Page 1


4

Introduction

5

Cocon : Une Approche Globale

7

Je m’informe et je deviens acteur de ma santé

10

Les autres formes de soutien possibles

11

Préparez vos consultations !

14

La prise en charge du cancer : Comprendre avant d’agir

16

un traitement adapté à chaque cancer pour lutter efficacement contre la maladie 22 La chirurgie

22

La chimiothérapie

24

La Radiothérapie

25

27

Les soins de support

28

Etre écouté, se sentir soutenu (psychologie)

29

Prévenir la douleur (Dolce)

30

Se nourrir : un plaisir et un besoin (Diététique et nutrition)

31

Soutenir

En première ligne à votre service … des équipes spécialisées

Ne pas se laisser dépasser par les démarches administratives (Assistance sociale) 32 Rester en harmonie avec son corps

36

L’éducation thérapeutique ou comment mieux vivre avec

38

Les soins palliatifs (les équipes mobiles de soins palliatifs)

39

Agir

Le mot d’accueil

Informer

Sommaire

L’Après cancer : Cocon vous accompagne ….

40

Les Infos Pratiques

41


Le mot d’accueil

Madame, Monsieur, Je me joins à l’ensemble des équipes médicales et du personnel pour vous souhaiter la bienvenue à la Clinique du Pré. En tant que Directeur Général, j’ai à cœur de promouvoir les valeurs de notre Clinique. L’attention apportée à nos patients est notre première préoccupation, et ce, quel que soit notre métier, afin que chacun puisse être accueilli et pris en charge de manière personnalisée. Lors de votre séjour, tout sera mis en œuvre pour vous offrir des soins de qualité, dans un environnement garant de notre haut niveau d’exigence en matière de sécurité des soins. L’équipe de direction, les équipes médicales, paramédicales et administratives se tiennent à votre disposition pour répondre à vos besoins et à vos interrogations. Bonne lecture !

Delphine Dupe Directeur Général

4


Introduction Pourquoi Co.C.On ? Co.C.On est l’abréviation de Coordination du Centre d’Oncologie. L’objectif est que chaque patient et sa famille soient accompagnés dès l’annonce du cancer et tout au long de sa prise en charge, pour qu’ils se sentent protégés … comme dans un cocon ! Avec nos autorisations de chirurgie de cancérologie (Digestif, Urologie, Thoracique, O.R.L), le dépistage et le traitement des cancers figurent parmi nos priorités stratégiques. Afin d’œuvrer dans le sens d’un renforcement, d’une meilleure coordination et d’une plus grande lisibilité de son activité de cancérologie, la Clinique du Pré a créé COCON ! Ce guide simple et pratique a été réalisé pour vous permettre de faire vos premiers pas dans le parcours de cancérologie dans les meilleures conditions possibles. Il va vous permettre de découvrir notre « Cocon », ses activités et les services à votre disposition. Il est complémentaire au livret d’accueil de la Clinique. Les différents chapitres peuvent être consultés séparément. Ils correspondent chacun à un type d’informations spécifiques et renseignent sur la façon dont vous pouvez être aidés. Vous trouverez également des rubriques « pour en savoir plus » qui permettent aux personnes intéressées d’obtenir plus de renseignements grâce à des publications / livrets disponibles au sein de l’établissement ou téléchargeables sur notre site internet. Ce guide s’adresse à toutes les personnes concernées par la maladie. Que vous soyez personnellement touché ou que vous soyez un proche, nous espérons qu’il vous apportera des informations pratiques nécessaires à votre prise en charge et des réponses à vos interrogations.

Ce livret vous offre un support écrit. Toutefois il ne remplace pas les échanges avec les professionnels. Nos équipes se tiennent à votre disposition pour toute demande d’information.

5


A������ C���� 02 43 77 50 50 � � � � � � I�

� � ���

A

��

� - D � �� � �

� ��� ��� � ����� � � � � P� � �� �

���

D

��

��

C�

��

�� �� �’��� �������� ��������

� ��

C�

E� ����

� C�������

�� � ��� ������ �’A ��� �

������� (S� N���������)

S � �� �� � � � � � E�

� � ��

� B ��� � �� � �

��

I��

� �� �� � � ��� � � �

P � �� � � � � � � �

N��

6

������, D��������� S � ��

� - ����� ��� � �

D � � � �� �


Cocon : Une Approche Globale

�� R

� ��� � ���� I � �� � �

��

R

� ��

��� - A �������� � �

E�

��

��

I ����� ���� �

C � �� � �� � �

S ����

R�

� � �� � � ��

R � � � � �� � � � � � S � ��

� �� � � � � � �� �

� P�������� �

R � ���� � �� �

A ��

�� �

S� K�

� ���� ������ �

� � �

� � ��

� � �

’� � �������� � �

��

� ��

��

� ����

E

��

C ����

��

S �� � �� �� � ��� �

G��������

R. ���� ����, M . P.

���� ��� S��� � � �

V���� �������� ������������

7


Notre COCON, c’est aussi, pour vous accompagner dans votre parcours de cancérologie, un lieu ouvert, accessible à tous, permettant, à chaque étape de la maladie, une prise en charge informationnelle adaptée et personnalisée.

Nous offrons un lieu d’écoute vous permettant ainsi qu’à vos proches : • d’exprimer une parole libre ; • de se poser, souffler et profiter d’un temps hors du temps médical.

Notre secrétariat d’accueil : une personne à votre écoute

Pour nous contacter : Un seul numéro Accueil Cocon : 02.43.77.50.50 Lundi-Vendredi : 9h-12h30 /14h-17h30

C’est également un lieu d’échange et de rencontres où l’on peut trouver : • des informations sur la maladie en général, ses traitements et leurs effets secondaires, ses aspects sociaux ; • des renseignements sur les ressources internes et externes à la Clinique en cancérologie ; • les coordonnées de diverses associations de soutien et d’aides locales et/ou nationales ; • des contacts avec des organismes locaux et/ou d’Etat (centres sociaux communaux, caisses d’allocations familiales, caisses de sécurité sociale…) ; • différents supports d’information (livrets, publications…).

8


Informer

9


Je m’informe et je deviens acteur de ma santé

Informer

Opérations de prévention et de dépistage Etre un acteur de santé responsable, cela signifie aussi réduire les risques de contracter une maladie. La Clinique du Pré participe tout au long de l’année à des opérations de prévention et de dépistage : • Mars Bleu : mobilisation contre le cancer colorectal, • cancer du poumon, • cancer de la prostate, ...

Espace de Rencontres et d’information de la Clinique La clinique du Pré vous accueille au sein de son Espace de Rencontres et d’Information (E.R.I.). Il s’agit d’un lieu dédié à l’écoute, l’échange et à l’information des patients touchés par le cancer et de leurs proches. L’E.R.I. vous propose une bulle pour souffler, formuler vos questions et vous renseigner en dehors des services de soins.

Agir Soutenir

Vous trouverez à l'ERI de la Clinique du Pré : • des brochures d'information sur la maladie et les traitements, des témoignages de patients, de proches ou de professionnels ; • les coordonnées des personnes ressources à l'intérieur et à l'extérieur de l'établissement (psychologues, assistantes sociales, aide juridique, prothésistes, esthéticiennes, etc.) ; • la liste des activités et des services proposés par les associations locales et nationales ; • des conseils pour mieux vivre au quotidien votre maladie ou celle de vos proches ; • un accès Internet pour la recherche d'information.

10

Des réunions d’échange pour les patients et leurs proches vous sont proposées régulièrement. Animées par des médecins et des professionnels de santé nous abordons divers thèmes selon vos demandes, comme par exemple : • les traitements • la douleur en cancérologie ; • l’alimentation ; • partir en vacances avec ses traitements, etc...


Le signe HON code est un gage de fiabilité de l’information disponible sur un site internet. Il permet notamment de protéger les internautes contre des informations médicales et de santé qui soient imprécises ou sans preuve scientifique valide. Les sites présentant ce logo sont contrôlés régulièrement par une organisation non gouvernementale.

Les autres formes de soutien possibles Discuter de ses expériences, mais aussi disposer d’un petit moment de répit et d’évasion peut, pour un temps, soulager les contraintes de la maladie et des traitements. Pour reprendre confiance en soi, certaines personnes trouvent du réconfort auprès des associations. Leur rôle de soutien peut être très important tout au long de la maladie.

Informer

Des sites internet, dotés de forums, peuvent être également des lieux d’échange. Il importe néanmoins d’être vigilant à l’égard des informations diffusées et publiées sur ces sites qui peuvent être parfois anxiogènes. De fait, nous vous conseillons de valider ces informations auprès des équipes soignantes.

Voici une liste des associations proches de chez vous :

Coordonnées : 15 Rue Gougeard, 72000 le Mans Téléphone : 02 43 89 40 40 E-mail : cd72@ligue-cancer.net Site internet : http://www.ligue-cancer.net

Santé active

Des conseillers de l’assurance maladie spécialement formés y sont à votre écoute. Ils vous accompagnent dans vos recherches et répondent à vos questions concernant la santé. Ils peuvent aussi vous renseigner sur les professionnels de santé et les associations de votre département. Coordonnées : Place de la République 72000 Le Mans Téléphone : 36 46 Site internet : http://www.masanteactive.fr

Carenity - Réseau social de patients

Service téléphonique d’information, de conseil et de soutien, qui s’adresse à tous ceux qui sont concernés par le cancer, soit directement, soit indirectement.

Carenity est le premier réseau social en France dédié aux patients et à leurs proches. Il vous propose des communautés dédiées au cancer. Elles permettent aux patients et à leurs proches de partager conseils, soutien moral, et expériences avec d’autres personnes concernées également par cette maladie. L’inscription est gratuite.

