dès 19H00 au Théâtre d’Hérouville Un hommage à Alain Cavalier, parrain de ces journées emblématiques, sera rendu, en sa présence, en vous proposant la projection d’une sélection de ses court-métrages.

Alain Cavalier

©IP3 PRESS/MAXPPP - 2012 / Christophe Morin

> SOIRÉE FESTIVE pour les 35 ans du Café et le passage de relais Sur fond de Karaociné proposé par l’association La Pellicule Ensorcelée, et d’un Medley, concocté par le Big Band Café, des musiques cultes de ces 35 années pour chanter, danser et lever nos verres à la santé du cinéma et à l’avenir du Café des Images !

Dimanche 6 avril 13H40 > LE KID de Charlie Chaplin 15H00 > CINÉ-SPECTACLE "QUELLE FAMILLE !" en partenariat avec le festival Ribambelle 19H00 > Avant-première CON LA PATA QUEBRADA de Diego Galan

Wang Bing

© Cédric Mal

Mardi 8 avril 20H00 > Avant-première LES CHIENS ERRANTS de Tsai Ming-liang (Taïwan/France • 2014) En partenariat avec le festival Chansons sans frontières et le Ciné-club de Caen.

Vendredi 11 avril ••• RENCONTRE AVEC WANG BING , animée par Emmanuel Burdeau 17H00 > L'HOMME SANS NOM (Fr./Chine • 2010) 19H30 > LES 3 SŒURS DU YUNNAN (Chine • 2013)

Con la pata quebrada de Diego Galan

Lundi 14 avril ••• SOIRÉE "MUMBLECORE", en présence d'Emmanuel Burdeau Le "Mumblecore" est une mouvance du cinéma indépendant américain née au tournant du 21 e siècle. Ces films sont caractérisés principalement par une production dite "fauchée" (souvent tournés en numérique), des sujets tournant autour des relations entre personnes de vingt à trente ans, des dialogues en partie improvisés et des acteurs non professionnels. Lynn Shelton, Andrew Bujalski, Mark Duplass, Jay Duplass, Aaron Katz, Joe Swanberg ou Barry Jenkins en sont les principales figures.

18H30 > HANNAH TAKES THE STAIRS de Joe Swanberg (USA • 2007) 20H30 > Avant-première COMPUTER CHESS de Andrew Bujalski (USA • 2014)

Hannah Takes the Stairs de Joe Swanberg


A l'Apollo à Chateauroux, du 2 au 8 avril 2014 RETOURS VERS LE FUTUR 8èmes rencontres cinématographiques dédiées à la mémoire, organisées en collaboration avec Ciclic Programme complet sur le site de l'Apollo ici ou le site de Ciclic ici

►SÉANCES COMMENTÉES À toute allure Programme de films amateurs du pôle patrimoine de Ciclic (1940-1980 • 1H00) > Films commentés par Jean-Benoît Pechberty du pôle patrimoine de Ciclic. À toute allure est une séance de films amateurs consacrée à la voiture, aux cascades automobiles en tout genre et aux mordus du volant.

Carte blanche à Laurent Mabed

Programme de films amateurs du pôle patrimoine de Ciclic (1930-1980 • 1H15) > Films commentés par Laurent Mabed, journaliste reporter d’images à Bip TV et Jean-Benoît Pechberty du pôle patrimoine de Ciclic. Laurent Mabed a avant tout voulu célébrer « un certain art de vivre ensemble » au XXe siècle : un joyeux camping à Éguzon en 1950, les Swinging Sixties à Graçay autour du bar du cinéaste Jean Chaudron et des fêtes hautes en couleurs à travers le département !

►SÉANCES-RENCONTRES L’AVENIR DE LA MÉMOIRE de Diane Baratier (France • 2013 • 1H25) Diane Baratier découvre que Goha, le film de son père Jacques Baratier se détériore et décide alors de le faire restaurer. Elle s'interroge sur la restauration, la dématérialisation des supports et le devenir du numérique. • Présentation et discussion avec Diane Baratier

LA CICATRICE, UNE FAMILLE DANS LA GRANDE GUERRE de Laurent Véray (France • 2013 • 52') Miroir de la vie d’un pays tout entier divisé entre le front et l’arrière, La Cicatrice évoque la Première Guerre mondiale dans ses rapports entre l’intime et le collectif. • Présentation et discussion avec Laurent Véray

POUSSIÈRES D’AMÉRIQUE de Arnaud Des Pallières (France • 2011 • 1H38) Un poème fait de morceaux d'autres films, de bouts de phrases, de musiques. Qui raconte beaucoup d'histoires. Infimes, et qui, mises ensemble, font ce qu'on appelle la grande histoire. • Présentation et discussion avec Damien Monnier, réalisateur

L’HÉROÏQUE CINÉMATOGRAPHE de Laurent Véray et Agnès de Sacy (France • 2003 • 48')

Restauration en 3D numérique de L'Étrange créature du lac noir qui fût une source d’inspiration pour Spielberg, Burton et Guillermo del Toro

►CINÉ-CONFÉRENCE

MashUp : remixes, sampling, remontage et détournement des images Ciné-conférence animée par Jean-Yves de Lépinay, directeur des programmes du Forum des images, Paris À l’heure de la multiplication des images et de leur circulation en continu sur le web, Jean-Yves de Lépinay propose une ciné-conférence autour du «mashUp », pratique résolument contemporaine qui consiste à retravailler et à mêler sons et images déjà existants pour faire apparaître de nouveaux sens, raconter une nouvelle histoire.

