Issuu on Google+

LE MAGAZINE DE VOTRE CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L'ARTISANAT

N°242  AVRIL 2010  0,46 €

&

Hommes & Métiers

Métier URONNIER

Dossier APPRENTISSGE : L’LLINCE PRFITE E L TRITION ET E L OERNITÉ Meuse


Professionnels

Besoin de placer votre trésorerie professionnelle, envie d’optimiser vos charges, ou de réaliser des projets personnels ? A la Banque Populaire, il y a forcément une solution d’épargne qui répond à toutes vos attentes ! X Placements professionnels : rémunérez vos excédents de trésorerie X Epargne salariale : épargnez à titre perso avec des avantages fiscaux et sociaux à titre pro X Placements privés : réalisez vos projets personnels Votre Conseiller Banque Populaire est là pour vous aider à trouver la solution qui répond à tous vos besoins, sur le plan professionnel comme sur le plan privé.

www.bplc.fr 0 890 90 90 90* * 0,12 € / mn – attente gratuite depuis un poste fixe – Banque Populaire Lorraine Champagne, société anonyme coopérative à capital variable, 3 rue François de Curel, 57000 Metz, 356 801 571 RCS Metz, ORIAS n° 07 005 127. Assurances Banque Populaire Vie • Société Anonyme au capital social de 481 873 068,50 € – RCS Paris 399 430 693 – Entreprise régie par le Code des Assurances – 30, avenue Pierre Mendès-France – 75013 Paris. Natixis Asset Management – Groupe Natixis • Société Anonyme au capital de 50 434 604,76 € – RCS Paris 329 450 738 – Agrément AMF n° GP 90-009 – 21, quai d’Austerlitz – 75634 Paris Cedex 13. Natixis Interépargne • Société Anonyme au capital social de 8 890 784 € – RCS Paris B692 012 669 – 30, avenue Pierre Mendès-France – 75013 Paris.

Crédits photo : Thomas Straub. - I love dust/TW.

Profitez dès maintenant de notre expertise pour toute votre épargne !


ommaire ditorial ActualitÊ _ 4 stimations du coÝt salarial d’un apprenti avec les primes 6 oncours otary lub 2010

MĂŠtier _

7 Bourse des mĂŠtiers 8 ormations du 1er semestre 2010 : demandez le programme ! 9 Artisans : anticipez votre transmission

Dossier _

14 haudronnier : l’art et la manière de ne‌ pas faire un chaudron ! Contrairement à son nom, à la fois familier et abstrait, ce mÊtier ne consiste pas à fabriquer des chaudrons comme celui de la potion magique d’AstÊrix‌ Il recèle cependant mille et une facettes. 16 A ennesson à hauvoncourt : chaudronnier de père en fils

epères _ 17 aroles d’expert : la prescription en matière commerciale 17 4e Êdition de l’opÊration  24 heures chez mon artisan boucher 

’apprentissage : l’alliance parfaite de la tradition et de la modernitÊ L’apprentissage est à la fois le plus ancien des modes de formation et le plus adaptÊ pour rÊpondre aux enjeux actuels de l’insertion professionnelle des jeunes. Il rÊaffirme pourtant l’idÊe ancienne de la bonne vieille formation sur le tas. Celle qui consacre l’entreprise comme acteur majeur de la formation. 10 à 13

18 Dispositif zÊro charge : succès prolongÊ en 2010 !

 : aller encore plus loin ! R evendiquÊe depuis plusieurs annÊes par les organisations reprÊsentatives du secteur des mÊtiers, la crÊation de l’EIRL a fait l’objet d’un projet de loi adoptÊ par l’AssemblÊe Nationale le 17 fÊvrier dernier. Pour autant, ce texte sera examinÊ par le SÊnat dans les semaines à venir et devrait vraisemblablement accueillir des modifications. Il vise à protÊger les biens personnels des entrepreneurs individuels en cas de faillite. En 2003, la Loi Dutreil avait franchi un premier pas en offrant la possibilitÊ aux entrepreneurs de faire une dÊclaration d’insaisissabilitÊ de leur rÊsidence principale devant le notaire. Le but de l’EIRL est d’aller encore plus loin, en permettant aux entrepreneurs individuels de limiter leur niveau de risque, en cas d’insuccès, à la seule part professionnelle de leur patrimoine (celle qu’ils auront librement choisi d’affecter à leur activitÊ). Nul ne doute que nous serons très attentifs à l’Êvolution de ce texte. En dehors de cette actualitÊ parlementaire, ce dÊbut d’annÊe marque aussi le coup d’envoi des premières dÊmarches d’information effectuÊes par les jeunes pour assurer leur devenir scolaire ou professionnel. Pour vous permettre de rÊpondre, en pleine connaissance de cause, à leur sollicitation, vous dÊcouvrirez dans ce numÊro un dossier spÊcial  apprentissage  qui fait le point sur cette filière d’excellence de l’artisanat. Depuis mars et jusqu’à mi-octobre, les opÊrations se succÊderont pour apporter aux jeunes et à leur famille une information la plus complète possible sur l’apprentissage. Une première occasion de faire dÊcouvrir au grand public la richesse et la diversitÊ des mÊtiers de nos entreprises s’est dÊjà concrÊtisÊe le samedi 20 mars avec une journÊe  portes ouvertes  dans tous les CFA meusiens. Vous avez Êgalement ÊtÊ destinataire du carton  La Meuse embauche . N’hÊsitez pas à contacter les agents de la CMA pour toute demande d’information relative au recrutement de salariÊs ou d’apprentis. Avec notre partenaire ô e Emploi, nous nous engageons à vous apporter Pôle un une rÊponse concrète et efficace dans les meilleurs d dÊlais.

e prĂŠsident rĂŠdĂŠric Bianchi

Magazine ÊditÊ par l’Association pour la Promotion et le DÊveloppement de l’Artisanat Lorrain. esChambres de MÊtiers et de l’Artisanat de Meurthe-et-Moselle, de la Meuse, de la Moselle et des VosgesARCHE Épinal. Directeur de la publication : P. STREIFF. RÊdacteurs en chef : I. MOLIN - L. FEDERSPIEL - T. LATARCHE - A. MESSENET. RÊdaction graphique : Pixel Image - Metz. Conception et rÊalisation : TEMA|presse - Metz. DÊpôt lÊgal : N° 1.042 - Avril 2010. ISSN 2104-4325. Impression : Groupe Socosprint imprimeurs / 88000 Épinal - CertifiÊe PEFC CTP/1-013. Ce produit est issu de forêts gÊrÊes durablement et de sources contrôlÊes.

Hommes & MÊtiers - °242  2010 3


ActualitĂŠ Meuse

stimations du COÛT SLRIL ’UN P

V

prise. Former un apprenti demande du temps et de l’Ênergie : c’est un fait indÊniable mais c’est avant tout un investissement pour l’avenir de votre entreprise artisanale, qui vous permettra de disposer

ous n’avez jamais eu recours à l’apprentissage ? Outre l’investissement personnel d’encadrement, sans doute, estimez-vous que c’est trop lourd financièrement pour votre entre-

d’une main-d’œuvre qualifiÊe. Aujourd’hui, recruter un apprenti, contrairement aux idÊes reçues, n’est pas une charge financière insurmontable pour votre entreprise. En tenant compte de ces diffÊrentes

aides rÊgionales et nationales, voici les cas les plus frÊquents et les sommes restant à votre charge après leur dÊduction. tude et tableaux rÊalisÊs par la MA 54.

APPRENTI EN A 2 NS Moins de 18 ans pendant les 2 annĂŠes de formation a

Entre 18 et 21 ans pendant les 2 annĂŠes de formation

Plus de 21 ans pendant les 2 annĂŠes de formation

8 546,38

6 450,10

8 062,62

8 868,88

7 901,37

9 836,40

8 062,62

9 675,14

1 0481,41

9 997,65

14 512,72

18 382,77

14 512,72

17 737,76

19 350,29

TOTAL aides

7 700,00

7 700,00

7 700,00

7 700,00

7 700,00

7 700,00

Somme restant à la charge de l’entreprise sur 2 ans

2 297,65

6 812,72

10 682,77

6 812,72

10 037,76

11 650,29

Moins de 18 ans pendant les 2 annĂŠes de formation

Entre 18 et 21 ans pendant les 2 annĂŠes de formation

Plus de 21 ans pendant les 2 annĂŠes de formation

Total T l salaires l i 1re annĂŠe

4 031,31

6 611,35

Total salaires 2e annĂŠe

5 966,34

TOTAL salaires

as gĂŠnĂŠral

Aides

es aides de la Êgion et de l’tat

Montant 1 000 â‚Ź

Aide à l’embauche‌

500 â‚Ź

Information du maÎtre d’apprentissage‌.

B

PrÊcisions et conditions Pour un contrat au moins Êgal à 13 mois après une prÊsence dans l’entreprise d’au moins 6 mois. Par contrat s’il assiste à la journÊe d’information du CFA frÊquentÊ par l’apprenti lors de sa 1re annÊe.