Téléphone : 0 810 810 821

Site internet : http://www.carenity.com

Cancer Info Service

Agir

La Ligue Contre le Cancer propose des Espaces Ligue Info (ELI). Ce sont des espaces animés par des bénévoles formés par la Ligue nationale contre le cancer. Certains espaces proposent également des animations comme des réunions débats, des ateliers, des activités physiques (relaxation, etc...). Vous pouvez également joindre votre Comité départemental de la Ligue proche de votre lieu de résidence pour obtenir des informations sur les services qu'il propose.

11

Soutenir

Ligue Contre le Cancer


G.E.M.S. (Groupement d'Etudes des Maladies en Sarthe)

Informer

Structure en charge de l’organisation des dépistages des cancers Coordonnées : 17 rue Edgar Brandt 72000 Le Mans Téléphone : 02 43 50 77 77

Association des laryngectomisés et mutilés de la voix

Les bénévoles ont pour objectif d’inciter les futurs ou nouveaux opérés à surmonter l’épreuve à laquelle ils sont confrontés en suivant leur exemple et leurs conseils. Pour ce faire, ils leur prodiguent une aide morale et psychologique (visites lors de l’hospitalisation, soutien téléphonique et permanence au Centre Hospitalier.)

Agir

Coordonnées : Centre hospitalier Service ORL (3ième étage Fontenoy) 194 avenue Rubillard 72000 LE MANS

Association d'Aide et de Soutien aux Malades (AASM) L’Association d’Aide et de Soutien aux Malades, en collaboration avec la Clinique Victor Hugo et le Centre Jean Bernard, a ouvert la Maison du Patient. Cette Maison du Patient est un lieu accessible, ouvert à tous, d'écoute, d’échange et d’information. Coordonnées : 18 rue Victor Hugo 72015 LE MANS CEDEX 2 Téléphone : 02 43 47 94 94

JALMALV « Jusqu’à la mort, accompagner la vie » Sarthe Accompagner les personnes gravement malades et/ou en fin de vie, leurs proches et ceux qui les soignent. Coordonnées : 40, rue Henry Delagenière 72000 LE MANS Téléphone : 02 43 54 27 12 E-mail : jalmalv72@hotmail.fr Site internet : http://www.jalmalv.fr

La Luciole Association dont la mission est d’améliorer les conditions d'hospitalisation des petits malades atteints de cancers et apportent un soutien aux familles.

Soutenir

Coordonnées : 6, rue Van-Gogh 72100 Le Mans. Téléphone : 06 77 05 83 18 E-mail : asso.luciole@numericable.fr

12


L’ADMD est une association française prônant « le droit pour chacun d’avoir une fin de vie conforme à ses conceptions personnelles de dignité et de liberté ».

Coordonnées : 50, rue de Chabrol – 75010 Paris Téléphone : 01 48 00 04 16 Site internet : http://www.admd.net

Informer

Coordonnées : 40 rue Delagenière 72000 Le Mans Téléphone : 02 43 54 26 94 E-mail : ariane72@fondation-gcoulon.fr Site internet : http://www.fondation-gcoulon.fr

Association pour le Droit de Mourir Dans la Dignité (ADMD)

Agir

Coordonne un réseau de santé spécialisé dans les soins palliatifs. RSP doit donc s’entendre « Réseau de Soins Palliatifs». Cette appellation englobe toute action permettant de soulager la douleur, d’améliorer le confort et la qualité de vie, d’apaiser les souffrances psychiques, physiques d’une personne atteinte d’une maladie grave, irréversible.

Soutenir

Ariane 72 RSP Réseau de soins palliatifs

13


Préparez vos consultations !

Informer

Pour En Savoir + Notez les questions qui vous préoccupent et les informations qui vous semblent importantes (troubles et signes qui vous inquiètent, passé médical, traitements, suivi, situation familiale ou sociale …). Classez vos documents administratifs et médicaux. Ils seront ainsi toujours accessibles. Pensez à demander votre carnet de suivi, si celui-ci ne vous a pas été remis lors de votre arrivée. Celui-ci permettra de faciliter l’organisation de votre surveillance en collaboration avec les médecins qui participent à votre prise en charge. Il s’agit d’un véritable organe de liaison entre eux. Ce carnet est important pour bien programmer votre surveillance, vos consultations mais aussi pour que nous soyons tenus au courant de votre suivi.

Pensez à apporter votre carnet à chaque visite.

N’hésitez pas à venir accompagné d’un proche. Si vous le souhaitez, celui-ci pourra être présent à vos côtés lors des consultations.

Agir Soutenir 14


Agir

15


La prise en charge du cancer

Informer

Comprendre avant d’agir Les examens de cancérologie

Avant de poser le premier diagnostic, les spécialistes vont pratiquer des examens parfois très complexes, qui permettront de confirmer ou non la présence de la maladie et son éventuelle étendue.

Examens biologiques

Au cours du traitement d'un cancer, on réalise assez fréquemment des prises de sang. Celles-ci pourront être effectuées avant la chirurgie, avant ou pendant la chimiothérapie, ou encore en cas de problème comme une infection ou une déshydratation.

Agir

Quand et Pourquoi ? Au moment de la découverte de votre cancer, il est important de faire une prise de sang assez complète pour étudier le fonctionnement de vos principaux organes. Le résultat de ces analyses pourra influencer le choix du traitement qui vous sera proposé : intervention chirurgicale, traitement par un médicament, ou autre. Avant l’intervention chirurgicale, si cela fait partie de votre traitement, on vous fera une prise de sang assez complète pour vérifier que vous êtes capable de supporter cette intervention. Il y aura des prises de sang après l’intervention, pour vérifier que vous l’avez bien supportée. Avant de débuter un médicament destiné à traiter votre cancer, puis régulièrement au cours de la prise de ce médicament, votre médecin vous prescrira certaines analyses, différentes selon le type de médicament choisi, pour surveiller que vous tolérez bien ce médicament. Comment lire un résultat d’analyse biologique ? Quand vous recevez votre feuille de résultats d’analyses de la part de votre laboratoire d’analyses médicales, pour chaque examen pratique, vous avez : • le nom de l’examen 1 • le résultat observé avec une valeur chiffrée et les unités utilisées 2 • les valeurs normales habituelles pour cet examen, avec une limite inférieure et une limite supérieure de la normale. 3

Il peut arriver que votre résultat d’examen soit en dehors des limites de la normale sans que cela ait la moindre conséquence pour vous. Seul votre médecin est à même de vous expliquer vos résultats et leur impact sur la prise en charge de votre cancer.

Soutenir

1

2

16

3


Informer

Les examens … La prise de sang peut comprendre plusieurs examens : • La numération formule sanguine ou hémogramme permet d'évaluer les taux de globules rouges, plaquettes et globules blancs. • Le bilan de coagulation explore une partie des mécanismes qui empêchent les hémorragies. On les réalise surtout avant les actes de chirurgie, mais aussi pour surveiller les traitements anticoagulants. • Le ionogramme analyse les ions, c'est à dire le sodium, le potassium, le chlore, etc..., de l'organisme. • La créatininémie est un marqueur indirect du fonctionnement du rein. Si elle s'élève, cela peut révéler une insuffisance rénale. • Le bilan hépatique sert à évaluer le fonctionnement de votre foie, organe qui joue un rôle important, en particulier celui de participer à l’élimination de nombreux médicaments. • Les marqueurs tumoraux sont des substances sécrétées dans le sang par les tumeurs. Ils permettent le suivi de l'évolution de la tumeur. L'interprétation de leur dosage est complexe. Par exemple, une élévation ne signifie pas forcément qu'il existe une rechute ou une progression de la tumeur.

Les examens d’anatomopathologie

De manière générale, un examen anatomopathologique est réalisé à deux moments clés de la prise en charge d’un cancer : • au moment du diagnostic, lorsque l’on réalise un examen anatomopathologique de la biopsie. • après la chirurgie, lorsqu’un examen anatomopathologique de la pièce opératoire est demandé.

Agir

L’examen anatomopathologique consiste à analyser au microscope des cellules ou des tissus prélevés sur un organe. Celui-ci est souvent abrégé par les professionnels de santé en « examen anapath ». Il permet d’établir de façon définitive le diagnostic de cancer.

Endoscopie

L’endoscopie est une exploration visuelle à l’aide d’ un appareil souple et fin muni de fibres optiques ou d’une mini-caméra numérique, des cavités naturelles de l’organisme : voies respiratoires , digestives (de l’œsophage à l’anus), urinaires… L’endoscopie est utile à votre médecin pour déterminer l’origine de vos symptômes ou pour dépister des lésions précancéreuses (polypes…) ou cancéreuses. Elle permet de mettre en évidence d’éventuelles anomalies, de les biopsier ou de les enlever lorsque cela est nécessaire. Elle permet également d’autres gestes diagnostiques (échographie endoscopique…) ou thérapeutiques (poses de prothèse…).

Soutenir

En raison de ses performances diagnostiques inégalées et de ses possibilités thérapeutiques, l’endoscopie est actuellement l’examen de référence pour explorer les cavités naturelles, et ne peut pas être remplacée, en l’état actuel des connaissances, par un autre examen. Pour mieux vous accueillir, la Clinique du pré s’est dotée d’un nouveau service d’ambulatoire, d’un parc endoscopique vidéo haute résolution de dernière génération et d’un nouveau plateau technique.

