Issuu on Google+

LE SAVIEZ-VOUS ?

PAYS BASQUE

DÉTENTE

LA VIE DES ÉTABLISSEMENTS DE LA FILIÈRE SANTÉ DU PAYS BASQUE (p. 3 à 6)

Où PEUT-ON DONNER SON SANG ? (p. 16)

4 PAGES DE JEUX (p. 20 à 23)

n° 3 GRATUIT

Le magazine de la santé au Pays basque - Octobre 2012

Hospitalisation à domicile

Le patient avant tout Voir notre dossier pages 11 à 15

Télédialyse à la clinique delay

BAyonne : Un dIsposITIf UnIqUe en AqUITAIne (p. 8 à 10)

La mise en place de la télédialyse à la clinique delay de Bayonne est un dispositif unique en Aquitaine.


2

édito/sommaire le sommaire du mois

ÉDITO

Deux exemples la volonté générale et nationale des autorités de tutelles est de tout faire pour faciliter le maintien à domicile des patients. Il s’agit là d’un enjeu dont la composante économique est forte, et le souci du confort des malades indéniable. Osasuna mag présente à ses lecteurs deux structures médicales du pays Basque offrant les services appropriés à ce schéma thérapeutique. santé service Bayonne Région possède une longue expérience des soins de proximité et propose une présence quotidienne, rassurante et compétente auprès des patients maintenus dans leur cadre de vie. la télémédecine, en cours d’installation au sein de la Clinique Delay, sera une composante incontournable de l’avenir de la santé, une forme de suppléance à la désertification médicale de certaines régions et une sécurisation supplémentaire du patient chez lui. « Votre sang fait la différence ». le slogan de l’Établissement Français du sang, doit rappeler à chacun que donner son sang permet de sauver des vies. Osasuna magazine participera activement à la communication de l’eFs et donnera tous les mois le calendrier et les lieux des prélèvements. Il nous paraît capital, aussi et surtout, que le public connaisse les normes draconiennes et rassurantes mises en place autour de la poche depuis sa fabrication jusqu’à son utilisation. ■ philippe ducasse Président du cluster Osasuna

p. 3-6// le saviez-vous ? ■ ■ ■ ■ ■

!

#

Télédialyse à la clinique delay de Bayonne :  un dispositif unique en aquitaine ■ Téléconsultation entre Bayonne et dax : Une petite révolution ■ la clinique delay : 4eme clinique de France ■ dr Jacques nogaro : « Résoudre les problèmes de  désertification médicale »

p. 11/15// dossier du mois Hospitalisation et soins infirmiers à domicile : « un patient, c’est d’abord une personne » ■ Patricia libat : « c’est un travail d’équipe » ■ dr Anne Coustets : « on se charge de tout » ■ ssBR : structure de référence ■ Témoignages des dr Ramuntxo ibar,  christophe Hody, Jean-Bernard Pocq... ■ une équipe spécifique alzheimer) ■

%

Membres adhérents Clinique Delay (Bayonne) Polyclinique Côte Basque Sud (Saint-Jean de Luz) ■ CAPIO Pays basque : clinique Saint-Étienne (Bayonne), Clinique Paulmy (Bayonne),  clinique Lafourcade (Bayonne), clinique Aguiléra (Biarritz) ■ MEDICAMBO : Centre  Médical Landouzy Villa Jeanne (Cambo), Centre Pneumo Les Terrasses (Cambo), Centre Médical Léon Dieudonne Franclet ■ ■

+ 2 #2+ - %'&

(Cambo), Centre Médical Annie Enia (Cambo), Centre Médical Grancher Cyrano (Cambo),  Centre Médical Toki Eder (Cambo), Centre Médical  Maison Basque (Cambo) ■ Centre Rééducation Fonctionnelle Marienia (Cambo) ■ Centre Rééducation Fonctionnelle Les Embruns (Bidart) ■ Centre Imagerie Médicale du Pays basque (Bayonne) ■ Laboratoire Darrasse et Associés (Biarritz)

&'% * -/

$5 (( * #$$ ! '*,"'(2 #)-

" )- ( ,# &, (*'('+ 1 .'+ ( ,# &,+ ,

$ +-* % +-* * ++2 - %2 #& (* + *#(, -*

- $ *, * -. *, - $-& # - + % # 2$ % #

#

0'&& "1 " , '-* 0'&& %

le magazine de la santé au Pays Basque

#

"1 " '-* *

mais aussi…

p. 16-18// à votre service dons du sang : un acte de Générosité Vitale : une carte plus fiable ■ Attention aux faux courriels ■ Aide financière : pour vous aider à arrêter de fumer ■ ■

p. 20-23// détente pages de jeux : mot caché, 5 erreurs, logique, mots fléchés, fubuki, sudoku…

ILS SONT MEMBRES DU CLUSTER

# % #* , % &, & " % * 1 $5"3(#, $ . &, $ +'*,# !

Ambre Capo, patiente de la clinique Lafourcade de Bayonne

Bayonne : cherche infirmier-ère les conseils du dr Osasuna : protégez vos oreilles déchets médicaux : une enquête au pays basque l'Organisation mondiale de la santé : lutter contre la douleur Biarritz : 12h pour devenir sauveteur

p. 8-10// zoom sur...

.'-+ (*'('+ + *.#

p. 7// témoignage

'* 4

octobre 2012

# 4 *&', , -/ 1 #* +-* $5 '-* 2$ %( ++ '$#', -*# 1 #&, # ** 2$ ■

n° 3

"

. &- '&,

■ Centre d'Oncologie Pays Basque ■ Laboratoire Ax BioOcean ■ Santé Service Bayonne et Région ■ EPHAD du Pays basque (secteur 7)

Membres associés ■ OCP (l'Office Commercial Pharmaceutique) ■ CERS (Capbreton) ■ Etablissement Français du Sang

Direction de la publication : Philippe Ducasse Comité éditorial : Philippe Ducasse, Nicolas Bobet, Véronique Colombo, Sylvie Meyzenc, Pierre Lafargue, Bruno Loustalan Directeur de l’information : Bruno Loustalan : 06 77 04 95 83 bruno.loustalan@wanadoo.fr Réalisation : Valeurs du Sud. Tél. 05 59 140 140 Conception graphique : Valeurs du Sud. Sonia Saint-Jean : s.saintjean@cotepresse.com Régie publicitaire : Plus Médias – 05 35 53 60 50 contact@plus-medias.com Immatriculation : N°ISSN 2261-8783 Imprimeur : Zeroa Multimedia – Huarte (Navarre) Editeur : Osasuna magazine est une publication du cluster Osasuna : Estia 2, Technopole Izarbel, 64 210, Bidart, Tel : 05 59 43 54 51, mail : contact@osasuna.fr Photos : Fotolia sauf mentions Ne pas jeter sur la voie publique


le saviez-vous ? LanCé PaR LEs RaDIoLoguEs DE La CLInIquE saInt EtIEnnE DE BayonnE dans le cadre de la radiologie interventionnelle, la pose de

cathéters veineux centraux par voie périphérique se développe dans tous les établissements du Pays basque. Permettant d’être utilisée sur une longue période (6 mois), cette nouvelle technologie réalisée sur prescription médicale, apporte un vrai confort et plus de sécurité aux patients devant recevoir de longs traitements et facilite l’intervention des infirmières.

Le parcours maternité La CPAM de Bayonne adresse aux  futures  mamans  deux guides d'information. Le premier dès la déclaration de grossesse, le second à la naissance de l'enfant. Ces guides rassemblent des informations administratives (prise en charge des soins, congé maternité et paternité,  indemnités  journalières)  et  des  conseils  santé. Parallèlement  à  cela,  afin  de mieux  accompagner  les  futures  mamans,  des  ateliers d’information  et  d’échanges sont  organisés  à  Bayonne  le 30 octobre et le 4 décembre, à  Saint  Jean  de  Luz  le  18  décembre,  à  Saint  Palais  le  20 novembre. En savoir plus : www.ameli.fr

Amategi ibilbidea Baionako CPAM-ak bi informazio gidaliburu zuzentzen dizkie esperantzetan diren amei. Lehena haurdunaldia deklarazioan berean, bigarrena haurra sortzean. Gidaliburu hauek argibide administratiboak (artatzeen enkargatzea, amatasun eta aitatasun oporraldia, eguneroko ordainsariak) eta osagarri

aholkuak biltzen dituzte. Honekin batera, esperantzetan diren amak hobeki laguntzeko, informazio eta trukaketa atelierak antolatuak dira Baionan, urriaren 30ean eta abenduaren 4an, Donibane Lohizunen abenduaren 18an, Donapaleun azaroaren 20an.

BIARRITz

Aguiléra fait peau neuve La clinique Aguiléra de Biarritz lance un grand programme de modernisation  de  ces  bâtiments qui devrait s’étaler sur 3 ou 4 ans. Prochainement les façades  seront  entièrement  repeintes  et  le  gris  viendra remplacer  le  jaune  actuel  de façon à mieux intégrer le bâtiment  avec  celui  du  nouveau scanner. Concernant l’hôtellerie, l’intégralité des chambres seront refaites de façon à faciliter la circulation pour un plus  grand  confort des patients et de  meilleures conditions  de travail  pour  les personnels  soignants.

CLINIQUE LAFARGUE

Silence, on tourne ! Les  anciens  locaux  de  la  clinique  Lafargue  de  Bayonne sont  actuellement  le  théâtre du tournage d’un téléfilm qui va durer un mois et demi. « Intime conviction », titre de l’œuvre, sera diffusé sur la chaîne Arte  au  printemps  2013.  Le scénario est basé sur un fait divers  qui  s’est  déroulé  dans  la région il y a 5 ans.

Isilik, filmatzen dugu ! Baionako Lafargue erietxeko lokal ohian egun hauetan hilabete bat iraunen duen tele sail baten filmazioa burutzen ari dira. « Intime conviction », titulua obra Arte katean 2013ko udaberrian erakutsia izanen da. Gidoia, duela 5 urte eskualdean iragan gertakizun batean oinarritua da.

Osa Dr

PAYS BASQUE

Biarritzeko Aguiléra erietxeak, 3 edo 4 urte iraun beharko lukeen bere eraikuntzen modernizatze programa zabal bat abian ezartzen du. Laster, fatxadak osoki berriz tindatuak izanen dira eta grisak orain dagoen horia ordezkatuko du, eraikuntza, eskaner berriarenarekin hobeki integratzeko gisan. Ostalaritzari dagokionez, ganbara guziak berriz eginak izanen dira zirkulazioa errazteko gisan, erien erosotasun handiago baten lortzeko, bai eta lan baldintza hobeak erizainentzat.

ls du i e

cons es

Aguiléra berritzen da

L

C’est le nombre de pharmacies sur le territoire français qui restent les professionnels de santé les plus facilement accessibles

Une révolution pour les patients et les infirmières

na su

23 000

3

Protégez  vos oreilles

Notre audition est très fragile, et comme tout organe, l'ouie subit le vieillissement. Si ce dernier est inévitable, on peut cependant essayer de ralentir ou au minimum éviter d'accélérer les pertes auditives.