Soutien à l’effort de formation‌

1 000 â‚Ź

Par annÊe de formation si l’apprenti suit rÊgulièrement les enseignements du CFA.

PrÊsentation aux Êpreuves‌

1 000 â‚Ź

Participation de l’apprenti à l’ensemble des Êpreuves de l’examen.

CrÊdit d’impôt

1 600 â‚Ź

Par annĂŠe et par apprenti prĂŠsent depuis au moins 6 mois.

APPRENTI EN BC RO 3 NS as gĂŠnĂŠral

Moins de 18 ans pendant les 3 annĂŠes de formation

Entre 18 et 21 ans pendant les 3 annĂŠes de formation

Plus de 21 ans pendant les 3 annĂŠes de formation

Total T l salaires l i 1re annĂŠe

4 031,31

6 611,35

8 546,38

Total salaires 2e annĂŠe

5 966,34

Total salaires 3e annÊe TOTAL salaires TOTAL aides Somme restant à la charge de l’entreprise sur 2 ans

es aides de la Êgion et de l’tat

Montant 1re annĂŠe

7 901,37

9836,40

8 546,38

10 481,41

12 577,69

18 544,03

24 994,12

30 960,46

13 800,00

13 800,00

13 800,00

Aide à l’embauche

1 000 â‚Ź

Participation à la journÊe d’information

1 000 â‚Ź

Aide à l’effort de formation

1 000 â‚Ź

4 Hommes & MÊtiers - °242  2010

11 194,12

17 160,46

2 000 â‚Ź

MixitĂŠ pour certains mĂŠtiers * Total

3e annĂŠe

2 000 â‚Ź 2 000 â‚Ź

PrÊsentation au diplôme CrÊdit d’impôt

4 744,03

2e annĂŠe

1 600 â‚Ź

1 600 â‚Ź

(500)*

(500)*

1 600 â‚Ź (500)*

4 600 â‚Ź (+500)*

3 600 â‚Ź (+500)*

5 600 â‚Ź (+500)*


PRENTI avec les primes

’info en plus

es exonĂŠrations

➼ xonÊration  totale de cotisations sociales (restent dus : accident du travail et retraite complÊmentaire) pour les entreprises inscrites au Êpertoire des MÊtiers ou de moins de 11 salariÊs. ➼ xonÊration de la taxe d’apprentissage pour les entreprises dont la masse salariale est infÊrieure à 6 fois le M annuel.

AERTISSEENT Les donnÊes prÊsentÊes dans les tableaux ont valeur d’estimation, elles s’appliquent aux entreprises de moins de 11 salariÊs ou inscrites au RM et n’intègrent pas au niveau des cotisations sociales, le taux AT et les cotisations de retraite complÊmentaire. Les calculs ont ÊtÊ rÊalisÊs sur la base du SMIC horaire brut à compter 1er janvier 2010 soit 8,86 ₏ de l’heure ou SMIC mensuel brut : 1 343,77 ₏.

de

ylviane rouchard  succède àM Marie- rançoise i avelot-audnik

DĂŠpart en retraite

elles 13 parc 000 m² 12 2 000 à

on dynamisme, sa verve et ses coups de gueule au service des artisans boulangers-pâtissiers de la ÊdÊration meusienne vont nous manquer. Marie rançoise prend une retraite bien mÊritÊe. Depuis la mi-mars, ylviane rouchard est le nouvel interlocuteur des boulangers-pâtissiers de la ÊdÊration. Bonne retraite Marie- rançoise !

rg

Luxembou

Charleville MÊzières

1h30

Sedan

1h

0h30

Buzancy

1h30

Nancy 2h

Paris 2h30

Metz

Reims 1h

Contact : David MAUGER, chargĂŠ du DĂŠveloppement Economique 44-46 rue du Chemin SalĂŠ - BP 80 - 08400 VOUZIERS - TĂŠl. 03 24 30 23 94 - Fax 03 24 71 91 12 www.2c2a.com

CommunautÊ de Communes de l’Argonne Ardennaise

Hommes & MÊtiers - °242  2010 5


ActualitĂŠ Meuse CFA europĂŠen Louis Prioux Ă  Bar-le-Duc

oncours OTRY LU 2010

⎯ Depuis plus de 20 ans, l’association otary club de Bar-le-Duc organise avec le  A europÊen ouis rioux, le concours  Valorisation par le travail manuel . e thème retenu cette annÊe Êtait l’Afrique. B A A 1. Portner MÊlodie ➼ chez M. Balland Christian à Saint-Mihiel 2. Stieringer Florent ➼ chez M. Vincenot Thierry à Sermaize-les-Bains 3. Bosmaher Tom ➼ chez M. Bastien Franck à Neufchâteau B A B 1. Breux AurÊlien ➼ chez Mantz Delot à Vanault-les-Dames 2. Cebadero FÊlissa ➼ chez M. Auger Didier à Bonnet 3. Sikes Florian ➼ chez M. Marlière Éric à Pargny-sur-Saulx Â

 A 1. Jaworski Wojciech chez M. Masson  Auberge du Haut Jardin  à RÊhaupal 2. Rozsa Edina ➼ chez M. Maire à Metz 3. Bregeard Dimitri ➼ chez M. Rudigier  Au Glorieux Gourmet  à Verdun

Ă‚

 B 1. Huver Nicolas ➼ chez M. Cordel Dominique à Bar-le-Duc 2. Huraut Jean ➼ chez M. Verdun JeanClaude à Lacroix s/Meuse 3. Vial Claire ➼ chez M. Goldite J.-Charles à Metz H A 1. Spitz Élise ➼ chez M. Morin GÊrard à Saint-Mihiel 2. Dessiaume ClÊmence ➼ chez M. Jacquin FrÊdÊric à Sermaize-les-Bains 3. Galley Lucas ➼ chez M. Fresson Franck à Jarny A    1. Giraudon Johanna ➼ chez Mme Mahey à Bar-leDuc

6 Hommes & MÊtiers - °242  2010

2. Gangloff Albin ➼ chez M. Olinger Philippe à Sainte-MÊnÊhould 3. Augusto MÊlodie ➼ chez Mme Albert-Peyrot SÊverine à Belleville

2. Geoffroy MÊlicent ➼ chez FÊline Peugeot à Bar-le-Duc 3. Kesler CÊdric ➼ chez Tafani Carrosserie Nvelle à Saint-Dizier

B    1. Feuillatre MÊlanie ➼ chez M me Michelet Claude à Saint-Mauricesous-les-Côtes 2. Sendre AndrÊa ➼ chez M me Rodrigues AngÊlique à Étain 3. Lambinet Érika ➼ chez Mme Pesenti LaÍtitia à Velaines

A 

  A A 1. Schivi Anthony ➼ chez M. Pizzuto  Garage de l’Est  à Longuyon 2. Leloup Victor ➼ chez M. Moretto  JM Automobiles  à Belleville elleville 3.. Soler Dilan ➼ chez Bourgin  Garage Central  à Bar-le-Duc

HA  1. Gavrilescu AngÊlique ➼ chez M. Varnerot  Au Goumet  à Bar-le-Duc 2. Goujon SÊbastien ➼ chez M. Larminy JoÍl à Saint-Maurice-sousles- Côtes 3. Billas Cindy ➼ chez M. Polmard François à Saint-Mihiel    A 

  1. Pautasso Florian ➼ chez Bourgin à SaintDizier


Bourse des mĂŠtiers VMB  2009

MMA  A

➼ K A eggy oiffure à domicile - 55400 A ➼  MM AM    ravure sur pierre graphisme 55700 MZA ➼  - MA A  QAD nst. tout matÊriel chauffage, clim. 55320 D-  -M  ➼ D  aphaÍl Êp. motoculture de plaisance 55260 V

-  -A  ➼ V MAD atrick einture projection enduits dÊcoratifs‌ - 55100 V D ➼  H DM

Assainissement charpentes isolation combles‌ 55100 AD  - M  

ADA

➼   ascale 55700 MZA essation pure et simple ➼ ÊH Arnaud 55000 VA -D’ A essation pure et simple ➼ DA  VA D  adine 55000 VA -D’ A essation pure et simple ➼ A 

 DH 55100 V D - Dissolution ➼ A A  55800 AD A - Dissolution ➼ A  Ô  HQ

A V A A 55400 A - Dissolution ➼ A JB A 55700 A - Dissolution ➼ VAD Jean- rançois 55700 MZA - Vente du fonds

DMB  2009

MMA  A

➼  AX A   

âtisserie - 55000 BA - -D ➼ A AB MA MÊcanique de prÊcision 55170 A V

 ➼ MZ Jean-Jacques Maçonnerie charpente 55300 A-MH

➼ HA  JÊrÊmy ose plafonds suspendus cuisines fenêtres - 55300 HAV  ➼ X sabelle rothÊsiste ongulaire 55140 MAX-  -VA  ➼  geromeubles ab. sièges lits et meubles ts styles 55140 VA 

