Page 1

D=EGF<= <=K

       J=LJGMN=R<9FK;=FMEzJGLGML=DAF>GJE9LAGF<=NGLJ=;E9

jlakYfk z<ALAGF

<]mp%K†nj]k

:ae]klja]df˜0.œbYfna]j%^…nja]j*()*œ)`

9jlakYfk$\…n]dghh]rnglj]Y[lanal…À

G^^j]r%ngmkmfkal]Afl]jf]l ]f*()*H&/

ADK;@=J;@=FLMF J=HJ=F=MJH&*1

;E9/1

D=:AD9F<=K9;LAGFK MF9F9HJàKH&,

HæD=zF=J?A=<=D9;E9/1

ADKÌ9<9HL=9MP zNGDMLAGFKH&+*


H 9FGJ9E9

< GKKA=J

z <ALG

;GFKGEE=REGAFK <ÌzF=J?A=!HGMJ?9?F=J HDMK

=fg[lgZj]*()($dgjk\]k\]jfa†j]k…d][lagfk$ ngmkYn]r\…ka_f…d]kYjlakYfk]l[gfbgaflk [gddYZgjYl]mjk[`Yj_…k\ÌY\eafaklj]jdY;E92 dÌ`]mj]\mZadYfH&,

!zNzF=E=FL , ;E9<=K<=MP%KàNJ=K2 ngk…dmk$d]mj[gfklYl]ld]mjkY[lagfk mfYfYhj†kÀ O9;LM9DALzK / HGMJ*()*$G>>J=R%NGMKmfkal] Afl]jf]l 0 J=;GFF9AKK9F;=2d]Lgh \]k]flj]hjak]kYjlakYfYd]k  N=JK=RNGLJ=L9P=\ÌYhhj]flakkY_]$ h]fk]r;E9 1 9JLAK9FK$GMNJ=Rngkhgjl]k d]*)eYjk )( @9MKK=<=D9LN92mflgdd… \YfkdÌYjlakYfYl )* HJAP¾MF=J=HJAK=<Ì=FLJ=HJAK= JzMKKA=¿2ljgakdYmj…Ylk$ljgak hYj[gmjkj…mkkak )+ :ÜLAE=FL2d]kdYmj…Ylk\m[`Ydd]f_] ;Yh]Z

=fj…\makYfld]mj[gfkgeeYlagf \̅f]j_a]$d]kYjlakYfkk]jn]fl YmkkaZa]fd]mjhgjl]^]madd]im] dYfYlmj]&Hdmka]mjkYhhjg[`]k kgfl]fnakY_]YZd]khgmjY_aj kaehd]e]fl]lh]m\]^jYak& H&*-

DY;E9]ldY;;AL\]k<]mp%K†nj]kna]ff]fl \̇lj]fgmn]YmdYZ]ddak…]khYjd]kk]jna[]k\] dÌzlYlhgmjljgakfgmn]dd]kYff…]k\ÌY[[gehY% _f]e]fl\]khgjl]mjk\]hjgb]lk\Yfkd][Y\j] \m\akhgkala^FY[j]&H&).

!KLQD=<=NA= ), NA=IMGLA<A=FF=adkljYnYadd]fl ]f[gmhd] !z;D9AJ9?= ). <AKHGKALA>F9;J=2mf¾[gmh\] hgm[]¿hgmjd]khgjl]mjk\]hjgb]lk !;9K<Ì=FLJ=HJAK= ** ?DGK=C?GMJE=L2eak]jkmj dYj][`]j[`] !JzMKKAL= *, H=J;=N9D2mf[gml]da]jljgak…lgad]k

DÌYjlakYfYl$mf][`Yf[] hgmjdY>jYf[]\]*()*$ ]lYhj†kÀ ¿

> H J9LAIM=

D]¾:LEL][`fa[a]f\]Kqkl†e]kzf]j_a] KgdYaj]¿2mf\ahde]]fng_m]&H&++

K LJ9Lz?A=K

B]Yf%Ea[`]d:Yfda]j Hj…ka\]fl\]dY;E9 \]k<]mp%K†nj]k

!:GMJK= *1 ADK;@=J;@=FLmfj]hj]f]mj !BMJA<AIM= +( D=K9A<=KÂDÌ9HHJ=FLAKK9?= ]f*()* +) >AK;9DALz2[`Yf_]j\]j…_ae] ^ak[Yd]f*()* !HJ9LAIM= +* D=HæD=zF=J?A=\]dY;E9/1 kÌY\Yhl]Ymp…ngdmlagfk !EzLzG +, :  JàN=K]llYZd]Ym\]Zgj\ !>GJE9LAGF +. ;@=>K<Ì=FLJ=HJAK=$;GFBGAFLK$ K9D9JAzK2^gje]rngk]fna]k +/ D=EGF<=<=K9JLAK9FK ngmkaf^gje]]fna\…g

J =?9J<K !HJ=KLA?= +0 @  =JNzD=JGQ2dÌgj^†nj] \]dY[gmn]jlmj] !AFALA9LAN=K ,( K  =E9AF=F9LAGF9D= <=D9;Jz9LAGF%J=HJAK=2mf]eYaf l]f\m]Ymphgjl]mjk\]hjgb]lk !GHAFAGF ,* 9?FàK:JA;9J<$hj…ka\]fl]\m ;gfk]adKmh…ja]mj\]dÌGj\j]\]k =ph]jlk%;gehlYZd]k

aut-il il lle rappeler, l l’Artisanat l’A i et le l commerce de proximité rassemblent 4 millions d’actifs dont 3 millions de salariés. Preuve d’un indéniable dynamisme économique, les artisans et commerçants de proximité ont créé 600 000 emplois salariés supplémentaires en 10 ans et ils assurent chaque année la formation de plus de la moitié des apprentis répartis dans nos territoires. En ces temps difficiles pour la France et l’Union européenne menacées par une crise financière durable, il apparaît indispensable que les pouvoirs publics puissent envisager des solutions d’avenir fondées sur un tissu économique solide et performant. Cela implique une politique fiscale qui cesse de considérer les entreprises comme des gisements fiscaux et qui reporte la charge sur les personnes physiques. S’il n’existe pas de solution miracle, il n’en reste pas moins urgent de mener de grandes réformes de fond sur tous les aspects de la protection sociale. L’Europe est le lieu où l’on peut traiter la question. On aime parler « d’harmonisation européenne » mais encore faut-il commencer par la défiscalisation du travail. Le reste peut attendre. Inutile de dire que c’est impossible : ce n’est pas impossible, c’est obligatoire ! C’est à ce prix seul que nous nous pourrons relancer notre production « made in France ». Notre chambre de métiers et de l’artisanat aura, en 2012, à poursuivre son investissement pour préparer l’avenir de nos entreprises artisanales avec pour slogan : « Notre ambition : agir et réussir pour ll’Artisanat Artisanat ».

;]fme…jg[gehj]f\\]khY_]kkh…[a^aim]k]flj]d]khY_]k)).]l*1,,hgmjd]kYZgff…k\]k<]mp%K†nj]k& ;]eY_Yraf][gfla]flmfkmhhd…e]fl¾?ma\]LA;¿b]l…kgmkdY[gmn]jlmj]& D]Egf\]\]kYjlakYfkf˜0.ÇBYfna]j%^…nja]j*()*Çz\alagf\]k<]mp%K†nj]kÇHj…ka\]fl\m[geal…\]j…\Y[lagf\]khY_]kdg[Yd]k2B]Yf%Ea[`]d:Yfda]jÇ9n][d][gf[gmjkj…\Y[lagff]d\]dY[`YeZj] \]e…la]jk]l\]dÌYjlakYfYl\]k<]mp%K†nj]kÇz\al]mj\…d…_m…2Kl…h`Yf]K[`eallÇJ…\Y[lagf29L;$j…\Y[lja[]]f[`]^2;`Yjdgll]\]KYafla_fgf$L…d&(),((-*+)*$hgjl&(.0*1(0**,$]%eYad2[& kYafla_fgf8_jgmh]%Yl[&[geÇJ…\Y[lja[]]f[`]^Y\bgafl]2:YjZYjY;gdYkÇGfl[gddYZgj…[]fme…jg2<]dh`af]HYqYf$=eeYfm]d<Yfa]d$?maddYme]?]f]kl]$>jYf„gakKYZYjdqÇK][j…lYjaYl\] j…\Y[lagf2E&9fl`gfq$B&;d]kka]ff]$B&F]akk]ÇHmZda[al…29L;$)+/imYa\]NYdeq$/-()(HYjakÇ;`]^\]hmZda[al…2H`adahh]KYafl%zla]ff]$L…d&(),((-*+)0$]%eYad2h&kYafl%]la]ff]8_jgmh]%Yl[&[ge ÇHmZda[al…fYlagfYd]2<aj][l]mj[gee]j[aYdEYl`a]mLgmjfa]j$L…d&(),((-*+)($^Yp(),((-*+*,$]%eYad2e&lgmjfa]j8_jgmh]%Yl[&[geÇHmZda[al…k\…hYjl]e]flYd]kkm\%gm]kl2L`a]jjq L…d& (.**.1+(**!]l;…\ja[Bgfima†j]k L…d&(.)(+,0)++!$^Yp(-.)-1,((/$]%eYad2l`a]jjq&bgfima]j]k8oYfY\gg&^jÇHmZda[al…k\…hYjl]e]flYd]kfgj\]l]kl2>jYf„gak:]\]jklgj^]j$L…d&(+0/.1)0)*$^Yp (+0/.1)0),$]%eYad2^&Z]\]jklgj^]j8_jgmh]%Yl[&[geÇH`glg_jYh`a]k2DYmj]flL`]]l]f$j]khgfkYZd]aeY_]ÇHjgeglagf\a^^mkagf2K`ajd]q=dl]j$L…d&2(+0/.1)0)0&LYja^\ÌYZgff]e]fl)Yf&>jYf[]2 .]mjgk&LYja^Ymfme…jg2)]mjg&Âd̅ljYf_]j2fgmk[gfkmdl]jÇ;gf[]hlagf…\algjaYd]]l_jYh`aim]2TEMA|presse$L…d&(+0/.1)0()Ç>YZja[Ylagf2Hap]daeY_]$A&EYjdaf$B&%E&LYhh]jl$L…d&(+0/.1)0)0Ç z\al]mj29L;$*+jm]<mhgfl\]kDg_]k$-/(((E=LR$L…d&(+0/.1)0)0$^Yp(+0/.1)0),Ç<aj][l]mj\]dYhmZda[Ylagf2>jYf„gak?jYf\a\a]jÇF˜[geeakkagfhYjalYaj]2(+))L0.1-/ÇAKKF2)*/)%+(/, Ç<…hld…_Yd2\…[]eZj]*())ÇAehj]kkagf2?jgmh]Kg[gkhjaflaehjae]mjk'00(((zhafYd%;]jla^a…]H=>;;LH')%()+&;]hjg\mal]klakkm\]^gj‡lk_…j…]k\mjYZd]e]fl]l\]kgmj[]k[gfljd…]k&

+

D]egf\]\]kYjlakYfkMbYfna]j%^…nja]j*()*M


n…f]e]fl <]mp%K†nj]k

=fg[lgZj]*()($dgjk\]k\]jfa†j]k…d][lagfk$ngmkYn]r\…ka_f…d]kYjlakYfk ]l[gfbgaflk[gddYZgjYl]mjk[`Yj_…k\ÌY\eafaklj]jdY;E9&Ngmkd]kYn]rYmkka [`gakakhgmj‡lj]ngkhgjl]%hYjgd]Ymhj†k\]khgmngajkhmZda[k&D̅imah]ima hadgl]dYhgdalaim]]ld]kY[lagfk\]dY;E9\]hmakhdmk\ÌmfYfngmkhj…k]fl] kgfZadYf\ÌY[lanal…k]ld]khjgb]lkimÌ]dd]e†f]hgmjngk]flj]hjak]k&

;E9<=K<=MP%KàNJ=K

Ngk…dmk$d]mj[gfklYl]l d]mjkY[lagfkmfYfYhj†kÀ

E

algré une bonne orientation de l’activité et de l’emploi dans l’artisanat au cours du premier semestre 2011, l’été et l’automne ont fait apparaître à nouveau un ralentissement, synonyme de difficultés à venir pour l’année 2012. Les artisans font part aux élus de la CMA de leurs inquiétudes pour l’avenir. Les carnets de commandes se resserrent, les difficultés de trésorerie se font sentir et un niveau d’activité prévisionnel faible révèle une situation qui se dégrade. Les élus de la CMA sont conscients qu’aujourd’hui plus que jamais, tous les efforts doivent être fournis pour soutenir les entreprises artisanales, les aider à préparer l’avenir, à rester compétitives et cela afin d’assurer leur développement. C’est la raison pour laquelle, toute l’année, ils travaillent à concrétiser les projets et les actions au sein des différentes commissions. Les entreprises artisanales, souvent de proximité et implantées massi-

,

D]egf\]\]kYjlakYfkMbYfna]j%^…nja]j*()*

M

vement dans les territoires ruraux et urbains, sont les moteurs de l’économie locale. Tout le travail fourni au quotidien par vos élus, accompagnés en cela par les décisions gouvernementa-

les, devrait être de nature à relancer la dynamique artisanale qui a tant contribué ces dix dernières années au développement économique de notre territoire et de notre société.


dmk eeakkagfk]f[`Yj_] HYjgd]k]flkYf\lkĂ&#x152;Â&#x2026; gme]eZj]k\]k[g

Adkkgflj]hjÂ&#x2026; mkdanj]fl jd]\Â&#x2026;hYjl]e]fl&Adkng \]dĂ&#x152;Y[lanalÂ&#x2026;\]dY;E9km kY[lagfke]fÂ&#x2026;]k lhYjl\]khjgb]lk]l\] d]mjYfYdqk]]lngmk^gf hjg^]kkagff]dd] aim]]l\]dY^gjeYlagf ge gf Â&#x2026;[ af] eY \g d] fk \Y pngkZ]kgafk& hgmjjÂ&#x2026;hgf\j]Ymea]m

>jÂ&#x2026;\Â&#x2026;ja[\Ă&#x152;9f[gfYĂ&#x2021;HjÂ&#x2026;ka\]fl \]dY[geeakkagf\]k^afYf[]k MfZm\_]lhjÂ&#x2026;[ak žDĂ&#x152;Â&#x2026;imadaZj]Zm\_Â&#x2026;lYaj]]klhgmj[`Yim]]flj]hjak] mf]hjÂ&#x2026;g[[mhYlagf\][`Yim]afklYfl&DY;E9$Â&#x2026;lYZdakk]e]fl hmZda[[gfljÂ?dÂ&#x2026;hYjd]kYjlakYfk$fĂ&#x152;Â&#x2026;[`Yhh]fadYja_m]mj$fadYljYfkhYj]f[]& Zda l Â?dÂ&#x2026; Hdmk\]0(\]k]kj]kkgmj[]kkgflYkkmjÂ&#x2026;khYj\]kĂ&#x2022;fYf[]e]flk]plÂ&#x2026;ja]mjk ]fjYakgf\]kgf^gjlafn]klakk]e]fl\YfkdY^gjeYlagf&DY[gfljaZmlagf\]k ]flj]hjak]kkĂ&#x152;]fljgmn]YafkajÂ&#x2026;\mal]&Ad]klaehgjlYflim]d]kYjlakYfkkY[`]fl hjÂ&#x2026;[akÂ&#x2026;e]flimga[gjj]khgf\]flj][]ll]k]l\Â&#x2026;h]fk]k\]d]mjgj_Yfake] \]jÂ&#x2026;^Â&#x2026;j]f[]&9afka$dgjkim]dY;E9\Â&#x2026;h]fk])(($\Ă&#x152;gÂ&#x201D;na]ff]fl%adk7 /\]k]flj]hjak]kYjlakYfYd]k lYp]hgmj^jYak\];E9!$,,\]dYJÂ&#x2026;_agf$ +\meafaklÂ&#x2020;j]\]kHE=$\m;gee]j[]]l\]dĂ&#x152;9jlakYfYl$,\m\Â&#x2026;hYjl]e]fl$ 0\]dYlYp]\Ă&#x152;Yhhj]flakkY_]$,\meafaklÂ&#x2020;j]\mljYnYad$*\]dĂ&#x152;=mjgh]$ *0\Ă&#x152;Ymlj]kj]kkgmj[]k&Ă&#x201A;imgak]jn]fl%adk7),Ym[gfk]adYmp]flj]hjak]k$ *)dY^gjeYlagf[gflafm]]lYmlj]k^gjeYlagfk$-/dY^gjeYlagf \]kYhhj]flak$,YmhdY[]e]fl\]kb]mf]k]f]flj]hjak]$*dY_]klagf \]k^gjeYdalÂ&#x2026;k\]k]flj]hjak]k$*dYj]hjÂ&#x2026;k]flYlagf\]dĂ&#x152;YjlakYfYl [gfljaZmlagfjÂ&#x2026;_agfYd]]lfYlagfYd]!&Âż



?]gj_]k?magff]lĂ&#x2021;HjÂ&#x2026;ka\]fl \]dY[geeakkagf\]dĂ&#x152;YeÂ&#x2026;fY_]e]fl ]l\m\Â&#x2026;n]dghh]e]flÂ&#x2026;[gfgeaim]k \]kl]jjalgaj]k DĂ&#x152;Y[[gehY_f]e]fl\]kYjlakYfk Ymimgla\a]f žDĂ&#x152;=khY[];gfk]ad=flj]hjak]k]ldĂ&#x152;=khY[];gfk]adEÂ&#x2026;la]jk$gflj]f^gj[Â&#x2026; []ll]YffÂ&#x2026;]d]mjkafl]jn]flagfkkmjd]l]jjYaf&;]kgflYafkahdmk\]),-(nakal]k imagflÂ&#x2026;lÂ&#x2026;]^^][lmÂ&#x2026;]k\Yfkd]k]flj]hjak]kYjlakYfYd]k&=dd]kkgfl ]kk]fla]dd]khgmjjÂ&#x2026;hgf\j]\]kZ]kgafkkhÂ&#x2026;[aĂ&#x2022;im]k\Yfkd]k\geYaf]k \m\Â&#x2026;n]dghh]e]fl$\]kYa\]kĂ&#x2022;fYf[aÂ&#x2020;j]k$\mbmja\aim]$\mĂ&#x2022;k[Yd]l\mkg[aYd$ \mj][jml]e]fl$\]dĂ&#x152;`q_aÂ&#x2020;f]$\]dYkÂ&#x2026;[mjalÂ&#x2026;YmljYnYad$\]dĂ&#x152;]fnajgff]e]fl$ \]dĂ&#x152;affgnYlagf]l\]dĂ&#x152;Ya\]Ymp]flj]hjak]k]f\a^Ă&#x2022;[mdlÂ&#x2026;&Ă&#x201A;kgmda_f]jYmkkaim] dY;E9YgZl]fm\Ă&#x152;]p[]dd]flkjÂ&#x2026;kmdlYlk\YfkdĂ&#x152;Y[[gehY_f]e]fl\]k\]eYf\]k \]hjÂ&#x2021;lkFY[j] daj]]fhY_]).!$[]imadmanYmlfgfk]md]e]fld]k^Â&#x2026;da[alYlagfk \]kk]jna[]k\]dĂ&#x152;zlYleYakYmkkadĂ&#x152;YmlgjakYlagf\Ă&#x152;afkljmaj]\]fgmn]Ymp \gkka]jkhgmjljgakfgmn]dd]kYffÂ&#x2026;]k&Âż

 KalmYlagf\]k ]flj]hjak]k]l\] dĂ&#x152;Yhhj]flakkY_]]f im]dim]k[`a^^j]k =feYlaÂ&#x2020;j]\Ă&#x152;Y[lanalÂ&#x2026;$dY;E9 Y^Ă&#x2022;[`YalĂ&#x2022;f*())mfkgd\]hgkala^ \]hdmk).1]flj]hjak]k& D][]flj]\]^gjeYdalÂ&#x2026;k\]dY;E9 Y]fj]_akljÂ&#x2026;d][`a^^j]j][gj\ \].((aeeYlja[mdYlagfkhgmj dĂ&#x152;YffÂ&#x2026;]*())&Mf[`a^^j]ZggklÂ&#x2026; hYjd]jÂ&#x2026;_ae]ea[jg%Ă&#x2022;k[Yd]l ea[jg%kg[aYd&Mf]^gakd]khdY^gf\k \m[`a^^j]\Ă&#x152;Y^^Yaj]kYll]aflk$ d]k[`]^k\Ă&#x152;]flj]hjak][gf[]jfÂ&#x2026;k \]njYa]fljYha\]e]flhYkk]j YmjÂ&#x2026;_ae]_Â&#x2026;fÂ&#x2026;jYd&  <]k[`a^^j]k hgkala^kj]d]nÂ&#x2026;k hYjd][]flj]\Ă&#x152;Ya\] dY\Â&#x2026;[akagf]feYlaÂ&#x2020;j] \Ă&#x152;Yhhj]flakkY_] Â&#x153;/-1g^^j]k\][gfljYlk]f*()) [gflj].--]f*()( Â&#x153;))0([gfljYlkka_fÂ&#x2026;k Â&#x153;D]k[Yehmk\]keÂ&#x2026;la]jk\]Fagjl ]lHYjl`]fYqY[[m]add]fl]l^gje]fl YmlglYd)-((Yhhj]flak& Â&#x153;;`Yim]YffÂ&#x2026;]d]kYjlakYfk j][jml]flhjÂ&#x2020;k\])+((b]mf]k ]f[gfljYl\Ă&#x152;Yhhj]flakkY_]& Â&#x153;9[lm]dd]e]fl$)*(([`]^k \Ă&#x152;]flj]hjak]kkmj-.((^gje]fl mfYhhj]flakgalmf]]flj]hjak] kmj[afi&  9mbgmj\Ă&#x152;`ma dĂ&#x152;YjlakYfYl\]mp%kÂ&#x2026;nja]f j]hjÂ&#x2026;k]fl]*+(((Y[la^k Â&#x153;-./)]flj]hjak]kYjlakYfYd]k Â&#x153;-0..[`]^k\Ă&#x152;]flj]hjak]k Â&#x153;+1)[gfbgaflk[gddYZgjYl]mjk Â&#x153;),0+,kYdYjaÂ&#x2026;k Â&#x153;)0,-Yhhj]flak]fnajgf [gfljYlk ]f[gmjk!\Yfkd]k]flj]hjak]k YjlakYfYd]k\]k<]mp%KÂ&#x2020;nj]k

