Page 1

Juillet-août 2016 • 1,50 €

RETROUVEZ DANS CE NUMÉRO TOUTE L’INFORMATION DE VOTRE CMA

LE MONDE DES

rtisans édition

deux-sèvres Apprentissage

La rentrée se prépare ! PAGE

Bimestriel n°113

04

ils cherchent un repreneur p. 37

Trois questions à…

prix goût et santé des apprentis

Florence Tavard-Favrelière, Directrice du centre de formation de la CMA 79 P. 06

Un podium pour le campus des métiers de Niort P. 06

Deux-Sèvres


* Sous réserve d’acceptation de votre dossier par la Banque Populaire et la Socama. FNS, Fédération Nationale des Socama, association loi 1901, dont le siège est situé 50, avenue Pierre-Mendès-France - 75013 Paris - Réf. 02/2014 - Crédit Photo : ShutterStock, Thinkstock - Création :Tagora - Impression : Les Éditions de l’Épargne.

COMME DES MILLIERS D’ENTREPRENEURS,

BÉNÉFICIEZ DE LA GARANTIE SOCAMA POUR RÉALISER VOTRE PROJET PROFESSIONNEL EN PROTEGEANT VOTRE PATRIMOINE PERSONNEL*

En partenariat avec www.socama.com

SARL Joguet et Fils, votre concessionnaire exclusif Nissan en Savoie depuis 1984. NISSAN CARLIANCE RUE DES GUILLÉES - NIORT/CHAURAY - 05 49 08 28 88 FLEURY AUTO SAS - AGENT SERVICE - FONTENAY-LE-COMTE - 02 51 69 23 76 BMSO – AGENT SERVICE – THOUARS – 05 49 96 18 18 Depuis 1984

www.nissan-joguet.fr -

Nissan Joguet

>ccdkZgVjigZbZci#:c;gVcXZ!\VgVci^Z*Vcha^b^i‚Z|&+%%%%`bhVj[\VbbZZ"CK'%%/\VgVci^Z(Vch$&%%%%%`bZi*Vch$&%%%%%`bedjgaVX]VˆcZX^c‚bVi^fjZ‚a‚Xig^fjZ"WViiZg^Z^cXajhZ#BdYƒaZeg‚hZci‚/CdjkZVjC^hhVcCE(%%C6K6G69djWaZ 8VWY8^&+%IZ`cVVkZXdei^dceZ^cijgZb‚iVaa^h‚Z#D[[gZcdcXjbjaVWaZg‚hZgk‚ZVjmVgi^hVch!XdbbZgVcihZihdX^‚i‚h]dghadjZjgh!VYb^c^higVi^dch!Xa^ZcihhdjhegdidXdaZhcVi^dcVjmZig‚\^dcVjm!kVaVWaZ_jhfjVj(%$%+$'%&+YVch aZhed^cihYZkZciZC>HH6CeVgi^X^eVcih!^ciZgb‚Y^VgZhcdcZmXajh^[h#C>HH6CL:HI:JGDE:H6HVjXVe^iVaYZ*+&%),*ÏG8HKZghV^aaZhc•+..-%.&,)"EVgXY6[[V^gZhYjKVaHV^ci"FjZci^c"'!gjZGZc‚8VjYgdc"8H&%'&(",-.+&Kd^h^ch"aZ"7gZidccZjm8ZYZm#


S O M M A I R E

ÉVÉNEMENT

4

Les campus des mĂŠtiers prĂŠparent la rentrĂŠe

ACTUALITÉS [ 6 [Trois questions à Florence Tavard-Favrelière, Directrice du centre de formation

En raison des Êlections des prÊsidents de CMA, prÊvues en octobre 2016 et du droit de rÊserve, le prÊsident de la CMA 79 ne s’exprimera pas comme habituellement dans son Êdito.

[Le  Qui fait quoi, employeurs  [Une nouvelle Êtape du pacte de responsabilitÊ [ (WVLYRXVGHYHQLH]mODFUªPHGHVS¤WLVVLHUV}̭" [ TrophÊes du Tourisme & Talents de l’agriculture [Prix Stars & MÊtiers Deux-Sèvres INITIATIVEs [ 14 [Prix GoÝt et SantÊ Apprentis MAAF 2016 stratÊgie [ 17 [6ROXWLRQV̭ODIUDQFKLVHG̾HQWUHSULVH exporter sa marque au-delà des frontières [,QQRYHṶOHGULYHDUWLVDQDO [6WUDWJLH̭(QWUHSULVH0RQWJXW  Je crois en l’humain 

DOSSIER

28

5 conseils pour vous lancer à OȇH[SRUWɋOHPRQGHYRXVDSSDUWLHQWɋ

pratique [ 33 [0LVHUVXUOHGÂŤYHORSSHPHQWGXUDEOHĚ­ XQHVWUDWÂŤJLHSD\DQWHĚ­ [Vos prochaines formations en 2016

ÂŤ

É D I T O Qui mieux qu’un artisan pour dÊfendre les artisans ?  C’est sur ce slogan qu’est lancÊe la campagne pour les Êlections aux Chambres de mÊtiers et de l’artisanat qui se dÊrouleront du 1er au 14 octobre prochain.

Les artisans que vous allez ĂŠlire sont proches de vous et ils connaissent la rĂŠalitĂŠ du terrain. Ils veillent Ă l’eďŹƒcacitĂŠ des services mis Ă  votre disposition par les Chambres de mĂŠtiers et de l’artisanat pour vous accompagner tout au long de la vie de votre entreprise, de la crĂŠation Ă  la transmission de votre activitĂŠ en passant par la formation, pour vous, vos apprentis et vos salariĂŠs. Ils veillent Ă  la promotion de la formation initiale et continue dispensĂŠe dans les centres de formation en alternance, pour qu’elle rĂŠponde Ă  vos besoins et permette ainsi, grâce Ă  des salariĂŠs qualiďŹ ĂŠs, d’assurer la pĂŠrennitĂŠ de votre entreprise artisanale. Ces ĂŠlus vous reprĂŠsenteront et auront Ă  cĹ“ur de dĂŠfendre vos intĂŠrĂŞts au quotidien pour les cinq ans venir.

[,OVFKHUFKHQWXQUHSUHQHXUĚ­ [Les prochaines actions proposĂŠes par le PITM

i

3RXUSOXVGȇLQIRUPDWLRQVUHQGH]YRXVVXUbHOHFWLRQVDUWLVDQDWIU| #artisanvotons

regards [ 42 [La haute pression au service des artisans [9LHG DUWLVDQVĚ­0HLOOHXUVDSSUHQWLVGH)UDQFH GL[DQVDSUÂŞVĚ­TXHVRQWLOVGHYHQXVĚ­" [2SLQLRQĚ­+ÂŤOÂŞQH9DODGH

88

Ce numÊro comprend des pages spÊcifiques entre les pages 1 à 16 et 33 à 48 pour les abonnÊs des Deux-Sèvres.

76 8

Le Monde des artisans n°113 – Juillet-aoĂťt 2016 – Édition des Deux-Sèvres Č‚3UÂŤVLGHQWGXFRPLWÂŤGHUÂŤGDFWLRQGHVSDJHVORFDOHVÉ‹-HDQ0LFKHO%DQOLHUČ‚$YHFOHFRQFRXUVUÂŤGDFWLRQQHOGHODFKDPEUHGHPÂŤWLHUVHWGHOȇDUWLVDQDWGHV'HX[6ÂŞYUHVČ‚‹GLWHXU GÂŤOÂŤJXÂŤÉ‹6WÂŤSKDQH6FKPLWWČ‚5ÂŤGDFWLRQÉ‹$7&SRUWÉ‹HPDLOÉ‹OHPRQGHGHVDUWLVDQV#JURXSHDWFFRPČ‚2QWFROODERUÂŤ¢FHQXPÂŤURÉ‹%DUEDUD&RODV6RSKLHGH&RXUWLYURQ&KULVWHOOH)ÂŤQÂŤRQΖVDEHOOH)OD\HX[*XLOODXPH*HQHVWH6DPLUD+DPLFKH 0ÂŤODQLH.RFKHUW'HOSKLQH3D\DQ6RPSD\UDF6DPRU\D:LOVRQbČ‚6HFUÂŤWDULDWGHUÂŤGDFWLRQÉ‹0b$QWKRQ\-&OHVVLHQQH-1HLVVHČ‚3XEOLFLWÂŤÉ‹$7&TXDLGH9DOP\b3DULVbČ‚3XEOLFLWÂŤQDWLRQDOHÉ‹'LUHFWHXUFRPPHUFLDO0DWKLHX7RXUQLHU7ÂŤOÉ‹bb ID[HPDLOÉ‹PWRXUQLHU#JURXSHDWFFRPČ‚3XEOLFLWÂŤVGÂŤSDUWHPHQWDOHVVXGRXHVWÉ‹7KLHUU\ 7ÂŤOÉ‹É‹É‹É‹ HW&ÂŤGULF-RQTXLÂŞUHV 7ÂŤOÉ‹É‹É‹É‹ ID[É‹É‹É‹É‹HPDLOÉ‹WKLHUU\MRQTXLHUHV#ZDQDGRRIUČ‚3KRWRJUDSKLHVÉ‹/DXUHQW 7KHHWHQUHVSRQVDEOHLPDJHČ‚&UÂŤGLWSKRWRVORFDOHVVDXIPHQWLRQVFRQWUDLUHVÉ‹&0$Č‚&UÂŤGLWSKRWRGHFRXYHUWXUHÉ‹LQGXVWULHEOLFN)RWROLDFRP3URPRWLRQGLIIXVLRQÉ‹6KLUOH\(OWHU7ÂŤOÉ‹ 7DULIGȇDERQQHPHQWDQ)UDQFHÉ‹HXURV7DULIDXQXPÂŤURÉ‹HXUR‚OȇWUDQJHUÉ‹QRXVFRQVXOWHUČ‚&RQFHSWLRQÂŤGLWRULDOHHWJUDSKLTXHÉ‹TEMA|presse7ÂŤOÉ‹É‹É‹É‹É‹bČ‚ )DEULFDWLRQÉ‹3L[HOLPDJHΖb0DUOLQ-0b7DSSHUW7ÂŤOÉ‹É‹É‹É‹bČ‚‹GLWHXUÉ‹$7&UXH'XSRQWGHV/RJHVb0(7=7ÂŤOÉ‹É‹É‹É‹ID[É‹É‹É‹É‹Č‚'LUHFWHXUGHODSXEOLFDWLRQÉ‹ )UDQŠRLV*UDQGLGLHUČ‚1rFRPPLVVLRQSDULWDLUHÉ‹7Č‚Ζ661É‹Č‚'ÂŤSÂśWOÂŤJDOÉ‹MXLQČ‚ΖPSUHVVLRQÉ‹6RFRVSULQWΖPSULPHXUVURXWHGȇ$UFKHWWHVČ‚‹SLQDO

03


É

VÉNEMENT [ DEUX-SĂˆVRES

Pour faire une bonne rentrÊe, il faut des jeunes avec un projet professionnel dans l’artisanat et des entreprises pour les accueillir et les former. Le rÊsultat de cette addition simple et Êvidente permet le maintien ou l’ouverture de nouvelles sections de formation pour rÊpondre à la demande des entreprises et des territoires. Il repose notamment sur le travail quotidien des Êquipes pÊdagogiques auprès des apprenants et des entreprises artisanales encouragÊes à recruter pour assurer leur avenir.

iĹĄGOODLUZ - FOTOLIA.COM

04

Les campus des mĂŠtiers prĂŠparent la rentrĂŠe

P

our Êvaluer le nombre d’apprentis et d’entreprises, les campus des mÊtiers s’appuient sur un ensemble de donnÊes nationales ou rÊgionales issues des observatoires de branches mais aussi sur les rÊsultats d’un travail prÊalable de prospection et d’accompagnement auprès des entreprises et des apprenants. ■̌/HV WXGHV SURVSHFWLYHV GH O 2Eservatoire de l'Artisanat permettent

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016

de mettre en œuvre des programmes d’actions et de formations qui doivent rÊpondre aux besoins exprimÊs par les entreprises. ■̌8Q GLVSRVLWLI GH VXLYL GHV MHXQHV d’enquête et d’accompagnement des entreprises artisanales est menÊ par les Êquipes pÊdagogiques. Les responVDEOHV GH SœOH YULͤHQW DYHF FKDTXH MHXQH VRQ RULHQWDWLRQ HQYLVDJH OD continuitÊ de sa formation au sein du centre de formation de la Chambre

de mÊtiers et de l’artisanat des DeuxSèvres ou dans un autre Êtablissement et l’aide dans sa recherche d’emploi. Un travail de prospection rÊgulier et rigoureux est organisÊ auprès des nouvelles entreprises, mais aussi celles qui ne SUHQQHQWSOXVG̾DSSUHQWLVHWOHVͤGªOHV ¢ O̾DSSUHQWLVVDJH ‚ FHOD V̾DMRXWHQW les dÊveloppeuses de l’apprentissage, elles aussi au quotidien sur le terrain pour dÊvelopper les effectifs de nos centres de formation.


DEUX-SĂˆVRES

L'APPRENTISSAGE COÛT ZÉRO PENDANT UN AN Les entreprises de moins de 11 salariÊs qui embauchent un apprenti mineur en CAP, baccalaurÊat ou brevet professionnel sont exonÊrÊes de charges sociales et de salaires durant la première annÊe du contrat. La rÊmunÊration des apprentis mineurs est prise en charge par l’État. Cette aide, reversÊe chaque trimestre (1 100 ₏), reprÊsente sur l’annÊe un montant de 4 400 ₏.

DÉVELOPPEUSES DE L’APPRENTISSAGE 3RXUWRXVYRVSURMHWVGH recrutement, pour connaÎtre les diffÊrents contrats, les aides, les formations. PrÊsentes sur le terrain, les dÊveloppeuses de l’apprentissage de la CMA rÊpondent à vos questions.

Comment toucher l’aide ?

Cette aide est cumulable avec les dispositifs existants (prime apprentissage, aide au recrutement d’un premier apprenti ou d’un apprenti supplÊmentaire, crÊdit d’impôts) HWRXYHUWH HȼHFWLYH GªVORUVTXHYRXVDWWHVWH]GHOȄH[FXWLRQGXFRQWUDWGȄDSSUHQWLVVDJH 8QHGPDUFKHVLPSOLȨH validation d’un formulaire prÊrempli pour la demande de prise en charge et attestation dÊmatÊrialisÊe de la prÊsence de l’apprenti disponible sur www.alternance.emploi.gouv.fr.

i Č?3RXUOH1RUG'HX[6ÂŞYUHVÉ‹ Isabelle Liaud - 06 32 19 23 48 | Č?3RXUOH6XG'HX[6ÂŞYUHVÉ‹ Claire Villoin - 06 37 08 68 75 â– ĚŚ1RXV UDSSHORQV DX[ HQWUHSULVHV GH

moins de 11 salariÊs que les aides GH O̾‹WDW VRQW WRXMRXUV G̾DFWXDOLW HW qu’elles permettent aux entreprises de UHFUXWHUXQMHXQHGHPRLQVGHDQV¢ coÝt zÊro (voir encadrÊ ci-dessus).

 La formation est et restera la valeur ajoutÊe de l’entreprise  La Chambre de mÊtiers et de l’artisanat des Deux-Sèvres a pour ambition de favoriser l’accès du plus grand nombre aux mÊtiers et aux carrières de l’artisanat. L’apprentissage et la formation professionnelle contribuent à l’Êlargissement des compÊtences et constituent une avancÊe stratÊgique vers la profession-

nalisation et la performance. Relever OHV GͤV G̾DXMRXUG̾KXL GYHORSSHU OHV compÊtences, anticiper les Êvolutions des mÊtiers, faire face à celles du marchÊ, dÊvelopper la compÊtitivitÊ sont OHVHQMHX[PDMHXUVSRXUOHVHQWUHSULVHV artisanales. Pour toutes ces raisons, la CMA a su crÊer une offre de formation variÊe rÊpondant aux attentes d’un large SXEOLFFKHIVG̾HQWUHSULVHFRQMRLQWVVDODULVGHPDQGHXUVG̾HPSORLMHXQHV¢OD recherche d’un mÊtier.

i

ZZZFPDQLRUWIU

Les nouvelles formations à la rentrÊe 2016 Les modes, les goÝts et les besoins du consommateur Êvoluent. Pour s’adapter à leurs exigences, les en-

treprises doivent pouvoir compter sur des apprentis et des salariÊs formÊs à de nouveaux produits et techniques mais aussi à la gestion d’une entreprise. Deux nouvelles sections programmÊes en septembre rÊpondront ainsi aux besoins des employeurs. ■̌%RXODQJHULH VSFLDOLVH˹ cette formation axÊe sur les pains spÊciaux, dont le consommateur est friand, remplace la pâtisserie boulangerie. ■̌Brevet de maÎtrise menuisier (niYHDX,,, ˹ Il s’agit d’un titre post BP et Bac professionnel des Chambres de PWLHUVHWGHO̾DUWLVDQDW/̾REMHFWLIHVW de dÊvelopper cette section car elle permet aux menuisiers de mÊtier d’envisager la crÊation ou la reprise d’une entreprise avec des modules gestion et ressources humaines.

05

LES DIPLÔMES LES PLUS DEMANDÉS PARMI LES OFFRES ET LES DEMANDES D’APPRENTISSAGE DÉPOSÉES AU CENTRE D’AIDE À LA DÉCISION (CHIFFRES AU 31/05/16) Ils recrutent en apprentissage en‌ &$3&RLȧXUH CAP Cuisine

Ils recherchent un apprentissage en‌ BTS Assurances

CAP EmployĂŠ de vente

CAP Boulanger

CAP Maintenance des vĂŠhicules

CAP EmployĂŠ de vente CAP Menuisier fabricant

&$3&RLȧXUH

CAP Restaurant

Bac Pro commerce

CAP Pâtissier

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


A

CTUALITÉS [ DEUX-SĂˆVRES

Trois questions à ‌

Florence Tavard-Favrelière, Directrice du centre de formation de la CMA des Deux-Sèvres pagnement. Il est, selon moi, le seul et unique pour l’avenir.

Le monde des artisans : Quel regard portez-vous sur la situation actuelle de l’apprentissage et de la formation ?

06

Depuis quatre ou cinq ans, nous dĂŠplorions une baisse des offres de recrutement d’apprentis de la part des entreprises artisanales. Après un ĂŠquilibre constatĂŠ l’annĂŠe dernière, nous avons enregistrĂŠ ces derniers mois plus d’offres d’apprentissage pour la rentrĂŠe prochaine. C’est encourageant et notre souhait est de pouvoir augmenter nos effectifs d’au moins 40 jeunes entrants. Cela serait le reflet d’une rĂŠelle reprise de l’activitĂŠ des entreprises et le signe d’une volontĂŠ Ă former pour l’avenir. Nous savons que les jeunes sont intĂŠressĂŠs par l’Artisanat. En tĂŠmoigne la frĂŠquentation lors de nos journĂŠes portes ouvertes et les bons effectifs sur certaines de nos sections. Cependant,NCUKVWCVKQPFKHĆ’EKNGSWŨQPVXČŒEWe et que vivent encore les entreprises du bâtiment n’a pas incitĂŠ les jeunes Ă  s’orienter vers ces mĂŠtiers et c’est dommage. Nous encourageons tout le secteur du

LMA : Comment en organisez-vous la promotion ?

bâtiment à positiver en recrutant en alternance des jeunes que notre centre de formation formera parallèlement et qui constitueront les professionnels compÊtents de demain.

LMA : Quels sont les points forts des campus des mĂŠtiers ? Nous accueillons et prenons en charge tous les publics, les jeunes avec des parcours Ă consolider et des projets professionnels aboutis mais aussi des adultes en reconversion. Nous adapVQPUNGUHQTOCVKQPUČƒVQWUNGURTQĆ’NUGV nous proposons des cursus individualisĂŠs. Nous avons adoptĂŠ depuis plusieurs annĂŠes dĂŠjĂ  ce modèle d’accom-

Toute l’annĂŠe, nos campus des mĂŠtiers sont ouverts aux familles, aux collĂŠgiens et aux structures d’accueil jeunes pour construire avec eux des parcours de formation. Une deuxième journĂŠe ÂŤ Portes Ouvertes Âť a ĂŠtĂŠ organisĂŠe en mai pour NGULGWPGUUCPUUQNWVKQPGPĆ’PFŨCPPČŒG scolaire. Les actions telles que ÂŤ Bravo les Artisans Âť, mais aussi notre implication dans les concours professionnels nationaux et rĂŠgionaux – ÂŤ Meilleur apprenti de France Âť, les Olympiades des mĂŠtiers, les concours organisĂŠs avec nos partenaires comme le ÂŤ Prix GoĂťt et SantĂŠ Âť de la MAAF – participent ĂŠgalement Ă la promotion de nos formations, de nos mĂŠtiers ainsi qu’à l’image de nos ĂŠtablissements et de l’Artisanat.

PRIX GOĂ›T ET SANTÉ DES APPRENTIS : UN PODIUM POUR LE CAMPUS DE NIORT 7URXYHUXQHERQQHUHFHWWHÂŞTXLOLEUÂŞHHWQRPDGHF˸HVWOHGª̧TX˸RQWUHOHYÂŞGHX[ÂŞTXLSHV G˸DSSUHQWLVGHQRWUHFHQWUHGHIRUPDWLRQORUVGHOḐQDOHGXSUL[m*RÂźWHW6DQWÂŞ}GRQWO˸XQHUHPSRUWH ODWURLVLŠPHSODFHPrĂŠparĂŠs, accompagnĂŠs et soutenus par l’Êquipe pĂŠdagogique des laboratoires alimentaires, six apprentis en formation mention complĂŠmentaire employĂŠ traiteur ont donnĂŠ le meilleur FŨGWZOČ?OGURQWTNCITCPFGĆ’PCNGRCTKUKGPPGQTICPKUČŒGRCT/##(#UUWTCPEGUGPOCKFGTPKGT Avec leur trio de tartines en coffret Ă emporter ÂŤ Balade en Poitou-Charentes Âť, Benjamin Angrand, Tom MĂŠtais et Alexandre Bouchet se classent troisièmes de la compĂŠtition. La quatrième et nĂŠanmoins belle place revient Ă  la deuxième ĂŠquipe deux-sĂŠvrienne composĂŠe de Taylor Nebor, Érik Saviki et Anthony Girard.

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


DEUX-SĂˆVRES

outil en ligne

Mieux gĂŠrer ses ressources humaines avec le ÂŤ Qui fait quoi, employeurs Âť

ALERTE COMMERCES : UN SMS POUR PROTÉGER VOTRE ENTREPRISE La CMA, la CCI et la PrÊfecture des Deux-Sèvres, ainsi que le ministère de la Justice, la Police et la Gendarmerie ont mis en place le

R

ecruter, former, gÊrer ses ressources humaines, c’est plus facile avec l’outil* en ligne  Qui fait quoi, employeurs . Il permet aux chefs d’entreprise de mieux KFGPVKƒGT NGU CEVGWTU UWUEGRVKDNGU FG NGU CEEQORCIPGT UWT tous les aspects de la gestion de leurs ressources humaines sur le bassin d’emploi du Bressuirais. Tous vos contacts locaux en un ENKE UWT JVVRUOFGDTGUUWKTGƒNGUYQTFRTGUU com/2016/04/qui-fait-quoi_employeurs2.pdf.

* Outil crÊÊ par la Maison de l’emploi de Bressuire en partenariat avec la CommunautÊ d’AgglomÊration du Bocage Bressuirais, la Chambre de commerce et la Chambre de mÊtiers et de l’artisanat des Deux-Sèvres avec le concours de Pôle Emploi, l’UT 79, de la Direccte et la RÊgion Poitou-Charentes.

dispositif ÂŤ Alerte commerces Âť. L’objectif est de vous prĂŠvenir rapidement par SMS, lorsqu’un vol ou une agression est commis chez un commerçant gĂŠographiquement proche de vous ou de votre zone d’activitĂŠ. Pour que votre EQOOGTEGDČŒPČŒĆ’EKGITCVWKVGOGPVFG cette vigilance renforcĂŠe, nous avons besoin de votre accord* pour que les autoritĂŠs puissent envoyer une alerte SMS sur votre numĂŠro de portable. m$JLUUDSLGHPHQWHWWRXV

LE ÂŤ QUI FAIT QUOI, EMPLOYEURS Âť EST UTILE POUR LES QUESTIONS : • de recrutement (dispositifs d’aide Ă l’embauche‌), Č‹GHIRUPDWLRQ ČŚQDQFHPHQWUHFKHUFKHGČ„RUJDQLVPHČŒ  • d’accompagnement social des salariĂŠs (mobilitĂŠ, logement, lutte contre l’illettrisme‌) • de gestion des ressources humaines (anticiper mes besoins de main-d’œuvre, condition de travail‌).