➼  H  HA  V   tes activitÊs de charpente

couverture zinguerie‌ 55800 V

ADA

➼   rÊdÊric 55120 XV

-B    essation pure et simple ➼ HAQ Denis 55120 DMBA

--A  etraite ➼ A  MB 

MMB  55140 VA  - onserve les activitÊs commerciales ➼ MA  Adrien 55300 BQM

iquidation judiciaire ➼ W Z K Virginie 55200  V

 DifficultÊs Êconomiques ➼ A AB   VA 55800 MV

 - Dissolution ➼ Z Jacqueline 55400 DAM  in activitÊ saisonnière ➼ A D ascal 55100 MA  essation pure et simple ➼ A MA  V 55170 A V



iquidation judiciaire ➼ M

A D MoĂŻse 55100 M V

-  VA

 - iquidation judiciaire ➼  M  55400 A - Dissolution ➼   Bruno 55120   M--A 

antÊ ➼ A ophie 55000 V

-  - A X essation pure et simple ➼ A V MA

  55100 V D - Dissolution ➼   ric 55160   --WV  essation pure et simple ➼  A MAA D  

 55200  V

 - Dissolution ➼ H  abine 55200 V

 - hgt dÊpartement ➼ M  Xavier 55000 B 

--BA 

essation pure et simple ➼ H  Jean- rançois 55800 V - Vente fonds

JAV 2010

MMA  A

➼ A AX MA -   ransport voyageurs par taxis 55190 A-  -M  ➼ MA  laude lectricitÊ gÊnÊrale 55600  -  -   ➼ AB  ylvain Maçonnerie gle terrassements‌ 55800 MV

 ➼ J  udovic lectricitÊ gle - 55220 

 /M 

➼ A  A A  

nst. rĂŠnov. maintenance ts automatismes - 55210 V



Ăˆ -HAHĂ‚

➼ A MA

  D M 

errurerie mĂŠtallerie - 55140 B X-AX-HA

➼ K B  MĂŠlanie ab. orthèses - 55000 BA - -D ➼ A .D.V. . lomberie tuyauterie tt type activitĂŠ 55000 AVĂˆ  -DV-BA ➼  William nduits peinture ravalement façades - 55240 B  ➼ A DA  

ravaux charpente couverture zinguerie - 55100 D/ /M  ➼ B  AD annic ab. pâtisseries fraÎches, traiteur‌ 55500 V A

➼    A MÊca autos - 55000 BA - -D ➼  AK A D Montage entretien construction serres‌. - 55300 DM V  ➼ M Anthony s travaux ÊlectricitÊ ÊlectromÊnager‌ - 55110 D-  -M  ➼  XB  A

M errassements assainissement maçonnerie - 55210 V



Ăˆ -HAHA

➼ BK imothÊe nst. Êlectrique travaux finition‌ 55100 V D ➼ MA Q Êverine oiffure à domicile 55320 D-  -M  ➼   - AMM ntretien chauffage instal. oêles cheminÊes‌ - 55110 A V

 ➼ B ADB  hilippe arrelage chape faïence plâtrerie‌ 55210 HAV

-

-  

➼ B HA D athalie Boulangerie pâtisserie 55220 

 ➼  WZ Janny restation et maintenance informatique Ă  domicile 55290 M -  - A X ➼ A A X MA ravaux de chaudronnerie ferronnerie serrurerie‌ 55000 AV  Ăˆ 

➼ M AZZ Êverine raiteur plats à emporter pizzas 5522 

 ➼    MA A nstal. gaines ventilation et climatisation - 55140 VA 

➼ K AJB  Jeannine etouches - 55210 V



Ăˆ -HAHĂ‚

➼ ADAM Jean-Michel errassement nivellement crÊation et curage fosses - 55600 MA V



➼ A BÂM    J- rance onstruction et rÊnovation bâtiments imprÊgnation traitement‌ - 55000 AD   ➼ B  AD hristelle rothÊsiste ongulaire 55320 D-  -M  ➼ AMB AndrÊ nstal. cuisines, salles bains menuiserie‌ - 55260 AVA

➼ A D AM

- 

 raiteur plats Ă  emporter 55500 --BA 

ADA

➼  A  isèle 55100 B A -  -M  - etraite ➼ A HA BÂM 55210 V

 - Ăˆ HAHĂ‚ - iquidation judiciaire ➼ A   KA

55240 B  - Dissolution ➼ B A

 Audrey 55220 

 - onds vendu ➼  HAMA 

55000 BA - -D - Dissolution ➼ A D Johannès 55300 DM V  - onds vendu ➼ ZAHA J Z Jean- aul 55800 V-  - A essation pure et simple ➼ BK H atrick 55110 A V

 - onds vendu ➼ B  laude 55240 B  - essation pure et simple ➼ BAA

 Êrard 55140 HA A - etraite ➼  Z uy 55320 MMD - iquidation judiciaire ➼ AM AA Antonio 55700 A - iquidation judiciaire ➼ A Z 55150 WAV 

 - Dissolution ➼ A BA  ascal 55140 B X-AX-HA

onds mis en location-gÊrance ➼ B  Êrald 55170 B AV



essation pure et simple ➼ H

 laude 55250 WA  - etraite ➼ B ADB  Xavier 55210 V

 Ăˆ HAHĂ‚ - essation pure et simple ➼ WB Jean-Marie 55000 BA  D essation pure et simple ➼ MZ ĂŠbastien 55000 BA  D essation pure et simple ➼  D uc 55300 WMB essation pure et simple ➼ Z Z imone 55230   essation pure et simple

nfo

L MEUSE BUCHE TOUTE ’ÉE‌ Vous recherchez un salariÊ, un apprenti‌ une information sur les aides à l’embauche‌ ÊlÊphonez à la hambre de MÊtiers et de l’Artisanat de la Meuse Êl. : 03 29 79 76 60 Hommes & MÊtiers - °242  2010 7


ActualitĂŠ Meuse Formations - 1er semestre 2010

➼ ontact MA

Demandez LE PROGRE !

aurence himouy au 03 29 79 76 65 ou l.thimouy@cma-meuse.fr

INFORMATIQUE –BUREAUTIQUE – INTERNET – MULTIMÉDIA

DURÉE

Initiation WORD

2 jours / 14 heures

Perfectionnement WORD

1 jour / 7 heures

Initiation EXCEL

2 jours / 14 heures

Perfectionnement EXCEL

1 jour / 7 heures

Utiliser Internet et la messagerie

1 jour / 7 heures

27 mai

Publisher

2 jours / 14 heures

RĂŠaliser son site Internet

4 jours / 28 heures

07 et 08 juin 15, 22, 29 av. et 06 mai

Prochaine session 2e semestre 21 et 22 juin 20, 27 mai et 03, 10 juin

COMMERCE – VENTE - PUBLICITÉ

DURÉE

BAR-LE-DUC

VERDUN

Concevoir des publicitĂŠs efficaces

2 jours / 14 heures

Prochaine session 2e semestre

17 et 18 mai

Savoir vendre et ĂŠtablir des relations constructives avec ses clients

2 jours / 14 heures

26 et 27 avril

Prochaine session 2e semestre

COMPTABILITÉ – GESTION – JURIDIQUE

DURÉE

BAR-LE-DUC

VERDUN

Initiation Ă  la comptabilitĂŠ La comptabilitĂŠ sur GESSI Compta La comptabilitĂŠ sur CIEL La comptabilitĂŠ sur EBP CIEL Gestion commerciale

2 jours / 14 heures 2 jours / 14 heures 3 jours / 21 heures 3 jours / 21 heures 3 jours / 21 heures

EBP Gestion commerciale

3 jours / 21 heures

Prochaine session 2e semestre Prochaine session 2e semestre Prochaine session 2e semestre 12, 13 et 19 avril 3, 4 et 11 mai 14, 15 et 21 juin 7, 8 et 14 juin Prochaine session 26, 27 avril et 3 mai e 2 semestre e Prochaine session 2 semestre

MICRO BIC : votre rÊsultat et la dÊclaration d’impôts 1 jour / 7 heures Lire et interprÊter son bilan et son compte 1 jour / 7 heures de rÊsultat Calcul du prix de revient Évaluer ses risques professionnels, rÊdiger son document unique et faire face aux contrôles obligatoires ConnaÎtre et vendre l’Êcoconstruction

BAR-LE-DUC Prochaine session 2e semestre Prochaine session 2e semestre Prochaine session 2e semestre Prochaine session 2e semestre