17


Radiologie conventionnelle et interventionnelle

Informer

Les examens de radiographie standard sont très utilisés en cancérologie pour examiner le thorax, l'abdomen ou les seins. Ils permettent d’obtenir une image de l’intérieur du corps à l’aide de rayons X. Les rayonnements sont émis en direction de la zone du corps qui intéresse les médecins. Ils traversent facilement la matière peu dense mais sont arrêtés par les matières denses et solides. Ainsi, dans l’organisme, ils traversent facilement la peau, le tissu adipeux… Mais ils sont arrêtés et absorbés par l’os. Certains organes, peu denses, ne sont pas visualisables par radiographie. Pour pallier cette difficulté, des produits de contraste peuvent être injectés au patient : il s’agit de produits qui passent dans la circulation sanguine et permettent de visualiser certaines régions irriguées en absorbant les rayons X. Les images sont imprimées sur film photographique, ou collectées et numérisées sur ordinateur.

Agir

Il existe également la radiologie interventionnelle qui comprend les procédures ayant pour but le traitement ou le diagnostic d’une affection. Réalisées par un médecin radiologue et sous contrôle d’un moyen d’imagerie (fluoroscopie, échographie, scanner, IRM), ces techniques peu invasives permettent : • Des actes diagnostiques : biopsies guidées par des moyens d’imagerie ; • Des actes thérapeutiques guidés par des moyens d’imagerie à visée curative de la tumeur : destruction localisée des tumeurs par chimioembolisation, radiofréquence ou autres procédés de destruction utilisables par voie transcutanée (le froid, le laser, les micro-ondes, les ultrasons focalisés à haute intensité, l’injection d’alcool…) ; • Le traitement de la douleur ; • Le traitement de rétrécissements de canaux ou conduits rétrécis ou occlus par la tumeur.

Imagerie médicale :

Associée à la biologie, l’activité d’imagerie diagnostique vise à détecter, caractériser ou guider le traitement des tumeurs. Il s’agit donc, selon les situations rencontrées : • Soit d’une activité de dépistage ou de repérage le plus précoce possible, dans les populations présentant un risque élevé de développer un cancer, ou au cours du suivi d’un cancer traité ; • Soit de caractériser le plus précisément possible la nature d’une lésion connue (tumeur bénigne ou cancéreuse, degré d’agressivité de la tumeur) et/ou l’efficacité du traitement qui lui est appliqué (chimiothérapie, radiothérapie…) ; • Soit de servir de moyen de guidage très précis et moins invasif au cours des traitements locaux ou régionaux (radiologie interventionnelle, chirurgie mini-invasive, radiothérapie métabolique) ou de prélèvements diagnostiques (biopsie guidée). Ces différents cas peuvent être plus ou moins combinés.

Soutenir

Le scanner est un appareil dont le fonctionnement se fonde sur le même principe que la radiographie, c’est-àdire sur l’utilisation de rayons X. Au lieu d’une seule image plane, il permet d’obtenir une série de plusieurs clichés représentant la zone scannée en coupe, sur différentes épaisseurs. Par ailleurs, la sensibilité de l’appareil est beaucoup plus fine que celle de la radiographie classique ; le scanner est donc souvent utilisé pour étudier une anomalie initialement détectée par radiographie ou par échographie. L’examen dure généralement une dizaine de minutes. L’équipe d’accueil sort de la pièce lors de l’examen : un technicien dirige le scanner depuis une pièce voisine, séparée de la salle d’examen par une vitre. Il demande régulièrement au patient de retenir sa respiration durant quelques secondes pour que les clichés ne soient pas flous. 18


L'IRM est une méthode d'exploration plus récente, se fondant sur la détection des réactions de différentes parties du corps exposées à un champ magnétique. L’IRM est particulièrement performante pour visualiser les organes mous, riches en eau, comme le cerveau, la moelle épinière, les articulations, les bras et jambes... Comme dans le cas du scanner, l’équipe d’accueil est située dans une pièce voisine lors de l’examen. Si le patient ressent une inquiétude lors de l’examen, il peut s’adresser à elle par un système de haut-parleur. Pour que les images d’IRM soient nettes, le patient doit retenir sa respiration durant quelques secondes à chaque fois que le technicien le lui demande. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à demander davantage d’informations à votre médecin spécialiste.

Prise de rendez-vous Scanner : 02 43 77 73 20 IRM : 02 43 77 62 70

Informer

Si le scanner n’est pas un examen douloureux, il peut s’avérer stressant pour certaines personnes. Un système de micro permet au patient de pouvoir s’adresser à l’équipe à tout moment en cas de problème.

La médecine nucléaire :

Après un délai variable, on fait des clichés sous un appareil appelé caméra ou TEP-scan. Cet examen est inoffensif et peut être répété. Il n'y a pas d'effet douloureux ou allergique lors de l'injection. La dose de radioactivité reste faible. Le TEP-scan a pour objectif de visualiser le fonctionnement des organes. Cette technique récente se développe dans le diagnostic de nombreux cancers. Elle est aussi utilisée pour réaliser des bilans d’extension et le suivi de cancers sous traitement.

Agir

La médecine nucléaire est un examen d'imagerie médicale qui vient compléter la radiologie et permet de faire des clichés des différents organes à étudier. Il s’agit d’injecter des produits radioactifs dans une veine périphérique du bras, dans le pli du coude le plus souvent.

Le principe du TEP-scan est simple : il associe l’injection d’un produit visible en imagerie et l’analyse par un scanner. Un soignant injecte un traceur radioactif par voie intraveineuse. Ce traceur est généralement un sucre comme le glucose, dont les cellules ont besoin pour fonctionner normalement. Les cellules cancéreuses ont généralement une activité plus importante que les cellules saines : elles ont donc besoin de plus de glucose. Après injection du traceur, l’analyse par scanner permet d’identifier précisément les zones dans lesquelles le glucose est plus concentré, qui correspondent à la tumeur et/ou à ses extensions.

Nos partenaires :

TEP-Scan Centre Hospitalier du Mans Pavillon Claude Monet - Niveau 1 Téléphone : 02 43 43 43 36 Du Lundi au Vendredi de 8h à 18h

Soutenir

TEP-Scan Centre Jean Bernard Téléphone : 02 43 43 28 81 Du Lundi au Vendredi de 8h à 18h

19


Quel diagnostic et quelle thérapie : Le dispositif d’annonce

Informer

Le dispositif d’annonce est une mesure du Plan Cancer 2009-2013. Il permet à chacun d’être accompagné dans les meilleurs conditions dès qu’il a eu connaissance de sa maladie. Il a été crée suite à la demande des patients exprimée lors des premiers états généraux des malades atteints de cancer, organisés par la Ligue Nationale contre le Cancer en 1998. Ce dispositif d’annonce prévoit : Un temps médical durant lequel le médecin va annoncer le diagnostic et remettre un programme personnalisé de soins. Lors de ce temps, le médecin présente au patient les traitements qui vont lui être administrés,…

Un temps d’accompagnement soignant : c’est un temps d'écoute et de soutien, où le personnel soignant (infirmière) peut réexpliquer, reformuler ce qui a été dit au cours des consultations médicales, cerner vos besoins psychologiques et sociaux, répondre à vos questions sur les effets secondaires, les différents matériels de traitement utilisés…etc.

Agir

Ce temps d'accompagnement soignant permet, par ailleurs, de vous orienter, si nécessaire vers des soins de support et d'assurer une bonne coordination entre les différents personnels intervenant dans votre prise en charge. La consultation paramédicale peut intervenir, après la consultation d'annonce du diagnostic et/ou la proposition de stratégie thérapeutique, selon votre choix. A n’importe quel moment, les infirmières cancérologie sont à votre écoute : N’hésitez pas à nous contacter au 02.43.77.50.50

Soutenir

Un temps de soutien proposant un accompagnement social et l’accès à différents soins de support selon les besoins. Le patient et ses proches doivent pouvoir accéder, tout au long de la maladie, à l’ensemble des ressources qui sont mises à leur disposition.

20

Un temps d’articulation entre la clinique, le médecin traitant et les professionnels libéraux exerçant en ville qui permet d’optimiser la bonne coordination des soins.


Dès lors que votre médecin spécialiste/chirurgien diagnostique un cancer, votre dossier pourra être présenté lors des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP). Lors de ces séances d’échanges et de travail, les différents médecins spécialistes de la filière cancérologie s’accordent collégialement sur la meilleure stratégie diagnostique et/ou thérapeutique. Les RCP, par spécialité, ont lieu très régulièrement et se déroulent avec les établissements partenaires du territoire. Ces réunions réunissent au moins 3 médecins différents (cancérologue, chirurgien, médecin spécialiste...). A la suite de cette réunion, une fiche RCP est créée. C’est un premier document de synthèse. Elle comporte un premier volet destiné à la description de la pathologie et un deuxième volet destiné à la proposition de prise en charge. Cette fiche sera ensuite enregistrée dans le Dossier communicant de cancérologie (DCC). Il s’agit d’un outil d’information et de communication, qui peut être défini comme un espace informatique, commun aux professionnels de santé qui prennent en charge un patient présentant un cancer, où sont hébergées vos données médicales.

Informer

Comment votre traitement est-il décidé ?

Il comprend : • Les informations relatives au malade et à l’établissement de santé de référence. • Le calendrier prévisionnel de soins et de suivi : c’est-à-dire la proposition thérapeutique acceptée par le patient et son organisation (durées prévisibles d’hospitalisation, dates et lieux des différentes phases de traitement…), ainsi que les différents bilans prévus et leur fréquence. • Un volet social qui comporte les coordonnées de l’assistance sociale et les informations relatives au bilan social. • Les contacts utiles : Cette partie du PPS indique les coordonnées des différents intervenants hospitaliers et de proximité, impliqués dans la prise en charge sanitaire et sociale du malade. Étant remis au malade au début de la prise en charge, le PPS est par ailleurs susceptible d’évoluer, d’être modifié ou complété. Avec l’accord du malade, ce document sera transmis au médecin traitant accompagné du compte rendu anatomopathologique ayant permis de porter le diagnostic de cancer.

