Page 1

D=EGF<= <=K

       J=LJGMN=R<9FK;=FMEzJGLGML=DAF>GJE9LAGF<=NGLJ=;E9

jlakYfk <]mp%K†nj]k

:ae]klja]df˜1+œeYjk%Ynjad*()+œ)`

z<ALAGF

ADK;@=J;@=FL MFJ=HJ=F=MJH&+/

MJE92 IM=KLAGFKÂÀ BGßD?G<MH&/

<=MPBGMJFz=K HGJL=KGMN=JL=KHGMJ LJGMN=JKGFEzLA=JH&.

Deux-Sèvres


" ! "!'!%

 %!  ! ! "$&# )% 

        "%   

  Caisse rĂŠgionale de CRĂ&#x2030;DIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-MARITIME DEUX-SĂ&#x2C6;VRES - SociĂŠtĂŠ coopĂŠrative Ă capital variable, agrĂŠĂŠe ĂŠtablissement de crĂŠdit et sociĂŠtĂŠ de courtage dâ&#x20AC;&#x2122;assurance - 12 bd Guillet Maillet, 17117 Saintes Cedex - 399 354 810 RCS SAINTES - N° ORIAS : 07 023 464

      

  ! 3            !              !   

"#  #         $           $$!



 $%        -!)%&)# )&+&%&-'#(#(%+')&$%-#'$"%$'- $)&#!'('('%-!'(''*-)!')(!(&'  ,   -!)%&)# )&+$"%$'- $)&#!'(''%-!'-'(%&$''$##!')"$#!)(!(&

'-.%'.

!      

$-,0"$0(&,&2&"10-+-#)*&/'. 4*   

 

Ă&#x2030;ditĂŠ par CRCA CMDS - 399 354 810 RCS Saintes â&#x20AC;&#x201C; CrĂŠation : Agence kiss â&#x20AC;&#x201C; CrĂŠdits photos : Graphic Obsession - PrĂŠpresse SIGMA (02/13).

       


H 9FGJ9E9 ¾HYjgd]k\ÌYjlakYfk¿ ]klmf]afnalYlagf dYf[…]Ymp[`]^k \Ì]flj]hjak]kYjlakY% fYd]khgmjimÌadk l…ega_f]fl\]d]mj hYkkagfÀ]limÌadk ]f[gmjY_]fld]k b]mf]kj]bgaf\j] dÌYjlakYfYl&H,

!zNzF=E=FL , <  M)-9M**E9JK2)*]K]eYaf] fYlagfYd]\]dÌYjlakYfYl2 HYjgd]k\ÌYjlakYfk . D=K;9EHMK<=KEzLA=JK ]ld]k]flj]hjak]kgmnj]fl d]mjkhgjl]k O9;LM9DALzK / M  JE92dÌYeZalagf\]dY^gjeYlagf lgmlYmdgf_\]dYna] 0 9  HHJ=FLAKK9?=2j][jml]j$ [Ì]kleYafl]fYfl 1 9  JLAK9F=LE9âLJ=9JLAK9F2 \]eYf\]rnglj]lalj] \]imYda^a[Ylagf )( H  9;L=HGMJDÌ9JLAK9F9L2 d]kYll]fl]k\mk][l]mj]fl]f\m]k

K LJ9Lz?A=K

>gaj]phg\]Fagjl]lbgmjf…]k]mjgh…]ff]k \]ke…la]jk\ÌYjl$\]mpg[[Ykagfk\]kÌ]phjae]j hgmjd]khjg^]kkagff]dk&H&).

!z;D9AJ9?= )* M  FAIM==F>J9F;=2d]hd] \ÌaffgnYlagfljYnYad\]ke…lYmp ]f^]madd] !KLQD=<=NA= ), ;=K9JLAK9FKimagflhjakdÌYk[]fk]mj kg[aYd !z;D9AJ9?= ). D=KEGE=FLK>GJLK\]dÌYjlakYfYl \ÌYjl]f*()+ )0 KGMK%LJ9AL9F;=2dÌYjlakYfYl2 hada]j\megf\]af\mklja]d ** D9;Dz<=D9JzMKKAL=2 mf]Y\YhlYZadal…lgml]…hj]mn] *, D=NA=JK<=HJG?JàK2n]fl]$J@$ [j…\al2h]mlea]mp^Yaj] !;9K<Ì=FLJ=HJAK= *. K9DGF<=;GA>>MJ=F=O@9AJ ;=FL=J2d]Za]f%‡lj][gee][gf[]hl !JzMKKAL= *0 9EL@zMK2\]k]ehdgak]fY[a]jlj]eh…

< GKKA=J

z <ALG

LFK=LHJGL=;LAGF KG;A9D=2zL9L<=KDA=MP =LFGMN=9MLzK

B]Yf%Ea[`]d:Yfda]j Hj…ka\]fl\]dY;E9 \]k<]mp%K†nj]k

J]lgmjkmjd]khjg_j†kY[[gehdak hYjd]JKA]ld]kkgdmlagfkg^^]jl]k Ymp[glakYflk]f\a^^a[mdl…Yafka im]kmjd̅ngdmlagf\mhYqkY_]\] dY[gehd…e]flYaj]\]kkYdYja…k& H&*1

¿ H J9LAIM=

9jlakYfk\]ke…la]jk\]Zgm[`]2hYjla[ah]r dY))]…\alagf\mHjap?g•l]lKYfl…&H++

!HJ9LAIM= ++ *+=L*,E9JK2)]jKYdgf\]dY [gfkljm[lagf]l\]dYj…fgnYlagf \mjYZd]kDY;j†[`] !BMJA<AIM= +, H  JGL=;LAGFKG;A9D=2 d]k[glakYlagfkeYdY\a]hdmk[`†j]k ]f*()+ +- >  AK;9DALz2d][j…\al\Ìaehl [geh…lalanal…ngmk[gf[]jf]%l%ad7 !HJ9LAIM= +. :  ÜLAHGDAK2Mf]fgmn]dd]rgf] \ÌY[lanal…khgmjY[[m]addaj nglj]]flj]hjak] !:GMJK= +/ A DK;@=J;@=FLmfj]hj]f]mj !>GJME +0 <GKKA=JK<=DÌzH9J?F=2E…\a[ak j]ljYal]EY\]dafj]ehgjl]mf]^gak \]hdmkd]DYZ]d\Ì]p[]dd]f[] +1 ;@GAKAJkgf]ph]jl%[gehlYZd] ,( J  z?D=E=FL9LAGFL@=JEAIM=<M :ÜLAE=FL2K]^gje]jYmpfgmn]dd]k hjYlaim]khjg^]kkagff]dd]k ,) K  =E9AF=F9LAGF9D=<= DÌ9JLAK9F9L2mfYhh]dYmpb]mf]k

J =?9J<K !HJ=KLA?= ,* B =9F%HA=JJ=QNGF2^YZja[Ylagf ]lZjg\]ja]\]hYjYhdma]k !AFALA9LAN=K ,, , *]kGDQEHA9<=K<=KEzLA=JK2 ¾^Yaj]im]d̅d†n]\…hYkk]d]eY‹lj]¿ ,- HJAP?GéL=LK9FLzE99> 9KKMJ9F;=K2ljgakdYmj…Ylk ]lmf[gmh\][Æmj !GHAFAGF ,. H  A=JJ=H=DGMR=L2e…\aYl]mj \]kj]dYlagfkafl]j%]flj]hjak]k

Â

est en crise, à un moment où l’ARTISANAT fort de la diversité de ses activités, ancré dans nos territoires, contribue largement au maintien de leur dynamisme et à leur vitalité, un pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi fait surface. Ce pacte, avec beaucoup de constats et beaucoup d’enjeux, comprend un pacte spécifique pour l’ARTISANAT qui doit « renforcer l’attractivité de nos métiers et concourir au redressement économique du pays et à l’emploi des jeunes ». Bravo ! Il aura fallu attendre près de 30 ans pour s’apercevoir que notre ARTISANAT apparaît comme un acteur fort et incontournable, l’inventeur de la proximité, du développement durable et de l’apprentissage. Aujourd’hui, dans un contexte chahuté et changeant comme le sera celui de la prochaine décennie, un nouveau match nous attend avec le chantre d’un modèle économique où mondialisation et économie de proximité se conjuguent avec audace, intelligence et innovation. Et même si nous avons gagné cette première bataille des idées, il nous faudra gagner la bataille des marchés. Mais ce pacte pour la compétitivité a seulement oublié un levier important que nous connaissons bien, nous les ARTISANS, celui de travailler plus, non pas pour gagner plus, mais seulement pour survivre. Ce sera le prix à payer pour la Nation, si nous voulons ensemble gagner ce nouveau match qui commence. À quand le courage politique ?

;]fme…jg[gehj]f\\]khY_]kkh…[a^aim]k]flj]d]khY_]k)).]l++,0hgmjd]kYZgff…k\]k<]mp%K†nj]k& D]Egf\]\]kYjlakYfkf˜1+ÇEYjk%Ynjad*()+Çz\alagf\]k<]mp%K†nj]kÇHj…ka\]fl\m[geal…\]j…\Y[lagf\]khY_]kdg[Yd]k2B]Yf%Ea[`]d:Yfda]jÇ9n][d][gf[gmjkj…\Y[lagff]d\]dY[`YeZj]\] e…la]jk]l\]dÌYjlakYfYl\]k<]mp%K†nj]kÇz\al]mj\…d…_m…2Kl…h`Yf]K[`eallÇJ…\Y[lagf29L;$hgjl&2(.0*1(0**,$]%eYad2d]egf\]\]kYjlakYfk8_jgmh]%Yl[&[geÇGfl[gddYZgj…[]fme…jg2:YjZYjY ;gdYk$Kgh`a]\];gmjlanjgf$=eeYfm]d<Yfa]d$EYjbgdYaf]<]keYjlaf$;`jakl]dd]>…f…gf$?maddYme]?]f]kl]$L`geYk@mZ]jl$<]dh`af]HYqYf$>jYf„gakKYZYjdqÇK][j…lYjaYl\]j…\Y[lagf2E&9fl`gfq$ B&;d]kka]ff]$B&F]akk]ÇHmZda[al…29L;$)+/imYa\]NYdeq$/-()(HYjakÇ;`]^\]hmZda[al…2H`adahh]KYafl%zla]ff]$L…d&(),((-*+)0$]%eYad2h&kYafl%]la]ff]8_jgmh]%Yl[&[geÇHmZda[al…fYlagfYd]2<aj][l]mj [gee]j[aYdEYl`a]mLgmjfa]j$L…d&(),((-*+)($^Yp(),((-*+*,$]%eYad2e&lgmjfa]j8_jgmh]%Yl[&[geÇHmZda[al…k\…hYjl]e]flYd]kkm\%gm]kl2L`a]jjq L…d&(.**.1+(**!]l;…\ja[Bgfima†j]k L…d& (.)(+,0)++!$^Yp(-.)-1,((/$]%eYad2l`a]jjq&bgfima]j]k8oYfY\gg&^jÇHmZda[al…k\…hYjl]e]flYd]kfgj\]l]kl2>jYf„gak:]\]jklgj^]j$L…d&(+0/.1)0)*$^Yp(+0/.1)0),$]%eYad2^&Z]\]jklgj^]j8 _jgmh]%Yl[&[geÇH`glg_jYh`a]k2DYmj]flL`]]l]f$j]khgfkYZd]aeY_]ÇHjgeglagf\a^^mkagf2K`ajd]q=dl]j$L…d&2(+0/.1)0)0&LYja^\ÌYZgff]e]fl)Yf&>jYf[]2.]mjgk&LYja^Ymfme…jg2)]mjg& d̅ljYf_]j2fgmk[gfkmdl]jÇ;gf[]hlagf…\algjaYd]]l_jYh`aim]2TEMA|presse$L…d&(+0/.1)0()Ç>YZja[Ylagf2Hap]daeY_]$A&EYjdaf$B&%E&LYhh]jl$L…d&(+0/.1)0)0Ç z\al]mj29L;$*+jm]<mhgfl\]kDg_]k$-/(((E=LR$L…d&(+0/.1)0)0$^Yp(+0/.1)0),Ç<aj][l]mj\]dYhmZda[Ylagf2>jYf„gak?jYf\a\a]jÇF˜[geeakkagf hYjalYaj]2(+).L0.1-/ÇAKKF2)*/)%+(/,Ç<…hld…_Yd2^…nja]j*()+ÇAehj]kkagf2?jgmh]Kg[gkhjafl$+.jgml]\Ì9j[`]ll]kÇ00(((zhafYd&

+

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


n…f]e]fl <]mp%K†nj]k

>adjgm_]\][]ll]fgmn]dd]…\alagf\]dYK]eYaf]fYlagfYd] \]dÌYjlakYfYl$d]l`†e]¾HYjgd]k\ÌYjlakYfk¿]klmf]afnalYlagf dYf[…]Ymp[`]^k\Ì]flj]hjak]kYjlakYfYd]khgmjimÌadkl…ega_f]fl \]d]mjhYkkagf$\]d]mje…la]j$\]d]mjYn]flmj]hjg^]kkagff]dd]]limÌadk ]f[gmjY_]fld]kb]mf]kj]bgaf\j]dÌYjlakYfYl$Yn][k]khYj[gmjk\] j…mkkal]hjg^]kkagff]dd]]l\]hjgeglagfkg[aYd]&D]kY[lagfkgj_Yfak…]k hYjdY;E9\Yfkd][Y\j]\][]ll]k]eYaf]$fglYee]fldYbgmjf…]hgjl]k gmn]jl]k\]k]flj]hjak]k$d]mj\gff]flYafkadÌg[[Ykagf\]kÌ]phjae]j&

<M)-9M**E9JK

]

)* K]eYaf]fYlagfYd]\] dÌYjlakYfYl2HYjgd]k\ÌYjlakYfk

D

’artisanat a considérablement évolué, en termes d’image mais aussi de pratiques professionnelles. Face aux enjeux économiques, aux contraintes environnementales, techniques et aux demandes des consommateurs, les

professionnels de l’artisanat doivent s’adapter a fortiori lorsqu’il faut traverser sans trop de dommage une période de crise. Les professionnels de l’artisanat font preuve, malgré les difficultés, de passion pour leur entreprise et leur métier. Certains

sont attachés à la formation, d’autres au développement ou à la communication. Mais tous ont fait de leur expérience un atout pour eux mais aussi pour les autres. Nous avons rencontré des chefs d’entreprises et leur avons donné la parole.

 ¾>gje]jdYj]d†n]$mfgZb][la^Yll]afl¿  QYffakBYmr]dgfÇYjlakYfZgmdYf_]j%h€lakka]j$Yj]hjakmf]ZgmdYf_]ja];`ar…]f*((+ ]ladY[j……mffgmn]d…lYZdakk]e]fl:]Ymngaj%kmj%Fagjl]f*())&

>gjeYlagf]lj][gfn]jkagf hjg^]kkagff]dd]k QYffakBYmr]dgf2Yn][ )*Yhhj]flak^gje…k\]hmak e]k\…Zmlk]lega%e‡e] …lYflakkm\]dÌYhhj]flakkY_]$ b]f]h]mpim][jgaj]dY ^gjeYlagf]fYdl]jfYf[]& DÌYhhj]flakkY_]$[Ì]klmf ]ehdgadY[d…&HgmjlYfl$ b][gfklYl]im]\]k[gdd†_]k gja]fl]fl]f[gj]d]kb]mf]k n]jkd]kdq[…]khjg^]kkagff]dk [gfnYaf[mkim][]dY]kl ea]mp&EYak[Ì]kl^Ymp& Kgjla]\]+]$\̅lm\]k kmh…ja]mj]kgm]f j][gfn]jkagfhjg^]kkagff]dd]$ h]maehgjl]d]hYj[gmjk\] \…hYjl$dÌaehgjlYfl[Ì]kl dYhYkkagf$dYeglanYlagf

,

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M

]ld]j…kmdlYlkmjd]l]jjYaf& 9mbgmj\Ì`ma$b]kmakYjjan… []im]b]ngmdYak2^gje]j

\]kh]jkgff]kimad]mjlgmj Yae]jgflljYfke]llj]d]mj kYngaj%^Yaj]&

DYhdY[]\]dÌYjlakYfYl Q&B&2<]hmak*(Yfk$gffgl] mfj]fn]jk]e]fl\]dY


 ¾Jgehj]Yn][d]na]mpk[`…eY2¾HYkk]lgfZY[\ÌYZgj\¿  =\\q>jm[`Yj\Y[j……kgf]flj]hjak]\][`Yjh]fl]YjlakYfYd]]lljY\alagff]dd]$

eYakgfgkkYlmj]Zgak$kljm[lmj]khgmjakgdYlagfhYadd]]f*((/$NYmkk]jgmp& >gjeYlagf]lj][gfn]jkagf hjg^]kkagff]dd] =\\q>jm[`Yj\2B]j]_j]ll] im]dÌYhhj]flakkY_]kgal ]f[gj]ka\…nYdgjak…YmhjgÕl \]k…lm\]kkmh…ja]mj]kgm \]k^gjeYlagfk]fdq[…]k hjg^]kkagff]dk&D]kqkl†e] …\m[Yla^Y[lm]dhgmkk]dY [gmjk]]lYm[memd\]k \ahde]k&B]kmakdYhj]mn] imÌYhj†kmf[`Yf_]e]fl \Ìgja]flYlagf]lh]m\] \ahde]kdYj…mkkal]]kl hgkkaZd]&9hj†kmf] )j]k[a]flaÕim]$bÌYa^Yal mfnjYa[`gap\]^gjeYlagf]f Ydl]jfYf[]hgmjgZl]fajmf ;9H\][`Yjh]fla]j]ld̀_] \]*(Yfkb̅lYakhj‡l[j…]j egf]flj]hjak]&D]hdmk aehgjlYfl[Ì]kldYngdgfl…$ d]ljYnYadh]jkgff]d]l\]k ]ph…ja]f[]khjg^]kkagff]dd]k kmj[`Yfla]jk&<]hdmkka d]kqkl†e]f]hgmkkYalhYk d]kb]mf]kkmanj] YZkgdme]fl\]k…lm\]k ¾[dYkkaim]k¿$adqYmjYal egafk\]hjgb]lk hjg^]kkagff]dk[gfljYja…k$ \Ì]jj]mjk\]hYj[gmjk]l Yafkaegafk\]j][gfn]jkagfk lYj\an]k&

DYhdY[]\]dÌYjlakYfYl =&>&2DÌYjlakYfYlYlgmbgmjk ]mmf]aeY_]\]imYdal…ima Ykm‡lj]nYdgjak…]&<ÌYadd]mjk

kalmYlagf\Yfkd]keg\]k \][gfkgeeYlagf&:]Ym[gmh j]na]ff]fln]jkdY^YZja[Ylagf YjlakYfYd]$e‡e]kadY_jYf\] \akljaZmlagf^Yallgml[] imÌ]dd]h]mlhgmjYllaj]jd] [da]fl]l^Yaj]¾[gee]d] ZgmdYf_]j¿&B]f]kmakhYk]f [gf[mjj]f[]Yn][d][gdd†_m] ZgmdYf_]j$b]d]kmakYn][ d]k_jYf\]kkmj^Y[]kima mkmjh]flfglj]e…la]j]l fgk[geh…l]f[]k&EYakdY [da]fl†d]f]kÌqljgeh]hYk& =dd]kYal\aklaf_m]jd]njYa\m ^Ymp$dYimYdal…\mZYk\] _Yee]&;gffY‹lj]dÌgja_af] \]khjg\malk$[]dmaima ^YZjaim]]ld]j]f[gflj]j$ [Ì]klaehgjlYfl\]fgkbgmjk&

<…n]dghh]jkgf]flj]hjak]$ affgn]j$[geemfaim]j Q&B2;]fÌ]klhYk…na\]fl Y[lm]dd]e]fl\]\…n]dghh]j kgf]flj]hjak]&EYak]fk]

d̅[g%[gfkljm[lagf\Yfk dYim]dd]b]e]kmakkh…[aYdak… ]klmf]nYd]mjYbgml…]hgmj fglj]k][l]mj&HYj[gflj]$ d]kY[`Ylk^Y[ad]k]ljYha\]k kmjAfl]jf]leg\aÕ]fld]k `YZalm\]k\][gfkgeeYlagf& :a]fkgmn]fl$d]k_]fkfÌgfl hYkdYhYla]f[]\ÌYll]f\j]& =l$hgmjlYfl$[]dYfÌ]klhYk [gehYlaZd]Yn][fgke…la]jk& Ýlj]j…Y[la^mf]\]eYf\] \]\]nak$fgmkd]hgmngfk$ eYakYdd]jnal]\YfkdY j…YdakYlagf\Ìmf[`Yfla]j []fÌ]klhYkhgkkaZd]&D]Zgf ljYnYadf…[]kkal]\ml]ehk&

<…n]dghh]jkgf]flj]hjak]$ affgn]j$[geemfaim]j =&>&2BÌYa\…n]dghh…egf Y[lanal…]fhjghgkYfl eY[da]fl†d]mfk]jna[] \ÌY[[gehY_f]e]fl]fYmlg% [gfkljm[l]mj&Mf]\…eYj[`] ]fYm_e]flYlagf\Yfkd] Z€lae]fl]limahYjl\Ìmf [gfklYl2\]kZm\_]lkj…\malk$ mfYlljYalhgmjd]keYl…jaYmp j]kh][lm]mp\] dÌ]fnajgff]e]fl]l \]k[gfkljm[lagfkhdmk h]j^gjeYfl]k&B]h]je]lk Yafka\]kfgfafala…k\] kÌafn]klaj\Yfkd]mjhjgb]l\] [gfkljm[lagflgml]fn]addYfl []im][]dYkgalZa]f^Yal]l imÌadkf]^Ykk]flhYkYhh]d \]kYeYl]mjk&BÌYa…_Yd]e]fl

^YakYfl[gffY‹lj]$Ya\…hYjd] Zgm[`]%%gj]add]$lgml kÌ]f[`Y‹f]&;]jlYaf]kY[lanal…k kÌqhj‡l]flea]mpim]\ÌYmlj]k& ;Ì]kld][Yk\]dYZgmdYf_]ja]$ [Yjd]kfgeZj]mk]k^‡l]k]l …n…f]e]flk\]dYna]^gflim]$ lgmkd]kegak$adqYeYla†j] ^YZjaim]jd]khjg\malkim]dY [da]fl†d]$YllY[`…]dY ljY\alagf$Yll]f\&Kab]fÌYnYak hYkgmn]jlmf\]mpa†e] …lYZdakk]e]fl$bÌYmjYak[j……gm j]hjakmf]]flj]hjak]hdmk _jYf\]]feada]mjmjYd&BÌYa \ÌYadd]mjk^YalafklYdd]jljgak \akljaZml]mjkYmlgeYlaim]k \]ZY_m]ll]kljY\alagf ^jY‹[`]kkmjd]k[geemf]k Yd]flgmjk&EgfgZb][la^]kl \ÌYhhgjl]jmfk]jna[]\] hjgpaeal…kmjd]kh]lal]k [geemf]k&BÌYae]Yngajmf l]ehk\ÌYnYf[]]lb] eÌafl…j]kk]lgmkd]kegq]fk hgmjaffgn]j&

\…n]dghh…dY[geemfa[Ylagf ]f[j…YflfglYee]fl \]kdanj]lk\]\a^^…j]fl]k j…YdakYlagfk$…lYh]hYj…lYh]$ addmklj…k\]h`glgk$\] [gee]flYaj]k]lYhhmq…k hYjmfZm\_]l[gehd]l& Egfkal]Afl]jf]lY[lmYdak… j…_mda†j]e]fl]klmf ]p[]dd]flegq]fhgmj e]^Yaj][gffY‹lj]&

9[`YleY\]af/1 =&>&2AdqYZa]fdgf_l]ehkim] d]\…n]dghh]e]fl\mjYZd] ^YalhYjla]\]egf…lYl \Ì]khjal]l\]egfljYnYad& =f[]imae][gf[]jf]b]^Yak k[a]jegfZgak\Yfkmf] k[a]ja].ce\]dÌ]flj]hjak] ]lb]eÌYhhjgnakagff] Ymhj†k\Ìmf_jgmh]e]fl \]hjg\m[l]mjk% ljYfk^gjeYl]mjk¾;`Yfnj] E]ddgak¿afklYdd…-(ce&B] ^Yak…_Yd]e]flhYjla]\]dY [ggh…jYlan]¾9[]e/1¿ imah]je]l$]f_jgmhYfl d]kY[`Ylk]fZgak]l\…jan…k \]hdmk\]*((hjg^]kkagff]dk \mZgakY\`…j]flk$ \Ìghlaeak]jd]kdanjYakgfk ]lYafka\]j…\maj]dÌaehY[l ]fnajgff]e]flYd ]lÕfYf[a]j&

D]kYjlakYfkgfl%adkkgmn]fl dYhYjgd]7 =&>&2KadÌgfn]mldYhYjgd]$

9[`YleY\]af/1 Q&B2DYim]klagf\]k[aj[malk [gmjlk]klmfnjYa\…ZYl ]lmf]j…]dd]j]eak]]f im]klagf&9[`]l]j[`]r\]k hjg\m[l]mjk]l^gmjfakk]mjk dg[Ymp[Ì]klZa]f$[gf\alagf im]d]hjapkgald]hdmkbmkl]$ im]lgmld]egf\]bgm]d]b]m ]lim]d]k[g•lkf] eÌgZda_]flhYkYm_e]fl]j e]khjap&DY^gj[]]ld][Æmj \]fgke…la]jk$[Ì]klYnYfl lgml\]ljYfk^gje]j\]k hjg\malk\]ZYk]]l\] d]ke]llj]]fnYd]mj& KYfkf…_da_]jdYimYdal… fa¾lgmjf]jd]\gk¿Ymp hjg\m[lagfkdg[Yd]k$ b]e]\gak\]hjghgk]j\]k ^YZja[Ylagfkj]flYZd]k ]lY[[]kkaZd]kdY[da]fl†d]&

ad^YmldYhj]f\j]lgml kaehd]e]fl&=lhgmj‡lj] ]fl]f\m$ad^Ymlmladak]jd]k hgjl]%ngapimakgfld]kflj]k [gee]mf]gj_YfakYlagf hjg^]kkagff]dd]gmmf _jgmh]e]fl\ÌY[`Ylk&Adf] ^YmlhYk`…kal]jkÌafn]klaj ]fhYjla[ahYfl\]kj…mfagfk gm\]keYfa^]klYlagfk& <ÌYadd]mjk$d]hjgn]jZ]¾K]md gfnYnal]$]fk]eZd]gfnY dgaf¿$]f]kldÌaddmkljYlagf& AdeÌY[[gehY_f]]le] [gjj]khgf\lglYd]e]fl&

3

;GFL9;L

 gak]lHYadd] : ;`Yjh]fl]=\\q>jm[`Yj\ ooo&Zgak]lhYadd]&[ge L…d&2(-,1/(.0.,

EYf_]j\mhYaff]\galhYk ‡lj]mfdmp]&B]n]mp‡lj]d] ZgmdYf_]j\]lgmld]egf\]&

D]kYjlakYfkgfl%adkkgmn]fl dYhYjgd]7 Q&B&2B]nYakj…hgf\j]hYj mf]Ymlj]im]klagf2 \]eYf\]fl%adkdYhYjgd]7 Dgjkim]d]kYjlakYfkgfl dÌg[[Ykagf\]kÌ]phjae]j$adfÌq Yhdmkh]jkgff]&=f[]imae] [gf[]jf]$b]kmak\ÌmffYlmj]d hdmllghlaeakl]&<Yfkd]k h…jag\]k\a^Õ[ad]k$ad^Yml hgkalan]j]lYdd]j\]dÌYnYfl& Egfe…la]je]hdY‹l$[Ì]kl d]hjaf[ahYd&;]dYna]fl []jlYaf]e]fl\]d̅lYl \Ì]khjalimamfald]kYjlakYfk \]fglj]hjg^]kkagf]lima ^Yalfglj]a\]flal…&

3

;GFL9;L

 gmdYf_]ja]%h€lakk]ja]BYmr]dgf : ooo&ZgmdYf_]ja]%bYmr]dgf&[ge%L…d&2(-,1/./()/

-

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


n…f]e]fl <]mp%K†nj]k )*]K=E9AF=F9LAGF9D=<=DÌ9JLAK9F9L

D]k;Yehmk\]ke…la]jk]ld]k]flj]hjak]k gmnj]fld]mjkhgjl]k HYjl]rdY\…[gmn]jl]\]dÌYjlakYfYl]lljgmn]r nglj]e…la]j$[Ì]kld]e]kkY_]dYf[…hYjdY;E9 YmljYn]jk\]k\]mpbgmjf…]khgjl]kgmn]jl]k gj_Yfak…]khgmjd]kb]mf]k]ld]mj^Yeadd]& ).eYjk2Bgmjf…]hgjl]kgmn]jl]k\]k[Yehmk \]ke…la]jk ;gfk]add]jk]fgja]flYlagf]l]f ^gjeYlagf$^gjeYl]mjk]l Yhhj]flakk]egZadak]fld]kYe]\a ).eYjk\]1`)/`hgmjY[[m]addaj ]lj]fk]a_f]jd]_jYf\hmZda[kmjdY ^gjeYlagfafalaYd]]l[gflafm] \YfkdÌYjlakYfYl&<]knakal]kdaZj]k \]kYl]da]jk$\]kdYZgjYlgaj]k]l\] dÌafl]jfYl$\]kj…mfagfk \Ìaf^gjeYlagfkmjdÌgja]flYlagf$ d]ke…la]jk]ld]k\…Zgm[`…k k]jgflgj_Yfak…]klgmlYmdgf_\] dYbgmjf…]& <]mpkal]k]f<]mp%K†nj]k2 *)jm]\]k@]jZaddYmpFagjl *jm]\Ì9ZjYfl]kHYjl`]fYq

3

HGMJ=FK9NGAJHDMKÀ

kmj[]k…n…f]e]flk2

*(eYjk2Bgmjf…]hgjl]kgmn]jl]k \Yfkd]k]flj]hjak]kYjlakYfYd]k Mf]bgmjf…]¾hgjl]kgmn]jl]k¿\]k]flj]hjak]k YjlakYfYd]k]klgj_Yfak…]hgmjghlaeak]jdÌgja]flYlagf \]kb]mf]kn]jkd]ke…la]jk\]dYHj]ea†j]]flj]hjak] \]>jYf[]&D]k[`]^k\Ì]flj]hjak]kYjlakYfYd]kima ^gje]fl\…bmfYhhj]flagmima^gflhYjla]\mj…k]Ym \]k]flj]hjak]k¾9[[m]adImYdal…z_Ydal…¿k]kgfl egZadak…khgmjgmnjajd]mjkhgjl]k\]),`)0`]l hgmjY[[m]addajkYfk\aklaf[lagf$d]khmZda[kb]mf]k]l Y\mdl]k$`gee]k]l^]ee]k$gja]fl…kn]jkd]ke…la]jk \]dÌYjlakYfYlhYjdY;E9&

3

<z;GMNJ=RÀ

d ]k]flj]hjak]kegZadak…]k kmjooo&[eY%fagjl&^j

EYj\a)1eYjkÇ))`

AdkkÌ]f_Y_]flhgmjd]¾HY[chj‡l^afYf[]j¿ >Yngjak]jdÌY[[†kYm[j…\al\]k]flj]hjak]kYjlakYfYd]k$ [Ì]kldÌgZb][la^\m¾HY[chj‡lÕfYf[]j¿ima^YaldÌgZb]l \Ìmf]ka_fYlmj]\][gfn]flagf]flj]dY;`YeZj] j…_agfYd]\]ke…la]jk]l\]dÌYjlakYfYl]ldYKaY_a …lYZdakk]e]fl\][j…\al]lkg[a…l…\][Ymlagf emlm]dd]!&;]\akhgkala^[gfkakl]hjghgk]jYmp[`]^k \Ì]flj]hjak]YjlakYfYd]\]hj…k]fl]jYmhj†k\]d]mj gj_Yfake]ZYf[Yaj]dgjk\Ìmf]\]eYf\]\]hj‡l$ mf\gkka]j\ÌY[[gehY_f]e]flkgda\]]lÕfYdak… [gehj]fYflkaemdlYf…e]fld̅lm\]\]eYj[`…]ld] hj…nakagff]dj…Ydak…hYjdY;E9eYakYmkkadÌg^^j]\] _YjYfla]\]dYKaY_a&Mf_Yaf\]l]ehk]lmf]]^Õ[Y[al… []jlYaf]hgmjd]khj…l]f\YflkYm[j…\alZYf[Yaj]&

.