HQVHPEOHSRXUOLPLWHUOHVULVTXHV} L’action  Alerte Commerces  donne

07

à la Police et à la Gendarmerie un formidable outil pour prÊvenir tous les commerçants qui participent activement au dÊploiement de ce dispositif. * AdhÊrez dès maintenant à cette action en nous retournant  signÊ  le bulletin d’adhÊsion à tÊlÊcharger sur www.cma-niort.fr, rubrique ActualitÊs ou en rÊpondant au courrier qui vous a ÊtÊ adressÊ.

CAFÉ DE L’EMPLOI Ă€ THOUARS : LA RETRAITE : QUAND ? COMBIEN ? ET COMMENT LA PRÉPARER ? Participez au prochain ÂŤ CafĂŠ de l’emploi Âť, OHMHXGLVHSWHPEUHGHKÂĄK sur le thème de la gestion des âges et l’anticipation des dĂŠparts Ă la retraite. ǨNŨCRRTQEJGFGNCFCVGEQPUWNVG\NGUKVGYYYEOCPKQTVHTRQWTEQPPCČ‘VTGNGNKGWFGNCTČŒWPKQP Ce rendez-vous est organisĂŠ en collaboration avec la mutuelle des artisans (MNRA) qui, Ă  l’issue de la sĂŠance, vous propose, sur rendez-vous, un diagnostic gratuit et personnalisĂŠ de votre propre protection sociale.

i

Č?3RXUSDUWLFLSHU| ValĂŠrie BrĂŠmaud | 05 49 77 87 83 |YEUHPDXG#FPDQLRUWIU Č?9RWUHSURFKDLQUHQGH]YRXVm&DIÂŤGHOȇHPSORL}VXUOHPÂŹPHWKÂŞPHDXUDOLHXle 10 novembre ¢OD&KDPEUHGHPÂŤWLHUV et de l’artisanat des Deux-Sèvres, 22 rue des Herbillaux Ă Niort

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


A

CTUALITÉS [ DEUX-SĂˆVRES

AllĂŠgement des cotisations patronales

Une nouvelle ĂŠtape du pacte de responsabilitĂŠ Depuis le 1er avril dernier, les cotisations d’allocations familiales sont CDCKUUČŒGUFGRQKPVRQWTNGUUCNCKTGUEQORTKUGPVTGĹĄGVĹĄGWTQU

UQKVČƒ5OKE %GVVGDCKUUGFGEQVKUCVKQPUEQPEGTPGCWVQVCNRNWUFG FGUUCNCTKČŒUGVTGRTČŒUGPVGRNWUFGOKNNKCTFUFŨGWTQURCTCP%QOOGRQWT NGUCWVTGUGZQPČŒTCVKQPUEGPQWXGNCNNČŒIGOGPVGUVCWVQOCVKSWG+NPGPČŒEGUUKVG CWEWPGFČŒOCTEJGPKHQTOCNKVČŒRCTVKEWNKČ‹TGFGNCRCTVFGUGPVTGRTKUGUDČŒPČŒĆ’EKCKTGU Pour qui ?

08

TQWVGU NGU GPVTGRTKUGU SWK DČŒPČŒĆ’EKGPV dĂŠjĂ des allĂŠgements gĂŠnĂŠraux de cotisations sociales et de la baisse des cotisations d’allocations familiales mise en Ĺ“uvre en 2015 sont ĂŠligibles Ă  cette nouvelle baisse. Près de la moitiĂŠ (47 %) des entreprises est concernĂŠe par la baisse de 1,8 point au-dessus de 1,6 Smic (2 346 euros bruts mensuels). 60 % du montant de cette exonĂŠration supplĂŠmentaire bĂŠnĂŠficiera Ă  des entreprises de moins de 500 salariĂŠs. Pour un salariĂŠ rĂŠmunĂŠrĂŠ 3ĹĄâ‚Ź bruts par mois, cumulĂŠe avec le CICE, cette rĂŠ-

duction reprÊsente un allÊgement de 234 ₏ par mois pour l’entreprise, soit plus de 2 800 ₏ par an.

de grande envergure sur l’accessibilitĂŠ des ĂŠtablissements recevant du public (ERP) est en cours partout en France. .GOQFGQRČŒTCVQKTGGUVNGUWKXCPVĹĄ WPQTICPKUOGFWV[RGYYYCFCRQTI QWYYYCIHCEQTIEQPVCEVG les entreprises par tĂŠlĂŠphone en se faisant passer pour un organisme gouvernemental et propose un ÂŤ Diagnostic Handicap AccessibilitĂŠ Âť GPNKIPGǨPQVGTĹĄNCOKUGGP

AmorcĂŠ avec le CrĂŠdit d’impĂ´t pour la compĂŠtitivitĂŠ et l’emploi (CICE), le Pacte de responsabilitĂŠ reprĂŠsente 41 OKNNKCTFUFŨGWTQUFGTČŒFWEVKQPFGĆ’UcalitĂŠ et de charges sociales sur le travail Ă l’horizon 2017. Depuis le 1er janvier 2015, l’employeur d’un salariĂŠ au Smic ne paie plus aucune cotisation de SĂŠcuritĂŠ sociale.

conformitĂŠ des ERP est censĂŠe ĂŞtre

i

ZZZHFRQRPLHJRXYIU

'DQVXQDQFLQTDQVRXSOXVYRXVDOOH]SUHQGUHYRWUHUHWUDLWHHWmSDVVHUODPDLQ} 4XHGHYLHQGUDYRWUHHQWUHSULVHË°"&RPELHQYDXWHOOHË°"&RPPHQWWURXYHUXQUHSUHQHXUË°" 3RXUUÂŞSRQGUHÂĄFHVTXHVWLRQVYRXVDXUH]EHVRLQGHWHPSVHWGHFRQVHLOVË° .GUEQPUGKNNGTUFGNC%/#FGU&GWZ5Č‹XTGUXQWURTQRQUGPVNGUUQNWVKQPUUWKXCPVGUĹĄ Ĺ°WPGPVTGVKGPKPFKXKFWGNGVEQPĆ’FGPVKGNCXGEWPEQPUGKNNGTFGXQVTGVGTTKVQKTG ITCVWKV  Ĺ°WPGGUVKOCVKQPFGXQVTGGPVTGRTKUG RC[CPVĹĄĹť  • la diffusion d’une annonce de recherche d’un repreneur (gratuit), • les ÂŤ Rencontres de la transmission artisanale Âť en novembre prochain. Ce moment d’Êchange privilĂŠgiĂŠ vous permettra de rencontrer individuellement des experts de la transmission d’entreprise (notaires, comptables, RSI, etc.). /HVFRQVHLOOHUVGHOD&0$VXUZZZFPDQLRUWIU

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016

Une escroquerie

Le pacte, c’est quoi ?

PENSEZ À LA TRANSMISSION DE VOTRE ENTREPRISE !

i

ATTENTION ! ARNAQUE D’ENVERGURE SUR L’ACCESSIBILITÉ

appliquÊe depuis le 27/09/2015, ou, à dÊfaut, une demande de dÊrogation devrait avoir ÊtÊ rÊalisÊe. /HFRQVHLO¥VXLYUHHVW de ne JAMAIS communiquer ses coordonnÊes bancaires et de QHSDVUªSRQGUH¥FHW\SHG˸DSSHOV

i

9RWUHFRQVHLOOHU&0$ ZZZFPDQLRUWIU


DEUX-SĂˆVRES

Concours

Et si vous deveniez ÂŤ la crème GHVS¤WLVVLHUV}Ɉ"

LA CMA Ă€ L’HONNEUR Pour la 2e ĂŠdition du ÂŤ Prix du maĂŽtre d’apprentissage Âť, co-organisĂŠ par les CMA avec la Mutuelle des artisans, 400 candidatures ont ĂŠtĂŠ prĂŠsentĂŠes aux sĂŠlections rĂŠgionales dans toute la France. La remise des prix Ă Paris en juin dernier a permis de mettre notamment Ă  l’honneur la Chambre de mĂŠtiers et de l’artisanat des Deux-Sèvres pour le nombre important de dossiers prĂŠsentĂŠs. La mobilisation pour promouvoir le prix, dĂŠtecter les candidats potentiels et susciter les candidatures a ĂŠtĂŠ forte. .GUTČŒUWNVCVUUQPVNČƒĹĄNGURQUVWNCPVU

09

au prix sont prĂŠsents dans toutes

V

ous ĂŞtes artisans pâtissiers ou chefs pâtissiers de restaurant, alors participez Ă ce concours gourmand sur le thème ÂŤ Souvenirs d’enfance Âť. Le vote du public dĂŠterminera les 20 meilleurs dossiers, puis le LWT[UČŒNGEVKQPPGTCNGUSWCVTGFGOKĆ’PC listes parmi lesquels deux seront en lice RQWTNCĆ’PCNG

les catÊgories* et viennent des quatre coins de France. D’ailleurs, la CMA 79 fait partie des trois chambres ayant prÊsentÊ le plus grand nombre de dossiers au jury rÊgional. Alain Griset, prÊsident de l’AssemblÊe permanente des Chambres de mÊtiers et de l’artisanat, a saluÊ le travail et l’investissement

Les grandes ĂŠtapes du concours cette annĂŠe â– ĹšDu 18 mai au 30 septembre minuitË°:

Inscription des participants de la catÊgorie  Professionnels . ■Ś1er septembre˰: ouverture des inscriptions des jeunes en formation auprès de leur Êtablissement de formation. ■Ś1er octobre˰: SÊlection par un jury de professionnels des dossiers des jeunes GPHQTOCVKQPTGVGPWURQWTNCFGOKƒPCNG ■ŚDu 5 au 26 octobre˰: Vote du public pour la sÊlection de 20 candidats de la catÊgorie  Professionnels . Les dossiers sÊlectionnÊs par le public seront soumis au regard d’un jury de

professionnels. Quatre candidats seTQPVCNQTUEQPXQSWČŒURQWTNCFGOKĆ’PCNG â– Ĺš4 novembreË°: &GOKĆ’PCNGFGNCECVČŒ gorie ÂŤ Jeunes en formation Âť et sĂŠlecVKQPFGUFGWZĆ’PCNKUVGU â– ËŠ novembreË°:&GOKĆ’PCNGČƒNŨ+PUVKVWV des Saveurs Ă  Bordeaux devant un jury FŨGZRGTVU RQWT NC UČŒNGEVKQP FG FGWZ Ć’ nalistes. â– Ĺš19 novembreË°: Finale Ă  Bordeaux (pendant la manifestation Bordeaux S.O. Good).

des Êquipes qui ont su inciter les maÎtres d’apprentissage à participer à cette seconde Êdition du prix. Il les a fÊlicitÊs pour leur mobilisation, qui donne, une nouvelle fois, une belle ampleur à ce prix comme en tÊmoignent les nombreux dossiers examinÊs par l’ensemble des jurys rÊgionaux. ■ /HVFDWJRULHVSULPHV˹

mobilitÊ internationale, Êchanges et transferts d’expÊriences et/ou de technologie, engagement

i

Inscription jusqu’au 30 septembre sur le site dÊdiÊ | www.cremedespatissiers.fr

du maÎtre d’apprentissage, valorisation de la mixitÊ, jeune maÎtre d’apprentissage.

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


A

CTUALITÉS [ PANORAMA

CHOISIRMONARTISAN.FR

Les artisans à l’heure du web 3.0 La nouvelle plateforme mobile nationale des artisans, alliant visibilitÊ de leurs produits/services et rÊactivitÊ des Êchanges, est opÊrationnelle depuis le dÊbut de l’annÊe.

10

iĹĄDR

L’

GZ UKVGCRRNK +PVGTCTVKUCPU GUV FGXGPW %JQKUKT/QP#Ttisan.fr. ÂŤ Son nom est ainsi plus explicite pour les particuliers Âť, pose François Moutot, directeur gĂŠnĂŠral de NŨ#2%/#.GUENKGPVU[VTQWXGTQPVWPCTVKUCPSWCNKĆ’ČŒGVEGTVKĆ’ČŒ (inscrit au rĂŠpertoire des mĂŠtiers) près de chez eux. L’inscription est gratuite. Cet annuaire enrichi offre de nombreuses autres possibilitĂŠs : ÂŤ les artisans qui veulent prĂŠsenter leur savoir-faire de façon plus poussĂŠe et personnalisĂŠe peuvent mettre des SKRWRVYLGÂŤRVÍ‚HWEÂŤQͧFLHUG̸XQHSULVHGHFRQWDFWGLUHFWH du client intĂŠressĂŠ par ses services (par email, SMS, courrier) ; ces derniers peuvent dĂŠposer des demandes de devis ! Âť. Un supplĂŠment de services qui ne coĂťte que 15 euros par mois. VoilĂ ainsi les artisans en adĂŠquation avec les exigences d’une clientèle pour qui la relation de ÂŤ proximitĂŠ Âť est devenue, par le biais de l’Êconomie numĂŠrique, indispensable. L’architecture innovante de la plateforme lui permettra d’Êvoluer en mĂŞme temps que les usages des consommateurs, voire de les anticiper. ÂŤ Nous rĂŠflĂŠchirons Ă  enrichir sans cesse la communication

La page d’accueil de ChoisirMonArtisan.fr

interactive entre nos clients et nos artisans , assure François Moutot. m1RXV GRQQRQV HQͧQ ¢ O̸DUWLVDQDW XQH LPDJH TXL FRUrespond à la rÊalitÊ : des entrepreneurs disponibles et rÊactifs !  L’objectif est d’avoir entre 100 000 et 150 000 connexions mensuelles.

i

Pour vous inscrire, transmettez à votre CMA votre DWWHVWDWLRQGȇDVVXUDQFHSURIHVVLRQQHOOHHWGHTXDOLȴFDWLRQ| www.choisirmonartisan.fr

SALON SME ONLINE L’APCMA s’est associÊe dÊbut juin au Salon SME online, le premier Salon virtuel destinÊ aux entrepreneurs. Nouveau format de rencontres, cet ÊvÊnement en ligne proposait l’essentiel d’un Salon physique : faire le plein de solutions nouvelles et de conseils pour crÊer, gÊrer et dÊvelopper son activitÊ, avec l’avantage indÊniable laissÊ aux participants de‌ ne pas avoir à se dÊplacer. Pratique. Un ordinateur, une tablette ou un smartphone connectÊ, et hop : des contacts à portÊe de clic. Via le stand virtuel des chambres de mÊtiers et de l’artisanat, les porteurs de projets RQWDLQVLSXEQȌFLHUHQGLUHFWGHFRQVHLOVGȄH[SHUWVLVVXVGXUVHDXGHV&0$&HQWUH nÊvralgique de l’ÊvÊnement, l’APCMA a Êgalement accueilli dans son auditorium des confÊrences et des Êchanges g sur la crÊation,, la reprise p d’entreprises, p , les clÊs de rÊussite‌ ussite‌ retransmises en direct sur le site du Salon.

ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DANS LES TPE Les prochaines ĂŠlections professionnelles dans les TPE auront lieu Ă partir du 28 novembre 2016. Ă€ savoir que dans les entreprises de moins de 11 salariĂŠs, oĂš ne sont ĂŠlus ni dĂŠlĂŠguĂŠs du personnel, ni comitĂŠ d’entreprise, la reprĂŠsentation syndicale repose sur la mesure de reprĂŠsentativitĂŠ des organisations syndicales au niveau des branches professionnelles et au niveau national et interprofessionnel. Les votants choisissent donc des organisations syndicales ou syndicats GVPQPFGURGTUQPPGURJ[UKSWGU.CĆ’P FWUETWVKPGUVĆ’ZČŒGCWFČŒEGODTGRQWT le vote ĂŠlectronique et au 16 dĂŠcembre pour le vote par correspondance.

i

www.salonsme-online.com

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016

i

www.service-public.fr/ professionnels-entreprises


PREMIERS PAS POUR L’AFE

2e Prix du maÎtre d’apprentissage

Une reconnaissance nationale pour les formateurs

LancÊe le 13 avril 2016 lors du 3e ComitÊ interministÊriel à l’ÉgalitÊ et à la CitoyennetÊ, l’Agence France Entrepreneur (AFE) succède à l’APCE. L’AFE reprend notamment les missions d’information, d’orientation et de

Chaque annÊe, 180 000 jeunes sont formÊs aux mÊtiers de l’artisanat par des maÎtres d’apprentissage passionnÊs. Leur rôle essentiel est dÊsormais mis à l’honneur grâce au Prix du maÎtre d’apprentissage.

promotion de l’entrepreneuriat de l’Agence pour la crÊation d’entreprise. DotÊe de pouvoirs renforcÊs, elle

P

rès de la moitiĂŠ des apprentis de France ĂŠvoluent aujourd’hui au sein d’une entreprise artisanale. 85% des dĂŠtenteurs d’un diplĂ´me seront RCTNCUWKVGFČŒĆ’PKVKXGOGPVGORNQ[ČŒURCT leur entreprise formatrice ou une entreprise du mĂŞme secteur d’activitĂŠ. VĂŠritable lien entre l’apprenti, l’entreprise et l’organisme de formation, le maĂŽtre d’apprentissage joue un rĂ´le clef dans la rĂŠussite de son jeune, par la transmission des savoir-faire et des techniques. Le Prix du maĂŽtre d’apprentissage, crĂŠĂŠ en 2015 par l’APCMA et la MNRA, rĂŠcompense et valorise l’engagement auprès des jeunes de ces acteurs de l’ombre. Chefs d’entreprise ou salariĂŠs, les maĂŽtres d’apprentissage mis en valeur par ce prix sont rĂŠcompensĂŠs dans cinq catĂŠgories : mobilitĂŠ internationale, ĂŠchange et transfert d’expĂŠriences & de technologies,

est ĂŠgalement investie de nouvelles missions, comme le dĂŠploiement, la mise en Ĺ“uvre et l’articulation des actions en faveur de l’initiative ĂŠconomique, au niveau national et territorial. Financements, accompagnements, formations‌ Son but : accompagner la crĂŠation et le dĂŠveloppement des GPVTGRTKUGUCĆ’PSWŨGNNGUIČŒPČ‹TGPVFG l’emploi, avec une attention particulière

engagement du maÎtre d’apprentissage, valorisation de la mixitÊ, et jeune maÎtre d’apprentissage. C’est le 21 juin que s’est tenue à Paris la cÊrÊmonie de remise des prix de cette 2e Êdition.

i

11

portÊe aux territoires les plus fragiles. L’APCMA fait partie des membres fondateurs de l’AFE aux côtÊs de l’État, la Caisse des dÊpôts et consignations, l’Association des RÊgions de France, le Conseil supÊrieur de l’Ordre des

Retrouvez toutes les informations sur le concours et dĂŠcouvrez les nouveaux laurĂŠats sur le site : www.maitreapprentissage-artisanat.fr

GZRGTVUEQORVCDNGUGV%%+(TCPEG

i

www.afecreation.fr

CONCOURS TROPHÉES PME ÂŤ BOUGEONS-NOUS Âť Le rĂŠseau des chambres de mĂŠtiers et de l’artisanat est partenaire du concours TrophĂŠes PME ÂŤ Bougeons-nous Âť, organisĂŠ par RMC. Objectifs : offrir une tribune et une vĂŠritable reconnaissance Ă des entreprises qui se dĂŠmarquent grâce Ă  leur stratĂŠgie et leurs innovations, mettre en valeur l’audace des entrepreneurs de PME, qui jouent un rĂ´le essentiel dans l’Êconomie française. Pour cette 7e ĂŠdition, les chefs d’entreprise peuvent postuler dans l’une des catĂŠgories suivantes : artisanale, bienveillante, crĂŠative, environnementale, jeune pousse, export. Les six entreprises laurĂŠates au plan national remporteront chacune 100 000 â‚Ź brut d'espace publicitaire sur RMC. .CFCVGNKOKVGFGFČŒRČ–VFGUFQUUKGTUGUVĆ’ZČŒGCW 29 juillet 2016.

i

http://rmc.bfmtv.com/ evenement/trophees-pme/

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


A

CTUALITÉS [ DEUX-SÈVRES

Salon du printemps

Trophées du Tourisme et Talents de l’agriculture Tourteaux fromagers de Lezay, meubles et objets en carton de Mauléon, hôtellerie de Nueil-les-Aubiers, brasserie de Bressuire et ferme de la Ronde, les talents deux-sévriens ont été mis à l’honneur lors du dernier Salon du Printemps.

L

es chambres consulaires, en partenariat avec La Nouvelle République, ont décerné les Trophées du Tourisme et les Talents de l’agriculture en mai dernier. Une occasion de rendre hommage aux entreprises locales et à l’activité touristique deux-sévrienne, quelles que soient ses formes : hébergement, développement durable, gastronomie, produits du terroir et agriculture. Le vote internet du public a permis de décerner le trophée « Coup de cœur des lecteurs de la NR ».

12

Trophée du tourisme et de la gastronomie ■ŚJean Baubeau et Jean-François

Ferru, pâtissiers avec un produit phare (le tourteau fromager) à Lezay˰ « Une histoire locale et familiale »

L’entreprise Baubeau, c’est une histoire de famille. Elle passe de père en fils au fil du temps. Spécialisée dès le début dans le tourteau fromager, elle se développe avec les gâteaux maison, tartes au fromage, madeleines et brioches, le tout réalisé avec les produits locaux. Vendues jusqu’à Rungis, ses spécialités dépassent largement les limites du département et de la région.

Trophée « Coup de cœur » des lecteurs de La Nouvelle République ■ « C’est un carton », Hélène Bailly,

fabrication de meubles, objets et décor en carton, à Mauléon˰ « Un savoir-faire artisanal pour du mobilier éco-design. Des meubles en carton durables et fonctionnels, des pièces uniques fabriquées sur mesure. » Hélène Bailly valorise le carton depuis 2005 en le transformant en mobilier, objets et décors originaux. Basé sur des techniques éprouvées et sur ses propres recherches, elle aime explorer les mille et une facettes du carton et se laisse porter par l’inspira-

tion du moment, les motifs végétaux, et les surprises que lui réserve ce matériau. Sensible aux questions d’environnement, elle utilise uniquement du carton de récupération ainsi que des colles douces.

MAIS AUSSI… LES TROPHÉES ET LES TALENTS remis par les Chambres de commerce et d’industrie, d’agriculture et l’Agence départementale du tourisme

• Trophée du tourisme et hébergement : « Le P’tit Brasseur » - Vincent Turlot à Bressuire a transformé deux wagons anciens en restaurant pour l’un et chambres d’hôtes pour l’autre. • Trophée du tourisme et du développement durable : MM. Brard et Froger, Hôtel de la Sorinière à Nueil-les-Aubiers. L’hôtel œuvre pour le développement durable. • Talents de l’agriculture : Lydie et Jean-François Rangeard - La Ferme de l’Ivronnière à la Ronde.

Le Monde des artisans [ juillet/août 2016


DEUX-SĂˆVRES

Prix Stars & MÊtiers Deux-Sèvres

Des entreprises artisanales primĂŠes 'POCKFGTPKGTCWECORWUFGUOČŒVKGTUFG2CTVJGPC[SWCVTGEJGHUFŨGPVTGRTKUG QPVČŒVČŒOKUČƒNŨJQPPGWTRCTNC$CPSWG2QRWNCKTG%GPVTGCVNCPVKSWGNC5QECOC GVNC%JCODTGFGOČŒVKGTUGVFGNŨCTVKUCPCVFGU&GWZ5Č‹XTGUČƒNŨQEECUKQPFWRTKZ 5VCTU/ČŒVKGTU2CTOKGWZ9KNNKCO$GTUQPCČŒVČŒUČŒNGEVKQPPČŒRCTNGLWT[RQWT NCĆ’PCNGSWKCWTCNKGWGPFČŒEGODTGRTQEJCKP

L

a sÊlection rÊcompense des artisans pour leur rÊussite dans les domaines de l’innovation, des ressources humaines et de la dynamique commerciale. Leur capacitÊ à valoriser un savoir-faire professionnel, à innover, participe au dÊveloppement de l’artisanat, vÊritable richesse Êconomique des territoires.

