Issuu on Google+

PLAN D'AMÉNAGEMENT MUL TIRESSOURCE DU TERRITOIRE DE L'EST -DU-LAC TÉMISCOUA TA Partie Il LE PLAN D' AFFECTATION ET D'AMÉNAGEMENT DES RESSOURCES

Réalisé par La forêt modèle du Bas-Saint-Laurent inc.

Juillet 1996


REMERCIEMENTS

La Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent inc. est l'une des dix forêts modèles composant le réseau des forêts modèles du Canada. Son financement s'inscrit à l'intérieur du volet « Partenaires pour le développement durable des forêts » du Plan vert du gouvernement canadien. Le plan d'aménagement multiressource du territoire de l'Est-du-Iac-Témiscouata est le fruit d'une étroite collaboration entre La Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent inc., le gouvernement fédéral et plusieurs organismes du milieu qu'il est difficile de tous énumérer. Nous aimerions toutefois souligner la contribution importante des personnes et des organismes suivants : •

le personnel de La Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent inc. Richard Savard, ing. f., Robert Savoie, ing. f., Pierre Belleau, ing. f. M. Sc., Yves Bell, ing.f., Robert Giguère, ing. f. et Joanne Marchessault, bio!.;

le personnel du Service canadien des forêts de Rimouski : Gaston Joncas, ing. f., Jacques Robert, ing. f. et Stéphane Tremblay, bio!.

le comité de supervision de l'Est du lac Témiscouata : Gérald Lavoie, adm., Martin Bélanger, ing. f., Christian Ouellet, Rino Labrie, Bruno Beaulieu, Alain Forget, Jean Labelle, Fernand Albert et André Morin;

l'équipe du SYGIF : Daniel Landry, ing. f., Gervais Proulx, inf., Chantal Saint-Laurent, inf., Jean-Yves HaIlé, ing. f. et Yves Lévesque, tech. f.;

et le personnel du Service de l'inventaire du ministère des Ressources naturelles du Québec.

La rédaction de ce document a été réalisée par monsieur Robert Savoie en étroite collaboration avec monsieur Robert Giguère et madame Joanne Marchessault.

Document

de

consultation.

Intcrdiction

de

photocopier.


PLAN D'AMÉNAGEMENT MULTIRESSOURCE DU TERRITOIRE DE L'EST-DU-LAC TÉMISCOUATA

LE PLAN D'AFFECTATION

Partie II ET D'AMÉNAGEMENT

DES RESSOURCES

REMERCIEMENTS LISTE DES TABLEAUX LISTE DES CARTES

1 VII XI

BUT ET OBJECTIFS DU PLAN D'AMÉNAGEMENT

1

1.0 LE CODE D'ÉTI-IIQUE DE LA FORÊT MODÈLE DU BAS-SAINT-LAURENTINC. 1.1 Le cadre d'éthique 1.2 Les orientations générales 1.3 Les lignes directrices 1.4 Les clauses obligatoires et les recommandations

3 3 .4 .4 .5

2.0 LES AFFECTATIONSTERRITORIALESET LES MODALITÉS 2.1 Le processus d'affectation des terres 2.2 La définition des catégories descriptives 2.3 Les zones d'affectation et les modalités d'intervention des superficies forestières 2.4 Sommaire des affectations territoriales du territoire de l'Est-du-Lac

7 7 8

3.0 LE PLAN D'AMÉNAGEMENTDE LA RESSOURCELIGNEUSE 3.1 La problématique forestière générale 3.2 La stratégie d'aménagement forestier du territoire de l'Est-du-lac-Témiscouata 3.3 L'évaluation de la possibilité annuelle de coupe 3.4 La possibilité annuelle de coupe pour les zones d'affectation Aménagement selon les spécificités d'un site et Aménagementforestier avec récréation extensive 3.5 La stratégie liée à la zone d'affectation Conservation des ressources du milieu

33 33

Docurneot

de

consultation.

Interdiction

III

de

photocopier.

17 27

.46 .59

61 64


3.6

La stratégie liée à la zone d'affectation Protection des ressources du milieu 3.7 Le plan de protection contre les agents naturels de perturbation 1.1l.O

' LE PLAN D'AMENAGEMENT DE LA RESSOURCE FAUNIQUE 4.1 La problématique faunique générale 4.2 La stratégie générale d'aménagement pour les habitats fauniques 4.3 La stratégie d'aménagement pour le gros gibier 4.4 La stratégie d'aménagement pour la petite faune 4.5 La stratégie d'aménagement pour la faune aviaire 4.6 La stratégie d'aménagement pour la faune aquatique 4.7 La stratégie d'aménagement pour les animaux à fourrure 4.8 La stratégie d'aménagement des espèces fauniques susceptibles d'être désignées menacées ou vulnérables et de leur habitat

5.0 LE PLAN D'AMÉNAGEMENT DE LA RESSOURCE HYDRIQUE 5.1 La problématique hydrique 5.2 Stratégie générale d'aménagement des bassins versants et des rives

64 67 71 71 72 75 78 80 81 83 85 87 87 .. 89

6.0 LE PLAN DE PROTECTION DES SECTEURS D'INTÉRÊT RÉCRÉATIF 6.1 La problématique générale 6.2 Stratégie de protection des secteurs d'intérêt 6.3 La stratégie de protection de l'encadrement visuel des secteurs d'intérêt

91 91 92

7.0 LA STRATÉGIE DE MISE EN APPLICATION DU PLAN 7.1 Les outils de planification 7.2 Les étapes

95 95 95

Annexe 1 OUVRAGES DE RÉFÉRENCES

99

Annexe 2 LISTE DES NOMS SCIENTIFIQUES DE LA FAUNE VERTÉBRÉE .....

103

***

Document

de

consultation.

Interdiction

v

de

photocopier.

93


LISTE DES TABLEAUX Tableau 2-1

Les catégories descriptives pour le territoire de l'Est-du-Iac Témiscouata .

. . . . . .13

Tableau 2-2

Modalités spécifiques pour chaque catégorie descriptive pour la zone d'affectation Conservation des ressources du milieu .. 20

Tableau 2-3

Modalités spécifiques pour chaque catégorie descriptive pour la zone d'affectation Protection des ressources du milieu ....

22

Tableau 2-4

Modalités spécifiques pour chaque catégorie descriptive pour la zone d'affectation Aménagement selon les spécificités du site .. .25

Tableau 2-5

Modalités spécifiques pour chaque catégorie descriptive pour la zone d'affectation Aménagement forestier avec récréation extensive

.26

Tableau 2-6

Les zones d'affectation du territoire de l'Est-du-Iac Témiscouata

Tableau 3-1

Évolution des superficies forestières selon les différentes classes d'âge au cours de la période 1981-1992

Tableau 3-2

Tableau 3-3

Tableau 3-4

Tableau 3-5

34

Répartition des superficies par classe d'âge et type de peuplement .

. .35

Répartition des strates de 30 ans par type de couvert forestier et par classe de densité Répartition des strates de 50 ans et JIN par type de couvert forestier et par classe de densité .

.. 28

36

. . . . . . .37

Répartition des strates de 70 ans et plus et VIN par type de couvert forestier et par classe de densité .

.38

Tableau 3-6

Répartition du volume par type de couvert forestier

.39

Tableau 3-7

Répartition du volume par essence et par type de couvert forestier

.40

Répartition du volume par essence feuillue et par classe de qualité

43

Tableau 3-8

Document

de

consultation.

Interdiction

VII

de

photocopier.


Tableau 3-9

Résumé des principaux éléments de la problématique forestière .. 45

Tableau 3-10

Estimation du capital ligneux par groupes d'essences

.48

Tableau 3-11

Répartition des superficies par type de peuplement pour l'an 2016

.49

Tableau 3-12

Tableau 3-13

Répartition des superficies par classe d'âge et type de peuplement .

. .50

Estimation de l'augmentation du volume des essences feuillues selon les classes de qualité pour la période 1996-2016

.51

Tableau 3-14

Plan quinquennal des travaux sylvicoles 0996-2001)

.54

Tableau 3-15

Sommaire des travaux prévus à la programmation quinquennale 1996-2001

.58

Tableau 3-16

Possibilité annuelle de coupe par groupe d'essences

Tableau 3-17

Possibilité annuelle de coupe par type de produit ....

Tableau 3-18

Plan quinquennal de récolte de matière ligneuse 0996-2001)

Tableau 3-19

Possibilité annuelle de coupe par groupe d'essences pour la zone d'affectation Protection des ressources du milieu

66

Répartition des superficies par classe d'âge suite à la réalisation de la stratégie sylvicole (période 1996-2016)

74

Tableau 4-1

... 63

..

. . .63 ....

66

Tableau 4-2

Répartition des superficies par type de couvert forestier suite à la réalisation de la stratégie sylvicole (période 1996-2016) .74

Tableau 4-3

Répartition des peuplements par classe de superficie

.75

Tableau 5-1

Bassins versants dont la couverture forestière est inférieure à 50%

88

Le calendrier de mise à jour des informations et du suivi du plan d'aménagement

97

Tableau 7-1

Document

de

consultation.

Interdiction

IX

de

photocopier.


路LISTE DES CARTES Carte 1

Localisation des zones d'affectation du territoire de l'Est-du-Lac-T茅miscouata

***

Document

de

consultation.

Interdiction

XI

de

photocopier.

31


BUT ET OBJECTIFS DU PLAN D'AMÉNAGEMENT

Le but du plan d'aménagement multiressource est de doter les gestionnaires et conseillers forestiers du Groupement forestier de l'Est-du-Iac inc. et de La Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent inc. d'un outil de travail qui leur permettra de prendre les décisions les plus judicieuses en fonction d'un développement durable de l'ensemble des ressources du milieu forestier. Le plan d'aménagement multiressource est avant tout un outil de planification stratégique qui a comme rôle d'assurer une utilisation judicieuse des ressources en harmonisant et en conciliant les différentes fonctions, les activités et les objectifs d'aménagement. Ceux-ci sont spécifiques à chacune des unités territoriales composant la Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent inc., soit la Seigneurie de Nicolas-Riou, la Seigneurie du Lac-Métis et l'unité d'aménagement de la forêt privée de l'Est-du-LacTémiscouata. Le plan d'aménagement intègre les activités actuelles et futures en fonction du respect du développement durable des ressources, c'est-à-dire que la mise en oeuvre des activités devra se faire en fonction du maintien de la biodiversité de l'ensemble des caractéristiques écologiques du territoire à l'intérieur d'un horizon de 20 ans, tout en favorisant le développement du bien-être des collectivités. Les objectifs généraux du plan d'aménagement multiressource du territoire de l'Est-du-Iac-Témiscouata sont: •

de contribuer à l'aménagement et à l'exploitation des ressources de manière que le milieu forestier puisse atteindre un niveau de biodiversité, de productivité et un état de santé selon ses caractéristiques écologiques et le potentiel de chacune des ressources;

de planifier l'aménagement et l'exploitation des ressources afin d'assurer un revenu principal ou complémentaire pour les propriétaires forestiers.

On retrouve à l'intérieur du plan d'affectation et d'aménagement des ressources quatre composantes majeures : 1.

les orientations générales et les lignes directrices du code d'éthique de la Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent (chapitre 1);

2.

la description et l'identification des zones d'affectation et les modalités retenues (chapitre 2);

Document

de

consultation.

Interdiction

1

de

photocopier.


3)

les stratégies d'aménagement ou de protection pour les ressources ligneuse, faunique, hydrique et récréative (chapitres 3 à 6);

4)

la mise en application du plan d'aménagement, son suivi et sa mise à jour (chapitre 7).

***

Document

de

consultation.

Interdiction

2

de

photocopier.


1. LE CODE D'ÉTHIQUE DE LA FORÊT MODÈLE DU BAS-SAINT-LAURENT

1.1. LE CADRE D'ÉTHIQUE Les terres privées font partie intégrante du patrimoine collectif. Étant situées au sein d'un espace géographique critique, elles contribuent de façon privilégiée au développement de la société. Elles constituent une ressource polyvalente pouvant contribuer à la qualité de vie des communautés environnantes. La communauté, par l'appareil de l'État, a un droit de regard sur l'utilisation des terres privées dans le respect des droits des propriétaires et, par voie de conséquence, a un devoir de soutien comme contrepartie à la contribution du bien collectif. Les propriétaires et La Forêt modèle du Bas-Saint-Laurentinc. doivent agir comme fiduciaires de la part collective des terres forestières privées qui les concernent, à la lumière et dans le respect des principes et des règles établis en vue d'une gestion équitable de l'ensemble des ressources du milieu. Chaque intervenant de la Forêt modèle convient que la mise en valeur des ressources forestières en général et des forêts privées en particulier doit être compatible avec les objectifs suivants : • la conservation de l'environnement forestier; • le maintien de la biodiversité; • la perpétuité de la capacité productive des sites et de leurs usages; • l'intégration des différentes fonctions de la forêt; • l'acceptabilité sociale des actions de développement. La Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent s'engage à favoriser le développement des connaissances de la forêt et son aménagement par la recherche, la diffusion des connaissances et le transfert de la technologie liés plus particulièrement aux activités en forêt privée.

Document

de

consultation.

Interdiction

3

de

photocopier.


1.2 LES ORIENTATIONS GÉNÉRALES Afin d'assurer le développement durable du territoire de la Forêt modèle du BasSaint-Laurent, le conseil d'administration, le personnel, les conseillers forestiers, les métayers et les propriétaires forestiers doivent avoir comme préoccupation constante de planifier et de réaliser des pratiques forestières qui préserveront la diversité et la pérennité des ressources du milieu forestier. On vise une démarche favorisant l'intégration des orientations générales suivantes aux pratiques forestières quotidiennes : • la protection de la biodiversité des écosystèmes, des espèces et des variétés; • la conservation des écosystèmes fragiles et des espèces menacées ou vulnérables; • la viabilité des opérations de mise en valeur et d'exploitation des ressources du milieu forestier; • l'acquisition de connaissances nécessaires pour un développement durable; • le respect de la capacité de production de la forêt; • la mise en place de mécanismes d'information, de consultation et de conciliation; • l'amélioration de la qualité de vie des populations. De plus, la Forêt modèle se conformera aux lois et règlements applicables en milieu forestier, à la protection des ressources fauniques et de l'environnement. En raison de ses orientations générales, la Forêt modèle ira parfois au-delà de certaines réglementations afin d'assurer une protection accrue des différentes ressources du territoire tout en favorisant la recherche, le développement et l'utilisation de méthodes d'intervention mieux adaptées au contexte de la forêt privée.

1.3 LES UGNES DIRECTRICES De manière plus spécifique, les intervenants devront prendre en considération les lignes directrices suivantes lors de la planification et de la réalisation des activités en milieu forestier, soit : •

harmoniser l'exploitation de la matière ligneuse avec les autres ressources de la forêt en fonction des objectifs recherchés, incluant l'amélioration de la production forestière tout en tenant compte des risques d'infestation et de l'évolution écologique des strates forestières; Document

de

consultation.

Interdiction

4

de

photocopier.


réaliser des interventions forestières qui devront le plus possible assurer une régénération naturelle du peuplement forestier en qualité et en quantité par une protection adéquate des jeunes semis;

remettre en production des terres à vocation forestière non régénérées en tenant compte des risques d'envahissement par la compétition herbacée ou arbustive;

conserver et développer le potentiel des habitats fauniques, terrestres et aquatiques;

aménager les érablières à potentiel acéricole tout en maintenant leur biodiversité;

conserver ou améliorer la qualité visuelle de l'encadrement paysager des sites d'intérêt.

1.4 Les clauses obligatoires et les recommandations Afin d'éviter de confiner les interventions forestières à l'intérieur d'un cadre rigide, les dirigeants de la Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent ont convenu de limiter les clauses obligatoires aux différentes dispositions légales existantes. Le conseiller aura la latitude et la responsabilité de prescrire des interventions en fonction des objectifs poursuivis tout en considérant les contraintes liées aux différentes ressources du territoire. Des modalités peuvent être prescrites pour une ou plusieurs des zones d'affectation. Ces modalités sont établies en fonction de l'utilisation dominante, des objectifs spécifiques de chacune des zones d'affectation et des orientations générales relatives à chacun des territoires, soit la Seigneurie de Nicolas-Riou, la Seigneurie du-Lac-Métis et l'unité d'aménagement privée de l'Est-du-lac-Témiscouata. Le plan d'aménagement multiressource de chacune des unités composant le territoire de la Forêt modèle sera l'outil de référence de base afin de guider le conseiller lors de la planification des activités et de l'élaboration des prescriptions. Toutefois, deux pratiques ont été identifiées comme étant non compatibles avec les orientations générales de la Forêt modèle. Ces activités sont l'utilisation de phytocide chimique pour l'entretien des plantations et les coupes totales supérieures à quatre hectares.

*** Document

de

consultation.

Interdiction

5

de

photocopier.


2. LES AFFECTATIONS TERRITORIALES ET LES MODALITES

2.1 LE PROCESSUS D'AFFECTATION DES TERRES

Dans une perspective d'aménagement, la fonction d'une terre se définit comme étant le rôle auquel est vouée une terre afin d'atteindre un objectif d'aménagement. L'utilisation d'une terre est donc subsidiaire à la fonction. La fonction décrit la tâche (la fin) à remplir alors que l'utilisation constitue l'activité (le moyen) mise en oeuvre pour remplir la tâche. Selon le plan général d'aménagement de la Forêt Montmorency (Université Laval, 1992), deux approches sont couramment utilisées pour structurer l'affectation des terres: • l'affectation des terres sur la base des types d'utilisation permis dans chaque secteur; • l'affectation sur la base de fonctions dominantes retenues pour chaque secteur. L'affectation des terres suivant l'attribution d'une fonction dominante est plus générale et plus flexible que celle fixant des utilisations particulières. On peut accepter qu'on y pratique diverses activités non directement liées à cette fonction pour autant que ces activités soient compatibles. Dans le cadre du plan d'aménagement multiressource du territoire de l'Est-du-lacTémiscouata, on a retenu l'approche de l'affectation des terres sur la base des fonctions dominantes. Cette approche permet une utilisation souple et évolutive du territoire, en permettant la réalisation de plusieurs activités pour une entité territoriale tout en favorisant l'atteinte des objectifs visés. Le processus d'affectation par fonction dominante nécessite que les gestionnaires d'un territoire établissent des priorités d'utilisation d'une ou de plusieurs ressources à l'intérieur d'une zone d'affectation et des activités compatibles aux fonctions dominantes. Les caractéristiques biophysiques de chacune des strates forestières, les activités antérieures et actuelles, et les orientations générales de la Forêt modèle sont les principaux critères utilisés lors du choix et de la délimitation des différentes zones d'affectation du territoire.

Document

de

consultation.

Interdiction

7

de

photocopier.


La méthodologie utilisée pour l'affectation des terres est de type séquentiel, c'està-dire que l'on a établi un classement des fonctions retenues suivant un ordre de primauté. On entend par la notion de primauté que toute activité du territoire est assujettie à la fonction dominante d'une zone d'affectation. Dans certains cas, plusieurs activités peuvent être réalisées au sein d'une unité d'affectation (activités compatibles) tandis que dans d'autres, seules les activités liées à la fonction dominante seront possibles. La démarche retenue comprend cinq étapes, soit : 1. définir les critères de désignation des catégories descriptives qui composeront les différentes zones d'affectation en regard des fonctions dominantes; 2. fixer la prédominance de chacune des zones d'affectation et de leurs fonctions dominantes; 3. délimiter les aires répondant aux caractéristiques de chacune des zones d'affectation; 4. identifier la compatibilité de l'activité de production de bois à l'intérieur de chacune des zones; 5. valider, lors des consultations, le choix et la prédominance des affectations du territoire et de leurs fonctions dominantes. Il est important de spécifier que les zones d'affectation retenues ainsi que leur superficie respective pourront être modifiées en fonction de l'évolution des différentes ressources du territoire, de la réalisation de nouvelles activités ou de l'apport de nouvelles connaissances.

2.2

LA DÉFINITION DES CATÉGORIES DESCRIPTIVES

2.2.1 Les superficies non forestières et les terrains forestiers improductifs Les terrains non forestiers (TNF) On entend par terrain non forestier toute superficie où la production de matière ligneuse est nécessairement exclue. Cette catégorie comprend les terres agricoles, les emprises de ligne de transport d'énergie, les étendues d'eau, les sites inondés, les chemins de même que toute autre superficie à vocation non forestière comme les centres de ski, les campings et autres.

Document

de

consultation.

Interdiction

8

de

photocopier.


Les sites d'extraction

de matériaux

(EM)

Étant donné l'importance des sites d'extraction de matériaux pour la construction de la voirie forestière ou de leur impact sur les autres ressources du milieu, ce type de terrain non forestier est considéré comme une catégorie descriptive différente du groupe précédent. On retrouve au sein de celle-ci les gravières, les sablières, les sites miniers et les sites de récolte de tourbe. Les terrains forestiers improductifs

(TF1)

On classe parmi les terrains forestiers improductifs tout terrain forestier de plus de 2 hectares dont le rendement est inférieur à 30 mètres cubes à l'hectare, sur une révolution de 120 ans. Les aulnaies sises le long des cours d'eau, les tourbières (dénudé ou semi-dénudé humide), les affleurements rocheux (dénudé sec) et les superficies déboisées (coupe-feu, camp forestier, aire d'empilement, terrain déboisé pour une raison inconnue) sont considérés comme étant des terrains forestiers improductifs.

2.2.2 Les superficies forestières productives Les milieux sensibles (PMS) Les milieux sensibles regroupent l'ensemble des sites où les activités humaines et plus particulièrement l'activité forestière pourraient avoir des impacts majeurs sur la pérennité des ressources d'une station. Les sites visés sont : •

les sources ou prises d'eau potable, soit les points d'eau identifiés ou potentiellement utilisables pour l'alimentation en eau potable (PMSl);

les sites où l'on retrouve la présence d'une espèce végétale susceptible d'être désignée menacée ou vulnérable (PMS2), ou bien un spécimen pouvant être considéré comme exceptionnel (PMS8);

les terrains présentant des contraintes dites extrêmes (PMS3);

les stations présentant des contraintes dites majeures (PMS4);

les superficies entourées d'eau, à savoir les îles et îlot., (PMS5);

les bandes riveraines des cours d'eau permanents (PMS6) ou intermittents (PMS7).

On définit une espèce végétale susceptible d'être désignée menacée ou vulnérable comme étant une espèce pouvant être identifiée comme telle au sens de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables du Québec (L.R.Q., chapitre E-12.0l).

Document

de

consultation.

Interdiction

9

de

photocopier.