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M


[lmYdal…k

<]mp%K†nj]k MJE9

DÌ9E:ALAGF<=D9>GJE9LAGF LGML9MDGF?<=D9NA= ’Université régionale des métiers et de l’artisanat (Urma) est le cadre régional de l’organisation de l’offre de formations des CMA. Elle regroupe les huit campus des métiers des CMA de la Région et offre une large palette de formations de proximité et spécialisées tout au long de la vie. Avec l’Urma, l’objectif est d’apporter des réponses pertinentes aux besoins en compétences des entreprises artisanales et aux projets professionnels du plus grand nombre. Cela se traduit par la construction de parcours de formation individualisés et l’élaboration d’une offre de formations diversifiée vers les meilleurs niveaux de qualification, nécessaires aujourd’hui pour la conduite d’une entreprise artisanale. Ainsi, l’Urma propose un véritable « parcours de formation gagnant » permettant aux hommes et aux femmes de devenir salarié, chef d’entreprise artisanale, conjoint ou manager. Questions à Joël Godu, président de la Commission de la formation au sein de la CRMA…

D]Egf\]\]k9jlakYfk2Im]dk kgfld]kgZb][la^k\]dÌMjeY7 Joël Godu : L’Urma propose une offre de formation initiale et continue aux métiers de l’artisanat pour tout public, artisans, salariés, conjoints d’artisan,

#

jeunes, demandeurs d’emploi. Pour cela elle a la capacité de développer les filières de l’apprentissage vers l’enseignement supérieur par la mise en place de formations allant du CAP à la licence professionnelle. Mais elle permet aussi de conduire des projets de recherche et d’innovation, nécessaires pour garantir aux entreprises artisanales l’accès aux nouvelles technologies.

DE92ImÌ]kl%[]im]dÌMjeY Yhhgjl]\]hdmkYmphmZda[k \]k;E97 J.G. : L’Urma propose plus de 100 formations dans tous les secteurs professionnels de l’artisanat et dispose pour cela de plateaux techniques modernes et performants. Quel que soit son projet professionnel, toute personne doit trouver la formation qui répondra à ses besoins. À partir du positionnement des candidats, nous construisons des parcours « surmesure ». Autant dans l’apprentissage que dans la formation continue, l’Urma développe un dispositif pédagogique basé sur l’alternance entre l’entreprise et le centre de formation.

DE92Âim]dh`…fge†f] kY[j…Ylagfj…hgf\%]dd]7 J.G. : Si le parcours classique, apprenti, salarié puis chef d’entreprise artisanale,

DÌMjeY]fHgalgm%;`Yj]fl]k[Ì]klÀ

Hdmk\]*-(e…la]jkimaj…mfakk]flkYngaj%^Yaj]ljY\alagff]dk]ll][`fgdg_a]k\]hgafl] j…hYjlak]fhd]k\ÌY[lanal…&<]k^gjeYlagfkl][`faim]khgmjhj…hYj]j\]k\ahde]k \m;9HYm:LK]lYm:j]n]l\]eY‹ljak]%0[Yehmk\]ke…la]jk\gl…k\]hdYl]^gje]k l][`fgdg_aim]khgmj[`Yim]^ada†j]hjg^]kkagff]dd]2Ydae]flYlagf$`l]dd]ja]%j]klYmjYlagf$ Z€lae]fl$e…[Yfaim]YmlgegZad]$e…[Yfaim]Y_ja[gd]$hYj[k]lbYj\afk$k]jna[]kdYh]jkgff] [ga^^mj]$]kl`…laim]$n]fl]À!$Zgak$…f]j_a]k$e…la]jk\ÌYjl$]l[&Hj†k\]0Yhhj]flakkmj)(^gje…k \Yfkd]k[Yehmk\]ke…la]jk\]dÌMjeYljgmn]fljYha\]e]flmf]ehdga&

Af^g

3

HDMK<ÌAF>GK

;E90.

D

Bgˆd?g\m$hj…ka\]fl\]dY;geeakkagf\]dY ^gjeYlagfYmk]af\]dY;JE9&

reste prépondérant dans l’artisanat, de nouveaux schémas apparaissent et des évolutions se font sentir notamment avec l’arrivée de diplômés de l’enseignement supérieur. L’adaptation des cursus et la création de l’Urma relèvent de ces évolutions. Elle doit permettre de former les artisans de demain : d’excellents professionnels aptes à diriger une entreprise dans un monde en mouvement. Ainsi l’Urma fait partie intégrante d’une stratégie du réseau des CMA visant à développer les filières de formation de l’apprentissage jusqu’à l’enseignement supérieur.

DE92Im]dkkgfld]khYjl]fYjaYlk \…n]dghh…k7 J.G. : Pour proposer des formations de niveaux supérieurs aux étudiants des métiers, des partenariats ont été scellés avec l’université, l’IUT, mais aussi le Conservatoire national des arts et métiers. Pour vous donner un exemple, le Cema - « Compétences Entrepreneur des Métiers de l’Artisanat » - combine un titre professionnel de niveau III - équivalent à Bac + 2 - permettant de disposer de compétences managériales, à une formation technique validée par un CAP, un brevet technique ou un Bac Pro. Ces partenariats permettent ainsi de confirmer l’Urma comme un dispositif de haute qualification dans la formation professionnelle.

/

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


[lmYdal…k

<]mp%K†nj]k 9HHJ=FLAKK9?=

J=;JML=J;Ì=KLE9AFL=F9FL >gje]jmfYhhj]fla[Ì]klljYfke]llj]kgfkYngaj%^Yaj]]lYkkmj]jdÌYn]fajhjg^]kkagff]d\Ìmfb]mf]imaYmjYmf j]_Yj\f]m^kmjnglj]Y[lanal…&;]dYh]mlk]j…n…d]j‡lj]mfn…jalYZd]d]na]jhgmjd]\…n]dghh]e]fl\]nglj] ]flj]hjak]&Ad^Yml\gf[\†keYafl]fYflh]fk]j^gje]jdYj]d†n]&Hgmj[]dYdY;E9e]llgml]fÆmnj]hgmj ngmkYa\]j]lngmkY[[gehY_f]j\Yfkngk\…eYj[`]k\]j][jml]e]fl&

D

e renouvellement de la population artisanale passe par l’apprentissage qui reste la voie naturelle de l’insertion des actifs dans l’artisanat. L’alternance offre la possibilité de transmettre ses connaissances, que ce soit dans le cas du recrutement d’un futur collaborateur ou d’un candidat à la reprise de son entreprise. Pendant son apprentissage, le jeune que vous aurez recruté est en mesure de s’initier à la culture d’entreprise, aux différents savoir-faire et aux habitudes de travail.

Cette période d’adaptation nécessaire à tout nouvel employé est ici effectuée à moindre coût. En effet, avec les différentes aides régionales et les crédits d’impôts, le coût réel d’un apprenti est mineur.

FgmkYngfkd]kj…hgfk]k$hgk]r%fgmkd]kim]klagfk

9H;E9

DYJ…_agfHgalgm%;`Yj]fl]k]ldÌzlYlYhhgjl]fl d]mjkgmla]fYmp[`]^k\Ì]flj]hjak]k ]ldÌYhhj]flakkY_]

Vous avez un projet de recrutement, vous souhaitez connaître les différents contrats, les aides au recrutement, les formations ? Les développeurs de l’apprentissage de la CMA vous répondent et vous mettent en relation avec un conseiller.

D][]flj]\ÌYa\]dY\…[akagfÇmfgmladaf\akh]fkYZd] ;`]^k\Ì]flj]hjak]k$^Yal]k%fgmk[gffY‹lj]jYha\]e]flngk g^^j]k\ÌYhhj]flakkY_]&FgmkhgmjjgfkYafkal]f\j]n]jkmf gZb][la^2e]llj]d]Zgfb]mf]\Yfknglj]]flj]hjak]

3

3

;GFL9;L

#;gjaff]>Ym[`]jYm(.+/(0.0/-gm[&^Ym[`]j8[eY%fagjl&^j #F]ddqEYjgdd]YmYm(.+++(,00(gmf&eYjgdd]Ym8[eY%fagjl&^j

HDMK<ÌAF>GK

;]flj]\ÌYa\]dY\…[akagf2

Imga\]f]m^\Yfkd]k[Yehmk\]ke…la]jk7

;9HY_]flhgdqnYd]fl \]j]klYmjYlagf Fan]YmN! ;]\ahde]^gje]\]khjg^]kkagff]dk imYda^a…kima$kgmkdÌYmlgjal…\Ìmfj]khgfkY% Zd]$]p]j[]fld]mje…la]j\Yfkd]k…lYZdakk]% e]flk\]hjg\m[lagf[mdafYaj]gm\]\aklja% ZmlagfYdae]flYaj]&D]lalmdYaj]\Ìmf ;9HY_]flhgdqnYd]fl\]j]klYmjYlagfYkkm% j]\]kY[lanal…k\]hj…hYjYlagf$\ÌYkk]eZdY% _]]l\]eak]]fnYd]mj\]ke]lkkaehd]k]f j]kh][lYfld]k[gfka_f]k]ldYj…_d]e]flY%

0

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M

lagfj]dYlan]kdÌ`q_a†f]]ldYk…[mjal…& Ad[gfk]add]d][da]fl]ldmahj…k]fl]\]k hjg\malkhj‡lk[gfkgee]jkmjhdY[] gm]ehgjl]j&Adhjg[†\]…n]flm]dd]e]fl dÌ]f[Yakk]e]fl\]khj]klYlagfk&;]ll] ^gjeYlagfj…hgf\mfZ]kgaf\]k]flj]hja% k]k\]k]jna[]k\]j]klYmjYlagf[gdd][lan]$ \]fgmn]dd]k^gje]k\]j]klYmjYlagf [gee]j[aYd]]l\Ì]flj]hjak]k\]^YZja[Ylagf \]hdYl]Ymp[gf\alagff…kÀ

E]flagf[gehd…e]flYaj][makafa]j ]f\]kk]jlk\]j]klYmjYfl ;]\ahde]kÌY\j]kk]YmplalmdYaj]k\m ;9H[makaf]gm:H[makafa]j&Add]mjh]je]l \]hYjla[ah]jdY[gf[]hlagf]ldYj…YdakY%

lagf\Ì]flj]e]lk kYd…kgmkm[j…k$\] \]kk]jlk\]j]k% lYmjYfl$lgml]f ljYnYaddYflYmk]af \]dYZja_Y\]\] [makaf]&;]ll]^gjeYlagf]fmfYfj…hgf\ YmZ]kgaf\]kj]klYmjYl]mjkimakgm`Yal]fl Yngaj\Yfkd]mj…imah]\mh]jkgff]d \][makaf]gm\]h€lakk]ja]Yn][mf]\gmZd] [geh…l]f[]$dY[makaf]]ldY^YZja[Ylagf \]\]kk]jlk`Yml\]_Yee]& >glgdaY&[ge

DY;E9\]Fagjlgmnj]\]mpfgmn]dd]k k][lagfkdYj]flj…]hjg[`Yaf]&9afkaadk]jY hgkkaZd]$\†kk]hl]eZj]*()+$\]k]^gje]j Ym[Yehmk\]ke…la]jk\]Fagjl]f2

3

;GFL9;L

 d]@l]dd]ja]%j]klYmjYlagf%Bgk…>mkl]j H Ym(-,1++(/.(gmb&^mkl]j8[eY%fagjl&^j


9JLAK9F=LE9âLJ=9JLAK9F

<=E9F<=RNGLJ=LALJ= <=IM9DA>A;9LAGF D es qualités Artisan, Artisan d’art et les titres de Maître artisan, Maître artisan en métiers d’art, permettent d’affirmer votre identité d’entreprise artisanale, de promouvoir votre savoir-faire, votre expérience dans un métier et de valoriser votre qualification professionnelle. C’est aussi une assurance, pour la clientèle, d’avoir un produit ou un service de qualité auprès d’un professionnel dont les compétences sont reconnues dans son métier et dont l’activité répond aux exigences de la législation en vigueur. N’hésitez plus à en faire la demande.

3

J=FK=A?F=E=FL

 khY[][gfk]ad]flj]hjak]kYm(-,1// = **((

HgmjgZl]faj dYimYdal… ¾9jlakYf¿gm ¾9jlakYf\ÌYjl¿

HgmjgZl]faj d]lalj] ¾EY‹lj]YjlakYf¿ gm¾EY‹lj] YjlakYf]fe…la]jk\ÌYjl¿

Ces titres sont délivrés selon deux procédures :  Par le président de la CMA si vous avez obtenu un Brevet de maîtrise et si vous pouvez justifier de deux années d’expérience professionnelle en qualité de salarié ou de chef d’entreprise.  Par la Commission régionale des qualifications au titre des diplômes ou au titre de la grande notoriété. © Au titre des diplômes (trois conditions à remplir)  Être titulaire d’un diplôme admis en équivalence au brevet de maîtrise comme le brevet professionnel, le brevet d’enseignement industriel, le brevet de

La qualité « Artisan » est attribuée par le président de la CMA aux chefs d’entreprise justifiant :  soit d’un certificat d’aptitude professionnelle (CAP), d’un brevet d’enseignement professionnel (BEP) ou d’un titre équivalent dans le métier exercé ou dans un métier connexe ;  soit d’une immatriculation au répertoire des métiers depuis au moins six ans.

technicien, le brevet des métiers d’art, le baccalauréat professionnel ou technique ou technologique, le brevet de technicien supérieur, le diplôme universitaire de technologie, les diplômes ou titres d’ingénieur, tous les autres diplômes homologués au niveau IV ou à un niveau supérieur ou le titre de meilleur ouvrier de France.  Justifier de deux ans d’immatriculation au Répertoire des métiers.  Justifier de connaissances en gestion et en psychopédagogie. © Au titre de la grande notoriété (trois conditions à remplir)  Justifier de dix ans d’immatriculation au Répertoire des métiers.  Justifier d’un savoir-faire reconnu au titre de la promotion de l’artisanat.  Justifier de la participation à des actions de formation.

;E9/1

Mf]^gakYlljaZm…hYjdY[geeak% kagf$nglj]lalj]ngmkk]jYj]eak dÌg[[Ykagf\]dY[…j…egfa]\]k ¾LYd]flk\]dÌYjlakYfYl¿d].bmaf hjg[`Yaf&

Lalj]\]e]add]mjgmnja]j\]>jYf[]

DYhj]kla_a]mk]j…[geh]fk] Naljaf]\]dÌ]p[]dd]f[]hjg^]kkagff]dd] ]lkqeZgd]\]dY[geh…l]f[]$d] [gf[gmjk¾Mf\]ke]add]mjkgmnja]jk \]>jYf[]¿]klYmbgmj\Ì`mamfn…jalYZd] dYZ]d\]dYimYdal…^jYf„Yak]&AdYhgmj ng[Ylagf\]^Yaj][gffY‹lj]Ym_jYf\ hmZda[d]ljYnYad\]ke]add]mjkYjlakYfk ]lgmnja]jk&D]ke…la]jkj]hj…k]fl…k kgfllj†knYja…keYakYmljYn]jk\] lgmkkÌ]phjae]fldYhYkkagf$d]kkYngaj% ^Yaj]Yf[]kljYmp]ldÌaffgnYlagf& ;][gf[gmjk[gf\maldÌYlljaZmlagf\Ìmf

\ahde]\ÌzlYl[dYkk…fan]YmAAA :Y[#*!& Ad]klgmn]jl)+0[dYkk]kgme…la]jk j…hYjlak]f)1_jgmh]k\Yfkd]k\geYa% f]k\]dYj]klYmjYlagf$\]dÌ`l]dd]ja]$ \]dÌYdae]flYlagf$\mZ€lae]fl$\]dÌ`YZa% lYlagf$\]kkljm[lmj]ke…lYddaim]k$\] dÌaf\mklja]$\]dYl]jj]]l\mn]jj]$\m n‡l]e]fl$\]dYZabgml]ja]$\]kl][`fa% im]k\]hj…[akagf$\]dY_jYnmj]$\]dY [geemfa[Ylagf$\]dYemkaim]$\]kYfa% eYmp$\]dÌY_ja[mdlmj]$\m[gee]j[]]l \]kk]jna[]k&

HgmjhYjla[ah]jYm[gf[gmjk \Yfkd]k<]mp%K†nj]k2 ©‡lj]€_…\ÌYmegafk*+Yfk dY\Yl] daeal]\Ìafk[jahlagf! ©<Yl]daeal]\Ìafk[jahlagf2 +(k]hl]eZj]*()+

3

AFK;JAHLAGFK

L…d&2(.(),*+/,(

1

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


[lmYdal…k H9;L=HGMJDÌ9JLAK9F9L

D=K9LL=FL=K<MK=;L=MJ=FL=F<M=K AdjYkk]eZd]++d]na]jk\ÌY[lagfYmlgmj\]k]hl]fb]mpkljYl…_aim]k]laf[Yjf]¾mf]fgmn]dd]YeZalagf hgmjd]kYjlakYfk¿hgjl…]hYjd]_gmn]jf]e]fl&9ll]f\m]f\…[]eZj]$d]HY[l]hgmjdÌYjlakYfYlY^afYd]e]fl …l…\…ngad…d]*+bYfna]j\]jfa]j&Hgmjd]k][l]mj$d][gehl]q]kl$Ymegafk\Yfkd]kafl]flagfk& J]kl]hYkk]j\]dYhYjgd]YmpY[l]k&

K

atisfaction et vigilance : deux mots qui résument les réactions qui ont suivi la présentation du Pacte pour l’artisanat par Sylvia Pinel, ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, le 23 janvier dernier. L’APCMA et les chambres de métiers et de l’artisanat ont aussitôt réagi positivement, soulignant que ce plan d’actions « cible avec précision les

Af[al]jd]kb]mf]k kÌgja]fl]jn]jkd]k ^ada†j]k\]dÌYjlakYfYl ]kldÌmf\]k]fb]mp kljYl…_aim]\mHY[l] hgmjdÌYjlakYfYl&

leviers qu’il est indispensable d’actionner pour améliorer la compétitivité des entreprises artisanales dans cette période de mutation économique ». Se félicitant aussi qu’il « confirme l’analyse et les attentes des CMA » sur de nombreux points. L’ambiance est donc clairement au réchauffement entre le secteur et son ministère de tutelle. Satisfaites que le Pacte pour l’artisanat reprenne et souligne leurs préoccupations et celles de leurs ressortissants, l’APCMA et les CMA se montrent néanmoins attentives aux suites données à cette annonce, rappelant que « des dispositions nécessiteront d’être précisées, clarifiées puis traduites sur le plan législatif et réglementaire ». Même vigilance du côté de l’UPA, qui voit dans ces annonces « des orientations qu’il faudra concrétiser ». Si l’organisation syndicale reconnaît que « les 33 orientations répondent assez largement aux demandes formulées par les représentants du secteur », elle appelle à la poursuite de la concertation pour que ces dernières « offrent des réponses concrètes et rapides aux attentes des chefs d’entreprise de l’artisanat et du commerce de proximité » ; et exhorte une nouvelle fois le gouvernement à corriger « les distorsions de concurrence induites par le régime de l’auto-entrepreneur ».

<J

;gfn]j_]f[]\]hgaflk\]nm]

#

Af^g

)(

D]kk]hl]fb]mpkljYl…_aim]k\mHY[l]hgmjdÌYjlakYfYl )'Af[al]jd]kb]mf]kkÌgja]fl]jn]jkd]k^ada†j]k\]dÌYjlakYfYl]lj]f^gj[]jdÌYlljY[lanal…\][]ke…la]jk *'>Y[adal]jdYj]hjak]\Ì]flj]hjak]]ldYljYfkeakkagf\]kkYngaj%^Yaj] +'Hjgegmngajd]kkYngaj%^Yaj]]lhjgl…_]jd]khjg\m[lagfkdg[Yd]k ,'J]\…^afajd]klYlml\]dÌYjlakYf -'J…fgn]jd]jd]\]k[`YeZj]k\]e…la]jk]l\]dÌYjlakYfYl\YfkdÌY[[gehY_f]e]fl\]dÌ]flj]hjak] YjlakYfYd]lgmkd]kklY\]k\]kgf\…n]dghh]e]fl .'Kgml]fajd]k]flj]hjak]kYjlakYfYd]k\Yfkd]mjZ]kgaf\]^afYf[]e]fl /'<qfYeak]jdY[geh…lalanal…\]kYjlakYfk\Yfkmf]fnajgff]e]fl…[gfgeaim]]femlYlagf

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M

Reste que, sur le papier, les raisons de se réjouir sont nombreuses. Dès son préambule, le Pacte pour l’artisanat reconnaît le poids économique du secteur mais surtout ses enjeux et besoins spécifiques. Pour les CMA, cette convergence de points de vue sur « l’adaptation nécessaire de la politique économique aux entreprises artisanales » est un point positif. Et l’APCMA de rappeler qu’il faut notamment « cibler les politiques d’exportation et organiser les pratiques dans le domaine de la produc-


tion industrielle Âť. MĂŞme constat partagĂŠ en matière dâ&#x20AC;&#x2122;emploi. Ă&#x20AC; ce sujet, le Pacte prĂŠcise que ÂŤ lâ&#x20AC;&#x2122;objectif prioritaire est de favoriser le renouvellement des gĂŠnĂŠrations, Ă la fois pour les 30 000 entreprises artisanales qui cherchent un repreneur chaque annĂŠe et pour les 50 000 postes Ă  pourvoir annuels du secteur Âť. Une urgence qui, selon lâ&#x20AC;&#x2122;APCMA, implique ÂŤ la modification en profondeur de lâ&#x20AC;&#x2122;orientation en France Âť afin que les mĂŠtiers de lâ&#x20AC;&#x2122;artisanat soient mieux valorisĂŠs. Plusieurs pistes ĂŠvoquĂŠes pour amĂŠliorer lâ&#x20AC;&#x2122;environnement de lâ&#x20AC;&#x2122;entreprise artisanale et renforcer son attractivitĂŠ et sa compĂŠtitivitĂŠ sont encore saluĂŠes : la lutte contre le travail illĂŠgal, lâ&#x20AC;&#x2122;encouragement du regroupement pour lâ&#x20AC;&#x2122;accès aux marchĂŠs publics, le soutien aux pĂ´les dâ&#x20AC;&#x2122;innovation ou encore lâ&#x20AC;&#x2122;accès Ă  grande ĂŠchelle au statut dâ&#x20AC;&#x2122;EIRL afin de sĂŠcuriser le patrimoine financier de lâ&#x20AC;&#x2122;artisan. Satisfecit aussi sur la facilitation de lâ&#x20AC;&#x2122;accès au financement, la redĂŠfinition du statut de lâ&#x20AC;&#x2122;artisan et la reconnaissance de la qualification propre Ă  chaque mĂŠtier. Enfin, les CMA sont reconnues et renforcĂŠes dans leur rĂ´le dâ&#x20AC;&#x2122;interlocuteur privilĂŠgiĂŠ pour lâ&#x20AC;&#x2122;accompagnement des entreprises artisanales, Ă  tous les stades de leur dĂŠveloppement. De bon augure pour la poursuite dâ&#x20AC;&#x2122;un dialogue constructif entre le gouvernement et le secteurâ&#x20AC;Ś Christelle FĂŠnĂŠon

3

HDMK<Ă&#x152;AF>GK2

 ]HY[l]hgmjdĂ&#x152;YjlakYfYl]kl\akhgfaZd]kmj D ooo&][gfgea]&_gmn&^j

HdYfhgmjdYljÂ&#x2026;kgj]ja]\]k]flj]hjak]k <]ke]kmj]kZÂ&#x2026;fÂ&#x2026;Ă&#x2022;im]khgmjd]kYjlakYfk <]hmakd]+bYfna]j$GkÂ&#x2026;g$Ă&#x2022;daYd]\]dYfgmn]dd]:Yfim]HmZdaim] \Ă&#x152;Afn]klakk]e]fl :HA!$Yeak]fhdY[]mf^gf\kkhÂ&#x2026;[aĂ&#x2022;im]\] -((Ehgmj_YjYflajd]k[jÂ&#x2026;\alkY[[gj\Â&#x2026;khYjd]kZYfim]khjanÂ&#x2026;]k YmpLH=]lHE=&Kgfl[gf[]jfÂ&#x2026;kd]k[jÂ&#x2026;\alk\gfldY\mjÂ&#x2026;]fgjeYd] ]kl[gehjak]]flj]\]mp]lk]hlYfk$imagflhgmjgZb]l\]Ă&#x2022;fYf[]j dĂ&#x152;Ym_e]flYlagf\mZ]kgaf]f^gf\k\]jgmd]e]fl]l\][gfkgda\]j d]k[jÂ&#x2026;\alk[gmjll]je]]paklYflk&D]khjÂ&#x2021;lkh]jkgff]dkYmp \aja_]YflkhgmjjÂ&#x2026;Ydak]j\]kYhhgjlk]f^gf\khjghj]kdĂ&#x152;]flj]hja% k]$Yafkaim]d]kghÂ&#x2026;jYlagfk\][]kkagf%ZYadaeegZadaÂ&#x2020;j]kkgfl Â&#x2026;_Yd]e]flÂ&#x2026;da_aZd]k&D]k]flj]hjak]kYjlakYfYd]kaflÂ&#x2026;j]kkÂ&#x2026;]k h]mn]flkĂ&#x152;Y\j]kk]j\aj][l]e]fld]mjZYfim]$imak]j]lgmjf]jY n]jkGkÂ&#x2026;ghgmjZÂ&#x2026;fÂ&#x2026;Ă&#x2022;[a]j\][]ll]fgmn]dd]_YjYfla]& DYljÂ&#x2026;kgj]ja]Â&#x2026;lYfldĂ&#x152;mf]\]khj]eaÂ&#x2020;j]khjÂ&#x2026;g[[mhYlagfk\]k[`]^k \Ă&#x152;]flj]hjak]]f[]\Â&#x2026;Zml\Ă&#x152;YffÂ&#x2026;]*()+$[]ll]e]kmj]]klYjjanÂ&#x2026;] hgaflfgeeÂ&#x2026;&=dd]na]fl\Ă&#x152;Â&#x2021;lj][gehdÂ&#x2026;lÂ&#x2026;]hYjd]?gmn]jf]e]fl& Ha]jj]Egk[gna[a$eafaklj]\]dĂ&#x152;z[gfgea]]l\]k>afYf[]k$Y]f]^^]l \Â&#x2026;lYaddÂ&#x2026;d].^Â&#x2026;nja]jmfhdYfhgmjdYljÂ&#x2026;kgj]ja]\]k]flj]hjak]k& ;]dma%[a[aZd]hYjla[mdaÂ&#x2020;j]e]fld]kLH=]ld]kHE=$^jY_adakÂ&#x2026;]khYj d]jYd]flakk]e]flÂ&#x2026;[gfgeaim]]l\]k\Â&#x2026;dYak\]hYa]e]flÂ&#x2026;d]nÂ&#x2026;k$ jÂ&#x2026;hgf\YflYafkaYmpYll]fl]k^gjemdÂ&#x2026;]khYjdĂ&#x152;9H;E9]ld]k;E9& D]?gmn]jf]e]flkgm`Yal]fglYee]fl^Yngjak]jd]j][gmjk dĂ&#x152;Y^^Y[lmjY_]mf[gÂ&#x2022;l[gehÂ&#x2026;lala^hgmjd]kh]lal]k]flj]hjak]k& AdhjÂ&#x2026;ngalYmkka\Ă&#x152;Ya\]jd]k[gdd][lanalÂ&#x2026;kdg[Yd]k$hjaf[ahYmp \gff]mjk\Ă&#x152;gj\j]k\]k]flj]hjak]kYjlakYfYd]k$jY[[gmj[aj d]mjk\Â&#x2026;dYak\]hYa]e]flhYjmf]kaehdaĂ&#x2022;[Ylagf\]khjg[Â&#x2026;\mj]k&

3

;GFL9;L2

 dmk\Ă&#x152;af^gkkmjdY_YjYfla]\]k[jÂ&#x2026;\alk\]ljÂ&#x2026;kgj]ja] H kmjooo&gk]g&^j

))

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


z [dYajY_]<]mp%K†nj]k

>glgdaY&[ge

LjY\alagf$Y[imakalagf\]l][`faim]k Yf[]kljYd]k]lkYngaj%^Yaj]$dÌYjlakYfYl \]ke…lYmp]klZa]fhdmkim][]dY& D]kfgmn]dd]ke…l`g\]k\]ljYnYad$ d]k[gddYZgjYlagfkkmj\]kj][`]j[`]k ]ph…jae]flYd]kYddaYfll][`faim]k \Ì`a]j$\ÌYmbgmj\Ì`ma]l\]\]eYaf$]l d]k[gfljYafl]k]fnajgff]e]flYd]k$ hjgmn]flim][]k][l]mj…ngdm]&

MFAIM==F>J9F;=

D]hd]\ÌaffgnYlagfljYnYad \]ke…lYmp]f^]madd]

H

ponsable du pôle d’innovation du travail des métaux. Des études orientées sur la conception de produits, sur les méthodes de fabrication/production et diverses expériences professionnelles dans l’industrie (bureau d’études mécaniques) et la distribution, lui permettent de prendre en charge et de faire évoluer le pôle.

our permettre aux entreprises artisanales des métaux de suivre les évolutions et de développer leurs outils de travail, le pôle d’innovation des métaux en feuille, labellisé en 1997, leur apporte appui technique et transfert de technologies. Pierrick Secher, son responsable depuis février dernier, répond à nos questions.