2TGOKČ‹TGRCTVKEKRCVKQPRQWTNGEQNNČ‹IG5CKPVG#PPGČƒ/CWNČŒQP +NHCKVFČŒUQTOCKURCTVKGFGUČŒVCDNKUUGOGPVUOQDKNKUČŒU

Ils ont dÊcouvert le monde GHO˸DUWLVDQDWSHQGDQW TXHOTXHVMRXUV/HVFROOªJLHQV GXGªSDUWHPHQWDFFXHLOOLVGDQV OHVHQWUHSULVHVDUWLVDQDOHVFHWWH

Les laurĂŠats par catĂŠgorie

zoom sur le Prix

DQQÂŞHVRQWGÂŞVRUPDLVULFKHV

■m 6WUDWªJLHJOREDOHG˸LQQRYDWLRQ } : Pas-

Le Prix Stars & MÊtiers est organisÊ depuis près de trente ans par les Banques Populaires en partenariat avec la CMA et la Socama. Le jury est composÊ de personnalitÊs Êconomiques sur le dÊpartement qui ont, à ce jour, mis plus de 7ť000 artisans à l’honneur en tant que laurÊats rÊgionaux.

G˸XQHQRXYHOOHH[SªULHQFH

cal Gonnord, triperie à St-Jean-de-Thouars. ■ m ,QQRYDWLRQ WHFKQRORJLTXH }˰ William Berson, adaptation câblage, fabrication de matÊriels d’installations Êlectriques à Saint-Sauveur. ■ m 0DQDJHPHQW GHV UHVVRXUFHV KX maines }˰ Yannis et HÊlène Jauzelon, boulangerie-pâtisserie à ChizÊ. ■ m '\QDPLTXH FRPPHUFLDOH }˰ JÊrôme et Lydie Chamare, boucherie-charcuterie-traiteur à Chauray.

i

3RXUGÂŤFRXYULURXUHYRLU ODFÂŤUÂŤPRQLHGXPDLGHUQLHUb KWWSHYHQHPHQWVESDFDEDQTXH SRSXODLUHIUVWDUVHWPHWLHUV

HWSHXWWUHG˸XQHLGªHGHPªWLHU SRXUO˸DYHQLU

13

Chaque annÊe, la CMA 79 organise l’opÊration  Bravo les Artisans . Elle permet à des jeunes de 4e et 3e de dÊcouvrir l’artisanat au sein même des entreprises. Cette annÊe, 450 jeunes scolarisÊs dans 42 Êtablissements mobilisÊs pour l’opÊration dont deux nouveaux collèges, Sainte-Anne à MaulÊon et Jean

LE STAGE DE PRÉPARATION À L’INSTALLATION (SPI) NOUVELLE FORMULE Le stage de prÊparation à l’installation (SPI) est obligatoire pour toute crÊation ou reprise d’entreprise artisanale. Il est dÊsormais dÊclinÊ en deux formules, selon le rÊgime d’imposition envisagÊ, micro ou rÊel. Un questionnaire permet aux porteurs de projet de faire leur choix. Les porteurs de projet  dÊbutants  sont notamment ceux qui lancent leur activitÊ en micro-entreprise, à titre secondaire, seul et/ou qui auront peu de connaissances concernant l’entrepreneuriat dans l’artisanat et la gestion d’entreprise. Les porteurs de projet  avancÊs  sont par exemple ceux qui crÊent leur activitÊ en entreprise individuelle ou sous forme sociÊtaire, à titre principal, seul ou à plusieurs et/ou dont la dimension du projet nÊcessite des connaissances solides et approfondies notamment concernant la gestion FRPSWDEOHHWȌQDQFLªUHOHVUJLPHVȌVFDX[HWVRFLDX[

i

3RXUUÂŤSRQGUHDXTXHVWLRQQDLUHHWFRQVXOWHUOHFDOHQGULHUGHVVWDJHV GHSUÂŤSDUDWLRQGHOD&0$É‹ZZZFPDQLRUWIU

de la Fontaine à ThÊnezay, ont choisi leur entreprise artisanale prÊalablement repÊrÊe par la CMA. Pendant trois à cinq jours, ils ont observÊ et participÊ aux travaux de l’entreprise et pu ainsi dÊcouvrir le monde de l’entreprise. À l’issue du stage, les collÊgiens ont rÊalisÊ et prÊsentÊ un reportage devant les Êlèves de leur classe. En juin, dans chaque collège, les jeunes ont ÊtÊ mis à l’honneur et le prix  Bravo les artisans  a ÊtÊ dÊlivrÊ à une entreprise remarquÊe pour son investissement et la qualitÊ de son accueil.

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


I

NITIATIVES

Prix GoĂťt et SantĂŠ Apprentis MAAF Assurances 2016

/HUDÉšQHPHQWQRPDGH #NNG\QPXCNGFKTGNGFČŒĆ’RTQRQUČŒCWZ CRRTGPVKUGUVUCPUFQWVGRNWUFKHĆ’EKNGČƒ relever que celui auquel se confrontent leurs aĂŽnĂŠs du prix GoĂťt et SantĂŠ artisans.

Ă€

14

EGNC WPG TCKUQP GV WPG UGWNGĹĄ selon le règlement, les apprentis planchent sur un repas ÂŤ nomade Âť, autrement dit susceptible d’être consommĂŠ en dehors du cadre traditionnel de la table : assis sur un banc, accoudĂŠ Ă un bar ou sur un coin de buTGCW 5CETČŒ EJCNNGPIGĹĄĐ? #FKGW NGU OQPtages prĂŠcieux mais fragiles, les sauces lĂŠgères mais volatiles, les coquets dresUCIGU Čƒ NŨCUUKGVVG +N HCWV HCKTG TQDWUVG dans l’assemblage, pratique Ă  mettre en bouche, et se mettre Ă  la place du consommateur, qui doit pouvoir sortir de la boutique son repas sous le bras !

Sandwich ou plateau ? Ă€ ce jeu-lĂ , les candidats rivalisent d’imagination. Deux ĂŠcoles se font face  NC RTGOKČ‹TG FČŒENKPG Čƒ NŨKPĆ’PK NG VJČ‹OG du sandwich. Le pain fournit la structure, qui soutient et accompagne les choix de garniture du crĂŠateur. Ă€ dĂŠ-

faut d’être primÊe cette annÊe, la palme de l’innovation revient sans doute au  Progressif  d’OphÊly Robert, Loic (QTV GV #PVQKPG 2GTW\QVVK FG NŨ+PUVKVWV des saveurs de Bordeaux : trois mini-boules diffÊrentes, poussÊes à part mais cuites ensemble, puis garnies. L’ensemble forme un chapelet rigide, mais dont on sÊpare les grains d’un seul geste, pour dÊguster successivement un hors-d’œuvre lÊger, un plat consistant et un dessert rafraÎchissant.

1ER PRIX : LYDIE BESSERER, CLAUDIA INGUANTA ET NICOLAS SCHMITT CFA LAXOU POUR LA NATURE EN FOLIE Formateur : Didier Vinot Formate Une brochette (maki de truite fumÊe, feuilles de blette et orange), une belle tranche de veau ssur une mousse fromagère, accompagnÊe de llÊgumes marinÊs à l’orange et une verrine betterave-framboise liÊe par une crème fouettÊe : des associations hardies mais rrÊussies, ce qui est la marque d’un talent aabouti. L’Êquipe n’a certes pas manquÊ de folie, mais cette succession de surprises ne fol dÊparerait pas la table d’un excellent restaurant, dÊpa la mobil mobilitÊ en prime !

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016

Une bien ÊlÊgante façon de rÊpondre à la question posÊe.

Un vrai repas, aisĂŠment transportable L’autre ĂŠcole, c’est celle qui rĂŠsout la difĆ’EWNVČŒRCTNGTCHĆ’PGOGPV%GNWKFGNŨGOballage, en tout cas. 2016 a vu fleurir les coffrets, plateaux ou ĂŠcrins, dont l’ÊlĂŠgance et la fonctionnalitĂŠ feraient pâlir d’envie bien des designers. Ă€ l’abri de ces luxueux ĂŠcrins,


RUBRIQUE RÉALISÉE PAR FRANÇOIS BUSSAC

2E PRIX : MARION PODER, CAMILLE DELAUNAY ET KEVIN GUÉRIN FACULTÉ DES MÉTIERS DE BRUZ (35) POUR PLAISIR ET GOURMANDISE

3E PRIX : BENJAMIN ANGRAND, TOM MÉTAIS ET ALEXANDRE BOUCHET CAMPUS DES MÉTIERS DE NIORT POUR BALADE EN POITOU-CHARENTES Formateur : Patrick Legendre

C’est bien connu dans le monde de l’apprentissage : Bruz a une rĂŠputation Ă tenir. Et l’Êquipe n’y a pas manquĂŠ, tant ÂŤ Plaisir et Gourmandise Âť est un vrai plateau-repas, qui n’a de nomade de que la facilitĂŠ avec laquelle on le transporte. Car, pour le reste, c’est un festival de haute te cuisine : deux entrĂŠes de saumon, en tartare et terrine, des ballotins de poulet, qu’accompagne joliment une brunoise de lĂŠgumes frais roulĂŠe GDQVXQFDQQHOORQLHWSRXUČŚQLUGHX[ nt macarons aux fruits rouges absolument parfaits. Les saveurs, la santĂŠĂŠ et s-faute. l’esthĂŠtique de la prĂŠsentation : un sans-faute. les ĂŠquipes ont proposĂŠ de vĂŠritables repas portatifs, souvent d’un grand TCHĆ’PGOGPV CEEQORCIPČŒU FG VQWU NGU accessoires : boisson bien sĂťr, mais aussi couverts (en bois le plus souvent), verre et serviette. ÂŤ IdĂŠal pour emmener au bureau Âť ont observĂŠ les professionnels du jury, conscients que le ÂŤ repas

CRÉER, ENTREPRENDRE ET RÉUSSIR

DANS LES MÉTIERS

rtisans

Juillet/aoÝt 2016 • 1,50 ₏

LE MONDE DES

dedesartisans.fr

Suivez-nous : www.lemon

Formateur : David Russeil Là aussi, c’est d’un vÊritable repas qu’il s’agit : maquereau marinÊ et Saint-Jacques panÊe, sur un pain à l’encre de seiche, ouvrent le bal. Suivait un râble de lapin farci au foie gras, des lÊgumes de printemps relevÊs d’une mousse pr GGHPRXWDUGH¢OȄDQFLHQQH(QȌQ un pain briochÊ aux fruits secs soutenait une mousse de fromage blanc garnie d’un mÊli-mÊlo de fruits rouges. PPour nomades gastronomes, à dÊguster dÊ tranquillement.

de travail Âť est un crĂŠneau ouvert aux artisans, surtout en milieu urbain.

CrÊateurs d’entreprise à l’Êtranger Qu’elles se rattachent à l’une ou l’autre Êcole, force est de constater qu’une fois encore, les huit Êquipes d’apprentis ont

15 su atteindre l’objectif, voire le dÊpasser en crÊativitÊ. Comme l’a observÊ le jury unanime, la  cuvÊe  des apprentis du prix GoÝt et SantÊ 2016 est d’une rare qualitÊ. Ce qui laisse bien augurer d’un avenir oÚ beaucoup s’imaginent chef d’entreprise, dont quelques-uns, à l’Êtranger. Bravo, et bonne chance !

Abonnez-vous au Monde des artisans A $WNNGVKPČƒTGPXQ[GTCXGEXQVTGTČ‹INGOGPVČƒ#6%5GTXKEGCDQPPGOGPVUTWG&WRQPVFGU.QIGUÇĄ/GV\ (CZÇĄĹĄĹĄĹĄĹĄ5 CDQPPGTGPNKIPGYYYMKQUSWGCVEEQORTGUUGRTQCTVKUCPU

Oui, je m’abonne au Monde des artisans pour deux ans (12 numĂŠros) CWVCTKHRTČŒHČŒTGPVKGNFGÇĄGWTQU CWNKGWFGGWTQU PrĂŠnom ................................................................................... Nom ......................................................................................................................

FOCUS MÉTIER

Artisans glaciers, fondus de qualitĂŠ

Profession .............................................................................................................................................................................................................. Nombre de salariĂŠs................................................. Adresse ..........................................................................................................

PAGE

..............................................................................................................................................................................................................................................

41

compte pĂŠnibilitĂŠ : du rĂŠpit

5 conseils pour vous lancer

Artisans, le monde vous appartient ! P. 28

à l’export

demandĂŠ p.12

E-mail .........................................................................................................................................................................................................................

juripratique - vos droits

Le bail commercial et les charges de rĂŠparation P. 35

* Prix de vente au numÊro. Offre valable jusqu’au 30/09/2016. Tarif d’abonnement 1 an, France : 9 euros. En application de la loi n° 78-17 du 6 juin 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant reproduites ci-dessus. LMA vous prÊcise qu’elles sont nÊcessaires au bon traitement de votre abonnement.

âœ

Bimestriel n°113

TĂŠlĂŠphone .......................................................................... Fax ........................................................................................................................

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


E

N IMAGES [ DEUX-SÈVRES

SUPPORTER DE L'EMPLOI L’Association pour le droit à l’initiative économique (ADIE) et la Chambre de métiers et de l’artisanat des Deux-Sèvres étaient présentes en avril dernier au forum « Supporter de l’emploi » organisé par la Ligue de football et les Chamois Niortais pour répondre aux questions des visiteurs en matière d’orientation, de formation et des porteurs de projets de création ou de reprise d’entreprise.

SALON DU PRINTEMPS Une collaboration interconsulaire pour la mise en lumière du savoir-faire des entreprises remarquables du département a été initiée lors du dernier Salon du printemps du 29 avril au 2 mai. Exposition et démonstrations en soins esthétiques, fabrication de chocolat et de savons, création de chaussures, photographies ƒIWTCKGPVCWRTQITCOOGFGEGVVGPQWXGNNGȌFKVKQP

16

NOS APPRENTIS AU DANEMARK

Mobilité européenne

Dans le cadre de la mobilité européenne, dix apprentis dans les métiers du bois et de l’énergie ont effectué un séjour de découverte et d’échange professionnels au Danemark en avril dernier. Accueillis dans le centre de formation partenaire, ils ont pu s’enrichir de nouvelles pratiques dans ce pays, vitrine dans le domaine énergétique et le travail du bois.

lité Mobi enne é p o r eu

EXPÉRIENCE RICHE EN POLOGNE Une parenthèse culturelle et professionnelle réussie pour les premiers artisans deux-sévriens candidats au départ en Pologne à Biala Podlaska en juin dernier. Réunis ici avec les chefs d’entreprise qui les ont accueillis, ils ont pu observer les méthodes locales et échanger sur les techniques de fabrication.

Le Monde des artisans [ juillet/août 2016


S

OLUTIONS

La franchise d’entreprise

([SRUWHUVDPDUTXH DXGHO¢GHVIURQWLªUHV La franchise, apanage de l’industrie du luxe ? Plus aujourd’hui‌ Pour valoriser son savoir-faire et son modèle Êconomique à l’international, le système offre aussi aux artisans de vraies perspectives de dÊveloppement. Exemple avec Pascal Tepper, devenu chantre de la boulangerie française au Moyen-Orient. MÉLANIE KOCHERT

S

on talent lui a valu d’être consacrÊ Meilleur ouvrier de France (MOF) et chevalier de l’Ordre national du MÊrite. Un prestige dont Pascal Tepper a su tirer parti, à l’international

notamment. En quelques annÊes, l’artisan de Pecquencourt (Nord), troisième de la lignÊe familiale, a tracÊ son chemin, loin, vers l’Est. Sa marque aussi. À Dubaï, au Qatar, à Abu Dhabi, il est devenu un ambassadeur de la baguette française, à la tête d’une franchise qui porte son nom : Pascal Tepper French Bakery.

ÂŤ Ă€ chaque dĂŠcennie, je me suis ďŹ xĂŠ un nouvel objectif dans

17

nouveau , se souvient l’homme à la belle moustache

Pascal Tepper (col MOF) Ă Abu Dhabi.

argentÊe. Pourtant dÊjà très sollicitÊ sur le plan professionnel, entre stages, concours et dÊmonstrations de son

L’artisan-entrepreneur de Pecquencourt passe Êgale-

art boulanger, Pascal Tepper, qui n’a  jamais comptÊ ses

ment une semaine par mois au Moyen-Orient.  L’im-

heures , choisit alors de jouer la carte de l’export. Chal-

portant, pour se lancer, c’est de trouver le bon partenaire

lenge. S’associant au Groupe Atlas, l’artisan dÊveloppe

en local. Quelqu’un avec qui l’on a une conďŹ ance rĂŠcip-

un projet de franchises, qu’il choisit d’implanter aux

roque. Âť De quoi ďŹ naliser la ÂŤ combinaison gagnante : un

Émirats Arabes Unis.  À Dubaï, la clientèle, composÊe de

produit magniďŹ que, une ĂŠquipe investie, le respect d’une

locaux et d’expatriÊs est riche mais exigeante ; elle attend

tradition et d’un tour de main .

que l’on lui propose des produits de qualitÊ , prÊcise l’in-

Si son projet de franchise lui a oert des promesses en-

tÊressÊ. En la matière, bonne pioche, le MOF s’y connaÎt.

thousiasmantes, Pascal Tepper l’aďŹƒrme, ÂŤ exporter n’a

ÂŤ Cela a tout de suite marchĂŠ. Âť

pas changÊ ma façon de faire. Je suis toujours un artisan

iĹĄDR

ma vie. ArrivÊ à 50 ans, j’ai voulu tenter quelque chose de

dans l’âme, même si, de fait, les impÊratifs du chef d’entre-

Partenaires particuliers

prise ont pris plus de place. C’est une autre façon de voir et

Sur place Ă plein-temps, son chef exĂŠcutif et ses

de pratiquer le mĂŠtier. Âť

bras droit veillent aujourd’hui au bon respect de la charte de la dÊsormais cÊlèbre French Bakery.

i

Facebook : Pascal Tepper French Bakery

ET SI VOUS DEVENIEZ FRANCHISÉ ? L’artisanat fournit de nombreuses opportunitĂŠs Ă qui souhaiterait s’installer en tant que franchisĂŠ, sur le territoire ou Ă  l’Êtranger. ContraireOGPVČƒNCRNWRCTVFGUUGEVGWTUQČ™FGUSWCNKVČŒUFGXGPVGGVFGEQPVCEVRGWXGPVUWHĆ’TGNŨCTVKUCPCVGZKIGGPIČŒPČŒTCNSWGNGUHTCPEJKUČŒUUQKGPV eux-mĂŞmes du sĂŠrail, ou possèdent un certain nombre de connaissances du mĂŠtier. Pour ĂŠviter des ĂŠcueils, mieux vaut ne pas prendre de FČŒEKUKQPFČŒĆ’PKVKXGCXCPVFŨCXQKTUQWOKUNCRTQRQUKVKQPFŨCHHCKTGČƒWPGNGEVWTGETKVKSWGÇĄČŒVWFGFWOCTEJČŒFWEQPEGRVUCTGPVCDKNKVČŒGVFGNŨGPsemble des documents remis par le franchiseur, idĂŠalement avec son entourage, un avocat d’affaires ou un conseiller.

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


S

OLUTIONS

Recourir à un groupement d’employeurs

4XHVWLRQGHVRXSOHVVH En adhérant à un groupement d’employeurs, les entreprises s’assurent la présence d’un ou plusieurs salariés pour une durée choisie. Un moyen de maintenir ses délais et de préserver sa structure d’éventuels risques financiers. Exemple dans la Sarthe.

V

MÉLANIE KOCHERT

ariation d’activité saisonnière, absence d’un employé, recrutement d’un profil non

Le groupement d’employeurs offre une solution souple et sécurisante pour disposer du personnel adapté, sur un temps choisi, et à un coup maîtrisé.

adapté… Une entreprise artisanale peut être freinée dans son développement par de

nombreux facteurs. Déléguer à un groupement d’emiš(161.+#%1/

ployeurs (GE) des heures de travail administratives, de vente ou de production peut, dans certains cas, s’avérer une solution tangible, adaptée, pour éviter les écueils et se concentrer sur son cœur de métier. Créé sous forme de structure associative ou de société coopérative, le GE gère des ressources humaines par-

18

tagées pour le compte de plusieurs entreprises. Il se

à mi-temps. « Après avoir été moi-même salarié pen-

charge du recrutement, emploie du personnel et le met à

dant des années, l’équilibre de mes forces et faiblesses me

disposition de ses partenaires. Courante dans le milieu

semblait assez bon pour me lancer enfin en tant que chef

agricole, cette pratique a progressivement conquis d’au-

d’entreprise », raconte l’artisan. « Et en effet, mon

tres secteurs d’activité. Elle se présente de plus en plus

activité a démarré sur les chapeaux de roue.

comme une opportunité dans le monde de l’artisanat.

Tant et si bien que j’ai été vite assez surchargé par l’administratif. Pendant un an et demi,

Se libérer du temps et de l’énergie

j’ai assuré seul cette activité. Jusqu’à ce qu’une assistante me devienne indispensable. » La

La structure Par’Temps l’a bien com-

CMA lui suggère alors de se tourner vers

pris. Ce groupement d’employeurs,

son GE. Depuis septembre dernier,

créé en 2000 et adossé à la chambre

une salariée de l’association vient

de métiers et de l’artisanat (CMA) de

lui prêter main-forte chaque ma-

la Sarthe, met à disposition des entre-

tin. « Ce système nous offre une

prises artisanales du département

souplesse non négligeable pour

du personnel administratif et de la

répondre à nos besoins ponct-

main-d’œuvre qualifiée, employée

uels : nous nous engageons en

par ses soins. À la tête de sa petite

fonction de nos capacités, selon

entreprise de dépannage chauffage,

un modus operandi qui peut tou-

implantée à Téloché dans la banappel pour s’assurer les services d’une assistante

administrative-comptable

jours être renégocié. Sans mettre en ©šFOTOL+A.COM

lieue du Mans, Benoît Deroche y a fait

péril notre activité. »

i

+ d’infos : www.partemps.fr

UN DISPOSITIF ADAPTÉ AUX BESOINS DES TPE Les groupements d’employeurs sont conçus pour répondre de façon concrète aux besoins des TPE et PME. En apportant, dans la durée, des compétences et un appui adapté à tous les stades d’existence d’une entreprise (création, croissance…), ils participent à la sécurisation de ses activités et de son développement. Cette forme d’association facilite également le rebond des structures fragilisées, tout en leur permettant d’anticiper l’impact de certaines mutations économiques.

Le Monde des artisans [ juillet/août 2016


SOLUTIONS

Faire dialoguer tradition et design

&KLFXQFKDXVVRQ

O

'0#66#4 iĹĄ/#4+'$

AlliÊe à un savoir-faire maÎtrisÊ, la carte du design s’impose dans l’artisanat comme facteur de diffÊrenciation et de valeur ajoutÊe. RÊouvrant même parfois les portes de certains secteurs en berne, oubliÊs... Exemple avec La Charentaise Tcha, et son incroyable ascension. MÉLANIE KOCHERT Jean-Luc Bouriau, en bas au centre avec l’Êquipe communication et commercial.

n lui donne quatre siècles d’existence.

les matières, les couleurs‌  Tout est fait pour allier de-

ImaginĂŠe dans la rĂŠgion qui porte son nom, la charentaise est nĂŠe du recy-

sign et tradition.  L’idÊe Êtait vraiment d’eectuer un

clage des feutres autrefois utilisĂŠs pour

travail de fond sur la prĂŠservation du savoir-faire, tout en

succès a longtemps soutenu l’Êconomie locale, la

revoyant le style de l’objet.  La technique du  cousu-re-

OS

:D

R

sÊcher le papier dans l’industrie papetière. Si son H ŠťP

OT

tournÊ , geste manuel inchangÊ depuis un siècle, est

cÊlèbre chaussure d’intÊrieur a pourtant bien failli

notamment conservĂŠe. Mais avec ses formes ĂŠpurĂŠes et

disparaÎtre de son creuset d’origine au tournant des an-

contemporaines, Tcha redessine le chausson mythique

nĂŠes 2000. Le bulldozer mondialisation passait par lĂ ,

pour se muer, avec son feutre de laine foulĂŠ, son lin, son

laissant derrière lui un secteur artisanal exsangue et

cuir lisse pleine eur et velours, en accessoire de mode.

dĂŠvastĂŠ.