KgfaYN]flmjafa%E]eZj]\]dY[geeakkagf \]dĂ&#x152;YeÂ&#x2026;fY_]e]fl]l\m\Â&#x2026;n]dghh]e]fl Â&#x2026;[gfgeaim]k\]kl]jjalgaj]k <mfgmn]Ymhgmjd]k]flj]hjak]k ž=f*())$dY;E9Yeak]fhdY[]hdmka]mjk\akhgkala^k \Ă&#x152; \Ă&#x152;Y[[gehY_f]e]fl\]k]flj]hjak]kYjlakYfYd]k&9afka$\]mp[gghÂ&#x2026;jYlan]k YjlakYfYd]kgflnmd]bgmj$dY[gghÂ&#x2026;jYlan]\]lYpa]ldY[gghÂ&#x2026;jYlan]\]kk]jna[]k dYh]jkgff]9jlakYfk\gea[ad]/1YafkaimĂ&#x152;mfhjg_jYee]\]hjgeglagf]l \]nYdgjakYlagf\]keÂ&#x2026;la]jk\Ă&#x152;YjlnaYdY[jÂ&#x2026;Ylagf\Ă&#x152;mf]Jgml]\]keÂ&#x2026;la]jk\Ă&#x152;Yjl im]fgmk]khÂ&#x2026;jgfkghÂ&#x2026;jYlagff]dd]hgmjd])]jljae]klj]*()*&;]kgflYmkka \]mpfgmn]YmpY_]flkima[gehdÂ&#x2020;l]fldĂ&#x152;Â&#x2026;imah]\]dĂ&#x152;]khY[][gfk]ad]flj]hjak]k3 dĂ&#x152;mfhgmjYeÂ&#x2026;dagj]jd]khjYlaim]khjg^]kkagff]dd]k\Yfkd]k\geYaf]k \]dĂ&#x152;`q_aÂ&#x2020;f]%]fnajgff]e]fl%kÂ&#x2026;[mjalÂ&#x2026;%kYflÂ&#x2026;YmljYnYad]ldĂ&#x152;Ymlj]]f[`Yj_]\m \Â&#x2026;n]dghh]e]fl\]dĂ&#x152;affgnYlagfhgmjYa\]jdY[gehÂ&#x2026;lalanalÂ&#x2026;\]k]flj]hjak]k&Âż

Kmal]\]khYjgd]k\Ă&#x152;Â&#x2026;dmkhY_]kmanYfl]

-

D]egf\]\]kYjlakYfkMbYfna]j%^Â&#x2026;nja]j*()*M


n…f]e]fl <]mp%K†nj]k dmk dYkmaeel]akk!agfk]f[`Yj_] HYjgd]k]flkYf\lk̅ gme]eZj]k\]k[g

Adkkgflj]hj… mkdanj]fl jd]\…hYjl]e]fl&Adkng \]dÌY[lanal…\]dY;E9km kY[lagfke]f…]k lhYjl\]khjgb]lk]l\] d]mjYfYdqk]]lngmk^gf hjg^]kkagff]dd] aim]]l\]dY^gjeYlagf ge gf …[ af] eY \g d] fk \Y pngkZ]kgafk& hgmjj…hgf\j]Ymea]m

HYk[Yd]EYjl]Ym Na[]%hj…ka\]fl]\]dY;E9 DÌ=AJD$mfklYlmlhjgegmngaj ¾DÌYff…]*())$YnmdYeak]]fhdY[] \mklYlml\Ì=flj]hj]f]mjaf\ana\m]d j]khgfkYZadal…daeal…]  Zadal… da =AJD!ima[gf[j…lak]mf]Yll]fl]\] dgf_m]\Yl]\]dÌ9jlakYfYl&Â[]bgmj$\Yfkfglj]\…hYjl]e]fl$ +-YjlakYfkgflghl…hgmj[]klYlml&;Ì]klZa]feYak]f[gj] ljghh]m[Yj$Ymbgmj\Ì`ma$lgmkd]kgZklY[d]kbmja\aim]k imahgmnYa]fl^j]af]jd]k[`]^k\Ì]flj]hjak]k$[gee] dÌaehgkalagf\]khdmk%nYdm]k$gfl…l…d]n…k&EYak$hgmj \gff]jkYhd]af]e]kmj]dÌ=AJDimah]je]ldYhjgl][lagf\m hYljaegaf]h]jkgff]d\m\aja_]Yfl$fgmk\]ngfk[gfnYaf[j] d]k[`]^k\Ì]flj]hjak]keYakYmkkad]kZYfima]jk]ld]k]ph]jlk% [gehlYZd]k\]kgfafl…j‡l]lfgmk]kh…jgfkhgmngaj[gehl]j kmjfgkkg[a…l…k\][Ymlagfemlm]dd]$dYKaY_a$eYakYmkkaGk…g ]ldYKg[YeY$imah]mn]fl_YjYflajbmkimÌ/(gm0( \megflYfl\Ìmf]ehjmfl&¿

9dYafKYZgmj]Ym E]eZj]\]dY[geeakkagf\] dY^gjeYlagfhjg^]kkagff]dd] DY;E9$hj]ea]jaf^gjeYl]mj \mK]jna[]HmZda[ \ÌGja]flYlagf



¾DÌzlYlY]f_Y_…dYeak]]fhdY[]\mK]jna[]HmZda[ \ÌGja]flYlagf$d]KHG$Yn][d][gf[gmjk\]dYJ…_agf& DÌgZb][la^]kl\ÌYhhgjl]j\]k[gfk]adkh]jkgffYdak…k lgml]h]jkgff]hgmj[`gakajmfe…la]jgmmf]^gjeYlagf& DY;E9$Yn][kgf;]flj]\Ì9a\]dY<…[akagf$\akhgk]\…b \Ìmfgmladh]j^gjeYflhgmjgja]fl]jlgmkd]khmZda[kn]jk d]ke…la]jk\]dÌYjlakYfYl&=f]^^]l$fglj][geeakkagfYfgl… d]k[`a^^j]khgkala^k\]dÌY[lanal…\m;9<Yn][hdmk\Ìg^^j]k \][gfljYlk\ÌYhhj]flakkY_][gdd][l…]k]lmf]f_gm]e]fl ]f[gj]hdmk^gjl\]kb]mf]khgmjkÌ]f_Y_]j\YfkdÌYdl]jfYf[]& ;Ì]klhgmjimga$dY;E9kgm`Yal]‡lj]j]l]fm] [gee]af^gjeYl]mjaf[gflgmjfYZd]\Yfk[]k]jna[] \Ìgja]flYlagf]l‡lj]a\]flaՅ][gee]l]dYn][mfdg_g Za]fj][gffYakkYZd]&¿

.

D]egf\]\]kYjlakYfkMbYfna]j%^…nja]j*()*

M



B]Yf%;dYm\]Jgq Hj…ka\]fl\]dY[geeakkagf\] dY^gjeYlagfhjg^]kkagff]dd] D]:Y[hjg$mf\ahde] \ÌYn]faj ¾KadÌYhhj]flakkY_]]klj][gffm[gee]nga]\Ì]p[]dd]f[]$ [Ì]klhYj[]imÌadj]hj…k]fl]mfn…jalYZd]hYj[gmjk\ahdeYfl \m;9HYm:LK]fhYkkYflhYjd]:Y[hjg&>gje]jmfb]mf] ]f:Y[hjg+Yfk$[Ì]klkÌYkkmj]j\]^gje]jmf]h]jkgff] \gfldYimYdaÕ[Ylagfj…hgf\jYjYha\]e]flYmpZ]kgafk \]dÌ]flj]hjak]&<]hdmk$[]\ahde]h]je]lmf][]jlYaf] kgmhd]kk]hgmjd]k\]mphYjla]khmakim]d]b]mf]h]ml …_Yd]e]fl$Yhj†kkYhj]ea†j]Yff…]\]^gjeYlagf %k][gf\]hjg^]kkagff]dd]%‡lj]\aja_…]f*]Yff…]\];9H Yn][dYka_fYlmj]\ÌmfYn]fYfl&9ml]je]\m;9H$dÌYhhj]fla ]ldÌ]flj]hjak]gfldYhgkkaZadal…\]ka_f]jmffgmn]Ym[gfljYl hgmjmf]\mj…]\]\]mpYfk]l\ÌYll]af\j]Yafkad]:Y[Hjg&¿

:]fg‹lJ]fgmp E]eZj]\]dY[geeakkagf\] dY^gjeYlagfhjg^]kkagff]dd] D]\akhgkala^_dgZYd\] ^gjeYlagf]ldÌMfan]jkal… j…_agfYd]\]ke…la]jk\]dÌ9jlakYfYl … a d \ ¾Mf…lYl\]kda]mpegflj]im]dÌY[lanal…\]^gjeYlagf [gflafm]\Yfkfgk[Yehmk\]ke…la]jk]klkgml]fm]& D]khmZda[kY[[m]addakgfl\]kklYlmlklj†knYja…k%[`]^k \Ì]flj]hjak]$kYdYja…k$\]eYf\]mjk\Ì]ehdga%]ld]keg\]k \]ÕfYf[]e]flkkgfl\an]jkaՅk&DÌYlgml\]dY;E9\Yfk d][Y\j]\m<akhgkala^?dgZYd\]>gjeYlagfj]hgk]kmjdY _]klagf\]k]flj…]k]l\]kkgjla]kh]jeYf]fl]k\]klY_aYaj]k ]lkYj…Y[lanal…hgmjafl…_j]jlgmkd]khmZda[kYn][mfhdYf \]^gjeYlagfaf\ana\mYdak…&D]kmb]limafgmkafl…j]kk] …_Yd]e]flY[lm]dd]e]fl$[Ì]kldY[j…Ylagf\]dÌMfan]jkal… J…_agfYd]\]kE…la]jk\]dÌ9jlakYfYlhgmjd]im]dd]j…k]Ym \]k;E9\mHgalgm%;`Yj]fl]kYgZl]fmd]dYZ]d&;]hjgb]l YhgmjgZb][la^k\]\…n]dghh]j\]k^gjeYlagfkkmh…ja]mj]k ]l\]j]_jgmh]jdYlglYdal…\]k^gjeYlagfkeak]k]fÆmnj] hYjd]k[]flj]k\]^gjeYlagf\]k;E9j…_agfYd]k&Mf]eYfa†j] \]j]f\j]hdmknakaZd]]ldakaZd]dÌg^^j]\]^gjeYlagfhYjlY_…] \]fglj]j…k]Ym&¿


[lmYdalÂ&#x2026;k

<]mp%KÂ&#x2020;nj]k FGMN=DD=KL=;@FGDG?A=K

HGMJ*()*$G>>J=R%NGMK NGLJ=KAL=AFL=JF=L Ngmkngmd]rngmk^Yaj][gffYÂ&#x2039;lj]$ngmkj][`]j[`]r\]fgmn]Ymp[da]flk$\]fgmn]YmpeYj[`Â&#x2026;k7 Afl]jf]l[gfljaZm]\Â&#x2026;n]dghh]jnglj]fglgjaÂ&#x2026;lÂ&#x2026;]lnglj]]^^a[Y[alÂ&#x2026;Ymimgla\a]f&DY;E9ngmkhjghgk] mf]g^^j]\][jÂ&#x2026;Ylagf\]nglj]kal]]fljgakh`Yk]kkaehd]k]ljYha\]k$ngmkaf^gje]kmjd]kYa\]k^afYf[aÂ&#x2020;j]k ]lngmkY[[gehY_f]Ă&#x20AC; <]k]flj]hjak]kfgmk gfl^Yal[gf^aYf[]$ \Â&#x2026;[gmnj]rd]mjk kal]kAfl]jf]lkmj ooo&[eY%fagjl&^j' kal]k%YjlakYfk&`led

H`Yk]) O Vous prenez contact avec notre conseiller pour un premier

rendez-vous. O Nous ĂŠlaborons avec vous le plan de votre futur site Internet. O Nous dĂŠterminons avec vous le nom de votre site (nom de

domaine). O Nous ĂŠtablissons avec vous la charte graphique. O Vous nous fournissez photos, logos et liens diversâ&#x20AC;Ś

H`Yk]* O Nous composons une maquette. O Nous vous envoyons une proposition par mail. O Vous nous validez cette proposition.

H`Yk]+ O Nous mettons votre site en ligne. O Nous vous rencontrons Ă nouveau pour une formation Ă 

lâ&#x20AC;&#x2122;actualisation et lâ&#x20AC;&#x2122;animation de votre site.

3

HGMJ=FK9NGAJHDMK

 jYf[akL]ehÂ&#x2026;j]Ym > Ym(-,1/)*.*.gm^&l]eh]j]Ym8[eY%fagjl&^j

#

Af^g

>afYf[]rnglj]kal]Afl]jf]lYn][ dĂ&#x152;Ya\]\]dYJÂ&#x2026;_agfHgalgm%;`Yj]fl]k$ [Ă&#x152;]klhgkkaZd]Yn][dY;E9 =fjÂ&#x2026;YdakYflnglj]kal]Afl]jf]lYn][dY;E9$ d];gfk]adJÂ&#x2026;_agfYdHgalgm%;`Yj]fl]kYlljaZm] mf[`Â&#x2020;im]\]*-(&Kangmk^Yal]khYjla] \][]mpimagflgZl]fmmf]ž:gmjk] lj]ehdafÂżgmž:gmjk]JÂ&#x2026;_agfYd]<Â&#x2026;kaj \Ă&#x152;=flj]hj]f\j]Âż$\Yfk[][Yk$[Ă&#x152;]klmf]Ya\] \]-((imangmkk]jYYlljaZmÂ&#x2026;] ;geZa]fÂ&#x201E;Y[gÂ&#x2022;l]7 Â&#x153;=fZÂ&#x2026;fÂ&#x2026;^a[aYfl\]dĂ&#x152;Ya\]\]*-(2 [gÂ&#x2022;l_dgZYd\],/- Â&#x153;=fZÂ&#x2026;fÂ&#x2026;^a[aYfl\]dĂ&#x152;Ya\]\]-((2 [gÂ&#x2022;l_dgZYd\]**-

LÂ&#x2026;ega_fY_]

Mfkal]naljaf]hgmjd]mj]flj]hjak] L`a]jjq]l9ff]:dYakgflmf]]flj]hjak]\]e]fmak]ja]dY;`Yh]dd]%KYafl%DYmj]fl&Adkgfl ]m[gffYakkYf[]\mk]jna[][gf[]hlagf\]kal]Afl]jf]l\]dY;E9hYjmf[gddÂ&#x2020;_m]YjlakYf& 9hjÂ&#x2020;kmf]j]f[gflj]Yn][d][gfk]add]j$adkgfl^jYf[`ad]hYk&9ff]:dYakjY[gfl]Ă&#x20AC;žFgmkYnagfk \Â&#x2026;bmfkal]eYak[]dma%[a$ljghklYlaim]$f]fgmkh]je]llYalhYk\]eg\a^a]jfgkhY_]kkYfkdĂ&#x152;Ya\] \m[gf[]hl]mj&Fgmkkgee]k\gf[hYjlak\Ă&#x152;mf]ZYk]]paklYfl]Yn][d]kgm`Yal\Ă&#x152;Yhhgjl]j\]k YeÂ&#x2026;dagjYlagfk]lkmjlgml\Ă&#x152;Â&#x2021;lj]Ymlgfge]kmf]^gakd]kal]eak]fda_f]&D]kÂ&#x2026;[`Yf_]k%hjaf[ahYd]% e]fllÂ&#x2026;dÂ&#x2026;h`gfaim]k%gflÂ&#x2026;lÂ&#x2026;]^^a[Y[]k]l[gfkljm[la^kYn][d]o]ZeYkl]j\]dY;E9&B]f]e]kmak \Â&#x2026;hdY[Â&#x2026;]imĂ&#x152;mf]^gakhgmjngajkYhjghgkalagf&9m%\]d\]dĂ&#x152;Ya\]^afYf[aÂ&#x2020;j]\]*-(\Â&#x2026;l]jeafYfl] mfnÂ&#x2026;jalYZd]hdmk\Yfkfglj][`gap\]hj]klYlYaj]!$d]ZÂ&#x2026;fÂ&#x2026;^a[]]klZa]fjÂ&#x2026;]d&Fglj]kal]fĂ&#x152;YhYkÂ&#x2026;lÂ&#x2026;^Yal \YfkmfZml[gee]j[aYd$hgmjfgmkgmnjaj\]fgmn]YmpeYj[`Â&#x2026;k&Ad]klYnYfllgmlmf]naljaf]]fda_f] h]je]llYfldY[da]flÂ&#x2020;d]\]ngajd]kjÂ&#x2026;YdakYlagfk\gflfgmkdmaYngfkhYjdÂ&#x2026;]l\]\Â&#x2026;[gmnjaj\Ă&#x152;Ymlj]k hjg\malkYmpim]dk]dd]fĂ&#x152;YmjYalhYkh]fkÂ&#x2026;afalaYd]e]fl&Hgmj[]dY$d]kal]]klaflÂ&#x2026;j]kkYflhgmjfgmk&Âż Hgmj[gfkmdl]jd]kal]\]dĂ&#x152;]flj]hjak]2ooo&e]fmak]ja]ZdYak&^j

/

D]egf\]\]kYjlakYfkMbYfna]j%^Â&#x2026;nja]j*()*M


[lmYdal…k

<]mp%K†nj]k J=;GFF9AKK9F;=

D=LGH<=K=FLJ=HJAK=K9JLAK9F9D=K D]),\…[]eZj]\]jfa]j$dY;E9e]llYaldÌ`gff]mjd]k\]mp]flj]hjak]kYjlakYfYd]k\…ka_f…]khYjkgfbmjq \Yfkd][Y\j]\mLgh\]k]flj]hjak]k\]DYFgmn]dd]J…hmZdaim]&Mfhjap9jlakYfYl]lmfhjapAffgnYlagf d]mjgfl…l…j]kh][lan]e]fl\…[]jf…k&

Tombé dans un moteur de voiture très jeune, Gérard T C Cadet, garagiste à Parthenay, obtient, en 1976, après un apprentissage de mécanicien automobile, ap un Br Brevet de maîtrise dans la perspective de devenir un jour chef d’entreprise. Il fait ses armes dans plusieurs garages du secteur en tant que salarié et crée, en 1987, son premier atelier de mécanique dans le centre-ville de Parthenay. Le recrutement d’un commercial et son orientation vers les énergies renouvelables ont séduit le jury de la CMA. En effet, au moment où les consommateurs préféraient la périphérie de ville, il a fait le choix d’assurer un service de proximité en plein cœur de Parthenay pour conserver ses fidèles et gagner la confiance d’une nouvelle clientèle. Agent Opel et président de la Fédération nationale des artisans de l’automobile, Gérard Cadet a su évoluer avec son temps. Sensible aux énergies renouvelables, il a fait équiper son garage de panneaux photovoltaïques dont il espère une rentabilité dans dix ans. Il pourra alors sereinement passer le flambeau à son fils préparé à la succession.

HjapAffgnYlagfÇ9ffYZ]dd]<]YeZjgkak% H DYj[`]j$Za]f\YfkkYl‡l]]l\Yfk D kk]kZYkc]lk Parallèlement à une activité de gestion en patriP moine, après des heures passées à se former à la brom derie numérique et à la retouche d’images, et Annabelle Deambrosis-Larcher crée en 2010 « Tatoo-Tex », un atelier

DYFgmn]dd]J…hmZdaim]

Hjap9jlakYfYlÇ?…jYj\;Y\]l$ H j mf[`]^\Ì]flj]hjak]lgmjf…n]jkdÌYn]faj m

d’impression numérique et broderie sur textile à Moncoutant. Son activité rencontre un certain succès notamment auprès d’associations qui ont été à l’origine de son lancement. Mais cette trentenaire à un autre projet. Elle lance une marque, TatooShoes, la basket personnalisable en ligne. Un procédé unique au monde qui permet aux internautes de réaliser eux-mêmes le motif de leurs baskets via le site www.tatoo-shoes.com. Peau de zèbre, plan de métro, fleurs, presque toutes les impressions sont possibles. Ce concept unique en France, qu’elle a mis un an à mettre au point, lui ouvre ainsi de nouveaux horizons. Elle cible avant tout les adolescents qui, outre le plaisir de porter une paire de chaussures unique, peuvent également espérer vendre leur propre création et ainsi créditer leur compte sur le site de 3 € à valoir sur l’achat d’une paire de baskets personnalisée.

