Issuu on Google+

Discours  de  Claude  Bartolone  –  Président  de  l’Assemblée  nationale   Commémoration  de  la  venue  de  Jean  Jaurès  au  Pré-­‐Saint-­‐Gervais,  100  ans  après     Monsieur  le  Premier  ministre,  Cher  Jean-­‐Marc,     Monsieur  le  Maire,  Cher  Gérard,     Madame  la  Première-­‐Adjointe,  Chère  Martine,     Mesdames  et  Messieurs,     Chers  amis,       1913-­‐2013...     Un  siècle...       Un  siècle  qui  fut  si  proche  de  tuer  l’Europe  et  d’endeuiller  à  jamais  la  civilisation.   Un   siècle   écrit   à   l’encre   du   sang   des   chaos,   des   haines   fratricides   et   des   folies   meurtrières   des   hommes.   Mais  un  siècle  fait  de  réconciliations,  de  progrès  et  d'espoir.         Ce  siècle,  Jaurès  ne  l'aura  pas  connu  –  ou  si  brièvement  –  lui  qui  est  tombé,  un  soir  d'été,  le  31   juillet   1914,   sous   les   balles   «  d'un   dément  »,   comme   le   disait   alors   mon   prédécesseur,   Paul   Deschanel,  Président  de  la  Chambre  des  Députés.       Pourtant,   Jaurès   aura   incontestablement   marqué   ce   siècle.   Il   aura   été   cette   boussole   pour   la   gauche  qui  –  au  fil  de  son  Histoire  –  s'est  souvent  interrogée  :  «  Qu'aurait  fait  Jaurès  ?  ».       Il   aura   été   cette   lumière   du   pacifisme,   cet   éclat   laïc,   ce   phare   pour   notre   pays,   trop   longtemps   plongé  dans  l'obscurité  des  guerres  et  parfois  tenté  par  un  repli  obscurantiste.         Oui,  Jean  Jaurès  c'est  la  France  et,  au-­‐delà  de  la  France,  c'est  l'une  des  grandes  histoires  de  la   pensée  et  de  l'action  de  notre  temps.     ***     Le   25   mai   1913...   Beaucoup   a   déjà   été   dit   sur   cette   journée.   Manifestation   monstre   en   1/1


mémoire   de   la   Commune,   regroupement   populaire   contre   «  la   loi   des   3   ans  »,   meeting   pacifiste  où  se  succèdent  des  orateurs  passionnés...     Le  soleil  brûle…     La  foule  agite  des  drapeaux  rouges  et  noirs…     Les  vivats,  les  huées  et  les  coups  de  clairon  résonnent…   Jaurès  est  acclamé…     En   arrière-­‐plan,   la   ville   impose   sa   présence.   Habitations   nouvelles,   usines,   cheminées   et   fumées.  Car,  il  y  a  le  lieu...  Votre  ville,  notre  ville,  le  Pré  Saint-­‐Gervais.       D'abord  champêtre,  le  Pré  Saint-­‐Gervais  fait  sa  mue,  au  tournant  du  XXe  siècle,  et  devient  cette   cité   industrielle.   «  Pré   je   fus,   Ville   je   suis  »,   comme   le   dit   la   devise...   Une   ville   en   mouvement,   une  ville  solidaire,  une  ville  engagée.       Car,   ce   n'est   pas   un   hasard   si   les   manifestants   se   retrouvent   ici.   La   commune   est   certes   accueillante  et  la  chaleur  de  ses  habitants  n'est  plus  à  démontrer.  Mais  surtout,  le  Pré  Saint-­‐ Gervais  est  la  première  ville  de  ce  département  –  qui  ne  s’appelait  pas  encore  la  Seine-­‐Saint-­‐ Denis  –  à  désigner,  dès  1904,  un  maire  socialiste,  Jean-­‐Baptiste  Semanaz.         Incontestablement,   avec   le   Pré   Saint-­‐Gervais,   la   banlieue   commence   alors   à   jouer   un   rôle   important  dans  la  mobilisation  des  forces  de  progrès.     Et   cette   tradition   s'est   perpétuée   au   fil   des   décennies.   Quelles   que   soient   les   époques,   ici   en   Seine-­‐Saint-­‐Denis,   nous   partageons   la   même   force,   la   même   envie,   la   même   volonté,   tous   ensemble.   Nous   avons   la   même   ambition  :   la   réussite   de   la   France.   Cette   réussite   qui   veut   que   chaque  génération  passe  le  flambeau  du  progrès  à  la  suivante.  Cette  réussite  qui  fait  que  les   enfants  doivent  vivre  mieux  que  leurs  parents.         Et  ce  n'est  pas  un  hasard,  là  non  plus,  si  après  Jaurès,  Léon  Blum,  François  Mitterrand  et  plus   récemment,  François  Hollande  ont  arpenté  les  rues  du  Pré  Saint-­‐Gervais.       Cher  Jean-­‐Marc,  je  veux  que  tu  saches,  à  quel  point,  nous  sommes  heureux,  avec  Gérard  Cosme   2/2