De façon assumÊe.  L’objectif Êtait de positionner dès le

En 2005, le dĂŠpartement de la Charente et sa rĂŠgion

dĂŠpart le produit sur le marchĂŠ du luxe. Âť Un crĂŠneau

tutĂŠlaire, soucieux de redynamiser le secteur de la pro-

gagnant : en Ă peine cinq ans, La Charentaise Tcha

duction de la charentaise, sollicitent l’Institut français

a rencontrÊ son public à l’international, sur des

de la mode et ses ĂŠtudiants pour ĂŠlaborer une ÂŤ nouvel-

marchÊs  sensibles à l’histoire, au savoir-faire et à la

le version  de la traditionnelle pantoue. Le rÊsultat de

19

qualitÊ , tels l’Italie, le Japon ou les États-Unis. Se montrer inventif en matière de design ore des oc-

ce travail, exposĂŠ au Salon Maison & Objet en 2008, ren-

casions d’être valorisÊ. Cette annÊe, l’entreprise est

contre un grand succès... mais ne trouve pas de suite. Pour Jean-Luc Bouriau, le challenge est trop beau.

sortie laurÊate du Prix national de l’Observeur du De-

ÂŤ Je me suis positionnĂŠ pour reprendre ce principe

sign (cf. encadrĂŠ). Une vraie reconnaissance, pour tout

d’un chausson à revisiter, tant il me parlait , raconte

l’investissement crÊatif, matÊriel et humain engagÊ. Une

l’homme qui s’engage en 2010 sur Angoulême dans

communication bienheureuse, ĂŠgalement, pour la nou-

l’aventure de La Charentaise Tcha.

velle charentaise 100 % made in France qui a ÂŤ engendrĂŠ des contacts, de la sympathie et de nouveaux clients. On se

Nouvelle vie

dit que, ďŹ nalement, on a bien travaillĂŠ. Âť En plein dĂŠvel-

 Ce projet rÊactivait des souvenirs d’enfance, lorsque

oppement, La Charentaise Tcha se positionne dĂŠsor-

je m’essayais à la crÊation aux côtÊs de mon grand-père, patronnier. Issu des beaux-arts, le design faisait Êgalement partie de mon ADN et de ma pratique. Je retrouvais

mais sur l’obtention du prestigieux label EPV.

i

www.lacharentaise-tcha.com

LE DESIGN A SON PRIX ÉTOILÉ 1TICPKUČŒRCTNŨ#IGPEGRQWTNCRTQOQVKQPFGNCETČŒCVKQPKPFWUVTKGNNG #2%+ l’Observeur du Design met en lumière le talent des entreprises et des designers. Ce prix valorise les pratiques les plus innovantes en labellisant des produits, services ou espaces ambitieux ou prospectifs en matière de crĂŠation et de design. Les plus belles rĂŠalisations sont ĂŠtoilĂŠes par un jury d’experts, puis exposĂŠes dans plusieurs villes FG(TCPEG7PDQPOQ[GPFGRTQOQWXQKTUCOCTSWGGVFŨCEETQČ‘VTGUCPQVQTKČŒVČŒÇĄĐ?

i

apci.asso.fr/observeur

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


T

RANSMETTRE

Laboratoire photo Paul Guerin

3RUWUDLWGȇXQH WUDQVPLVVLRQU«XVVLH Tout au long de leur parcours, les professionnels de la photographie Jacqueline et Paul Guerin ont fait les bons choix et réussi dans ce qu’ils entreprenaient, jusqu’à la transmission de leur laboratoire. ISABELLE FLAYEUX

J

acqueline et Paul Guerin ouvrent à Ligné (44) en 1981, une boutique de photographie pour vendre du matériel et une prestation de prises de vue. Avant de créer une

Paul Guerin (à gauche) accompagne David Richard jusqu’au mois de septembre.

2e boutique plus proche de Nantes pour développer

leur activité, ils décident d’investir, dans un souci de ren tabilité. « Plutôt que de continuer à sous-traiter, nous avons acheté une machine de développement », explique Jacqueline.

Une clientèle de photographes professionnels les rejoint, intéressée par la qualité des tirages et la rapidité d’exécution. išLPG

En 2003, les époux Guerin achètent un terrain à La Chapelle pour construire un laboratoire et arrêter la partie boutique.

20

« Nous avons signé en 8 jours. Les banques ont suivi car les bi-

Se faire accompagner

lans étaient bons et chacun de nos investissements justifié. »

« David a tout de suite montré un réel intérêt. Je pense qu’il a senti le potentiel de développement. Par manque de temps, nous

À la recherche d’un repreneur

avions délaissé le studio et jamais fait de communication. Il a le

Le couple embauche une personne pour mieux répondre à la

profil idéal pour continuer. » Le trio se rencontre fréquemment,

demande des travaux de laboratoire et élargit sa clientèle avec

une confiance réciproque s’installe et le rachat est signé en avril.

un site de tirage photo en ligne. « Le secret de la réussite est de

« Nous avons vendu grâce à un bon bilan et à des niches comme

se remettre en question, d’innover et de garder un œil sur l’actu-

l’argentique. » Comme les époux Guerin, David Richard a trou-

alité. » En 2014, deux ans avant les 60 ans de Paul, la question

vé la démarche de reprise compliquée : « Il est indispensable de

de la transmission devient une évidence. « Suite à une réunion

se faire accompagner par un cabinet comptable et un avocat. Le

à la CMA, je me suis rendue compte que cela n’allait pas être

stage préalable à l’installation (SPI) de la CMA m’a également

facile. Le métier est particulier et le nombre de photographes ne

bien aiguillé ». Le passage de relais se fait en douceur jusqu’en

va pas en augmentant. » Les artisans optent pour le bouche-

septembre. Présent au laboratoire depuis avril, David Richard

à-oreille. Faute de candidat, ils décident en octobre 2015 de

vient d’embaucher et ne manque pas de projets. « Je réfléchis à de

faire appel à un bureau d’études spécialisé dans la mise en

nouvelles prestations comme les prises de vue aérienne avec drone.

relation acheteurs-vendeurs. Le hasard veut qu’en novembre,

Je vais louer le studio et lancer des opérations commerciales. »

David Richard les contacte, averti par des amis photographes. Tout s’accélère.

i

www.photographe-guerin.com | www.tirage-photo-online.com

RÉUSSIR SA TRANSMISSION LES CONSEILS DE PHILIPPE GENTHON-LAROCHE, conseiller transmission à la CMA 44

• Éviter de se mettre une pression démesurée ; être patient lors de la mise en vente. Chaque transaction est un cas particulier. •&RQQD°WUHOHVGLȥ«UHQWVVF«QDULRVGHWUDQVPLVVLRQHWOHXUVLPSDFWVȦVFDX[GL[DQVDYDQWODFHVVLRQSRXUIDLUHOHERQFKRL[ • Faire valoriser son entreprise par plusieurs spécialistes : cabinet comptable, intermédiaire, CMA… • S’entourer d’experts à l’approche souvent complémentaire : cabinet comptable, avocat, notaire (transmission familiale)… • Se préparer à sa nouvelle vie après la vente.

Le Monde des artisans [ juillet/août 2016


TRANSMETTRE

ÉTAMINE ENCADREMENT

3DUWLHGH]UR¢DQV ALORS EN CDI, CLAIRE SADOWSKI DÉCOUVRE PAR HASARD UN SAVOIR-FAIRE DONT ELLE IGNORE TOUT. IRRÉMÉDIABLEMENT ATTIRÉE, ELLE S’ORGANISE POUR L’APPRENDRE. SA FORMATRICE LUI A CÉDÉ SON ENTREPRISE EN 2013. LE BONHEUR TIENT PARFOIS AU SIMPLE FAIT DE POUSSER, UN JOUR, LA PORTE D’UN COMMERCE ARTISANAL. SOPHIE DE COURTIVRON

DÉMĂŠLER L’IMBROGLIO DES COTISATIONS Pour pouvoir continuer Ă toucher des indemnitĂŠs de PĂ´le emploi après sa rupture conventionnelle, Claire avait constituĂŠ une SARL. Si sa solide formation en droit l’a aidĂŠe Ă  y voir plus clair, elle a ÂŤ passĂŠ des mois Ă  comprendre comment le RSI calculait les cotisations‌ Âť Des recherches qu’elle a faites elle-mĂŞme, ne trouvant aucune aide du cĂ´tĂŠ de son comptable. m8QELODQFĆľHVWWUÂŞVGLČžFLOH¢OLUH les lois sociales il faut suivre‌ Âť L’entrepreneuse conseille ainsi de se faire solidement appuyer : ÂŤ Si on arrivait Ă  faire de vraies simulations GHFHTXLYDQRXVUHVWHU¢ODČœQGX PRLVRQSRXUUDLWDQWLFLSHU} Elle va repasser en micro-entreprise, comme son prĂŠdĂŠcesseur.

i

www.etamine-encadrement.fr | Facebook : Étamine Encadrement

C

laire fut d’abord clerc de no-

tionnelle lui est accordĂŠe. Elle commence

taire. 4 ans. Puis dĂŠlĂŠguĂŠe

par observer l’artisan, fascinÊe de  la voir

mĂŠdicale. 8 ans. En se rendant

fabriquer un cadre de A à Z.  À l’aise, elle

Ă une rĂŠunion parisienne, elle

sait tout de suite couper le verre, ce qui

se retrouve prise dans la fusillade qui

n’est pas donnÊ à tout le monde. Au bout

suivit le braquage de Villiers-sur-Marne

d’un an, elle fabrique un cadre seule.

(en 2010).  Ça tirait de partout‌ Je suis

ÂŤ Madame Hild me prĂŠsentait chaque fois

arrivÊe à ma rÊunion, et n’ai reçu ni Êcoute

aux clients.  L’alchimie professeur/Êlève

ni compassion de la part de la direction‌

avait immĂŠdiatement pris ; ÂŤ il y a eu un

J’ai commencÊ à cogiter.  Dans les jours

feeling Âť, constate Claire. ÂŤ Elle avait dĂŠjĂ

qui suivent, elle apporte un tableau Ă en-

refusĂŠ trois demandes de reprise de son

cadrer chez Jacqueline Hild, Ă Troyes, et

commerce. Âť En 2013, Claire est prĂŞte.

l’entend Êvoquer sa retraite.  Dans ma tête, ça a fait tilt ! 

Un savoir-faire immuable, un zeste de crĂŠativitĂŠ

ÂŤ Il y a eu un feeling Âť

Les liens entre les deux femmes sont

Claire ne connaissait rien à l’encadre-

restĂŠs serrĂŠs, elles se parlent ou se

ment, mais apprend que c’est une pro-

voient chaque semaine. Claire a les

fession non-rĂŠglementĂŠe. Elle retourne

mĂŞmes fournisseurs et utilise les mĂŞmes

voir l’artisan :  Je lui ai demandÊ de me

techniques que sa formatrice. ÂŤ Ici, pas

former, et lui ai mĂŞme parlĂŠ de reprendre

de machine : je fais les ouvertures de

derrière elle‌ Elle est tombÊe des nues ! 

passe-partout au cutter. Nous ne sommes

Une semaine après, Jacqueline Hild

que 10 ou 15 en France Ă procĂŠder ainsi.

l’invite à venir passer une journÊe avec

L’assemblage du cadre est plus prÊcis, il

elle.  Je travaillais le matin, j’y suis allÊe

n’est pas agrafÊ mais collÊ.  La repreneuse

l’après-midi. Puis je suis venue tous les

a apportĂŠ un site Internet vitrine et une

jours‌ pendant 3 ans.  Trois mois après

page Facebook Ă la boutique. Elle se di-

sa première visite, sa rupture conven-

versiďŹ e un peu dans la dĂŠcoration : ÂŤ Je

21

crÊe des boÎtes, des Êtagères sur mesure, etc. J’ai aussi envie de dÊvelopper la vente de sÊrigraphies d’artistes parisiens.  Le chiffre d’aaires de la boutique est constant.  J’ai la même clientèle, avec en plus celle du quartier oÚ je viens de dÊmÊnager.  Claire a ÊtÊ laurÊate en 2016 des TrophÊes  Artisanat au fÊminin  organisÊs par la CMA de l’Aube (catÊgorie  reconversion ). Si elle n’a pas le temps aujourd’hui de s’occuper d’un apprenti, elle n’est pas inquiète pour la suite :  DÊjà des clientes me disent qu’elles aimeraient passer la iťDR

 Je voulais aimer mon travail ! EQPƒG%NCKTG5CFQYUMK toujours très proche de l’artisan à qui elle a succÊdÊ : k3WCPFLŨCKFGUEJQUGUVTȋUFKHƒEKNGULGNWKFGOCPFGUQPCXKUz.

journÊe avec moi‌ .

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


I

NNOVER

Drive artisanal

8QVHUYLFHTXL WLHQWODURXWH 22 22

Dispositif de commercialisation dans l’air du temps, le drive répond à différents types d’attentes. Moins par effet de mode que par choix stratégique, des artisans franchissent le pas et proposent ce service complémentaire, seul ou à plusieurs, comme dans le Loir-et-Cher.

išX

ISABELLE FLAYEUX

Le témoignage Traiteur Avezard, artisan Baladodrive

Ma boutique se situe à 25 km du point

Opérationnel depuis 2014, Baladodrive est

une seconde vitrine. »

de retrait de Blois. Le drive est pour moi

un service de vente en ligne de produits Stéphane Avezard, charcutier-traiteur

Satisfaire et fidéliser la clientèle

à Contres depuis 2006, s’est investi dès

Pour commander, rien de plus simple.

le départ dans le projet d’aménagement

Le client s’inscrit sur le site Internet de

d’un drive qui réunit des artisans et des

Baladodrive, établit sa liste de courses,

agriculteurs. « Soutenus par les chambres

règle sa facture et retire la commande

d’agriculture et de métiers et de l’artisanat,

au point de retrait le plus proche de son

vité, Baladodrive enregistre 45 à 60 com-

nous nous sommes regroupés en association

domicile. « L’avantage est de trouver en

mandes par semaine. Les fournisseurs

pour développer un nouveau système de

un seul et même lieu un large choix de

restent confiants et réfléchissent actu-

vente. Le drive était un concept en vogue à ce

produits frais et de qualité élaborés par

ellement à des stratégies de fidélisation

moment-là », explique l’artisan. Le réseau

des producteurs locaux. Nous voulions

pour satisfaire les habitués, poursuivre

compte une trentaine de fournisseurs qui

proposer le maximum de gammes en un seul

l’activité et la développer.

proposent 700 références, en fonction de

panier. Le fait d’être groupés entre artisans

la production et des saisons. « L’intérêt est

mais aussi avec des agriculteurs est bien

clairement de toucher une nouvelle clientèle.

plus impactant. » Après deux ans d’acti

fermiers et artisanaux du Loir-et-Cher.

Le Monde des artisans [ juillet/août 2016

L artisans Les i et les l agriculteurs i l dde B Baladodrive l d d i assurent à tour de rôle une permanence le vendredi, jour de retrait des commandes passées par Internet.

i

www.baladodrive.fr


INNOVER [ UN SERVICE QUI TIENT LA ROUTE

iĹĄ0+%1.#5$1'7(6'/#24'55'

L'enquĂŞte

En rÊponse aux changements d’habitudes d’achat des consommateurs, les artisans s’organisent pour dÊvelopper des drive à leur Êchelle selon diffÊrentes stratÊgies.

m/DJDPPHWRIIH GHSURGXLWVHWOD FRQȴDQFHGDQVOHV IRXUQLVVHXUVIRQW ODGLIIUHQFHWRXW FRPPHOȇDFFXHLO

ÂŤ Quand il passe par un drive, le consommateur

une autre stratĂŠgie. Il faut simplement ĂŞtre vi-

rÊcupère les produits commandÊs selon un crÊ-

gilant, dÊpasser l’eet de mode.  S’engager dans

SK\VLTXHDX

neau qu’il a dĂŠďŹ ni, ĂŠvite la cohue des courses et

un service drive peut prendre plusieurs formes. Certains adaptent dans leur point de vente un

PRPHQWGXUHWUDLW}

n’achète que ce dont il a besoin. Il attend le même service chez son artisan , explique David Barthe,

système de commande en ligne avec retrait en

maÎtre de confÊrences associÊ à l’IAE Lyon.

magasin qui gÊnère du ux et fait gagner du

Vannier, directrice

L’essor des drive en France a provoquÊ une

temps au consommateur. ÂŤ Cela suppose de revoir

de l’Êconomie et des

transformation des habitudes qui rĂŠpond aux

l’organisation interne, de dÊsigner quelqu’un qui

attentes actuelles des consommateurs. ÂŤ La

prÊpare les commandes et accueille la e-clientèle,

mĂŠtiers de la CMA 41

logique consiste Ă simpliďŹ er la vie du client, Ă 

et de prĂŠvoir un espace de stockage dĂŠdiĂŠ aux

lever toutes les barrières à l’achat.  Plutôt que

produits rĂŠservĂŠs. Âť

Christine Desbois-

23

de combattre les mastodontes de l’alimentaire, Christine Desbois-Vannier, directrice de l’Êco

SERVICE COMPLÉMENTAIRE

nomie et des mĂŠtiers de la CMA 41, a suggĂŠrĂŠ

D’autres ouvrent, sur le modèle de la grande dis-

au x a rtisa ns, inquiets face Ă la montĂŠe en

tribution, une boutique drive en zone pĂŠriurbaine.

puissance des drive des grandes enseignes, de

L’emplacement relève alors du choix stratÊgique,

dĂŠvelopper une pratique de commercialisation

les facilitĂŠs de circulation et de stationnement

similaire. En collaboration avec la chambre

deviennent des atouts. Le consommateur accède

d’agriculture, la CMA a accompagnÊ les artisans

aux mêmes services et Êvite l’engorgement du

et producteurs locaux dans la crĂŠation du drive

centre-ville. Il va même jusqu’à ne plus descen-

artisanal et fermier baladodrive.fr, ĂŠgalement

dre du vĂŠhicule grâce au système de vente Ă

rÊfÊrencÊ sur drive-fermier.fr*.  La gamme ÊtoÊe

travers la fenêtre. D’autres artisans installent

de produits, qui ĂŠvite les multiples dĂŠplacements,

des distributeurs de viandes prĂŠemballĂŠes ou

et la conďŹ ance dans les fournisseurs font la dif-

de pain frais devant les boutiques pour ĂŠtendre

fÊrence, tout comme l’accueil physique au moment

la mise Ă disposition des produits en dehors des

du retrait Âť, conďŹ e Christine Desbois-Vannier.

heures d’ouverture. Une nouvelle Êtape dans le service complÊmentaire.

Des rĂŠponses variĂŠes au service du consommateur

* Les drive Bienvenue à la ferme sont dÊployÊs avec le logiciel dÊveloppÊ par les chambres d’agriculture Mes produits en ligne.

Pour David Barthe,  l’intÊrêt de la dÊmarche collective est la mutualisation des charges. DÊvelopper seul un système de drive n’est pour autant pas incompatible car il y a un retour vers la proximitÊ de la part du consommateur. C’est

i

Christine Desbois-Vannier : cvannier@cma-41.fr | David Barthe : david.barthe@univ-lyon3.fr

2 MODES D’ACHAT DERRIĂˆRE LA SOURIS Avec le système click & collect ou click & pick-up, le consommateur achète ou rĂŠserve des produits en ligne et les retire directement dans une boutique, auprès du vendeur. Le click & drive, espace dĂŠdiĂŠ au drive avec des pistes pour les vĂŠhicules et des bornes de retrait, permet de rĂŠcupĂŠrer une commande RCUUČŒGUWT+PVGTPGV

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


INNOVER [ UN SERVICE QUI TIENT LA ROUTE

Les chiffres ÂŤ Le drive de la plateforme locavor.fr est un moyen eďŹƒcace pour regrouper en un seul point les produits de plusieurs artisans et agriculteurs locaux sans que cela soit trop coĂťteux pour eux. Les fournisseurs peuvent se concentrer sur leur mĂŠtier en bĂŠnĂŠďŹ ciant d’un service mutualisĂŠ (pas d’Êchange d’argent, factures automatisĂŠes, coĂťt en fonction des ventes, livraison possible par le gĂŠrant du drive...), visible, attractif et anti gaspi. Âť BenoĂŽt Gervais, fondateur de Locavor, projet labellisĂŠ ÂŤ Programme national pour l’alimentation Âť

Le drive a soufflÊ sa 15e bougie L’an dernier, à l’occasion du 15e anniversaire du 1er drive de France (Auchan Leers (59), implantÊ en juin 2000), Bonial

@

4 025

sites de drive recensĂŠs sur le territoire, en mai 2016

et Nielsen ont retracÊ 15 annÊes d’implantation des drive sur le territoire national. Une infographie dy namique d’implantation des click & drive de 2000 à 2015 est visible sur www.bonial.fr.

24

Des idÊes à suivre‌

80 %

des hypermarchÊs proposent la solution drive à leur clientèle

• Casiers fermiers. Des agriculteurs de Haute-Garonne se sont regroupÊs pour proposer à la vente produits laitiers, pain prÊcuit, œufs, miel et conserves de canard dans des distributeurs automatiques rÊfrigÊrÊs. Les  Casiers fermiers de la ferme de Cabriole et ses amis  sont accessibles 7 jours sur 7, de 8 h à 22 h, dans un local libre-service à Toulouse. + d’infos sur www.facebook.com/casiersfermiers

80 %

des foyers français ont un click & drive à moins de 15 minutes de chez eux

• Bornes de retrait pour gens pressÊs. À Sceaux (92), il est possible de retirer 7 jours sur 7, 24 h sur 24, une commande passÊe sur sceaux-shopping.com, marketplace crÊÊe par la Ville de Sceaux et l'Union des commerçants et artisans de la commune, via une conciergerie numÊrique de proximitÊ. Après avoir achetÊ en ligne, le client rÊcupère ses produits auprès du vendeur ou dans une consigne automatique Cityssimo de La Poste, implantÊe près de la gare RER.

1 foyer sur 4 s’est rendu en drive au moins une fois en 2015 pour une dĂŠpense moyenne de 67 â‚Ź en produits alimentaires 5QWTEG0KGNUGP('8#& (ČŒFČŒTCVKQPFWGEQOOGTEGGVFGNCXGPVGČƒFKUVCPEG

POUR ALLER PLUS LOIN • Nielsen fournit des informations sur les tendances d’achat et le comportement mĂŠdia de consommateurs sur 47 marchĂŠs europĂŠens et dans plus de 100 pays. La base de donnĂŠes Nielsen TradeDimensions comprend plus de 46 000 points de vente en France. www.nielsen.com •.GUWRRNČŒOGPVVGEJPKSWGFGNŨ+PUVKVWVPCVKQPCNFGNCDQWNCPIGTKGRČ…VKUUGTKGPo LWKNNGV k.GEQOOGTEGFG la boulangerie-pâtisserie - ĂŠvolution et repères Âť consacre un chapitre aux nouvelles formes de commercialisation. TĂŠlĂŠchargeable sur www.inbp.com • Sur son blog, David Barthe publie des articles sur des thĂŠmatiques comme le retail 3.0, l’Êconomie numĂŠrique, les territoires, le concept store, la rĂŠglementation. Ă€ lire sur www.davidbarthe.fr

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


R

ÉUSSITE

Arcadial

5HGPDUUHU DÊtruite par les flammes, l’entreprise de construction de maisons à ossature bois Arcadial (CoÍx) a vÊcu, en 2014, son plus mauvais coup du sort. Puisant dans ses propres forces et dans le soutien insoupçonnÊ de ses voisins, elle s’est relevÊe en moins de 18 mois. Et est repartie de plus belle. Tel le phÊnix. MÉLANIE KOCHERT

iĹĄPHOTOS : DR

Bien installĂŠs dans leurs nouveaux locaux ĂŠco-durables, Julie et MickaĂŤl PĂŠrocheau sont repartis sur de nouvelles idĂŠes, dont une collection de maisons Ă coĂťt maĂŽtrisĂŠ pour les primo-accĂŠdants.

