__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

claire soubrier

selfie

une autre image de soi


claire soubrier

selfie

une autre image de soi

collège montaigne-Lormont 2021


SELFIE Présentation

Au travers d’une recherche sur l’identité, Claire Soubrier met au centre de ses projets et de ses préoccupations le lien social, la valorisation de l’être humain, l’expérimentation de l’image et du corps à travers la photographie et la vidéo. Pour le projet « SELFIE» elle a invité les adolescents du collège Montaigne à Lormont, à participer à un dispositif photographique qu’ils ont eux-mêmes pensé et réalisé. En partant de l’image de soi, ils ont confectionné un costume représentant leur héros, leur guerrier intérieur. Sous forme de performance chorégraphique, seul et en groupe, ils ont activé leur costume en créant une gestuelle avec leur corps. L’enjeu était de faire naître une forme artistique fixée dans le temps par la photographie et dans laquelle la cohésion du groupe était essentielle. Il s’agissait aussi d’intervenir sur leur psychomotricité à partir d’un travail sur le corps et sa gestuelle grâce au travail d’une metteur en scène et d’une sophrologue. L’enjeu était d’aider l’adolescent à partir d’un projet artistique à mieux prendre conscience de son corps, à apprendre à le maîtriser pour s’exprimer et communiquer, à développer son autodérision et l’aider à le mettre en lien avec ses émotions et son identité. Ce projet s’est inscrit dans une réflexion sur la nature des images et la valorisation de l’être humain, plus spécifiquement sur la « photo de classe » à travers un questionnement sur l’image de soi, sur les codes esthétiques de notre société et les rapports sociaux entre les gens. Cette réflexion sur l’image a amené les élèves à se questionner sur leur place d’adolescent, sur leur identité, sur l’égalité fille-garçon. Quelle est ma place dans la photo, quel est mon rôle dans la classe et quel est mon rôle au sein de l’école, au sein de ma famille, au sein de la société ?


Alexandra Cornet Lassept Sophrologue Sophro-Pédagogue Être Moua Cabinet d’envol

Synergie entre la création, le faire et l’incarnation du vivre pleinement, en étroite collaboration avec Claire Soubrier, ma proposition était de stimuler leur «conscience de soi», et plus particulièrement la part d’eux-même qui allait s’exprimer à travers leur super héros. Au travers de différents temps (ludiques, créatifs, calmes, intégratifs) leurs personnages pouvaient prendre de l’épaisseur et se vivre dans toutes ses dimensions : Tête, corps, esprit, énergie! Qui est mon héros ? Quelles valeurs porte-t-il? Sur quelles ressources peutil s’appuyer? Quelle part de lui me ressemble ... ou pas… Un héros imaginé, conçu, incarné et magnifiquement teinté de ce que chacun est venu puiser en lui.


loubna edno-boufar Actrice et metteur en scène Cité’s Compagnie

Dans le cadre du projet, deux ateliers d’initiation à la pratique théâtrale ont été proposés par la Cité’s Compagnie. La comédienne Loubna Edno-Boufar a repris le travail de scène depuis les bases : exercices d’expression corporelle, sur le regard en groupe, respiration, travail de la voix, prise de parole en public, émotions... À l’issue de cette première phase de découverte, elle a orienté les élèves vers le travail d’improvisation (thèmes : peurs, rêves, bonheur, colère) sur scène. Ces ateliers théâtre ont favorisé l’échange et la réflexion. Le théâtre donne les moyens à ces jeunes de parler de leur vie, les aide à l’écrire, à l’inscrire. Il leur apprend à jouer et à prendre du plaisir dans un groupe. Au travers des techniques théâtrales, les participants peuvent reprendre confiance en eux, se dépasser et retrouver une meilleure image d’eux.


