Clutch Toulouse jan. 2015

Page 70

Electro

Trip-hop

Chanson

Rap

disques Future

Monster (Mixtape)

Pourquoi parler d’une mixtape, qui plus est, sortie par Nayvadius Cash, icône quasi-mainstream de l’autre côté de l’Atlantique ? Parce que Monster est une des sorties rap US les plus importantes de l’année écoulée, et qu’elle ouvre toutes les portes à un univers décrié par les « puristes ». Mais ici, l’utilisation systématique de l’auto-tune est surtout le reflet d’une culture, l’exubérance d’un dirty south transpirant la violence des ghettos d’Atlanta, la moiteur des strip-club et les surdoses de codéine (le fameux « Crazy Codéine »). Après les Outkast, voici le rap du futur, qu’on le veuille ou non. | P.M.

Midget

Bois & charbon (We Are Unique records)

Bois et charbon. Drôle de titre qui va pourtant plutôt bien à ce deuxième album de Midget. De prime abord, le disque semble particulièrement taillé pour la saison. Le duo formé par Claire Vallier et Mocke - rejoints par la batterie de Flavien Girard, ex d’Angil & The Hiddentracks qui apporte parfois un soutien rythmique discret - poursuit sur la voie d’une musique aérienne complexe. Car si le texte n’est jamais négligé (et la voix de Claire Vallier fait des ravages, témoin : « Gorge s’enflamme »), le travail général sur les sonorités est proprement impressionnant et réjouissant. Hivernal, certes, mais pas glacé. | B.O.

Budapest

Alcaline (N.Ö.H Prod, Black Stamp Music)

Dès son premier Ep, Grenade, enregistré en 2011, Budapest avait trouvé son identité. Celle d’un trip-hop orienté rock et soul, soufflant le chaud et le froid. Le riff bluesy de « Roaming Souls », en ouverture d’Alcaline permet pourtant de mesurer le chemin parcouru en trois ans. Sans faire dans la révolution, les Toulousains accrochent avec des rythmiques obsédantes, et le modus-operandi va se répéter sur 9 titres construits comme fonctionne son duo de voix : sur des oppositions complémentaires. Une fragile sensibilité prenant appui sur des bases instrumentales solides. Belle et troublante alchimie des contraires. Voir p.74. | B.O.

Algorythmik

Savannah (Jarring Effects)

Les amateurs de sons distordus et d’expérimentations électroniques seront servis. Le premier titre de cet EP démarre sur un harmonica endiablé, le deuxième sur une boucle funky mais à chaque fois le rythme s’emballe dans des assauts électroniques explosifs. Réunion de deux compositeurs et d’un scratcheur issus de la scène bass music comme du jazz, Algorythmik prêche son mélange des genres avec un sens de l’humour (les espèces de barrissements d’ « Elephant’s Rush ») et un groove jamais écrasé par une dimension de musique-concept. De l’électro tribale excentrique et farfelue. Si si, ça existe. | B.O. 70 •