Page 1

Discours d’introduction  à  l’audition  publique   de  l’OFFICE  PARLEMENTAIRE  D’ÉVALUATION  DES  CHOIX  SCIENTIFIQUES  ET   TECHNOLOGIQUES  sur  le  «  Principe  d’innovation  »   Claude  Bartolone,  Président  de  l’Assemblée  nationale   5  juin  2014     Monsieur   le   Président   de   l’Office   parlementaire   d’évaluation   des   choix   scientifiques   et   technologiques,  Cher  Bruno  Sido   Monsieur  le  Vice-­‐Président  de  l’Office,  Cher  Jean-­‐Yves  Le  Déaut,   Mesdames  et  Messieurs  les  parlementaires,   Mesdames  et  Messieurs  les  professeurs,   Mesdames  et  Messieurs     Je   suis   très   heureux   de   vous   accueillir,   ici,   à   l’Assemblée   nationale,   pour   cette   audition   publique  sur  «  le  principe  d’innovation  ».     Je  tiens  tout  d’abord  à  vous  remercier,  vous,  députés  et  sénateurs  de  L’Office  Parlementaire   d’Evaluation  des  Choix  Scientifiques  et  Technologiques  pour  cette  initiative.     C’est  pour  moi  l’occasion  de  saluer  le  travail  de  l’Office  parlementaire  depuis  1983.       Né  de  la  noble  intention  d’éclairer  le  Parlement  sur  les  sujets  dont  la  technicité  scientifique   dépasse   notre   domaine   d’expertise   initial,   cet   Office   permet,   depuis   plus   de   trente   ans,   d’apprécier   la   portée   de   la   politique   et   des   projets   gouvernementaux   dans   les   domaines   scientifiques  et  technologiques,  et  ce,  par  un  travail  de  recherche  au  fond  et  d’expertise.     Les   questions   abordées   par   les   18   députés   et   les   18   sénateurs   qui   le   composent   sont   parfois   au   centre   de   polémiques   très   vives.   Je   citerai   les   OGM,   les   nanotechnologies,   les   gaz   de   schiste,  le  traitement  et  l’enfouissement  des  déchets  nucléaires,  ou  la  bioéthique.       Mais   votre   office   parlementaire   s’est   donné   pour   objectif   d’aborder   ces   questions   de   manière   sereine   et   pluraliste,   et   cela   doit   être   salué   car   il   permet   le   bon   fonctionnement   du   débat  public.     Rien  n’est  plus  dommageable  que  l’impossibilité  du  débat  public.  Le  débat  public  ne   doit  pas  être  craint.  Il  est  au  cœur  de  la  démocratie.     Loin   des   animosités   partisanes,   vous   rendez   ce   débat   possible,   en   faisant   travailler   ensemble  députés  et  sénateurs,  qu’ils  soient  issus  de  la  majorité  ou  de  l’opposition.  Et  c’est   cette   parité   et   votre   expertise   qui   permettent   aux   parlementaires   de   recentrer   le   débat   autour  des  véritables  enjeux.     Vous   le   savez,   le   rôle   que   vous   assumez   me   tient   particulièrement   à   cœur,   dans   la   mesure  où  je  défends  l’idée  selon  laquelle  le  Parlement    doit  se  recentrer  sur  un  travail  au   fond.  Au  fond  des  textes  et  au  fond  des  enjeux.  De  manière  générale.    

2014 6 5 Discours opecst  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you