Page 5

ne pas nous installer dans ce quartier qui était un coupe-gorge à l’époque, mais le théâtre donne de la lumière », racontet-il. Aujourd’hui, avec ses trois salles, le café-théâtre des 3T est un lieu de sortie incontournable des Toulousains, une véritable institution de la ville qui a suscité des vocations. Dans les styles les plus variés. Au café-théâtre des Minimes, c’est la comédie de boulevard qui tient le haut du pavé. Si le lieu accueille aussi d’autres formes d’humour et d’autres comédiens, il travaille la majeure partie du temps avec la compagnie des AJT, troupe semi-professionnelle de comédiens résidents. « La salle a été crée en 2006 par Jamin Chtouki, qui était comédien aux 3T. Suite au succès incroyable de la pièce Le clan des Divorcés, créée par Alil Vardar, ils ont tous les deux décidé d’avoir leur propre lieu », raconte Bruno Salnot, actuel gestionnaire des Minimes. En plus de sa programmation fournie, l’établissement organise des cours destinés aux adultes qui donnent lieu à des représentations en juin. « On est dans l’idée de transmission, de perpétuer l’esprit convivial du café-théâtre qui veut que n’importe qui puisse monter sur scène », explique Bruno Salnot. Du rire dans tous les sens Cet esprit convivial, c’est aussi celui qui a donné naissance au 57 en 1999. Cet établissement était à l’origine une école d’enseignement artistique.

« Les cours de théâtre fonctionnaient tellement bien que petit à petit, une troupe s’est formée et à commencer à se produire ailleurs. C’est pour cette raison qu’en 2006, nous avons eu l’idée de devenir un véritable théâtre et d’accueillir des artistes », se remémore Cathy, la responsable des lieux. One man-show, stand-up, pièces comiques, la petite salle de 120 places varie les plaisirs « sans chichis » avec des artistes autant amateurs que professionnels. Du côté de la rue des Paradoux, dans le quartier des Carmes, sous la voûte de sa cave qui abrite une salle de 95 places, le Citron Bleu pratique lui aussi le mélange des styles humoristiques. Ici, tout ce que la France compte d’humoristes n’ayant pas encore accès aux grand médias et aux scènes plus prestigieuses vient se produire dans un cadre intimiste. « C’est un petit monde mais qui compte beaucoup de talents. Ils me contactent directement ou je les repère l’été à Avignon. Certains ont déjà un public issu d’Internet mais aucun n’est •5

Clutch Toulouse - fév. 2018  

La griffe culturelle | # 60 |fév. 2018 | Magazine culturel gratuit Toulouse & Occitanie

Clutch Toulouse - fév. 2018  

La griffe culturelle | # 60 |fév. 2018 | Magazine culturel gratuit Toulouse & Occitanie

Advertisement