Page 1

WORK SHOP PARIS 23-24 DECEMBRE 2010 CECILE REBETEZ


L’ECLAIREUR RUE DE SEVIGNE N°40 PARIS 3EME


HISTOIRE Les magasins L’ECLAIREUR sont une institution à Paris en matière de mode, de luxe et de tendance. Pour la petite histoire Armand Hadida ouvre en 1980 son premier point de vente aux Champs Elysées, au sous-sol d’une galerie. Une manière d’affirmer son parti pris, en proposant aux clients des vêtements de créateurs qui allaient devenir les phares des décennies à venir. Premier à diffuser en France des marques telles que les Girbaud, Prada, Helmut Lang, John Galliano, Ann Demeulemeester, Dries Van Noten, Martin Margiela, L’ECLAIREUR a ouvert depuis quatre autres boutiques, qui se sont imposées comme de véritables lieux, des rendez-vous pour tous les aficionados que le seul mot « shopping »,terrifie. Choix ultra pointus, service sur mesure, le client devient chez L’ECLAIREUR, l’invité d’une histoire dont les créateurs sont les acteurs. En 2009, un nouveau défi est relevé. En confiant la réalisation de leur nouveau lieu à Arne Quinze, L’ECLAIREUR va encore plus loin. Il ne s’agit pas d’une simple boutique, mais d’une véritable installation interactive, où chaque visiteur va vivre une expérience particulière. C’est dans le secret de l’architecture inédite de ce lieu qu’il faudra chercher les réponses, découvrir la sélection d’Armand et Martine relayée par la technique. La réalité et l’illusion s’y frôlent dans un jeu permanent. La nuit, le lieu devient même parfois galerie, véritable espace expérimental rythmé par les projections vidéos.


CONCEPT L’ECLAIREUR est un concept à lui même. En effet, plus de deux tonnes de planches de bois ont été livrées pour que la scénographie prenne corps, sous la forme d’une sculpture organique, aux parois animées par la présence d’écrans numériques. Fixés, ils semblent en apesanteur. Le concept à été conçu par le designer belge Arne Quinze. Le couple Martine et Armand Hadida a décidé de créer un espace différent de tout autres boutiques, ils ont voulu prouver que pour la vente de la mode, il n’est pas obligatoire de la montrer, et c’est pourquoi ils ont décidé de cacher une partie des vêtements, laissant la place à l’imagination. Un mélange d’art, de marques de luxe et de technologie comme le Touch Microsoft table ou les 147 écrans sur les murs en bois, cartons, polystyrène et aluminium, ainsi que les murs surprise qui montent et descendent, cache ou montre les vêtements. le nouvel ECLAIREUR de est certainement la nouvelle destination shopping de Paris. «Ce n’est pas un magasin», a déclaré Arne Quinze, «C’est une expérience. Ce projet est la mise en forme d’un rêve, une intention nourris avec des émotions, des histoires, des souvenirs, comme un conte dans lequel j’espère que tout le monde peut trouver un peu de lui-même»


ARCHITECTURE ET ENTREE L’ECLAIREUR est placé dans une petite ruelle discrète, ou l’entrée n’est pas du tout voyante ni signalée, il ne possède pas de vitrines donnant sur la rue. C’est le souhait du couple fondateur. L’ECLAIREUR ne doit pas être un lieu de shopping ouvert à tous. En effet, il doit être un lieu de découverte et visité par des connaisseurs. L’entrée se fait par un petit couloirs, déjà dans le concept du magasin. Le visiteur se demande dans quel monde il va entrer. Au moment de franchir la porte, c’est la grande surprise. Le décors impressionne, les yeux ne savent plus où regarder tel le spectacle est énorme.


DISPLAY L’ECLAIREUR à son propore style de display. En effet, il est rare de voir des parois modulable par le simple fait de presser un petit bouton. Ces parois laissant apparaître un choix de vêtements simplement allignés sur une barre. Quelques casiers sont également incrustés dans le mur, pouvant présenter une paire de chaussures, un chapeau, un foulard ou encore un sac à main, L’ECLAIREUR possède également quelques tables d’exposition, au centre de la surface.


