Page 1

RETROUVEZ DANS CE NUMÉRO TOUTE L’INFORMATION DE VOTRE CMA

Janvier/février 2017 • 1,50 €

rtisans

LE MONDE DES

édition

Bimestriel n° 116

deux-sèvres

Une nouvelle équipe à votre service !

Vos élus de proximité et chargés de développement économique p. 13 Actualités

Le Top des entreprises 2016 : la réussite à l’honneur P. 12

Art de vivre

Ces artisans « éco-friendly » P. 44

Deux-Sèvres


(1) Prix d’un appel local depuis un poste fixe. Le contrat ASSUR-BP MULTIRISQUE PRO est assuré par BPCE IARD - entreprise régie par le code des assurances - Distribué par : BPCE Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 155 742 320€ - RCS Paris 493 455 042 - 50, avenue Pierre Mendès France - 75201 Paris Cedex 13 - BPCE, intermédiaire en assurance inscrit à l’ORIAS sous le numéro 08 045 100. Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique, société Anonyme Coopérative de Banque Populaire à capital variable, régie par les articles L.512-2 et suivants du code monétaire et financier et l’ensemble des textes relatifs aux Banques Populaires et aux établissements de crédit. Siren : 755 501 590 RCS Bordeaux. Siège social : 10 quai des Queyries 33072 Bordeaux Cedex. Intermédiaire d’assurance immatriculé à l’Orias sous le numéro 07 005 628. Numéro d’identification intracommunautaire FR66755501590. Code APE 6419 Z–

ASSUR-BP MULTIRISQUE PRO UN CONSEILLER QUI CONNAÎT VOTRE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE, C’EST L’ASSURANCE D’UNE PROTECTION PERSONNALISÉE

Retrouvez-nous : www.bpaca.banquepopulaire.fr Contactez un conseiller au : 05.49.08.50.50(1) BANQUE & ASSURANCE

NOUVEAU NISSAN NV300 GAGNANT SUR TOUS LES TERRAINS Disponible en 4 motorisations : 95ch, 120ch, 125ch, 145ch. 3 Euro-palettes de capacité de chargement. Jusqu’à 1280 kg de charge utile.

NOUVEAU NISSAN NV300 FOURGON L1H1 2T8 dCi 120 OPTIMA

139 € HT / MOIS

(1)

Sous condition de reprise. En crédit bail maintenance 60 mois / 100 000 km. Incluant l’entretien, l’assistance et la garantie sur 5 ans.*

Nissan, partenaire officiel de l’UEFA Champions League.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur nissan-off res.fr

Innover autrement. *En France, garantie 5 ans limitée à 160 000 km (sauf gamme e-NV200 : garantie 3 ans / 100 000 km et 5 ans / 100 000 km pour la chaîne cinématique électrique - batterie incluse). (1) Exemple en crédit-bail maintenance sur 60 mois, pour un Nissan NV300 FOURGON L1H1 2T8 dCi 120 Optima neuf, au prix remisé de 17 622 € HT soit une remise de 9 078 € HT incluant une aide à la reprise de 1 355 € HT, par rapport au prix tarif du 01/11/2016 de 26 700 € HT, avec premier loyer majoré de 5 298 € HT, 59 loyers de 139 € HT/mois. En fin de contrat, option d’achat finale de 4 650 € HT ou reprise de votre véhicule par votre concessionnaire pour ce montant diminué des éventuels frais de remises en état standard et des kilomètres supplémentaires, selon conditions générales Argus. Le montant de la reprise servira à solder votre crédit-bail. Coût total en cas d’acquisition 20 195 € HT. Assistance au véhicule et aux personnes incluse. Modèle présenté : Nissan NV300 FOURGON L1H1 2T8 dCi 125 S&S N-CONNECTA avec peinture opaque en crédit-bail pour 148,06 € HT/mois avec un premier loyer majoré de 5 684 € HT. Sous réserve d’acceptation du dossier par la Diac, SA au capital de 61 000 000 € établissement de crédit et intermédiaire en assurances. Siège social : 14 avenue du Pavé Neuf - 93168 Noisy-le-Grand Cedex SIREN 702 002 221 RCS Bobigny. N°ORIAS : 07 004 966 www.orias.fr. Assistance souscrite par Diac auprès d’AXA Assistance France Assurances, “Société d’Assistance régie par le Code des Assurances”, S.A. au capital de 7 275 660 €, immatriculée sous le N° SIREN 451 392 724 R.C.S. Nanterre - Siège social : 6 rue André Gide 92321 Châtillon Cedex dont les opérations sont soumises à l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution 61 rue Taitbout 75009 Paris. Off re non cumulable réservée aux artisans, commerçants, sociétés (hors loueurs, administrations, clients sous protocoles nationaux ou régionaux), valable du 01/11/2016 au 31/03/2017, dans la limite des stocks disponibles EURO 6, dans les points de vente NISSAN participants, intermédiaires non exclusifs. NISSAN WEST EUROPE : nissan.fr


S O M M A I R E ÊvÊnement [ 04 [‹OHFWLRQVDX[&0$̭OHVQRXYHDX[YLVDJHV de l’artisanat ACTUALITÉS [ 12

É D I T O

[9RVUHSUVHQWDQWV¢OD&0$ une nouvelle Êquipe à votre service [Trois questions à Nathalie Gauthier, prÊsidente de la CMA 79

L

[/H7RSGHVHQWUHSULVHVODUXVVLWH à l’honneur [La proximitÊ au cœur de votre Chambre de mÊtiers et de l’artisanat INITIATIVEs [ 14 [6DORQ0DGH,Q)UDQFH quand authenticitÊ rime avec opportunitÊs [Concours Talents BGE de la crÊation d’entreprise

e 19 octobre, les urnes ont parlĂŠ, nous vous en remercions. Nous sommes conscients et ďŹ ers de votre conďŹ ance. Aujourd’hui, en tant que prĂŠsidente de tous les artisans sans clivage, et après des mois de travail de campagne, est venu le temps des actions pour lesquelles vous nous avez accordĂŠ vos voix. Ainsi, avec les ĂŠlus qui forment mon ĂŠquipe, dès Ă prĂŠsent, nous souhaitons conduire cette mandature sur trois piliers qui guideront notre action sur les prochaines annĂŠes.

[(QLPDJHVĚ­6WDUV 0ÂŤWLHUV stratĂŠgie [ 17

â?™ La proximitĂŠ â?™ Le savoir-faire professionnel â?™ La tradition et la modernitĂŠ

[6ROXWLRQV̭O̾$UW&KRFRODWLHU ou l’art d’entreprendre en Scop [Laurent Bisson, boulanger-pâtissier  Mon combat, c'est le leur 

DOSSIER

Nathalie Gauthier PrÊsidente de la Chambre de mÊtiers et de l'artisanat des Deux-Sèvres

La proximitÊ pour qu’ensemble nous soyons prÊsents sur tous les territoires des Deux-Sèvres pour dÊfendre les intÊrêts de l’artisanat et de nos entreprises.

28

Jouer collectif dans l’artisanat 5ŨWPKTRQWTTČŒWUUKTĹĄQDVGPKT FGUOCTEJČŒUTČŒRQPFTGCWZPQWXGNNGU CVVGPVGUFGUEQPUQOOCVGWTUCEJGVGT OQKPUEJGTTC[QPPGTXQWUF[PCOKUGTŲ %QOOGPVĹĄ!'PWPKUUCPVXQUHQTEGUĹĄĐ?

Le savoir-faire professionnel : pour le promouvoir et le protĂŠger davantage et mieux car, â?™ c’est le savoir-faire professionnel qui distingue les artisans au quotidien et qui dĂŠpend de la formation, â?™ nos salariĂŠs qualiďŹ ĂŠs demain seront issus de l’apprentissage, comme nos repreneurs, â?™ nous sommes convaincus de la nĂŠcessitĂŠ de la formation et du dĂŠveloppement de nos centres de formation en pĂ´les d’excellence.

JURI-pratique [ 33 [6RUWLUGĚľXQFRQÍĽLWDYHFVRQDVVRFLÂŤ [Pourquoi faut-il se prĂŠoccuper GHF\EHUVÂŤFXULWÂŤĚ­" regards [ 42 [3UHVWLJHĚ­LOVRQWÂŤOHFWULVÂŤODSHWLWHUHLQH [$UWGHYLYUHĚ­FHVDUWLVDQVmÂŤFRIULHQGO\}

Enfin, faire rimer tradition et modernitÊ. Parce que la force de l’artisanat, c’est le savoir du geste et cela s’inscrit dans la transmission des savoirs. Pourtant, les entreprises artisanales de demain seront celles qui mettront les possibilitÊs technologiques et numÊriques au service du geste et du savoir-faire. C’est pourquoi, nous accompagnerons les artisans, tous les artisans, à franchir le cap de la rÊvolution numÊrique et digitale pour le dÊveloppement de leur entreprise.

[2SLQLRQĚ­m3LORWH]YRWUHWUÂŤVRUHULHĚ­} Fabrice Pesin, mĂŠdiateur national du crĂŠdit

Ce numÊro comprend des pages spÊcifiques pour les abonnÊs des Deux-Sèvres.

Le Monde des artisans n°116 – Janvier/fĂŠvrier 2017 – Édition des Deux-Sèvres Č‚3UÂŤVLGHQWHGXFRPLWÂŤGHUÂŤGDFWLRQGHVSDJHVORFDOHVÉ‹1DWKDOLH*DXWKLHUČ‚$YHFOHFRQFRXUVUÂŤGDFWLRQQHOGHODFKDPEUHGHPÂŤWLHUVHWGH OȇDUWLVDQDWGHV'HX[6ÂŞYUHVČ‚‹GLWHXUGÂŤOÂŤJXÂŤÉ‹6WÂŤSKDQH6FKPLWWČ‚5ÂŤGDFWLRQÉ‹$7&SRUWÉ‹HPDLOÉ‹OHPRQGHGHVDUWLVDQV#JURXSHDWFFRPČ‚2QWFROODERUÂŤ¢FHQXPÂŤURÉ‹-XOLH&OHVVLHQQH6RSKLHGH&RXUWLYURQ 0DUMRODLQH'HVPDUWLQ&KULVWHOOH)ÂŤQÂŤRQΖVDEHOOH)OD\HX[*XLOODXPH*HQHVWH6DPLUD+DPLFKH*D­OOH.UÂŚKHQEžKO6DPRU\D:LOVRQ6HFUÂŤWDULDWGHUÂŤGDFWLRQÉ‹0b$QWKRQ\-b1HLVVHČ‚3XEOLFLWÂŤÉ‹$7&TXDLGH9DOP\ b3DULVbČ‚3XEOLFLWÂŤQDWLRQDOHÉ‹'LUHFWHXUFRPPHUFLDO0DWKLHX7RXUQLHU7ÂŤOÉ‹bbID[HPDLOÉ‹PWRXUQLHU#JURXSHDWFFRPČ‚3XEOLFLWÂŤVGÂŤSDUWHPHQWDOHVVXGRXHVWÉ‹7KLHUU\ 7ÂŤOÉ‹É‹É‹É‹  HW&ÂŤGULF-RQTXLÂŞUHV 7ÂŤOÉ‹É‹É‹É‹ ID[É‹É‹É‹É‹HPDLOÉ‹WKLHUU\MRQTXLHUHV#ZDQDGRRIUČ‚3KRWRJUDSKLHVÉ‹/DXUHQW7KHHWHQUHVSRQVDEOHLPDJHČ‚&UÂŤGLWSKRWRVORFDOHVVDXIPHQWLRQVFRQWUDLUHVÉ‹&0$Č‚ 3URPRWLRQGLIIXVLRQÉ‹6KLUOH\(OWHU7ÂŤOÉ‹7DULIGȇDERQQHPHQWDQ)UDQFHÉ‹HXURV7DULIDXQXPÂŤURÉ‹HXUR‚OȇWUDQJHUÉ‹QRXVFRQVXOWHU Č‚&RQFHSWLRQÂŤGLWRULDOHHWJUDSKLTXHÉ‹TEMA|presse7ÂŤOÉ‹É‹É‹É‹É‹Č‚)DEULFDWLRQÉ‹3L[HOLPDJHΖb0DUOLQ-0b7DSSHUW7ÂŤOÉ‹É‹É‹É‹bČ‚‹GLWHXUÉ‹$7& UXH'XSRQWGHV/RJHVb0(7=7ÂŤOÉ‹É‹É‹É‹ID[É‹É‹É‹É‹Č‚'LUHFWHXUGHODSXEOLFDWLRQÉ‹)UDQŠRLV*UDQGLGLHUČ‚1rFRPPLVVLRQSDULWDLUHÉ‹ 7Č‚Ζ661É‹Č‚'ÂŤSÂśWOÂŤJDOÉ‹GÂŤFHPEUHČ‚ΖPSUHVVLRQÉ‹6RFRVSULQWΖPSULPHXUVURXWHGȇ$UFKHWWHVČ‚‹SLQDO

03


É

VÉNEMENT

Élections aux CMA

Les nouveaux visages de l’artisanat Du 1er au 14 octobre dernier, les artisans ont Êlu leurs 2 500 reprÊsentants au sein des chambres de mÊtiers et de l’artisanat. Voici, en exclusivitÊ pour Le Monde des artisans, les visages des prÊsidents dÊpartementaux et rÊgionaux* chargÊs de vous accompagner et de vous dÊfendre au quotidien pour les cinq ans à venir‌

AUVERGNERHĂ´NE-ALPES

Georges Dubesset

Vincent Gaud

Alain Audouard

3O¤WULHUSHLQWUH

3ORPELHU &KDXIIDJLVWH

Taxi

William Beaudoin %RXODQJHU S¤WLVVLHU

Franck Lopez

#NNKGT

Maçon

Ain

Jean-Luc Helbert

*CWVG5CXQKG

AndrĂŠ Mollard

4JČ–PG

%RXFKHU

2W[FG&Č–OG

Restauration de E¤WLPHQWGXSDWULPRLQH YHUQDFXODLUHDX[ PRQXPHQWVKLVWRULTXHV

.QKTG 5CXQKG

0 04

Christian Vabret

+UČ‹TG %CPVCN

%RXODQJHU S¤WLVVLHU

*CWVG.QKTG #TFČ‹EJG

Philippe Tiersen

&TČ–OG

Électricien

Serge Vidal Fabienne Munoz

3ORPELHU FKDXIIDJLVWH

FrĂŠdĂŠric RĂŠgnier

&RLIIHXVH

Maçon

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ

RÊgis Penneçot

FrĂŠdĂŠric Cavagnac

Menuisier

$UPXULHU

Jean-François LemaÎtre %RXFKHUFKDUFXWLHU

;QPPG *CWVG5CČ–PG

$PEXODQFLHU

&QWDU

0KČ‹XTG ,WTC

Jean-Philippe Boyer

Christian Orlandi

%Č–VGF 1T

Emmanuel Poyen &RLIIHXU

6GTTKVQKTG FG$GNHQTV

5CČ–PGGV.QKTG

&RLIIHXU

Bernard Barthod Taxi

Michel Chamouton Menuisier

* À l’heure oÚ nous imprimons ce magazine, toutes les assemblÊes gÊnÊrales constitutives à l’Êchelon rÊgional n’ont pas encore eu lieu.

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


L'artisanat c'est nous, UPA Fiers d'être artisans, ADNA Union ou sans étiquette

ÉVÉNEMENT [ LES NOUVEAUX VISAGES DE L'ARTISANAT

BRETAGNE

Président de région

CENTREVAL-DE-LOIRE

Michel Cibois Maçon

Michel Guéguen Boulanger

Gérard Gautier

Louis Noël

Entreprise de propreténettoyage industriel

Maçon

Stéphane Buret Finistère

Eure-et-Loir

Pâtissierchocolatier

Côtes-d'Armor

Loiret

Ille-et-Vilaine Loir-et-Cher

Morbihan Indre-et-Loire

Santiago Gonzalèz

Cher

Peintre

Indre

Olivier Le Couviour Plombierchauffagiste

Thierry Fruchet Philippe Plantin

Gérard Bobier

Plombier

TP-Paysagiste

Garagiste

05 CORSE

GRAND-EST Philippe Tournois

Bernard Detrez

Jean-Paul Daul

Électricien

Boulanger

Prothésiste dentaire

Jean-Charles Martinelli Boucher

HauteCorse

Liliane Lind Coiffeuse

Ardennes Corsedu-Sud Michel Boulant

Marne

Meuse

Coiffeur

François Gabrielli

Moselle Meurtheet-Moselle

Aube

Atelier de retouches

HauteMarne

BasRhin

Vosges HautRhin

Bernard Stalter Coiffeur

Éric Plestan Peintre

76 %

14

C’est le taux de pérennité à trois ans des entreprises accompagnées par les CMA.

C'est le nombre de femmes élues présidente. À noter, une parité totale dans la région PACA.

Jean-Louis Mouton Menuisieragenceur

Christophe Richard Menuisieragenceur

Le Monde des artisans [ janvier/février 2017


ÉVÉNEMENT [ LES NOUVEAUX VISAGES DE L'ARTISANAT

ÃŽLE-DE-FRANCE

HAUTS-DE-FRANCE Alain Griset Gabriel Hollander

Taxi

%RXFKHU

2CUFG%CNCKU Geneviève Sabbe

Jean-Louis Orain

Elisabeth Détry

Électricien

&RXYHUWXUH

0QTF

(VWK«WLFLHQQH

8CNF 1KUG

5QOOG #KUPG

Zéphyrin Legendre

;XGNKPGU

1KUG

3ORPELHU FKDXIIDJLVWH

'UUQPPG

5GKPGGV /CTPG

Luc Potterie 0«WDOOLHUVHUUXULHU

NOUVELLE-AQUITAINE

Ronan Keraudren 0«WDOOLHU

Karine Desroses &RQMRLQWHG̵DUWLVDQ S¤WLVVLHU

06

Laurent Munerot

Jean-Pierre Gros

3URWK«VLVWH dentaire

0«FDQLFLHQ autos

Nathalie Gauthier Paul Chaput

0HQXLVLHUDJHQFHXU

0HQXLVLHU FKDUSHQWLHU

Yann Rivière Peinture et UHY¬WHPHQWV de sols

&GWZ 5È‹XTGU

8KGPPG

%JCTGPVG /CTKVKOG

Patrick Toulmet %TGWUG

%JCTGPVG

Pascal Barillon

*CWVG 8KGPPG

Geneviève Brange

3URWK«VLVWH dentaire

%RXODQJHU S¤WLVVLHU

%QTTÈ‹\G

%RXFKªUH

&QTFQIPG )KTQPFG

Nathalie Laporte

Marcel Demarty

.QVGV )CTQPPG

Peintre

*CWVU FG5GKPG

5GKPG5CKPV &GPKU 2CTKU 8CNFG /CTPG

6HOOLHU JDUQLVVHXU

.CPFGU Didier Gouraud

Philippe Retours

%RXFKHU

2[TÈŒPÈŒGU #VNCPVKSWGU

7DSLVVLHU G«FRUDWHXU

Daniel Goupillat Maçon

Gérard Gomez Taxi

Le Monde des artisans [ janvier/février 2017

Yvon Setze &KDUSHQWLHU

Nicole Richard &RLIIHXVH


L'artisanat c'est nous, UPA Fiers d'être artisans, ADNA Union ou sans étiquette

ÉVÉNEMENT [ LES NOUVEAUX NOUV VISAGES DE L'ARTISANAT

NORMANDIE

Président de région

PAYS DE LA LOIRE Christophe Doré

Jean-Marie Bernard

Michel Gougeon

&RLIIHXU

Taxi

,PSULPHXU

Joël Fourny 0RGHODJH P«FDQLTXH

Philippe Bely

5GKPG/CTKVKOG

/C[GPPG

Taxi

/CPEJG

%CNXCFQU

5CTVJG

'WTG .QKTG#VNCPVKSWG

1TPG

/CKPGGV.QKTG

8GPFȌG Stéphane Marie

Guy Deschoolmeester

Peintre

Jean-Denis Meslin %RXODQJHU S¤WLVVLHU

%RXFKHUFKDUFXWLHU

Dominique Vonthron

Daniel Laidin

&KDXIIDJH &OLPDWLVDWLRQ

%RXODQJHU

07

Gérard Aubry &KDUSHQWLHU

PROVENCE-ALPES-CôTE D'AZUR

Dès leur élection, les nouveaux élus mettront tout en œuvre pour offrir un service de proximité de qualité aux chefs d’entreprise artisanale et assurer leur représentation auprès de tous les acteurs du développement des territoires locaux, régionaux et nationaux.

Chantal Garcin &RLIIHXVH

*CWVGU #NRGU

Thierry Aubert Électricien

8CWENWUG

$QWEJGUFW4JÈ–PG

#NRGUFG *CWVG2TQXGPEG

Laure Vial 3ORPELHU FKDXIIDJLVWH

#NRGU /CTKVKOGU

8CT

Monique Cassar Fleuriste

Roland Rolfo 5«SDUDWLRQ auto

Jean-Pierre Galvez &RLIIHXU

Le Monde des artisans [ janvier/février 2017


L'artisanat c'est nous, UPA Fiers d'être artisans, ADNA Union ou sans étiquette

ÉVÉNEMENT [ LES NOUVEAUX VISAGES DE L'ARTISANAT

OCCITANIE

Président de région

Christine Sahuet

Serge Crabié

Conjoint serrurier

Carreleur

Florence Allanic-Vignal

Roland Delzers Maçoncharpentier

Lot

>

Lozère Aveyron

Tarn-etGaronne

Guy Sorbadère Plombier

>

Gard Tarn

Gers HauteGaronne

Daniel Pugès

T

Bouchère

Henry Brin

Hérault

>

Électricien

Électricien

HautesPyrénées

Aude

Christian Poujol

Ariège

Vincent Aguilera

PyrénéesOrientales

Fabrication et vente de plats cuisinés

Tailleur de pierre, fabricant de cheminées

JeanLouis Hormière

> >

Plâtrier

08

Joseph Calvi

Pierre Vera

Maçon

Mécanicien auto

Robert Bassols Mécanicien

OUTRE-MER

Le réseau des chambres de métiers et de l’artisanat, c’est…

Martinique

93

Henri Léo Salomon Photographe

établissements publics

Guadeloupe

29 délégations départementales Franck Lasserre Transport sanitaire

Guyane

Philippe Alcide dit Clauzel Pressing et laveries automatiques

112 CFA

1 million de personnes reçues

420 000 formalités

Mayotte

225 000 porteurs de projets accueillis

169 000

Réunion

Bernard Picardo Taxi

Le Monde des artisans [ janvier/février 2017

Salime Soumaila Maçon

créations d’entreprises

110 000 contrats d’apprentissage enregistrés

(*)

PU


RISE P E R T N E NS DE I O M E D ARIÉS L A S 0 5

r ie c fi é n é b s e it a F à vos salariés ! s e c n a c a V e u q è du Ch

Tous les avantages du Chèque-Vacances :

> 0€ de charges sociales et fiscales* > Déductible de votre bénéfice imposable* > Pour tous vos salariés et pour vous - CDI, CDD, apprentis... - Dirigeants non-salariéss NOUVEAU

> Un complément de revenus net d’impôts > Un accélérateur de motivation

Motivez et fidélisez vos salariés avec la solution 100% vacances et loisirs

SÉJOURS & TRANSPORTS

HÉBERGEMENT

RESTAURATION

CULTURE & DÉCOUVERTE

LOISIRS & DÉTENTE

Pour en savoir plus et en profiter rapidement, rendez-vous sur www.ancv.com (*) : Dans la limite d’une participation employeur de 440€ par an et par salarié (hors CSG/CRDS et versement transport).

