Page 1


Mot du metteur en scène

Mot de la scénographe

Il y a dans et AU BOUT DU FIL, un espace fascinant, singulier, auquel nous voudrions ce soir vous amarrer…

Un texte, des personnages, une vision du metteur en scène, il n'en faut pas plus pour basculer dans l'univers d’Évelyne de la Chenelière.

Un espace, où, au seuil de la mort, vieillesse et enfance se confondent, le temps de rendre palpable la délicieuse illusion d’un improbable recommencement.

Des personnages qui pratiquent leur activité, la pêche, sont en quête de sens face à l’absurdité de leur fatalité. La conscience de leurs derniers pas dans cette vie les ramène à leur premier besoin, l'amour parental, "c'est quand on est vieux qu'on a besoin de parents..." C'est dans la vulnérabilité des derniers instants que renaît la fougue des premiers jeux de l'enfance, le temps d'une dernière rébellion.

Vous y verrez des vieillards qui fuguent de leur centre d’accueil et qui désirent si fort fuir la décrépitude, la mort et pouvoir ainsi recommencer depuis le début leur vie, que, leurs songes se mêlant à la réalité, ils redeviennent par moments de petits enfants aussi candides et vulnérables que s’ils étaient encore à l’autre extrémité de la vie… à l’autre bout du fil. Un espace paradoxal, comme celui du théâtre ou de l’existence elle-même, dont on ne sait avec certitude s’il est vécu ou rêvé et qui révèle les petites et frêles créatures que nous sommes. Merci à toute l’équipe des comédiens, à celle de la production, à notre scénographe Jackie Morin, sans oublier bien sûr l’auteure de cet univers captivant : Évelyne de la Chenelière.

C'est dans ce lieu que je vous convie, ce lieu où se bâti l'imaginaire de l'enfance et où se raconte la mémoire de l’âge de la sagesse. Cet univers parsemé d'objets qui comme eux ont traversé la vie, raconte le passage éphémère entre deux âges. Laissez-vous transporter... au bout du fil. Bonne soirée, Jackie Morin

Bonne soirée, Gilles Labrosse

2

3


Mot du metteur en scène

Mot de la scénographe

Il y a dans et AU BOUT DU FIL, un espace fascinant, singulier, auquel nous voudrions ce soir vous amarrer…

Un texte, des personnages, une vision du metteur en scène, il n'en faut pas plus pour basculer dans l'univers d’Évelyne de la Chenelière.

Un espace, où, au seuil de la mort, vieillesse et enfance se confondent, le temps de rendre palpable la délicieuse illusion d’un improbable recommencement.

Des personnages qui pratiquent leur activité, la pêche, sont en quête de sens face à l’absurdité de leur fatalité. La conscience de leurs derniers pas dans cette vie les ramène à leur premier besoin, l'amour parental, "c'est quand on est vieux qu'on a besoin de parents..." C'est dans la vulnérabilité des derniers instants que renaît la fougue des premiers jeux de l'enfance, le temps d'une dernière rébellion.

Vous y verrez des vieillards qui fuguent de leur centre d’accueil et qui désirent si fort fuir la décrépitude, la mort et pouvoir ainsi recommencer depuis le début leur vie, que, leurs songes se mêlant à la réalité, ils redeviennent par moments de petits enfants aussi candides et vulnérables que s’ils étaient encore à l’autre extrémité de la vie… à l’autre bout du fil. Un espace paradoxal, comme celui du théâtre ou de l’existence elle-même, dont on ne sait avec certitude s’il est vécu ou rêvé et qui révèle les petites et frêles créatures que nous sommes. Merci à toute l’équipe des comédiens, à celle de la production, à notre scénographe Jackie Morin, sans oublier bien sûr l’auteure de cet univers captivant : Évelyne de la Chenelière.

C'est dans ce lieu que je vous convie, ce lieu où se bâti l'imaginaire de l'enfance et où se raconte la mémoire de l’âge de la sagesse. Cet univers parsemé d'objets qui comme eux ont traversé la vie, raconte le passage éphémère entre deux âges. Laissez-vous transporter... au bout du fil. Bonne soirée, Jackie Morin