bien   sûr,   mais   également   Martine   Legrand   –   l'instigatrice   de   cette   journée   –   de   te   retrouver,   à   ton  tour,  au  Pré  Saint-­‐Gervais.       ***     Jaurès   au   Pré   Saint-­‐Gervais,   c'est   une   tranche   de   vie.   Une   vie,   celle   de   Jaurès,   passée   à   inscrire   le  combat  des  socialistes  dans  la  geste  républicaine.       Bien   entendu,   je   ne   brosserai   pas   le   tableau   complet   d'une   telle   existence.   Je   veux   dire   simplement   quelques   mots   du   parcours   d'un   homme,   d'un   républicain   jusqu'au   bout,   qui   a   voulu  incarner  cette  vieille  devise  «  Liberté,  Égalité,  Fraternité  ».       L'égalité   d'abord.   Songez   ce   que   cela   pouvait   signifier   au   début   du   siècle   dernier   où   les   travailleurs,   des   hommes,   des   femmes   mais   aussi   des   enfants,   se   trouvaient   sans   aucune   protection,  sans  droits  reconnus,  sans  moyens  collectifs  de  défense.       Pour   Jaurès,   l'égalité   passait   par   les   combats   sociaux,   pour   la   reconnaissance   de   nouveaux   droits   :   journée   de   travail,   avec   les   dix   heures,   puis   revendication   des   huit   heures,   repos   hebdomadaire,  retraites  «  ouvrières  et  paysannes  »,  premiers  projets  d'assurance  sociale...       Il   fallait   élargir   la   démocratie   politique   aux   dimensions   économiques   et   sociales,   il   fallait   susciter    chez  les  travailleurs  une  prise  de  conscience  des  conditions  de  leur  émancipation.         Et  l'on  voit,  le  lien  indissociable  qu'il  établit  entre  la  question  sociale  et  la  question  scolaire.  De   l'égalité  à  la  liberté.       Car,  l'instruction  était  pour  Jaurès,  comme  elle  l'est  pour  nous,  le  premier  droit,  la  première   des  libertés.       Ce   «  paysan   cultivé  »   –   comme   il   se   décrivait   lui-­‐même   –   a   beaucoup   insisté   sur   les   valeurs   de   l'enseignement.   Oui,   pour   Jaurès,   tout   commence   par   l’École,   tout   commence   par   l'appréhension  du  savoir.       3/3


Et,   il   n'a   pas   cessé   de   se   battre   pour   que   cette   chance   soit   accessible   à   tous.   Dans   ce   long   combat,   il   a   mis   ses   pas   dans   ceux   de   Jules   Ferry   pour   que   la   République   se   dote   d'un   enseignement  public  et  laïc.       Nous   tous,   ici   rassemblés,   mesurons   le   chemin   parcouru   depuis   Jaurès.   Mais   il   faut   avancer   encore  et  encore...     Avancer  pour  l’École,  avancer  pour  l'emploi,  avancer  pour  le  progrès  social.       Avancer,  comme  le  fait  la  majorité  parlementaire  et  toutes  les  forces  de  progrès  autour  de  toi,   cher  Jean-­‐Marc,  et  derrière  le  président  de  la  République.       Et  pour  avancer,  vous  en  conviendrez,  nous  avons  besoin  de  la  force  de  la  fraternité.  Dans  ce   département  de  toutes  les  origines,  couleurs  et  religions,  nous  savons  ce  que  signifie  ce  beau   mot  de  «  fraternité  ».       Comme  Jaurès,  nous  croyons  aux  infinies  possibilités  humaines  et  nous  agissons  chaque  jour,   dans  la  fidélité  à  notre  histoire,  en  portant  la  même  exigence  de  respect  et  de  justice.       ***     Jaurès,   nous   l'avons   dit,   c'est   «  une   certaine   idée  »   de   la   France.     Mais   c'est   également   «  une   certaine  vision  »  de  l'Europe.       Avant   beaucoup   d'autres,   il   avait   déjà   compris   que   la   dimension   de   l'Europe   devenait   indispensable.       Jaurès  avait  su,  avait  vu,  plus  que  le  chemin,  la  destination.  Bien  après  lui,  c'est  une  poignée   d’hommes  et  de  femmes  qui  ont  bâti  cette  paix  qui  s’est  transformée  en  réconciliation,  cette   réconciliation  en  amitié,  et  cette  amitié  en  communauté  de  destin.       Cette  «  nouvelle  Europe  »,  nous  en  sommes  aujourd'hui  les  dépositaires.  Et,  cela  nous  oblige.       4/4