Un individu identifié comme exceptionnel est une espèce végétale qui possède des caractéristiques particulières sans pour autant que son espèce soit menacée ou vulnérable. À titre d'exemple, un vieux pin blanc situé à proximité d'un cours d'eau possède un attrait esthétique fort intéressant pour les utilisateurs tout en jouant un rôle de premier plan pour la faune aviaire. Les milieux considérés comme possédant une sensibilité extrême aux activités humaines et en particulier aux opérations forestières sont : •

les sites localisés sur pente F (supérieure à 40 %);

les sites situés sur pente E (31 à 40 %) et dont l'épaisseur du dépôt est inférieure à 50 cm;

les sites où on note la présence d'affleurements rocheux;

les milieux dont le régime hydrique est très humide (classe V) et qui sont localisés sur un sol organique.

Les milieux présentant des contraintes majeures pour les activités humaines et en particulier pour les opérations forestières sont : •

les sites sur pente E avec des dépôts supérieurs à 50 cm;

les terrains dont le régime hydrique est mauvais et localisé sur un till;

et les sites dont l'épaisseur du dépôt est inférieure à 50 cm et situés sur des pentes inférieures à 30%;

les sites très secs, dont le régime hydrique est de classe 1.

Les habitats fauniques

(PF)

La démarche actuelle vise à identifier les sites dont les caractéristiques physiques, biologiques ou sociologiques particulières favorisent la présence, la reproduction ou l'exploitation d'espèces fauniques considérées comme menacées, vulnérables, exceptionnelles ou prioritaires. L'information recueillie jusqu'à présent permet de localiser les sites privilégiés par l'orignal (PFl), le cerf de Virginie (PF2), le saumon atlantique (PF3), et les frayères dites d'intérêt (PF5) (touladi, corégone ou autres). De plus, on a identifié les propriétés privées faisant l'objet d'un élevage faunique (PF6) (cerf de Virginie en enclos, sangliers, parc d'observation) ou d'une exploitation faunique contrôlée (territoire privé sous gestion faunique pour les activités de chasse) (PF7), les principaux corridors de déplacement du gros gibier (PF8) et les étangs à castors à protéger (PF9).

Document

de

consultation.

Interdiction

10

de

photocopier.


Il est possible de circonscrire plus spécifiquement certains habitats que l'on considère importants pour le maintien d'une espèce donnée sur le territoire parce que celle-ci est susceptible d'être désignée menacée ou vulnérable (PF4) ou exceptionnelle à l'échelle régionale (PFIO). Les sites de recherche et le transfert de connaissances Une des orientations de appliquée à l'aménagement et à délimiter et de protéger les sites les interventions et activités qui

(RT)

la Forêt modèle est de promouvoir la recherche la gestion des ressources du territoire. L'objectif est de expérimentaux et les aires de démonstration de toutes pourraient leur être préjudiciables.

Les projets de recherche approuvés par le conseil d'administration de la Forêt modèle, les stations de récolte d'informations à l'intérieur d'un réseau structuré de placettes et les sites qui serviront éventuellement de terrains de démonstration lors des visites terrain sont inclus dans cette catégorie. Selon les caractéristiques de chaque station de recherche, on peut protéger le site immédiat intégralement (RTl) ou partiellement (RT2) de toutes autres activités, le site avec une bande de protection intégrale (RT3) ou partielle (RT4), ou l'ensemble de la strate avec une protection intégrale (RT5) ou partielle (RT6). Les sites d'intérêt (SI) Le territoire de l'Est-du-lac-Témiscouata possède un éventail intéressant d'infrastructures supportant la pratique d'activités récréatives, pierre angulaire du développement de l'industrie récréotouristique de la région. La chasse, la pêche, l'hébergement, les activités de plein air et les circuits de randonnée n'en sont que quelques exemples. L'objectif principal est de délimiter les secteurs d'intérêt fréquentés régulièrement ou intensivement par les utilisateurs du territoire. L'identification et la localisation de ceux-ci permettra plus spécifiquement de protéger la qualité de leur encadrement naturel. Les secteurs d'intérêt retenus pour le territoire de l'Est-du-lac sont: les sites d'observation (SIO), les sites archéologiques (SIA), les réseaux de sentiers (SIS), les zones urbaines ou de villégiature (SIU), et les sites d'intérêt récréatif intensif (plage, camping, marina et autres) (SIR). Les zones d'encadrement

visuel (PP)

La qualité de l'encadrement visuel influence la perception du public par rapport à l'aménagement d'un territoire. L'objectif est de délimiter les aires qui, en raison de

Document

de

consultation.

Interdiction

11

de

photocopier.


leur position géographique par rapport à des secteurs d'intérêt, contribuent à améliorer la notion de qualité du paysage auprès des utilisateurs du territoire. On inclut à l'intérieur de cette zone d'affectation les strates qui font partie de l'encadrement visuel, soit l'environnement immédiat (El), l'avant-plan (AP), le moyen-plan (MP) ou l'arrière-plan (RF) des secteurs d'intérêt décrits précédemment. Les érahlières destinées à la production

acéricole (ER)

Avec plus de 450 000 entailles prévues pour le printemps 1996, l'industrie acéricole joue un rôle important au sein de l'activité économique du Témiscouata. Cette industrie est en plein essor depuis une dizaine d'années et on prévoit un accroissement du nombre d'entailles au cours des prochaines années. L'objectif est d'identifier les strates qui présentent un potentiel pour la production acéricole à court et à moyen terme (20 ans) (ER2), ou bien qui sont actuellement utilisées pour la production acéricole (ERl). Les travaux d'aménagement favoriseront plus spécifiquement le développement de peuplements propices à la production acéricole. Les érablières potentielles retenues sont les strates désignées «ER»,de 50 ans d'âge, «jeune inéquienne» (JIN) et «vieux inéquienne» (VIN), de hauteur minimale de 12 mètres, et d'une densité du couvert supérieure à 60 %. Les strates jeunes inéquienne sont composées d'au moins trois classes d'âge soit 30 ans, 50 ans et 70 ans ou de 50 ans, 70 ans et 90 ans. Les strates vieilles inéquiennes sont composés des classes d'âge 70 ans, 90 ans et 120 ans. Les sites de production

de matière ligneuse et récréation extensive (BR)

Cette catégorie occupe la plus grande superficie du territoire et représente les sites utilisés prioritairement pour la production de bois et les activités récréatives dites extensives telles que la chasse, la randonnée et autres. Les activités forestières seront assujetties à des modalités qui permettront la pratique adéquate d'activités récréatives extensives, sans pour autant compromettre la capacité de production de bois du territoire. Les sites forestiers productifs n'ayant aucune des spécifications particulières décrites précédemment sont considérés pour la production de matière ligneuse et la récréation extensive. On retrouve aux tableaux suivants la description détaillée des catégories énumérées précédemment, leur fonction dominante et le niveau de restriction par rapport aux activités forestières, soit :

Document

de

consultation.

Interdiction

12

de

photocopier.


1.

Aucune activité forestière;

2.

Des activités forestières restreintes (maintien de la couverture forestière et protection des caractéristiques des sols);

3.

Les activités forestières prescrites avec des modalités spécifiques d'intervention (les activités forestières doivent être réalisées selon la fonction dominante de la catégorie);

4.

Les activités forestières prescrites selon le code d'éthique de la Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent.

TABLEAU 2-1 Les catégories descriptives pour le territoire de l'Est-du-lac-Témiscouata CODE

DESCRIPTION

FONCTION DOMINANTE

RESTRICTION

TNF

Terrains non forestiers autre que les sites d'extraction de matériaux

TNFI

Terrains agricoles

Production agricole

1NF2

Lignes de transport d'énergie

Transport d'énergie

lNF3

Autres (camping, golf, etc.)

Villégiature et récréation

lNF4

Eau

Réseau hydrographique

TNF5

Zones inondées

Protection intégrale

1NF6

Réseaux routiers

Transport

EM

Sites d'extraction tels que les gravières, les sablières, les tourbières et les mines

EMI

Sites utilisés pour l'extraction de matériaux grossiers (gravière)

TF1

Terrains forestiers dont le rendement est inlerieur à 30 mètres3/ha sur une révolution de 120 ans

TFl4

Aulnaies

Protection partielle

Activité forestière restreinte

TFI5

Terrains dénudés et semi-dénudés secs ou humides

Protection intégrale

Aucune activité forestière

TFl6

Terrains déboisés d'identification inconnue

Inconnue

Code d'éthique de la Forêt modèle

Document

de

consultation.

Extraction de matériaux

Interdiction

13

de

photocopier.


TABLEAU 2-1 Les catégories descriptives pour le territoire de l'Est-du-1ac-Témiscouata (suite) CODE

RESTRICTION

FONCTION DOMINANTE

DESCRIPTION

TPMS

Sites identifiés comme étant sensibles aux activités humaines et plus particulièrement aux opérations forestières

PMSI

Sites identifiés comme sources d'alimentation en eau potable

Protection intégrale

Activité forestière restreinte

PMS2

Sites avec présence d'espèces végétales désignées menacées ou vulnérables

Protection intégrale

Aucune activité forestière

PMS3

Terrains forestiers présentant des contraintes extrêmes pour les opérations forestières

Protection intégrale

Activité forestière restreinte

PMS4

Terrains forestiers présentant des contraintes majeures pour les opérations forestières

Protection partielle

Activité forestière avec modalités d'intervention

PMS5

Îles et îlot')

Protection intégrale

Aucune activité forestière

PMs6

Bandes de protection des rives des cours d'eau permanents

Protection partielle

Activité forestière restreinte

PMS7

Bandes de protection des rives des cours d'eau intermittents

Protection partielle

Activité forestière avec modalités d'intervention

PMS8

Sites avec présence d'espèces végétales désignées exceptionnelles

Protection partielle

Activité forestière avec modalités d'intervention

PF

Sites où sont présentes des espèces fauniques prioritaires au niveau régional

PFI

Aires de confinement hivernal de l'orignal (îlot'»)

Protection faunique

Activité forestière avec modalités d'intervention

PF2

Ravages du cerf de Virginie

Protection faunique

Activité forestière avec modalités d'intervention

PF4

Habitats des espèces animales dites menacées ou vulnérables

Protection faunique

Aucune activité forestière

PF5

Frayères d'intérêt et leurs bande riveraines

Protection faunique

Activité forestière restreinte

PF6

Parcs et sites d'élevage d'espèces fauniques exotiques

Élevage d'espèces non indigènes

Activité forestière avec modalités d'intervention

Document

de

consultation.

Interdiction

14

de

photocopier.


TABLEAU 2-1 Les catégories

descriptives

pour le territoire

de l'Est-du-lac-Témiscouata

(suite) CODE

DESCRIPTION

FONCTION DOMINANTE

RESTRICTION

PF7

Territoires privés sous gestion faunique

Exploitation faunique

Activité forestière avec modalités d'intervention

PF8

Corridors fauniques

Exploitation faunique

Activité forestière avec modalités d'intervention

PF9

Étangs à castors à protéger

Protection faunique

Activité forestière restreinte

PFlO

Habitats des espèces animale exceptionnelles

Protection faunique

Activité forestière restreinte

RT

Sites de recherche et de transfert de connaissances

RTl

Sites de recherche; superficie immédiate avec protection intégrale

Recherche et transfert de connaissances

Activité forestière restreinte

SI

Ensemble des infrastroctures et des sites identifiés comme secteurs d'intérêt récréatif ou socio-économique

SIR

Sites d'intérêt récréatif (camping, marina, terrain de golf, etc.)

Activité récréative

Aucune activité forestière

SIO

Sites d'observation (belvédère, halte routière, etc.)

Activité récréative

Aucune activité forestière

SIA

Sites archéologiques

Protection du patrimoine historique

Activité forestière restreinte

SIS

Réseaux de sentiers (motoneige, ski de fond et autres)

Activité récréative restreinte

Activité forestière

sm

Zones urbaines ou de villégiature

Urbanisation et villégiature

Aucune activité forestière

ER

Peuplements forestiers désignés pour la production acéricole

ER1

Peuplements forestiers utilisés pour la production acéricole

Production acéricole

Activité forestière restreinte

ER2

Peuplements forestiers potentiels pour la production acéricole et non exploité

Production de bois et récréation extensive

Activité forestière avec modalités d'intervention

Document

de

consultation.

Interdiction

15

de

photocopier.


TABLEAU 2-1 Les catégories

descriptives

pour le territoire

de l'Est-du-lac-Témiscouata

(suite) CODE

RESTRICTION

FONCTION DOMINANTE

DESCRIPTION

PP

Paysages situés en périphérie des sites identifiés comme secteurs d'intérêt

EIl

Environnements immédiats de secteurs d'intérêt (excluant les sentiers de motoneige)

Sauvegarde de l"encadrement visuel

Activité forestière restreinte

EI2

Environnements immédiats des sentiers de motoneige

Sauvegarde de l'encadrement visuel

Activité forestière avec modalités d'intervention

APl AP2 AP3

Zones d'avant-plan de secteurs d'intérêt

Sauvegarde de l'encadrement visuel

Activité forestière avec modalités d'intervention

MPI MP2 MP3

Zones de moyen-plan de secteurs d'intérêt

Altération modérée de l'encadrement visuel

Code d'éthique de la Forêt modèle

RP

Zones d'arrière-plan de secteurs d'intérêt d'importance sodo-économique élevée

Production de bois et récréation extensive

Code d'éthique de la Forêt modèle

BR

Terrains forestiers productifs dont la fonction principale est la production de bois et la récréation extensive

BR1

Strates forestières résineuses sans contrainte

Production de bois et récréation extensive

Code d'éthique de la Forêt modèle

BR2

Strates forestières mélangées à prédominance résineuse sans contrainte

Production de bois et récréation extensive

Code d'éthique de la Forêt modèle

BR3

Strates forestières mélangées à prédominance feuillue sans contrainte

Production de bois et récréation extensive

Code d'éthique de la Forêt modèle

BR4

Strates forestières mélangées sans prédominance ni contrainte

.Production de bois et récréation extensive

Code d'éthique de la Forêt modèle

BRS

Strates forestières feuillues sans contrainte

Production de bois et récréation extensive

Code d'éthique de la Forêt modèle

BRG

Peuplements naturels en voie de régénération sans contrainte

Production de bois et récréation extensive

Code d'éthique de la Forêt modèle

BR7

Plantations récentes (0-1,5 mètre)

Production de bois et récréation extensive

Code d'éthique de la Forêt modèle

Document

de

consultation.

Interdiction

16

de

photocopier.


2.3

LES ZONES D'AFFECTATION ET LES MODALITÉS D'INTERVENTION DES SUPERFICIES FORESTIÈRES

L'identification précédente des catégories descriptives ainsi que leur fonction dominante a permis d'établir quatre niveaux d'intensité d'utilisation du territoire en fonction des impacts possibles des activités forestières et par conséquent d'identifier quatre grandes zones d'affectation, c'est-à-dire: • • • •

la conservation des ressources du milieu; la protection des ressources du milieu; l'aménagement selon les spécificités d'un site; l'aménagement forestier avec récréation extensive.

Devant la difficulté, à court terme, d'effectuer un exercice de comparaison d'impact entre l'ensemble des activités, nous avons décidé de concentrer notre analyse sur les activités forestières et plus particulièrement sur celles de la production de bois, car elles peuvent avoir un impact majeur sur l'ensemble des ressources et des autres activités du territoire. Les orientations

générales

Tel que spécifié au code d'éthique de la Forêt modèle, les orientations générales pour le territoire de l'Est-du-Iac-Témiscouata sont: •

d'harmoniser l'exploitation de la matière ligneuse avec les autres ressources de la forêt;

d'assurer une régénération naturelle du peuplement forestier en qualité et en quantité;

de remettre en production les terres à vocation forestière non régénérées en fonction de leur sensibilité à la végétation compétitrice;

de conserver et de développer le potentiel des habitats fauniques terrestres, semi-aquatiques et aquatiques;

d'aménager les érablières à potentiel acéricole en maintenant leur biodiversité;

de conserver ou d'améliorer la qualité visuelle de l'encadrement forestier des sites d'intérêt.

Les modalités générales pour le territoire Le code d'éthique prévoit deux clauses générales qui s'appliquent à l'ensemble des unités composant le territoire de la Forêt modèle :

Document

de

consultation.

Interdiction

17

de

photocopier.


la superficie maximale d'une coupe totale, soit de 4 hectares;

et l'interdiction de prescrire l'utilisation de phytocide chimique pour l'entretien des plantations et de la régénération naturelle.

On définit la coupe totale comme étant la récolte d'au moins 75 % des tiges marchandes d'un peuplement forestier d'au moins 21 m3/ha et dont la hauteur de la régénération en sous étage est inférieure à 2 mètres. Si la hauteur de la régénération est supérieure à 2 mètres, on définit l'intervention sylvicole comme une coupe de succession. Lors de l'élaboration des plans de gestion et de la planification des prescriptions sylvicoles, les conseillers devront tenir compte des modalités générales suivantes : •

maintenir une composition forestière variée;

prévoir des dispositions afin d'éviter l'orniérage et le décapage du sol;

conserver des arbres fruitiers, des chicots ne présentant aucun danger et des arbres surannés;

favoriser la régénération naturelle;

planifier le plus possible les travaux de préparation de terrain après le 15 juillet; respecter la topographie du milieu lors de la délimitation des peuplement., forestiers à exploiter.

Pour la construction de routes et de pont." ou l'installation de ponceaux, les modalités à respecter sont : •

prévoir des dispositions afin de détourner les eaux de ruissellement à plus de 10 mètres de tout cours d'eau;

éviter de prendre du matériel à 10 mètres d'un cours d'eau;

prévoir les nouveaux sites de gravières à au moins 75 mètres de toute infrastructure ou cours d'eau et s'assurer du maintien d'un écran de verdure;

restaurer les anciens sites d'extraction de matériaux;

prévoir la construction de chemin à au moins 60 mètres d'un cours d'eau; si c'est impossible, autoriser la construction d'un tronçon d'une longueur maximale de 200 mètres à l'intérieur d'un corridor situé à au moins 20 mètres.

Document

de

consultation.

Interdiction

18

de

photocopier.


2.3.1 La zone d'affectation Conservation des ressources du milieu La zone Conservation des ressources du milieu est constituée de l'ensemble des sites où la réalisation d'activités forestières pourrait être préjudiciable à leur fonction dominante, soit : •

les aulnaies dont la superficie est supérieure à 2 hectares (TFI4);

les terrains dénudés et semi-dénudés secs ou humides (TFIS);

les sites avec présence d'espèces végétales menacées ou vulnérables (PMS2);

les îles et les îlots (PMSS);

l'habitat des espèces animales menacées ou vulnérables (PF4);

les sites de recherche avec une protection intégrale (RTl), (RT3), (RTS).

Orientation

générale

Préserver la biodiversité et la pérennité des ressources du territoire et plus spécifiquement protéger et conserver les écosystèmes sensibles, les habitats des espèces végétales ou fauniques menacées ou vulnérables et les secteurs d'acquisition de connaissances. Les modalités générales d'intervention Il est proposé qu'aucune activité forestière ne soit réalisée à l'intérieur des différents sites identifiés au sein de la zone d'affectation Conservation des ressources du milieu.

Document

de

consultation.

Interdiction

19

de

photocopier.


TABLEAU 2-2 Modalités spécifiques pour chaque catégorie descriptive pour la zone d'affectation Conservation des ressources du milieu SUPERFICIE (ha)

CATÉGORIE DESCRIPTIVE

FONCTION DOMINANTE

MODALITÉS SPÉCIFIQUES

Aulnaies de 2 ha et plus (TFI4)

Protection intégrale

Aucune intervention forestière

114,5

Terrains dénudés ou semi-dénudés (TFI5)

Protection intégrale

Aucune intervention forestière

58,0

Espèces végétales (PMS2)1

Protection intégrale

Aucune intervention forestière

0,3

Les îles et îlots (PMS5)

Protection intégrale

Aucune intervention forestière

3,0

Habitats des espèces animales menacées (PF4)

Protection intégrale

Aucune intervention forestière

0,0

Sites de recherche avec protection intégrale (RTl), (RT3), (RT5)

Recherche

Activités forestières prévues au protocole de recherche uniquement

6,0

menacées

181,8

TOTAL 1La seule espèce présentement identifiée est située en milieu aquatique.

2.3.2 La zone d'affectation Protection des ressources du milieu La zone Protection des ressources du milieu englobe les sites considérés comme sensibles aux activités forestières et susceptibles de subir des impacts majeurs en l'absence de mesures préventives établies. Les catégories descriptives nécessitant une protection particulière sont : •

les sites identifiés comme source d'alimentation en eau potable (PMSl);

les terrains forestiers présentant des contraintes extrêmes (PMS3);

les bandes riveraines des cours d'eau permanents (PMS6) ou intermittents (PMS7);

les sites avec présence d'espèces végétales (PMS8) ou animales (PFIO) dites

exceptionnelles; •

les bandes riveraines des frayères d'intérêt (PFS);

les étangs à castors à protéger (PF9);

Document

de

consultation.

Interdiction

20

de

photocopier.


les sites de recherche avec protection partielle (RT2-4-6);

l'environnement immédiat des secteurs d'intérêt autres que les sentiers de motoneige (EIl);

les terrains forestiers localisés à l'intérieur d'une zone de villégiature (SIU), les sites d'observation (SIO) et archéologiques (SIA);

les sentiers équestres et de traîneaux à chiens (SIS);

les peuplements forestiers utilisés pour la production acéricole (ER1).

L'orientation générale Protéger la biodiversité et la capacité productive des sites sensibles aux activités forestières. Sur ces sites, le but est d'harmoniser l'exploitation de la matière ligneuse en privilégiant le maintien d'une couverture forestière de qualité tout en préservant le sol et ses différentes composantes (texture, drainage, épaisseur etc.). Les modalités générales d'intervention Il est proposé que tous les traitements sylvicoles prescrits sur les superficies identifiées devront être accompagnés de mesures spécifiques qui viseront à maintenir un couvert forestier de qualité tout en préservant intégralement la capacité productive du sol. Aucune coupe totale supérieure à 0,5 hectare ne devrait être prescrite à l'intérieur de cette zone d'affectation.

Document

de

consultation.

Interdiction

21

de

photocopier.


TABLEAU 2-3 Modalités spécifiques pour chaque catégorie descriptive pour la zone d'affectation Protection des ressources du milieu

SUPERFICIE (ha)

CATÉGORIE DESCRIPfIVE

FONCTION DOMINANTE

MODALITÉS SPÉCIFIQUES

Sites identifiés comme sources d'alimentation en eau potable (PMSl)

Protection des milieux sensibles

Maintien du couvert forestier dans un rayon de 60 mètres. Aucun passage de machinerie à l'intérieur d'un rayon de 20 mètres pour les puits de surface ou prises d'eau municipales. Maintien du couvert à l'intérieur d'un rayon de 30 mètres et aucune machinerie sur 10 mètres pour les puits artésiens.