➜ Les premiers signes se manifestent par une diminution de la perception des sons aigus. C'est par exemple une plus grande difficulté à percevoir la voix d'une femme. Dès ce stade, les prothèses auditives permettent de pallier à cette déficience. C'est pourquoi il importe de faire contrôler régulièrement son audition. Attention, le plus souvent la perte auditive est très progressive, ce qui fait que nous n'en avons pas forcément conscience. Par ailleurs, nous développons automatiquement des stratégies nous permettant de pallier à une baisse de notre audition, comme de regarder la personne en face, voire de suivre le mouvement de ses lèvres. Seule une mesure de l'audition pourra apporter une preuve précocement. ➜ Jeunes et moins jeunes, protégez vos

oreilles des sources sonores excessives. En effet, si les cellules de l'oreille interne sont naturellement soumises au vieillissement, de nombreux facteurs peuvent l'accélérer, comme les expositions sonores élevées et répétées. Évitez de soumettre

vos oreilles à de tels risques. Nous sommes nombreux et nombreuses à être attiré(e) s par la musique à forte puissance, d'autant plus que les circonstances et le matériel d'écoute se sont fortement développés. Discothèques, concerts, baladeurs, chaîne hi-fi… soyez attentif au niveau sonore et à votre durée d'écoute. N'oubliez pas que plus le niveau est élevé, plus le risque est grand et la dégradation rapide. Il en est de même avec la durée d'exposition.

➜ Voici quelques conseils

si vous faites partie des amateurs de musique forte ou si vous faites partie des professionnels exposés (ingénieurs du son, artistes…) : ■ Lors des concerts ou des soirées en discothèque, portez des bouchons d'oreilles. ■ Ne restez pas à proximité des enceintes. ■ Accordez-vous régulièrement des temps de pause durant la soirée. ■ À l'issue de celle-ci, accordez-vous aussi un temps de récupération en restant dans le calme pendant les 12 à 24 heures suivantes. ■ Limitez le niveau sonore de votre baladeur, chaîne hi-fi, autoradio, etc. ■ Réduisez votre durée d'exposition : les durées hebdomadaires d'écoute ne doivent pas dépasser : 20 heures à 93 dB (baladeur, autoradio), 4 heures à 100 dB (baladeur à fort volume, bars musicaux), 2 heures à 103 dB (discothèque).

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3


4

le saviez-vous ? Bayonne : un film/débat sur les AVC un FILM suIVI D’un DEBat, sera projeté à l’atalante/l’autre cinémas de Bayonne,

le 18 octobre prochain à 20 h 30 dans le cadre de la campagne de prévention contre les aVc. le documentaire « Je suis » de emmanuel Finkiel, montre comment on peut se remettre d’un accident vasculaire cérébral. durant plusieurs mois, le réalisateur a filmé le combat quotidien de trois patients, de leur famille et du personnel soignant au sein d’un centre de rééducation. la projection sera suivie d’un débat entre le public, des professionnels de santé et des associations de patients.

URGENCES

Le 15, sauf…

Bayonne

e r è r ie m ir f n  i e h Cherc

S

anté Service Bayonne et Région, service d’Hospitalisation à Domicile (HAD) et de Soins Infirmiers à Domicile (SIAD), en charge de 500 places au Pays basque, recrute un cadre infirmier. Sous l’autorité du Médecin Directeur, vous managez une équipe d’infirmiers(ère) s et d’aides-soignant(e) s (encadrement, évaluation…) et assurez la permanence et la qualité des soins pour la prise en charge d’environ 80 patients à domicile (SIAD et HAD). Vous assurez la planification et la coordination des interventions de l’équipe pluridisciplinaire, l’évaluation des besoins des patients et le suivi de leurs prises en charge. Vous assurez un suivi des projets de soins personnalisés en lien avec le médecin coordonnateur. Vous développez une relation de confiance avec les patients et leur entourage. Vous participez à la dynamique de l’équipe d’encadrement à travers la mise en oeuvre du projet d’établissement, et de la démarche qualité & gestion des risques. Vous possédez de bonnes capacités de coordination et de communication, vous savez faire preuve de réactivité et vous avez une expérience réussie de management d’équipe.

Caractéristiques du poste : rémunération selon la CCN 51, poste en CDI basé à Bayonne, véhicule de service mis à disposition. Diplômé(e) : titulaire du certificat de cadre infirmier, du diplôme de cadre de santé ou d’un diplôme de management. Expérience exigée. Candidature (CV et lettre de motivation) à adresser par courrier à : SANTÉ SERVICE BAYONNE ET RÉGION, Madame le Docteur Anne COUSTETS – Médecin Directeur, 20 av de Plantoun - 64100 BAYONNE ou par mail (dans “Motif” sélectionnez “Postuler à une offre d’emploi”) : http://www.santeservicebayonne.com

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3

Pour contacter un médecin le soir et le week-end, il est désormais nécessaire d'appeler le 15 dans tous les départements de  l'Aquitaine  (Dordogne,  Gironde, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques),  à  l'exception des Landes, où les patients doivent téléphoner au : 05 58 44 1111.

urgence

15

« Un jour ou l'autre, ce numéro deviendra également le 15, car c'est  compliqué  pour  les  patients  de  mémoriser  10  chiffres »,  commente  Frédéric Laurentjoye,  président  du Conseil de l'ordre régional des médecins d'Aquitaine. Un médecin régulateur répond au malade et évalue avec lui la situation. Si son problème de santé  ne  peut  pas  attendre l'ouverture du cabinet du médecin traitant le lendemain, le professionnel régulant les appels donne un conseil médical et met en relation avec le médecin  de  garde  du  secteur pour une consultation sur un point fixe (cabinet, maison de santé)  ou  oriente  le  patient vers un service d'urgence d'un établissement  de  santé.  S'il s'agit d'une urgence vitale, le

1,4 million C’est le nombre de personnes victimes chaque année d'accident de la main. Très souvent les blessures sont graves et demandent une hospitalisation.

régulateur envoie alors des secours d'urgence sur place.

15a, salbu… Sendagile bat kausitzeko gauez eta asteburuetan, 15a deitu beharko da engoitik Akitaniako departamendu guzietan (Dordonia, Gironda, Lot-et-Garonne, Pirinio Atlantikoak), Landesetan salbu, eriek han 05 58 44 11 11ra deitu beharko baitute. « Egun batez edo bestez, zenbaki hau ere 15a bilakatuko da, zaila baita erientzat 10 zifraz oroitzea », dio Frédéric Laurentjoye, Akitaniako sendagileen eskualdeko ordenaren Kontseiluko lehendakariak. Sendagile erregulatzaileak eriari erantzuten dio eta harekin egoera aztertzen. Osagarri arazo baten tratatzeko ezin biharamuna igurikatu etxeko sendagileak bere bulegoa irek dezan, deiak erregulatzen duen profesionalak mediku aholku bat ematen du eta sektoreko guardiako sendagilearekin lotu-

ran ezartzen kontsulta bat gune finko batean (bulego osagarri etxe) edo eria osagarri etxe bateko larrialdi zerbitzu batera zuzentzen du. Bizi larrialdi bat baldin bada, erregulatzaileak orduan larrialdiko sokorriak lekura igortzen ditu.

BAYONNE

Visiocommunication à la maternité L’association Aquitaine Destination s’investit dans l’acquisition  et  la  mise  en  fonction d’appareils permettant la visiocommunication  entre  une maman  en  maternité,  et  son nouveau-né  prématuré,  en néonatologie. C’est pour pallier à la séparation de l’enfant et de la maman que ce système est parfaitement adapté puisqu'il permet un lien visuel et auditif entre les deux. La particularité de ce système est qu’il ne nécessite aucune connexion internet  puisqu'il  fonctionne directement  sur  le  réseau


le saviez-vous ?

pAys BAsqUe

aquI o tHERMEs s'est vu octroyer le label bronze dans le cadre de l'initiative européenne pour l'excellence des clusters. une belle récompense qui traduit les efforts faits depuis 2009 pour rassembler les acteurs de la filiale et concrétiser de nouveaux projets. aqui O Thermes, cluster thermal aquitain, œuvre à l’amélioration de la compétitivité et de la performance des entreprises et des acteurs de la filière thermale. en savoir plus : www.aquiothermes.fr

WIFI de l'hôpital. Il s'appuie sur  la  technologie  mobile  la plus récente (Iphone, Ipad, ou Android Tablette PC…) et un logiciel  de  visioconférence type SKYPE. En savoir plus : www.aquitainedestination.fr

Bisiokomunikazioa amategian

Lutter contre la douleur l'Organisation mondiale de la santé (OMs) parraine chaque année la Journée mondiale contre la douleur, qui souhaite attirer l'attention sur l’urgence de mieux soulager la douleur pour les personnes souffrant de maladies. Organisée par l'association internationale sur l'étude de la douleur (iasP) et la Fédération européenne (europe against pain- eFic), cette journée réclame la reconnaissance de la prise en charge de la douleur comme partie intégrante du droit à l’accès à la santé physique et mentale. dans ce cadre, le 15 octobre, les cliniques lafourcade, saint-etienne et Paulmy de Bayonne, ainsi que la clinique aguiléra à Biarritz installeront des stands animés par des experts pour expliquer toutes les techniques utilisées par les médecins et les infirmières des établissements.

Aquitaine Destination elkartea amategian, neonatologian den ama bat eta haren sortu berri goiztiarraren artean bisiokomunikazioa ahalbidetzen duen tresnak erosi eta abian ezartzean ahalegintzen da. Haurra eta amaren arteko bereizketa arintzeko da sistema arrunt egokia, bien arteko ikus eta entzunezko lotura ahalbidetzen duelako. Sistema honen berezitasuna da ez dela neholako internet loturarik behar, ospitaleko WIFI sarearen gainean zuzenki ibiltzen delako. Teknologia higikor berrienaren gainean oinarritzen da (Iphone, Ipad, edo Android PC Tableta..) eta SKYPE motako bisiokonferentzia logizial bat.