►CINÉ-CONCERTS MAX LINDER ! (4 courts métrages • France • 1912-1915 • 1H15 • N&B) • Présentation et discussion avec Stéphane Goudet, historien du cinéma, spécialiste du burlesque. Accompagnement au piano par Jacques Cambra

VERDUN, VISIONS D’HISTOIRE de Léon Poirier (France • 1928 • 2H40 • N&B) > Accompagnement au piano par Hakim Bentchouala-Golobitch

Soldats dans les tranchées, explosions : ces images, nous les connaissons, ce sont celles des champs de bataille pendant la guerre de 1914-1918. Mais en les observant de près, on s’aperçoit que ce ne sont pas des images prises sur le vif. • Présentation et discussion avec Laurent Véray

CHÂTEAUROUX, LES FÊTES DU RETOUR DES POILUS, 24 AOÛT 1919

LE DERNIER DES INJUSTES de Claude Lanzmann (Fra./Aut. • 2013 • 3H38)

• Avec Jean Bolcato, contrebasse, voix, Guy Villerd, saxophone ténor, laptop

(France • 1919 • 22' • N&B • muet) | Ciné-concert produit par Ciclic.

• Accompagnement piano par Christophe Heyraud

KOKO LE CLOWN de Max et Dave Fleischer (USA • 1919-1923 • 46' • N&B)

À partir d’un entretien réalisé durant la préparation de Shoah avec Benjamin Murmelstein, Claude Lanzmann livre une nouvelle réflexion sur la complexité des procédures du mal. • Présentation par Laura Koeppel, assistante à la mise en scène du film

►SÉANCES EN TEMPS SCOLAIRE

À TABLE ! (1930-1980 • 25') Programme de films amateurs du pôle patrimoine de Ciclic

A partir de 7 ans

CINÉ-CONCERT KOKO LE CLOWN par l’ARFI | à partir de 5 ans LES CONTES DE LA NUIT de Michel Ocelot (France • 2011 • 1H24)

• Films commentés par Julie Guillaumot du pôle patrimoine de Ciclic.

NO PASARÁN, ALBUM SOUVENIR de Henri-François Imbert (France • 2003

LA MÉLODIE DU BOUCHER de Amélie Bonnin (France • 2012 • 52')

FREE ANGELA AND ALL POLITICAL PRISONERS de Shola Lynch (États-

Christian est boucher-charcutier à Vendoeuvres, comme son père, grand-père et arrière-grand-père. L'heure de la retraite a sonné : qu'adviendra-t-il de sa boutique, de son laboratoire et du camion avec lequel il parcourt les routes pour vendre ses produits aux personnes âgées ? • Présentation et discussion avec Amélie Bonnin et son oncle Christian Languillon, boucher et futur retraité

► PROJECTION INÉDITE EN 3D

L’ÉTRANGE CRÉATURE DU LAC NOIR de Jack Arnold (USA • 1954 • 1H19)

• 1H10 • VOStf) | Pour les collégiens et les lycéens Unis/France • 2012 • 1H37 • VOStf) | Pour les lycéens

ATELIERS MASHUP par Wilfried Jude (cinéaste, intervenant en atelier et porteur de projets d'éducation à l'image) | À partir de 8 ans

ATELIERS OMBRES CHINOISES par Emmanuelle Marcelot (animatrice, en charge des dispositifs scolaires à l’Apollo) | À partir de 7 ans

Et aussi des journées professionnelles, un programme de films de Chris Marker, un live audiovisuel «Mashup Surprise » ...

Photos ci-dessus, de gauche à droite : Verdun, visions d’histoire de Léon Poirier, photo d'un filminclus dans le programme conçu par Laurent Mabed, l’Étrange créature du lac noir de Jack Arnold


L'Arvor à Rennes fête ses 30 ans ! du 4 mars au 29 avril 2014 : Un film, une rencontre chaque mardi à 20H Plus d'infos sur le site de l'Arvor ici Le cinéma Arvor s'est installé rue d'Antrain en 1983. Que s'est-il passé dans le monde depuis le début des années quatre-vingt et que nous dit le cinéma de ces trois décennies ? Durant deux mois, en mars et avril, l'Arvor vous propose un cycle de films et de rencontres avec des invités, spécialistes des questions internationales, pour évoquer quelques événements marquants de ces trente dernières années. Au-delà du regard vers le passé, ce programme anniversaire est aussi l'occasion d'ouvrir des perspectives sur le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui. Neuf films, neuf rencontres, c'est peu pour parcourir trente ans : il s'agit simplement de mettre en lumière quelques temps forts représentatifs de cette période, entre la fin du 20ème et le début du 21ème siècle. Nous avons établi notre sélection en fonction de la qualité des films et des intervenants qui ont accepté de les accompagner.