PUB A4 PE Standard mai2016 indd 1

22/11/2016 11:54:47


A

CTUALITÉS [ PANORAMA

LE PRÊT ÉCO ÉNERGIE RENFORCÉ

Nouvelle carte BTP

DĂŠploiement progressif au 1er semestre 2017

#ƒPFŨCEEQORCIPGTCWOKGWZNGU TPE-PME dans leurs projets de transition ÊnergÊtique, le Prêt Éco Énergie (PEE) est

+PKVKCNGOGPVRTČŒXWGUGPFČŒEGODTGNGUPQWXGNNGUECTVGUFŨKFGPVKĆ’ECVKQP professionnelles du BTP devraient ĂŞtre distribuĂŠes entre janvier et mai 2017.

renforcĂŠ. Sans nĂŠcessitĂŠ de garantie et Ă

S

10

taux prĂŠfĂŠrentiel (0,24 % remboursable sur cinq ans, dont un an de diffĂŠrĂŠ), il a RQWTXQECVKQPFGĆ’PCPEGTNGURTQLGVU FŨGHĆ’ECEKVČŒČŒPGTIČŒVKSWGFGUOKETQ entreprises, TPE et PME (de plus de VTQKUCPUGVĆ’PCPEKČ‹TGOGPVUCKPGU FCPU les secteurs de l’industrie et du bâtiment tertiaire. ProlongĂŠ jusqu’au 22 fĂŠvrier iĹĄCARTEBTP.FR

elon les dernières prÊcisions du ministère du Travail, le dÊploiement de la nouvelle ECTVGFŨKFGPVKƒECVKQPRTQHGUsionnelle du BTP s’Êtalera de janvier à mai 2017, d’abord dans le Sud-Ouest, puis dans le Centre-Est, le Sud-Est, le Nord-Ouest et l’Île-de-France. Plus de 2 millions de salariÊs du bâtiment et des travaux publics sont concernÊs. InstituÊe par la loi Macron pour lutter contre le travail illÊgal et la concurrence dÊloyale, la carte BTP sera obligatoire pour toute personne travaillant sur un chantier (intÊrimaires et travailleurs dÊtachÊs compris) et devra être prÊsentÊe aux agents de contrôle. Sa demande devra être effectuÊe en ligne par l’employeur (le service sera disponible après la parution de l’arrêtÊ prÊcisant les modalitÊs de la demande) contre paiement d’une redevance forfaitaire. À noter que les entreprises ne peuvent plus demander l’ancienne carte BTP, dont la dÊlivrance a

2020, son montant d’intervention est doublĂŠ (jusqu’à 100 000 â‚Ź). La liste d’Êquipements ĂŠligibles est ĂŠlargie aux opĂŠrations standardisĂŠes du dispositif FGU%GTVKĆ’ECVUFĹ¨ČŒEQPQOKGFĹ¨ČŒPGTIKG

La nouvelle Carte BTP sera hautement sÊcurisÊe. En scanant son QR code, les agents de contrôle accÊderont directement aux informations relatives à l’entreprise et au salariÊ.

ÊtÊ stoppÊe en septembre. La demande de nouvelle carte BTP devra être faite pour l’ensemble des salariÊs concernÊs, y compris ceux porteurs de l’ancienne carte. La carte BTP sera valable pour toute la durÊe du contrat de travail, pendant cinq ans pour les intÊrimaires, pendant la pÊriode de dÊtachement pour les salariÊs dÊtachÊs.

i

www.cartebtp.fr | Application Carte BTP Photo (gratuite) disponible sur App Store et Google Play

%'' 'PĆ’PNGFČŒRČ–VFGUFGOCPFGUGUV facilitĂŠ par la fourniture d’une simple attestation sur l’honneur de l’achat prĂŠvu des ĂŠquipements. ǨPQVGTSWGNG2TČ?V8GTVSWKĆ’PCPEGFGU investissements des PME et ETI industrielles pour des processus de fabrication industrielle et des ĂŠquipements plus ĂŠconomes, moins polluants ou conduisant Ă des produits ČŒEQGHĆ’EKGPVUGUVCWUUKF[PCOKUČŒ

i

Demande de PEE en ligne sur pee.bpifrance.fr

TORRÉFACTEUR La torrÊfaction, apanage de spÊcialistes qui, chaque jour, proposent des cafÊs de qualitÊ, entre au concours Un des meilleurs ouvriers de France. Avec cette entrÊe, ce sont 219 classes et options dans 17 groupes de mÊtiers (restauration, patrimoine, textile, mÊtaux, mode, musique, etc.) qui vont être reprÊsentÊes au 26e concours Un des meilleurs ouvriers de France, organisÊ par le COET-MOF sous l’Êgide du ministère de l’Éducation nationale. Ouvertes depuis le 24 octobre, les inscriptions à la 26e Êdition se termineront le 30 mars 2017. Ceux ou celles qui souhaitent iťREYMOND

participer sont invitĂŠs Ă remplir le formulaire en ligne.

Le Monde des artisans [ JANVIER/FÉVRIER 2017

i

www.meilleursouvriersdefrance.org


Trois questions à Élisabeth Humbert-Bottin

ÂŤ L’utilitĂŠ de la DSN est avĂŠrĂŠe Âť Au 1er janvier 2017, la DĂŠclaration Sociale Nominative (DSN) sera obligatoire pour toutes les GPVTGRTKUGU%GFKURQUKVKHFGUKORNKĆ’ECVKQPCXQECVKQPČƒTGORNCEGTVQWVGUNGUFČŒENCTCVKQPUUQEKCNGU Directrice gĂŠnĂŠrale du GIP-MDS*, Élisabeth Humbert-Bottin dresse un ĂŠtat des lieux avant la phase de gĂŠnĂŠralisation et dĂŠlivre les derniers conseils. PROPOS RECUEILLIS PAR MARJOLAINE DESMARTIN LMA : COMBIEN D’ENTREPRISES SONT AUJOURD’HUI DANS LE DISPOSITIF DSN ? Élisabeth Humbert-Bottin : Nous avons franchi le cap des 950 000 entreprises. Il nous en manque encore environ 650 000. Bien que le dispositif soit ouvert depuis 2013, les premières DSN ont ĂŠtĂŠ ĂŠtablies en nombre en mai 2015. Les choses se sont ensuite accĂŠlĂŠrĂŠes Ă l’automne, quand les experts-comptables s’y sont mis. Ils ont entraĂŽnĂŠ avec eux pas mal de petites entreprises. Une autre vague importante a eu lieu en janvier 2016 : les entreprises ayant l’obligation d’entrer dans le dispositif en juillet prĂŠfĂŠrant le faire en dĂŠbut d’annĂŠe. Aujourd’hui, environ 500 000 entreprises de moins de dix salariĂŠs utilisent la DSN par le biais de leur expert-comptable, et plus de 100 000 directement.

service entreprise (TESE), proposĂŠ gratuitement par les Urssaf aux entreprises de moins de vingt salariĂŠs situĂŠes en France mĂŠtropolitaine et relevant du rĂŠgime gĂŠnĂŠral. Les entreprises du secteur du BTP, de l’automobile ou des spectacles peuvent utiliser les offres du Guichet professionnel. Les fĂŠdĂŠrations professionnelles de certains mĂŠtiers ont aussi rĂŠfĂŠrencĂŠ des offres de produit de paie adaptĂŠes au contexte des TPE. Certains produits sont dĂŠsormais proposĂŠs avec des coĂťts de l’ordre de 5 Ă 10 â‚Ź RCTOQKURCTUCNCTKČŒ'PĆ’PNGUGPVTGRTKUGU peuvent recourir Ă  un tiers dĂŠclarant. Certaines ont dĂŠjĂ  un expert-comptable pour leur comptabilitĂŠ : il peut peut-ĂŞtre leur proposer un appui sur la paie. Ă€ noter que les structures qui sous-traitent dĂŠjĂ  leur paie auprès d’un tiers dĂŠclarant ont tout intĂŠrĂŞt Ă  XČŒTKĆ’GTSWGNGOCPFCVČŒVCDNKEQPEGTPGDKGP toutes les dĂŠclarations couvertes par la DSN.

COMMENT PEUVENT FAIRE LES TPE/PME QUI NE DISPOSENT PAS D’UN LOGICIEL ?

QUELS SONT LES RETOURS SUR LA DSN ?

Plusieurs solutions s’offrent à elles. Elles peuvent faire appel au service Titre emploi

La DSN implique une normalisation des donnÊes de la paie. C’est sa plus grande

FKHĆ’EWNVČŒGVUCRNWUITCPFGHQTEGČƒNCHQKU Les entreprises qui s’y sont mises ont apRTČŒJGPFČŒNGUČŒXGPVWGNNGUFKHĆ’EWNVČŒUCXCPVFG s’apercevoir qu’en procĂŠdant par ordre, les choses s’Êtaient faites assez simplement. Du 17 au 31 octobre, des ĂŠquipes rĂŠgionales de spĂŠcialistes de la DSN ont rencontrĂŠ les entreprises pour prĂŠparer leur passage Ă la DĂŠclaration Sociale Nominative (Les Rencontres extra de la protection sociale). L’occasion pour celles-ci de se rendre compte qu’aujourd’hui, tous les interlocuteurs parlent le mĂŞme langage. Ils fonctionnent ensemble, dans une logique de cohĂŠrence par rapport Ă  toutes les dĂŠmarches jusque-lĂ  ĂŠclatĂŠes. Je pense que les entreprises ne voient pas GPEQTGNCUKORNKĆ’ECVKQPOCKUOGUWTGPVFČŒLČƒ l’utilitĂŠ de la DSN.

11

* Groupement d’intÊrêt public-Modernisation des dÊclarations sociales

i

Assistance DSN : 0 811 376 376 (du lundi au vendredi de 8 h 30 Ă 18 h, 0,05 â‚Ź/min + prix appel) | Infos et guide de dĂŠmarrage pour les TPEPME : www.dsn-info.fr | Inscription Ă  la DSN : www.net-entreprises.fr

MAINTIEN DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES 6XSSULPHUOȄREOLJDWLRQGHGWHQLUXQHTXDOLȌFDWLRQSURIHVVLRQQHOOHSRXUH[HUFHUGHQRPEUHX[PWLHUVGHOȄDUWLVDQDW"/ȄDUWLFOHGXSURMHW de loi Sapin II *UHVWDLWHQWUDYHUVGHODJRUJHGȄXQJUDQGQRPEUHGHUHSUVHQWDQWVGXVHFWHXUTXL\YR\DLHQWXQPSULVSRXUOHV VDYRLUIDLUHDUWLVDQDX[SRXUOHVDSSUHQWLVHWSRXUOHVFRQVRPPDWHXUV'HSXLVGHORQJVPRLVOHFRPEDWVȄWDLWRUJDQLVSRXUPDLQWHQLU OHVH[LJHQFHVGHTXDOLWGXVHFWHXUHWXQHVDLQHFRQFXUUHQFH$XWUHVGHPDQGHVUFXUUHQWHVTXHOHVWDJHSUDODEOH¢OȄLQVWDOODWLRQ 63,  GHVDUWLVDQVGHPHXUHREOLJDWRLUHHWTXHOHVFRQGLWLRQVIDYRUDEOHVGXUJLPHGHODPLFURHQWUHSULVHQHVRLHQWSDVHQFRUHWHQGXHVDX GWULPHQWGHVHQWUHSULVHVGHGURLWFRPPXQ$GRSWHGȌQLWLYHPHQWOHQRYHPEUHODORLPDLQWLHQWOHVTXDOLȌFDWLRQVSURIHVVLRQQHOOHV HWOH63,HWVXSSULPHODGLVSRVLWLRQSUYR\DQWGHGRXEOHUOHFKLȼUHGȄDȼDLUHVGHVPLFURHQWUHSULVHV'ȄDXWUHVPHVXUHVFRQFHUQDQW OHVPDUFKVSXEOLFVRQWWELHQDFFXHLOOLHVQRWDPPHQWGDQVOHVHFWHXUGXE¤WLPHQW/DFRPEDWLYLWDSD\ * Relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie Êconomique.

Le Monde des artisans [ JANVIER/FÉVRIER 2017


A

CTUALITÉS [ DEUX-SĂˆVRES

Vos reprĂŠsentants Ă la CMA

Une nouvelle Êquipe à votre service L ’AssemblÊe gÊnÊrale constitutive de la Chambre de mÊtiers et de l’artisanat des Deux-Sèvres a Êlu et installÊ le 3 novembre dernier, les vingt-cinq nouveaux membres Êlus de la Chambre de mÊtiers et de l’artisanat des DeuxSèvres et a dÊsignÊ les onze membres du bureau. Les Êlus de cette nouvelle Êquipe souhaitent conduire cette mandature sur trois piliers qui guideront leur action sur les prochaines annÊes.

TROIS QUESTIONS À‌ NATHALIE GAUTHIER, PRÉSIDENTE DE LA CMA 79 12

ÂŤ UNE CHAMBRE DE MÉTIERS DÉDIÉE AUX ARTISANS : PAR LES ARTISANS ET POUR LES ARTISANS Âť „ Qu’aimeriez-vous exprimer après les ĂŠlections et pour cette nouvelle PDQGDWXUHËą"Je remercie l’ensemble des artisans, tous les partenaires qui nous ont HCKVEQPĆ’CPEGVQWUNGUEQNKUVKGTURQWTNGWTUQWVKGPNGWTRGTUČŒXČŒTCPEGNGWTČŒPGTIKG NGWTVTCXCKNČƒRTQRQUGTWPXČŒTKVCDNGRTQLGVGVFGUCEVKQPUEQPETČ‹VGU,GVKGPUGPĆ’P ČƒNGUTGOGTEKGTFGNCEQPĆ’CPEGSWŨKNUOŨQPVVČŒOQKIPČŒGGPOĹ¨ČŒNKUCPVČƒNC2TČŒUKFGPEG de notre compagnie consulaire. Avec les artisans, nous allons nous atteler Ă notre VČ…EJGEGNNGRQWTNCSWGNNGPQWUCXQPUČŒVČŒČŒNWUGVNŨGPLGWGUVFGVCKNNGĹĄĐ? „4XHOOHVVRQWYRVSULRULWÂŤVËą"La première est de reconquĂŠrir les ressortissants de la Chambre de mĂŠtiers et de l’artisanat. Il faut redonner du sens Ă  cet ĂŠtablissement RWDNKE,GUQWJCKVGSWGNC%/#UŨCHĆ’TOGEQOOGWPUGTXKEGFGRTQZKOKVČŒGV d’accompagnement pour tous les artisans pour les aider Ă  s’adapter aux nouvelles technologies. La seconde est d’offrir une vision de l’artisanat dynamique, moderne, appropriĂŠe au regard des diffĂŠrentes mutations sociĂŠtales qui impactent l’entreprise artisanale. Cela passera notamment par des services mieux adaptĂŠs Ă  leurs besoins. „ 4XHOOHVYRQWÂŹWUHYRVSUHPLÂŞUHVDFWLRQVËą"Nous avons par exemple d’ores et dĂŠjĂ  dĂŠsignĂŠ les ĂŠlus rĂŠfĂŠrents pour chaque territoire pour travailler en proximitĂŠ avec les artisans, les collectivitĂŠs et les diffĂŠrents partenaires. Nous avons repris Ă  bras-le-corps le dossier de rĂŠhabilitation du campus de Niort du centre de formation de la Chambre de mĂŠtiers et de l’artisanat, nous nous donnons comme objectif ambitieux un dĂŠmarrage de ces travaux en 2017. VoilĂ , les dossiers sont nombreux et nous nous attacherons de façon gĂŠnĂŠrale Ă  toujours les porter dans l’intĂŠrĂŞt exclusif des entreprises artisanales de notre territoire des Deux-Sèvres.

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017

LE TOP DES ENTREPRISES 2016 : LA RÉUSSITE À L’HONNEUR Les laurÊats du Top des entreprises de La Nouvelle RÊpublique Deux-Sèvres ont ÊtÊ primÊs le 7 dÊcembre dernier, à l’occasion d’une soirÊe spÊciale, rÊunissant 300 acteurs de la sphère Êconomique dÊpartementale à l’auditorium de la Macif, à Niort. Pierre Garandel, chocolatier à Niort, a reçu le  TrophÊe de l’Artisanat  des mains de Nathalie Gauthier, prÊsidente de la CMA 79. Le chocolatier a Êgalement reçu le prix  LaurÊat des laurÊats  après le vote du public remis par Alain Rousset, prÊsident de la Nouvelle-Aquitaine.


DEUX-SÈVRES

La proximité au cœur de votre Chambre de Métiers et de l’Artisanat

Vos élus de proximité et chargés de développement économique

V

os élus sont des artisans référents sur votre territoire.

ÉLU

ÉLU

Pascal GONNORD p.gonnord@cma-niort.fr

Thierry GUERET t.gueret@cma-niort.fr

Les artisans que vous avez élus sont les référents de proximité de la Chambre de métiers et de l’artisanat.

Ils répondent à vos questions. N'hésitez pas à les contacter en consultant la carte.

3

ÉLU

ÉLUE

Pascal BERTHELOT p.berthelot@cma-niort.fr

Véronique DUPUY v.dupuy@cma-niort.fr

c 2

PAYS DE GÂTINE (Parthenay-Gâtine, Airvaudais Val du Thouet, Pays Sud Gâtine, Val d’Égray, Gâtine-Autize) Vincent VALLÉE Chargé de développement économique 05 49 71 26 21 v.vallee@cma-niort.fr

Sur chaque territoire du département des élus de proximité ont été désignés. Ils siègent au sein des différentes instances et commissions dans lesquelles la CMA est représentée et doit donner son avis.

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU THOUARSAIS Emeric PONTOREAU Chargé de développement économique 05 49 71 26 36 e.pontoreau@cma-niort.fr

COMMUNAUTÉ D’AGGLOMERATION DU BOCAGE BRESSUIRAIS Laure RETAILLEAU Chargée de développement économique 05 49 81 26 26 l.retailleau@cma-niort.fr

Les nouveaux élus de la Chambre de métiers et de l’artisanat des Deux-Sèvres, sont à votre service pour toutes questions.

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES HAUT VAL DE SÈVRE Marion HOVART Responsable du service économique Chargée de développement économique 05 49 77 87 82 m.hovart@cma-niort.fr

c 1

13 ÉLU

ÉLU

Paulo AZEVEDO p.azevedo@cma-niort.fr

Guillaume FAITY g.faity@cma-niort.fr PAYS MELLOIS (Celles-sur-Belle, Cœur du Poitou, Val de Boutonne, Mellois) Bénédicte DELBANCUT Chargée de développement économique 05 49 77 22 09 b.delbancut@cma-niort.fr

COMMUNAUTÉ D’AGGLOMERATION DU NIORTAIS Thierry DUBOIS Chargé de développement économique 05 49 77 22 14 t.dubois@cma-niort.fr

TROIS LIEUX D’ACCUEIL

VOS ÉLUS SUPPLÉANTS ❙ COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION DU BOCAGE BRESSUIRAIS

1 | Niort | Siège de CMA 79

Votre élu suppléant : Thierry Guéret, t.gueret@cma-niort.fr

Tél. : 05 49 77 22 00. E-mail : cma79@cma-niort.fr

22 rue des Herbillaux, BP 1089, 79010 Niort cedex 9 2 | Parthenay | Espace Entreprendre en Gâtine

❙ COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU THOUARSAIS

1 rue d’Abrantès, 79200 Parthenay

Votre élu suppléant : Pascal Gonnord, p.gonnord@cma-niort.fr

Tél. : 05 49 71 29 29. E-mail : cma-parthenay@cma-niort.fr

❙ PAYS DE GÂTINE

3 | Bressuire | Espace Entreprendre en Bocage 211 Boulevard de Poitiers, 79300 Bressuire

Vos élus suppléants : Alice Belegou, a.belegou@cma-niort.fr, Nathalie Gauthier, n.gauthier@cma-niort.fr

Tél. : 05 49 81 26 26. E-mail : cma-bressuire@cma-niort.fr

❙ COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION DU NIORTAIS Vos élus suppléants : Daniel Bœuf, d.boeuf@cma-niort.fr, Lionel Geneix l.geneix@cma-niort.fr ❙ COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU MELLOIS ET HAUT-VAL-DE-SÈVRE Votre élu suppléant : Cyril Pelletier, c.pelletier@cma-niort.fr

i

LES DIRECTEURS DE CENTRE DE FORMATION  Campus des Métiers de Niort | Florence Tavard-Favrelière | Directrice du Centre de Formation | 21 rue des Herbillaux | 79000 Niort | Tél. 05 49 33 07 60 | amcampusniort@cma-niort.fr  Campus des Métiers de Parthenay | Pascal Robert | Directeur du Campus des Métiers | 2 rue d’Abrantès | 79200 Parthenay | Tél. 05 49 71 29 29 | amcampusparthenay@cma-niort.fr

Le Monde des artisans ❘ janvier/février 2017


I

NITIATIVES [ RETOUR SUR‌

MORCEAUX CHOISIS Alice Bourriot, CrÊ’Alice couture,

Salon Made In France 2016

Quand authenticitĂŠ rime avec opportunitĂŠs Amoureux des produits bien de chez nous, professionnels avides de nouveautĂŠs et curieux FČŒUKTGWZFŨCWVJGPVKEKVČŒĹ˛+NUČŒVCKGPVĹĄČƒUGRTGUUGTCW5CNQP/CFG+P(TCPEG /+( Čƒ2CTKU FWCWPQXGODTGFGTPKGT7PGEJCPEGRQWTNGUCTVKUCPUGZRQUCPVUFGHCKTGTGEQPPCČ‘VTG leur savoir-faire et de nouer des contacts intĂŠressants, surtout lorsqu’ils sont soutenus par NGWTEJCODTGFGOČŒVKGTUĹĄĐ‘4GPEQPVTGUCWE‘WTFWRNWUHTCPČŠCKUFGUČŒXČŒPGOGPVU

iĹĄPHOTOS : SAMIRA HAMICHE

Laurent Federspiel, chargĂŠ de communication de la CMA 57

FORCE DU COLLECTIF POUR VISIBILITÉ ACCRUE En plein cĹ“ur du Salon MIF, bien visible de l’allĂŠe centrale, le stand ÂŤ Produit Moselle Passion Âť ÂŤWDLWLPPDQTXDEOH8QHDXEDLQHSRXUOHVVL[DUWLVDQV TXLH[SRVDLHQWVRXVFHWWHEDQQLÂŞUH ÂŤ Pour nos artisans, c’est l’occasion unique d’être sur un stand d’une taille non nĂŠgligeable (60 m 2) HWGHEÂŤQÂŤČœFLHUGĆľXQHYLVLELOLWÂŤHWGĆľXQHFRPPXQLFDWLRQTXĆľLOVQĆľDXUDLHQWSDVSXDYRLUHQH[SRVDQW individuellement, d’autant que nous avons fait pas mal de publicitĂŠ en amont de l’ÊvĂŠnement dans la presse rĂŠgionale et sur les rĂŠseaux sociaux. C’est aussi une vraie chance pour eux de se faire connaĂŽtre Ă Paris de professionnels qui ne viennent pas forcĂŠment jusqu’en Province et donc une occasion de nouer d’importants contacts commerciaux, avec des comitĂŠs d’entreprise par exemple. Âť

14

couturière Ă Baumeles-Dames (25), exposante ÂŤ Je veux voir l’accueil qui est rĂŠservĂŠ Ă  mes gilets-cravate et peut-ĂŞtre trouver un distributeur. Mes produits sont assez originaux, je veux donc les sortir de mon atelier et me confronter Ă  l’avis d’une clientèle potentielle plus large. Âť Alain Furet, Le Furet-Tanrade, FRQ̧WXULHU3DULV   exposant ÂŤ J’ai essayĂŠ de trouver une astuce pour attirer et amuser les visiteurs : crĂŠer spĂŠcialement toute une gamme de FRQͧWXUHVDXWRXUGHO̸DFWXDOLWÂŤSROLWLTXH comme la ÂŤ JuppĂŠ Âť qui est une gelĂŠe de bordeaux. Je vends des petits pots Ă  3,50 â‚Ź. C’est très attractif et ça permet d’en choisir plusieurs ! Âť

StĂŠphane Vennet, agent de dĂŠveloppement ĂŠconomique de la CMA de Franche-ComtĂŠ, et Charles Piquard, vice-prĂŠsident du Doubs Central

MISE EN COMMUN GAGNANTE Après avoir exposÊ sÊparÊment, Doubs central, une communautÊ de communes franc-comtoise, et la CRMA de Bourgogne-Franche-ComtÊ, ont trouvÊ pertinent GHPHWWUHHQFRPPXQOHXUVPR\HQVORJLVWLTXHVHWȨQDQFLHUV$XEQȨFHGHOHXUV ambassadeurs locaux‌  Il y a cinq ans, nous avions un stand de 35 m 2 pour quatre entreprises. Aujourd’hui, nous en sommes à 20 exposants pour 180 m2DQQRQFHȌªUHPHQW&KDUOHV3LTXDUGLes artisans ont souvent la tête dans le guidon et participer à un Salon de cette envergure reprÊsente beaucoup de temps et d’argent pour eux, c’est donc le rôle des collectivitÊs locales de les soutenir et c’est important de crÊer des partenariats, ici mais aussi sur le terrain, avec les chambres de mÊtiers.  Et StÊphane Vennet de renchÊrir :  Ce Salon fonctionne très bien et permet des partenariats entre entreprises locales, exposants mais aussi de nouer des liens commerciaux avec des prescripteurs. Nous voyons d’ailleurs encore plus grand pour l’annÊe prochaine avec l’intÊgration d’artisans bourguignons, rÊgionalisation oblige ! 

Laure et Coralie, professionnelles du cadeau promotionnel, Lille (59), visiteuses  Nous sommes là pour Êveiller notre curiositÊ et trouver des partenaires commerciaux. En matière de cadeau promotionnel, il y a une demande Êmergente pour les produits Made In France que nous essayons de contenter en venant sur ce type d’ÊvÊnement.  Richard, commerçant, Montpellier (34), visiteur  Je viens ici pour repÊrer des artisans que je pourrais distribuer dans ma boutique et je recherche aussi de nouvelles idÊes. Étant moi-même sensible aux produits locaux, on peut dire qu’en venant ici, j’allie boulot et plaisir ! 