corinne szabo Historienne de l’art Artiste plasticienne

Si le selfie, autoportrait numérique pris avec son smartphone en vue d’être publié sur les réseaux sociaux, est pratiqué par nous tous, d’où vient cette image publique de soi et quels sont ses significations, ses attributs pour un élève de 4ème? À travers une réflexion théorique et la projection de portraits historiques, une véritable discussion a eu lieu avec la classe. Résumé de l’intervention : Cette image de soi médiée par le dispositif numérique se constitue comme un ensemble de signes participant tout à la fois à une « hexis » corporelle (cette notion, empruntée à Pierre Bourdieu, peut se traduire par « l’expression du corps lui-même et la forme visible qu’il revêt sur la scène sociale », soit une manière d’être, une façon d’exister, rendue publique sur les réseaux) et à la volonté d’une inscription dans le temps rappelant les anciens memento mori (ce « Souviens-toi que tu va mourir » rappellent aux hommes leur mortalité et la vanité de leurs activités ou intérêts terrestres). Le selfie délimite en effet une position dans le champ social sous la forme d’un identifiant, de centres d’intérêt, d’une biographie et d’une image. Il communique dans l’instant T une manière d’être, un état, une disposition d’esprit qui participent largement au système des goûts et des choix esthétiques de la mode et des médias et qui permettent de faire passer l’individu, outre le biais de la précarité de l’objet numérique, dans un registre d’éternité. Pourtant si le selfie promet éternité et sublimité pour la personne photographiée, il engage aussi une réflexion sur la mort. Autrement dit l’image de soi trace un chemin inévitable vers la disparition du sujet. Aussi Roland Barthes constate que la photographie : « répète mécaniquement ce qui ne pourra jamais plus se répéter existentiellement ».


aurélien gillier Photographe

Photographe né en 1983. Aurélien Gillier exerce principalement la photographie entre Bordeaux où il vit et l’Afrique de L’ouest où il se rend régulièrement, il puise son inspiration dans des espaces urbains à priori très différents. Au-delà d’une approche événementielle et illustrative, ses reportages témoignent d’une attention particulière aux détails du quotidien, à la recherche de traces, d’indices de liens entre ces différents territoires, associant l’esthétique à une approche humaniste plus large qui capture les sujets photographiés dans toute leur dignité. Ce regard sur les mondes sociaux et les interrelations qui s’y nouent n’est certainement pas étranger à sa formation d’historien des États-Unis.


claire soubrier Artiste plasticienne

La photographie plasticienne de Claire Soubrier engage un rapport subtilement altéré à la réalité. Elle fait poser des personnes dans un dispositif factice, décor en carton, maquillage, pose, empruntant l’esthétique des photographies publicitaires, qui laisse paraître sous la surface d’une image lissée l’inquiétude latente et obsessionnelle du paraître. Quelques attributs suffisent pour se fabriquer une fausse identité, un personnage, le temps d’un shooting photographique. Le jeu est bénéfique, on s’y prête avec joie, mais aussi avec une certaine appréhension. C’est au moment de la pose que cette tension est la plus manifeste, dans la relation qui se crée entre le photographe et son modèle, et dans l’ambiguïté des émotions. Claire Soubrier « sculpte » en effet ses modèles, les «fige dans l’image», prenant le contre-pied de la spontanéité qui pourrait surgir lors du shooting, et cela implique nécessairement de la part du modèle un renoncement – inquiétant? – à sa propre image. L’image est manipulée en tout sens : manipulation du modèle, des éléments esthétiques qui la composent, mais aussi de sa forme finale : photo, making of, vidéo, objet éditorial, poster, carte postale, etc. Le matériau qui est travaillé, c’est au fond l’image de soi, dont l’artiste tente de percer le mystère. Le dispositif performatif - un happening, un espace-temps défini - organisé souvent lors de la prise de vue, engage les notions d’évènement, de contrainte, de protocole. Claire Soubrier explore, par exemple, la question de l’individu et du groupe en imposant à ses modèles des situations contraignantes. Leurs gestes, leurs attitudes forment alors une sorte de chorégraphie instinctive – comme dans la foule, ils dansent l’être social – et l’artiste scrute dans le mouvement des visages et des mains les indices de cette sensibilité sociale. Le protocole, ainsi que la dimension sérielle, perturbent l’appréhension de l’expérience sensible, comme l’image lissée perturbe l’appréhension de l’image latente.