IL ÉTAIT UNE FOIS VERONICA de Marcelo Gomes (Brésil • 2014)

PREMIÈRES NEIGES de Aida Begic (Bosnie / Allemagne / France • 2008)

suivie d'une rencontre sur les mutations de la société brésilienne des années 2000 avec Alberto Da Silva, Maître de conférence en civilisation contemporaine brésilienne à l'Université Paris IV – Sorbonne, en partenariat avec Clair Oscur (Travelling Rio)

suivie d'une rencontre sur la guerre dans les Balkans avec Dominique Maliesky, directrice des relations internationales à l'IEP de Rennes.

PEOPLE MOUNTAIN PEOPLE SEA de Shangjun Cai (Chine • 2011)

BARBARA de Christian Petzold (Allemagne • 2012)

suivie d'une rencontre sur les métamorphoses de la Chine avec Cédric Quennesson, Directeur de l'Institut Confucius de Bretagne.

suivie d'une rencontre sur la RDA à la veille de la chute du Mur avec Richard Blanchet, Maïtre de conférences au Département allemand de l'Université Rennes 2.

SHADOW DANCER de James Marsh (Irlande / Royaume-Uni • 2012)

RENGAINE de Rachid Djaïdani (France • 2012) suivie d'une rencontre sur la situation dans les banlieues en France depuis 30 ans avec Christophe Moreau, sociologue à JEUDEVI, chercheur associé à la Chaire jeunesse - EHESP Rennes.

ELENA de Andreï Zviaguintsev (Russie • 2011) suivie d'une rencontre sur le thème des nouveaux rapports sociaux et générationnels dans la Russie poutinienne avec Cécile Vaissié, Professeur des universités en études russes et soviétiques à l'Université de Rennes 2.

suivie d'une rencontre sur le conflit et les négociations de paix en Irlande du Nord avec Yann Bevant, Directeur du département anglais à l'Université de Rennes 2.

OMAR de Hany Abu-Assad (Palestine • 2013) suivie d'une rencontre sur le conflit israélo-palestinien avec Dominique Maliesky, directrice des relations internationales à l'IEP de Rennes.

LA TERRE OUTRAGÉE de Michale Boganim (Ukraine/Pologne • 2012) suivie d'une rencontre avec la réalisatrice et la productrice Laetitia Gonzales (les Films du poisson)

Photo en haut : Barbara de Ch. Petzold ; ci-dessus de gauche à droite : People Mountain People Sea de Shangjun Cai, Elena de A. Zviaguintsev et Premières neiges de A. Begic

Les Transversales cinématographiques # 4

Au Ciné-TNB et autres lieux à Rennes, du 19 au 22 mars 2014 Littérature et cinéma : projections, colloque, rencontres... Programme complet sur le site de l'Université de Rennes 2 ici Entre littérature et cinéma, le trafic est intense et dans les deux sens : le cinéma dès sa naissance a ouvert les bibliothèques pour y emprunter romans, nouvelles, pièces de théâtre et procéder à l’adaptation des textes littéraires qui remplit les salles mais alimente aussi les débats autour de questions à la fois évidentes et complexes (comme le fameux problème de la fidélité au texte original). Dans le sens inverse, le cinéma a très tôt influencé la littérature par ses façons de raconter les histoires et de montrer les corps en action, au point qu’il est difficile aujourd’hui de dissocier complètement écriture littéraire et perception cinématographique. Proposées par l’Université Rennes 2, les Transversales cinématographiques ont cette année pour objectif de donner à voir et à comprendre aux publics rennais la richesse et la complexité de ces relations entre littérature et cinéma. Projections de très grands films du répertoire et adaptations cinématographiques majeures, hommage à Marguerite Duras, tables rondes avec des invités prestigieux (Michael Lonsdale, Gilles Taurand et Tanguy Viel), lectures d’un très grand auteur réputé inadaptable : Marcel Proust, et colloque international, se proposent donc d’appréhender cette relation sous tous ses aspects. Jean Cléder et Frank Wagner, programmateurs du festival


SOUTIENS GNCR LES AMANTS ÉLECTRIQUES de Bill Plympton États-Unis • 2013 • 1H17 • animation | ED Distribution • 23 avril 2014

Edition d'un document d'accompagnement GNCR Plus d'infos sur le site du distributeur ici | site du film ici Jake et Ella se rencontrent dans un accident d'auto-tamponneuse et s'éprennent follement l'un de l'autre. Mais c'est sans compter le machiavélisme d'une garce qui sème le trouble chez les amoureux transis. Jusqu'où la jalousie les mènera-t-elle ? Entre envie de meurtres, tromperies en tout genre et un peu de magie, Jake et Ella sauront-ils surmonter leur rancœur ?