6,0

Sites avec présence d'espèces végétales exceptionnelles (PMS8)

Protection des milieux sensibles

Modalités en fonction de chaque espèce végétale (chênaies, sabot de la vierge jaune, etc.)

0,0

Terrains forestiers présentant des contraintes extrêmes pour le opérations forestières (PMS3)

Protection des milieux sensibles

Perturbation minimale du sol de l'ensemble de la strate. Assurer une régénération naturelle préétablie avant toute coupe finale

2 856,3

Bandes riveraines des cours d'eau permanents (PMS6)

Protection des milieux sensibles

0-5 m : aucune intervention 0-10 m : aucune machinerie 0-20 m : aucune coupe totale

2672,2

Bandes riveraines des cours d'eau intermittents

Protection des milieux sensibles

0-5 m : Maintien ou restauration du couvert forestier; perturbation minimale du sol et (PMS7) du lit du cours d'eau

Protection faunique

0-5 m : aucune coupe 0-10 m : aucune machinerie 0-20 m : aucune coupe totale

0,0

Étangs à castors à protéger (PF9)

Protection faunique

0-5 m : aucune coupe 0-10 m : aucune machinerie 0-20 m : aucune coupe totale

9,0

Habitats des espèces animales exceptionnelles (PFIO)

Protection faunique

Mesures de protection en fonction de chaque espèce afin de maintenir son habitat

0,0

Sites de recherche avec protection partielle (RT 2-4-6)

Recherche

Activités forestières autorisées par le protocole de recherche

0,0

Sites d'observation et zones de villégiature (SIG-Sm)

Récréation

Maintien ou restauration d'un couvert forestier de qualité dans la zone de villégiature déterminée au schéma d'aménagement de la MRC

Bandes riveraines des . frayères d'intérêt (PF5)

Document

de

consultation.

Interdiction

22

de

photocopier.

645,9


TABLEAU 2-3 Modalités spécifiques pour chaque catégorie descriptive pour la zone d'affectation Protection des ressources du milieu (suite) CATÉGORIE DESCRIPTIVE

FONCTION DOMINANTE

MODAIlTÉS SPÉCIFIQUES

Sites archéologiques (SIA)

Protection du patrimoine

Travaux forestiers en période hivernale, aucune perturbation du sol

Réseaux de sentiers (SIS)

Récréation

Minimiser les déplacements à l'intérieur ou au travers des sentiers.

Inclus dans El

Environnement immédiat des secteurs d'intérêt autres que les sentiers de motoneige (EIl)

Protection de l'encadrement visuel

Maintien d'un couvert forestier de qualité Réduction des impacts visuels de la préparation de terrain. Coupes totales maximales de 0,5 ha intercalées de bandes de 60 mètres, à moins d'l ne autorisation contraire du professionnel forestier

3 827,6

Peuplements forestiers utilisés pour la production acéricole (ERI)

Production acéricole

Conservation des espèces compagnes; aucune coupe totale pour les érablières de densité de plus de 60 %

SUPERFICIE (ha)

TOTAL

0,0

1997

12014

2.3.3 La zone d'affectation Aménagement

selon les spécificités du site

Les travaux d'aménagement forestier peuvent être orientés en fonction de différents objectifs selon les particularités d'un site. La zone Aménagement selon les spécificités du site englobe l'ensemble des superficies présentant des contraintes biophysiques ou ayant des objectifs d'aménagement prioritaires autres que la production de matière ligneuse, mais où il est possible de pratiquer des activités forestières sans restriction majeure. Les activités forestières doivent être prescrites selon la sensibilité ou la fonction dominante du site. On y retrouve les aires suivantes : •

les terrains forestiers présentant des contraintes majeures pour les opérations forestières (PMS4);

les peuplements forestiers potentiels pour la production acéricole et non exploités (ER2);

les aires de confinement hivernal de l'orignal (PFl);

les ravages du cerf de Virginie (PF2);

les parcs et les sites d'élevage d'espèces fauniques exotiques (PF6);

Document

de

consultation.

Interdiction

23

de

photocopier.


les territoires privés sous ,gestion faunique (PF7);

les corridors fauniques (PF8);

• •

l'environnement immédiat des sentiers de motoneige (EI2); les secteurs d'avant-plan (APl, AP2, AP3);

L'orientation

générale

Maintenir ou améliorer la qualité des sites dont la fonction dominante est soit l'aménagement faunique, soit la protection de llencadrement visuel. Protéger les caractéristiques pédologiques des milieux présentant des contraintes pour les opérations forestières. Les modalités générales d'intervention Afin de minimiser les impacts de la coupe totale (limitation de déplacement du gros gibier en période hivernale, impact sur la qualité visuelle du paysage, diminution de l'effet de lisière entre les différents stades de développement forestier, détérioration des sols), on recommande de limiter les interventions forestières et plus spécifiquement la coupe totale à une superficie maximale de 4 hectares d'un seul tenant, avec une bande de 60 mètres entre chaque coupe pour les peuplements autres que les érablières. La coupe devrait être prescrite uniquement lorsque la régénération des peuplements adjacents a atteint au moins 2 mètres. Les travaux d'aménagement forestier devront être prescrits selon la fonction dominante du site et la sensibilité des sols aux perturbations forestières.

Document

de

consultation.

Interdiction

24

de

photocopier.


TABLEAU 2-4 Modalités spécifiques pour chaque catégorie descriptive pour la zone d'affectation Aménagement selon les spécificités du site

CATÉGORIE DESCRIPTIVE

FONCTION DOMINANTE

MODALITÉS SPÉCIFIQUES

Les terrains forestiers présentant des contraintes majeures pour les opérations forestières (PMS4)

Protection des milieux sensibles

Maintien ou restauration du couvert forestier; perturbation minimale du sol de l'ensemble de la strate

5 908,9

Les peuplements forestiers potentiels pour la production acéricole et non exploités (ER2)

Production acéricole ou de tiges de qualité

Aucune coupe totale (protection du territoire agricole)

2 810,2

Aires de confinement hivernal de l'orignal (îlots) (PFI)

Aménagement faunique

Maintien d'un couvert forestier de qualité dans les peuplements d'abri hivernal (hauteur> 10 m âge < 90 ans) Pas de travaux en période hivernale

0,0

Ravages du cerf de Virginie (PF2)

Aménagement faunique

Maintien ou encouragement d'un couvert forestier de qualité dans les peuplements d'abri hivernal (hauteur> 10 m âge < 90 ans) Favoriser les coupes à proximité des abris en période hivernale

285,2

Parcs et sites d'élevage d'espèces fauniques exotiques (PF6)

Aménagement faunique

Aménagement en fonction des objectifs du propriétaire forestier

29,5

Territoires privés sous gestion faunique (Pf7)

Aménagement et exploitation faunique

Intégration des travaux d'aménagement forestier et faunique

992,3

Corridors fauniques (PF8)

Aménagement faunique

Protection du couvert forestier afin de maintenir un corridor continu

1 676,4

Environnement immédiat des secteurs d'intérêt (sentiers de motoneige) (EI2)

Protection de l'encadrement visuel

Coupe totale maximale de 4 hectare Bande de 60 mètres entre les coupes sauf lors de changement de propriétaire Aucune coupe totale adjacente à une coupe totale sauf lorsque la régénération a atteint 2 mètres de hauteur

Les secteurs d'avant-plan (60-500m) (AP 1-2-3) non inclus dans l'une ou l'autre des catégories

Protection de l'encadrement visuel

Idem EI2

SUPERFICIE (ha)

20,0

4 545,2

16267,7

TOTAL

Document

de

consultation.

Interdiction

25

de

photocopier.


2.3.4 La zone d'affectation Aménagementjorestier

avec récréation extensive

La zone Aménagement forestier avec récréation extensive couvre la plus grande partie du territoire. Elle correspond aux sites où l'activité forestière prédomine tout en tenant compte des autres ressources du milieu. Les activités forestières doivent être prescrites selon les orientations générales et les lignes directrices du code d'éthique de La Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent. Cette zone est considérée comme étant la principale source d'approvisionnement en fibre pour l'industrie forestière. Les catégories descriptives de cette zone sont : •

les zones de moyen-plan (MP 1-2-3) et d'arrière-plan (RF) des secteurs d'intérêt;

les terrains forestiers productifs dont la fonction principale est la production de bois et la récréation extensive (BR).

L'orientation générale Respecter et favoriser la capacité de production de la forêt en privilégiant les interventions qui assureront une régénération naturelle de qualité, une protection adéquate des jeunes semis, un accroissement de la qualité des tiges et de l'état de santé des peuplements forestiers.

TABLEAU 2-5 Modalités spécifiques pour chaque catégorie descriptive pour la zone d'affectation Aménagement forestier avec récréation extensive

CATÉGORIE DESCRIPTIVE

FONCTION DOMINANTE

MODAI1TÉS SPÉCIFIQUES

SUPERFICIE (ha)

Secteurs de moyen-plan (500-3000 m) ,(MP 1-2-3)

Production de bois et récréation extensive

Coupe totale maximale de 4 hectares Bande de 60 mètres entre les coupes sauf lors de changement de propriétaire

17 168,0

Terrains forestiers productifs dont la fonction principale est la production de bois et la récréation extensive (BR) (aucune affectation spécifique)

production de bois et récréation extensive

Mêmes que MP

4 932,6

TOTAL

22 100,6

Document

de

consultation,

Interdiction

26

de

photocopier.


Les modalités générales d'intervention Afin de minimiser les impacts de la coupe totale sur la qualité de l'encadrement visuel du moyen-plan, on recommande de limiter les interventions forestières et plus spécifiquement la coupe totale à une superficie maximale de 4 hectares d'un seul tenant. Une bande de 60 mètres doit être maintenue entre les coupes d'un seul tenant sauf lors d'un changement de propriétés. Celles-ci devront être réalisées en respectant la topographie du milieu tout en minimisant l'impact visuel des coupes réalisées sur les lignes de crête.

2.4

SOMMAIRE DES AFFECTATIONS TERRITORIALES DU TERRITOIRE DE L'EST-DU-LAC

Le tableau 2-6 présente un sommaire des quatre grandes zones d'affectation pour le territoire forestier de l'Est-du-Iac-Témiscouata. Chaque zone d'intervention correspond à un regroupement des catégories descriptives selon leur niveau de sensibilité aux activités forestières. Cette approche permettra d'évaluer la possibilité forestière de chacune des zones d'affectation sur un horizon de 20 ans. On retrouve à la carte 1, la répartition spatiale des quatre grandes zones d'affectation pour le territoire de l'Est-du-Iac-Témiscouata.

Document

de

consultation.

Interdiction

27

de

photocopier.


TABLEAU 2-6 Les zones d'affectation du territoire forestier productif de l'Est-du-Lac Témiscouata CATÉGORIEl AFFECTATION TERRITORIALE

N

00

(1) CONSERVATION DES RESSOURCES DU MlllEU

Modalités générales

Aucune activité forestière

Forestier improductif TF1

Aulnaies de 2 hectares et plus (TF14)

Protection des milieux sensibles PMS

(2) PROTECTION DES RESSOURCES DU MlllEU

Activité forestière restreinte et maintien du couvert forestier (coupe totale maximale de 0,5 ha)

(3) AMÉNAGEMENT SELON LES SPÉCIFICITÉS DU SITE

(4) AMÉNAGEMENT FORESTIER AVEC RÉCRÉATION EXTENSIVE

Activités forestières avec des modalités spécifiques d'intervention (coupe totale maximale de 4 hectares avec régénération d'au moins 2 mètres au pourtour de la coupe)

Activités forestières avec des modalités générales d'intervention (coupe maximale de 4 hectares)

Terrains dénudés ou semi-dénudés (TFI5) Sites avec la présence d'espèces végétales désignées menacées ou vulnérables (PMS2)

Sites identifiés comme source d'alimentation en eau potable (PMSI)

Îles et îlots (PMS5)

Terrains forestiers ayant des contraintes extrêmes aux opérations forestières (PMS3) Les terrains forestiers ayant des contraintes majeures aux opérations forestières (PMS4) Les bandes riveraines des cours d'eau permanents et intermittents (PMS6) (PMS7) Les sites avec la présence d'espèces végétales exceptionnelles (PMS8)

Habitat des espèces animales dites menacées, vulnérables (PF4) Protection fauique PF

Les frayères d'intérêt et leurs bandes riveraines (PF%)

Les aires de confinement hivernal de l'orignal (îlots) (PFl)

Les étangs à castors à protéger (PF9)

Les ravages du cerf de Virginie (PF2)

Habitat des espèces animales exceptionnelles (PFII)

Les parcs et les sites d'élevage d'espèces fauniques exotiques(PF6) Les territoires privés sous gestion faunique (PF7) Les corridors fauniques (PF8)


TABLEAU 2-6 Les zones d'affectation du territoire forestier productif de l'Est-du-Lac Témiscouata (suite) CATÉGORIEl AFFECTATION TERRITORIALE

(1) CONSERVATION DES RESSOURCES DU MILIEU

(2) PROTECTION DES RESSOURCES DU MILIEU

Modalités générales

Aucune activité forestière

Activité forestière restreinte et maintien du couvert forestier (coupe totale maximale de 0,5 hectares)

Recherche et transfert de connaissance (RT)

Sites de recherche avec protection intégrale (RTl-3-5)

Sites de recherche, superficie immédiate avec protection partielle (RT2-4-6)

(3) AMÉNAGEMENT SELON LES SPÉCIFICITÉS DU SITE

(4) AMÉNAGEMENT FORESTIER AVEC RÉCRÉATION EXTENSIVE

Activité forestière avec des modalités spécifiques d'intervention (coupe totale maximale de 4 hectares avec régénération d'au-moins 3 mètres au pourtour de la coupe)

Activité forestière avec des modalités générales d'intervention (coupe maximale de 4 hectares)

L'environnement immédiat des secteurs d'intérêt (sentiers de motoneige) (E12)

Zone de moyen-plan d'un secteur d'intérêt d'importance socioéconomique moyenne (MP 1-2-3)

Zone d'avant-plan d'un secteur d'intérêt d'importance socioéconomique moyenne (API-2-3)

Zone d'arrière-plan d'un secteur d'intérêt d'importance socioéconomique élevée (RPl)

Sites archéologiques (SIA)

Sites d'intérêt SI

Réseaux de sentiers (SIS) Terrains forestiers situés à l'intérieur des zones de villégiature et des sites d'observation (SIU-SIG)

N

\D

Environnement immédiat d'un secteur d'intérêt autres que les sentiers de motoneige (EIl)

Protection du paysage (PP)

Peuplements forestiers utilisés pour la production acéricole

Potentiel acéricole (ER)

Peuplements forestiers potentiels pour la protection acéricole et non exploité (ER2) Les terrains forestiers productifs dont la fonction principale est la production de bois et la récréation extensive (BRI à BR7)

Production de bois et récréation extensive (BR) Superficie forestière productive Superficie à l'intérieur des 4 zones

5,9

9 575,8

13 099,3

22 100,6

181,8

12014,0

16267,7

22 100,6


y G 1 ;

LES ZONES D'AFFECTATIONS

TERRITORIALE

FORETMODELE DU BAS-SAINT-LAURENT EST-DU-LAC

H

&

F-CllFH.E

1

lk_

l, 115000

r


3. LE PLAN D'AMÉNAGEMENT DE LA RESSOURCE LIGNEUSE

3.1

LA PROBLÉMATIQUE FORESTIÈRE GÉNÉRALE

3.1.1 Les stades de développement

et la composition forestière

L'analyse de la composition forestière et des différents stades de développement du territoire de PEst-du-Iac permet d'identifier trois grands axes problématiques liés à l'aménagement et à l'exploitation des ressources forestières, soit : •

une forêt relativement jeune, essentiellement composée de peuplements feuillus et mélangés feuillus dont 30 % sont de faible densité;

un déséquilibre important entre les différents stades de développement pour les peuplements feuillus et résineux;

le faible diamètre moyen des tiges feuillues, limitant à court terme la production de bois de sciage.

La répartition selon les classes d'âge Selon le tableau 3-1, on constate, au cours des 10 dernières années, une amélioration sensible de la répartition des superficies par classe d'âge. Toutefois, la classe d'âge de 50 ans et JIN domine toujours largement avec 54,9 % de la superficie forestière productive .

................................................................................................................................................................................................................................. Document

de

consultation.

Interdiction

33

de

photocopier.


TABLEAU 3-1 Évolution des superficies forestières selon les différentes classes d'âge au cours de la période 1981-1992 1981 %

CLASSE D'ÂGE

ha CT-ES

1 512

Friche Plantation Total (en voie)

1903 1842

3,4 4,3 4,2

5257

11,9

5485 7660 21 486

12,5 17,4

10 ans 30 ans 50 ans et JIN 70 ans 90 ans et VIN TOTAL

642

1,4

1 293 4600

2,9

6535 5010 5442 24 598 1056 2 129 44 770

48,8 8,6

3751 361 44 000

ha

1992 %

0,8

10,3 14,6 11,2 12,1 54,9 2,4 4,8

On note une augmentation des superficies en régénération en raison des travaux de reboisement réalisés au cours des 10 dernières années. Les stades matures et surannés, couvrant une faible superficie, sont principalement composés d'érablières et de cédrières dont la structure est inéquienne. Selon les stades de développement, l'âge moyen de l'ensemble de la forêt du Témiscouata est d'environ 40 ans. Depuis les années 50, la récolte partielle des tiges de qualité, la coupe totale, l'infestation par la tordeuse des bourgeons de l'épinette, les feux de forêt et les travaux sylvicoles sont les principaux facteurs qui ont façonné la structure forestière actuelle. On observe présentement un diamètre moyen de 15,77 cm pour les essences résineuses et de 18,12 cm pour les essences feuillues. Actuellement, le petit diamètre des tiges feuillues est la variable qui limite le plus l'approvisionnement pour l'industrie du sciage.

La répartition selon les types de peuplements forestiers Tel qu'indiqué au tableau 3-2, on constate lors de l'analyse des stades de développement par type de couvert forestier qu'il existe de très grandes variations de représentativité pour chacune des classes d'âge. Les principaux points sont: •

la forte représentativité de la classe de 50 ans et JIN pour le couvert feuillu (73,4 %) et mélangé (65,6 %);

Document

de

consultation.

Interdiction

34

de

photocopier.


la dominance des jeunes strates résineuses (plantations) au sein du couvert résineux (58,9 %);

la faible pourcentage des superficies pour les classes de 70 ans et plus (7,2%).

TABLEAU 3-2 Répartition des superficies par classe d'âge et type de peuplement

Type de peuplement

En voie et 10 ans

30 ans

50 ans

et JIN

+ et VIN

Feuillus

1 503

2 156

% feuillus

7,9 %

11,3 %

Mélangés

1977

2 156

8793

322

% mélangés

14,7 %

16,1 %

65,6 %

2,4%

Résineux

6142

1 130

1861

330

974

10 436

% résineux

58,9 %

10,8 %

17,8 %

3,2 %

9,3 %

100 %

CT-ES-FR

1923

0

0

0

0

1923

4,3 %

Total (ha)

11 545

5442

24 599

1056

2 129

44 770

100,0 %

%

25,8

12,1

54,9

2,4

4,8

100,0

70 ans

90 ans

Total

13 945

404 2,1 %

996 5,2 %

19 004

73,4 %

159 1,2 %

13 407

%

42,4 %

100,0 % 30,0 %

100,0 % 23,3 %

3.1.2 Les caractéristiques et la problématique selon chaque stade de développement Les strates de 0 à 20 ans Les strates âgées de 0 à 20 ans (en voie et 10 ans) représentent le quart de la superficie forestière productive. Les peuplements en voie de régénération sont surtout composés de plantations dont l'âge est inférieur à 10 ans et de coupes totales non encore régénérées. Les strates régénérées naturellement sont majoritairement composées de types feuillus et mélangé. Voici donc la répartition: CT-FR Plantations résineuses F-lO-CT M-lO-CT R-lO-CT

1 923 ha

5 650 ha 1 503 ha 1 977 ha 492 ha

TOTAL

11 545 ha

................................................................................................................................................................................................................................. Document

de

consultation.

Interdiction

35

de

photocopier.


Mises à part les plantations résineuses 03 % de la superficie forestière productive) dont on sait que les taux de croissance annuels sont intéressants, la situation est tout autre pour l'ensemble «ct-fr»,dont on ignore la composition en essences et la densité. Ces sites de composition et de densité indéterminées représentent 4 % de la superficie forestière productive et 16,7 % de la classe de 10 ans et moins. Ces sites doivent donc être considérés comme des strates non régénérées. Les peuplements âgés de 10 ans, quant à eux, représentent 9 % de la superficie forestière productive. Le problème majeur relié à ces peuplements est que l'on a peu d'information sur la qualité des essences qui les composent. Plus de 40 % du total de leur superficie n'a pas de densité d'attribuée. Les peuplements résineux naturels de 10 ans sont peu fréquents 0 % de la superficie forestière productive). Cette situation est due au fait que la majorité de ces superficies ont fait l'objet d'un reboisement.

Les strates de 30 ans Selon le tableau 3-3, les peuplements feuillus et mélangés à dominance d'essences feuillues composent essentiellement la classe d'âge de 30 ans. Près de 67 % de la superficie totale de cette classe d'âge est à dominance feuillue composée en majorité d'essences intolérantes. Cette classe d'âge est peu représentée avec seulement 12,2 % de la superficie forestière productive. Au cours des 10 prochaines années, on devrait observer une augmentation des superficies, principalement avec l'arrivée des jeunes plantations, pour atteindre une superficie de 8 000 hectares 08 % de la superficie forestière productive), soit 50 % à dominance résineuse et 50 % à dominance feuillue.

TABLEAU 3-3 Répartition des strates de 30 ans par type de couvert forestier et par classe de densité TYPE DE PEUPLEMENT

DENSITÉ AETB

DENSITÉ CETD

TOTAL

%

1733

423

2 156

39,6

Mélangés feuillus

793

694

1487

27,3

Mélangés résineux

236

354

590

10,8

70

9

79

1,5

806

324

1130

20,8

Feuillus

Mélangés (S-D) Résineux TOTAL %

Document

de

3638

1804

5442

66,8 %

33,2 %

100 %

consultation.

Interdiction

36

de

photocopier.

100,0


La classe d'âge de 30 ans semble être favorable à des travaux d'éducation puisque respectivement 25 % et 40 % de sa superficie sont représentés par des densités A et B (3 638 ha). Toutefois, la grande majorité des peuplements feuillus et mélangés sont composés d'essences intolérantes. Les strates de 50 ans et JIN Présentement, 55 % de la superficie forestière productive est à l'intérieur des classes de 50 ans et JIN. Tel que précisé au tableau 3-4, on retrouve principalement de jeunes peuplements feuillus tolérants, mélangés à dominance de feuillus intolérants, et feuillus intolérants. Les peuplements résineux et mélangés à dominance résineuse représentent près de 20 % de la superficie de ce groupe.

