Issuu on Google+

À SAINT-RÉMY-DE-PROVENCE

,

31/05/2013

.

.

Les petites villes .mettent la pression sur l'Etat Hervé Chérubini en cnnvient, pas sûr que Jean Reno et Mathilde Seigner qui étaient en tourna- . ge hier matin à Saint-Rémy-de-Provence aient eu envie de répondre à l'invïtation du maire PS pour l'après-midi. À l'Alpilium, salle de congrès tout juste inaugurée en marge du centre-ville, il s'agissait de plancher sur "les fractures territoria-

~

Sapin doit changer de ton avec les collectivités locales Il

Il

Comprenez-vous l'opposition des élus locaux à la métropole du gouvernement? 1 l'organisation des territoires a pour moteurs

les". Le contexte, pourtant, ne

"Nous avons besoin d'une autonomie fiscale renforcée." prête pas aux bâillements. Coïncidence du calendrier, Saint-Rémy accueillait les Assises des petites villes de France (APVF) - entre 3000 et 20000 habitaots - en même temps que le Sénat débutait ses travaux publics sur la loi de décentralisation. Pendant que · les "petits maires" de l'Hexagone faisaient notamment remarquer à Claude Bartolone, président PS de l'Assemblée nationale venu ouvrir les débats, que "les maires doivent pouvoir utiliser comme ils l'entendent les intercommunalités ", leurs représentants des Bouches-du-Rhône campaient

\!'J

N

BARTOLONE préSident de l'Assemh!ff

350 maires participent à ces assises. la ministre Cécile Duflot !PiiOTOS ÊDOUAROCOULOT les clôturera aujourd'hui à Saint-Rémy. devant le Sénat contre le projet de métropole Aix-Marseille proposé par l'État. "Une métropole ne se décr,ète pas, elle ne peut qu'être le fruit d 'un consensus", rappelle HeIVé Chérubini. . En écho, Jean-Pierre Balligand, député-maire PS d' une commune de Picardie et président délégué de l'APVF, soit 1180communes en France. demande la création de "conférences de maires, sortes de Sénat in- . tercommunaux, pour repartir du terrain. Il ne s'agirait pas non plus" pâursuit-il,· que la réduction des dotations de l'État en

2014 devienne la règle. Nous

avons besoin d'urie autonomiefiscale renforcée et d 'un pacte de confiance avec l'État. " Message reçu par le président d'une Assemblée qui examinera le projet de loi de décentralisation dès juillet. Et est prêt à assouplir les règles financières pour les collectivités locales. "Pensez-vous que Saint-Rémy se porterait moins bien si Marseille se portait mieux?", interroge-t-il cependant. Une manière de dire que la bataille sera âpre toute l'année sur la métropole. François TONNEAU

v

,

la solidarité et les réponses sociales. la proposition de Marylise lebranchu sur la métropole est importante parce Que .des rendez-vous ont été manqués. C'est à l' État de servir de starter, les traditions locales ne pouvant toujours conduire à l'immobilisme. Cela n'empêche pas d'entendre les élus locaux. l ' Assemblée nationale devra être attentive aux colJséquences de cette loi. Au moment où l' État demande de faire des efforts aux collectivités locales, à elle de servir de lien. L'État qui, par la voix de Michel Sapin, le ministre du Travail, n'a pas été·tendre avec les collectivités locales••• Ses propos ont froissé beaucoup d'élus, moi le premier. Je ne voudrais pas que le ministre du Travail fasse passer les insuffisances de ses services sur le dos des collectivités locales. Sinon, ça n' ira pas. Il faut changer de ton, çar une telle attitude peut conduire au divorce.

2

Avez-vous été fro issé de la même manièr~ par l'Europe qui demande à la France d'accélérer sur la réforme des retraites? S'il Y a des mauvais serviteurs de l' idée européenne, on les a vus, ils sont à la Commission européenne. En aucun cas cette bande de bu· reaucrates nommés par des gouvernements libéraux n' a à dire à la France ce qu'elle doit faire. Cette négation du suffrage universel est inacceptable. S'ils veulent renforcer les populismes et le rejet de b l' Europe, ils ont bien gagné leur indemnité. Recueilli par F.l.......

3

z

c M •

li

\7

..


31/05/2013 V()lRti,Rti,(j P~unQUE

Claude Bartolone était à Avignon hier, pour « voir sur le terrain si ça marche»

CI

Le président de l'Assemblée nationale vient défendre les dispositifs pour remploi n i ! )l

détaille la directrice

Isa ~

bell~ Gineste. À ses côtés, cinqjeunes qui bénéfident de

Bartolone, président de l'Assemblée nationale était hier après-midi à Avignon. Il a notamment visité la SECMMI, une Scop de 65 salariés,A ses côtés, le préfet Yannick Blanc mais aussi le président du Conseil général Claude Haut, la députée Michèle Fournier-Armand et la vice-présidente de la Région, Cêcile Helle

AVIGNON

Image avant la

nverser la courbe du chôfin de l'an-

'née, c'est l'objectif de François H olland e . Hier à Avi-

rative o uvrière de produc~ tion).Elle emploie aujour~ d'hui 65 salariés et affiche un chiffre d'affaires de 8 millions d'euros.

gnon, Claude Bartolone, le présid ent de l'Assemblée nationale , l'a réaffirmé à son

1

tour: {( Tout doit être fait pour l'émplol. » Et, s'adressant aux députés et sénateurs qui l'accompagnaient, il a lancé : « il ne suffit pas de voter la 'loi, il fa ut voir sur le terrain si ça marche . »)

Id, on est intéressé par les contrats de génération expli~ que le directeur Claud e Mer~ le à Claude Bartolone qui l'in~ terrog e sur les dispositifs mis en place, "Et le CrCE (crédit d'impôt) ?Vous êtes tout à fait dans la cible» assure le préiii~ dent de l'Assemblée nationa~ le, en bQn "VRP" du gouver~ nement. « il faut qu'on reconstitue les marges pour que les entre ~ prises investissent ou embau ~ chent» ajoute ~t~il , d éfendant la ligne social e ~lib é:ra:1e du président d e la République, Une même vision pour un possible candidat à la su cces ~

Donnant l'exemple, le président de l'Assemblée nationale s'est rendu à la SECMMI (Société d'études chaudronnerie mécanique et mainte~ nance industrielle). une en~ treprise installée en zone de Courtine qui, à la suite d e la liq uid a tion du groupe e n 2004, a été reprise par une partie des salariés et trans for~ mée en SCOP (sodété coopé~

Créer 100 000 emplois d'avenir

sion du Pr emier ministre Ayrault. Dans la boîte à outils, il y a aussi les emplois d'averur qui viennent d'être ouverts au secteur privé, faute d'avoir conquis les collectivités locales.L'objectif est d'en créer 100 000, La Mission locale jeune du Grand Avignon' a témoigné de son expérience. « On re~ çoit 4884 jeunes et 3800 sont éligibles aux con trats d 'ave~ J e an~Marc

ce dispositif expliquent leur ,parcours au président de l'Assemblée nationale. Par exemple, Jérémy Blanchard, 19 ans, titulaire d'un CAP chaudronnage, qui va travailler comme jardinier à la Ville de . Morières. La visite se termine au re s ~ taurant "L'Extra~Muro s", avec quelques militants. De~ hors une poignée de manifes~ tants anti~inariage gay font e'n tendre leur voix. Pas de quoi perturber Claude Barto~ lone qui livre un message plus poliUque et tout aussi énergique . L'Europe, J'Allemagne, Mélenchon ... et enfin 2014, « Nous allons être rassern ~ blés pour les élections muni~ dpales.Ce sera un tést, surtout avec l'offensive du Front national qui va profiter de l' ai ~ faiblissement de la ruoite républicaine. Nous avons des r espon sabilités, le d evoir d'entretenir l' espérance et provoquer le changement. }) Cécile Helle, candidate à l'investiture , et Michèle Four~ nier~Armand, qui ne s'est pas encore positionnée, ne pipent mot.

entre le PS vauclusien eUe FN lors des derni~,e, législatives (notre édition du 30 mai).« Je n'ai pas prêté grandes atten~ tions à ces bobards. il n'y a pas la moinrue trace de compro~

L me ma Ar: Fel rel. vit< deI nel qu n' a prÉ la (

3' c Ion de ent sor tou riOl

1: bOl

deI

en le j, d 'a d eI

MIreille MARTIN

"Pas de trace de compromis" laud e Bartolone ba laye quasiment d'un revers de C main les &ccusations d'accord

CA

mis, d'ailleurs quand Catheri~ ne Arkilovitch a laissé apparaî~ tre qu'elle se maintenait, elle a été excl ue » commente~t~ il. « Quand je passe un deal je gagne 'toujours quelque cho ~ se)) confie quelques minutes plus tard Jean~François Lovi~ solo, 1cr fédéral.

H rée dé] ti01

ùn sor

Pa! d'h tan

Te M, quo


Revue de presse - Déplacement du 30 mai 2013