Issuu on Google+

Date : 27/04/2013 Pays : FRANCE Page(s) : 16

ASBSDÉBATS

Diffusion : 338618 Périodicité : Quotidien Surface : 35 %

DÉBATS

L

e 23 avril 2013, l’Assemblée nationale a votéàlamajorité absolue le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de mêmesexe. La nouvelle loi sera prochainement examinée par le Conseil constitutionnel. Si celui-ci la déclare conforme à la Constitution, elle pourra être promulguée par leprésident de laRépublique. Quoi qu’il advienne, le vote du 23 avril 2013est déjà une double victoire. C’est d’abord une victoire pour la République, qui voit sesfondements consolidés. Il faut le répéter : cette loi ne retire de droits àpersonne. Ellenechange pas la réalitéde notre société ; les personnes homosexuelles n’ont pas attendu le législateur pour se jurer fidélité, pour bâtir une familleoumême pour adopter. Cescouples et ces familles existent. La force de cette loi, c’est qu’ellene crée pas de statut particulier, qu’elle n’institue pas un régime juridique pour une communauté. Qu’ellen’établit pas de divisions dans notre Code civil. Mais qu’au contraire elle étendàdes couples et àdes familles de France le régime commun de l’adoption et du mariage. C’est pour cette raison qu’elle renforce la République. Parce qu’elle renforce son indivisibilité, c’est-à-dire la première de sescaractéristiques, celle qui figure en tête de la Constitution du 4 octobre 1958 ; celle sur laquelle nous

Page 83

avons construit notre unité. Maisle vote du 23avril 2013est aussi une victoire pour la démocratie. Malgréles outrances, les violences parfois, un grand débat démocratique apu avoir lieu dans notre pays. Un débat qui a montré ce qu’est l’Assemblée nationale. Lelieu où se décide l’avenir de notre société. Le lieu où les représentants de la Nation ont votél’abolition de la peine de mort, l’interruption volontaire de grossesse, la dépénalisation de l’homosexualité, l’instauration du pacte civilde solidarité et, aujourd’hui, l’ouverture du mariage aux couples de personnes de mêmesexe. C’est au Parlement que tous ces textes ont été votés. Pas dans ces comitésThéodule, qui pensent dans l’ombre, dépourvus de toute légitimité. De même, ce n’est pas la violence de quelques groupuscules qui afaçonné ceslois. Ce sont les représentants de la Nation auxquels un mandat aété confié par le peuple français. L’Assemblée nationale a prouvé qu’elle est le lieu où tous lesarguments peuvent être entendus et discutés. À ceux qui tentent vainement d’affirmer que ce débat aurait été précipité,rappelons qu’il a duré 136heures, sur 12jours et 11nuits. Et qu’en comparaison, celui sur l’abolition de la peine de mort a duré deux jours, etcelui sur l’IVG pas plus de quatre. Une fois de plus, l’Assemblée nationale a démontréqu’elleest

le lieu

les droits de sont respectés, où sesthèses sont étudiées tout commecelles de la majorité. Au cours dece débat, près de 8500 amendements, principalement issusde l’opposition, ont été examinés. L’Assemblée nationalea prouvé qu’elle est ouverte sur l’extérieur, connectée àla société. Nos compatriotes sesont passionnéspour notre travail.Ils l’ontsuivi à la télévision ou bien sur Internet ; ils l’ont commenté sur les réseaux sociaux et ont échangéen permanence avec leurs députés. L’Assemblée nationale a prouvé qu’elle est efficace et mobilisée. Tout en laissant du tempsau débat, elle n’a pas hésité à siéger la nuit, les samedis, les dimanches, afin de ne pas prendre un jour de retard sur son calendrier. Consciente du fait que d’autres textes l’appelaient, dans le domaine économique et social en particulier. L’Assemblée nationalea montré qu’elle est un lieu de vie, fait d’affrontements mais aussi d’émotions, de rires et de convivialité, par-delà les partis et les idées. Un lieu qui connaît malheureusement, parfois, quelques excès. Mais où ces excès sont toujours sanctionnés, car la violence, quelle que soit saforme, n’y a jamais droit de cité. Le dernier jour de l’examen du projet de loi, une poignée de personnes assises dans lestribunes onttenté d’interrompre le vote solennel des représentants de la Nation. Députés de gauche comme de droite, nous avons exigé qu’ils soient où

l’opposition

Tous droits de reproduction réservés


Date : 27/04/2013 Pays : FRANCE Page(s) : 16 Rubrique : CHAMPS LIBRES DÉBATS

Diffusion : 338618 Périodicité : Quotidien Surface : 35 %

immédiatement exclus de l’hémicycle, car nous savions tous ce qui était en jeu à cet instant précis : ce n’était pas simplement le sort d’un projet de loi, c’était le principemême de la démocratie.

CLAUDE BARTOLONE

» Lire aussi PAGE9 +

A ceux qui tentent vainement d’affirmer que ce débat aurait été précipité, rappelons qu’il a duré 136h,sur 12jours et 11nuits. Et qu’en comparaison, celui sur l’abolition de la peine de mort a duré deux jours, et celui sur l’I pas plus de quatre Au terme du débat parlementaire, le président de l’Assemblée nationale considère que la Chambre des députés a pleinement joué son rôle.

Page 84

Tous droits de reproduction réservés


Tribune dans le Figaro - Mariage pour tous