Pierrick Secher, diplômé en Master et DUT en génie mécanique et res-

;E9/1

Ljgakim]klagfkÀ Ha]jja[cK][`]j Ha]jja[cK][`]j$j]khgfkYZd]\mhd] \ÌaffgnYlagf\mljYnYad\]ke…lYmp&

M FHæD=$IM9LJ=EAKKAGFK #<a^^mk]jd]kaf^gjeYlagfkda…]kYmpaffgnYlagfk]lYmp[gffYakkYf[]kfgmn]dd]k D]llj]\Ìaf^gjeYlagf$_ma\]kl][`faim]k$gj_YfakYlagf\]bgmjf…]kl][`faim]k$…dYZgjYlagf \]khYj[gmjk\]^gjeYlagf]lYfaeYlagf\Ìmfkal]\]n]add]l][`fgdg_a]ooo&na_a]%lh]&f]l #9kkmj]jdYdaYakgfYn][d]k[]flj]k\][geh…l]f[]k mfan]jkal…k$[]flj]kl][`faim]k$ _jYf\]k…[gd]k! 9\YhlYlagf$ljYfk^]jl\]kl][`fgdg_a]khj…k]fl]k\Yfkd]k_jYf\]k]legq]ff]k]flj]hjak]kn]jk d]kh]lal]k]flj]hjak]k]lkmana\]k\a^^a[mdl…kj]f[gflj…]khYjd]kh]lal]kkljm[lmj]kn]jkd]k[]flj]k \][geh…l]f[]k& #J][`]j[`]j\]kkgdmlagfkY\Yhl…]kYmph]lal]k]llj†kh]lal]k]flj]hjak]k LH=! 9\YhlYlagf\]khjg[…\…k$\]ke…l`g\]k]l\]kegq]fkl][`faim]kYmph]lal]k]flj]hjak]k& J…YdakYlagf\̅lm\]kk][lgja]dd]k]ll][`faim]kkmjd̅ngdmlagf\]ke…la]jk]lkmjdÌY\YhlYlagf \]k[geh…l]f[]k& #9hhgjl]jmf]YkkaklYf[]\aj][l]Ymp]flj]hjak]k 9a\]dY[gf[]hlagf\]hjg\malkgmdYj…YdakYlagf\]hjglglqh]k$…lm\]\]^YakYZadal…\Ìmfhjgb]l$ eak]\akhgkalagfgmhj‡l\]eYl…ja]d$YfYdqk]k$l]klk]l[gfljd]k\]kkgm\mj]k]l\]keYl…jaYmp&

)*

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M

DE92Im]dd]kkgfl d]khj]klYlagfk\mhd]7 Pierrick Secher : En tant que centre de transfert de technologies, nous réalisons un certain nombre de prestations pour les entreprises. Cela porte sur l’assistance technique au projet d’innovation, sur l’intégration de la conception et fabrication assistée par ordinateur (CFAO), sur des essais, des analyses et du contrôle des soudures. Nous mettons à disposition un parc de machines adaptées à la transformation des métaux en feuille et au soudage. Nous réalisons des prototypes et nous nous assurons de leur faisabilité. Enfin, nous organisons des formations destinées aux chefs d’entreprises et aux salariés en partenariat avec le pôle formation,


Mfj…k]YmYmk]jna[]\]kYjlakYfk ;j……]f)11)hYjd]eafakl†j]\]kH]lal]k]lEgq]ff]k=flj]hjak]k$\m;gee]j[]]l \]dÌ9jlakYfYl$d]dYZ]d¾Hd]\ÌaffgnYlagf\]dÌYjlakYfYl¿]klYlljaZm…\]k]flal…k imakÌ]f_Y_]flkgml]fajd]k]flj]hjak]k\]\ae]fkagfYjlakYfYd]\Yfkd]\geYaf] \]dÌaffgnYlagf]l\mljYfk^]jl\]l][`fgdg_a]&

entreprises artisanales du secteur des métaux en région et en France.

#DÌ`q_a†f]\Yfkd]ke…la]jk \]dÌYdae]flYlagf DY;E9/1$dY;;A]ldY ;geemfYml…\Ì9__dge…jYlagf \]Fagjl ;9F!gj_Yfak]fl mf]j…mfagf\Ìaf^gjeYlagf kmjd]l`†e]\]dÌ`q_a†f] Ydae]flYaj]d]dmf\a))eYjk )0`$dYh…hafa†j]\Ì]flj]hjak] \]Fgjgf$+jm]9j[`ae†\] Fagjl&Ngmk^YZjaim]r gmngmk[gee]j[aYdak]r \]khjg\malkgm\]k\]fj…]k Ydae]flYaj]k7;]ll]j…mfagf YhgmjgZb][la^\]ngmk hj…k]fl]jd]ke]kmj]k \ÌY[[gehY_f]e]fl\Yfk d]k\…eYj[`]k\]eak]]f [gf^gjeal…\]ngkhjYlaim]k ]l\]nglj]]fnajgff]e]fl \]ljYnYad]feYla†j]\Ì`q_a†f]&

DE92Im]dkkgfld]khjgb]lk \mhd]\ÌaffgnYlagf7

3

=f>jYf[]%*)hd]k\ÌaffgnYlagf$.l`…eYlaim]kj…hYjla]kkmjd]l]jjalgaj]^jYf„Yak& @YZalYl]l\…n]dghh]e]fl\mjYZd] 9jlk]lhYljaegaf] 9dae]flYlagf]lfmljalagf KYfl…$k…[mjal…]lYmlgfgea] Hjg\m[lagf]lgj_YfakYlagf L][`fgdg_a]kfme…jaim]k]lLA; Hgkalagff…k[gee]afl]jdg[ml]mjk\]k\a^^…j]flkhYjl]fYaj]kl][`faim]k]l afklalmlagff]dkkmk[]hlaZd]k\][ggh…j]jYn][d]k][l]mj\]dÌYjlakYfYl$adkYhhgjl]fl Ymph]lal]k]flj]hjak]kmf]nm]\Ì]fk]eZd]\]k…ngdmlagfk]fl]je]k\]l][`fgdg_a]$ \]e…l`g\]k$\]j…_d]e]flYlagf]l\]eYj[`…k]dgfd]mjkh…[aYdal…&=fdaYakgfYn][ d]kj…k]Ymp\ÌY[[gehY_f]e]fl[gfkmdYaj]k]lhjg^]kkagff]dk$adkbgm]flmfjd] \…l]jeafYfl\Ìafl]j^Y[]&;]kkljm[lmj]k$ng[YlagffYlagfYd]kgflY\gkk…]kmf] hjg^]kkagfgmmf]l][`fgdg_a]&D]hd]\ÌaffgnYlagf¾LjYnYad\]ke…lYmp]f ^]madd]¿\]dY;E9/1]klj…h]jlgja…kgmkdYl`…eYlaim]hjg\m[lagf]lgj_YfakYlagf&

DE92Kmjim]dklqh]k \]j…YdakYlagfkd]hd] \ÌaffgnYlagf]kl%adafl]jn]fm bmkimÌhj…k]fl7 P.S. : Les projets sont très variés et permettent aux entreprises du secteur des métaux de répondre à des demandes de fabricants d’équipements pour l’élevage et l’industrie, pour l’artisanat du bâtiment métallique ainsi que l’industrie mécanique. Nous avons notamment fait des plans et dossiers techniques pour une table de soins, une recherche d’antériorité et réalisation de plans pour un broyeur de fanes de melons, la réorganisation complète d’ateliers de construction métallique mais aussi l’étude complète pour la création d’un chariot filoguidé pour l’alimentation des chèvres ou encore la création de sites de veille par Internet. La diversité des projets renforce jour après jour le champ d’application de nos compétences. C’est une vraie richesse pour notre pôle mais aussi un outil unique pour les

P.S. : Dans le cadre d’une convention avec le ministère de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, le pôle a lancé en 2012, le développement de plusieurs projets d’actions destinées aux petites entreprises du secteur des métaux : Devimetal, un outil d’aide à la décision pour choisir le meilleur prix de revient et ainsi décrocher un marché ; Soud’Expert, un système d’aide au soudage qui sera développé avec le Centre technique des industries de la mécanique ; mais aussi l’accompagnement des projets d’innovation des entreprises, la diffusion des informations sur la réglementation, les normes et les technologies sur notre site de veille vigie-tpe.net, accessible gratuitement à toutes les entreprises par une simple inscription en ligne. D’autres projets, menés en collaboration avec des centres de compétences régionaux et nationaux et en cours de mise au point seront lancés prochainement : le soudage laser, design et éco-conception et l’opération Eurocodes 3.

HGMJ=FK9NGAJHDMK

 E9/1 ; L…d&2(-,1//**((% [eY/18[eY%fagjl&^j

#Fgmn]Ymp\aja_]Yflk \m:g[Y_]Zj]kkmajYak2 \]kYl]da]jkhgmjZggkl]j nglj]]flj]hjak] Hjg^al]r\]keg\md]k \]^gjeYlagf]l\] k]fkaZadakYlagf[gmjlk$hjYlaim]k ]l_jYlmalk\]*`]mj]khjghgk…k$ hYjdY;E9$dY;;A]ld]HYqk \m:g[Y_]Zj]kkmajYak& ¾KÌafala]jYmO]ZeYjc]laf_¿$ [Ì]kld]l`†e]\]dYhjg[`Yaf] ^gjeYlagfimaYmjYda]m d]dmf\a)0eYjk\])0`*(` dÌYfl]ff];E9';;A% *))$Zgmd]nYj\\]Hgala]jk :j]kkmaj]&

3

HGMJ=FK9NGAJHDMK

 E9/1 ; L…d&2(-,10)*.*.% Z&\]dZYf[ml8[eY%fagjl&^j

3

;GFL9;L

 d]\ÌaffgnYlagfljYnYad H \]ke…lYmp]f^]madd] ;Yehmk\]ke…la]jk\]HYjl`]fYq L…d&2(-,1/)*1*1 ooo&ae]lYmp&f]l

>glgdaY&[ge

métiers des métaux, du Campus des métiers de Parthenay. Tous ces services sont possibles grâce à des moyens performants. Nous disposons d’une plateforme CFAO équipée de huit postes de dessin et conception assistée par ordinateur, de logiciels adaptés mais aussi d’ateliers tôlerie, métallerie, soudage et d’un laboratoire de métallurgie et de contrôle des soudures.

= F:J=>À KMJD=KL=JJALGAJ=K

)+

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


KLQD=

\]na]

:gmdYf_]j%h€lakka]j$]kl`…la[a]ff]gmeY„gf2 adkgflmfhgafl[geemf&;]dma\ÌYngaj_jYnad]k …[`]dgfkkg[aYmpjYha\]e]fl$_j€[]mf]^gjeYlagf kgda\]]lmf]ngdgfl…lgml]…hj]mn]&Mf]Yk[]fkagf hYj^gakh…jadd]mk]$eYaklgmbgmjkkgmj[]\]^a]jl… hgmj[]kb]mf]k[`]^k\Ì]flj]hjak]YjlakYfYd]&

;]kYjlakYfkimagflhjak dÌYk[]fk]mjkg[aYd DYmj]flD]\gmp$*,Yfk$Ygmn]jlkYZgmdYf_]ja] adqYljgakYfk a[a$dgjk\]dYj]eak]\]kgfhjap B]mf]LYd]fl\]dÌGak]!&

H`glgk2<J

A

l y a 3 ans, Laurent Ledoux, 24 ans aujourd’hui, ouvre une boulangerie à Berthecourt (Oise). Ses lettres de noblesse, des chiffres : 7 ans d’apprentissage, 5 patrons, 2 CAP (boulanger et pâtissier), 1 mention complémentaire en pâtisserie et 1 brevet technique des métiers pâtissier. C’est une opportunité qui décide le jeune homme, « fougueux et ambitieux », à voler de ses propres ailes. Suite au départ du boulanger en 2005, la commune de Berthecourt décide de préempter le bâtiment pour reconstruire la boutique. C’est finalement la SA HLM de l’Oise qui rachète les lieux. « J’ai loué le local brut et tout recréé, résume Laurent. Le Conseil général m’a attribué une subvention pour m’aider dans ma démarche de création d’entreprise et d’emploi. D’emploi, parce j’ai embauché mon épouse, Aurélie. » Avec le recul, Laurent reconnaît s’être peut-être précipité. « Mais c’est cette précipitation qui contribue à me forger », dit-il. « Créer une entreprise à mon âge, ça fait joli, mais c’est très difficile. Ma formation la plus dure a été celle de patron. Arriver comme ça dans le monde de la finance et des affaires… Il faut se donner, se faire connaître pour que ça tourne comme on veut. Surtout en milieu rural. Heureusement, mon BTM m’a donné quelques outils pour la gestion. »

! ¾HYljgf$d̅[gd]\]dYna]¿ Et Laurent d’assurer : « Patron, c’est l’école de la vie ». Le jeune homme emploie deux salariées, dont l’une à mi-temps. Son épouse est actuellement en congé maternité. « J’ai deux enfants en bas âge. Il faut pouvoir assurer sur tous les fronts. » Le jeune chef d’entreprise forme aussi un apprenti. « C’est peut-être ça, le plus difficile, confie-t-il. Être psychologue et pédagogue. Rester calme quand la fatigue monte. » Laurent se sert de sa formation pour être un bon patron. « J’essaie de ne pas reproduire les erreurs que mes patrons ont pu faire

¾;Ì]klh]ml%‡lj]„Y$d]hdmk\a^^a[ad]$ ‡lj]hkq[`gdg_m]]lh…\Y_g_m]¿$ kgmda_f]DYmj]fl<]\gmp& ),

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M

avec moi. C’est un peu compliqué de se faire respecter quand on a peu de différence d’âge. Je veille au vouvoiement, tout en créant une ambiance de travail agréable. » Lauréat du 2 e prix départemental de la Meilleure baguette et du titre de Jeune Talent de l’Oise (récompensé de 10 000 €), grâce à son projet de cours de pâtisserie à domicile, Laurent savoure son succès et ne compte pas s’arrêter là. « J’aimerais m’installer en ville. Revendre mon commerce pour en acquérir un plus gros, et ainsi de suite. » Malgré les obstacles qu’il a pu rencontrer, ce jeune artisan est fier de son parcours. « Je suis dans un boulot où il y a toujours du travail, où on peut encore former des jeunes. » À ceux-ci, il conseille de ne pas ménager leur peine, « parce qu’il y aura toujours une récompense ».


L @A=JJQ?MADDGF$;@9M<JGFFA=JLMQ9ML=MJ ¾Hj]f\j]\]kjakim]kimYf\gf]klb]mf]¿

HgmjL`a]jjq?maddgf$[`Ym\jgffa]jlmqYml]mj]l…dm\]dY ;JE9\]@Yml]%FgjeYf\a]\]hmakg[lgZj]*()($¾ea]mp nYml‡lj]mfb]mf][`]^\Ì]flj]hjak]¿&¾D]kjakim]kkgfl egafk\mjkimYf\gf]klb]mf]&GffÌYhYk^gj[…e]fl\]na] \]^Yeadd]$\…n]dghh]%l%ad&;Ì]klhdmk\a^^a[ad]imYf\dYna]k] [gfkljmal&=le‡e]kagf…[`gm]$[Ì]klmf]]ph…ja]f[]\gfl gfhgmjjYlgmbgmjkk]k]jnaj&¿=flj…dÌz[gd]\]kEgmkk]k )-Yfk$L`a]jjq?maddgfhYkk])0Yfk\YfkdYEYjaf]$ k]kh…[aYdakYfl\YfkdY_m]jj]…d][ljgfaim]&Hgmj\]k jYakgfk^YeadaYd]k$adimall]dYEYjaf]$j]flj]]fFgjeYf\a] [`]rk]khYj]flk]l\]na]fl\aj][l]mj\]hjg\m[lagf\Yfk mf]]flj]hjak]\]e…lYddmj_a]$¾imÌadj…gj_Yfak][gee]kmj

mfZYl]Ym¿&Â,)Yfk$ad^gf\]kgf]flj]hjak]$d]k9l]da]jk L][`fae…lYd&¾Ýlj][`]^\Ì]flj]hjak]$[Ì]klkgm^^jajeYak Yhhj…[a]j\]kgm^^jaj$hdYakYfl]%l%ad&D]khj]ea†j]kYff…]k kgfllj†k\a^^a[ad]k&Ad^YmllgmlYhhj]f\j]&=ladf]^YmlhYk ^Yaj]fÌaehgjl]imga$hYj[]im]dÌgfe]lkYna]]l[]dd]\] kY^Yeadd]]fh…jad&¿L`a]jjq?maddgfkÌ]flgmj]\Ìmf]…imah] imYda^a…]$imadmah]je]lYmbgmj\Ì`ma\]ka…_]jdY;JE9 hgmj¾^Yaj]Zgm_]jd]k[`gk]k\Ìmf]eYfa†j][gdd][lan]¿& ¾<Yfkegf]flj]hjak]$b]^gje]\]kYhhj]flak]lbÌYa kgmn]fl\]kklY_aYaj]k&B]kmaklj†kYllY[`…„Y& B]fÌYaimÌmf[gfk]adYmpb]mf]kiman]md]flk]dYf[]j2 kgq]rZa]f]f[Y\j…k$Za]f[gfk]add…k&¿

« Il faut faire ce métier parce qu’on en est amoureux. Pas parce que les autres nous jugent trop mauvais pour la filière générale ! »

! ¾Adf]^YmlhYkYngajh]mj¿ Esthéticienne à Marseille, Virginie Martorell, 32 ans, a été orientée vers un BEP secrétariat. « Quand on m’a dit que l’esthétique était une voie bouchée, j’ai écouté », explique-t-elle. Passionnée malgré tout, la jeune femme, « fascinée par une mère et une grand-mère qui aiment se maquiller », décide finalement de passer un CAP esthétique/cosmétique, puis un brevet professionnel. Et trouve un emploi dans un salon de coiffure de Marseille. Elle y restera 8 ans. « J’ai eu une petite fille. Quand j’ai repris letravail, j’ai dit à mon patron que je n’allais pas rester, que je souhaitais m’installer à mon compte. C’est là qu’il m’a proposé de nous associer et de lancer ensemble un deuxième salon de coiffure et d’esthétique. » Pour la jeune femme, qui ne « souhaitait pas rester employée toute sa vie », c’est une aubaine. « C’est rassurant de commencer avec quelqu’un qui connaît le métier ! » Gérante du deuxième salon, elle a pris plaisir à en réaliser la décoration. « C’est mon autre bébé ! », sourit-elle. Virginie emploie deux coiffeuses. Une casquette qui ne lui fait pas peur. « Je pense que les mauvaises expériences sont très utiles dans ce cas. Je sais quel chef je veux être, et quel chef je ne veux pas être ! » Pour la jeune Marseillaise, « l’artisanat, on l’a ou on ne l’a pas ». « Il ne faut pas avoir

Dm\gna[J]fYj\$*.Yfk$\aja_]mf]]flj]hjak] \]eY„gff]ja]\]hmak*()(&

Naj_afa]EYjlgj]dd$+*Yfk$[g%_…jYfl] \ÌmfkYdgf\][ga^^mj]]l\Ì]kl`…laim]&

peur et avoir confiance en ses compétences. »

de 3 000 € dans le cadre du Fidarco (Fonds d’intervention départemental de soutien à l’artisanat et au commerce) et d’un prêt d’honneur grâce au dispositif Aisne Initiative. Il est conseillé par son ancien patron et aidé par son épouse Aurore, qui gère le côté administratif de l’entreprise. « En CFA, on apprend pas mal de choses qui permettent de se lancer en tant que chef d’entreprise », remarque Ludovic. Qui confie n’avoir appréhendé qu’une seule chose : « perdre la confiance des clients ». « L’équipe, je la connaissais, alors je ne craignais pas de la diriger. » L’année dernière, Ludovic a été sacré Meilleur jeune créateur d’entreprise dans le cadre du Challenge de la création d’entreprise, organisé par la METS sur le territoire de six communautés de communes. Une belle réussite pour celui qui encourage les jeunes à suivre son exemple : « Dans le bâtiment, il y a toujours du travail. Il ne faut pas hésiter à se lancer ! » Marjolaine Desmartin

! DÌYhhj]flakkY_]

hYj[`gap

Si Ludovic Renard, chef d’entreprise à Dizy-le-Gros (Aisne) a choisi la voie de l’apprentissage après ses années collège, c’est parce que « les métiers manuels [lui] plaisaient et que l’artisanat permettait d’accéder plus rapidement au monde du travail. ». Il intègre alors le CFA de Laon, fait ses premières armes au sein d’une entreprise locale et décroche deux CAP, maçon et carreleur. En juin 2010, son patron lui transmet le flambeau de son entreprise. « Devenir chef était un souhait. Là, je partais avec un fichier clients. J’étais bien aidé », sourit le jeune entrepreneur de 26 ans. Soutenu par la METS (Maison des entreprises de Thiérache et de la Serre, en contact avec les chambres consulaires et les organismes sociaux et économiques), Ludovic bénéficie d’une subvention

)-

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


z [dYajY_]<]mp%K†nj]k

;E9/1

>gaj]phg\]Fagjl]lbgmjf…]k ]mjgh…]ff]k\]ke…la]jk\ÌYjl$ \]mpg[[Ykagfk\]kÌ]phjae]j hgmjd]khjg^]kkagff]dk&

D]kege]flk^gjlk \]dÌYjlakYfYl\ÌYjl]f*()+ <m-Ym/Ynjad%bgmjf…]k]mjgh…]ff]k \]ke…la]jk\ÌYjl

L

rois jours pour découvrir des talents extraordinaires et de nouvelles créations. Dans les Deux-Sèvres, les Journées européennes des métiers d’art sont une occasion exceptionnelle de découvrir un grand nombre de métiers d’art et la passion des professionnels ! Entrer dans leurs ateliers, les regarder transformer la matière, les écouter parler de leur parcours et de leur métier, comprendre les enjeux d’une fabri-

cation qui par nature n’est pas délocalisable, toucher du doigt cette passion qui les anime sont des moments forts et inoubliables. Le public est invité à entrer dans les coulisses des métiers d’art et à franchir la porte des ateliers sur les territoires.

scénographe » animée par Marcelle Godefroid, décoratrice et scénographe Niortaise. Elle a travaillé pour le cinéma, le théâtre, l’opéra, les musées… et elle raconte son parcours autour d’un métier alliant technique et création.

9mhjg_jYee]À

3

Musée Bernard d’Agesci de Niort vendredi 5 avril de 18h30 à 20h Conférence-débat sur « le métier de

<m*/YnjadYm-eYa%dÌ]khY[]lgmjake] ]le…la]jk\ÌYjldY>gaj]phg\]Fagjl

z

béniste, tailleur de pierre, photographe, émailleur, horloger, créateur de bijoux, ferronnier, verrier et bien d’autres encore vont présenter leurs créations. Tout au long de la semaine, le public pourra assister à des démonstrations artisanales inspirées par le thème de cette 85 e édition, « Plongez au cœur du Rugby avec l’Australie ». Également, fidèles à ce rendez-vous annuel, les

).

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M

artisans boulangers fabriqueront, pains, viennoiseries et spécialités locales pour le plus grand plaisir des visiteurs. Vous êtes artisan ou artisan d’art ? Vous souhaitez participer et demander un stand sur l’espace tourisme et métiers d’art.

3

;GFL9;L

 ]jna[][geemfa[Ylagf K Ym(-,1//**(,gm[gee8[eY%fagjl&^j

HDMK<ÌAF>GK

L gmld]hjg_jYee]\]keYfa^]klYlagfk ]ldYdakl]\]kYl]da]jkgmn]jlk \Yfkd]k<]mp%K†nj]k2 ooo&bgmjf]]k\]ke]la]jk\Yjl&]m


             

  $ " $ $     $ $!   $ !$  !!$!!  $  $ $   $$ 

$ !$ $$  $ $ $$ $$ $ $  $!!  $ $$ # $   !   $ $   $!  $# $ $$#$ $ $ $ ! $ #   $

Offre spĂŠciale jusquâ&#x20AC;&#x2122;au 30 avril 2013

- 20 % pendant 3 mois* > RĂŠaliser une simulation en ligne et calculer vos remboursements sur professionnels.societegenerale.fr ou en flashant ce QR code

Document publicitaire sans valeur contractuelle. * 20 % de rĂŠduction sur les cotisations des 3 premiers mois pour toute adhĂŠsion Ă La ComplĂŠmentaire SantĂŠ SociĂŠtĂŠ GĂŠnĂŠrale. Contrat dâ&#x20AC;&#x2122;assurance collective Ă  adhĂŠsion facultative souscrit par lâ&#x20AC;&#x2122;Association APOGEE auprès de SOGECAP, compagnie dâ&#x20AC;&#x2122;assurance sur la vie et de capitalisation rĂŠgie par le Code des Assurances. Ce contrat est prĂŠsentĂŠ par SociĂŠtĂŠ GĂŠnĂŠrale, en sa qualitĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;intermĂŠdiaire en assurances, immatriculation ORIAS n° 07 022 493. SociĂŠtĂŠ GĂŠnĂŠrale. S.A. au capital de 975 341 533,75 â&#x201A;Ź. Siège social : 29, boulevard Haussmann, 75009 Paris 552 120 222 RCS Paris.


z [dYajY_]Mfk][l]mjdYdgmh]

H`glgk2 L&@mZ]jl

=p]ehd]\]ha†[]e…lYddaim]+< hjg\mal]hYjHgdq%K`Yh]\Yfk d]\geYaf]\]dYj][gfkljm[lagf eYpaddg%^Y[aYd]&

KGMK%LJ9AL9F;=

DÌYjlakYfYl2hada]j \megf\]af\mklja]d Adk^YZjaim]fl\]kha†[]khgmj<YkkYmdl9naYlagf$\]kgZb]lk\]\…[gjYlagfl]f\Yf[]$ \]ke€lmj]khgmjd]kfYnaj]keadalYaj]k\]dYEYjaf]fYlagfYd]gm\]khjglglqh]k hgmjd]k[gfkljm[l]mjkYmlgegZad]k&D]mjk[gf[mjj]flkkgflEmfa[`gmK`]fr]f$ eYakdY[gf^aYf[]im]d]mjY[[gj\]fld]mjk[da]flkd]mjYh]jeak\]ljYn]jk]jdY[jak] kYfkljgh\]\geeY_]k&;]kgfld]k)-(((YjlakYfk^jYf„Yakkgmk%ljYalYflk\] dÌaf\mklja]$imana]ff]fl\]^Yaj]dÌgZb]l\Ìmf]…lm\]Yhhjg^gf\a]\]dÌAfklalml kmh…ja]mj\]ke…la]jk$dY\]eYf\]\]dÌ9kk]eZd…]h]jeYf]fl]\]k;E9& Dossier réalisé par Thomas Hubert

;’

¾

est un sujet sur lequel on ne savait rien. La dernière étude datait de 1982 ! », constate d’emblée Catherine Élie, directrice du développement économique à l’Institut supérieur des métiers et auteur de l’étude « L’artisanat de sous-traitance industrielle »*. Et pourtant, lorsque les grands groupes industriels font appel à d’autres entreprises pour réaliser des opérations qu’ils ne peuvent

)0

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M

assurer en interne dans les métiers des métaux, du plastique, du cuir ou de l’électronique, ils font face à un secteur de l’économie française dans lequel trois entreprises sur quatre sont artisanales. Avec 5,5 salariés en moyenne, les entreprises artisanales représentent un quart des emplois et 15 % du chiffre d’affaires global de la soustraitance industrielle nationale. Et tandis que la France ne cesse de se

lamenter sur sa désindustrialisation, les artisans installés principalement dans les bassins historiques de Rhône-Alpes, du Nord-Est et de l’arrière-pays de Saint-Nazaire ainsi qu’en région parisienne affichent une remarquable stabilité. « Ces entreprises sont d’abord appréciées pour leurs compétences, explique Catherine Élie. Mais aujourd’hui, l’industrie est organisée en «juste à temps» et leur réactivité est aussi


:]kgaf\]jÂ&#x2026;Y[lanalÂ&#x2026; MĂŞme son de cloche du cĂ´tĂŠ des industriels. Jean-Pierre Rivard, prĂŠsident de la Compagnie des dirigeants et acheteurs de France (CDAF) pour lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x17D;le-de-France, rappelle que le prix nâ&#x20AC;&#x2122;est pas le seul composant du ÂŤ coĂťt global Âť sur lequel est rivĂŠ lâ&#x20AC;&#x2122;Ĺ&#x201C;il des services achats des donneurs dâ&#x20AC;&#x2122;ordres. ÂŤ Il ne faut surtout pas ignorer la confiance. Or plus on va loin, moins la confiance est forte Âť, estime-t-il, ĂŠvoquant les inspections nĂŠcessaires lorsque lâ&#x20AC;&#x2122;on commande dans les pays Ă bas coĂťts. Lui-mĂŞme acheteur pour le groupe de BTP Vinci, il ajoute : ÂŤ Dans un appel dâ&#x20AC;&#x2122;offres, quand il ne reste que deux concurrents, je privilĂŠgie la plus petite structure. Jâ&#x20AC;&#x2122;ai le sentiment de prĂŠserver la concurrence, et je pense que je peux ĂŞtre mieux traitĂŠ car ma commande aura plus dâ&#x20AC;&#x2122;importance pour le petit fournisseur Âť. Lâ&#x20AC;&#x2122;acheteur sait aussi quâ&#x20AC;&#x2122;il sera plus facile dâ&#x20AC;&#x2122;obtenir les modifications en cours de travail de plus en plus frĂŠquentes dans des industries travaillant Ă  flux tendu, notamment grâce au contact direct avec le patron qui caractĂŠrise les entreprises artisanales. ÂŤ En face de nous, on a le dĂŠcideur. Il a les moyens de mettre en Ĺ&#x201C;uvre les ressources de son entreprise, Ă  la diffĂŠrence dâ&#x20AC;&#x2122;un maillon dâ&#x20AC;&#x2122;une grande entreprise qui doit toujours en rĂŠfĂŠrer plus haut. Quand on a besoin de rĂŠactivitĂŠ, câ&#x20AC;&#x2122;est mieux Âť, juge Jean-Pierre Rivard.