ACTION

Sécurité des patients La 2ème semaine de la sécurité des patients, du 26 au 30 novembre prochains, se prépare activement. De très nombreux professionnels (hospitaliers, libéraux  et  institutionnels)  se sont déjà manifestés et inscrits à l’opération par le biais du site

du  ministère  chargé  de  la santé.  Le  nombre  d’inscrits  à l’événement est déjà supérieur à celui atteint l’année dernière. Les  projets  d’événements  se multiplient : actions de sensibilisation  au  sein  des  services d’hospitalisation,  auprès  des patients  et  des  équipes  soignantes,  formations  sur  l’hygiène  des  mains,  réunions d’information  autour  de  la

rky n'

C’est le nombre d’années pour faire un rappel du vaccin contre le tétanos. Passé ce délais, le vaccin n’agit plus.

AqUI o Thermes primé

ca reO

10

5

a nv ©I

qualité  et  de  la  sécurité  des soins,  distribution  de  brochures  au  sein  des  établissements et des cabinets. Des brochures et des affiches de la manifestation 2012 sont mis gratuitement à disposition par  le  ministère,  via  la  plateforme de commande ouverte jusqu’au 7 octobre 2012 sur : www.sante.gouv.fr/ssp (Brève en basque page suivante)

x u a ic d é  m s t e h c Dé

S

Une enquête  au Pays basque

ur les 700 000 tonnes de production annuelle de déchets des établissements de santé en France, 80 % d’entre eux ne sont pas dangereux et les 20 % restants sont considérés comme infectieux, toxiques ou radioactifs. Le traitement des déchets est donc un enjeu à la fois environnemental et économique. C’est pourquoi le cluster Osasuna a lancé une enquête au sein des établissements du Pays basque pour développer les recherches sur la prévention et la gestion des déchets médicaux. Un état des lieux a été mis en place afin d’analyser les volumes et les coûts auprès des établissements adhérents. En synergie avec tous les acteurs locaux (politiques, écoles d’ingénieurs et professionnels), le but est d’installer une planification et une gestion opérationnelle allant vers l’innovation. Ainsi, le cluster s’intéresse à l’existence de solutions comme l’autoclavage, le traitement par micro-ondes ou le traitement par la vapeur associé au broyage interne et au traitement chimique.

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3


6

le saviez-vous ? ARs Aquitaine : un nouveau directeur MICHEL LaFoRCaDE est le nouveau directeur de l’agence

tre

Fra nce

Régionale de santé d’aquitaine. succédant à nicole Klein, il a pris ses fonctions le mois dernier. à 56 ans, il retrouve une région qu’il connaît bien puisqu’il y a rempli les fonctions de directeur de la ddass des landes et de dordogne et a également été secrétaire général dRass aquitaine. en savoir plus : www.ars.aquitaine.sante.fr

en ©C

Cluster Osasuna

Erien segurtasuna

Des actions et  vail a r  t e  d s e t is  p s e d

6

mois après sa constitution, le cluster Osasuna présidé par Philippe Ducasse et animé par Sylvie Meyzenc, a réuni l'ensemble de ses adhérents pour faire le point sur ses actions et tracer les grandes lignes avenir de l’association de la filière santé du Pays basque. Outre la réalisation et la diffusion du magazine que vous avez entre les mains et qui connaît un franc succès, de grandes enquêtes ont été lancées sur la gestion des déchets médicaux, la surveillance, la téléphonie et l’énergie des bâtiments. Le but de ces enquêtes est d’arriver à mutualiser les moyens de la filière pour la rendre plus performante. Ce mois-ci, en association avec les étudiants ingénieurs de l’Estia, le cluster participe aux 24 heures de l’innovation avec une recherche sur le recyclage des poches de perfusion. Pour les mois à venir, une plateforme informatique d’offres et de recherches d’emplois et de stages sera mise à disposition des membres de la filière. Enfin, un travail sur l’éducation thérapeutique du patient est en cours. On le voit, le premier cluster de France de la filière santé avance à grands pas et a du pain sur la planche.

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3

Erien segurtasunaren 2. astea, datozen azaroaren 26tik 30era, aktiboki prestatzen ari da. Profesional ugarik (ospitaletakoak, liberalak eta instituzioetakoak) jadanik haien burua ezagutarazi eta operaziorako izena eman dute osagarriaz arduratzen den ministerioaren gunearen bitartez. Gertakizunerako izena eman dutenen kopurua jaz eman zutenena baino handiagoa da jadanik.. Gertakari egitasmoak biderkatzen dira : sentsibilizazio ekintzak ospitaleratze zerbitzuen baitan, eriengan eta erizain taldeengan, eskuen higieneari buruzko formakuntzak, informazio bilkurak artatzeen kalitatea eta segurtasunaren inguruan, establimendu eta bulegoen baitako liburuxken banaketa. 2012ko manifestazioaren liburuxka eta afitxak urririk eskura uzten ditu ministerioak, 2012ko urriaren 7a arte irekia den manatze plataformaren bitartez eta ondoko gunean aurki daitekeena : www.sante.gouv.fr/ssp

BIARRITz

12h pour devenir sauveteur Près  de  20 000  personnes meurent  chaque  année  en France d'accidents dans un environnement familier (à la maison, sur les routes, au travail…). C’est  pendant  le  temps  que mettent les secours pour arriver que peut s’aggraver l’état de la victime, et c’est pendant ce laps de temps qu’il faut agir ! Quand  survient  l'accident,  il faut agir vite. Chaque minute compte. En attendant l'arrivée

11 millions C’est le nombre de personnes hospitalisées en court séjour en médecine, chirurgie ou obstétrique. cela représente 17 % de la population française.

des secours, vous pouvez sauver  la  vie  d'un  proche.  Parce que  sauver  une  vie  n’appartient pas qu’aux secouristes du Samu,  des  pompiers,  de  la Croix-Rouge ou d'autres professionnels, formez-vous et devenez sauveteur. Grâce à des réflexes de survie, à des gestes simples, vitaux, qui s'apprennent, chacun, dès 10 ans, peut sauver des vies. C'est pourquoi la  Croix  Rouge  propose  une formation  Prévention  et  secours civiques de niveau 1 qui vous  permet  d'apprendre  en une dizaine d'heures les gestes de premiers secours. La  prochaine  formation  aura lieu à Biarritz le 13 octobre prochain. Renseignements : 05 59 24 24 13 ou par internet : http://biarritz.croix-rouge.fr/

12 oren sokorritzaile bilakatzeko 20 000 pertsona inguru hiltzen

da urte guziz Frantzian, istripuz hurbileko ingurune batean (etxean, bideetan, lanean,..). Sokorriek bertaratzeko ematen duten garaian da zauritutakoaren egoera gaizkontzen ahal, eta epe horretan da ekin behar ! Istripua gertatzen delarik, fite ekin behar da. Minutu bakoitzak kontatzen du. Sokorriak etortzea igurikatzean, zuen ahaide baten bizia salba dezakezue. Bizi bat salbatzea ez baitagokie bakarrik Samu, suhiltzaile, Gurutze Gorriko sokorritzaileei edo beste profesional batzuei, forma zaitezte eta salbatzaile bilaka. Biziraupen erreflexuei esker, jestu sinple, bizitzekoei esker, ikasten direnak, bakoitza 10 urtetik goiti, biziak salba ditzake. Horregatik du Gurutze Gorriak 1 mailako hiritar Prebentzio eta sokorri formakuntza bat proposatzen eta honi esker, hamar bat orenez lehen sokorrien jestuak ikasiko dituzue.


témoignage

7

ambre capo, patiente de la clinique lafourcade de Bayonne

« Convivial et chaleureux »

Le 12 juin dernier, à la clinique Lafourcade de Bayonne, Ambre Capo, 23 ans, déjà maman d’Iris, 2 ans, a donné naissance à noé. Récit. même  été  difficiles…  Je  suis retournée à la clinique six semaines après l’accouchement, tandis que Noé va chez le pédiatre tous les mois. ■

LA MATERNITÉ EN CHIFFRES

© Patrick Tohier/Photomobile.

Pourquoi avez-vous choisi la petits soins, du début jusqu’à clinique Lafourcade pour la la fin ! naissance de Noé ? Comment s’est déroulé l’acTout d’abord parce que mon couchement ? médecin-gynécologue,  le  Dr Super  bien !  Je  suis  arrivée  à Campy, qui avait déjà suivi la 19h et j’ai accouché à 23h30. naissance de mon premier enJ’ai accouché très vite car Noé fant, Iris, exerce dans cette cliavait  le  cordon  ombilical  aunique et parce que le cadre me tour  du  cou.  Son  cœur  ne  semblait  convivial  et  chaleubattait  donc  plus  pendant  reux.  Ma  seconde  grossesse les  contractions. s’est  merveilL’équipe médicale l e u s e m e n t « Tout le monde n’a  pas  voulu  me bien  passée. a été aux paniquer  et  m’a J’ai  été  très petits soins » descendue tout de bien  suivie. suite au bloc. Pour J’avais  mes moi, cela s’est très bien passé rendez-vous une fois par mois parce que le médecin-accouet j’y ai réalisé mes trois échocheur et la sage-femme m’ont graphies. J’ai souhaité connaîexpliquée  ces  complications. tre le sexe de mon enfant lors Sur le coup, j’aurais bien aimé de  la  deuxième :  j’étais  donc être avertie avant, mais avec le ravie d’apprendre qu’il s’agisrecul, je me dis que je n’ai pas sait d’un garçon après avoir eu été stressée. Je l’ai donc mieux une fille. J’ai vraiment été satisvécu. Cela a été finalement très faite  des  services  de  la  clirapide  et  Noé  est  arrivé  en nique, où j’ai toujours été prise pleine forme, sans aucune séà l’heure lors de mes rendezquelle, le jour du terme ! vous. Tout le monde a été aux

Et la période post-natale ? Je suis restée seulement trois jours à la maternité. Cela a été très  rapide  mais  en  général, pour  un  second  enfant, l’équipe médicale vous garde moins  longtemps.  Je  suis

jeune mais tout le monde m’a fait confiance et a vu que je savais y faire. Nous sommes ensuite rentrés à la maison, Noé était  en  pleine  forme.  Il  a trouvé sa chambre, sa grande sœur.  Les  nuits  ont  tout  de

La maternité de la clinique Lafourcade de Bayonne dispose de 20 lits dont 18 en chambre seule. L'unité comporte également 2 places pour les monitorings. L'espace de naissance compte 3 salles d'accouchement et une salle chirurgicale pour les césariennes. Une zone de réanimation nouveau né et une salle de repos post accouchement complètent l'installation. Membre du réseau régional périnatalité en Aquitaine, elle dispose de conventions avec la maternité de niveau 3 du secteur (Hôpital de Bayonne) pour la prise en charge des urgences périnatales. Un Centre d’Aide Médicale à la Procréation (AMP). C’est le seul autorisé sur tout le territoire de santé. L’équipe accompagne une centaine de couples chaque année et près de 300 procédures sont réalisées.