MISE EN PLACE DE LA MARCHANDISE Au sein du magasin, la marchandis est exposé de manière très simple. La plus part des pièces sont placées sur cintres et exposé grace au système mural rabattable électriquement. Quelque articles comme sac à main, chaussures, chapeaux sont exposés sur des tables, au centre de la surface. Dans les mur, quelques articles sont disposé dans de petits casier encastrés. Il est possible d’essayer les articles dans de simples cabines d’essayages séparé par de long rideaux. Ces dernières sont modulables. En effet, lorsqu’elles sont ouvertes, l’espace est libre et grand, aucune armature au sol n’est visible.


CIRCULATION La circulation au sein de L’ECLAIREUR se fait naturellement. Aucun circuit précis n’est proposé, mais l’architecture du lieu permet un circuit rond, de manière à faire passer le visiteurs partout. Aucun sans-issus. La circulation se fait librement, mais le visiteurs à tout de même besoin du personnel pour découvrir le petit secret de L’ECLAIREUR. En effet, une petite pièce secrète reste à découvrir, c’est la Room Book d’Electronic Shadow, appelé Superfluidity, une installation interactive musicale en réseau. Dans la pièce noire se dresse un instrument musical et visuel un peu particulier. Connecté à internet, il permet de créer des couches sonores et de les faire résonner sur le réseau qui peut répondre à tout moment, les internautes ayant la possibilité de participer à disantance. Cet environnement visuel propose de créer une sorte de phrase sonore qui viendra se superposer aux autres dans un espace collectif en perpétuelle construction.


ECLAIRAGE, ANALYSE DES MATERIAUX ET LEUR APPLICATIONS Chez L’ECLAIREUR, les materiaux utilisés remplissent tout un chapitre. En effet, le concept du magasin est en grande partie basé sur les materiaux composant sa construction. Les différentes matières formants les parois du magasin, telles que le bois, le carton, le polyestère ou encore l’aluminium donne une atmosphère très particulière et inhabituelle. La couleur aluminium étant la teinte principal pourrait traduir un sentiment de froideur, de robustesse et de dureté. L’envie d’y passer un doigt par curiosité est inévitable ! Le sol et le plafond étant de couleurs foncé voir noir incite le visiteurs à se concentrer sur les murs, etant le support de vente. La lumière artificielle est inéxistante au plafond. Quelques rayons de lumière naturelle provenant du plafond éclairci la surface plongé dans l’obscurité. La lumière indirecte est très présente dans les murs. Chaque casier encastré et chaque système mural à son propre luminaire, invisible et indirect.


PERSONNEL Chez L’ECLAIREUR, le personnel est très présent. Il sert de conseillé, mais également de guide et de compteur. En effet, il sait raconter l’histoire de L’ECLAIREUR et de son concept. Il sait être professionnel et servir sa clientèle comme dans tout bon commerce. Grace à lui, le visiteur à accès à des explications personnalisé. Il est parmis bien d’autres raison, indispensable de s’adresser à lui afin de découvrir la pièce noir. Car sans son conseil, il n’est tout simplement inimaginable que L’ECLAIREUR possède une pièce secrète.


NOUVELLES TECHNOLOGIES La nouvelles technologie fait totalement partie du concept de L’ECLAIREUR. Les quelques 147 écrans numériquesa incrustés partout dans les mur ainsi que pour la première fois dans un commerce parisiens la Touch Microsoft table en sont bien la preuve. Les petits écrans nous proposent divers visuels tels que visages, yeux, sourir ou simple couleurs, formant ainsi une unité au sein du magasin. La Touch Microsoft table permet la visualisation de tous les articles du magasin, ainsi que la présentation des autres magasins L’ECLAIREUR.


SENTIMENT PERSONNEL J’ai beaucoup aimé cette visite. Je n’avais jamais vu en réalité un concept aussi tape à l’oeil. Ce fut une très bonne expérience. Bien que mes moyens ne correspondants pas à ceux des clients de L’ECLAIREUR, ce serait un grand plaisir pour moi d’y retourner, et peut-être d’y emmener quelque connaissances afin de partager cette belle expérience. Comme dit plus tôt, je pense que L’ECLAIREUR est un passage obligatoire dans sa visite de Paris. L’envie de tout toucher était très forte, mais cette ambiance très «futuriste» et inhabituelle me rendait timide.