Bonne soirée, Gilles Labrosse

2

3


Mot de la troupe

Remerciements

Récemment, un ami m’a demandé de résumer en un mot la troupe de théâtre. Tout ce que j’ai pu lui répondre c’est « bonne question ». Je lui ai promis d’y réfléchir et voilà ma réponse. Tout d’abord, notre troupe a connu des difficultés dès le départ, car nous devions être onze participants, mais, progressivement, le nombre a diminué jusqu’à six. Ceci a causé de nombreux maux de têtes, principalement à Gilles notre metteur en scène qui a dû supprimer des personnages, en fusionner, réviser les dialogues et les mises en scène. Par ricochet, je tiens à le féliciter et à le remercier sincèrement pour tous les efforts qu’il a mis afin de rendre ce spectacle fascinant. Nous avons également nos petites anecdotes, comme à la première « répétition » lorsqu’une fille, pendant la lecture du texte, s’est levée et s’est théâtralement (c’est le cas de le dire) exclamée : « Moi je ne joue que du théâtre classique! » avant de quitter la salle. Plusieurs d’entre nous ont du se retenir afin de ne pas rire! L’un des points forts de notre troupe est l’hétérogénéité. En effet, il n’y a pas deux membres de la troupe qui se ressemblent. D’abord Nicolas, l’activiste, souverainiste, gréviste, bref le futur homme politique de la troupe qui militerait jusqu'à en mourir pour que justice soit faite. Ensuite Marie-Pier, enjouée et en forme même lors des lendemains de veille et qui regorge de petites histoire cocasses. Violaine, la Française fière de sa patrie (mais pas de son Président). Goldrick, le « ti-noir », toujours content, calme, prêt à aider autrui en tout temps et le sourire éternellement pendu au visage (sauf lorsqu’il joue son personnage). Thierry, fan fini de Pink Floyd et plutôt mauvais conducteur (sans rancune). Valérie, gentille, amicale et qui, selon Goldrick, « fais bien la morte ». Finalement, il y a moi, parfois discret, parfois impossible à manquer. Considérant tous ces facteurs, un mot pour décrire la troupe ?

Encore et toujours mille mercis à Gilbert Forest pour son indéfectible soutien, pour son appui constant aux étudiants et à la troupe de théâtre depuis plus de 20 ans. Merci à Rose Montesano qui fait l’impossible en souriant ainsi qu’au Service et à la direction de la vie étudiante. Grâces soient rendues à Serge Cuerrier, le directeur technique du Théâtre du Grand Sault, pour sa disponibilité, pour l’appui et l’encadrement pédagogique qu’il donne à nos jeunes. Merci à Ernesto Vargas du Carrefour de l’information qui est toujours prêt à nous dépanner.

Union. Sacha Durig au nom de la troupe

4

5


Mot de la troupe

Remerciements

Récemment, un ami m’a demandé de résumer en un mot la troupe de théâtre. Tout ce que j’ai pu lui répondre c’est « bonne question ». Je lui ai promis d’y réfléchir et voilà ma réponse. Tout d’abord, notre troupe a connu des difficultés dès le départ, car nous devions être onze participants, mais, progressivement, le nombre a diminué jusqu’à six. Ceci a causé de nombreux maux de têtes, principalement à Gilles notre metteur en scène qui a dû supprimer des personnages, en fusionner, réviser les dialogues et les mises en scène. Par ricochet, je tiens à le féliciter et à le remercier sincèrement pour tous les efforts qu’il a mis afin de rendre ce spectacle fascinant. Nous avons également nos petites anecdotes, comme à la première « répétition » lorsqu’une fille, pendant la lecture du texte, s’est levée et s’est théâtralement (c’est le cas de le dire) exclamée : « Moi je ne joue que du théâtre classique! » avant de quitter la salle. Plusieurs d’entre nous ont du se retenir afin de ne pas rire! L’un des points forts de notre troupe est l’hétérogénéité. En effet, il n’y a pas deux membres de la troupe qui se ressemblent. D’abord Nicolas, l’activiste, souverainiste, gréviste, bref le futur homme politique de la troupe qui militerait jusqu'à en mourir pour que justice soit faite. Ensuite Marie-Pier, enjouée et en forme même lors des lendemains de veille et qui regorge de petites histoire cocasses. Violaine, la Française fière de sa patrie (mais pas de son Président). Goldrick, le « ti-noir », toujours content, calme, prêt à aider autrui en tout temps et le sourire éternellement pendu au visage (sauf lorsqu’il joue son personnage). Thierry, fan fini de Pink Floyd et plutôt mauvais conducteur (sans rancune). Valérie, gentille, amicale et qui, selon Goldrick, « fais bien la morte ». Finalement, il y a moi, parfois discret, parfois impossible à manquer. Considérant tous ces facteurs, un mot pour décrire la troupe ?

Encore et toujours mille mercis à Gilbert Forest pour son indéfectible soutien, pour son appui constant aux étudiants et à la troupe de théâtre depuis plus de 20 ans. Merci à Rose Montesano qui fait l’impossible en souriant ainsi qu’au Service et à la direction de la vie étudiante. Grâces soient rendues à Serge Cuerrier, le directeur technique du Théâtre du Grand Sault, pour sa disponibilité, pour l’appui et l’encadrement pédagogique qu’il donne à nos jeunes. Merci à Ernesto Vargas du Carrefour de l’information qui est toujours prêt à nous dépanner.