[…] beaucoup plus léger qu'à l'accoutumée, les Amants électriques (Cheatin’) est une œuvre muette, épurée et brillante qui constitue une évolution logique à la filmographie du maître. Et ce qu'il retire en mots et en vulgarité, il le transforme en mille et une idées merveilleuses de mise en scène, s'affranchissant de toute barrière physique, optique ou logique pour plonger dans la pure liberté. Ce n'est pas une nouveauté, la filmographie de Plympton regorge de propositions visuelles et artistiques à vous donner le tournis, ici c'est tout simplement trois marches au dessus. [...] Une fois n'est pas coutume, la forme l'emporte largement sur le fond, les émotions sur le discours. Mais quelle forme ! Quelles émotions ! Il faut voir comment la première séquence est conçue ! Si l'on peut donc clairement regretter la vision de The Tune ou la fougue narrative de Hair haigh, Les amants électriques nous renverse littéralement par sa mise en scène étourdissante, son humour téméraire et sa photographie divine. L'animateur de génie croque chacune de ses planches avec une inspiration grisante, une exaltation telle qu'on le croirait revenu à ses premiers longs. Bill Plympton place son œil partout, sans contrainte, étire les corps et les lieux, malaxe les distances et sublime les lumières. Les amants électriques est un plaisir rare, l'occasion trop belle de plonger à corps perdu dans le crâne d'un fou, dans les rêveries d'un homme sans brides et en ressortir béat, essoré par tant d'audace et de folie. […] Jérôme Sivien • www.lepasseurcritique.com ici

O·H·N·K accompagne la sortie du film Les Amants Electriques en produisant une nouvelle Séquence (1 film + 1 invité = 3 ') disponible gratuitement pour les salles et sur internet. Pour la voir cliquer ici

> 3 volets : • BOUCHE À OREILLE : une vidéo de 3' avec l'artiste Sir Alice disponible en DCP (Téléchargement gratuit sur demande) Sir Alice (photo ci-contre) est une auteur, compositeur, interprète producteur. Dans le domaine de l'art contemporain, elle s'est fait connaître comme performeur et produit maintenant des travaux vidéos, photos et installations. Tornade schizophrénique ou égérie inspirée, elle est une référence dans tous les milieux qu'elle bouscule. Présentation de Sir Alice ici

• EDUCATION ARTISTIQUE : un format interactif disponible sur le web : Analyse de séquence et filmographie commentée par Xavier Kawa-Topor

• ACTION CULTURELLE : une avant-première retransmise via Livestream sur le web et dans les salles partenaires > Contacts : O·H·N·K | Thierry Bohnké : 06 87 20 23 81 • sequence@ohnk.net l www.ohnk.net

CONVERSATION ANIMÉE AVEC NOAM CHOMSKY de Michel Gondry

France • 2013 • 1H25 | Shellac • 30 avril 2014

Edition d'un document d'accompagnement GNCR Plus d'infos sur le site du distributeur ici A travers une série d'entretiens, Michel Gondry illustre, au sens propre comme au figuré, les théories de Noam Chomsky, ainsi que les moments personnels que Chomsky révèle, dans un film d'animation, où la créativité et l'imagination de Gondry se mettent au service de la rigueur intellectuelle de Chomsky.

(…) Cette Conversation animée avec Noam Chomsky est littérale : pas de discussion en champ/contre-champ avec Chomsky agrémentée d’images d’archive, mais une succession de séquences animées par son interlocuteur, Gondry, et avec simplement la tête du philosophe et linguiste qui apparaît en médaillon de temps à autre. Comment rendre compte d’un des cerveaux les plus brillants de notre temps, dont l’impact va bien au-delà des bancs de la fac ? De façon totalement décomplexée. Qu’on parle Aristote, Galilée, Descartes ou Newton, des origines du langage ou de l’holocauste, Gondry offre un reflet animé au style enfantin mais qui ne simplifie jamais la complexité de la pensée. Au contraire, l’imaginaire ultra-riche du Français (...) se met à la hauteur de la richesse du propos. (…) L’animation sert aussi de moyen de communication, Chomsky prend parfois le stylo de Gondry tandis que ce dernier, pour se faire comprendre, montre volontiers ses animations à l’Américain. Gondry illustre mais ses dessins n’enferment pas la réflexion. Lui et Chomsky en viennent à s’interroger sur les mécanismes mystérieux de l’inspiration. Chomsky n’affirme jamais, ne martèle pas son opinion. Gondry, par son animation effrénée, ne fait que suggérer et lancer des pistes poétiques à partir de concepts et observations variées. (...). Riche, surprenant, passionnant, drôle : Conversation animée avec Noam Chomsky est à la fois un brillant exercice de style, un moment précieux passé avec son sujet et une nouvelle pierre constituant le palais idéal et bricolé de son réalisateur. Nicolas Bardot • Filmdeculte ici


SOUTIEN ADRC / SOUTIEN PARTENARIAT AFCAE PATRIMOINE RÉTROSPECTIVE AGNES VARDA Distribution : Ciné-Tamaris • de mars à juillet 2014

> Document édité par l’ADRC en partenariat avec Ciné-Tamaris (textes originaux d’Agnès Varda) > Avant-programme numérique proposé par l'ACPA, en partenariat avec l'ADRC > exposition (portfolio de 10 photographies) > Plus d'infos sur le site du distributeur ici

CLÉO DE 5 À 7

1962 • 1H30 • avec Corinne Marchand, Antoine Bourseiller et Dominique Davray • sortie : 19 mars

Cléo, belle et chanteuse, attend les résultats d’une analyse médicale. De la superstition à la peur, de la rue de Rivoli au Café Le Dôme, de la coquetterie à l’angoisse, de chez elle au Parc Montsouris, Cléo vit quatre-vingt-dix minutes particulières. Son amant, son musicien, une amie puis un soldat lui ouvrent les yeux sur le monde.