MERCI 111 Boulevard Beaumarchais Paris


HISTOIRE A 60 ans passés, Marie-France Cohen, qui a créé la marque pour enfant Bonpoint, a décidé d’ouvrir un concept store solidaire le 5 mars 2007. Un projet révolutionnaire auquel elle a consacré trois ans de sa vie. La boutique s’appelle Merci, avec plus de 1 500 mètres carrés, situé au 111, boulevard Beaumarchais, à Paris dans le 11ème. Elle reverse l’ensemble de ses bénéfices à une fondation soutenant les femmes et les enfants malgaches. C’est en fait le premier concept store à but caritatif. On y trouve un bric à brac dans l’air du temps, rien à voir avec Colette, l’autre grand concept store parisien. Le choix d’objet est inédit. Le pupitre d’école d’Arne Jacobsen des années 1950... Il y a aussi des pièces exclusives comme la fameuse saharienne d’Yves Saint Laurent rééditée pour Merci, et également de nouvelles marques telles que Acne, Forte Forte, ...


CONCEPT Bienvenue chez MERCI, un magasin qui fait dans le beau, le bon et le bien. Dans ce loft majestueux riche de lumière, on se balade de pièce en pièce comme dans une maison, découvrant dans une malle une petite robe de créateur, achetant quelques roses chez les fleuriste, puis s’installant dans un canapé du café bouquiniste pour choisir sa prochaine lecture autour d’une limonade. Et tout cela, pour la bonne cause : les bénéfices réalisés sur vos achats sont reversés à des œuvres caritatives. Autour des créateurs de ce magasin à vocation philanthropique se sont réunis de grands noms comme Annick Goutal et sa fontaine de parfums, ou encore Stella Mc Cartney et Yves St Laurent, qui ont renoncé à leur marge commerciale pour soutenir le projet et dont vous pourrez donc acheter les créations à -30%, pour votre plaisir et… au bonheur des autres.


ARCHITECTURE Le bâtiment accueillant MERCI au Boulevard Beaumarchais à Paris possède une très jolie coure intérieure. L’entrée du magasin se trouvant au fond de cette coure, MERCI à deux vitrines donnant sur la rue. Ces vitrines pourraient parraître ordinaire si on ne connait pas le magasin. Il faut encore osé emprunter le passage et traverser la coure pour pouvoir pousser la porte de ce petit paradis. Le batiment est chic, clair et épuré se qui transmet un sentiment de calme et de simplicité. L’intérieur mêle mobilier d’époquet et escliers en métal. Le mélange s’y prête bien.


AMBIANCE GENERALE On se sent très bien chez MERCI. L’ambiance chez MERCI est très calme, on se sent à l’aise et pas stressé. On peut faire le tours du magasin sans se pressé et sans être dérangé.


DISPLAY ET MISE EN PLACE DE LA MARCHANDISE Chez MERCI, les display se fondent facielement dans le concept du magasin. Les display sont la plupart du temps, du mobilier de maison ou d’appartement, mis en scène par les articles et le choix de son environnement. On se croit dans sa maison, avec ses meubles et ses petites affaires à ‘intérieur. Celui qui veut acheter un de ces meuble peut le faire. En effet, tout le mobilier est à vendre.


SIGNALETIQUE Mis à part l’enseigne sur la devanture du magasin coté rue, et le MERCI au dessus de la porte au fond de la court, la signalétique est totalement absente. J’ai moi même observé un manque de signalétique. En effet, le magasin est composé de trois étages, mais le sous-sol est très mal indiqué. Je l’ai découvert au dernier moment par «bouche à oreille», sinon je ne l’aurait pas vu.