VERDUN 12 et 13 avril 29 avril 31 mai et 1er juin 17 juin

31 mai

14 juin

1 jour / 7 heures

Prochaine session 2e semestre

28 avril

1 jour / 7 heures

12 mai

26 mai

1 jour / 7 heures

23 juin

DIVERS

PRINCIPE

Validation des acquis de l’expÊrience (VAE) : information et accompagnement

Sur rendez-vous, toute l’annÊe

RET OU EZ E DÉT  DES FO T OS DE  MA ET DES O G ST OS P OFESS OEES SU WWW.FO T O- T ST55.F

8 Hommes & MÊtiers - °242  2010


Dispositif

Artisans : anticipez OTRE TRNSISSION ACCOPGNE OTRE SLRIÉ Vous avez identifiÊ un salariÊ susceptible de reprendre votre entreprise ? Opcams lui propose de bÊnÊficier du dispositif  transmission-reprise d’entreprise  cofinancÊ par l’Europe (FSE) et l’État (EDEC). Ce parcours permet de porter à 84 % les chances de rÊussite du repreneur. La formation prÊpare à son futur mÊtier d’artisan et lui fait bÊnÊficier d’un rÊseau d’experts. N FINNCEENT OPTIL Opcams finance 100 %

du Stage de PrÊparation à l’Installation (SPI), obligatoire pour devenir artisan. De plus, le salariÊ bÊnÊficie, dans les mêmes conditions financières, de 2 à 6 journÊes de formation complÊmentaire de son choix en comptabilitÊ, marketing, management, juridique, bureautique‌ RNSETTE OTRE EPRIENCE Le gÊrant est indemnisÊ pour la  formation interne  de son salariÊ au sein de l’entreprise (dans la limite de 150 heures), soit

une compensation pouvant atteindre 1 500 euros. Ce tutorat favorise le transfert des compÊtences du cÊdant au futur repreneur. N PRCOURS CLÉS EN IN Un conseiller Opcams accompagne le chef d’entreprise et son salariÊ tout au long du parcours ; soit de 3 mois à 2 ans avant la reprise. Il gère pour vous les dÊmarches administratives et financières du dossier et règle directement les coÝts pÊdagogiques aux organismes de formation. Pendant l’absence du sala-

riĂŠ en formation, Opcams vous rembourse son salaire (10 euros/heure maximum), ses frais de dĂŠplacements et de restauration (plafond de 15 euros/ jour).

➼ ontact

Votre conseillère pcams : • orinne loan au 01 49 20 85 29 ou c.sloan@opcams.fr • rÊdÊric auet au 06 78 54 18 86 ou f.cauet@opcams.fr

ite nternet : www.opcams.fr space ntreprises ou alariĂŠs / ubrique ÂŤ ransmettre ou reprendre une entreprise Âť

Hommes & MÊtiers - °242  2010 9


&

r e i s s o d

L’apprentissage

’alliance parfaite de la tradition et de L OERNITÉ ⎯ ’apprentissage est à la fois le plus ancien des modes de formation et le

A

plus adaptÊ pour rÊpondre aux enjeux actuels de la qualification et de l’insertion professionnelle des jeunes. l rÊaffirme pourtant l’idÊe ancienne de la bonne vieille formation sur le tas. elle qui consacre l’entreprise comme acteur majeur de la formation.

ujourd’ hui près de 300 formations par l ’apprentissage diffÊrentes couvrent l’ensemble des activitÊs Êconomiques du CAP au diplôme d’ingÊnieur.

’EFFICCITÉ ’UN OE E FORTION L’apprentissage peut largement être considÊrÊ comme un système de formation qui rÊpond à des problÊmatiques rÊcurrentes au niveau de l’emploi, de la qualification des jeunes et des attentes des entreprises : ■ Le marchÊ de la qualification par l’apprentissage propose systÊmatiquement, voire mÊcaniquement, des offres d’apprentissage qui correspondent à de vÊritables besoins dans les entreprises. À tel 10 Hommes & MÊtiers - °242  2010

hilippe Auvrèle, adjoint de direction du A uropÊen Louis rioux à ar-le-uc :  La qualitÊ des relations entre l’Êquipe pÊdagogique du A, les maÎtres d’apprentissage et les apprenti(e)s est une condition essentielle de rÊussite de la formation. 

point que le niveau des offres d’apprentissage fluctue dans les mêmes rythmes que ceux de la conjoncture Êconomique. L’apprentissage reprÊsente ainsi l’assurance de prÊparer un diplôme en relation avec les besoins du marchÊ de l’emploi. ■ Pendant les pÊriodes de formation en entreprise, les apprentis acquièrent, dans le cadre d’un contrat de travail, une vÊritable expÊrience professionnelle oÚ les gestes, les rythmes, les mÊthodes de travail, la hiÊrarchie, les exigences de la clientèle nourrissent leur quotidien. L’expÊrience professionnelle et la qualification sont certainement à l’origine des taux d’insertion exceptionnels enregistrÊs chez les jeunes issus de l’apprentissage. ■ FormÊ, en partie, aux mÊthodes d’une entreprise, l’apprenti


À AV ‌  PEU D’H STO

E

devient, à l’issue de sa formation un collaborateur opÊrationnel qui, dans le cadre d’une politique de recrutement, peut être ÊvaluÊ sur ses qualitÊs, ses compÊtences et donc sa capacitÊ à intÊgrer l’entreprise en qualitÊ de salariÊ. ■ Au niveau pÊdagogique, le fait d’alterner des pÊriodes en centre de formation et des pÊriodes professionnelles en entreprise donne un sens concret et immÊdiat à l’investissement formation. ■ En Êvoluant dans des milieux adultes et professionnels, dans le cadre d’un engagement contractuel oÚ les devoirs et les exigences de la performance sont rÊcompensÊs par une rÊmunÊration, les Êtudiants en apprentissage vivent une transition professionnelle qui accÊlère la maturation, l’ adultisation .

’PPRENTISSGE UN TOUT POUR LE TERRITOIRE Notre rÊgion souffre d’une fuite des populations jeunes, ce qui altère, dans le même temps, l’effervescence que la jeunesse pourrait apporter à notre dÊveloppement. Au-delà des questions d’emploi

et de qualification, l’apprentissage est un mode de formation qui prÊsente l’avantage de fixer les populations sur le territoire ( se former, vivre et travailler au pays ) et d’envisager la transmission entre les gÊnÊrations. Il permet de prÊparer la relève et de prÊserver le rôle central de nos entreprises dans le dÊveloppement Êconomique et social de notre territoire. Face aux besoins en main-d’œuvre qualifiÊe actuels et aux dÊparts massifs en retraite à venir des salariÊs et des chefs d’entreprise de l’artisanat, le dÊveloppement de l’apprentissage se prÊsente comme un investissement qui peut permettre de construire, dans les entreprises, les compÊtences qui assureront le relais. La vulnÊrabilitÊ des jeunes sur le marchÊ de l’emploi est largement corrÊlÊe à une qualification insuffisante ou inadaptÊe. L’apprentissage comme accès à une qualification attendue et adaptÊe est à envisager, là aussi, comme un moyen de lutter contre les taux de chômage particulièrement ÊlevÊs qui touchent les jeunes lorrains.

InstituÊ essentiellement par les  gens de mÊtiers  (les artisans) au XIIe siècle pour prÊserver la notion de qualification des ouvrages et lutter contre  les faux ouvriers  qui pourraient discrÊditer la profession au regard du consommateur, l’apprentissage est rÊgi par des règles strictes dÊfinies par les corporations de mÊtiers. La rÊvolution française et l’industrialisation vont considÊrablement les affaiblir. La fin du secteur des mÊtiers est annoncÊe. L’apprentissage devient un système de formation à la marge même si, dans un premier temps, la formation sur le tas se dÊveloppe dans les entreprises industrielles. L’enseignement professionnel est rapidement confiÊ aux collèges puis aux lycÊes. L’apprentissage et l’artisanat perdent de leur superbe face à la modernitÊ de l’industrie. ans les annÊes 1970, les pays industrialisÊs sont frappÊs par une crise Êconomique. La rance enregistre une hausse considÊrable du chômage. our certains, le système de formation professionnelle est responsable de la crise de l’emploi. Les dÊbats se multiplient sur les problÊmatiques de l’inadaptation de l’appareil de formation à produire de la qualification adaptÊe aux besoins des entreprises. La question de  l’introuvable relation formation/emploi  du système français invite les dÊcideurs politiques à s’inspirer du système dual allemand. Avec l’extension de l’apprentissage à tous les niveaux de diplômes et à tous les secteurs d’activitÊ, la rÊgionalisation de la formation professionnelle nous rapproche non seulement de l’apprentissage outre Rhin mais consacre Êgalement, en rance, les vertus de la formation en l’alternance. La question de l’efficacitÊ du système de formation professionnelle est une prÊoccupation majeure du dÊbut des annÊes 2000. lus que jamais l’entreprise est abordÊe comme le lieu à partir duquel se valident les projets professionnels, se construit la compÊtence professionnelle et les conditions de l’employabilitÊ. La pertinence de l’apprentissage et la place de l’entreprise dans le parcours de formation sont renforcÊes.