LA POINTE COURTE

1954 • 1H20 • avec Philippe Noiret et Silvia Monfort • sortie : mai / juin 2014

À Sète, dans le quartier qui borde l'étang de Thau et que l'on appelle "La Pointe Courte", un homme revient pour les vacances sur les lieux de son enfance. Il espère faire partager à sa jeune épouse son amour pour ces paysages. Le couple, que mine l'incompréhension, ne s'intéresse guère à l'existence et aux problèmes des habitants du quartier.

SANS TOIT NI LOI

1985 • 1H45 • avec Sandrine Bonnaire, Yolande Moreau • sortie : mai / juin 2014

Une jeune fille errante est trouvée morte de froid : c’est un fait d’hiver. Était-ce une mort naturelle ? C’est une question de gendarme ou de sociologue. Que pouvait-on savoir d’elle et comment ont réagi ceux qui ont croisé sa route ?

LIONS LOVE (… AND LIES) 1969 • 1H50 • avec Viva, Jerry Ragni, Jim Rado • sortie : Juillet 2014 Trois acteurs (Viva, Jim et Jerry) sur le chemin de la « staricité » et sur celui non moins difficile de la maturité vivent dans une maison louée sur une colline de Hollywood. Ils ont tous les trois des crinières de lion. Ils vont vivre à leur façon l’assassinat de Robert Kennedy à travers ce que la télévision en montre, alors que leurs amis ont d’autres problèmes.

MUR MURS 1980 • 1H20 • documentaire • sortie : Juillet 2014

Mur Murs est un documentaire sur les « murals » de Los Angeles, c’est-à-dire les peintures sur des murs de la ville. Qui les peint. Qui les paye. Qui les regarde. Comment cette ville, qui est la capitale du cinéma, se révèle sans trucage, avec ses habitants par ses murs murmurants. Les murs californiens parlent à une française qui les découvre.

DOCUMENTEUR 1981 • 1H03 • documentaire • sortie : Juillet 2014 Documenteur raconte l’histoire d’une Française à Los Angeles, Émilie, séparée de l’homme qu’elle aime, qui cherche un logement pour elle et son fils de 8 ans, Martin. Son désarroi est plus exprimé par les autres qu’elle observe que par elle-même, vivant silencieusement un exil démultiplié. Elle tape à la machine face à l’océan. Quelques flashes de sa passion passée la troublent et elle consacre à son fils toute son affection.

UNCLE YANCO 1967 • 30' • documentaire • sortie : Juillet 2014 « Dans les faubourgs aquatiques de San Francisco, vit un Grec sur une péniche. Il peint des villes célestes et byzantines. Il navigue sur une barque à la voile latine. Il reçoit des hippies et des contestataires dans son bateaumaison. J’ai découvert qu’il était mon oncle d’Amérique et quel merveilleux bonhomme il était. » Agnès Varda

BLACK PANTHERS 1968 • 28' • documentaire • sortie : Juillet 2014 Black Panthers a été tourné à Oakland (Californie) au cours des manifestations autour du procès de Huey Newton, leader des activistes noirs… Au temps où les Black Panthers avaient un programme et des projets, avec entraînement des troupes, meetings, danses et déclarations, au temps où les Black Panthers inquiétaient les USA.

Également disponible en complément

LES PLAGES D’AGNÈS (2008 • 1H50).

Photos à gauche de haut en bas : Cléo de 5 à 7, la Pointe courte, Sans toit ni loi, Lions Love, Murs Murs, Documenteur ; ci-dessous : Uncle Yanco, Black Panthers


INFOS ADRC PATRIMOINE Pour toutes les informations concernant les soutiens (films, concerts et cycles répertoire), aller sur le site de l'ADRC ici Contact : Rodolphe Lerambert et Anne Rioche | département Patrimoine | 01 56 89 20 36 - patrimoine@adrc-asso.org

••• CYCLES (début 2014) ••• ►INGMAR BERGMAN (mars 2014) 7 films | Suède | 1955 -1978 | couleurs et N&B | Versions restaurées inédites | Distribution : Carlotta Films

Document édité par l’ADRC (textes originaux de N.T Binh, animations en salles à des conditions aménagées) en collaboration avec Carlotta. Plus d'infos ici Ingmar Bergman (1918-2007) est sans doute le cinéaste qui a le plus influencé les réalisateurs de tous horizons. Parfois perçu comme austère, son cinéma s’impose avec le temps par sa diversité : drames et comédies, contes médiévaux et chroniques contemporaines, onirisme et hyperréalisme... La réédition de ses œuvres majeures permet à de nouvelles générations de (re)découvrir un créateur qui n’a jamais quitté les feux de l’actualité