CIRCULATION Chez MERCI, il n’y a pas vraiment de circuit prévu. Lorsque nous entrons, nous avons le choix de partir à gauche au rayon papeterie, tout droit au coins textile et chaussures, ou monter à l’étage. Un grand choix dès le début. En se déplaçant ensuite dans le magasin, il y a des zones froides, au fond d’un petit passage ou une fois arrivé, nous devons retourner sur nos pas. Je pense qu’il est facile de «rater» quelques zones du magasin.


LES MATERIAUX ET LEUR APPLICATION Chez MERCI le bois est plus que présent. C’est le matériaux le plus utilisé au sein de la surface. J’imagine que les materiaux naturels sont les plus utilisé, d’où le bois pour une grande partie de l’architecture (plafond, poutres, parquet, étagères, chaises, etc..) Le métal a également sa petite place. En effet, les escaliers sont en métal. Surement pour donner une petite touche de technologie et d’actualité autant dans le choix des materiaux que dans le soucis du style et du design.


ECLAIRAGE La luminosité chez MERCI est très clair. Grâce aux grandes vitres au mur et également au plafond, le magasin est très clair. Les murs et le plafond étant peint en blanc favorise la circulation et le reflet de la lumière naturelle. De plus, les spots installé mette très facilement les articles en valeur.


VENDEURS Les vendeurs chez MERCI sont très peu présent. Ils sont essentiellement à la caisse au rez-de-chaussé ou à la cantine au sous-sol. Peut-être sont-ils tellement discrets que je ne les ai pas vu lors de ma visite. Ils sont en général jeunes, peut-être sont-ils des étudiants qui travaillent pour payer leurs études. Le magasin étant caritatif, je pense que d’employer des étudiants corrspond au concept.


SENTIMENT PERSONNEL J’ai personnellement beaucoup aimé le concept du magasin. Le calme et la verdure dans lequel se déroule notre visite dégage un sentiment de sérénité. Le mobilier et l’architecture sont simple et pourtant très actuel. Le magasin est rempli de petites et grandes découvertes. Pouvoir s’arreter et déguster un bon chocolat chaud à la cafétéria est également très agréable. On se croit presque à la maison, Nous n’avons presque pas envie de sortir de se petit cocon.


HERMES Faubourd Saint-Honore Paris


HISTOIRE C’est en 1837 que Emile-Maurice Hermès crée son entreprise. En 1880, la maison s’installe au 24, Faubourg Saint-Honoré à Paris. C’est en 1937 que le fameux carré de soie Hermès fait son apparition. C’est ensuite en 1949 que la très connue cravate Hermès voit le jour suivi un an plus tard du premier parfum de la marque. En 1951, le fondateur décède et laisse place à son gendre, Robert Dumas. En 1978 Jean-Louis Dumas, fils de Robert Dumas succède à son père. En 1999 Hermès entre dans le capital Jean-Paul Gautier. Ce dernier accède à la direction artistique. En 2007 le premier magasin à la rue Saint-Honoré est rénové. C’est en 2008 que la marque ouvre son troisième magasin à Pékin.


CONCEPT Le magasin au Faubourg Saint-Honoré à Paris est le flag-ship de la marque. C’est un peu le musé de HERMES. En effet, on y trouve et exclusivement des articles spécifiques, mais aussi des services spéciaux tels qu’un travailleur du cuire au sein même de la boutique, un service de réclamation et d’entretiens, une zone au rayon messieurs «sur mesure» et un espace exposition. Le magasin est composé de plusieurs secteurs. La zone carré HERMES, la parfumerie, la bijouterie, la confection homme & femme, les chaussures, le linge de maison, la literie, l’aménagement intérieur et la zone VIP.


ARCHITECTURE Le magasin HERMES au Faubourg Saint Honoré à été rénové en 2007. En effet, il avait été conçu en 1837 et n’avait subi que quelques modifications. L’univers du rez-de-chaussée y gagne en clarté et un nouvel escalier tout en verre et baigné de lumière mène au premier étage. Là, les nouveaux 300m2 donnent au lieu une atmosphère plus minérale, scintillante et épurée. On observe une touche de modernité tout en respectant l’architecture existante et les éléments qui appartiennent désormais aux codes de la maison HERMES: La frise à la grecque, la mosaïque et la porte d’entrée. En effet, ces éléments sont repris dans chaque nouveau point de vente à travers le monde.