TABLEAU 3-4 Répartition des strates de 50 ans et JIN par type de couvert forestier et par classe de densité TYPE DE PEUPLEMENT

DENSITÉ AETB

DENSITÉ CETD

TOTAL

%

Feuillus tolérant"

8444

1865

10 309

41,9

Feuillus intolérants

2372

1 268

3641

14,8

1088

1657

6,7

1693

2535

4229

17,2

Mélangés résineux

799

2106

2906

11,8

Résineux

688

1171

1859

7,6

14 565

10 033

24 598

100,0

59,2

40,8

100,0

Mélangés feuillus tolérants

569

Mélangés feuillus intolérants

TOTAL 0/0

La forte représentation de la classe de 50 ans est due au fait que l'on retrouve deux types de structure, soit les peuplements équiennes représentés par les peuplements à dominance feuillue avec des essences intolérantes (7870 ha) et les peuplements à dominance résineuse (4 765 ha), les peuplements à structure inéquienne faisant l'objet de coupes partielles ou de jardinage, soit les peuplements dominés par les essences tolérantes (11 966 ha). Au cours des 20 prochaines années, la majorité des travaux devront être orientés au sein de cette classe. Les travaux d'éducation de peuplement visant l'amélioration des peuplements pour la production de bois de sciage de qualité ou la production ................................................................................................................................................................................................................................. Document

de

consultation.

Interdiction

37

de

photocopier.


acéricole (feuillus tolérants de densité A ou B), la remise en production de peuplements dégradés ou l'enrichissement (peuplements de densité C ou D) seront à privilégier. Ceci permettra de faire vieillir les strates aptes à produire du bois de sciage de qualité, diminuera la superficie du groupe de 50 ans et augmentera la représentativité de la classe de 70 ans. Par conséquent, le diamètre moyen augmentera, ce qui permettra d'accroître la disponibilité en bois de sciage.

Les strates de 70 ans et plus et VIN Les strates mûres et surannées représentent seulement 7,2 % de la superficie forestière productive. Les peuplements de feuillus tolérants (ER, ERFf) utilisés pour la production acéricole, les cédrières et les pessières en milieu humide accaparent la majorité de la superficie. Ces peuplements sont souvent caractérisés par des conditions d'exploitation difficiles à cause de leur utilisation (production acéricole) ou des conditions édaphiques (pentes fortes ou milieux humides). Le tableau suivant présente les principales composantes de ce groupe.

TABLEAU 3-5 Répartition des strates de 70 ans et plus et VIN par type de couvert forestier et par classe de densité DENSITÉ AETB

DENSITÉ CETD

TOTAL

%

Feuillus

850

550

1400

44,0

Mélangés feuillus

108

166

274

8,6

Mélangés résineux

56

151

207

6,5

Résineux

294

1010

1304

40,9

TOTAL

1308

1877

3185

100,0

%

41,1

58,9

100,0

TYPE DE PEUPLEMENT

Étant donné la faible représentativité de ce groupe d'âge et l'importance de maintenir un minimum de vieilles forêts afin de répondre aux besoins de certaines espèces animales ou végétales, on recommande de maintenir le plus possible ces peuplements en attendant le vieillissement de la classe d'âge de 50 ans. Le jardinage ou la coupe partielle de même que l'enrichissement sont à favoriser.

Document

de

consultation.

Interdiction

38

de

photocopier.


3.1.3 La répartition du volume Le volume total À la suite des compilations réalisées à partir de l'inventaire du MRN (décembre

1995), le volume total du territoire de l'Est-du-Iac est de 4 465 322 m3 pour un rendement moyen de 99,6 m3/ha dont 127,8 m3/ha pour les strates feuillues, 112,8 m3/ha pour les strates mélangées et 49,5 m3/ha pour les strates résineuses. Selon le tableau 3-6, le volume feuillu représente 72,7 % du capital ligneux du territoire, dont 70 % au sein de la strate feuillue. Le volume résineux est principalement localisé à l'intérieur des strates mélangées et résineuses. Il est à noter que 15 0/0 du volume résineux est à l'intérieur des strates feuillues. Ceci implique que la récolte des résineux du territoire est fortement reliée à l'exploitation des feuillus.

TABLEAU 3-6 Répartition du volume par type de couvert forestier TYPE DE COUVERT

VOLUME RÉSINEUX m3

VOLUME RÉSINEUX (m3/ha)

VOLUME FEUlUUS m3

VOLUME FEUlUUS (m3/ha)

TOTAL (m3)

VOLUME TOTAL (m3/ha)

514 101

49,49

Résineux

468738

45,13

45 363

4,37

Mélangés

567 502

42,18

949 527

70,58

1 517029

112,76

Feuillus

183 898

9,65

2 250 294

118,13

2 434 192

127,79

TOTAL

1 220 138

27,23

3 245 184

72,41

4 465 322

99,64

%

27,3

72,7 %

100,0

Mise à jour, 1995

Les feuillus

durs

Les informations du tableau 3-7 proviennent des résultats d'inventaire du MER (1992) pour le territoire de l'Est-du-Iac. Ces données diffèrent quelque peu des données antérieures, étant donné la mise à jour de l'information cartographique réalisée par la Forêt modèle. Les feuillus durs dominés par l'érable à sucre, l'érable rouge, le bouleau à papier et le bouleau jaune totalisent 1 950 019 m3, soit 43,5 % du volume total. L'érable à sucre est la principale essence de ce groupe. La disponibilité en érable pour l'approvisionnement de l'industrie est en partie limitée par l'utilisation de celui-ci pour la production acéricole, soit près de 2 250 hectares. On estime le volume d'érable utilisé pour la production acéricole à environ 335 000 m3 . ................................................................................................................................................................................................................................. Document

de

consultation.

Interdiction

39

de

photocopier.


Lesfeuillus mous La principale essence que l'on retrouve est le peuplier faux-tremble, pour un volume total de 1 285 749 m3. Il est concentré à l'intérieur des peuplements feuillus et mélangés de transition qui ont subi une coupe totale ou partielle, ou des feux de forêt. La demande grandissante pour de l'approvisionnement en tremble de qualité permet de supposer qu'il serait intéressant de maintenir et d'aménager ces superficies en peuplements mélangés résineux à prédominance de peupliers, de sapins et d'épinettes.

TABLEAU 3-7 Répartition du volume par essence et par type de couvert forestier

ESSENCE

BOP Ba] ERR

STRATE RÉSINEUSE

Autres feuillus Total feuillus EPB EPN-EPO EPR-PIG SAB PIB-PIR MEL THO TOTAL Résineux Total

% Superficie

%

Total bmt

STRATE FEUilLUE

m3/ha

m3/ha

Total bmt

TOUTES STRATES Total bmt

m3/ha

TOTAL bmt

m3/ha

17546 2177 2550 18 203 4699

2,54 0,32 0,37 0,00 2,63 0,68

138 195 74473 65 763 74 963 450 715 143 309

10,20 5,50 4,85 5,53 33,26 10,57

123 897 155 260 113 955 916 209 734 353 199 501

6,51 8,15 5,98 48,11 31,03 17,90

279 638 231 910 182 267 991 173 1 059 961 490 819

7,08 5,87 4,61 25,09 26,83 12,43

45 173

6,54

947418

69,91

2 243 175

117,78

3 235 768

81,91

106 897 80 537

15,47 11,66

111 996 37 455

8,26 2,76

40 868 4413

2,15 0,23

259 761 122 405

6,58 3,11

36 316 0 63 688 196 502 483 940

5,26 0,00 9,22 28,45 49,43

251 103 8502 13 975 157 719 580 750

18,53 0,62 1,03 11,64 42,85

122 827 0 0 18 321 186 429

6,45 0,00 0,00 0,96 9,79

410 246 8503 77 664 372 543 1 251 122

10,38 0,21 1,97 9,43 31,67

529 116 11,8 % 6908 11,8 %

76,59

1 528 168 34,1 % 13 552 34,1 %

112,76

2 429 604 54,1% 19 045 54,1 %

127,57

4 486 888 100,0 % 39 505 100,0 %

113,58

ERS PET-PEG

STRATE MÉLANGÉE

Résultats d'inventaire

du MRN, 1992

................................................................................................................................................................................................................................. Document

de

consultation.

Interdiction

40

de

photocopier.


Le groupe Sapin-épinette Le groupe Sapin-épinette, composé principalement du sapin baumier et de l'épinette blanche, représente 63 % du volume de résineux et 17,7 % du volume total. Près de 51 % du volume se situe à l'intérieur des strates mélangées et respectivement 28 % et 21 % à l'intérieur des peuplements résineux et feuillus. Le groupe Autres résineux Le groupe Autres résineux est composé de thuya (372 543 m3), de mélèze C77 664 m3) et de pins CS 503 m3) localisé surtout à l'intérieur des strates résineuses et mélangées à dominance de résineux. Ce groupe représente 37 % du volume résineux et 10,2 % du volume total. On retrouve ces essences principalement sur les sites difficilement accessibles et dont le drainage est déficient.

3.1.3 Les superficies forestières disponibles pour l'aménagement forestier intensif Présentement, 75 % des superficies forestières productives sont sous aménagement forestier soit par le programme d'aide à la mise en valeur du MRN (propriétés sous aménagement avec le groupement forestier), soit par le programme forestier de l'Est du Québec (aide individuelle offerte par le Service canadien des forêts). Au cours des 20 dernières années, la plupart des superficies sous aménagement ont fait l'objet d'interventions sylvicoles. Une partie des superficies forestières qui devrait faire l'objet de travaux sylvicoles, au cours des prochaines années, appartient à des propriétaires non membres de l'un ou l'autre des programmes d'aménagement. Cela correspond à environ 25 % des superficies forestières productives du territoire. Les orientations d'aménagement et les stratégies sylvicoles devront tenir compte des nouvelles adhésions aux différents programmes d'aménagement au cours des 10 prochaines années, afin d'accroître la productivité du territoire.

3.1.4 Les milieux présentant des contraintes aux opérations forestières Tel que précisé au chapitre des affectations, près de 21 % des superficies forestières productives sont sensibles aux activités de récolte et plus spécifiquement à la coupe totale. Les écosystèmes particuliers caractérisés, les zones de protection du paysage, les érablières utilisées pour la production acéricole et les bandes riveraines des cours d'eau sont les principaux secteurs possédant des limitations. Sans pour autant diminuer le potentiel du territoire, il faut tenir compte du fait que les méthodes

Document

de

consultation.

Interdiction

41

de

photocopier.


d'exploitation doivent être réalisées en fonction de maintenir la capacité' de reproduction de ses sites. Dans certains cas, les coûts d'exploitation pourraient être supérieurs aux revenus générés. En analysant l'historique des coupes, on constate que depuis une trentaine d'années plus de 430 hectares de milieux sensibles ont subi une coupe totale, soit 2 % de l'ensemble des superficies de la zone d'affectation Protection des ressources du milieu. Ces sites devraient faire l'objet d'une attention particulière si l'on veut maintenir la capacité de reproduction de ces milieux de même que les caractéristiques végétales et animales liées à ces stations.

3.1.5 La vulnérabilité à la tordeuse des bourgeons de l'épinette La fin des années 70 et le début des années 80 ont été marqués par des attaques de la tordeuse des bourgeons de l'épinette (TBE). Ces importantes infestations ont entraîné des modifications majeures, notamment au niveau de la répartition des essences sur le territoire. En général, les strates forestières présentes sont moyennement vulnérables à la TBE. Seulement 14 % de la superficie forestière productive est considérée comme étant très ou extrêmement vulnérable à une prochaine infestation de la TBE. Le vieillissement des jeunes plantations d'épinette risque d'accroître la sensibilité du territoire à la tordeuse. Un suivi des plantations est indispensable afin de minimiser les pertes sur les investissements réalisés jusqu'à présent.

3.1.6 La qualité des tiges feuillues pour le sciage ou le déroulage Tel que précisé au tableau 3-8, le volume en essences feuillues de qualité A (production de bois de déroulage) ou de qualité B (production de bois de sciage) est relativement faible, représentant seulement 5 % du volume total des essences feuillues. On retrouve 39 % en tiges de qualité C (tiges possédant un potentiel futur), dominés par le peuplier faux-tremble et l'érable à sucre.

Document

de

consultation.

Interdiction

42

de

photocopier.


TABLEAU 3-8 Répartition du volume par essence feuillue et par classe de qualité ESSENCES

QUAIlTÉ A

QUAUTÉ B

QUAIlTÉ C

m3

m3

m3

m3

m3

1617

5348 31 426 1,0

3429 6544 48 383 139 425 4,3

99 840 60 395 34 869 427 258 106 189 83 833 452 045 1 264 429 39,1

114735 216 035 146 787 477 922 155 413 135 411 554 185 1 800 488 55,6

231 910 279 638 182 267

24 461

15 718 3208 611 61 532·

Ba] BOP ERR ERS FRN-HEG-OSY PEB PET-PEG Total : % Résultat" d'inventaire

AUTRE

TOTAL

991 173 265 031 225 788 1 059 961 3 235 768 100,0

du M.R.N., 1992

Le jeune âge et le faible diamètre des tiges feuillues limitent actuellement la production de bois de sciage et de déroulage. Cependant, les travaux d'aménagement réalisés depuis 15 ans permettront d'accroître graduellement, à moyen terme (10 ans), le potentiel de production de bois de sciage. Cependant, à court terme, l'aménagement des strates feuillues pour la production de bois de qualité impliquera une importante récolte de bois de feuillus qui sera destinée au marché de la pâte. La production acéricole est un autre facteur limitant la production de bois de sciage. On estime actuellement que 25 % du volume en érable à sucre est utilisé pour la production acéricole. Étant donné que cette activité est en expansion, il faudra tenir compte de ce volet lors de l'évaluation de la disponibilité.

3.1.7 Le type de production et la mise en marché Selon les caractéristiques forestières décrites précédemment, l'aménagement forestier du territoire impliquera, au cours des 10 prochaines années, une récolte importante de feuillus dont la fibre sera principalement orientée vers les marchés de la pâte, du bois de chauffage ou du charbon de bois. La programmation annuelle de réalisation de travaux d'amélioration des jeunes peuplements feuillus et des peuplements feuillus de faible densité est étroitement liée à la capacité d'écouler les essences feuillues sur les marchés de la pâte et de la disponibilité des subsides. Document

de

consultation.

Interdiction

43

de

photocopier.


En résumé, la capacité du territoire d'approvisionner à moyen terme l'industrie du sciage est fortement dépendante d'une amélioration importante à court terme, des peuplements feuillus.

3.1.8 Synthèse de la problématique forestière Au tableau 3-9, se retrouvent les principaux éléments de la problématique forestière du territoire. Ces éléments sont caractérisés selon diverses catégories telles les différentes classes d'âge, les types de couvert forestier, les milieux sensibles, etc.

Document

de

consultation.

Interdiction

44

de

photocopier.


TABLEAU 3-9 Résumé des principaux éléments de la problématique forestière CATÉGORIES

PROBLÉMATIQUES

Classes d'âge En voie et 10 ans

Dominance des plantations. résineuses et faible représentativité des strates mélangées et feuillues.

Classe d'âge 30 ans

Faible représentativité de la classe d'âge dominée principalement par des peuplements feuillus d'essences intolérantes.

Classe 50 ans et JlN

Forte représentativité de ce groupe d'âge, dominé par les peuplements feuillus de densité A et B composés d'essences tolérantes et de peuplements feuillus, mélangés et résineux de faible densité (densité C-D).

Classe 70 ans et plus

Groupe sous-représenté, dominé par les peuplements résineux en milieu humide et les peuplements de feuillus tolérants (érablière).

Couvert forestier résineux

Faible rendement à l'hectare. Dominancc des plantations. Seulement 39 % du volume résineux se retrouve à l'intérieur de ce couvert.

Couvert forestier mélangé

Domination du peuplier faux-tremble et du bouleau à papier. Ce couvert accapare 46 % du volume résineux. L'exploitation du résineux implique une production importante de bois de qualité pâte.

Couvert forestier feuillu

L'aménagement de ce couvert dominé par l'érable à sucre et le peuplier faux-tremble implique la récolte de tiges de qualité pâte afin de favoriser pour l'avenir la production de bois de sciage. 15 % du volume résineux sont situés au sein de ce groupe.

Milieux sensibles

Altération de 5 % des superficies considérées sensibles aux activités forestières.

Vulnérabilité à la tordeuse

Faible vulnérabilité à la tordeuse présentement. Toutefois, le vieillissement des jeunes plantations au cours des prochaines années augmentera la vulnérabilité de la strate résineuse.

Qualité des tiges pour la production de bois de sciage

Le territoire offre un excellent potentiel à long terme pour la production de bois de sciage. Toutefois, le faible diamètre actuel des tiges implique la récolte à court terme de feuillus de qualité pâte.

Mise en marché du bois

Une stratégie d'aménagement orientée vers l'amélioration des peuplements feuillus impliquera au cours des 10 prochaines années une production importante de feuillus tolérants ou intolérants vers les marchés de la pâte, du bois de chauffage ou du charbon de bois (faible prix ou marché limité).

Document

de

consultation.

Interdiction

45

de

photocopier.


3.2

LA STRATÉGIE D'AMÉNAGEMENT FORESTIER DU TERRITOIRE DE L'EST-DU-LAC-TÉMISCOUATA

3.2.1 Sommaire des superficies forestières productives et du volume sur le territoire de l'Est-du-lac Témiscouata

Superficie forestière productive En voie de régénération Plantations résineuses (0-5 ans) Peuplements résineux Peuplements mélangés (prédominance résineuse) Peuplements mélangés (prédominance feuillue) Peuplements mélangés (sans prédominance) Peuplements feuillus SOUS-TOTAL:

1 4 5 3 7 2 19 44

923 585 851 708 687 012 004 770

ha ha ha ha ha ha ha ha

Autres terrains Eau TOTAL

13 116 ha 4 171 ha 62 057 ha

Volume par groupe d'essences Volume sapin-épinettes-pin gris Volume autres résineux Volume feuillus durs Volume feuillus mous TOTAL: Mise à jour des volumes,

777 442 2 174 1 071 4 465

776 362 119 065 322

m3 m3 m3 m3 m3

07,4 %)

(9,9 %) (48,7 %) (24,0 %) 000,0 %)

1995

3.2.2 Objectifs généraux d'aménagement forestier Sur la base de la problématique soulevée, trois grands objectifs d'aménagement se dégagent, soit : •

augmenter le capital ligneux et le rendement moyen en mètres cubes à l'hectare sur le territoire, principalement pour le groupe sapin-épinette à l'intérieur de la strate résineuse;

favoriser une répartition équilibrée des superficies entre les différents stades de développement pour les peuplements résineux et mélangés;

Document

de

consultation.

Interdiction

46

de

photocopier.


augmenter le capital ligneux en feuillus de qualité A et B au sein des strates dominés par les feuillus durs (érable, bouleau);

En pratique, à court et moyen terme, pour les peuplements à dominance d'essences résineuses, les stratégies sylvicoles devront favoriser l'entretien des jeunes plantations existantes, assurer le maintien des superficies résineuses et accroître la représentativité des essences résineuses à l'intérieur des strates mélangées dominées par le peuplier faux-tremble. Pour les peuplements dominés par les feuillus intolérants (feuillus et mélangés), les stratégies sylvicoles devraient favoriser une augmentation du capital ligneux et des aménagements sur des rotations de 50 ans. Près de 20 % de la superficie forestière (9 000 ha) peuvent être alloués à ce type de production selon la disponibilité des marchés pour le peuplier faux-tremble et le bouleau blanc. Les peuplements composés de feuillus tolérants possèdent deux fonctions dominantes, soit la production de bois de sciage et la production acéricole. On estime à environ 3 000 hectares les superficies réservées à la production acéricole et 12 000 hectares celles qui sont aptes à la production de bois de sciage de feuillus durs. Toutefois plusieurs des strates aptes à la production de bois de sciage sont de faible densité (densité C ou D) mais présentent des caractéristiques intéressantes afin d'accroître la productivité du territoire. Pour ce faire, les efforts d'aménagement de ces peuplements devront être intensifiés 3.2.3

Les stratégies sylvicoles

La programmation d'activités d'aménagement doit permettre de tendre vers l'atteinte des objectifs généraux sur un horizon de 20 ans tout en respectant la possibilité de réalisation des intervenants (main-d'oeuvre, subsides), les caractéristiques écologiques du territoire et la capacité de l'industrie à absorber les produits générés.

1. Augmentation du capital ligneux On doit viser à augmenter le capital ligneux tant en qualité qu'en quantité; le volume moyen total sur pied devrait être d'environ 110 m3/ha ou environ 5 000 000 m3. Sa répartition prendrait la forme suivante :

Document

de

consultation.

Interdiction

47

de

photocopier.


TABLEAU 3-10 Estimation du capital ligneux par groupes d'essences

VOLUME 1995

%

VOLUMEVISÉ 2015

%

VOLUME VISÉ 2025

%

Sapin-épinette

777 776 m3

17,4

1 000 000 m3

20,0

1 450 000

26,6

Autres résineux

442 362 m3

9,9

500 000 m3

10,0

500 000

9,2

Feuillus durs

2 174 119 m3

48,7

2 500 000 m3

50,0

2 500 000

45,9

Feuillus mous

1 071 065 m3

24

1 000 000 m3

20,0

1 000 000

18,3

TOTAL :

4 465 322 m3

100,0

5 000 000 m3

100,0

5 450 000

100

Selon nos estimations, au cours des 3 dernières années, la récolte moyenne sur le territoire ne représentait que 67 % de la possibilité forestière toutes essences. Le fait de ne pas récolter toute la possibilité est l'un des facteurs qui contribuent à l'augmentation du capital ligneux pour l'an 2015. En l'an 2025, 4500 hectares de plantations résineuses viendront s'ajouter au volume marchand. La remise en production de superficies improductives, la régénération des sites présentant des difficultés et l'enrichissement en essences résineuses et feuillues des strates de faible densité sont les principaux travaux susceptibles d'accroître à moyen terme le capital ligneux.

2- Consolidation de la répartition des superficies forestières par type de peuplement Au cours des 20 dernières années, les travaux d'aménagement réalisés par les propriétaires ont permis de rééquilibrer la répartition des superficies par type de couvert forestier, malgré une récolte intensive des peuplements résineux suite à l'infestation de la tordeuse et la forte demande pour le sapin et l'épinette. Pour les 20 prochaines années, la stratégie consistera à consolider les investissements réalisés antérieurement et à améliorer la qualité des peuplements. Selon les interventions pratiquées actuellement, on estime que la répartition des superficies se rapprochera des données que l'on retrouve au tableau 3-11.

Document

de

consultation.

Interdiction

48

de

photocopier.