SOURIRES D’UNE NUIT D’ÉTÉ (1955) | LE SEPTIÈME SCEAU (1956) | LES FRAISES SAUVAGES (1957) | LA SOURCE (1960) | PERSONA (1965) | SCÈNES DE LA VIE CONJUGALE (1973) | SONATE D’AUTOMNE (1977) Egalement disponible auprès de l'ADRC :

FANNY ET ALEXANDRE (1981 • Distribution : Gaumont) AU SEUIL DE LA VIE (1950 • Distribution : Les Editions Montparnasse) Persona et Sonate d'automne

►LA GRANDE GUERRE AU CINEMA (avril 2014) Document édité par l’ADRC (textes originaux de Laurent Véray) animations en salles à des conditions aménagées, labellisation par la commission du centenaire en cours…

QUATRE DE L’INFANTERIE de Georg Wilhelm Pabst (1930 • Tamasa) JOHNNY S’EN VA-T-EN GUERRE de Dalton Trumbo (1971 • Tamasa) A L’OUEST RIEN DE NOUVEAU de Lewis Mlestone (1931 • Swashbuckler Films) LES SENTIERS DE LA GLOIRE de Stanley Kubrick (1957 • Carlotta Films ) LA GRANDE ILLUSION de Jean Renoir (1937 • Carlotta films) LES CROIX DE BOIS de Raymond Bernard (1930 • Pathé distribution) Johnny s'en va-t-en-guerre

►AGNÈS VARDA (mars à juillet 2014) | cf page précédente du communiqué

••• CINE-CONCERTS ••• ►LES NOUVELLES (MES)AVENTURES D’HAROLD LLOYD États-Unis • 1917-1919 • 48' • N&B | Carlotta Films • 9 avril 2014 • version restaurée inédite | Plus d'infos ici

Troisième grand comique du cinéma muet américain avec Charlie Chaplin et Buster Keaton, Harold Lloyd est resté célèbre comme « l’homme aux lunettes d’écaille ». Dans ce nouveau programme de 4 courts-métrages, il campe un personnage de jeune amoureux un peu gauche en prise à des situations plus loufoques les unes que les autres : qu’il soit maître-nageur malgré lui ou prisonnier d’une étrange tribu de femmes pirates, Harold Lloyd se joue de tous les obstacles pour séduire sa belle. Quatre histoires hilarantes et rocambolesques à découvrir pour la première fois en version numérique restaurée ! HAROLD CHEZ LES PIRATES de Hal Roach (1919 • 19') UN, DEUX, TROIS, ... PARTEZ ! de Alf Goulding (1919 • 10')

MON AMI LE VOISIN de Harold Lloyd & Frank Terry (1919 • 9') HAROLD À LA RESCOUSSE de Alf Goulding (1917 • 10')

A VENIR : ► CHANTAGE de Alfred Hitchcock (1929 • Tamasa distribution • à dater) ►CHARLOT PATINE / CHARLOT POLICEMAN / L’EMIGRANT de Charles Chaplin (1916-1917 • Tamasa distribution • à dater)

••••••••••••••••••••••••• PROCHAINS SOUTIENS AFCAE (présentés dans le prochain communiqué) Patrimoine / Répertoire

Actions/promotion

> L’ENCLOS d’Armand Gatti (Clavis films • mai 2014) soutien partenariat > LA VIEILLE DAME INDIGNE de René Allio (Shellac • 9 juillet 2014)

> DANS LA COUR de Pierre Salvadori (Wild Bunch • 23 avril 2014) > BLACK COAL, THIN ICE de Diao Yinan (Memento Films • 11 juin)

Jeune public > LE CARNAVAL DE LA PETITE TAUPE de Zdenek Miler (Les Films du Préau •

septembre 2014)


INFOS DISTRIBUTEURS JEUNE de Christian Zerbib

France • 2013 • 1H34 | A-parts distribution • 6 mai 2014

Contact : Virginie Vinet | A-PARTS Distribution | 09 53 58 42 73 - 06 63 68 66 31 Plus d'infos ici | le réalisateur se déplace pour des débats en salle Vingt jeunes filles et garçons ont choisi de se battre et se sont emparés des armes de la création pour nous raconter, sans filtre ni intermédiaire, leur parcours de déscolarisation. Bien décidés à s’en sortir, ils nous le font savoir au travers d’autoportraits dictés par l’intime, avec la conviction qu’ils peuvent redevenir maitres de leur destin et redonner du sens au mot avenir.

Christian Zerbib, pourquoi choisir de réaliser un film sur la déscolarisation ?