Une histoire de famille

SolidaritĂŠ unique

De l’avant

Le storytelling d’Arcadial aurait pu se limi-

MalgrĂŠ le choc et des premiers jours compli-

Et puisque l’entreprise se spÊcialise dans les

ter Ă quelques belles lignes sur la reprise

quÊs, une seule idÊe anime l’Êquipe, soudÊe :

constructions Ă ossature bois ĂŠco-durables,

rÊussie de l’entreprise familiale par Julie

se relever. ÂŤ Et vite, avancer. Âť Un ĂŠlan de so-

pourquoi ne pas faire des nouveaux murs

et MickaĂŤl PĂŠrocheau. ÂŤ Mon mari et moi

lidaritÊ insoupçonnÊ venu des entreprises

d’Arcadial sa meilleure vitrine ? Entièrement

ĂŠtions dĂŠjĂ installĂŠs dans notre vie profes-

voisines lui apporte du baume au cœur, et un

rĂŠalisĂŠs ÂŤ en interne Âť, les travaux, lancĂŠs

sionnelle quand mes parents ont annon-

sacrÊ coup de main.  Tout le monde s’est pro-

le 1er avril 2015, s’achèvent le 15 dÊcembre.

cÊ qu’ils souhaitaient cesser leur activitÊ,

posĂŠ pour nous prĂŞter du matĂŠriel. Âť Simple

Tout juste pour fĂŞter les 20 ans de la sociĂŠ-

raconte Julie. Après tout l’investissement

stylo, tĂŠlĂŠphones, ordinateurs, camions...

tÊ. L’anniversaire est heureux, le ciel Êclair-

dont ils avaient fait preuve pour faire vivre

 C’Êtait incroyable , se souvient Julie. De

ci. DĂŠsormais, Julie et MickaĂŤl rĂŠenvisagent

la structure, nous avons trouvĂŠ cela bien

son cĂ´tĂŠ, la communautĂŠ de communes met

l’avenir avec sÊrÊnitÊ.  Cette expÊrience nous

trop dommage. Âť La jeune femme et son

gracieusement Ă disposition des locaux ad-

a renforcÊs, et nous a fait grandir. Très vite.

conjoint dĂŠcident de quitter leur emploi

ministratifs. RĂŠsolu, tout Arcadial se mobi-

Aujourd’hui, on mise à nouveau sur notre

pour saisir, en 2013, le bâton de relais. La

lise pour mettre en Ĺ“uvre la reconstruction

dĂŠveloppement, on repart sur de nouvelles

greffe prend.  La moyenne d’âge des sala-

du site et poursuivre l’activitÊ. Julie et Mic-

idĂŠes. Âť Dont une collection de maisons Ă

riÊes est de 35 ans. C’est Êgalement la nôtre.

kaĂŤl en proďŹ tent pour sonder les troupes sur

coĂťt maĂŽtrisĂŠ pour les primo-accĂŠdants, et

Nous avons pu rapidement trouver une dy-

les amÊliorations à apporter.  L’entreprise

un dĂŠveloppement plus accru sur le mar-

namique et un ĂŠquilibre. Âť Mais bientĂ´t, le

s’Êtait originellement implantÊe à CoÍx avec

chĂŠ de la commande publique et privĂŠe. Un

coup dur‌ Un dimanche d’octobre 2014,

12 salariĂŠs. En 2014, elle en accueillait 50. Les

secteur d’avenir pour la construction bois, le

un incendie causĂŠ par un dĂŠfaut ĂŠlectrique

anciens bâtiments avaient peut-être perdu,

couple PĂŠrocheau en est persuadĂŠ.

ravage l’ensemble du site : bureaux, vÊhi-

de fait, en fonctionnalitĂŠ. Dans notre ‘mal-

cules, atelier.

heur’ , nous avons dÊcidÊ de tout amÊliorer. 

i

25

arcadial.fr

LEURS CONSEILS POUR SURMONTER UN COUP DUR • ĂŠtre courageux, bien sĂťr, mais surtout ne pas rester seul.+NGUVKORQTVCPVFGHCKTGRCTVKGFGFKHHČŒTGPVUTČŒUGCWZ qui seront des pivots de soutien en cas de problème. • ĂŠtre entourĂŠ des bonnes structuresGVVTQWXGTPQVCOOGPVWPGCUUWTCPEGFGEQPĆ’CPEGXČŒTKVCDNGOGPVČƒNĹ¨ČŒEQWVG S’assurer au bon montant. • Rester proche de ses ĂŠquipes, et leur dire les choses telles qu’elles sont. La transparence encourage la comprĂŠhension et la solidaritĂŠ.

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


TRATÉGIE

iš2*1615(/#4DZ%*#.56#45/DZ6+'45

S

Habillés de pied en cap par l’entreprise, les salariés sont soudés, se démarquent et UQPVƒGTUFGRQTVGTNGUEQWNGWTUFG l’entreprise où ils travaillent avec plaisir.

ENTREPRISE MONTÉGUT 26

m-HFURLVHQOȇKXPDLQ} DIRIGEANT D’UNE ENTREPRISE ARTISANALE DE CHARPENTECOUVERTURE-ZINGUERIE DANS LE GERS, THIERRY MONTÉGUT, PRIX STARS & MÉTIERS 2015 DANS LA CATÉGORIE « MANAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES »*, FUT LE PRÉCURSEUR DE MULTIPLES INITIATIVES VALORISANT SES SALARIÉS. ICI, IL FAIT BON TRAVAILLER. VOICI QUELQUES INGRÉDIENTS D’UNE RECETTE GAGNANT-GAGNANT. SOPHIE DE COURTIVRON

Q

uand Thierry prend la suite

matiquement tous les jours sur les quatre

de son père en 1993, l’entre-

chantiers en cours. » Côté confort et sé-

prise Montégut ne compte

curité de travail, tout est optimum. « Je

qu’un seul employé. Au-

vais voir avec eux le chantier la semaine

Il a su

jourd’hui, il y en a onze. « Nos chantiers

qui précède et nous pouvons ainsi anti-

durent entre une demi-journée et trois

ciper : location d’un monte-matériaux

„ Tisser des liens forts avec ses salariés

semaines ; il nous faut être réactifs et po-

particulier, etc. » Autonomie oblige, en

lyvalents ! » Pour cela, sur le terrain, les

plus des stages obligatoires, les em-

salariés travaillent en binômes de choc.

ployés suivent tous les stages et forma-

Thierry Montégut et ses employés œuvrent en zone rurale, principalement pour de la restauration de patrimoine. Le chiffre d’affaires oscille entre 1 et 1,2 M€.

„ Mettre tout en œuvre pour que OHVGL̪FXOW«VGXP«WLHUVRLHQW palliées par le matériel adéquat

tions qui leur tiennent à cœur, « comme

„ Être une oreille attentive et imposer un cadre de travail

Des salariés écoutés et à l’écoute

riés en 2015 ».

„ Faire du travail un plaisir : ses salariés sont heureux

Thierry mise sur l’autonomie des bi-

L’entreprise possède six chariots éléva-

nômes sur leurs postes de travail. « C’est

teurs télescopiques, une grue à montage

bien de leur faire faire ce qu’ils aiment,

rapide récente et huit petits camions

„ Anticiper son départ en autonomisant et formant au mieux ses salariés

Le Monde des artisans [ juillet/août 2016

le stage ‘fenêtres de toit’ pour deux sala-

car ils le font bien », conseille celui qui

bennes différents, « chacun le sien ». De

est présent et impliqué. « Je passe systé-

la même façon, chacun a ses outils et en


prend soin. ÂŤ Deux fois par an, chaque salariĂŠ choisit le matĂŠriel dont il a besoin sur catalogue Âť, prĂŠcise le chef d’entreprise. Depuis une quinzaine d’annĂŠes, Thierry MontĂŠgut a mis en place des entretiens individuels, en ďŹ n d’annĂŠe. ÂŤ Nous faisons le point sur les chantiers achevĂŠs, les clients compliquĂŠs, etc. Nous ĂŠvoquons l’annĂŠe Ă venir : pensent-ils s’installer Ă  leur compte ? Quelles formations

UCNCTKČŒUSWKTGICTFGPVFCPUNCOČ?OGFKTGEVKQP&GRWKUWPCPGVFGOKEJCSWGXGPFTGFKFGĆ’PFGOQKU Thierry briefe spĂŠcialement Fabrice, qui devrait prendre sa suite.

veulent-ils suivre ? Âť Ils abordent aussi

mi-journÊe qu’ils rattrapent le vendredi

d’Êventuels problèmes personnels ;  il

après-midi.  Si besoin, ils s’arrangent

y a des dolÊances qu’on ne me dit qu’à ce

entre eux via une banque de temps : les

moment-lĂ Âť.

heures supplÊmentaires sont converties en jours, qu’ils peuvent cumuler ou of-

Ouverts sur le monde Thierry est un entrepreneur engagÊ : à la Capeb du dÊpartement, au bureau de la chambre de mÊtiers et de l’artisanat, dans sa commune (maire adjoint). Il partage tout ce qu’il glane à l’extÊrieur :

frir à un collègue  en travaillant à sa

m-ȇDLPHHQWHQGUH OHVVDODULÂŤVDUULYHU DXWUDYDLOHQVLÉ›DQW OHPDWLQČ?}

place pour qu’il ait le mĂŞme salaire Ă la ďŹ n du mois et que le chantier soit ďŹ ni Âť. Thierry a abandonnĂŠ l’Êpargne salariale, instaurĂŠe en 2013-2014 ; ÂŤ c’est moins attractif aujourd’hui Âť, dĂŠplore-t-il.

 Avoir l’information est important. Nous

Thierry a 53 ans et voudrait idĂŠalement

avons notamment pu anticiper la RGE et

partir dans quatre-cinq ans. C’est Fa-

Êvoluer à propos de l’isolation.  Tous les

brice, salariÊ dans l’entreprise depuis

trois mois, il se rend Ă des rĂŠunions thĂŠ-

quinze ans, qui prendrait sa suite. ÂŤ Je

matiques Cap PrÊvention (OPPBTP), qu’il

lui laisse la possibilitÊ de gÊrer l’en-

raconte le lendemain Ă ses employĂŠs :

treprise plusieurs jours. Nous sommes

 l’expÊrience de ceux qui Êtaient là , les

dans une phase de transmission oĂš je

textes de loi, les aides de la CRAM‌ .

donne plus d’autonomie à tous.  L’ar-

Des activitĂŠs fĂŠdĂŠratrices rĂŠunissent

tisan aimerait ensuite se consacrer aux

aussi patron et employĂŠs ÂŤ hors tra-

jeunes, les aider Ă dĂŠmarrer. ÂŤ Je crois

vail Âť : une visite d’entreprise en ďŹ n

en l’humain, aux vertus de l’Êchange ,

d’annÊe et une activitÊ sportive en ÊtÊ. Par ailleurs, les salariÊs se mobilisent avec le même entrain autour de pro-

Thierry passe tous les jours visiter les chantiers en cours ; il n’hÊsite pas à mettre la main à la pâte, même si son travail reste de prospecter, faire des devis‌

27

martèle-t-il. Il se voit bien devenir‌  optimiste professionnel, consultant en optimisme  !

jets ludiques (construction d’un vÊhicule dans l’atelier, le soir, pour participer à une course locale), caritatifs (trois

* Dossier prÊsentÊ par la chambre de mÊtiers et de l’artisanat du Gers et la Banque Populaire Occitane.

i

www.montegut-toiture.com

jours de travail pour un particulier via l’association Aide et Handicap), ou autres dĂŠďŹ s sportifs.

La charpente de l’entreprise : la confiance Les salariĂŠs composent avec leurs 35 heures hebdomadaires. ÂŤ Le temps imparti pour rĂŠaliser le chantier a ĂŠtĂŠ dĂŠďŹ ni phase par phase, confortablement. Âť Ils le gèrent, peuvent arriver en avance s’ils doivent partir plus tĂ´t, etc. ÂŤ En cas de

Ressources humaines (RH)

SE FORMER POUR MIEUX ENCADRER Non, la dynamique  ressources humaines  que Thierry MontÊgut insuffle à son entreprise ne fut pas innÊe : celui qui avait travaillÊ avec son père et son grand-père s’est fait aider. m,O\DTXLQ]HDQVMƾDLIDLWDSSHO¢XQHH[SHUWH5+GRQWMƾDYDLVHXOHV FRRUGRQQHVYLDPRQFRPSWDEOH6RQDFFRPSDJQHPHQWDGXUSUHVTXHGHX[DQV(OOH YHQDLWVXUSODFHHWMHPHGSODŠDLVSRXUODUHQFRQWUHU-ƾDLEHDXFRXSDSSULVJU¤FH¢HOOH 3DUH[HPSOHMHQHVDYDLVSDVGLUHQRQDX[FOLHQWVFRPPHDX[VDODULV-ƾDLHQFRUHDSSULV à bien distinguer le cadre et le cœur : l’un ne doit pas empiÊter sur l’autre. Et puis aussi ¢PHWWUHHQSODFHXQHFHUWDLQHVWUXFWXUHJU¤FH¢XQUªJOHPHQWLQWULHXU}

problème, ils peuvent prendre une de-

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


D

OSSIER

5 CONSEILS POUR VOUS LANCER À L’EXPORT

/HPRQGHYRXVDSSDUWLHQW

28

VOTRE SAVOIR-FAIRE A PEUT-ÊTRE UN FORT POTENTIEL À L’ÉTRANGER... LA  FRENCH TOUCH  FAIT RÊVER LE MONDE ENTIER. MAIS EXPORTER NE S’IMPROVISE PAS, UNE PRÉPARATION SÉRIEUSE S’IMPOSE. VOTRE CHAMBRE DE MÉTIERS VOUS ACCOMPAGNERA PAS À PAS.  PRUDENCE, PATIENCE ET PERSÉVÉRANCE ‌ CAR CE TRAVAIL DE LONGUE HALEINE NE PORTE PAS TOUT DE SUITE DU FRUIT. C’EST AVANT TOUT UN ÉTAT D’ESPRIT :  JE VEUX FAIRE CONNAÎTRE MON ART . VOUS L’AVEZ ? EN ROUTE !

Martine Forget-Morin (doreur) est restĂŠe un mois Ă Oman en 2013, pour un festival international des mĂŠtiers d’art. ÂŤ Le Sultanat avait VQWVĆ’PCPEČŒ'POCTIGFWHGUVKXCNLŨCKGWFGPQODTGWZ TGPFG\XQWUCXGEFGUFČŒEQTCVGWTUCTEJKVGEVGUŲ 0QWUUQOOGURCTVKUČƒGPVTGRTKUGUEGNCCETČŒČŒ FGUNKGPUPQWUCXQPUGPUWKVGVTCXCKNNČŒGPUGODNG GP(TCPEG GZRQUKVKQPUGVEJCPVKGTU Âť

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016

iĹĄDR

SOPHIE DE COURTIVRON

L

ÂŤ

es acheteurs ĂŠtrangers vont

no, consultante en dĂŠveloppement inter-

rechercher l’art de vivre Ă

national et formatrice*. L’ÊbÊniste Sylvain

la française : la haute prÊ-

Bulot (Indre-et-Loire) est ainsi passĂŠ de la

cision, la qualitĂŠ, le goĂťt,

restauration Ă la fabrication pour ne pas

le luxe Âť, pose Karine Nouvet-Marie,

dÊpendre du marchÊ français :  Pour

chargĂŠe de mission Relations Interna-

percer, il m’a fallu trouver quelque chose

tionales Ă la CRMA Languedoc-Roussil-

que les autres n’avaient pas ; j’ai mis trois

lon–Midi-PyrÊnÊes. L’artisanat de pro-

ans Ă mettre au point une technique pour

duction (produits ďŹ nis ou semi-ďŹ nis),

la marqueterie que j’incruste dans le verre.

l’alimentaire, l’artisanat d’art et les sec-

Je suis le seul au monde Ă le faire et com-

teurs d’excellence (facture instrumen-

munique essentiellement lĂ -dessus Âť. Voi-

tale, restauration du patrimoine‌) sont

ci quelques conseils qui aermiront les

concernĂŠs. ÂŤ Personne ne vous attend, il

racines qui vous donneront des ailes.

vous faut donc avoir un avantage concur-

* Elle intervient notamment à l’ISM et pour Formatex, organisme de formation de Business France.

rentiel, compĂŠtitif Âť, prĂŠcise Laure Viglia-


AVANT TOUT, FAITES UNE ÉTUDE DE MARCHÉ  Il vous faut dÊterminer des pays les plus intÊ-

DES GOÛTS ET DES COULEURS‌

ressants pour vos produits. Regardez si la France exporte dĂŠjĂ vers le pays, quels sont les concurpaiement ďŹ ables et correspondant aux habitudes commerciales du pays Âť, expose Jean-Yves Dauvillon, formateur Ă  l’export (JYD consulting) et ex-conseiller export Ă  la CMA de Tours. Pour recueillir des indicateurs factuels, Laure Vigliano conseille d’envoyer une newsletter Ă  un ďŹ chier qualiďŹ ĂŠ ÂŤ et vous voyez quel marchĂŠ rĂŠagit ; le digital permet de commencer Ă  prospecter Ă  moindre coĂťt, de faire une prĂŠsĂŠlection Âť. PrĂŠrequis indispensable, ÂŤ il faudra se remettre en cause et adapter le produit (grammage alimentaire,

conditionnement,

Êtiquettes‌),

Exporter, c’est aussi savoir naviguer dans les approches interculturelles, comprendre les mentalitÊs, mWUHUHVSHFWXHX[ GHVWUDGLWLRQVGXSD\VFRQQD°WUHVRQ fonctionnement , mentionne l’artisan d’art Martine Forget-Morin (Vienne). Partie à Oman en 2013, elle y est revenue pour restaurer une glace, mise en FRQȌDQFHSDUODULJXHXUHWOHVULHX[GHV2PDQDLV  qui font très attention à leurs dÊpenses . EsthÊtiquement,mOHV$UDEHVDLPHQWOHVHQWUHODFVPDLVMHQHIDLVSDV de reprÊsentation humaine ou animale dans ma marqueterie , ajoute l’ÊbÊniste Sylvain Bulot, qui s’est beaucoup documentÊ.  Il y a des couleurs qui vont plus SDUOHUSOXV¢WHOOHRXWHOOHFXOWXUHOHURXJHHQ$VLHOHEOHXSRXUOHV$UDEHV} iťPHOTOS : DR

rents, si votre produit est rĂŠgulĂŠ, les modes de

s’adapter aussi Ă de nouveaux modes de distribution Âť, poursuit Karine Nouvet-Marie. Autre prĂŠrequis Ă  assimiler : la durĂŠe. ÂŤ Il faut planiďŹ er un investissement sur trois ans, les retours sont parfois longs‌ Âť, avance RĂŠgine Peyrelong, en charge de la mission "export" Ă  la CRMA ĂŽlede-France. Je Marie confectionne des plats prĂŠparĂŠs prĂŞts Ă  consommer bios et vĂŠgĂŠtariens (Le bonheur est dans le pot, Haute-Garonne, 2 Mâ‚Ź de CA). ÂŤ Nous travaillons depuis deux ans sur les États-Unis et le Canada : Salons ciblĂŠs, ĂŠtude de marchĂŠ d’un an‌ Cela nous a permis de

ter et de certiďŹ er nos recettes qui doivent ĂŞtre ex-

3DUPLOHV HQWUHSULVHV EQȴFLDLUHVGHV SUHVWDWLRQVH[SRUW GH%XVLQHVV)UDQFH GH73( GH30( HWGȇ(7,

portables (barèmes de stĂŠrilisation, etc.). Âť Ces prĂŠparatifs et leurs consĂŠquences (ďŹ liale crĂŠĂŠe

29

aux États-Unis, 300 000 â‚Ź investis pour amĂŠliorer l’outil, service marketing externalisĂŠ depuis un an, crĂŠation d’une marque internationale ďŹ n 2016‌) permettront Ă la marque de tirer proďŹ t du marchĂŠ nord-amĂŠricain, qui reprĂŠsente près de la moitiĂŠ du marchĂŠ mondial du bio. Un premier conteneur de 20 tonnes est parti il y a quelques mois.

conforter notre positionnement (prix‌), d’adap-

COMMUNIQUEZ, DANS L’ENTREPRISE ET À L’EXTÉRIEUR la zone des États-Unis : elle rencontre architectes

sĂŠe dans la stratĂŠgie export, depuis la standardiste

et dĂŠcorateurs pour placer mes produits. Mais ils

qui doit parler anglais à l’ouvrier qui doit soigner

veulent ĂŞtre mis en conďŹ ance : si le marchĂŠ doit

le produit. Il faudra livrer dans les dÊlais – et la

aboutir je dois aller sur place Âť, explique Sylvain

France n’a pas une bonne image sur ce point ! ,

Bulot, dont l’entreprise compte 7 personnes.

avertit Jean-Yves Dauvillon. Suis-je prĂŠparĂŠ Ă

 L’investissement marketing est important : le

rĂŠpondre Ă une forte demande (sous-traitance,

site doit ĂŞtre multilingue selon les clients, comme

embauche rapide‌) ? Il est en outre nÊcessaire

les yers et toute la communication, physique et

de dÊterminer qui va s’occuper de l’export, le

numĂŠrique Âť, pointe Lionel Corvisier, bijoutier

chef d’entreprise Êtant le plus à même de reprÊ-

qui travaille le larimar et est le seul en Europe

senter son produit.  J’ai une commerciale freelance qui travaille auprès des Émirats et de toute

iĹĄDR

 Toute l’entreprise doit être sensibilisÊe et mobili-

L’ÊbÊniste Sylvain Bulot a rÊalisÊ 60 % de son CA à l’export en 2015.

Ă proposer des crĂŠations avec cette pierre (Blue Stone, 3 personnes, Haute-Garonne).

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


DOSSIER [ LE MONDE VOUS APPARTIENT !

SOLLICITEZ LES AIDES ! Pour franchir le pas de l’export, une batterie de compÊtences humaines vous entoure : Business France (voir encadrÊ), le service commerce extÊrieur/international de votre banque, les conseillers du commerce extÊrieur de la France qui sont des chefs d’entreprise qui parrainent gratuitement les nouveaux exportateurs. Le RÊseau Entreprise Europe facilite la mise en iťPHOTOS : DR

place de recherches de partenariats technologiques (prototypes‌) ou commerciaux ; ÂŤ votre ďŹ che de candidature sera diusĂŠe dans les pays de l’Union concernĂŠs Âť, prĂŠcise Karine Nouvet-Marie. Les cellules-conseil aux entreprises des Douanes ont un rĂ´le d’information prĂŠcieux. Citons encore l’INPI, les transporteurs (agrĂŠĂŠs par les douanes), les services vĂŠtĂŠrinaires pour l’alimentaire, etc. Laure Vigliano insiste sur la nĂŠcessitĂŠ de suivre une ou des formations :

30

Ci-dessus Karine Nouvet-Marie, chargĂŠe de mission Relations internationales Ă la CRMA Languedoc-RoussillonMidi-PyrĂŠnĂŠes. Ci-dessous RĂŠgine Peyrelong, en charge de la mission Export Ă  la CRMA ĂŽle-de-France.

 Il faut se focaliser sur un secteur , assène Jeff Marie (Le bonheur est dans le pot).