;gffYakkYf[]\meÂ&#x2026;la]j Un ĂŠtat de fait que rĂŠsume sans dĂŠtour la formule de lâ&#x20AC;&#x2122;artisan Jacky Halotel, ancien compagnon chaudronnier aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui Ă la tĂŞte de la sociĂŠtĂŠ ACCO en Loire-Atlantique

 L&@mZ]jl

très recherchĂŠe. Âť Pas question de concurrencer la Chine sur le coĂťt des fabrications en grande sĂŠrie, comme le confirme Serge Aubry, fondateur de deux entreprises de mĂŠcanique de prĂŠcision et dâ&#x20AC;&#x2122;injection plastique dans lâ&#x20AC;&#x2122;Ouest (lire page 24) : ÂŤ nous sommes lĂ quand on a besoin de surmesure. Notre force, câ&#x20AC;&#x2122;est dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre une petite ĂŠquipe, une structure souple qui sâ&#x20AC;&#x2122;adapte sans cesse aux besoins des marchĂŠs Âť.

=flj]hjak]2Hgdq%K`Yh] //! <Yl]\][jÂ&#x2026;Ylagf2*((0 =^^][la^20h]jkgff]k ;`a^^j]\Ă&#x152;Y^^Yaj]k2/-(((( [ge Kal]Afl]jf]l2ooo&hgdq%k`Yh]& ]9Z]\]kldĂ&#x152;mf KlYjk]lEÂ&#x2026;la]jk*()*2KlÂ&#x2026;h`Yf _dgZYd] \]kdYmjÂ&#x2026;Ylk\]dY[YlÂ&#x2026;_gja]KljYlÂ&#x2026;_a] dY;E9\] Â&#x2026;hYj hY_f [ge \Ă&#x152;affgnYlagf3adYÂ&#x2026;lÂ&#x2026;Y[ HYjak& k\] Jan] dYaj] Hghm im] :Yf ]ldY dĂ&#x152;=kkgff]

KlÂ&#x2026;h`Yf]9Z]\$^gj_]jgfYmdYk]j D]kdg[Ymp\]dĂ&#x152;]flj]hjak]Hgdq%K`Yh]$afklYddÂ&#x2026;kkmj\]mpÂ&#x2026;lY_]k\YfkmfhYj[ \Ă&#x152;Y[lanalÂ&#x2026;k\]dYnadd]fgmn]dd]\]E]dmf%KÂ&#x2026;fYjl$Ymkm\\]HYjak$Zjmakk]fl\m [daimÂ&#x2020;l]e]flkaemdlYfÂ&#x2026;\]k[dYna]jk\Ă&#x152;gj\afYl]mj]l\]kgmladkkmjd]khaÂ&#x2020;[]k eÂ&#x2026;lYddaim]k]f[gmjk\]^afalagf&D]kemjk\]kZmj]YmpkgfllYhakkÂ&#x2026;k\]\ahdÂ?e]k$ gZl]fmkdgjk\][gf[gmjk\][jÂ&#x2026;Ylagf\Ă&#x152;]flj]hjak]]l\Ă&#x152;affgnYlagffYlagfYmp ]ljÂ&#x2026;_agfYmp$]l\]hYff]Ymp\Ă&#x152;Y^^a[`Y_]k]fYf_dYakmladakÂ&#x2026;kkmjd]kKYdgfk afl]jfYlagfYmp&;Ă&#x152;]kldYljgakaÂ&#x2020;e]Y\j]kk]]fimYlj]Yfkhgmj[]ll]]flj]hjak] \]`Yml]l][`fgdg_a]$\gfld][`a^^j]\Ă&#x152;Y^^Yaj]kYm_e]fl]\],(-([`Yim] YffÂ&#x2026;]]limaf][]kk]\]k]ljgmn]jdĂ&#x152;Â&#x2026;ljgal& Kgf^gf\Yl]mj$KlÂ&#x2026;h`Yf]9Z]\$Â&#x2026;lYal[`]j[`]mj\Yfkd]kdYZgk\]dĂ&#x152;z[gd]\]k eaf]k]l\]dĂ&#x152;AfklalmlYdd]eYf\>jYmf`g^]jdgjkimĂ&#x152;adY\Â&#x2026;[a\Â&#x2026;\]\gff]jmf] \ae]fkagf]flj]hj]f]mjaYd]Ympkgdmlagfkaf\mklja]dd]k\]^mkagfdYk]j\]k eÂ&#x2026;lYmpkmjd]kim]dd]kadljYnYaddYal&žFgmk[gfn]jlakkgfk\]kaeY_]kfmeÂ&#x2026;jaim]k ]fhaÂ&#x2020;[]keÂ&#x2026;lYddaim]khYj_Â&#x2026;fÂ&#x2026;jYlagfdYk]jÂż$]phdaim]%l%ad&;]ll]l][`fgdg_a] Â&#x2026;[gfgeaim]h]je]l\]kkljm[lmj]k[j]mk]kgmYdnÂ&#x2026;gdÂ&#x2026;]kimagmnj]fl\]k hgkkaZadalÂ&#x2026;kafÂ&#x2026;\al]kYmp[da]flk\]Hgdq%K`Yh]2[gfkljm[l]mjk\Ă&#x152;Ynagfk$Â&#x2026;[mja]k \]^gjemd])gmdYZgjYlgaj]k\]hjgl`Â&#x2020;k]keÂ&#x2026;\a[Yd]k&D]fgmn]dYnagfeadalYaj] kYfkhadgl]\]<YkkYmdl[gfla]flYafka-+haÂ&#x2020;[]k^YZjaimÂ&#x2026;]ka[a& <]hmakdĂ&#x152;YffÂ&#x2026;]\]jfaÂ&#x2020;j]$dĂ&#x152;]phgjlj]hjÂ&#x2026;k]fl]hdmk\]dYegalaÂ&#x2026;\]dĂ&#x152;Y[lanalÂ&#x2026;&žFgmk ljYnYaddgfkYn][\]k_jYf\k_jgmh]kimana]ff]fl\aj][l]e]fl\]dĂ&#x152;Â&#x2026;ljYf_]jhgmj fgmkimYda^a]jÂż$[gfklYl]KlÂ&#x2026;h`Yf]9Z]\&;Ă&#x152;]kld]jÂ&#x2026;kmdlYl\Ă&#x152;mf]hjÂ&#x2026;k]f[]kmj\]k j]f\]r%ngmkhjg^]kkagff]dk[gee]d]KYdgf=mjgegd\\]>jYf[^gjl]ffgn]eZj] \]jfa]j$gÂ&#x201D;Hgdq%K`Yh]kĂ&#x152;Y^^a[`YalYmp[Â?lÂ&#x2026;k\m_Â&#x2026;YflYdd]eYf\<Yaed]jhYjead]k \]mphj]ea]jkmladakYl]mjk\]dYhdmk_jYf\]eY[`af]\]_Â&#x2026;fÂ&#x2026;jYlagfhYj^mkagf dYk]jYmegf\]&DĂ&#x152;]f_af\galÂ&#x2021;lj]danjÂ&#x2026;\Ă&#x152;mfbgmjdĂ&#x152;Ymlj]& Hgmj^afYf[]j[]lafn]klakk]e]fl\Ă&#x152;mfeaddagf\Ă&#x152;]mjgk$KlÂ&#x2026;h`Yf]9Z]\YgZl]fm d]k[jÂ&#x2026;\alkZYf[Yaj]kfÂ&#x2026;[]kkYaj]k$eÂ&#x2021;e]kĂ&#x152;adj][gffYÂ&#x2039;lim][]dYfĂ&#x152;YhYklgmbgmjk Â&#x2026;lÂ&#x2026;^Y[ad]&ž=f*((/]l*((0$bĂ&#x152;Ya^Yalmf]naf_lYaf]\]ZYfim]kÂż$k]kgmna]fl%ad& ImYflYmh]jkgff]dimYda^aÂ&#x2026;hgmjmladak]j[]kegfklj]k\]l][`fgdg_a]$dĂ&#x152;YjlakYf d]^gje]]f_jYf\]hYjla]dma%eÂ&#x2021;e]$]f]eZYm[`Yfl\]kÂ&#x2026;lm\aYflk]fYdl]jfYf[] \]dĂ&#x152;mfan]jkalÂ&#x2026;\Ă&#x152;znjqlgml]hjg[`]&žGfhj]f\mfgm\]mpYhhj]flakhYjYf]lgf ]kkYq]\]d]k_Yj\]jÂż$jÂ&#x2026;kme]KlÂ&#x2026;h`Yf]9Z]\&

(lire page 23) : ÂŤ le service commercial, câ&#x20AC;&#x2122;est moi Âť. Les chefs dâ&#x20AC;&#x2122;entreprises artisanales du secteur sont en effet des hommes orchestre gĂŠnĂŠralement issus eux-mĂŞmes de lâ&#x20AC;&#x2122;atelier. ÂŤ Câ&#x20AC;&#x2122;est la dĂŠfinition-mĂŞme de lâ&#x20AC;&#x2122;artisanat : la connaissance du mĂŠtier, Ă la diffĂŠrence de la sous-traitance industrielle de grande capacitĂŠ oĂš les chefs dâ&#x20AC;&#x2122;entreprises sont plus souvent des gestionnaires Âť, analyse JoĂŤl Fourny, prĂŠsident de la chambre de mĂŠtiers et de lâ&#x20AC;&#x2122;artisanat de Loire-Atlantique et de la Commission du dĂŠveloppement ĂŠconomique et territorial de lâ&#x20AC;&#x2122;APCMA. Un chef dâ&#x20AC;&#x2122;entreprise de haute technologie comme StĂŠphane Abed (lire

notre encadrĂŠ ci-dessus) peut donc se reconnaĂŽtre sans hĂŠsitation dans lâ&#x20AC;&#x2122;appellation dâ&#x20AC;&#x2122;artisan. ÂŤ Câ&#x20AC;&#x2122;est une version moderne de lâ&#x20AC;&#x2122;artisanat, qui est avant tout un ĂŠtat dâ&#x20AC;&#x2122;esprit. La proximitĂŠ avec le client, la comprĂŠhension de ses problĂŠmatiques â&#x20AC;&#x201C; cette relation humaine est très importante, dĂŠclare-t-il avant dâ&#x20AC;&#x2122;ajouter : on travaille la matière avec des outils diffĂŠrents, mais quand on est forgeron ou fondeur, on fait quelque part le mĂŞme mĂŠtier. Âť "zlm\]jÂ&#x2026;YdakÂ&#x2026;]hYjdĂ&#x152;AKEYn][d]kgmla]f\]dY<aj][lagf _Â&#x2026;fÂ&#x2026;jYd]\]dY[gehÂ&#x2026;lalanalÂ&#x2026;$\]dĂ&#x152;af\mklja]]l\]kk]jna[]k Ym[gmjk\]dĂ&#x152;YffÂ&#x2026;]*()*YmhjÂ&#x2020;k\])(((]flj]hjak]k YqYflmf]Y[lanalÂ&#x2026;\]hmj]kgmk%ljYalYf[]af\mklja]dd]& Kqfl`Â&#x2020;k]\akhgfaZd]kmjake&af^ge]la]jk&gj_

)1

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


$SÏBUJPOJOUVJUJWFEFWPUSFTJUFç %FTDFOUBJOFTEFEFTJHOTBUUSBDUJGTBVDIPJY "WFDUFYUFTFUJNBHFTQSPQPTÏTQPVSQMVTEF NÏUJFST

Vous souhaitez donner une nouvelle vie à votre intérieur ? PITIRANA DÉCO &    

  votre style et votre personnalité I

.PEJmBCMFËUPVUNPNFOUç "EBQUF[MFTUFYUFTQSPQPTÏTPVDPQJF[ DPMMF[WPTQSPQSFTUFYUFT BKPVUF[WPT QIPUPT DIBOHF[EFDPVMFVSFUEF EFTJHO MFUPVUEJSFDUFNFOUFOMJHOF

8FC"QQT %FTBQQMJDBUJPOTJOOPWBOUFTË JOUÏHSFSFORVFMRVFTDMJDTQPVS FOSJDIJSWPUSFTJUF

1FOEBOUMFNPJTEFTTBJHSBUVJU SÏTJMJBUJPOQPTTJCMFËUPVUNPNFOU TBOTGSBJT"MJTTVFEFDFUUFQÏSJPEFEFTTBJHSBUVJU MBEVSÏFNJOJNVNEFOHBHFNFOUFTUEFNPJT .Z8FCTJUFFTUBMPSTËTPOQSJYIBCJUVFM TPJUËQBSUJSEF Ļ)5NPJT  Ļ55$NPJT $POEJUJPOTEÏUBJMMÏFTTVSBOEGS


-FTJUF8FCQSPGFTTJPOOFMร‹DPODFWPJS TPJNรNF*EรBMQPVSWPUSFFOUSFQSJTF

& 44"* (3"56*5

NPJTEFTTBJHSBUVJU QVJTร‹QBSUJSEF  ฤป)5NPJT  ฤป55$NPJT

4JUF8FCNPCJMF "VUPNBUJRVFNFOUBEBQUรQPVS MBGmDIBHFTVSTNBSUQIPOFTFU UBCMFUUFT 5SBmDFUWJTJCJMJUรรง 0QUJNJTF[WPUSFQSรTFODFTVSMFT NPUFVSTEFSFDIFSDIF PVUJMTEF SรGรSFODFNFOU &MBSHJTTF[WPUSF SรTFBVBWFD'BDFCPPL 5XJUUFS  :PV5VCF

/PNEFEPNBJOFJODMVTรง $IPJTJTTF[VOFOPVWFMMFBESFTTF *OUFSOFUPVUSBOTGรSF[GBDJMFNFOU VOOPNEFEPNBJOFFYJTUBOU

 BQQFMOPOTVSUBYร

BOEGS


z [dYajY_]Kgmk%ljYalYf[]af\mklja]dd]

H`glgk2L&@mZ]jl

K]dgfd̅lm\]\]dÌAKE$¾dÌYjlakYfYl af\mklja]dYj…Ydak…kYemlYlagf¿& =f^Yal$d]k]flj]hjak]k\]dYkgmk% ljYalYf[]Y^^a[`]flmf]j]eYjimYZd] kgmhd]kk]^Y[]\]fgeZj]mp\…^ak$ imÌadkÌY_akk]\]kZgmd]n]jk]e]flk dgf_l]je]\]kkljm[lmj]k af\mklja]dd]kgm\]kkalmYlagfk \][jak][gee][]dd]imak…nal \]hmak*((0&

D9;Dz<=D9JzMKKAL=

Mf]Y\YhlYZadal…lgml]…hj]mn]

D’

élu consulaire artisan Joël Fourny est conscient des enjeux : « on est en pleine mutation, ce n’est pas seulement une période de crise. Le marché mondial s’organise différemment, les modes de production aussi. Il faut que l’on prépare nos entreprises à cela ». Bonne nouvelle : elles sont prêtes à relever le défi. En trente ans, l’artisanat de la sous-traitance de capacité – qui venait en renfort des usines pour les grosses commandes – a été remplacé par un modèle fondé sur la spécialité. « Si elles n’avaient pas réussi cette mutation, ces entreprises auraient disparu car beaucoup de savoir-faire simples ont été délocalisés, explique Catherine Élie, de l’Institut supérieur des métiers. Ce ne sont pas des entreprises dont on se passe facilement », ajoute-t-elle, résumant le nouveau positionnement des artisans fournisseurs de l’industrie. Autrefois en bout de chaîne de sous-traitance, les unités artisanales ont dû faire face à deux révolutions. D’une part, les grands groupes industriels ont resserré cette chaîne, réduisant le nombre d’entreprises qualifiées pour figurer parmi leurs fournisseurs sur la base de critères

**

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M

HgmjDagf]d>gmjfq$ hj…ka\]fl\]dY;E9,, ]l\]dY;geeakkagf \m\…n]dghh]e]fl …[gfgeaim]]ll]jjalgjaYd \]dÌ9H;E9$[Ì]klZa]f kgmn]fldY[gffYakkYf[] \me…la]jima\aklaf_m]d]k[`]^k \Ì]flj]hjak]kYjlakYfYd]k\mk][l]mj \]k\aja_]Yflk\]dYkgmk%ljYalYf[] \]_jYf\][YhY[al…$imagflhdmll mfhjg^ad\]_]klagffYaj]k&

de plus en plus stricts. D’autre part, l’Asie mais aussi l’Europe de l’Est et l’Afrique du Nord ont absorbé des pans entiers de la sous-traitance industrielle. Ainsi Serge Aubry, qui produisait autrefois des pièces pour l’aéronautique, ne travaille plus pour ce secteur. « Avec les politiques de réduction des sous-traitants, nous nous sommes retrouvés exclus du panel », raconte-t-il. Quant à l’activité dans laquelle il avait fondé sa première entreprise, « le secteur du moule s’est fortement dégradé depuis dix ans avec les délocalisations et l’arrivée des pays low cost ». L’artisan a donc réagi en allant conquérir de nouveaux marchés, de l’art floral au nucléaire, et en créant dès 1992 une deuxième entreprise de plasturgie capable d’offrir un service tout compris jusqu’à l’injection de pièces prêtes à l’emploi.

Kgmk%ljYalYf[]\]kh…[aYdal… « Cette sous-traitance de spécialité est plus présente à tous les rangs de la chaîne », constate Catherine Élie. Même si les artisans fournissent majoritairement des PME, ils sont de plus en plus nombreux à traiter directement avec les grands groupes.


<]*((+*())$d]fgeZj]lglYd\Ă&#x152;]flj]hjak]k \Yfkd]k][l]mj\]dYkgmk%ljYalYf[] YjlakYfYd]]klj]klÂ&#x2026;klYZd]$*(+((&=fd]mj k]af$d]hga\k\]k]flj]hjak]kYjlakYfYd]kkĂ&#x152;]kl ]fj]nYf[`]Y[[jm$hYkkYfl\]),/(()-+((& Kgmj[]2AKE Câ&#x20AC;&#x2122;est le cas de StĂŠphane Abed, qui explique ainsi sa stratĂŠgie : ÂŤ Nous identifions des niches â&#x20AC;&#x201C; mĂŠdical, aĂŠronautique, sport automobile â&#x20AC;&#x201C; dans lesquelles nous nous certifions. Nous pouvons alors dire Ă ces clients : ÂŤ Nous nous sommes organisĂŠs pour vous garantir la qualitĂŠ, le suivi, et nous engager pour vous fournir des sĂŠries Âť. Nous ne recherchons pas les demandes ponctuelles, les maquettes au coup par coup. Âť Cette adaptabilitĂŠ permet aussi aux artisans de tenir le choc lorsque la mĂŠtĂŠo ĂŠconomique devient mauvaise. ÂŤ Ce sont des entreprises qui ont souffert de la crise ĂŠconomique comme toute lâ&#x20AC;&#x2122;industrie, mais qui ont mieux prĂŠservĂŠ leurs emplois que les plus grosses Âť, analyse Catherine Ă&#x2030;lie. Si la moitiĂŠ des 1 000 entreprises interrogĂŠes par lâ&#x20AC;&#x2122;ISM ont dĂŠclarĂŠ avoir ĂŠtĂŠ durement touchĂŠes en 2008-2009, elles ont gĂŠnĂŠralement rebondi depuis 2010 et affichent aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui un taux dâ&#x20AC;&#x2122;utilisation de leurs capacitĂŠs de 80 %.

>jadgkalÂ&#x2026;[jgakkYfl] Ces bouleversements ne se font cependant pas sans accrocs. Les entreprises les moins souples meurent et dâ&#x20AC;&#x2122;autres artisans prennent leur place : on enregistre 1 500 nouvelles immatriculations dans le secteur chaque annĂŠe, contre un millier avant la crise et la crĂŠation du statut dâ&#x20AC;&#x2122;auto-entrepreneur. Pour ces nouveaux arrivants comme pour les entreprises existantes engagĂŠes dans lâ&#x20AC;&#x2122;adaptation aux nouvelles exigences industrielles, il faut investir. Or, ÂŤ les entreprises qui se crĂŠent avec une ou deux personnes ne sont pas concurrentielles, nâ&#x20AC;&#x2122;ont pas suffisamment dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠquipement, estime Catherine Ă&#x2030;lie. Elles compensent par le temps de travail, mais ne dĂŠgagent pas suffisamment de marge pour se dĂŠvelopper. Âť

Quant aux artisans ĂŠtablis, ils dĂŠclarent faire face Ă une frilositĂŠ croissante des banques et des sociĂŠtĂŠs de cautionnement mutuel, Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;image de Jacky Halotel (lire encadrĂŠ ci-dessous). ÂŤ Câ&#x20AC;&#x2122;est très compliquĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre accompagnĂŠ, de rassurer les financiers Âť, dĂŠclare le patron des Ateliers de constructions chaudronnĂŠes de lâ&#x20AC;&#x2122;Ouest, qui ĂŠvoque un ÂŤ parcours du combattant Âť. En 2008, il a abandonnĂŠ un projet de recherche et dĂŠveloppement faute de financement. Les difficultĂŠs dâ&#x20AC;&#x2122;accès au crĂŠdit ont menacĂŠ

jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă son cĹ&#x201C;ur de mĂŠtier, car ses donneurs dâ&#x20AC;&#x2122;ordres fournissent euxmĂŞmes de coĂťteuses matières premières et exigent une caution en bonne et due forme avant de sâ&#x20AC;&#x2122;engager. ÂŤ Cela mâ&#x20AC;&#x2122;est arrivĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;avoir du mal Ă  garder des clients qui voulaient des garanties, alors quâ&#x20AC;&#x2122;ils continuent Ă  me fournir aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui ! Âť, enrage-t-il. Thomas Hubert

agfk =flj]hjak]29l]da]jk\][gfkljm[l ! G,, 9;; kl Ă&#x152;Gm] [`Ym\jgffÂ&#x2026;]k\]d <Yl]\][jÂ&#x2026;Ylagf2)10- =^^][la^2+(h]jkgff]k ;`a^^j]\Ă&#x152;Y^^Yaj]k2+E `gjk eYlaÂ&#x2020;j]kĂ&#x2021;^gmjfa]khYjd]k[da]flk! ' Kal]kAfl]jf]l2ooo&Y[[g,,&[ge ge ooo&Yhhgjl][`&[

BY[cq@Ydgl]d2bgm]j[gdd][la^hgmjj]kl]j[gehÂ&#x2026;lala^ BY[cq@Ydgl]dYZ]YmÂ&#x2021;lj]dYlÂ&#x2021;l]\Ă&#x152;mf]lj]flYaf]\Ă&#x152;]ehdgqÂ&#x2026;k$adj]kl]mfYjlakYf \YfkdĂ&#x152;Â&#x20AC;e]&;]lYf[a]f[gehY_fgf\m\]ngajYjjanÂ&#x2026;;`Â&#x20AC;l]YmZjaYfldĂ&#x152;akkm] \]kgflgmj\]>jYf[]YlgmbgmjkljYnYaddÂ&#x2026;]fÂ&#x2026;imah]&;Ă&#x152;]klYn][kap[gddÂ&#x2020;_m]k\] kgfhj]ea]jYl]da]jimĂ&#x152;ad[jÂ&#x2026;]dYkg[aÂ&#x2026;lÂ&#x2026;9;;Gdgjkim]d]mj]ehdgq]mj[]kk]kgf Y[lanalÂ&#x2026;adqY*0Yfk&=ldgjkimĂ&#x152;ad^dYaj]dĂ&#x152;Â&#x2026;ngdmlagf\]dĂ&#x152;]fnajgff]e]flaf\mklja]d$ ad\Â&#x2026;[a\]fgmn]Ym\]bgm]j[gdd][la^&ž=f*((-$b]k]flYakim]d]k]flj]hjak]k k]khÂ&#x2026;[aYdakYa]fl\Yfkd]mjk[gjhk\]eÂ&#x2026;la]jkeYakfĂ&#x152;YnYa]flhdmkdYhgdqnYd]f[] fÂ&#x2026;[]kkYaj]&Gfk]ljgmnYaldaealÂ&#x2026;k\YfkfgkghhgjlmfalÂ&#x2026;kÂż$k]kgmna]fl%ad& AddYf[]\gf[dĂ&#x152;a\Â&#x2026;]\Ă&#x152;mfž[dmkl]jÂż$_jgmh]e]fl\Ă&#x152;]flj]hjak]k\]dYeÂ&#x2026;lYddmj_a]$ \]dYhdYklmj_a]]l\]dĂ&#x152;Y_]f[]e]flZgak[YhYZd]k\]jÂ&#x2026;hgf\j]]fk]eZd] \]k\]eYf\]k[gehdÂ&#x2020;l]k\][da]flkaf\mklja]dk$q[gehjakdĂ&#x152;]phgjl& D]kafklalmlagfkhmZdaim]kjÂ&#x2026;hgf\]flhjÂ&#x2026;k]fl2dY[`YeZj]\][gee]j[] ]l\Ă&#x152;af\mklja]]ldY[`YeZj]\]eÂ&#x2026;la]jk]l\]dĂ&#x152;YjlakYfYl\akhgk]flbmkl]e]fl ;`Â&#x20AC;l]YmZjaYfl\Ă&#x152;mf]Yfl]ff][gfbgafl]$gÂ&#x201D;mf[gfk]add]jYa\]h]f\Yfl\]mp Yfkd]k]flj]hj]f]mjkegfl]jd]hjgb]l9hhgjl][`]lgZl]faj\]kYa\]k jÂ&#x2026;_agfYd]k&žD]_jgmh]e]fl]klfÂ&#x2026;bmkl]YnYfl*((0Âż$jYhhgjl]BY[cq@Ydgl]d& =fhd]af][jak]$9hhgjl][`hYjna]flhgmjlYflY[[jg[`]j\]k[da]flkimĂ&#x152;Ym[mf \]ke]eZj]kfĂ&#x152;YmjYalhmYdd]j[`]j[`]jk]md2<;FK$L`YdÂ&#x2020;k$?]f]jYd=d][lja[&&& 9mlYfl\][geeYf\]kj]khgfkYZd]kYmbgmj\Ă&#x152;`ma\]hjÂ&#x2020;k\]dYegalaÂ&#x2026;\] dĂ&#x152;Y[lanalÂ&#x2026;\Â&#x2026;hdgqÂ&#x2026;]\Yfkd]kljgaknYkl]kYl]da]jk\Ă&#x152;9;;G$gÂ&#x201D;k]j]^dÂ&#x2020;l]fld]k ^dYk`]k\]kjgZglk\]kgm\mj]&Hjg[`Yaf]Â&#x2026;lYh]hgmj[]_jgmh]e]flbmkimĂ&#x152;a[a [gfklalmÂ&#x2026;]fYkkg[aYlagf2dY[jÂ&#x2026;Ylagf\Ă&#x152;mf]kg[aÂ&#x2026;lÂ&#x2026;[geemf]$[Yjžd]k \gff]mjk\Ă&#x152;gj\j]khjÂ&#x2026;^Â&#x2020;j]flYngajmfafl]jdg[ml]mjmfaim]Âż&

*+

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


z [dYajY_]Kgmk%ljYalYf[]af\mklja]dd] D=NA=JK<=HJG?JĂ K

N]fl]$J@$[jÂ&#x2026;\al2h]mlea]mp^Yaj]