Agir

Destiné à être remis à tous les malades dès le début de leur prise en charge, en relai immédiat du dispositif d’annonce, le programme personnalisé de soins (PPS) permet de formaliser la proposition de prise en charge thérapeutique décidée en RCP.

Pour la présentation de votre dossier en Réunion de Concertation Pluridisplinaire et l’enregistrement de celui-ci dans le Dossier Communicant de Cancérologie, votre consentement est indispensable.

Ces données médicales qui sont partagées entre les professionnels de santé permettent un travail coopératif afin d’optimiser votre prise en charge. Les personnes qui accèdent à ce Dossier Communicant de Cancérologie sont des professionnels de santé habilités ayant reçu une autorisation.

21

Soutenir

Le PPS sera relayé, une fois la phase active des traitements terminée, par le Programme Personnalisé de l’Après Cancer (PPAC).


un traitement adapté à chaque cancer pour lutter efficacement contre la maladie

Informer

Selon la décision de la réunion de concertation plurisdisplinaire, votre médecin vous proposera une intervention chirurgicale, une chimiothérapie ou une radiothérapie. Ce sont les 3 principaux traitements des cancers qui peuvent être réalisés seuls ou en association.

La chirurgie

La chirurgie ambulatoire

Il s’agit d’une chirurgie qui peut se faire sous anesthésie locorégionale ou générale, mais qui ne nécessite pas que vous passiez la nuit à la Clinique. Vous sortez le soir même. Il est nécessaire qu’une personne vienne vous chercher et reste avec vous la nuit qui suit la chirurgie si vous avez bénéficié d’une anesthésie. De plus, si vous habitez loin de la Clinique, il est impératif que vous trouviez un hébergement à proximité. C’est le chirurgien et l’anesthésiste qui décident si vous pouvez bénéficier de ce type de chirurgie, en fonction de l’acte prévu et de votre état de santé global.

Prise en charge non programmée

Agir

La chirurgie est un traitement local qui vise à enlever la tumeur ainsi que les tissus et ganglions voisins potentiellement atteints. Une fois la tumeur enlevée, on peut éventuellement faire de la chirurgie de reconstruction. Les interventions sont souvent pratiquées sous anesthésie. Les techniques chirurgicales pratiquées associent la chirurgie mini-invasive utilisant les techniques d’endoscopie, la chirurgie plastique et reconstructrice et enfin la chirurgie lourde. Elles visent à apporter aux patients une sécurité optimale et un résultat en accord avec les standards thérapeutiques les plus exigeants. La clinique du pré est autorisée pour la chirurgie des spécialités suivantes : • Digestif • Urologie • Thoracique • O.R.L

Un plateau technique performant

Soutenir

Les actes chirurgicaux sont réalisés dans notre bloc opératoire composé de 16 salles, dont 2 dédiées à l’activité d’endoscopie, toutes dotées d’équipements performants et récents. Le plateau technique comporte également une salle postinterventionnelle et 2 salles de pré-anesthésie. Nous disposons également d’un service de stérilisation qui assure la décontamination, le lavage et la stérilisation de l’ensemble des instruments chirurgicaux. 22

Une permanence 24h/24 est assurée par des praticiens séniors, d’astreinte opérationnelle à domicile (1 anesthésiste et 1 praticien par spécialité). Ceci permet la prise en charge immédiate de toute aggravation éventuelle de l’état d’un patient et l’admission de tout nouveau patient entrant, adressé notamment par son médecin traitant. Un service d’accueil H24 7j/7 assure une prise en charge des patients non programmés.

Unité de Surveillance Continue

L’Unité de Surveillance Continue (USC) accueille les patients nécessitant une prise en charge renforcée (surveillance, soins et traitements lourds) et constituent un intermédiaire entre le service de réanimation et l’hospitalisation conventionnelle. 12 lits sont dédiés à ce suivi. Les patients présentant une défaillance d’une fonction vitale sont admis en réanimation au Centre Hospitalier du Mans (CHM), établissement partenaire de la Clinique du Pré, à partir des services d’hospitalisation, des blocs opératoires ou des urgences.


7 salles d’opérations refaites à neuf en 2012

Informer

Notre bloc opératoire, la salle de réveil, les services de stérilisation font l'objet de contrôles qualité. Les locaux sont contrôlés à périodicité définie par une entreprise et par les autorités de santé (Haute Autorité de Santé HAS, Agence Régionale de Santé ARS).

Les consultations de chirurgie

Lors de la consultation de chirurgie, le chirurgien vous explique l’intervention, les bénéfices escomptés et les risques encourus, ses effets secondaires, et s’il s’agit d’un traitement ambulatoire ou nécessitant une hospitalisation. La date de l’intervention peut être fixée lors de cette consultation ou faire l’objet d’une convocation dans les jours suivants. Votre état de santé après une intervention chirurgicale nécessite une surveillance. Vous aurez donc des rendez-vous réguliers avec le chirurgien qui a pris en charge votre intervention.

02.43.77.50.50

Agir

Prise de rendez-vous

Consultation de Chirurgie :

Les consultations d’anesthésie

La chirurgie est souvent associée à une chimiothérapie ou à une radiothérapie.

23

Soutenir

La plupart des interventions chirurgicales nécessitent une anesthésie locorégionale ou générale. Le bilan préopératoire (prise de sang, ECG, radiographie, …) est réalisé quelques jours avant votre hospitalisation, lors d’une consultation avec un anesthésiste pour préparer votre intervention dans les meilleures conditions de sécurité.


La chimiothérapie

Informer

Il s’agit d’un traitement comportant l’administration de médicaments qui agissent sur les cellules cancéreuses, soit en les détruisant, soit en les empêchant de se multiplier. Les médicaments agissent sur les autres cellules de l'organisme qui se développent rapidement, et cela explique les effets secondaires de ces médicaments. Mais nos bonnes cellules sont résistantes et très nombreuses, alors que les cellules cancéreuses sont en nombre beaucoup plus faible et sont plus fragiles. C'est ce qui explique l'efficacité du traitement. Ces médicaments sont très puissants. Leur dosage, le rythme de leur administration, la façon dont on les associe entre eux dépend de l'état et de la pathologie du malade. Selon la maladie ou le stade de celle-ci, la chimiothérapie peut être le premier traitement utilisé ou au contraire être complémentaire de la chirurgie ou de la radiothérapie. On parlera alors de chimiothérapie « préventive » ou « adjuvante ».

Agir Soutenir

Les points essentiels • La majorité des médicaments utilisés sont administrés par voie intraveineuse, très souvent par l'intermédiaire d'un cathéter ou d'une chambre implantable afin d'éviter les ponctions répétées dans la veine. • Les séances de chimiothérapie peuvent se dérouler selon trois modalités : en hospitalisation classique, en ambulatoire ou à domicile. La fréquence et la durée de la chimiothérapie dépendront du type du cancer, des buts du traitement, des médicaments utilisés et de la réponse de votre organisme à ces derniers. • Il est souvent possible de poursuivre une activité professionnelle pendant le traitement. Dans ce cas, les aménagements d'horaires ou de poste ou encore la formule du mi-temps thérapeutique peuvent être envisagés. • Les effets secondaires sont fréquents et d'intensité variable d'une personne à l'autre. Ils sont liés à l'action des médicaments anti-tumoraux sur les cellules qui se multiplient rapidement, c'est-à-dire les cellules cancéreuses mais également celles de la moelle osseuse, des cheveux, de la peau, etc. • Les effets secondaires les plus fréquents consistent en des modifications de la formule sanguine (diminution de certains globules blancs, des globules rouges et des plaquettes), des troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhée, constipation), chute des cheveux, fatigue. • Dans tous les cas, il est essentiel d'en parler à l'équipe soignante car il existe de nombreux moyens pour rendre ces effets secondaires supportables et vous permettre de mener une vie aussi normale que possible. 24

Avec quelle fréquence et pendant combien de temps utilise-t-on la chimiothérapie ? La chimiothérapie s'administre par cures ou cycles de traitement. Ces cycles durent un ou plusieurs jours suivis d'une période de repos. Chaque perfusion peut durer de quelques minutes à plusieurs heures, cela dépend des médicaments employés. Afin d'obtenir une efficacité maximale de votre traitement, il faut respecter ces durées et fréquences. La fréquence et la durée de votre chimiothérapie dépendront du type du cancer, des buts du traitement, des médicaments utilisés et de la réponse de votre organisme à ces derniers.

Nos partenaires : Centre Hospitalier du Mans Pavillon Reilly Niveau 0 Téléphone : 02 43 43 43 60 Horaires : Du lundi au jeudi de 9h00 à 18h00 Le vendredi de 9h00 à 17h00 Clinique Victor Hugo Téléphone : 02 43 47 94 93 18 rue Victor Hugo 72000 LE MANS


Notre partenaire : Centre Jean Bernard-Radiothérapie 9 rue Beauverger 72000 LE MANS Tel : 02 43 39 13 00

Comment se passe la radiothérapie ? Le plus souvent, la source est située à distance du patient : il s'agit d'une radiothérapie externe. Vous serez donc placé à distance de l'appareil. Celui-ci ressemble plus ou moins à un appareil de radiographie, mais en plus volumineux. La séance, comme lors d'une radiographie, est de courte durée (de l'ordre de quelques minutes) et n'est absolument pas douloureuse. Elle ne nécessite pas d'hospitalisation et peut se faire en ambulatoire. Il faut savoir que la séance consacrée au repérage de la zone à irradier (ou champ d'irradiation) durera plus longtemps (1 heure, voire 2 heures). C'est à ce moment que l'on va calculer les doses et "marquer" sur la peau les points importants pour assurer le bon déroulement des séances. Ce marquage se fait par tatouage. Le radiothérapeute va également déterminer la position du malade et la technique d'irradiation. Les modalités du traitement sont calculées par ordinateur. Au cours de chaque séance, une dose précise de rayonnement est délivrée, comme pour un médicament. On ne délivre à chaque fois qu'une partie de la dose totale prévue, de façon à atténuer le plus possible les effets secondaires. Les séances seront répétées à un rythme rigoureusement établi, qu'il est important de respecter, et pour un nombre précis de séances.