Privilégions  la  mémoire  active,  la  mémoire  utile  et  éclairons  !     Éclairons  ce  que  doit  être  l'Europe  de  demain  dans  ce  nouveau  monde  qui  s'ouvre.         Lorsque  nous  appelons  de  nos  vœux  une  réorientation  européenne,  c'est  exactement  la  même   démarche   depuis   le   premier   jour.   C'est   une   suite   sans   interruption.   Nous   nous   plaçons,   quelque  part,  dans  la  lignée  de  Jean  Jaurès.       Oui,  faisons  valoir  les  vertus  de  notre  modèle  en  Europe  !  Et,  n'ayons  pas  à  en  rougir  !     Nous   devons   parachever   l'Union   économique   et   monétaire,   aujourd'hui   au   milieu   du   gué   ;   mais   aussi   fonder   une   Union   politique   et   sociale   capable   de   démontrer   que,   dans   le   tourbillon   de  la  mondialisation,  l’Europe,  ce  «  vieux  continent  »,  a  su  trouver  son  élixir  de  jeunesse.         Tous   les   débats   sont   non   seulement   permis,   mais   je   les   crois   nécessaires,   tant   les   défis   qui   nous  attendent  sont  grands  !     ***     Mesdames  et  Messieurs,  j’en  termine.  J'en  termine  avec  cette  fascination  pour  Jean  Jaurès.     Il  y  a  une  «  fascination  Jaurès  »...  Son  être,  sa  façon  d'être,  sa  façon  de  penser,  sa  révolte  contre   l'ordre   des   choses,   son   goût   du   combat   et   de   la   controverse,   exercent   à   distance   –   et   exerceront  toujours  –  une  fascination.       Il  reste  une  référence  personnelle  ou  politique,  présente,  constamment.       Mais   en   même   temps,   permettez-­‐moi   de   dire   que   personne   ne   peut   se   l'approprier.   Parce   que   c'est  trop  différent.  L'extraordinaire  parcours  de  Jean  Jaurès  s'est  développé  dans  un  monde   qui  n'a  plus  aucun  rapport  avec  celui  dans  lequel  nous  sommes.       Le   monde   a   trop   changé.   La   France   n'est   plus   la   même.   La   gauche   n'est   plus   la   même.   La   politique  n'est  plus  la  même.  Les  comportements  ne  sont  plus  les  mêmes.       5/5


On  ne  peut  pas  transposer.  Alors,  n'oublions  pas...     N'oublions   pas...   Nous   qui   sommes   ses   héritiers,   directs   ou   indirects...   Nous,   qui   voulons   prolonger,  rebondir,  recréer,  à  partir  de  lui  dans  les  étapes  suivantes  que  nous  allons  écrire...   N'oublions  pas  qu'il  ne  nous  appartient  pas.  Nous  ne  sommes  pas  propriétaires  de  Jean  Jaurès.       C'est,  certes,  l'un  des  grands  créateurs  de  la  gauche  et  du  parti  socialiste,  mais  c'est  avant  tout   l’héritage  de  la  France…  un  visage  de  la  France.       Fermez  les  yeux  un  court  instant…     Jaurès  est  là,  coiffé  d’un  melon,  l’habit  en  bataille,  véritablement  suspendu  sur  cette  butte  du   Chapeau  rouge.     Il  harangue,  il  crie,  s’enflamme  et  pérore.       Jaurès,  c’est  cette  tête  puissante,  cette  barbe  fluviale,  ce  teint  fleuri…  C’est  ce  corps  ramassé,   cette  corpulence  acquise  par  péché  de  gourmandise  et  ces  bras  toujours  en  mouvement.       Il  y  a  quelque  chose  de  Gambetta  dans  ce  physique,  il  y  a  la  puissance  de  Danton  dans  cette   gestuelle.  Tout,  en  lui,  sert  son  éloquence.     Et  puis,  il  y  a  cette  voix…     Cette  voix  –  la  voix  des  travailleurs,  la  voix  pour  la  paix…   Cette  voix,  on  la  devine…     Une  voix  enrayée  puis  emportée…   Une  voix  sincère  qu’il  faut  aller  chercher  au  fond  de  soi,  à  s’en  fendre  les  cordes  vocales  pour   transmettre…     Transmettre  au  plus  grand  monde  avec  toujours  la  même  précision,  la  même  verve.       Car   Jaurès,   c’est   cette   puissance   émotive,   cette   puissance   de   la   raison.   Ce   génie   profondément   humain.       Dans  la  voix  de  Jaurès,  c’est  tout  le  peuple  qui  gronde.     6/6


Dans  la  voix  de  Jaurès,  c’est  le  vent  de  l’histoire  qui  souffle.       Mesdames,  Messieurs,       Comme  le  veut  la  tradition  républicaine,  j'achèverai  mon  propos  par  les  mots  de  Jaurès,  lui  qui   écrivait   en   1885  :   «  Ne   séparons   jamais,   chers   Concitoyens,   le   cri   de   Vive   la   France  !   du   cri   de   Vive  la  République  !  ».       Alors,       Vive  Jaurès,     Vive  la  République,     Vive  la  France.  

7/7


Discours de commémoration Jean Jaures