B

oĂŤl Fourny, de la Commission du dĂŠveloppement ĂŠconomique et territorial de lâ&#x20AC;&#x2122;APCMA, le reconnaĂŽt : ÂŤ on apportait peu dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlĂŠments de rĂŠponse Ă ce secteur parce quâ&#x20AC;&#x2122;on ne le connaissait pas Âť. Un constat Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;origine de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtude sur lâ&#x20AC;&#x2122;artisanat de sous-traitance commandĂŠe Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ISM, qui a identifiĂŠ des besoins de conseil et de formation chez les dirigeants dâ&#x20AC;&#x2122;entreprise, notamment sur les fonctions commerciales. ÂŤ Le patron prend souvent son tĂŠlĂŠphone lorsquâ&#x20AC;&#x2122;il nâ&#x20AC;&#x2122;y a plus de carnet de commandes pour la semaine suivante, ne rĂŠpond pas Ă  des appels dâ&#x20AC;&#x2122;offresâ&#x20AC;Ś Une diversification de la clientèle qui pourrait avoir lieu ne se fait pas Âť, souligne Catherine Ă&#x2030;lie. Près dâ&#x20AC;&#x2122;un artisan soustraitant sur cinq reste ainsi dĂŠpendant Ă  plus de 50 % dâ&#x20AC;&#x2122;un seul gros client. Et les relations avec les donneurs dâ&#x20AC;&#x2122;ordres, bien quâ&#x20AC;&#x2122;empreintes de confiance, restent trop souvent informelles. ÂŤ Sâ&#x20AC;&#x2122;asseoir autour dâ&#x20AC;&#x2122;une table pour ĂŠcrire, ce nâ&#x20AC;&#x2122;est pas agressif, cela permet par exemple de dĂŠfinir Ă  partir de quel moment court un dĂŠlai de paiement Âť, dĂŠclare lâ&#x20AC;&#x2122;acheteur industriel Jean-Pierre Rivard. Sans sâ&#x20AC;&#x2122;engager dans des contrats trop compliquĂŠs, on peut adhĂŠrer Ă  la charte soutenue par la Compagnie des Dirigeants et Acheteurs de France et le mĂŠdiateur inter-entreprises (lire interview p. 46), qui dĂŠsigne par exemple un dirigeant Ă  contacter chez le don-

*,

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M

žFgmkkgee]kdimYf\ gfYZ]kgaf\]kmje]kmj]¿$ Y^^aje]K]j_]9mZjq&

=flj]hjak]k29E?H]lKYahdYkl <Yl]\][jÂ&#x2026;Ylagf2)10-]l)11* =^^][la^2)0]l))kYdYjaÂ&#x2026;k ;`a^^j]\Ă&#x152;Y^^Yaj]k2)$0Ehgmj [`Yim]kg[aÂ&#x2026;lÂ&#x2026; Kal]kAfl]jf]l2ooo&kYahdYkl&[ge ooo&YZkak,,&^j

 L&@mZ]jl

H]j^gjeYfl$dĂ&#x152;YjlakYfYl hjg\m[l]mjaf\mklja]d hgmjjYalYdd]j]f[gj] hdmkdgaf&D]\geYaf] [gee]j[aYd$d]k j]kkgmj[]k`meYaf]k]l dĂ&#x152;Y[[Â&#x2020;kYm^afYf[]e]fl ^a_mj]flhYjead]kYp]k \Ă&#x152;YeÂ&#x2026;dagjYlagfhgkkaZd]k&

K]j_]9mZjq$YjlakYfeadalYfl

Akkm\]dĂ&#x152;Yl]da]j$[jÂ&#x2026;Yl]mj\Ă&#x152;]flj]hjak]*-Yfk$ K]j_]9mZjqY[jÂ&#x2026;Â&#x2026;\]mpkg[aÂ&#x2026;lÂ&#x2026;kYmkka eYddÂ&#x2026;YZd]kim]d]keYlÂ&#x2026;jaYmp\]kim]dkadlaj] \]k[Y\j]k%nYk]kemjYmp$hgmjmf\akljaZml]mj \Ă&#x152;Y[[]kkgaj]k\Ă&#x152;Yjl^dgjYd$im]d]k[gehgkYflk \Ă&#x152;mfžfgmn]YmeYlÂ&#x2026;ja]d\]dĂ&#x152;YjeÂ&#x2026;]^jYfÂ&#x201E;Yak] \]ljÂ&#x2020;k`Yml]l][`fgdg_a]Âż&AdY[gffmdĂ&#x152;]phYfkagf]ld]j][md\]dĂ&#x152;YmlgegZad]$ dY[gf[mjj]f[][`afgak]$dY[gehj]kkagf\]k[`YÂ&#x2039;f]k\]kgmk%ljYalYf[]\Yfk dĂ&#x152;YÂ&#x2026;jgfYmlaim]%]fkĂ&#x152;Y\YhlYfl[`Yim]^gakhYj\]kjÂ&#x2026;gj_YfakYlagfk]ldY[gfimÂ&#x2021;l] \]fgmn]YmpeYj[`Â&#x2026;k&9dgjkimYf\im]dim][`gk]Zdgim]$adfĂ&#x152;`Â&#x2026;kal]hYkd] \Â&#x2026;fgf[]j2dYhjg[`Yaf]Â&#x2026;[glYp]$žimanYYm_e]fl]j\],-fgk[gÂ&#x2022;lk\] ljYfkhgjlkÂż3dY\akhYjalagf\]kÂ&#x2026;[gd]khjg^]kkagff]dd]k\YfkkYjÂ&#x2026;_agf3 ždYhj]kkagf\]fgk[gfkljm[l]mjklgmbgmjkZYakk]jd]khjap$eYd_jÂ&#x2026;dY`Ymkk] h]jeYf]fl]\]keYlaÂ&#x2020;j]khj]eaÂ&#x2020;j]kÂżĂ&#x20AC;Hgmjhgjl]j`Yml[]kj]n]f\a[Ylagfk$ K]j_]9mZjq]kld]^gf\Yl]mj\]dĂ&#x152;gj_YfakYlagfhjg^]kkagff]dd]9jlakYfk\]kZa]fk ]lk]jna[]kYmpaf\mklja]k 9Zkak,,!$imah]je]l\]hmak*(((Ymp[`]^k\Ă&#x152;]flj]hjak] \]Dgaj]%9ldYflaim]]l\]kHYqk\]dYDgaj]\Ă&#x152;Â&#x2026;[`Yf_]j$\]nakal]j]fk]eZd] \]kKYdgfk$\Ă&#x152;gZl]faj\]k^gjeYlagfk&&&9Zkak,,]kle]eZj]\]dY>fYh]e$ >Â&#x2026;\Â&#x2026;jYlagffYlagfYd]\]kYjlakYfk]lh]lal]k]flj]hjak]k\]dYeÂ&#x2026;lYddmj_a]&

neur dâ&#x20AC;&#x2122;ordres en cas de litige. CĂ´tĂŠ personnel, les artisans sous-traitants interrogĂŠs ĂŠvoquent frĂŠquemment des difficultĂŠs pour attirer et former des jeunes. Il y aurait actuellement 3 500 emplois en cours de crĂŠation dans le secteur ! Des initiatives locales pourraient faire ĂŠcole, comme celle de Jacky Halotel, de ses collègues du secteur de la mĂŠcanique et des chambres consulaires qui se sont rĂŠcemment regroupĂŠs avec succès pour sâ&#x20AC;&#x2122;opposer Ă la fermeture de filières de formation dans un lycĂŠe professionnel et promouvoir leurs mĂŠtiers. Quant aux questions de financement et de

gestion du risque, le secteur appelle Ă plus dâ&#x20AC;&#x2122;ouverture envers les artisans chez des institutions qui ÂŤ ciblent les entreprises de taille intermĂŠdiaire ou les PMI de plus de 50 salariĂŠs Âť, selon Catherine Ă&#x2030;lie. JoĂŤl Fourny donne lâ&#x20AC;&#x2122;exemple des aides proposĂŠes par certaines collectivitĂŠs locales aux entreprises en difficultĂŠ. ÂŤ Les montants sont importants, pour de grosses structures, avec des montages de dossiers extrĂŞmement complexes. Nous demandons aux pouvoirs publics dâ&#x20AC;&#x2122;adapter ces dispositifs en fonction des tailles dâ&#x20AC;&#x2122;entreprises. Âť Thomas Hubert


D]F]o@Yaj;]fl]j]klmfkYdgf \][ga^^mj]imakYalhj]f\j]kgaf \]k]k[da]flk&H]f\YfldÌYll]fl]$ d]k`Yehgaf_]ldY[gmh]$adkk] nga]flhjghgk]jljgakeYkkY_]k \a^^…j]flk&<]kk]jna[]k_jYlmalk ima[gfklalm]flmf]j]\gmlYZd] kljYl…_a]\]^a\…dakYlagf&

H`glgk2 =&<Yfa]d

; Yk\]flj]hjak]

C]fF_mq]f@mmY^Yal[gfkljmaj]\]mp[gf^gjlYZd]kdalkk`Yehgaf_ kmje]kmj]hgmjkgfkYdgf&

K9DGF<=;GA>>MJ=F=O@9AJ;=FL=J

D]Za]f%‡lj][gee][gf[]hl

D

oin des salons low-cost « où le client fait lui-même son brushing », Ken Nguyen Huu, à la tête du New Hair Center, a décidé de replacer le service au cœur de son métier. « Je propose une nouvelle façon de voir la coiffure, lance cet artisan. Je me suis rendu compte que les gens venaient chez le coiffeur non plus par plaisir mais par obligation. Je me suis dit qu’il était nécessaire de restaurer l’image de la profession et de faire que les clients viennent chez moi pour se détendre, même s’ils n’ont pas beaucoup de temps. » Pour ce faire, il a décidé de tout miser sur le bien-être. En pénétrant dans son salon, l’œil est tout de suite attiré par les spots colorés au plafond. Ils diffusent une lumière apaisante qui se conjugue parfaitement avec la musique relaxante, à base de chants d’oiseaux et de bruits de vague, qui vient bercer nos oreilles.

#

Af^g

*.

9mF]o@Yaj;]fl]j$d]k[da]flkYhhj…[a]fl imYf\d][ga^^]mj]kl]fj]lYj\

AD9KM #>Yaj]\mhYkkY_][`]rd][ga^^]mjmfhdYakajhdmll imÌmf][gjn…]]f\…n]dghhYflmf[gf[]hlgja_afYdYmlgmj \meYkkY_]]l\mZa]f%‡lj]& #>a\…dak]jdY[da]fl†d]]fYddaYflmf]imYdal…\]k]jna[] …d]n…]mf[g•leg\…j…& #>Yaj]\Ìmf]ha]jj]\]mp[gmhk]fhdY„Yflk]kdalk k`Yehgaf_Za]f]fnm]\]khYkkYflkhgmjYllaj]jd]k[mja]mp&

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M

Le sentiment de sérénité qui règne dans la boutique tranche nettement avec l’agitation et le stress des rues de ce quartier touristique du centre parisien. Mais pour faire de son salon « un havre de détente », Ken Nguyen Huu ne s’est pas contenté d’y créer une ambiance zen. Il a transformé « les temps d’attente et de coupe en temps de relaxation ». C’est ainsi qu’au New Hair Center, les clients ne se plaignent pas quand le coiffeur est en retard sur l’heure du rendez-vous. Au contraire : ils aiment ça ! Rien de plus normal quand on est invité à patienter dans un fauteuil massant et à siroter un thé ou café. Alors que les retards provoquent généralement des désagréments, cet artisan a réussi à en faire un argument de vente.

Mfd]na]j\]hjgkh][lagf ]l\]^a\…dakYlagf On ne prend néanmoins toute la mesure du concept de ce salon qu’au moment du shampoing, qui se déroule… en position allongée ! Ken Nguyen Huu a en effet fait construire par un artisan deux confortables lits à


H]f\YfldY[gmh]$ mf]eY[`af] \]jÂ&#x2026;^d]pgdg_a] hdYflYaj]na]fl eYkk]jd]kha]\k\]k [da]flk&Mfk]jna[] _jYlmalimah]je]l \]_gf^d]jd]k j][]ll]k$hmakim] C]fF_mq]f@mm]f n]f\]fegq]ff] -]p]ehdYaj]k hYjegak& shampoing sur mesure. Pure fantaisie ? Pas du tout. Avec ce système, il voulait rĂŠsoudre le problème des bacs Ă shampoing classiques, très dĂŠsagrĂŠables pour la nuque. Surtout quâ&#x20AC;&#x2122;ici le shampoing dure presque aussi longtemps que la coupe. Pendant près de 15 minutes, Ken ou son ĂŠpouse gratifie le client dâ&#x20AC;&#x2122;un massage des tempes et du cuir chevelu. En plus de satisfaire les clients, ce massage en position allongĂŠe prĂŠsente aussi lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠrĂŞt dâ&#x20AC;&#x2122;en ramener dâ&#x20AC;&#x2122;autres. Car ils sont nombreux, intriguĂŠs par cette scène inhabituelle dans un salon de coiffure, Ă  passer la porte vitrĂŠe par curiositĂŠ. Ce nâ&#x20AC;&#x2122;est pas rare quâ&#x20AC;&#x2122;ils repartent avec un rendez-vous voire une nouvelle coupe. AccompagnĂŠe dâ&#x20AC;&#x2122;un massage, bien sĂťr. Et ce nâ&#x20AC;&#x2122;est pas tout. Pendant la coupe, une machine de rĂŠflexologie plantaire vient masser les pieds des clients. ÂŤ Lâ&#x20AC;&#x2122;idĂŠal pour se dĂŠtendre après une longue journĂŠe de travail Âť, glisse Ken Nguyen Huu. Pas ĂŠtonnant, dès lors, que le succès soit au rendez-vous.

DĂ&#x152;]kkYq]j$[Ă&#x152;]kldĂ&#x152;Y\ghl]j Le salon a ainsi vu son chiffre dâ&#x20AC;&#x2122;affaires progresser de 30 % depuis son ouverture en 2010. ÂŤ Notre retour clientèle est très satisfaisant par rapport au concept du salon, mais aussi aux coupes qui rĂŠpondent Ă leurs attentes Âť, sâ&#x20AC;&#x2122;enorgueillit lâ&#x20AC;&#x2122;artisan. Proposer aux clients de mettre Ă  profit le temps dâ&#x20AC;&#x2122;attente pour se dĂŠtendre sâ&#x20AC;&#x2122;avère ĂŞtre un outil de fidĂŠlisation efficace. Lâ&#x20AC;&#x2122;essayer, câ&#x20AC;&#x2122;est lâ&#x20AC;&#x2122;adopter. Une fois que lâ&#x20AC;&#x2122;on y a goĂťtĂŠ, difficile de remettre les pieds chez un coiffeur classique. Surtout que les tarifs sont

très abordables pour un salon parisien. La coupe homme sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlève Ă 21 â&#x201A;Ź tandis que les femmes doivent dĂŠbourser 29 â&#x201A;Ź, coupe, thĂŠ et massages inclus. Sa stratĂŠgie de prospection et de fidĂŠlisation du client est aussi subtile quâ&#x20AC;&#x2122;efficace. Et Ken Nguyen Huu, est persuadĂŠ que son concept est transposable, bien quâ&#x20AC;&#x2122;il soit, Ă  sa connaissance, ÂŤ le seul Ă  proposer ce type de prestations Ă  Paris Âť. Pour autant, il ne se repose pas sur ses lauriers et est constamment en train de rĂŠflĂŠchir aux moyens dâ&#x20AC;&#x2122;amĂŠliorer encore la qualitĂŠ du service. Ainsi, au printemps, les

clients pourront bĂŠnĂŠficier dans le salon de soins des pieds et des mains. Ce nouveau service sera dispensĂŠ soit dans un espace dĂŠdiĂŠ, soit ÂŤ Ă la chaise Âť, pour les clients les plus pressĂŠs. Il est ĂŠgalement en train de rĂŠflĂŠchir Ă  une amĂŠlioration de son lit Ă  shampoing qui intĂŠgrerait des appareils de massage pour les pieds. Ken Nguyen Huu a bien compris quâ&#x20AC;&#x2122;il ĂŠtait moins coĂťteux de fidĂŠliser des clients que dâ&#x20AC;&#x2122;en prospecter, il leur apporte donc un service quâ&#x20AC;&#x2122;ils ne pourront pas trouver ailleurs. Emmanuel Daniel

J=;=LL=K;GEHDzE=FL9AJ=K

D]hYja\]dY\an]jka^a[Ylagf ;gee]fĂ&#x152;aehgjl]im]d[ga^^]mj$C]fF_mq]f @mmhjghgk][]jlYafk\]k]khjg\malkdY n]fl]&9afkad]k[da]flkh]mn]flk]hjg[mj]j kgafhgmjd]k[`]n]mp$d]nakY_]$]lYmlj]khglk\]_]d&Bmkim]%d$ja]f\] ljÂ&#x2020;kgja_afYd&EYakd]dgf_\]knaljaf]k\]kgfkYdgf$gfljgmn]Ymkka\]k kgmn]fajk\]HYjakhjghgkÂ&#x2026;kdYn]fl]&;]klgmjk=a^^]d]lhqjYea\]k \mDgmnj]]fZgakf][gfklalm]flimĂ&#x152;mf]af^ae]hYjla]\]kgf[`a^^j] \Ă&#x152;Y^^Yaj]k$eYak]dd]kgfld]eÂ&#x2026;jal]\Ă&#x152;Yllaj]jdĂ&#x152;Ă&#x2020;ad\]khYkkYflk&;Yj[]l YjlakYffĂ&#x152;YhYk[`gakahYj`YkYj\\]kĂ&#x152;aehdYfl]jYm)*jm]:jYflÂ?e]$ ]fhd]af[Ă&#x2020;mj\]dY[YhalYd]&D]kYdgf\][ga^^mj]]klkalmÂ&#x2026;hjgpaealÂ&#x2026; \Ă&#x152;mf]_jYf\]kmj^Y[]$\Ă&#x152;mfhYjcaf_$eYakad]klkmjlgml*eafml]kha]\ \m[]flj]?]gj_]kHgeha\gm&žAdqYZ]Ym[gmh\]hYkkY_]$fglYee]fl \]k_jgmh]k\]lgmjakl]kÂż$[gf^aje]d][ga^^]mj&=ladfĂ&#x152;]klhYkjYj]im] []jlYafkkĂ&#x152;YjjÂ&#x2021;l]fl$aflja_mÂ&#x2026;khYjdYhjÂ&#x2026;k]f[]\][]kgZb]lkkgmn]fajk$ ]lhYkk]fl]fkmal]]flj]d]keYafk]ph]jl]k\]C]f]l\]k]k*-Yfk\] [YjjaÂ&#x2020;j]&EYak[Ă&#x152;]klmfYmlj]hjg\mal\Â&#x2026;janÂ&#x2026;imadmah]je]l\]_gf^d]jk]k j][]ll]k2d]kYhhYj]adk\]eYkkY_]]l\]jÂ&#x2026;^d]pgdg_a]hdYflYaj]&=f]^^]l$ ad]fn]f\]fegq]ff][afihYjegak -((haÂ&#x2020;[]!\]k[da]flk[gfimak YhjÂ&#x2020;k]fYngajl]klÂ&#x2026;_jYlmal]e]fld]kZa]f^Yalkh]f\YfldY[gmh]&

*/

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


<J

J …mkkal]

=fhd]af][jak]af\mklja]dd]$[]ll]fgmn]dd]]flj]hjak]\]kgmk%ljYalYf[] e…[Yfaim]\]k<]mp%K†nj]kY]eZYm[`…lj]ar]kYdYja…k]fegafk\][afiYfk& KYhjg[`Yaf]eakkagf2k…\maj]d]kb]mf]khgmjf]hYkeYfim]j\]ZjYk&

9EL@zMK

<]k]ehdgak]fY[a]jlj]eh…

K

téphane Monrouzeau et Stéphane Guillot aiment les paris risqués. En 2009 et 2010, alors que la crise frappe le monde industriel de plein fouet, leur toute jeune entreprise de mécanique de précision recrute à tour de bras. « Des gens expérimentés et compétents se sont retrouvés au chômage. Nous les avons embauchés par notre réseau, même si nous n’avions pas toujours le travail derrière », raconte Stéphane Monrouzeau, président de la société Amthéus (Atelier mécanique thouarsais d’électroérosion et d’usinage). Créée il y a cinq ans avec un seul salarié, l’entreprise en compte aujourd’hui treize, dont un apprenti. Une croissance insensée ? Stéphane Monrouzeau a l’habitude de ce genre de réflexion. « Les banquiers nous prenaient pour des fous », souritil en se souvenant de la création de la société. « Des gens qui démissionnaient de leur emploi pour se lancer dans l’entreprise, ça ne les faisait pas rêver. » François Beneton, qui a mis les deux associés en contact, apporte alors les fonds nécessaires et reste actionnaire d’Amthéus jusqu’à son décès. Les collectivités locales jouent le jeu : la Communauté de communes du Pays thouarsais loue un local à la société et

*0

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M

la région Poitou-Charentes lui accorde une subvention de 16 000 € à condition d’embaucher 10 personnes en deux ans. « On a rempli le quorum », se félicite Stéphane Monrouzeau. Très vite, Amthéus se fait connaître chez les constructeurs de machines agricoles, d’avions et d’équipements automobiles ainsi que dans l’emballage des cosmétiques. L’entreprise fournit ces clients en pièces métalliques et en outillage de précision. « Il faut répondre au plus vite. C’est toujours ce qui vient en premier dans la discussion avec le client », souligne Stéphane Guillot, l’associé chargé de la production, qui continue à investir dans de nouvelles machines et des logiciels de conception.

>a\…dakYlagf\mh]jkgff]d Aujourd’hui, la croissance de l’activité nécessite l’embauche d’une ou deux personnes par an. Mais le vent a tourné sur le marché du travail. « C’est très difficile de les trouver sur notre bassin d’em-

#

Af^g

#;j…Ylagf2*((0 #Dg[YdakYlagf2L`gmYjk /1! #=^^][la^2*Ykkg[a…k]l)+kYdYja…k \gfl)Yhhj]fla #;9*()*2)$+eaddagf\Ì]mjgk

ploi », constate Stéphane Monrouzeau. C’est loin d’être un cas isolé ; la plupart des artisans de la sous-traitance industrielle interrogés récemment par l’Institut supérieur des métiers faisant part de difficultés de recrutement (lire p. 18 et suivantes). Conscientes de ce défi, la chambre de métiers et de l’artisanat des Deux-Sèvres multiplie les formations sur la fidélisation du personnel et l’Union professionnelle artisanale de PoitouCharentes a conclu un accord avec les syndicats pour offrir aux salariés de l’artisanat les mêmes avantages socioculturels qu’un comité d’entreprise. De son côté, Amthéus a ses recettes pour identifier les nouveaux talents. « Nous avons recours à l’intérim pour voir ce que les personnes valent sur une semaine. Cela peut déboucher sur un CDD ou un CDI », explique Stéphane Guillot. Son associé met l’accent sur les jeunes : « nous accueillons des stagiaires et des apprentis pour détecter ceux qui ont la motivation ». Certains font ainsi leur stage de découverte chez Amthéus dès la classe de 3e. « C’est à cet âge-là qu’il faut les avoir. Ils devraient avoir plus d’occasions de voir ce qui leur plaît, mais aussi ce qui ne leur plaît pas du tout », ajoute-t-il. Thomas Hubert


tolia.com on - Fo rd Villal © Richa

LFK]lhjgl][lagfkg[aYd]

zlYl\]kda]mp]lfgmn]Yml…k 9

dgjkim]dY[jak]j]kk]jj]d]keYj_]k\]eYfÆmnj]k ^afYf[a†j]k\]fgeZj]mpYjlakYfk$dYhjgl][lagfkg[aYd] \]kaf\…h]f\YflkY^Yal[gmd]jZ]Ym[gmh\Ì]f[j][]k\]jfa]jk l]ehk&J]lgmjkmjd]khjg_j†kY[[gehdakhYjd]JKA]ld]kkgdmlagfk g^^]jl]kYmp[glakYflk]f\a^^a[mdl…Yafkaim]kmjd̅ngdmlagf \mhYqkY_]\]dY[gehd…e]flYaj]\]kkYdYja…k& <<< <gkka]jj…Ydak…hYjKgh`a]\];gmjlanjgf


< gkka]j

D]JKA2]fhjg_j†k 9[hj[i"_boW[kZ[i¯Xk]i°$9[hj[i"bWfhej[Yj_edieY_Wb[eXb_]Wje_h[Z[i_dZƒf[dZWdji Ye“j[Y^[hZ[fk_ib['[h`Wdl_[h(&')"b[iYej_iWj_edicWbWZ_[i"ZƒfbW\eddƒ[i" edjWk]c[djƒ $CW_i_boWZ[iYedjh[fWhj_[i$:ƒYhofjW][[jceZ[Z½[cfbe_$

H

etit flashback. En 2006, les régimes AMPI (Assurance maladie des indépendants), AVA (retraite des artisans) et Organic (retraite des commerçants et industriels) ont fusionné pour annoncer la naissance du régime social des indépendants (RSI). Celui-ci a accouché à son tour en 2008 de l’Isu (Interlocuteur social unique). Un prématuré… qui a causé beaucoup de dégâts : appels à cotisations erronés, non transfert des données entre le RSI et l’Urssaf (qui collecte les cotisations), etc. 200 000 personnes auraient ainsi été diversement impactées en 2008. Mais la barre est en passe d’être redressée. Moins d’un an après le plan de résorption des anomalies de l’Isu (lancé fin 2011), les stocks des radiations et des affiliations étaient totalement épurés. « Il reste aujourd’hui entre 15 et 30 000 cas non résolus, dont 80 % sont liés aux Urssaf », précise Gérard

Quevillon, réélu président national du RSI le 21 décembre 2012. L’état d’esprit est à la conciliation. « Nous régularisons ceux qui n’ont payé qu’une partie de leurs cotisations pendant trois ans selon leurs revenus. Si nos services n’ont pas enregistré la demande de radiation d’un retraité en 2010, celui-ci ne devra rien. » Fin 2012, les élections des administrateurs locaux puis nationaux ont eu lieu (l’Upa est arrivée en tête avec 32,6 % des élus). Mais il semble que les possibilités offertes par le RSI soient bien souvent méconnues des travailleurs non salariés (TNS).

tout ou partie des cotisations, des médicaments hors nomenclature ; elle peut donner de l’argent – de 1 000 à 1 500 € – dans des cas graves », énumère Michel Bressy, membre du conseil d’administration national du RSI et administrateur de la Caisse régionale de Champagne-Ardenne. Pour cela, 30 M€ ont été distribués sur l’ensemble du territoire en 2012. « À Dijon, nous avons ainsi aidé des commerçants chez qui les clients ne rentraient plus à cause des travaux du tramway », illustre Jean-Pierre Roullet, coiffeur et président de la caisse du RSI de Bourgogne. B]Yf%Ha]jj] Jgmdd]l$ hj…ka\]fl \]dY[Yakk] \mJKA\] :gmj_g_f]&

<]kkgdmlagfk[gf[j†l]k hgmjd][glakYfl ]f\a^^a[mdl… Une offre globale de services existe. Dans chaque région, une Commission d’action sanitaire et sociale (Cass) intervient pour les entreprises qui ont des problèmes passagers. « Elle peut prendre en charge

Trop de TNS ignorent en outre qu’ils peuvent toucher des indemnités journalières. « L’artisan apporte sa compta-

+(

¾ImYf\b]e]kmakeak]egf[gehl]$bÌYa^YalmfYhh]d\Ìg^^j]k]l [gehYj…\a^^…j]fl]k[gehd…e]flYaj]k¿$]phdaim]9ff]:jm_ajYj\$ \]n]fm]\]hmakna[]%hj…ka\]fl]\Ì9hla$9kkg[aYlagf\]hj…ngqYf[] \]kljYnYadd]mjkaf\…h]f\Yflk&¾J]_Yj\]rd]fan]Ym\]k_YjYfla]k$ im]dhjaphYjYff…]$d]j]eZgmjk]e]fl…n]flm]d\m[memd\]k hj]klYlagfkfgf[gfkgee…]k$]le…^a]r%ngmk\]kYjfYim]khmZda[alYaj]k&¿ ;Yj[Ì]klmf^Yal2kÌYkkmj]j[g•l]\]dÌYj_]fl&¾H]fk]r[glak]j\]k af\]efal…kbgmjfYda†j]k¿$jYhh]dd]%l%]dd]3]l[gee][]dd]k%[a\gan]fl[gmnjaj d]k[`Yj_]k\]dÌ]flj]hjak]]f[Yk #=flj]hj]f]mj29ff]:jm_ajYj\ \ÌYjj‡l\]ljYnYad$¾j]ngq]rngk #9[lanal…2[j…Ylagf]l hj]klYlagfk[`Yim]Yff…]¿& j]klYmjYlagf\]naljYmp\ÌYjl ;gf[]jfYfldYj]ljYal]$¾[Ì]kl #;j…Ylagf2)1,+$j]hjak]]f)111 Za]f\][glak]jmf[gfljYldga #Da]m2?j]fgZd] EY\]daf"""hgmj[gehd…l]jd]JKA¿&

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M

¾Adf]^YmlhYk[gf^gf\j] [`a^^j]\ÌY^^Yaj]k]lZ…f…^a[]¿

<J

<geafaim]\]:jYq

;gehd…e]flYaj]2 ¾bÌYa^YalmfYhh]d\Ìg^^j]k¿

bilité en fin de mois ou de trimestre à son comptable, alors qu’il faut envoyer la demande dans les 48 heures… », poursuit le président bourguignon. Bon à savoir, l’entrepreneur peut alors avoir recours à la commission de recours amiable (Cra) de sa région, qui se réunit tous les mois. Celle-ci peut aussi être sollicitée en cas de désaccord sur un calcul. En moyenne, les cotisations versées par un chef d’entreprise non salarié correspondent à la moitié de ses revenus, avec un décalage de deux ans. Or en deux ans, la roue peut tourner. Après une mauvaise année, l’artisan peut demander le calcul à la baisse des cotisations qu’il aura à payer. Depuis l’année dernière, le congé maternité des fem-

¾E‡e]ka[]fÌ]klhYk…na\]fl\]dYhYq]j$ ad^Ymlhj]f\j]mf]emlm]dd]\†kim]dÌgf \…Zml]¿$[gf^a]d̅d][lja[a]f&¾D]kaf\]efal…k bgmjfYda†j]k\mJKA$hYj]p]ehd]$f]km^^ak]fl hYk¿&=f]^^]l$¾adf]^YmlhYk[gf^gf\j] [`a^^j]\ÌY^^Yaj]k]lZ…f…^a[]¿&¾D]k[glakYlagfkkgfl [Yd[md…]khYjjYhhgjlngkZ…f…^a[]k&9n][\]mpYfk \̅[Yjl&:j]^$^Yal]k\]k…[gfgea]kYnYfl\]ngmk afklYdd]j&¿

#=flj]hj]f]mj2B]Yf%;dYm\]JY\]d #9[lanal…2…d][lja[a]f]fZ€lae]fl #;j…Ylagf2)101 #Da]m2<abgf


#

.(\]kLFK\ak]fl YafkaYngaj[gflafm… \]ljYnYadd]j \mjYfld]k\gmr] \]jfa]jkegakYdgjk imÌadkYmjYa]fl \•kÌYjj‡l]jhgmj jYakgf\]kYfl…&

Af^g

ceajY_YqY%>glgdaY&[ge

H`adahh]:gdd][c]j$ k][j…lYaj]_…f…jYdEFJ9&

mes chefs d’entreprise dure 44 jours (soit 14 de plus que le régime général). Si les revenus de fin de carrière de l’entrepreneur baissent, une indemnité de départ à la retraite existe ; elle doit être demandée avant la radiation et intervient si les ressources sont inférieures à un plafond. Le calcul des trimestres cotisés pour la retraite réserve parfois quelques surprises. Jean de Dreuille, ébéniste à Paris, était TNS de 1990 à 1999 ; il est ensuite devenu salarié de sa SARL. « Je viens d’apprendre que j’ai des trimestres non validés pour cause de chiffre d’affaires trop bas ! Je faisais peu de bénéfices car j’avais cinq ou six salariés ; il est a priori trop tard pour réclamer… ». Mais

pour les TNS en fin de carrière, il est possible de racheter jusqu’à sept trimestres à bon prix (636 € en 2012). Depuis quelques années, on peut en outre cumuler une pension de retraite à taux plein tout en continuant à travailler. Car il semblerait tout de même que la précarité guette l’artisan.