25

Agir

Les points essentiels • Elle peut être associée à la chirurgie et aussi à la chimiothérapie. Ses indications sont liées à la localisation de la tumeur, à son stade et à l'état général du malade. • La radiothérapie peut se faire en ambulatoire. Les séances sont de courte durée, à l'exception de la première qui est consacrée au repérage de la zone à irradier et aux calculs des modalités de traitement. • La curiethérapie, variété de radiothérapie, comporte une source de rayonnement implantée directement dans la tumeur. Elle nécessite une hospitalisation de quelques jours en chambre isolée. • Les effets secondaires sont fréquents mais le plus souvent transitoires, disparaissant à la fin du traitement. Ils varient suivant la zone irradiée et touchent principalement la peau et les muqueuses. Une fatigue est également fréquente après quelques séances. Dans tous les cas, des mesures appropriées permettent d'en atténuer les désagréments.

Soutenir

C’est un traitement qui consiste à exposer les malades à des rayonnements de haute énergie (rayons X, électrons, photons) destinés à détruire les cellules cancéreuses. L'irradiation vise à détruire la tumeur en protégeant au maximum les tissus sains voisins. La sensibilité aux radiations varie selon les tissus et les différents types de cellules. La radiothérapie est utilisée seule ou en association aux autres méthodes. Le choix dépend de la localisation et du stade de la tumeur, ainsi que de l'état général du malade. Le médecin radiothérapeute va dans un premier temps repérer la tumeur, afin de mieux la "cibler" et adapter les champs d'irradiation à sa forme. Grâce aux progrès de l'imagerie médicale, le ciblage est de plus en plus précis. La radiothérapie peut précéder la chirurgie pour réduire la tumeur préalablement et la rendre plus aisément opérable, ou la suivre pour compléter l'intervention en détruisant les cellules qui auraient échappé à la chirurgie. La radiothérapie peut aussi être combinée à la chimiothérapie.

Informer

La Radiothérapie


Soutenir 26


Au cours de votre prise en charge, votre santé et votre confort vont être confiés à une équipe de professionnels. Tous sont soumis au secret professionnel tant sur votre santé que sur votre vie personnelle et professionnelle.

L’équipe médicale

Pour faciliter leur identification, chacun de vos interlocuteurs porte un bagde précisant son nom et sa fonction.

Nous vous assurons une prise en charge médicale optimale, 24h24, 7j/7, pour l’ensemble de nos spécialités. L’équipe médicale est composée de : • Chirurgien spécialisés, • Médecins spécialistes, • Anesthésistes réanimateurs, • Radiologues, • Biologistes.

Informer

En première ligne à votre service … des équipes spécialisées

Son rôle : Faire le point sur votre état de santé et prendre les décisions nécessaires. L’équipe médicale reste en contact avec votre médecin traitant qu’elle tient régulièrement informé de votre prise en charge. Ces praticiens travaillent en étroite collaboration avec nos équipes de soins.

Le responsable du Pôle de cancérologie, le chef de bloc, les cadres de santé, les infirmiers cancérologie et les équipes soignantes (Infirmiers, aides-soignants, brancardiers…) sont responsables de vos soins pendant votre prise en charge. Ils sont aussi à votre disposition, quotidiennement, pour vous écouter, vous expliquer vos soins, vos traitements, vous conseiller pour vous faire bénéficier de la meilleure qualité de vie possible.

Mais aussi, une multitude d’équipes pour coordonner votre prise en charge

En effet, votre prise en charge n’est pas que médicale et/ou chirurgicale et de nombreuses autres équipes interviennent : • L’équipe accueil / admissions / facturation : gère votre dossier administratif et assure son suivi auprès de la Caisse d’Assurance Maladie, de la mutuelle complémentaire, … ; • L’équipe hôtelière : seconde les aides soignantes, distribue les repas et assure le nettoyage / désinfection des locaux ; Besoin d’un interprète ? • L’équipe logistique et technique : veille au maintien en bon état Nos hôtesses d’accueil disposent d’un et à la sécurité de nos installations ; répertoire de personnes ressources • L’équipe pharmacie : gère les médicaments, les dispositifs (interlocuteurs internes ou externes) médicaux et la stérilisation ; pouvant vous aider à communiquer. • Le service qualité : participe à la mise en œuvre des actions d’amélioration de la qualité et en évalue l’application.

Un lien entre la Clinique et vos médecins en ville : Votre médecin traitant, déclaré auprès de votre Assurance maladie, ainsi que le médecin correspondant qui a adressé à la Clinique du Pré (votre ORL, pneumologue, …) sont destinataires des compte-rendus diagnostiques et médicaux effectués à la Clinique du Pré. 27

Soutenir

Chacun dans son domaine de compétences mettra tout en œuvre pour vous apporter le meilleur service.

Agir

Les soignants


Les soins de support

Informer

La prise en charge d’un cancer ne s’arrête pas au traitement de la seule maladie. Traduit de l’anglais « supportive care », le terme « soins de support » désigne l’ensemble des soins qui prennent en charge les conséquences, pour le malade, d’un cancer et de ses traitements : douleurs, troubles alimentaires, problèmes sociaux, psychologiques… Les soins de support sont donc complémentaires des traitements destinés à soigner la tumeur en tant que telle (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie…). Ils sont déterminants en termes de qualité de vie pour la personne malade.

Agir Soutenir

• Les soins de support peuvent répondre à certains de vos besoins : • Avant tout pour contrôler les symptômes liés à la maladie ou à ses traitements ; • En cas de souffrance physique ou psychologique ; • • Pour rompre l’isolement ; • Pour vaincre les difficultés administratives ; • • Pour apprendre à vivre avec les conséquences physiques qu’impose parfois la maladie ; • Pour reprendre le cours normal de sa vie et bénéficier des meilleurs conditions de vie possibles, et cela quelles que soient les chances de guérison. Et pour bien d’autres raisons, chaque malade ayant des besoins qui lui sont propres. • 28

Les soins de support regroupent notamment : la prise en charge et le traitement de la douleur, conséquence des traitements ou de la progression de la maladie elle-même. Il existe aujourd’hui des solutions efficaces pour la traiter. la prise en charge des problèmes diététiques liés à la maladie et/ou aux traitements. le soutien psychologique. Certains malades peuvent en ressentir le besoin tout au long de leur maladie, d’autres à des moments plus spécifiques (annonce, rechute ou au contraire lorsque tout va mieux…). Le soutien psychologique s’adresse aussi aux proches pour lesquels la traversée de la maladie aux côtés de la personne malade peut engendrer un besoin d’accompagnement. le suivi social. Les patients atteints de cancer peuvent en effet rencontrer des difficultés dans leur vie quotidienne et professionnelle, liées à leur statut de malade.


Vos questions, nos réponses :

Quelles est la différence entre un psychiatre et un psychologue ? Un psychiatre est un médecin spécialiste en santé mentale. En tant que médecin, il peut prescrire. Un psychologue n’est pas médecin mais un professionnel de santé formé à la compréhension du fonctionnement psychique et du comportement humain. En quoi ces consultations peuvent m’être utiles ? Principalement, ils interviennent lorsque les individus rencontrent des difficultés d’ordre personnel et intime. Il est difficile d’en faire une liste exhaustive, mais on peut toutefois évoquer les plus fréquentes : • supporter les transformations corporelles ; • se sentir mutilé ; • supporter des séquelles de traitements ; • se sentir changé psychologiquement ; • être angoissé par l’incertitude d’un pronostic ; • être angoissé par rapport à l’avenir, etc ...

Agir

Un psychologue clinicien est un professionnel de santé diplômé d’un Master 2 de Psychologie Clinique. Ce professionnel travaille en individuel ou en groupe, en se centrant sur le sujet et son histoire. Il peut proposer des entretiens de soutien, un espace d’écoute et de parole au patient ou mettre en place un suivi psychothérapeutique.

Pour En Savoir +

Soutenir

Qu’est ce qu’un psychologue clinicien ?

La maladie s’impose dans la vie. Elle marque une rupture et implique le fait de s’adapter. Il est de fait, compréhensible en ces circonstances d’éprouver des difficultés pour faire face à de telles épreuves. Le recours à un soutien psychologique peut s’avérer souhaitable. Il s’agit de faire face à une situation qui peut susciter une détresse psychologique, source d’angoisse et parfois de solitude. La personne malade et son entourage seront amenés à se poser de nombreuses questions qui diffèrent en fonction du vécu, des personnalités et du contexte familial. Dans tous les cas, il s’agit de parvenir à les exprimer et de s’adresser à l’interlocuteur adéquat. En effet, les questionnements sans réponse, les doutes et les incertitudes peuvent être source d’angoisse. L’entourage peut lui aussi ressentir une souffrance psychologique en apprenant qu’un proche est atteint d’un cancer. C’est pourquoi, il est souhaitable qu’une aide puisse aussi lui être proposée. Le proche aidé sera d’autant plus aidant. Le besoin d’aide peut se dérouler sur une courte période ou sur une longue durée. Ce besoin peut également se manifester à toutes les étapes de la maladie mais aussi et souvent après l’arrêt des traitements. C’est ainsi la volonté de l’offre CoCOn de vous accompagner à chaque moment. La rencontre avec un psychologue peut avoir lieu à la demande du patient ou être proposé par l’équipe soignante, dès le temps d’accompagnement soignant.