Parce que c’est un phénomène universel, pas seulement français, et que c’est une bombe à retardement - rien que chez nous, près de deux millions d’hommes et de femmes de 15 à 29 ans ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation. Nos sociétés laissent à la dérive des pans entiers de la jeunesse. Qui s’en alarme ? J’ai voulu rendre audible et visible cette jeunesse en déshérence, résignée, et vulnérable. Montrer de l’intérieur la réalité de cette gigantesque machine à broyer de l’avenir. Et pourtant JEUNE n’est pas une enquête sociologique ou politique. On a même plutôt l’impression d’un film choral…

Son titre le dit : c’est avant tout un film sur ce que c’est d’être jeune aujourd’hui. Et pour cela j’ai voulu donner la parole à des jeunes déscolarisés. Faire en sorte qu’ils se racontent et se livrent sans interface, sans grille de lecture préétablie. C’est eux qui nous parlent, dans leur langue, avec sa vérité crue. Ils portent aussi en eux une sorte de condition universelle de la jeunesse, déscolarisée ou non. En ce sens, oui, c’est un film choral, parce que JEUNE est fait de l’agrégation de leurs multiples points de vue. (extrait du dossier de presse • ici)

J'AI PAS CHANGÉ DE BORD de Christian Blanchet France • 2013 • 1H40 | Les Films de la contrebande • 14 mai 2014

Plus d'infos, contacts ici | le réalisateur se déplace pour des débats en salle D'une élection présidentielle à l'autre, Christian Blanchet, quinquagénaire, regarde la ville qu’il a quittée à 18 ans : Avranches, en Basse-Normandie. Il filme les cérémonies officielles, les mouvements sociaux, questionne les mais retrouvés, son frère et les ouvriers de son entreprise, les députés UMP de la ville, des lycéens, des militants politiques et syndicaux... Croient-ils en la politique - comme lui voudrait encore y croire ?

J’ai pas changé de bord fait partie de ces films qui expliquent le général par le singulier, le national par le local, la grande Histoire par la petite... Cette voie « modeste » lui permet de tenter une définition de la politique. La politique, ce serait comme la foi, il faut y croire, pour qu’elle existe, pour pouvoir la penser, la vivre. Ce serait aussi le fruit de forces contraires ; d’un côté le discours incantatoire, lyrique, de l’autre, la confrontation au réel. Le comportement politique oscillerait entre un besoin d’être « emporté » par un idéal et un impératif tactique, motivé par la réalité des rapports de forces, un territoire où la notion de « vote utile » est devenue centrale. Voilà ce que dit, ou tente de dire, J'ai pas changé de bord. Christian Blanchet

SARAJEVIENS de Damien Fritsch

France • 2013 • 1H45 • Iskra • juin 2014 | Site Iskra ici Plus de vingt ans après le siège de Sarajevo en 1992, alors que toutes les caméras du monde ont détourné leurs objectifs, qui sont aujourd’hui les Sarajéviens ? De rencontres en rencontres, en explorant la mémoire des habitants, nous cheminons entre passé, présent et avenir en évoquant leurs espoirs et leurs doutes. Un voyage, de visages en lieux, dans une ville en pleine mutation.

Donner corps aux émotions, montrer la matérialité du silence, voilà l’essai réussi d’Emmanuel Saada avec Les Éléphants, un film sensoriel où des situations vues mille fois au cinéma prennent une profondeur et une intensité nouvelles. Des gros plans, des visages songeurs, des regards échangés, une lumière douce et diffuse… Par touches impressives, les relations se dessinent entre des personnages silencieux, encore sans nom, liés les uns aux autres dans un film choral où chaque individu existe avant tout par la force de ses états d’âme. Leur histoire, passée et présente, n’est dévoilée que par bribes au fil de séquences hypnotiques. Ainsi le film parcourt une année dans la vie d’un groupe d’amis. Mois après mois, leurs tristesses et leurs joies sont explorées avec pudeur : qu’il s’agisse du désir d’enfant, de la peur de la paternité, du délitement du couple, de la recherche de ses origines, de la complexité des liens filiaux et fraternels… Dans cette fresque intimiste, le gros plan est maître pour saisir le moindre tressaillement sur les visages contrits. D’ailleurs, ce film impressionniste exalte par-dessus tout la beauté et la sensibilité de ses interprètes, forts d’un long travail de préparation avec le réalisateur, dont la mise en scène se construit sur un respect et un amour visibles pour tous ses acteurs. [...] Ainsi Emmanuel Saada livre une fiction sensible dont il se dégage une douceur rare et précieuse. Carole Milleliri • Critikat ici Rappel : Iskra a sorti le Fond de l'Air est Rouge de Chris Marker le 30 octobre 2013. Le GNCR et l'ADRC financent le déplacement et dédommagement des intervenants de la revue Vertigo sur ce film et autres films faisant partie de la programmation « Planète Marker ». Plus d'infos ici


La Cinéfondation présente « Les nouveaux horizons du cinéma », du 18 au 29 avril 2014 en partenariat avec Ilikecinema.com

Présidée par Gilles Jacob, la Cinéfondation soutient la création cinématographique dans le monde et prépare la relève d'une nouvelle génération de cinéastes. L’Atelier et la Résidence accompagnent et accélèrent le développement de films d’auteurs provenant du monde entier. Chaque année, une dizaine de longs métrages internationaux sont produits grâce aux rencontres entre professionnels organisées à Paris et au cours du Festival de Cannes. Si les dispositifs de soutien permettent l’émergence de films, la production et distribution dites indépendantes connaissent de vraies difficultés à se frayer un chemin vers les écrans et a fortiori vers les spectateurs. Cet événement a pour objectif de faire connaître le travail de La Cinéfondation auprès des publics cinéphiles.