COMMENT RÉCUPÉRER MES POINTS ?

ICI, NOUS VOUS AIDONS ! 64

Stages à CIBOURE & CHIBERTA Automobile Club Basco-Béarnais

www.stage-points-permis.org le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3


8

zoom sur…

Télédialyse à la clinique delay de Bayonne

Un dispositif unique en Aquitaine

Pour le Dr Nogaro de la clinique Delay à Bayonne : « La télémédecine permet de limiter les déplacements des médecins, des techniciens et assure un suivi efficace et préventif »

L

a télémédecine est détamment spécialisée dans les sormais  connue  pour maladies  rénales  et  l’hémoêtre une forme de pradialyse,  la  télémédecine  est tique  médicale  à  distance, déclinée en télédialyse. L’étaentre un médecin et son pablissement regroupe en effet tient,  utilisant  les  technoloun centre de néphrologie et gies de l’information et de la d’hémodialyse  à  Bayonne, communication (TIC). « C’est sept  antennes  d’autodialyse un  acte  médide proximité cal  à  part  en- « Cela permet à  Bayonne tière, précise le de gérer à distance (x2),  Biarritz, Dr Jacques No- les consultations » Saint-Jeangaro,  médecin de -Luz, néphrologue et président de Uhart-Cize  (Saint-Jean-Piedla  SAS  Clinique  Delay  à de-Port), Dax et Peyrehorade, Bayonne. Il s’agit d’une véritamais aussi une Unité de diable consultation qui nécessite lyse médicalisée (UDM) télél’accord du patient. L’acte de surveillée  à  Dax,  ouverte  en télémédecine  a  en  effet  été mars dernier. agréé  par  le  Conseil  de  l’Or« La télémédecine permet de dre. » À la clinique Delay, nolimiter les déplacements des le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3

médecins, des techniciens et des informaticiens, d’avoir un accès immédiat à différentes informations  nécessaires  au bon  fonctionnement  de  la thérapie et assure un suivi efficace et préventif » explique le Dr Nogaro.

les patients et l’équipe paramédicale. La  télédialyse  se  décline  en téléconsultations - le médecin de  garde  à  Bayonne  peut  à tout  moment  être  joint  par l’infirmier et le patient - et en téléassistance  –  le  médecin peut  aider  à  distance  l’infirmier  grâce  à  une  caméra. Chaque centre d’autodialyse ainsi  que  l’UDM  bénéficient en  outre  d’une  caméra  centrale permettant de visualiser toute la salle de soins.

Téléconsultations et télésurveillance La  télémédecine  fait  également  appel  à  la  télésurveillance, un acte de surveillance ou de suivi continu qui a pour objet de transmettre au professionnel médical des indica-

teurs cliniques et biologiques de l’état de santé du patient. « Nous utilisons pour cela des logiciels  spécialisés,  des  résultats de laboratoire et un PACS  (1)  radio,  souligne  le  Dr Nogaro. Ce dernier permet au  médecin  d’avoir  tous  les éléments  devant  lui  pour gérer à distance la consultation du malade. » Afin que le dossier du malade reste strictement confidentiel, la  télédialyse  bénéficie  d’un degré  de  sécurisation  maximum : liaisons sécurisées, vitesses  de  flux  internet supérieures à celles du grand public  et  cryptage  des  données. ■ (1)  Le  PACS,  ou  Picture  Archiving  and Communication System, est un système d’archivage  et  de  communication  des images médicales.

© Patrick Tohier/Photomobile.

© Patrick Tohier/Photomobile.

Le dr Jacques nogaro est à l’initiative de la mise en place de la télédialyse à la clinique delay de Bayonne. Mode d’emploi de ce dispositif unique en Aquitaine.

Limiter les déplacements Concrètement,  le  dispositif permet de mettre en œuvre un  système  communicant entre un centre principal, par exemple celui de Bayonne, où se  trouve  l’équipe  de  médecins  néphrologues,  et  une unité  satellite,  notamment l’UDM de Dax, où se trouvent

La très bonne définition de l’image permet au médecin d’intervenir en direct à distance.


9

© Patrick Tohier/Photomobile

zoom sur… Téléconsultation entre Bayonne et dax

Une petite révolution © Patrick Tohier/Photomobile.

exemple d’une séance de téléconsultation entre l’UdM de dax et la clinique delay de Bayonne.

4eme clinique de france La clinique deLAy existe depuis 1910. elle a été classée 4ème clinique de france dans le palmarès du figaro catégorie établissements de moins de 100 lits pour les critères « qualité et sécurité de soins ». Pour le Président la clinique, le Dr Jacques Nogaro, « C’est une grande satisfaction, mais il ne faut se reposer sur aucune forme de lauriers. L’important est de s’interroger chaque jour et de rester modeste. Tout système est perfectible et nous tentons de nous améliorer en prenant en compte chaque jour les remarques et réclamations des patients ».

Le docteur Nogaro dans son bureau de la clinique Delay à Bayonne en consultation par écran interposé avec sa patiente qui est à Dax

«

Je  ne  peux  pas  vous fournit  son  dossier  médical, faire de bisou, docteur. mais aussi un accès aux résulLa prochaine fois que tats des laboratoires et de la vous viendrez, je vous en ferai radiologie. donc deux ! » Cet après-midi « Au début, cela m’a fait tout là, à l’UDM de Dax, en pleine drôle de lui parler à travers un séance  de  dialyse,  Mme  Laécran  d’ordinateur,  rigole moulie est devant un ordinaMme Lamoulie, je croyais que teur  portable c’était  une muni  d’une farce !  Mais  je « Je croyais que webcam. m’y  suis  habic’était une farce » Grâce  à  la tuée ! » connexion wifi À  ses  côtés, rapide  et  un  microcasque  entouré  de  sept  autres  pagage de confidentialité -, elle tients dialysés, Olivier Pomarez échange  à  distance  et  en est  l’un  des  infirmiers  de toute  convivialité  avec  son l’UDM de Dax. Le dispositif de médecin, le Dr Nogaro. télédialyse  lui  est  désormais À 50 km de là, à Bayonne, dans familier. « Ce n’est finalement son  bureau  de  la  clinique pas plus compliqué à utiliser Delay, le Dr Nogaro a lui aussi que l’ordinateur et la webcam les yeux rivés sur les écrans de que l’on connaît dans la vie de ses deux ordinateurs. Le pretous les jours, souligne-t-il. On mier assure la visioconférence peut joindre facilement et raavec sa patiente, le second lui pidement  les  médecins  à

Bayonne. Et on peut même les voir maintenant ! Nous échangeons  donc  aisément  à  distance  avec  eux  sur  l’état,  le ressenti et les besoins du patient.  Grâce  aux  nouvelles technologies, c’est une petite révolution dans notre manière de travailler ! » ■

La liste des membres de l’équipe L’équipe de la clinique delay dédiée à la télédialyse est composée de cinq médecins néphrologues, les dr Jacques nogaro, MarieCécile Cazin, Benjamin deroure, françois de Groc, eric Le Guen, d’infirmières coordinatrices et de deux informaticiennes.

Spécialisée dans la prise en charge des maladies rénales (dialyse), la clinique Delay de Bayonne a réalisé dernièrement des agrandissements pour développer des spécialités chirurgicales comme l’ophtalmologie, la stomatologie, la chirurgie vasculaire du dialysé et la chirurgie maxillo-faciale. Ces investissements représentent une enveloppe de 3,5 millions d’euros sur les deux dernières années. Selon son Directeur, François Gouffrant « cette phase de spécialisation correspond à notre volonté de concentrer notre énergie sur ce que nous savons faire. Nous ne souhaitons pas nous éparpiller ou vouloir grossir pour être en compétition avec les autres. Nous voulons simplement garder une taille « humaine » en maitrisant au maximum les processus et les organisations pour accueillir les patients dans les meilleures conditions de qualité et de sécurité. » Certifiée  Eco-clinique  -  ISO  14001  depuis  2008  (seulement  7  en France et 2 en Aquitaine) dans le cadre d’une démarche environnementale, la clinique a porté ses efforts sur le bloc opératoire, la salle de réveil, les circulations et l’hospitalisation ambulatoire. Elle regroupe : un centre de dialyse, un service médecine (10 lits), un service chirurgie (18 lits), un service de chirurgie ambulatoire. Le centre de dialyse assure différents types de traitement : Hémodialyse et Hémodiafiltration en centre Unités d’Autodialyse, antennes à Dax, Peyrehorade, Bayonne, Biarritz, Uhart-Cize (Saint-Jean-Piedde-Port), Saint-Jean-de-Luz. Une unité de Dialyse Médicalisée à Dax. Une unité d’Hémodialyse à Domicile, une unité de Dialyse Péritonéale (continue ambulatoire et automatisée) Adulte et Enfant et l’accueil des dialysés en vacances. Elle assure également les traitement en Néphrologie et suivi des patients transplantés, la chirurgie des dialysés, les chirurgies ophtalmologique  (greffe  de  cornée,  laser),  maxillo-faciale,  plastique reconstructrice et esthétique, stomatologie et un service de radiologie conventionnelle. En savoir plus : www.clinique-delay.fr

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3


10

zoom sur… dr Jacques nogaro

« Résoudre les problèmes de désertification médicale » entretien avec le dr Jacques nogaro, néphrologue et président de la sAs Clinique delay, « chef d’orchestre » du dispositif de télédialyse.

RECOMMANDATIONS DE LA HAS Selon les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) en matière de télémédecine, un établissement doit utiliser le dossier médical informatisé, faire remonter les informations des données de dialyse et disposer d’un système de visioconférence. À ses obligations, la clinique Delay a ajouté l’utilisation d’un réseau informatique sécurisé.

TRAITEMENT DE L’EAU La dialyse nécessite l’installation d’un traitement d’eau spécifique – elle compose à 95 % le dialysat. Le dispositif de télédialyse implique donc une permanence de la télésurveillance du traitement complexe de cette eau. « On peut par exemple aider à distance l’infirmière à manipuler le traitement de l’eau » souligne le Dr Nogaro. Grâce à un dispositif technique, toutes les informations remontent vers la clinique. L’ingénieur est lui aussi capable de surveiller le traitement de l’eau et d’aider l’infirmière. le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3

évite  en  outre  un  certain nombre  de  transports,  d’où une économie pour la Sécurité Sociale ! La  téléexpertise  va  quant  à elle permettre à un médecin ou un spécialiste de montrer des  documents  radiologiques, biologiques, etc., mais aussi  de  décrire  un  état  de malade, et ainsi de conseiller un  médecin  traitant  ou  un spécialiste afin de mieux soigner ses patients. ■

© Patrick Tohier/Photomobile.