Informer

Etre écouté, se sentir soutenu (psychologie)

Parallèlement à cet aspect, leurs interventions concernent également les perturbations des relations familiales et sociales qu’entraîne la maladie, dont beaucoup de malades et de proches souffrent. Ils les aident ainsi à comprendre leurs propres réactions et celles des autres, et à ne pas s’empêtrer dans des non-dits ou des malentendus. 29


Prévenir la douleur (Dolce)

Informer

La douleur peut apparaître dès le début de la maladie et à n’importe quel autre moment. Elle est souvent présente mais elle n’est, en aucun cas, une fatalité. D’autre part la douleur ne doit pas être minimisée car elle peut avoir des retentissements importants sur la qualité de vie. Les origines de la douleur sont nombreuses : la tumeur elle-même, les examens, les biopsies, les traitements, la chirurgie… Elles peuvent survenir à n’importe quel moment de la maladie, y compris en période de rémission. Chaque personne et chaque cancer étant différents, les douleurs sont perçues de façon très variable. Le ressenti de la douleur dépend de nombreux facteurs : la culture, l’histoire personnelle, le seuil de la douleur… De nombreuses possibilités existent pour la traiter : médicaments et traitements qui agissent sur les causes de la douleur, techniques médicales ou non médicales. Il est souvent nécessaire de combiner ces différentes méthodes afin de prendre en compte non seulement la douleur elle-même, mais également ses répercussions émotionnelles.

Vos questions, nos réponses :

Comment la douleur est–elle évaluée ? La prise en compte de la douleur et son traitement passent avant tout par une évaluation qui doit être la plus objective possible. Le médecin doit prendre le temps d’écouter son patient pour cerner son degré de souffrance et le retentissement sur sa qualité de vie. La douleur est subjective, c’est une sensation, une émotion.

Agir

Quand rencontrer un professionnel de la douleur ? Il est important de ne pas rester avec une douleur que l’on ne parvient pas à maîtriser. Existe-t-il un risque d’accoutumance aux médicaments ? Les médicaments de la douleur peuvent potentiellement provoquer des dépendances. Les médecins prescripteurs savent parfaitement quelles doses prescrire pour éviter cet écueil et peuvent faire face à la situation d’accoutumance si elle se présente.

Pour En Savoir +

Prise de rendez-vous Centre DOLCE : 02.43.77.57.57

Certaines maladies cancéreuses peuvent entraîner de la douleur, parfois transitoirement (pic douloureux), parfois de façon chronique. Il est impératif de repérer précocement ces différentes douleurs afin de les prévenir et de les soulager rapidement.

Soutenir

Le Centre DOLCE de la Clinique du Pré, dont la vocation principale est d’évaluer et de traiter des patients souffrant de douleur chronique, peut vous prendre en charge. Il comporte de nombreux spécialistes et professionnels (anesthésistes, psychologues, psychiatres, infirmières, kinésithérapeutes, assistantes sociales, neurologues, …).

30

Vous pourrez être adressé auprès du Centre Dolce par les praticiens qui interviennent dans votre prise en charge.


L’alimentation permet de couvrir les besoins énergétiques de l’organisme pour conserver ou améliorer son état de santé. Mais avec la maladie, manger peut devenir une grande source d’angoisse. En effet, la pathologie et les traitements peuvent entraîner des troubles de l’appétit et du goût, des nausées, des douleurs, des brûlures dans la bouche ou dans la gorge et une impossibilité physique à avaler ou à digérer la nourriture. Ces conséquences directes peuvent profondément modifier le rapport que l’on a avec la nourriture jusqu’à la faire rejeter. Les diététiciennes et les médecins nutritionnistes interviennent de façons différentes mais très complémentaires. Les diététiciennes font en sorte que les repas du patient soient adaptés aux besoins en prenant en compte les difficultés physiques et morales rencontrées afin d’optimiser sa prise alimentaire et d’éviter ainsi les risques de dénutrition. Il arrive que l’alimentation, malgré un soutien diététique vigilant, soit insuffisante. Le médecin nutritionniste étudiera alors la meilleure façon d’y remédier et pourra prescrire une nutrition artificielle. Si le tube digestif fonctionne bien (même si la personne ne peut pas avaler), une nutrition entérale pourra être proposée. Elle consiste à apporter un mélange nutritif directement dans le tube digestif grâce à une sonde. Si le tube digestif ne fonctionne pas (estomac ou intestin grêle), une nutrition parentérale sera envisagée. Elle consiste à apporter le mélange nutritif dans le sang par l’intermédiaire d’un cathéter.

Vos questions, nos réponses : Quand prendre contact avec une diététicienne ? avec un nutritionniste ? Il est nécessaire d’être en contact le plus tôt possible avec un professionnel de la nutrition afin de prendre conscience des problèmes qui pourraient survenir et de les anticiper. Quelles sont les conséquences de la dénutrition ? La dénutrition va rendre le malade plus vulnérable, notamment face aux infections nosocomiales (ou associées aux soins). Elle entraîne également une diminution de la tolérance aux traitements, une fatigue physique et morale et donc une diminution de la qualité de vie. Pourquoi le cancer peut-il entraîner une dénutrition ? La dénutrition accompagne souvent la maladie cancéreuse. La dénutrition est due à un déséquilibre de la balance énergétique, provoqué par la diminution des apports alimentaires d’une part et par l’augmentation des besoins énergétiques d’autre part (pathologie, traitements,...).  

31

Soutenir

Pour En Savoir +

Agir

Il peut être difficile de conserver un bon appétit lorsque l’on est atteint d’une pathologie cancéreuse. Adapter son alimentation aux difficultés rencontrées contribue au bien-être de la personne malade en améliorant la tolérance des traitements et donc la qualité de vie. Cela doit faire partie de la démarche thérapeutique.

Informer

Se nourrir : un plaisir et un besoin (Diététique et nutrition)


Ne pas se laisser dépasser par les démarches administratives (Assistance sociale)

Informer

Lorsqu’une maladie grave survient, certaines démarches administratives sont à mettre en place au plus tôt. Aides financières, retour à la vie active, aides ménagères... le recours à l’aide sociale peut être nécessaire tout au long de la maladie. La maladie ne touche pas uniquement le corps, elle bouleverse aussi tous les aspects de la vie quotidienne (familiale, sociale et professionnelle) et affecte aussi l’entourage. L’annonce d’une maladie grave peut donner accès à des aides sociales individuelles, mais il n’est pas toujours facile de les connaître et de savoir engager les démarches. En fonction de la situation de chacun, les besoins ne seront pas les mêmes : aides à domicile, organisation du retour à domicile ou intégration dans une structure de soins de suite, démarche auprès de l’employeur et de la médecine du travail,... Le recours à une assistante sociale permet d’être éclairé, aiguillé, aidé pour maintenir sa situation sociale et surmonter les éventuelles difficultés financières. Les prestations d’aides sociales varient en fonction de plusieurs critères d’attribution comme l’âge, la situation sociale et professionnelle,... Il est donc important de rencontrer au plus tôt une assistante sociale qui sera à même d’indiquer les démarches à entreprendre.

Agir

Vos questions, nos réponses : Mes déclarations A qui dois-je déclarer ma maladie ? C’est votre médecin traitant qui vous aidera à effectuer cette démarche. Ce dernier remplira un certificat médical pour demander que votre cancer soit reconnu en tant qu’ « Affection de Longue Durée (ALD) ». Vous devrez ensuite transmettre ce certificat à votre caisse d’assurance maladie. Une fois l’accord reçu, il vous faudra réactualiser votre carte vitale à une borne adaptée à cet effet. Quelles démarches dois-je effectuer auprès de mon employeur ? Si vous exercez une activité professionnelle, il est nécessaire de faire parvenir un certificat d’arrêt de travail à votre caisse d’assurance maladie dans les 48h qui suivent votre arrêt. Vous devrez ensuite leur transmettre régulièrement les prolongations d’arrêt de travail.

La prise en charge financière

Soutenir

Comment mon traitement sera-t-il remboursé ? Lorsque votre maladie sera reconnue comme une Affection Longue Durée par la sécurité sociale, vous obtiendrez de meilleurs remboursements pour la prise en charge de vos soins (remboursement à 100 % des dépenses liées à cette maladie). Ce qu’il restera à votre charge : • La participation financière (1 euro pour chaque consultation médicale), • La franchise médicale (de 50 centimes pour chaque boîte de médicament), • Les dépassements d’honoraires demandés par certains professionnels de santé, • Les médicaments non remboursés par la sécurité sociale, • La différence entre le tarif remboursé par l’assurance maladie et le prix de vente pratiqué par les fournisseurs pour les dispositifs médicaux (prothèses…). 32


Quel remboursement puis je obtenir pour les prothèses et appareillages ? Le traitement du cancer entraîne parfois des effets secondaires. Les prothèses (perruque, prothèse mammaire) et appareillages (fauteuil roulant…) prescrits par un médecin peuvent être pris en charge par l’assurance maladie et votre mutuelle. Mes frais de transport peuvent ils être remboursés ? S’il vous est nécessaire de vous déplacer à un rendez vous pour des soins et traitements en lien avec votre pathologie et que vous êtes dans l’incapacité de vous déplacer par vos propres moyens, la caisse d’assurance maladie peut rembourser vos frais de transport sur prescription de votre médecin traitant. Auprès de quel organisme puis je demander des aides financières en cas de difficultés ? L’assurance maladie (demande d’aide exceptionnelle), la CAF (Caisse d’Allocation Familiale), les CCAS (Centres Communaux d’Action Sociale), la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) et l’assistant social polyvalent de secteur du conseil général seront vos interlocuteurs privilégiés pour ce type de demandes.