Claire Soubrier cherche aussi dans le visage des autres, à travers des portraits qu’elle classe et collectionne, les traces de ses propres multiples. L’altérité et l’individualité se confondent pour elle dans la recherche constante d’une autoreprésentation, comme mise en scène de la «comédie humaine», ou de l’«hyperhumanité». La figure de l’autre est un outil pour comprendre, en l’exaltant, le besoin de séduction qui régit les rapports sociaux. S’observer jusqu’à se perdre dans le mirage d’une beauté fantasmée, fabriquée. Mais il y a aussi, derrière cela, la peur de la laideur, le combat entre le corps et l’image, l’image qui nous échappe. La photographe combat l’angoisse, et sublime la beauté dans la peau qui se plisse, dans la pilosité, dans les détails du plan rapproché… Se reconnaître mutuellement passe par le fait de se regarder, d’être mis en visibilité. Et le moteur d’identification le plus instinctif est celui de la ressemblance physique. Le pouvoir unificateur de ce lissage par l’apparence est mis en exergue, chez Claire Soubrier, par la récurrence de codes esthétiques: le rouge à lèvres, le haut noir, le vernis à ongles. Des parures qui véhiculent une forme de pouvoir. Le rituel social de la mode assure une place privilégiée dans une société de l’image. Mais en photographiant des individus «ordinaires» et en empruntant ces parures distinctives, Claire Soubrier détourne l’image oppressive et aliénante de la beauté idéale pour en faire un vecteur d’inclusion plutôt que d’exclusion. Un outil guerrier de cohésion sociale. L’individu entre dans l’univers sacré de l’icône, ordinairement extraordinaire. Claire Soubrier combat le règne de l’apparence comme valeur d’identification et d’uniformité sociale. Elle intègre l’identité multiple et imparfaite, dans le jeu manipulateur de l’apparence qui relie le moi et l’autre, le photographe et le modèle, l’égo et ses reflets. C’est un travail paradoxal, qui semble chercher une façon de répondre collectivement à nos inquiétudes existentielles en plongeant dans le bain rassurant de la perfection. Pourquoi vouloir «rendre beaux les gens» ? Pourquoi, déjà, veut-on se rendre beau, si ce n’est pas parce que nous sommes profondément instables ? C’est peut-être là que réside le malaise latent de l’image idéalisée de soi, une image pourtant à la fois extrêmement libératrice, puissante, et jouissive. Juliette Pym


Les costumes

En tant que professeure principale des élèves de 4èmeA, j’ai eu la chance d’assister à un beau moment de cohésion de classe lors des photographies. C’était l’aboutissement de plusieurs séances de création avec Claire Soubrier. Pour chacun d’eux, le cœur du projet prenait forme à ce moment précis. Ils en gardent un souvenir prégnant. Moi également. Mary-Heidi Donnot, Professeure de français, Collège Montaigne, Lormont


SAFIA Costume LE POULPE AUX 1000 YEUX • Cri OUAIS!!! • Adinkra EPA - MENOTTE LOI, JUSTICE, ESCLAVAGE, CAPTIVITÉ


Loi, justice, esclavage, captivité


carla Costume LA GUERRIÈRE DES BOIS • Cri FUYEZ D’ICI!! • Adinkra NKONSONKONSON - CHAÎNES LIÉES UNITÉ, RELATIONS HUMAINES ET SOLIDARITÉ


Unité, relations humaines et solidarité


malik Costume LE GÉANT PLUMÉ • Cri J’AI FAIM!!! • Adinkra DUAFE - PEIGNE DE BOIS BEAUTÉ ET HYGIÈNE


Beauté et hygiène


Beauté et hygiène


leyna Costume PRINCESSE DU MEXIQUE • Cri APPELEZ MOI VOTRE MAJESTÉ!!! • Adinkra ASASE YE DURU - LA TERRE IMPOSANTE MAJESTÉ, PROVIDENCE ET DIVINITÉ DE LA TERRE MÈRE


Majesté, providence et divinité de la terre mère


Magesté, providence et divinité de la terre mère


safwa Costume MISS BLEU BLANC ROUGE • Cri YOUPI!!! • Adinkra NSEREWA - CAURI RICHESSE, ABONDANCE, AISANCE