Hgmjnglj]lYp]\ÌYhhj]flakkY_]$h]fk]r;E9 DYlYp]\ÌYhhj]flakkY_]]klnglj] hYjla[ahYlagf\Ì]ehdgq]mjYm^afYf[]% e]fl\]khj]ea†j]k^gjeYlagfk l][`fgdg_aim]k]lhjg^]kkagff]dd]k& DY;E9ngmkhjghgk]\Ìmladak]jk]k k]jna[]khgmjkY[gdd][l]&DY[gf^aYf[] im]ngmkdmaY[[gj\]r]klmf_Y_] hj…[a]mp$imal…ega_f]\]dY^gj[]\]dÌYj% lakYfYl$hj]ea†j]]flj]hjak]\]>jYf[]& =fn]jkYflnglj]lYp]\ÌYhhj]flakkY_] dY;E9$ngmkYa\]rYe…dagj]j]f[gj] dYimYdal…\]k^gjeYlagfk\akh]fk…]k$

0

D]egf\]\]kYjlakYfkMbYfna]j%^…nja]j*()*

M

^gje]jd]kYhhj]flak\gflnglj]]flj]% hjak]YZ]kgaf]lY[[m]addajd]kb]mf]k \Yfkd]ke]add]mj]k[gf\alagfk& 9dgjk$Yn][dY;E9$\al]k¾gma¿dÌYhhj]f% lakkY_]Hj…hYj]rdÌYn]faj\]nglj]]flj]%

hjak]]l\]kYjlakYfk\]\]eYaf]f n]jkYflnglj]lYp]\ÌYhhj]flakkY_] dY;`YeZj]\]e…la]jk]l\]dÌYjlakYfYl \]k<]mp%K†nj]kYnYfld]*1^…nja]j*()*& Mfk]jna[]\ÌYkkaklYf[]]kleak]fhdY[] hYjdY;E9hgmjngmkYa\]j[Yd[md]j nglj]lYp]\ÌYhhj]flakkY_]]lj…hgf\j] lgml]kngkim]klagfk&

3

;GFL9;L2

 qdna]E]qjgmpYm(-,1++//+( K gmlYp]8[eY%fagjl&^j


Hgjl]kgmn]jl]k

9jlakYfk$gmnj]rngk hgjl]kd]*)eYjk HYjl]rdY\…[gmn]jl]\] dÌYjlakYfYl]lljgmn]rnglj] e…la]j;Ì]kld]e]kkY_]dYf[… hYjdY;E9/1Ympb]mf]k]l d]mj^Yeadd]dÌYhhjg[`]\Ìmf] fgmn]dd]h…jag\]\Ìgja]flY% lagfhjg^]kkagff]dd]&Fgmk d]mjhjghgkgfk]f]^^]l\] hYjla[ah]jdYbgmjf…] ¾hgjl]kgmn]jl]k¿\]k [Yehmk\]ke…la]jkd] )/eYjkhjg[`YafeYakYmkka \]\…[gmnjajmfe…la]jYmk]af e‡e]\]k]flj]hjak]k&Hgmj []dYfgmkYngfkZ]kgaf\] nglj][gddYZgjYlagfY[lan]]l fgmkngmkhjghgkgfk\Ìgmnjaj d]khgjl]k\]nglj]]flj]% hjak]\]),`)0`d]*)eYjk hjg[`Yaf&Nglj]]ph…ja]f[] \]^gjeYl]mjngmkh]je]l \ÌY[[m]addajkYfk\aklaf[lagf$ d]khmZda[kb]mf]k]lY\mdl]k$ `gee]k]l^]ee]k$gja]fl…k n]jkd]ke…la]jk\]dÌYjlakYfYl

#

Af^g

hYjdY;E9&Fgmk[gehlgfk kmjnglj]egZadakYlagf&

3

HGMJ=FK9NGAJHDMK

 gflY[l]rdÌ=khY[];gfk]ad ; E…la]jkYm

Mf]khY[]e…la]jk\ÌYjl dY>gaj]phg\]Fagjl 9jlakYfk\ÌYjl$hYjla[ah]rYm hjg[`YafkYdgf¾Lgmjake] ]le…la]jk\ÌYjl¿gj_Yfak… hYjdY;E9]ld]Hd] j…_agfYd\]ke…la]jk\ÌYjl dÌg[[Ykagf\]dY0,]…\alagf \]dY>gaj]phg\]Fagjl& <m*0YnjadYm.eYa$n]f]r egflj]jnglj]kYngaj%^Yaj] YmhmZda[[]ll]Yff…]kgmk d]k[gmd]mjk\mIm…Z][& Ngmkkgm`Yal]r^Yaj][gffY‹lj] ngk[j…Ylagfk7HYjla[ah]r[]j]f\]r% ngmk]lj…k]jn]rnglj]klYf\kmjdÌ]khY[] ¾Lgmjake]]lYjlakYfYl\ÌYjl¿&

3

9HHJ=FLAKK9?=

K9AKGF))<= DÌ=P;=DD=F;= 9;9<zEA= D

es diplômés de l’artisanat ont largement répondu présent à l’invitation de la CMA le 2 décembre dernier à l’occasion de la 11e édition de la soirée de l’excellence. Près de 400 apprentis, stagiaires et chefs d’entreprise ont reçu leurs diplômes et titres de qualification sous les applaudissements du public. Une manifestation très attendue qui célèbre la réussite de toutes celles et ceux, formateurs et diplômés, qui s’investissent chaque année et avec passion dans la formation et l’apprentissage d’un métier. Cette année, la plupart des sections affichent de bons taux de réussite aux examens : 82 % pour les CAP, 72 % pour les BEP, 92 % pour les Bac Pro, 81 % pour les Brevets professionnels et jusqu’à 96 % pour les BTS. L’excellence revient aux CAP plâtrier, CAP carreleur, CAP installateur sanitaire, CAP réalisation chaudronnerie industrielle, CAP mécanique, CAP charcutier, CAP vente, CAP coiffure, mention complémentaire traiteur, BTS assurances et Bac pro technicien constructeur bois avec 100 % de réussite aux examens. Pour la première fois cette année, la soirée s’est prolongée avec un concert privé avec le groupe Odyssée Live offert par la Préfecture, la Région Poitou-Charentes, le Conseil général, MAAF Assurances, le Crédit agricole, la Banque populaire et la Socama, partenaires de l’Artisanat.

3

D=H=LALHDMK

 gmkkgm`Yal]r_Yj\]jmfkgmn]faj\][]ll]kgaj…]7 N L…d…[`Yj_]rd]kh`glgkj…Ydak…]khYjzja[;`Ymn]l$ h`glg_jYh`]g^^a[a]d\][]ll]))]…\alagf$ kmjooo&[eY%fagjl&^j

;GFL9;L2

K]jna[][geemfa[YlagfYm(-,1//**(,

D]k;Y^…k\]dÌ]ehdga D]*+^…nja]jhjg[`Yaf$dY;E9gj_Yfak] hgmjd]k[`]^k\Ì]flj]hjak]YjlakYfYd] mf]j…mfagfkmjdYj…_d]e]flYlagf k…[mjal…]lkYfl…YmljYnYad2im]dd]k aehda[Ylagfkhgmjd]\…n]dghh]e]fl \]egf]flj]hjak]7;]ll]j…mfagfYmjY da]m\]0`+()(`+(YmKqf\a[Yleapl] \mHYqkE]ddgakE]dd]&

3

;GFL9;L2

 gmjhYjla[ah]j$[gflY[l]rNYd…ja]:j…eYm\ H Ym(-,1//0/0+gmn&Zj]eYm\8[eY%fagjl&^j

DY;E9Ym;g^]e

D

e 28 janvier prochain à Bressuire, lee Carrefour Orientation Formation n Emploi Métiers (Cofem) ouvre sess portes. À cette occasion, la CMA pré-sentera la formation en alternance mais aussi son dispositif de formation continue ainsi que ses pôles métiers.

3

;GFL9;L2

 Yehmk\]ke…la]jk\]HYjl`]fYq ; Ym(-,1/)*1*1gm Ye[YehmkhYjl`]fYq8[eY%fagjl&^j

1

D]egf\]\]kYjlakYfkMbYfna]j%^…nja]j*()*M


ctualités Hausse de la TVA

Un tollé dans l’Artisanat Après avoir posé la question du taux intermédiaire de la TVA à la fin du mois d’octobre, le gouvernement a annoncé début novembre le relèvement de la TVA réduite à 7%. Les réactions du secteur de l’artisanat ont été immédiates.

A

© LAURENT VICENZOTTI

u départ suggéré par des articles de presse, le projet du gouvernement de hausse de la TVA réduite a immédiatement fait réagir le secteur du bâtiment. Pour Patrick Liébus, président de la Capeb, « le maintien de la TVA à 5,5 % est un élément essentiel à la croissance intérieure. Il est grand temps que nos élus comprennent que la TVA à taux réduit n’est et ne peut être considérée comme une niche fiscale. Deux raisons à cela : elle bénéficie à tous les Français et concerne tous les travaux de rénovation. » Le 7 novembre, alors que la mesure a été officiellement confirmée, il évoque « un coup de massue » pour le bâtiment : « le gouvernement a décidé d’anticiper un net ralentissement de la croissance et de compenser cette dernière par une recherche de 8 milliards d’euros. Avec l’augmentation de la TVA dans le bâtiment, il fait plus et pire : il provoque lui-même un ralentissement de l’économie et se tire ainsi une balle dans le pied. Conséquence : contrairement à ce qu’affirme le premier ministre, il affaiblit l’un des secteurs les plus contributeurs à la croissance ». Du côté de l’UPA, on ne décolère pas et on dénonce « une décision injuste et contreproductive ». L’organisation estime que « la priorité devait aller à la réduction des dépenses publiques plutôt qu’à l’augmentation des ressources de l’État et (…) que l’effort de redressement des comptes publics devrait concerner l’ensemble des secteurs économiques ». Elle rappelle d’ailleurs les propos du premier ministre lors du congrès national le 20 octobre dernier : « certains qui proposent de remettre en cause le taux réduit dont bénéficient les secteurs du bâtiment et de la restauration commettent un contre-sens économique.

10

Le monde des artisans ● janvier-février 2012

+

Info

Revue de presse : Les titres du 7 novembre dernier ➜ Nouveau plan de rigueur : le BTP boit la tasse. ➜ TVA restauration : la révision d’un engagement présidentiel. ➜ TVA : la note va être plus salée au fast-food, au bistrot ou au palace. ➜ TVA à 7% dans le bâtiment : les professionnels protestent. ➜ Impôts : les surprises du plan Fillon.

Nous ne prendrons pas cette décision parce que nous savons les conséquences que cela aurait sur l’emploi ». Seule la FFB « comprend la nécessité d’une telle mesure » et se félicite « que la hausse préserve un réel différentiel entre taux réduit et taux normal, seul gage d’une véritable efficacité dans la lutte contre le travail au noir ». Elle note cependant que « la mesure accentuera la concurrence inacceptable des auto-entrepreneurs » et déplore « les atteintes renouvelées aux niches fiscales immobilières ».


NOUS

ON VEUT UN ASSUREUR QUI S’ENGAGE Vous apporter l’expertise d’un conseiller pro

n

Vous faire gagner du temps

n

Récompenser votre fidélité

n

Vous simplifier la vie

n

Vous écouter pour nous améliorer

SERVICE DE AU

Pour en savoir plus Contactez votre Conseiller MAAF PRO au

Connectez vous sur

www.maaf-pro.fr du lundi au vendredi de 8h30 à 18h30 et le samedi de 9h à 12h (appel non surtaxé + coût selon opérateur)

ROS SP

n

MAA F

Les engagements de MAAF PRO

MAAF ASSURANCES SA - RCS NIORT 542 073 580 - 03/11 Crédits photos : Getty Images - Marc Romanelli, Serge Krouglikoff, Caroline Schiff, John Burke - Création :

LES PROS


[lmYdalÂ&#x2026;k

<]mp%KÂ&#x2020;nj]k HJAPžMF=J=HJAK=<Ă&#x152;=FLJ=HJAK=JzMKKA=Âż

LJGAKD9MJz9LK$LJGAKH9J;GMJK JzMKKAK D]HjapžMf]j]hjak]\Ă&#x152;]flj]hjak]YjlakYfYd]jÂ&#x2026;mkka]ÂżÂ&#x2026;\alagf*())YÂ&#x2026;lÂ&#x2026;j]eak]ffgn]eZj]\]jfa]j ljgak[`]^k\Ă&#x152;]flj]hjak]hYjB]Yf%Ea[`]d:Yfda]j$HjÂ&#x2026;ka\]fl\]dY;E9]ld]kj]hjÂ&#x2026;k]flYflk\m;jÂ&#x2026;\al9_ja[gd]& ;]hjaph]je]l\]e]llj]dĂ&#x152;`gff]mj]l\]jÂ&#x2026;[geh]fk]jljgakhYj[gmjk\]j]hjak]jÂ&#x2026;mkka] )]jhjap2/((%ž9_Yl`]YÂż%9f_Â&#x2026;daim]Af_jYf\ >d]mjakl];]dd]k%kmj%:]dd] Après ses deux formations de CAP et de BP fleuriste en alternance, AngĂŠlique Ingrand reprend, en 2010, Ă lâ&#x20AC;&#x2122;âge de 20 ans seulement, la suite de son employeur. Une passation qui sâ&#x20AC;&#x2122;est bien dĂŠroulĂŠe puisque ses quatre annĂŠes dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage lui ont permis de mieux connaĂŽtre lâ&#x20AC;&#x2122;entreprise et sa clientèle. Son activitĂŠ est basĂŠe sur la composition florale et la vente de plantes, de fleurs coupĂŠes, dâ&#x20AC;&#x2122;articles de dĂŠcoration et funĂŠraires. Grâce au chiffre dâ&#x20AC;&#x2122;affaires en augmentation, elle a pu rĂŠamĂŠnager son magasin et recruter une apprentie en CAP. AngĂŠlique Ingrand sâ&#x20AC;&#x2122;est investie dans son mĂŠtier et a dĂŠveloppĂŠ son activitĂŠ en animant la galerie commerciale dans laquelle son magasin est situĂŠ. Elle envisage le recrutement dâ&#x20AC;&#x2122;une apprentie supplĂŠmentaire, lâ&#x20AC;&#x2122;achat du local et des amĂŠliorations dâ&#x20AC;&#x2122;amĂŠnagement intĂŠrieur.

*]hjap2-((%ž=MJD>:Hgmr]l]lB]Yf%:Yhlakl]Âż >jYfÂ&#x201E;gak:jYf_a]j%;gmn]jlmj]%raf_m]ja] EÂ&#x2026;fa_gml] Titulaire dâ&#x20AC;&#x2122;un CAP, de niveau BEP menuisier et après 17 ans en tant que salariĂŠ en mairie, François Brangier reprend en 2009 lâ&#x20AC;&#x2122;entreprise Pouzet et Jean-Baptiste crĂŠĂŠ en 1977. Lâ&#x20AC;&#x2122;accompagnement des prĂŠdĂŠcesseurs a permis une passation tout en douceur. Ă&#x20AC; lâ&#x20AC;&#x2122;activitĂŠ de couverture zinguerie, François Brangier ajoute notamment la plomberie, le chauffage-sanitaire et la menuiserie de manière Ă rĂŠpondre aux besoins de la

)*

D]egf\]\]kYjlakYfkMbYfna]j%^Â&#x2026;nja]j*()*

M

clientèle. Une augmentation spectaculaire du chiffre dâ&#x20AC;&#x2122;affaires lui permet de recruter du personnel en CDI pour atteindre les neuf salariĂŠs aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui. Depuis la reprise dâ&#x20AC;&#x2122;entreprise, il a non seulement dĂŠveloppĂŠ son activitĂŠ, fait de la publicitĂŠ, investi dans lâ&#x20AC;&#x2122;informatique, mais il a aussi pris en compte les besoins du personnel en investissant dans les vĂŞtements, le matĂŠriel, la formation et en proposant des primes. Il souhaite dĂŠvelopper le chauffage Ă granulĂŠs et solaire pour lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlevage offrant ainsi une nouvelle perspective dâ&#x20AC;&#x2122;avenir pour lâ&#x20AC;&#x2122;entreprise.

+]hjap2+((%žK9JDEYakgfE]jd]lÂż%:jmfg E]jd]l%:gmdYf_]j%hÂ&#x20AC;lakka]j;`Yeh\]fa]jk CAP pâtissier et CAP boulanger en poche, Bruno Merlet occupera onze emplois salariĂŠs avant dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre lui-mĂŞme chef dâ&#x20AC;&#x2122;entreprise. En 2009, il reprend lâ&#x20AC;&#x2122;entreprise de Thierry et Sonia Deborde Ă Champdeniers. Il propose pains, pâtisseries, viennoiserie et portage de pain Ă  une clientèle très variĂŠe. Il opte rapidement pour la cuisson tout au long de la journĂŠe ce qui fait considĂŠrablement augmenter ses ventes de baguettes maison de tradition. Il expose avec fiertĂŠ labels et prix comme le certificat dâ&#x20AC;&#x2122;habilitation Ă  la ÂŤ DĂŠmarche QualitĂŠ Poitou-Charentes Âť ainsi que le prix de la brioche et du croissant. Trois salariĂŠs dont deux apprentis travaillent dans lâ&#x20AC;&#x2122;entreprise ainsi que son fils, associĂŠ dans la perspective dâ&#x20AC;&#x2122;une succession. Bruno Merlet souhaite maintenant crĂŠer un fournil ouvert sur le magasin et investir dans du matĂŠriel.


:Ă&#x153;LAE=FL

D=KD9MJz9LK<M;@9DD=F?=;9H=: Lj]fl]Yhhj]flak\mZÂ&#x20AC;lae]flgflÂ&#x2026;lÂ&#x2026;eakdĂ&#x152;`gff]mj]ffgn]eZj]\]jfa]jdYkYdd]@Â&#x2026;daYfl]\]DY;jÂ&#x2020;[`]& Adkkgfld]kdYmjÂ&#x2026;Ylk\m0][`Ydd]f_]\Â&#x2026;hYjl]e]flYd\]ke]add]mjkYhhj]flak\mZÂ&#x20AC;lae]fl&

G

=FK9NGAJHDMK

<Â&#x2026;[gmnj]rd]hYdeYjÂ&#x2020;kkmjooo&[eY%fagjl&^j

g 8dbbZciegdiÂ&#x201A;\Z bdcVXi^k^iÂ&#x201A;Zi bdceVig^bd^cZ egd[Zhh^dccZa4

Le contrat irisque Assurance Munltelle Profession

                     !"##$%

3

 ;Yh]Z/1

rganisĂŠ par la Capeb en partenariat avec lâ&#x20AC;&#x2122;AcadĂŠmie des mĂŠtiers, ce concours vise Ă rĂŠcompenser les trois meilleurs ĂŠlèves de toutes les sections professionnelles du bâtiment de niveaux CAP. Les candidats ont ĂŠtĂŠ ĂŠvaluĂŠs par un jury composĂŠ de professionnels du bâtiment et de professeurs qui, outre les notes obtenues Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;examen, ont tenu compte de lâ&#x20AC;&#x2122;assiduitĂŠ, du travail personnel, de la motivation et de lâ&#x20AC;&#x2122;apprĂŠciation des maĂŽtres dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage. Avec ce challenge, le secteur des professionnels du bâtiment souhaite motiver les apprentis et crĂŠer une ĂŠmulation au sein de leur groupe ; valoriser les entreprises du bâtiment qui sâ&#x20AC;&#x2122;investissent dans la formation, donner aux jeunes lâ&#x20AC;&#x2122;envie de continuer leur formation et dĂŠmontrer au public que lâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage est une voie dâ&#x20AC;&#x2122;excellence qui permet dâ&#x20AC;&#x2122;accĂŠder au plus haut niveau de qualification.


Style

de vie

Nombre d’artisans travaillent au quotidien avec leur conjoint. Un modèle ancestral qui perdure mais évolue. C’est un atout qui peut s’avérer compliqué à gérer au jour le jour. Témoignages de quelques couples qui s’épanouissent en travaillant côte à côte.

Vie quotidienne

Ils travaillent en couple

© contrastwerkstatt

A

fin d’éviter les conflits et les malentendus, la première chose à mettre au point lorsque l’on décide de travailler en couple est la répartition des rôles. « Dans le boulot, nous sommes ensemble mais séparés. Chacun gère ses tâches, il y a deux têtes et quatre bras  », explique Aude Cizeron de Paëlla Réception (Bouches-du-Rhône). À la création de l’entreprise, en 1994, elle était étudiante et a poursuivi jusqu’au doctorat. Ce n’est qu’en 2006 qu’elle a intégré la société  : «  Depuis mon arrivée, c’est plus organisé, notamment par rapport à la paperasse. C’est lourd à gérer et ma présence a permis à mon mari d’être soulagé de ce poids.  » De leur côté, dans leur toute nouvelle boulangerie des Ardennes, David Seizelet et Aurélie Camus ont trouvé leur bonheur, « chacun a son rôle, son espace  », explique l’artisan de 29 ans. Sa compagne, ancienne conseillère en assurance, s’occupe notamment des papiers. «  Il faut avoir chacun sa partie, fixer des limites dès le début et s’y tenir sinon ça se passe mal…  » Si le conjoint ne possède pas forcément les connaissances techniques du métier, il apporte autrement sa contribution au développement de l’entreprise : « Je gère le côté clientèle avec plaisir, je développe les

« L’entente au sein du couple rejaillit   sur l’affinité professionnelle ».

mailings et relance les commandes », précise Aude Cizeron.

■■ Plus forts pour

surmonter les difficultés Ainsi la réussite de l’entreprise est aussi la réussite du couple : « C’est un engagement fort si on veut que ça marche  », commente Sophie Boutillier, maître de conférences et directrice du Master Side (Stratégie d’innovation et dynamique entrepreneuriale) à l’université du Littoral de la côte d’Opale. Pour Aude Cizeron, « c’est plutôt une force d’être en couple. On fait corps pour l’entreprise. D’être deux, ça fait bouger les choses,

L e statut du conjoint-collaborateur La loi prévoit trois statuts pour le conjoint : conjoint-collaborateur, conjoint salarié et conjoint associé. Le statut de conjoint-collaborateur peut être choisi si le conjoint est marié avec le chef d’entreprise, exerce une activité régulière dans l’entreprise, ne perçoit pas de rémunération et enfin, n’a pas la qualité d’associé. Le statut de conjoint-salarié peut s’appliquer lorsque le conjoint est titulaire d’un contrat de travail de droit commun, qu’il travaille dans l’entreprise et perçoit une rémunération correspondant à sa qualification. Enfin, le conjoint peut choisir le statut de conjointassocié lorsqu’il s’associe à l’entreprise par une participation à la constitution du capital social.Il doit être signataire des statuts sociaux qui mentionnent son apport.

14

Le monde des artisans ● janvier-février 2012

vous misez plus sur l’entreprise. » « L’entente au sein du couple rejaillit sur l’affinité professionnelle  », confirme Sophie Boutillier. « Ensuite c’est par la pratique que l’on apprend à surmonter les difficultés. Je pense qu’il n’existe pas de recette miracle. Le plus important est de partager la même passion et de savoir faire des concessions  », ajoute-t-elle. Pour y parvenir, Aude Cizeron conseille de bien communiquer : « C’est comme dans un couple, il y a toujours une solution. » Mais elle admet qu’il faut « une entente, une base solide dès le départ ». Alors que le couple a les mêmes préoccupations professionnelles et qu’il vit parfois sur son lieu de travail, ce n’est pas toujours évident de préserver sa vie privée. « Quand on rentre à la maison, on en parle bien sûr. Si on n’habitait pas sur place, ce serait sûrement différent  », déduit David Seizelet. Pour permettre à sa femme de profiter de leur fils, il a choisi d’embaucher une vendeuse  : « Au début, cela faisait vraiment de grosses journées pour elle, là elle peut aller chercher le petit à l’école et récupérer un peu. » Le dimanche après-midi, c’est le moment de détente et de coupure hebdomadaire  : «  On finit à 13h30, on nettoie tout et on part se promener, rejoindre nos proches. » La famille est souvent le bon prétexte pour s’éloigner des préoccupations professionnelles : « En couple, on parle facilement du travail en dehors. Quelquefois, on se dit  : on arrête, on coupe, on n’en parle plus. Il y a le boulot et le reste. Quand on est à la maison, on essaie de penser à autre chose, et notamment quand on est avec notre petit garçon de 4 ans », justifie Aude Cizeron. B.C.


FNAC PRO : BOOSTEZ VOTRE BUSINESS ! Un service dédié aux professionnels et aux entreprises

Découvrez toutes nos offres et tous nos avantages en allant dès maintenant sur 

fnacpro.com

ou contactez nos experts au

0969 32 77 00*

LES AVANTAGES POUR LES PROFESSIONNELS : • Un site internet et un call center dédiés exclusivement aux professionnels. • Des prix bas et des offres commerciales réservées. • Toute l’offre de la Fnac avec des produits exclusifs. *Appel non surtaxé depuis un poste fixe du lundi au vendredi de 9h à 18h. Sauf jours légalement chômés et sauf interdiction législative ou réglementaire.

Retrouvez également tous les services Fnac pro dans les magasins Fnac Vélizy, La Défense, Odéon, Noisy-le-Grand, Lyon Bellecour, Toulouse Micro, Lille et Rennes


z [dYajY_]<]mp%K†nj]k

;E9++

DY;E9]ldY;;AL\]k<]mp%K†nj]k na]ff]fl\̇lj]fgmn]YmdYZ]ddak…]k hYjd]kk]jna[]k\]dÌzlYlhgmjljgakfgmn]dd]k Yff…]k\ÌY[[gehY_f]e]fl\]khgjl]mjk \]hjgb]lk\Yfkd][Y\j]\m\akhgkala^ ¾Fgmn]dY[[gehY_f]e]flhgmjdY[j…Ylagf ]ldYj]hjak]\Ì]flj]hjak]¿ FY[j]!&

<AKHGKALA>F9;J=

Mf¾[gmh\]hgm[]¿ hgmjd]khgjl]mjk\]hjgb]lk

=

n 2009, la CMA et la CCIT des Deux-Sèvres avaient été labellisées et conventionnées pour mettre en œuvre l’ensemble du dispositif « Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise » (Nacre) et l’instruction du prêt Nacre. Ce conventionnement, actuellement attribué à peu d’opérateurs, vient d’être reconduit pour trois ans. Il permet aux deux chambres consulaires d’instruire des dossiers de demande de prêt à taux zéro sur des montants allant jusqu’à 10 000 €. Ce prêt représente une aide significative et un véritable levier pour les porteurs de projets qui se lancent dans l’aventure de la création ou de la reprise d’entreprise.

