Page 11

ailleurs et s’approprient le mouvement Alternatiba. 70 villages alternatifs ont déjà eu lieu en France et en Europe. Celui de Toulouse sera organisé autour de 13 villages thématiques (éco-construction, art et culture, démocratie, santé, économie et finance...) répartis sur les allées Jules Guesdes, le Grand-rond et une partie des allées François Verdier. « Sortir de l’entre-soi militant » De quoi donner une grosse visibilité à la prise de conscience écologique de plus en plus forte, et se rendre compte que des alternatives existent déjà dans tous les domaines de la vie. « Il ne s’agit pas juste d’une grande expo : Alternatiba est un événement participatif avec de nombreuses animations, des chantiers écologiques, du jardinage urbain, des jeux de piste... Le but est de dire stop à la sinistrose et au discours culpabilisant. Parmi toutes les alternatives, chacun pourra piocher et faire sa transition à son rythme », suggère Antoine. Si un espace sera réservé aux collectivités locales, le collectif a fait le choix de refuser toute présence de partis politiques. Issu de la société civile, Alternatiba veut le rester et a déjà réussi à réunir et faire travailler ensemble plus de 200 associations locales. « C’est du jamais vu » se réjouit Antoine. « Mais le plus gros défi est de sortir de

© Juli

e Leblanc

l’entre-soi militant. Dans les réunions, il y a autant de gens s’impliquant pour la première fois que d’activistes chevronnés. Cela peut donner lieu à des incompréhensions mais ça marche ». Rallier autour d’un discours positif les partisans radicaux d’un changement de système et les personnes qui, sans être anti-capitalistes, ont le sens de l’intérêt commun, voilà la raison d’être d’Alternatiba. Une manière aussi de démontrer toute la force de l’action collective pour pouvoir dire aux dirigeants : « on est prêt pour la transition, à vous de jouer ! ». • 11

Clutch Toulouse sept. 2015  
Clutch Toulouse sept. 2015  

La griffe culturelle | numéro 33 | septembre 2015 | gratuit

Advertisement