Hommes & MÊtiers - °242  2010 11


dossier

L’   "# L"# $# $% ’''#$$ Divers dispositifs et compensations financières sont mis en place dans le but d’inciter plus largement les chefs d’entreprise artisanale Ă  opter pour l’embauche d’un ou plusieurs apprentis : â–  une aide Ă  l’embauche de 1 000 â‚Ź pour tous les contrats de 13 mois et plus, versĂŠe après 6 mois de contrat ; â–  une aide Ă  la formation de 1 000 â‚Ź par annĂŠe de formation sous rĂŠserve d’une certaine assiduitĂŠ de l’apprenti aux enseignements du CFA. 2 000 â‚Ź pour la 2e et 3e annĂŠe dans le cadre de la prĂŠparation d’un bac professionnel en 3 ans ; â–  une aide Ă  l’information l in des

TĂŠmoin

maÎtres d’apprentissage de 500 ₏ par contrat de 13 mois et plus (journÊe d’information partagÊe par le CFA au cours de la première annÊe du contrat d’apprentissage), 1 000 ₏ lorsque le contrat a pour objet la prÊparation sur 3 annÊes d’un bac professionnel ; ■ une aide de 500 ₏ par annÊe de formation pour encourager la mixitÊ des mÊtiers (liste des formations Êligibles fournies par le Conseil RÊgional) ;

■ une aide de 1 000 ₏ par contrat pour la participation effective de l’apprenti à l’ensemble des Êpreuves nÊcessaires à l’obtention du diplôme ou titre prÊparÊ, 2 000 ₏ lorsqu’il s’agit de la prÊparation d’un bac professionnel en 3 ans

E"#"#$  *"$"#$ $"*$ Pour l’embauche d’un apprenti, les entreprises inscrites au RĂŠpertoire des MĂŠtiers ou de moins de 11 sala-

Former un(e) apprenti(e) est constructif T+ A#*, *%   ;""# <  CMA 57 T

Avec 1 700 jeunes en formation dans les 3 CFA de la Chambre de MĂŠtiers et de lâ&#x20AC;&#x2122;Artisanat de la Moselle (CMA 57), la compagnie consulaire joue un rĂ´le essentiel pour lâ&#x20AC;&#x2122;avenir de lâ&#x20AC;&#x2122;artisanat du dĂŠpartement. ÂŤ Pour autant, si nous faisons en sorte de mettre Ă  disposition de nos jeunes des conditions optimales dâ&#x20AC;&#x2122;enseignement, identiques Ă  celles qui trouveront chez leurs patrons, nous ne pourrions rien faire sans les artisans, sans les maĂŽtres dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage. Âť Câ&#x20AC;&#x2122;est donc bien la combinaison des deux volontĂŠs qui permet de crĂŠer les conditions de pĂŠrennisation du secteur des mĂŠtiers de la Moselle. Dans cette optique, la CMA 57 organise chaque annĂŠe Ă  partir du mois de mai une campagne de promotion de lâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage qui vise autant Ă  convaincre les jeunes que les chefs dâ&#x20AC;&#x2122;entreprise. ÂŤ Il faut que les parents comprennent que leurs enfants peuvent sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠpanouir dans lâ&#x20AC;&#x2122;artisanat et rĂŠussir une belle carrière, et que, parallèlement, les artisans saisissent que former un(e) apprenti(e) est constructif pour leur entreprise et non un fardeau. Âť Former câ&#x20AC;&#x2122;est effectivement se donner la possibilitĂŠ de renouveler sa main-dâ&#x20AC;&#x2122;Ĺ&#x201C;uvre, dâ&#x20AC;&#x2122;assurer la continuitĂŠ, dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠchanger des idĂŠes, et peut-ĂŞtre mĂŞme de trouver un repreneur. Celles et ceux qui ne veulent pas lâ&#x20AC;&#x2122;entendre, ou le comprendre, se privent sans aucun doute dâ&#x20AC;&#x2122;une belle occasion de dĂŠvelopper leur entreprise.

12 Hommes & MÊtiers - °242  2010


TĂŠmoin

Un passage social et professionnel U P'' T%, *; â&#x20AC;&#x2122;#'$, "%# < G"+. P

riĂŠs bĂŠnĂŠficient dâ&#x20AC;&#x2122;une exonĂŠration totale (restent dus : accident du travail et retraite complĂŠmentaire). Les entreprises de 11 salariĂŠs ou plus ont droit Ă  une exonĂŠration partielle des cotisations patronales et salariales de sĂŠcuritĂŠ sociale (restent dues : accident du travail, assurance chĂ´mage, retraite complĂŠmentaire, fonds de garantie des salaires, aide au logement, solidaritĂŠ autonomie, versement transport). Les entreprises dont la masse salariale est infĂŠrieure Ă  6 fois le SMIC annuel sont exonĂŠrĂŠes de la taxe dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage. Les entreprises peuvent ĂŠgalement bĂŠnĂŠficier dâ&#x20AC;&#x2122;un crĂŠdit dâ&#x20AC;&#x2122;impĂ´t de 1 600 â&#x201A;Ź. Ce montant est portĂŠ Ă  2 200 â&#x201A;Ź lorsquâ&#x20AC;&#x2122;il sâ&#x20AC;&#x2122;agit dâ&#x20AC;&#x2122;apprenti reconnu travailleur handicapĂŠ ou lorsque le jeune rencontre des difficultĂŠs particulières dâ&#x20AC;&#x2122;accès Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;emploi. U# "# ' Lâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage repose sur une relation tripartite entre :

InstallĂŠ depuis 1995 Ă  ÂŤ La Brioche des Vosges Âť Ă  Golbey, Philippe Thiebaut Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;habitude de travailler avec des apprentis. ÂŤ Travailler avec les jeunes permet de dĂŠcouvrir autre chose, câ&#x20AC;&#x2122;est un passage social et professionnel, mais au bout du compte, ils ont plaisir Ă  travailler et Ă  progresser Âť, dit-il. Ce chef dâ&#x20AC;&#x2122;entreprise accueille rĂŠgulièrement des jeunes en apprentissage, et de tous niveaux, du CAP au BTS et dâ&#x20AC;&#x2122;orientations diverses, de la production Ă  la vente. Cette annĂŠe, il accueille LoĂŻc, 20 ans, qui, après avoir terminĂŠ son Cap et son BP Boulangerie sâ&#x20AC;&#x2122;est lancĂŠ dans une mention complĂŠmentaire au PĂ´le des MĂŠtiers dâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;pinal. ÂŤ Jâ&#x20AC;&#x2122;aime ce que je fais. Je compte bien travailler après ma mention, mais rien ne me dit que si je ne trouve pas une autre formation, je continuerai Ă  ĂŠtudier par le biais de lâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage. Âť Pour Philippe Thiebaut, câ&#x20AC;&#x2122;est important de former avec des professionnels, ÂŤ cela permet dâ&#x20AC;&#x2122;acquĂŠrir de la maturitĂŠ. La seule chose que je pourrais reprocher Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage, câ&#x20AC;&#x2122;est de bloquer les jeunes en formation avec des contrats de deux ans. On voit tout de suite si la formation leur plaĂŽt ou non, et câ&#x20AC;&#x2122;est dommage de ne pas pouvoir les rĂŠorienter en cours dâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe. Âť â&#x2013;  lâ&#x20AC;&#x2122;apprenti(e) qui effectue son

parcours de formation professionnelle initiale sous statut salariĂŠ ; â&#x2013;  le maĂŽtre dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage qui a pour objectif de faire acquĂŠrir Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;apprenti(e) les compĂŠtences correspondant Ă  la qualification recherchĂŠe et au diplĂ´me prĂŠparĂŠ en liaison avec le CFA ; â&#x2013;  le CFA qui a pour mission dâ&#x20AC;&#x2122;assurer lâ&#x20AC;&#x2122;enseignement professionnel, artistique et gĂŠnĂŠral de lâ&#x20AC;&#x2122;apprenti(e), de garantir sa progression pĂŠdagogique et de le prĂŠsenter aux examens. Cette relation est juridiquement formalisĂŠe par la signature dâ&#x20AC;&#x2122;un contrat dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage entre une

Pour lâ&#x20AC;&#x2122;embauche dâ&#x20AC;&#x2122;un apprenti, les entreprises inscrites au RĂŠpertoire des MĂŠtiers, ou de moins de 11 salariĂŠs, bĂŠnĂŠficient dâ&#x20AC;&#x2122;une exonĂŠration totale. Les entreprises de 11 salariĂŠs ou plus ont droit Ă  une exonĂŠration partielle des cotisations patronales et salariales de sĂŠcuritĂŠ sociale.