VITRINE Chez HERMES, les vitrines sont des éléments qui font parti a part entière du magasin. En général elles représentent tout à fait la marque. Elles racontent parfois une histoire. Un temps énorme, un budget et du personnel est spécialement mis en place pour la création de ces vitrines. Il y a des vitrines sur les deux cotés du magasin donnant sur la rue. A chaque nouvelle collection, c’est un événement de découvrir les vitrines qui sont alors camouflés pendant tout le temps des préparatifs.


ENTREE L’entrée du magasin HERMES annonce tout de suite la qualité du magasin dans lequel on entre. En effet, le fer forgé et le verre incarnent très bien le chic de la marque. Même encore sur le trotoir mais pourtant déjà un peu dans le magasin, les petites vitrines qui entourent la porte crées déjà une ambiance, c’est à ce moment là qu’un portier nous ouvre la porte du monde HERMES et nous souhaite la bienvenue. Accueilli par le personnel, on se sent automatiquement écouté et le bienvenue au Faubourg Saint Honoré.


AMBIANCE GENERALE Chez HERMES, le client est roi. Dès notre arrivÊ dans la magasin, une ambiance chaleureuse et attentive est ressentie. Une ambiance chic, respectueuse et haut de gamme reigne chez HERMES.


DISPLAY HERMES a un style de présentation très simple. Une table, une étagère, un mural, etc. Un aménagement simple, mais très chic grace aux matérieux choisi. Le bois foncé massif et fin à la fois transmet un sentiment de simplicité et de classe, accompagné de verre et évidemment de cuir. Le mot clé est «less is more», un assortiment très bien rangé et de faible quantité pour un effet d’exclusivité. Au rayon chaussures, une seule chaussure est présenté, la droite en une seule taille. Il faut s’adresser au personnel pour essayer les deux chaussures ou une autre taille.


CABINE D ESSAYAGE HERMES porte beaucoup d’importance à sa zone d’essayage. On y retrouve la simplicité et le chic. Les murs sont totalement recouverts de cuir (comme une grande partie du magasin) et le reste est de miroir. Lorsque nous entrons dans la zone d’essayage, les accompagnants ont la possibilité de s’installer dans de petits fauteuils afin d’attendre celui ou celle qui essaye. Il y a deux cabines d’essayage.


CIRCULATION La circulation au sein du magasin n’est pas spécialement organisé. En entrant, devant nous se trouve la zone «carré Hermès» et la zone service client et sur sa gauche la confection homme et les chaussures hommes. Sur la gauche de l’entrée se trouve la bijouterie et la parfumerie. Au premier étage, la confection femme, les chaussures femme, l’ameublement et la zone d’exposition. Il n’y a pas de circuit fixe, il est donc inévitable de repasser sur ses pas et éventuellement de «rater» quelques zones. C’est peut-être le but d’Hermès, de laisser le libre choix au client d’aller là où il veut et de ne pas se sentir forcer à quoi que ce soit.


LES MATERIAUX ET LEUR APPLICATION Chez Hermès, le matérieux prédominant est bien évidement le cuir. Il y est sous toutes ses formes. Bien entendu dans la marchandise de la marque (sac, chaussures, ceintures, sellerie, etc..) mais également dans l’architecture et la décoration d’intérieur. La majorité des murs en sont recouvert, ainsi que les poignées de portes, les rembardes d’escalier,... Le bois à également une grande place au sein du magasin. Les étagères, les meubles d’exposition et la décoration. Le verre est aussi présent dans le magasin. Beaucoup de vitrines d’expositions, quelques tablettes, parois ou décorations.


ECLAIRAGE l’environnement chez Hermès est très clair. Par les murs, soit peint en blanc ou recouverts de cuir clair, mais aussi par le sol en mosaïque clair dans le jaune, Au plafond, quelques petites lampes d’ambiance en verre flou, plus pour un effet de décoration que de lumière précise. Il y a également beaucoup d’éclairage indirect et de spot.