MfY[[gehY_f]e]fl ]l\]kj…kmdlYlkj][gffmk Les services de l’État, par le biais de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) ont salué et félicité les chambres consulaires pour les bons résultats obtenus dans l’instruction des dossiers qu’ils ont eus à étudier. En effet, en trois ans, 124 porteurs de projet en création reprise ont bénéficié de ce dispositif. 106 prêts à taux zéro ont été accordés pour

).

D]egf\]\]kYjlakYfkMbYfna]j%^…nja]j*()*

M

un montant total de 490 900 €. À cela s’ajoute un taux de sinistralité (impossibilité de rembourser le prêt) nul, dont les chambres consulaires et leurs partenaires se félicitent.

Mf[geal…\Ì]f_Y_]e]fl Pour assurer l’uniformité des décisions, avec ses partenaires, la CMA et la CCIT ont mis en place un comité d’engagement des prêts Nacre commun et départemental. Il est composé de partenaires bancaires*, de la Siagi (Société de caution

#

Af^g

mutuelle), de l’ordre des expertscomptables, qui se sont engagés à étudier et à soutenir au mieux les dossiers de demande de financement qui leur sont présentés par les chambres consulaires. "Kg[a…l…_…f…jYd]$;j…\alEmlm]dG[…Yf$:FHHYjaZYk$ ;j…\al9_ja[gd];`Yj]fl]%EYjalae]'<]mp%K†nj]k$;A;$ :Yfim] HghmdYaj] 9imalYaf] ;]flj] 9ldYflaim] ]l ;Yakk]\ÌzhYj_f]&

3

;GFL9;L2

 khY[][gfk]ad]flj]hjak]k = Ym(-,1//**((gm ]khY[]%[gfk]ad%]flj]hjak]k8[eY%fagjl&^j

ImÌ]kl[]im]d]\akhgkala^FY[j]7 9Õf\]^Y[adal]jd]hYj[gmjk\][j…Ylagf%j]hjak]\Ì]flj]hja% k]\]hmakdÌa\…]bmkimÌYmpljgakhj]ea†j]kYff…]k \ÌY[lanal…k$dÌzlYlYeak]fhdY[]d]\akhgkala^FY[j] ]f*((1&AdkÌY\j]kk]]fhYjla[mda]jYmp\]eYf\]mjk \Ì]ehdgak af\]efak…kgmfgfaf\]efak…kafk[jalk.egak \Yfkd]k)0\]jfa]jkegak!$YmpZ…f…Õ[aYaj]k\]keafaeY kg[aYmp]lYmpb]mf]k\]egafk\]*.Yfk& D]FY[j]hj…ngalmfY[[gehY_f]e]fl[gehd]l \]khgjl]mjk\]hjgb]l]fljgak…lYh]k2 œ9a\]YmegflY_]\mhjgb]l2…lm\]\]eYj[`…$ hj…nakagff]d$\gkka]j\]hj…k]flYlagf& œ9a\]dYj][`]j[`]\]ÕfYf[]e]fl2hj‡lhjg^]kkagff]d$ [gehl]hjg^]kkagff]d]legq]fk\]hYa]e]fl$Ya\]k dY[j…Ylagf%j]hjak]]lYlljaZmlagf\Ìmfhj‡llYmpr…jg ]f[gehd…e]fl& œ9hhmaYm\…eYjjY_]]lY[[gehY_f]e]flh]f\Yfl d]kljgakhj]ea†j]kYff…]k\ÌY[lanal…


Où sont les femmes ? Eh bien partout, car désormais, il n’y a plus de domaines réservés. S’il faut parfois faire ses preuves pour se faire accepter dans un secteur traditionnellement masculin, cela n’effraie pas les femmes. Bâtiment, paysage, soufflage de verre, boulangerie, plusieurs artisanes nous racontent leurs parcours et leurs attentes. Dossier réalisé par Barbara Colas

© Romain Milert / fotolia

é clairage

L’artisanat au féminin

D

Femmes de l’artisanat, conjointes d’artisan Nombre de femmes dans l’artisanat ont longtemps été, en quelque sorte, des femmes « de l’ombre ». Elles travaillaient sans être rémunérées et

« Il faut arrêter d’envoyer   les femmes dans des métiers   dits féminins, qui sont saturés, alors que dans le bâtiment   il y a du boulot »

© Jean-Luc Bertini

ans de nombreux secteurs, auparavant « réservés  » aux hommes, les femmes font leur apparition. Mais pour que leurs compétences soient reconnues, elles doivent constamment prouver qu’elles savent faire. Gwendoline Bonnet, 40 ans, souffleuse de verre, co-gérante de «  Verre l’Essentiel  », le confirme : «  La différence, c’est que les hommes ont juste à montrer une fois qu’ils savent travailler. Pour les femmes, c’est tous les jours. » Faire preuve de son savoir-faire est souvent le meilleur moyen d’être respectée: « Il faut prouver de quoi on est capable, c’est ce qui m’a beaucoup aidée à m’intégrer » témoigne Laure Ligneau, 26  ans, artisan charcutier-traiteur de la Boucherie Mezin. Installée dans un petit village, elle précise que « pendant 6 mois, le fait d’être une femme m’a vraiment compliqué les choses. Les clients étaient un peu réticents ».

Leïla Ouadah, 45 ans, EI Dames Titulaire d’un CAP peinture revêtement vitrerie et après 20 ans dans le bâtiment, Leïla Ouadah sait de quoi elle parle quand elle annonce qu’ « il n’y a pas de femmes dans le secteur ». À ce constat, s’ajoute le fait qu’elle peine à trouver de la main-d’œuvre qualifiée pour ses chantiers. En 2008, elle décide donc de lancer un projet pour susciter l’intérêt des femmes dans le bâtiment. « Je veux m’adresser notamment aux mères de familles monoparentales sans qualification. » En créant son association, elle veut sensibiliser les femmes éloignées de l’emploi, leur permettre de construire un projet professionnel viable et les professionnaliser. Pour cela, elle dirige une entreprise en parallèle depuis 2010. « Cela permettra de faire de la mise en pratique. Elles pourront ainsi acquérir une expérience et se vendre auprès des entreprises. » Son projet est en bonne voie et elle a déjà obtenu plusieurs soutiens. « Il faut arrêter d’envoyer les femmes dans des métiers dits féminins du secteur tertiaire, qui sont saturés, alors que dans le bâtiment, il y a du boulot. »

sans reconnaissance dans l’entreprise de leur mari. « Le plus important pour elles, c’était la reconnaissance du travail et c’est arrivé grâce à la loi de 1982. Mais surtout c’est la loi de 2005, imposant le choix d’un statut, qui a véritablement changé la donne », explique Catherine Foucher, à la tête de la commission femmes de la Capeb et conjointe-collaboratrice d’un électricien

chauffagiste en Dordogne. Ce nouveau statut étant désormais acquis, c’est un nouveau cheval de bataille qui intéresse les femmes d’artisans. « Au-delà du statut, ce qui fait le métier, c’est la compétence commerciale, comptable... C’est là-dessus qu’il faut obtenir une reconnaissance pour les conjointes », ajoute Catherine Foucher. Aujourd’hui, les femmes d’artisans peuvent travailler

Le monde des artisans ● janvier-février 2012 ●

17


é clairage

© DR



© DR

« La différence c’est que les hommes ont juste à montrer une fois qu’ils savent travailler.   Pour les femmes, c’est tous les jours », explique Gwendoline Bonnet de « Verre l’Essentiel ».

Élodie Plagnes, artisan peintre : « Il faut avoir du caractère car on vous attend au tournant ».

S’imposer dans un monde d’hommes Pour Laure Ligneau, de la boucherie Mezin, s’imposer n’a pas été un problème : « Je n’ai connu aucune difficulté mais je ne suis pas d’un tempérament à me laisser faire ». Et on peut dire que le milieu de la boucherie lui réussit puisqu’à seulement 26  ans, elle possède déjà deux magasins ! « Quand il y a besoin, je sais remettre les gens à leur place. Il faut avoir du caractère car on vous attend au tournant », confirme Élodie Plagnes, 36 ans, artisan peintre, gagnante du prix MetFem. «  Finalement, c’est

plutôt un atout pour moi, je suis la petite touche féminine ! », ajoute-t-elle. Les milieux typiquement masculins ne sont pas une nouveauté pour Nadine Le Gallo, à la tête d’une boulangerie-pâtisserie à Le Tholonnet  : «  j’étais chef de cuisine, j’avais dix hommes en dessous de moi. C’est un milieu très macho, beaucoup plus misogyne il y a 25 ans qu’aujourd’hui ».

Les codes de l’univers masculin Selon Valérie Rocoplan, directrice de la société Talentis et auteur du livre « Oser être la chef », pour travailler dans un milieu traditionnellement masculin, «  il faut prendre conscience des codes qui comptent pour les hommes. Si on refuse le système, on est exclue. Devenez une joueuse et ensuite faites évoluer les règles  », conseille-t-elle. «  Les

© Jean-Luc Bertini

à temps partiel et se décharger de certaines tâches sur les employés. Cependant, elles sont toujours un soutien important pour l’artisan notamment dans la gestion de la société. Ainsi les nouvelles chefs d’entreprise sont parfois d’anciennes conjointes collaboratrices qui reprennent l’entreprise de leur mari. « Soit elles attendent la relève des enfants encore étudiants, soit elles ne sont pas encore à la retraite, ou ont envie de travailler dans ce secteur », précise Catherine Foucher. C’est le cas de Fabienne Gorge, 57  ans : « J’ai repris l’entreprise de paysage de mon mari en 2009 ». De conjointe-collaboratrice, elle est donc passée à gérante. Si elle n’a pas ressenti de difficulté par rapport à sa condition de femme : « Dans la mesure où vous connaissez votre métier, vous êtes crédible  », elle admet que les femmes sont trop souvent « en retrait », pensant qu’  «  elles n’ont pas assez de compétences  ». Si la femme est chef d’entreprise, c’est l’homme qui se retrouve conjoint collaborateur, une situation qui étonne  : « En rentrant dans le salon, les gens ont tendance à se tourner vers mon conjoint », confie Audrey Jadot, artisan coiffeur, participante de l’exposition « Portraits d’entrepreneuses ». « Rares sont les entreprises qui ont une femme comme chef d’entreprise et le mari comme collaborateur », ajoute-t-elle.

« Je ne considère pas que la coiffure soit un secteur féminin. Chacun y a sa place. La mixité est une bonne chose, l’amour du métier   est plus important que le genre », explique Audrey Jadot, artisan coiffeur. Photographies de « Portraits d’entrepreneuses » sur www.portraitsdentrepreneuses.com

18

Le monde des artisans ● mois 2011


1&1 READYNET

OBJECTIF WEB VOTRE SITE EN LIGNE EN QUELQUES CLICS

Chez 1&1, nous pensons que chaque entreprise doit pouvoir bénéficier d’un site Web à son image. C’est pourquoi nous avons conçu 1&1 ReadyNet Pro. Grâce à des modèles adaptés à plus de 100 secteurs d’activité, vous obtenez un site de qualité entièrement personnalisable, même sans aucune connaissance en programmation. Vous disposez de tout ce dont vous avez besoin pour votre succès en ligne : une multitude de designs, des textes et images prédéfinis, une adresse Internet, des emails professionnels… Plus de 100 000 utilisateurs déjà convaincus. Pourquoi pas vous ?

PLUS DE 100

SECTEURS D‘ACTIVITÉ,

UNE INFINITÉ DE

POSSIBILITÉS…

Appelez-nous au 0970 808 911 (non surtaxé)

www.1and1.fr


é clairage

Des mentalités qui évoluent « Pendant longtemps les femmes n’ont pas été prises au sérieux en tant que chefs d’entreprises, encore moins dans les milieux masculins », relate Renée Fernandez, présidente de la commission « Femmes dans l’artisanat  » de la CMA des Bouches-du-Rhône, vice-présidente de la Fédération nationale de la coiffure des Bouches-du-Rhône et artisan coiffeur. « Maintenant les messieurs se sont rendu compte qu’elles avaient leur place et ça va mieux. » Elle voit les mentalités évoluer et notamment dans les milieux traditionnellement masculins : « j’ai des collègues qui prennent maintenant des jeunes filles en apprentissage mécanique, je leur demande com-

© CMA 13

« Pendant longtemps les femmes n’ont pas été prises au sérieux en tant que chefs d’entreprises, encore moins dans les milieux masculins », Renée Fernandez, présidente de la commission « Femmes dans l’artisanat » de la CMA des Bouches-du-Rhône.

20

Le monde des artisans ● mois 2011

« Bonjour Messieurs les plombiers, Mesdames les esthéticiennes » Laurent Giordanengo, responsable du service Développement de l’Apprentissage et de l’Emploi à la CMA des Bouches-du-Rhône « La CMA des Bouches-du-Rhône a créé une commission « Femmes dans l’Artisanat » en 2006. Elle participe notamment à la remise du prix MetFem qui récompense les femmes qui créent une entreprise et l’intégration par l’apprentissage de femmes dans un métier ou il y a moins de 25 % de femmes. Nous éditons également des dépliants spécifiques. Dans mon service, nous travaillons sur cette thématique puisque nous sensibilisons les jeunes. Lorsque l’on présente les métiers de l’artisanat dans les collèges ou les lycées, on précise qu’il n’y en a pas réservés aux femmes ou aux hommes. On met en avant les artisans ayant un profil atypique. Souvent, j’accueille les jeunes en disant « Bonjour Messieurs les plombiers, Mesdames les esthéticiennes ». C’est une bonne introduction, on met à plat les stéréotypes. On est là pour faciliter les choses. Je me souviens d’une jeune fille qui voulait faire de la carrosserie, sa mère était coiffeuse. C’était le drame. Il a fallu discuter avec les parents et les rassurer. » « Dans le bâtiment, les filles commencent à trouver leur place, notamment dans le second œuvre », MarieChristine Gaultier, viceprésidente de la CMA des Côtes d’Armor et artisan crêpière. © DR



hommes ont horreur des femmes castratrices, ils aiment les femmes maternelles. Quant aux séductrices, elles jouent un jeu dangereux car elles risquent d’être rejetées et de renforcer les préjugés des hommes ». Il faut donc savoir être dans l’autorité sans être castratrice ni séductrice. « Pouvoir jouer la complicité, c’est important  », ajoute-telle. C’est d’ailleurs ce que confirme Gwendoline Bonnet de « Verre l’Essentiel ». « Le métier de souffleur de verre est très hiérarchisé, très codé car ancestral. J’ai travaillé dans des cristalleries, en bleu de travail. On s’attache les cheveux et on se fond dans la masse. C’est le meilleur moyen de s’intégrer. Lorsque les ouvriers vous voient travailler, ils vous respectent. Mais bien sûr, il y a des moments où il faut être plus ferme, s’imposer.» Pour l’artisane, c’est «  aux femmes d’aller explorer ces mondes qui leur semblent fermés ».

ment ça se passe, ils me répondent : «  Si vous m’en trouvez six autres comme ça, je les prends » ». Dans d’autres secteurs, le ressenti est tout aussi positif, comme l’observe Domitille Flichy, 33 ans, gérante de Farinez-vous, une boulangerie artisanale : « Je suis une femme, de surcroît jeune, et lorsque j’ai présenté mon projet au président du Syndicat de la boulangerie, il a été très enthousiaste. De la même manière, le meunier que j’ai contacté m’a tout de suite prise au sérieux. » Pour Philipa Martin, de « Verre l’Essentiel », l’évolution des mentalités est visible : « on travaille avec des ferronniers, ils nous voient d’abord comme des chefs d’entreprise et ensuite comme des femmes ». Laure Ligneau, du haut de ses 26 ans, tire également un bilan optimiste : « il y a de vieilles mentalités et des nouvelles. Certains de mes collègues ont des jeunes filles en apprentissage et les deux ouvriers que j’ai n’ont aucune difficulté face à ma nature féminine ».

La tendance à la mixité de certains métiers « Dès que l’on montre la compétence, il n’y a aucun problème  : de

plus en plus de femmes sont dans la production. Tous les artisans parlent bien de ces salariées qui féminisent le métier. Il y a des chances que ça continue dans ce sens », remarque Catherine Foucher de la Capeb. Cette évolution, Marie-Christine Gaultier, vice-présidente de la CMA des Côtes d’Armor et artisan crêpière, l’observe également :  «  dans le bâtiment, les filles commencent à trouver leur place, notamment dans le second œuvre  ». Les choses évoluent et de nombreux métiers deviennent mixtes. Tendance que confirme Gwendoline Bonnet : « Ceux qui nous ont appris sont des hommes, nos collègues sont des hommes. Mais cela se féminise beaucoup. Dès les années 60-70, avec le développement de la verrerie d’art, des couples de verriers se sont installés : la femme dessinait et l’homme soufflait. Petit à petit, des centres de formation se sont ouverts et cela a attiré les femmes. » Dans les secteurs plus féminins comme la coiffure, la mixité est également en train de se mettre en place : « Avant il y avait peu de coiffeurs. Plus ça va, plus je reçois des CV d’hommes. Cela est dû au fait que le métier est plus valorisé. Avant, la coiffure était la voie de garage pour les femmes et le garage celle des hommes », confie Audrey Jadot, artisan coiffeur à Montpellier « Je ne considère pas que ce soit un secteur féminin. Chacun y a sa place. La mixité est une bonne chose, l’amour du métier est plus important que le genre ».


1&1 READYNET

VOTRE SITE À PORTÉE DE MAINS 1&1 READYNET PRO

Sélectionnez votre secteur d’activité, indiquez vos coordonnées et choisissez une couleur dominante. C’est terminé ! Votre site est généré et contient déjà des textes et images adaptés à votre entreprise. Vous pouvez ensuite modifier et personnaliser votre site à tout moment. Seule une connexion Internet suffit. Avec 1&1 ReadyNet Pro, c’est aussi simple que cela. L’adresse Internet de votre site est également incluse !

ESSAI

GRATUIT ! 1 mois d’essai gratuit puis 9,99 € HT/mois*

Cliquez sur la zone de texte et modifiez le contenu en un tour de main. ABITA Architecture est une entreprise familiale fondée en 1985. Nous réalisons tous vos projets de construction, de la maison individuelle au bâtiment industriel.

Ajoutez vos images en quelques clics seulement.

Changez instantanément de couleur.

Appelez-nous au 0970 808 911 (non surtaxé)

www.1and1.fr

*Pendant le mois d’essai gratuit, résiliation possible à tout moment, sans frais. A l’issue du mois d’essai, la durée minimum d’engagement est de 12 mois. 1&1 ReadyNet Pro est alors au prix habituel de 9,99 € HT/mois (11,95 € TTC/mois). Conditions détaillées sur notre site Internet.


c as d'entreprise

Photos : L. Theeten

Fier de son ancrage local et éternel insatisfait, Michel Glosek a développé son entreprise autour de sa passion pour la recherche. S’il a commencé par proposer des produits réalisés à base de fleurs, il se lance aujourd’hui dans le melon de Lectour. Entre cuisine moléculaire et conserverie, il semble avoir trouvé de quoi créer des produits d’exception.

Le domaine de Michel Glosek, c’est la création, la recherche. Et c’est pour cela qu’on vient le chercher.

Glosek Gourmet

Miser sur la recherche

Le monde des artisans ● janvier-février 2012

Info

Il a su

• Mettre en avant les ressources locales pour se différencier de la concurrence. • Prendre du recul pour évaluer les atouts de son entreprise. • Écouter sa clientèle pour développer de nouveaux produits en accord avec ses attentes.

Reconversion

que l’appellation est protégée. Pourtant, lorsque Michel Glosek sort de son école d’ingénieur agronome, il se lance dans l’informatique. Mais déjà, c’est la recherche et développement qui le passionne.

Après avoir fait carrière dans une start-up, dans la gestion des ressources humaines et un tour du monde avec sa femme, il souhaite se reconvertir et devenir chef d’entreprise. Il choisit le métier de cuisinier, qu’il apprend chez Paul Bocuse à Lyon : « J’ai fait partie de la première promotion. Je me suis retrouvé à la plonge. Ça m’a fait drôle ». À la sortie, il monte un restaurant avec son épouse. « On est arrivé dans le Gers par hasard, pour reprendre un restaurant gastronomique ». Pendant sept ans, l’affaire tourne bien. C’est alors que Michel Glosek doute : « On perdait de nouveau ce pourquoi on s’était battu : notre liberté ». Voulant s’affranchir des

© DR

© DR

22

+

Une dominante qu’il retrouvera dans tous ses projets.

© DR

I

l y a trois ans, quand les producteurs de melon de Lectour sont venus solliciter Michel Glosek, ils n’ont pas frappé à n’importe quelle porte. L’artisan a pris leur proposition très au sérieux et a créé le « Carat de Lectour », produit haut de gamme désormais présent dans nombre d’épiceries fines. Comment mettre en valeur un produit comme le melon sans le dénaturer ? Voilà une délicate question sur laquelle Michel Glosek a planché avec plus qu’acharnement. Pour créer de la valeur ajoutée à partir de cette ressource locale, il a testé la cuisine moléculaire, et s’est finalement tourné vers les anciennes techniques de confiserie, apprises lors d’un stage chez Lenôtre. Après trois ans de travaux, le résultat est là  : des pépites de melon confites qu’il choisit d’abord de nommer « caviar de Lectour » avant d’apprendre


contraintes horaires lourdes du métier de restaurateur, il cherche d’autres pistes. Et c’est ainsi que l’artisan se tourne à nouveau vers la recherche pour s’initier à la conserve : « il existait un centre de recherche à proximité ». En parallèle du restaurant, il travaille làbas pour apprendre les techniques de conservation. « On a pu louer un espace dans ce centre et c’est là qu’on a créé notre gamme de produits. » Le couple se lance ainsi sans avoir besoin d’investir. Ils se spécialisent tout d’abord sur des produits à base de fleurs, les « Fleurandises ». « C’était très original mais cela ne nous permettait pas de vivre. » L’idée lui vient alors de proposer au grand public des produits pour composer une assiette gourmande. Il revisite donc un dessert issu de la carte de son restaurant : le baba. « Au lieu de le faire au rhum, je l’ai fait à l’armagnac, un produit local que je souhaitais valoriser. »  Un « best-seller », il s’en est vendu 2 millions en dix ans. « Au départ, on a commencé sur les marchés, on a été à l’écoute des clients. Ils nous demandaient des coulis : on en a donc créé. Puis ils nous ont suggéré d’agrémenter avec des fruits. On a suivi également leurs conseils. » Et c’est ainsi que Glosek Gourmet a développé une gamme

Pr  otéger votre nom, vos produits ou votre savoir-faire Peu d’artisans ont connaissance de la possibilité de protéger leur entreprise ou leur création grâce à la propriété industrielle. Pourtant, ce que vous concevez mérite d’être protégé. C’est aussi un moyen d’éviter des poursuites éventuelles. Par exemple, Michel Glosek a découvert en faisant des recherches qu’il n’avait pas le droit d’utiliser le nom « caviar » pour son produit. Ce dernier serait réservé aux célèbres œufs d’esturgeon.