entreprise, un(e) apprenti(e) et par son reprĂŠsentant lĂŠgal sâ&#x20AC;&#x2122;il (si elle) est mineur(e). Selon Philippe Auvrèle, adjoint de direction du CFA EuropĂŠen Louis Prioux Ă  Bar-le-Duc : ÂŤ La qualitĂŠ des relations entre lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠquipe pĂŠdagogique du CFA, les maĂŽtres dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage et les apprenti(e)s est une condition essentielle de rĂŠussite de la formation. Lâ&#x20AC;&#x2122;utilisation et le suivi rĂŠgulier des outils de liaison (visite en entreprise, livret dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissageâ&#x20AC;Ś) entre les partenaires montrent non seulement Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;apprenti(e) que lâ&#x20AC;&#x2122;on sâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠresse Ă  lui et Ă  sa formation mais permet aussi de modifier et dâ&#x20AC;&#x2122;ajuster sa progression pĂŠdagogique et les activitĂŠs de lâ&#x20AC;&#x2122;entreprise. Par ailleurs, nombre de petits ou gros soucis peuvent apparaĂŽtre au niveau des apprenti(e)s et particulièrement Ă  cet âge : problème de comportement, absences, retardsâ&#x20AC;Ś La communication entre le CFA et les maĂŽtres dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage est un atout considĂŠrable pour gĂŠrer ces situationsâ&#x20AC;Ś Âť Hommes & MĂŠtiers - °242  2010 13


MĂŠtier

Chaudronnier

â&#x20AC;&#x2122;RT ET L NI=RE de neâ&#x20AC;Ś pas faire un chaudron ! ontrairement Ă  son nom, Ă  la fois familier et abstrait, ce mĂŠtier ne consiste pas Ă  fabriquer des chaudrons comme celui de la potion magique dâ&#x20AC;&#x2122;AstĂŠrixâ&#x20AC;Ś l recèle cependant mille et une facettes.



â&#x20AC;&#x2122;est une formation et une profession que tout le monde croit connaĂŽtre et pourtantâ&#x20AC;Ś Ce sentiment de ÂŤ dĂŠjĂ  entendu Âť remonte pour la plupart Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;adolescence quand, dans les lycĂŠes professionnels, des milliers de jeunes se voyaient proposer des filières techniques. Parmi elles, ÂŤ chaudronnier Âť. En fait, cette appellation gĂŠnĂŠrique exige plusieurs compĂŠtences et permet de travailler dans des domaines variĂŠs. Dâ&#x20AC;&#x2122;une manière gĂŠnĂŠrale, le chaudronnier est un professionnel du mĂŠtal. Il transforme une tĂ´le dâ&#x20AC;&#x2122;acier ou dâ&#x20AC;&#x2122;inox dâ&#x20AC;&#x2122;aspect plat, en lui donnant une forme. Ă&#x160;  B   D Dâ&#x20AC;&#x2122;  AA

Le chaudronnier est gĂŠnĂŠralement costaud et habituĂŠ Ă  travailler debout. Il doit avoir un bon sens spatial et ĂŞtre capable de passer dâ&#x20AC;&#x2122;une surface linĂŠaire, de sa plaque de matière première, Ă  sa pièce en

14 Hommes & MÊtiers - °242  2010

trois dimensions. Il travaille souvent en ĂŠquipe, car les matĂŠriaux employĂŠs sont lourds. Il dĂŠmarre dâ&#x20AC;&#x2122;un plan et dâ&#x20AC;&#x2122;un dossier technique aux donnĂŠes extrĂŞmement prĂŠcises et aux indications souvent sophistiquĂŠes. Il met alors en Ĺ&#x201C;uvre le ÂŤ dĂŠveloppĂŠ Âť de la pièce Ă  rĂŠaliser, câ&#x20AC;&#x2122;estĂ -dire le volume quâ&#x20AC;&#x2122;il visualise dans sa tĂŞte ou avec des gabarits, avant de le tracer sur les plaques de mĂŠtal. Pour rĂŠaliser sa mission, il a Ă  sa disposition divers outils et machines : cisaille guillotine, dĂŠcoupe au plasma, encocheuse, rouleuse, presse plieuse, grignoteuseâ&#x20AC;Ś Après avoir prĂŠparĂŠ ses pièces, il doit ĂŞtre capable de les souder afin de les assembler. Un exemple : il peut ĂŞtre amenĂŠ Ă  rĂŠaliser des tuyaux pour des gaines de ventilation pour lâ&#x20AC;&#x2122;extraction de gaz ou de fumĂŠe, des cuves, des corps de chaudière. D DBH

X Ă&#x160;MM VA 

De très nombreux secteurs emploient

des chaudronniers : la mĂŠcanique, la construction navale, lâ&#x20AC;&#x2122;aĂŠronautique pour mettre en forme les pièces dâ&#x20AC;&#x2122;avion ou des fusĂŠes, le bĂ��timent pour la construction dâ&#x20AC;&#x2122;ouvrages mĂŠtalliques comme les ponts, mais aussi des portiques sur des bâtiments de grande hauteur, lâ&#x20AC;&#x2122;agroalimentaire, lâ&#x20AC;&#x2122;industrie chimique ou lâ&#x20AC;&#x2122;automobile bien entendu. Ce mĂŠtier suppose une grande exigence professionnelle, car la qualitĂŠ et la rĂŠsistance des pièces fabriquĂŠes sâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠgreront, dans la majoritĂŠ des cas, Ă  un ensemble dont la soliditĂŠ ne peut ĂŞtre laissĂŠe au hasard. Câ&#x20AC;&#x2122;est par exemple le cas avec les pièces de chaudronnerie confectionnĂŠes pour les avions ou encore dans lâ&#x20AC;&#x2122;industrie nuclĂŠaire. Dans ce dernier domaine, non seulement les pièces, souvent en inox pour ĂŠviter la corrosion, doivent ĂŞtre parfaitement ajustĂŠes mais surtout assemblĂŠes avec un soin mĂŠticuleux. Dans la chaudronnerie nuclĂŠaire,


les tuyaux et autres collecteurs sont soudĂŠs avec une prĂŠcision millimĂŠtrĂŠe par les chaudronniers et ensuite contrĂ´lĂŠes avec des radiographies. Aucune tolĂŠrance nâ&#x20AC;&#x2122;est admise, car la moindre fuite pourrait avoir des consĂŠquences tragiques. D D D  AVA

M  

Selon les domaines dâ&#x20AC;&#x2122;activitĂŠs, le chaudronnier peut travailler dans un atelier, mais, souvent, il est conduit Ă  participer Ă  des chantiers extĂŠrieurs et rĂŠalise les pièces directement sur le site oĂš elles doivent prendre place. Cela suppose dans certains domaines, notamment le bâtiment mais aussi les industries chimiques et pĂŠtrolières, un certain goĂťt pour la mobilitĂŠ professionnelle. D MB X VAX Souvent, les meilleurs chaudronniers

ont dĂŠmarrĂŠ leur carrière Ă  la base, câ&#x20AC;&#x2122;est-Ă -dire avec un CAP dit CEC pour ÂŤ construction dâ&#x20AC;&#x2122;ensembles chaudronnĂŠs Âť. Lâ&#x20AC;&#x2122;expĂŠrience principale sâ&#x20AC;&#x2122;acquiert plus que jamais sur le terrain. Le parcours de formation et les diplĂ´mes qui valident les compĂŠtences professionnelles sont nombreux et peuvent conduire les chaudronniers les plus habiles jusquâ&#x20AC;&#x2122;au niveau ingĂŠnieur. Après le CAP RĂŠalisation en chaudronnerie industrielle, il faut passer le Bac Pro Technicien en chaudronnerie industrielle, puis un BTS Conception et rĂŠalisation en chaudronnerie industrielle. Il existe enfin un diplĂ´me Licence pro assemblages soudĂŠs et une formation de type bac + 5 qui conduit au niveau DESS, soit Ă  la qualification dâ&#x20AC;&#x2122;ingĂŠnieur chaudronnier, Master design industriel ou master ingĂŠnieur en chaudronnerie

DE TR=S NOREU SECTEURS EPLOIENT ES CURONNIERS : L Ă&#x2030;CNI>UE, L CONSTRUCTION NLE, Lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;RONUTI>UE POUR ETTRE EN FORE LES PI=CES â&#x20AC;&#x2122;ION OU ES FUSĂ&#x2030;ES, LE ?TIENT POUR L CONSTRUCTION â&#x20AC;&#x2122;OURGES Ă&#x2030;TLLI>UES COE LES PONTS, IS USSI ES PORTI>UES SUR ES ?TIENTS E GRNE UTEUR, Lâ&#x20AC;&#x2122;GROLIENTIRE, Lâ&#x20AC;&#x2122;INUSTRIE CII>UE OU Lâ&#x20AC;&#x2122;UTOOILE IEN ENTENU.