ESPACE VIP Rouge ! C’est le mot qui représente l’espace VIP de chez Hermès. Les murs recouvers de cuir rouge, le tapis beige clair au sol et les petit spots au plafond. Quelques fauteuils et canapés. Dans l’espace VIP se trouve également plusieurs petites vitrines de bijoux. Certainement des pièces de plus grande valeur que dans le magasin ouvert au public. Il a deux petites pièces supplémentaire où l’on peut fermer la porte.


VENDEURS Chez Hermès le personnel est très chic, prévenant, au petit soins pour le client, attentif et très souriant. Il a deux tenues obligatoire pas an. Lors de notre visite, les femmes devaient être vétu de noir avec un carré Hermès porté de la manière dont elles le souhaitaient et les hommes portaient un costume foncé avec une cravate. Le personnel est très présent dans le magasin, en période de fête ils peuvent être jusqu’à 200.


SENTIMENT PERSONNEL La visite de la maison Hermès m’a fait découvrir une famille de commerce dans laquelle je ne vais jamais, car je ne correspond pas à la clientèle cible. C’était très intéressant, mais je ne me sentais pas à l’aise dans tout ce luxe et cette gentillesse. Le magasin en lui même m’a donné beaucoup d’idée de décoration et d’utlisation de matériaux


SEPHORA Avenue des Champs-Elysees Paris


HISTOIRE Fondée en France en 1969 par Dominique Mandonnaud, Sephora fait partie depuis 1997 du groupe LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton, le plus grand groupe de luxe au monde. En 1969, Dominique Mandonnaud ouvre sa première parfumerie à Limoges. dès 1979, fort de son succès, Dominique Mandonnaud ouvre sous la marque Shop 8 une dizaine de nouveaux magasins et s’implante en région parisienne en 1988. En 1991, il rachète les 38 magasins Sephora du britannique Boots qui viennent s’ajouter à ses 11 parfumeries et c’est en 1994 seulement que le nom de Sephora s’impose au groupe. En 1996, Sephora ouvre la plus grande parfumerie du monde sur les Champs Elysées avec plus de 1300m2 de surface, 250 marques et plus de 16000 références. Peu de temps après en 1997, Sephora est racheté par le groupe LVMH qui développera la marque à l’international d’abord aux Etats-Unis puis en Asie.


CONCEPT STORE Sephora sur les Champs-Elysées, c’est un peu la vitrine de la chaine. C’est la plus grande parfumerie du monde. On ne voit plus la boutique come un lieur de vente, mais comme un espace de visite, de flânerie et de découverte dans lequel le client peut accéder librement à tous les produits, tous les parfums, toutes les couleurs pour comparer, touchr, sentir,... C’est plus qu’un lieu de vente, c’est devenu un espace ludique qui s’offre au consommateur. En plus de proposer la vente de produits cosmétique, Sephora propose des conseils beauté, des leçons de maquillage et des soins gratuits.


ARCHITECTURE La boutique est placé sur les Champs-Elysées, donc au passage de beaucoup de monde, de tout age, de toutes provenance et de tout niveaux de la société. Le magasin est tout en long, le plafond est blanc et au sol, un tapis rouge montre l’allée centrale. Le tapis rouge est une référence chez Sephora, il donne une impression de luxure pour l’enseigne. Les parois sont des étagères, remplies de produit. Le centre du magasin est rempli de niches d’expositions. Le plafond est assez haut, dans le but d’aéerer le magasin, car au sol, la masse de produits est très forte et fait très chargée.


VITRINES Chez Sephora, il y a une seule vitrine, à gauche de l’entrée. Au dessus de la porte, il y a une «vitrine» ou Sephora place généralement une grande affiche. Toute la façade du magasin est sous le même theme, y compris la composition de la vitrine. Il n’y a pas focément d’articles en exposition, mais parfois juste une mise en scène, avec une affiche et des décorations.


ENTREE En entrant chez Sephora, c’est comme entrer dans le fief de la parfumerie. On a à perte de vue parfums, crèmes, soins, maquillages,... A l’entrée et sur plusieurs mettre se trouve la «zone de promotion», c’est à dire une zone où les vendeurs nous accostent automatiquement pour nous proposer un échantillon ou un essai de parfum, maquillage, crème, etc.