Protéger votre nom ou votre marque Avant toute utilisation ou enregistrement, l’INPI

conseille d’ « effectuer une recherche d’antériorité ». Pour les noms de domaine, c’est l’AFNIC (Association française pour le nommage Internet en coopération) qui est habilité à en délivrer. De la même manière, votre marque doit être protégée. Pour cela, il faut impérativement en effectuer le dépôt. « Si une société commercialise des produits sous une marque sans l’avoir fait enregistrer, et qu’un tiers de bonne foi dépose ultérieurement ce nom, le déposant pourra lui opposer sa marque et

complète de desserts en conserve pour atteindre 60 références aujourd’hui.

Son moteur : l’innovation Parce que le chef d’entreprise aime les défis, il a choisi de se spécialiser dans l’innovation. Il se lance dans la création de nouveaux produits « entre gâteaux et pâtisseries ». Il est content du résultat, mais c’est difficile à vendre. «  J’ai donc cherché à me positionner autrement pour que l’entreprise se développe.  » Et il semblerait qu’il ait enfin trouvé : son domaine c’est la création, la recherche. Et c’est pour

ainsi obliger la société à changer de marque ou à la racheter » précise l’INPI sur son site internet.

Protéger votre invention Dans le cas d’une invention, la protection s’obtient grâce à un brevet ou un certificat d’utilité. Ils apportent les mêmes droits mais pour des durées différentes. Les coûts d’enregistrement diffèrent donc également.

R

Plus d’infos :

s ur le site de l’INPI ou auprès de votre CMA

cela qu’on vient le chercher. Aujourd’hui, il travaille pour un producteur de verveine artisanale mais également pour la Poire d’Olivet - eau-de-vie de poire - : « Nous avons créé toute une gamme de produits à partir de chacun des éléments. Elle est vendue dans les épiceries fines et chez les cavistes ». Si le succès semble être au rendez-vous, cela n’empêche pas Michel Glosek de vouloir « rester à petite échelle ». « Il faut faire attention à ne pas perdre le savoir-faire et rester dans l’artisanat. C’est essentiel pour moi. » Aujourd’hui, il se concentre sur le melon car les retours sur le carat de Lectour et ses dérivés sont positifs. « Maintenant je voudrais développer des produits à base de ce qu’on a déjà conçu. Et il faut qu’on puisse augmenter la production tout en gardant la qualité ». Voilà le prochain challenge qui attend Michel Glosek et gageons que ce ne sera pas le dernier !  Barbara Colas

Le monde des artisans ● janvier-février 2012 ●

23


©Photos : Perceval

R éussite

Yves Charles est un artisan touche-à-tout. Que ce soit derrière les fourneaux ou à la fabrication des couteaux, ce chef d’entreprise ne connaît pas la crise.

Perceval

Un coutelier trois étoiles

À

49 ans, Yves Charles est un chef d’entreprise comblé. À la tête de la coutellerie auvergnate Perceval à Thiers (Puy-deDôme) depuis 2005, il vend ses couteaux haut de gamme à travers le monde pour un chiffre d’affaires de 730 000 e par an. Un succès inattendu pour l’ancien chef étoilé de La Maison Courtine à Paris.

Double vie En 2005, Yves Charles est à la recherche d’une série de couteaux spécifiques pour son restaurant. Problème, ils n’existent pas sur le marché. La coutellerie Perceval est en mesure de les réaliser mais n’est pas prête à investir dans la fabrication. Il n’en faut pas plus à cet artisan pour se décider à racheter la petite entreprise de deux employés. « À l’époque, c’était un amusement, raconte-t-il. L’investissement était de 9 000 € et je devais produire 3 000 couteaux pour être rentable. » Il s’est lancé. « Au départ, je venais seulement un jour par semaine, se rappelle-t-il. Mais, emporté par le succès, j’ai dû engager plus de monde pour honorer mes commandes et tenir mes engagements. J’avais alors deux entreprises qui nécessitaient un patron à

24

Le monde des artisans ● janvier-février 2012

temps plein. » Un choix s’imposait. En 2008, il rend toque, tablier et étoiles pour se consacrer à la fabrication de couteaux. En trois ans, il multiplie par quatre le chiffre d’affaires de la petite entreprise artisanale, embauche trois personnes et déménage dans un nouveau local de 500 m². Un succès qui ne doit rien au hasard. Yves Charles commence par réduire drastiquement les temps de livraison et créer une nouvelle gamme pour booster la demande. « Il n’y avait pas eu de création depuis 2001, cette réalisation était attendue », précise-t-il. En effet, si, avant lui, l’entreprise Perceval était reconnue pour la qualité de ses couteaux, l’aspect commercial était négligé. « Je n’ai rien changé aux techniques, déjà bien au point, confiet-il. J’ai juste mis en valeur des talents jusque-là bridés », comme celui de Roland Lannier, son chef de projet. Il relance aussi le site www.couteau.com, acheté dès 1995 mais laissé à l’abandon. Environ 10 % des ventes de l’entreprise sont réalisées par ce biais, les revendeurs de couteaux et les restaurateurs étoilés assurant le reste de son chiffre d’affaires. « J’ai renforcé la distribution en travaillant avec des coutelleries emblématiques en France, en Italie et

en Allemagne… », détaille l’artisan. Il a aussi profité de son réseau d’ancien chef étoilé pour conquérir les plus belles tables. Ainsi, Alain Ducasse a fait découvrir les couteaux Perceval à des chefs de New York, Londres, Dubaï ou Tokyo.

Des fourchettes qui piquent Pour séduire les plus grands chefs, une seule solution : l’excellence. « La qualité de nos couteaux et de notre service n’existe pas ailleurs. Nos couverts sont conçus pour satisfaire les professionnels les plus exigeants, le moindre détail compte, affirme Yves Charles. On vend des fourchettes en inox, comme on peut en trouver partout, sauf que l’ergonomie, le poids et le piquant de la fourchette ont été soigneusement étudiés. Nous sommes les seuls à faire des fourchettes qui piquent, s’amuset-il. Ce sont des détails symboliques, mais le restaurateur voit que le produit a été pensé par un restaurateur ». Le « secret de Perceval » est là. Il réside dans une connaissance parfaite du client alliée à la technicité des couteliers. Emmanuel Daniel

R

Contact

www.couteau.com


© Fotolia

Consommez moins (d’énergie) pour gagner plus !

E

n réduisant leur consommation d’énergie, les artisans servent aussi bien leur portefeuille que la nature. Plusieurs approches sont envisageables pour agir simplement et à peu de frais. □□□ Dossier réalisé par Emmanuel Daniel


D ossier Économie

Réduire sa consommation d’énergie Les prix de l’énergie sont à la hausse depuis 20 ans tandis que les ressources s’amenuisent. Pour réduire leur impact sur l’environnement mais aussi leur facture d’énergie, les artisans disposent de différents leviers.

É

colos ou économes, les artisans ont tout à gagner à devenir moins gourmands énergétiquement et à prendre la mesure des avantages d’un comportement écologiquement responsable. Pour réduire sa facture d’électricité, le chef d’entreprise dispose de plusieurs leviers, des simples bonnes pratiques au choix de l’énergie et du matériel, en passant par l’investissement dans une isolation de qualité. Qu’il s’agisse de locaux neufs ou anciens, il est toujours possible d’optimiser la performance du bâtiment et ainsi faire du bien à l’environnement autant qu’à son portefeuille. La première démarche consiste à réaliser un pré-diagnostic afin d’évaluer les principaux postes de dépenses et de déterminer les meilleures solutions pour réduire ses diverses factures. Pour cela, le CNIDEP (Centre national

+

Info 26

d’innovation pour le développement durable et l’environnement dans les petites entreprises) a lancé Arti’Nergie, un outil permettant d’évaluer et de maîtriser sa consommation d’énergie. Une fois cet audit réalisé, l’artisan peut prioriser ses efforts. Sachant que chacun peut agir selon son budget. « Il y a trois catégories de mesures, détaille Marie Foyer, chargée de mission économies d’énergie de la CMA de ChampagneArdenne. L’application de « bonnes pratiques » qui ne nécessitent pas d’investissement, les dépenses de petit équipement comprises entre 0 et 500 € et les investissements conséquents supérieurs à 500 € ».

Un abonnement énergétique adapté La première démarche consiste à s’assurer que l’abonnement au gaz et/ou à l’électricité ne soit pas supérieur aux

Des aides existent Pour les connaître, rapprochez-vous de l’Espace info énergie de votre région.

Le monde des artisans ● janvier-février 2012

trick

© Pa

tolia

J.- Fo

besoins réels de l’entreprise. Le choix de l’énergie est également déterminant. Ainsi, le passage du propane au gaz naturel est amorti en moins de 2 ans tandis que le passage du fioul domestique au gaz naturel est rentabilisé en moins de 5 ans.

Isolation Une bonne isolation est essentielle pour limiter les pertes de chaleur et par conséquent, la consommation d’énergie. De plus, un bâtiment bien isolé et bien ventilé vieillit mieux car l’humidité s’installe moins facilement. Aussi efficaces que leurs alternatives synthétiques, les matériaux recyclables, naturels et locaux reviennent au goût du jour. L’utilisation du bois dans les Vosges ou de la terre cuite

dans le Nord permet en effet de limiter son empreinte carbone tout en garantissant une bonne isolation. Pour que le bâtiment soit énergétiquement efficient, il faut particulièrement veiller à bien isoler le toit et les combles, les murs et les fenêtres. Pour le toit et les murs, que l’on choisisse une laine de roche, de bois ou de la ouate, « une épaisseur de 30 cm minimum doit être appliquée  », selon François Kloepfer, chauffagiste dans le Haut-Rhin. Si l’isolation intérieure, moins chère (30 à 50 € HT/m²), est la plus utilisée, l’artisan peut aussi opter pour une isolation extérieure. Plus efficace, elle présente aussi l’avantage de ne pas grignoter sur l’espace intérieur. Un bémol, ce procédé coûte plus cher, de 60 à 100 € HT/m².


A S S U R A N C E

A R T I S A N S

B T P

Pour assurer, j’ai choisi la SMABTP

Responsabilité décennale

Responsabilité civile

Réactivité

“Après un premier contact, j’ai reçu mon devis très rapidement” ■

Tarification sur-mesure

“Mon contrat prend en compte ma situation et les caractéristiques de mon entreprise“ Individuelle accident

Couverture adaptée

“On m’a proposé une gamme complète d’assurances pour protéger mon activité“ ■

Interlocuteurs professionnels

“Les sinistres sur chantier sont traités par des professionnels du BTP“ Multirisques locaux professionnels

Accompagnement personnalisé

“Mon conseiller m’a expliqué les contrats et a répondu à toutes mes questions“

Protection juridique

0 810 009 033

PRIX APPEL LOCAL

Rendez-vous sur notre site

www.smabtp.fr

Offre l spécia s r u e t a é cr


Chauffage

Si la plupart des artisans ont recours à l’électricité, au fuel ou au gaz naturel, François Kloepfer préconise, lui, de « choisir le type de chauffage selon les ressources locales, de s’équiper d’une chaudière au bois si la place le permet ou d’opter pour un puits de chaleur ». De l’avis des professionnels du chauffage et de l’isolation, il est pertinent de remplacer sa chaudière classique par une chaudière à condensation ou un éco-générateur, moins polluants et moins coûteux. « Avec une économie d’énergie de 30  %, l’achat d’une chaudière à condensation sera rentabilisé en cinq ou six ans », annonce Alexandre

radiants permet de chauffer plus économiquement. Pour ce qui est des bureaux, la création d’un sas limite les déperditions de chaleur. Utiliser un équipement adapté est également primordial. Dans certaines professions, il est possible de récupérer la chaleur émise par les machines (fours à pains, matériel de refroidissement, machines de nettoyage à sec…) pour chauffer les locaux. « Les moteurs de mes frigos produisent de la chaleur. J’ai mis en place un système qui redirige la chaleur émise par les moteurs pour sécher des jambons de pays », précise Didier Villemin, gérant de la boucherie-charcuterie « Aux saveurs d’Ardennes ».

© Mariesacha / Fotolia

□□ □

divise par quatre la facture électrique dévolue à l’éclairage. L’utilisation de l’éclairage naturel (via la pose de pan-

Le chauffage électrique est à proscrire car c’est le plus polluant Duby de Gaz de France Provalys. En tout cas, pour François Kloepfer, « le chauffage électrique est à proscrire, c’est le plus polluant. EDF doit produire trois kilowatts pour que l’on en consomme un à cause des pertes d’énergie sur la ligne. ». Pour les grandes surfaces, l’utilisation de tubes ou panneaux

Éclairage L’éclairage est le poste de consommation le plus énergivore puisqu’il représente jusqu’à 75  % des consommations, notamment dans les commerces. Pour réduire sa facture d’énergie, il suffit de remplacer ses ampoules à incandescence par des ampoules et néons fluocompacts. Cet investissement

neaux translucides) est une autre piste de réduction de la dépense énergétique.

L’équipement de production En faisant installer des boîtiers électroniques de variation de vitesse sur certaines machines (scies, broyeuses…), l’entreprise peut réduire de 50 % sa facture. Une autre

Bonnes pratiques • Lumière

- L’installation de détecteurs de mouvements, de minuteurs ou l’extinction automatique des lumières à heures fixes est recommandée. - Nettoyez vos ampoules ou néons régulièrement pour gagner en luminosité. - Utilisez au maximum la lumière naturelle.

ne les couvrent pas et dépoussiérez-les régulièrement. - Régulez la climatisation et le chauffage à partir du même programmateur. - Ne baissez pas la température de la climatisation de plus de 4 °C par rapport à la température extérieure.

• Chauffage

• Production de froid

- Ne surchauffez pas vos locaux. 1 °C en mois vous fait économiser 7% sur la facture d’électricité. - En cas d’absence de plus de 2 h, baissez la température de 3 ou 4 °C afin de maintenir une température moyenne de 15/16 °C. - En cas d’absence de plus de 48 h, calez la température entre 8 et 12 °C. - Ne gênez pas la diffusion des radiateurs : veillez par exemple à ce que les rideaux

28

Le monde des artisans ● janvier-février 2012

- Laissez refroidir les produits avant de les mettre dans un congélateur ou une chambre froide et ne les entassez pas.

• Eau

- Équipez-vous d’un mitigeur (10 % d’économie) et d’un mousseur. - Pensez à détartrer. 3 mm de tartre sur une résistance, c’est 30 % d’énergie en plus pour chauffer la même quantité d’eau.

option est d’opter pour des moteurs à haut rendement, plus chers mais rentabilisés en moins de dix ans. Pour en savoir plus sur le matériel spécifique à chaque métier, vous pouvez vous reporter aux fiches élaborées par la CNIDEP décryptant les performances énergétiques de dix professions. Peu importe sa motivation et son budget, chaque artisan peut faire chuter sa facture en diminuant les différents postes de dépense. Ainsi, Lise Renaux-Sajdur, gérante du centre de soins esthétiques Planète beauté à Troyes (Aube) a remplacé ses ampoules par des néons fluocompacts, installé un mousseur pour limiter sa consommation d’eau et des programmateurs pour contrôler la consommation d’électricité de ses appareils professionnels. Comme elle n’est pas propriétaire, elle ne peut pas influer sur l’isolation et le matériel de chauffage mais tente de garder ses portes fermées. «  Mes charges sont fixes, ces économies d’énergie ne me rapportent pas d’argent, précise-t-elle. Ma seule motivation est de laisser une planète non détruite aux générations futures. C’est juste une goutte d’eau, mais mis bout à bout, ça peut faire un océan ».Des petits gestes pour une grande cause.


: gmjk]<]mp%KÂ&#x2020;nj]k ADK;@=J;@=FL MFJ=HJ=F=MJ FAGJL=LK=K =FNAJGFK ! H=AFLMJ= N\k]flj]hjak]\]h]aflmj] kmjZYkkaffagjlYak$kmjmf Yp]hYkkY_]jljÂ&#x2020;k\]fk]$ kmh]j^a[a]**e*$[da]flÂ&#x2020;d] /-hYjl&]l*-hjg^]k% kagff]dkkmjmfk][l]mj \]*-+(ce ]p[]hlagf .(ce!$Â&#x2026;imah]2)[`]^ \Ă&#x152;]flj]hjak]$)Y\eafakljY% la^$-gmnja]jk$*Yhhj]flak ]l)aflÂ&#x2026;jaeYaj]$Y[[geh& hgkkaZd]\m[Â&#x2026;\Yfl\mjÂ&#x2026;] \Â&#x2026;l]jeaf]j$hjap^\k )*(C[gehj]fYfl nÂ&#x2026;`a[md]k#eYl&ghÂ&#x2026;jYlagf% f]d$dg[Yd]fdg[Ylagf$[jÂ&#x2026;Y% lagf\Ă&#x152;mfZYad$)+(('egak& ! ;GJ<GFF=JA=%EMDLA% K=JNA;=K N\k^\kljÂ&#x2020;kZa]fhdY[Â&#x2026; \Yfkh]lal]_Yd]ja] eYj[`Yf\]]lrgf] \][`YdYf\ak]]fhd]af] ]phYfkagf$Y^^Yaj]kYaf] ]paklYfl\]hmakmf]imaf% rYaf]\Ă&#x152;YffÂ&#x2026;]k$emdlak]j%

na[]k2hdYim]k$lYehgfk$ _jYnmj]$had]k$Y[lanalÂ&#x2026; aflÂ&#x2026;j]kkYfl]ljÂ&#x2020;knYjaÂ&#x2026;]$ eYj_]aehgjlYfl]$ ^gjeYlagfhgkkaZd] ]lY[[gehY_f]e]flYkkm% jÂ&#x2026;$eYl&]fhYj^YalÂ&#x2026;lYl$ hjap^\k+-(((& ! HJ=HJ=KK=%AEHJ=K% KAGFK%G>>K=L ;`]j[`]Ykkg[aÂ&#x2026;]f [g_Â&#x2026;jYf[]$]flj]hjak] hjÂ&#x2026;hj]kk]$h`glg_jYnmj]$ aehj]kkagfkfmeÂ&#x2026;jaim]]l g^^k]l$aehdYflÂ&#x2026;]Fagjl$ +kYdYjaÂ&#x2026;k$;9*()(**0C$ dYZ]dAehjaeĂ&#x152;N]jl$jY[`Yl \]hYjlkkg[aYd]k&

H9QK<=?Ă&#x153;LAF= ! :GM;@=JA=%;@9J;ML=%

JA=%LJ9AL=MJ N\k^\kkalmÂ&#x2026;]f[]flj] Zgmj_*(((`YZ&$]ehdY[]% e]fl)]jgj\j]Yn][hYjcaf_ hjanÂ&#x2026;$*dYZgk$eYl&[gehd]l Ympfgje]k$[YeagfeY_Y% kaf$aehgjlYflhgl]fla]d \Â&#x2026;n&$;9*((C$klm\ag Yn][*[`Zj]k$)K<:]l )[makaf]$hjap^\k0-((($ dgq]j0(('egak$gmn]fl] emjk).((((&

H9QKE=DDGAK =L@9MLN9D <=KĂ NJ= ! ;@9JH=FL= EzL9DDAIM= N\k]flj]hjak]\] [`Yjh]fl]eÂ&#x2026;lYddaim]$ ZYj\Y_]$[gmn]jlmj]]f lgml_]fj]$k]jjmj]ja]]l [`Yjh]fl]Zgak$[da]flÂ&#x2020;d] Y_ja[mdl]mjk$YjlakYfk]l hYjla[mda]jk\YfkmfjYqgf \]-(ce km\/1$daeal] 0.!$*kYdYjaÂ&#x2026;k$[Yjf]l \][geeYf\]5*egak$ hgkk&dg[Ylagf\mZÂ&#x20AC;la% e]fl$hjap^\k-((((& ! :9F;9DAE=FL9LAGF N\kZYf[$]ehdY[]e]fl )]jgj\j]$eYj[`Â&#x2026;eYj\a eYlaf hgkk&eYj[`Â&#x2026; kYe]\aeYlaf!$/enalja% f]k\Ă&#x152;Yf_d]$hYj^YalÂ&#x2026;lYl Yn][jÂ&#x2026;k]jn]k$ZYdYf[]$ Zaddgl$*_jgmh]kaf\Â&#x2026;h]f% \Yflk$;9egq]f*/(( +((('egak$hjap,((( \Â&#x2026;ZYllj]& ! >D=MJAKL= N\k^\kljÂ&#x2020;kZa]fkalmÂ&#x2026; kmjYp]ljÂ&#x2020;k^jÂ&#x2026;im]flÂ&#x2026; Yn][^Y[adalÂ&#x2026;\]klYlagf$

Ngmkkgm`Yal]rj]hj]f\j]gmljYfke]llj]mf] ]flj]hjak]$hdmka]mjkgmladkkgflnglj]\akhgkalagf2 ooo&ZfgY&f]l :gmjk]FYlagfYd]\Ă&#x152;GhhgjlmfalÂ&#x2026;k 9jlakYfYd]k!%LjYfk[gee]j[]'LjYfk9jlakYfYl2bgmjfYd \Ă&#x152;Yffgf[]k\]dYJÂ&#x2026;_agfHgalgm%;`Yj]fl]kYafkaim] d]kkal]k[gjj]khgf\Yflk%ooo&ljYfk[gee]j[]&[geĂ&#x2021; ooo&ljYfkYjlakYfYl&[ge ;gflY[l;E92=khY[][gfk]ad]flj]hjak]k%DYmj] J]lYadd]YmYm(-,1//0/0*gmd&j]lYadd]Ym8[e%fagjl&^j

eY_&)+(e*Yn][kmj^Y[] n]fl]-(e*#[Yn]#k]jj]# ]khY[]Zmj]Ym]l[makaf] dĂ&#x152;Â&#x2026;lY_]+(e*$*naljaf]k \]1edkmjjm]]l,edkmj [gmj$k]jna[]\]ljYfkeak% kagf^dgjYd]]lnÂ&#x2026;`a[md]$ ;9*()(#)((C]fhjg% _j]kkagf$dgq]jeg\Â&#x2026;jÂ&#x2026; *0/$1*'egak$ZYad j]fgmn]dÂ&#x2026;]f*((/$hjap ^\k.-(((#nÂ&#x2026;`a[md]&

H9QK<M:G;9?= :J=KKMAJ9AK=L L@GM9JK9AK ! K9DGF<=;GA>>MJ=

EAPL= N\k^\k]fFgj\/1$ )-ef\];`gd]l$kYdgf kmj*^YÂ&#x201E;Y\]k$ljÂ&#x2020;k dmeaf]mp$Za]fkalmÂ&#x2026;Yn][ hYjcaf_$kmj^Y[],/e* #jÂ&#x2026;k]jn]),e*$*ZY[k f]m^k$.hdY[]k[ga^^Y_]$ kYdgf[daeYlakÂ&#x2026;$hjap^\k -(((($dgq]j+((' egak$hgkk&Y[`Ylemjk

[gee]j[aYmp]leYakgf \Ă&#x152;`YZalYlagf& ! AFKLALML<=:=9MLz

N\k^\k\Ă&#x152;mf]kmj^Y[] \]*.(e*$Yn][lgml eYlÂ&#x2026;ja]d]kl`Â&#x2026;laim] `YeeYe$ZYdfÂ&#x2026;g$ kgdYjame$lYZd]k\]kgaf!$ hjap^\k,-((($dgq]j -(('egak& ! ?9J9?=9MLGEG:AD=

Ă&#x201A;n]f\j]_YjY_]Ymlgeg% Zad]]ehdY[]e]fl \])]jgj\j]\Yfknadd] Y_jÂ&#x2026;YZd]\])((((`YZ& L]fm\]hmak)1/+$ ljÂ&#x2020;kZgff]fglgjaÂ&#x2026;lÂ&#x2026;$ ZÂ&#x20AC;lae]fl]fnajgf *0(e Zmj]Ym#Yl]da]j! l]jjYaf*+((e% =^^][la^2d][gmhd] \Ă&#x152;]phdgalYflk#*gmnja]jk eÂ&#x2026;[Yfa[a]fk$;9egq]f \]k+\]jfaÂ&#x2020;j]kYffÂ&#x2026;]k2 --+,))'Yf$Hjap^gf\k# emjk2+((((($Hjap^\k2 )(((((Yn][dg[Ylagf \]kemjk)-(('egak&

La Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique e vous accompagne... - Pour vos besoins de trĂŠsorerie :                    - Pour votre dĂŠveloppement :

    !"#"""$%          &  '(        )     &    ###* - Pour vous aider Ă transmettre votre entreprise :      +      ,.#"""$/0  +      ,."#"""$  )   &   )            # %           #

  F6G 0 820 079 100

'",/$HHI*

www.bpaca.banquepopulaire.fr

1 2          3     1 2     4  )     5#.,/6/            4      & 1 2    4        # 78...",.9";1 #<)  7," = 3  !!"8/1  #>            "8"". ?/@#A   <     4    & 

&    5#.!"6, 5#.!"6/     #B        C;??8...",.9"# 2?D,9E#

*1

D]egf\]\]kYjlakYfkMbYfna]j%^Â&#x2026;nja]j*()*M


J uridique Les aides à l’apprentissage en 2012 Votre agenda janvier février 2012

L’apprentissage reste l’un des meilleurs vecteurs d’intégration des jeunes dans la vie professionnelle. En tant qu’employeur, il vous permet aussi de bénéficier de plusieurs avantages financiers.