N  R N NIN

ontexte

Il nâ&#x20AC;&#x2122;existe quasiment pas de chĂ´mage dans cette profession. Du niveau CAP, câ&#x20AC;&#x2122;est-Ă -dire de lâ&#x20AC;&#x2122;ouvrier spĂŠcialisĂŠ Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ingĂŠnieur, les offres dâ&#x20AC;&#x2122;emploi abondent. Lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvolution est rapide pour ceux qui maĂŽtrisent le mĂŠtier, tant les employeurs cherchent des chaudronniers compĂŠtents, notamment pour les missions Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtranger. Un seul exemple : une trentaine de nationalitĂŠs travaillent sur les chantiers de lâ&#x20AC;&#x2122;Atlantique Ă  Saint-Nazaire, oĂš Alstom construit les plus grands paquebots du monde en faisant venir sur place des chaudronniers du monde entier. Lâ&#x20AC;&#x2122;anglais sâ&#x20AC;&#x2122;apprend souvent sur le terrain et les salaires peuvent parfois se rĂŠvĂŠler allĂŠchants. Pour ceux qui ont lâ&#x20AC;&#x2122;esprit plus sĂŠdentaire, la maintenance en chaudronnerie industrielle offre aussi de beaux dĂŠbouchĂŠs. Ă&#x20AC; titre dâ&#x20AC;&#x2122;exemple, un dĂŠbutant qualifiĂŠ peut espĂŠrer entamer sa carrière avec un salaire de 1 300 Ă  2000 euros. Ce dernier peut ĂŞtre multipliĂŠ par cinq pour ceux prĂŞts Ă  voyager et Ă  sacrifier leur vie de famille. Hommes & MĂŠtiers - °242  2010 15


Métier Meuse

SARL Rennesson à Chauvoncourt

haudronnier de père en fils «’est sûr que ce n’est pas attirant pour les jeunes. Beaucoup pensent que notre métier se résume à battre du fer. Alors que c’est complètement faux. ’est un métier formidable, très varié et où il faut constamment réfléchir. »

M

on père était chaudronnier de formation. Il a gravi régulièrement les échelons dans une très grosse entreprise pour finir chef du bureau d’étude. Dans les années 70, il s’est installé à son compte. Quant à moi, je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire. J’ai fini par faire un CAP de chaudronnier, puis un BTS. Pour reprendre l’entreprise de mon père en 2000, j’ai passé un Brevet de Maîtrise à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. »

autonomie dans la conception et la réalisation des produits. L’esprit, les méthodes de travail et surtout la recherche permanente de la performance des outils, des process et des techniques pour faire face à la concurrence proviennent de l’industrie. Le formidable parcours du père dans l’industrie est aujourd’hui un atout considérable qui a façonné la culture de cette entreprise artisanale et qui lui permet d’être à la hauteur des exigences de ce marché.

ES LEURS E L’RTISNT ET E L’INUSTRIE Ce qui qualifie le mieux la SARL Rennesson c’est son double ancrage dans l’artisanat et l’industrie. Les savoir-faire et l’organisation du travail sont typiques du secteur des métiers. Les postes de travail ne sont pas spécialisés, les deux salariés, comme le patron, jouissent d’une grande

ELLE EST PRTOUT « Nous travaillons essentiellement avec des industriels de la région à 50 kilomètres autour de Saint-Mihiel. Dans tous les process de fabrication industrielle et quelle que soit la nature de la production, on trouve de la chaudronnerie. Nous sommes sollicités sur des produits très variés : des cuves, des conduites, des problèmes mécaniques…

«

16 Hommes &Métiers - °242  2010

Nous travaillons la plupart du temps avec des ingénieurs de l’industrie. Lorsqu’ils rencontrent un problème, en général, ils ont une idée ou un concept pour le résoudre. C’est nous qui devons le concrétiser. Nous en discutons puis leur faisons une proposition sur devis. C’est passionnant car, bien souvent, il faut trouver des solutions nouvelles, innover, voire inventer. Tout commence toujours par un travail de réflexion », affirme Dominique Rennesson. DE L CONCEPTION < L RÉLISTION Le chaudronnier travaille différents métaux. Sa « matière première » se présente au départ sous forme de feuilles. En fonction des jargons on parlera

de « taule » pour l’acier et l’inox ou encore de « planche » pour le cuivre. Certaines opérations sont réalisées manuellement. Le plus souvent le chaudronnier utilise des machines automatisées : poinçonneuse, presse, cisaille… À partir d’un plan ou d’un simple croquis, Dominique Rennesson et ses salariés tracent sur les feuilles métalliques les formes attendues. Ils les découpent, les façonnent, les percent, les cintrent, les plient ou les poinçonnent pour atteindre l’étape qui précède l’assemblage des éléments. La plupart des ouvrages sont finalisés lors de l’assemblage par soudage, boulonnage ou encore rivetage.

N NE LORISE PS LES ÉTIERS NUELS LORS >U’ILS NE SONT NUELS >UE E SURFCE. À C>UE RÉLISTION NOUS EONS CRÉER, NOUS REPRÉSENTER L’O[ET ET NOUS ORGNISER POUR LE FRI>UER.


Ă&#x20AC; noter

clairage

LĂ&#x2030;G ST O

Paroles dâ&#x20AC;&#x2122;expert

 PRESCRIPTION en matière commerciale

â&#x17D;Ż a prescription vise Ă  sanctionner un crĂŠancier qui nâ&#x20AC;&#x2122;a pas rĂŠclamĂŠ sa

n arrĂŞtĂŠ relatif Ă  la carte permettant lâ&#x20AC;&#x2122;exercice dâ&#x20AC;&#x2122;une activitĂŠ commerciale ou artisanale ambulante est paru au journal officiel du 10 mars. ĂŠsormais, ces cartes sont dĂŠlivrĂŠes par le entre de ormalitĂŠs des ntreprises de votre MA.

crĂŠance ou nâ&#x20AC;&#x2122;a effectuĂŠ aucune procĂŠdure de recouvrement dans les dĂŠlais fixĂŠs par la loi.

ES Ă&#x2030;LIS LĂ&#x2030;GU Les dĂŠlais de prescription ont ĂŠtĂŠ rĂŠcemment modifiĂŠs par la Loi du 17 juin 2008, qui a notamment rĂŠduit le dĂŠlai de prescription commercial. Celui-ci ĂŠtait auparavant de 10 ans : il est dĂŠsormais de 5 ans (Article L 110-4 du Code de commerce). Ce dĂŠlai de 5 ans sâ&#x20AC;&#x2122;applique aux actions en paiement, mais ĂŠgalement aux actions en responsabilitĂŠ dès lors que la demande oppose deux commerçants, ou est engagĂŠe Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;initiative dâ&#x20AC;&#x2122;un non commerçant. Ce dĂŠlai de 5 ans est donc le dĂŠlai de droit commun applicable dans les relations entre professionnels, mais certaines actions sont prescrites par des dĂŠlais plus courts. Câ&#x20AC;&#x2122;est le cas des contrats de transport de marchandises pour lesquels la prescription est dâ&#x20AC;&#x2122;un an (Article L 133-6 du Code de commerce). Câ&#x20AC;&#x2122;est le cas des contrats de vente au par un comptant de marchandises m

e ĂŠdition

4

professionnel Ă  un consommateur pour lesquels la prescription est de deux ans (Article L 137-2 du Code de la consommation). Câ&#x20AC;&#x2122;est le cas encore des contrats de vente de marchandises Ă  crĂŠdit (location-vente, paiement diffĂŠrĂŠ) pour lesquels la prescription est de deux ans Ă  compter de chaque mensualitĂŠ (Article L 311-37 du Code de la consommation).

â&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;NGEENT CONTRCTUEL Enfin, il convient de prĂŠciser que la loi permet, sous certaines conditions, dâ&#x20AC;&#x2122;amĂŠnager contractuellement la durĂŠe de la prescription. Les parties peuvent conventionnellement dĂŠcider dâ&#x20AC;&#x2122;abrĂŠger ou dâ&#x20AC;&#x2122;allonger la durĂŠe, mais celle-ci ne peut ĂŞtre toutefois rĂŠduite Ă  moins dâ&#x20AC;&#x2122;un an, ni ĂŠtendue Ă  plus de 10 ans. Cette possibilitĂŠ nâ&#x20AC;&#x2122;est admise que pour les contrats entre professionnels. Lâ&#x20AC;&#x2122;Ordre des Avocats du Barreau dâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;pinal

Aide mĂŠmoire

mic horaire brut : â&#x17E;Ľ 8,86 â&#x201A;Ź (depuis le 01/01/10)

mic mensuel brut â&#x17E;Ľ 1 343,77 â&#x201A;Ź

ĂŠcuritĂŠ ociale : â&#x17E;Ľ Trimestre : â&#x17E;Ľ Mensuel :

8 577 â&#x201A;Ź 2 859 â&#x201A;Ź

ndice du coĂťt de la construction   : â&#x17E;Ľ 3e trim. 2008 â&#x17E;Ľ 4e trim. 2008 â&#x17E;Ľ 1er trim. 2009 â&#x17E;Ľ 2e trim. 2009 â&#x17E;Ľ 3e trim. 2009