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


I

NITIATIVES

Concours Talents BGE de la crÊation d’entreprise

Ses Krips ont fait craquer le jury .CĆ’PCNGFWEQPEQWTU6CNGPVU$)'FGNCETČŒCVKQPFŨGPVTGRTKUGUŨGUVVGPWGNGPQXGODTGČƒ 2CTKU.G$TGVQP/CZKOG6CPIW[HCDTKECPVFG-TKRUGUVNGNCWTČŒCVFGNCECVČŒIQTKG#TVKUCPCV

L

es Krips se sont taillÊ la part du lion dans le concours Talents BGE de la crÊation d’entreprise. Ces mix entre crêpes et chips ont valu à leur crÊateur, Maxime Tanguy, le prix Artisanat. Ce chef d’entreprise breton de 26 ans (PlonÊis, Finistère) dÊcline deux recettes, ÊlaborÊes à base de sarrasin : la Krips beurre et sel de

GuÊrande et la Krips sÊsame et huile d’olive. Elles peuvent se dÊguster natures ou tartinÊes.  L’idÊe Êtait d’adapter les crêpes aux modes de consommation actuelles : snacking, apÊro dÎnatoire , raconte Maxime. Face à l’engouement des gourmands – disponibles dans diffÊrents points de vente, les Krips sont très apprÊciÊes –, l’artisan entend Êlargir sa gamme. Mais toujours selon sa philosophie : sÊlectionner des produits locaux pour favoriser la crÊation d’un micro-système Êconomique dans la rÊgion et des matières premières issues de l’agriculture biologique.

LU

MA

ME

JE

VE

Semaine nationale de l’artisanat

À vos agendas Du 10 au 17 mars 2017, participez à la Semaine nationale de l’artisanat ! OrganisÊ conjointement par le rÊseau des chambres de mÊtiers et de l’artisanat et l’U2P (ex-UPA), cet ÊvÊnement regroupe toutes les initiatives locales de promotion de l’artisanat. Dans toute la France, des centaines de manifestations seront proposÊes au public : portes ouvertes, visites d’entreprises, dÊmonstrations, dÊbats, etc. L’occasion de rappeler que l’artisanat correspond en tout point aux attentes de la majoritÊ des consommateurs-citoyens : qualitÊ, proximitÊ, traçabilitÊ, authenticitÊ‌ et qu’il reprÊsente aussi un formidable vivier de formations, de

BientĂ´t trois salariĂŠs

parcours professionnels brillants et

Comme la demande dĂŠpasse l’offre, Maxime s’est entourĂŠ de deux – bientĂ´t trois – salariĂŠs. Le jeune homme, qui a EQOOGPEČŒ FCPU UC EWKUKPG GV QHĆ’EKG aujourd’hui dans un atelier ĂŠquipĂŠ, se dit ÂŤ très honorĂŠ Âť du prix qui lui a ĂŠtĂŠ dĂŠcernĂŠ. ÂŤ Cela me conforte dans mes choix. Âť Si son trophĂŠe peut lui servir de tremplin pour sĂŠduire plus de clients et crĂŠer encore de l’emploi, Maxime ne dĂŠrogera pas Ă sa ligne de conduite : toujours travailler Ă  la main.

d’opportunitÊs de reconversion.

i

www.krips.fr

/CZKOG6CPIW[TGXKUKVGNCETČ?RGCWUCTTC\KPRQWTU CFCRVGT CWZIQČ›VUFGUEQPUQOOCVGWTUGVNGUENKGPVUGPTGFGOCPFGPVĐ‘

SA

iťLYSENKO.A / Š IUN

DI

EWIND

MARS

15

'PĆ’NTQWIGNGUEJCODTGUFG mĂŠtiers et de l’artisanat et les UPA territoriales renouvellent l’opĂŠration ÂŤ Artisan d’un jour Âť. Celle-ci plonge une personnalitĂŠ au cĹ“ur FŨWPGCEVKXKVČŒCTVKUCPCNGCĆ’P d’en dĂŠcouvrir l’environnement. 9RXVDXVVLSUŖWH]GHFHWHPSV IRUWPÂŞGLDWLTXHSRXUIDLUHYDORLUOHV DWRXWVHWOHVYDOHXUVGHO˸DUWLVDQDW TXLYRXVVRQWFKŠUHVDXSUŠV GXSOXVJUDQGQRPEUH

i

www.semaine-nationale-artisanat.fr

iťDAVID DELAPORTE – TALENTS BGE 2016

Artisans d’art, crÊateurs, artistes, designers, vous qui explorez de nouvelles recherches esthÊtiques, maÎtrisez une très haute technicitÊ, promouvez un savoir-faire d’excellence : dÊposez votre candidature pour le Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main 2017. Deux catÊgories font l’objet d’un appel à candidatures public : Talents d’exception et Dialogues. Vous avez jusqu’au 6 avril 2017. i

www.fondationbs.org

iĹĄFONDATION BETTENCOURT SCHUELLER

PRIX LILIANE BETTENCOURT : APPEL À CANDIDATURES

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 201 7


E

N IMAGES

STARS & MÉTIERS 2016 Ils tracent leur route et impriment leur marque, soucieux de la qualité de leurs produits comme du bien-être de leurs salariés. Ancrés dans les territoires et ouverts sur le monde, ils contribuent à donner de l’artisanat l’image d’un secteur audacieux et performant. Ce sont les huit lauréats du prix national Stars & Métiers, qui fête cette année ses dix ans.

DYNAMIQUE &200(5&,$/(

išPHOTOS : F. MARÉCHAL – STARS & MÉTIERS

STRATÉGIE GLOBALE 'Ȅ,1129$7,21

Ci-dessus, Julien Fizet, Atelier Création JF (Doubs). Créateur de sanitaires innovants, plus économiques et plus design, leader en Europe sur le marché des WC lave-mains.

16

À droite, Nicolas Marchal, UGV Concept (Charente-Maritime). Ce spécialiste de l’industrialisation de pièces CȌTQPCWVKSWGU RTQƒNȌUGPCNWOKPKWO  invente l’offre globale en rapprochant deux activités : méthode et usinage.

Ci-dessus, Pierre Prévost, Parqueterie Prévost (Haute-Vienne). Créateur de parquets haut de gamme et responsables, il équipe les grands établissements publics et fournit les stars. À droite, Sébastien Bouillet, Chocolateriepâtisserie Bouillet (Rhône). Cet explorateur de saveurs, fou de chocolat et d’innovation, KPXKVGȃNCIQWTOCPFKUGLWUSWŨCW,CRQPБ

MANAGEMENT'(6 5(66285&(6+80$,1(6

Philippe Million, Everest Isolation (Vaucluse). L’intelligence collective est au E‘WTFWHQPEVKQPPGOGPVFGEGVVG entreprise de bâtiment engagée dans la révolution verte.

i

Jean-François Guégan et Véronique Doullé, Ets Guégan (Seine-Saint-Denis). Le bonheur est dans l’atelier de cette entreprise de menuiserie-agencement familiale high tech, où chaque salarié occupe une place de choix.

INNOVATION 7(&+12/2*,48(

Éric Pierson, Acreos (Moselle). Ou comment un projet local se mue en aventure planétaire pour prévenir les accidents sur chantiers et former les conducteurs d’engin du futur.

Laurent Tournier, HEOL Composites (Morbihan). Quand un ingénieur amoureux de la Bretagne invente un procédé industriel révolutionnaire et se spécialise dans la petite série pour équiper les plus grands voiliers.

Retrouvez les lauréats sur www.starsetmetiers.fr et votez pour votre favori jusqu'au 11 décembre. Le Prix coup de cœur du public sera révélé le 13 décembre lors de la soirée de remise des prix, salle Gaveau à Paris.

Le Monde des artisans [ janvier/février 2017


S

OLUTIONS

Investir en Scop

SociÊtÊs commerciales coopÊratives basÊes sur un fonctionnement participatif, les Scop gagnent aujourd’hui en notoriÊtÊ. Leur modèle s’adapte à tous les secteurs d’activitÊ, y compris aux mÊtiers de l’artisanat. Exemple dans le Vaucluse. MÉLANIE KOCHERT

iĹĄDR

L’Art Chocolatier, ou l’art d’entreprendre en Scop StÊphane Roux (gÊrant, chocolatier), entourÊ (de gauche à droite) de Florence Demurger (employÊe commerciale), Mathilde Jamet (ouvrière chocolatière) et GÊraldine Roux (responsable commerciale).

Entreprise en partage En Scop, le dirigeant est Êlu par les salariÊs associÊs majoritaires de l’entreprise. Si StÊphane Roux a portÊ le projet

S

alariĂŠs = associĂŠs. Tel est le fondement, le mur

( J’en suis un peu le chef d’orchestre , estime-t-il), la Scop

porteur des Scop, ces sociĂŠtĂŠs coopĂŠratives et par-

scinde la propriÊtÊ de l’entreprise entre ses quatre asso-

ticipatives, dont les premiers sursauts remontent

ciĂŠs-salariĂŠs, dĂŠtenteurs de la majoritĂŠ du capital, et trois

aux associations ouvrières – et clandestines –

partenaires externes. ÂŤ Certes, en Scop, la sociĂŠtĂŠ que vous

du XIXe siècle. Si le dÊveloppement des coopÊratives de

crÊez n’est pas "la vôtre". Mais les avantages sont autrement

production a connu des ĂŠvolutions en dents de scie tout

plus nombreux. Des salariÊs qui s’investissent, se montrent

e

au long du XX siècle, son ascension fut exponentielle

prÊsents, savent que leur participation sera valorisÊe grâce

depuis la ďŹ n des annĂŠes quatre-vingt-dix. En 2015,

Ă un partage ĂŠquitable des proďŹ ts, c’est gagnant pour

la France comptait 2 855 Scop – dont 319 nou-

17

tout le monde.  De même, le système induit, par

velles entitÊs – et y reconnaissait le statut de

obligation lÊgale, la rÊinjection d’une partie

salariĂŠ-entrepreneur (loi ESS 2014).

des bĂŠnĂŠďŹ ces en investissements. ÂŤ On tourne donc en permanence avec du bon matĂŠriel Âť,

Au dĂŠpart, le refus des banques

prÊcise l’artisan. Insistant sur le projet collectif, crÊer une

 En 2007, j’ai crÊÊ un projet d’entreprise avec

Scop permet de concilier vie d’entreprise et

l’APCE. Mais les banques m’ont toutes fermÊ la

valeurs, par exemple dans des projets liĂŠs au

porte au nez. Investir dans le chocolat ? Non, pas assez de recul sur cette activitÊ, pas assez convaincant‌ , se remÊmore un peu amer StÊphane Roux, au-

dÊveloppement durable comme c’est le cas avec R iťD

L’Art Chocolatier.  Nous avons eu la possibilitÊ de

crĂŠer une ďŹ liale au Costa Rica en 2014 pour subvenir, en

jourd’hui à la tête de la Scop L’Art Chocolatier à Pertuis (84).

partie, à nos besoins en cacao. D’ici trois à quatre ans, nous

ÂŤ Mon projet de sociĂŠtĂŠ coopĂŠrative s’est dĂŠďŹ ni en rĂŠponse

produirons notre propre chocolat.  Grâce à cette dÊmarche

à ces refus. Mon père, menuisier, avait passÊ vingt ans en

Êquitable et Êcoresponsable, l’entreprise a ÊtÊ labellisÊe

Scop, son modèle m’a inspirÊ. Je suis allÊ voir l’organisme

ÂŤ DĂŠveloppement durable en LubĂŠron Âť cet ĂŠtĂŠ. De quoi

dÊdiÊ, qui s’est tout de suite emballÊ pour mon idÊe. Grâce

lui donner des ailes pour continuer Ă rĂŠgaler les papilles

Ă un investissement de dĂŠpart, une gestion stricte et une

de ses dÊlices chocolatiers, ronds et forts de caractère.

prise de risque partagĂŠe, une banque a ďŹ nalement acceptĂŠ de m’accompagner. Âť

FOCUS SUR L’IMPOSITION DES SCOP

i

www.art-chocolatier.fr

i

www.les-scop.coop

5QWOKUGCWZOČ?OGUKORČ–VUSWGVQWVGUQEKČŒVČŒFGFTQKVEQOOWPWPG5EQRRGWVVQWVGHQKUTČŒFWKTGNGOQPVCPVFWDČŒPČŒĆ’EGKORQUCDNG au titre de l’impĂ´t sur les sociĂŠtĂŠs en dĂŠduisant de la base imposable les sommes affectĂŠes au titre de la rĂŠserve lĂŠgale et de son fonds FGFČŒXGNQRRGOGPV RQWTNGTČŒKPXGUVKUUGOGPV 'NNGGUVRCTCKNNGWTUGZQPČŒTČŒGFGNC%QPVTKDWVKQPČŒEQPQOKSWGVGTTKVQTKCNGUKCWOQKPUÇĄ du capital appartiennent aux associĂŠs salariĂŠs.

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


S

OLUTIONS

Devenir point relais

6HGLYHUVLȴHUSRXUG\QDPLVHU VRQFRPPHUFH Point relais depuis 2009, la boutique de Chantal Relandeau a gagnÊ en frÊquentation et en chiffre d’affaires. Au-delà de prestations de qualitÊ, la couturière poitevine diversifie son activitÊ pour continuer à exister. ISABELLE FLAYEUX

ÂŤ

S

i je m’Êtais cantonnĂŠe Ă la retouche de couture sur vĂŞtements, j’aurais sans doute fermĂŠ boutique. Âť Enthousiaste et passionnĂŠe, Chantal Relandeau a commencĂŠ Ă  se diversiďŹ er

huit ans après l’ouverture de son enseigne Rapid’Couture à Poitiers (86). Cette artisane aux doigts d’or s’est lancÊe en 2006 dans la fabrication de bijoux fantaisie, une activitÊ qui a rapidement dynamisÊ son commerce. PrÊsentÊes initialement en vitrine, ses crÊations, complÊtÊes par des accessoires, occupent dÊsormais la moitiÊ de la surface iť2*1615&4

de son magasin. Les produits de sa marque dĂŠposĂŠe sont ĂŠgalement disponibles sur un site de vente en ligne.

18

Des passages quotidiens supplÊmentaires ApprochÊe par le rÊseau Relais Colis en 2009, Chantal Relandeau a ÊtÊ sÊduite par le concept de commerçant partenaire.

m‚PRLGȇWUH accueillante et souriante SRXUWUDQVIRUPHU un client potentiel en client habituel. 

ÂŤ J’y ai vu l’opportunitĂŠ d’orir un service complĂŠmentaire pour ďŹ dĂŠliser ma clientèle et faire entrer de nouveaux clients, d’autant plus que je ne suis pas dans une rue piĂŠtonne. Âť Depuis, la couturière constate bien des avantages, notamment en termes de traďŹ c. ÂŤ La livraison et le retour de colis engendrent une vingtaine de passages par jour. Les personnes franchissent la porte et, Ă force de venir, s’intĂŠressent Ă  mon activitĂŠ et dĂŠ-

Chaque matin, elle attribue des numÊros aux colis qu’elle

couvrent mes prestations. À moi d’être accueillante et souriante

reçoit et les stocke à proximitÊ de son poste de travail.

pour transformer un client potentiel en client habituel. Âť

ÂŤ ĂŠtre point relais prend du temps au moment de la rĂŠception et du dĂŠpart du colis et me dĂŠrange dans mon travail.

Un service rĂŠmunĂŠrĂŠ

Cependant, et mĂŞme si la rĂŠmunĂŠration est peu ĂŠlevĂŠe, je

Le service point relais est rĂŠmunĂŠrĂŠ de quelques centimes

m’estime gagnante dans le sens oÚ de nouvelles personnes

voire quelques euros pour les colis plus encombrants.

franchissent la porte et m’achètent des produits. 

Par confort et par manque de place, Chantal Relandeau a demandÊ à ne pas livrer d’objets lourds et volumineux.

i

www.rapid-couture.com/boutique-chantaldevanne-poitiers-592.html | www.mardichic.com

LA MARCHE Ă€ SUIVRE 2QWTFGXGPKTRQKPVTGNCKUCFTGUUG\XQVTGECPFKFCVWTGČƒNŨWPGFGURTKPEKRCNGURNCVGHQTOGUSWKRTQRQUGPVEGUGTXKEGGP(TCPEGÇĄ Mondial RelayVQVCNKUGÇĄ2QKPVUÇĄ4GNCKUÂŽ, KialaGUVWPTČŒUGCWFGÇĄÇĄTGNCKUGVÇĄRQKPVU%NKEM%QNNGEVRelais Colis regroupe ÇĄÇĄEQOOGTČŠCPVURCTVGPCKTGU0ŨQWDNKG\RCUFGprĂŠvoir un espace de stockageUWHĆ’UCPVGVFGNKDČŒTGTdu temps ou du personnel pour gĂŠrer ce service complĂŠmentaire.

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


SOLUTIONS

Utiliser les rĂŠseaux sociaux comme vitrine

1RPDGHHWFRQQHFWÂŤH

P

iĹĄ2*1615%.Çą/'06+0'.#$4155'

Depuis deux ans, elle arpente les rues de Bordeaux (33) sur son scooter pour se rendre chez ses clientes. En crĂŠant Scoothair, AurĂŠlie Martinez a modernisĂŠ la coiffure Ă domicile. Et les rĂŠseaux sociaux lui ont permis de former une vĂŠritable communautĂŠ. GAĂ‹LLE KRĂ„HENBĂœHL our prendre rendez-vous avec Scoothair, il y a deux mois d’attente... Pas de doute, le concept crĂŠĂŠ par AurĂŠlie Martinez connaĂŽt un succès fou. Cette coieuse bordelaise de 27 ans a crĂŠĂŠ

son entreprise en 2014. Et sa trouvaille dÊpoussière un peu le monde de la coiure à domicile.  Après avoir travaillÊ quelques annÊes en salon, j’ai eu envie de me lancer en solo. Et l’idÊe m’est venue de faire de la coiure à domicile de façon originale : en me dÊplaçant uniquement en scooter !  C’est innovant et, pour que ça marche, les rÊseaux

m&ȇHVWVXUOHZHETXHPHVFOLHQWHV PHWURXYHQWFKDQJHQWHWSDUOHQW entre elles.  AurÊlie Martinez

sociaux ont, dès le dÊpart, jouÊ un rôle essentiel.  C’est mon unique vitrine, explique la jeune femme. C’est donc

rÊseau sur l’agglomÊration bordelaise par le biais de mon

très important d’y être active. J’ai une page Facebook, des

blog mode. Grâce à cela, j’ai eu mes premières clientes,

comptes Instagram, Twitter, en plus de mon site internet.

qui ont ensuite partagĂŠ Ă leurs contacts, et ainsi de suite. Âť

C’est sur le web que mes clientes me trouvent, Êchangent et

Aujourd’hui, son support favori, c’est Instagram.  Mes

parlent entre elles. Âť Et cela fonctionne. En peu de temps,

clientes y sont très connectÊes. Instagram, c’est de la photo,

une vraie communautÊ s’est crÊÊe autour de Scoothair.

et la coiure c’est très visuel. C’est donc le support idÊal

ÂŤ Et puis, les ďŹ lles ont commencĂŠ Ă poster des photos après

pour faire parler de Scoothair. Âť Pour dĂŠvelopper encore

mon passage, pour montrer le rÊsultat. Ça a ÊtÊ viral et c’est

plus l’idÊe de communautÊ, elle organise aussi des soi-

devenu une tradition. Aujourd’hui, je partage systÊmati-

rÊes ÊvÊnements,  un peu dans l’esprit des rencontres

quement ces photos sur ma page Facebook. Âť

entre blogueuses. C’est l’occasion pour mes clientes de

19

se dĂŠcouvrir. Les ďŹ lles viennent avec leurs copines. C’est

Bouche-Ă -oreille numĂŠrique

une ambiance très conviviale !  Sans compter que cela

Pour AurĂŠlie Martinez, le bouche-Ă -

plus son rĂŠseau.

oreille numÊrique a ÊtÊ dÊterminant.  Il faut dire que j’avais dÊjà un petit

permet à la jeune coieuse d’Êtendre encore un peu

i

www.scoothair.fr | Facebook / Instagram : VFRRWKDLURÉ?FLHO| Blog : www.madeinaurelie.com

LA COIFFURE NOMADE, C’EST TENDANCE Le secteur de la coiffure reprĂŠsente le 2eÇĄUGEVGWTFGNŨCTVKUCPCVCXGEÇĄČŒVCDNKUUGOGPVUCWÇĄFČŒEGODTG&G UCNQPUCRTQITGUUČŒFCPUNGOČ?OGVGORUFGRTČ‹UFGÇĄ .CVGPFCPEGFGNCEQKHHWTGPQOCFGUŨCPETGFQPEUQNKFG van, cyclopousse, triporteur ou scooter‌ les moyens de locomotion pour aller Ă la rencontre des clients font aussi leur

ARTI0 EZ

OGPVFCPUNGRC[UCIGGPTČŒRQPUGPQVCOOGPVCWZPQWXGCWZOQFGUFGXKGFGUEQPUQOOCVGWTUVTČ‹UEQPPGEVČŒU6TWEM

RÉLIE M ŠťAU

ČƒNCEQKHHWTGJQTUUCNQPGUVRCUUČŒGFGÇĄČƒÇĄČŒVCDNKUUGOGPVU UQKV ÇĄÇĄCNQTUSWGNGPQODTGFG

OWG

NGWTQTKIKPCNKVČŒHCKUCPVNGECUČŒEJČŒCPVUQWXGPVQHĆ’EGFŨCTIWOGPVFGXGPVGRQWTUGFČŒOCTSWGTFGNCEQPEWTTGPEG Sources : *UNEC ; ** L’Éclaireur.

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


T

RANSMETTRE

Laurent Bisson, boulanger-pâtissier

m0RQFRPEDWF HVWOHOHXU} Boulanger-pâtissier-chocolatier passionnÊ, Laurent Bisson a reçu le prix du maÎtre d'apprentissage 2016 (organisÊ par l'APCMA et la MNRA) dans la catÊgorie  Engagement du maÎtre d'apprentissage . Pour cet artisan de Chevanes (89), la rÊcompense va bien au-delà de sa personne : elle reprÊsente l’engagement de toute une corporation. PROPOS RECUEILLIS PAR MÉLANIE KOCHERT

LMA : Vous avez formÊ plus de trente apprentis en une dÊcennie. Qu’est-ce qui a motivÊ cet investissement ?

porteurs dans l’attrait des jeunes vers les

quand cela est nĂŠcessaire ! Mon combat

mÊtiers de la boulangerie-pâtisserie. De

de chaque jour, c’est le leur. Pour qu’ils

fait, je reçois de plus en plus de sollicita-

trouvent la voie qui leur convienne et se

tions de jeunes aux parcours scolaires et

mettent Ă voler de leurs propres ailes.

supÊrieurs très divers, qui souhaitent se

Cela me passionne tout autant que mon

Laurent Bisson : Je suis moi-mĂŞme un en-

tourner vers la profession. Pour la rentrĂŠe

mÊtier d’artisan. La preuve, j’exerce Êgale-

fant de l’apprentissage. À 14 ans, un maÎtre

2016, nous avons dĂť refuser 60 candida-

ment en parallèle comme formateur dans

artisan m’a rÊellement donnÊ ma chance

tures... Je tourne avec quatre apprentis,

un CFA d’Auxerre, comme  ambassadeur

alors que je dĂŠcrochais par ailleurs : cette

et trois personnes en formation adulte,

de l’apprentissage  pour le dÊpartement

rencontre fut dĂŠterminante pour ma vie.

le maximum pour mon entreprise.

de l’Yonne, et membre d’une commission nationale de travail

Tout naturellement, j’ai souhaitÊ partager

20

à mon tour, quand le temps fut venu, un peu de ce que j’avais reçu.

LMA : Votre mÊtier est très engageant, demande un rÊel investissement et parfois des sacrifices‌ Il connaÎt pourtant un retour en grâce. Le constatez-vous ?

LMA : Comment abordez-vous votre travail de maĂŽtre d’apprentissage ? ment au quotidien, pour chacun de mes jeunes, presque comme un second père. Nous partageons repas, conďŹ dences, entraide‌ Je les soutiens au jour le jour, sans

ont eu une inuence rÊcente et ont ÊtÊ

oublier de les recadrer

Mes nuits et mes semaines sont courtes, mais j’adore ça !

+1 %6

&7

1 24

+2# 05

www.boulangerie-patisserie-llb.fr | www.maitreapprentissage-artisanat.fr

'-

Le phĂŠnomène est rĂŠcent mais, pour Laurent Bisson, H[WUÂŹPHPHQWVLJQLČŚFDWLIÂŤ Depuis quelque temps, l’Éducation QDWLRQDOHFRPPHQFHHQČœQ¢IDLUHXQSDVGDQVQRWUH GLUHFWLRQ}(W¢IDLUHGÂŤFRXYULUGHIDŠRQSRVLWLYHWRXWHV OHVYRLHVGČ„RULHQWDWLRQm/ĆľLQVWLWXWLRQVHPHW¢UHFRQQD°WUH OĆľDUWLVDQDWHWOĆľDSSUHQWLVVDJHFRPPHXQSDUFRXUV¢ YDORULVHUDXPÂŹPHWLWUHTXHWRXWDXWUHHWSDVXQLTXHPHQW FRPPHXQFKRL[SDUGÂŤIDXW-HOHFRQVWDWHGÂŤVRUPDLV OHVSRUWHVGHVFROOÂŞJHVQRXVVRQWRXYHUWHVQRXVVRPPHV LQYLWÂŤV¢\IDLUHGÂŤFRXYULUQRVDFWLYLWÂŤVHWSURSRVHUGHV VWDJHVGHGÂŤFRXYHUWHV4XHOOHEHOOHDYDQFÂŤHĹź}

Laurent Bisson rend aujourd’hui ce qu’il a reçu adolescent :  À 14 ans, un maÎtre artisan m’a rÊellement donnÊ ma chance alors que je dÊcrochais : cette rencontre fut dÊterminante .