LES FILMS ► 6 films distribués Contactez directement le distributeur | support DCP • location commerciale • 40% • pas de MG

RÊVES D’OR de Diego Quemada Diez (Cannes 2013

• Un Certain Regard : Prix d’interprétation)

Pretty Pictures • 01 43 14 10 00

LES CHEVAUX DE DIEU de Nabil Ayouch (Cannes 2013 • Un Certain Regard) Stone Angels • 01 42 57 45 74

DESPUES DE LUCIA de Michel Franco (Cannes 2012 • Prix Un Certain Regard) Bac Films • 01 53 53 52 52

FIFI HURLE DE JOIE de Mitra Farahani

(Berlinale 2013 • Panorama ; Cinéma du réel 2013)

Urban Distribution • 01 48 70 46 57

CHRONIQUES D’UNE COUR DE RÉCRÉ de Brahim Fritah (Cinémed 2013) Jour2Fête • 01 40 22 92 15

LA SOCIEDAD DEL SEMAFORO de Ruben Mendoza (Festival d’Amiens 2013) Cinésud Promotion • 01 44 54 54 77

► 3 films inédits Contactez Lucie au 06 63 80 91 59 / hello@ilikecinema.com | support DCP • location commerciale • 50% • pas de MG

Photos de haut ent bas : la Sociedad del Semaforo, the Weight of Elephants et les Chevaux de Dieu

CARNE DE PERRO de Fernando Guzzoni (Cinélatina Toulouse 2013 | Festival de la Rochelle 2013) THE WEIGHT OF ELEPHANTS de Daniel Borgman (Berlinale 2013 • Forum-Generation) FRONTIER BLUES de Babak Jalali (Locarno 2009)

LE PRINCIPE INTERACTIF

►Information sur les réseaux sociaux

valable pour les locations intervenant sur la période du 18 au 29 avril 2014

Les comptes Facebook et Twitter de La Cinéfondation et ILikeCinema serviront de relais pour la manifestation sur les réseaux sociaux. Ils seront également en interaction avec les comptes des salles et des partenaires de l’opération.

►Séances : réservation en ligne sur Ilikecinema.com ici La totalité des séances sera mise en ligne sur iLikeCinema.com et les internautes auront la possibilité d’y réserver leur places. En fonction de la disponibilité des créneaux des salles partenaires, ils pourront aussi programmer leur propre séance en informant leurs amis. Créneaux • l’exploitant peut soit fixer ses séances, soit indiquer des créneaux et n’organiser les séances que si les internautes lui garantissent un nombre minimum d’achat de places à la commande Nombre de films • l’exploitant peut choisir entre 2 et 9 films. Quota de places • le quota de places mis à disposition sur Ilike cinema est fixé pour chaque séance par l’exploitant. Suivi des réservations • l’exploitant peut suivre les réservations en ligne et en direct. Tarifs • le tarif est fixé par l’exploitant. Une prestation pour la réservation en ligne de 1.50 € TTC par place y est ajoutée. L’exploitant peut continuer d’appliquer ses tarifs habituels sur les places qu’il gère directement. Bordereaux • concernant le tarif des places perçues via internet, le montant à déclarer sur le bordereau n’inclut pas les 1.50 €. ►Forum avant et après la séance A chaque cinéma physique correspondra un forum pour les spectateurs internautes. Les réalisateurs échangeront avec les spectateurs avant et après les séances. Facultatif • les exploitants disposeront de la possibilité d’accéder au forum pour y présenter leurs séances, commenter leur choix sur le forum ILikeCinema et échanger eux aussi avec les spectateurs.

►Mentions obligatoires sur tous les supports des exploitants "les Nouveaux horizons du cinéma Cinéfondation" https://www.ilikecinema.com/fr/pages/les-nouveaux-horizons-du-cinema-cinefondation

MATÉRIEL Visuels et affichage > 4 Affiches 40 x 60 et 300 flyers seront expédiées dans les salles. Pour toute commande complémentaire (frais de port : 12€ HT) : hello@ilikecinema.com

SENSIBILISATION : une campagne média organisée par la Cinéfondation et des partenaires ciblés valable pour les locations intervenant sur la période du 18 au 29 avril 2014

Des partenariats ciblés pour une couverture nationale • Echange de visibilité : logo + rédactionnel + réseaux sociaux (Nova, Slate, A nous, Transfuge) | Une campagne de communication à destination des cinéphiles et de la profession • Insertion publicitaire + annonce du cycle dans SoFilm, Cahiers du cinéma, Côté cinéma, le Film français, Trois couleurs | Un plan media national pour une visibilité accrue • Insertion publicitaire web et/ou print + rédactionnel dans Télérama, les Inrocks, Libération, Rue89, Lonely Planet

CONTACTS Ilikecinema > Lucie : l.rohan@ilikecinema.com | 06 63 80 91 59 Cinéfondation > Emmanuelle Taylor : etaylor@festival-cannes.fr

Communiqué N°03 | 2014  

Communiqué de l'Association des cinémas de l'ouest pour la recherche

Advertisement