Richesse, abondance, aisance


Richesse, abondance, aisance


Photo de groupe extraite de la vidéo


yanis Costume ESTAROSSA • Cri QUAND JE SUIS DANS LA PLACE JE METS DES POINTS EN PLEINE FACE • Adinkra OSRAM NE NSOROMMA - LUNE ET ÉTOILE AMOUR, LOYAUTÉ, HARMONIE ET AISANCE


Amour, loyauté, harmonie et aisance


Amour, loyauté, harmonie et aisance


amine Costume COLONEL MEDOR • Cri VOUS ÊTES EN ÉTAT D’ARRESTATION • Adinkra MMERE DANE - LES TEMPS CHANGENT CHANGEMENT ET DYNAMISME DE LA VIE


Changement et dynamisme de la vie


inès Costume MISS GRAND BAZAR • Cri WESH!! • Adinkra AKOMA NTOSO - COEURS ENTRALACÉS COMPRÉHENSION ET ENTENTE


Compréhension et entente


Compréhension et entente


chaïna Costume NAÏCHA • Cri LA PRINCESSE DES ÎLES • Adinkra AYA - FOUGÈRES ENDURANCE ET INGÉNIOSITÉ


manel Costume NELMA • Cri JE SUIS LA SUPER HÉROÏNE D’UNE ÎLE DE PRINCESSE DOTÉE DE POUVOIRS DE TOUTES SORTES AVEC UN GRAND COEUR • Adinkra AKOMA - LE COEUR PATIENCE ET TOLÉRANCE


Endurance et ingéniosité


Patience et tolérance


mellina Costume TIKITA • Cri LA LA LI LA LA • Adinkra NKYINKYIM - ENTORTILLEMENT INITIATIVE, DYNAMISME ET ADAPTABILITÉ


Initiative, dynamisme et adaptabilité


Photo de groupe extraite de la vidéo


océane Costume NALU • Cri ... • Adinkra ODO NN YEW FIE KWAN L’AMOUR N’OUBLIE JAMAIS LE CHEMIN DU RETOUR POUVOIR DE L’AMOUR


Pouvoir de l’amour


Pouvoir de l’amour


fatima Costume DÉZOULE • Cri AAAAAAAAH!! • Adinkra MPATAPO - NOEUD DE RÉCONCILIATION RÉCONCILIATION ET PACIFICATION


Réconciliation et pacification


Réconciliation et passification


sabri Costume MINATO • Cri ARAH!!! JE SUIS L’ÉCLAIR JAUNE • Adinkra AKOKO NAM - PIED DE LA POULE ATTENTION, ÉDUCATION ET DISCIPLINE LA POULE MARCHE SUR SES POUSSINS, MAIS ELLE NE LES TUE PAS


Attention, éducation et discipline


Attention, éducation et discipline


ilyess Costume RIVAILLE • Cri SASAGEYO • Adinkra NYAME NTI - PAR LA GRÂCE DE DIEU FOI ET CONFIANCE


Foi et confiance


Foi et confiance


mehmet Costume RORONA ZORO • Cri CHAKAL • Adinkra FAWOHDIE - INDÉPENDANCE INDÉPENDANCE, LIBERTÉ ET ÉMANCIPATION


Indépendance, liberté et émancipation


Indépendance, liberté et émancipation


samet can Costume OMÉGA • Cri KURAMA • Adinkra ADINKRAKENE L’ANDINKRA SUPRÊME GRANDEUR, CHARISME ET LEADERSHIP


Grandeur, charisme et leadership


Grandeur, charisme et leadership


Photo de groupe extraite de la vidéo


jiyan Costume KURAPIKA • Cri ARAH • Adinkra WAWA ABA - GRAINE DE WAWA RÉSISTANCE, TÉNACITÉ ET PERSÉVÉRANCE


Résistance, ténacité et persévérance


Résistance, ténacité et persévérance


berkan Costume TSUNINE • Cri TSOUNADÉ! • Adinkra OBOHEMMAA - PRÉCIEUX TRÉSOR DIAMANT