Pourquoi avez-vous mis cette téléconsultation, qui ne en place le dispositif remplacera pas la relation sinde télédialyse ? gulière entre le patient et le médecin de proximité. Mais il Il faut comprendre que nous faut  savoir  que  le  patient, avons un centre lourd de diaavant d’aller à l’UDM de Dax, lyse à la clinique Delay et que qui  reçoit  des  patients  avec nous avons développé ce que des comorbidil’on  appelle  la tés ou avec des dialyse  «  hors « une meilleure pertes  d’autocentre  »,  avec qualité de vie nomie, était ausept  unités et une meilleure paravant d’autodialyse et surveillance » obligé d’aller à une  Unité  de la  clinique dialyse médicaDelay à Bayonne, soit 50 km lisée (UDM) à Dax. Or la déaller et 50 km retour. Grâce à mographie des néphrologues la télédialyse à l’UDM, le pade  la  clinique  Delay  ne  pertient a une meilleure qualité met pas de se disperser. La téde  vie  et  une  meilleure  surlédialyse  a  donc  été  une veillance de sa santé. solution pour que le néphrologue  n’aille  qu’une  fois  par semaine assurer une séance à Quels sont les avantages l’UDM. Lors de cette séance, il du développement règle les problèmes de traitede la télémédecine ? ment  et  reçoit  éventuelleSi  on  sort  du  simple  cadre ment  le  patient  en de la télédialyse, la télémédeconsultation. Grâce à la télécine  va  certainedialyse,  les  deux  autres m e n t séances  hebdomadaires  de résoudialyse sont donc surveillées dre les à distance. Cette téléconsultaprotion à distance est réglemenblèmes taire :  elle  répond  à  la  loi de  désertifiBachelot, à des décrets et bécation médicale. Dans néficie  de  l’autorisation  de certaines  zones,  rul’Agence Régionale de Santé rales  notamment,  il (ARS) grâce à un contrat passé n’y a plus de médecin avec la clinique Delay. ou de spécialiste. Dans ce contexte, la télémédecine  est  un  moyen Quel est l’intérêt pour de  soigner  des  pale patient ? tients  à  distance.  Elle Les patients accueillent bien


11

dossier du mois

Domicile à s r ie m r fi In s in o Hospitalisation et S

t s e ’ c , t n « Un patie »   e n n o s r e p   e n u   d r o d’ab

L’Hospitalisation à domicile connaît un fort développement. Au pays basque, santé service Bayonne et Région est la structure de référence.

L

orsque l’on est malade et quand c’est possible, un patient  est  mieux  chez lui que dans une cham-

bre d’un établissement de santé. Quand  on  est  pris  en  charge chez soi, il est souvent plus facile de vivre sa maladie ou de prendre son traitement en raison de la  qualité  de  vie  et  de  la  présence de repères.

D’abord un choix Une  hospitalisation  à  domicile prescrite par le médecin traitant ou le médecin hospitalier, c’est d’abord le choix du patient et de sa famille. En effet, leur consentement est obligatoire. Ensuite toute  une  équipe  se  met  en place.  Constituée  du  médecin

traitant, d’un médecin coordinateur,  d’infirmières,  aides  soignantes,  kinésithérapeutes, ergothérapeutes,  diététiciens, orthophonistes et logisticiens, sa mission est d’organiser la prise en  charge  pour  qu’elle  se  déroule dans les meilleures conditions de sécurité et de confort. Une  assistante  sociale  vient compléter ce dispositif pour accompagner  le  patient  et  sa  famille.

Un nom Il faut savoir que le coût moyen d’une journée d’HAD a été éva-

lué à 200 euros contre 703 euros pour une journée d’hospitalisation  traditionnelle. Au  Pays basque Santé Service Bayonne et Région (SSBR) est la structure compétente pour une hospitalisation à domicile et les soins infirmiers à domicile. Association privée  à  but  non  lucratif  (loi 1901), elle a été fondée en 1968 par le Dr Thielley. Première structure  de  ce  type  créée  en  province,  elle  a  progressivement élargi ses domaines de compétences médicales, son implantation géographique et la nature de  son  offre  (soins  infirmiers  à

domicile  dès  1981).  Pour  le  Dr Anne  Coustets,  directrice  de Santé  Service  Bayonne  et  Région :  « Chez  nous,  le  patient n’est  pas  un  numéro  de  chambre, ni simplement une maladie, c’est avant tout un nom, un prénom,  une  person-ne. »  Nous vous proposons au fil des pages de ce dossier de découvrir cette forme  d’hospitalisation  qui  est une réponse humaine et financière adaptée à notre époque. ■

En savoir plus : www.santeservicebayonne.com Tel : 05 59 50 31 10

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3


12

dossier du mois

Patricia Libat

« C’Est un tRaVaIL D’équIPE » En quoi consiste votre métier ? Mon rôle est d’apporter un soutien au patient, à sa famille et à l'équipe soignante. Il s’agit d’évaluer les besoins pour mettre en place l’organisation qui permettra au patient de rester au domicile autant qu'il le souhaite. C’est donc un travail d’équipe avec les médecins, infirmières, ergothé« mieux rapeutes,  kinésithérapeutes,  psychoorganiser son logues,  aides  soignants  et  assistants projet de vie » sociaux. Ensuite, nous devons re-évaluer  régulièrement  les  besoins  pour adapter  l’organisation  afin  de  permettre  au  patient  et  à  ses proches de vivre dans les meilleures conditions de sécurité, et de confort. Pourquoi avez-vous choisi de travailler dans le cadre de l’hospitalisation à domicile ? J’ai  travaillé  30  ans  au  sein  du  Centre  Hospitalier  de  la  Côte Basque. Ce fut une très belle aventure. Il y a deux ans, j’ai eu besoin de m’ouvrir de nouveaux horizons et le travail au sein d’une structure spécialisée dans l’hospitalisation à domicile s’est imposé. Cela demande de s’adapter à des situations très différentes. Les personnes sont chez elles, cela change tout. Quel est l’intérêt de l’hospitalisation à domicile ? Quand le médecin traitant juge que c’est possible  et  une  fois  l’organisation  mise  en place par les professionnels, on constate dans une grande majorité de cas, que le patient va mieux et progresse. Il organise mieux son projet de vie avec sa famille et ses proches. De toute manière, quand c’est possible,  il  est  évident  que  l’on  est mieux chez soi que dans un hôpital  ou  une  clinique.  Cela  joue d’une  manière  positive  sur  le moral. ■

99% 

40

C’est le pourcentage de patients qui s’estiment (très) satisfaits des soins prodigués par santé service Bayonne et Région (enquête 2011).

C’est la moyenne de jours d’hospitalisation à domicile des patients de santé  service Bayonne et Région.

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3

© Patrick Tohier/Photomobile.

patricia Libat est infirmière au sein de santé service et Région et référente en soins palliatifs.

dr anne coustets

« on se charge d Le dr Anne Coustets est le médecin directeur de santé service Bayonne et Région. Quelles sont les spécificités procédures  d’hygiène  et  nos de Santé Service Bayonne équipes soignantes encadrent le et Région ? patient pour que son traitement Nous sommes la première strucet son suivi médical s’effectuent ture spécialisée dans l’hospitaliau mieux. En fait nous prenons sation à domicile qui a été créée en charge la globalité de la proen  province.  C’était  en  1968. cédure jusqu’aux volets psychoCela  fait  donc  plus  de  40  ans logique et social. que  notre  association  existe. Santé  Service  Bayonne  et  RéQui peut bénéficier d’une gion est la structure unique de hospitalisation à domicile ? référence pour l’Hospitalisation Tout le monde à partir du moà Domicile. À partir du moment ment où le médecin traitant ou où le médecin prescrit avec l’achospitalier la prescrit avec l’accord du patient son cord  du  patient. hospitalisation à do- « Nous tissons L’hospitalisation  à micile,  nos  équipes des liens de domicile  répond pluridisciplinaires se confiance » donc à une volonté chargent  de  tout. du patient. C’est un Nous  aménageons point important car le logement en fonction des beun  patient  volontaire  est  tousoins, nous fournissons les difféjours plus réceptif qu’un patient rents  matériels,  les  bonnes qui subit. En plus, cela permet

de créer des liens de confiance qui apportent beaucoup. Depuis sa création, quelles ont été les évolutions de SSBR ? Elles ont été nombreuses. Je suis arrivée dans la structure il y a 15 ans.  Il  y  avait  150  salariés.  Aujourd’hui, nous sommes 220. Le développement  est  donc constant. Au fur et à mesure des années, nous nous sommes toujours adaptés aux progrès techniques  et  aux  nouvelles réglementations  dans  le  cadre d’une démarche de qualité et de performance.  Parfois  même, nous les devançons. Ainsi, nous sommes en train de tester une informatisation  du  dossier  du patient en installant chez lui un ordinateur qui ressemble à une


13

dossier du mois FICHE TECHNIQUE Historique Fondée en 1968 par le Dr Michel  Thielley,  Santé  Service Bayonne et Région a été la première structure d’Hospitalisation  à  Domicile  de  province. Aujourd’hui  elle  emploie  220 salariés et offre 500 places.

Objectifs Organiser  l’hospitalisation  et les soins infirmiers à domicile en coordonnant des différents intervenants, l’aide psychologique,  l’accompagnement dans  les  démarches  administratives, la réponse aux besoins 24h/24  et  la  prise  en  charge  financière  du  séjour  afin  de soulager le patient et son entourage.