DYdaZ]jl…Ymfhjap La santé de l’artisan est un bien précieux, son activité professionnelle en dépend. « À 64 ans, mon père, qui a commencé à 17 ans, n’a jamais pris une journée de sa vie », constate Jean-Louis Courtadon, tailleur de pierre à Volvic (Puy-de-Dôme). Plus de la moitié des TNS (60 %) disent ainsi avoir continué de travailler durant les douze

<J

¾Ad^YmlkYngaj[]im]dÌgf[glak]$ ]lhgmjimga¿ ¾D]kYjlakYfkima[glak]flf]kYn]flkgmn]flhYk imga3adkgfl\meYd\akkg[a]j[glakYlagfj]ljYal]$ [`Yj_]khYljgfYd]k]lk…[mjal…kg[aYd]&Ad^YmlkYngaj []im]dÌgf[glak]$]lhgmjimga¿&D]ZgmdYf_]j$ hj…ka\]fl\]dÌMhY\]k<]mp%K†nj]k$]kl Y[lm]dd]e]fl]fYjj‡lhgmjimYlj]egak&¾B]j]„gak\]k af\]efal…k3„YeÌYa\]eYak„Yf]j]eZgmjk]hYkdYh]jl] \Ì]phdgalYlagf\]dÌ]flj]hjak]¿$gZk]jn]%l%ad&

#=flj]hj]f]mj2=eeYfm]d?jahgf #9[lanal…2ZgmdYf_]j #;j…Ylagf2)11) #Da]m2E]dd] <]mp%K†nj]k!

derniers mois alors qu’ils auraient dû s’arrêter pour raison de santé**. Leurs arguments – ne pas mettre en péril le chiffre d’affaires (37 %), l’impossibilité financière de payer un remplaçant (33 %), l’absence de couverture en cas d’arrêt de travail (29 %) – révèlent une certaine fragilité. Une personne sur deux ne se considère pas suffisamment protégée en cas d’arrêt de travail. « Ma femme a été ma collaboratrice non déclarée pendant des années, faute de moyens », témoigne JeanClaude Guillemot, restaurateur de céramiques retraité. Or, la complémentaire est parfois écartée pour la même raison. L’argent. Alors qu’elle va devenir obligatoire pour les salariés (lire page suivante). "9n][mflYmp\].$-kmjd]kj]n]fmk hYjlaj\]),-((]mjgk&=fj]nYf[`]$dY [glakYlagf^gj^YalYaj]hj…nm]hgmj[]mp \gfld]j]n]fm]klaf^…ja]mjnY\aeafm]j& Daj]fglj]Yjla[d]]fhY_]+-& "" ;]k [`a^^j]k ]l d]k kmanYflk hjgna]ff]fl \Ìmf] ]fim‡l] j…Ydak…] hYj dÌA^gh hgmj d] _jgmh] Hj…ngaj ]f fgn]eZj]*()*& """D]kljYnYadd]mjkaf\…h]f\Yflkima k] \gl]fl \] [gehd…e]flYaj]k \] [gmn]jlmj]kYfl…]lhj…ngqYf[]h]mn]fl \…\maj]\]d]mjZ…f…^a[]hjg^]kkagff]d aehgkYZd]d]k[glakYlagfkn]jk…]k&

3

HGJL9AD<MJKA2

ooo&jka&^j

>g[mkkmj d]\aY_fgkla[]f hjgl][lagfkg[aYd] \]dYEFJ9 DYEmlm]dd]\]kYjlakYfk EFJ9!j]f^gj[]k]kda]fk Yn][k]kY\`…j]flk& Kgfj…k]Ym\]\…d…_m…k nY‡lj]…l]f\mkmal] dYj…^gje]\]kY _gmn]jfYf[]Y\ghl…] ]ffgn]eZj]\]jfa]j$ ]l]dd]\akhgk]\Ìmf]^gj[] \])+-[gfk]add]jk emlmYdakl]k\]l]jjYaf& H`adahh]:gdd][c]j$ kgfk][j…lYaj]_…f…jYd$ fgmk]phdaim]d] \aY_fgkla[_jYlmaleak]f hdY[]hgmjlgmlY\`…j]fl& ¾Mf]ph]jlEFJ9hjg[†\] mfj]d]n…]p`Ymkla^\]k \jgalkY[imakhgmjd]k jakim]kkYfl…$j]ljYal] ]lhj…ngqYf[]&;gee] adqYhYj^gak\]kYdd]jk ]lj]lgmjk]flj]\a^^…j]flk klYlmlk\YfkdYna] \ÌmfYjlakYf kYdYja…$ af\…h]f\Yfl!$adj][m]add] []k…d…e]flkYmhj†k \]k\a^^…j]flkgj_Yfake]k Ympim]dkdÌY\`…j]fl Y[glak…&;]ll]YfYdqk]$ [gehd†l] hjak]]f[gehl] \m[gfbgaflkÌadYhYjla[ah… dÌY[lanal…!$hj]f\]fnajgf \]mpegak&D][gfk]add]j EFJ9j]e]l]fkmal]mf ZadYfh]jkgffYdak…]l [`a^^j…[gf[]jfYfld]k \jgalk]lhj]klYlagfk&;] ima]klaffgnYfl$[Ì]klim] fgmk[gmnjgfklgmkd]k \geYaf]k\]dYhjgl][lagf kg[aYd]$\Yfkd][Y\j]\Ìmf k]jna[]emlmYdakl] ]fla†j]e]fl_jYlmal&¿

3

;GFL9;L2

ooo&efjY&^j L…d&2(0)(..../* hjap\ÌmfYhh]ddg[Yd \]hmakmfhgkl]^ap]!

+)

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


< gkka]j

DYhjgl][lagfkg[aYd]\]kkYdYja…k B[JDI]„h[bWYecfbƒc[djW_h[Z[i[iiWbWh_ƒi$Kdik`[jZedj_blW\Wbbe_hi½eYYkf[h$L_j[$

N]jkd̅_Ydal… \]ljYal]e]fl Le décret du 12 janvier 2012 change la donne des contrats collectifs. Des catégories ont été recréées au sein des salariés ; si l’une d’elles a une complémentaire, les autres doivent en avoir une. « J’ai un collège « ouvriers » et un collège « employés » ; si je couvre l’un, je dois couvrir l’autre », résume Thierry François, responsable commercial chez Alptis (groupe associatif de courtage en protection sociale). Des modulations au niveau des prestations, du taux de cotisation et de la répartition de la cotisation employeur/salarié sont cependant possibles au sein de chaque collège.

+*

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+

M

H`glg%C%>glgdaY&[ge

M

ne complémentaire, ce n’est pas donné. Stéphane Rapelli, économiste indépendant, l’illustre avec cet exemple : « La convention collective des détaillants de fruits et légumes leur impose de mettre en place une complémentaire pour leurs salariés ; lors d’une étude, je me suis rendu compte que les employeurs s’organisaient en temps partiel – qui permet de passer au travers de la complémentaire – pour payer moins ». La survie de l’entreprise peut en effet être en jeu. Pour 30 % de TPE/PME*, la question n’a jamais été évoquée… Cela va devoir changer ; le paysage de la complémentaire est en pleine mutation.

Petite précision non négligeable : « si l’entrepreneur maintient des différences, il devra le justifier auprès du contrôleur de l’Urssaf ». Les chefs d’entreprise devront étendre leur complémentaire ou leur nouveau contrat à tous leurs salariés avant le 31 décembre 2013. S’ils ne le font pas, plus d’exonération de leurs charges fiscales et sociales ! « Le législateur est allé loin avec ce décret, car il a reprécisé ce qu’attendait le régime obligatoire », note Thierry François. Un accord national interprofessionnel a par ailleurs été signé le 11 janvier 2013. Il stipule notamment, pour les branches qui ne l’ont pas déjà mise en place, la généralisation de la complé-

mentaire pour soins de santé à tous les salariés à compter du 1er janvier 2016, avec la mise en place d’un panier de soins financé à 50/50 par l’employeur et le salarié.

;gfk…im]f[]k hgmjd]LFK « Les entreprises n’ont pas vraiment pris la mesure du décret », poursuit Thierry François, qui a fait le tour de France pour l’expliquer aux courtiers. Or un redressement Urssaf en protection sociale peut vite chiffrer. « Nous avons constaté une accélération des contrôles en 2012. La période transitoire de 2013 passée, cela va s’accentuer. » L’entrepreneur est invité à se

renseigner auprès d’un spécialiste. « De plus en plus de régimes de frais de santé se mettent en place pour l’ensemble du personnel », constate Stéphane Rapelli. Autre solution possible à proposer aux employés, le ticket modérateur amélioré assorti de la possibilité d’enrichir individuellement ses prestations. « C’est la grande tendance », observe Thierry François. Pour mieux coller à la réalité budgétaire des entreprises, Alptis propose ainsi à ses adhérents une offre modulable avec un socle commun à tous les salariés (déjà modulable), et une partie facultative à compléter, par blocs. « La question n’est pas de maintenir ou non la complémentaire dans l’entreprise, la question est de savoir avec quel coût, quel contenu, quelle couverture ? », pointe Pascal Beau, président de l’Observatoire européen de la protection sociale. « Donner du sens à la complémentaire est l’enjeu de ces prochaines années. » Les chefs d’entreprise devront en discuter avec leurs salariés. Un bon point pour les fidéliser. "Kgmj[]2]fim‡l]9dhlak'GhafagfOYq$ eYa*()*&

DYhjgl][lagfkg[aYd]\]kkYdYja…kLH='HE=" #-(\]kHE=\]egafk\]-(kYdYja…k fÌgflhYk\][gfljYlkYfl…[gdd][la^& #Hj†k\]/(\]kLH=\])1kYdYja…k ]fkgfl\…hgmjnm]k& #,1\]k\aja_]Yflk\]LH= ))1kYdYja…k! hjghgk]flmf]emlm]dd]kYfl…d]mjk kYdYja…k&

#,/hjghgk]flmf][gmn]jlmj]hj…ngqYf[] d]mjkkYdYja…k& #Hgmj[`gakajkYemlm]dd]kYfl…kYdYja…k$ d][`]^\Ì]flj]hjak]Yj]_Yj\…2d̅l]f\m] \]dY[gmn]jlmj] ,-!$dYjYha\al…\m j]eZgmjk]e]fl *,!$dÌYlljY[lanal…\mlYja^ \][glakYlagf )0!&


H jYlaim]<]mp%K†nj]k *+=L*,E9JK ]j

 D=K;9>zK

) K9DGF<=D9;GFKLJM;LAGF =L<=D9JzFGN9LAGF <MJ9:D=KÂD9;Jà;@=

<=DÌ=EHDGA

>glgdaY&[ge

<]kj]f\]r%ngmk af[gflgmjfYZd]k hgmjk]l]faj af^gje…

;`]^k\Ì]flj]hjak]$hYjla[a% h]rYmphjg[`Yafk[Y^…k \]dÌ]ehdga&<]kj]f\]r% ngmk\]0`+()(`+( gj_Yfak…k\]^…nja]j fgn]eZj]kmjnglj] l]jjalgaj]&9mhjg_jYee] \]kkmb]lk\ÌY[lmYdal…2 d]ke]kmj]k\ÌYa\]kdÌ]e% hdga$d]_jgmh]e]fl \Ì]ehdgq]mjk$dYÕ\…dakY% lagf\]kkYdYja…k$]l[& Ngkhjg[`Yafkj]f\]r%ngmk2 œ*)eYjkdY>…\…jYlagf \]dYZgmdYf_]ja]2DYN9= œ).eYaE]dd]2E]kmj]k ]lYa\]kdÌ]ehdga œ*(bmaf:j]kkmaj]2D] _jgmh]e]fl\Ì]ehdgq]mjk

3

=FK9NGAJHDMK

 E9/1Ym(-,1//0/0+ ; gmn&Zj]eYm\8[eY%fagjl&^j

A

nsécurité des approvisionnements énergétiques, débat national sur la transition énergétique, campagnes de sensibilisation et des travaux d’amélioration thermique réalisés sur les bâtiments communaux, c’est dans ce contexte que l’écoconstruction s’invite tout naturellement au cœur des débats de la première édition du Salon de la construction et de la rénovation durables, les 23 et 24 mars prochain à l’espace Hélianthe à La Crèche. Pas moins de 30 exposants artisans, fabricants mais aussi des partenaires de l’opération, notamment la CMA 79, le Centre régional des énergies renouvelables et la Communauté de communes Arc-en-Sèvre, présenteront les nouveautés dans le domaine des énergies et animeront les ateliers et les tables rondes prévus au programme de ces deux journées. Grâce à ce salon à entrée libre et gratuite, la commune de La Crèche entend ainsi favoriser les contacts entre les professionnels locaux de la construction durable et les habitants.

3

HDMK<ÌAF>GK

ooo&dY[j][`]%[gfkljm[lagf\mjYZd]&^j

9jlakYfk\]ke…la]jk\]Zgm[`]2 hYjla[ah]rdY))]…\alagf\mHjap ?g•l]lKYfl…

;

D]k\glYlagfk O 1 er prix : 10 000 € O 2 e prix : 7 500 € O 3 e prix : 5 000 €

Qmja9j[mjk%>glgdaY&[ge

réé en 2003 par MAAF Assurances, le Prix national Goût et Santé valorise les métiers de bouche et récompense les professionnels qui s’engagent dans une démarche prenant en compte l’intérêt nutritionnel de leurs recettes. Ce concours met en avant des produits et des préparations innovants qui contribuent à l’équilibre alimentaire des consommateurs et qui présentent un contenu nutritionnel et des qualités gustatives.

3

AFK;JAHLAGF

 nYfld]+)eYa*()+eafmal]l\gkka]j\] 9 [Yf\a\Ylmj]\akhgfaZd]kmjooo&eYY^&^j

Daj]Ymkka]fhY_],-dÌYjla[d]¾LjgakdYmj…Ylk ]lmf[gmh\][Æmj¿

++

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


B mja\aim] Hjgl][lagfkg[aYd]

NGLJ=9?=F<9 E9JK%9NJAD*()+ >ak[Yd #9jlakYfk]fkg[a…l…hYkkaZd]\]dÌAK2n]jk]% e]flYmk]jna[]\]kaehlkhgmjd])-eYjk$ kgmkh]af]\]eYbgjYlagf\])($\]dÌY[geh% l]\Ìaehlkmjd]kkg[a…l…kn]fm…[`…Yf[] d]*(^…nja]j& #<…[dYjYlagf\]kZ…f…Õ[]k\]*()*hgmjd]k YjlakYfk]ffgehjghj]gm]fkg[a…l…$\…hg% k]j Ym ;]flj] \]k aehlk hgmj d] +( Ynjad [] \…dYa ]kl j]hgmkk… ]f _…f…jYd  \…Zml eYa!&

Kg[aYd #Hgmjd]kYjlakYfkfÌYqYflhYkhdmk\]1kYdY% ja…k]lhYqYfld]k[glakYlagfke]fkm]dd]e]fl$ n]jk]e]flHd]=ehdga]ldÌMjkkY^$hgmjd] )-eYjk$\]k[glakYlagfkkmjd]kkYdYaj]k\] ^…nja]j& N]jk]e]fla\]flaim]$\Yfklgmkd]k[Yk$hgmj d]kYjlakYfk\]hdmk\]f]m^kYdYja…k& #9jlakYfkfgfkYdYja…k2hj…d†n]e]fle]f% km]dhYjdÌgj_Yfake][gfn]flagff…$d]*(\] [`Yim]egak$\]k[glakYlagfkhjgnakagff]dd]k *()+\]eYdY\a]$\ÌYddg[Ylagfk^YeadaYd]k$\] ;K?]l;J<K]l\]j]ljYal] kYm^ghlagfhgmj mfhj…d†n]e]fld]-\megak!& #Hgmjd]kYjlakYfkfÌYqYflhYkhdmk\]1kYdY% ja…k$n]jk]e]flHd]=ehdga]ldÌMjkkY^$ hgmjd])-Ynjad$\]k[glakYlagfkkmjd]kkYdYa% j]k\m)]jljae]klj]*()+gmkmjd]kkYdYaj]k \]eYjk$k]dgfdYh…jag\a[al…\]hYa]e]fl [`gaka]& Hgmjd]k]ehdgq]mjk\]hdmk\]1kYdYja…k$n]j% k]e]fl\]k[glakYlagfkkmjd]kkYdYaj]k\] eYjk\Yfklgmkd]k[Yk&

M

M

D]k[glakYlagfk\ÌYkkmjYf[]%eYdY\a]]leYl]jfal…\]kYjlakYfk kgfl\…kgjeYak\…hdY^gff…]k]l[g•l]jgfl\gf[hdmk[`]j hgmj[]mp\gfld]kj]n]fmkkgfld]khdmk…d]n…k& =f[gflj]hYjla]$dY[glakYlagfeafaeYd]hgmjd]kYjlakYfk Ympj]n]fmkeg\]kl]k]kl\aeafm…]&

est la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013 qui a institué cette mesure : à compter de 2013, la cotisation maladie des non-salariés (artisans, commerçants ou professionnels libéraux) est dorénavant calculée sur l’ensemble du revenu professionnel, et non plus dans la limite d’un plafond. Jusqu’à présent, en effet, cette cotisation était calculée avec un taux de 0,6 % dans la limite du plafond annuel de la Sécurité sociale (37 032 € en 2013) et un taux de 5,90 % entre une fois et cinq fois ce plafond annuel, soit un taux global de 6,5 %. Ce taux de 6,5 % n’est pas modifié, mais la cotisation est calculée sur la totalité des revenus d’activité, sans limitation. Une partie des « économies » ainsi récupérées par la Sécurité sociale financera la diminution de la cotisation forfaitaire, qui est prévue pour les non-salariés les plus modestes, dont le revenu est inférieur à 40 % du plafond annuel de la Sécurité sociale, soit 14 813 €. Actuellement, les artisans qui sont dans ce cas doivent s’acquitter d’une cotisation minimale de 6,5 % sur cette assiette de 14 813 €, soit 963 € en 2013. Désormais, ils paieront un peu moins.

;glakYlagfk kmjd]kZYkj]n]fmk Une réduction dégressive de la cotisation minimale est en effet prévue.

lgdaY&[ge

>g :YZaemÇ

Les modalités sont les suivantes :  si le revenu professionnel est négatif ou nul, le montant de la réduction est égal à 313 € pour 2013, soit une cotisation minimale à payer, finalement, de 650 € ;  si le revenu professionnel est positif, le montant de la cotisation minimale est progressif pour atteindre le maximum de 963 € à un niveau de revenu de 14 813 €. On voit donc que même lorsque le revenu professionnel est très faible, il faudra continuer à verser une cotisation minimale forfaitaire pour être couvert par l’assurancemaladie des non-salariés. En outre, ce nouveau dispositif ne s’applique pas pour les artisans qui débutent leur activité, et pour ceux qui peuvent bénéficier d’une autre réduction ou d’un autre abattement de cotisations maladie, notamment en zone franche urbaine, dans une zone de redynamisation urbaine ou dans un département d’outre-mer.



+, D]egf\]\]kYjlakYfk eYjk%Ynjad*()+

D]k[glakYlagfkeYdY\a] hdmk[`†j]k]f*()+




JmZjaim]j…Ydak…]hYj>jYf„gakKYZYjdq

B mja\aim] >AK;9DALz

D=;Jz<AL<ÌAEHæL ;GEHzLALANALz NGMK;GF;=JF=%L%AD7 D]?gmn]jf]e]flY[j……mf¾[j…\al\Ìaehl[geh…lalanal…¿$ \gfld]kYjlakYfk]ehdgq]mjkhgmjjgflZ…f…^a[a]j&=fhjYlaim]$ d]k]^^]lk\][]ll]e]kmj]f]k]^]jgflk]flajimÌ]f*(),& des rémunérations versées en 2013 ; ce taux passera à 6 % à compter de 2014.

:Yakk]\]dÌaehlkmjd]kZ…f…Õ[]k Le crédit d’impôt compétitivité revient en fait à une baisse de l’impôt sur les bénéfices, puisqu’il sera imputé sur l’impôt sur le revenu ou l’impôt sur les sociétés dû par l’entreprise pour l’année au cours de laquelle les rémunérations ont été versées (en 2014, donc, pour les rémunérations versées en 2013). En outre, si le crédit d’impôt dépasse le montant de l’impôt dû par l’entreprise sur ses bénéfices, l’excédent pourra être déduit de l’impôt dû par l’entreprise au titre des trois années suivantes. À l’issue de cette période, il sera restitué à l’entreprise. Pour les petites PME, les entreprises nouvelles et les entreprises en redressement judiciaire, il pourra même être remboursé immédiatement, sans attendre ce délai de trois ans. Le Cice devrait donc donner un « bol d’air » aux artisans employeurs, puisque le coût social de leurs emplois sera en partie compensé par une baisse de l’impôt sur les bénéfices. En revanche, le Cice sera financé par une modification des taux de TVA qui entrera en vigueur en 2014 : le taux normal passera de 19,6 % à 20 %, le taux intermédiaire passera de 7 % à 10 % et le taux réduit sera abaissé de 5,5 % à 5 %. La taxe sur les travaux dans le bâtiment et la restauration, notamment, sera donc augmentée…

Gdana]jD]EgYdÇ>glgdaY&[ge

D

e « crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi » (Cice), instauré par la dernière loi de finances rectificative pour 2012, est entré en vigueur le 1er janvier 2013. Cet avantage fiscal équivaut en fait à une baisse des cotisations sociales sur la masse salariale des entreprises. Il viendra en déduction de l’impôt à acquitter en 2014 au titre de l’exercice 2013. Toutes les entreprises, quels que soient leur secteur d’activité et leur structure juridique, sont concernées. Le crédit d’impôt pourra donc bénéficier aussi bien aux artisans individuels qu’à ceux qui sont en société, à condition d’employer des salariés. Même les entreprises situées dans une zone d’exonération spécifique (en zone franche urbaine notamment) sont concernées. Plus le nombre de salariés employés est élevé, plus l’avantage fiscal sera important. Dans la base de calcul du crédit d’impôt, on retient tous les salariés avec un contrat de travail, y compris les apprentis. Mais attention : les rémunérations prises en compte sont celles qui ne dépassent pas 2,5 smic par salarié. Les rémunérations excédant 2,5 smic sont donc exclues de l’assiette du Cice et ne donnent pas droit à l’avantage fiscal. Le taux du crédit d’impôt a été fixé à 4 %

D]lYmp\m[j…\al \ÌaehlY…l… ^ap…,\]k j…emf…jYlagfk fÌ]p[…\YflhYk *$-kea[n]jk…]k ]f*()+&;]lYmp hYkk]jY. [gehl]j\]*(),&

#

D]kal]Afl]jf]l ooo&eY%[geh]lalanal]&_gmn&^j \…lYadd]d]\akhgkala^\m[j…\al \ÌaehlhgmjdY[geh…lalanal…]ldÌ]ehdga& Adh]je]lfglYee]fl\]kaemd]jd]egflYfl \]dÌYdd…_]e]flYmlalj]\m[j…\al\Ìaehl& Af^g

+-

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


H jYlaim]<]mp%K†nj]k :ÜLAHGDAK

MF=FGMN=DD=RGF=<Ì9;LANALzK HGMJ9;;M=ADDAJNGLJ==FLJ=HJAK= Kalm…]9a^^j]k$hjgpaeal…aee…\aYl]\]kZgmd]nYj\kh…jah`…jaim]k$:€lahgdak]klmf]fgmn]dd]rgf] \ÌY[lanal…\]dY;geemfYml…\ÌY__dge…jYlagf\]Fagjl&

<]mp%K†nj]k 9e…fY_]e]fl Kg[a…l…9fgfqe]\Ìz[gfgea] Eapl]Dg[Yd]]klmfgh…jYl]mj ]fYe…fY_]e]fl]l]f [gfkljm[lagfimaY[[gehY_f] d]khgjl]mjk\]hjgb]lkhmZda[k ]lhjan…k\Yfkd]mjkgh…jYlagfk \][gfkljm[lagf]l \ÌYe…fY_]e]fl$\]hmakd]k…lm\]k \]^YakYZadal…bmkimÌdYdanjYakgf \]dÌgmnjY_]&

3

J=FK=A?F=E=FL

A

mplantée sur plus de 6 hectares, à 5 minutes du centre-ville de Niort et des échangeurs Sud et Est de l’A10, cette zone est destinée à accueillir les professionnels du bâtiment et des travaux publics, de la production d’énergies renouvelables et de l’industrie. Elle sera desservie par les transports en commun.

Les terrains proposés sont modulables (à partir de 1 500 m2) en fonction des besoins des acquéreurs qui profiteront également de la proximité d’entreprises exerçant dans leur secteur d’activité (ZI Saint Florent, ZA des Herses, VM Matériau, Bezombes…). Enfin, Bâtipolis bénéficie d’un statut fiscal avantageux puisque l’ensemble

Ad]kl_jYlmal

9jlakYfk$[geemfaim]rkYfk eg\…jYlagf]l\]eYf\]r nglj]cal\][geemfa[Ylagf

1(

Français ont une  des image positive de l’ar-

tisanat, Première entreprise de France. Une marque porteuse de valeurs comme le savoir-faire, l’inventivité, la qualité ou encore la proximité.

3

Alors n’hésitez pas à afficher les couleurs de l’artisanat et mettez ce capital sympathie au service de votre activité. Demandez et recevez gratuitement affichettes et adhésifs à mettre en évidence dans vos locaux ou sur vos véhicules.

;GEE9F<=RNGLJ=CAL<=;GEEMFA;9LAGFKMJ2

ooo&YjlakYfYl&af^g'Y[[m]ad'YjlakYf

+. D]egf\]\]kYjlakYfk eYjk%Ynjad*()+ M

M

 ]mp%K†nj]k9e…fY_]e]fl%Ha]jj] < D]eYkd] L…d&2(-)//*))(/ Hgjl&2(./)+/,*-/ ;gmjja]d2ZYlahgdak8\]mp%k]nj]k% Ye]fY_]e]fl&^j

des constructions réalisées sur la zone est exonéré de taxe d’aménagement. Les professionnels implantés à Bâtipolis pourront bénéficier de l’accompagnement de la CAN dans leur installation.


: gmjk]<]mp%KÂ&#x2020;nj]k hgmj[gmhd]\Â&#x2026;ZmlYfl$;9*())2 )00((( --imaflYmp!$hjap^\k 1(((($dgq]j-(('egakYn][`YZa% lYlagf,(e$hgkk&\][`Yf_]e]fl \]dg[Ymp]fda]fYn][dY[geemf]&

ADK;@=J;@=FL MFJ=HJ=F=MJ FAGJL=LK=K 9D=FLGMJK

Ngmkkgm`Yal]rj]hj]f\j]gmljYfke]llj] mf]]flj]hjak]7Hdmka]mjkgmladkkgfl nglj]\akhgkalagfĂ&#x20AC; #ooo&ZfgY&f]l :gmjk]fYlagfYd]\Ă&#x152;ghhgjlmfalÂ&#x2026;kYjlakYfYd]k!