Diamant


Diamant


songül Costume ... • Cri ... • Adinkra DWENNIMMEN - CORNE DE BÉLIER FORCE ET HUMILITÉ


Force et humilité


kremena Costume ... • Cri ... • Adinkra DABI ME NSORO MO BEPUE NOIX CONTENUE DANS UN FRUIT ESPOIR ET CONFIANCE EN SOI


Espoir et confiance en soi


Espoir et confiance en soi


Photo de groupe extraite de la vidéo


témoignages

Un selfie réussi pour moi c’est un selfie avec du travail, des essais et de la complicité avec mon partenaire. Mon ressenti au début du projet était que je ne me sentais pas très à l’aise. Mais à la fin, j’ai bien aimé le projet, mon costume et tout ce qu’on a tous fait, c’est excellent. Selon moi un selfie réussi, c’est quand je me trouve belle (peau lisse, meilleur angle de vue) pour une photo pareille il faut que la luminosité soit bonne, de préférence naturelle. Il faut essayer d’être la plus naturelle possible (expression du visage, position, cheveux). Au tout début, j’étais juste impatient de savoir où aller mener le projet. Aujourd’hui je suis plutôt fière de ce qu’on a réussi à faire. Le projet était très agréable, on construisait des costumes dans la joie et la bonne humeur. Pour moi un selfie réussi est un selfie où je me trouve belle, un selfie qui me représente. Au début du projet, je n’étais pas très convaincue, je me sentais ridicule, je ne savais pas ce que ça allait donner, j’avais peur. Je me suis rendu compte qu’on s’était bien amusé quand même, on rigolait bien et j’ai pris du plaisir à le faire. Selon moi un selfie réussi est un selfie où on se trouve belle et que la qualité aussi soit bonne. Les filtres aident à faire de jolies photos, mais l’endroit et le lieu également. Au tout début du projet je n’avais pas trop l’envie et la motivation de le faire. J’ai trouvé aussi l’idée un peu bizarre. Je ne trouvais pas l’utilité.


À la fin, j’ai trouvé cela plutôt bien et positif. Les photos sont très belles et de très bonne qualité. Toutes les personnes qui sont intervenues sont agréables et quand aux costumes j’ai trouvé ça bien au final. Selon moi un selfie réussi et un selfie où je me trouve bien dessus. Au début du projet je n’étais pas impliqué car je ne comprenais pas le but et je n’étais pas très à l’aise. Aujourd’hui, je trouve que c’était une bonne expérience, c’était très amusant. Selon moi un selfie qui réussit c’est la photo parfaite. Il faut que j’ai une bonne pause et il faut essayer d’enlever mes défauts. Au début, je ne voulais faire le projet, on a commencé à 8h au lieu de 10h. J’avais honte de montrer ma tête car je n’accepte toujours pas mon physique. Mon ressenti aujourd’hui, c’est quand voyant toutes mes camarades, je suis toujours complexée mais moins qu’au début. Selon moi, un selfie parfait: c’est avec un beau sourire, une belle posture et le visage un peu incliné sur le côté. Mon ressenti au début du projet c’était la gêne et la honte. Mon ressenti aujourd’hui, à la fin du projet c’est que j’ai plus confiance en moi et que j’ai vraiment adoré faire ce projet. Mon ressenti était que je n’aimais pas du tout le projet et que je n’avais pas envie de mettre des costumes et de me faire prendre en photo. Aujourd’hui, je me suis senti plus à l’aise avec les costumes et j’ai bien aimé la photo de classe avec les costumes et les maquillages sur nos mains. Selon moi un selfie réussi c’est quand notre image est parfaite. Cela veut dire que je trouve la qualité très bien, la photo est prise au bon moment, il faut utiliser un bon filtre pour que je sois encore plus beau. Au début du projet, je trouvais ça un peu nul, ça nous a rajouter des heures et je n’aimais pas créer des costumes: j’ai trouvé ça très ennuyant. Aujourd’hui, mon ressenti est plutôt bien, je trouve mon costume très beau et les photos bien. Pour moi un selfie réussi c’est quand on montre la vraie image de soi: il faut montrer son vrai visage, si on est de bonne humeur par exemple. Au tout début, je n’aimais pas le projet, c’était la honte. J’ai aimé passer ces moments et ce n’est plus la honte pour moi.


