Page 6

6

WWW.PHARMAGORAPLUS.COM

LES 2 ET 3 AVRIL 2016 A PARIS, PORTE DE VERSAILLES, HALL 3

LE JOURNAL

LES ENTRETIENS PHARMACEUTIQUES À LA RECHERCHE D’UN SECOND SOUFFLE Véritable révolution dans le monde de la pharmacie, les entretiens officinaux confortent le rôle du pharmacien dans le parcours de soins. Mais l’engouement du départ s’essouffle. Assurance maladie et syndicats comptent bien les relancer grâce à de nouvelles dispositions.

T

out avait bien commencé. Instaurés par la Convention pharmaceutique de 2012, les premiers entretiens pharmaceutiques avaient débuté en fanfare, en juillet 2013, avec les patients traités par AVK et affichaient, fin 2014, un bilan positif. Du côté des patients, plutôt conquis par le dispositif, et du côté des pharmaciens, fortement mobilisés. On s’attendait donc au même enthousiasme pour les entretiens pharmaceutiques « Asthme » lancés en 2015. Mais, là, le succès est loin d’être aux rendez-vous. En grande partie à cause des conditions de recrutement, très restrictives : les patients asthmatiques majeurs sous corticoïdes inhalés « pour lesquels, stipule l’avenant n° 4, aucun traitement de fond n’a été délivré dans les 4 mois précédant la date de la première dispensation ». Cet échec ne signe pas pour autant la fin des entretiens pharmaceutiques. L’assurance maladie et les syndicats continuent en effet d’y croire.

UN ATOUT STRATÉGIQUE « L’accompagnement des patients pour une meilleure observance au traitement est un enjeu de santé public », rappelle Philippe Gaertner, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). Il vise à diminuer les risques –et donc les coûts– liés à la mauvaise utilisation des médicaments. Exemple : les AVK qui arrivent en tête des médicaments responsables d’accidents iatrogènes graves, et dont le mésusage cause quelque 17.300 hospitalisations chaque année en France et 4.000 décès. Mais, la prévention et l’économie de santé ne sont pas les seuls arguments en faveur des entretiens pharmaceutiques. C’est aussi un atout stratégique pour les officinaux. Ils renforcent leur rôle dans le parcours de soins des patients et le valorise. « Il ne faut pas attendre qu’on nous les impose », insiste Lucien Bennatan, le président du groupe PHR en rappelant que, si le conventionnement permet leur rémunération, la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST) de juillet 2009 permet, elle, de les initier en dehors du cadre conventionnel. « Aujourd’hui, poursuit-il, ils devraient être proposés de manière générique quel que soit la pathologie. »

dans lequel il aura un accueil bienveillant et il sera tout à fait à l’aise pour demander un conseil ». C’est un nouveau mode d’organisation. Et un levier de croissance pour les officines. « Il faut que les pharmaciens s’y investissent, martèle Philippe Gaertner, et mettent toute en œuvre pour réaliser ce qui pourrait bien être demain un « acte pharmaceutique ».

DES CONDITIONS DE RECRUTEMENT ÉLARGIES En attendant, pour inciter les pharmaciens à réaliser davantage d’entretiens pharmaceutiques, les syndicats et l’Assurance maladie ont amélioré le dispositif. L’accompagnement des patients sous anticoagulant oral, initialement réservé aux seuls AVK, est ainsi étendu aux anticoagulants oraux par voie directe (AOD) et celui des adultes asthmatiques adultes à tous les patients sous corticoïdes inhalés et non plus uniquement ceux en initiation de traitement. La grille tarifaire a, elle aussi, été revue : 40 € la première année pour 2 entretiens, et 30 € les années suivantes qui ne comporteront non plus 2 mais 1 entretien annuel (plus 2 questionnaires d’observance).

NOUVEAU – PHARMAGORA STAND B04 ----PPÉS D É V E LO AVEC UN MME S AG E - F E -----

Proposez des soins alliant PLAISIR ET EFFICACITÉ pour les futures et jeunes mamans Hypoallergéniques 0% paraben, phtalate, nano, phénoxyéthanol, alcool Compatibles avec l’allaitement 100% fabriqués en France Sensoriels

Les entretiens pharmaceutiques renforcent le rôle des pharmaciens dans le parcours de soins des patients.

DE NOUVELLES PRATIQUES « Pour éviter le défaut d’observance, il faut prendre le temps d’expliquer le pourquoi du comment du traitement au patient. L’explication du pharmacien conforte la prescription du médecine », assure Philippe Gaertner. Quitte à bousculer les modes de communication traditionnels à l’officine. « Il faut réapprendre au client que le pharmacien est non seulement un intermédiaire de confiance compétent pour parler des traitements médicamenteux, mais qu’il est aussi disponible », explique David Van Acker, Directeur Commercial chez Mobil M. Accoutumés à se rencontrer quand bon leur semblait, séparés par un comptoir, pharmaciens et patients doivent prendre un rendez-vous et échanger en tête-à-tête dans un espace de confidentialité. « L’aménagement doit parler de lui-même dès l’entrée dans la pharmacie », insiste David Van Acker. Avec un espace dédié à l’offre commerciale et un espace dédié aux entretiens, type cabine de confidentialité. « Ce lieu, visible, reprend le directeur commercial de Mobil M, doit être tout de suite perçu par le patient comme un «refuge»

www.daylilyparis.com – pro@daylilyparis.com

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT SUR WWW.PHARMAGORAPLUS.COM/JOURNAL

Profile for CloserStill Media

PharmagoraPlus Journal 2016  

PHARMAGORAPLUS ÉVOLUE TOUT COMME VOTRE PROFESSION Découvrez le Journal officiel de PharmagoraPlus, le salon de la pharmacie du futur.

PharmagoraPlus Journal 2016  

PHARMAGORAPLUS ÉVOLUE TOUT COMME VOTRE PROFESSION Découvrez le Journal officiel de PharmagoraPlus, le salon de la pharmacie du futur.

Advertisement