Fiscal ❚ Artisans à l’impôt sur les sociétés (IS) ayant clos leur exercice le 30 septembre 2011 : paiement au service des impôts, pour le 15 janvier, du solde de l’IS.

❚ Pour les artisans payant par tiers provisionnels, règlement à la perception du premier tiers de l’impôt sur les revenus de 2011, pour le 15 février.

Social ❚ Pour les artisans employeurs n’ayant pas plus de 9 salariés, versement pour le 15 janvier des cotisations sociales à l’Urssaf et au Pôle Emploi sur les salaires du 4e trimestre 2011 ou sur les salaires de décembre 2010, selon la périodicité de paiement choisie. ❚ Pour les employeurs de plus de 9 salariés, versement des cotisations sur les salaires de décembre dans tous les cas. ❚ Prélèvement mensuel des cotisations provisionnelles 2012 de maladie, allocations familiales, de CSG et CRDS et de retraite le 20 du mois (sauf option pour un prélèvement le 5). ❚ Tous employeurs : déclaration annuelle des salaires payés en 2011 (DADS) et régularisation des charges sociales versées pour l’année 2011, pour le 31 janvier. ❚ Pour les artisans employeurs n’ayant pas plus de neuf salariés et payant les cotisations mensuellement, versement des cotisations sociales à l’Urssaf et au Pôle Emploi sur les salaires de janvier, pour le 15 février. Versement identique, dans tous les cas, pour les employeurs de plus de neuf salariés.

Le monde des artisans ● janvier-février 2012

S

i vous embauchez un apprenti, vous avez droit d’abord à une exonération de cotisations sociales, qui peut être totale ou partielle selon la taille de votre entreprise ou votre qualité d’artisan. Vous bénéficiez ensuite d’une indemnité compensatrice forfaitaire versée par votre région. Son montant est variable, avec un minimum fixé à 1 000 e par an.

L’embauche vous fait bénéficier aussi d’un crédit d’impôt de 1 600 e par apprenti, porté à 2 200 e pour un apprenti reconnu travailleur handicapé ou bénéficiaire d’un accompagnement renforcé. Enfin, des aides supplémentaires sont prévues en cas d’embauche d’un travailleur handicapé. Dans tous les cas, la formation d’un apprenti en CFA n’entraîne aucun coût supplémentaire pour votre entreprise, puisque les dépenses

de fonctionnement sont financées par la taxe d’apprentissage et par le conseil régional.

À noter Mesure prolongée par le gouvernement : pour les embauches supplémentaires d’un jeune en alternance de moins de 26 ans réalisées du 1er mars au 30 juin 2012, les employeurs peuvent bénéficier aussi d’une compensation des charges patronales pendant un an.

R

contact :

Consultez votre antenne Pôle Emploi ou votre chambre de métiers pour en savoir plus.

+

Info

http://www.lapprenti.com/ http://www.artisanat.fr Espace « Artisan », Rubrique « Recruter un apprenti »

30

© Alexey Klemenliev/ Fotolia

❚ Artisans à l’impôt sur les sociétés (IS) ayant clos leur exercice le 31 octobre 2011 : déclaration des résultats à adresser au service des impôts pour le 31 janvier.


J uridique

Rubrique réalisée par François Sabarly

Fiscalité

Changer de régime fiscal en 2012 Jusqu’à la fin du mois de janvier, vous pouvez changer le régime d’imposition de vos bénéfices pour en adopter un autre, plus avantageux ou plus conforme à votre activité professionnelle. Ce choix vous engage pour une période de deux ans. Les éléments à prendre en compte sont les suivants.

E

n tant qu’artisan, vous êtes soumis aux bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et vous relevez normalement : ◾ du régime de la micro-entreprise si votre chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 81 500 e hors taxes pour les activités de vente ou 32 600 e hors taxes pour les prestations de services (le projet de loi de finances pour 2012 prévoit de porter ces seuils à 83 200 e et 33 300 e en 2012) ; ◾ du régime réel simplifié si votre chiffre d’affaires annuel est supérieur aux limites du micro BIC mais ne dépasse pas 777 000 e hors taxes pour les activités de vente et 234 000 e hors taxes pour les prestations de services (chiffres qui devraient s’élever à 793  000  e et 239  000  e en 2012) ; ◾ du régime réel normal au-dessus de ces derniers montants. Or, si vous êtes au micro BIC, vous pouvez opter pour le régime simplifié. De même, si votre chiffre d’affaires vous fait relever normalement du régime simplifié, vous pouvez préférer le régime réel normal. Il suffit, pour cela, de prévenir votre centre des impôts avant le 1er février de l’année. Cette option sera valable pendant deux ans, puis reconduite tacitement.

Pourquoi changer ? L’intérêt de choisir l’un ou l’autre de ces régimes varie

selon votre situation. Ainsi, le régime de la micro-entreprise constitue surtout une facilité fiscale et comptable : il vous suffit de tenir un livre-journal des recettes (plus un registre des achats si vous faites des ventes), et vous n’avez ni déclaration de bénéfices à remplir ni bilan à établir. Vos dépenses sont calculées de façon forfaitaire et, surtout, vous êtes affranchi de la TVA. Le micro BIC est donc surtout un régime fiscal simple, mais limité par son seuil de chiffre d’affaires très bas. Dans ce régime, en outre, vous ne pouvez pas constater de déficit ni bénéficier des avantages des centres de gestion agréés.

Des allégements comptables Moyennant un formalisme comptable un peu plus complet, vous avez donc sans doute intérêt à choisir le régime simplifié. Par rapport au régime réel normal, il vous offre plusieurs allégements. D’abord une dispense de bilan si votre chiffre d’affaires hors taxes ne dépasse pas 156 000 e (pour les activités de vente) et 55 000 e (prestations de services). Le projet de loi de finances pour 2012 prévoit de porter ces chiffres, respectivement, à 159 000 e et 56 000 e en 2012. Ensuite, la possibilité d’opter pour une comptabilité « super-simplifiée » : celle-ci réduit sensiblement vos obligations comptables, et donc les honoraires à verser à votre comptable.

© Rom

ain Mile rt/ Foto

lia

Une comptabilité complète Dans le régime réel normal, vous devez au contraire tenir une comptabilité commerciale complète : comptes annuels, bilan, compte de résultat, inventaire… Ce régime coûte donc plus cher en frais de comptabilité, mais il vous permet d’avoir une vision précise de votre situation patrimoniale et professionnelle.

◼◼ L’eirl

pensez-y ! La fin d’année est peut-être l’occasion de changer de statut. Pensez à l’EIRL qui vous permet de protéger votre patrimoine personnel. Pour en savoir plus, contactez votre chambre de métiers et de l’artisanat.

◼◼ En bref Hausse du SMIC Le SMIC a été revalorisé de 2,1 % à compter du 1er décembre 2011. Le nouveau montant horaire brut est fixé ainsi à 9,19 e (contre 9 e actuellement). Pour un salarié dont la durée du travail est la durée légale hebdomadaire (35 heures), le salaire mensuel minimum, fixé jusqu’au 30 novembre 2011 à 1 365 e, est passé au 1er décembre 2011 à 1 393,82 e bruts /mois.

Entreprises inondées Les entreprises qui ont été inondées en novembre 2011 dans plusieurs départements du Sud de la France pourront bénéficier de délais de paiement pour leurs impôts, et de remises gracieuses des majorations ou des pénalités de retard. Elles pourront également bénéficier de dégrèvements sur la contribution économique territoriale, du fait de la suspension de leur activité (communiqué du ministère du Budget du 10/11/2011).

CDD saisonniers La possibilité, pour un employeur, de conclure des contrats à durée déterminée (CDD) successifs avec le même salarié afin de pourvoir un emploi saisonnier, n’est assortie d’aucune limite de temps. Ainsi, plusieurs années de CDD chaque été ne transforment pas la relation de travail en contrat à durée indéterminée (Cour de cassation, chambre sociale, 26.10.2011, n° 09-43205 FSPB).

Le monde des artisans ● janvier-février 2012 ●

31


H jYlaim]<]mp%K†nj]k

 Kh…[aYd k a] …[gfge  a] \̅f]j_

K=JNA;=<=D9;E9

D=HæD=zF=J?A=<=D9;E9/1 KÌ9<9HL=9MPzNGDMLAGFK =feYla†j]\̅f]j_a]kj]fgmn]dYZd]k$d]k[gfkljm[l]mjkjanYdak]fl\Ìafn]flanal…&;`Yim]bgmjYhhgjl] kgfdgl\]fgmn]Ympkqkl†e]k\][`Ym^^Y_]$\]l][`faim]k\ÌakgdYlagfeYakYmkka\]fgje]kj]kh][l]j& D]k[`]^k\Ì]flj]hjak]k\mk][l]mj\gan]flkmanj][]k…ngdmlagfkhgmjj…hgf\j]YmpZ]kgafk\Ìmf][da]fl†d] ]f\]eYf\]]ld]k^gjeYlagfk]fYdl]jfYf[]\akh]fk…]khYjd]hd]…f]j_a]\]dY;E9]fla]ff]fldYj_]e]fl [gehl]hgmj^gje]jdYfgmn]dd]_…f…jYlagf\]hjg^]kkagff]dk&

;

ontexte environnemental et souci d’économie obligent, le grand public est de plus en plus sensible aux énergies. Au-delà du confort, chacun est attentif à sa consommation et cherche la meilleure solution pour la réduire. Une situation qui impacte le secteur professionnel artisanal des énergies car pour répondre à la demande d’une clientèle mieux informée et exigeante, les artisans doivent non seulement s’adapter, se former mais aussi apprendre à conseiller. Le pôle énergie de la CMA forme les jeunes en alternance, chefs d’entreprises de demain, aux nouvelles énergies en tenant compte des contraintes des professions en constante

évolution. Il ne suffit pas pour l’artisan d’être un technicien compétent ; il doit également apprendre à vendre et à conseiller ses clients. Pour répondre aux attentes des professionnels, leur offrir des solutions de formations adaptées, mais aussi former la future génération, le pôle énergie du campus des métiers de Parthenay est équipé de matériels fonctionnant avec des énergies propres comme le soleil, le bois, le vent et l’eau. Grâce à ces outils de travail, nos formations permettent de se spécialiser dans le génie climatique ou électrique et d’intervenir dans le bâtiment ou l’industrie.

 LJGAKIM=KLAGFKÂÀ Bg`Yff;gmkaf J]khgfkYZd]\m hd]…f]j_a]Ym [Yehmk\]ke…la]jk \]HYjl`]fYq D]Egf\]\]kYjlakYfk2 D]ke…la]jk\]k…f]j_a]k …ngdm]fl&;gee]fld]hd] …f]j_a]Yhhj…`]f\]%l%ad []k…ngdmlagfk]l[gee]fl []dYk]ljY\mal%ad\Yfkd] [Y\j]\]dY^gjeYlagf7 Bg`Yff;gmkaf2;]im][`Y[mfYll]f\\]kgf[`Ym^^Y_akl] Y[lm]dd]e]fl[]kgfl\]k[gfk]adkhgmjj…\maj]kY^Y[lmj]…f]j% _…laim]&Fgmkk]fkaZadakgfk\gf[fgkYhhj]fYflkYmpfgmn]Ym% l…kda…]kYmp…f]j_a]kj]fgmn]dYZd]k$\]eYfa†j][]imÌadk kga]fl$\Yfkd]^mlmj$^gj[]\]hjghgkalagfhgmjd]mjk[da]flk& <†kd])]jbYfna]j*()+$mf]fgmn]dd]j…_d]e]flYlagfl`]jeaim] ]flj]jY]fna_m]mj&Â[]ll]\Yl]$lgml]kd]keYakgfkf]mn]k \]njgfl‡lj]d̅imanYd]f[]\]keYakgfkZYkk][gfkgeeYlagf ::;!\ÌYmbgmj\Ì`ma&;][`Yf_]e]flnYaehdaim]jmf]hdmk _jYf\]ja_m]mjYmfan]Ym\]d̅lYf[`…al…\]kZ€lae]flk ]lafÖm]jkmjd]\ae]fkagff]e]fl\]kYhhYj]adk\][`Ym^^Y_] ]l\]hjg\m[lagf\Ì]Ym[`Ym\]&HgmjljYal]j[]khgaflkk]fkaZd]k$ d]hd]…f]j_a]Y^YaldÌY[imakalagf\Ìmfdg_a[a]d\]\ae]fkagff]%

+* D]egf\]\]kYjlakYfk bYfna]j%^…nja]j*()* M

M

e]flYafkaimÌmf]¾hgjl]kgm^ÖYfl]¿hgmje]kmj]jd̅lYf[`…a% l…dÌYaj\Ìmf]eYakgf& DE92Hgmn]r%ngmkfgmk]f\aj]hdmkkmjd]:Y[hjgLEK=;7 B&;&2D]:Y[Hjg^]kkagff]dL][`fa[a]f\]EYafl]fYf[]\]k Kqkl†e]kzf]j_…laim]k]l;daeYlaim]k]klgh…jYlagff]dYm ;Yehmk\]ke…la]jk\]HYjl`]fYq\]hmakdYj]flj…]\]*()(& ;]\ahde]k]hj…hYj]]fljgakYfkhgmjd]kb]mf]kkgjlYfl \]ljgaka†e]]l]f\]mpYfkhgmj[]mp\…blalmdYaj]\Ìmf;9H ]f[gf[gj\Yf[]Yn][[]\ahde]&D]e…la]j\]hdgeZa]j%[`Ym^% ^Y_akl]…lYalbmkimÌhj…k]fl[gehgk…hjaf[ahYd]e]fl\ÌafklYd% dYl]mjk]lmfeYfim]\]h]jkgff]dkhgmj]^^][lm]jdÌ]flj]la]f \]kYhhYj]adk\…bafklYdd…k\Yfk\]Zgff]k[gf\alagfk\]k…[m% jal…kÌ]kl^Yalk]flaj&Mf[gfklYlimaYh]jeak\Ìgmnjaj[]\ahde] daj][a%[gflj]!& DE92=fimgad]hjgb]lHjYpaZYl]kl%admfegq]fhgmjYfla[ah]j d]lgmjfYflim]d]Z€lae]flnYnanj]hjg[`Yaf]e]fl7 B&;&2<YfkmfYf$mf]fgmn]dd]j…_d]e]flYlagfl`]jeaim] nY‡lj]eak]]fhdY[]]l]dd]nY]f_]f\j]jmf[`Yf_]e]fl aehgjlYfl\]ke…l`g\]k\]ljYnYad&DY[ggj\afYlagf]flj] d]k[gjhk\]e…la]jknY\]n]fajhjaegj\aYd]&D]hjgb]lHjYpaZYl ]kldhgmjd]\…egflj]j&<]keYl…jaYml`†im]kk]jgflj…Ydak…]k hgmjk[`…eYlak]jd]khgaflkk]fkaZd]kljYal]jdY\Yl]\Ì]flj…] ]fna_m]mj\][]ll]fgmn]dd]j…_d]e]flYlagf&Lgmbgmjk\Yfk d]kgm[a\̇lj]Ymhdmkhjg[`]\]k[gf\alagfk\][`Yfla]j$ mf]h]lal]eYakgf…lYf[`]dÌYajk]jY]f^gf[lagff]e]fl Ym;Yehmk\]ke…la]jk\]HYjl`]fYq&Adk]jYhgkkaZd]\Ìq kaemd]jmf]]jj]mj\]hgk]\ÌmfakgdYflhgmjngaj$hYj]p]ehd]$ dÌaehY[lkmjd̅lYf[`…al… daj]hY_]kmanYfl]!&


H jYlaim]<]mp%KÂ&#x2020;nj]k D]k\ahdÂ?e]keÂ&#x2026;la]jk\m [`Ym^^Y_]$\]dY[daeYlakYlagf ]l\]dYn]fladYlagf O CAP installateur sanitaire O CAP installateur thermique O BP monteur en installation de gĂŠnie

climatique O Bac Pro technicien en maintenance des

systèmes ÊnergÊtiques et climatiques O BTM technicien de système à Ênergie solaire O CQP installateur, mainteneur en systèmes solaires, thermiques et photovoltaïques

EÂ&#x2026;la]jk\]dĂ&#x152;Â&#x2026;d][lja[alÂ&#x2026; O CAP prĂŠparation et rĂŠalisation dâ&#x20AC;&#x2122;ouvrages ĂŠlectrique * O Bac Pro ĂŠlectrotechnique, ĂŠnergie, ĂŠquipements communicants "<ahdÂ?e]hjÂ&#x2026;hYjÂ&#x2026;Ym[Yehmk\]keÂ&#x2026;la]jk\]Fagjl

Rggekmjd]k^gjeYlagfk O Ă&#x2030;nergies renouvelables r4FOTJCJMJTBUJPOBVYĂ&#x160;OFSHJFTSFOPVWFlables r*OJUJBUJPOBVCJPDMJNBUJTNF r.JTFFOÂ&#x2019;VWSFEFDIBVGGFFBVTPMBJSFT

 KhÂ&#x2026;[aYd k a] Â&#x2026;[gfge  a] \Ă&#x152;Â&#x2026;f]j_

individuels r .JTF FO Â&#x2019;VWSF EF DIBVEJĂ?SFT CPJT (bĂťche et automatique) r.JTFFOÂ&#x2019;VWSFEFHĂ&#x160;OĂ&#x160;SBUFVSTQIPUPvoltaĂŻques

D= D=HJGB=LHJ9PA:9L HJGB=L HJ9PA:9L 9 HjYpaZYl]klmfhjgb]lafalaÂ&#x2026; hYjdĂ&#x152;9\]e]\Yfkd]Zml \]jÂ&#x2026;hgf\j]Ym?j]f]dd]\] dĂ&#x152;]fnajgff]e]fl&;]\akhgkala^ h]je]l\Ă&#x152;Y[[gehY_f]jd]k JÂ&#x2026;_agfkhgmje]llj]dY \akhgkalagf\]kgj_Yfake]k\] ^gjeYlagfafalaYd]]l[gflafm]$ mfjÂ&#x2026;k]YmeYaddÂ&#x2026;\]hdYl]^gj% e]kl][`faim]k]lhÂ&#x2026;\Y_g_a% im]kkmj\]kl][`fgdg_a]k l]dd]kim]d]ZgakÂ&#x2026;f]j_a]$ dĂ&#x152;Â&#x2026;[dYajY_]$d]kgdYaj]h`glgngd% lYÂ&#x152;im]]ll`]jeaim]gm d]khgeh]k[`Yd]mj&>gjl \]kgfhÂ?d]Â&#x2026;f]j_a]$d][Yehmk \]keÂ&#x2026;la]jk\]HYjl`]fYq YÂ&#x2026;lÂ&#x2026;j]l]fmhYjdYJÂ&#x2026;_agf Hgalgm%;`Yj]fl]khgmje]llj] ]fhdY[]\]mphdYl]^gje]k \]^gjeYlagf\Yfkd]\geYaf] ZgakÂ&#x2026;f]j_a]k]l]fn]dghh] \mZÂ&#x20AC;lae]fl&;]k^gjeYlagfk ngflhjgĂ&#x2022;l]jYmphjg^]kkagf% f]dk\mZÂ&#x20AC;lae]fl]f^gjeYlagf afalaYd]gm[gflafm]\Yfk d]k\geYaf]k\]dYjÂ&#x2026;YdakYlagf \Ă&#x152;mf]]fn]dghh]h]j^gjeYfl] ]fl]je]k\]jÂ&#x2026;fgnYlagf \]ZÂ&#x20AC;lae]flkYf[a]fkgm ]f[gfkljm[lagf\]f]m^&

O Chauffage, climatisation, ventilation r*OJUJBUJPOĂ&#x2020;MBTPVEVSFEVDVJWSF r*OJUJBUJPOBVGBĂ&#x2030;POOBHFEVDVJWSF r.BJOUFOBODFEFDIBVEJĂ?SFTHB[ r.BJOUFOBODFEFDIBVEJĂ?SFTGJPVM r0QUJNJTBUJPOEFTSĂ&#x160;HMBHFTEFDPNCVTtion (fioul et bois) O Ă&#x2030;lectricitĂŠ, ĂŠlectrotechnique r#BTFTFOĂ&#x160;MFDUSJDJUĂ&#x160;CĂ&#x201E;UJNFOU r#BTFTFOĂ&#x160;MFDUSJDJUĂ&#x160;JOEVTUSJFMMF r#BTFTFOBVUPNBUJTNFT r­RVJQFNFOUTEFDPNNVOJDBUJPO 7%*  rĂŠseaux) r (FTUJPO BDDĂ?T FU PVWSBOUT QPSUBJMT  volets) r1SĂ&#x160;QBSBUJPOĂ&#x2020;MIBCJMJUBUJPOĂ&#x160;MFDUSJRVF pour personnel ĂŠlectricien r1SĂ&#x160;QBSBUJPOĂ&#x2020;MIBCJMJUBUJPOĂ&#x160;MFDUSJRVF pour personnel non ĂŠlectricien r3FDZDMBHFIBCJMJUBUJPOĂ&#x160;MFDUSJRVF r/PSNFT/'$QPVSMIBCJUBU

3

HGMJLGMLJ=FK=A?F=E=FLKMJ;=K<AHDĂŚE=K

=khY[][gfk]adeÂ&#x2026;la]jk

D]ž:LEL][`fa[a]f\]KqklÂ&#x2020;e]kzf]j_a] KgdYaj]Âż%mf\ahdÂ?e]]fng_m]

Ă&#x201A;

rĂŠparties entre le 7 mai 2012 et le 29 juin 2012

partir du 16 janvier 2012, la CMA propose une formation ÂŤ BTM Technicien de Systèmes Ă Ă&#x2030;nergie Solaire Âť optimisĂŠe avec un nombre dâ&#x20AC;&#x2122;heures du domaine professionnel augmentĂŠ et une organisation par module. Le campus des mĂŠtiers de Parthenay est le seul centre Ă  proposer ce diplĂ´me.