Informer

Attention : la reconnaissance en ALD ne vous dispense pas de contracter une mutuelle car certains frais ne seront pas pris en compte tel que le forfait journalier en cas d’hospitalisation ainsi que la chambre particulière. Ne sont pas pris en charge également tous les frais (médicaments…) qui ne sont pas en lien avec votre cancer.

Quels sont les services qui existent pour me permettre de rester à mon domicile ? L’hospitalisation à domicile (HAD) : L’HAD est une alternative à l’hospitalisation. Le rôle d'une HAD est d'assurer la coordination entre les acteurs, médicaux, paramédicaux et les différents prestataires impliqués. Ainsi la structure d'hospitalisation à domicile devient l'interlocuteur unique du patient, assurant la gestion des matériels, des médicaments et la rémunération des intervenants. De plus certaines HAD disposent d'un service social, d'un psychologue, permettant une prise en charge globale du patient. Toutes les demandes d'hospitalisation à domicile doivent émaner d'un médecin (hospitalier ou non) et être formalisées sous la forme d'une prescription, datée et signée. Par ailleurs si le médecin demandeur n'est pas le médecin traitant, l'accord de ce dernier est indispensable, ainsi que le consentement du patient. Les services d'HAD sont financés par la sécurité sociale et les assurances complémentaires.

Agir

Après l’hospitalisation

Nos partenaires :

HADruses Centre hospitalier 5 allée St Martin 72500 CHATEAU-DU-LOIR Tél : 02 43 44 77 82 E-mail : hadsecretariat@ch-chateauduloir

Concerne les cantons de La Chartre-sur-le-Loir, Châteaudu-Loir, Le Grand-Lucé, Bouloire, Ecommoy, Pontvallain, Le Lude, Mayet, St-Calais, Vibraye. Communes de Challes, Changé, Parigné-l’Evêque, Ruaudin.

H.A.D. La Ferté Bernard Centre Hospitalier 56 avenue Pierre Brûlé 72400 La Ferté-Bernard Tél : 02 44 71 86 45

Concerne les cantons de La Ferté-Bernard, Tuffé, Montfort-le-Gesnois, Bonnétable et Montmirail

H.A.D. PGNS 9 allée Marie-Louise SOUTY 72240 CONLIE Tél : 02 43 52 11 56

Concerne les cantons de Ballon, Beaumont-surSarthe, Conlie, Fresnay-sur-Sarthe, Loué, Mamers, Marolles-les-Braults, Sillé-le-Guillaume.

33

Soutenir

H.A.D. Le Mans Métropole 92-94, rue Molière 72000 LE MANS Tél : 02 43 50 32 57


Les services de soins infirmiers : Si votre état de santé nécessite des soins ponctuels (pansements, prise de sang…) ou une surveillance régulière, vous pouvez bénéficier soit des services de soins infirmiers à domicile (SSIAD), soit d’un infirmier en libéral. Sur prescription médicale, ils sont remboursés par l’assurance maladie.

Informer Agir

Les aides à la personne : Il existe différents types de service d’aide à la personne assurés par des associations d’aide à domicile ou des sociétés privées. • L’aide ménagère peut venir vous assister dans les tâches de la vie quotidienne : ménage, repassage, courses, entretien du linge, cuisine. • L’auxiliaire de vie sociale vous apporte une aide dans la réalisation des actes de la vie quotidienne ; aide à la toilette, l’habillage, l’élimination (change de protections ou vous aider à aller aux toilettes) et aux transferts. • Le portage de repas : Pour bénéficier du portage de repas à votre domicile, adressez-vous à la mairie de votre lieu de résidence. • Les aides à l’aménagement du domicile : Votre état de santé peut nécessiter un aménagement de votre domicile. Vous pouvez obtenir différentes aides financières auprès d’organismes tel que l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat, les caisses de retraite ou le conseil général (APA et MDPH). Pour effectuer Attention : ses démarches, il vous Adressez vous à des faudra vous munir d’au entrepreneurs spécialisés minimum deux devis. dans le domaine du handicap (Liste disponible auprès de la MDPH de votre département).

Quelles sont les alternatives au retour à domicile ? Les services de soins de suite et réadaptation (SSR) : Les SSR peuvent vous accueillir temporairement avant ou après vos traitements. Le SSR a pour objectif le retour à l’autonomie et la réinsertion au domicile du patient après l’hospitalisation. Il se caractérise par la nécessité de soins et de surveillance médicale pendant une période limitée. Les foyers logement : Ce type de logement s’adresse aux personnes âgées de plus de 60 ans autonomes pour les actes de la vie quotidienne. Vous disposez d’un appartement au sein d’une structure collective qui vous offre différents services (restauration, nettoyage du linge, du logement…). Ces structures ne sont pas médicalisées. Ces établissements proposent parfois des hébergements temporaires pour vous permettre de vous reposer avant un retour au domicile.

Soutenir

Les centres d’hébergement : Si vous ne pouvez plus assumer les tâches de la vie quotidienne et que votre état de santé nécessite des soins ainsi qu’une surveillance continue, vous pouvez être accueilli dans un centre d’hébergement tel que des établissements pour personnes âgées dépendantes (pour les personnes de plus de 60 ans) ou des foyers pour adultes pour les personnes de moins de 60 ans (foyer de vie pour adulte, Maisons d’Accueil Spécialisées (MAS), Foyers d’Accueil Médicalisés (FAM).

34


Comment obtenir un aménagement du temps de travail ? Après un arrêt maladie prolongé, le travail peut être repris progressivement grâce au temps partiel thérapeutique (communément appelé, le mi-temps thérapeutique). Il est possible de recommencer à travailler entre 50% et 90 % du temps plein. Dans le secteur privé, il nécessite l’accord du médecin traitant et de la médecine du travail et doit être négocié avec l’employeur. Dans le secteur public, il faut passer par la commission médicale départementale et effectuer la demande 3 mois à l’avance.

Pour En Savoir +

Informer

Puis-je bénéficier d’un aménagement de poste ? Après une longue période d’arrêt maladie, il peut être nécessaire d’aménager votre poste. La visite de pré-reprise auprès de la médecine de travail a pour but de préparer votre retour à l’emploi et d’envisager des aménagements de poste. Il pourra par exemple vous être proposé un aménagement de votre rythme de travail ou de votre poste (outillage spécifique…). Cette visite de pré-reprise est prévue par le code du travail et peut être sollicité par vous-même, votre médecin traitant ou celui de votre caisse d’assurance maladie.

Famille & Proches : Quels sont vos droits ?

Qu’est ce que le congé de solidarité familiale ? Si vous travaillez et que vous souhaitez cesser partiellement ou totalement votre activité professionnelle afin de vous occuper d’un proche gravement malade en fin de vie, vous pouvez bénéficier d’un congé de solidarité familiale. Cette demande est à effectuer au minimum 15 jours avant votre départ en congé auprès de votre employeur par lettre recommandée avec accusé de réception. Vous devrez joindre à cette lettre un certificat médical justifiant l’état de santé de votre proche. La durée de ce congé est de trois mois, renouvelable une fois. Vous retrouverez à votre reprise de travail votre poste dans les mêmes conditions. Qu’est ce que le congé de soutien familial ? Ce congé s’adresse aux personnes qui souhaitent cesser leur activité professionnelle pour s’occuper d’un proche présentant un handicap ou une perte d’autonomie importante. Votre employeur ne peut refuser ce congé. Vous devez justifier de deux ans au minimum d’ancienneté dans votre entreprise. Cette démarche est à effectuer auprès de votre employeur au moins deux mois avant la date de votre départ en congé par lettre recommandée avec accusé de réception. Votre lien de parenté avec la personne aidée sera à justifier en apportant la preuve de sa dépendance (décision d’attribution de l’allocation personnalisée d’autonomie ou justificatif d’un taux d’incapacité). Non rémunéré, ce congé est d’une durée de trois mois renouvelable dans la limite d’un an dans toute votre carrière.

35

Agir

Suite à un problème de santé, il n’est pas toujours possible de reprendre son activité professionnelle dans les mêmes conditions. Dans ce cas, plusieurs solutions existent.

Soutenir

Ma reprise de travail :


Rester en harmonie avec son corps Le cancer peut engendrer des modifications corporelles : dévalorisation, handicap, fatigue… Des professionnels peuvent aider à se sentir mieux dans son corps, à en reprendre peu à peu le contrôle.

Informer

De plus, il est fréquent que les personnes atteintes d’une pathologie telle que le cancer se sentent en rupture avec leur propre corps et qu’elles n’osent plus le toucher. L’image corporelle peut être modifiée et l’estime de soi altérée.

Médecine MPR et Kinésithérapie

Le rôle du médecin de médecine physique et de réadaptation est d’évaluer les difficultés fonctionnelles, d’en analyser les causes, d’offrir des moyens de les limiter, de les traiter, voire de les suppléer en coordonnant les soins de rééducation pour permettre la récupération d’une autonomie dans les actes quotidiens. C’est une démarche essentielle pour améliorer la qualité de vie. Le médecin de rééducation et l’ensemble des professionnels de la rééducation peuvent intervenir à toutes les phases du soin en cancérologie. Le kinésithérapeute intervient également tout au long du traitement et de ses séquelles. Son domaine d’action couvre aussi bien la réadaptation que la prévention, l’éducation ou la qualité de vie.