! K9DGF<=;GA>>MJ=

N\k^\k\Yfkrgf][gee]j[aYd]$hYj% caf_hjanÂ&#x2026;$,hgkl]k\][ga^^Y_]$*ZY[k$ kYdgfj]^Yalf]m^$YeZaYf[]žk]n]f% la]kÂżgjYf_]]l_jak$Zmj]Ym#daf_]ja] #jÂ&#x2026;k]jn]$kYdgf[daeYlakÂ&#x2026;]laf^gjeY% lakÂ&#x2026;$hjap^\k+/((( \gfleYlÂ&#x2026;ja]d! #klg[c$dgq]j++1$-1@L'egak&

! >D=MJAKL=

N\k^\khjg[`]Fagjl$\Yfk[ge% emf]\]++((`YZlk$dg[YdkalmÂ&#x2026;kmj dYhdY[][]fljYd]Yn][[gee]j[]k \]hjgp& ZgmdYf_]ja]$ZYjlYZY[ hj]kk]$[gghĂ&#x20AC;!$dg[Yd.+e*\gfl ,(e\]n]fl]$)*eYl]da]j]l1e Zmj]Ym'jÂ&#x2026;k&$eY_YkafÂ&#x2026;imahÂ&#x2026;\Ă&#x152;mf] [`Zj]^jga\]$[daeYlakYlagfjÂ&#x2026;n]jka% Zd] [jÂ&#x2026;Ylagf^af*((0!$Y[[Â&#x2020;khYjcaf_ _jYlmal$hYk\][gf[mjj]f[]\aj][l]$ [da]flÂ&#x2020;d]^a\Â&#x2026;dakÂ&#x2026;] [Yjl]\]^a\Â&#x2026;dalÂ&#x2026;!$ a\Â&#x2026;Ydhgmj)h]jkgff]$Y^^Yaj]\Â&#x2026;n&$ hjap^\k+0C$dgq]j/-(LL;'egak&

#LjYfk[gee]j[]'LjYfk9jlakYfYl2bgmjfYd\Ă&#x152;Yffgf[]k \]dYJÂ&#x2026;_agfHgalgm%;`Yj]fl]kYafkaim]d]kkal]k [gjj]khgf\Yflkooo&ljYfk[gee]j[]&[geĂ&#x2021; ooo&ljYfkYjlakYfYl&[ge

3

;GFL9;L;E92

H9QK<=?Ă&#x153;LAF=

 khY[][gfk]ad]flj]hjak]k = DYmj]J]lYadd]Ym LÂ&#x2026;d&2(-,1//0/0* d&j]lYadd]Ym8[eY%fagjl&^j

! K9DGF<=;GA>>MJ=

N\k^\k[Ymk]j]ljYal]$\Yfk[ge% emf]]fnajgf)(((`YZlk$]paklYfl \]hmak.(Yfk$dg[YdkalmÂ&#x2026;kmjYp] hYkkY_]j$kmh]j^a[a]*-eYn][ Y_jYf\akk]e]flhjÂ&#x2026;nmhgmj[jÂ&#x2026;Y% lagfjÂ&#x2026;k]jn]k#lgad]ll]k$;9,+C$ hjap^\k*+C$dgq]j*-('egak&

! J=LGM;@=NĂ?L=E=FLK

N\k^\kj]lgm[`]nÂ&#x2021;l]e]flk$Y[la% nalÂ&#x2026;]p]j[Â&#x2026;]\]hmakhdmk\])(Yfk$ [da]flÂ&#x2020;d]\]hjg^]kkagff]dk]l\Â&#x2026;n& hgkkaZd]n]jk[da]flÂ&#x2020;d]hYjla[mda]jk$ []fljYd]nYh]mjhjg^&$Y[[gehY_f]% e]flhgkkaZd]$hjap^\k)-(((&

Zgmj_$kalmÂ&#x2026;kmjYp]hYkkY_]jYn][ hdY[]k\]hYjcaf_$kmj^&[gee]j[] )*)e$hYk\]kYdYjaÂ&#x2026;$a\Â&#x2026;Ydhgmj )j]afklYddYlagf$^gmjjÂ&#x2026;fgn]j$hgkk& Y[`Ylemjk [ge#`YZ!$hjap^\k /-((($dgq]j/-('egak$hjapemjk 1((((&

! K9DGF<=;GA>>MJ=

N\k[Ymk]j]ljYal]$^\kkmjNYkd]k [geemf])/((`YZalYflk!$k]md kYdgfkmjdY[geemf]$dg[Yd,(e$ kalmÂ&#x2026;]f[]flj]Zgmj_$hYjcaf_k hjgpaealÂ&#x2026;$;9-(C@L$hjap^\k ,*((($dgq]j+0('egak&

H9QK@9MLN9D <=KĂ NJ==LE=DDGAK ! :GMD9F?=JA=%HĂ&#x153;LAKK=JA=

! ;GMN=JLMJ=Ă&#x2021;RAF?M=JA=Ă&#x2021; ;@9M>>9?=Ă&#x2021;K9FAL9AJ=

N\k[Ymk]j]ljYal]$^\k9j_]flgf d]kNYddÂ&#x2026;]k$ljÂ&#x2020;kZgf]ehdY[&kmj jgml]hYkkYfl]Yn][hgkk&klYlagf% f]e]fl$Zmj]Ym'Y[[m]ad,(e #Yl]da]j*/.e#jÂ&#x2026;k]jn]aflÂ&#x2026;ja]mj] #]plÂ&#x2026;ja]mj]-,0e$Y[lanalÂ&#x2026;Y[lm]dd] Yn][+kYdYjaÂ&#x2026;k$j]hjak]Yn][)kYdY%

H9QKL@GM9JK9AK=L :G;9?=:J=KKMAJ9AK

N\k[Ymk]j]ljYal]$^\kJge$[Yf% lgf\]D]rYq$hjÂ&#x2020;k\];gm`Â&#x2026;]l\]dY F)($kmj^Y[]lglYd)+-e$n]fl]kmj .eYj[`Â&#x2026;k ,-\m;9!$YmeY_Ykaf +(!$]l]flgmjfÂ&#x2026;]k *-!$a\Â&#x2026;Yd

! :GMD9F?=JA=Ă&#x2021;HĂ&#x153;LAKK=JA=Ă&#x2021; zHA;=JA=

N\k^\kYn][lgmjfÂ&#x2026;]k]f[]flj]

jaÂ&#x2026;[gmnj]mj$Y[lanalÂ&#x2026;\geafYfl]2 [gmn]jlmj]raf_m]ja]$hjap^\k0(C$ hgkk&dg[Ylagf11('egak$emjk n]f\j])+(C$Y[[gehY_f]e]fl hYj[Â&#x2026;\YflhgkkaZd]& ! :GM;@=JA=Ă&#x2021;;@9J;ML=JA=

N\k[Ymk]j]ljYal]$^\kZgm[`]ja]% [`Yj[ml]ja]%ngdYadd]hjÂ&#x2020;k \]L`gmYjk$]khY[]\]n]fl] +-e$ljÂ&#x2020;kZa]f]flj]l]fm# Yl]da]j.(eYmpfgje]k$^gjl] YlljY[lagf\]dY[da]flÂ&#x2020;d]$a\Â&#x2026;Yd] hgmj[gmhd]$;9*())2+*)C$jÂ&#x2026;kmd% lYl+1C$hgkk&dgm]jeYakgfY\bY% []fl]hgmj0(('egak$hjap ^\k)*((((kYakaj

HgmjhYkk]jnglj]hmZda[alÂ&#x2026;

\YfkD=EGF<=<=K9JLAK9FK$ [gflY[l]r2 D=EGF <= <=K

jlakYfk 

 

jlakYfk 

<= D=EGF <=K



 



;Jz=J$

 



=FLJ=H

J=F<J=



 

=LJzMK

KAJ<9F KD=KE

zLA=JK

LA=JK

=KEz J<9FKD

JzMKKA

J==L HJ=F<

=FLJ=

;Jz=J$

D=EGF<=  <=K

PYna]jLg   jj]

jlakYfk 



DĂ&#x152;YjlakY jÂ&#x2026;ngdml fiman]ml dYhYj^magff]j \]dmp] e]ja] H&,* ;Jz=J$=F

LJ=HJ=F<

 

L@A=JJQBGFIMAĂ J=K

J==LJzMK

KAJ<9FKD =KE

<AJ=;L=MJ<=HM:DA;ALz LzD2(.**.1+(**

:ae]klja]d fÂ&#x2DC;1(

Â&#x153;k]hl]eZ j]%g[

lgZj]*()*

Â&#x153;)`

zLA=JK

KQDNA9 HAF=D$F EAFAKL GMN=9M J= =L<=DĂ&#x152;9 <M;GEE=J  ;= JLAK9F9 LH&,

LMA90

_NL_0

1.indd

1

 MfkYngaj %^Yaj] jYj] \Yfk , H&,* l f ] d d a kljYnY al]kH&)

DĂ&#x152;=AJD$M HGMJDĂ&#x152;=FKL9LMLHJG L= AF<ANA< FLJ=HJ=F=M ;L=MJ J M=DH&*1

:ae]klj

FL ;LAGF H=FK= ;=IM= 9FK<=DĂ&#x152;zD= =H&, AK D=K9JL yGAK@GDD9F< <=>J9F 9 NL indb

)Â&#x153;fgn]eZj]

Ad pafkgd \]kda]m

:ae]klja]dfÂ&#x2DC;1

a]dfÂ&#x2DC;01Â&#x153;

gÂ&#x2022;l*()* bmadd]l%Y

Â&#x153;)`

%\Â&#x2026;[]eZj]*()

*Â&#x153;)`

:addYj\a]j

<=FL =$HJzKA =FA;GD LAGF9D= K=J?z;D FF9 AG9?= MF9AJ JLH&,. <=DĂ&#x152;GHL AEAA= <Ă&#x152;9;@ K=J JKK=K zL 9J? MF=Fz;= =K$ <=KE KKALzH &)0

LMA91_N

L.indb 1

6/06/12

16:28:02

<GKKA=J

?zJ=JD=K >DM;LM9LA <Ă&#x152;9;LANAL GFK zH&*1

4/

;z<JA;BGFIMAĂ J=K

;@=><=HM:DA;ALz

LzD2(.)(+,0)++

1

+/

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


> gjme <GKKA=JK<=DÌzH9J?F=

Ez<A;AKJ=LJ9AL=E9<=DAFJ=EHGJL= MF=>GAK<=HDMKD=D9:=D<Ì=P;=DD=F;= Imakgfld]k ¾<gkka]jk\]dÌzhYj_f]¿7

E…\a[akj]ljYal]EY\]daf dYmj…YlhgmjdY+]^gak

C’est un organisme indépendant qui, depuis maintenant plus de 25 ans, compare les contrats proposés par les banques, les compagnies d’assurance et les mutuelles. Plus de 10 000 contrats sont ainsi suivis par leurs équipes d’analystes financiers.

Après avoir été le premier à remporter le Label d’excellence en 2010 dans la catégorie des contrats en points retraite, Médicis a mis à profit l’année 2011 pour faire évoluer son contrat Madelin : des nouveautés immédiatement couronnées par le Label d’excellence en 2012 et confirmées en 2013 avec l’obtention à nouveau du Label.

D]DYZ]d\Ì]p[]dd]f[] Pour faciliter le choix des Français, les « Dossiers de l’Épargne » distinguent les meilleurs contrats par un Label d’excellence attribué sur des critères comme le niveau des frais, l’accessibilité, la souplesse, le panel d’options de rente et de prévoyance… Un contrat peut être distingué une année et pas une autre si, entre-temps, les offres concurrentes ont évolué.

te et avisée, de la part de nos élus et de nos spécialistes », déclare Michel Clerc, directeur général de Médicis.

<]k[gfljYlkj]ljYal]]fhgaflk$ mfkqkl†e]kaehd]]lk•j Le fonctionnement est simple : dans le cadre de Médicis retraite Madelin, les versements des commerçants et artisans adhérents sont convertis en points retraite qui se cumulent chaque année. Multiplié par la valeur du point, le nombre de points donne le montant de la rente viagère annuelle. Un tel système permet d’avoir en permanence une estimation de sa future retraite en euros.

MflYmp\]j]f\]e]flj]ljYal] \]hdmk\]0]f*()) Le contrat Médicis retraite Madelin enregistre un taux de rendement retraite moyen à la liquidation de plus de 8 % en 2011 pour une carrière complète soit l’un des meilleurs taux du marché. « Un tel niveau de rendement est le résultat de 35 ans de gestion financière pruden-

3

HGMJHDMK<ÌAF>GJE9LAGFK2

[ gfkmdl]rd]k<gkka]jk\]dÌzhYj_f]$ f˜)+*$?ma\]*()+$h&))1&

Article réalisé en partenariat avec Médicis.

# 9Zgff]r%ngmkYmEgf\]\]kYjlakYfk

:mdd]lafj]fngq]jYn][nglj]j†_d]e]fl9L;&K]jna[]YZgff]e]flk&

9Zg *+jm]<mhgfl%\]k%Dg_]k&-/(((E]lr&>Yp2(+0/.1)0),& 

D=EGF<= <=K

 





D=EGF<= <=K

 

jlakYfk



 





 

jlakYfk

D=EGF<= <=K

;Jz=J$=FLJ=HJ=F<J==LJzMKKAJ<9FKD=KEzLA=JK

;Jz=J$=FLJ=HJ=F<J==LJzMKKAJ<9FKD=KEzLA=JK



 





 

D=EGF<= <=K

jlakYfk ;Jz=J$=FLJ=HJ=F<J==LJzMKKAJ<9FKD=KEzLA=JK



 





 

jlakYfk ;Jz=J$=FLJ=HJ=F<J==LJzMKKAJ<9FKD=KEzLA=JK

PYna]jLgjj]

;=IM=H=FK=FL D=K9JLAK9FK<=DÌzD=;LAGF <=>J9FyGAK@GDD9F<=H&,

K=J?=FA;GD=$HJzKA<=FL <=DÌMFAGFF9LAGF9D= <=KEzLA=JK<Ì9JLH&,.

KQDNA9HAF=D$FGMN=9M EAFAKLJ=<M;GEE=J;= =L<=DÌ9JLAK9F9LH&,

DÌ=AJD$MFKL9LMLHJGL=;L=MJ HGMJDÌ=FLJ=HJ=F=MJ AF<ANA<M=DH&*1

 MfkYngaj%^Yaj] jYj]H&,*

:addYj\a]j

z;D9AJ9?= GHLAEAK=JK=K;@9J?=K$ MF=Fz;=KKALzH&)0

<mehaf_kg[aYd

D]fgmn]Ym ^d…Ym\]k YjlakYfk

:ae]klja]df˜1*œbYfna]j%^…nja]j*()+œ)`

:ae]klja]df˜1)œfgn]eZj]%\…[]eZj]*()*œ)`

AdkljYnYadd]fl\Yfk \]kda]mpafkgdal]kH&),

:ae]klja]df˜1(œk]hl]eZj]%g[lgZj]*()*œ)`

:ae]klja]df˜01œbmadd]l%Yg•l*()*œ)`

DÌYjlakYfiman]ml j…ngdmlagff]j dYhYj^me]ja] \]dmp]H&,*

<GKKA=J ?zJ=JD=K>DM;LM9LAGFK <Ì9;LANALzH&*1

H&)0 ;GMH<=HJGB=;L=MJ KMJD=KD9MJz9LK KL9JKEzLA=JK*()*H&,

D=K>AF9D=KF9LAGF9D=K <=K,*=KGDQEHA9<=K <=KEzLA=JKH&,*

Gma$b]eÌYZgff]YmEgf\]\]kYjlakYfkhgmj\]mpYfk )*fme…jgk!YmlYja^hj…^…j]fla]d \]0]mjgk Ymda]m\])*]mjgk"! Hj…fge&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& Fge&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& Hjg^]kkagf&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& FgeZj]\]kYdYja…k&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&9\j]kk]&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& L…d…h`gf]&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&>Yp&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& =%eYad&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& "Hjap\]n]fl]Ymfme…jg&G^^j]nYdYZd]bmkimÌYm+)')*'*()*&LYja^\ÌYZgff]e]fl)Yf$>jYf[]2.]mjgk&=fYhhda[Ylagf\]dYdgaf˜/0%)/\m.bmaf)1/0$ ngmk\akhgk]r\Ìmf\jgal\ÌY[[†k]l\]j][la^a[YlagfYmpaf^gjeYlagfkngmk[gf[]jfYflj]hjg\mal]k[a%\]kkmk&DE9ngmkhj…[ak]imÌ]dd]kkgflf…[]kkYaj]k YmZgfljYal]e]fl\]nglj]YZgff]e]fl&



+0 D]egf\]\]kYjlakYfk eYjk%Ynjad*()+ M

M


> gjme HJ9LAIM=

;@GAKAJKGF=PH=JL%;GEHL9:D= <]d̅lYZdakk]e]fl\]k[gehl]kYffm]dk]fhYkkYflhYjd][gfk]ad]f_]klagf bmja\aim]$kg[aYd$^ak[Yd!$nglj]]ph]jl% [gehlYZd]\]na]f\jYdÌmf\]ngk[gfk]add]jkd]khdmkhjg[`]k&D][`gap\][]hYjl]fYaj]]kl\gf[mf]…lYh]hjaegj\aYd]&

L

rès souvent assimilé au médecin de famille, l’expert-comptable est un professionnel essentiel à votre quotidien. Si son cœur de métier est la tenue des comptes, la révision comptable, l’établissement du bilan et les déclarations fiscales, l’expert-comptable saura plus largement vous conseiller et vous apporter ses compétences en fonction de vos besoins. Il peut exercer dans un cabinet comptable ou au sein d’une association de gestion et de comptabilité (AGC). La confiance, reposant sur la fréquence et la qualité de vos échanges, est donc primordiale. Grâce à elle, l’expertcomptable saura vous accompagner pour le développement et la réussite de votre entreprise.

Mfj…hgf\]mjhgmjd]kYjlakYfk ]lÀd]kYhhj]flak D]Egf\]\]kYjlakYfk]kl nglj]eY_Yraf]&Kmj[`Yim]kmb]l$ fgmkngmdgfkkYngaj[]im]ngmk h]fk]r&Hgdalaim]$…[gfgea]$ ^gjeYlagf$im]klagfkkg[aYd]k$ eYl…ja]dk$_]klagf$dgakajk2[gee]fl h]j[]n]r%ngmk$Ymk]af\]nglj] ]flj]hjak]$d]kim]klagfkim]fgmk ljYalgfkYm^ad\][]khY_]k7Hgmjngmk ]phjae]j\YfkdYjmZjaim]^gjme$ ngmk\akhgk]r\m[gmjja]j$\m^Yp$ \]dÌ]%eYad]l\]fglj][gmhgf%j…hgfk] [a%[gflj]!&Ngmkhgmn]r…_Yd]e]fl fgmkdYakk]jmfe]kkY_]ng[Yd gmfgmk]fngq]jmfKEK =f[gflY[lYfld](.0*1(0**,"$ ngmkhgmjj]rl…ega_f]j$hjgl]kl]j$ im]klagff]j$afl]jh]dd]j$hYjlY_]j ngkj…^d]pagfk& "J…hgf\]mj\]dYj…\Y[lagf\mEgf\]\]k YjlakYfk&;geemfa[Ylagf^Y[lmj…]YmlYja^ fgjeYdn]jkmfegZad]&

Mf]j]eYjim]$mf]im]klagf7 ;gflY[l]rdYj…\Y[lagf Ym(.0*1(0**,

Avant de choisir ce partenaire, il vous faudra définir vos besoins. En fonction de vos exigences, votre choix se portera sur un expert-comptable qui connaît votre métier et souhaite mettre en place une organisation en adéquation avec la taille de votre structure. Le cadre de la relation avec votre expertcomptable est établi dans un document obligatoire : la « lettre de mission ». Celle-ci définit les obligations des deux parties pour chaque domaine d’intervention, leurs modalités et le tarif de la prestation. On constate aujourd’hui que les sites de devis en ligne se multiplient, tout comme la tendance à choisir son expert-comptable sur un critère uniquement tarifaire. C’est certes important,

mais pour faire un choix le plus éclairé possible, il est préférable de rencontrer plusieurs professionnels afin de mieux comparer les prestations et les prix. Il est vrai que vous ne pourrez estimer la qualité de votre expert-comptable qu’avec le temps. Il se doit d’être votre premier partenaire et pourrait devenir votre plus grand « fan » ! Ce choix, vous l’aurez compris, doit être guidé par quelques critères importants : ses compétences, son relationnel, son organisation, ses services (comptabilité, paie, juridique, informatique…) et son rapport prix/prestation. Aussi, nous vous conseillons de prendre le temps de choisir votre expert-comptable. Article réalisé en partenariat avec Gestélia.

# ;gflY[lj…\Y[lagf

Af^g 9L;&D]Egf\]\]k9jlakYfk&)+/imYa\]NYdeq&/-()(HYjak& L…d&2(.0*1(0**,&>Yp&2(),((-*+)*& d]egf\]\]kYjlakYfk8_jgmh]%Yl[&[ge

Hj…fge&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& Fge&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& E…la]j&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& 9\j]kk]&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& L…d…h`gf]&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& >Yp&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& =%eYad&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& Kgm`Yal]‡lj]j][gflY[l…hgmjYhhgjl]jdYj…\Y[lagf kgfl…ega_fY_]kmjd] k!kmb]l k!kmanYfl k!2 PKljYl…_a]\Ì]flj]hjak]

P=fnajgff]e]fl

PAffgnYlagf

PLjYfkeakkagf\Ì]flj]hjak]

PL][`faim]k[gee]j[aYd]k

P?]klagf]l[gehlYZadal…

P>ak[Ydal…]lY\eafakljYlagf

PIm]klagfkkg[aYd]k

PKlYlml\m[gfbgafl

P>gjeYlagf[gflafm]

P9hhj]flakkY_]

PEYl…ja]dk

PDgakajk

P9mlj]k2&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

+1

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


> gjme<]mp%K†nj]k Jz?D=E=FL9LAGFL@=JEAIM=<M:ÜLAE=FL

K=>GJE=J9MPFGMN=DD=K HJ9LAIM=KHJG>=KKAGFF=DD=K

M

ne nouvelle réglementation thermique d’étanchéité à l’air, la RT 2012, est entrée en vigueur au 1er janvier 2013. Elle impose non seulement des règles précises mais aussi une obligation de résultats. Pour tous les professionnels du bâtiment gros œuvre et second œuvre, en énergies et construction bois, cela implique un changement important des méthodes de travail. Ainsi, pour répondre aux marchés du neuf et assurer une bonne coordination entre les corps de métiers, il leur est impératif de se former. C’est tout l’objet de la mise en place de la plateforme de formations Praxibat par la CMA.

Soucieuse d’accompagner au mieux les chefs d’entreprises dans la mise en œuvre de cette nouvelle réglementation, tant sur le plan de la réalisation technique des chantiers que sur l’information qui devra être apportée aux clients, la CMA propose en partenariat avec la Capeb et la Fédération française du bâtiment, cinq modules de formation en construction bois et construction lourde de 7 ou 14 heures répondant aux exigences des nouvelles normes. Les formations ont lieu principalement au Campus des métiers de Parthenay qui dispose de la plateforme « Enveloppe du bâtiment » pour traiter de l’étanchéité

][dY;Yh]Z DY;E9hjghgk]]fhYjl]fYjaYlYn ]fl$ ]ldY>…\…jYlagf^jYf„Yak]\mZ€lae ljm[lagf [afieg\md]k\]^gjeYlagf]f[gfk ),`]mj]k Zgak]l[gfkljm[lagfdgmj\]\]/gm ]dd]kfgje]k& j…hgf\YflYmp]pa_]f[]k\]kfgmn

à l’air et d’un pôle énergie de haute performance. Comprendre et expliquer les enjeux de cette réglementation, assurer la qualité des réalisations, anticiper les interactions entre les intervenants, s’y retrouver au travers de la multitude de labels, certificats, appellations, sigles et symboles, des contrôles et mesures, se former de façon pratique et concrète à la mise en œuvre de l’étanchéité à l’air ou d’une ITE (Isolation thermique par l’extérieure), tels sont les principaux thèmes traités en formation.

3

;GFL9;LK

#Hd]kZgak]l…f]j_a]k%;Yehmk \]ke…la]jk\]HYjl`]fYq%(-,1/)*1*1 `&ngdYljgf8[eY%fagjl&^j hd]Zgak!% b&[gmkaf8[eY%fagjl&^j hd]…f]j_a]k! #Hd]:€lae]fl%;Yehmk\]ke…la]jk\] Fagjl%(-,1++(/.(%^&_mad]l8[eY%fagjl&^j #J]ljgmn]rd][gfl]fm\][`Yim]eg% \md]\]^gjeYlagfkmjooo&[eY%fagjl&^j

HjYpaZYl$ [Ì]klimga7

>glgdaY&[ge

DÌgZb][la^\]HjYpaZYl$afala…hYjdÌ9_]f[] \]\…n]dghh]e]fl]l\]dYeY‹ljak] \]d̅f]j_a] 9\]e]!$]kldYeak] fan]Ym\m\akhgkala^fYlagfYd \]^gjeYlagfhgmjdYegfl…] ]f[geh…l]f[]k\]khjg^]kkagff]dk \mZ€lae]fl&;]dYh]je]l\]j…hgf\j] YmpgZb][la^k\m?j]f]dd] \]dÌ=fnajgff]e]flkmjd]keYj[`…k \mf]m^]l\]dYj…fgnYlagf& ;]dYk]ljY\malhYjdY[j…Ylagf \]hdYl]^gje]k\]ljYnYmphjYlaim]k kmj\]kl][`fgdg_a]kl]dd]kim] d]Zgak…f]j_a]$d̅[dYajY_]$d]kgdYaj] h`glgngdlYŒim]]ll`]jeaim]$ d]khgeh]k[`Yd]mj]ld]ljYal]e]fl \]dÌ]fn]dghh]\]kZ€lae]flk ]l\]d̅lYf[`…al…dÌYaj& >gjlk\]d]mjkhd]k\][geh…l]f[]k$ d]k;Yehmk\]ke…la]jk\]Fagjl ]lHYjl`]fYqgfl…l…j]l]fmkhYj dYJ…_agfHgalgm%;`Yj]fl]k ]ldÌ9\]e]hgmjgj_Yfak]j\]kk]kkagfk \]^gjeYlagfafalaYd]]l[gflafm]&

,( D]egf\]\]kYjlakYfk eYjk%Ynjad*()+ M

M


> gjme K=E9AF=F9LAGF9D= <=DÌ9JLAK9F9L

<m)-Ym**eYjk$dYK]eYaf] fYlagfYd]\]dÌYjlakYfYle]lljY ]fdmea†j]\]k[]flYaf]k \ÌafalaYlan]k\]hjgeglagf \mk][l]mjhYjlgml]f>jYf[]& Kgml]fm]hYjd]_gmn]jf]e]fl$ ]dd]YfglYee]flhgmjgZb]l \Ìaf[al]jd]kb]mf]kj]bgaf\j] d]k^ada†j]kYjlakYfYd]k$ ]fb]meYb]mj\mfgmn]Ym HY[l]hgmjdÌYjlakYfYl&

z

vénement phare du secteur, organisé conjointement par l’APCMA et l’UPA, la Semaine nationale de l’artisanat (SNA) regroupe chaque année sous un label commun toutes les initiatives locales de promotion de l’artisanat. Du 15 au 22 mars prochain, les artisans proposent ainsi au grand public – avec les CMA et les organisations professionnelles membres de l’UPA – des centaines de manifestations : reportages, portes ouvertes, visites, démonstrations, débats, concours… Fil rouge de l’édition 2013, le thème « Paroles d’artisans » est une invitation lancée aux chefs d’entreprises afin qu’ils témoignent de leur passion, de leur métier et qu’ils encouragent les jeunes à rejoindre l’artisanat. Une volonté qui rejoint pleinement celle du gouvernement, qui a retenu la SNA comme l’un des leviers

Ymj]eYjÇ^glgdaY&[ge

MF9HH=D 9MPB=MF=K pour sensibiliser les jeunes aux opportunités d’emploi du secteur dans le cadre du Pacte pour l’artisanat présenté en janvier dernier. Les événements organisés autour de la formation recevront ainsi le soutien du ministère chargé de l’Artisanat.

E]kkY_]hgkala^ « Oui, il est possible de réussir une carrière professionnelle dans l’artisanat, de développer son entreprise de façon durable y compris à l’export ! Oui, il y a des métiers qui recrutent. Nous formons les générations futures par l’apprentissage ! » Tel est le message positif que le monde artisanal s’apprête à adresser aux jeunes Français en ce mois de mars. Dans le Gers par exemple, les jeunes entrepreneurs de l’artisanat tiendront leur propre stand au Salon de l’habitat d’Auch (du 15 au 17 mars) pour exposer leur savoir-faire et montrer que l’artisanat est une voie d’avenir. Dans les Ardennes, un groupe de scolaires visitera le 18 mars une entreprise fabriquant des systèmes solaires innovants afin de valoriser la filière de l’innovation et de présenter des métiers d’avenir en tension. Les 18 et 21 mars, 400 collégiens sont en outre attendus sur le bassin de Charleville-Mézières pour découvrir les métiers de l’alimentation à travers

des ateliers de démonstration (bouchers, boulangers, chocolatiers…). Les CMA d’Aquitaine seront présentes au Salon de l’alternance de Bordeaux (22 et 23 mars) pour communiquer sur les filières artisanales qui recrutent. Les deux sites de l’Institut des Métiers de l’Artisanat de l’Oise (Compiègne et Beauvais) ouvriront leurs portes le 16 mars, une initiative baptisée « Découvrir et apprendre un métier de 15 à 26 ans ». Dans la Vienne, ce sont les entreprises qui ouvriront leurs portes le 20 mars pour promouvoir les métiers du secteur et le développement économique local auprès des publics jeune et adulte en recherche d’orientation, de contrats en alternance ou de formation. Le 25 mars aura lieu à la CMA du Val d’Oise le concours culinaire de l’Association des restaurateurs indépendants du Val d’Oise (Ariv) destiné à promouvoir l’apprentissage et à mettre en valeur des apprentis cuisiniers et serveurs ainsi que leurs maîtres d’apprentissage. Autant d’exemples qui seront multipliés partout en France pour mettre en avant les parcours de réussite professionnelle et de promotion sociale offerts par l’artisanat.