TABLEAU 3-11 Estimation de la répartition des superficies par type de peuplement pour l'an 2015

TYPE DE PEUPLEMENT

SITUATION ACTUELLE (1995) (ha)

Plantations Autres RÉSINEUX

SITUATION VISÉE (2015) (ha)

%

6220 4180 10 400

MÉLANGÉS(R)

3708

Essences intolérantes

5769 1954

Essences tolérantes MÉLANGÉS(F)

7723

MÉLANGÉS(10 ANS)

2013

Essences intolérantes Essences tolérantes Feuillus CT-FR

En voie de régénération (cr-FR)

23,2

7700 4200 11 900

26,6

8,3

4700

10,5

4000

5477 12 135 1 391 19 004

FEUIlLUS

17,3

2000 6000

13,4

4,5

2000

4,5

5000 12 500 1600 42,4

1923

TOTAL :

%

44 770

19 100

42,6

4,3

1100

2,4

100,0

44 800

100,0

3. Uniformisation de la répartition par type de couvert et stade de développement Un des principaux problèmes que l'on retrouve est le déséquilibre des superficies forestières par type de peuplement selon les différents stades de développement. Tel que précisé antérieurement, le couvert résineux est en reconstruction. Les travaux forestiers devront favoriser une répartition plus uniforme des superficies, particulièrement pour les types de peuplements résineux et mélangés. Le tableau 3-12 présente la répartition possible dans 20 ans des superficies forestières par type de peuplement et selon le stade de développement.

Document

de

consultation.

Interdiction

49

de

photocopier.


Il est à noter qu'environ 10 000 hectares de forêts de feuillus dominés par les essences tolérantes pourront faire l'objet de traitements visant le maintien d'une structure inéquienne ou étagée.

TABLEAU 3-12 Répartition des superficies par classe d'âge et type de peuplement PÉRIODE

EN VOIE TYPE DE PEUPLEMENT ET 10 ANS

30 ANS ET JIN

50 ANS + ET VIN

70 ANS

90 ANS

TOTAL

1995

Feuillus %

1503 7,9

2 156 11,3

13 945 73,4

404 2,1

996 5,2

19 004 100,0

2015

Feuillus

1600 8,4

1 500 7,8

8000 41,9

7000 36,7

1000 5,2

19 100 100,0

1995

Mélangés %

1977 14,7

2 156 16,1

8793 65,6

322 2,4

159 1,2

13 407 100,0

2000 15,8

2000 15,8

6000 47,2

2200 17,3

500 3,9

12 700 100,0

6642 60,7

1 130 10,3

1 861 17,0

330 3,0

974 9,0

10 936 100,0

2000 17,5

6200 54,4

1 200 10,5

1000 8,8

1000 8,8

11 400 100,0

1923 1 100

0 0

0 0

0 0

0 0

1 923 1 100

2015

1995

Résineux % résineux

2015

1995 2015

CT-ES-FR CT-ES-FR

1995

TOTAL (ha) %

11 545 25,8

5442 12,1

24 599 54,9

1056 2,4

2 129 4,8

44 770 100,0

2015

TOTAL (ha) %

7200 16,1

9700 21,7

15 200 33,8

10 200 22,8

2500 5,6

44 800 100,0

4. Amélioration

de la qualité des tiges feuillues

Il est difficile d'évaluer, au cours des 20 prochaines années, l'effet du vieillissement des strates sur la disponibilité que l'on obtiendra en tiges feuillues de qualité A et B. Selon la stratégie proposée, on estime que le diamètre moyen des essences feuillues augmentera de 18 cm à 20 cm. Cet accroissement favorisera une amélioration du potentiel en bois de sciage de qualité A et B. Le tableau 3-13 présente une estimation des volumes prévus en l'an 2015. Il est à préciser que la hauteur moyenne de 18 mètres des tiges feuillues limite la production de bois de qualité A (bois de déroulage).

Document

de

consultation.

Interdiction

50

de

photocopier.


TABLEAU 3-13 Projection de l'augmentation du volume des essences feuillues selon les classes de qualité pour la période 1995-2015

QUALITÉ A (m3)

QUALITÉ B (m3)

QUALITÉ C (m3)

AUTRE (m3)

TOTAL (m3)

31 426

139 425

1 264 429

1 800 488

3 235 768

1,0

4,3

39,1

55,6

100,0

70 000

700 000

1 400 000

1 330 000

3 500 000

2,0

20,0

40,0

38,0

100,0

Essences feuillues An 1995 (1) %

Essences feuillues An 2015 (2) %

(1) Résultats d'inventaires du M.R.N., 1992 (2) Volumes projetés Qualité A : Qualité B : Qualité C : Qualité D :

Tiges dont le diamètre est de 40 cm et plus et possédant au moins une bille de 3,10 mètres exempte de défauts sur toute sa longueur. Tiges dont le diamètre est de 34 cm et plus et possédant au moins une bille de 2,50 mètres exempte de défauts sur toute sa longueur. Tiges d'au moins 24 cm de diamètres et possédant au moins une tige de 1,8 mètres de longueur exempte de défauts sut toute sa longueur. Tiges d'au moins 24 cm de diamètres qui ne rencontrent pas les normes de la classe C.

5. Augmentation

de la valeur du capital sur pied

L'augmentation de la valeur du capital sur pied est fonction de 3 facteurs soit l'augmentation du volume sur pied par groupes d'essences, la proportion destinée au sciage et les prix. L'augmentation des volumes sur pied est basée d'après les estimations telles que décrites au tableau 3-10. La proportion destinée au sciage est fonction du diamètre des tiges donc de l'âge tout particulièrement pour les feuillus durs. La proportion de sciage des feuillus durs est faible (3 %) actuellement car les travaux d'aménagement réalisés le sont dans un contexte d'éducation de peuplement visant l'amélioration de la croissance et de la qualité des tiges. Voici le pourcentage de sciage qui a été estimé pour chaque période : 0-5ans 5 - 10 ans 10 - 15 ans 15 - 20 ans 20 - 30 ans

Document

3% 5% 10 % 20 % 30 %

de

consultation.

Interdiction

51

de

photocopier.


Les prix sont ceux de 1995. Le prix du sciage des feuillus mous est de 13,52 $ / m3 alors que la pâte est à 12,36 $ / m3 pour un prix moyen pâte-sciage de 12,88 $ / m3. Le prix de la pâte feuillus durs est 14,21 $ / m3 alors que le sciage est à 32,16 $ / m3 pour un prix moyen de 14,75 $ / m3. On n'a pas tenu compte de l'effet de l'augmentation de la qualité et du diamètre des tiges qui permettraient de toucher pour des billes de feuillus durs de qualité supérieure jusqu'à 100,00 $ / m3 en dollars de 1995. VALEURDU CAPITALSUR PIED DE 1995 Groupe d'essences

$/m3

Volume 1995

-

taux 1995

Valeur 1995 21 194 396

Sapin-épinette

777 776

27,25

Autres résineux

442 362

16,96

7 502 459

Feuillus durs

2 174119

14,75

32 068 255

Feuillus mous

1 071 065

12,88

TOTAL:

4 465 322

13795317 74 560 427

Les prix utilisés sont ceux de 1995, bord de route, et tiennent compte que 3 % et 45 % respectivement des feuillus durs et des feuillus mous sont actuellement destinés au sciage, moyenne des 3 dernières années de récolte.

VALEURDU CAPITALSUR PIED DE 2015 Groupe d'essences

taux 2015

Valeur 2015 en $ 1995

1 000 000

27,25

27 250 000

$/m3

Volume 2015

Sapin-épinette

-

500 000

16,96

8 480 000

2 500 000

14,75

44 500 000

Feuillus mous

1 000 000

12,88

TOTAL :

5 000 000

Autres résineux Feuillus durs

12880000 93 110 000

La valeur est en dollars de 1995 et celle des feuillus durs est basée sur une estimation du sciage à 20 %. En tenant compte d'une récolte annuelle équivalente à la moyenne des 3 dernières années, 20 ans plus tard, en 2015, le volume sur pied aura augmenté de 12 % et la valeur des bois de 25 %.

Document

de

consultation.

Interdiction

52

de

photocopier.


VALEURDU CAPITALSURPIED DE 2025 Groupe d'essences

Volume 2025

$/m3 - taux 2025

Valeur 2025 en $ 1995

1 450 000

27,25

39 512 500

500 000

16,96

8 480 000

2 500 000

14,75

49 000 000

Feuillus mous

1 000 000

12,88

TOTAL :

5 450 000

Sapin-épinette Autres résineux Feuillus durs

12 880 000 109 872 500

Pour les feuillus durs, l'évaluation de la proportion de sciage (30 %) a été estimée à partir de la technologie actuelle de débitage soit une bille de 20 cm au fin bout et de 2,50 m de longueur. On n'a pas tenu compte d'une augmentation probable de la proportion sciage qui serait reliée à une amélioration de la technologie permettant le débitage de petites billes de sciage (14 cm au fin bout et 1,22 m de longueur). En 2025, 30 ans plus tard, le volume sur pied aura augmenté de 22 % et la valeur des bois de 47%.

3.2.4 Les travaux sylvicoles pour la période 1996-2016 Afin d'orienter les interventions forestières en fonction des objectifs visés, on a subdivisé le territoire forestier en 7 grands groupes d'aménagement et 27 sous-groupes. Les groupes sont établis en fonction des critères suivants: l'âge, la hauteur, la densité, la composition et la tolérance des strates ainsi que les travaux sylvicoles pouvant être réalisés. Cette approche permet de visualiser rapidement les superficies disponibles à l'aménagement forestier pour les zones d'affectation suivantes:

3. Aménagement 4. Aménagement

selon la spécificité d'un site,. forestier et récréation extensive.

Le tableau 3-14 présente la programmation quinquennale (1996-2001) des travaux sylvicoles selon chacun des sous-groupes d'aménagement. Les travaux seront réalisés principalement à l'intérieur des zones d'affectation 3 et 4. Il est à noter que l'évaluation des superficies à traiter annuellement pour la période 1996-2001 est basée sur les budgets d'aménagement actuellement consentis dans la région de l'Est-du-Iac (programmes d'aide provincial et fédéral), l'historique des interventions et la disponibilité des superficies à l'intérieur de chacun des sous-groupes d'aménagement. La programmation quinquennale est sujette à une révision annuelle.

Document

de

consultation.

Interdiction

53

de

photocopier.


TABLEAU 3-14 Plan quinquennal des travaux sylvicoles (1996-2001) GROUPES D'AMÉNAGEMENT

100 Les superficies m voie de régénération

SUPERFICIE TOTALE (ha)

SOUS-GROUPES D'AMÉNAGEMENT

110 Aucune récupération de matière ligneuse possible

629,1

SUPERFICIE ZONE 3 - 4 (ha)

OBJECTIFS D'AMÉNAGEMENT

TRAVAUX SYLVICOLES

466,4

ASR-MSR-MSM-MSF ASR-MSR-MSM-MSF ASR-MSR-MSM-MSF

SUPERFICIE TRAITÉE

SUPERFICIE TRAITÉE

(ha/an)

(ha/5 an)

Débroussaillement Préparation de site Reboisement ou enrichissement Dégagement

80 80 80

400 400 400

80

400

40

200

MSR-MSM-MSF

Reboisement ou enrichissement Dégagement (lx)

20

100

Dégagement (lx) Dégagement (2x) Regarni Étêtage

10 80 60 15

50 400 300 75

Éclaircie précommerciale

5

25

Eclaircie commerciale

10

.~..~ ..... 50

Dégagement Taille de formation

2 2

10 10

MSR-MSM-MSF 120 Avec récupération de matière ligneuse possible 130 Lesfriches

1 293,9

1 026,0

ASR-MSR-MSM-MSF

V1

~

200 Les plantations

210 Lesplantations résineuses récentes

4 546,9

4 077,4

MSR-AV MSR-AV MSR MSR

220 Lesplantations résineuses jeunes Hauteur 1,5 à 7,0 mètres

1 425,1

1 271,7

AV

230 Lesplantations résineuses matures

234,5

191,5

AV

240 Lesplantations mélangées ou feuillues jeunes

20,8

18,9

MSMR AQF

...-...............................................

250 Lesplantations mélangées ou feuillues matures 300 La régénération naturelle

310

Lesfeuillus

• ••••••••••••••••••••••••

~~.~nn.n.n

••••••.•••

U

••••

n •••••••

•••••

.. -- ........•....•..

--

33,2

31,8

1 386,4

1 203,8

•••• n~~n.nnnn.nn

•••.•••.••.•• nn ••••••• •• •••••• •••• ••••nn.n

-~ ......

AQF ASR-MSF •••••••• ···nn

•••• n •••••••••

n.n.~nn~n~n.n

320

Les mélangés

2 012,6

1 623,0

ASR-ASMr

330

Les résineux

535,4

403,3

AV-TBE

--

.............. ....-......

••• n •• n.n.n

••••n~nnn.n

••••.••••••••••••• n ••••• n •••• n ••

................. -----

•• n •• n.n

•• n •• ~.~nn.n

.

200 70

40 14

Eclaircie précommerciale Dégagement ••••_

_-_ ..

••••• ••••

•• n ••••• n ••••• n.n

••••• n.n

Éclaircie précommerciale

40

200

Dégagement

20

100

••••••~.n

•• n


TABLEAU 3-14 Plan quinquennal des travaux sylvicoles (1996-2001) (suite) GROUPES D'AMÉNAGEMENT

400 Les peuplements résineux

V\ V\

500 Les peuplements mélangés à dominance résineuse

SOUS-GROUPES D'AMÉNAGEMENT

SUPERFICIE TOTALE (ha)

SUPERFICIE ZONE 3 - 4 (ha)

OBJECTIFS D'AMÉNAGEMENT

410 Lespeuplements jeunes et denses

518,0

307,6

AV-TBE AV-TBE

420 Lespeuplements jeunes et peu denses

848,5

347,0

430 Lespeuplements matures et denses

719,7

440 Lespeuplements matures et peu denses

TRAVAUX SYLVICOLES

SUPERFICm TRAITÉE (ha/an)

SUPERFICm TRAITÉE (ha/5 an)

Éclaircie commerciale Éclaircie intermédiaire

10 3

50 15

MSR

Regarni

5

25

353,6

MSR AV

qoupe progressive Eclaircie commerciale

10 20

50 100

1 551,1

471,0

MSR

CPRS

10

50

10 Lespeuplements jeunes et denses

277,2

210,0

AV-ASR-TBE AV-ASR-TBE

Éclaircie commerciale Éclaircie intermédiaire

10 3

50 15

20 Lespeuplements jeunes et peu denses

792,2

573,8

ASR

530 Lespeuplements matures et denses

811,3

629,6

MSMr-ASR

Coupeprogressive

13

65

540 Lespeuplements matures et peu denses

1 803,8

1 432,8

MSMr-ASR

CPRSavec semenciers Préparation de terrain Reboisement Dégagement

12 12 6 6

60 60 30 30

..


TABLEAU 3-14 Plan quinquennal des travaux sylvicoles (1996-2001) (suite) GROUPES D'AMÉNAGEMENT

600

Les peuplements mélangés à dominance feuillue

VI Û\

SOUS-GROUPES D'AMÉNAGEMENT

UPERFICIE SUPERFICIE TOTALE ZONE 3 - 4 (ha) (ha)

OBjECfIFS D'AMÉNAGEMENT

610 Lespeuplements jeunes et denses

830,4

723,5

AV-AQF-ASMrAV AQF-ASMr

620 Lespeuplements jeunes et peu denses

783,3

672,1

ASR-MSF

630 Lespeuplements matures et denses

2 371,0

1 927,4

AV-ASMr-AQF MSMf-ASMr-ASR ASR

640 Lespeuplements matures et peu denses

3 723,5

3 115,3

ASR ASR ASR ASMr ASR

700

Les peuplements feuillus

710 Lespeuplements jeunes et denses

1 827,8

1 587,8

AQF-AV AQF-AV

720 Lespeuplements jeunes et peu denses

427,9

343,0

ASR ASR MSR

TRAVAUX SYLVICOLES

SUPERFICIE TRAITÉE

SUPERFICIE TRAITÉE

(ha/an)

(ha/5 an)

Éclaircie commerciale Éclaircie intermédiaire

30 5

150 25

Récupération, débroussaillement et préparation de terrain Reboisement Dégagement (lx) Coupe de succession

5

25

5 5 30

25 25 150

Éclaircie commerciale Coupe progressive Coupe de succession

40 10 10

200 50 50

Récupération, débroussaillement et préparation de terrain Reboisement Dégagement Enrichissement Coupe de succession

25

125

25 25 5 20

125 125 25 100

Éclaircie commerciale Éclaircie intermédiaire

70 2

350 10

5

25

5 5

25 25

Récupération, débroussaillement et préparation de terrain Reboisement Dégagement

-


TABLEAU 3-14 Plan quinquennal des travaux sylvicoles (1996-2001) (suite) GROUPES D'AMÉNAGEMENT

SOUS-GROUPE D'AMÉNAGEMENT

UPERFICIE SUPERFICIE TOTALE ZONE 3 . 4 (ha) (ha)

OBJECfIFS D'AMÉNAGEMENT

TRAVAUX SYLVICOLES

SUPERFICIE TRAITÉE

SUPERFICIE TRAITÉE

(ha/an)

(ha/5 an)

730 Lespeuplements matures et denses

Il 078,9

8 753,3

AQF-MSF AQF-MSF-AV ASR ASR ASR ASR

Amélioration d'érablière Coupesjardinatoires CPRS Préparation de terrain Reboisement Dégagement (lx)

90 200 10 5 5 5

450 1000 50 25 25 25

740 Lespeuplements matures et peu denses

3 291,7

2 729,4

ASR

15

75

ASR ASR ASR MSR ASMf

Récupération, débroussaillement et préparation de terrain Coupe totale Préparation de terrain Reboisement Dégagement Enrichissement

5 2,5 17,5 17,5 1

25 12,5 87,5 87,5 5

AQF-AV AQF MSF MSF

Amélioration d'érablière Coupesjardinatoires Coupeprogressive Enrichissement

10 10 10 1

50 50 50 5

1 530,5

7 652,5

VI --.-J

750 Lespeuplements de feuillus tolérants surannés

TOTAL

Objectifs sPécifiques:

995,8

708,9

44 770,0

35 199,9

AQF

ASMr ASR AV MSF

MSR MSMf MSMr TEE

= Amélioration = Augmentation

de la qualité des feuillus de la supeificie mélangée à dominance résineuse = Augmentation de la supeificie résineuse = Augmentation du volume = Maintien de la supeificie feuillue = Maintien de la supeificie résineuse = Maintien de la supeificie mélangée à dominance feuillue = Maintien de la supeificie mélangée à dominance résineuse = Réduction de la susceptibilité des peuplements à la TEE


Sommaire des travaux sylvicoles de la programmation

quinquennale

1996-2001

Le tableau 3-15 présente la programmation des travaux sylvicoles prévus pour les cinq prochaines années. Les activités les plus importantes qui seront réalisées sont la coupe jardinatoire, l'éclaircie commerciale, le dégagement de plantations, le regarnissage et le reboisement.

TABLEAU 3-15 Sommaire des travaux prévus à la programmation quinquennale 1996-2001 SUPERFICIE

TYPE D'INTERVENTION

(ha/an)

SUPERFICIE PRÉVUE

(1996-2001)

20 80 50 178 65 6 190 80 105 13 200 100 25 12 60

Préparation de terrain Débroussaillement et préparation de terrain Récupération, débroussaillement et préparation de terrain Reboisement Regarni Enrichissement Dégagement (lx) Dégagement (2x) Éclaircie précommerciale Éclaircie intermédiaire Éclaircie commerciale Amélioration d'érablière Coupe totale avec protection de la régénération Coupe totale avec semenciers Coupe de succession

33 210 2 15 25 km 15 km

Coupe progressive Coupe jardinatoire Taille de formation Étêtage Construction de voirie Amélioration de voirie

Document

dc

consultation.

Interdiction

58

de

photocopier.

100 400 200 890 325 30 950 400 525 65 1000 500 125 60 300 165 1050 10 75 125 km 75 km


3.3 L'ÉVALUATION DE LA possmII1TÉ ANNUEllE

DE COUPE

Un des objectifs de la Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent est d'assurer le développement durable des ressources du milieu forestier. On doit donc s'assurer que la récolte annuelle de bois effectuée par les propriétaires forestiers ne compromettra pas la capacité du milieu forestier de produire annuellement au moins la même quantité de bois. La possibilité annuelle de coupe représente l'accroissement en volume que la forêt peut produire et qui peut être récoltée sans altérer le capital forestier. L'évaluation de la possibilité forestière a été réalisée à l'aide du logiciel de simulation Éco-4, développé par monsieur Louis-Jean Lussier, ing. f., Ph.D. Une des caractéristiques de ce logiciel est qu'il permet d'évaluer la possibilité annuelle de coupe en mètres cubes de bois et en valeur de produits générés par la coupe. On peut donc se fixer comme objectif de maintenir la production annuelle constante soit en valeur de produit ou en volume. Pour les fins de l'exercice de simulation, on a évalué la possibilité forestière en fonction des zones d'affectation regroupées du territoire de l'Est-du-Iac-Témiscouata, soit : 1) les zones possédant des contraintes majeures (Conservation des res'Sources du milieu, Protection des ressources du milieu); 2) les zones possédant des contraintes mineures (Aménagement site, Aménagement forestier et récréation extensive).

spécifique d'un

3.3.1 Les informations générales relatives aux simulations Les données forestières utilisées proviennent de la cartographie écoforestière (1992) et des compilations d'inventaire de l'unité de sondage B de la région du BasSaint-Laurent (1995) du MRN,mis à jour par la Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent. De plus, le traitement géomatique de l'information en provenance de différents ministères et d'intervenants régionaux a permis de compartimenter le territoire selon les principales contraintes liées à l'aménagement et à l'exploitation de la ressource forestière. L'horizon de simulation Une des caractéristiques du logiciel Éco-4, c'est qu'il évalue la possibilité forestière annuelle d'un territoire par période de cinq ans en fonction d'un horizon de simulation déterminé par l'utilisateur.

Document

de

consultation.

Interdiction

59

de

photocopier.


Pour le territoire de l'Est-du-Lac-Témiscouata, on a retenu comme hypothèse, un horizon de simulation de 20 ans, étant donné que les peuplements forestiers sont relativement jeunes, et qu'ils font l'objet actuellement d'un aménagement intensif.

