Page 1

1 Environnement : la nature aide la nature >

Qu’est ce qu’un auxiliaire?

> La prolifération des ravageurs montre un déséquilibre dans la nature. Lorsqu’ils se multiplient sans contraintes, les ravageurs causent plus de dégâts aux cultures. (ex. pucerons, pyrale du maïs, aleurodes, doryphore, etc).

La ferme de Viltain - Juin 2008

> Les auxiliaires de culture sont des : - prédateurs (ex. la coccinelle mange le puceron), - parasites (ex. les œufs de trichogramme sont pondus à l’intérieur des larves de la pyrale du maïs. Ils se nourrissent de leur hôte, puis les tue), - agents de certaines maladies qui détruisent les nuisibles (ex. les virus et champignons qui affectent les insectes et les éliminent). - insectes pollinisateurs, responsables de l’amélioration de la

fécondation de plantes (ex. bourdons pour polliniser les tomates sous serres). > Favoriser les auxiliaires, c’est tirer parti de la lutte naturelle pour maîtriser le développement des ravageurs et améliorer naturellement les rendements d’une culture. > Conserver ou restaurer les habitats et populations d’auxiliaires, c’est s’attacher les services gratuits d’une multitude d’espèces.


2 Environnement : la nature aide la nature >

Le rôle des haies.

> Rôles de haies de la cueillette : - régulation des inondations, lutte contre l’érosion et fixation des sols, - gain de productivité par leur effet brise-vent qui améliore la précocité des cultures, - réservoir d’auxiliaires autochtones. > Comment faire le bon choix dans les espèces présentes dans les haies? - les espèces locales abritent des auxiliaires autochtones (il faut dans l’idéal 10 espèces de feuillus dans une haie pour en abriter le plus possible), - les espèces à feuillage persistant (ici le troène a feuilles semi caduc) hébergent des insectes auxiliaires en hiver, - les espèces à stades de floraison variés permettent d’allonger la période d’alimentation par le pollen pour les acariens auxiliaires.

Par exemple, prunier (mars avril) et viorne (mai juin), - les espèces à baies non toxiques pour l’alimentation hivernale des oiseaux, - le chèvrefeuille, la viorne tin, le cornouiller, le noisetier, le chêne vert, le chêne pubescent, l’orme... abritent des acariens auxiliaires. > Les arbustes constituant les haies de la cueillette (viorne; prunier sauvage; troène; noisetier, rosiers sauvages, etc.) ont été choisis avec attention de manière à abriter des auxiliaires utiles à la vie de la cueillette.


3

Environnement : la nature aide la nature >

Le cycle des végétaux: rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

> Tout au long de la saison, les arbres et arbustes sont taillés, certains fruits et légumes non désirés sont retirés des pieds pour laisser les plus jeunes murir. > Pour éviter toute perte inutile de ces déchets végétaux : - sois nous les enfouissons en tant qu’engrais vert. - sois nous le compostons pour les épandre en hiver.

> Ainsi, tous les nutriments présents dans ces végétaux sont dégradés progressivement par des micro-organismes du sol. Une fois dégradés, les nutriments sont de nouveaux disponibles pour nourrir les plantes. C’est la fertilisation organique qui peut aussi être apportée par du fumier.

Jean Germain, responsable des animaux

Co mp

os t


Nos cultures >

1

La conduite des vergers: produire sainement de bons fruits en respectant les arbres.

> 20 variétés - 4 Ha - 8 000 arbres. > 4 vergers séparés entre eux pour limiter les risques de gel. > 100 T récoltées par an pour les produits transformés « Clos Perrière », le reste est cueilli directement par nos clients sur place.

> Utilisation de méthodes de culture issues de l’agriculture Biologique : - broyage de feuilles mortes en hiver (casse le cycle de la tavelure). - taille traditionnelle des arbres : recherchant leur aération (évitant la prolifération de maladies). réduisant le nombre de fruits, améliorant leur qualité et évitant de fatiguer les arbres. - nutrition raisonnée des arbres de manière à ce qu’ils ne soient pas trop vigoureux (évitant ainsi la présence de pucerons et facilitant la taille). - allées enherbées de manière à limiter l’érosion du sol et créer un milieu favorable aux insectes utiles. - comptage régulier de ravageurs à l’aide de pièges pour raisonner la conduite du verger.