4 iĹĄ#

SA PLUS GRANDE SATISFACTION

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017

Myriam El Khomri.

L.B. : Avec un grand investisse-

L.B. : Il faut reconnaĂŽtre que les mĂŠdias

i

auprès de la ministre


TRANSMETTRE

GARAGE AUTO ÉVOLUTION

Une reprise sur les chapeaux de roue m8QHDFWLYLWÂŤ reprise, ce sont des HPSORLVPDLQWHQXV Č‚YRLUHFUÂŤÂŤVČ‚ un service de SUR[LPLWÂŤFRQVHUYÂŤ et un savoir-faire WUDQVPLV}

DEPUIS FÉVRIER, ALEXANDRE CHAILLOUX A REPRIS LE GARAGE-STATION-SERVICE AUTO ÉVOLUTION À RIEUCROS (09). UNE DECISION MÛREMENT RÉFLÉCHIE, QUI PORTE AUJOURD’HUI – LARGEMENT – SES FRUITS. MARJOLAINE DESMARTIN

S

i son statut de technicien automobile à Saint-Jean-du-Falga (09) plaisait à Alexandre Chailloux, l’artisan souhaitait cependant

ĂŠvoluer. ÂŤ J'en ai parlĂŠ Ă mon employeur,

qui m’a proposÊ de reprendre un garage-station-service du groupe, situÊ à Rieucros. C’est

Carine Buffard, chargÊe de dÊveloppement Êconomique à la CMA de l’Ariège

un site sur lequel j’Êtais dÊjà intervenu, et plus proche de mon domicile.  Enthousiaste mais rÊsolu à ne pas griller les Êtapes, Alexandre Chailloux est d’abord mutÊ à Rieucros pour

21

iĹĄDR

se familiariser avec la clientèle. Il en est rapidement convaincu : le site prÊsente un potentiel non nÊgligeable.  Rieucros

plus accueillants. Je me suis inscrit sur les

recense 530 factures. Son entreprise a

est ĂŠloignĂŠ de toutes les grandes villes, donc

rÊseaux sociaux. J’ai mis en place des faci-

gÊnÊrÊ un chire d’aaires de 123 000 ₏.

la zone de chalandise est importante. Sans

litĂŠs de paiement, Ă savoir des paiements

Soit 23 000 â‚Ź de plus que l’objectif ďŹ xĂŠ

compter que c’est un axe passant. Il y a de

ÊchelonnÊs pour la clientèle. J’ai donnÊ un

pour une annĂŠe ! ÂŤ Je suis ravi mais je ne

quoi fĂŠdĂŠrer du monde. Âť

coup de jeune à la façade. 

compte pas mes heures. Si ça continue comme ça, j’envisagerai rapidement une

La reprise est eective dÊbut fÊvrier. Pour

embauche. Âť

bousculer les habitudes des clients, l’artisan

LE CHIFFRE D’AFFAIRES ANNUEL ATTEINT EN SIX MOIS

repense l’entreprise et sa communication.

Et le rÊsultat est là . En juillet, à l’heure de

souvent imaginĂŠ patron. Sans pour au-

 J’ai changÊ un peu les locaux pour les rendre

son premier bilan, Alexandre Chailloux

tant se targuer de tout savoir.  C’est ma

marquer le changement, sans toutefois trop

La rÊussite est belle pour celui qui s’est

première entreprise. Je ne connaissais ni les tenants ni les aboutissants. Quoi faire,

REPRISE ET DYNAMISME ÉCONOMIQUE

comment le faire ? La CMA m’a orientÊ et

/DWUDQVPLVVLRQGȄHQWUHSULVHVDUWLVDQDOHVHVWXQHQMHXSRXUOȄ$ULªJH3RXUHQFRXUDJHU ODUHSULVHODFKDPEUHGHPWLHUVSURSRVHXQDFFRPSDJQHPHQWSHUVRQQDOLVHWXQH YDOXDWLRQGHVIRQGV¢FGHUm-HFRQVHLOOHDXIXWXUUHSUHQHXUGHYHQLUDYHFOHVELODQV GXFGDQWGYHORSSH&DULQH%XȼDUGFKDUJHGHGYHORSSHPHQWFRQRPLTXH¢OD&0$GH OȄ$ULªJH,OIDXWIDLUHDWWHQWLRQ¢FHTXHOH&$QHVRLWSDVOLDXFGDQWRXTXHOHPDWULHO QHVRLWSDVREVROªWH6LOHSURMHWHVWYLDEOHQRXVDLGRQVOHIXWXUUHSUHQHXU¢WDEOLUXQ SUYLVLRQQHOGƾDFWLYLWVROOLFLWRQVDYHFOXLWRXWHVOHVDLGHVSRVVLEOHVHWOƾDFFRPSDJQRQV GHYDQWOHVFRPLWVWHOVTXƾ,QLWLDWLYH$ULªJH}$YHFOȄDLGHGXFRQVHLOUJLRQDOHWGHVDXWUHV FKDPEUHVGHODUJLRQOD&0$GHOȄ$ULªJHDPLVHQSODFHXQGLVSRVLWLIGHSURPRWLRQ HWGHVRXWLHQ¢ODWUDQVPLVVLRQUHSULVH(QWUHSUHQGUHHQ0LGL3\UQHV

entourÊ d’un avocat spÊcialisÊ dans les

i

www.entreprendre.midipyrenees.fr

beaucoup accompagnĂŠ. Je me suis aussi sociĂŠtĂŠs pour entreprendre les dĂŠmarches appropriĂŠes et d’un courtier pour le ďŹ nancement. Âť L’artisan a par ailleurs bĂŠnĂŠďŹ ciĂŠ d’une aide ďŹ nancière Ă la reprise et d’un prĂŞt Initiative Ariège. ÂŤ Mon projet a ĂŠtĂŠ mĂťrement rÊÊchi. J’y ai passĂŠ du temps. Âť Preuve est que chi va piano, va sano et va lontano.

i

www.facebook.com/ GarageAutoEvolution09

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


I

NNOVER

Visite d’entreprise

La visite d’entreprise a séduit 13 millions de personnes en 2015. Un phénomène tel que la demande surpasse l’offre ! L’avis d’une experte en la matière et le cas de la Chocolaterie de Puyricard (13) qui organise des visites passionnelles, mûrement pensées et savamment mises en scène, lui permettant d’accroître chiffre d’affaires et notoriété. JULIE CLESSIENNE

Le témoignage Souci de transparence

Solène, Marie-Anne et Tanguy Roelandts, trois générations mordues de chocolat.

Avec 19 boutiques, dont 3 à Paris, et une

Embauche, aménagement et communication

centaine de salariés (le double à Pâques

Puis l’atelier déménage, s’agrandit, les vi-

et à Noël), la Chocolaterie de Puyricard,

sites à plus grande échelle s’organisent.

installée dans le village éponyme, doit

« Nous avons alors embauché une per-

son succès et sa longévité (cinquante ans

sonne à temps plein pour gérer les six vi-

l’année prochaine) à son respect sans faille

sites hebdomadaires. L’idée, c’est de n’avoir

avec en moyenne 50 curieux accueillis par

du travail manuel et du produit final.

aucune vitre ou barrière entre les visiteurs

semaine, la Chocolaterie de Puyricard a

Il y a une quinzaine d’années, Tanguy

et nos maîtres chocolatiers, ce qui permet

lancé une vraie stratégie de communi-

Roelandts, le fils des créateurs et PDG,

beaucoup d’interactivité. Nous avons aussi

cation pour faire connaître ses visites :

décide d’ouvrir l’atelier de fabrication au

aménagé une salle de séminaire, où nous

référencement auprès des offices de tou-

public. « Il y a là un vrai souci de trans-

projetons un film sur l’origine du cacao et

risme, de sites spécialisés à destination

parence. C’est aussi une façon de justifier

proposons une dégustation. » Fin de visite.

des voyagistes, adhésion au réseau Visite

notre positionnement haut de gamme : les

Ici, le passage à la boutique n’est pas obli-

Passion, au Pass My Provence, à la Route

gens comprennent ainsi mieux le prix de

gatoire mais reste très tentant. « Les gens

des Arts et des Gourmandises (initiée par la

nos produits qui reflètent la qualité des

sont curieux de voir le produit fini et ont

CRMA PACA). Autre tendance : les ateliers

matières premières et notre savoir-faire.

d’ailleurs tendance à acheter ceux qu’ils ont

en groupe. À 90 € la session, ils s’adressent

Beaucoup d’industriels jouent la carte de

vu naître sous leurs yeux. » Une manière

à un tout autre public mais permettent à

l’authenticité alors que les artisans sortent

de s’approprier la marque et aussi de dé-

la chocolaterie de poursuivre sa croisade

du lot en travaillant tout à la main : il faut le

couvrir le reste de la gamme ! « Le panier

en faveur de la plus pure tradition artisa-

montrer ! », affirme Laurène Roussel, char-

moyen est d’environ 30 € par personne »,

nale et de la transmission de sa passion.

gée de communication à la Chocolaterie

explique Laurène Roussel.

de Puyricard.

À hauteur de 10 € le « droit d’entrée » et

Le Monde des artisans [ janvier/février 2017

iš2*&1+)010

22 22

išCHOCOLATERIE DE PUYRICARD

Et voilà le travail !

i

www.puyricard.fr


INNOVER [ ET VOILĂ€ LE TRAVAIL !

L'enquĂŞte

iĹĄCHOCOLATERIE DE PUYRICARD

iĹĄCLAIRE JACHYMIAK

Si aucune rÊglementation n’interdit aux entreprises d’accueillir du public, organiser des visites demande un minimum de prÊparation et, surtout, quelques investissements, plus humains que financiers. CÊcile Pierre, dÊlÊguÊe gÊnÊrale de l’Association de la visite d’entreprise (AVE) vous ouvre la voie‌

La visite d’entreprise, pour peu qu’elle soit bien

marque, les visiteurs n’hÊsiteront pas à franchir

prÊparÊe, ore plusieurs intÊrêts comme nous

Ă nouveau les portes de votre boutique (surtout

l’explique CÊcile Pierre, dÊlÊguÊe gÊnÊrale de

s’il s’agit de locaux) ou à faire leurs achats sur

l’Association pour la visite d’entreprise (AVE).

votre site Internet (s’ils Êtaient de passage dans

Tout d’abord, c’est un moyen de communication

votre rĂŠgion au moment de la visite). ÂŤ Tous les

très eďŹƒcace. ÂŤ C’est une occasion en or de s’adresser

visiteurs doivent devenir des ambassadeurs de

directement aux consommateurs, sans ďŹ ltre ou

votre entreprise. Une bonne visite, on peut s’en

intermÊdiaire. L’entreprise est dans une posture de

souvenir pendant vingt ans ! Vingt ans pendant

transparence maximale, l’idÊe Êtant de convaincre,

lesquels ce public vous sera ďŹ dèle et se souviendra

de montrer son savoir-faire et de prouver la qualitĂŠ

de vous ! Âť, aďŹƒrme CĂŠcile Pierre.

 Le produit "visite d’entreprise" doit se vendre FRPPHQȇLPSRUWH quel autre produit, ODSKDVHGHPLVH HQPDUFKHVWGRQF WUªVLPSRUWDQWH Pensez à diffuser OȇLQIRUPDWLRQVXU votre site et à vous faire connaÎtre DXSUªVGHVRɚFHV GHWRXULVPHGHYRWUH territoire.  CÊcile Pierre, dÊlÊguÊe gÊnÊrale de l’Association pour la visite d’entreprise

23

de son produit et sa singularitĂŠ. Âť Pour les artisans, ouvrir son atelier de production est aussi

Montrer la voie aux jeunes

très eďŹƒcace pour justiďŹ er le prix de son produit

SĂŠduire les jeunes et les orienter vers des mĂŠtiers

(parfois plus ÊlevÊ que l’Êquivalent industriel).

manuels est aussi l’autre enjeu fort et symbolique

La qualitĂŠ, le savoir-faire, des engagements forts,

de la visite d’entreprise. Une visite scolaire, c’est

cela se paye forcĂŠment et le public en prend

une occasion de montrer aux plus jeunes son

alors mieux conscience !

savoir-faire, ses engagements, leur expliquer les cursus de formation et les

Des achats et des souvenirs

dÊbouchÊs. Une solution à l’heure oÚ les problèmes de motivation et

Autre bĂŠnĂŠďŹ ce non nĂŠgli-

d’orientation sont lÊgion.

geable : les ventes gĂŠnĂŠrĂŠes.

Autre bĂŠnĂŠďŹ ce transversal : la va-

L’AVE estime que 90 % des

lorisation de ses salariĂŠs. Quelle

visiteurs achètent directe-

plus belle preuve de conďŹ ance et

ment en boutique en ďŹ n

de reconnaissance vis-Ă -vis de son

de visite (avec une marge

Êquipe que d’ouvrir son atelier au

maximum puisque l’on se

public, au moment mĂŞme oĂš ils

passe alors des intermĂŠ-

sont à l’œuvre ? De les laisser en

diaires). Il faudra bien

toute libertĂŠ parler de leur

sĂťr veiller Ă proposer

mĂŠtier, distiller leur tour

une gamme large

de main aux visiteurs cu-

de produits, pour

rieux ? IndĂŠniablement

toutes les bourses.

un vrai plus pour la

Et puisqu’une bonne

cohÊsion d’Êquipe

visite crĂŠe souvenirs

et donc pour votre

et attachement Ă la

entreprise.

L’AVE48Š6$&2" L’Association pour la visite d’entreprise (AVE) CČŒVČŒHQPFČŒGGP Ă l’initiative de l’Adeve (Agence d’ingĂŠnierie spĂŠcialisĂŠe sur la visite d’entreprise et le tourisme industriel), sous l’impulsion des pouvoirs publics et de rĂŠseaux d’entreprises. Elle a pour objet la valorisation et la communication de la visite d’entreprise. Elle compte environ CFJČŒTGPVU$GUQKP d’un conseil, d’un audit, GPXKGFŨCFJČŒTGT Ă  l’association ? %QPVCEVG\NGUĐ?

i www.entrepriseetdecouverte.fr

VE iĹĄA

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


INNOVER [ ET VOILĂ€ LE TRAVAIL !

iĹĄLE HIR DE FALLOIS

Les chiffres

ÂŤ Les entreprises ont longtemps prĂŠfĂŠrĂŠ vivre cachĂŠes. Aujourd’hui, elles comprennent l’importance de la transparence et du contact direct avec le consommateur-citoyen pour ĂŠtablir des relations de conďŹ ance sur le long terme. Âť CĂŠcile Pierre, dĂŠlĂŠguĂŠe gĂŠnĂŠrale de l’Association pour la visite d’entreprise

Les 5 points clĂŠs pour vous lancer

Ils s’impliquent ! Les cinq secteurs d’activitÊ les plus impliquÊs dans la visite

1. RĂŠflĂŠchir Ă votre projet

d’entreprise sont :

Quelle histoire vais-je raconter, pourquoi mes produits sont

ŃŠ"MJNFOUBJSF WJOT TQJSJUVFVY 

diÊrents, quel public je vise ?

ъ.ŠUJFSTFUBSUJTBOBU 

ъ&OWJSPOOFNFOUFUŠOFSHJF 

2. Organiser la visite

ъ.PEFFUDPTNŠUJRVF 

SĂŠcuritĂŠ, hygiène, accessibilitĂŠ, conďŹ dentialitÊ‌ Plusieurs

ŃŠ*OEVTUSJFTUFDIOPMPHJRVFT 

questions doivent se poser avant d’ouvrir ses portes et surtout

24

ses ateliers au public !

3. Fixer un prix La gratuitÊ a un sens si l’on vise sur une très forte frÊquentation et des ventes nombreuses. Sinon, 7 ₏ est un tarif très acceptable, surtout si la visite se solde par une dÊgustation ou un petit cadeau !

4. Fixer des limites On estime qu’une heure est la durÊe idÊale d’une bonne visite. RÊÊchissez aussi aux jours et horaires d’ouverture pour ne pas freiner la production.

5. Sachez vous vendre Une visite, c’est l’occasion de dÊcouvrir les hommes derrière les produits et c’est aussi vous qui intÊressez le public ! Racontez-vous‌

813(8DE LECTURE Le Guide de la visite d’entreprise du Routard 0QWXGCWVČŒĐ?4ČŒCNKUČŒGPRCTVGPCTKCVCXGE l’AVE, ce guide recense 450 entreprises sur RNWUKGWTUETKVČ‹TGUHQTVGPQVQTKČŒVČŒXCNQTKUCVKQPFW RCVTKOQKPGČŒEQPQOKSWGHTCPČŠCKUQHHTGEWNVWTGNNG RGTOGVVCPVFGEQORTGPFTGNŨGPVTGRTKUG JKUVQKTG UCXQKTHCKTGXCNGWTUŲ XKUKVGUCEEGUUKDNGUČƒVQWU et dans les meilleures conditions d’accueil. 10 â‚Ź en librairie, 8 â‚Ź en version ePub, ĂŠditions Hachette.

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017

13 millions

C’est le nombre de visiteurs accueillis dans les 2500 entreprises ouvertes à titre individuel en 2015.

18 %

C’est la part d’entreprises artisanales qui ont ouvert leurs ateliers au public cette annÊe.

50

Près de la moitiÊ des entreprises visitÊes ont plus de 50 ans. Chiffres fournis par l’AVE et collectÊs lors de la constitution de leur base de donnÊes.

La visite d’entreprises, ouvrir ses portes au public pour mieux valoriser son entreprise Ce guide s’adresse aux entreprises et Ă ceux qui les accompagnent dans cette QWXGTVWTGCĆ’PFŨGPQRVKOKUGTNGUTGVQODČŒGU ČŒEQPQOKSWGU%QPČŠWEQOOGWPGDQČ‘VGČƒ outils, il rĂŠpond aux questions qui peuvent UGRQUGTČƒEJCSWGČŒVCRGFGNŨQWXGTVWTG FGNŨGPVTGRTKUGCWRWDNKEFČŒĆ’PKVKQPFW RTQLGVGVFGNCUVTCVČŒIKGUČŒEWTKVČŒJ[IKČ‹PG accessibilitĂŠ, amĂŠnagement, animation‌ 25 â‚Ź, ĂŠditions Atout France.


R

ÉUSSITE

MELODUENDE GUITARS

/HXUVJXLWDUHVFȇHVWOȇDOX Les guitaristes en rêvaient, ils l’ont fait. Des instruments en aluminium, maniables, esthÊtiques‌ au son d’une rare puretÊ ! BasÊs en Côte-d’Or, JÊrÊmy Sachoux et Bertrand Dufour façonnent des guitares artisanales uniques et haut de gamme, qui leur valent un succès international.

iĹĄ2*1615/'.1$1;5

SAMIRA HAMICHE

Pour CÊdric, JÊrÊmy et Bertrand, alias Les Meloboys, une seule philosophie :  Les guitares peuvent avoir une âme .

Un succès sans frontière

passion, cultivÊe dès l’adolescence. Les

Instruments sur mesure

pari farfelu ? Que nenni ! Si MeloDuende

premières guitares sont nÊes dans l’atelier

Ă€ contre-courant des industriels, Melo-

n’est pas là oÚ on l’attend, les clients, eux,

du père de JÊrÊmy et Bertrand.  Il tenait

Duende ne fabrique pas de guitares en sĂŠrie

se bousculent au portillon. ÂŤ Au dĂŠpart,

une entreprise de mĂŠcanique gĂŠnĂŠrale de

mais des modèles custom, personnalisables.

on nous a dit : "Vous ĂŞtes fous de monter

prĂŠcision, donc le matĂŠriel ĂŠtait Ă portĂŠe

ÂŤ Chaque instrument a une histoire et un

votre atelier ici, sans connaÎtre d’artistes,

de main. On a commencĂŠ Ă fabriquer des

nom Âť, et il doit ĂŞtre fonctionnel : ÂŤ Nous fa-

ça ne va pas marcher." L’expÊrience a

guitares en inox et en aluminium, pour le

briquons des guitares pour des musiciens, pas

dÊmontrÊ l’inverse ! Pour sÊduire, Melo-

plaisir , se souvient JÊrÊmy.  On s’est ins-

pour des galeries d’art. Ce n’est pas une dÊ-

Duende mise sur le bouche-Ă -oreille et

pirÊs de la toute première guitare Êlectrique,

monstration de design . Pour chaque modèle,

la qualitĂŠ. ÂŤ Il a fallu frapper Ă la porte de

la "PoĂŞle Ă frire" [Frying Pan, Rickenbac-

CÊdric Dufour, le troisième  Meloboy ,  crÊe

producteurs, d’artistes, montrer nos gui-

ker & Beauchamp, 1932], en aluminium

un dessin informatisĂŠ qui rĂŠunit les spĂŠciďŹ citĂŠs

tares sur les rÊseaux sociaux‌ Mais on s’est

massif.  En 2010, après des carrières en

techniques Âť. Les clients sont ensuite associĂŠs

surtout dit : "Les guitares doivent parler

ĂŠbĂŠnisterie pour Bertrand et commerce

à l’Êlaboration de leur instrument tout au

pour nous". Âť RĂŠsultat : MeloDuende a

pour JĂŠrĂŠmy, les demi-frères reviennent Ă

long de sa fabrication. Cette collaboration

conquis de grands noms, comme Indo-

leurs premières amours. Dans leur atelier

crĂŠe des liens de conďŹ ance et d’amitiĂŠ. Les

chine, Gojira, ZZ Top ou encore... Johnny

de Semur-en-Auxois, ils façonnent de A

musiciens, eux, se prennent d’aection pour

Hallyday ! ÂŤ Une marque de conďŹ ance Âť et

Ă Z des guitares et basses en aluminium

une guitare forgĂŠe Ă leur image.

la garantie d’une belle visibilitÊ à l’inter-

La passion comme moteur L’histoire de MeloDuende, c’est celle d’une

6061, un alliage amagnĂŠtique assurant un son prĂŠcis et sans parasite !

i

www.meloduende.fr

S’installer au cœur de la Bourgogne, un

25

national.  Sans oublier qu’avec Internet, le monde est tout petit... 

LES CONSEILS DE JÉRÉMY • Aimez l’aventure :  Quand on monte une entreprise, mieux vaut avoir des remords que des regrets. Le pire des risques, c’est de ne pas en prendre !  • Écoutez les clients :  Les musiciens ne veulent pas un objet design, ils veulent d’abord que ça sonne.  • Faites bouger l’Êchiquier du marchÊ :  Ne craignez pas de vous dÊmarquer, plutôt que d’être piÊgÊ en ne faisant que des copies. 

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


S

TRATÉGIE

&

0

'#

,

15 16 ĹĄ2*

i

Alliance Construction 26

/DE¤WLVVHXVH¢LGHV iť(4#0%-)#..'0

En 15 ans, Sophie Baron a transformÊ son entreprise de construction de maisons individuelles en groupe spÊcialiste de l’habitat. Un parcours exceptionnel portÊ par une soif de rÊussite et d’innovation.

Elle a su „ Oser entreprendre „ S’entourer de collaborateurs GVFGUQWUVTCKVCPVU en adÊquation avec ses valeurs „ Placer l’humain au cœur de son activitÊ

ISABELLE FLAYEUX

M

a stratĂŠgie est de tra-

 J’ai dÊmissionnÊ et vendu mon appar-

vailler, d’Êvoluer, de

tement pour monter Alliance Construc-

dĂŠvelopper mon en-

tion avec 15 000 ₏.  C’Êtait en 2001, elle

treprise autour de

avait 30 ans et une indĂŠfectible envie de

l’habitat. Constamment à l’aÝt, je sou-

rÊussir. Aujourd’hui à la tête d’une entre-

haite allier performance et altruisme. Âť

prise de 75 personnes rĂŠparties au sein

Battante, perfectionniste et visionnaire,

de 14 agences sur quatre dĂŠpartements

Sophie Baron impressionne par la passion

(44, 85, 49 et 79), Sophie Baron mène une

qui l’anime autant que par sa capacitÊ

stratĂŠgie de dĂŠveloppement Ă long terme.