Les objectifs forestiers En fonction des objectifs généraux décrits précédemment soit une augmentation du capital ligneux, un accroissement du volume moyen à l'hectare et une augmentation de la qualité des tiges feuillues aptes pour l'industrie du sciage, on a fixé comme hypothèse de départ un accroissement du capital ligneux d'environ 10 % d'ici l'an 2015 pour ateindre 5 millions de m3. L'objectif de l'an 2015 devrait favoriser une augmentation du diamètre moyen des tiges, et du volume moyen à l'hectare tout en maintenant l'activité de récolte actuelle. Il faut noter que la majorité des travaux sylvicoles réalisés au cours de la période de 1985 à 1995 (travaux de remise en production et d'éducation de peuplement) permettront d'accroître le capital ligneux à partir de l'an 2015. On estime qu'entre 2015 et 2025, près de 4 500 hectares de plantations résineuses d'un volume moyen de 100 m3/ ha s'ajouteront au 5 millions de m3 prévus à l'an 2015, ce qui correspond à une augmentation de 450 000 m3 du capital ligneux pour le sapinépinette. En considérant qu'à partir de l'âge de 30 ans, l'accroissement annuel des plantations est de 3 %, c'est environ 13 500 m3 de bois résineux qui s'ajouteront à la possibilité forestière. De plus, les travaux d'éclaircies réalisés au sein des peuplements feuillus de 50 ans permettront d'accroître la disponibilité en bois de qualité sciage dès l'an 2015.

Les données sur la croissance forestière Le coeur du système de simulation Éco-4 est composé d'un module qui fait accroître la surface terrière des essences à l'intérieur d'une parcelle donnée. Les données de la croissance du diamètre moyen (accroissement en mm/an/essence) utilisées à cette fin proviennent de l'étude Zones d'accroissement en diamètre par essence au Québec (995) réalisée par le comité sur le manuel d'aménagement du domaine des forêts privées.

Les réductions en superficie et en volume Étant donné la classification des parcelles forestières en fonction des zones d'affectation, la possibilité forestière sera évaluée pour chacune des zones. Ceci nous permettra de connaître le volume annuel considéré comme difficilement exploitable étant donné son niveau de contrainte.

Document

de

consultation.

Interdiction

60

de

photocopier.


L'évaluation du volume tient compte de la non-utilisation de la matière ligneuse (perte due à l'exploitation) et des pertes occasionnées par la carie. Les données utilisées proviennent de l'évaluation faite par les intervenants régionaux et de l'étude réalisée par le MRN à l'intérieur de l'unité de gestion 11 (région du Bas-Saint-Laurent). Le taux de non-utilisation se situe généralement à 5 %, tandis que le taux de carie varie de 1,2 % à 20 % selon les essences et leur diamètre pour une réduction moyenne totale d'environ la %. À titre d'exemple, une possibilité annuelle de coupe de 50 000 m3 implique une récolte de capital ligneux sur pied (volume marchand brut) d'environ 55 000 m3. Les variables économiques Les principales variables économiques utilisées sont: les coûts moyens d'exploitation, les coûts de réalisation des travaux sylvicoles (incluant les subsides), le prix de vente du bois selon les essences et le type de produit pour la région du Bas-SaintLaurent et le coût moyen du transport. Le logiciel Éco-4 évalue la disponibilité de la matière ligneuse en fonction d'une exploitation économique optimale c'est-à-dire qu'en fonction de la valeur des produits issus des opérations de coupe et des coûts d'exploitation, il établit l'année optimale de coupe. Étant donné que la forêt du Témiscouata est relativement jeune et composée principalement d'essences de feuillus durs (érable à sucre, bouleau blanc, bouleau jaune) dont l'âge économique optimal d'exploitation se situe entre 70 et 90 ans, le logiciel considère que ces strates ne seront disponibles à l'exploitation qu'à partir de l'an 2015, diminuant à court terme la possibilité de récolte annuelle par rapport au potentiel de croissance réel.

3.4 LA possmlllTÉ ANNUEllE

DE COUPE POUR LES ZONES

D'AFFECTATION AMÉNAGEMENT SELON LES SPÉCIFICITÉS

D'UN SITE ET AMÉNAGEMENT FORESTIER AVEC RÉCRÉATION EXTENSIVE Les zones d'affectation Aménagement selon les spécificités d'un site et Aménagement forestier avec récréation extensive représentent 78,6 % de la superficie forestière productive soit 35 200 ha. Pour les fins de la simulation, on a supposé que la majorité des travaux sylvicoles prévus à la programmation seront réalisés à l'intérieur de l'une ou l'autre de ces zones. Les tableaux suivants présentent les résultats des simulations par période de cinq ans et ce, pour les 20 prochaines années.

Document

de

consultation.

Interdiction

61

de

photocopier.


Les tableaux 3-16 et 3-17 présentent le capital ligneux disponible en début de simulation et la possibilité annuelle de coupe par groupe d'essences et par type de produit qui peuvent être récoltés pour les prochains 20 ans. On estime le capital ligneux disponible, c'est-à-dire les tiges possédant un diamètre minimal en fonction des types de produits possibles et en fonction des pertes, à environ 3,7 milions de m3. Ce capital permet de générer une possibilité annuelle de l'ordre de 50 000 m3 dont 70 % en bois à pâte ou de chauffage et 30 % en bois de sciage. Il est à noter que tous les bois résineux sont destinés au marché du sciage. Les résineux représentent près de 20 % de la possibilité, les peupliers 24 %, les bouleaux 12 %, les érables 39 % et les autres feuillus 11 %. Pour les zones d'affectations Aménagement selon les spécificités d'un site et Aménagementforestier avec récréation extensive, on évalue la disponibilité annuelle de coupe à 50 000 m3 de bois soit l'équivalent de 1,1 m3 / ha pour l'ensemble des superficies forestières productives. La disponibilité annuelle est considérée comme relativement faible à court terme par rapport au potentiel réel des sites qui devrait se situer aux environs de 3,0 m3/ ha. Cela s'explique par le fait que la forêt du Témiscouata est principalement composée d'essences feuillues dont l'âge moyen se situe à environ 50 ans et dont l'âge d'exploitation économique optimale se situerait entre 70 et 90 ans. L'augmentation en diamètre et en âge des peuplements de feuillus durs et le vieillissement des jeunes plantations permettront d'accroître le rendement moyen à l'hectare de 1,1 m3 à 2,2 m3 à l'an 2015 pour une possibilité annuelle de coupe d'environ 100 000 m3 de bois par année. Les travaux sylvicoles réalisés au sein des peuplements feuillus jeunes de densités élevées pourront accroître davantage le rendement de 2,2 m3 / ha. On recommande de réaliser de nouveaux calculs de simulation dès l'an 2005 afin d'ajuster la possibilité de récolte en fonction de l'accroissement réel du capital ligneux et la disponibilité des peuplements feuillus de 70 ans et plus.

Document

de

consultation.

Interdiction

62

de

photocopier.


TABLEAU 3-16 Capital ligneux disponible (m3) par groupe d'essences et par type de produits pour les zones d'affectation Aménagement selon les spécificités d'un site et Aménagementforestier avec récréation extensive TYPE DE PRODUITS

GROUPES D'ESSENCES SAPIN/ ÉPINETTE

Année

0

TOTAL

PEUPLIERS

BOULEAUX

ÉRABLES

AUTRES FEUILLUS

TOTAL

0

0

491 190

402 923

1 206 090

399 927

2 500 130

462 407

246 947

401 882

12 462

37 302

12 369

1 173 369

462 407

246 947

893 072

415 385

1 243 392

412 296

3 673 499

Pâte et autres Sciage

AUfRES RÉSINEUX

TABLEAU 3-17 Possibilité annuelle de coupe (m3) par groupe d'essences et par type de produits pour les zones d'affectation

0\

uv

Aménagement selon les spécificités d'un site etAménagementforestier TYPE DE PRODUITS

GROUPES D'ESSENCES AUfRES RÉSINEUX

SAPIN/ ÉPINETTE

0-5

Pâte et autres Sciage

5-10

Pâte et autres Sciage

10-15

Pâte et autres Sciage

15-20

Pâte et autres Sciage

avec récréation extensive

0 6231 0 8273 0 8808 0 13 355

PEUPLIERS

0

6674

3 321

5461

0

6437

3350 0 4259 0 4026

5267 6370 5211 5734 4691

BOULEAUX

5659 175 5304 279 4907 545 3911 978

ÉRABLES

AUTRES FEUILLUS

TOTAL

16 252

5 553

34 138

503

171

15 862

14 937 786 13 274 1 475 10 232 2558

5098 269 4635 516 3611 904

31 776 18 224 29 186 20 814 23 488 26 512


3.5 LA STRATÉGIE LIÉE

À LA ZONE D'AFFECTATION

CONSERVATION DES RESSOURCES DU MILIEU La zone d'affectation Conservation des ressources du milieu couvre une superficie de 181,8 ha dont 5,9 ha de terrains forestiers productifs. Les terrains forestiers se situent à proximité d'une plante aquatique (lys d'eau) relativement rare. Aucune activité forestière ne sera prescrite par les professionnels du Groupement forestier de l'Est-du-Lac à l'intérieur de cette zone d'affectation.

Objectif : Conserver intégralement les caractéristiques écologiques des sites identifiés au sein de la zone de conservation.

Stratégies proposées : A. Aucune activité d'exploitation forestière ne sera prescrite à l'intérieur de cette zone. Des travaux d'amélioration d'habitats fauniques à l'intérieur des aulnaies humides pourront être réalisés tout en tenant compte du maintien des caractéristiques physiques et biologiques du site.

3.6 LA STRATÉGIE LIÉE À LA ZONE D'AFFECTATION PROTECl'ION DES RESSOURCES DU MILIEU

La zone d'affectation Protection des ressources du milieu est composée essentiellement de milieux sensibles aux impacts des activités forestières et d'érablières exploitées actuellement pour la production acéricole. Les caractéristiques biologiques et le type d'utilisation limitent grandement la production de matière ligneuse pour les usines de transformation du bois locales ou régionales. La zone d'affectation Protection des ressources du milieu couvre une superficie de 12014 ha dont 9575,8 ha de superficie forestière productive soit 21,3 %. L'objectif pour cette zone est de maintenir les caractéristiques biologiques et la capacité de reproduction des sites. L'ensemble des interventions viseront à maintenir un couvert forestier de qualité et aucune coupe totale supérieure à 0,5 hectare ne pourra être prescrite à moins de circonstances extrêmes (feu de forêts, infestation d'insectes). Il est à noter que les volumes de bois récoltés à l'intérieur des érablières à production acéricole sont surtout utilisés comme source de bois de chauffage. De plus, les coûts d'exploitation des peuplements localisés sur des pentes relativement fortes ou Document

de

consultation.

Interdiction

64

de

photocopier.


dans les milieux humides sont élevés, limitant ainsi économiquement la récolte de bois. On estime qu'environ 50 % de la possibilité annuelle de cette zone pourrait être destiné à l'industrie du bois. Objectif : Maintenir un couvert forestier de qualité et la biodiversité de la strate tout en préservant la capacité de reproduction du site (protection des sols). Les strates situées à l'intérieur des corridors paysagers peuvent être aménagées en fonction d'une production de tiges feuillues de grandes valeurs marchandes (sciage et déroulage). Stratégies proposées : A) Les coupes d'éducation de peuplements sont à privilégier à l'intérieur de cette zone d'affectation. Aucune coupe totale supérieure à 0,5 hectare ne devrait être prescrite par les professionnels forestiers sauf en cas de perturbations naturelles majeures. B) Des mesures de protection des sols sont à préciser pour l'ensemble des strates forestières localisées sur des sites humides ou sur des pentes fortes avant toutes activités forestières.

3.6.1 La possibilité forestière de la zone d'affectation Protection des ressources du milieu La zone d'affectation Protection des ressources du milieu couvre une superficie de 9 579 hectares pour un capital ligneux disponible de 768 839 m3 dont 59 % en bois à pâte ou de chauffage et 41 % en bois de sciage. Cette zone est dominée par les érablières à production acéricole, les milieux sensibles et les sites d'intérêt paysagers. La majorité des interventions de cette zone seront des travaux visant le maintien de la structure forestière. En tenant compte des différentes contraintes, la possibilité de coupe se situe à environ la 000 m3 par an pour les 20 prochaines années, ce qui équivaut à une récolte de 1,3 % par an du volume disponible. Il est toutefois difficile d'évaluer les volumes qui serviront comme bois de chauffage ou de bois à pâte. Les gestionnaires devront prendre en considération ce facteur lors de l'estimation de l'approvisionnement pour les usines consommatrices de pâte feuillue.

Document

de

consultation.

Interdiction

65

de

photocopier.


TABLEAU 3-18 Capital ligneux disponible par groupe d'essences et par type de produits pour la zone d'affectation Protection des ressources du milieu GROUPES D'ESSENCES

TYPE DE PRODUITS

Année 0

TOTAL

ÉRABLES

BOULEAUX

0

0

92 230

86 858

118 412

117 849

75 460

2686

118 412

117 849

167 690

89 544

Pâte et autres Sciage

PEUPLIERS

AUTRES RÉSINEUX

SAPIN/ ÉPINETfE

AUTRES FEUILLUS

193 237 144 193 381

TOTAL

79 504

451 829

2459

317010

81 963

768 839

TABLEAU 3-19 Possibilité annuelle de coupe par groupe d'essences et par type de produits pour la zone d'affectation Protection des ressources du milieu (1995-2015)

û\ û\

GROUPES D'ESSENCES

TYPE DE PRODUITS AUTRES RÉSINEUX

SAPIN/ ÉPINETIE

0-5

Pâte et autres Sciage

5-10

Pâte et autres Sciage

10-15

Pâte et autres Sciage

15-20

Pâte et autres Sciage

PEUPLIERS

BOULEAUX

0

0

1 167

1 122

1 506

1 506

955

35

0

0

1 085

1 029

1444

888

54

0

0

1 066

980

2059

1 457

873

109

0

0

1 016

835

2 184

1424

831

209

2027

ÉRABLES

AUTRES FEUILLUS

2621 3 2454 28 2330 152 2020 505

1 053

TOTAL

5887

32

4 113

941

5509

50

4491

876

5 252

98

4748

782

4653

194

5347


3.7

LE PIAN DE PROTECTION CONTRE LES AGENTS NATURELS DE PERTURBATION

3.7.1 Les insectes Tel que décrit à la section 2.5 du document de connaissance du territoire de l'Estdu-lac, la tordeuse des bourgeons de l'épinette et le charançon du pin blanc sont les deux principaux insectes qui risquent d'occasionner le plus de dommages à la forêt du Témiscouata. Objectif : Diminuer les risques de perturbation en ciblant les peuplements les plus susceptibles d'être infestés, et en leur attribuant une priorité d'intervention. Stratégies proposées : A) Afin de minimiser les risques liés à une prochaine infestation de la tordeuse, établir un ordre de priorité d'intervention afin de diminuer la vulnérabilié des peuplements les plus susceptibles d'être affectés à l'intérieur des zones d'affectation Aménagement selon les spécificités d'un site et Aménagement forestier avec récréation extensive. Les travaux devront favoriser une composition mélangée à dominance de résineux ou résineux mais en privilégiant des essences moins vulnérables telles que l'épinette blanche ou l'épinette noire par rapport au sapin baumier. La coupe progressive des sapinières matures suivie d'une légère perturbation du sol peut favoriser aussi la diversification de la régénération. Il est important de préciser que les groupes 1 et 2 qui suivent sont ceux présentant la plus grande sensibilité à une infestation. Ils couvrent une superficie de 1 749 ha et représentent seulement que 4 % de la superficie forestière productive. L'ensemble du territoire forestier est peu sensible. La stratégie d'intervention devrait être mise en place uniquement lorsque les risques d'infestation pour la région seront élevés. Ordre de priorité GROUPE 1

Groupement d'essences: Âge: Densité : Superficie:

Document

de

consultation.

SS, SE, SC, SBb, SFi, SPe 70 ans et plus A- B, C-D 192 hectares

Interdiction

67

de

photocopier.


GROUPE 2

Groupement d'essences: Âge: Densité : Superficie:

SS, SE, SC, SBb, SFi, SPe 50 ans A-B, C-D 1 557 hectares

GROUPE 3

Groupement d'essences: Âge: Densité : Superficie: GROUPE

ES, BbS, FiS, PeS 70 ans et plus A-B, C-D 218 hectares

4

Groupement d'essences: Âge: Densité : Superficie:

ES, BbS, FiS, PeS 50 ans A-B, C-D 3 140 hectares

B) Pour le charançon du pin blanc, deux avenues sont à préconiser. Pour les plantations d'épinettes de Norvège et d'épinettes blanches, il faut prévoir un programme de nettoyage des plantations infestées et un suivi des plantations. Étant donné que l'épinette de Norvège est très sensible aux infestations du charançon, on recommande d'éviter le reboisement de cette essence et de favoriser l'épinette blanche. De plus, une stratégie orientée vers les reboisements mixtes soit en essences feuillues et résineuses ou le reboisement intercalé entre une jeune régénération naturelle de feuillus permettrait de diminuer la sensibilité des essences résineuses tout en limitant la propagation des infestations.

3.7.2 Les incendies forestiers Objectif : Mettre en place des mesures de prévention et des mécanismes de détection afin de réduire au minimum les risques d'incendie forestier sur le territoire. Stratégies proposées : A) Planifier, avec l'aide de la Société de protection des forêts contre le feu, un plan d'intervention spécifique au territoire.

Document

de

consultation.

Interdiction

68

de

photocopier.


il) Appliquer les règlement') d'usage concernant la prévention des feux de forêt

sur son territoire. C) Exercer une surveillance constante lors des déplacements en forêt.

***

Document

de

consultation.

Interdiction

69

de

photocopier.


Document

de

consultation.

Interdiction

70

de

photocopier.


4. LE PLAN D'AMÉNAGEMENT

DE LA RESSOURCE FAUNIQUE

4.1 LA PROBLÉMATIQUE GÉNÉRALE ET LE CONSTAT POUR LES HABITATS FAUNIQUES La forêt privée de l'Est-du-Iac-Témiscouata est une grande mosaïque de 1 500 lots appartenant à plus de 700 propriétaires forestiers. Ceci a eu pour effet de créer une structure forestière dont la dimension moyenne des strates est d'environ six hectares. Ce type de milieu aura tendance à favoriser plus particulièrement les espèces animales nécessitant un domaine vital de faible ou moyenne superficie telles que la gélinotte, le lièvre ou le cerf de Virginie par rapport aux espèces nécessitant un grand domaine vital tel que l'orignal ou la martre. Tel que décrit à la section 3.2 du document Connaissance des ressources du territoire de l'Est-du-lac-Témiscouata, la principale problématique en terme d'habitat en milieu forestier pour la faune est la faible représentativité de certains types de couvert forestier ou de stade de développement. Les forêts feuillues et mélangées de 30 à 70 ans représentent 62 % et les jeunes plantations de résineux 13 % des superficies forestières productives. Les forêts résineuses ou à dominance d'essences résineuses de 50 ans et plus ainsi que les strates feuillues matures ou surannées sont peu présentes sur le territoire. Les aulnaies, les milieux dénudés humides et les milieux forestiers saturés en eau couvrent une superficie de 3 420 hectares, soit 5,9 % de la superficie du territoire. Au cours des 20 dernières années, on a observé une perturbation majeure sur 11,5 % de ces superficies (coupes totales). Concernant les populations animales présentes au sein du territoire, il existe très peu d'information en provenance des terres privées. Toutefois, les données recueillies sur les terres publiques environnantes permettent d'évaluer sommairement les degrés de population principalement pour le gros gibier (orignal, cerf de Virginie). À l'exception des espèces enregistrées auprès du ministère de l'Environnement et de la Faune, il est difficile d'évaluer la récolte annuelle des espèces convoitées par les chasseurs et les pêcheurs (lièvre, gélinotte, animaux à fourrure, truite mouchetée, touladi et autres).

Document

de

consultation.

Interdiction

71

de

photocopier.


En général, les principaux éléments de la problématique liée à la disponibilité d'habitats (abri, nourriture et couvert de fuite) en milieu forestier sont: • une faible représentativité des strates résineuses matures ou surannées; •

la perturbation des milieux humides;

le faible pourcentage des jeunes strates feuillues (0-10 ans) source importante de nourriture pour la faune;

le peu d'information concernant la régénération naturelle et la composition de la strate arbustive du territoire en fonction des différents types de couvert forestier.

Concernant les différentes populations animales, les principaux éléments de la problématique sont :

4.2

le peu d'information des principales populations animales présentes sur le territoire;

la difficulté d'obtenir des données de récolte des principales espèces convoitées.

LA STRATÉGIE GÉNÉRALE D'AMÉNAGEMENT POUR LES HABITATS FAUNIQUES

L'activité forestière est sans aucun doute l'une des activités humaines qui modifie le plus l'habitat des différentes espèces fauniques. Le mode de coupe, la fréquence et la superficie des aires de coupe sont les principales variables qui influencent le type d'habitat que l'on retrouve au sein d'un territoire. Les facteurs qui auront le plus d'impact à moyen et à long terme sur la structure forestière et par conséquent le type d'habitat faunique sont la limitation des superficies de coupes totales d'un seul tenant à quatre hectares, la conservation et la protection des milieux sensibles et la répartition des coupes annuelles sur l'ensemble du territoire.

Objectifs généraux 1. Favoriser, d'ici vingt ans, une plus grande diversité des types d'habitat faunique susceptibles de répondre aux besoins des principales espèces présentes sur le territoire. 2. Favoriser le déplacement du cerf de Virginie et de l'orignal entre les terres publiques environnantes et les terres privées (corridor de déplacement faunique). 3. Maintenir dans le couvert forestier des lisières boisées et de la couverture arbustive à proximité des lacs et des cours d'eau et à l'intérieur des princiDocument

de

consultation.

Interdiction

72

de

photocopier.


paux corridors de déplacement (cerf de Virginie, orignal) fréquentés par les différentes espèces fauniques. 4. Accroître les populations animales des espèces convoitées et dont le niveau de la population est problématique (cerf de Virginie). 4.2.1 La stratégie d'aménagement forestier versus les objectifs généraux fauniques Selon les zones d'affectation retenues et la stratégie forestière précolllsee au chapitre précédent, plusieurs éléments de la problématique concernant les habitats fauniques en milieu forestier sont pris en considération. Les principaux éléments sont: •

la conservation des aulnaies (181,8 ha);

la protection des milieux sensibles dont la stratégie vise à maintenir un couvert de qualité. Il est à noter que des 3 637 hectares de forêts résineuses jeunes et matures, 2 465 hectares se retrouvent à l'intérieur de la zone d'affectation Protection des ressources du milieu;

le reboisement antérieur et actuel en essences résineuses permettra de récréer un couvert résineux actuellement sous-représenté;

les travaux de coupe totale ou de remise en production des peuplements de feuillus de faible densité favoriseront, entre autres, l'apparition d'une régénération naturelle en essences feuillues fortement convoitées par certaines espèces fauniques.