4 points forts -  Obtention  en  2012  du  plus haut  niveau  de  certification par l’ARS -  Qualité et sécurité des soins -  Droits et place des patients -  Gestion  des  données  du  patient.

de tout » © Patrick Tohier/Photomobile.

tance les différentes évolutions comme par exemple une cicatrisation  et  d’adapter  en  conséquence  le  traitement.  C’est  un progrès considérable car l’information  bien  partagée  est  un gage de qualité de soins.

petite valise. Il permet à l’ensemble  de  l’équipe  d’être  informée en temps réel sur les évolutions constatées et donc de s’adapter. Demandant une très courte formation, chaque intervenant indique simplement ce qu’il a fait et ce qu’il constate. Ces informations sont transmises en direct. Equipé  d’une  caméra  vidéo,  il peut  aussi  servir  aux  médecins spécialistes  pour  suivre  à  dis-

Vous proposez 500 places d’hospitalisation et de soins infirmiers à domicile, est-ce suffisant ? Il  me  semble  que  cela  correspond  à  la  demande.  De  toute manière nous faisons régulièrement le point avec l’Agence Régionale de Santé de façon à nous adapter en fonction des besoins. Il est clair que ce type d’hospitalisation va continuer à se développer  puisqu’il  correspond  à une  demande  des  patients.  En fait, nous sommes une structure totalement complémentaire des hôpitaux  et  des  cliniques  avec qui nous travaillons en confiance et en bonne intelligence. ■

« on s’intéresse l’un à l’autre. » oLIVIER PRoFILEt, patient pris en charge par le service de soins  infirmiers à domicile (ssiad) Personnes Handicapées : « Tout s’est compliqué après ce rhume qui s’est transformé en pneumopathie. santé service Bayonne et Région me fournit une aide matin et soir. Je suis très heureux de pouvoir rester chez moi, j’ai mes copains pas loin et ma famille auprès de moi. surtout, les aides-soignantes sont très professionnelles et très gentilles. notre relation n’est pas seulement entre un patient et un soignant, on s’intéresse l’un à l’autre en tant qu’individus. »

« on discute, c’est bon pour le moral ! » JEan BoRDa, prise en charge en Hospitalisation à domicile : « Pour Marie, j’avais le choix entre une maison de repos médicalisée ou une hospitalisation à domicile. ne pouvant pas vivre l’un sans l’autre, nous avons fait appel à santé service Bayonne et Région. si je m’occupe d’elle 24h/24 et 7j/7, je ne peux me passer des interventions des aides-soignantes : elles ont un vrai savoir-faire et, surtout, elles prennent leur temps, s’appliquent dans leur travail et s’adaptent aux situations. Je suis là pour les aider mais elles sont aussi là pour me soutenir : le temps qu’on passe à discuter, c’est bon pour le moral ! »

ssBR : stRuCtuRE DE RéFéREnCE Créée en 1968, santé service Bayonne et Région est la structure de référence pour l’hospitalisation et les soins infirmiers à domicile.

A

ssociation privée à but non  lucratif  (loi  1901), Santé Service Bayonne et Région a été fondée en 1968 par le Dr Thielley. Cet urologue de  la  clinique  Paulmy  était aussi président du comité départemental de la Ligue contre le cancer. Ainsi, SSBR avait initialement  pour  vocation  de permettre  aux  malades  du cancer  de  rentrer  chez  eux. Première structure d’Hospitalisation à Domicile de province, Santé Service Bayonne et Région a progressivement élargi ses domaines de compétences médicales,  son  implantation géographique et la nature de son offre avec en particulier les soins  infirmiers  à  domicile. Hormis la psychiatrie et la chirurgie,  tous  les  soins  sont  prodigués : pansements complexes,  nursing,  nutrition  entérale, surveillance postchi-

miothérapie, assistance respiratoire, traitement par voie veineuse,  soins  palliatifs, éducation (diabète, stomie…), etc.

Le projet d’établissement Le  projet  d’établissement  repose avant tout sur une prise en  charge  globale,  avec  des soins  coordonnés  par  une équipe  pluridisciplinaire  et complémentaire. Pierres angulaires de ce dispositif, le médecin coordonnateur et le cadre infirmier assurent le lien entre le  patient,  son  entourage  et l’ensemble des soignants qui vont intervenir. Véritables traits d’union de la prise en charge, ces  professionnels  de  santé agissent en concertation avec le médecin traitant (et/ou hospitalier).  Ensemble,  ils  élaborent  le  projet  thérapeutique personnalisé  avec  un  proto-

cole  de  suivi  médical  et  de soins. Des soins qui seront évalués par cette équipe coordonnatrice,  afin  d’en  optimiser l’efficacité,  mais  qui  seront aussi anticipés pour s’adapter dans  les  meilleurs  délais  à toute  évolution  de  l’état  de santé du patient. Avec 220 salariés et la possibilité de répondre à 500 places d’hospitalisation  à  domicile, Santé Service Bayonne et Région rayonne sur tout le Pays basque  (sauf  la  Soule),  ainsi que sur le sud des Landes (canton de St Martin de Seignanx). Sur cette zone géographique, une hospitalisation à domicile ou  un  service  de  soins  infirmiers à domicile peut être mis en place sauf sur Hasparren, La Bastide  Clairence  et  Bidache, où seule une hospitalisation à domicile  est  possible  avec SSBR. ■

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3


14

dossier du mois

dr Ramuntxo ibar

« nous répondons aux besoins »

Ramuntxo Ibar est pharmacien coordonnateur et responsable matériel médical à santé service Bayonne et Région. En quoi consiste votre travail ? D’un point de vue médical, mon rôle  est  de  veiller  à  ce  que  le bon médicament soit administré  au  bon  patient  et  au  bon moment.  Dans  le  cadre  de l’hospitalisation à domicile cela demande une organisation particulière qui passe par un document  unique  de  prescription. Ainsi  nous  répondons  à  l’exigence  de  traçabilité,  de  prescription,  de  délivrance,  de

préparation et d’administration. Cette « pharmacovigilance » demande  une  très  bonne communication entre les différents intervenants et bien  sûr  le  patient  qui garde le choix de son officine. Et concernant le matériel ? Une  fois  que  les besoins  du  patient  ont  été

évalués  par  l’équipe,  je  me charge de commander le matériel  certifié  qui  va  des simples  compresses ou  seringues  jusqu’à l’assistance  respiratoire,  les  pompes  à morphine  ou  encore le fauteuil roulant et le lit  médicalisé.  En fait,  nous sommes en  mesure  de

fournir tous les matériels dont le patient a besoin pour rester chez  lui  en  toute  sécurité  et avec le plus grand confort possible.  Bien  entendu,  nous  faisons  régulièrement  le  point pour adapter au mieux le matériel  aux  besoins  du  patient  et nous nous chargeons de l’entretien  avec  l’aide  d’entreprises spécialisées. Cela entre dans le cadre d’une démarche de « matériovigilance » qui permet de répondre  aux  normes  obliga-

toires de sécurité et de qualité. Pouvez-vous équiper n’importe quel domicile ? A partir du moment où l’équipe chargée de l’évaluation donne son accord, il n’y a aucun problème. Santé Service Bayonne et Région existant depuis maintenant 40 ans, nous savons répondre  aux  besoins  et  nous adapter pour que le patient ait un réel confort et une autonomie maximum. ■

Christophe Hody

« DEs RègLEs DE Bon sEns » Concernant la lutte contre les infections associées aux soins, les patients hospitalisés à domicile sont-ils plus exposés que dans un établissement de santé ? Non, c’est du même ordre. Nous mettons  en  place  des  règles simples qui permettent aux patients,  aux  accompagnants  et aux proches d’adopter des comportements  pour  prévenir  les risques  d’infection.  En  fait,  ce sont surtout des règles de bon sens avec une priorité sur l’hygiène des mains car 70 % des infections  sont  transmises  par l’intermédiaire des mains. Est-ce que le patient bénéficie d’une formation concernant l’hygiène ? Comme  je  vous  l’ai  dit,  lutter contre  les  infections  associées le magazine de la santé au Pays Basque

aux soins, ce sont d’abord des règles de bon sens et un engagement réciproque entre le patient,  ses  proches  et  le personnel  soignant.  Nous  remettons  au  patient  une  plaquette  d’information  ludique qui rappelle toutes les bonnes pratiques. De plus, le personnel soignant  vérifie  au  quotidien que  les  procédures  sont  bien appliquées  et,  au  besoin,  rappelle les principes. Depuis la création de Santé Service Bayonne et Région, c’est un point qui a toujours fait l’objet d’une  attention  particulière  et c’est  certainement  pour  cela que nous sommes classés par le ministère  de  la  santé  dans  le meilleur niveau d’exigence. Pour nous,  la  recherche  de  la  plus grande  qualité  et  sécurité  des soins  est  une  culture  d’entre■

octobre 2012

n° 3

prise. Comment sont gérés les déchets sanitaires dans le cadre d’une hospitalisation ou de soins à domicile ? Cela obéit à une réglementation très précise en particulier avec les déchets de soins à risque infectieux. L’identification  de  ces  déchets est facilitée pour les patients et les soignants par une plaquette intitulée « Bien trier les déchets d’activité de soins », présente au domicile de chaque patient. Nous fournissons au patient un collecteur  sécurisé  à  parois  rigides  avec  une  double  fermeture et un système anti-reflux. La gestion de ces collecteurs est assurée par les soignants de Santé Service. La destruction des déchets est assurée par un prestataire externe conventionné. ■

© Patrick Tohier/Photomobile.

Christophe Hody est le responsable de la qualité et des ressources humaines au sein de santé service Bayonne et Région.

Une certification au plus haut niveau Tous les 4 ans, santé service Bayonne et Région est évaluée par la Haute Autorité de santé dans le cadre de la procédure de certification, dont le but est de s’assurer que l’établissement développe une démarche d’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins délivrés aux patients. Cette procédure se déroule en plusieurs étapes, sur plusieurs mois. Une auto-évaluation est effectuée dans un premier temps, puis des experts visiteurs de la Haute Autorité de santé (médecins, soignants, gestionnaires) viennent pour évaluer l’établissement, son fonctionnement et ses pratiques de soins. suite à cette visite, la HAs délivre ou non la certification. en 2012 santé service Bayonne et Région a obtenu le plus haut niveau de certification.


15

dossier du mois Dr Jean-Bernard Pocq

« on sE FoCaLIsE suR LE PatIEnt » Le dr Jean Bernard pocq est médecin généraliste à Bayonne. Témoignage. Pour un médecin généraliste, l’apport  de  Santé  Service Bayonne  et  Région  est  immense. Cela représente moins de temps gaspillé par l’administratif et davantage consacré au patient ! Pour connaître son état de santé, j’ai ainsi un seul interlocuteur :  le  cadre  infirmier qui centralise les informations des différents soignants, eux-mêmes co-orchestrés par le médecin coordonnateur. Je peux aussi retrouver ces renseignements  au  domicile, dans le dossier de soins, véritable  trait  d’union  entre  prescripteur  et  soignants.  C’est donc un service de proximité qui  permet  au  médecin  trai-

tant de se focaliser sur l’essentiel : le patient ! » Pour ce dernier,  le  premier  avantage  est d'être  chez  lui  avec  ses proches et sa famille. Psychologiquement,  il  est  dans  de meilleurs  conditions  et  donc plus réceptif aux traitements. Pour la famille, c'est aussi un moyen d'être mieux informée. Quels types de patients peuvent bénéficier d’une hospitalisation à domicile ? Tous les types de patients une fois  que  le  diagnostic  a  été posé  et  le  traitement  établi dans  un  établissement  de soins. Grâce au travail d'équipe qui  regroupe  l'ensemble  des

© Patrick Tohier/Photomobile.