ÂŤ

d’innovation. Après des Êtudes en comp-

„ &RQ̧UPHU sa vision PQXCVTKEGFGNŨJCDKVCV et de la construction

tabilitĂŠ gestion, la jeune femme dĂŠbute

Un esprit novateur...

sa carrière au CrÊdit Immobilier en tant

Rapidement, Sophie Baron aďŹƒrme sa

que conseiller dans la renĂŠgociation des

vision novatrice de l’habitat et de la

„ Être à l’avant-garde de l’Êcoconstruction

prĂŞts puis conseiller en prĂŞt immobilier.

construction axĂŠe sur trois valeurs : res-

PortÊe par son envie d’indÊpendance

pect, rigueur et rÊussite. Quand on l’inter-

et sa volontÊ d’entreprendre, elle crÊe

roge sur le secret de son dĂŠveloppement,

son entreprise après un an d’expÊrience

elle conďŹ e son ambition de mettre le client

dans la vente de maisons individuelles.

au cœur de son activitÊ et de rÊpondre

„ Conceptualiser l’habitat en tant que lieu de vie et UQWTEGFGDKGPČ?VTG

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017

Çą0

/

4'

'4 2+

#4


avec exigence Ă la demande. ÂŤ Alliance Construction conseille ses clients de A Ă  Z, imagine, conçoit et construit des maisons personnalisĂŠes de qualitĂŠ. Âť Consciente des enjeux environnementaux et des dĂŠďŹ s sociĂŠtaux que doit relever son activitĂŠ, elle positionne son entreprise Ă  l’avant-garde de l’Êcoconstruction. ÂŤ Il faut prendre soin de notre planète. Grâce Ă  mon mĂŠtier, je pense iĹĄ(4#0%-)#..'0

avoir un rĂ´le Ă jouer Ă  ce niveau-lĂ . Âť Au ďŹ l des ans, ses maisons ont gagnĂŠ en isolation, les modes de chauage ont ĂŠtĂŠ minimisĂŠs. Une attention toute particulière est portĂŠe #NNKCPEG%QPUVTWEVKQPUŨGUVXWGEQPĆ’GTNCTČŒCNKUCVKQP d’une maison pilote Ă  ĂŠnergie positive destinĂŠe Ă  sensibiliser les particuliers Ă  l’Êcoconstruction.

au choix des matÊriaux, des fournisseurs et des sous-traitants.  L’essentiel est la satisfaction client. La stratÊgie de qualitÊ et d’organisation que je dÊveloppe depuis

sur une nouvelle communication et mis

quinze ans va dans ce sens. Âť

en lumière Alliance Group, le spÊcialiste de l’habitat. DotÊ d’une identitÊ visuelle

... et prÊcurseur Alliance Construction compte parmi les premiers constructeurs de maisons individuelles  Bâtiment basse consommation  dans les Pays de la Loire. L’entreprise s’est vu confier la rÊalisation d’une maison pilote à Ênergie positive destinÊe à sensibiliser les particuliers à l’Êcoconstruction. Et parce qu’être avant-gardiste va souvent de pair avec l’anticipation, Alliance Construction n’attend pas la mise

simple et percutante, le groupe aďŹƒrme

 L’essentiel est la satisfaction client. La stratÊgie de qualitÊ et d’organisation que je dÊveloppe depuis quinze ans va dans ce sens. 

en vigueur des rĂŠglementations pour appliquer les nouvelles normes ĂŠnergĂŠ-

rĂŞves. Quatre logos identiďŹ ent Alliance AmĂŠnageur foncier – amĂŠnagement du territoire, des quartiers et des fonciers –, Alliance Promoteur – promotion immobi-

27

lière –, Alliance RĂŠnovation – extension, rĂŠhabilitation et rĂŠnovation – et la marque phare Alliance Construction. Des ďŹ lms vecteurs des valeurs, des savoir-faire et de l’expertise ont ĂŠtĂŠ confectionnĂŠs pour l’occasion. ÂŤ L’architecture, l’Êcoresponsa-

i

bilitÊ, le bien-être et l’innovation sont les

tiques. Sophie Baron, pour qui l’habitat est avant tout un lieu de vie source de

son positionnement d’ exHauceur  de

ďŹ ls rouges de cette image de marque, ils www.allianceconstruction.fr

interagissent de façon transversale. 

bien-être, a fait d’Alliance Construction le premier constructeur Feng Shui de la rÊgion. L’Êtude gÊobiologique du terrain, complÊtÊe par les principes de cet art chinois, donnent naissance à des maisons aux conditions de vie optimales et

&+,))5(6CLÉS

stimulantes. Jamais à court d’idÊes, Sophie Baron a inventÊ le concept Plug&Live. Une vision d’avenir de l’habitat inspirÊe

300

des ĂŠvolutions sociĂŠtales, du patrimoine

maisons construites par an

architectural et de la recherche constante

30 Mâ‚Ź

de bien-être à travers un habitat sain et respectueux de l’environnement.

L’âme communicante  J’ai une nouvelle stratÊgie de marque, je veux dÊvelopper quatre mÊtiers.  DÊbut novembre, Sophie Baron a levÊ le voile

de CA

36%

de croissance (ventes supplĂŠmentaires) GPPQXGODTGÇĄRCTTCRRQTV ČƒPQXGODTGÇĄ

14

agences sur quatre dĂŠpartements

75

collaborateurs

37 ans

moyenne d’âge de l’Êquipe

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


D

OSSIER

JOUER COLLECTIF DANS L’ARTISANAT

6ȇXQLUSRXUU«XVVLU

VOUS ÊTES PLUS D’UN MILLION DE TPE ARTISANALES RÉPARTIES SUR TOUT LE TERRITOIRE… TOUT EN ÉTANT INDÉPENDANTS, VOUS REPRÉSENTEZ UNE MASSE, UNE FORCE. SANS RIEN PERDRE DE VOTRE LIBERTÉ, VOUS POUVEZ OBTENIR DES MARCHÉS AUXQUELS VOUS N’AURIEZ PAS CRU, RÉPONDRE AUX NOUVELLES ATTENTES DES CONSOMMATEURS, ACHETER MOINS CHER, RAYONNER, VOUS DYNAMISER, TENIR TÊTE À UNE CONCURRENCE FAROUCHE... COMMENT ? EN UNISSANT VOS FORCES ! UNE STRATÉGIE QUI PEUT PRENDRE DES FORMES TRÈS VARIÉES, DE LA COOPÉRATIVE ARTISANALE AU GROUPEMENT D’EMPLOYEURS, EN PASSANT PAR UNE MARQUE DE TERRITOIRE, UN RÉSEAU OU UNE ASSOCIATION LOCALE… RENCONTRE AVEC DES ARTISANS SOLIDES… CAR SOLIDAIRES !

Le Doux se crée est un concept de beauté global unissant deux savoir-faire : la coiffure et l’esthétique (Wimereux, Nord Pas-de-Calais). Si la partie esthétique fut d’abord assurée dans les locaux du salon par une entreprise à part entière, aujourd’hui les deux « parties » ont fusionné et les deux gérantes (Anaïs Obert à droite, Karine Carton à gauche) ont embauché une esthéticienne (lire page 31).

1. Les coopératives, au service de leurs adhérents ■ Pour acheter moins cher La Capail regroupe 400 garagistes dans le grand Ouest et réalise 10 millions d’euros de chiffre d’affaires (CA). « Au lieu d’acheter aux concessions, la coopéraiš2*1615&4

28

išDR

SOPHIE DE COURTIVRON

Denis Bosq, Garage de Fontaine-Guérin, Maine-et-Loire, président de la Capail

Le Monde des artisans [ janvier/février 2017

tive achète directement à l’usine, ce qui fait un intermédiaire en moins. On gagne 5 à 10 % sur le prix des pièces », explique Denis Bosq (Garage de Fontaine-Guérin, Maine-et-Loire, un salarié), président de la Capail, qui se fournit à 95 % à la


DOSSIER [ JOUER COLLECTIF DANS L’ARTISANAT

coopérative. « Cela peut aider les petits garages

■ Pour construire clé en main

qui sont dans la panade. Petit ou grand adhérent,

31 artisans de Loire-Atlantique, répartis sur cinq

les prix sont les mêmes pour tous ! C’est aussi une

pôles de construction, concilient à travers la

force par rapport à la concurrence d’Internet :

coopérative Arboréal le statut de constructeur

nous essayons d’être aussi bons. » La coopérative

de maisons à ossature bois et la préservation de

autofinance ses 80 salariés « et les bénéfices sont

leur entreprise.

redistribués aux adhérents, ou réinvestis (stocks,

Christian Hervy, qui a une SARL de menuiserie-char-

bâtiments…), selon la décision du conseil d’admi-

pente, s’est associé en décembre 2008 avec des

nistration. » À l’entrée, l’artisan paye 450 euros de parts sociales et capitalise tous les mois 1,5 % de son chiffre d’achat à la coopérative sur un

collègues, ex-cotraitants de chantiers, pour créer Christian Hervy, coopérative Arboréal, Loire-Atlantique

une coopérative de construction : « L’adhésion à la FFACB* nous a permis d’avoir un garant (et donc

compte ; il récupérera le tout en partant. « Notre

les assurances adéquates) et de pouvoir proposer un

objectif ? Nous agrandir pour que tout le monde

contrat de construction de maison individuelle. »

puisse profiter de nos avantages, pourquoi pas

Le client n’a qu’un interlocuteur et un contrat clé

la France entière… »

en main. « Nous avons une secrétaire qui centralise

i

tout et quatre bureaux d’études adhérents (pour les

www.capail.fr

plans, etc.) ; nous maîtrisons nos prix », énumère

qu’elle représente en facilitant la vie de ses clients.

/HVFRRS«UDWLYHV artisanales, c’est 59 000 entreprises et 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires.

« Notre coopérative avait d’abord un but social »,

(Source : FFCGA 2015)

■ Pour (se) vendre mieux Créée en mars 2012, la coopérative Taco 39 anticipe l’avenir des 27 artisans jurassiens (50 taxis)

l’artisan. Grâce à Arboréal, l’entreprise Hervy s’est développée : « Quand j’ai démarré j’avais cinq à six salariés et aujourd’hui dix-neuf ; Arboréal représente 30 à 40 % de notre CA ». Chaque mois, des réunions sont organisées : « Nous parlons des chantiers en cours, du fonctionnement de la coopérative et… de nos entreprises ». *Fédération française des artisans coopérateurs du bâtiment

pose Jean-Michel Charnu, cogérant de Taco 39. « Le système informatique que nous avons dé-

i

veloppé en 2013 nous permet de nous répartir

29

www.sarlhervy.fr | www.arboreal44.com

les clients le week-end et en semaine. Si nous ne pouvons faire une course, les autres taxis la prennent via notre application. » La réparti-

■ Pour produire

tion des taxis sur tout le territoire est un atout

Il y a six ans, la coopérative a été pour les pro-

considérable. Si la coopérative travaille déjà

thésistes dentaires de Franche-Comté le moyen

avec la SNCF, elle intéresse aussi notamment

d’acquérir de nouvelles technologies coûteuses.

le Comité départemental du tourisme du Jura

« Une machine de frittage laser représentait un bud-

pour le transport de touristes et de bagages.

get de 180 000 euros, sans compter la maintenance

« Nous sommes très présents dans les transports sanitaires de malades ; les pouvoirs publics

Jean-Michel Charnu, cogérant de Taco 39, Jura

(un emploi), des locaux... », évoque Arnaud Manet (laboratoire AMP, six personnes, à Lure), prothésiste

veulent maîtriser leurs dépenses en montant

dentaire et cogérant de la CPLD* (sept laboratoires).

des plateformes. Nous pouvons rivaliser avec

« La machine est stratégiquement située chez un

les grands groupes car nous sommes déjà orga-

des adhérents (Beaune Laboratoire) et nous par-

nisés. » Précurseur, Taco 39 a fait des émules

tageons avec lui un salarié. » Cet investissement

dans d’autres départements.

mutualisé a permis aux prothésistes d’accroître

i

leur rentabilité en gagnant une à deux étapes de

www.taco39.fr

fabrication : « Construite en 3D à 16 heures de l’après-midi, la pièce est envoyée via un fichier STL, fabriquée la nuit et arrive le lendemain », résume

La coopérative, en bref

•5QPHQPEVKQPPGOGPVGUVFȌOQETCVKSWG WPJQOOGWPGXQKZ •'NNGCRRCTVKGPVȃUGUCFJȌTGPVU • Elle offre le même service à tous. • Les artisans gardent leur individualité.

Arnaud. « Ce modèle a été copié par des industriels qui sont venus perturber notre marché », constate le prothésiste. « Sept régions nous ont suivis et nous Arnaud Manet, prothésiste dentaire, Haute-Saône, cogérant de la Coopérative de production des laboratoires dentaires

sommes donc plus puissants. Nous voudrions faire un CPLD France. » *Coopérative de production des laboratoires dentaires

Le Monde des artisans [ janvier/février 2017


DOSSIER [ JOUER COLLECTIF DANS L’ARTISANAT

2. Le groupement d’employeurs (GE), pour embaucher

3 QUESTIONS À‌

EN CHIFFRES

GEORGES DARTHEVEL, artisan et prÊsident du GE Par’Temps

Qu’est-ce qu’un groupement d’employeurs ? &Č„HVWXQHDVVRFLDWLRQTXLHPEDXFKHGHVVDODULÂŤV PDMRULWDLUHPHQWHQ&',SRXUOHVPHWWUH¢ GLVSRVLWLRQGHVHVDGKÂŤUHQWV/H*(IRQFWLRQQH VXUOHSULQFLSHGXWHPSVSDUWDJÂŤVLXQDUWLVDQD EHVRLQGČ„XQVDODULÂŤXQMRXUSDUVHPDLQHSRXUIDLUH GHOČ„DGPLQLVWUDWLIOH*(OČ„HPEDXFKHHWFHVDODULÂŤ WUDYDLOOHUDGDQVSOXVLHXUVHQWUHSULVHVMXVTXȄ¢ DYRLUXQFRQWUDWGHKHXUHV1RWUH*(DÂŤWÂŤ FUÂŤÂŤSDUODFKDPEUHGHPÂŤWLHUVHWGHOČ„DUWLVDQDW GHOD6DUWKH Quels sont les avantages pour l’artisan ? /DWRWDOLWÂŤGHVGÂŤPDUFKHVDGPLQLVWUDWLYHVVRQW IDLWHVSDUOH*( FRQWUDWGHWUDYDLOFDOFXOGHV FKDUJHVVRFLDOHV'61ČŒ 3RXUOČ„DUWLVDQFČ„HVW WUÂŞVVLPSOHLOQRXVHQYRLHOHQRPEUHGČ„KHXUHV HČĽHFWXÂŤHVXQHKHXUHWUDYDLOOÂŤHXQHKHXUH

30

SD\ÂŤH/DIDFWXUDWLRQVHIDLWSDUXQFRHȨFLHQW VXUOHVDODLUHEUXW IUDLVGHJHVWLRQ (QVXLWH OH*(HVWOH'5+GHOČ„DUWLVDQODGLUHFWULFHVDLW UHFUXWHUHOOHDWLVVÂŤWRXWXQUÂŤVHDX/H*(ÂŤYLWH¢ OČ„DUWLVDQGHSDVVHUGHVDQQRQFHVGHUHFHYRLUGHV JHQVČŒ(QČŚQQRXVRUJDQLVRQVGHVUÂŤXQLRQVVXU GHVWKÂŞPHVIÂŤGÂŤUDWHXUV/H*(SHXWDLQVLPHWWUH OHSLHG¢OČ„ÂŤWULHUSRXUFUÂŤHUXQSUHPLHUHPSORL Tous les artisans sont concernĂŠs ? 2XL-Č„DLXQHHQWUHSULVHGHPDŠRQQHULH WHUUDVVHPHQWGHVDODULÂŤVHWDLHPEDXFKÂŤ SDUFHELDLVGHVPDŠRQVTXLVRQWWRXMRXUVO¢ ,OVUHVWDLHQWDXPRLQVXQDQGDQVOH*(DYDQW TXHMHQHOHVHPEDXFKH¢WHPSVSOHLQ LO\D SHXGHWHPSVSDUWDJÂŤGDQVOHE¤WLPHQW 0DLV OH*(UÂŤSRQGDXVVLDX[EHVRLQVGHOČ„DUWLVDQTXL DXQHVXUFKDUJHGČ„DFWLYLWÂŤOLÂŤH¢XQHVDLVRQRX ¢OČ„REWHQWLRQGČ„XQQRXYHDXPDUFKÂŤ1RXVQH VRPPHVSDVVXUGHODFRXUWHGXUÂŤH

75 CFJČŒTGPVU 40 50

Entre et salariĂŠs multimĂŠtiers (secrĂŠtaires, EQORVCDNGUÇĄVGEJPKEKGPUVQWU OČŒVKGTUÇĄQWXTKGTUFGEJCPVKGTŲ

Depuis 2000,

1 000

RGTUQPPGUGODCWEJČŒGU

i www.partemps.fr

3. Les marques de territoire pour rayonner Pour diversifier sa clientèle

Pour vendre physiquement tous azimuts La renommĂŠe des macarons de Boulay

la marque Alsace Saveurs nous

n’est plus à faire‌  Le gÊnÊral de Gaulle

apporte un nouveau circuit de

venait exprès ici pour en acheter , rap-

vente, la commande en ligne, nous

pelle, amusÊ, Jacques Alexandre, sixième

qui sommes dans un petit village

gÊnÊration à la tête de l’entreprise de

en fond de vallÊe‌ , explique Anthony Baradel, boucher-charcutier

iĹĄ%/#

 Nous n’avons qu’un site vitrine ;

quatre personnes. Il n’empêche que la variÊtÊ des initiatives du label Moselle

et ďŹ ls du gĂŠrant (Boucherie Baradel,

Passion, crĂŠĂŠ par le conseil dĂŠpartemental et la CMA, donne Ă

sept personnes, Haut-Rhin). ÂŤ Nous sommes implantĂŠs en Alsace

l’entreprise le don d’ubiquitÊ.  Nous ne serions jamais allÊs tous

depuis quarante ans mais nous faisons aujourd’hui surtout de la

seuls au Salon du Made in France, par exemple. Les formations

vente en gros et demi-gros pour limiter les coÝts de transport‌

qui ont ĂŠtĂŠ organisĂŠes au prĂŠalable par le label nous ont permis de

La vente de dĂŠtail sur Internet via Alsace Saveurs nous permet de

confronter nos expĂŠriences avec les autres artisans. Nous ne pourrions

garder cette clientèle qui voulait spĂŠciďŹ quement nos produits, et

pas non plus ĂŞtre prĂŠsents une semaine Ă la Foire internationale de

d’en atteindre une autre. Ces commandes reprÊsentent en moyenne

Metz, mais deux jours sous le label Moselle Passion, si. Nos produits

5 % de notre CA. Âť Gilbert Wagner, crĂŠateur de la SARL Alsace

sont Êgalement vendus par ce biais au Salon de l’agriculture, dans

Saveurs, qui regroupe 15 artisans et producteurs, ajoute que

le pop-up store mis en place durant la Semaine nationale de l’arti-

 les artisans sont intÊressÊs d’avoir les retours des clients, dont

sanat ou encore en dĂŠpĂ´t-vente dans un chalet du marchĂŠ de NoĂŤl

je suis très proche .

de Metz , liste l’artisan.

i

www.baradel.fr | www.alsacesaveurs.com (commandes) | Facebook : AlsaceSaveurs (avis)

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017

i

www.macaronsdeboulay.com | Facebook : ProduitMosellePassion


4. Des groupes pour s’inscrire dans l’avenir

UNE ASSOCIATION DE TERRAIN POUR PROSPECTER CrÊÊe au printemps 2014, L’ASSOCIATION ARTI PRO regroupe 18 adhÊrents de proximitÊ (Haut-Anjou) aux compÊtences qui vont  du sol au plafond .

Les groupements momentanĂŠs d’entreprises (GME) pour obtenir des marchĂŠs ÂŤ Le groupement me permet d’accĂŠder Ă des marchĂŠs plus consĂŠquents, qu’ils soient publics ou privĂŠs. Un marchĂŠ non segmentĂŠ en lots, par exemple Âť, avance Pascal Maigrot (SARL de plomberie-chauffage AM2D, 10 personnes, Haute-Marne). Les problèmes sont rares, car les entreprises se choisissent. ÂŤ Le mandataire est bien souvent le gros Ĺ“uvre, le plus gros montant. Nous sommes ainsi en train de rĂŠaliser une chauerie pour Engie. Nous avons pour cela constituĂŠ un groupement tous corps d’Êtat : nous crĂŠons le bâtiment avec tout ce qu’il y a dedans. Une convention de GME dĂŠďŹ nit les règles

Pascal Maigrot, SARL de plomberie-chauffage AM2D, Haute-Marne

de fonctionnement interne au groupement et les prestations de chaque cotraitant. Âť Pascal a aussi obtenu un marchĂŠ d’entretien pour l’oďŹƒce des HLM

m2QDYRXOXPHWWUHHQDYDQWXQHTXDOLWÂŤGH WUDYDLOODSURWHFWLRQGXFOLHQWHWVRQVHUYLFH}, DQQRQFH0LFKHO*DVQLHUSHLQWUH VHSWHPSOR\ÂŤV  HWYLFHSUÂŤVLGHQWm1RXVYLVRQVOHVSDUWLFXOLHUV HWDYRQVUHQFRQWUÂŤOHVÂŤOXVGHFKDTXHFRPPXQH RÂťQRXVDYRQVGHVDGKÂŤUHQWVOHVQRWDLUHVOHV DJHQFHVLPPRELOLÂŞUHVĹź‚SDUWLUGĆľXQVHXOQXPÂŤUR GHWÂŤOÂŤSKRQHOHFOLHQWHVWPLVHQUHODWLRQDYHF OHVSÂŤFLDOLVWHGHVWUDYDX[GRQWLODEHVRLQ1RXV DYRQVXQHFKDUWHGĆľHQJDJHPHQWHWUÂŤSRQGRQV GDQVOHVKHXUHV}/Č„DVVRFLDWLRQDDXVVLXQ EXGJHWSXEOLFLWDLUHm6HORQOH&$UÂŤDOLVÂŤQRXV DSSRUWRQVXQHVRPPHTXLQRXVVHUW¢IDLUHGHV Č?\HUVSODTXHWWHVFDOHQGULHUVEDOORQVĹź}

de Haute-Marne, le remplacement de 90 chaudières

i

en deux mois ; pour cela, il œuvre diÊremment,

www.lesartipro.fr | TĂŠl. 02 41 73 26 76

avec deux sous-traitants,  qui sans cela n’auraient

31

jamais pu y accÊder car leur structure n’est pas assez que ce soit une entreprise nationale qui rÊcupère

Une ÂŤ tribu Âť pour reprĂŠsenter un poids financier

ce marchÊ !  Selon Pascal Maigrot, l’union (GME,

 Plutôt que d’un rÊseau, je prÊfère parler d’une

importante ; je fais travailler des locaux au lieu

sous-traitance) est  la seule solution pour faire face à l’avenir . La part de son CA rÊalisÊ en chantiers groupÊs peut aller jusqu’à 20 %.