3

;GFL9;L2

ooo&k]eYaf]%fYlagfYd]%YjlakYfYl&^j

n;GF;GMJK¾MF<=KE=ADD=MJKGMNJA=JK<=>J9F;=¿ Gmn]jlmj]\]kafk[jahlagfk D]*-][gf[gmjkMf\]kE]add]mjkGmnja]jk\]>jYf[]*()+% *()-]kldYf[…&D]k[Yf\a\YlkgflbmkimÌYm+(k]hl]eZj] hgmjkÌafk[jaj]&;][gf[gmjk$nYda\…hYjmf\ahde]\ÌzlYl \]fan]YmAAA …imanYd]flZY[#*!\…danj…hYjd]eafakl†j] \]dÌz\m[YlagffYlagfYd]$j…[geh]fk]dÌ]p[]dd]f[] hjg^]kkagff]dd]&D]kdYmj…Ylk$\…[gj…k\]dYe…\Yadd] YmjmZYflja[gdgj]]llalj…kEG>$kgflj][gffmkhgmjdY h]j^][lagf\]d]mjkYngaj%^Yaj]$d]mjj]kh][l\]kljY\alagfk

]ld]mj[YhY[al…affgn]j&;]ll]*-]…\alagf]klgmn]jl] \Yfk)/_jgmh]k j]klYmjYlagf]l`l]dd]ja]$Z€lae]fl ]lhYljaegaf]Yj[`al][lmjYd$l]plad]]l[maj$Zgak ]lYe]mZd]e]flÀ!]l)+.[dYkk]k gme…la]jk!& *++[Yf\a\Ylkgfl…l…j]„mkdgjk\]dYhj…[…\]fl]…\alagf&

3

;GFL9;L2;geal…\Ìgj_YfakYlagf ;G=L! L…d&2()----10,1'ooo&e]add]mjkgmnja]jk\]^jYf[]&gj_

,)

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


HJ=KLA?= >9:JA;9LAGF=L:JG<=JA=<=H9J9HDMA=K

B]Yf%Ha]jj]Qngf D]N…jalYZd] ;`]jZgmj_ k]e…jal]

=f`Yml2D]khYjYhdma]k\mN…jalYZd];`]jZgmj_ kgflZjg\…kYmk]afe‡e]\]dYeYfm^Y[lmj]& ;a%\]kkmk2K]hleYfm^Y[lmja]jk$hjaf[ahYd]e]fl \]k^]ee]k$kÌ]ehdga]fldY\…[gmh]$dÌYkk]eZdY_]$ ]lYmegflY_]\]khYjYhdma]k\];`]jZgmj_& ;a%[gflj]2;`Yim]hYjYhdma]]kln…ja^a…eafmla]mk]e]fl& ¾Gfnak]d]r…jg^Yml]$r…jg\…^Yml¿$]phdaim]B&%H&Qngf&

DÌYjlakYf\mhj…ka\]fl DYeYjim]\]hYjYhdma]k\]B]Yf%Ha]jj]Qngf$ D]N…jalYZd];`]jZgmj_Ÿ$]klj][gffm]afl]jfYlagfYd]e]fl kmjd]eYj[`…\mdmp]&HYjeak]k[da]flk$ad[gehl]\]keYjim]k hj]kla_a]mk]k]l\]k[`]^k\ÌzlYl&Kgfk][j]l2dÌaffgnYlagf& ,* D]egf\]\]kYjlakYfk eYjk%Ynjad*()+ M

M


;a%\]kkmk2B]Yf%Ha]jj]Qngfhj]f\dYhgk]Yn][d]¾^]j\]dYf[]¿\]kY[gdd][lagf$d]HYjYhY[lme$imaYf…[]kkal… \]kYff…]k\]j][`]j[`]]l\…n]dghh]e]fl&

B

ean-Pierre Yvon est amoureux de Cherbourg, et il a longtemps été attristé par la mauvaise image dont souffrait la ville. « Un jour sous la douche, j’ai décidé de faire quelque chose pour changer cela », se rappelle cet ancien artisan photographe. C’était en 1986. Aujourd’hui, il est convaincu d’avoir réussi à redonner un peu de fierté aux habitants. Comment ? En créant une marque de parapluies reconnue à l’international et arborant fièrement le nom de leur ville : « Le Véritable Cherbourg® ». Dès le début de l’aventure, le succès est au rendez-vous. En effet, les produits de Jean-Pierre Yvon présentent la particularité de résister aux vents violents qui balaient cette cité à la proue du Cotentin. Les Cherbourgeois ont même été étonnés de constater que ses parapluies parvenaient à « passer le pont », celui qui traverse le port et auquel peu de ses concurrents ont survécu. Ce qui fait dire à l’artisan que ses produits « ne sont pas des objets ordinaires, mais des compagnons, des protecteurs ». Conscient de cet avantage compétitif, il a donc décidé d’axer sa communication sur la solidité de ses parapluies, « car l’élégance, elle, se voit directement ». En effet, les tissus sont beaux, le bois de qualité, les courbes travaillées, et les bagues en métaux précieux sur lequel le nom et le logo de

l’entreprise sont gravés donnent à l’ensemble un air majestueux. Rien de surprenant quand on sait qu’il parcourt des milliers de kilomètres par an pour dénicher les matériaux les plus nobles… Son autre atout : l’innovation. Rares sont les petites entreprises qui peuvent se targuer d’avoir déposé trois brevets. C’est son cas et il ne compte pas s’arrêter là. L’amour de la perfection paie. Dans son carnet de commandes, des entreprises prestigieuses comme Cartier ou Moët & Chandon, ou encore, plus étonnant, des chefs d’État. D’ailleurs, les gardes du corps du président français utilisent son parapluie-bouclier, le « ParaPactum », extrêmement résistant, pour le protéger de la pluie, mais aussi des agressions. Passionné, Jean-Pierre Yvon considère que ses illustres clients « font partie d’un club d’amoureux de bel ouvrage ». Aussi, pour cultiver son image de marque, refuse-t-il que ses parapluies soient vendus à côté de produits bas de gamme. Pour cela, il sélectionne avec rigueur les points de vente car, selon lui, « le Véritable Cherbourg se mérite ». Emmanuel Daniel

)1.+

)10.

)11.

*((0

*())

DYhYkkagf\] B]Yf%Ha]jj]QngffY‹l$ imYf\$)*Yfk$ adYkkakl]YmlgmjfY_] \m^adeD]kHYjYhdma]k \];`]jZgmj_$ \]BY[im]k<]eq$ hYde…;Yff]k&

9hj†khdmka]mjk ]ph…ja]f[]k]flYfl im]h`glg_jYh`]]l [gee]j„Yfl\]hjg\malk \]dmp]$B]Yf%Ha]jj]Qngf [j…]dYeYjim]¾D] N…jalYZd];`]jZgmj_Ÿ¿ ]fdÌ`gff]mj\]kYnadd] fYlYd]&

<…kaj]mp\]f]hdmkkgmk% ljYal]jkYhjg\m[lagf$ ad[j…]dYEYfm^Y[lmj] \]HYjYhdma]k\] ;`]jZgmj_ K9JD EYhY[`]!Y^af \]¾kYlak^Yaj]dÌ]p[]dd]f[] \Ìmf]^YZja[Ylagf\]@Yml] >Y„gf^jYf„Yak]¿&

AdkÌaehdaim]\Yfk dYj][`]j[`]]l d]\…n]dghh]e]fl \]kgfhjg\malh`Yj]2 d]HYjYHY[lme$d] hYjYhdma]\]hjgl][lagf jYhhjg[`…]$Zgm[da]j \]kh]jkgffYdal…k&

Kgjla]\mHYjYHY[lme$ imadmanYm\jY fglYee]fl\] j][]ngajd]hjap KlYjkE…la]jkÇ AffgnYlagf l][`fgdg_aim] ]f*()*&

;a%[gflj]2<YfkdY Zgmlaim]D]N…jalYZd] ;`]jZgmj_$\a^^a[ad] \]^Yaj]kgf [`gaphYjead]k affgeZjYZd]k hYjYhdma]k\]dmp]&

H`glgk2=&<Yfa]d

;a%\]kkgmk2;`Yim] hYjYhdma]]klj]hYkk… _j€[]mf]eY[`af] nYh]mjhgmj…daeaf]j lgmkd]khdak&

3

;GFL9;L2

 ]N…jalYZd];`]jZgmj_ D +($jm]\]kHgjl]k%-()((;`]jZgmj_ ooo&hYjYhdma]\][`]jZgmj_&[ge

,+

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


A falaYlan]k ,*]kGDQEHA9<=K<=KEzLA=JK

¾>9AJ=IM=DÌzDàN=<zH9KK=D=E9âLJ=¿

H`glgk2=&<Yfa]d

9nYfld]k^afYd]kafl]jfYlagfYd]k\]kGdqehaY\]kimaYmjgflda]m]f9dd]eY_f]\…Zmlbmadd]l$ dÌzimah]\]>jYf[]\]kE…la]jkkÌ]fljY‹f]Yn][Y[`Yjf]e]fl&J]hgjlY_]Ymhj†k\]k[Yf\a\Ylk ]fafklYddYlagf…d][ljaim]]l\]d]mjk[gY[`k$imaljYnYadd]fl\ÌYjjY[`]%ha]\hgmj‡lj]hj‡lkl]ehk&

D]kljgak[geh…lal]mjk$[Ykim]kmjd]k gj]add]k$j…Ydak]flmf]p]j[a[]\][€ZdY_]& 9nYflmf]p]j[a[]$>YZa]f$e…\Yadd…\Ìgj;d]jegfl%>]jjYf\$…[gml]d]k[gfka_f]k\]k]k[gY[`k&

ambiance est studieuse dans la salle de classe du CFA de SaintGrégoire, à 15 minutes de Rennes. Casque sur les oreilles, Fabien, Julien et Jimmy ont les yeux fixés sur leur établi. Ces électriciens de moins de 23 ans sont les trois finalistes de l’épreuve d’installation électrique des Olympiades des Métiers qui a eu lieu à Clermont-Ferrand en novembre dernier. Et si la crème de la profession est réunie dans cette pièce, ce n’est pas pour évoquer les souvenirs de cette compétition, mais bien pour préparer la compétition internationale qui aura lieu à Leipzig, en Allemagne, du 2 au 7 juillet 2013. Pendant les prochains mois, ils vont suivre des stages de préparation physique et de gestion du stress. Deux fois par semaine, ils s’entraînent également avec un coach près de chez eux. Mais cette semaine, ils se réunissent en Bretagne pour s’affûter techniquement. « On n’est pas là pour leur apprendre le métier, rappelle Gildas Jouanno, préparateur technique entré dans l’encadrement des Olympiades il y a presque dix ans. Le but de ce stage est de travailler sur la méthodologie, de déceler et d’éliminer les gestes parasites

,, D]egf\]\]kYjlakYfk eYjk%Ynjad*()+ M

M

qui font perdre du temps et sont donc facteur de stress. » Pour y parvenir, rien n’est laissé au hasard. Les performances des trois candidats sont chronométrées et enregistrées sur ordinateur. À partir de ces données, Bernard Finet, expert-métier chargé de préparer les candidats à la finale internationale, créera des graphiques pour surveiller leur progression.

?Y_f]j]f[geh…l]f[]k Sur les trois, seul Fabien, 19 ans et médaille d’or à Clermont-Ferrand, concourra à Leipzig. Julien, son dauphin, sera également du voyage en tant que suppléant mais pas Jimmy, qui est ici en tant que partenaire d’entraînement et jeune espoir pour la prochaine édition. Pour autant, leur présence n’est pas fortuite. « L’idée est de créer une émulation pour qu’ils se dépassent », explique Bernard Finet du haut de ses presque 50 ans de carrière en tant qu’électricien, dont 15 ans de bénévolat aux Olympiades. L’expert-métier mise aussi sur la diversité des profils pour faire gagner les candidats en compétences : « l’intérêt d’être trois, de trois régions différentes, est que chacun apporte sa méthode, sa technique ». Les deux

accompagnateurs et leurs champions en herbe ont ainsi élaboré de nouvelles techniques et pensé à de nouveaux outils pour gagner du temps. C’est le cas par exemple du brassard magnétique, qui permet de maintenir clous et crayon entouré d’un fil de fer à portée de main ; ou encore d’une visseuse accrochée au-dessus de l’établi et reliée à une poulie afin de pouvoir l’attraper plus rapidement. L’atmosphère est cordiale mais les coachs restent exigeants. Gildas avoue « viser l’excellence ». Ils n’ont d’ailleurs pas le choix car lors de la finale internationale, les différentes équipes ne se font pas de cadeau. Pour certaines nations, en effet, les enjeux sont totalement différents. « Les candidats et coachs de certains pays asiatiques qui gagnent une médaille d’or se voient offrir une voiture, une maison ou un gros chèque. Pour nous, c’est juste le plaisir d’avoir participé ! », souligne Bernard Finet, révélant que certains entraîneurs étrangers n’hésitent pas à déstabiliser les adversaires de leur poulain. Précautionneux, Bernard et Gildas préparent donc Fabien et ses comparses à supporter les pressions à venir. Ce n’est qu’à ce prix qu’ils atteindront leur objectif : « faire que l’élève dépasse le maître ». Emmanuel Daniel


A falaYlan]k LJGAKD9MJz9LK=LMF;GMH<=;ÅMJ

HJAP?GéL=LK9FLzE99>9KKMJ9F;=K

zla]ff]:]_gm]f

:gfha]\ZgfÆad$d]hjap?g•l]lKYfl…E99>9kkmjYf[]kYYll]afld]k)(Yfk&=lkad]k¾nYd]mjkk•j]k¿ \]dÌYjlakYfYl\]Zgm[`]kgfllgmbgmjkYmhYdeYj†k$im]dim]kb]mf]klYd]flk\gm…k\ÌaeY_afYlagf ]l\]ja_m]mjd]klYdgff]flkgmn]fl&;gee][]ll]Yff…]&

J…_ak:Yjgf[afa$)]jhjap?g•l]lKYfl… E99>9kkmjYf[]*()*&

)]jhjap2J…_ak:Yjgf[afa L]jjaf]\]`geYj\$_YkhY[`g\]hganjgfk$ [`ahk\]jarYm[`gjarg]lkY^jYf

S’il y a bien quelqu’un qui ne cèdera jamais aux trompettes de la renommée, c’est Régis Baroncini. Pourtant, son parcours le lui permettrait : major de l’école hôtelière de Genève, passé à L’Auberge de L’Ill (3 étoiles Michelin), propriétaire des Foies Gras du Saulzoir à Valenciennes, il pourrait en remontrer à bien des flamboyants.

Mais son regard doux, son sourire et sa rondeur sont les seuls atouts qu’il met au service d’une maîtrise absolue des produits, des préparations et des cuissons. Pour sa cinquième participation, il s’est attaqué au roi des crustacés : le homard, associé aux délicats légumes d’été (courgettes, carottes, aubergines, tomates...) dans une terrine de couleur toute espagnole. « Le homard est servi le plus souvent chaud, accompagné de sauce à la crème ou de coulis. J’ai voulu lui rendre sa virginité, légère, rafraîchissante et colorée, et m’inscrire dans une démarche contemporaine de cuisine santé. »

*]hjap2:gmdYf_]ja]%H€lakk]ja] OYdl]j=fkak`]ae j]hj…k]fl…] hYj:aYf[YEYjlafk! ;`Yjdgll]eYf_m]%nYfadd]

Certains concurrents du prix Goût et Santé MAAF Assurances n’ont peur de rien : il faut oser s’attaquer à la charlotte, ce monument pâtissier trop souvent figé dans la tradition ménagère ! Mais à bien y réfléchir, préférer le biscuit au son d’avoine (anti-cholestérol, antidiabétique) aux habituels boudoirs, substituer la mangue (riche en fibres et peu calorique) aux fraises et le mascarpone au fromage blanc, et le tour est joué ! Enfin, pas tout à fait. L’équilibre et la justesse de l’assemblage, l’élégance du mon-

tage sont pour beaucoup dans ce deuxième prix. Et cela n’est pas à la portée de la ménagère ! Bravo donc à Bianca Martins, et saluons la modestie de son employeur, la Pâtisserie Walter à Ensisheim (68), qui a laissé sa protégée affronter seule le jury, mais aussi cueillir ses propres lauriers !

+]hjap2K[gllK]jjYlg HYn…\]ljmal]\]:YfcY$ imafgja[gee]mfjakgllgYmpd…_me]k ]l_jYaf]k\]^]fgmad_]je…]k

« La truite de Banka, elle est unique ! » Pas étonnant que Scott Serrato, traiteur et « cuisinier à domicile », comme il se définit lui-même, ait mis en valeur le poisson exceptionnel de cette vallée qui s’enfonce en Navarre et s’achève dans la Nive. Chair ferme, rose ou blanche, faible teneur en lipides et richesse en protéines en font la base idéale d’une préparation pour Goût et Santé. Son goût délicat oblige à la retenue : cuite à l’unilatéral, elle se prélasse sur un risotto de Quinori, mélange de légumineuses bio encore peu utilisé aujourd’hui. Quelques graines de fenouil germées apportent la fraîcheur à une sauce à base de crème de soja. Le bilan nutritionnel est éloquent, et la dégustation vous réconcilie avec un poisson trop souvent malmené. C’est cela, aussi, Goût et Santé !

 Fglj][gmh\][Æmj ÂDYmj]f[]?YdYmh$hgmjkgf¾;Yjjq\]hgmd]leap…¿ ;][gmh\][Æmj\]dYj…\Y[lagffÌ]kl]fja]fmf]hjak] \]\aklYf[]Yn][d][`gap\mbmjq2Za]fimÌ]dd]fÌYalhYkj…mfa d]ke]add]mjkkm^^jY_]k$dY\…eYj[`]\]DYmj]f[]?YdYmh Y…l…mfYfae]e]flkYdm…][gee]]p]ehdYaj]& ;]ll]]p%…[gd]`l]da†j]Y[j……kgf]flj]hjak]$ImYda[Yjjq$ DYJ…mfagfhgmjkÌYllYim]jmf[`Ydd]f_]af…\al2j]f\j] _g•l]mk]dY[makaf]hjghgk…]Ympj…ka\]flk\]keYakgfk\] j]ljYal]&¾DY\…fmljalagf\]kk]fagjkim]dÌgf[gfklYl]\Yfk d]keYakgfk\]j]ljYal]h]ml‡lj][geZYllm]]fhj…k]flYfl fgkYf[a]fkmf][makaf]…dYZgj…]]lkga_f…]$imadY^gak j]kh][l]d]mjk`YZalm\]k_mklYlan]k$]lkÌY\Yhl]d]mjk ^j…im]flkljgmZd]k\]dYeYkla[Ylagf&¿

Mf]njYa]\…eYj[`]\]J< HYjlYfl\][]hjaf[ah]$DYmj]f[]?YdYmhY\gf[¾j]nakal…¿ d]ljY\alagff]d[Yjjq\]hgmd]lj…mfagffYak$imÌ]dd]hj…hYj] ¾[gee]dYeYakgf¿$hmakimÌ]dd]eap][`Ym\]lY[[gehY_f] \Ìmf]kYm[]Ymphae]flkd…_]jk$lgeYl]k]lga_fgfk&D]_g•l\m [Yjjq]klhj…k]flkYfkY_j]kkanal…$d]khYj^mekkgflZa]fda…k ]ldYZgm[`…][gfk]jn]mf]njYa][gfkaklYf[]2gZb][la^Yll]afl& ¾;gehl]l]fm\]k]pa_]f[]k\]kk]jna[]kkYfalYaj]k$fglj]ljYnYad \]j][`]j[`]Y…l…j…Ydak…kgmkd][gfljd]\]dY<?;;J>]l]f [gddYZgjYlagfYn][d]dYZgjYlgaj]mfan]jkalYaj]\]DYJ…mfagf&¿ /(\][]kj]hYkY\Yhl…kkgflk]jnak[`Yim]bgmjhYj[]ll] ]flj]hjak]\]),kYdYja…k$imaYhmYafkak]hgkalagff]j ^YngjYZd]e]fl\Yfkd]hYqkY_]Y_jg%Ydae]flYaj]\]d̋d]&

,-

D]egf\]\]kYjlakYfkMeYjk%Ynjad*()+M


G hafagf Ha]jj]H]dgmr]l]kld]E…\aYl]mjfYlagfYd\]kj]dYlagfkafl]j%]flj]hjak]k$dYl‡l]\]dY E…\aYlagfAfl]j%]flj]hjak]k[j……]]f*()(hgmjj…_d]jdÌYeaYZd]d]kdala_]k[gee]j[aYmp&Ad Yhh]dd]d]kYjlakYfkd]kYakajkYfk`…kal]j]f[Yk\]e…k]fl]fl]Yn][mf]Ymlj]]flj]hjak]&

Fgmkkgee]kdhgmj jYhhjg[`]j\]k_]fkimagfl \meYdk][gehj]f\j] L&@mZ]jl

Ha]jj]H]dgmr]l$

E…\aYl]mj\]kj]dYlagfkafl]j%]flj]hjak]k

Hgmn]r%ngmkhj…k]fl]jnglj]jd] YmpYjlakYfkimaf]ngmk[gffYakk]fl hYk7 Notre objectif est que les relations entre les entreprises soient un facteur d’amélioration de la compétitivité et non d’accélération de la crise. Nous avons deux axes de travail : améliorer ces relations, et faire grandir les PME à plus fort potentiel en soutenant les pépinières d’entreprises ou des initiatives de solidarité économique entre grands groupes et sociétés plus petites. Mais l’aspect curatif, la médiation ellemême, est au cœur de notre métier. C’est un outil extraordinaire, dont il est dommage qu’il soit encore peu connu car il affiche un taux de réussite de 80 %.

;gee]flYdgjkj…^gje]j []kj]dYlagfkkYfk]flj]j\Yfk \]kdg_aim]khYh]jYkka†j]k7 Il faut essayer de formaliser un minimum, faute de quoi les paroles de l’un peuvent avoir un autre sens pour l’autre. Si on ne s’est pas compris sur la prestation, on ne paye pas la facture, l’artisan ne peut alors plus payer ses employés et l’entreprise se retrouve en danger. En cas de problème, il ne faut pas hésiter à aller vers la médiation. Vous pouvez nous saisir sans attendre en cas de litige potentiel, dès que vous vous dites : « vu la manière dont on s’embarque, les choses vont mal se passer ». Nous ne sommes pas là pour ajouter du papier au papier, mais pour rapprocher des gens qui ont du mal à se comprendre.

problème est important pour l’artisan, il est important pour nous, même pour quelques milliers d’euros.

Mf]…lm\]\]dÌAfklalmlkmh…ja]mj \]ke…la]jk daj]h&)0!egflj]im] d]kYjlakYfkkgmk%ljYalYflkgflmf] j]dYlagf\][gf^aYf[]Yn][d]mjk \gff]mjk\Ìgj\j]k$eYakimÌ]dd]j]kl] lj†kaf^gje]dd]$d]hdmkkgmn]flkYfk [gfljYl…[jal&ImÌ]fh]fk]r%ngmk7 Tout d’abord, je n’aime pas le terme de « donneur d’ordres », qui implique qu’une entreprise joue le rôle du patron : tout ce que ne devrait pas être la relation inter-entreprises ! Je suis très heureux que tant d’artisans aient de bonnes relations avec leurs clients, et il faut le montrer. Malheureusement, notre expérience montre que ce n’est pas toujours le cas, d’où mon inquiétude devant si peu de formalisation. Quand tout va bien, on tope là, mais quand on tombe sur un acheteur indélicat, on peut mettre son entreprise en péril.

;gf[j†l]e]fl$[gee]flk]hYkk]d] j][gmjkdYe…\aYlagf7 Il suffit de visiter le site Internet du médiateur pour saisir quelques informations, puis l’un des 30 médiateurs régionaux recontacte les parties sous 15 jours maximum (en réalité, au bout de trois jours en moyenne) et organise par exemple une réunion. C’est confidentiel, gratuit, rapide et local. La médiation se limite parfois à un simple coup de fil. Il n’y a pas de dossier trop petit : si le

;gee]fldYe…\aYlagfh]ml%]dd] kgml]fajdY[jgakkYf[]7 Si nos entreprises passent leur temps à chercher de nouveaux clients, à créer de nouveaux produits, à investir plutôt qu’à courir après des impayés ou des clients en rupture de contrat, nous allons être beaucoup plus compétitifs.

,. D]egf\]\]kYjlakYfk eYjk%Ynjad*()+ M

M

#

:AG

IM=DK;GFK=ADK<GFF=JÂ MF9JLAK9FIMAFÌGK=H9K K=HD9AF<J=<ÌMFLJàK?JGK ;DA=FL<=H=MJ<Ì9;IMzJAJMF= E9MN9AK=JzHML9LAGF7

Kgaladf]\alja]f]l^afalhYj\…hgk]j d]ZadYf3kgaladnY\]nYfld]bm_]$[] ima]kldgf_]l[g•l]mp3kgaladkYa% kaldYE…\aYlagfAfl]j%]flj]hjak]k$ []ima]kl_jYlmal$]^^a[Y[]]lkmana& Fgmk j]lgmjfgfk$ im]dim]k egak Yhj†k$ngajd]k]flj]hjak]kim]fgmk YngfkYa\…]k]ld]kkmal]kf]kgfl im]hgkalan]k&

Hjghgkj][m]addakhYjL`geYk@mZ]jl

3

KAL=<MEz<A9L=MJ2

ooo&e]\aYl]mj&af\mklja]&_gmn&^j

*((.2Hj…ka\]fl\]dY;<9> ;gehY_fa]\]k\aja_]Yflk]lY[`]l]mjk \]>jYf[]! *((/2<aj][l]mj9[`Ylk?jgmh]\]dYKF;> *((12[g%…[jaldY;`Yjl]\]kj]dYlagfkafl]j%]flj]hjak]k *()*2fgee…E…\aYl]mjfYlagfYd\]kj]dYlagfkafl]j%]flj]hjak]kd] **'))hYj\…[j]l\mHj…ka\]fl\]dYJ…hmZdaim]$hdY[…kgmkdYlml]dd]\m eafaklj]\mJ]\j]kk]e]flhjg\m[la^&Ha]jj]H]dgmr]l]kl…_Yd]e]fl na[]%hj…ka\]fl\]HY[l]HE=$\]dÌGZk]jnYlgaj]\]kY[`Ylkj]khgfkY% Zd]k]ldYl‡l]\]dÌYkkg[aYlagfHYk8HYkhgmj\]kY[`Ylkkgda\Yaj]k&


D=EGF<= <=K

D=EGF<= <=K ;Jz=J$=FLJ=HJ=F<J==LJzMKKAJ<9FKD=KEzLA=JK

z;D9AJ9?= GHLAEAK=JK=K;@9J?=K$ MF=Fz;=KKALzH&)0

DIRECT ET PROCHE : les solutions pour crĂŠer votre vitrine ou votre boutique en ligne.

jlakYfk 

 





               

    

Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique, sociĂŠtĂŠ Anonyme CoopĂŠrative de Banque Populaire Ă capital va                       ! "        # $ % & ' (' )*$ # $+   % ' !  ./ 00'&  *# 1     2 3     '& '' 45# 6    7)44&'('# * 8"9 4:( ;# "<<+! =<> >   ? <#           "*9 $  / 2           :4& 4 (4' @# )*$ " D :(0 : ':   +       '  " E+ 7 F &' " * 0          E  7G "  "     "*9#

HgmjhYkk]jnglj]hmZda[alÂ&#x2026;\Yfk

;Jz=J$=FLJ=HJ=F<J==LJzMKKAJ<9FKD=KEzLA=JK

jlakYfk

L@A=JJQBGFIMAĂ J=K

<AJ=;L=MJ<=HM:DA;ALz

LÂ&#x2026;d2(.**.1+(**

;z<JA;BGFIMAĂ J=K ;@=><=HM:DA;ALz

LÂ&#x2026;d2(.)(+,0)++

 

:addYj\a]j

 MfkYngaj%^Yaj] jYj]H&,*

<GKKA=J ?zJ=JD=K>DM;LM9LAGFK <Ă&#x152;9;LANALzH&*1


VOUS VOULEZ ÉPARGNER TOUT EN PROFITANT D’AVANTAGES FISCAUX. VOTRE BANQUE EST LÀ AVEC L’ÉPARGNE SALARIALE. EN PARLER AVEC VOTRE CONSEILLER, ÇA CHANGE TOUT.

CFCMO - SA Coop. de Crédit à Capital Variable - RCS La Roche/Yon B 307 049 015 - Intermédiaire en opérations d’assurance n° ORIAS 07 027 974, consultable sous www.orias.fr - 34 rue L. Merlet - 85000 La Roche/Yon - Tel. 02 51 47 53 00 - Crédit photo : Thinkstock - 02/2013.

NOUVEAU

Système « Drive Select 4x4 » à commande électrique : modes 2 et 4 roues motrices Compact (3,65 m) et maniable

Siret 390295 244 000 11 - Siret 390295 -244 000 11

Direction assistée Position de conduite surélevée ABS Airbags frontaux

Un aventurier dans la ville Toute la gamme existe en TVA récupérable Gamme Jimny à partir de 13 790 €. Modèle présenté : JIMNY 1.3 VVT JLX 15 440 € + peinture métallisée 440 €. Prix TTC conseillés clés en mains, tarif au 02/01/2013. Consommation mixte CEE gamme Jimny (l/100 km) : 7,1. Emissions CO2 (g/km) : 162. *Way of Life ! : Un style de vie !

3 ANS

GARANTIE ASSISTANCE ou 100 000 km au 1er terme échu

www.suzuki.fr

Le monde des artisans Deux-Sèvres n°93  
Le monde des artisans Deux-Sèvres n°93  

Le magazine des artisans en Deux-Sèvres

Advertisement