1 594 â&#x201A;Ź 1 523 â&#x201A;Ź 1 503 â&#x201A;Ź 1 498 â&#x201A;Ź 1 502 â&#x201A;Ź

ndice ational Bâtiment B01 : â&#x17E;Ľ Novembre 2009 : 803,6

aux de lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠrĂŞt lĂŠgal 2010 : â&#x17E;Ľ 0,65 % (JO du 10/02/10)

pĂŠration ÂŤ 24 heures chez mon artisan boucherÂť 

our sa 4e ĂŠdition, les ÂŤ 24 heures chez mon artisan boucher Âť se tiendrontt les 4 et 5 juin, soit 2 jours en lâ&#x20AC;&#x2122;honneur dâ&#x20AC;&#x2122;une profession qui valorise les viandes de b boucherie ! Au fil des ĂŠditions, ce rendez-vous annuel sâ&#x20AC;&#x2122;est imposĂŠ comme le moment dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠchange incontournable entre la profession et le grand public. haque annĂŠe, plus dâ&#x20AC;&#x2122;un millier de bouchers ouvrent les coulisses de leur boutique pour faire dĂŠcouvrir un mĂŠtier au cĹ&#x201C;ur de la gastronomie française. â&#x20AC;&#x2122;est donc lâ&#x20AC;&#x2122;occasion rĂŞvĂŠe de sâ&#x20AC;&#x2122;immiscer dans le quotidien dâ&#x20AC;&#x2122;un spĂŠcialiste des bonnes viandes. artage, ĂŠchange, dĂŠgustations de viande de bĹ&#x201C;uf, dĂŠcouverteâ&#x20AC;Ś es portes ouvertes festives et conviviales rĂŠvèlent certains des secrets de lâ&#x20AC;&#x2122;artisan boucher au grĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;un programme haut en couleurs et saveurs : comprendre les techniques, dĂŠcouvrir lâ&#x20AC;&#x2122;art de choisir et de travailler la viande de bĹ&#x201C;uf, de la cuisiner au mieux, dĂŠguster des produits de qualitĂŠâ&#x20AC;Ś ÂŤ 24 heures chez mon artisan boucher Âť, câ&#x20AC;&#x2122;est aussi le rendez-vous de la profession avec les jeunes et leur environnement ĂŠducatif. â&#x20AC;&#x2122;enjeu est de taille, il sâ&#x20AC;&#x2122;agit de leur prouver que ce mĂŠtier est plein dâ&#x20AC;&#x2122;avenir et quâ&#x20AC;&#x2122;assurer la relève dâ&#x20AC;&#x2122;une profession aussi enviable sâ&#x20AC;&#x2122;impose. n effet, chaque annĂŠe, pas moins de 4 000 postes sont Ă  pourvoir, autant de perspectives dâ&#x20AC;&#x2122;avenir et de prospĂŠritĂŠ pour qui est en quĂŞte dâ&#x20AC;&#x2122;orientation, en ville comme en milieu rural.

Hommes & MÊtiers - °242  2010 17


oncours

clairage

RTICIPE U RI MA JEUNES,, Ă&#x2030;ITION 2009/2010 ! 9

Soutien de lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;tat

ISPOSITIF Ă&#x2030;RO CRGE : succès prolongĂŠ en 2010 ! â&#x17D;Ż ompte tenu du succès de lâ&#x20AC;&#x2122;aide ÂŤZĂŠro chargeÂť, le gouvernement a

dĂŠcidĂŠ de prolongĂŠ ce dispositif pour toutes les embauches rĂŠalisĂŠes jusquâ&#x20AC;&#x2122;au 30 juin 2010.

â&#x20AC;&#x2122;aide ÂŤ ZĂŠro chargeÂť, instaurĂŠe en dĂŠcembre 2008 dans le cadre du Plan de relance de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie afin dâ&#x20AC;&#x2122;aider les TPE Ă  poursuivre leurs embauches malgrĂŠ la crise, a connu un vĂŠritable succès puisque plus de 600 000 embauches en ont dĂŠjĂ  bĂŠnĂŠficiĂŠ en 2009. Le gouvernement a ainsi dĂŠcidĂŠ de prolonger ce dispositif pour toutes les embauches rĂŠalisĂŠes jusquâ&#x20AC;&#x2122;au 30 juin 2010 et pour une durĂŠe pouvant aller jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă  12 mois Ă  compter de la date dâ&#x20AC;&#x2122;embauche. Le succès de ce disposiif tient pour beaucoup Ă  sa simplicitĂŠ, puisque toutes les embauches sont concernĂŠes, en CDD et CDI, Ă  temps plein comme Ă  temps

a recette du chef

partiel, et Ă  son efficacitĂŠ puisquâ&#x20AC;&#x2122;il est ciblĂŠ sur les entreprises et les emplois les plus fragiles. Au niveau du Smic, la petite entreprise est exonĂŠrĂŠe de toute charge patronale, câ&#x20AC;&#x2122;est donc une incitation forte pour que, dans la crise, les TPE nâ&#x20AC;&#x2122;arrĂŞtent pas dâ&#x20AC;&#x2122;embaucher.

â&#x17E;Ľ our plus dâ&#x20AC;&#x2122;infos www.zerocharges.fr

Fleur de Bar-le-Duc Recette pour 6  Fleurs de Bar-le-Duc  Une recette de Dominique Cordel, artisan pâtissier Pâtisserie parisienne à Bar-le-Duc (55000)

IngrĂŠdients â&#x2014;? 60 g dâ&#x20AC;&#x2122;amandes en poudre â&#x2014;? 60 g de farine â&#x2014;? 150 g de sucre semoule â&#x2014;? 125 g de blanc dâ&#x20AC;&#x2122;Ĺ&#x201C;ufs soit 4 Ĺ&#x201C;ufs â&#x2014;? Un petit pot de confiture de groseille blanche de Bar-le-Duc Dutriez â&#x2014;? Moules en silicone Recette Faire fondre le beurre. SĂŠparer les blancs dâ&#x20AC;&#x2122;Ĺ&#x201C;ufs (conserver les jaunes, ils pourront ĂŞtre utilisĂŠs pour servir les fleurs de Bar-le-Duc avec une crème anglaise). MĂŠlanger les amandes avec la farine et le sucre semoule. Incorporer les blancs dâ&#x20AC;&#x2122;Ĺ&#x201C;ufs (sans les monter en neige !) puis le beurre fondu. Avec la prĂŠparation obtenue garnir les moules Ă  moitiĂŠ. Mettre une petite cuillère de confiture de groseille blanche. ComplĂŠter les moules avec le reste de la prĂŠparation. Faire cuire Ă  thermostat 6/7 (180-200°) pendant 20 mn. Faire refroidir complètement avant de dĂŠmouler. Bon appĂŠtit !

Vous prĂŠparez un diplĂ´me en mĂŠtiers dâ&#x20AC;&#x2122;art, du A au MA ? Alors participez au rix MA Jeunes, ĂŠdition 2009/2010 ! e prix, dĂŠcernĂŠ Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠchelon rĂŠgional puis national, et Ă  trois niveaux (V, IV et III), est destinĂŠ Ă  mettre en valeur de jeunes talents, futurs acteurs de la vie ĂŠconomique, dans ces mĂŠtiers dâ&#x20AC;&#x2122;excellence. Ils ont pour objectif dâ&#x20AC;&#x2122;encourager et de valoriser les savoir-faire spĂŠcifiques aux mĂŠtiers dâ&#x20AC;&#x2122;art Ă  travers les Ĺ&#x201C;uvres rĂŠalisĂŠes par les ĂŠlèves de lycĂŠes professionnels, dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcoles techniques, les jeunes en formation en alternance et les ĂŠtudiants des ĂŠcoles. Le concours, en partenariat avec la ondation Michelle et Antoine Riboud, se dĂŠroule annuellement en ĂŠtroite collaboration avec les prĂŠfectures, les hambres de MĂŠtiers et de lâ&#x20AC;&#x2122;Artisanat, les rectorats et bĂŠnĂŠficie de lâ&#x20AC;&#x2122;appui des dĂŠlĂŠguĂŠs MA, des professeurs et des professionnels des mĂŠtiers dâ&#x20AC;&#x2122;art. Ă&#x20AC; lâ&#x20AC;&#x2122;issue de ce concours, les jeunes laurĂŠats pourront bĂŠnĂŠficier de dotations allant de 250 euros pour le premier prix rĂŠgional Ă  750 euros pour le premier prix national. Les inscriptions Ă  ce prix doivent se faire auprès du chef dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtablissement avant le 31 mai 2010. Les dossiers de candidature et le rĂŠglement du concours sont tĂŠlĂŠchargeables et consultables sur le site : www.metiersdart-artisanat.com Renseignements au 01 55 78 85 85.

18 Hommes &MÊtiers - °242  2010


Etre à vos côtés 24h/24, 365 jours par an, ça, c’est professionnel !

Activité professionnelle Véhicules Santé, Prévoyance Retraite Pour vous, nous pensons à tout.

Vous aussi, faites équipe avec MAAF Contactez votre Conseiller MAAF Pro au (0.15 € TTC/min depuis un poste fixe + surcoût selon opérateurs)

RCS NIORT B 542 073 580

www.maaf.fr


HetM ARTISANAT