Éric Pintat, carrosserie DubostPintat, Marseille, prÊsident de la SAS Carflex

tribu, car nous sommes exclusivement des chefs d’entreprise indÊpendants , prÊcise Éric Pintat (carrosserie Dubost-Pintat, 15 personnes, à Marseille), prÊsident de la SAS Carex (66 sites sur la partie Est de la France). Son but ? PrÊserver l’avenir des

Des savoir-faire complĂŠmentaires

Le Doux se crĂŠe est un concept de beautĂŠ global alliant coiffure et esthĂŠtique (cinq coiffeuses et une esthĂŠticienne, Nord Pas-de-Calais). ÂŤ L’accueil est commun, le carnet de rendez-vous aussi‌ Mais il y a des espaces pour chaque activitĂŠ : coiffure, onglerie, maquillage, cabine pour les massages, vente d’accessoires de mode‌ Âť, ĂŠvoque AnaĂŻs Obert, cogĂŠrante. ÂŤ Si coiffure et esthĂŠtique sont des services complĂŠmentaires (mariages‌), l’association des deux n’est pas courante car l’esthĂŠtique fonctionne par pics (ĂŠpilations en ĂŠtĂŠ, massages offerts via un coffret cadeau‌) tandis que la coiffure est rĂŠgulière. 30 Ă 40 % de notre clientèle cumulent les deux. Âť5KNCFKXGTUKĆ’ECVKQP paye, la coiffure reprĂŠsente quand mĂŞme FW%#ÂŤ Nous avons beaucoup de femmes actives, avec des horaires rĂŠduits. Âť Le Doux se crĂŠe rend avant tout service aux femmes.

entreprises de carrosserie en les accompagnant dans le changement. Comment ? En leur apportant des solutions via une mĂŠthode, AGIR : ÂŤ "A" comme "acheter", via une plateforme de rĂŠfĂŠrencement des fournisseurs. 11 millions d’euros d’achats de pièces pour la tribu ne reprĂŠsentent pas la mĂŞme force de nĂŠgociation que les 500 000 â‚Ź de ma seule entreprise‌ "G" comme "gestion" : nous avons crĂŠĂŠ des outils très utiles pour comparer mensuellement ou en instantanĂŠ nos chires, et nous situer. "I" comme "innovation", avec des outils de veille et de mise en commun de nos savoirs, etc. Et enďŹ n "R" comme "rĂŠunir" pour rompre l’isolement des chefs de TPE (rencontres, groupes de travail, Intranet et Internet). Les artisans doivent devenir des acteurs et non des ďŹ gurants de leur système ĂŠconomique. Âť

i

www.carrosserie-dubost-pintat.com | ZZZHVSULWFDUČľH[IU

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


DOSSIER [ JOUER COLLECTIF DANS L’ARTISANAT

5. Des groupes qui se battent pour une cause commune

À l’initiative d’un territoire

32

La stratÊgie choisie par la RÊgion et l’Ademe

À l’initiative d’un village

Grand Est quant à l’obligation de crÊation de

Avec sa trentaine d’adhÊ-

plateformes de rĂŠnovation ĂŠnergĂŠtique cible

rents, l’association CôtÊ

les maisons individuelles. Le dispositif Oktave

Village maintient un tissu

forme des professionnels locaux et les fÊdère

ĂŠconomique vivant dans les

en groupements.

diÊrentes communes du

ÂŤ Pour massiďŹ er la rĂŠnovation ĂŠnergĂŠtique, il faut

Pays barcelonnais (Gers).

un haut niveau de compĂŠtence et faire donc le

ÂŤ Nous ne voulons pas nous

chantier en une fois Âť, pose Guillaume Combe, chargĂŠ de mission Plan

faire manger par la ville ! Âť,

Climat-transition ĂŠnergĂŠtique du Pays Thur Doller (Haut-Rhin). Ceci

s’exclame StÊphanie DÊlos,

sous-entend que les artisans sachent intervenir ensemble et de façon

coieuse (Évoluti’f, un salariÊ) à Barcelonne-du-Gers,

coordonnÊe sur un chantier global.  D’un côtÊ, nous avons donc fait

1 100 âmes. La ville limitrophe, 8 000 habitants‌ Il y a trois

naÎtre le marchÊ de la rÊnovation ÊnergÊtique complète ; de l’autre, nous

ans, les commerçants et artisans ont crÊÊ un groupe de

agissons sur l’ore pour constituer des groupements.  Yorick Finck (Scop

travail mensuel aďŹ n de rÊÊchir sur ce qui pourrait ĂŞtre

Lutringer Sillon, maçonnerie/gros œuvre, 11 associÊs) fait partie d’un de

fait pour que le village ne meure pas. ÂŤ Le rĂŠsultat fut une

ces groupements et est actuellement sur un chantier ĂŠcole, ĂŠtape qui fait

boucherie. Nous avions ici un commercial dans ce secteur,

partie du dispositif de formations obligatoires d’Oktave.  Oktave gère la

boucher de mĂŠtier, qui a acceptĂŠ de se lancer, avec un asso-

partie administrative du particulier (dossiers d’aides‌) et l’oriente ensuite

ciÊ. La boucherie a ouvert en 2015 et tourne très bien : il y

vers nous. Nous avons appris à lui proposer une ore globale, à travailler

a aujourd’hui sept employÊs.  Une boulangerie a ouvert

ensemble (cotraitants)‌  Parmi les avantages à avoir intÊgrÊ Oktave,

depuis deux mois dans le même bâtiment. Et ce n’est pas

ÂŤ la crĂŠdibilitĂŠ, car nous sommes appuyĂŠs par une instance publique,

ďŹ ni. ÂŤ Nous avons fait faire une ĂŠtude de marchĂŠ qui nous

et l’importance du parc à rÊnover : on en a pour plusieurs dÊcennies. 

montre qu’il y a ici le potentiel pour un petit supermarchÊ‌ 

i

www.lutringer-sillon-scop.fr | www.oktave.fr

VOUS REGROUPER C’EST BIEN‌

i

www.cotevillage.fr | Facebook : cotevillage32

LE FAIRE SAVOIR, C’EST ENCORE MIEUX !

LES EFFETS POSITIFS de la dynamique des artisans rÊunis se rÊpercutent sur le client. N’oubliez pas de communiquer sur votre dÊmarche.

m1RXVHVSÂŤURQVDYRLUXQHFLQTXDQWDLQHGHSDQQHDX[$XWR/DEFKH]QRVDGKÂŤUHQWV¢ČœQ }, H[SOLTXH'HQLV%RVTGRQWODFRRSÂŤUDWLYH&DSDLODFUÂŤÂŤXQODEHOSRXUTXHOHVJDUDJHVPHPEUHVVH GLČĽÂŤUHQFLHQWHWVRLHQWLGHQWLČŚÂŤVSDUOHVFOLHQWV&KULVWLDQ+HUY\VRXOLJQHOHmFOLPDWGHFRQČœDQFH} TXLUÂŞJQHHQWUHODFRRSÂŤUDWLYHGHFRQVWUXFWLRQ$UERUÂŤDOHWVHVFOLHQWVUDVVXUÂŤVHQWUHDXWUHVSDU OHVJDUDQWLHVGXFRQWUDWGHFRQVWUXFWLRQGHPDLVRQLQGLYLGXHOOHm$VVXUDQFHGHUHPERXUVHPHQW VLOHFOLHQWDXQSUREOÂŞPHGHSHUPLVGHFRQVWUXLUHRXVĆľLOQĆľDSDVHXVRQSUÂŹWJDUDQWLHGĆľDFKÂŞYHPHQW GHVWUDYDX[HQFR½WHWHQGÂŤODLHWF}OHVLWHGHODFRRSÂŤUDWLYHDXQHHQWUÂŤHm*DUDQWLHV} /HVWHFKQRORJLHVGHSURGXFWLRQGHOD&3/'mQRXVSHUPHWWHQWXQPHLOOHXUFRQWDFWDYHFOHFOLHQW QRXVWUDYDLOORQVVXUÂŤFUDQHWSRXYRQVIDLUHGHVSKRWRVGHVSLÂŞFHVTXHQRXVVFDQQRQVHWOHVOXLPRQWUHU VLQÂŤFHVVDLUH}REVHUYHHQFRUH$UQDXG0DQHW-DFTXHV$OH[DQGUH 0DFDURQVGH%RXOD\ PHWHQDYDQW OHODEHO0RVHOOH3DVVLRQmVXU>VRQ@VLWHVXUGHVVDFKHWV}OHFOLHQWQČ„HQIHUDTXHPLHX[OHOLHQ

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017

Pour aller plus loin

• FÊdÊration française des coopÊratives et groupements d’artisans : www.ffcga.coop • Union des coopÊratives artisanales de construction : www.ufcac.com • FÊdÊration française des artisans coopÊrateurs du bâtiment : www.ffacb.com • Guide mÊthodologique CrÊer et faire vivre un groupement d’entreprises artisanales du bâtiment : infometiers.org > Publications > Secteur du bâtiment


URI-PRATIQUE

RUBRIQUE RÉALISÉE PAR SAMORYA WILSON

i

Un dĂŠcret du 25 octobre 2016 (n° 2016-1435)* prĂŠcise les nouvelles modalitĂŠs du rescrit social. Cette procĂŠdure permet au cotisant d’interroger l’Urssaf sur un point prĂŠcis, sur lequel l’entreprise ne risque ensuite plus de redressement. La demande pourra dĂŠsormais se faire par tout moyen permettant de rapporter la preuve de sa date de rĂŠception (auparavant seulement par lettre AR). Elle sera considĂŠrĂŠe comme complète si dans les vingt jours qui suivent sa rĂŠception, l’Urssaf ne demande pas de pièces ou informations manquantes. L’organisme doit rĂŠpondre Ă la question posĂŠe dans un dĂŠlai de trois mois. * N.B. : Ce mĂŞme dĂŠcret introduit un nouveau rescrit RGTOGVVCPVCWZGORNQ[GWTUFGFGOCPFGTČƒNŨ#IGĆ’RJ FGUGRTQPQPEGTUWTNCOKUGGP‘WXTGFGNGWT obligation d’emploi de travailleurs handicapĂŠs. La demande peut ĂŞtre adressĂŠe par tout moyen Ă  l’organisme qui disposera de deux mois pour rĂŠpondre.

L’OBLIGATION D’AFFICHAGE SIMPLIFIÉE Avant le 20 octobre 2016,

6RUWLUGȇXQFRQȾLW avec son associÊ Vous vous trouvez face à une mÊsentente avec votre associÊ au point que cela commence à peser sur vos affaires et sur vos relations avec l’extÊrieur ? Rien ne va plus avec celle ou celui qui partage les parts de votre sociÊtÊ ? Voici quelques solutions pour remÊdier à cette situation.

1.

VĂŠrifiez les droits de chacun

La première chose Ă faire est de relire XQUUVCVWVUGVČŒXGPVWGNNGOGPVkÇĄNGRCEVG FŨCUUQEKČŒUÇĄzSWGXQWUCXG\EQPENWCW moment de la constitution de la sociĂŠtĂŠ, s’il y en a un. Selon que vous vous trouvez minoritaire, majoritaire ou Ă  parts ĂŠgales dans le capital, vous ne disposerez pas des mĂŞmes possibilitĂŠs. Bien ĂŠvidemment, un gĂŠrant majoritaire peut plus aisĂŠment prendre des dĂŠcisions de gestion sans avoir Ă  convoquer une asUGODNČŒGSWŨWPCUUQEKČŒČƒÇĄ/CKUNGU statuts peuvent limiter les prĂŠrogatives du gĂŠrant. De la mĂŞme manière, le pacte d’associĂŠs sert Ă  prĂŠvoir les conditions de cessions de part ainsi que les modalitĂŠs de rĂŠsolution des litiges. Ă€ dĂŠfaut de pacte, le ou les associĂŠ(s) ont un droit Ă  l’information sur la gestion sociale en envoyant une lettre au gĂŠrant(1). Ces droits attachĂŠs Ă  la qualitĂŠ d’actionnaire peuvent permettre aux associĂŠs de trouver un terrain d’entente.

un employeur devait obligatoirement CHĆ’EJGTFCPUNŨGPVTGRTKUGNCFWTČŒGFG travail, les dĂŠparts en congĂŠs, les jours de fermeture, le règlement intĂŠrieur et des conventions et accords dont dĂŠpendent les salariĂŠs. DĂŠsormais, il pourra communiquer ces informations aux employĂŠs par tout moyen*, c’est-Ă -dire utiliser l’intranet, s’il y en a un, ou les envoyer par mail. * DĂŠcrets nÂş 2016-1417 et nÂş 2016-1418 du 20 octobre 2016.

2.

Rechercher une mĂŠdiation

La mĂŠdiation commerciale reste un moyen de rĂŠsoudre un diffĂŠrend sans avoir Ă passer par la voie judiciaire. Les mĂŠdiateurs sont des professionnels indĂŠpendants qui peuvent vous aider Ă  TČŒUQWFTG XQVTG FKHĆ’EWNVČŒ Čƒ NŨCOKCDNG Čƒ reconstruire un dialogue avec votre associĂŠ et Ă  trouver une solution adaptĂŠe Ă  votre situation. Vous pouvez accĂŠder Ă 

ESIGN

DE NOUVELLES MODALITÉS POUR INTERROGER L’URSSAF

Mode d’emploi

iĹĄBLUED

J

33 un centre de mÊdiation proche de votre siège social, en vous renseignant auprès de la FÊdÊration nationale des centres de mÊdiation*.

3.

Saisir le tribunal de commerce

Lorsque le blocage demeure total, il vous reste Ă recourir au tribunal de commerce CĆ’PFŨQDVGPKTNCFČŒUKIPCVKQPFŨWPOCPdataire chargĂŠ de rĂŠunir les parties. Ă€ la demande d’un associĂŠ, le juge peut ordonner une expertise de gestion (2), rĂŠXQSWGTNGIČŒTCPVRQWTkÇĄLWUVGOQVKHÇĄzRGTmettre l’exclusion d’un associĂŠ et mĂŞme dissoudre la sociĂŠtĂŠ(3). Cependant, cette dernière hypothèse extrĂŞme suppose la paralysie totale du fonctionnement de NCUQEKČŒVČŒNCUGWNGOČŒUGPVGPVGPGUWHĆ’V pas. Il faut ĂŠgalement que le juge arrive Ă  la conclusion que l’ ÂŤÇĄCHHGEVKQUQEKGVCVKUÇĄz, soit la volontĂŠ de s’associer, a disparu. (1) Article 1855 du Code civil. (2) Art. L 223-37 du Code du commerce. (3) Art. 1844-7 5° du Code civil.

i

*www.fncmediation.org | TĂŠl. 01 40 46 84 22

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


J

URI-PRATIQUE

Questions/RĂŠponses

En quoi une petite entreprise pourraitelle faire l’objet d’une cyberattaque ?

34

Même si le piratage des grandes entreprises dÊfraie la chronique, les cyberattaques de petites structures, moins mÊdiatisÊes, restent frÊquentes. Le risque de piratage du système informatique concerne aussi les travailleurs indÊpendants. Dès lors que vous possÊdez un ordinateur, un smartphone ou un objet connectÊ, vous pouvez devenir la cible d’un hacker. Ce cyberdÊlinquant s’attaque plus aisÊment à une petite entreprise, ne UGTCKVEGSWGRQWTkǥUGHCKTGNCOCKPǥz%CTHCWVGFGOQ[GPU cette dernière ne dispose gÊnÊralement pas de système d’information ultra-sÊcurisÊ.

Quels sont les risques encourus ? Les exemples de piratage ne manquent pas. Ainsi, ouvrir une pièce jointe piÊgÊe ou un lien corrompu peut entraÎner l’installation d’un virus malveillant sur votre machine qui facilite l’accès à la base de donnÊes de votre clientèle. Ou encore, ne pas sÊcuriser la borne d’accès à Internet de votre boutique donne la facultÊ à un hacker d’utiliser ce point d’accès pour attaquer d’autres sites. Outre NGURGTVGUƒPCPEKȋTGUSWŨGPVTCȑPGWPGE[DGTCVVCSWGNGFKTKIGCPV risque de voir sa responsabilitÊ engagÊe s’il ne met pas en œuvre

i

Que faire pour protĂŠger son système avec peu de ressources financières ? Certes, une petite entreprise dispose rarement des services d’un responsable système d’information. Pour autant, il reste possible de limiter les risques d'attaque en appliquant des règles simples. L’Agence nationale de la sĂŠcuritĂŠ des systèmes d’information (Anssi) a ĂŠditĂŠ un Guide des bonnes pratiques de l’informatique Ă destination des TPE/PME. Il y est par exemple EQPUGKNNČŒFGÇĄEJQKUKTCXGEUQKPUGUOQVUFGRCUUGOGVVTGČƒLQWT rĂŠgulièrement ses logiciels, bien connaĂŽtre ses utilisateurs et prestataires, effectuer des sauvegardes rĂŠgulières, sĂŠcuriser l’accès Wi-Fi de votre entreprise, ĂŞtre aussi prudent avec son smartphone ou sa tablette qu’avec son ordinateur, etc.

i

Guide tĂŠlĂŠchargeable gratuitement sur www.ssi.gouv.fr

CONTRĂ”LE URSSAF : DE NOUVELLES RĂˆGLES AU 1ER JANVIER 2017 .GUTGNCVKQPUGPVTGEQVKUCPVUGV7TUUCHQPVČŒVČŒOQFKĆ’ČŒGUFCPUWPFČŒETGVFWLWKNNGV*. Certaines mesures destinĂŠes Ă amĂŠliorer les rapports entre les employeurs et l’organisme seront effectives dès le dĂŠbut de l’annĂŠe 2017. DĂŠsormais, l’avis de passage de l’inspecteur doit impĂŠrativement ĂŞtre envoyĂŠ Ă  l’entreprise, au moins 15 jours avant la date de la première visite. Cet avis doit mentionner l’existence de la ÂŤ Charte du cotisant contrĂ´lĂŠ Âť qui deviendra opposable Ă  l’Urssaf. Ce document regroupe des informations sur la procĂŠdure de contrĂ´le et les droits du cotisant pendant son dĂŠroulement. Ă€ la suite du contrĂ´le, une mise en demeure doit ĂŞtre adressĂŠe Ă  l’employeur. Celle-ci contient, au titre des diffĂŠrentes pĂŠriodes annuelles contrĂ´lĂŠes, les montants PQVKĆ’ČŒUFCPUNCNGVVTGFŨQDUGTXCVKQPUEQTTKIČŒUNGECUČŒEJČŒCPVČƒNCUWKVGFGUČŒEJCPIGUGHHGEVWČŒUCXGENŨCIGPVEJCTIČŒFWEQPVTČ–NGCKPUK que les dates des diffĂŠrents courriers ĂŠchangĂŠs. En cas de rĂŠgularisation, l’employeur devra dorĂŠnavant corriger, lors de l’ÊchĂŠance dĂŠclarative la plus proche, les erreurs constatĂŠes dans les dĂŠclarations de cotisations et de contributions sociales des mois prĂŠcĂŠdents et verser Ă  la mĂŞme ĂŠchĂŠance le complĂŠment de cotisations et de contributions sociales. Le dĂŠlai de contestation CWRTČ‹UFGNC%QOOKUUKQPFGTGEQWTUCOKCDNG %4# RCUUGTCFGWPČƒFGWZOQKU6QWVGFČŒEKUKQPFGNC%4#FGXTCČ?VTGLWUVKĆ’ČŒGGV indiquer les dĂŠlais et voies de recours. * DĂŠcret n° 2016-941 relatif au renforcement des droits des cotisants.

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017

ŠťM

les mesures adĂŠquates pour prĂŠserver la sĂŠcuritĂŠ des donnĂŠes KPHQTOCVKSWGUČƒECTCEVČ‹TGRGTUQPPGNFCPUUQPGPVTGRTKUGÇĄ 5CPU compter que si le dommage touche un client, ce dernier pourra se retourner contre vous.

* Au visa des articles 226-16 Ă 226-24 du Code pĂŠnal.

AY R

.CUKORNGKPUVCNNCVKQPFŨWPCPVKXKTWUUWTUQPQTFKPCVGWTPGUWHĆ’VRNWUČƒHTGKPGT NGUE[DGTFČŒNKPSWCPVU.GXQNFGFQPPČŒGUQWNGUGUETQSWGTKGUĆ’PCPEKČ‹TGUVQWEJGPV dĂŠsormais toutes les entreprises, y compris les microstructures.

UM

Pourquoi faut-il se prĂŠoccuper de cybersĂŠcuritĂŠ ?


RUBRIQUE RÉALISÉE PAR SAMORYA WILSON

Vos droits La loi Travail et les TPE (suite) DurĂŠe du travail (art. 8) Les chefs d’entreprise qui emploient moins FGÇĄUCNCTKČŒUQPVFČŒUQTOCKUNCRQUUKDKNKVČŒ d’organiser unilatĂŠralement le temps de travail des salariĂŠs sur neuf semaines (au NKGWFGSWCVTGCWRCTCXCPV  CTVÇĄ.  Cette nouvelle rĂŠglementation s’adresse particulièrement aux entreprises dont l’activitĂŠ fluctue en fonction de saisons kÇĄJCWVGUÇĄzQWkÇĄDCUUGUÇĄz Un accord collectif d’entreprise, d’Êtablissement ou de branche peut amĂŠnager ce temps sur une annĂŠe et mĂŞme jusqu’à trois CPURCTCEEQTFFGDTCPEJG CTVÇĄ  En fait, l’amĂŠnagement du temps de travail sert Ă  moduler le travail de façon Ă  ne pas dĂŠpasser les durĂŠes maximales de travail autorisĂŠes. Rappelons que la durĂŠe NČŒICNGFGVTCXCKNTGUVGĆ’ZČŒGČƒÇĄJGWTGU quel que soit l’effectif de l’entreprise. Les heures accomplies au-delĂ  sont considĂŠrĂŠes comme des heures supplĂŠmentaires. Mais les heures supplĂŠmentaires sont aussi limitĂŠes. Ainsi, la durĂŠe de travail effectif hebdomadaire ne doit pas dĂŠpasUGT ÇĄ JGWTGU UWT WPG OČ?OG UGOCKPG GV ÇĄ JGWTGU RCT UGOCKPG GP OQ[GPPG UWTWPGRČŒTKQFGFGÇĄUGOCKPGUEQPUČŒcutives. La nouvelle loi permet de dĂŠpasser EGVVGNKOKVGGPCNNCPVLWUSWĹ¨ČƒÇĄJGWTGUUWT ÇĄUGOCKPGURCTCEEQTFFŨGPVTGRTKUGQWČƒ dĂŠfaut, par autorisation de l’inspecteur du travail (art. L3121-20 et suivants). Ă€ noter que dans certains secteurs, comme

i

le commerce de dĂŠtail des fruits et lĂŠgumes, ĂŠpicerie et produits laitiers, un accord ou une convention de branche peut prĂŠvoir une durĂŠe dite d’Êquivalence. Ainsi, une durĂŠe de travail supĂŠrieure (par GZGORNGÇĄJGWTGU GUVEQPUKFČŒTČŒGEQOOG ČŒSWKXCNGPVGČƒNCFWTČŒGNČŒICNG ÇĄJGWTGU  Dans ce cas, le calcul des heures supplĂŠOGPVCKTGUUGFČŒENGPEJGCRTČ‹UNCeÇĄJGWTG de travail. S’agissant du paiement des heures supplĂŠmentaires, c’est dĂŠsormais l’accord signĂŠ au niveau de l’entreprise qui primera. Mais en respectant le taux de majoration OKPKOWOČƒÇĄ CTV. ǨFČŒHCWV FŨCEEQTFNGVCWZTGUVGĆ’ZČŒČƒÇĄRQWTNGU huit premières heures supplĂŠmentaires GVÇĄRQWTNGUUWKXCPVGU CTV. 36). Cependant, les accords de branche ont toujours la facultĂŠ de prĂŠvoir des taux FKHHČŒTGPVU CXGEÇĄOKPKOWO  Par ailleurs, rappelons que le salariĂŠ a droit ČƒWPVGORUFGRCWUGFGÇĄOKPWVGUEQPUČŒEWVKXGUOKPKOWOFČ‹USWŨKNCVVGKPVÇĄJGWTGU de travail quotidien (art. L3121-16).

Droit d’information (art. 61) Tout employeur d’une entreprise de moins FGÇĄUCNCTKČŒUCFČŒUQTOCKUNGFTQKVFŨQDtenir une information, prĂŠcise et dĂŠlivrĂŠe dans un dĂŠlai raisonnable, lorsqu’il sollicite l’administration sur une question relative Ă l’application d’une disposition du droit du travail ou des stipulations

iĹĄTRUEFFELPIX

.CNQK6TCXCKN XKUGČƒUKORNKĆ’GTNG%QFGFWVTCXCKN'PEGSWKEQPEGTPG le temps de travail, les règles restent complexes. En voici un rĂŠsumĂŠ.

des accords et conventions collectives qui lui sont applicables. Ce droit Ă l’information peut porter sur les dĂŠmarches et les procĂŠdures lĂŠgales Ă  suivre face Ă  une situation de fait. Si la demande est UWHĆ’UCOOGPVRTČŒEKUGGVEQORNČ‹VGNGFQcument formalisant la prise de position de l’administration peut ĂŞtre produit par l’entreprise en cas de contentieux pour attester de sa bonne foi (art. L5143-1). Il convient de contacter la Direccte de votre commune pour accĂŠder Ă  ce service. Pour rappel, sachez qu’il existe une aide kÇĄEQPUGKNGPTGUUQWTEGUJWOCKPGU62' 2/'ÇĄzFGNCRCTVFGNC&KTGEEVGSWKKPVGTvient sous la forme d’une subvention, au VCWZOCZKOWOFGÇĄFCPUNCNKOKVGFG ÇĄǥŝǥ*6RCTKPVGTXGPVKQP

35

* Loi n° 2016-1088 du 8 aoÝt 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sÊcurisation des parcours professionnels.

i

Retrouvez la Direccte de votre commune sur www.direccte.gouv.fr

REPORT DES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DANS LES TPE .GUČŒNGEVKQPURTQHGUUKQPPGNNGUFCPUNGUVTČ‹URGVKVGUGPVTGRTKUGU 62' UGFČŒTQWNGTQPVĆ’PCNGOGPVFWFČŒEGODTGCWLCPXKGT

LCPXKGTRQWTNGUČŒNGEVGWTUF 1WVTG/GT 2TČŒXWKPKVKCNGOGPVFWPQXGODTGCWFČŒEGODTGEGUETWVKPCČŒVČŒTGRQTVČŒUWKVG au recours en cassation d’un des syndicats reprĂŠsentatifs. election-tpe.travail.gouv.fr

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


B

ANC D'ESSAI

MOTORISATIONS 4 000 tours/min, 290 Nm Ă 1 750 tours/

FIAT DUCATO EURO 6

iĹĄDR

• 2.0 Multijet 115 : 1 956 cm3, 115 ch Ă OKPXKVGUUGOCZKMOJEQPUQ  5,9 l/100 km

• 2.3 Multijet 130 :EO3, 130 ch Ă VQWTUOKP0OČƒVQWTU min, vitesse maxi : 155 km/h, conso* : 6,1 l/100 km

• 2.3 Multijet 150 :EO3, 150 ch Ă

Une solution originale Alors que la solution de l’additif a ÊtÊ retenue par tous les autres constructeurs pour parvenir à rÊpondre aux normes antipollution Euro 6, Fiat et Iveco font de la rÊsistance en proposant une solution sans Adblue. GUILLAUME GENESTE

VQWTUOKP0OČƒVQWTU min, vitesse maxi : 161 km/h, conso* : 6,1 l/100 km

• 2.3 Multijet 180 : EO3, 177 ch Ă 3 500 tours/min, 400 Nm Ă  1 500 tours/ min, vitesse maxi : 171 km/h, conso* : 6,1 l/100 km

• 3.0 GNV 140 : 2 999 cm3, 136 ch Ă 3 500 tours/min, 350 Nm Ă  1 500 tours/ min, vitesse maxi : 159 km/h, conso* : NMO * Consommation moyenne normalisĂŠe.

ÉQUIPEMENTS DE SÉRIE 36

• Pack : ABS avec aide au freinage d’urgence, ESP, aide au dÊmarrage en côte, airbag conducteur, volant rÊglable en hauteur et en profondeur, siège conducteur rÊglable en hauteur, direction assistÊe, porte coulissante droite, vitres Êlectriques, prise 12 V dans le compartiment de chargement‌

L

e Fiat Ducato Euro 6 ne diffère des prĂŠcĂŠdentes versions que par l’adoption de nouvelles motorisations, plus propres. Pour y parvenir, les ingĂŠnieurs de Fiat (et Iveco) ont explorĂŠ une piste diffĂŠrente pour permettre au moteur 2,3 l de passer la norme Euro 6 : celle du type piège Ă NOx. Ce système se compose d’un double système de vanne EGR (vanne de rĂŠinjection d’une partie des gaz d’Êchappement). Complexe, il a comme principal avantage de ne pas nĂŠcessiter l’injection d’additif pour rĂŠpondre Ă  la norme Euro 6. L’absence d’additif facilite l’exploitation des vĂŠhicules (pas de risque de tomber en panne sèche d’additif) et prĂŠserve la charge utile. En outre, les ingĂŠnieurs en QPVRTQĆ’VČŒRQWTCOČŒNKQTGTNGTGPFGOGPV moteur et assurer une consommation optimale de carburant.

• Pack Professional : Pack + autoradio CD Bluetooth commandes au volant,

Adieu au 3,0 L Multijet

rĂŠtroviseurs ĂŠlectriques dĂŠgivrants,

Si le catalogue de versions du Ducato est toujours aussi complet (fourgons, châssis-cabine, plancher-cabine), la principale ĂŠvolution technique concerne la dispariVKQPFGNCXGTUKQPN/WNVKLGVFGEJ DĂŠsormais, la gamme se compose de deux blocs-moteurs : le 2,0 l et le 2,3 l. Le premier (2.0 Multijet 115) est l’alliĂŠ idĂŠal et ĂŠconomique des ÂŤ petits Âť Ducato fourgons. Viennent ensuite les diffĂŠrentes dĂŠclinaisons du 2,3 l. La première (2.3 Multijet 130) offre des performances stables. La seconde dĂŠveloppe 150 ch Ă 3 600 tours/ OKPWVGGVWPEQWRNGOCZKFG0OČƒ 1 500 tours/minute, soit un gain de 30 Nm, CWRTQĆ’VFGNŨCITČŒOGPVFGEQPFWKVG'PĆ’P la dernière version du 2,3 l dĂŠveloppe prĂŠcisĂŠment 177 ch Ă  3 500 tours/minute avec un couple maxi de 400 Nm Ă  1 500 tours/

rĂŠgulateur limiteur de vitesse, climatisation manuelle, feux avant Ă LED, radar de recul (sur fourgons).

• Pack Tecno : Pack Professional + antibrouillards, système navigation avec Êcran tactile, alerte de franchissement de ligne, allumage automatique des phares et essuie-glaces, clim automatique, système de reconnaissance des panneaux de signalisation, rÊtroviseurs rabattables Êlectriquement.

LES PLUS • AgrÊment de conduite • Pas d’additif

LES MOINS • &ČŒVCKNUFGĆ’PKVKQP • Disparition moteur 3,0 l

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017

minute. Des niveaux de puissance identiques à l’ancienne version 3,0 l avec un gain de poids d’une quarantaine de kilos grâce à la rÊduction de cylindrÊe.

Une transition rĂŠussie Au volant, ces nouvelles mĂŠcaniques offrent des prestations ĂŠlevĂŠes. Les versions 130 et 150 ch du 2,3 l offrent une belle polyvalence avec des consommations normalisĂŠes en lĂŠgère diminution (environ 3 % GPE[ENGOKZVG .CXGTUKQPNEJ permet une baisse de la consommation de carburant (cycle mixte normalisĂŠ) de 19 %. Les performances sont au rendez-vous et le couple important aide Ă l’arrachage du vĂŠhicule. Il s’avère nĂŠanmoins un peu plus bruyant que l’ancien 3,0 l dans la mesure oĂš il est nĂŠcessaire de ÂŤ tirer Âť un peu plus sur le moteur et de monter un peu plus haut dans les tours pour disposer de la puissance. Autre revers de cette diminution de la cylindrĂŠe : un moindre frein moteur, ce qui oblige Ă  jouer un peu plus de la boĂŽte.

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES • L x l x h : x 2 690 x 2 254 / 2 524 / 2 764 mm

• Longueur de chargement : 2 670 / 3 120 / 3 705 / 4 070 mm

• Hauteur intÊrieure : 1 662 / 1 932 / 2 172 mm

• Largeur intĂŠrieure mini : 2 050 mm • Volume utile : O3

• Charge utile : 950 à 1 995 kg • Prix HT : à partir de 26 075 ₏


Chef d’entreprise ?

Exigez un expert-comptable qui connaisse votre métier

PRÉVISIONNEL D’ACTIVITÉ

ASSISTANCE JURIDIQUE

COMPTABILITÉ DE PROXIMITÉ

SUIVI ANALYTIQUE

PARTENAIRE CONSEIL

DÉCLARATIONS FISCALES

SOCIAL & PAIE

TABLEAUX DE BORDS

CROISSANCE D’ACTIVITÉ

Gestélia Deux-Sèvres 1 Rue d’Abrantès 79200 Parthenay

Tél : 05.49.71.28.00 INSCRIT AU TABLEAU DE L’ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

RETROUVEZ-NOUS SUR GESTELIA.FR

Pérennisez votre entreprise en cas d’imprévu www.ca-cmds.fr

WĂƌĐĞƋƵ͛ƵŶĞĞŶƚƌĞƉƌŝƐĞƐƵƌƚƌŽŝƐŶĞƐƵƌǀŝƚƉĂƐăůĂĚŝƐƉĂƌŝƟŽŶĚĞ son dirigeant(1), le Crédit Agricole a créé le contrat d’assurance Valeur WƌĠǀŽLJĂŶĐĞDƵůƟƉĂƌƚĞŶĂŝƌĞͨ,ŽŵŵĞůĠͩ. Entreprises (1)Source Uni-éditions - juin 2012 Le contrat «Valeur Prévoyance Multipartenaire» est un contrat d’assurance décés de groupe souscrit par l’ADECAM auprès de Predica, compagnie d’Assurances de personnes, filiale de Crédit Agricole Assurance Entreprise, régie par le Code des Assurances. S.A. au capital entièrement libéré de 997 087 050€. Siège social : 50-56 rue de la Procession 75015 Paris. 334 028 123 RCS Paris. Les dispositions complètes du contrat figurent dans la notice d’information. Vous disposez d’un délai légal de rétractation de 30 jours calendaires à compter de la conclusion de votre adhésion conformément à l’article L.132-5-1 du Code des Assurances. Voir conditions en agence. Édité par CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES, prêteur. Société coopérative à capital variable, agréée en tant qu’établissement de crédit. Siège social : 14 rue Louis Tardy 17140 LAGORD - 399 354 810 RCS LA ROCHELLE. Société de Courtage d’Assurance Immatriculée au Registre des Intermédiaires en Assurance sous le n° 07 023 464. Crédit photo : Getty Images.


R

EPĂˆRES [ CONJONCTURE

98 % Selon l’Êdition 2016 des Chires clÊs de l’artisanat du bâtiment, les entreprises de moins de 20 salariÊs reprÊsentent 98 % des entreprises du secteur, mais ne rÊalisent que 64 % de son chire d’aaires (soit 81 milliards d’euros). Si elles emploient 59 % des salariÊs du bâtiment, ce chire grimpe à 79 % pour la seule catÊgorie des apprentis, preuve de leur implication incontournable dans la formation des jeunes. Les

0

%

C’est un zĂŠro porteur d’une note d’espoir ! Pour la première fois depuis 2012, l’Êtude de conjoncture trimestrielle rĂŠalisĂŠe par l’Institut I+C rĂŠvèle que l’Êvolution du chire d’aaires des entreprises de l’artisanat et du commerce de proximitĂŠ sort des taux nĂŠgatifs pour se stabiliser Ă 0 % au 3e trim. 2016 (par rapport au 3e trim. 2015). Le secteur de l’artisanat aďŹƒche mĂŞme une progression de + 0,5 %. Des rĂŠsultats Ă  mettre notamment Ă  l’actif des artisans du bâtiment (+2,5 % sur un an) ainsi que des entreprises de l’alimentation (+1,1%) et des travaux publics (+0,5 %). Durement impactĂŠ par les actes terroristes qui ont frappĂŠ notre pays, le chire d’aaires de l’hĂ´tellerie-restauration accuse une baisse de -4,5 %. L’artisanat des services et celui de la fabrication enregistrent une baisse limitĂŠe (-1 %). Source : EnquĂŞte rĂŠalisĂŠe pour le compte de l’UPA durant la première quinzaine d’octobre 2016 auprès d’un ĂŠchantillon reprĂŠsentatif de 4 700 entreprises de l’artisanat et du commerce de proximitĂŠ.

entreprises sans salariĂŠ restent majoritaires

DIALOGUE

dans le bâtiment (64 %), celles employant 1 à 9 salariÊs puis 10 à

38

19 salariÊs reprÊsentant respectivement 31 % et 3 % de l’ensemble. Le secteur de la maçonneriecarrelage a totalisÊ 27 % des crÊations d’entreprises du bâtiment en 2014. Source : Capeb – Chires clÊs 2016 – 29 septembre 2016 (Chires Sirene au 1er janvier 2014 et Ellisphere 2014)

/HVWUªVSHWLWHVHQWUHSULVHV 73( VHWURXYHQWHQSULQFLSHDXGHVVRXVGHV VHXLOV TXL LPSRVHQW OD SUVHQFH GH UHSUVHQWDQWV GHV VDODULV HW OD WHQXH GH QJRFLDWLRQVFROOHFWLYHV/HGLDORJXHVRFLDOQ̾\HVWSDVDEVHQWSRXUDXWDQWLO\SUHQG XQHWRXUQXUHHVVHQWLHOOHPHQWLQIRUPHOOHFRQVWDWHOD'DUHV'DQVXQHOLVWHGHTXDWUH WKªPHVPDMHXUVGHVUHODWLRQVSURIHVVLRQQHOOHV VDODLUHVHPSORLFRQGLWLRQVGHWUD YDLOWHPSVGHWUDYDLO OHVVDODULVRQWDLQVLWDVVRFLVFROOHFWLYHPHQWDX[SULVHV GHGFLVLRQVVXUDXPRLQVO̾XQGHVWKªPHVGDQVGHV73(HPSOR\DQWGH¢ VDODULVHQ/HVGFLVLRQVVXUOHVFRQGLWLRQVHWOHWHPSVGHWUDYDLOVRQWFHOOHV TXLRFFDVLRQQHQWOHSOXVVRXYHQWGHVFRQFHUWDWLRQVFROOHFWLYHVGHV73(RQWHQ RXWUHHXUHFRXUVDX[VHUYLFHVG̾XQHRUJDQLVDWLRQG̾HPSOR\HXUVHWRXG̾XQHFKDPEUH FRQVXODLUHGDQVOHFDGUHGHGFLVLRQVSULVHVVXUFHVWKªPHV Source : Dares RÊsultats N° 062 – novembre 2016

Esprit d’entreprise

Recrutement 2.0 91 % des salariĂŠs et des chĂ´meurs privilĂŠgient au moins un outil numĂŠrique dans leur dĂŠmarche de recherche d’emploi. 60 % dĂŠclarent mĂŞme y recourir en prioritĂŠ, selon une ĂŠtude rĂŠalisĂŠe par le CSA pour le Conseil d’orientation pour l’emploi Ă la ďŹ n de l’ÊtĂŠ 2016.

Construction : la dynamique s’amplifie Au 3e trim. 2016, le nombre de logements autorisÊs est en hausse de 6,3 % par rapport au 2e trim. et de 17,3 % par rapport au 2e trim. 2015. Sur un an, le nombre de permis de construire dÊlivrÊs progresse de 14,3 % : + 18,1 % pour le collectif, + 8,1 % pour l’individuel (Source CGDD).

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017

@

i

62 % des 18-24 ans et 46 % des 25-34 ans ont envie de crÊer leur entreprise, d’en reprendre une ou de se mettre à leur compte, selon un sondage OpinionWay rÊalisÊ du 20 au 22 septembre 2016 (Êchantillon reprÊsentatif de la population française).

Peurs d’entrepreneurs Ă€ l’occasion d’Halloween, Hiscox s’est intĂŠressĂŠ aux pires craintes des entrepreneurs français. Top 5 : ne pas ĂŞtre soutenu par le gouvernement ; le non-paiement par les clients ; le manque de ressources ďŹ nancières pour maintenir l’entreprise à ot ; ne pas ĂŞtre en mesure d’attirer de nouveaux clients ; ĂŞtre obligĂŠ de rĂŠpercuter les hausses de coĂťts sur les clients.


rtisans

LE MONDE DES

lemondedesartisans.fr Pour vous, le premier site d’info entièrement dédié aux artisans et à l’artisanat.

L’INFO DE TOUTES LES BRANCHES À PORTÉE DE CLIC

Bâtiment Alimentaire

Services

Production

Métiers d’art

UNE VEILLE QUOTIDIENNE SUR L’ACTUALITÉ DU SECTEUR

Conseils Dossier

Témoignages Agenda

Fiches pratique

www.lemondedesartisans.fr / Suivez-nous sur Twitter (@mondedartisans) et sur Facebook ! Prix du Syndicat de la Presse Professionnelle 2016, catégorie « Meilleure initiative en marketing client »

Abonnez-vous au Monde des artisans $WNNGVKPȃTGPXQ[GTCXGEXQVTGTÈ‹INGOGPVȃ#6%5GTXKEGCDQPPGOGPVUTWG&WRQPVFGU.QIGUÇ¡/GV\(CZÇ¡Å¡Å¡Å¡Å¡ Abonnement en ligne sur www.kiosque-atc.com/presse-pro-artisans.html CRÉER, ENTREPRENDRE ET RÉUSSIR

Janvier/février 2017 • 1,50 €

DANS LES MÉTIERS

rtisans

LE MONDE DES

Oui, je m’abonne au Monde des artisans pour deux ans (12 numéros) au tarif préférentiel de 12 euros (au lieu de 18 euros*)

rtisans.fr Suivez-nous : www.lemondedesa

NAT JOUER COLLECTIF DANS L’ARTISA

Prénom .....................................................................................................................................

pour réussir

Nom ................................................................................................................................................

S’unir

Profession ...........................................................................................................................

PAGE

28

Nombre de salariés .................................................................................................. Adresse ................................................................................................................................... ........................................................................................................................................................... Bimestriel n°116

Exclusif

S INTERNATIONALES P.12 RETOUR SUR LES ZONES TOURISTIQUE INNOVER PRESTIGE

Ils électrisent la petite reine ! P. 42

Élections aux CMA : les nouveaux visages de l’a l’arttiiisanat

Visite d’entreprise : et voilà le travail ! P. 22

P. 04

Téléphone ........................................................................................................................... Fax ................................................................................................................................................ E-mail ......................................................................................................................................

3UL[GHYHQWHDXQXP«UR2IIUHYDODEOHMXVTX̵DX7DULIG̵DERQQHPHQWDQ)UDQFHHXURV(QDSSOLFDWLRQGHODORLQrGXMXLQYRXV GLVSRVH]G̵XQGURLWG̵DFFªVHWGHUHFWLͤFDWLRQDX[LQIRUPDWLRQVYRXVFRQFHUQDQWUHSURGXLWHVFLGHVVXV/0$YRXVSU«FLVHTX̵HOOHVVRQWQ«FHVVDLUHVDXERQ WUDLWHPHQWGHYRWUHDERQQHPHQW$XFXQDERQQHPHQWQHVHUDVRXVFULWVDQVYRWUHUªJOHPHQW


F

OCUS [ MÉTIER

Maçons/carreleurs

S’adapter Ă un marchĂŠ fragile .COCČŠQPPGTKGECTTGNCIGTGRTČŒUGPVGNŨWPFGUUGEVGWTUNGURNWUHQTVUFGNŨCTVKUCPCV du bâtiment. Mais ces dernières annĂŠes, il a subi de plein fouet la crise et les RTQHGUUKQPPGNUFQKXGPVUCPUEGUUGKPPQXGTRQWTTGFQPPGTEQPĆ’CPEGCWZENKGPVU iĹĄCAPEB

GAĂ‹LLE KRĂ„HENBĂœHL

D

40

BoÎte à outils numÊrique La profession doit Êgalement sans cesse se renouveler.  La rÊglementation se comSOH[LͧHODSHUIRUPDQFHQHUJWLTXHHVWG̸DFtualitÊ, l’accessibilitÊ devient une prioritÊ et les attentes des clients Êvoluent. Les formations pour se mettre à la page sont essentielles, pour travailler sur des nouveaux matÊriaux et avec de nouvelles techniques. Même si bien

&+,))5(6CLÉS

iĹĄDR

ominique MĂŠtayer est prĂŠsident de l’Union nationale artisanale maçonnerie-carrelage au sein de la Capeb depuis 2005. Les ĂŠvolutions, et surtout la crise du bâtiment, il les a vĂŠcues de plein fouet. ÂŤ Nous venons de vivre sept annĂŠes GLIͧFLOHV(QVL[DQVFHVRQWHPSORLV qui ont disparu dans notre domaine. Âť Mais depuis environ trois trimestres, l’activitĂŠ semble ĂŞtre repartie. ÂŤ Un lĂŠger redĂŠmarrage, selon Dominique MĂŠtayer, qui s’explique par des taux de crĂŠdit plus bas et plus attractifs pour les clients et la mutation de l’ancien bâti qu’il faut adapter et rĂŠnover. On espère que cette tendance va s’installer durablement. Âť Et pour maintenir la reprise, le prĂŠsident assure qu’il faut ÂŤ apprendre Ă mieux communiquer. Nous devons nous rendre plus visibles, montrer ce que l’on sait faire aux clients potentiels. On doit se mettre dans la peau du maĂŽtre d’ouvrage. Âť Autre piste : la proximitĂŠ. ÂŤ Dans un marchĂŠ concurrentiel, il faut miser sur le travail de proximitĂŠ. En limitant les dĂŠplacements longue distance et en proposant un service après-vente de qualitĂŠ, on va gagner en compĂŠtitivitĂŠ. Âť

souvent, c’est sur le terrain que les artisans maçons et carreleurs mettent en pratique ces savoir-faire.  Le rôle de la Capeb est notamment de tenir les entreprises informÊes des diffÊrentes Êvolutions.  Nous sommes un appui pour les avertir et les Êclairer sur les changements techniques et juridiques. On les tire vers le haut, pour que la profession gagne sans cesse en qualitÊ et performance.  Et pour cela, un nouvel outil pointe son nez, dont les artisans du bâtiment doivent se saisir sans attendre.  La maquette numÊrique est l’avenir du mÊtier de maçon et du bâtiment en gÊnÊral. Il s’agira de centraliser toutes les informations relatives à un chantier sur une maquette numÊrique commune à toutes les professions qui y participent. Architectes, industriels, bureaux d’Êtudes, maçons... Ce VHUDXQJDLQGHWHPSVHWG̸HIͧFDFLW(WOD traçabilitÊ sera optimisÊe, note le prÊsident. La Capeb espère vivement que ce nouvel outil numÊrique sera accessible à toutes les entreprises, sans exception. D’ici deux à cinq ans, cette innovation fera partie de la caisse à outils du maçon , prÊdit-il.

 D’ici deux à cinq ans, la maquette numÊrique fera partie de la caisse à outils du maçon.  Dominique MÊtayer, prÊsident de l’UNA maçonnerie-carrelage, vice-prÊsident de la Capeb

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017

Le secteur de la maçonnerie-carrelage rassemble près de 112 000 entreprises FGOQKPUFGÇĄUCNCTKČŒU auxquelles s’ajoutent près de 20 000ÇĄCWVQ entrepreneurs*.

En son sein, l’activitÊ kǥVTCXCWZFGOCȊQPPGTKG gÊnÊrale et gros œuvre de DȅVKOGPVǥzGUVOCLQTKVCKTG (66 % des entreprises et 85 % des autoentrepreneurs), suivie par la construction de maisons individuelles (22 % des entreprises et 7 % des auto-entrepreneurs)*.

Le nombre de salariĂŠs dans les entreprises de maçonnerie-carrelage FGOQKPUFGÇĄUCNCTKČŒU s’est contractĂŠ de 8 % GPVTGÇĄGVÇĄRCUUCPV de 207 631 Ă 190 228 salariĂŠs**. Sources : Chiffres clĂŠs 2016 – Capeb dont * Sirene au 1er janvier 2014 et estimation Capeb/Accos et ** Accoss 2014 hors apprentis et stagiaires.


F

OCUS [ MÉTIER

 La bijouteriejoaillerie reste un secteur crÊateur d’emploi et très exportateur ,

iĹĄPHOTOS : ECOLES BJOP

Michel Baldocchi, directeur des Êcoles BJOP, liÊes à l’UFBJOP (Union française de la bijouterie, joaillerie, orfèvrerie, des pierres et perles)

Bijoutiers-Joailliers

Maillons forts de la transmission AssociĂŠs au luxe, les bijoutiers-joailliers sont les gardiens de techniques de fabrication rigoureuses et ancestrales. ǨNGWTEQORVGQWCWUGTXKEGFGITCPFGUOCKUQPUKNUUQPVCWLQWTFŨJWKĹĄGP(TCPEGČƒRGTRČŒVWGTEGUUCXQKTHCKTG Une passion qui inspire les nouvelles gĂŠnĂŠrations. Tour d’horizon avec Michel Baldocchi, directeur des Écoles BJOP, qui fĂŞtent leurs 150 ans en 2017. SAMIRA HAMICHE Une filière toujours attractive

41

Une forte

ÂŤ Bijoutier-joaillier, c’est le plus vieux mĂŠtier du monde Âť, plaisante Michel Baldocchi. Et pour sĂŠcuritĂŠ de l’emploi ECWUG/WNVKUČŒEWNCKTGUNGUIGUVGUFGNCDKLQWVGTKGLQCKNNGTKGPŨQPVRCUĆ’PKFGUČŒFWKTG Au sortir de leur formation, Le plus souvent, c’est bac en poche que la plupart des ĂŠlèves des ĂŠcoles BJOP 9 ĂŠlèves sur 10 s’orientent vers le entament leur formation initiale, continue ou en alternance. L’Êcole BJOP et le salariat. ÂŤ Cela correspond Ă la rĂŠalitĂŠ de l’offre, qui est très importante. Âť Les CFA accueillent 300 jeunes de 16 Ă  25 ans, mais le noyau dur est composĂŠ de principaux employeurs restent les grandes CPUÂŤ On note aXVVLXQHIRUWHIÂŤPLQLVDWLRQGXPÂŤWLHUGHSXLVXQH vingtaine d’annĂŠes. Âť Preuve de l’attractivitĂŠ du mĂŠtier, nombreux sont les maisons et les sous-traitants mais les artisans adultes en reconversion Ă  passer leur CAP dans le cadre d’un CIF (ĂŠcole embauchent aussi lorsqu’ils le peuvent. ÂŤ Les BJO formation). En outre, les ĂŠcoles forment de plus en plus d’Êtudiants grandes marques se dĂŠveloppent et ont besoin d’une ĂŠtrangers, ÂŤ LVVXVGHͧOLÂŞUHVWUÂŞVTXDOLWDWLYHVÂť La bonne santĂŠ du marmain-d’œuvre bien formĂŠe. Âť Du fait de la chertĂŠ des chĂŠ explique pour beaucoup le rayonnement du mĂŠtier. ÂŤ La demande matières premières, rares sont les jeunes diplĂ´mĂŠs de formation est forte car c’est un secteur porteur, dynamique, qui exporte Ă  s’installer d’office Ă  leur compte. ÂŤ Lorsqu’ils le beaucoup et qui n’est pas dĂŠlocalisĂŠ. Âť La soliditĂŠ de l’ancrage historique peuvent, ils reprennent des entreprises existantes, LQWGCWUUKGPHCXGWTFGNCĆ’NKČ‹TG familiales ou non. Âť DĂŠbuter au service de maisons TČŒRWVČŒGURTČŒUGPVGWPCXCPVCIGFGVCKNNGĹĄÂŤ Cela Une formation transdisciplinaire permet d’amĂŠliorer ses compĂŠtences et d’acquĂŠrir Comme de nombreux mĂŠtiers de l’artisanat, la bijouterie-joaillerie est des techniques plus subtiles pour aller au bout du impactĂŠe par le numĂŠrique. Parallèlement aux mĂŠthodes traditionnelles, savoir-faire Âť. Les joailliers-crĂŠateurs ont une comme le dessin Ă  la gouache ou le prototypage Ă  la cire, les ĂŠlèves travaillent prĂŠdilection pour Paris, quand les bijoutiers avec des logiciels de CAO et CFAO (conception et fabrication assistĂŠes par traditionnels s’implantent avec succès sur ordinateur) ou encore d’imprimantes 3D. ÂŤ Mais l’un ne va pas sans l’autre : les tout le territoire. ÂŤ Ils trouvent facilement techniques traditionnelles restent au centre Âť, nuance Michel Baldocchi. L’histoire leur place en centre-ville, avec une offre de l’art, le dessin et les matières classiques sont ĂŠgalement enseignĂŠs aux ĂŠlèves, traditionnelle et familiale. Âť SWKDČŒPČŒĆ’EKGPVCNQTUFŨWPUQNKFGDCICIG)CTCPVUFGNCVTCPUOKUUKQPNGUCTVKUCPUUQPV très impliquĂŠs dans la formation de la relève. ÂŤ Ceux qui enseignent aux ĂŠcoles BJOP ont pour union-bjop.com i la plupart une vingtaine d’annĂŠes d’expĂŠrience. Âť

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


RESTIGE

Cinq ans d’existence, 20 millions d’euros de chiffre d’affaires et la barre des 40 salariés en ligne de mire pour 2017… Moustache Bikes, concepteur et fabricant de vélos à assistance électrique à Golbey (88), explose tous les compteurs et maintient son ascension fulgurante. Et avec un bon moteur, on sait que les montées, ça fait moins peur ! JULIE CLESSIENNE

42

išLUC BERTAU

P

MOUSTACHE BIKES, FABRICANT DE VÉLOS À ASSISTANCE ÉLECTRIQUE Rencontre fortuite pour duo gagnant

« Nous sommes très attachés à la partie esthétique sans jamais faire aucun compromis sur la dimension technique. » Le nom de Moustache s’est rapidement imposé. D’abord parce qu’il rappelle le guidon des anciens vélos qu’ils se sont amusés à réinterpréter et à moderniser… « Nous avons longuement travaillé pour que nos guidons, au design unique, soient très confortables, qu’ils offrent une position de conduite naturelle. Des centaines d’essais ont été nécessaires pour trouver les angles parfaits, la bonne ergonomie. C’est un des éléments qui rend nos vélos si singuliers et reconnaissables entre tous », explique Grégory Sand. Ensuite, c’était aussi une manière pour eux de « faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux. Dans ce secteur hyperconcurrentiel, quand on s’appelle « Moustache », les gens s’en souviennent et comme, dès le départ, nous avions des ambitions fortes à l’export, il fallait marquer le coup ! »

Le Monde des artisans [ janvier/février 2017

iš MOUSTACHE BIKES

Un nom qui fait mouche

À l’origine de l’entreprise : Emmanuel Antonot, le technicien visionnaire, et Grégory Sand, le commercial passionné de vélo. L’un croit en l’avenir du vélo à assistance électrique (VAE), ambition qu’il ne peut mener à terme dans la grande entreprise de cycles traditionnels où il travaille depuis une dizaine d’années ; l’autre a envie de développer un projet personnel dans sa région d’origine après sept années passées à faire le tour du monde en tant que responsable export pour une entreprise de mobilier haut de gamme. « C’est notre expert-comptable qui nous a mis en relation et a décelé notre complémentarité », raconte Grégory Sand. Une rencontre aussi originale que fortuite…


Ils ont ĂŠlectrisĂŠ

la petite reine iĹĄ MOUSTACHE BIKES

iĹĄ M OU STA CH

EB

IKE

S

Du design au designer

Fin 2010 Rencontre entre GrĂŠgory Sand et Emmanuel Antonot.

ÂŤ L’idĂŠe, c’est d’investir ĂŠnormĂŠment avec une ĂŠquipe R&D très ĂŠtoffĂŠe. Âť Sept techniciens travaillent ainsi Ă plein-temps sur le design et les qualitĂŠs techniques des vĂŠlos, dĂŠveloppant FGU URČŒEKĆ’EKVČŒU RTQRTGU CWZ Moustache (guidon hyper-ergonomique, garde-boue très rigides mais lĂŠgers, tube diagonal du cadre Ă  triple cavitĂŠ pour absorber les vibrations‌). ÂŤ Les vĂŠlos ĂŠlectriques ĂŠtant par nature plus lourds, les contraintes sont diffĂŠrentes. Âť Une dĂŠmarche SWKCVCRČŒFCPUNŨ‘KNFG2JKNKRRG Starck himself avec qui l’Êquipe a dĂŠveloppĂŠ la gamme MASS en 2015. ÂŤ Il est intervenu sur toute la partie cosmĂŠtique et nous a RQWUUČŒUNQKPUWTNGUĆ’PKVKQPUGV les accessoires, comme cette housse de protection en fausse fourrure pour tenir la batterie au chaud en hiver ! Âť

2011 CrÊation de l’entreprise à Golbey dans un local de 300 m2, prÊsentation de la première gamme de sept vÊlos au Salon du cycle à Paris et rencontre avec Philippe Starck. 2012 Vendent 1 300 vÊlos alors qu’ils en prÊvoyaient 600. 1er Eurobike Award au Salon Eurobike à Friedrichshafen (Allemagne), une rÊfÊrence au niveau mondial.

Une communication qui dĂŠfrise

La force de Moustache, c’est d’avoir su se faire des alliĂŠs de choix – et de poids – dès le dĂŠpart. PersĂŠvĂŠrants et porteurs d’un projet extrĂŞmement DKGPĆ’EGNČŒ)TČŒIQT[5CPF et Emmanuel Antonot ont obtenu l’autorisation de Bosch, la cĂŠlèbre multinationale allemande, d’utiliser leur motorisation sur leurs vĂŠlos. ÂŤ Nous avons ĂŠtĂŠ la première marque Ă introduire ce système en France. Il est depuis devenu la rĂŠfĂŠrence dans le monde entier, raconte GrĂŠgory Sand. Nous avons nouĂŠ un vrai partenariat avec eux et nous partageons leurs valeurs de performance, de qualitĂŠ et de service. Âť

2013 2e Eurobike Award.

Sortir des sentiers battus et des codes ĂŠtablis, Moustache en a fait UCNKIPGFGEQPFWKVGĐ‘+EKEGPGUQPVRCUNGUCPPČŒGUSWKRCUUGPV mais les ÂŤ saisons Âť (NDLR : nous en sommes Ă la six, si vous avez OCPSWČŒNGUEKPSRTGOKČ‹TGUĐ‘ GVNGUXČŒNQURQTVGPVNGPQOFŨWPLQWTFG la semaine, comme le ÂŤ lundi 26 Âť (pour 26 pouces, la dimension des pneus). ÂŤ On essaie de donner de la cohĂŠrence Ă  l’ensemble de notre dĂŠmarche, que ce soit dans notre manière de communiquer comme dans le choix de nos revendeurs. Âť Et leurs salariĂŠs ne sont pas en reste : ÂŤ Avec Emmanuel, nous donnons un maximum d’impulsion mais le but c’est que ce soit l’Êquipe qui fasse avancer l’entreprise. Nous ne sommes que deux membres parmi d’autres ! Âť, conclut GrĂŠgory Sand.

iĹĄ MOUSTACHE BIKES

Technologie haut de gamme

43

2015 Lancement de la gamme MASS avec Philippe Starck. Un succès commercial et d’estime ! 2016 Cap symbolique du 20 000e vÊlo fabriquÊ, 11 000 vÊlos vendus par an, 20 millions d’euros de CA. Leur local fait dÊsormais 3 000 m2 et ils rÊalisent 50% de leur chiffre à l’export.

i

www.moustachebikes.com

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


V

IE D'ARTISANS

ART DE VIVRE

Ces artisans  Êco-friendly  Qu’ils crÊent des accessoires à partir de skates usagÊs, recyclent des copeaux de bois en galettes combustibles ou mettent en scène des fleurs dans le respect de l’environnement et le bien-être des hommes, ces trois artisans ont su faire rimer  Êco-responsabilitÊ  et  ingÊniositÊ ,  crÊation  et  imagination . MARJOLAINE DESMARTIN

ROMAIN GIRARD, CRÉATEUR

iĹĄPHOTOS : DR

La planche‌ à dÊcouper

44

RÊaliser des lunettes solaires à partir de planches de skateboard usagÊes : c’est le pari fou qu’a relevÊ Romain Girard. SÊduit par les valeurs du skate – libertÊ et respect de l’environnement –, cet ancien opticien donne une seconde vie aux planches usÊes de ses amis. Dans son atelier de Blois (Loir-et-Cher), il dÊcoupe, ponce et modèle des pièces originales, aux  balafres  uniques. Des lunettes, mais pas seulement‌ Sous les doigts de Romain naissent boucles d’oreilles, bagues, horloges et instruments de musique. Une manière d’attirer une

Romain Girard, sa matière première dans les mains.

clientèle plus large et de recycler tout le skate.  Il y avait beaucoup de rebuts sur une planche utilisÊe pour crÊer des lunettes.  L’artisan a à cœur de prÊserver l’environnement – il se sert de colles à solvants Êco-labellisÊs – et de se battre contre le gaspillage.  Nous sommes dans un monde de consommation, oÚ l’on rachète tout le temps.  La compagne de Romain apporte son  regard fÊminin  aux bijoux : taille, volume, association de couleurs‌ Elle n’a pas hÊsitÊ à le soutenir dans ce changement de carrière, motivÊ par une certaine lassitude :  J’en avais assez de vendre. Je voulais travailler sur des ÊlÊments, rÊparer les choses.  Le jeune homme a pris le temps de consolider son activitÊ avant de quitter son poste d’opticien. Il a crÊÊ sa première paire de lunettes il y a trois ans et demi et son entreprise le 26 mai 2015.  Aujourd’hui, j’en vis correctement. Les mois avant les fêtes sont les plus fastes.  En un an, Romain vend une centaine de bijoux et cinq à six horloges. i

www.lab-skate.fr |)DFHERRNÉ‹#ODEVNDWH

VALORISEZ VOTRE ENGAGEMENT ÉCO-RESPONSABLE 9RXVWHVFRUHVSRQVDEOH"&ULH]OHVXUOHVWRLWV/HODEHO m‹FRG̨VGHVFRPPHUŠDQWVHWDUWLVDQV} YDORULVHOHVHQWUHSULVHVTXL PHWWHQWHQSODFHGHVDFWLRQVFRQFUªWHVHQIDYHXUGHO̾HQYLURQQHPHQW3RXUO̾REWHQLUHOOHVGRLYHQWUHOHYHUDXPRLQVWURLVGͤV UHODWLIV ¢O̾QHUJLHDX[GFKHWV¢ODJHVWLRQGHO̾HDXHWF HWEQͤFLHQWSRXUOHV\DLGHUG̾XQDFFRPSDJQHPHQWJUDWXLWHWSHUVRQQDOLV GLVSHQVSDUOHVFKDPEUHVFRQVXODLUHV/HVDUWLVDQVODEHOOLVVSHXYHQWDLQVLFRPPXQLTXHUVXUOHXUH[HPSODULWDXSUªVGHOHXUV FOLHQWV'̾DXWUHVODEHOVH[LVWHQW¢O̾LQVWDUGHm5SDU˚$FWHXUV}. 7RXWDUWLVDQGHODUSDUDWLRQLQWUHVVSHXWO̾REWHQLUHQVLJQDQW XQHFKDUWHDYHFVD&0$GDQVODTXHOOHLOV̾HQJDJH¢IDLUHODSURPRWLRQGHODUSDUDWLRQHW¢DYRLUXQHJHVWLRQHQYLURQQHPHQWDOH PLQLPLVDQWOHVLPSDFWVGHVRQDFWLYLW(QFRQWUHSDUWLHLOEQͤFLHJUDWXLWHPHQWG̾RXWLOVGHFRPPXQLFDWLRQHWHVWUIUHQF VXUXQDQQXDLUH:HEGGLN’hÊsitez pas à vous rapprocher de votre chambre de mÊtiers pour connaÎtre les diffÊrents labels.

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


VIE D'ARTISANS [ CES ARTISANS  ÉCO-FRIENDLY 

SOPHIE LE CORRE, FLEURISTE

Artisanat, tendance et dÊveloppement durable  On est venu me dÊmarcher parce que je correspondais dans les grandes lignes ¢ODFKDUWH-̸DLDIͧQSDUODVXLWHHQIRQFtion, et des conseillers m’ont orientÊe sur certains choix.  Entre autres choses, l’artisane est aujourd’hui très attentive aux labels des fleurs d’import,  qui garantissent notamment que les gens qui travaillent à l’Êtranger sont formÊs . Elle ambitionne aussi de se diriger vers le bio.  C’est un vÊritable dÊsir. Nous allons dÊvelopper des partenariats avec des producteurs bio.  Le 26 novembre, Sophie Êtait à la Recyclerie de SaintOuen, un tiers lieu de loisirs qui sensibilise le grand public aux alternatives de manière ludique.

À elle, le Pompon. En dÊcembre 2012, Sophie Le Corre ouvre sa boutique de fleurs, Pompon, à Montreuil (SeineSaint-Denis). À la main verte, l’artisane allie le regard aiguisÊ et l’esprit dÊbordant d’imagination. Et pour cause : Sophie a eu plusieurs vies. Photographe, webmaster‌  On a les mêmes rÊflexes en tant que photographe que fleuriste, assure-t-elle. Il faut être pragmatique, toujours à la pointe, à l’Êcoute des technologies, des modes et des tendances. Il IDXWDYRLUXQFœWSUDWLTXHHWGHODFUDWLvitÊ.  Pompon est très axÊe dÊcoration, jardin. Entre objets chinÊs et mobilier design, la boutique conjugue le rÊtro et le contemporain, coquette maison à la fois simple et moderne. Sophie travaille avec de petits artisans crÊateurs : cÊramistes, designers, graphistes‌ Elle est labellisÊe Êco-responsable.

iĹĄDR

i

www.boutique-pompon.fr

Sophie Le Corre dans la boutique.

45

MARC TARDIEU, MENUISIER

Des copeaux comme galettes combustibles QHUJWLTXHHWSHUPHW¢QRVFOLHQWVGHEQͧFLHUG̸XQH 79$GHHWG̸XQFUGLWG̸LPSœW} Le maÎtre artisan cultive – et dÊveloppe – les valeurs de son père.  Je veux laisser une planète propre aux gÊnÊrations futures , souligne-t-il. Marc Tardieu, à droite sur la photo.

i

www.menuiserie-tardieu.com

iĹĄDR

En 1994, Marc Tardieu reprend la menuiserie fondĂŠe RCTUQPRČ‹TGGP5KVWČŒGČƒ2NCPFŨ1TIQP $QWEJGU du-RhĂ´ne), l’entreprise se spĂŠcialise dans la fabrication d’amĂŠnagements extĂŠrieurs et intĂŠrieurs (fenĂŞtres, escaliers, cuisines‌). Elle intègre les enjeux environnementaux depuis longtemps. ÂŤ Toute notre production est EDVÂŤHVXUGHVERLVFHUWLͧVGRQWQRXVSRXYRQVJDUDQWLUOD traçabilitĂŠ Âť, explique le maĂŽtre artisan et maĂŽtre d’apprenVKUUCIGEQPĆ’TOČŒ3WKCNNKGNCETČŒCVKXKVČŒČƒNCFČŒOCTEJG ĂŠco-responsable : les chutes et copeaux de bois aspirĂŠs FCPUNŨCVGNKGTUQPVRCUUČŒUČƒNCRTGUUGČƒDTKSWGVVGUCĆ’P de servir de combustible Ă la chaudière de l’entreprise. .GEQPFWKVFGEJGOKPČŒGGUVFŨCKNNGWTUČŒSWKRČŒFŨWPĆ’NVTG Ă  particules. m1RXVVRPPHVDXWRVXIͧVDQWVSRXUWRXWH la saison de chauffe, en pĂŠriode hivernale. Âť Les dĂŠchets non recyclables sont triĂŠs. .COGPWKUGTKG6CTFKGWGUVOWNVKNCDGNNKUČŒG3WCNKDCV 4)'ǨRTQRQUFGEGFGTPKGTNCDGNUKIPKĆ’CPVk4GEQPPW garant de l’environnement Âť, Marc Tardieu raconte : ÂŤ Il y a quelques annĂŠes, j’ai suivi une formation, sanctionnĂŠe SDUXQH[DPHQSRXU\SUÂŤWHQGUHÂŒWUHTXDOLͧV5*(YDORrise notre savoir-faire dans le domaine de la rĂŠnovation

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017


O

PINION

ÂŤ Pilotez votre trĂŠsorerie ! Âť

SAISIR LA MÉDIATION La procĂŠdure est gratuite ; le dĂŠpĂ´t de demande se fait en ligne, en quelques minutes, mais le dossier doit ĂŞtre prĂŠalablement prĂŞt (rassemblement de certaines informations et documents). &CPUNGUJGWTGUXQWUUGTG\EQPVCEVČŒ par votre mĂŠdiateur dĂŠpartemental du crĂŠdit. La banque dispose de

iĹĄMINEFI

LQWTURQWTOQFKĆ’GTUGURQUKVKQPU

FABRICE PESIN MĂŠdiateur national du crĂŠdit

le mĂŠdiateur intervient ensuite pour rĂŠsoudre les points de blocage, puis proposera une solution aux parties.

Un refus de crÊdit de la part de la banque ? Une dÊnonciation de dÊcouvert ? Un refus de rÊÊchelonnement d’une dette ? La MÊdiation du crÊdit, en place depuis huit ans, est là pour vous aider à trouver une solution. Voici un point sur la situation des TPE et quelques conseils pour vous aider à remÊdier aux Êcueils.

46

i www.mediateurducredit.fr Pour plus d’informations, appelez le 0810 00 12 10 (0,6 ₏ + prix d’appel)

PROPOS RECUEILLIS PAR SOPHIE DE COURTIVRON

LMA : Quelle est la situation des TPE par rapport au crĂŠdit ? Fabrice Pesin : L’accès au crĂŠdit - de trĂŠsorerie ou d’investissement - est plus compliquĂŠ pour les TPE que pour les PME. Les TPE ont TGRTČŒUGPVČŒFGPQUFQUUKGTUVTCKVČŒUGP 2015. Pourquoi ? Structurellement, elles ont moins de fonds propres que les PME (un tiers des TPE ont des fonds propres nuls, voire nĂŠgatifs), et leurs dirigeants ont trop peu souvent mis en place des outils de gestion RQWTCPVKEKRGTNGUFKHĆ’EWNVČŒU VCDNGCWZFG bord pour suivre leur trĂŠsorerie, leurs besoins FGĆ’PCPEGOGPVČƒEQWTVGVOQ[GPVGTOG  Ainsi, ils s’aperçoivent au dernier moment qu’ils sont dans une impasse, et le banquier est mis devant le fait accompli ! De plus, conjoncturellement, trois secteurs oĂš il y a beaucoup de TPE souffrent (bâtiment, cafĂŠ-hĂ´tellerie-restauration, commerce de dĂŠtail de centre-ville de taille moyenne).

LMA : Que faire pour obtenir des financements ? F. P. : Pilotez votre trĂŠsorerie ! Et si un banquier ou un assureur-crĂŠdit vous dit ÂŤ non Âť,

Le Monde des artisans [ janvier/fĂŠvrier 2017

si vous observez un changement de leur comportement Ă votre ĂŠgard, prenez cela très au sĂŠrieux ! Venez nous voir immĂŠdiatement, ne laissez pas la situation se dĂŠgrader : nous dĂŠbloquons deux tiers des ECUSWKPQWUUQPVEQPĆ’ČŒUGVEGTVCKPUFG nos dossiers auraient pu l’être si nous les avions eus un ou deux mois avant. Nous exRNQTQPUVQWVGUNGUUQNWVKQPUFGĆ’PCPEGOGPV avec les partenaires de l’artisan (banques) et avec d’autres acteurs (caution mutuelle de la Siagi, contre-garantie de BPI France, plateformes de crowdfunding‌). Nous trouvons des combinaisons : un dĂŠcouvert autorisĂŠ couplĂŠ Ă  de l’affacturage et Ă  une caution de la Siagi pour partager le risque avec la banque, par exemple. L’artisan reste dĂŠcisionnaire.

LMA : Comment se dessine l’avenir du crÊdit ? F. P. : .GƒPCPEGOGPVFGUGPVTGRTKUGUUG FKXGTUKƒG KN [ C RNWU FG TȋINGU FW LGW FG possibilitÊs... En outre, les banques sont soumises à des règles prudentielles et s(er)ont plus exigeantes : l’artisan doit être transparent. Demander un prêt implique

FGUCXQKTHCKTGWPDWUKPGUURNCPWPRTQĆ’N de trĂŠsorerie‌ Faites-vous aider par votre expert-comptable ou votre chambre de OČŒVKGTUGVFGN CTVKUCPCVCĆ’PFGRTČŒUGPVGT une requĂŞte ĂŠtayĂŠe. Demander un crĂŠdit sur investissement, c’est avoir prĂŠvu le temps de retour sur investissement et en combien d’annĂŠes rembourser le banquier. Attention, XQVTGVTCPUKVKQPPWOČŒTKSWGCWPEQČ›VGVĆ’PCPcer de l’immatĂŠriel, sans actifs physiques qui servent de garantie aux banques, nĂŠcessite la plus grande prĂŠparation.

ASSURANCE-CRÉDIT /D0GLDWLRQGXFUGLWYLHQWGHODQFHU le guide  L’assurance-crÊdit pour tous IUXLWGȄXQWUDYDLOFROOHFWLISRXU IDPLOLDULVHUOHVFKHIVGȄHQWUHSULVH DYHFFHWWHDVVXUDQFHTXLSHUPHWGH VHSURWJHUFRQWUHOHULVTXHGȄLPSD\ )LFKHVSUDWLTXHVHWGWDLOOHV DFFRPSDJQHQWOHGLULJHDQWGDQVOD JHVWLRQGHVRQSRVWHFOLHQWVHWGDQVVHV UHODWLRQVDYHFOHVDVVXUHXUVFUGLW


P R O F E S S I O N N E L S ÉPARGNE TRÉSORERIE

FINANCEMENT CRÉDIT BAIL

SANTÉ COLLECTIVE

TÉLÉPHONIE MOBILE

PAIEMENT SANS CONTACT TRANSMISSION REPRISE

Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Océan - SA Coopérative de Crédit à Capital Variable - RCS La Roche/Yon B 307 049 015 - Intermédiaire en opérations d'assurance n° 0RIAS 07 027 974, consultable sous www.orias.fr 34 rue Léandre Merlet - 85000 La Roche/Yon - Tél. 02 51 47 53 00 - Crédit photo : Thinkstock - 2016.

pour passer votre

publicité dans

2017 • 1,50 €

RETROUVEZ

rtisans

DANS CE NUM

ÉRO TOUTE L’INF

ORMATION DE

VOTRE CMA

rtisans

LE MONDE DES

édition

Une nouvell

deux-sèvr es

e

à votre serévquipe iceɈ

i contactez :

THIERRY JONQUIÈRES 116

ƪƯƷƫƩƹƫƺƷƪƫǞƺƨƲƯƩƯƹʤ Tél. : 06 22 69 30 22

CÉDRIC JONQUIÈRES ƩƮƫƬƪƫǞƺƨƲƯƩƯƹʤ Tél. : 06 10 34 81 33

Bimestriel n°

LE MONDE DES

Janvier/février

Vos élus de Actualités

proximité et chargés de développ ement écon omiq

Le Top des ent reprises 2016 : la réu ssite à l’honneur P. 12

Art de vivr e

Ces artisans « éco-friend ly

P. 44

» Deux-Sèvres

ue p. 13


MAAF PRO

Depuis plus de 60 ans, MAAF assure les professionnels Multirisque professionnelle RC Décennale (PROS du bâtiment) Véhicules professionnels Santé collective et individuelle Prévoyance - Épargne - Retraite

Prenez rendez-vous sans plus tarder

 du lundi au vendredi de 8h30 à 20h et le samedi de 8h30 à 17h

12/16 - MAAF Assurances SA RCS NIORT 542 073 580 - Crédit photo : Fokal Studio - Création :

pour vous les PROS

Le monde des artisans n°116 - janvier/février 2017  
Le monde des artisans n°116 - janvier/février 2017  

Le magazine des artisans en Deux-Sèvres.

Advertisement