On estime que 70 % des volumes de bois récoltés sur le territoire proviendront des interventions sylvicoles, tandis que 30 % seront générés par les coupes totales d'une superficie maximale de quatre hectares. En supposant que 50 % de la superficie de chacune des classes d'âge se retrouvent au sein d'une classe supérieure d'ici vingt ans et que l'on maintienne intacte les superficies improductives, nous obtenons, aux tableaux suivants, une approximation de la répartition des peuplements forestiers par classe d'âge et type de couvert forestier.

................................................................................................................................................................................................................................. Document

de

consultation.

Interdiction

73

de

photocopier.


TABLEAU 4-1 Répartition des superficies par classe d'âge suite à la réalisation de la stratégie sylvicole (période 1996-2016)

(ha)

(ha) Improductif En voie de régénération et 10 ans

186

0,4

186

Il 545

25,7 12,1

7200

5442

30 ans 50 ans et Tin

%

2016

%

1996

ClASSE D'ÂGE/ ANNÉE

54,7

70 ans 90 ans et +, Vin

24 599 1056 2129

TOTAL

44 957

100,0

0,4 16,0 21,6

9700 15 200 10 200

2,3 4,7

33,8 22,7

2500

5,6

44 986

100,0

On constate que l'application de la stratégie forestière proposée permettra d'ici vingt ans d'assurer une répartition relativement uniforme pour les principaux stades de développement forestier soit en voie de régénération et 10 ans (16 %),30 ans (21,6 %), 50 ans et JIN (33,8 %) et 70 ans et plus (28,3 %). En considérant que les peuplements de 50 ans et 70 ans et plus sont composés, entre autres, de peuplements possédant une structure inéquienne, on estime que les peuplements aménagés selon une structure équienne se répartiront entre 15% et 20 % à l'intérieur de chacune des classes d'âge de 0 à 50 ans. La stratégie devrait permettre de créer une diversité favorisant le maintien d'habitat de qualité. Les terrains improductifs (286 ha), composés d'aulnaies et de terrains dénudés ou semi-dénudés, seront maintenus à leur état naturel parce qu'ils sont fortement convoités par certaines espèces fauniques.

TABLEAU

4-2

Répartition des superficies par type de couvert forestier suite à la réalisation de la stratégie sylvicole (période 1996-2016) TYPE DE COUVERT FORESTIER

RÉPARTITION EN % DES SUPERFICIES FORESTIÈRES 1996

RÉPARTITION EN % SUITE À lA STRATÉGIE 2016

4,3 24,3 17,2 8,3 42,3

2,5 25,5 17,0 7,0 42,7

En régénération Résineux Mélangés résineux Mélangés feuillus Feuillus Document

de

consultation.

Interdiction

74

de

photocopier.


Le tableau 4.,.2nous indique que d'ici 20 ans, le territoire possédera un couvert forestier diversifié correspondant assez bien aux séries évolutives décrites par le ministère de l'Énergie et des Ressources lors de l'inventaire écoforestier de 1994. Cette structure forestière devrait permettre d'accroître la disponibilité en habitat particulièrement à l'intérieur des peuplements résineux jeunes et des forêts feuillues matures tout en maintenant la disponibilité au sein des strates résineuses matures.

TABLEAU 4-3 Répartition des peuplements

par classe de superficie

ClASSE DE SUPERFICIE

RÉPARTITION EN % DES SUPERFICIES FORESTIÈRES ACTIJEILES

RÉPARTION EN % SELON LA STRATÉGIE RETENUE

0,1 - 4,0 ha

7,6

12,0

4,1 - 8,0 ha

17,3

21,0

8,1 - 16,0 ha

33,1

29,0

16,1 - 32,0 ha

23,4

21,0

32,0 ha et +

18,4

17,0

L'analyse de la répartition des strates par classes de superficie nous indique que la restriction des dimensions d'une coupe totale à quatre hectares aura pour effet d'accroître la représentativité des strates dont la superficie est inférieure à 4,1 hectares. La stratégie d'interventions forestières aura pour effet de favoriser une augmentation des zones de transition entre les strates d'âge et de type de couvert favorisant ainsi tout particulièrement le petit gibier.

4.3 lA STRATÉGIE D'AMÉNAGEMENT POUR LE GROS GffiIER (Espèces ciblées : le cerf de Virginie et l'orignal)

4.3.1

La problématique

L'habitat En général, le territoire est peu propice pour l'orignal. La faible superficie des sites en régénération de jeunes peuplements feuillus limite l'intérêt de l'orignal à séjourner sur le territoire. Il aura tendance à privilégier les grands parterres de coupes en régénération localisés sur les terres publiques environnantes. Document

de

consultation.

Interdiction

75

de

photocopier.


Les principaux facteurs préjudiciables au cerf de Virginie sont la nourriture, la qualité du couvert de protection utilisé en période hivernale, la prédation et la chasse. Le territoire possède plusieurs sites en régénération assurant ainsi un apport de nourriture pour la période hivernale. Toutefois la faible représentativité du couvert résineux de 30 et 50 ans limite la capacité actuelle du territoire à supporter une population importante au cours de la période hivernale. Les grands ravages sont localisés sur les terres publiques environnantes et dans quelques cas débordent sur les terres privées. On observe toutefois quelques pochettes décimées particulièrement dans la partie nord du territoire. Le cerf a tendance à fréquenter plus particulièrement les terres privées situées le long de cours d'eau durant la période estivale. Les recommandations qui suivent concernent plus spécifiquement l'habitat et la population du cerf de Virginie.

4.3.2 Les stratégies d'intervention Objectifs visés 1. Assurer le maintien des strates résineuses ou mélangées à dominance résineuse, mûres et surannées par le cerf de Virginie comme habitats hivernaux. 2. Favoriser la régénération des essences feuillues. 3. Accroître les populations de cerfs de Virginie en intensifiant les mécanismes de gestion et d'exploitation contrôlée sur les terres privées. Moyens ciblés 1. Aménager et protéger les peuplements résineux et mélangés à dominance résineuse fréquentés par le cerf de Virginie en fonction d'un abri de protection hivernale. 2. Pratiquer des coupes partielles ou par trouées à l'intérieur des peuplements feuillus mûrs et mélangés situés à proximité des îlots et des ravages de cerfs afin de favoriser une régénération en essences feuillues. 3. Favoriser la régénération sous couvert en procédant à du reboisement. 4. Préserver les arbres fruitiers présents. 5. Déterminer l'indice de qualité d'habitat du cerf de Virginie pour l'ensemble du territoire .

6. Collaborer avec le MEF à un inventaire des populations sur une base quinquennalle. Document

de

consultation.

Interdiction

76

de

photocopier.


7. Prévoir des mesures d'urgence afin d'éviter une mortalité élevée lors des hivers rigoureux (source de nourriture d'appoint, coupes forestières en période critique, etc.). 8. Prévoir des mesures visant le contrôle de la population de coyote lorsque nécessaire. 9. Promouvoir la formule de lots privés sous gestion faunique contrôlée afin d'établir une évaluation du potentiel de récolte sur les terres privées. Prélèvement annuel Étant donné que le moratoire concernant la chasse au cerf de Virginie est toujours en vigueur (1995), la démarche actuelle consiste à évaluer le plus précisément possible le potentiel de récolte afin d'assurer l'accroissement de la population dès que le moratoire sera suspendu. Si l'on se fie aux statistiques de 1988-1992,le territoire de l'Est-du-lac pourrait supporter un prélèvement se situant entre .5 et 1 cerf/10 km2/année ce qui implique que le territoire possède une population se situant entre 3 et 6 cerfs/10 km2. La mise en place de lots privés sous gestion faunique contrôlée particulièrement dans les secteurs des municipalités de St-Juste, Squatec, Lejeune et Auclair permettrait d'effectuer un suivi continu de l'évolution de la population en fonction de l'effort de chasse. Les prélèvements autorisées devront tenir compte d'un certain nombre d'abattages illégaux qui pourrait avoir lieu sur le territoire Critères et indicateurs de suivi: CRITÈRE

INDICATEUR

SUIVI

Respecterle prélèvementadmissible

Statistiquesd'exploitation

Inventaire

Document

de

consultation.

Interdiction

77

de

photocopier.


4.4 LA STRATÉGIE D'AMÉNAGEMENT POUR LA PETITE FAUNE (Espèces ciblées: la gélinotte huppée, le lièvre d'Amérique et la bécasse d'Amérique)

4.4.1 La problématique L'habitat Le morcellement de la forêt privée en plusieurs petites mosaïques favorise plus particulièrement la petite faune telle lièvre et la gélinotte huppée. Ils affectionnent les peuplements en régénération et les jeunes strates mélangées de bouleaux, de peupliers et de sapins possédant un bon couvert arbustif et situés à proximité d'îlots de résineux. On retrouve ces conditions d'habitat sur l'ensemble du territoire. Toutefois, la dominance des strates feuillues de 30 ans et plus et le faible pourcentage des superficies régénérées en essences feuilues pourraient limiter la qualité d'habitat. Le dégagement des plantations résineuses diminuent l'intérêt de ces espèces pour ce type de superficie. La bécasse d'Amérique privilégie particulièrement les aulnaies humides à proximité de jeunes peuplements feuillus. On retrouve sur le territoire près de 186 hectares d'aulnaies humides. Aucune information n'est disponible quant à l'âge, la qualité des aulnaies et leur fréquentation par la bécasse d'Amérique. La récolte Selon les données des territoires publics environnants, la récolte serait d'environ 3,5 gélinottes par km2. Pour ce qui est du lièvre d'Amérique, l'effort, les succès et la récolte sont actuellement faibles sur les territoires adjacents. Aucune information n'est disponible concernant le potentiel de récolte de la bécasse pour l'ensemble du territoire. Toutefois, les données recueillies auprès de deux chasseurs dans le secteur de la rivière aux Bouleaux (7 bécasses en 4 heures) permettent de constater qu'il existe un certain potentiel.

4.4.2 Les stratégies d'intervention Objectifs visés GÉLINOTIE

1.

HUPPÉE ET LIÈVRE D'AMÉRIQUE

Accroître le potentiel d'habitat lors de la réalisation de travaux forestiers conventionnels. Document

de

consultation.

Interdiction

78

de

photocopier.


2.

Favoriser la régénération en essences feuillues et résineuses à la suite des coupes par trouées ou partielles.

3.

Préciser le potentiel en habitat de qualité.

4.

Évaluer le potentiel de récolte en fonction de l'effort de chasse sur les propriétés privées.

5.

Accroître le potentiel d'habitat des sites en régénération artificielle.

Moyens ciblés GÉLINOITE HUPPÉE ET LIÈVRE D'AMÉRIQUE

1.

Réaliser des coupes par trouées (1 à 4 hectares) à l'intérieur des strates feuillues et mélangées occupant de grandes superficies afin de créer une mosaïque de stades de développement.

2.

Favoriser la régénération des sites en essences feuillues et résineuses.

3.

Effectuer un suivi rigoureux de l'effort de chasse sur les propriétés privées sous gestion faunique contrôlée.

4.

Préserver les arbres fruitiers.

BÉCASSE D'AMÉRIQUE

1.

Réaliser un inventaire des aulnaies humides du territoire et de leur qualité en fonction d'un aménagement pour la bécasse d'Amérique.

2.

Réaliser un inventaire de la population.

3.

Effectuer des coupes de régénération sous forme de sentiers dans les vieilles aulnaies où l'on note la présence de bécasses.

Prélèvement annuel Suite au suivi de l'effort de chasse qui sera réalisé sur les propriétés sous gestion faunique contrôlée, il sera possible d'établir un potentiel de récolte pour une partie ou pour l'ensemble du territoire. Critères et indicateurs de suivi: CRITÈRE

INDICATEUR

SUIVI

Maintien des populations

Statistiques d'exploitation Inventaire des sites

Modèle de suivi de l'évaluation des populations

Document

de

consultation.

Interdiction

79

de

photocopier.


4.5 LA STRATÉGIE D'AMÉNAGEMENT POUR lA FAUNE AVIAIRE (Espèces ciblées: la sauvagine et les oiseaux nicheurs.)

4.5.1 La problématique La rivière Madawaska et la rivière Squatec sont les deux cours d'eau offrant le plus grand potentiel pour la sauvagine. La rivière Madawaska constitue la plus importante aire d'hivernement de la sauvagine de l'Est du Québec. La protection des rives des cours d'eau et la protection partielle des milieux humides ont diminué les impacts négatifs sur l'habitat de la sauvagine au cours des dernières années. En milieu forestier, les coupes d'éducation de peuplement et les coupes totales ont pour effet de réduire la disponibilité des chicots utilisés par plusieurs espèces d'oiseaux nicheurs.

4.5.2 Les stratégies d'intervention Objectifs visés 1.

Favoriser le maintien des habitats des différentes espèces de la faune aviaire et plus particulièrement ceux des oiseaux nicheurs.

Moyens ciblés 1.

En bordure des rivières et des lacs, conserver les chicots et les arbres présentant des cavités.

2.

Installer des nichoirs lorsque peu d'arbres à cavité sont présents et suivre les populations qui les fréquentent.

3.

Préserver sur l'ensemble du territoire un certain nombre de chicots lors des activités forestières.

4.

Préserver les arbres fruitiers.

5.

Préserver la végétation arbustive et arborescente située dans les milieux humides.

Document

de

consultation.

Interdiction

80

de

photocopier.


4.6 LA STRATÉGIE D'AMÉNAGEMENT

POUR LA FAUNE AQUATIQUE

(Espèces ciblées: l'omble de fontaine, le touladi, et le saumon atlantique)

4.6.1 La problématique Les deux principaux éléments de la problématique des populations de truites mouchetées et de touladis sont la très grande pression de pêche subie par ces espèces au cours des dernières années et le marnage du lac Témiscouata afin de diminuer la pression sur le barrage avant la fin des neiges. La baisse du niveau d'eau peut avoir pour effet de découvrir les sites de fraie du touladi et accroître ainsi la mortalité des oeufs. L'ensemble des rivières et des lacs de la région présentent des caractéristiques intéressantes en terme d'habitat et de sites de fraie pour la truite mouchetée. Toutefois, plusieurs cours d'eau sont encombrés par de nombreux obstacles (tronc renversé, barrage de castor) rendant difficile l'accessibilité des sites de fraie. À l'exclusion des arbres renversés lors des opérations forestières, les coupes

intensives réalisées en bordures des rives et le passage de la machinerie à l'intérieur des cours d'eau intermittents et permanents, les activités forestières ont peu d'impacts sur la faune aquatique.

4.6.2 Les stratégies d'intervention Objectifs visés 1.

Maintenir ou améliorer le potentiel des lacs et des rivières offrant une bonne qualité de pêche.

2.

Favoriser l'accessibilité des sites de fraie des cours d'eau possédant des potentiels d'habitats et de sites de fraie élevés.

3.

Diminuer si possible les impacts du marnage du Lac Témiscouata sur les sites de fraie du touladi.

Moyens ciblés 1.

Sensibiliser les propriétaires aux mesures de protection des rives des cours d'eau et des rivières tel que spécifiées dans les modalités d'intervention identifiées au chapitre 2.

Document

de

consultation.

Interdiction

81

de

photocopier.


2.

Identifier les cours d'eau présentant les meilleurs potentiels de fraie et favoriser leur entretien (dégagement des débris, échelle à poisson) en collaboration avec les propriétaires riverains.

3.

En collaboration avec les principaux intervenants du milieu, identifier les mesures afin de diminuer si possible les impacts du marnage en période hivernale.

4.

Procéder à certains aménagements afin de remédier à des situations problématiques qui nuisent à l'amélioration du potentiel de pêche.

5.

Prévoir un mode d'exploitation du type dépôt-retrait pour les lacs possédant un faible potentiel mais dont l'accessibilité est très intéressante.

6.

En collaboration avec les propriétaires intéressés par une gestion faunique des ressources, améliorer l'accès des rivières et ruisseaux offrant un bon potentiel pour la pêche.

7.

Poursuivre les études des différents plans d'eau et cours d'eau du territoire.

Récolte potentielle Il est difficile d'établir le potentiel de récolte pour l'ensemble du territoire. Toutefois, en collaboration avec le MEF et les différentes associations impliquées à la protection et à l'aménagement des lacs et rivières du territoire, il serait important d'établir le potentiel de récolte pour les propriétaires riverains qui ont l'intention de mettre en valeur et d'effectuer une gestion contrôlée de l'activité de pêche. Un suivi des récoltes permettra de connaître l'évolution des espèces convoitées par les pêcheurs. Critères et indicateurs de suivi: CRITÈRE

INDICATEUR

SUIVI

Protection des plans d'eau Maintien des populations

État des populations Qualité physique de l'eau État des rives Nombre et qualité des frayères

Inventaire des plans d'eau Compilation des données de récolte et de l'effort de pêche Superficies riveraines déboisées

Document

de

consultation.

Interdiction

82

de

photocopier.


4.7 LA STRATÉGIE D'AMÉNAGEMENT POUR LES ANIMAUX À FOURRURE (Espèces ciblées: la martre d'Amérique, le pékan, la loutre, l'hermine, le vison, le castor, le rat musqué; le renard roux, le coyote et l'ours noir.)

4.7.1 La problématique Les principales espèces prélevées au cours de l'année 1992 à l'intérieur du territoire des six municipalités (terres publiques et privées) sont le castor (203), le renard roux (120), le rat musqué (111), le pékan (47) et le coyote (46). L'habitat Présentement, il existe très peu d'information concernant l'interrelation entre les types d'habitat que l'on retrouve et les populations des principales espèces piégées. En raison d'un bon réseau hydrographique, le castor et le rat musqué sont en mesure de retrouver des conditions intéressantes d'habitat. De plus, la présence des peupliers répartis sur l'ensemble du territoire favorise particulièrement le castor, entraînant dans certaines occasions des inondations des chemins forestiers et des peuplements forestiers avoisinants. Les jeunes peuplements feuillus et mélangés de transition accompagnés d'une couverture arbustive favorisent la présence de certaines espèces telles que le coyote et le renard roux. L'hermine et le pékan peuvent être favorisés par des peuplements résineux mûrs ou surannés situés à proximité de jeunes peuplements mélangés. La présence de quelques massifs résineux et des terres publiques environnantes favorise le maintien de ces espèces. Le régime alimentaire des espèces énumérées précédemment est composé en bonne partie de lièvres d'Amérique. Une faible population de lièvre peut être un facteur critique au maintien de ces espèces. La population d'ours noir est selon le MEF relativement bonne. La mosaïque forestière et hydrique du territoire (petite coupe totale, présence du framboisier, nombreux cours d'eau) crée des conditions favorables. En général, les nombreux cours d'eau, les petits lacs peu profonds du territoire, la structure forestière jeune composée de feuillus mous et de résineux sont des habitats d'intérêt pour la plupart des espèces énumérées. Le territoire est plutôt propice aux espèces recherchant une forêt jeune et composée d'essences feuillues et résineuses privilégieant des petits domaines vitaux. Document

de

consultation.

Interdiction

83

de

photocopier.


La récolte Les données de récolte du MEF permettent d'évaluer sommairement la présence des principales espèces convoitées pour leur fourrure. Cependant le potentiel de récolte est peu connu étant donné qu'il est difficle d'établir une corrélation entre les récoltes réalisées (intérêt variable des piégeurs selon les espèces) et le potentiel du territoire. 4.7.2 La stratégie d'intervention Objectifs visés 1.

La disponibilité d'habitats pour les espèces dont les caractéristiques de leur domaine vital sont compatibles avec les principaux groupements forestiers du territoire.

2,

Assurer un suivi des populations des principales espèces récoltées par l'activité de piégeage.

Moyens ciblés 1.

Favoriser les coupes de quatre hectares au sein des jeunes peuplements feuillus et mélangés de grandes superficies (effet «mosaïque»).

2.

Favoriser la mise en place de lignes de piégeage selon des zones définies. L'analyse du succès de récolte de chacune des zones permettra d'établir une évaluation préliminaire des populations.

3.

Mise en place d'un mécanisme d'enregistrement des bêtes (carnet de récolte), afin d'évaluer le taux de récolte des espèces piégées.

4.

Élaboration pour les propriétaires intéressés à la gestion de la faune, d'un carnet terrain pour noter la présence de différentes espèces sur sa propriété.

5.

Inventaire et localisation cartographique des colonies de castors, par les techniciens et les propriétaires, lors la planification du plan de gestion ou des prescriptions sylvicoles.

................................................................................................................................................................................................................................. Document

de

consultation.

Interdiction

84

de

photocopier.


4.8 LA STRATÉGIE D'AMÉNAGEMENT ET DE PROTECTION DES ESPÈCES FAUNIQUES SUSCEPTIBLES D'ÊTRE DÉSIGNÉES MENACÉES OU VULNÉRABLES ET DE LEUR HABITAT (Espèces ciblées: le pygargue à tête blanche, le faucon pàlerin, le râle jaune, le lynx du Canada et le lynx roux.)

4.8.1 La problématique Il existe peu d'information concernant la fréquentation et la présence des différentes espèces fauniques susceptibles d'être désignées menacées ou vulnérables à l'intérieur du territoire. Toutefois, le pygargue à tête blanche et le lynx du Canada ont été observés au cours des dernières années.

4.8.2 Les stratégies d'intervention Objectif visé Protection intégrale des espèces fauniques désignées menacées ou vulnérables et de leur habitat.

Moyens ciblés •

Identification d'une aire de protection des habitats (nid, terrier et autres) des espèces qui seront localisées sur le territoire.

Collaboration avec les associations fauniques locales et régionales afin d'identifier la présence et de localiser les habitats des espèces à protéger.

Critères et indicateurs

de suivi:

CRITÈRE

INDICATEUR

SUIVI

Assurer la protection de l'habitat et des espèces susceptibles d'être désignées menacées ou vulnérables

Localisation des individus et dénombrement des individus

Évaluation de l'occupation de l'habitat par les espèces ciblées

Document

de

consultation.

Interdiction

85

de

photocopier.


5. LE PLAN D'AMÉNAGEMENT DE LA RESSOURCE HYDRIQUE

5.1 LA PROBLÉMATIQUE HYDRIQUE

La majorité des cours d'eau du territoire offrent un potentiel halieutique intéressant. Toutefois, la transformation de terres forestières en terres agricoles, le développement de l'urbanisation et de la villégiature ainsi que les coupes totales ont modifié passablement la couverture forestière du territoire et plus particulièrement les bassins hydrographiques localisés à proximité des lacs Témiscouata, Petit Squatec, Pain-deSucre et de la rivière Madawaska. Le pourcentage de la couverture forestière pour l'ensemble du territoire est de 63,8 %. Les bassins les plus problématiques concernant la couverture boisée sont ceux des rivières Lizotte (10 %), Morin (25 %), Sinclair (30 %), Saint-Pierre (40 %) et Isidore (50 %), situées dans le secteur agricole du lac Témiscouata. Les bassins des rivières Sinclair (30 %) et Creuse (50 %) situées à proximité du lac Pain-de-Sucre ont un faible pourcentage de la couverture particulièrement à cause des activités forestières et agricoles. La couverture boisée le long des rives varie énormément d'une rivière à l'autre et entre les secteurs d'un même cours d'eau. Le pourcentage de la couverture varie de a % à 100 %. Les rivières les plus problématiques avec au moins un secteur de 2 kilomètres dont le pourcentage de couverture des rives est inférieur à 40 % (tableau 5-1) sont les rivières Sagnah (1 secteur sur 6), Squatec (1 secteur sur 17), Brûlé (1 secteur sur 7), Adjutor (1 secteur sur 8), Gagnon (1 secteur sur 2), du 3e rang (1 secteur sur 2), Madawaska CS secteurs sur 21), à la Perche (4 secteurs sur 22), Saint-Pierre (1 secteur sur 3), Creuse (3 secteurs sur 15) et Lizotte (2 secteurs sur 3). Depuis quelques années, on observe une modification de la vocation et de l'utilisation des terres du territoire de l'Est-du-Iac-Témiscouata. Les terres utilisées à des fins agricoles ont diminué sensiblement, favorisant ainsi l'apparition de superficies en friche qui redeviennent graduellement des peuplements forestiers. Depuis les années 80, on constate que le nombre et la dimension des coupes totales sont en réduction constante. La diminution des superficies forestières affectées par la tordeuse des bourgeons de l'épinette, la préoccupation grandissante des intervenants et des propriétaires forestiers aux impacts visuels engendrés par les coupes totales et l'intensification de la production acéricole en serait les principaux facteurs. ................................................................................................................................................................................................................................. Document

de

consultation.

Interdiction

87

de

photocopier.


De plus, la majorité des superficies ayant subi une coupe totale ont été reboisées au cours des deux premières années suivant l'intervention. L'ensemble des facteurs énumérés précédemment devrait permettre, au cours des prochaines années, d'accroître le pourcentage de la couverture boisée de la majorité des bassins versants du territoire, à l'exception de ceux dont la vocation d'utilisation des terres est orientée vers l'agriculture. De plus, la politique gouvernementale sur la protection des berges et des rives des cours d'eau favorise actuellement la régénération naturelle des rives qui ont un taux de déboisement élevé tout en préservant le couvert déjà existant. En général, la qualité et le pourcentage de la couverture forestière du territoire iront en s'améliorant et ce, sans aucune nouvelle disposition particulière. Toutefois, l'écoulement des petits cours d'eau pourrait être affectée par un accroissement de la quantité de débris ligneux provenant du maintien du couvert forestier.

TABLEAU 5-1 Bassins versants dont la couverture forestière est inférieure à 50% NOM

Rivière Rivière Rivière Rivière Rivière Rivière

% DE LA COUVERTURE BOISÉE

NOMBRE DE TRONÇONS DE 2 KM

VARIATION DU % DES RIVES BOISÉES PAR TRONÇON DE 2 KM

9,4 25,4 30,9 41,3 45,3 47;4

3 3 3 3 15 1

0,0 à 48,1 40,0 à 91,1 50,6 à 96,9 1,2 à 84,3 12,2 à 96,3 80,8

Lizotte Morin Sinclair Saint-Pierre Creuse Saint-Jean

En général, les cours d'eau offrent un potentiel intéressant pour l'omble de fontaine. Une lisière boisée le long des cours d'eau est une caractéristique qui peut s'avérer importante afin de maintenir la température de l'eau à un niveau adéquat pour l'omble, tout en évitant un apport important de sédiments lors de la réalisation des opérations forestières et plus spécifiquement lors de la construction de chemins forestiers. Tel que spécifié au tableau 5-1, à l'intérieur des bassins les plus problématiques, plusieurs tronçons de cours d'eau ont un pourcentage de leurs rives boisées relativement faible. Les rivières présentant un pourcentage très faible de l'état de leurs rives sont les rivières Lizotte, Saint-Pierre et Creuse majoritairement situées en territoire agricole. Document

de

consultation.

Interdiction

88

de

photocopier.


5.2

STRATÉGIE GÉNÉRALE D'AMÉNAGEMENT DES BASSINS VERSANTS ET DES RIVES

La coupe à blanc et la construction de voirie sont les activités les plus susceptibles, à court terme, d'influencer la qualité et la productivité des cours d'eau du territoire. Les principaux facteurs de risque sont l'augmentation de la température des cours d'eau lors du déboisement des rives et l'apport important de sédiments lors de la construction de chemins forestiers. Objectifs généraux 1. Maintenir une couverture forestière d'au moins 75 % à l'intérieur de chacun des bassins versants, ce qui correspond à une coupe à blanc maximale de 2,5 % par an de la superficie totale d'un bassin versant. 2. Maintenir les lisières boisées et la couverture arbustive à proximité des lacs et des cours d'eau permanents et intermittents. 3. Améliorer la qualité et la productivité des cours d'eau présentant un potentiel intéressant comme habitat pour l'omble de fontaine.

Moyens ciblés 1. Limitation des coupes totales à l'intérieur des bassins versants problématiques. 2. Protection de la régénération naturelle lors de la réalisation de coupes à blanc. 3. Respect des modalités d'intervention concernant la protection des rives tel que spécifié au chapitre 2. 4. Aménagement des cours d'eau présentant un potentiel intéressant pour la pêche sportive à l'omble de fontaine. La pente, l'accessibilité, la présence de frayère et le substrat sont des facteurs qui devront être considérés lors du choix et des priorités d'aménagement. 5. Ensemencement ou reboisement des rives des cours d'eau dont la régénération naturelle herbacée, arbustive ou arborescente est insuffisante. Critères et indicateurs

de suivi :

CRITÈRE

INDICATEUR

SUIVI

Protection des rives Protection des bassins versants

État de déboisement des rives État de déboisement des bassins versant,>

% des rives boisées des

Document

de

consultation.

Interdiction

89

principaux cours d'eau % de la couverture forestière des bassins et sous-bassins versants

de

photocopier.


Document

de

consultation.

Interdiction

90

de

photocopier.


6. LA PROTECTION DES RESSOURCES RÉCRÉATIVES 6.1 L'IMPORTANCE DE LA RESSOURCE RÉCRÉATIVE 6.1.1 Les activités récréatives La région de l'Est-du-Iac-Témiscouata est un territoire dont le développement s'articule principalement autour de l'exploitation agricole, de l'exploitation forestière et de la mise en valeur des potentiels récréatifs, touristiques et de villégiature. Étant donné que ce territoire est parcouru par un important réseau hydrographique dont les principales constituantes sont les lacs Témiscouata, Grand Squatec, Pain-de-Sucre, Petit Squatec, de la Sauvagesse et des Aigles, de même que les rivières Madawaska, Squatec et Touladi, l'ensemble des infrastructures et des activités à vocation récréatives se sont développées à proximité de ces principaux éléments d'attrait et ce, en complémentarité avec les activités agricoles et forestières. Les activités récréatives se sont multipliées, plus particulièrement à proximité ou à l'intérieur des périmètres d'urbanisation des municipalités. On y retrouve de la villégiature, l'utilisation des plans d'eau pour la pratique de sports nautiques (baignade, canotage, planche à voile, croisière et autres), la pêche (plusieurs tournois de pêche), le camping, le ski de randonnée et le cyclotourisme. D'autres activités telles que la pratique de la motoneige, la randonnée équestre, le canot-camping et la randonnée en traîneau à chiens sont présentes. Celles-ci utilisent un réseau de sentiers réparti sur l'ensemble du territoire. L'activitéde la chasse est peu organisée sur les terres privées, mais les terres publiques environnantes attirent de nombreux adeptes de ce sport, ce qui entraîne des retombées économiques intéressantes pour les municipalités environnantes. Selon le schéma d'aménagement de la MRCde Témiscouata (1987), au cours des prochaines années, le lac Témiscouata fera tout particulièrement l'objet d'une intensification de son développement à des fins récréotouristiques et de villégiature, étant donné sa position stratégique.

Document

de

consultation.

Interdiction

91

de

photocopier.


6.1.2 Les activités forestières et la protection des secteurs d'intérêt récréatif Min de favoriser le maintien et le développement des activités et des infrastructures dites récréatives sur le territoire de l'Est-du-Iac-Témiscouata, il est essentiel de minimiser l'impact des activités humaines et particulièrement celles occasionnant des perturbations majeures (coupe à blanc, déboisement des rives et autres) de l'aspect esthétique du paysage forestier. Un plan d'aménagement des ressources du milieu forestier doit donc tenir compte de l'attrait qu'exerce la beauté des paysages et plus particulièrement de l'importance de l'encadrement visuel des secteurs d'intérêt récréatifs soit: • les corridors visuels des principaux axes routiers; • les zones urbaines et de villégiatures; • les infrastructures récréatives (camping, sentiers, centre d'équitation); • les zones de perception visuelle des principaux lacs et des rivières.

6.2 lA PRQB~~TIQUE

LIÉE À lA PROTECTION DES SECTEURS D'INTERET RECREATIF ET DE LEUR ENCADREMENT VISUEL

Le milieu forestier situé à proximité des différents secteurs d'intérêt est en grande partie de propriété privée, c'est-à-dire que ces territoires forestiers appartiennent à plus de 700 individus. À l'exclusion de quelques cas, l'encadrement visuel des principaux secteurs d'in-

térêt est de très grande qualité. Cette situation s'explique par le fait que les propriétaires forestiers exécutent principalement des travaux d'éducation de peuplements ou des coupes totales de faibles superficies. Au cours des trente dernières années, 64 % des coupes totales réalisées sur le territoire avaient une superficie inférieure à 8 hectares et 27 % une superficie se situant entre 8 hectares et 16 hectares. De plus, la tendance des 10 dernières années démontre que plus de 70 % des coupes ont une superficie inférieure à 4 hectares. Cependant, certaines coupes totales de superficies supérieures à 16 hectares ont été réalisées à proximité de cours d'eau ou sur des pentes possédant un grand attrait visuel pour les secteurs d'intérêt environnants. Elles sont peu nombreuses, mais leur impact est relativement élevé.

Document

de

consultation.

Interdiction

92

de

photocopier.


6.3 lA STRATÉGIE DE PROTECTION DE L'ENCADREMENT VISUEL DES SECTEURS D'INTÉRÊT Tel que précisé au chapitre 2, le Groupement forestier de l'Est-du-Iac inc. et la Forêt modèle du Bas-Saint-Laurentinc. se sont dotés d'un code d'éthique visant à limiter les coupes totales prévues au plan de gestion des propriétaires ayant adhéré à un programme d'aménagement à une superficie de 4 hectares. De plus, l'encadrement visuel des secteurs d'intérêt possédant une grande sensibilité aux interventions forestières a été identifié et inclus à l'intérieur de la zone d'affectation Protection des ressources du milieu dont l'objectif est de maintenir un couvert forestier de qualité. Objectifs généraux 1. Maintenir un encadrement visuel de qualité pour les sites d'intérêt récréatifs. 2. Protéger l'encadrement visuel immédiat (0-60 mètres) des sites d'intérêt récréatifs. 3. Diminuer l'impact visuel des coupes totales en favorisant leur intégration au paysage forestier. Moyens ciblés 1. Identifier à l'intérieur des plans d'aménagement des propriétaires forestiers les peuplements forestiers situés à l'intérieur de la zone d'affectation Protection des ressources du milieu. 2. Planifier les interventions forestières en fonction de maintenir un couvert forestier de qualité pour les secteurs identifiés (El : environnement immédiat o à 60 mètres). 3. Dans les zones d'avant-plan CAP: 60 à 500 mètres) et de moyen-plan (MP : 500 à 3 000 mètres), localisés sur des pentes de 15 % à 30 %, planifier les coupes totales en respectant le plus possible la topographie du milieu.

1. Favoriser des interventions visant à maintenir un couvert forestier sur les pentes supérieures à 30 % et sur les sommets. 5. Favoriser la régénération naturelle ou artificielle afin de minimiser la durée des impacts visuels.

6.

À proximité des secteurs d'intérêt, diminuer l'impact des déchets de coupes.

Document

de

consultation.

Interdiction

93

de

photocopier.


Critères et indicateurs de suivi : CRITÈRE

INDICATEUR

SUIVI

Protection de l'environnement immédiat des secteurs d'intérêt Intégration des coupes à l'intérieur de l'encadrement visuel de l'avant-plan et du moyen-plan des secteurs d'intérêt

Superficie en coupe totale Perception des intervenants du milieu

Le nombre et la superficie des coupes totales réalisées à l'intérieur de l'encadrement visuel des secteurs d'intérêt (El, AP, MP) Consultation auprès des intervenants de la validité des modalités retenues

Document

de

consultation.

Interdiction

94

de

photocopier.


7. LA STRATÉGIE DE MISE EN APPLICATION

7.1 LA MISE EN APPliCATION DU PLAN

Les différentes actions recommandées dans le plan d'aménagement multiressource du territoire de l'Est-du-Iac-Témiscouata seront mises en application par le biais des nouveaux ou la mise à jour des plans de gestion des propriétaires forestiers participant au programme d'aide à la mise en valeur de la forêt privée. Lors de leur planification annuelle, les professionnels forestiers devront s'assurer que les travaux sylvicoles seront prescrits en fonction des objectifs généraux de chacune des zones d'affectation, des priorités régionales, des budgets disponibles à l'aménagement et de la possibilité forestière du territoire. Le présent plan d'affectation et d'aménagement devrait permettre d'orienter les travaux des propriétaires et du groupement forestier, et ce pour les cinq prochaines années. Les gestionnaires de même que les techniciens forestiers auront accès à une banque de données informatisée ainsi qu'à une cartographie détaillée afin de les renseigner rapidement sur la localisation des différentes zones d'affectation et des contraintes territoriales.

7.2 LE PROCESSUS DE SUIVI ET D'AJUSTEMENT

C'est au personnel technique agissant directement sur le terrain qu'incombe la responsabilité de valider les données de base qui ont servi à l'élaboration du plan d'aménagement multiressource. Eux seuls sont en mesure, en raison des paramètres qu'ils évaluent avant et après l'exécution des prescriptions sylvicoles, de vérifier la justesse des données d'inventaire et des informations issues entre autres de la cartographie écoforestière du MER. La banque de données écoforestières et les différentes couches thématiques cartographiques qui sont actuellement incluses dans un système d'information à référence spatiale devraient être mises à jour annuellement. Les zones d'affectation retenues ainsi que leur superficie respective devraient également être ajustées selon l'évolution des différentes ressources du territoire, la réalisation de nouvelles activités ou l'apport de nouvelles connaissances.

Document

de

consultation.

Interdiction

95

de

photocopier.


Le groupement forestier, principal maître d'oeuvre, pourrait assurer annuellement la compilation et la mise à jour cartographique de l'ensemble des interventions sylvicoles et des travaux d'aménagement réalisés sur le territoire. Le respect des orientations, l'atteinte des objectifs spécifiques et la programmation des travaux d'aménagement devraient être évalués à tous les cinq ans afin de tenir compte de la dynamique sociale et économique du territoire et de l'évolution de l'état des ressources ligneuses, fauniques, hydriques et récréatives. La disponibilité des budgets consentis à l'aménagement des ressources, la précision des données d'inventaire, les changements possibles de la demande en matière ligneuse et l'intensification des activités autres que la production de la matière ligneuse sont les principaux facteurs à considérer lors de la révision de la programmation quinquennale des activités. L'horizon sur lequel oeuvre l'évaluation de la possibilité forestière selon les différentes zones d'affectation est de 20 ans. Étant donné que la forêt du Témiscouata est relativement jeune et que l'on possède peu d'informations sur la dynamique de la régénération sous couvert et du rendement réel à moyen et long terme des travaux sylvicoles réalisés depuis les années 1980 (plantations, éclaircies commerciales, travaux d'éducation de peuplement), on recommande d'effectuer une mise à jour de l'ensemble du plan d'aménagement et de l'évaluation de la possibilité forestière après un horizon de 10 ans. Ceci devrait correspondre avec la mise à jour de l'inventaire écoforestier réalisé par le MRNQ. En cas d'événements spéciaux non prévisibles qui pourraient survenir au cours de la prochaine décennie (incendies forestiers, épidémies d'insectes, importants chablis, etc.) , les mesures dictées dans le présent plan devront être révisées et ajustées selon l'état de la situation.

Document

de

consultation.

Interdiction

96

de

photocopier.


TABLEAU 7-1 Le calendrier de mise à jour des informations et du suivi du plan d'aménagement RESSOURCE

BASE ANNUELLE

BASE QUINQUENNALE

BASE DÉCENNALE

liGNEUSE

Compilation des travaux réalisés, des superficies traitées et des coûts de réalisation

Vérification de l'atteinte des objectifs pour chacune des zones d'affectation (respect des modalités, travaux réalisés)

Compilation des nouvelles données écoforestières du MRNQ

Compilation des volumes récoltés en fonction de chacune des zones d'affectation

Mise à jour de la programmation quinquennale

Validation de l'atteinte des objectifs généraux (capital ligneux, diamètre moyen, qualité des tiges, structure forestière)

Mise à jour de la cartographie écoforestière à partir des plans de gestion des propriétaires forestiers

Évaluation de la stratégie sylvicole en fonction de la demande de l'industrie forestière

Mise à jour du plan d'aménagement

Mise à jour cartographique travaux réalisés

des

Évaluation forestière

de

la

possibilité

de

l'atteinte

Validation des zones d'affectation FA UNIQUE

Compilation des statistiques de récolte pour les lots sous gestion faunique

Inventaire des gros gibiers

Vérification objectifs

Acquisition de nouvelles données (inventaires) et données du MEl'

Mise à jour de la programmation des activités

Comparaison de l'évolution des indices de qualité d'habitat

Compilation des travaux fauniques réalisés et mise à jour de la cartographie

Évaluation des modèles de gestion faunique

Mise à jour du plan d'aménagement

Compilation des travaux d'aménagement réalisés

Évaluation de la couverture forestière par bassin et le long des rives

Évaluation du pourcentage de la couverture forestière par bassin versant

Mise à jour cartographique coupes totales

Validation de l'atteinte des objectifs

Validation de l'atteinte des objectifs

Programmation des nouvelles activités

Elaboration des priorités d'intervention et mise à jour du plan d'aménagement

Compilation des travaux réalisés à l'intérieur des zones d'encadrement visuel

Évaluation du respect des modalités liées à la protection du paysage

Evaluation des interventions à l'intérieur de la zone d'encadrement visuel

Mise à jour de la cartographie des secteurs d'intérêt

Programmation de nouvelles activités

Validation de l'atteinte des objectifs

des

Élaboration d'indices de qualité d'habitat pour les espèces importantes HYDRIQUE

des

Compilation par bassin hydrographique des superficies traitées en coupe totale Analyse du potentiel halieutique des cours d'eau prioritaires RÉCRÉA11VE

Mise à jour du plan d'aménagement

Mise à jour des zones d'encadrement visuel

Document

de

consultation.

Interdiction

97

de

photocopier.


Document

de

consultation.

Interdiction

98

de

photocopier.


Annexe 1 OUVRAGES DE RÉFÉRENCE

Document

de

consultation.

Interdiction

99

de

photocopier.


Document

de

consultation.

Interdiction

100

de

photocopier.


OUVRAGES DE RÉFÉRENCE

Desrosiers, A. 1995. Liste de la faune vertébrée au Québec. Ministère de l'Environnement et de la Faune du Québec. Publications du Québec. 122 pages. La Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent. 1996. Plan d'aménagement du territoire de l'Est-du-lac- Témiscouata. 224 pages.

multiressource

MRNQ. 1995. Normes de stratification écoforestière, troisième programme d'inventaire forestier. Service des inventaires forestiers, ministère des Ressources naturelles du Québec. 116 pages. MRNQ. 1995. Résultats d'inventaire écoforestier, compilation provisoire. Service des inventaires forestiers, ministère des Ressources naturelles du Québec. Université Laval. 1992. Plan général d'aménagement de la forêt Montmorency (réVision 1990). Faculté de foresterie et de géomatique. Québec. 216 pages.

***

Document

de

consultation.

Interdiction

101

de

photocopier.


Document

de

consultation.

Interdiction

102

de

photocopier.


Annexe 2 LISTE DES NOMS SCIENTIFIQUES DE LA FAUNE VERTÉBRÉE

Document

de

consultation.

Interdiction

103

de

photocopier.


Document

de

consultation.

Interdiction

104

de

photocopier.


LISTE DES NOMS SCTENI1FIQUES DE LA FAUNE VFJ?TÉBRÉE

LES POISSONS Lotte : Ménomini rond : Omble de fontaine : Saumon atlantique : Touladi :

Lota Iota ProsoPium cylindraceum Salvelinus fontinalis Salmo salar Salvelinus namaycush

LES AMPHIBIENS Grenouille des marais : Salamandre à points bleus : Salamandre maculée : Salamandre pourpre : Triton vert :

Rana palustris Ambystoma laterale Ambystoma maculatum Gyrinophilus porphyriticus Notophthalmus viridescens

LES OISEAUX Aigle royal : Bécasse d'Amérique: Canard branchu : Chouette rayée : Faucon pèlerin : Gélinotte huppée : Pygargue à tête blanche : Râle jaune : Tétras du Canada :

Aquila chrysaetos Scolopax minor Aix sponsa Strix varia Falco peregrinus Bonasa umbel/us Haliaeetus leucocephalus Coturnicops noveboracensis Dendragapus canadensis

LES MAMMIFÈRES Belette à longue queue : Campagnol des rochers : Campagnol-lemming de Cooper : Castor : Cerf de Virginie :

Document

de

consultation.

Mustela frenata Microtus chrotorrhinus Synaptomys cooperi Castor canadensis Odocoileus virginianus

Interdiction

105

de

photocopier.


Document

de

consultation.

Interdiction

106

de

photocopier.


Cougar de l'Est : Coyote : Lièvre d'Amérique: Loutre de rivière : Lynx du Canada : Lynx roux: Marmotte commune : Martre d'Amérique: Mouffette rayée : Musaraigne fuligineuse : Musaraigne pygmée : Orignal : Ours noir : Pékan : Porc-épie d'Amérique : Rat musqué : Raton laveur : Renard roux : Vison d'Amérique:

Felis concolor cougar Canis latrans Lepus americanus Lontra canadensis Lynx canadensis Lynx rufus Marmota monax Martes americana Mephitis mephitis Sorex fumeus Sorex hoyi Alces alces Ursus americanus Martes pennanti Erethizon dorsatum Ondatra zibethicus Procyon lotor Vulpes vulpes Mustela vison

***

Document

de

consultation.

Interdiction

107

de

photocopier.



http://www.modelforest.net/media/k2/attachments/BSL_Plan_Amenagement_de_Temiscouata_Partie2_FR_1