Loire subventionne les dÊpenses de toute nature jusqu’à 50 % du montant du programme de l’en-

 Vous repartez avec un plan d’action et les tÊmoi-

treprise , illustre Jean-Yves Dauvillon. D’autres

gnages des autres ; c’est de l’intelligence rÊseau.

organismes (Ateliers d’art de France, le ComitÊ

L’international, c’est aussi de la technique (logis-

France Éclat‌) aident aussi les artisans, rensei-

tique, douanes, juridique). Dans mes formations,

gnez-vous. La Coface propose des assurances

je liste les risques et je donne les solutions. Par

prospection (via Bpifrance)/crĂŠdit export/

exemple, on ne va jamais sur le marchÊ des États-

change. L’A3P (Assurance prospection premiers

Unis, pays des avocats, sans un accompagnement

pas) ÂŤ permet de tester ses produits et/ou sa-

juridique sur place Âť.

voir-faire sur plusieurs marchĂŠs pendant un an,

ÂŤ Votre CMA vous prĂŠsentera les aides ďŹ nancières

ce qui facilite ensuite la mise en place d’une stra-

et dans quelle chronologie les utiliser Âť, ajoute Ka-

tĂŠgie export. Le dossier se dĂŠpose en 5 minutes ! Âť,

rine Nouvet-Marie. Les CMA permettent d’obte-

continue Karine Nouvet-Marie. Le prĂŞt Export

nir des aides rĂŠgionales (voir encadrĂŠ). ÂŤ Le Cap

de Bpifrance est sans caution personnelle ni

primo-exportateur de la RĂŠgion Centre/Val de

garantie.

Les chambres de mĂŠtiers Ă vos cĂ´tĂŠs | Focus sur PRIMEX

%GRTQITCOOGURČŒEKĆ’SWGRQWTNGURTKOQGZRQTVCVGWTUGUVUQWVGPWRCT le conseil rĂŠgional Languedoc-Roussillon-Midi-PyrĂŠnĂŠes. Le dispositif d’accompagnement, très complet, fonctionne sur plusieurs niveaux, Ă la carte. ÂŤ Le prĂŠdiagnostic export, ce sont 75 questions balayĂŠes au cours d’un premier entretien. Il permet d’avoir une vue de l’entreprise Ă  un moment donnĂŠ : ses produits, ses moyens, son organisation. Nous donnons une feuille de route avec des prioritĂŠs (faire une plaquette, protĂŠger sa marque Ă  l’INPI, etc.). Ă€ un deuxième niveau, les ateliers et les matinales de l’export regroupent les entreprises autour d’informations techniques. J’interviens aussi concrètement DXSUÂŞVGHVHQWUHSULVHVSRXUODPLVHHQSODFHGHOHXUSURMHWH[SRUW(QͧQ QRXVDYRQVXQHDLGHͧQDQFLÂŞUHGH¢Í?SRXUO̸DUWLVDQTXLLUDIDLUH une première mission ou un Salon Ă  l’Êtranger Âť, livre Karine Nouvet-Marie, chargĂŠe de mission Relations internationales Ă  la CRMA LanguedocRoussillon-Midi-PyrĂŠnĂŠes.

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016

.ŨGZRQTVTGRTČŒUGPVGFW%#FGJaulent Industries en 2015. L’appui de gros clients producteurs qui travaillent Ă l’Êtranger ainsi qu’un rĂŠseau de prescripteurs (centres de recherche) permettent Ă  l’entreprise de se dĂŠvelopper sans cesse.


išPHOTOS : DR

Blue Stone, au Salon Inhorgenta, Ã Munich.

Lionel Corvisier, (Blue Stone) a intégré l’export dans son business plan initial ; il souhaite à terme avoir un CA à l’export plus important que son chiffre national.

PROSPECTEZ EN PARTICIPANT À UNE OPÉRATION COLLECTIVE*

31

Voici par exemple ce que propose la CRMA Îlede-France, via son programme d’actions export. « Notre accompagnement court sur trois ans, avec des solutions clés en main : hôtels réservés ; frais de douane et accompagnement inclus, etc. Le forfait, subventionné, est très avantageux. Pour chaque action, nous avons des jours de préparation avec les partenaires de l’export », détaille Régine Peyrelong. Les missions export permettent une première approche du marché. Le programme des rendez-vous B to B, individualisés, est bâti sur-mesure pour les artisans. En mars dernier, pendant dix jours, 8 artisans se sont rendus dans cinq villes de quatre pays du Golfe, enchaînant trois à six rendez-vous par jour. « Les artisans sont conduits chez des prospects qui les attendent. Il y a toujours quelqu’un de la CRMA avec eux, pour susciter des questions, etc. Notre consultant relancera les affaires lors du voyage suivant. » Les Salons réunissent quant à eux une dizaine d’artisans pendant 8 jours : 2 jours de montage, 4 jours de Salon, et « 2 jours ensuite pour démarcher, revoir des gens rencontrés… ». À noter : certaines CMA ou fédérations organisent aussi la venue d’acheteurs en France. * De nombreuses opérations collectives sont organisées par le réseau des CMA, Business France, les fédérations…

Testa Maura (Corse)

UNE MARQUE, DES STRATÉGIES COMMERCIALES XAVIER TORRE, artisan parfumeur, a créé sa marque en 2008.

m-ƵDYDLVIDLWXQSUHPLHU6DORQHQ$OOHPDJQH HQSRXUSU«ODQFHUPDPDUTXH6LOƵRQ YHXWVXUYLYUHHQFRVP«WLTXHSDUIXPHULH OƵH[SRUWGRLWUHSU«VHQWHU¢GX&$} Ses produits, 100 % naturels et bio, sont vendus dans une dizaine de pays (Italie, Dubaï, Russie, corners à Los Angeles…). Toute la production est faite en Corse, dans l’atelier. m&ƵHVW©DODYDOHXUGXSURGXLWHWODYDOHXU de la marque : son histoire »FRQȦHFHOXLTXLSDVVHSUªVGHODPRLWL«GHOÈ„DQQ«H à représenter Testa Maura à l’étranger. m-ƵDLXQHDXWUHVWUDW«JLHFRPPHUFLDOH FRPSO«PHQWDLUHTXHMHG«YHORSSHYLDODI«G«UDWLRQ&RUVLFD&RVPHWLFD FU««HHQ HOOHUHJURXSHXQHGL]DLQHGƵHQWUHSULVHV TXHMHSU«VLGHQRXVDOORQVWRXVOHV DQV¢XQ6DORQLQWHUQDWLRQDO OHSURFKDLQVHUD¢+RQJ.RQJ /DSUHPLªUHPDUTXH YXHFHQƵHVWDORUVSOXVPRLPDLVOD&RUVH/DGLÈžFXOW«GDQVFHV6DORQVRXYHUWV VXUOHPRQGHFƵHVWGHWURXYHUOHVERQVDFKHWHXUVFƵHVW¢GLUHFHX[TXLYHQGURQW ELHQPHVSURGXLWV'DQVFKDTXHSD\VLOIDXWDYRLUXQHVWUDW«JLHGHG«YHORSSHPHQW SDUWLFXOLªUHFƵHVWFHTXLIDLWQRWUHGLț«UHQFHGXPDUFK«GHPDVVH3OXVLO\D GƵHQWU«HVVXUODPDUTXHPLHX[FƵHVW&HWWHVWUDW«JLHDYHFGLț«UHQWVSRLQWV GƵDWWDTXHGHODPDUTXHSHUPHWGƵDYRLUGHVDFKHWHXUVGLț«UHQWVHWGRQFXQSXEOLF SOXVODUJHPDLVWRXMRXUVFLEO«}.

i

www.testamaura.com

Le Monde des artisans [ juillet/août 2016


+ D'INFOS

DOSSIER [ LE MONDE VOUS APPARTIENT !

• Conseillers du commerce extÊrieur (tri par pays) : www.cnccef.org • RÊseau Entreprise Europe (en anglais) : een.ec.europa.eu • Douanes : www.douane.gouv.fr

PENSEZ DANS LA DURÉE

• Coface : www.coface.fr • Prêt export Bpifrance : pde.bpifrance.fr • Institut national de la propriÊtÊ

Le retour d’une action de prospection n’est

intellectuelle : www.inpi.fr

pas une ďŹ n. Tout commence. ÂŤ L’entreprise a

• Bon site d’informations sur

tendance Ă replonger dans son quotidien. En

le commerce international, gratuit

pratique, il faudrait un stagiaire pour gĂŠrer

et personnalisable (CrĂŠdit du Nord) :

les relations post Salon Âť, insiste RĂŠgine Pey-

www.objectif-import-export.fr

relong. À la CRMA Île-de-France, une rÊunion

• Moniteur du commerce international :

de ÂŤ rĂŠveil Âť est organisĂŠe dans le mois qui

www.lemoci.com iĹĄPHOTOS : DR

suit chaque opĂŠration. Lionel Corvisier (Blue Stone) a commencĂŠ Ă participer Ă  des Salons internationaux en 2013 : il a eu des premiers rĂŠsultats signiďŹ catifs en 2014, et a rĂŠalisĂŠ 33 % de son CA Ă  l’export en 2015. La persĂŠvĂŠrance paye et l’artisan crĂŠe deux collections par an : ÂŤ Il faut ĂŞtre innovant Âť, rappelle-t-il. Pour durer, GĂŠrard Jaulent, qui conçoit et fabrique des machines agricoles dans le Tarn-et-Garonne (10 personnes), investit l’argent gagnĂŠ

i

Ci-dessus Laure Vigliano, consultante en dĂŠveloppement international et formatrice (ISM, Formatex de Business France).

Artisans citĂŠs : www.sylvainbulot.com www.lebonheurestdanslepot.fr www.blue-stone.fr www.jaulent.com www.atelierforgetmorin.com

Ci-dessous Jean-Yves Dauvillon, formateur à l’export.

(bureau d’Êtudes, nouveau bâtiment‌). Cet

32

inventeur a dĂŠposĂŠ plus de 30 brevets, plusieurs marques et modèles. Il a commencĂŠ par concevoir une machine Ă dĂŠrouler les ďŹ lms agricoles, et Ă  ĂŠtendre sa diusion hors de France aďŹ n de pouvoir la commercialiser toute l’annĂŠe. Sa technologie de dĂŠsherbage

Sur 125 000 entreprises françaises qui exportent,

thermique, utilisÊe en Roumanie par un très grand groupe amÊricain, est en passe de se

96 000 ont moins de 20 salariÊs (en valeur, elles reprÊsentent 16 % du total des exportations françaises en 2015) (Source : Douanes, 2015)

faire certiďŹ er aux États-Unis.

NOS QUESTIONS À‌ GILLES BOILEAU, chargÊ de mission Art de Vivre à la direction Export de Business France

Comment les artisans peuventils être aidÊs par Business France ? Notre programme d’actions est GLȼXVGDQV les CMA, les organismes professionnels partenaires‌ Nous soutenons les artisans au même titre que les PME, à part les Entreprises du patrimoine vivant (EPV) qui, YLDXQSDUWHQDULDWDYHFOD'*( EQȌFLHQW GȄXQVRXWLHQVSFLȌTXH¢OȄLQWHUQDWLRQDO Nous proposons des pavillons France sur

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016

des Salons, nous organisons des missions collectives d’entreprises avec des rendez-vous business. L’artisan peut aussi nous contacter s’il cherche des clients ou des partenaires : cet accompagnement individuel se fonde sur un programme de rendez-vous sur-mesure avec l’entreprise, qui va dans le pays avec un accompagnateur (sur devis). Après un Salon ou une mission collective, nous pouvons en outre prendre en charge le suivi des contacts sur une pÊriode dÊterminÊe. Nous organisons aussi pour les EPV une formation de deux jours aux fondamentaux de l’export, très apprÊciÊe des artisans.

i

export.businessfrance.fr

Ces opÊrations sont-elles des rÊussites ? 1 entreprise accompagnÊe sur 2 signe un contrat sur un ou deux marchÊs en moyenne. Sur notre site, l’artisan trouvera des informations gratuites sur les marchÊs (potentiel, opportunitÊs) et en payant des analyses plus poussÊes, ou des informations rÊglementaires (sur abonnement). J’ajoute que nous avons un rÊseau de bureaux de presse à l’Êtranger pour communiquer auprès des clients locaux. Il y a 92 bureaux Business France prÊsents dans 72 pays, soit 1 500 collaborateurs dans le monde (qui parlent français). * Direction gÊnÊrale des entreprises


P

RATIQUE [ DEUX-SĂˆVRES

environnement

Miser sur le dĂŠveloppement GXUDEOHɈXQHVWUDWÂŤJLHSD\DQWHɈ

R

iĹĄFOTOLIA.COM

Restaurateurs : triez vos biodÊchets

especter l’environnement fait dĂŠsormais partie intĂŠgrante de la stratĂŠgie des entreprises. Outre les obligations d’ordre rĂŠglementaire, une bonne gestion environnemenVCNG EQPUVKVWG WP OQ[GP RQWT OCČ‘VTKUGT NGU FČŒRGPUGU TGNCVKXGU aux coĂťts d’Êlimination des dĂŠchets et cela contribue Ă valoriser l’entreprise. La prise en compte de l’environnement s’inscrit dans une dĂŠmarche globale de dĂŠveloppement durable, en y associant dĂŠveloppement ĂŠconomique et progrès social.

La loi dite Grenelle 2 a instaurĂŠ l'obligation de tri Ă la source pour les gros producteurs de biodĂŠchets dont fait notamment partie le secteur de la restauration collective et commerciale. Depuis le 1er janvier 2016, le seuil retenu est de 10 tonnes de biodĂŠchets par an

JQTUJWKNGUCNKOGPVCKTGU UQKVGPXKTQPÇĄTGRCURCTLQWT5 CIKUUCPV FGUJWKNGUCNKOGPVCKTGUNGUGWKNGUVFČŒUQTOCKUFGÇĄNKVTGURCTCP

Le tri des dÊchets de papiers dans les entreprises Les entreprises auront bientôt l’obligation de mettre en place un tri à la source pour leurs dÊchets de papiers de bureau et d’organiser leur collecte sÊparÊment des autres dÊchets. 'FUHWQrbGXPDUV

i

3OXVGȇLQIRVɋZZZDGHPHIU|ZZZXPLKIU

33

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


J

URI-PRATIQUE

Questions/RĂŠponses Que se passe-t-il en cas d’accident du travail de l’artisan? .ŨCEEKFGPVFGVTCXCKNTGUVGWPOQOGPVFKHĆ’EKNGRQWTWPCTVKUCP.ŨKPFGOPKVČŒLQWTPCNKČ‹TGQWWPGRGPUKQPXGTUČŒGRCTNG45+RGWXGPV lui permettre de compenser partiellement la perte de revenu.

34

Quelle prise en charge en cas d’accident de travail ?

À quelles conditions peut-on obtenir des indemnitÊs journalières ?

$KGPSWŨKNDČŒPČŒĆ’EKGFGUOČ?OGURTGUVCtions de santĂŠ que les salariĂŠs du rĂŠgime gĂŠnĂŠral en cas de maladie, en cas d’accident de travail, la prise en charge d’un artisan diffère. Pour lui, l’accident du travail est traitĂŠ comme une maladie. Les frais mĂŠdicaux lui seront donc remboursĂŠs par l’organisme convenVKQPPČŒRCTNG45+SWŨKNCFČŒUKIPČŒNQTU FG UQP CHĆ’NKCVKQP 4#/ OWVWGNNG privĂŠe etc.). Lorsque l’accident se traduit par un arrĂŞt, il aura droit Ă des indemnitĂŠs journalières classiques. Ces indemnitĂŠs visent Ă  compenser la perte de revenu en fournissant Ă  l’assurĂŠ un revenu de remplacement Ă  peu près ĂŠquivalent Ă  la moitiĂŠ du revenu professionnel des trois dernières annĂŠes.

Pour percevoir les indemnitÊs journalières

+, XQWUFGXG\Č?VTGGPCEVKXKVČŒGVCHĆ’NKČŒ FGRWKUCWOQKPUWPCPCW45+8QWUFGXG\ aussi ĂŞtre Ă jour de toutes les cotisations FŨCUUWTCPEGOCNCFKGGVLWUVKĆ’GTFŨWPCTTČ?V de travail. L’accident doit ĂŞtre dĂŠclarĂŠ FCPUNGUÇĄJ.Ũ+,UGECNEWNG sur 1/730e du revenu moyen des trois dernières annĂŠes. Au 1erÇĄLCPXKGTÇĄNŨ+,GUV EQORTKUGGPVTGÇĄĹťGV ÇĄĹť#WFGNČƒFGÇĄÇĄĹť de revenu annuel (plafond annuel de la SĂŠcuritĂŠ Sociale), NŨ+,TGUVGĆ’ZČŒGČƒÇĄĹťǨ l’inverse en cas de faibles revenus, soit en dessous de ÇĄÇĄĹťXQWUPŨCXG\FTQKV Ă  aucune indemnitĂŠ. Par ailleurs, il existe un dĂŠlai FGECTGPEGFGÇĄLQWTUGP

ECUFGOCNCFKGQWFŨCEEKFGPVGVǥLQWTU en cas d’hospitalisation. Ce dÊlai ne s’applique pas lorsqu’il s’agit d’un nouvel arrêt après un accident. Bien entendu, il reste possible d’accÊder à une meilleure protection en souscrivant à une assurance privÊe.

Quelles consĂŠquences en cas d’incapacitĂŠ ? Lorsque l’accident de travail entraĂŽne une incapacitĂŠ physique par la suite, NG 45+ RQWTTC XQWU XGTUGT WPG RGPUKQP dès lors que le mĂŠdecin de la caisse reconnaĂŽt votre invaliditĂŠ. Le montant du minimum de chaque prestation est revalorisĂŠ au 1erÇĄQEVQDTGFGEJCSWGCPPČŒG Au 1erÇĄ LCPXKGT  NG OQPVCPV GUV FG ÇĄ ĹťOQKU RQWT NC RGPUKQP FŨKPECRCEKVČŒRCTVKGNNGCWOČŒVKGTGVFGÇĄĹť pour la pension d’invaliditĂŠ totale et dĂŠĆ’PKVKXG%GVVGRGPUKQPRGWVCNNGTLWUSWĹ¨Čƒ ÇĄFWTGXGPWCPPWGNOQ[GPGPHQPEtion de l’invaliditĂŠ.

iĹĄ647'(('.2+:

i

RESPONSABILITÉ PÉNALE D’UN DIRIGEANT D’ENTREPRISE DE BTP Le gĂŠrant d’une entreprise de BTP commet ÂŤ une faute intentionnelle Âť lorsqu’il omet de souscrire une assurance dĂŠcennale. C’est ce que vient de dĂŠcider la 3e chambre civile de la Cour de cassation dans un arrĂŞt en date du 10 mars 2016. Cette FČŒEKUKQPENCTKĆ’GEGSWŨKNHCWVGPVGPFTGRCTkfaute dĂŠtachable Âť de la fonction de chef d’entreprise. Autrement dit : lorsque la faute est liĂŠe Ă sa fonction, le dirigeant ne peut ĂŞtre poursuivi. Mais avec cette dernière dĂŠcision, il devient clair que lorsqu’on dirige une entreprise de BTP, on se doit de souscrire une assurance dĂŠcennale. Ă€ dĂŠfaut, on risque une sanction pĂŠnale punie de 6 mois d’emprisonnement et/ou 75 000 â‚Ź d’amende.

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


RUBRIQUE RÉALISÉE PAR SAMORYA WILSON

Vos droits iĹĄHERRENECK

Le bail commercial et les charges de rĂŠparation Dans le bail commercial, la rĂŠpartition des charges et des travaux entre le bailleur et le locataire est encadrĂŠe par la loi Pinel de (1)OCKUNGUDCWZUKIPČŒUCXCPVNCTČŒHQTOGRGTUKUVGPV+NEQPXKGPVFGDKGPXČŒTKĆ’GTUQPEQPVTCVFGDCKNRQWTUCXQKTSWKFQKVHCKTG quoi en cas de rĂŠparation. Encadrement strict des charges pour les baux signĂŠs ou renouvelĂŠs après la loi Pinel Le dĂŠcret(2) PoÇĄFWÇĄPQXGODTG 2014 pris en application de la loi Pinel FWÇĄLWKPCĆ’ZČŒNCNKUVGFGUTČŒRCrations et travaux que le bailleur ne peut pas demander au locataire. Ainsi, il incombe au bailleur de prendre en charge les grosses rĂŠparations (3) comme la rĂŠfection des gros murs et des voĂťtes, le rĂŠtablissement des poutres et des couvertures entières, celles des digues et des murs de soutènement et de clĂ´ture. +NGPGUVFGOČ?OGRQWTNGUITQUVTCXCWZ de mise aux normes ou liĂŠs Ă la vĂŠtustĂŠ des locaux. Quant au locataire, il lui appartient de faire les travaux d’entretien courant du local. Par ailleurs, le bailleur est tenu d’adresser Ă  son locataire Ă  la conclusion du DCKN RWKU VQWU NGU VTQKUÇĄ CPU (4)ÇĄ  WP ČŒVCV RTČŒXKUKQPPGNUWTVTQKUÇĄCPUFGUVTCXCWZČƒ rĂŠaliser accompagnĂŠ d’un budget prĂŠXKUKQPPGNÇĄNCTČŒRCTVKVKQPFGEGUEJCTIGU entre les diffĂŠrents locataires d’un

mĂŞme immeuble, en proportion des UWTHCEGUQEEWRČŒGUÇĄGVWPČŒVCVTČŒECRKVWNCVKHFGUVTCXCWZTČŒCNKUČŒUFCPUNGUÇĄCPnĂŠes prĂŠcĂŠdentes, en prĂŠcisant le coĂťt assumĂŠ. Ces informations doivent ĂŞtre communiquĂŠes au locataire dans un dĂŠNCK FG FGWZÇĄ OQKU Čƒ EQORVGT FG EJCSWG ĂŠchĂŠance triennale.

LibertĂŠ contractuelle partielle pour les baux conclus avant la loi Pinel Avant le dĂŠcret d’application de la loi PiPGNNGURCTVKGUCXCKGPVNCHCEWNVČŒFGĆ’ZGT dans le contrat de bail, la rĂŠpartition des charges liĂŠes aux travaux de rĂŠparation et aux taxes et impĂ´ts. Si cette libre rĂŠpartition pouvait servir de base pour nĂŠgocier le loyer, elle ne devait tout de mĂŞme pas ĂŞtre disproportionnĂŠe au point de tout mettre Ă la charge du locataire. En l’absence de prĂŠcision dans le contrat, la loi et la jurisprudence ont ĂŠtabli certaines règles. Le propriĂŠtaire doit mb HQWUHWHQLU OD FKRVH ORXÂŤH HQ ÂŤWDW de servir Ă  l’usage pour lequel elle a ĂŠtĂŠ ORXÂŤHb} (5). Ainsi, les gros travaux d’entre-

tien et de rÊparation et ceux occasionnÊs par la vÊtustÊ restent à la charge du DCKNNGWT +N TGXKGPV CW NQECVCKTG FŨGHHGEtuer les menus travaux d’entretien courant. Selon l’article 1754 du Code civil, ces rÊparations locatives mb VRQW FHOOHV dÊsignÊes comme telles par l’usage des OLHX[b}EQOOGǥNGUXKVTGURQTVGUHGTOGtures de boutiques, gonds, targettes, serrures, etc. En cas de dÊsaccord, vous pouvez d’abord gratuitement saisir la Commission dÊpartementale de conciliation FGUDCWZEQOOGTEKCWZRWKUNG6)+UKNC mÊsentente persiste. Ses coordonnÊes sont accessibles auprès de la prÊfecture du dÊpartement oÚ se situe la location litigieuse. (Q GͤQLWLYH LO HVW FRQVHLOO GH ELHQ nÊgocier les clauses de son bail comPHUFLDODͤQGHSUYHQLUWRXWHVLWXDWLRQ GHFRQͼLW

35

 .QKPoFWLWKPTGNCVKXGČƒNŨCTVKUCPCV au commerce et aux très petites entreprises. (2) Article 4FW%QFGFWEQOOGTEG  #TVFW%QFGEKXKN

 #TV.FW%QFGFWEQOOGTEG  #TVFW Code civil.