Pour moi un selfie réussi est une photo qui n’est pas flou, avec une belle position. Je me sentais pas énormément intéressé et légèrement gêné par le projet. Je suis satisfait du projet réalisé et je me sens moins gêné qu’au début. Pour moi un selfie réussi est un selfie où je me trouve beau. Au début du projet c’est que je ne voulais pas, je ne prenais pas de plaisir. Aujourd’hui, c’est le contraire, c’est-à-dire que j’ai aimé faire la fin du projet. Selon moi un selfie réussi est quand tout le monde sur la photo se trouve beau ou belle. Au début du projet je n’aimais pas, aujourd’hui j’aime bien. Pour moi un selfie réussi c’est quand il y a un filtre et une bonne luminosité. Mon ressenti au début du projet était que je n’avais pas tellement envie de faire ça car je trouvais ça trop ridicule. Mon ressenti aujourd’hui est que je me trouve toujours ridicule mais j’ai quand même aimé ce que j’ai fait. Pour moi un selfie réussi c’est qu’on est bien. Au tout début du projet, je nn’étais pas très convaincu, mais j’ai bien aimé quand on a fait les yeux. À la fin du projet j’étais plus convaincu et j’ai bien aimé les photos des costumes. Pour moi un selfie réussi c’est lorsque la personne se trouve belle. Au début du projet, je n’aimais pas du tout (costumes, activité,...) j’étais surtout inquiète et je n’avais pas envie de le faire. Ça aurait pu être pire, mais en voyant le résultat: ça m’a plu et merci à Claire de nous avoir partagé son temps et son métier. Témoignages des élèves, Mai 2021


SELFIE

RÉALISATION Claire Soubrier PHOTOS Aurélien Gillier MODÈLES Les élèves de 4èmeA du collège Montaigne à Lormont COSTUMES Les élèves de 4èmeA du collège Montaigne à Lormont Achille Fourchaud Valentine Traverse Sylvie Sans Cécile Olléac Victoire Bourillon MAQUILLAGES Émilie Vernon - Gang de nanas Mohamed (élève) ASSISTANTS Imram (élève) Yann Baradeau INTERVENANTES Alexandra Cornet Lassept (sophrologue) Loubna Edno-Boufar (metteur en scène) Corinne Szabo (historienne de l’art et plasticienne) COORDINATION Agence Sens Commun Collège Montaigne, Marie-Noël Imbert, Fabienne Lautram et Marie-Heidi Donnot PRODUCTION Agence Sens Commun


Imprimé en Italie en 50 exemplaires Photographies © Aurélien Gillier et Claire Soubrier Conception graphique Agence Sens Commun www.clairesoubrier.com https://agencesenscommun.wixsite.com/works

Projet soutenu par le Département de la Gironde (Un artiste, un collège) et le collège Montaigne à Lormont produit par l’Agence Sens Commun.


claire soubrier

selfie

une autre image de soi Au travers d’une recherche sur l’identité, Claire Soubrier met au centre de ses projets et de ses préoccupations le lien social, la valorisation de l’être humain, l’expérimentation de l’image et du corps à travers la photographie et la vidéo. Pour le projet « Selfie», elle a invité les adolescents du collège Montaigne à Lormont, à participer à un dispositif photographique dans lequel ils ont crée un costume représentant leur héros, leur guerrier intérieur.

Projet soutenu par le Département de la Gironde dans le cadre de l’appel à projet «Un artiste, un collège» en partenariat avec le collège Montaigne à Lormont et produit par l’Agence Sens Commun.

Profile for Agence Sens Commun

SELFIE / Une autre image de soi  

Au travers d’une recherche sur l’identité, Claire Soubrier met au centre de ses projets et de ses préoccupations le lien social, la valorisa...

SELFIE / Une autre image de soi  

Au travers d’une recherche sur l’identité, Claire Soubrier met au centre de ses projets et de ses préoccupations le lien social, la valorisa...

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded