Page 1

Colloque  sur  les  populismes  en  Europe   18  décembre  2013,  14H15   Intervention  de  M.  le  Président  Claude  Bartolone     Mesdames  et  Messieurs  les  députés,  chers  collègues,   Mesdames  et  Messieurs,  chers  militants,  chers  amis,   Le  Parti  socialiste  organise  aujourd’hui  un  colloque  sur  les  populismes.  Je   m’en  félicite  :  il  est  attendu  sur  ce  thème,  il  est  dans  son  rôle.  Pas  simplement   parce  qu’il  y  a  devant  nous,  en  2014,  des  échéances  électorales  qui  seront  un   défi   pour   les   socialistes.   Mais   encore   parce   que   la   tectonique   politique   en   France   et   en   Europe   laisse   présager   des   secousses   profondes,   brutales   et   douloureuses,   si   nous   ne   faisons   rien.   La   question   n’est   pas   seulement   de   garder  le  fortin  de  la  gauche.     C’est,   plus   fondamentalement,   de   maintenir   debout   les   murailles   qui   protègent  la  démocratie  et  les  valeurs  de  la  République.   Cela   fait   plus   de   quinze   ans   que   l’on   constate   en   Europe   une   montée   des   populismes.  Alors,  en  cette  fin  2013,  rien  de  nouveau  sous  le  soleil,  me  direz-­‐ vous.   Eh   bien   si,   le   contexte   fait   que,   ce   qui   était   hier   encore   une   tendance   électorale   devient,   aujourd’hui,   un   fait   politique   aux   conséquences   dramatiques.   Depuis  sa  fondation  en  1972,  le  Front  national  est  désormais  bien  ancré   en  France.  Et,  quoiqu’en  disent  ses  responsables,  il  n’y  a  pas  de  rupture  entre  le  


Front des   années   1980   et   celui   de   la   décennie   2010  :   derrière   l’image   de   respectabilité   qu’il   se   forge,   le   FN   avance   avec   le   même   carburant   de   haine,   de   repli  et  de  xénophobie.  Marine  Le  Pen,  ce  n’est  pas  une  Marine  Durant,  ou  une   Marine  Dupont.  C’est  une  Le  Pen,  une  digne  héritière  de  son  père.   Le   populisme   en   France   n’a   pas   changé   de   nature   mais   il   a   changé   d’intensité  :   il   y   a   cinq   ans   je   n’aurais   pas   dit   que   la   vie   politique   française   se   recompose   autour   de   trois   courants  :   une   extrême   droite,   une   droite   et   une   gauche.   Aujourd’hui   il   y   a   ce   risque  :   le   Front   national   veut   prouver,   déjà   aux   municipales   et   surtout   aux   européennes   de   2014,   qu’il   est   capable   d’engranger   des   scores   qui   le   hissent   au   niveau   des   partis   de   gouvernement.   Il   en   a   les   moyens,  notamment  aux  scrutins  européens,  où  les  sondages  donnent  déjà  ce   parti  au  coude  à  coude  avec  le  PS  ou  l’UMP.   Vous   mettrez   à   profit   cet   après-­‐midi   pour   mieux   cerner   le   phénomène   populiste.  Je  veux  vous  en  donner  mon  interprétation.   N’est  pas  populiste  celui   qui   s’adresse   au   peuple   ou   celui   qui   défend   mieux   le   peuple.   Non.   Celui-­‐là   je   l’appelle   le   vrai   politique.   Celui-­‐là,   je   le   trouve   dans   ma   famille   de   pensée,   la   vôtre,  la  Gauche,  qui  a  la  passion  de  l’égalité,  que  les  injustices  rebutent,  qui  a   l’ambition  du  progrès  et  d’un  monde  meilleur  possible.   Pour   moi,   le   populiste   est   un   politique   au   stade   primaire   de   son   évolution.   Il   maîtrise   le   verbe,   harangue,   flatte,   invective.   Il   a   le   talent   du   langage.  Mais  quand  vient  le  temps  de  l’action,  ses  mots  n’ont  aucune  prise  sur   le   réel,   ou   alors,   s’il   en   a,   c’est   pour   le   nier,   pour   l’anéantir.   Quand   le   nuage   de   fumée   se   dissipe,   on   voit   le   populiste   figé,   la   bouche   ouverte   et   les   bras   ballants.   Ou   alors,   gonflé   de   passions   et   de   haine,   on   voit   ce   populiste   sauter   dans   le   précipice   et   entraîner   la   société   avec   lui.   Le   populiste   n’a   que   deux   visages  :  celui  de  l’impuissance  ou  celui  du  fanatisme.   2/8


Prenez le  discours  des  partis  d’extrême  droite  en  Europe.  Les  populistes   prennent   la   défense   des   plus   faibles,  des   ouvriers,   des   mineurs,   des   métallos,   des   sans   grade,   pour   reprendre   la   terminologie   qui   réussit   aux   Le   Pen.   Fort   bien,   et   je   reconnais   que   cette   rhétorique   fleurit   lorsque   les   partis   de   gouvernement  ne  montrent  pas  assez  d’intérêt  pour  les  plus  fragiles.     Mais   quelle   conséquence   en   tirent-­‐ils  ?   D’abord   ils   opposent   les   uns   contre   les   autres,   les   vrais   Français   aux   immigrés,   ceux   qu’ils   appellent   les   assistés   ou   les   profiteurs   du   système.   Ainsi   ils   instillent   la   haine   et   la   division   dans  la  société.  Ensuite  ils  érigent  des  barrières  en  pariant  qu’elles  régleront  les   problèmes  du  pays.     Ce   sont   d’abord   des   barrières   physiques,   celles   que   les   populistes   voudraient   ériger   aux   frontières,   comme   si   la   France   était   une   forteresse   assiégée  et  qu’il  y  avait  encore,  dans  un  monde  ouvert,  la  possibilité  de  trouver   refuge   derrière   des   lignes   Maginot.   Ce   sont   ensuite   des   barrières   identitaires,   comme   s’il   y   avait   un   peuple   de   France,   de   souche,   éternel   et   sans   mélange.   Bien  sûr,  dans  leur  esprit,  ce  peuple-­‐là  est  blanc  et  culturellement  homogène.   Comme   si   dans   nos   veines   ne   coulait   pas   du   sang   venant   de   nos   anciennes   colonies,   du   Sud   et   de   l’Est   de   l’Europe.   Comme   si   l’identité   française   n’était   pas   un   produit   du   métissage.   Bref   les   populistes   parlent   d’une   France   imaginaire   dans   un   monde   rêvé.   Ce   genre   de   rêve   qui   est   brutalisé   par   la   réalité,  celle  d’une  planète  ouverte,  mobile,  globalisée.     Politiquement,   les   populistes   tirent   de   leurs   illusions   des   solutions   désastreuses  :   le   protectionnisme   et   le   repli,   qui   plusieurs   fois   au   XXème   siècle,   ont   déchaîné   des   catastrophes.   En   1907,   une   crise   bancaire   déjà,   avait   attisé   des   crispations   nationales   et   préparé   la   Première   guerre   mondiale.   Dans   les   3/8


années 1930,  la  Grande  dépression,  en  Europe,  au  lieu   conduire   à  un  New  Deal   comme  aux  Etats-­‐Unis,  a  fait  le  lit  du  nazisme  et  des  atrocités  de  la  Deuxième   guerre  mondiale.     Aujourd’hui,   qu’est-­‐ce   que   les   populismes   européens   ont   en   commun  ?   De   vouloir   démanteler   l’euro,   de   revenir   sur   les   acquis   de   la   construction   européenne,   de   faire   vibrer   les   cordes   nationalistes,   identitaires   et   parfois   xénophobes.   Par-­‐delà   les   époques,   c’est   le   même   carburant,   et   les   mêmes   dangers  qui  guettent.     Les   faits   sont   connus  :   si,   demain,   la   monnaie   unique   explose,   la   dette   française  libellée  en  euro  augmentera  tout  à  coup  de  20  à  30  %.     Si,   demain,   nous   fermons   nos   frontières   aux   apports   de   la   mondialisation,   finis   les   biens   technologiques,   les   écrans   plats,   les   smartphones,   les   tablettes   produits   à   l’étranger  ;   finis   les   investissements   étrangers  en  France,  ceux  qui  produisent  de  la  richesse  et  de  l’emploi  ;  finie  la   stabilité  financière  avec  des  risques  démultipliés  de  spéculation.     Nous   priver   des   apports   extérieurs   de   population,   c’est   renier   toute   la   richesse  que  la  France  a  reçue  des  outre-­‐mer,  depuis  des  siècles,  empêcher  les   futurs   cerveaux   nord-­‐africains,   asiatiques,   latino-­‐américains,   de   se   former   en   France,   d’apprendre   la   langue   française,   d’apprendre   à   l’aimer,   et   enfin   de   devenir  nos  meilleurs  ambassadeurs  dans  leur  pays.     Je   reviens   du   Maroc   et   j’y   ai   vu   le   désastre   provoqué   par   la   circulaire   Guéant   sur   la   jeunesse   de   ce   pays.   J’étais   récemment   au   Sénégal,   et   j’ai   vu   l’empreinte   honteuse   laissée   par   le   discours   de   Dakar   sur   nos   amis   africains.   L’homme  qui  n’est  pas  encore  entré  dans  l’histoire.     4/8


Voilà les   populismes  :   un   romantisme   politique   fait   de   mythes,   de   nostalgies   et   de   détestations.   C’est   tout   le   contraire   de   la   France   ouverte   et   généreuse   que   je   connais,   moi,   l’enfant   d’immigrés   de   la   Méditerranée,   moi,   l’élu   de   la   Seine-­‐Saint-­‐Denis,   mon   département   qui   est   à   l’image   du   monde  :   coloré,  ouvert  et  métissé.   Avec   la   crise   économique   et   financière   de   2008,   ces   populismes   ont   monté   en   intensité,   considérablement.   Le   chômage,   le   sentiment   de   déclassement,   le   désarroi   de   la   jeunesse   sont   venus   se   déverser   par   brassées   dans   le   brasier   des   frustrations   et   du   mécontentement.   Ce   n’était   pas   une   fatalité.   C’est   le   résultat   des   politiques   désastreuses,   imposées   en   Europe   par   les  droites  conservatrices,  avec  l’appui  aveugle  et  consentant  de  la  Commission   de  Barroso  et  de  ses  enfants.  Notre  Europe,  malade,  tendait  ses  lèvres  blêmes   vers   le   remède.   Ces   politiques   lui   ont   administré   les   potions   d’austérité.   Elles   ont   paralysé   le   corps   européen   au   moment   même   où   celui-­‐ci   devait   tendre   ses   muscles,   pour   réagir   au   plus   vite   contre   l’incendie,   au   comble   de   la   crise   des   dettes  souveraines.     Cette  politique,  je  l’ai  appelée  dans  un  récent  ouvrage,  le  consensus  de   Bruxelles,   le   pacte   passé   entre   le   néo-­‐libéralisme   anglo-­‐saxon   et   l’ordo-­‐ libéralisme   allemand.   Qu’obtient-­‐on   à   cause   d’eux  ?   Une   Europe   dure   à   l’intérieur  et  molle  à  l’extérieur.  La  discipline  pour  nos  économies  et  le  laisser-­‐ aller   pour   la   concurrence   extérieure.   Nous   connaissions   les   jardins   à   la   française,   géométriques   et   ordonnés,   les   jardins   à   l’anglaise,   avec   ses   formes   irrégulières.  Il  y  a  maintenant  les  jardins  à  l’européenne,  plantés  de  tuteurs  très   rigides   et   battus   par   tous   les   vents.   Je   vous   demande  :   «  quelle   plante   peut   s’épanouir  dans  ce  jardin  ?  »  Il  est  l’ennemi  de  la  vie.  

5/8


Est-­‐ce populiste   de   dire   cela  ?   Est-­‐ce   populiste   que   d’opposer   des   visions   de  la  construction  européenne,  projets  contre  projets  ?  Certainement  pas.   Le  populisme,  c’est  de  laisser  penser  que  le  débat  est  entre  ceux  qui  sont   «  pour  »,   et   ceux   qui   sont   «  contre  »   l’Europe.   C’est   de   croire   qu’après   nous   avoir   apporté   la   paix,   la   sécurité,   et   la   prospérité,   l’Europe   peut   être   traitée   comme  un  kleenex,  à  jeter  aux  ordures  de  l’histoire.     Le   populisme,   c’est   de   penser   qu’il   n’y   a   pas   de   réorientation   possible   de   la   construction  européenne,  pour  plus  de  croissance,  plus  de  démocratie  et  plus   de   solidarité.   Le   populisme,   c’est   de   nier   le   destin   commun   de   nos   peuples   européens,   alors   qu’au-­‐delà   des   mers,   des   océans   et   des   montagnes,   les   puissances  économiques  et  politiques  du  XXIe  siècle  ont  l’envergure  des  Etats-­‐ continents   comme   la   Chine,   la   Russie,   l’Inde   ou   le   Brésil.   Le   populisme,   c’est   enfin   d’imaginer   que   le   salut   viendra   de   la   fermeture   des   frontières,   ou   de   penser  que  l’Europe  pourrait,  demain,  se  comporter  comme  une  grande  Suisse,   neutre,  passive,  indifférente  aux  changements  du  monde.     Or,   c’est   bien   le   point   commun   des   populismes   européens.   27  partis,   dans   18  pays   européens,   ont   toutes   les   caractéristiques   du   populisme.   Ils   ont   recueilli   des   scores   atteignant   récemment   15  %   des   suffrages   ou   plus.   Je   constate  aujourd’hui  avec  beaucoup  d’inquiétude  leur  montée  en  puissance,  et   pas   seulement   sur   fond   de   difficulté   sociale  :   en   Autriche,   ces   formations   ont   recueilli   récemment   28  %   des   suffrages   alors   que   le   chômage   ne   dépasse   pas   5  %.   Cela   étant   dit,   j’en   viens   à   la   question   qui   nous   brûle   tous   les   lèvres  :   comment  lutter  contre  les  populismes  en  Europe  ?  Il  faudrait  plus  d’une  demi-­‐ journée  pour  la  traiter  complètement.  Pour  ma  part,  je  veux  avancer  quelques   pistes.   6/8


-­‐ D’abord,  faire  le  ménage  chez  nous,  en  France.  Je  l’ai  dit,  c’est  une  très   bonne   chose   que   le   Parti   socialiste   organise   un   colloque   sur   les   populismes.   Mais  les  populismes  se  combattent  aussi  sur  le  terrain  :  par  l’action  militante,   par   la   lutte,   pied   à   pied,   contre   les   idées   toxiques   diffusées   par   les   extrêmes.   Que   l’on   tracte,   que   l’on   débatte,   que   l’on   oppose   nos   femmes   et   nos   hommes   de   talent   à   ceux   qui   se   présentent   aux   électeurs   sous   l’étiquette   du   FN.   Les   socialistes  n’ont  pas  à  craindre  ce  combat.  Avant,  à  l’époque  du  RPR,  de  l’UDF  à   côté  du  PS  et  du  PC,  le  Front  national  tirait  à  vue  sur  la  «  bande  des  quatre  ».   Maintenant,   il   voue   aux   gémonies   «  l’UMPS  »,   en   disant  :   «  c’est   les   mêmes,   c’est  tout  pareil  ».  Ce  qui  est  tout  pareil,  je  vous  le  dis,  c’est  les  salmigondis  du   FN.  Face  à  cela,  le  seul  risque  que  nous  prenons,  c’est  de  sortir  du  lot,  c’est  de   montrer  que  nous,  socialistes,  nous  sommes  différents.     C’est  en  étant  exemplaires  dans  ce  combat  que  nous  pourrons  reconquérir  les   Français   tentés   par   les   extrêmes.   C’est   l’honneur   du   Parti   socialiste   de   livrer   cette  bataille.   -­‐  Ensuite,   il   faut   être   d’une   totale   clarté   vis-­‐à-­‐vis   du   projet   européen  :   l’Europe   est   notre   avenir,   l’Europe   est   dans   notre   ADN   de   gauche.   L’égalité   passe  par  l’Europe,  la  justice  passe  par  l’Europe,  le  progrès  passe  par  l’Europe.   Etre  socialiste,  c’est  être  européen.  Il  n’y  a  pas  de  choix  entre  plus  d’Europe  et   moins  d’Europe,  il  y  a  un  choix  entre  des  offres  politiques  alternatives  :  l’Europe   des   progressistes   contre   l’Europe   des   conservateurs,   l’Europe   des   solidarités   contre   l’Europe   des   disciplines,   l’Europe   de   la   croissance   contre   l’Europe   de   l’austérité,   l’Europe   qui   affirme   sa   confiance   et   sa   puissance   contre   l’Europe   froide  et  dépolitisée  des  peuples  qui  ne  font  plus  d’enfants  et  qui  sacrifient  leur   avenir  à  leur  confort.  

7/8


-­‐ Enfin,   il   y   a   l’urgence   des   résultats.   Il   est   totalement   vain   de   lutter   contre   le   populisme   par   la   culpabilisation.   Le   vote   FN,   ce   n’est   pas   un   vote   d’idéologie,  de  morale,  c’est  un  vote  de  souffrance.     Pour   reconquérir   l’électorat   du   FN,   il   faut   lui   donner   la   preuve   que   les   politiques  que  l’on  mène  sont  capables  de  changer  la  donne.  En  France,  c’est  la   bataille   pour   l’emploi,   qui   est   en   train   de   se   gagner.   En   Europe,   c’est   la   réorientation   vers   des   politiques   de   croissance   et   de   solidarité,   que   l’on   va   négocier   avec   la   Grande   coalition   allemande,   où   le   SPD   sera   notre   allié.   Ces   combats  se  mènent  les  yeux  rivés  sur  nos  valeurs,  qui  forment  la  digue  la  plus   solide  contre  tous  les  extrémismes.   Cette  urgence  dont  je  vous  parle,  c’est  l’urgence  du  combat  militant.  D’ici   les   élections   européennes,   il   reste   à   peine   six   mois   pour   convaincre   les   peuples   de  ne  pas  sanctionner  l’Europe,  six  mois  pour  conjurer  le  scénario  catastrophe   d’une   abstention   massive   qui   ferait   ressortir   les   voix   eurosceptiques.   Voilà   notre  programme,  voilà  notre  calendrier.   Je   dis   donc  :   «  au   travail  !  »,   avec   trois   idées   simples   pour   nous   guider  :   politiser   l’Europe,   lui   demander   des   résultats,   et   refaire   de   la   construction   européenne  un  grand  projet  progressiste.  Je  vous  remercie.  

8/8

Discours colloque sur les populismes  
Advertisement