Depuis combien de temps préconisez-vous l'HAD ? Cela fait 33 ans que je suis médecin généraliste à Bayonne et cela fait 33 ans, que je travaille avec Santé Service Bayonne et Région. Cette structure a une longue expérience et a su, depuis  sa  création,  évoluer  en moyens  humains  et  matériel de manière à offrir la meilleure offre de soins. La recherche de la plus grande qualité et le respect des patients et de leur famille  sont  chez  eux  une véritable culture. s Quels sont les avantages de l'hospitalisation et des soins infirmiers à domicile ?

intervenants, l'hospitalisation à  domicile  est  une  solution complémentaire  à  un  séjour

Admission/sortie Votre admission est subordonnée à la prescription médicale et à votre accord explicite (ou à défaut à celui de votre famille) et à celui du responsable de santé service Bayonne et Région après avis du médecin coordonnateur. Cette décision s’appuie sur les résultats d’évaluations (para) médicale, sociale, logistique, administrative et financière. Au cours de cette enquête préalable à l’admission, il vous sera demandé votre carte d’assuré social, et éventuellement, votre carte d’adhésion à une mutuelle complémentaire. La formule d’acceptation et la désignation de la personne de confiance sont nécessaires à votre prise en charge par santé service Bayonne et Région. La première énonce votre engagement concernant

© Patrick Tohier/Photomobile.

Comment ça marche ?

le respect des règles d’hygiène, des soignants et des prescriptions médicales. La réussite de votre prise en charge nécessite votre implication et celle de votre entourage. Tout au long de la collaboration, la réflexion bénéfice-risque des soins sera menée avec vous. si besoin, un service de garde infirmière est joignable 7j/7 et 24h/24. Lors de l’arrêt de la prise en charge par ssBR, le dossier de soins et le matériel sont récupérés.

Combien ça coûte ? en cas d’Affection Longue durée (ALd) ou d’invalidité, tous vos soins HAd sont pris en charge à 100 %. Vous n’avez pas d’argent à avancer. dans les autres cas : si vous êtes en HAd, vos soins sont pris en charge à 80 %. Les 20 % restants peuvent être remboursés par votre mutuelle. dans le cas contraire, ces 20 % vous seront facturés. santé service Bayonne et Région s’engage, avant la mise en

place de chaque prise en charge, à vous informer des éventuels frais restant à votre charge. si vous êtes en ssIAd, vous êtes pris en charge à 100 % et n’avez pas d’argent à avancer. À noter que vous gardez la liberté du choix de la pharmacie (si vous ne pouvez vous y rendre, vos médicaments vous seront livrés à domicile par la plupart des officines).

dans  un  établissement  de soins.  Elle  est  humaine,  efficace et moins coûteuse. ■

Une équipe spécifique Alzheimer le but du service de soins infirmiers à domicile (ssiad) de santé service Bayonne et Région spécifique alzheimer est de ralentir l’évolution de la maladie, qu’elle soit modérée ou avancée. Pour stimuler les capacités résiduelles, ces professionnels proposent un accompagnement actif pour une réhabilitation des activités de la vie quotidienne : se laver, s’habiller, trier son courrier, aller faire les courses… Objectifs du ssiad alzheimer est de conserver l’environnement du patient est primordial pour ralentir l’évolution de la maladie. en intervenant à domicile, l’équipe alzheimer santé service Bayonne et Région préserve ces repères qui aident à retarder la progression de la maladie. le soutien des familles et des proches fait partie intégrante du dispositif, avec une formation aux bons gestes et comportements, afin d’éviter les mises en échec et les troubles du comportement inhérents. en savoir plus : www.santeservicebayonne.com Tél. : 05 59 50 31 10

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3


16

à votre service

dons du sang

Un acte de Générosité 10 000 dons sont nécessaires chaque jour pour répondre aux besoins des malades. seulement 4 % de la population en âge de donner, donne leur sang. Il est donc important de donner.

L

e sang est indispensable au fonctionnement  du  corps humain.  Rien  ne  peut  le remplacer, c’est pourquoi le don de  sang  est  si  important.  Composé  de  globules  rouges,  de plasma, de plaquettes et de globules blancs, il permet à l’EFS de fabriquer  et  distribuer  des  produits sanguins labiles. Les dons de  sang  permettent  de  soigner chaque année un million de malades. L’Etablissement Français du Sang collecte  tous  les  types  de  don : don  de  sang  total,  don  de  plaquettes, don de plasma, et don de sang placentaire. Il participe aussi au prélèvement de moelle osseuse.  Le  don  de  sang  dit  « total » est le don le plus courant. Après  le  prélèvement,  les  trois don de sang placentaire sont utiprincipaux composants sanguins lisés pour la thérapie cellulaire. -  globules  rouges,  plaquettes, plasma - sont séparés. Vraies et fausses idées Les  plaquettes  et  les  globules rouges  sont  utilisés,  en  cas  de Voici quelques vraies et fausses leucémie ou toute autre forme de idées sur le don du sang : cancer, lorsque la chimiothérapie ➜ Je peux donner mon sang a détruit les cellules de la moelle quand je veux : faux, il faut resosseuse. pecter  un  délai  de  8  semaines Le Plasma est utilisé entre  2  dons sous  deux  formes : de sang total. par transfusion (lors Il  faut  avoir Il existe plus d’hémorragies,  de entre 18 et 70 de 150 sites brûlures graves) ou ans (jusqu’à la sous forme de méveille  du dicament  chez  les 71ème  annimalades  hémophiles  ou  ayant versaire), un homme peut donner des  troubles  graves  de  l’immu6 fois par an et une femme, 4 fois nité. par an. Les globules rouges sont égale➜ Il faut être à jeun avant un ment utilisés pour compenser la don : faux, être à jeun augmente perte sanguine en cas d’hémorles risques d’hypoglycémie. ragies importantes lors d’un acci➜ On peut être contaminé lors dent  ou  d’une  opération d’un don : faux,  le  matériel  est chirurgicale. Pour les personnes stérile et à usage unique. atteintes de drépanocytose, on a ➜ On peut donner son sang à également recours aux globules une personne précise : faux, le rouges  pour  prévenir,  éviter  ou don  de  sang  est  anonyme,  le sortir les patients d’une crise. donneur  et  le  receveur  ne  se Le  don  de  moelle  osseuse  et  le connaîtront jamais.

PAYS BASQUE

Les collectes de sang d’octobre Voici les dates et les lieux de collectes de sang au Pays basque pour le mois d’octobre. ■ Mardi 2 à Ispoure, salle  F. Bentaberry de 7h30 à 11h30 ■ Mercredi 3 à Ispoure, salle F. Bentaberry de 15h à 19h ■ Jeudi 4 à Mouguerre, salle Haitz  Ondoan  de  16h30  à 19h30 ■ Vendredi 5 à Larresore, salle  polyvalente  de  16h30  à 19h30 ■ Mercredi 10 à Bidache, salle Polyvalente de 15h30 à 19 h ■ Jeudi 11 à Salies de Béarn, pavillon Saleys-Ravel Rotonde de 15h à 19h ■ Vendredi 12 à Biarritz, sous la Tribune Kampf au stade Aguilera de 15h à 19h30 ■ Mercredi 17 à Hendaye, salle  de  l’Autoport  de  7h30  à 11h30 ■ Vendredi 19 à Hasparren, Maison  Services  Publics  Elgar de 15h30 à 1h30 ■ Lundi 22 à Saint Martin de Seignanx,  salle  Camiade  de 15h30 à 19h30 ■ Mardi 23 à Anglet, Maison pour tous de 15h30 à 19h30 ■ Mercredi 24 à Anglet, Maison  pour  tous,  de  15h30  à 19h30 ■ Jeudi 25 à Anglet,  Maison pour tous de 10h à 14h ■ Vendredi 26 à Saint-Jeande-Luz, aux anciens tennis couverts de 15h30 à 19h30 ■ Lundi 29 à Saint-Palais, salle  paroissiale  Hitz  Argi  de 7h30 à 11h30 ■ Mardi 30 à Saint Palais, salle paroissiale  Hitz  Argi  de  15h  à 19h.

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3

taire peut donner son sang, il recevra après son premier don un courrier lui précisant son groupe.

Quelques vérités

➜ Il suffit d’être en bonne santé pour donner son sang : faux, pour donner son sang il faut être reconnu médicalement apte au don par un médecin de l’EFS et ne pas avoir été dans une situation considérée à risque. ➜ Il suffit de donner son sang une fois par an : faux, pour assurer l’autosuffisance de la France en  produits  sanguins,  chaque donneur devrait donner son sang 2 fois par an. ➜ Après un détartrage, je peux donner mon sang : faux, il convient d’attendre 7 jours pour éviter tout risque de transmission de bactéries. ➜ Le receveur reçoit une poche de sang telle que je l’ai donnée : faux, le sang est séparé en ses différentes composantes. La  personne  malade,  ne  reçoit que ce dont elle a besoin. ➜ Les jeunes ne donnent pas leur sang : faux, 30 % des donneurs ont moins de 30 ans. ➜ Je ne connais pas mon groupe sanguin, donc je ne peux pas donner : faux, le volon-

➜ Les besoins des malades en produits sanguins augmentent plus vite que le nombre de dons : vrai, l’EFS a besoin de 10 % de dons supplémentaires par an pour  assurer  des  produits  sanguins à toutes les personnes malades. ➜ Il existe plus de 150 sites fixes pour donner son sang : vrai, il y a 178 sites fixes partout en France. Pour le Pays basque il se situe à Biarritz, 10 rue Manuel Jaudel. ➜ Il n’existe aucun produit capable de se substituer au sang humain : vrai, le sang humain est irremplaçable et présente des caractéristiques  trop  complexes pour être substitué par un autre produit. ➜ Après un tatouage, je dois attendre 4 mois avant de donner mon sang : vrai, tout passage de la barrière cutanée représente un risque de transmission de virus. ➜ Il faut peser 50 kg pour donner son sang : vrai. On ne peut prélever plus de 13 % du volume sanguin alors que l’on doit prélever  450 ml  de  volume  sanguin pour obtenir un bénéfice thérapeutique. ➜ Si une anomalie est détectée dans mon sang, je serai averti : vrai,  le  donneur  reçoit une  lettre  pour  effectuer  des tests de contrôle nécessaires. ➜ Quand je donne mon sang, je donne aussi des plaquettes : vrai, les plaquettes sont l’une des composantes  du  sang  avec  les globules rouges et le plasma. ■

➜ En savoir plus : www.dondusang.net 0 800 744 100


17

à votre service

communiqué

SERVICES

Vitale

Une carte plus fiable fiable, pratique et sûre, votre carte Vitale est à présenter à tous les professionnels de santé.