Union. Sacha Durig au nom de la troupe

4

5


Distribution

Équipe de production

Par ordre d’entrée en scène

Réalisation :

Service à la vie étudiante, secteur socioculturel, Gilbert Forest

Scénographie :

Jackie Morin

Direction technique T.G.S :

Serge Cuerrier

Conception du décor:

Jackie Morin

Conception d'éclairage:

Joannie Campagna

Conception des costumes:

Nathalia Liendo et Danielle Missike

SI

NICoLaS DaoUST

Do

SaCha DURIG

SoURDINE

ThIERRy CoChaUxLaBERGE

La

VIoLaINE DoUILLaRD

GoLDRICk NoëL

Fa

VaLÉRIE ST-PIERRE

BÉMoL

MaRIE-PIER GIRoUx

Régie générale:

Frédérique Champoux

SoL (CELLE aUx yEUx ÉToNNÉS)

VaLÉRIE ST-PIERRE

Manipulation éclairage:

Danielle Missike

SoUPIR (CELUI-qUI-PaRLE-PaS)

GoLDRICk NoëL

Manipulation son:

Edwin Emmanuel Castillo

habilleur et machiniste:

Nathalia Liendo et François Luu

Construction des décors:

Frédérique Champoux François Luu Jackie Morin

Machiniste et maquillage:

Pénélope Pigeon

Dessins :

Sasha Martineau

MISE EN SCèNE

GILLES LaBRoSSE

aFFIChE

NICoLaS DaoUST

MoNTaGE DE La BaNDE SoNoRE EDwIN EMMaNUEL CaSTILLo

6

Équipe technique

7


Distribution

Équipe de production

Par ordre d’entrée en scène

Réalisation :

Service à la vie étudiante, secteur socioculturel, Gilbert Forest

Scénographie :

Jackie Morin

Direction technique T.G.S :

Serge Cuerrier

Conception du décor:

Jackie Morin

Conception d'éclairage:

Joannie Campagna

Conception des costumes:

Nathalia Liendo et Danielle Missike

SI

NICoLaS DaoUST

Do

SaCha DURIG

SoURDINE

ThIERRy CoChaUxLaBERGE

La

VIoLaINE DoUILLaRD

GoLDRICk NoëL

Fa

VaLÉRIE ST-PIERRE

BÉMoL

MaRIE-PIER GIRoUx

Régie générale:

Frédérique Champoux

SoL (CELLE aUx yEUx ÉToNNÉS)

VaLÉRIE ST-PIERRE

Manipulation éclairage:

Danielle Missike

SoUPIR (CELUI-qUI-PaRLE-PaS)

GoLDRICk NoëL

Manipulation son:

Edwin Emmanuel Castillo

habilleur et machiniste:

Nathalia Liendo et François Luu

Construction des décors:

Frédérique Champoux François Luu Jackie Morin

Machiniste et maquillage:

Pénélope Pigeon

Dessins :

Sasha Martineau

MISE EN SCèNE

GILLES LaBRoSSE

aFFIChE

NICoLaS DaoUST

MoNTaGE DE La BaNDE SoNoRE EDwIN EMMaNUEL CaSTILLo

6

Équipe technique

7


Nous félicitons toute l'équipe du P'tit Théâtre du Splendide pour cette passion qui les anime, et pour l'amour contagieux du théâtre. Merci et surtout Bravo! de nous divertir et de nous permettre de vivre des moments précieux avec autant de chaleur et de rire et ce depuis 22 ans déjà. Bon anniversaire ! Monsieur Clément Gignac Député de marguerite-Bourgeoys, Ministre des Ressources naturelles et de la Faune Ministre responsable du Plan Nord

8

9


Nous félicitons toute l'équipe du P'tit Théâtre du Splendide pour cette passion qui les anime, et pour l'amour contagieux du théâtre. Merci et surtout Bravo! de nous divertir et de nous permettre de vivre des moments précieux avec autant de chaleur et de rire et ce depuis 22 ans déjà. Bon anniversaire ! Monsieur Clément Gignac Député de marguerite-Bourgeoys, Ministre des Ressources naturelles et de la Faune Ministre responsable du Plan Nord

8

9


Coopérative du Cégep André-Laurendeau 1111, rue Lapierre LaSalle, québec Téléphone : (514) 367-1412 Télécopieur : (514) 367-1755

10

11


Coopérative du Cégep André-Laurendeau 1111, rue Lapierre LaSalle, québec Téléphone : (514) 367-1412 Télécopieur : (514) 367-1755

10

11


Programme de théâtre 2012  

Il y a dans et AU BOUT DU FIL, un espacefascinant, singulier, auquel nous voudrions ce soir vous amarrer… Bonne soirée, Gilles Labrosse Mett...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you