LA FIN DES SACS PLASTIQUE EN CAISSE Les modalitĂŠs de mise en Ĺ“uvre de l’interdiction des sacs plastique ont ĂŠtĂŠ prĂŠcisĂŠes dans un dĂŠcret en date du 31 mars 2016. Ce sera donc Ă partir du 1er juillet 2016 que les commerçants n’auront plus le droit de distribuer des sacs plastique en caisse, RTČŒEKUČŒOGPVNGUUCEUGPRNCUVKSWGĆ’PFŨWPGČŒRCKUUGWTKPHČŒTKGWTGČƒOKETQPUGVČƒWUCIGWPKSWGĂ€ partir du 1er janvier 2017, tous les sacs en matière plastique Ă  usage unique seront interdits, Ă  l’exception des sacs compostables en compostage domestique et constituĂŠs, pour tout ou partie, de matières biosourcĂŠes.

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


P

RATIQUE [ DEUX-SĂˆVRES

i

Chef d’entreprise, conjoint d’artisan

EN BREF

Vos prochaines formations en 2016

â– /DSURFÂŤGXUHVLPSOLČ´ÂŤHGH

INFORMATIQUE

UHFRXYUHPHQWGHVSHWLWHVFUÂŤDQFHVÉ‹ Depuis le 1 juin 2016, entreprises et er

particuliers peuvent recouvrer plus facilement une crÊance impayÊe lorsque UQPOQPVCPVPŨGZEȋFGRCUťŝ

i

 RWUHFRQVHLOOHU&0$ | 9 ZZZFPDQLRUWIU

■/HGFUHWUHODWLIDX[FRQWUœOHVHW DX[VDQFWLRQVDSSOLFDEOHVDX[DJHQGDV GȇDFFHVVLELOLWSURJUDPPH $Gȇ$3

pour la mise en accessibilitĂŠ des ĂŠtablissements recevant du public a ČŒVČŒRWDNKČŒCW,QWTPCN1HĆ’EKGNFWOCK dernier. L’administration peut deman-

36

der des comptes aux propriÊtaires ou gestionnaires d’Êtablissements recevant du public (ERP) dont les Êtablissements ne sont pas accessibles ni entrÊs dans le dispositif. Cependant, même si la procÊdure  sanction  est lancÊe, il est toujours possible de dÊposer un agenda.

i

Pour en savoir plus ou pour UÂŤDOLVHUXQSUÂŤGLDJQRVWLFJUDWXLW SRXUÂŤYDOXHUODFRQIRUPLWÂŤGH YRWUHFRPPHUFHDXUHJDUGGX GÂŤFUHWFRQWDFWH]YRWUHFRQVHLOOHU &0$ | ZZZFPDQLRUWIU

■L’entrepreneur qui rÊalise des travaux

Actualiser son site internet 1 jour 29 aoÝt, 13 septembre et 4 octobre à Parthenay Comment être prÊsent sur le Web quotidiennement et sous toutes ses formes 2 jours 10 octobre et 7 novembre à Parthenay Communiquer avec internet 1 jour 5 septembre à Parthenay CrÊer et animer son site internet 3 jours 8, 15 et 22 septembre à Parthenay DÊcouvrir et maÎtriser internet 1 jour 19 septembre à Parthenay Organiser ses informations avec les outils Google 1 jour 27 septembre à Parthenay Se dÊvelopper grâce au Web marketing et aux rÊseaux sociaux 1 jour 18 octobre S’initier à la retouche d’images 2 jours 13 et 20 octobre Toutes les formations interpros VXUZZZFPDQLRUWIU | 3RXUVȇLQVFULUHHWHQVDYRLUSOXVɋ ValÊrie BrÊmaud au 05 49 77 87 83 RXIRUPDWLRQDUWLVDQ#FPDQLRUWIU

i

de construction d’un immeuble neuf QWGZKUVCPVFQKVLWUVKƒGTCWRTȋUFG

GESTION, COMMERCIAL ET RESSOURCES HUMAINES Comprendre la rÊglementation commerciale 1 jour 12 septembre à Parthenay Lire et interprÊter ses documents comptables 1 jour 24 octobre à Parthenay DÊvelopper ma stratÊgie commerciale 2 jours 3 et 24 octobre à Niort &RPPXQLTXHUHȪFDFHPHQW avec mes salariÊs 1 jour 7 octobre à Niort Tuteur et maÎtre d’apprentissage 1 jour 26 septembre à Parthenay 1 jour 21 octobre à Niort

Vous souhaitez complĂŠter YRVFRQQDLVVDQFHVɈ" Vous pouvez suivre des formations ÂŤ Ă la carte Âť grâce Ă  des modules thĂŠmatiques adaptĂŠs Ă  vos attentes (coĂťt Ă  la charge GHOȇHQWUHSULVHɈČœMRXU et par participant).

son client, Ă l’ouverture du chantier, qu’il a souscrit un contrat d’assurance GHUHVSRQVDELOLWÂŞGÂŞFHQQDOH. Un arrĂŞtĂŠ FWOKPKUVTGEJCTIČŒFGNŨǹEQPQOKGĆ’ZG un modèle d’attestation d’assurance comprenant des mentions minimales. Ce modèle type s’applique aux attestations ĂŠmises depuis le 1er juillet 2016 concernant des opĂŠrations de construction dont la date d’ouverture de chantier intervient après cette date. $UUÂŹWÂŤGXMDQYLHU

i

ZZZFPDQLRUWIUDFWXDOLWHV

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016

LE PORTAIL DES ARTISANS : UNE MEILLEURE VISIBILITÉ POUR VOTRE ENTREPRISE Le portail des artisans du Poitou-Charentes a ÊtÊ lancÊ pour faciliter la recherche d’un professionnel par un particulier. RÊfÊrencement sur un annuaire en ligne, site vitrine et site internet, la CMA vous propose XQHRȧUHFRPSOªWHSRXUYDORULVHUYRWUHHQWUHSULVH. ■Pour le consommateur, www.artisanspoitoucharentes.fr est le site de rÊfÊrence pour trouver rapidement et en toute sÊrÊnitÊ, le professionnel auquel il pourra faire appel. ■ Pour l’artisanLOVȄDJLWGȄXQHRȼUHGHVHUYLFHVFRPSOªWHSRXUPLHX[IDLUHFRQQD°WUHVRQHQWUHSULVHHWSRXUVȄDVVXUHU XQHPHLOOHXUHYLVLELOLWDXSUªVGXFRQVRPPDWHXUJU¤FHDXUIUHQFHPHQWJUDWXLW DYHFORJRGXWLWUHGHTXDOLȌFDWLRQ DUWLVDQRXPD°WUHDUWLVDQ DXVLWHYLWULQHHWDXVLWHLQWHUQHW

i

)UDQFLV7HPSÂŤUHDX | 05 49 71 26 22 | IWHPSHUHDX#FPDQLRUWIU


B

OURSE DES ENTREPRISES [ DEUX-SĂˆVRES

i

‹PHULF3RQWRUHDX| 05 49 71 26 36 | HSRQWRUHDX#FPDQLRUWIU

,OVFKHUFKHQWXQUHSUHQHXUɈ 8QWUCXG\WPRTQLGVFGTGRTKUGQWFGVTCPUOKUUKQPFŨGPVTGRTKUGĹĄ!%QPUWNVG\NGUCPPQPEGUEKFGUUQWUGVFČŒRQUG\NCXČ–VTGUWTNC$QWTUGPCVKQPCNG FŨQRRQTVWPKVČŒUCTVKUCPCNGU YYYDPQCPGV QWUWT6TCPUEQOOGTEG6TCPU#TVKUCPCV YYYVTCPUEQOOGTEGEQOYYYVTCPUCTVKUCPCVEQO  Niortais

Gâtine

Entreprise d’arts graphiques

# ĹĄCherche associĂŠ en cogĂŠrance, entreprise prĂŠpresse, photogravure, impressions numĂŠriques et offset, implantĂŠe Ă Niort, 2 salariĂŠs, CA 2015 : 163 Kâ‚Ź. Label ÂŤ Imprim’vert Âť, rachat de parts sociales pour prĂŠparer la transmission de l’entreprise par cession totale des parts sociales.

2GKPVWTGGPDČ…VKOGPV #  Vends fonds artisanal de peinture en bâtiment. Zone de chalandise d’environ 50 km de rayon. Accompagnement cĂŠdant possible pour faire lien avec clientèle VTČ‹UĆ’FČ‹NG%CTPGVFGEQOOCPFGU perpĂŠtuellement supĂŠrieur Ă 6 mois. 1 salariĂŠ et 1 apprenti CWVQPQOGUGVĆ’FČ‹NGUČƒNŨGPVTGRTKUG $QPPGTGPVCDKNKVČŒ2TKZFWHFUĹĄ 50 Kâ‚Ź donc 40 Kâ‚Ź de matĂŠriel + vĂŠhicules. Aucun investissement supplĂŠmentaire Ă  prĂŠvoir.

5CNQPFGEQKHHWTG # ĹĄ

Vends salon de coiffure moderne centre-ville de Niort. Quartier agrĂŠable et dynamique. Proche des Halles, du marchĂŠ. Parkings proches. Local de 61 m² avec une grande vitrine (neuve antieffraction) + cave amĂŠnagĂŠe (3 pièces dont 2 avec point d’eau). Le local dispose de 2 bacs, 4 postes de coiffage, mobilier OQFGTPG.Q[GTĹĄĹť*6OQKU Pas de salariĂŠ. Prix du FDC : 25 Kâ‚Ź.

$QWNCPIGTKGRČ…VKUUGTKG

# šVends fonds artisanal de boulangerie-pâtisserie en milieu rural avec tournées et véhicules, idéal pour couple et première installation, affaire saine, NQIGOGPVRQUUKDNGšCRRCTVGOGPV 3 chambres avec grande pièce + cuisine + salle à manger. Prix HFU-Ż.Q[GTšŻOQKU (habitation + local professionnel). %JCTRGPVGOGPWKUGTKG

# ĹĄVends parts sociales entreprise de charpentemenuiserie bois. Appels publics

GVRTKXČŒUĹĄFW%#UCNCTKČŒU SWCNKĆ’ČŒUĆ’FČ‹NGUČƒNŨGPVTGRTKUG Bonne rentabilitĂŠ. Bon rĂŠseau de prescripteurs, dont architectes. Potentiel Ă dĂŠvelopper. Local spacieux, adaptĂŠ Ă  l’activitĂŠ, rĂŠnovĂŠ en 2005 avec plusieurs bureaux. 6 mois minimum de devis signĂŠs. Accompagnement RQUUKDNGFWEČŒFCPV.Q[GTNQECNĹĄ Ĺť*6OQKURQUUKDKNKVČŒXGPVG Valeurs parts sociales (sur NCDCUGFWDKNCP ĹĄ-Ĺť

$QWNCPIGTKGRČ…VKUUGTKG

# ĹĄVds fds dans ville moyenne, bien placĂŠe avec parking et logement, sur axe Cholet-Bressuire. %#ĹĄ-ĹťRTKZČƒPČŒIQEKGT

salariĂŠ, CA 2013 : 45 Kâ‚Ź HT en progression, potentiel Ă dĂŠvelopper (rĂŠfĂŠrencement 5OCTVDQZ 2TKZHFUĹĄ-Ĺť8GPVG OWTUĹĄ-Ĺť RQUUKDKNKVČŒNQECVKQP 

(NGWTKUVG % ĹĄ

Thouarsais

Vds fds Nord 79 fleuriste ou bien Pas de Porte. Emplacement 1er choix. Surface vente 120 m² - RĂŠserve 50 m² - Loyer KPVČŒTGUUCPVĹť*6OQKU

Mellois Bocage 2TGUUKPI # ĹĄ Vends cause retraite, pressing blanchisserie, 2 dĂŠpĂ´ts, commerce situĂŠ en centre-ville, 2 vitrines, UWTHCEGOCICUKPOqUWTHCEG CVGNKGTOqRCTMKPIČƒRTQZKOKVČŒ 2CUFGUCNCTKČŒENKGPVČ‹NGĆ’FČ‹NG KPXGUVKUUGOGPVČƒRTČŒXQKT2TKZHFUĹĄ -Ĺť.Q[GTĹĄĹťOQKU

5CNQPFŨGUVJČŒVKSWGURC

# ĹĄVends institut de beautĂŠ, spa dans commune de 2000 hab. SituĂŠ dans quartier en dĂŠveloppement, parking, local de 75 m² rĂŠcent + terrasse. Entièrement climatisĂŠ et sonorisĂŠ, ĂŠquipement neuf, 2 cabines, spa, hammam, espace vente, site internet, aucun investissement Ă RTČŒXQKTENKGPVČ‹NGĆ’FČŒNKUČŒGRCUFG

Entreprise de maçonnerie

# ĹĄVends ent. maçonnerie (neuf et rĂŠnovation) et enduits. 13 ouvriers expĂŠrimentĂŠs dont 5 chefs d’Êquipe autonomes, 2 conducteurs d’engins et 1 conducteur de travaux. 1 personne dĂŠdiĂŠe aux rĂŠponses aux appels d’offres. Clientèle : particuliers, pavillonneurs, appels d’offres et OPAC (contrat d’entretien). Carnet de commandes : 6 mois. Bâtiment Ă XGPFTGQWČƒNQWGT2TKZHFUĹĄ-Ĺť 6CZK # ĹĄ Entreprise de taxi Ă  Vrines Sainte-Radegonde (79). InstallĂŠ FGRWKUNKEGPEGUCXGE autorisations, conventionnĂŠes CPAM. 3 dialyses. CA rĂŠguliers avec bonne rentabilitĂŠ. Clientèle de proximitĂŠ. VĂŠhicules GPNGCUKPI2TKZHFUĹĄ-Ĺť

37

BRESSUIRE - 05.49.74.20.44 Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


R

EPĂˆRES [ CONJONCTURE

80 %

38

des dirigeants de TPE estiment qu’être patron est ĂŠpanouissant. Mais cela n’est pas sans impact sur leur qualitĂŠ de vie et leur bien-ĂŞtre. 1 dirigeant sur 4 constate que la qualitĂŠ des repas s’est dĂŠgradĂŠe, 1 sur 2 que son sommeil s’est dĂŠtĂŠriorĂŠ. 2 dirigeants sur 3 sont plus stressĂŠs qu’avant d’être patron. Près de 40 % disent ne pratiquer que peu ou pas de sport (84 % y renoncent faute de temps). 2/3 constatent en outre que le temps consacrĂŠ Ă leurs proches (famille, amis) est moins important qu’avant mais c’est Ă  eux qu’ils se conďŹ ent en cas de problème (76 %). Source : ĂŠtude American Express - Opinion Way, rĂŠalisĂŠe par tĂŠlĂŠphone du 26 fĂŠvrier au 1er mars 2016 auprès d’un ĂŠchantillon de 506 patrons de TPE, reprĂŠsentatifs des TPE françaises.

2/3

Près de 2/3 des conjoint(e)s d’artisan du BTP travaillent tous les jours de la semaine dans l’entreprise. Un(e) conjoint(e) sur trois travaille le week-end (33 % travaillent 6 à 7 jours par semaine). Ils assurent pour beaucoup les responsabilitÊs familiales en parallèle, voire une autre activitÊ professionnelle (26 %). Ce rythme soutenu crÊe un dÊsÊquilibre qui leur donne le sentiment de ne pas être assez disponibles pour leur famille et leur entourage (48 %). Les conjoint(e)s sont plus de la moitiÊ (55 %) à se sentir souvent stressÊ(e)s. Le facteur de stress prÊdominant (57 %) est le poids de l’administratif et des contraintes rÊglementaires, suivi de près par le stress de l’artisan, communicatif (54 %). Source : 1re enquête Capeb – IRIS-ST sur les conditions de travail et l’Êtat de santÊ des conjoint(e)s d’artisan du bâtiment. Questionnaire en ligne auprès d’un panel reprÊsentatif de 529 conjoint(e)s de chefs d’entreprise artisanale, de 0 à 20 salariÊs, en fÊvrier et mars 2016.

L’accès au crÊdit progresse Au 1erWULPHVWUHOHV73(HW30(IUDQŠDLVHVRQWEQͤFLG̾XQPHLOleur accès au crÊdit qu’en 2015. Selon les chiffres de la Banque de France, près de 7 demandes de crÊdit de trÊsorerie sur 10 ont ÊtÊ acceptÊes à destination de TPE (68 %, contre 63 % au T4 2015). Le taux d’accès aux crÊdits d’investissement s’Êlève quant à lui à 82 %. CôtÊ PME, 8 demandes de crÊdit de trÊsorerie sur 10 ont ÊtÊ acceptÊes, de même que 9 demandes de crÊdits d’investissement sur 10. La demande reste stable : 7 % des PME ont demandÊ un QRXYHDXFUGLWGHWUVRUHULHHWXQͤQDQFHPHQWGHOHXULQYHVWLVVHPHQWDX 7 GEXW (QͤQGHVFUGLWVEDQFDLUHVDX[HQWUHSULVHV sont destinÊs à plus d’1 million de TPE/PME. Source : FÊdÊration Bancaire Française, CrÊdits aux TPE/PME, 15/04/2016

CrÊation d’entreprise : ça repart

Éclaircie dans le bâtiment Après 15 trimestres de baisse, l’activitÊ de l’artisanat du bâtiment est repartie à la hausse au 1er trimestre 2016 (+ 1 %), selon la Capeb. L’ensemble des corps de mÊtiers est concernÊ par la reprise.

i

L’e-commerce au beau fixe Selon la Fevad, l’e-commerce a progressÊ de 14 % en 2015 en France. Le m-commerce et les places de marchÊ continuent de progresser. Croissance attendue du marchÊ e-commerce en 2016 : + 10 %.

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016

@

48 848 entreprises ont ÊtÊ crÊÊes en France en avril 2016, en hausse de 5 % par rapport à avril 2015. Sur 4 mois (janvier à avril), la progression est de 5 % comparÊe à l’annÊe passÊe (source : AFE).

Un effet  Embauche PME  ? Au 1er trim. 2016, les embauches de plus d’1 mois hors intÊrim ont enregistrÊ une hausse très marquÊe de + 8,2 % dans les entreprises de moins de 20 salariÊs (vs + 2,3 % dans les entreprises plus grandes, chires Acoss).


ARTISANS,

NIAQUE? VENEZ RENCONTRER CEUX QUI VONT VOUS AIDER À BOOSTER VOTRE ACTIVITÉ.

En partenariat avec :

#SalonSME

Pour les entrepreneurs, les indépendants et tous les audacieux !

4, 5 et 6 octobre 2016 Palais des Congrès • Paris Votre invitation gratuite sur www.salonsme.com {±ųƋåűĜųåŸkþÏĜåĬŸ

Partenaires Médias

.../en Personne 360 - RCS B 408 684 389 - 2016

VOUS AVEZ LA


F

OCUS [ DEUX-SĂˆVRES

i

3LHUULFN6HFKHU| Responsable du PITM | 06 84 96 91 15 |SVHFKHU#FPDQLRUWIU ZZZLPHWDX[QHW

ǨICWEJGĹĄ7PGTGPEQPVTGVGEJPKSWGUWTNGVJČ‹OGFWUQWFCIGCWTCNKGWNGQEVQDTGČƒ2CTVJGPC[ ǨFTQKVGĹĄL’ Atelier e-numĂŠrique de l’Artisanat Âť permettra aux artisans d’utiliser un ensemble FŨCRRNKECVKQPUFKTGEVGOGPVGPNKIPG

Pôle national d’innovation du travail des MÊtaux (PITM)

Les prochaines actions proposĂŠes par le PITM 40

Atelier e-numÊrique de l’artisanat

Le PITM, service de la CMA 79 est un pôle d’innovation national dont la mission est d’accompagner les activitÊs artisanales du travail des mÊtaux pour les aider à innover et à se dÊvelopper.

Le projet ÂŤ plateforme numĂŠrique Âť, devient l’ Atelier e-numĂŠrique de l’Artisanat Âť (marque dĂŠposĂŠe auprès de l’Inpi). Il s’agit d’un service accessible depuis Internet qui permettra Ă noter : aux artisans d’utiliser un ensemble d’applications directement en ligne, sans avoir Ă  les Rencontre installer sur leur ordinateur. Une opportunitĂŠ pour les artisans d'acquĂŠrir des technotechnique soudage, logies nouvelles, sans investissement consĂŠquent et sans se prĂŠoccuper de leurs le 11 octobre, gestions (installation, mise Ă  jour, problème de compatibilitĂŠ, etc.). Quinze entreĂ  Parthenay prises se sont manifestĂŠes pour participer Ă  la phase pilote qui vise Ă  valider le Une rencontre technique sur le thème fonctionnement de la plateforme avant son dĂŠploiement. Elles seront formĂŠes du soudage est proposĂŠe aux entreCWZNQIKEKGNU%#1QW'42GVDČŒPČŒĆ’EKGTQPVFŨWPCEEČ‹UITCVWKVRGPFCPVNCFWTČŒG prises artisanales. Organisation de de la phase pilote. confĂŠrences thĂŠmatiques autour des RTQEČŒFČŒUFGNCSWCNKĆ’ECVKQPFGUUQWFGWTU et sur la prĂŠvention des fumĂŠes de souFCIG7PCVGNKGTURČŒEKĆ’SWGUGTCQTICPKUČŒ Artisans, exposez votre savoir-faire avec la Carsat au cours duquel diffĂŠau salon SEPEM Industries d’Angers rentes solutions de captation seront tesen octobre 2017 tĂŠes en conditions rĂŠelles. DĂŠcouverte Le Salon Sepem (Salon des services, ĂŠquipements, process et maintenance) et test du matĂŠriel de dernière gĂŠnĂŠpropose des solutions pratiques aux industriels de la rĂŠgion, quel que soit leur ration et visite d’une entreprise secteur d’activitĂŠ. Les visiteurs sont des responsables de sites, directeurs de de bien d’Êquipements pour les production, fabrication, achats, maintenance, qualitĂŠ, R&D, bureau d’Êtudes et des activitĂŠs de soudage et de coumĂŠthodes, etc. L’Êdition d’Angers se dĂŠroulera en octobre 2017. page. /H SURJUDPPH Gª̧ /H QRPEUH GH SODFHV ÂŞWDQW OLPLWÂŞ UÂŞVHUYH] GŠV PDLQWHQDQW YRWUH HVSDFH VXU le QLWLI VHUD GLVSRQLEOH VWDQGFROOHFWLIm $UWLVDQDWGHSURGXFWLRQ } DXSUŠVGXUHVSRQVDEOHGXSÂľOHG˸LQQRYDWLRQ SURFKDLQHPHQW (contact en haut de page). i

ZZZVHSHPLQGXVWULHVFRPDQJHUV

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


Chef d’entreprise ?

Exigez un expert-comptable qui connaisse votre métier

PRÉVISIONNEL D’ACTIVITÉ

ASSISTANCE JURIDIQUE

COMPTABILITÉ DE PROXIMITÉ

SUIVI ANALYTIQUE

PARTENAIRE CONSEIL

DÉCLARATIONS FISCALES

SOCIAL & PAIE

CROISSANCE D’ACTIVITÉ

TABLEAUX DE BORDS

Gestélia Deux-Sèvres 1 Rue d’Abrantès 79200 Parthenay

Tél : 05.49.71.28.00 INSCRIT AU TABLEAU DE L’ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

RETROUVEZ-NOUS SUR GESTELIA.FR

pour passer votre

publicité dans

• 1,50 €

RETROUVEZ

rtisans

DANS CE NUM

ÉRO TOUTE L’INF

rtisans

LE MONDE DES

édition

ORMATION DE

VOTRE CMA

deux-sèvr es Apprentissag

La rentrée se prépare !

e

PAGE

04

i FRQWDFWH]Ɉ

THIERRY JONQUIÈRES ƪƯƷƫƩƹƫƺƷƪƫǞƺƨƲƯƩƯƹʤ 7«O ƩƮƫƬƪƫǞƺƨƲƯƩƯƹʤ 7«O

r

CÉDRIC JONQUIÈRES

Bimestriel n°113

LE MONDE DES

Juillet-août 2016

ils cherchen

Trois ques

tions à …

Florence Tav ard-Favrelièr e, Directrice du centre de formation de la CMA 79 P. 06

t un repreneu r p. 37

prix goût et

santé des appr

entis Un podium pour le campus des métiers de Nio rt P. 06 Deux-Sèvres


P

RESTIGE

Constructeur d'Êquipements très haute pression, Hydroprocess a su, grâce à la qualitÊ de ses produits et son adaptabilitÊ, conquÊrir des marchÊs de niche. MaÎtriser tout de A à Z et être à l’Êcoute de ses clients : tels sont ses secrets de rÊussite.

iĹĄ(/#4Çą%*#.217456#45'6/Çą6+'45

BARBARA COLAS

42

MICHĂˆLE ET PHILIPPE DEREIMS EQUIPEMENTS TRĂˆS HAUTE PRESSION Du haut de gamme

ÂŤ Nos machines sont très performantes, la preuve : certains produits ne peuvent ĂŞtre rĂŠalisĂŠs qu’avec une ChefCutÂŽ! Âť L’hydroformage est une des activitĂŠs de l’entreprise, seul construcVGWT HTCPČŠCKU FG IČŒPČŒTCVGWT VTČ‹U haute pression. Il permet de rĂŠaliser des formes non dĂŠmoulables en mobilisant jusqu’à 6 000 bar. k.ŨCPPČŒG FGTPKČ‹TG KN C TGRTČŒUGPVČŒ 40% du chiffre d’affaires car nous CXQPU TČŒCNKUČŒ WP ITQU RTQLGV RQWT NŨCČŒTQPCWVKSWG OCKU NC RNWRCTV FW VGORUNCRCTVGUVOQKPFTGzEQPĆ’G Michèle Dereims. En 2015, le CA de l’entreprise s’Êlevait Ă  plus de 3 millions d’euros.