- confusion sexuelle grâce à des phéromones pour limiter la reproduction du ver de la pomme (Carpocapse). - lâchers de Typhlodromes (prédateurs d’acariens nuisibles aux pommiers). - nichoir à mésanges dans les vergers pour inciter leur présence et limiter naturellement la présence d’insectes ravageurs. > Un goût du fruit préservé : - utilisations de méthodes de cultures traditionnelles (non intensives). - une préférence donnée à de nombreuses variétés rustiques privilégiant le goût, la biodiversité et la résistance aux maladies à un rendement en fruits élevé.

Dominique Carré : responsable taille des arbres et irrigation


Nos cultures >

2

Nos fraises en jardin suspendu: une alternative propre à des impasses agronomiques.

> Implantation en 2009 - 1 Ha - 3 600 m de gouttières 30 000 plans mis en place chaque année. > Une production de juillet à fin octobre en continu (et de mai à juillet en fraises de plein champ). > 2 T de fraises sont cueillis chaque année pour les produits « Clos Perrière », le reste est cueilli par nos clients.

> Utilisation d’un support de culture naturel (écorce de pin des landes composté) qui permet de solutionner des impasses agronomiques : - accumulation de maladies dans le sol. - moins de mauvaises herbes (l’écorce de pin est traitée thermiquement pour tuer les mauvaises herbes). - une nutrition parfaitement maitrisée par l’apport directement dans les sacs des nutriments adaptés aux besoins de la plante à différents moments de son cycle. - situées en hauteur, les fraises sont moins susceptibles d’être attaquées par des ravageurs (limaces, corbeaux).

r od es p Jo le d s e p h Huot, responsab

> Une solution propre : - pas de traitement du sol ou herbicide dans le jardin suspendu. - réduction de 50% de l’eau utilisée pour irriguer une

culture plein champ de fraise traditionnelle. - récupération des eaux de drainage pour irriguer la rhubarbe. - la présence d’herbe au sol empêche l’érosion et favorise un milieu favorable aux insectes utiles. - pas d’éclaboussure de terre sur les fruits après une pluie. > Un goût de fruit préservé : - il n’y a pas de différence entre la composition et la qualité gustative et nutritionnelle d’un fruit nourrit avec des engrais organiques ou chimiques. - variétés sélectionnées pour leurs qualités gustatives et leurs résistances aux maladies. - en évitant les traitements du sol et des mauvaises herbes, nous limitons leur impact environnemental sur les fruits.

En plus, vous n’avez plus besoin de vous baisser pour cueillir vos fraises et vous allez plus vite pour les récolter !!!

t uc

io ns

de

la c uei llett e


Nos cultures >

Comment produisons nous de « vraies » tomates?

> 10 000 pieds de tomates - production de 35 T de tomates par an. > Seuls 5 T servent à la fabrication des produits « Clos Perrière », le reste est cueilli directement par nos clients.

3

> Utilisation de méthodes de cultures dites « propres » : - l’utilisation d’abris climatiques permet d’avoir des productions précoces et nécessitant moins de protection en début et fin de saison. - piégeage et comptage d’insectes prédateurs sous les abris et protection biologique intégrée en lâchant des insectes auxiliaires afin d’éviter des traitements insecticides inutiles. - l’irrigation et l’apport de nutriments sont adaptés soigneusement et régulièrement au cycle de la culture et à l’ensoleillement (capteurs présents à différents endroits).

- lâchers de bourdons pollinisateurs dans les abris pour favoriser la pollinisation avant le début de la récolte. - la taille des plants de tomates en saison est un travail fastidieux puisqu’il doit être effectué de 12 à 15 fois par pied, merci de respecter le travail des employés. > Un goût de fruit préservé : - utilisation de méthodes de culture traditionnelles (non intensives). - plus de 12 variétés de tomates sont cultivées chaque année dans notre cueillette, dont 6 considérées comme étant des variétés rustiques : vous avez le choix du bon goût !

Brahim Moussa, responsable de cultures sous abris

Nos bonnes pratiques agricoles - Clos Perrière  

panneaux pédagogiques

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you