L

a  nouvelle  carte  Vitale comporte  votre  photo. C'est  le  changement  le plus  visible,  elle  est  aussi  plus sûre,  et  pourra  comporter  plus d'informations. La  nouvelle  carte  Vitale  est conçue pour être évolutive. Elle pourra héberger d'autres informations que les données administratives  qui  y  figurent actuellement, pour vous rendre encore plus de services et vous simplifier la vie.

Plus de sécurité La nouvelle carte Vitale bénéficie des dernières avancées technologiques en matière de sécurité. Elle dispose ainsi d'une sécurité renforcée pour l'authentification de la carte et de son titulaire, et pour la signature des feuilles de soins électroniques. C'est aussi la première carte à puce conforme au standard défini par l'État pour l'administration électronique. La nouvelle carte Vitale est dé-

sormais  diffusée  par  toutes  les caisses  d'Assurance-maladie. Cette  diffusion  progressive concerne  aujourd'hui  les  personnes qui n'ont pas de carte Vitale  (nouveaux  bénéficiaires, jeunes de 16 ans) et celles qui  ont  besoin  de  remplacer  leur carte  Vitale actuelle (carte  Vitale perdue, volée ou  défectueuse). Vous n'avez aucune démarche à faire, c'est votre caisse d'Assurance-maladie  qui  vous contactera.

Mise à jour D’autre  part,  mettre  à  jour  sa carte Vitale,  chaque  année,  est un  réflexe  indispensable.  Cette opération actualise vos droits en tant qu'assuré à l'Assurance-maladie  et  garantit  la  prise  en

charge efficace de vos dépenses de santé. Vous pouvez mettre à jour votre carte Vitale  dans  les  bornes  de mise à jour installées dans toutes les caisses d'Assurance-maladie, les pharmacies et  dans  certains établissements  de santé.  C'est très  simple  à réaliser et cela ne vous prendra  qu'une minute. Si vous ne pouvez pas vous déplacer,  il  vous  suffit  d'envoyer votre carte Vitale à votre caisse d'Assurance-maladie, accompagnée d'une demande de mise à jour.Une  fois  celle-ci  effectuée, votre  carte  Vitale  vous  sera  renvoyée  dans  les  plus  brefs  délais. ■ ➜ En savoir plus : www.ameli.fr

Attention aux faux courriels Le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé alerte les internautes sur l'envoi de courriels frauduleux utilisant abusivement le nom du ministère. Prétextant une vérification de données, ces courriels invitent les assurés sociaux à communiquer leur numéro de carte Vitale et de carte bancaire. Sachez qu’en aucun cas, le ministère ne demande en ligne ce genre d'informations. Soyez vigilants ! Il s'agit en fait d'une technique d'escroquerie en ligne intitulée hameçonnage (ou "phishing"). Elle est utilisée par des escrocs pour

obtenir des renseignements personnels. La technique consiste à faire croire que vous êtes bien sur le site du ministère de la Santé, afin de vous soutirer votre numéro de carte bancaire. Si vous avez reçu ce courriel frauduleux, n'y répondez surtout pas et supprimez-le de votre boîte de messagerie.  Si  vous  avez  déjà  communiqué  vos données bancaires (n° de carte bleue par exemple), prévenez rapidement votre banque pour faire opposition.

Maison Couderc Orthopédie 1 av. Léon Bonnat 64100 BAYONNE Tél. 05 59 59 77 48 La ceinture de traction lombaire soulage efficacement la douleur, réduit la pression au niveau des vertèbres lombaires en élargissant l'espace entre eux. Elle soulage également la pression due au poids et aux mouvements de la colonne lombaire et réduit de ce fait le pression intra-discale.

pRATIqUe ■ Les numéros d’urgences

15

17

18

3624

SAMU

Police Gendarmerie

Pompiers

SOS Médecin 24H/24

Comment trouver un médecin de garde ? ■

essayez tout d'abord de téléphoner à votre médecin traitant, il y a souvent un message vocal mentionnant le nom et le numéro du médecin de garde aux horaires de fermeture du cabinet. Gardez un papier et un crayon à côté du téléphone pour noter. autrement, composez le 112 et demandez à connaître le nom, le numéro de téléphone et l'adresse du médecin de garde le plus proche. enfin, et en dernier recours, rendez-vous aux urgences les plus proches. si vous ne savez pas où elles se trouvent, une recherche rapide sur internet ou en composant le numéro des renseignements vous aidera (118 008, 118 218, 118 712, etc.)

Comment trouver une pharmacie de garde ? ■

Week-end et jours fériés : vous pouvez demander au médecin qui vous délivre l’ordonnance ou consulter l’affichage sur la vitrine de votre pharmacie ou son répondeur téléphonique, faire une recherche sur des sites web spécialisés (3915, 3237.fr, pharmaciesdegarde.com …) ou appeler votre commissariat (Police secours au 17) ou votre gendarmerie. la nuit en semaine : après 19h, voire 20h, votre pharmacie sera fermée. uniquement en cas d’urgence, une officine assurera la délivrance de vos médicaments. Pour la connaître, composez le 15 (samu) ou rendez-vous directement à votre commissariat ou gendarmerie avec l’ordonnance et votre carte vitale. ce service est réservé aux impératifs absolus et vous devrez alors téléphoner à l’officine indiquée avant de vous y rendre.

Comment joindre une infirmière ? ■

Pour joindre une infirmière vous pouvez : - chercher dans les pages jaunes de l’annuaire téléphonique - demander à votre médecin traitant - vous pouvez aussi composer le 15 uniquement en cas d’urgence vitale.

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3


18

à votre service aide financière

pour vous aider à arrêter de fumer

BON à SAVOIR

Quels documents pour une hospitalisation ? Vous êtes admis à la suite d'une urgence : les formalités seront  réduites  au  minimum, vous  ou  l'un  de  vos  proches devrez toutefois présenter les documents nécessaires au bureau des Admissions dans les meilleurs délais. Vous êtes admis à la suite d'une consultation ou d'un rendez-vous, dans ce cas, munissez-vous : ➜ de votre carte d'identité, ou de votre carte de séjour ; ➜ de votre carte Vitale et de l'attestation papier l'accompagnant, ou à défaut, des pièces répertoriées plus loin ; ➜ d'un justificatif de domicile (facture  EDF,  quittance  de loyer) ; Munissez vous aussi des documents relatifs à votre couverture santé complémentaire : ➜ de votre carte d'adhérent à une mutuelle. ➜ de  votre  attestation  CMU (couverture  maladie  universelle) complémentaire ; ➜ de votre attestation d'aide médicale État ; ➜ de la feuille de suivi de la maternité. Dans  le  cas  d'un  accouchement, n'oubliez pas la feuille de suivi de la maternité. Sachez  également  que,  dans tous les cas, vous devez communiquer  au  service  des  admissions  les  coordonnées  du médecin traitant que vous avez déclaré à la sécurité sociale. Dans le cas d'une hospitalisation programmée, et si vous n'avez pas déjà un dossier au sein de l'hôpital , pensez à apporter toutes les informations médicales  même  anciennes, en votre possession :

➜ votre carnet de santé ; ➜ les  ordonnances,  résultats d'analyses, radiographies, électrocardiogrammes,  carte  de groupe  sanguin,  la  lettre  de votre médecin ;

pour vous arrêter de fumer il existe des substituts nicotiniques que l’on trouve en pharmacie. savez-vous que vous pouvez bénéficier d’une aide financière ?

➜ la lettre de votre médecin traitant. Dès votre arrivée, pensez également à indiquer à l'infirmière si vous suivez un traitement. Si vous n’avez pas de carte Vitale, voici  les  documents qu'il faudra remettre au bureau des admissions selon votre situation. ➜ si vous êtes salarié(e) : votre dernier bulletin de salaire ;

50 euros par an sont remboursés

➜ si  vous  êtes  chômeur  indemnisé, votre dernière attestation Assedic ; ➜ si  vous  êtes  retraité(e) : votre titre de retraite ; ➜ si vous êtes ressortissant de l'Union  européenne  (U.E.), votre carte européenne d'Assurance-maladie ou le formulaire E111 ou E112 ; ➜ si  vous  venez  d'un  autre pays,  en  dehors  de  l'U.E.,  la prise  en  charge  délivrée  par votre  organisme  de  sécurité sociale. Si  vous  ne  pouvez  fournir aucun de ces documents, votre caisse  d'Assurance-maladie peut  établir,  sous  certaines conditions, une attestation en urgence de la C.M.U. de base ou  une  attestation  de  l'Aide médicale de l'État. Cette procédure se fera à votre demande ou  à  l'initiative  de  l'établissement  hospitalier  dans  lequel vous êtes admis.

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3

L

'Assurance -maladie vous accompagne dans l'arrêt  du  tabac.  Elle prend  en  charge,  sur  prescription médicale établie par un  médecin  ou  une  sagefemme,  les  traitements  par substituts  nicotiniques (patch, gomme, pastille, inhalateur…)  à  hauteur  de  50 € par année civile et par bénéficiaire. Pour les femmes enceintes, ce montant est porté à 150 €. Pour bénéficier de cette prise en charge, les substituts nicotiniques doivent figurer sur la liste  des  substituts  nicotiniques  remboursables  par l'Assurance-maladie. Ils doivent être prescrits par un  médecin  ou  une  sage-

femme sur une ordonnance consacrée  exclusivement  à ces  produits ;  aucun  autre traitement ne doit figurer sur cette ordonnance.

C’est simple et pratique Votre pharmacien vous délivrera  les  substituts  nicotiniques  (patch,  gomme, pastille,  inhalateur…)  qui vous  ont  été  prescrits. Vous devrez les lui régler directement,  la  dispense  d'avance des frais (tiers payant) n'étant pas prévue dans le cadre de ce dispositif. À noter que vous n'êtes pas obligé d'acheter en une seule fois le traitement qui vous a été  prescrit ;  vous  pouvez échelonner vos achats.

Pour  que  vous  soyez  remboursé,  votre  pharmacien transmet  directement,  via votre carte Vitale, une feuille de soins électronique à votre caisse d'Assurance-maladie. À défaut, il vous délivrera une feuille  de  soins  papier  que vous enverrez vous-même à votre caisse d'Assurance-maladie. À noter que les substituts nicotiniques peuvent éventuellement  être  pris  en  charge par votre mutuelle ou votre assurance  complémentaire santé, si le contrat que vous avez souscrit le prévoit. Renseignez-vous auprès d'elle.■ ➜ En savoir plus : www.ameli.fr


20

le magazine de la santé au Pays Basque

détente

octobre 2012

n° 3

solutions en page 23


21

détente

solutions en page 23

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3


22

le magazine de la santé au Pays Basque

détente

octobre 2012

n° 3

solutions en page 23


23

détente

le magazine de la santé au Pays Basque

octobre 2012

n° 3



mag3