Hgmjim]dfan]Ym\]\ahdÂ?e]7 Lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠgralitĂŠ du programme permet lâ&#x20AC;&#x2122;obtention dâ&#x20AC;&#x2122;un diplĂ´me de niveau IV. Pour suivre cette formation, il faut ĂŞtre titulaire de lâ&#x20AC;&#x2122;un de ces diplĂ´mes : O CAP prĂŠparation et rĂŠalisation dâ&#x20AC;&#x2122;ouvrage ĂŠlectrique O CAP installateur Sanitaire O CAP installateur Thermique

D]keg\md]k O Introduction aux ĂŠnergies renouvelables et bases en hydraulique Trois semaines en centre de formation rĂŠparties entre le 16 janvier 2012 et le 24 fĂŠvrier 2012 O Installation et maintenance dâ&#x20AC;&#x2122;installation solaire thermique

Quatre semaines en centre de formation rĂŠparties entre le 5 mars 2012 et le 20 avril 2012 O Installation et maintenance dâ&#x20AC;&#x2122;installation solaire photovoltaĂŻque Trois semaines en centre de formation

3

;GFL9;L

B g`Yff;gmkaf$j]khgfkYZd] \mhÂ?d]Â&#x2026;f]j_a] Ym(-,1/)*1*( gmb&[gmkaf8[eY%fagjl&^j

++

D]egf\]\]kYjlakYfkMbYfna]j%^Â&#x2026;nja]j*()*M


M étéo ■■Le Made in France a la côte Une récente étude montre que 92 % des Français pensent que les produits fabriqués en France représentent un gage de qualité. Si les chefs d’entreprise sont plus nuancés (45 % le voient comme un gage de qualité), ils sont 29 % à estimer que le Made in France est un argument de vente efficace et 24 % décrivent le label comme un outil marketing permettant de développer la visibilité. Si le Made in France n’est un critère de choix déterminant que pour la moitié des Français, ils sont tout de même plus sensibles à l’origine des produits qu’aux considérations environnementales, même si 84 % des sondés lient la fabrication en France au respect de l’environnement. 94 % des Français considèrent également qu’acheter Made in France est un acte citoyen. S’ils sont 82 % à penser que les produits hexagonaux sont plus chers, 72 % sont prêts à payer la différence, à condition que celle-ci ne soit pas supérieure à 10 %. Sondage EBP-Opinion way, septembre 2011

■■Se lever plus tôt pour un métier passionnant

■■Une reprise en demi-teinte pour les artisans du bâtiment Plus d’un artisan sur trois a vu son chiffre d’affaires progresser au 1er trimestre par rapport à 2010. Mais ce chiffre encourageant se confronte à la stagnation prévue du chiffre d’affaires pour 41 % d’entre eux en 2010-2011 et 45 % en 20112012. De plus, la hausse du coût des matières premières invite les entrepreneurs du bâtiment à la prudence. En effet, le taux de marge sur matières premières (travaux propres- consommation de matériaux) est à son plus bas niveau depuis dix ans selon KPMG. Cette frilosité se ressentira également sur le marché du travail, le recrutement n’étant prioritaire que pour 9 % des artisans. Pour ne rien arranger, les artisans ressentent également le durcissement des autorisations de découvert et les difficultés d’accès au crédit bancaire. Néanmoins, la situation n’est pas homogène sur tout le territoire. L’Ile-de-France, le Sud-Est et le Centre s’en sortent mieux que les autres régions. KPMG, novembre 2011

87 % des Français se disent prêts à se lever plus tôt pour un métier qui les passionne. C’est les 18-24 ans qui sont les plus séduits par cette idée, 92 % d’entre eux y sont favorables contre 84 % chez les 50-64 ans. 40 % des personnes interrogées disent se coucher à 23h00 en semaine et 36 % se lèvent avant 7h00. Si les jeunes de moins de 35 ans sont plus nombreux à se lever avant 7h00 (42 % contre 34 % pour leurs aînés), c’est également eux qui se couchent le plus tard (25 % après minuit). Cette étude est à nuancer car il existe une différence entre la perception et la réalité des horaires de travail. En effet, les sondés estiment que les boulangers se lèvent à 4h00 du matin alors qu’en réalité, un boulanger Baguépi se lève entre 2h00 et 3h00 du matin. IFOP pour Baguépi, octobre 2011

Tableau de bord Social • Smic au 1er décembre 2011 : 9,19 e/heure soit 1 393,82 e/mois (35 heures) • Minimum garanti : 3,36 • Plafond mensuel de la Sécurité sociale 2011 : 2 946 e • Taux de chômage : 9,6 % au 2e trimestre 2011 • Barèmes de frais 2011 : repas hors des locaux de l’entreprise : 8,30 e ; repas lors d’un déplacement professionnel : 17,10 e ; logement et petit-déjeuner 45,50 e (61,20 e à Paris et dans les départements 92, 93, 94)

Prix • Indice des prix à la consommation en octobre 2011 : 124,24 (+ 2,3 % sur un an)

Ils ont dit « Certains qui proposent de remettre en cause le taux réduit dont bénéficient les secteurs du bâtiment et de la restauration commettent un contre-sens économique. Nous ne prendrons pas cette décision parce que nous savons les conséquences que cela aurait sur l’emploi. » Le Premier ministre François Fillon au congrès de l’UPA le 20 octobre

Ensemble des ménages, tabac inclus, base 100 en 1998

Ces secteurs qui sont pourtant créateurs d’emplois et qui ont aidé le pays à résister à la crise financière, sont sanctionnés par une hausse du taux de TVA applicable à leurs activités, ce qui va limiter encore le niveau de la croissance française. » Jean Lardin, président de l’UPA

« Les premières victimes des nouvelles mesures de rigueur, annoncées par le Premier ministre, seront les millions de Françaises et de Français qui ont recours aux entreprises du bâtiment, de la restauration et de l’alimentation.

34

Le monde des artisans ● janvier-février 2012

Feu vert Pessimistes pour l’avenir, 87 % des artisans déclarent cependant vouloir aller voter l’an prochain aux scrutins présidentiel et législatif. UPA, I+C, octobre 2011

• Indice du coût de la construction au 2e trimestre 2011 : 1 593

Finance • Taux d’intérêt Euribor 3 mois (23 novembre) : 1,467 • Taux d’intérêt Euribor 12 mois (23 novembre) : 2,030 Ces taux servent de base au calcul des financements proposés par les banques et à l’indexation des crédits à taux variable. • Taux fiscal des intérêts de retard : 0,03 % par mois (0,36% par an)

Feu orange 85% des artisans considèrent qu’une hausse de la TVA dans le secteur de la construction et de la rénovation aurait un impact négatif sur leur activité. Pour 49 % d’entre eux, cela déboucherait sur des suppressions d’emplois. CER France, octobre 2011

Feu rouge Seuls 23% des patrons d’entreprise de 19 salariés se sont déclarés optimistes sur le climat général des affaires en France Baromètre des TPE, IFOP-Fiducial, novembre 2011


parkeretparker.fr

Association d’Expertise Comptable Adoptez une solution définitive, mais pas n’importe laquelle ! L’expertise comptable est notre métier. Nous l’exerçons sous forme associative et cela change tout. Les 500 collaborateurs de notre réseau national répondent à toutes les problématiques de l’entreprise avec un professionnalisme et une réactivité qui font référence. Nous sommes proches de vous, en phase avec vos attentes.

Devenez adhérent Gestélia, vous ne serez plus jamais un client ! RETROUVEZ NOUS SUR GESTELIA.FR OU AU 0 820 090 191


> gjeYlagf<]mp%KÂ&#x2020;nj]k ;@=>K<Ă&#x152;=FLJ=HJAK=$;GFBGAFL$K9D9JAzKĂ&#x20AC;

>GJE=RNGK=FNA=K

Hdmk\]^gjeYlagfk k kmjd]fgmn]Ym [YlYdg_m]*()* [gfkmdl]jkmj ooo&[eY%fagjl&^j

<Yfkmf[gfl]pl]\]hdmk]fhdmk[gf[mjj]fla]d$dY^gjeYlagflgmlYmdgf_\]dYna]j]hjÂ&#x2026;k]fl]mf]fb]m eYb]mjhgmjd]k[`]^k\Ă&#x152;]flj]hjak]&DĂ&#x152;YjlakYfYl]klmfk][l]mjgÂ&#x201D;dY[gehÂ&#x2026;lalanalÂ&#x2026;\]k]flj]hjak]kj]hgk] ]kk]fla]dd]e]flkmjdYimYda^a[Ylagf\]k`gee]k]l\]k^]ee]k]lkmjdYimYdalÂ&#x2026;\]d]mjkhj]klYlagfk&Hgmj jÂ&#x2026;hgf\j][]ll]fÂ&#x2026;[]kkalÂ&#x2026;$dY;E9ngmkhjghgk]\]k^gjeYlagfkY\YhlÂ&#x2026;]kngkZ]kgafk& <9L=K)]jK=E=KLJ=*()*

KL9?= AF>GJE9LAIM=:MJ=9MLAIM=AFL=JF=L <Â&#x2026;Zml]j]faf^gjeYlaim] Fgmn]Ym

)/^Â&#x2026;nja]j

J JÂ&#x2026;Ydak]jk]k[gmjja]jk$hjgkh][lmk$ h hdYim]ll]kYn][d]ljYal]e]fl\]l]pl] J JÂ&#x2026;Ydak]jk]klYZd]Ymp$hdYffaf_$ \]nak%^Y[lmj]k]l_jYh`aim]kYn][d]lYZd]mj

Fgmn]Ym

Fgmn]Ym

>gjeYlagfkdY[Yjl]hYj eg\md]\],`]mj]k]feYlafÂ&#x2026;] gm]fYhjÂ&#x2020;k%ea\algmkd]k dmf\akhYjlaj\m/^Â&#x2026;nja]j

Fgmn]Ym

*)eYjkFagjl

<g[me]flmfaim]"

Fgmk[gfkmdl]jhgmjd]k\Yl]k

=fnajgff]e]fl$kYflÂ&#x2026;YmljYnYad$kÂ&#x2026;[mjalÂ&#x2026;$ d]kZgff]khjYlaim]khjg^]kkagff]dd]k"

.bmafFagjl

;GEEMFA;9LAGF =eZYm[`]jkgf)]jkYdYjaÂ&#x2026;

**eYjk

<aja_]j]leglan]jkgfh]jkgff]d

-eYjkgm*)eYa

*.eYjk

>gjeYlagf\]lml]mjk

).^Â&#x2026;nja]jgm)*Ynjadgm),bmaf

9 9hhj]f\j][jÂ&#x2026;]jkgfkal]Afl]jf]l

)-eYjk$).eYjk]l**eYjk

KĂ&#x152;afala]j]lk]h]j^][lagff]jdĂ&#x152;Yf_dYak

<Â&#x2026;Zml^Â&#x2026;nja]j%Fgmk[gfkmdl]j hgmjd]k\Yl]k

DD]kfgmn]YmlÂ&#x2026;kG^^a[]*()(

),eYjkgm-Ynjad

< <Â&#x2026;[gmnj]r]leYÂ&#x2039;ljak]jAfl]jf]l

*)^Â&#x2026;nja]jgm)-eYa

?Y_f]r]f]^^a[Y[alÂ&#x2026;Yn][d]k^gf[lagfk YnYf[Â&#x2026;]k\Ă&#x152;=p[]d

)*]l)1eYjk

;geemfaim]jYn][Afl]jf]l

*/eYjk]l-bmaf

KĂ&#x152;afala]j9mlg[Y\

*.$*/eYjk]l*Ynjad

9[lmYdak]jnglj]kal]afl]jf]ljÂ&#x2026;YdakÂ&#x2026; hYjdY;E9

)-eYjk$)*Ynjad]l),bmaf

9eÂ&#x2026;dagj]jdĂ&#x152;aeY_]\]kgf]flj]hjak] ]fjÂ&#x2026;YdakYflmf\aYhgjYeY

),^Â&#x2026;nja]j

K KĂ&#x152;afala]jdYj]lgm[`]\Ă&#x152;aeY_]k Y Yn][d]dg_a[a]d?AEH

?=KLAGF;GEHL9:D==L>AF9F;AĂ J=

Fgmn]Ym

@9;;H 9fYdqk]\]k\Yf_]jk%hgaflk [jalaim]khgmjd]mjeYÂ&#x2039;ljak]!"

Daj]]l[gehj]f\j]k]k\g[me]flk [gehlYZd]k]ld]^afYf[]e]fl \]kgf]flj]hjak]

)1eYjkFagjl gm*.eYjkHYjl`]fYq

D DYhjÂ&#x2026;n]flagf\]kjakim]k\Ă&#x152;aehYqÂ&#x2026;k$ k kÂ&#x2026;[mjak]jk]k\g[me]flk[gee]j[aYmp

Fgmk[gfkmdl]jhgmjd]k\Yl]k

;gfimÂ&#x2026;jaj\]fgmn]Ymp[da]flk ;

*Ynjad]l1Ynjad

? ?Â&#x2026;j]jegf]flj]hjak]]fea[jg%kg[aYd ] ]l^ak[Yd

*/^Â&#x2026;nja]jFagjl gm),eYaHYjl`]fYq

<Â&#x2026;hÂ?l\]eYjim]$Zj]n]l]lhjghjaÂ&#x2026;lÂ&#x2026; < afl]dd][lm]dd]

)*bmafFagjl gm)+bmafHYjl`]fYq

E]llj]]fhdY[]\]kgmladk\]hadglY_] ]^^a[Y[]k\Yfkkgf]flj]hjak]

.^Â&#x2026;nja]jFagjl gm)+^Â&#x2026;nja]jHYjl`]fYq

"Lgml]kd]k]flj]hjak]kYjlakYfYd]k[glak]flYm>gf\k \Ă&#x152;9kkmjYf[]>gjeYlagf\]k;`]^k\Ă&#x152;=flj]hjak]9jlakYfYd] >9>;=9!]lYm;gfk]ad\]dY^gjeYlagfHgalgm%;`Yj]fl]k& ;]ll][glakYlagfh]je]l\]^gje]jd]\aja_]Yfl]ld][gfbgafl [gddYZgjYl]mj& Â&#x153;D][gfk]ad\]dY^gjeYlagfHgalgm%;`Yj]fl]k^afYf[] d]k^gjeYlagfk\al]kžljYfkn]jkYd]kÂż2af^gjeYlaim]$ Zmj]Ymlaim]$_]klagf[gehlYZd]]l^afYf[aÂ&#x2020;j]$eYfY_]e]fl$ \Â&#x2026;n]dghh]e]flh]jkgff]d$dYf_m]k&K]md]mf]hYjla[ahYlagf \]*('bgmjj]kl]dY[`Yj_]\mklY_aYaj]& Â&#x153;D]>9>;=9^afYf[]d]k^gjeYlagfkl][`faim]k& Â&#x153;D]kkYdYjaÂ&#x2026;kh]mn]flhYjla[ah]j[]k^gjeYlagfk& <Yfk[][Yk$[Ă&#x152;]kldĂ&#x152;GH;9 Gj_Yfake][gdd][l]mjY_jÂ&#x2026;Â&#x2026;! imaYkkmj]d]^afYf[]e]fl\mklY_]]lfglj]k]jna[] ^gjeYlagfngmkY[[gehY_f]\Yfkngk\Â&#x2026;eYj[`]k&

+. D]egf\]\]kYjlakYfk bYfna]j%^Â&#x2026;nja]j*()* M

M

>GJE9LAGF?=KLAGF=LE9F9?=E=FL<=DĂ&#x152;=FLJ=HJAK=9JLAK9F9D= klY_]dgf_m]\mjÂ&#x2026;]! 9hhjÂ&#x2026;`]f\]jdĂ&#x152;]fnajgff]e]flbmja\aim] ]l^ak[Yd\Yfkd]im]dk]kalm]dĂ&#x152;]flj]hjak]$ d]kjÂ&#x2020;_d]k\m\jgal\]k]flj]hjak]k& 9hhdaim]jd]khjaf[ah]k\m\jgal\mljYnYad \YfkdY_]klagf\mh]jkgff]d$ ;gehj]f\j]d]khjaf[ah]k\]dY [gehlYZadalÂ&#x2026;$eYÂ&#x2039;ljak]jd]kl][`faim]k\] ZYk]hgmjYkkmj]jd]kghÂ&#x2026;jYlagfk[gmjYfl]k& 9fYdqk]j\]k\g[me]flk[gehlYZd]k ]lhYjla[ah]jdY_]klagf\]dĂ&#x152;]flj]hjak]

Fgmn]Ym

<Â&#x2026;Zml\]dY^gjeYlagf ]f^Â&#x2026;nja]j%Fgmk[gfkmdl]j hgmjd]k\Yl]k

>GJE9LAGF;GEEMFA;9LAGF=LJ=D9LAGFK@ME9AF=K klY_]dgf_m]\mjÂ&#x2026;]! D]k[`Â&#x2026;eY\]ZYk]\]dY[geemfa[Ylagf D]klqh]k\]kalmYlagfk\][geemfa[Ylagf j]f[gfljÂ&#x2026;]k\Yfk]l`gjk\m[`Yeh \]dĂ&#x152;]flj]hjak]YjlakYfYd]$a\]fla^a[Ylagf ]lYfYdqk] DĂ&#x152;]flj]la]f]ldY[gf\mal]\Ă&#x152;]flj]la]f DYfÂ&#x2026;_g[aYlagf D]kÂ&#x2026;[`Yf_]klÂ&#x2026;dÂ&#x2026;h`gfaim]k DY[aj[mdYlagf\]dĂ&#x152;af^gjeYlagf DYhjak]\]hYjgd]]f_jgmh]

<Â&#x2026;Zml\]dY^gjeYlagf ]f^Â&#x2026;nja]j%Fgmk[gfkmdl]j hgmjd]k\Yl]k

Fgmn]YmlÂ&#x2026;*()* <]k^gjeYlagfkdY[Yjl] <]k^gjeYlagfk]faf^gjeYlaim]'Zmj]Ymlaim]2 Oaf\gok/$Ogj\*()(]l=p[]d*()(kgfleYafl]fYfl hgkkaZd]kdY[Yjl]&=feYlafÂ&#x2026;]gm]fYhjÂ&#x2020;k%ea\a$ k]dgfngk\akhgfaZadalÂ&#x2026;k$nglj]fan]Ym\][gffYakkYf[] ]lngkZ]kgafk$mf^gjeYl]mjngmkY[[gehY_f]\Yfk nglj]^gjeYlagfaf\ana\mYdakÂ&#x2026;]]lh]jkgffYdakÂ&#x2026;]& Hjg[`Yaf]e]flĂ&#x2021;<]k^gjeYlagfk\gea[ad] DY;E9nYhjg[`Yaf]e]flngmkhjghgk]j\]hgmjkmanj] nglj]^gjeYlagf\aklYf[]\]hmaknglj]\gea[ad]gmnglj] ]flj]hjak]&

3

;GFL9;L2

 khY[][gfk]adeÂ&#x2026;la]jk%>jYf[akL]ehÂ&#x2026;j]Ym = Ym(-,1/)*.*.gm^&l]eh]j]Ym8[eY%fagjl&^j

Fgmn]Ym


> gjme 9%KMJLALJ=

D]Egf\]\]k9jlakYfkngmkaf^gje]]fna\…g 9%LALJ= <…[gmnj]rd]Egf\]\]k9jlakYfkLNimangmkhjghgk]\]kna\…gkkmjd] 9%;`Yhg o]Z& Afl]jna]o \] h]jkgffYdal…k$ [gfk]adk \Ì]ph]jlk$ …n…f]e]flk \m egf\]\]dÌYjlakYfYlÀ;]fgmn]Ymk]jna[]\Ìaf^gjeYlagf]kl[gf„mhgmj ngmkYhhgjl]jmf[gehd…e]flYmeY_Yraf]hYha]j& Hgmj[]fme…jg$j]ljgmn]rkmj2 ooo&qgmlmZ]&[ge'mk]j'd]egf\]\]kYjlakYfk d]k\]jfa†j]kna\…gk&

D

]lljaf] A-texte

9%Ka_fYlmj] K]mdKYdgffÌY[[m]addajim]\]kYjlakYfk$d]k9jlakYfYd]k \];`Yjlj]k$imak]kgfl\…jgmd…]k\m/Ym)(g[lgZj] \]jfa]j$Yllaj]fllgmbgmjkhdmk\]nakal]mjk&H]lallgmj \Ì`gjargf\]kfgmn]Yml…k]lj]f[gflj]Yn][d]kdYmj…Ylk \]kLjgh`…]kEFJ9&

Lgml[gee]d̅\alagfhYha]j$D]Egf\]\]k9jlakYfkLN]klnglj]LN&Fgmkngmdgfk\gf[Yngajnglj]Ynakkmjd]kkmb]lk[`gakak$ dYh]jlaf]f[]\]fgkafl]jdg[ml]mjk&FÌ`…kal]r\gf[hYkfgmkdYakk]j\]k[gee]flYaj]kkmj[`Yim]na\…g&

AU CRÉDIT MUTUEL, ON M'AIDE À INNOVER LÀ OÙ MES CLIENTS NE M'ATTENDENT PAS. Je leur propose maintenant de payer mes dépannages par carte bancaire. Les règlements sont ainsi facilités et sécurisés.