La stomie (infirmière stomathérapeute)

Agir

Une stomie peut être nécessaire dans le cadre de la chirurgie d’un cancer du côlon ou du rectum. Après avoir enlevé la portion de côlon atteinte par la tumeur, le chirurgien procède habituellement au raccordement des deux portions de côlon non atteintes pour rétablir la continuité intestinale. L’infirmière stomathérapeute est une infirmière spécialisée dans la prise en charge des personnes dotées d’une stomie. Elle les accompagne avant et après l’opération afin qu’ils puissent reprendre une vie personnelle, familiale, professionnelle et sociale normale : • Avant l’opération : Quand une stomie est envisagée, l’infirmière stomathérapeute rencontre le patient et sa famille avant l’opération afin de leur expliquer en quoi elle consiste. L’emplacement de la future stomie est repéré en concertation avec le patient, en tenant compte de sa morphologie et de ses habitudes de vie. • Après l’opération : L’infirmière stomathérapeute apprend au patient comment faire sa toilette et changer la poche afin qu’il soit indépendant le plus tôt possible. Elle l’aide aussi à choisir l’appareillage le mieux adapté à sa situation, en termes d’étanchéité, de confort, de discrétion, de facilité d’utilisation, etc... • Après la sortie de l’hôpital : Une infirmière stomathérapeute peut être consultée en cas de problème (lésion cutanée, appareillage à modifier…).

Massage et Réflexologie

Soutenir

Une masseuse-reflexologue est également à votre disposition pour vous délivrer des massages qui permettent une profonde relaxation physique et psychologique. Les massages permettent de libérer les tensions et même diminuer certaines douleurs. En réduisant le stress et l’insomnie, les massages peuvent permettent de renouer positivement le contact avec son corps. La réflexologie plantaire, en plus de relaxer l’ensemble du corps, permet de stimuler ou de détendre des zones précises de l’organisme. 36


Objectif : Amener la personne dans un état de relaxation et lui permettre de puiser en elle les ressources présentes. Elle les aura alors à sa disposition pour gérer au mieux son quotidien.

Utilisée en complément pour renforcer ou aider à supporter des traitements classiques, la sophrologie est particulièrement efficace car elle vous permettra par le biais de la relaxation et de la respiration de lutter contre la souffrance physique et morale. La sophrologie est une méthode, un outil qui regroupe plusieurs techniques de relaxation. Elle associe le relâchement musculaire, la respiration et la mise en avant des pensées positives.

Informer

Sophrologue

Socio-esthétique

Agir

Pour En Savoir +

Les soins esthétiques s’adressent aux femmes mais aussi aux hommes. Le corps garde une mémoire positive de ces instants qui créent un équilibre avec tous les moments pénibles du traitement. C’est un pont entre la vie « normale » et l’univers médical. La socio-esthéticienne peut donner des conseils sur l’hydratation de la peau, le maquillage ou sur le soin des ongles par exemple. 37

Objectif : Restaurer l'estime de soi et la dignité. Basés sur la richesse du sensoriel, les soins esthétiques permettent une prise en charge personnalisée et réconfortante de la personne.

Soutenir

Il arrive que le malade n’ose plus se regarder dans un miroir ou encore se toucher. Il est en rupture avec son corps. Notre socio-esthéticienne peut aider à rétablir une meilleure image de soi grâce à des soins mais aussi des conseils qui permettent au malade de retrouver l’estime de lui-même, ce qui va l’aider à se reconstruire. En pratiquant des soins du visage et du corps, la socioesthéticienne permet à la personne de réapprendre peu à peu la sensation agréable d’être touchée. Cette démarche a un intérêt médical puisque mieux accepter son corps aide à mieux supporter les traitements.


L’oncogériatrie

Informer

L’oncogériatrie est le rapprochement de deux spécialités, la cancérologie et la gériatrie. Cette pratique vise à garantir à tout patient âgé atteint de cancer un traitement adapté à son état grâce à une approche multidisciplinaire et multiprofessionnelle. Les personnes âgées ont des défenses moins actives et surtout une moindre capacité de réponse au stress ; les risques de toxicité des traitements sont plus importants. La vulnérabilité et la fragilité des malades âgés atteints de cancer imposent donc une expertise gériatrique.

Pour En Savoir +

Celle-ci intervient dès le début de la prise en charge, avant même l’intervention. En effet, l’analyse gériatrique sera prise en compte lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP). L’oncogériatre sera assisté par une équipe mobile de gériatrie (E.M.G.). Celleci permettra une approche médico-psycho-sociale des personnes âgées, au plus près du patient dans toutes les unités de soins ainsi qu’au service d’urgences.

Agir

L’éducation thérapeutique ou comment mieux vivre avec

Soutenir

L'Education Thérapeutique du Patient (ETP) vise à aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec la maladie et ainsi mieux "vivre avec" ! Les patients atteints de différentes formes de cancers rencontrent de multiples problèmes qui résultent de leur maladie et de ses traitements. Il est nécessaire de leur apporter un soutien approprié, dépassant largement les traitements médicaux du cancer. Les interventions éducatives doivent faire partie intégrante de la prise en charge : elles sont nécessaires car les patients présentent des niveaux élevés de détresse psychologique et une altération importante de leur qualité de vie. Ils doivent faire face à des symptômes ou des contraintes qu’ils ne connaissent pas et donc, modifier leur comportement, leur vie sociale. De même, les patients et leurs familles peuvent avoir besoin de cet accompagnement depuis le moment où le diagnostic est posé jusqu’à la période de surveillance.

38


Les ateliers proposés à la Clinique du Pré sont les suivants : • Les représentations et a priori de la maladie et du malade. • La prise en charge de la douleur. • Les effets indésirables des différents traitements, aspects physiologiques, aspects psychologiques. • Les conséquences nutritionnelles du cancer, conseils et prévention. • Ressourcement : Gestion de l’asthénie et gestion du stress. • Tabacologie.

Informer

L'ETP permet au patient de devenir acteur de sa santé. Les objectifs sont les suivants : • Mieux comprendre sa maladie et ainsi pouvoir l'accepter ; • Connaître les bénéfices et les effets secondaires de ses traitements ; • Reconnaître une aggravation et savoir réagir de manière adéquate ; • Identifier les facteurs ou circonstances déclenchant des pics de résurgence de la maladie pour mieux les éviter ; • Résoudre les difficultés du quotidien liées à la maladie (améliorer la vie de tous les jours).

Les soins palliatifs (les équipes mobiles de soins palliatifs)

Il s’agit d’un accompagnement du malade et de sa famille dans le respect de la dignité par une démarche de soins palliatifs humaine, qui prenne en compte notamment les aspects religieux, spirituels, psychologiques ou même sociaux. La volonté est aussi de préserver le patient d'investigations ou de traitements déraisonnables (c'est-à-dire l'acharnement thérapeutique), au sens où ils ne pourront apporter d'amélioration.

Agir

On parle de phase palliative de la maladie pour désigner la période durant laquelle l’objectif prioritaire des traitements est l’amélioration de la qualité de vie. Les soins palliatifs ont pour mission de soulager la douleur et d’atténuer les symptômes inconfortables par une prise en charge pluridisciplinaire. Ils sont mis en place dès lors que les traitements ne parviennent plus à agir sur la maladie. Si le terme « soins palliatifs » peut faire peur, il n’est pas pour autant synonyme de « phase terminale ». En effet, cette période peut durer plusieurs mois, voire des années.

palliatifs & accompagnement

39

Soutenir

Pour En Savoir +


L’Après cancer : Cocon vous accompagne …. …Après votre traitement.

Informer

L’hôpital ou la clinique est considéré comme un lieu rassurant. Lorsque vous êtes au sein de l’établissement, l’équipe médicale/soignante répond vite à vos questions et à vos besoins. De retour à la maison, la joie de retrouver votre domicile et le soulagement d’en avoir terminé avec les traitements se mêlent parfois au sentiment de solitude. Ce sentiment est tout à fait normal : tourner la page du jour au lendemain est difficile.

….Dans vos nouveaux projets. Contracter un prêt, acheter une maison, reprendre le travail, avoir un enfant… Après avoir vaincu le cancer, les projets de vie ne manquent pas. Mais les soutiens pour y parvenir font parfois cruellement défaut. Au-delà du traitement du cancer, l'accompagnement des patients guéris apparaît comme une autre mission de notre COCON. Jusqu’à 18 mois après votre maladie, COCON vous accueille, vous écoute et vous oriente vers les soins de support et les associations qui pourront vous aider. N’hésitez pas à nous recontacter !

Agir Soutenir 40


Les Infos Pratiques

Autoroute A11, sortie Le Mans Nord, puis direction Angers sortie Université, Clinique du Pré. Autoroute A11, sortie Le Mans Ouest direction Le Mans, puis Clinique du Pré. Rocade du Mans, sortie Université - Clinique du Pré. Tramway : Ligne Haute Venelle - Clinique du Pré

Notre secrétariat d’accueil : une personne à votre écoute

Pour nous contacter : Un seul numéro Accueil Cocon : 02.43.77.50.50 Lundi-Vendredi : 9h-12h30 /14h-17h30

Clinique du Pré 13, avenue René Laënnec - 72018 Le Mans Cédex 2 Tél : 02 43 775 775 - SIREN : 305 776 262 00027

www.clinique-du-pre.fr


Mes Notes


Une équipe pluridisciplinaire au service de votre santé

Une prise en charge globale et personnalisée Des parcours de soins fluides et organisés www.clinique-du-pre.fr Clinique du Pré - 13, avenue René Laennec - 72000 LE MANS Tél : 02 43 775 775 - Fax : 02 43 775 700 E-mail : contact@clinique-du-pre.fr SIREN : 305 776 262 00027

Guidecocon  
Guidecocon  
Advertisement