AMBIANCE GENERALE L’ambiance générale au sein de Sephora est un mélange entre grande distribution et petite boutique. Grande distribution pour le grand nombre de marchandise et la masse qu’elle représente, et pour le monde qui déambule dans le magasin. Petite boutique pour le bon accueil, la gentillesse et la disponibilité du personnel. Le tapis rouge est une référence chez Sephora, il donne une impression de luxure pour l’enseigne. Le magasin diffuse un disque de musique propre au magasin Sephora. La musique s’adapte en terme de style a la clientèle. Chez Sephora, il est aussi possible de tester le produit, je le compte comme un facteur d’ambiance car il fait référence au marketing sensoriel : le toucher et l’odorat.


DISPLAY ET MISE EN PLACE DE LA MARCHANDISE Les display chez Sephora sont très massif. Ils sont noirs et blancs et répartis au centre de la surface et les murs sont recouverts d’étagères. Tout est rangé par genre d’articles et ensuite par dégradé de couleurs. Le magasin est agencé distinctement par marques. Parralèlement le coté gauche est dédié aux hommes et le coté droit aux femmes.


SIGNALETIQUE Dans le magasin Sephora, j’ai repéré deux types de signalétiques différents : La signalétique mise en place par le magasin et la signalétique mise en place par les distributeurs ou fabricants. Chacun des deux a un but très précis. Par Sephora il y a les etiquettes, les affiches et les stop-rayons, ceci étant des moyens mis en oeuvre par le magasin afin de renseigner le client, stimuler les achats d’impulsion en «stoppant» le client devant le rayon ainsi que de faciliter le repérage des rayons, des produits et des promotions. Par les marques, il s’agit de l’habillage des linéraires, de la grande publicité par les marques affichées sur les murs, la distribution de coupons ou dépliants par le personnel ainsi que quelques petits écrans publicitaires. Ces moyens sont mis en oeuvre par les distributeurs ou les fabricants pour valoriser un produit dans un point de vente. Cette signalétique correspond tout de fois à la ligne graphique de Sephora.


CIRCULATION La circulation chez Sephora se fait de manière naturelle. Le magasin étant tout en longueur, le visiteur se dirige de lui même en direction du fond du magasin pour aller y voir l’assortiment. Pour les moins curieux, les caisses se trouvant elles aussi au fond du magasin oblige à la traversé du magasin.


ECLAIRAGE Le magasin est très éclairé, les nombreux spots permettent une ambiance général et du fait que la lumière soit très forte le dynamisme du magasin est renforcé. L’éclairage au plafond est également placé dans le sens de la longueure du magasin, se qui incite inconciemment le client à «suivre» le chemin et se diriger au fond du magasin.


VENDEURS Les vendeurs chez Sephora sont partout! Ils sont en très grand nombre. Hommes et femmes, autant dans le rayon maquillage qu’au rayon parfum homme, C’est en grande partie des femmes, généralement jeunes et maquillés... Même certains hommes.. Est-ce une obligation dans leur contrat? ça je ne sais pas... Ils sont habillé de noir avec un badge Sephora avec leurs prénom. Ils sont très conseillé, à l’attention du client, toujours souriant et pret à rendre service.


NOUVELLES TECHNOLOGIES J’ai pu observer l’utilisation de quelques petits écran de démonstration ou de promotion mais pas de grandes technologies innovantes.


SENTIMENT PERSONNEL Malgré le peu de temps mis à disposition pour visiter ce magasin, j’ai beaucoup apprécier le lieu. J’y retournerais très volontier faire quelque dépenses! J’ai trouvé le choix très large et l’ambiance agréable, je pourrait facilement y passer un long moment, Les produits m’ont également l’air de bonne qualité, donc à mon prochain voyage à Paris je compte bien faire un petit tours par Sephora !


THE END WORK SHOP PARIS CECILE REBETEZ


Atelier d'enseignement Paris 2010  

Atelier d'enseignement à l'étranger, Paris 2010 L'Eclaireur // Merci // Hermès // Sephora

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you