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016

iĹĄ.6*''6'02+:'.+/#)'

ActivitĂŠ Ă la pointe

HydroProcess travaille dans de nombreux domaines : alimentaire, automobile, nuclĂŠaire, sĂŠcuritĂŠ militaire, environnement, travaux publics‌ avec toujours la mĂŞme marque de fabrique : la qualitĂŠ.k0QWUTČŒCNKUQPU FGUOCEJKPGUUWTOGUWTG en fonction des cahiers des charges de nos clients. Âť, explique Michèle Dereims, qui dirige l’entreprise aux cĂ´tĂŠs de son mari. Un positionnement haut de gamme qui fait la diffĂŠrence. ÂŤ Nos machines sont très RGTHQTOCPVGUNCRTGWXG certains produits ne peuvent Č?VTGTČŒCNKUČŒUSWŨCXGEWPG ChefCutÂŽ ! Âť ChefCutÂŽ est une machine de dĂŠcoupe par jet d'eau pour les mĂŠtiers de bouche.


La haute pression

au service des artisans ChefcutÂŽ, le best-seller

iĹĄ.6*''6'02+:'.+/#)'

Si les gĂŠrants ont souhaitĂŠ dĂŠvelopper ChefCutÂŽ, c’est avant tout pour mieux ĂŠquilibrer l’activitĂŠ avec un produit rĂŠcurrent adaptĂŠ Ă l’export. ÂŤ Nous souhaitions aussi mettre NCFČŒEQWRGRCTLGVFŨGCWČƒNCRQT VČŒGFGUCTVKUCPUFGUOČŒVKGTUFG DQWEJGz Aujourd’hui c’est un vrai moteur pour l’entreprise. Pour faire connaĂŽtre ChefCutÂŽ, Michèle Dereims se rend Ă  5 ou 6 Salons professionnels internationaux et nationaux par an. Elle y rencontre de futurs clients mais ĂŠgalement des distributeurs potentiels, qui sont incontournables pour l'export.

Une conception de A Ă Z

43

/# )'



CrÊation du chocolatier Laurent Le Daniel, client d’HydroProcess.

6*

''

6'

0

2+

:' .+

2006 CrÊation de l’entreprise

iĹĄ.

Alors que Michèle Dereims s’occupe du XQNGVEQOOGTEKCNGVFGUĆ’PCPEGU2JKNKRRG son mari est directeur technique. IngĂŠnieur FGHQTOCVKQPKNEQPČŠQKVNGUOCEJKPGUFG#Čƒ Z, jusqu’aux commandes numĂŠriques et aux NQIKEKGNU'PVQWVNŨGPVTGRTKUGEQORVGRGTUQPPGUFQPVVGEJPKEKGPUSWKGHHGEVWGPVNG montage des machines, l'installation et la maintenance. ÂŤ Nos machines sont comme FGUCWVQOQDKNGUGNNGUPČŒEGUUKVGPVWPGPVTG VKGPTČŒIWNKGTz

2008 DĂŠpĂ´t de brevet pour ChefCutÂŽ 2010 DĂŠpĂ´t de la marque ChefCutÂŽ

Une croissance à l’export

2012 CrÊation d’un rÊseau de distributeurs à l'international 2013 Agrandissement de l'atelier de fabrication

iĹĄ(/#4Çą%*#.217456#45'6/Çą6+'45

Pour les dix ans de l’entreprise, HydroProcess va aussi fĂŞter la fabrication de la 100e ChefCutÂŽ. Elle exporte dans 21 pays sur les 5 continents : Japon, Koweit, Tunisie, SĂŠnĂŠgal, ÉtatsUnis, Belgique, Angleterre, Allemagne... L’export a reprĂŠsenVČŒFW%#GPEQPVTG en 2010. L'organisation repose sur le rĂŠseau de distributeurs : k+NUUGEJCTIGPVFGNŨKPUVCNNCVKQP de la formation des clients et de la maintenance de nos machines ČƒNĹ¨ČŒVTCPIGT0QWUPGUQOOGU SWŨWPGRGVKVGGPVTGRTKUGCTVKUCPCNG et n’avons pas les moyens d’ouvrir des succursales partout oĂš se trouvent nos clients ! Âť

2015 LaurĂŠat du prix Stars & MĂŠtiers dans la catĂŠgorie +PPQXCVKQP technologique.

i

www.hydroprocess.fr

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


V

IE D'ARTISANS

Meilleurs Apprentis de France

Dix ans après : que sont-ils devenus ? OrganisĂŠ par la SociĂŠtĂŠ nationale des MOF sous l’Êgide du SĂŠnat et de l’État, le concours des Meilleurs Apprentis de France a connu une croissance exceptionnelle depuis sa nationalisation au dĂŠbut des annĂŠes 2000. Plus de 6 000 jeunes en CAP, BEP GV$CE2TQUŨ[KPUETKXGPVFČŒUQTOCKUEJCSWGCPPČŒGFCPURNWUFGEQTRUFGOČŒVKGTU%QWRFGRTQLGEVGWTUWTFGWZNCWTČŒCVU de l’annĂŠe 2006 : quel fut leur parcours au long de la dernière dĂŠcennie ? MÉLANIE KOCHERT

Alexandre Logel, Strasbourg (67)

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016

Ci-dessus : Alexandre sur le chantier de l'hôtel***** La Maison des Têtes, à Colmar. Ci-dessous : Symbole de la transmission des savoir-faire, la famille Logel se met en scène sur le site Internet de l'entreprise.

i www.empiredecorateur.com

iĹĄDR

44

Élu Meilleur Apprenti de France 2006 dans la catĂŠgorie tapissier dĂŠcorateur, Alexandre Logel a relevĂŠ WP FČŒĆ’ RCTVKEWNKGTĹĄ OCTEJGT FCPU NGU VTCEGU FG UGU parents, artisans tapissiers. C’est donc dans l’entreprise familiale (L’Empire, Ă Strasbourg) que le jeune homme a choisi de faire ses armes, puis ses preuves. ÂŤ J’ai effectuĂŠ mon CAP en apprentissage auprès de mon père, tapissier dĂŠcorateur comme l’Êtait ĂŠgalement mon grand-père. Cet univers dans lequel je baignais depuis l’enfance, je me suis naturellement mis Ă  l’aimer. $YDQWPÂŹPHG̸DUULYHUHQͧQGHFROOÂŞJHMHP̸WDLVUÂŤVRlu Ă  l’intĂŠgrer. Âť Dès lors, il coud, tapisse, rĂŠnove fauteuils, canapĂŠs et tĂŞtes de lit. Et, pour chaque projet, donne le meilleur de lui-mĂŞme. .G EQPEQWTU /#(ĹĄ! m$X GÂŤEXW F̸WDLW SOXWÂśW XQ Gͧ entre copains. Âť Puis l’adolescent gravit, rapidement, les ĂŠchelons. SĂŠlections rĂŠgionales, nationales‌ ÂŤ Les choses sont devenues sĂŠrieuses. Âť Alexandre se INKUUG Ć’PCNGOGPV LWUSWŨCW RQFKWO GV CW 2CNCKU FW Luxembourg Ă  Paris oĂš il est reçu sous les ors de la 4ČŒRWDNKSWG+NUGUQWXKGPVCWLQWTFŨJWKFGEGVVGk belle aventure Âť, qui lui a donnĂŠ l’occasion ÂŤ de rendre un hommage sincère Ă  [son] maĂŽtre d’apprentissage, qui ĂŠtait donc aussi [son] père Âť pour tout ce qu’il lui avait enseignĂŠ. Du haut de ses 29 ans, Alexandre n’a depuis changĂŠ ni d’avis ni d’orientation. PrĂŠcision du geste, exiIGPEG FG NC EQPHGEVKQP RGTVKPGPEG FW EQPUGKNĹĄ NG jeune homme continue de rechercher l’excellence Ă  chaque pas. ÂŤ Notre mĂŠtier recouvre une grande diverVLWÂŤGHSUDWLTXHV1RXVQ̸DYRQVMDPDLVͧQLG̸DSSUHQGUH d’expĂŠrimenter, de progresser. Âť L’atelier de L’Empire est, plus que jamais, son laboratoire. Son territoire.

iĹĄDR

 Hommage à mon maÎtre d’apprentissage 


VIE D'ARTISANS [ 10 ANS APRĂˆS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

MĂŠlanie Calavia, Cambo-les-Bains (64)

m8QHH[SULHQFHGRQWRQUHVVRUWDYHFFRQĀDQFHHQVRL} 2006. MÊlanie, 18 ans, a beau être toute jeune, elle n’en est pas à son premier coup de peigne lorsqu’elle intègre le concours des Meilleurs Apprentis de France. En troisième annÊe de CAP coiffure à Anglet

2[TČŒPČŒGU#VNCPVKSWGU NCLGWPGĆ’NNGUWKVFČŒLČƒNCXQKG de la passion, oĂš se cĂ´toie art de la coupe et soin du cheveu. Très vite, elle se distingue. Après deux mĂŠdailles d’or aux sĂŠlections dĂŠpartementales et rĂŠgionales, MĂŠlanie convainc le jury national de ses talents lors d’une ĂŠpreuve de chignon artistique organisĂŠe dans la capitale. L’apprentie qu’elle est encore connaĂŽt un moment d’Êmerveillement : ÂŤ Nous avions rendez-vous dans le plus gros studio L’OrĂŠal de Paris, c’Êtait quelque chose ! Âť LaurĂŠate de sa promotion, elle ressent alors cette ÂŤ grande satisfaction qu’offre la reconnaissance du travail accompli Âť. Après ces premiers pas rĂŠussis, la route se poursuit. Le Brevet Professionnel en poche, la jeune femme dĂŠcide de se lancer en indĂŠpendante et coiffe Ă domicile. Cent tĂŞtes, puis deux cents‌ Progressivement, sa clientèle s’Êtoffe. De quoi la convaincre d’ouvrir son propre salon Ă  Cambo-les-Bains, tout près de Biarritz, voilĂ  quatre ans. La coiffeuse accomplie de 28 ans s’accompagne FČŒUQTOCKU FG FGWZ CRRTGPVKGU &GWZ LGWPGU Ć’NNGU elles-mĂŞmes laurĂŠates du concours MAF, comme leur aĂŽnĂŠe. ÂŤ Je les ai poussĂŠes Ă  tenter le concours Âť, explique-t-elle, ÂŤ Ă  s’engager dans cette expĂŠrience de près de neuf mois, dont on ressort avec une bien plus

45 MÊlanie Calavia (à gauche) avec son modèle pour l’Êpreuve du chignon, lors du concours.

i Facebook : &RLÎ?XUH mĂŠlanie calavia

JUDQGHFRQͧDQFHHQVRLÂť MĂŠlanie Calavia et ses puRKNNGUHQTOGPVWPGĆ’PGČŒSWKRGGVNCEJGHFŨGPVTGRTKUG compte bien garder ses protĂŠgĂŠes auprès d’elle, une fois leur formation aboutie.

UNE ASSOCIATION POUR ACCOMPAGNER LES ANCIENS MAF

iĹĄ6*+'44;5')7+0

CrÊÊe en janvier 2016 à l’initiative de la SociÊtÊ MOF (Meilleur Ouvrier de France), l’Association des laurÊats nationaux MAF (SnMAF) a pour vocation d’accompagner les anciens Meilleurs Apprentis de France sur plusieurs terrains : prÊparation du concours MOF, formation ou encore communication. Ses fondateurs sont partis d’un constat : une fois rÊcompensÊs, les MAF ont le sentiment d’être  lâchÊs dans la nature . C’est ce qu’explique le prÊsident de l’association, Adrien Beaugendre :  Après un MAF, on garde peu de contacts avec ce monde-là, sauf si on a la chance comme moi d’avoir eu un professeur Meilleur Inauguration par ses membres de l’Association nationale Ouvrier de France . En outre, à la diffÊrence du concours MOF, le concours MAF des anciens MAF lors de la cÊrÊmonie du concours Un des souffre d’un certain manque de notoriÊtÊ.  Il y a un vrai travail de communication Meilleurs Apprentis de France 2016. à faire auprès des entreprises, des lycÊes, des CFA , souligne Adrien Beaugendre. La SnMAF a donc pour but  de mettre en relation les MAF avec les MOF, pour les pousser à l’excellence . L’association proposera ainsi à ses adhÊrents stages et formations auprès de MOF, pour les inciter à se perfectionner. À ce jour, le bureau de la SnMAF compte six membres, disponibles pour tout renseignement. L’adhÊsion coÝte 15 euros.

i

SnMAF / 16 rue Saint-Nicolas, Paris XIIe | contact@snmaf.fr | facebook.com/snmaf | www.meilleursouvriersdefrance.info

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016


O

PINION

 Aider les artisans à mieux valoriser ce qu’ils font dÊjà en matière de RSE 

BIO 1995-2005

Directrice du dÊpartement Opinion RWDNKSWGFGNŨ+HQRRWKUFWRȖNG Opinion de TNS Sofres

iĹĄ&'0+5(Çą.+:

HÊlène Valade

2005

PrĂŠsidente de la plateforme RSE, directrice du dĂŠveloppement durable de Suez, vice-prĂŠsidente du C3D.

Fondatrice de la Direction du dĂŠveloppement durable de la Lyonnaise des Eaux 2007

EngagÊe en faveur de la responsabilitÊ sociÊtale des entreprises (RSE), HÊlène Valade en appelle à une meilleure reconnaissance des entreprises pratiquant un management responsable. Un label RSE est en passe d’être crÊÊ, spÊcialement destinÊ aux TPE et PME.

46

Co-fondatrice du C3D (Collège des directeurs du dÊveloppement durable) 2014 Directrice du dÊveloppement

PROPOS RECUEILLIS PAR SAMIRA HAMICHE

durable de Suez 2015

LMA : Quelles sont les missions de la plateforme RSE ? HĂŠlène Valade : La plateforme a ĂŠtĂŠ crĂŠĂŠe il y a trois ans auprès du Premier ministre (ndlr : Jean-Marc Ayrault) pour alimenter l’État sur les recommandations en matière de responsabilitĂŠ sociĂŠtale des entreprises (RSE). Elle est composĂŠe d’un certain nombre de pĂ´les : chercheurs, sociĂŠtĂŠ civile, partenaires sociaux, institutionnels et ĂŠconomiques. Au sein de ce pĂ´le ĂŠconomique, la CGPME et l’UPA sont bien reprĂŠsentĂŠes et très actives dans l’ensemble des traXCWZFGNCRNCVGHQTOG+NUHQPVGPVGPFTG NGUURČŒEKĆ’EKVČŒUFGU2/'GVFGUCTVKUCPU et sont apporteurs d’idĂŠes sur les propositions que nous pourrions formuler.

LMA : Quelles actions sont menÊes pour les TPE-PME ? H. V. : Nous travaillons en ce moment sur WPRNCPPCVKQPCN45'+NEQORQTVGTCFGU ÊlÊments à destination des TPE-PME, autour de trois axes importants. D’abord, il

Le Monde des artisans [ juillet/aoĂťt 2016

s’agira d’aider les artisans à mieux valoriser ce qu’ils font dÊjà en matière de RSE, de manière à ce que cette reconnaissance leur permette de se diffÊrencier. Nous avons ainsi lancÊ des travaux pour mettre au point un label RSE pour les TPE et PME. Nous allons travailler avec le Commissariat gÊnÊral au dÊveloppement durable (CGDD) pour le concevoir et le tester auprès des petites entreprises. Deuxièmement, les petites entreprises demandent à être davantage sensibilisÊes à la RSE, c’est pourquoi nous allons proposer des recommandations allant dans ce sens-là. Troisièmement, il convient de mieux tenir compte de l’ancrage territorial des petites entreprises, et donc de favoriser les initiatives qui permettent de les fÊdÊrer localement.

LMA : Un groupe de travail dÊdiÊ aux petites entreprises s’est formÊ, quel est son objectif ? H. V. : Le thème des TPE-PME a ÊtÊ abordÊ dans le cadre d’un groupe de

PrĂŠsidente de la plateforme RSE

VTCXCKN URČŒEKĆ’SWG KPVKVWNČŒ kEQORČŒVKVKvitĂŠ et dĂŠveloppement durable, l’enjeu des TPE-PME Âť. Celui-ci a publiĂŠ un rapport et des recommandations qui visent Ă synthĂŠtiser les arguments Ă  la fois ĂŠthiques, stratĂŠgiques, ĂŠconomiques et humains permettant de convaincre de se lancer dans une dĂŠmarche RSE, de mieux faire connaĂŽtre les outils existants, et rendre plus tangible le lien entre RSE et compĂŠtitivitĂŠ pour les TPE-PME. Les entreprises artisanales sont dotĂŠes de caractĂŠrisVKSWGUSWKUQPVFŨGHĆ’ECEGUNGXKGTUFGNC RSE : taille, proximitĂŠ avec la clientèle, circuits courts etc. Mais elles n’ont pas toujours les moyens de formaliser des dĂŠmarches RSE.

i

www.strategie.gouv.fr/ plateforme-rse


P R O F E S S I O N N E L S ÉPARGNE TRÉSORERIE

FINANCEMENT CRÉDIT BAIL

SANTÉ COLLECTIVE

TÉLÉPHONIE MOBILE

PAIEMENT SANS CONTACT TRANSMISSION REPRISE

Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Océan - SA Coopérative de Crédit à Capital Variable - RCS La Roche/Yon B 307 049 015 - Intermédiaire en opérations d'assurance n° 0RIAS 07 027 974, consultable sous www.orias.fr 34 rue Léandre Merlet - 85000 La Roche/Yon - Tél. 02 51 47 53 00 - Crédit photo : Thinkstock - 2016.

oyota Hilux NOUVEAU

TOYOTA HILUX

NOUVEAU TOYOTA PROACE

TOUJOURS MIEUX TOUJOURS PLUS LOIN

L’UTILITAIRE NOUVELLE GÉNÉRATION ! …MAIS TOUJOURS 100% HILUX ! 72<27$$L[HQ3URYHQFH Votre contact Business Center NIORTFréjus – PARTHENAY – BRESSUIRE Votre contact Business Center Toyota - Le Capitou - Rue Hubert Masquefa Toyota Toulon - Ste Musse / Toyota La Seyne - ZAC Les Playes (derrière Botanic) Tél. 05contact 49 08 97 03 06 17 44 77 48 Edar SEANGAlain THOMAS - Tél.HU#MSYIU Votre contact : Jean-Michel Martin - 06 08 84 57 62 - jm.martin@jpv.fr 72<27$6DLQW9LFWRUHW Votre :$QQH7528)),(5DQQHWURXɮ www.lesgarageschaigneau.com alain.thomas@lesgarageschaigneau.com 72<27$6DORQGH3URYHQFH www.blog-jpv.com 72<27$ 3HUWXLV

7«O HGDUVHDQJ#SOGDXWRIU


Renault TRAFIC SANS APPORT, AVEC ENTRETIEN, GARANTIE, ASSISTANCE À PARTIR DE

185 €

HT / MOIS *

Crédit photo : Yannick Brossard

SOUS CONDITION DE REPRISE EN RENAULT NEW DEAL PRO SUR 60 MOIS ET 80 000 KM

Renault, n° 1 des véhicules utilitaires en France**. MODÈLE PRÉSENTÉ : TRAFIC FOURGON SÉRIE LIMITÉE MEILLEURS OUVRIERS DE FRANCE L1H1 1200 ENERGY dCi 120 À PARTIR DE 279 € HT EN RENAULT NEW DEAL PRO SUR 60 MOIS ET 80 000 KM. * Exemple de Crédit-Bail Maintenance sur 60 mois pour un Trafi c Fourgon Générique L1H1 1000 dCi 90 au prix remisé de 13 592 € HT, soit une remise de 8 408 € (incluant la prime Renault de 1 500 € HT sous condition de reprise d’un véhicule de plus de 8 ans) par rapport au prix tarif conseillé n° 2201 du 04/01/2016 de 22 000 € HT, soit 60 loyers de 184,71 € HT comprenant la garantie et l’entretien pour 60 mois et 80 000 km, l’assistance au véhicule et aux personnes, selon barème et conditions contractuelles à disposition dans le réseau. En fin de contrat, option d’achat fi nale de 6 500 € HT ou reprise de votre véhicule par votre concessionnaire pour ce montant diminué des éventuels frais de remise en état standard et des kilomètres supplémentaires, selon conditions générales Argus ®. Le montant de la reprise servira à solder votre crédit-bail. Coût total en cas d’acquisition de 17 582,71 € HT. Sous réserve d’acceptation du dossier par la Diac, SA au capital de 61 000 000 € - établissement de crédit et intermédiaire en assurances - siège social : 14 avenue du Pavé-Neuf 93168 Noisy-le-Grand Cedex - SIREN 702 002 221 RCS Bobigny - N° ORIAS : 07 004 966 - www.orias.fr. Assistance souscrite par Diac auprès de Axa Assistance France Assurances, SA au capital de 31 275 660 € société régie par le code des assurances - SIREN 451 392 724 RCS Nanterre - 6 rue André Gide 92320 Châtillon, dont les opérations sont soumises à l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution - 61 rue Taitbout 75009 Paris. Offre non cumulable réservée aux artisans, commerçants, sociétés (hors loueurs, administrations, clients sous protocoles nationaux ou régionaux), valable du 01/03 au 30/0y/2016 dans les points de vente participants, intermédiaires non exclusifs. Renault New Deal Pro est une marque déposée par Renault SAS, désignant une off re de crédit-bail Diac. ** Kangoo Express, Trafi c et Master leaders sur leur segment en 2015, avec respectivement 34,8 %, 35,2 % et 30 % de part de segment. Renault n° 1 des ventes de véhicules utilitaires en 2015 avec 34,8 % de part de marché (source AAA Data [Association Auxiliaire de l’Automobile]). Easy Pack Pro : Pack professionnel tout inclus.

renault.fr

RENAULT A NIORT SAINT CHRISTOPHE AUTOMOBILES 214 avenue de Paris - Tél. : 05 49 33 34 22 RENAULT A PARTHENAY GATINE ESPACE AUTOMOBILE 114 avenue Aristide-Briand - Tél. : 05 49 94 04 00

www.jeanrouyerautomobiles.fr

RENAULT A BRESSUIRE SOCIETE AUTOMOBILE CHOLETAISE Route de Poitiers - Tél. : 05 49 74 15 33 RENAULT A THOUARS PAYS DE LOIRE AUTOMOBILES 142 avenue Emile Zola - Tél. : 05 49 66 21 78

Le monde des artisans n°113 - juillet aout 2016  
Le monde des artisans n°113 - juillet aout 2016  

La magazine des artisans en Deux-Sèvres.

Advertisement