UNE BANQUE QUI ME FAIT AVANCER, ÇA CHANGE TOUT !

CFCMO - SA Coop. de Crédit à Capital Variable - RCS La Roche/Yon B 307 049 015 - Intermédiaire d’assurance n° ORIAS 07 027 974, consultable sous www.orias.fr - 34 rue L. Merlet - 85000 La Roche/Yon Tel. 02 51 47 53 00 Crédit photo : Istockphoto.com - Janvier 2012.

+/

D]egf\]\]kYjlakYfkMbYfna]j%^…nja]j*()*M


HJ=KLA?= ;GMNJ=MJ

@]jn…D]jgq

=eeYfm]d<Yfa]d

BÌYaZ]kgaf \]e]kgmnja]jk [gee]]mp gflZ]kgaf\]ega

=eeYfm]d<Yfa]d

;a%\]kkmk2@]jn…D]jgqfÌ`…kal]hYk]eZYm[`]j\]k Yhhj]flak[Yjhgmjdma$¾ja]ffÌ]klhdmkZ]Ymim]dY ljYfkeakkagf\mkYngaj¿&MfkYngajimÌad]kh†j]f]hYkngaj egmjajeYd_j…dY\…kY^^][lagf\]kb]mf]khgmjd]e…la]j& =fZYk_Ym[`]2D]\e]\mhj]kla_a]mp`l]d;Yjdlgf$ j]klYmj…hYjd]mjkkgafk$imaljf]]fhd]af[]flj]%nadd] \]Dadd]& Â\jgal]2@]jn…D]jgq]lkgf…imah]gflj]klYmj… d]lgal\]dÌGh…jY\]Dadd]]f*((/&

=eeYfm]d<Yfa]d

>&:g[im]l

>&:g[im]l

=eeYfm]d<Yfa]d

;a%[gflj]2Mf]…imah]ljYnYadd] Y[lm]dd]e]flkmj[]ll]…_dak] \m[]flj]\]Dadd]&D]k]ehdgq…k …ngdm]fl]flgml]k…[mjal… kmjmf…[`Y^Ym\Y_][gmn]jl .(e†lj]k\ÌYdlalm\]& ;a%\]kkgmk2<Yfkd]`Ydd \]dÌ]flj]hjak]$d]keYim]ll]k j…Ydak…]khYjd]k]ehdgq…k kgfl]phgk…]k&A[amfja\]Ym ]lmf][Ydgll]]fhdgeZka_f…k @]jn…D]jgq&

DÌgj^†nj]\]dY[gmn]jlmj] D]klgalk\̅_dak]k$\][`€l]Ymp]l\Ìgh…jYkfÌgflhYk\]k][j]lk hgmj@]jn…D]jgq&;][gmnj]mj$Yf[a]f[gehY_fgf\m\]ngaj$ hYj[gmjldY>jYf[]hgmjljgmn]j\]k[`Yfla]jk\]hj]kla_]& +0 D]egf\]\]kYjlakYfk bYfna]j%^…nja]j*()* M

M


DÌYjlakYfk]hdYafl\̇lj]¾dYk]md]]flj]hjak]^jYf„Yak]\Yfkkgfk][l]mjimafÌYhhYjla]flhYkmf_jYf\_jgmh] gmmf^gf\k\Ìafn]klakk]e]fl¿&

@

Quand il reprend l’entreprise de son père en 2000, celle-ci ne compte que quatre salariés et œuvre seulement chez les particuliers. Aujourd’hui, il dirige une équipe de 17 hommes et enchaîne les chantiers de prestige dans

tout le pays. Pour pouvoir rénover des monuments historiques, il a obtenu une certification spéciale et réalisé un important travail commercial. Loin de tirer la couverture sur lui, cet artisan reconnaît volontiers le rôle important joué par ses collaborateurs. « J’ai besoin de mes ouvriers comme eux ont besoin de moi », assure Hervé Leroy. Tandis qu’il sillonne la France pour décrocher de nouveaux chantiers, il s’appuie sur ses employés, pour la plupart issus du compagnonnage ou de la Haute école de couverture d’Angers. En reconnaissance de leur expertise et de leur implication, il leur a ouvert le capital de l’entreprise. Il considère en effet que « le meilleur moyen de s’enrichir et d’être motivé, c’est de travailler pour soi ». Ainsi fonctionne cet entrepreneur qui n’a rien perdu de son humanité malgré sa réussite. À tout juste 40 ans, et après avoir recouvert quelques-uns des plus beaux toits de France, Hervé Leroy reste humble. Ses désirs ? Trouver à ses employés des chantiers à la hauteur de leur compétence et contribuer au rayonnement touristique de la France grâce à la préservation de son patrimoine. Emmanuel DANIEL

)1/1

*(((

*((/

*((1

*()(

;j…Ylagf\]dÌ]flj]hjak] hYjB]YfD]jgq$ h†j]\Ì@]jn…

J]hjak]hYj@]jn…D]jgq

J…^][lagf\m\e] \]dÌGh…jY\]Dadd]

<…e…fY_]e]fl\Yfk \]fgmn]Ympdg[Ymp

9[imakalagf\m;]jla^a[Yl ImYdaZYl+)1, ¾[gmn]jlmj]\]k egfme]flk`aklgjaim]k¿

ervé Leroy n’est pas un couvreur comme les autres. Et pour cause, cet orfèvre de l’ardoise s’est spécialisé dans les monuments historiques. Classés ou non, châteaux ou églises, appartenant à l’État ou propriétés privées, ces bâtiments comptent pour 30 % de son activité. Gardien d’un savoirfaire ancestral, il est l’un des seuls artisans de la région à savoir restaurer les toits anciens. Il manie le zinc, le plomb et l’ardoise avec une habileté impressionnante, transformant les plaques de métal en sculptures, reconstituant à l’identique un toit centenaire. « Ce que je fais aujourd’hui peut paraître exceptionnel, mais il y a 300 ans, tous les couvreurs en étaient capables », annonce avec modestie celui qui a réalisé le dôme de l’Opéra de Lille et le toit de l’église de Calais.

D]e]add]mjhgmjk]k`gee]k

+1

D]egf\]\]kYjlakYfkMbYfna]j%^…nja]j*()*M


ÂdYhgjl…] \]lgmk

A falaYlan]k

H]maehgjl]kgf]ph…ja]f[]$ kgf€_]gmkYhjg^]kkagf$ [`Y[mfh]mlljgmn]j]flj]% hjak]YjlakYfYd]kgfha]\& DYhj]mn]hYjdÌ]p]ehd]2

K=E9AF=F9LAGF9D=<=D9;Jz9LAGF%J=HJAK=

MF=E9AFL=F<M=9MP HGJL=MJK<=HJGB=LK

#AdqY[afiYfk$EYpae]]l Kgh`a]$[gfkmdlYflkHYjak$ gfl\…[a\…\][`Yf_]j\]na] hgmjgmnjajmf]ZgmdYf_]ja] \Yfkmf]dg[Ydal…\]k Hqj…f…]k&9mbgmj\Ì`ma$adk gfl]f[gj]\]khjgb]lkhd]af dYl‡l]]lhj…nga]fl\Ìgmnjaj mf]k][gf\]Zgmlaim]&

>&DY[Yk

H]f\YfldYK]eYaf]fYlagfYd]\]dY[j…Ylagf%j]hjak]\Ì]flj]hjak] YjlakYfYd] KF;J!$dÌ9kk]eZd…]h]jeYf]fl]\]k[`YeZj]k\]e…la]jk ]l\]dÌYjlakYfYl 9H;E9!gj_Yfak]KYdgfk$^gjmek$hgjl]kgmn]jl]k$ lYZd]kjgf\]khgmj_ma\]jd]k[j…Yl]mjk%j]hj]f]mjk\Ì]flj]hjak]&

D

a Semaine nationale de la créationreprise d’entreprise artisanale, organisée chaque année par les chambres de métiers et de l’artisanat (CMA), s’est déroulée du 18 au 25 novembre dernier. Pour sa dixième édition, Le thème choisi était celui de « L’EIRL », statut ayant pour but d’offrir des conditions favorables au développement et à l’investissement tout en réduisant la prise de risques personnels. Les avantages de l’EIRL sont multiples pour les entrepreneurs. Ce statut permet tout d’abord de simplifier les démarches de création-reprise. En effet, en le choisissant, les gérants d’entreprise n’ont plus besoin de créer une société et s’évitent ainsi des lourdeurs administratives superflues. En séparant le patrimoine personnel du patrimoine professionnel, il met également fin à une injustice qui touchait les artisans, obligés d’engager leur maison ou leur voiture pour percevoir un prêt bancaire. L’EIRL libère également l’investissement en leur permettant d’opter soit pour

l’impôt sur le revenu, soit pour l’impôt sur les sociétés. Malgré ces avancées, le statut créé au début de l’année a connu un démarrage difficile et a peiné à séduire les artisans. Le principal frein est venu des banques, réticentes à prêter aux artisans. Un récent aménagement du système de garanties personnelles exigées par les banques a déjà permis le renforcement des garanties mutuelles par des établissements de type Siagi, Oséo et Socama. Dans la même optique, la Fédération des banques françaises s’est également engagée à mieux financer les entreprises artisanales. Au-delà de ce nouveau statut, la SNCR est aussi l’occasion pour les CMA de faire découvrir au public les nombreuses opportunités offertes par les secteurs de l’artisanat et ainsi créer des vocations. Au cours des forums, tables-rondes ou soirées spéciales (voir encadré), des conseillers étaient présents pour répondre aux futurs créateurs ou repreneurs d’entreprise artisanale sur les questions concrètes qu’ils se posent.

 Mf][j…Ylagf%j]hjak]l`…€ljYd]

#9f\j…$kgapYfl]%k]hlYfk$ \aja_]Yfl\Ìmf]]flj]hjak] YjlakYfYd]\][gehgkYflk …d][ljgfaim]khgmj9ajZmk$ kgm`Yal]ljYfke]llj]kgf ]flj]hjak]]l[`]j[`]mf j]hj]f]mj& #BY[im]k$af_…fa]mj$Y]fna] \]k]e]llj]kgf[gehl]]l \]\…n]dghh]jmffgmn]Ym hjglglqh]& ;]khgjl]mjk\]hjgb]lk k…\malkhYjd]knYd]mjkhjg% hj]kdYh]lal]]flj]hjak]% hjgpaeal…Yn][dY[da]fl†d]$ imYdal…\mk]jna[]j]f\m$ hYkkagf\me…la]j$af\…h]f% \Yf[]%ljgmn]fl]fkÌafklYd% dYfl\YfkdÌYjlakYfYlmf]nga] \̅hYfgmakk]e]flhjg^]k% kagff]d]lh]jkgff]d& LjgakkalmYlagfkimaaddmklj]fl dY\an]jkal…\]khjg^adkima [gehgk]fld]k][l]mj\]dÌYj% lakYfYl&;`Yim]Yff…]$mf la]jk\]k[j…Ylagfk%j]hjak]k \Ì]flj]hjak]k$kgalhj†k\] )((((($k]^Yal\Yfkd][Y\j] \ÌY[lanal…kYjlakYfYd]k&

Mf]Z]dd]afalaYlan]&DY[`YeZj]\]e…la]jk]l\]dÌYjlakYfYl\ÌAdd]%]l%NadYaf]Y[`gaka\Ìaf^gje]jk]kYjlakYfk\]^Y„gfdm\aim]&;Ì]klmf] kgaj…]l`…€ljYd]afl]jY[lan]aflalmd…]¾;…\Yfl%j]hj]f]mj2eYjaY_]\ÌYegmjgm\]jYakgf¿imaYk]jna\]ZYk]Ymp…[`Yf_]k\]k hYjla[ahYflk&<]mp[ge…\a]fk…lYa]fl]f[`Yj_]\Ìaf^gje]j]l\]k]fkaZadak]jd]hmZda[Ymhjg[]kkmkkmanj]hgmjljYfke]llj]mf] ]flj]hjak]gm]fj]hj]f\j]mf]&;̅lYal]fkmal]Ymlgmj\]k]ph]jlk\ÌYhhgjl]jd]mjk[gffYakkYf[]k\Yfkd]mjk\geYaf]kkh…[a^aim]k& FglYaj]$Yng[Yl$]ph]jl[gehlYZd]]lZYfima]jk]kgflkm[[…\…hgmjYhhgjl]j\]kj…hgfk]k[gf[j†l]kYmpafl]jjg_Ylagfk\mhmZda[& Ad…lYalim]klagf\]nYdgjakYlagf\]dÌ]flj]hjak]$\]hj…hYjYlagf\]kkYdYja…kgm]f[gj]\ÌY[[gehY_f]e]fl\mj]hj]f]mj&

,( D]egf\]\]kYjlakYfk bYfna]j%^…nja]j*()* M

M


Mon expert-comptable, je compte sur lui !

ACCEDER AU FINANCEMENT, Câ&#x20AC;&#x2122;EST VITAL POUR SE DEVELOPPER !

Š ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES - DIRECTION DE LA COMMUNICATION Š FOTOLIA

Christine et Dominique ont ouvert un premier   

 5 ans. Leur concept marche bien et aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui ils souhaitent en ouvrir dâ&#x20AC;&#x2122;autres.

AIDER MES CLIENTS A SE DEVELOPPER, Câ&#x20AC;&#x2122;EST LE MEILLEUR CONSEIL QUE JE PEUX LEUR APPORTER ! JĂŠrĂ´me est lâ&#x20AC;&#x2122;expert-comptable de Christine et Dominique depuis la crĂŠation de leur entreprise. Il les conseille         

Lâ&#x20AC;&#x2122;Ordre des Experts-Comptables reprĂŠsente plus de 19.000 professionnels de la famille comptable rĂŠpartis sur tout le territoire, ce au service de plus de 2 millions de clients. Avec plus de 110.000 collaborateurs, les expertscomptables accompagnent au quotidien artisans, commerçants, agriculteurs, industries, services, professionnels libĂŠraux, travailleurs individuels et dirigeants dâ&#x20AC;&#x2122;entreprises. Ils conseillent ĂŠgalement les crĂŠateurs dâ&#x20AC;&#x2122;entreprise, les autoentrepreneurs et demain ceux qui choisiront le nouveau rĂŠgime de lâ&#x20AC;&#x2122;EIRL. Retrouvez les experts-comptables sur : www.experts-comptables.com


G hafagf Hgmj9_f†k:ja[Yj\$hj…ka\]fl]\m;gfk]adkmh…ja]mj\]dÌGj\j]\]k=ph]jlk% [gehlYZd]k$\Yfkmf]…[gfgea]]fhd]af]emlYlagf$dÌYjlakYfYl$Yf[j…\Yfk d̅[gfgea]j…]dd]$hgmjjYj][jml]j\]fgmn]dd]k_…f…jYlagfk\Ì]flj]hj]f]mjk&

DÌYjlakYfYlkYmjYY[[m]addaj\]fgmn]dd]k _…f…jYlagfk\Ì]flj]hj]f]mjk\…kaj]mp \ÌYdda]jafl]dda_]f[]]lkYngaj%^Yaj] 9_f†k:ja[Yj\

Hj…ka\]fl]\m;gfk]adkmh…ja]mj\]dÌGj\j]\]k=ph]jlk%[gehlYZd]k Im]j]hj…k]fl]$k]dgfngmk$ dÌYjlakYfYl\Yfkd̅[gfgea] ^jYf„Yak]Y[lm]dd]7 L’artisanat, 1re entreprise de France, c’est plus qu’un slogan, c’est la réalité. Avec presqu’un million d’entreprises, l’artisanat emploie plus de 3 millions d’actifs, et c’est le secteur qui a sans doute le plus embauché depuis dix ans, avec plus de 25 % des nouveaux emplois salariés. Derrière ces chiffres qui reflètent un dynamisme certain, il y a une réalité très positive : la grande majorité des artisans sont au service de marchés locaux, donc leurs activités non délocalisables sont indispensables au bon équilibre économique des territoires. ;gee]flY[[gehY_f]j d]\…n]dghh]e]fl \]k]flj]hjak]kYjlakYfYd]k7 Favoriser le développement des entreprises artisanales, c’est faire en sorte d’abord que les artisans et leurs conjoints puissent se consacrer à leur cœur de métier, c’est-à-dire le service de leurs clients. Ce sont eux, les artisans, qui sont le plus souvent les victimes de « l’impôt administratif ». Simplifier, alléger les procédures et les contraintes, tant en matière fiscale et sociale qu’au regard des marchés publics, c’est sans aucun doute le meilleur levier de croissance. Bien sûr, il faut aussi tout faire pour rendre l’apprentissage encore plus attractif auprès des jeunes, car il y aura 300 000 entreprises artisanales à reprendre et à développer dans les années qui viennent. Enfin, il faut protéger le patrimoine personnel des artisans,

,* D]egf\]\]kYjlakYfk bYfna]j%^…nja]j*()* M

M

pour qu’ils puissent sereinement penser à leur croissance : le régime de l’EIRL est une vraie opportunité à saisir. Im]dd]kkgfld]khdmk_jYf\]k \a^^a[mdl…kYmpim]dd]k ]dd]k\gan]fl^Yaj]^Y[]7 Avec la crise financière, les problèmes de trésorerie sont aujourd’hui très préoccupants pour des centaines de milliers d’artisans. C’est pour cela que les experts-comptables ont passé des accords avec des grands réseaux bancaires pour accélérer et simplifier l’accès aux petits crédits de trésorerie. Les artisans peuvent consulter leur expertcomptable ou se renseigner sur le site www.financement-tpe-pme.com pour avoir toute l’information utile. =FL9FLIMÌ9;;GEH9?F9FL <=K;@=>K<Ì=FLJ=HJAK=K 9JLAK9F9D=K$IM=DK;GFK=ADK <GFF=JÂ;=MPIMA>GFL>9;= Â<=FGE:J=MK=K<A>>A;MDLzK7

D] [gfk]ad \] ZYk]$ [Ì]kl \] f] bYeYakj]kl]jk]md\]nYfld]k\a^^a% [mdl…khj…k]fl]kgmn]faj&<YfkdY

#

:AG

hdmhYjl\]k[Yk$[]k\a^^a[mdl…kh]m% n]fl‡lj]kmjegfl…]kYn][dÌYhhma \][]mpima[gffYakk]flZa]fdÌYjla% kYfYl2d]k[`YeZj]k\]e…la]jk]l \]dÌYjlakYfYlZa]fk•j$]lYmkkad]k ]ph]jlk%[gehlYZd]k ima$ [gee] d]k YjlakYfk$ kgfl \]k ^]ee]k ]l \]k `gee]k \…[a\…k  k] ZYllj] hgmj d]mjk l]jjalgaj]k$ dÌ]ehdga \]k[gehY_fgfk$dYh…j]ffal…\]k ]flj]hjak]k&

;gee]flngq]r%ngmkdÌYn]faj \]kYjlakYfk7 La vraie richesse de l’artisanat, c’est son éthique de transmission du savoir et de recherche du travail bien fait. C’est une grande force dans une économie en pleine mutation qui trop souvent perd ses repères. Parce que l’artisanat est ancré dans l’économie réelle, il saura sans nul doute accueillir, former et promouvoir, dans le cadre de ses valeurs, de nouvelles générations d’entrepreneurs désireux d’allier intelligence et savoir-faire. C’est donc un avenir plein de promesses, que nous, experts-comptables, voulons partager avec les artisans.

)10+2;j…]d][YZaf]l\Ì]ph]jlak][gehlYZd]:ja[Yj\%DY[jgap ]l9kkg[a…kimÌ]dd]\aja_]\]hmak <]*(()*((*2zdm]hj…ka\]fl]\m;gfk]ad\]dÌGj\j]\]k =ph]jlk%[gehlYZd]kJ…_agfHYjakAd]%\]%>jYf[] *((- 2 zdm] Ym ;gfk]ad Kmh…ja]mj \] dÌGj\j] \]k =ph]jlk% [gehlYZd]k]lg[[mh]bmkimÌ]f*((0dY^gf[lagf\]hj…ka\]fl] \m;dmZK][l]mjHmZda[]l\m;geal…¾;gdd][lanal…kDg[Yd]k]l 9kkg[aYlagfk¿ 1eYjk*())2zdm]hj…ka\]fl]\m;gfk]adkmh…ja]mj\]dÌGj\j] \]k=ph]jlk%[gehlYZd]k


REPOUSSEZ LES LIMITES AVEC LE FORFAIT TOPISSIME

50

TOUT ILLIMITĂ&#x2030;(1) 24h/24 & 7j/7 Appels illimitĂŠs vers tous les opĂŠrateurs nationaux(2) + SMS vers TOUS les opĂŠrateurs nationaux (3) + Mails et Internet 24h/24 (4)

â&#x201A;ŹHT

(1)

par mois

Offre rĂŠservĂŠe aux professionnels

ProďŹ tez du meilleur de la technologie avec le Samsung Galaxy S2 Ă partir de

Pour plus dâ&#x20AC;&#x2122;informations www.solutionscoriolis.com

119

â&#x201A;ŹHT (5)

22 ans dâ&#x20AC;&#x2122;expertise au service des entreprises.



    

           ! "  #  $#  % 

 &'#   "  #  # % 

 $()&'#   * " # 

      #    #!  # 

( + ,  (  # "     "  "  #      +- .      #  # #  99 correspondants diffĂŠrents dans le mois et dans la limite de 3 h maximum par appel (au-delĂ : 2&'# 3454# 

   +- .       "

Jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă 99 correspondants diffĂŠrents maximum par mois 6 %78 â&#x201A;Ź HT 454 $9* "# 

;  

   

<  "  #       #    %    # =>?43=3=@A    "+ #   "   -          

 ## # #(  <>(  ;B A   #      !( C   "#      ! 

(   #

 D ""E    

  !  "



# (  #

 !

 

   "  %  1 Go dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠchanges de donnĂŠes par mois A !

 #  # # + .   "

 6 %  "

  #

   )F!>   #  # # "      " 

 % 

  # 3G#  2&' $# 2&'   #    

"   5!   !+ !# 

     C  "#I44 " 

 8&6?C4J$2838$I>9GK

47(33)LM


Avoir un partenaire à vos côtés pour disposer d’outils performants

Gilles, l’un de nos clients artisans

CERFRANCE, c’est bien plus que de la comptabilité, c’est du conseil

700 agences 320 000 clients 11 200 collaborateurs CONSEIL - GESTION - EXPERTISE COMPTABLE

Le Monde des Artisans n°86  
Le Monde des Artisans n°86  

Le magazine des artisans en deux-sèvres

Advertisement