Page 1

La Coop’ Visuelle Claire Hamoniaux, Thomas Laure, Marie-Anne Ligoure, Nicolas Rouxel

dossier entrepreunariat 2009-2010 Patrick Gabriel, Gael Henaff, Michel Toupé


Sommaire 4

1 L’idée. Le concept.

6

2 L’étude de marché.

2.1 Le concept socio-économique. 2.2 Connaissance des attentes et des comportements. 2.3 Les décisions stratégiques.

15

3 Plan marketing.

3.1 La promotion papier. 3.2 La promotion sur internet. 3.3 Le local aux couleurs de la société.

20

4 L’aspect juridique. 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5

Le choix du statut. L’organisation patrimoniale de notre société. La constitution du capital pour le fonctionnement de l’entreprise. Le partage des résultats. Accord de participation pour défiscalisation.


28

5 L’installation de l’entreprise. 5.1 5.2 5.3 5.4 5.5

50

6 Les prévisions financières. 6.1 6.2 6.3 6.4 6.5 6.6

56 58 59

La recherche de financements. L’obtention d’aides. Les aides que nous sollicitons. Les décisions opérationnelles. Les besoins techniques et humains. L’immatriculation de la société. Les ressources. Les charges. Les frais de personnel. Les frais d’amortissement. Le compte de résultats. Le bilan de cloture.

7 Conclusion. 8 Biblio/webographie. 9 Annexes.


1 L’idée. Le concept. L’idée nous est venue d’un projet de notre première année de Master Professionnel, nous avions un workshop avec Franck Delaunay sur le tournage d’un film. Celui-ci nous a proposé de travailler en relation avec le conseil général d’Ille et Vilaine. Nous devions produire une série de vidéos sur les différentes missions dont ils sont chargés pour en faire la promotion sur leur site Internet, comme par exemple : la mise à disposition des espaces naturels dans le département, l’entretien des routes, l’omnibus ou les Protection Maternelle Infantile (PMI). Nous nous sommes rendus compte de leur manque de connaissances dans le domaine de la vidéo, ou même de la publication en ligne. En effet, au sein du Conseil Général, personne ne savait compresser des vidéos pour les mettre en ligne, ni même se servir d’une caméra haute définition (HD). C’est pourquoi nous sommes parvenus à l’hypothèse d’offrir un service créatif, mais également avec une notion pédagogique dans le but de former ces institutions qui n’ont pas les compétences nécessaires sur des projets précis.

4


Notre concept est de proposer une mission d’accompagnement de projets créatifs couplée d’une aide pédagogique pour les structures demandeuses. L’idée est d’aider la structure à monter son projet en lui donnant l’apport technique et les connaissances nécessaires pour qu’elle puisse participer à toute l’élaboration de son projet, de l’idée jusqu’à sa matérialisation. Nous proposons une autre approche qu’une simple agence de communication qui va s’occuper intégralement du projet du client sans lui permettre d’y prendre part et de mettre « les mains à la pate ». C’est un réel apport que nous offrons au client, nous lui permettons de donner vie lui-même à son projet, donc que celui-ci puisse répondre entièrement à ses attentes, qu’il puisse en tirer des enseignements et pouvoir les réutiliser par la suite. Nos principaux clients seraient les écoles, les collectivités, les entreprises ou encore les associations. Ces structures sont nos cibles principales, c’est eux qui nous solliciterons en priorité pour la réalisation de leurs projets. Les services que nous proposons correspondent à des besoins créatifs. Ces derniers sont de différentes natures comme la publication, l’édition, la scénographie, les projets in et off line, des vidéos ou encore des réalisations plastiques. Durant la conception de leurs projets nous accompagnons le ou les clients sur la maîtrise des outils nécessaires à la réalisation de leurs travaux en proposant des formations ayant pour support leur projet. Les formations et suivis de projet se déroulent dans nos locaux, nous recevons les clients désireux de recevoir un enseignement particulier et nous les formons avec notre matériel. Nous souhaitons nous implanter sur Rennes et ses agglomérations pour être visible tout d’abord et proche de nos clients. Nous parlerons plus en détail de l’implantation dans le chapitre suivant (chp 2.1).

5


2 L’étude de marché.

2.1 Le concept socio-économique

L’étude de marché est l’une des étapes essentielles dans la création d’une entreprise, elle permet de s’assurer de sa faisabilité commerciale. Mais aussi de mieux connaître les grandes tendances et acteurs du marché, de vérifier l’opportunité de se lancer, de réunir des informations relatives au chiffre d’affaire, de faire les bons choix pour atteindre des objectifs stratégiques, de fixer le choix marketing et enfin d’apporter des éléments concrets pour le budget prévisionnel. L’étude de marché va nous permettre de mieux connaître les grandes tendances du marché ainsi que ses acteurs et vérifier l’opportunité de nous lancer. Nous allons identifier en détail l’environnement de notre future entreprise.

LA DEMANDE -particuliers -professionnels

ENTREPRISE

LA CONCURRENCE -directs -indirects

TECHNOLOGIES

Modes de RÉGLEMENTATION distribution et de -française -européenne commercialisation

Environnement de l'entreprise

6


L’implantation de l’entreprise. Il faut tout d’abord définir le marché, faire une photographie générale de ce dernier. Notre entreprise se trouve sur le marché des services qui se développent de plus en plus. Ces derniers représentaient 73,7% au 31 décembre 2007 pour la ville de Rennes. Nous proposons en effet un service de formation avec un suivi pédagogique dans le domaine du multimédia. Nous formons sur des logiciels mais aussi sur des réalisations plus plastiques comme la création d’un livre de la mise en page à l’envoi à l’imprimeur. Notre marché se situe d’un point de vue géographique dans le secteur de Rennes et sa métropole. Nous comptons nous implanter au cœur de Rennes pour être au plus proche de nos cibles. Nous ciblons, une Communauté d’agglomération «Rennes Métropole» crée le 9 juillet 1970. Ce district urbain de l’agglomération rennaise compte 400 000 habitants sur 37 communes et 60 802 hectares. D’un point de vue du développement économique Rennes favorise les projets d’implantation et de développement et soutient la création d’entreprises.

7


Nos concurrents. Dans notre secteur d’activité, nous avons pu identifier différents concurrents plus ou moins directs qui sont déjà présents sur le marché. Ainsi notre entreprise sera en concurrence avec les graphistes freelance, les agences de communication, les formations de logiciel ou encore les studios de création. Afin d’analyser la situation de manière chiffrées, nous sommes penchés sur le marché et la situation actuelle de nos concurrents. Nos concurrents, qui sont-il ?

Nos concurrents

23%

Graphiste Centre de formation

77%

(source : http://www.pagesjaunes.fr/ et www.jardinmoderne.org/annuaire/29/print) Les graphistes comprennent les freelances, les agences de communication mais aussi les studios graphiques. Nous n’avons pas de réels concurrents directs puisque notre entreprise se situe en réalité entre les graphistes (confondus) et les centres de formations. Notre particularité étant de proposer une formation sur des services graphiques et plastiques avec un accompagnement pédagogique de nos clients. (cf documents annexes liste des agences de graphisme et des centres de formation rennais.) 8


Nos concurrents interviennent sur diffèrents secteurs qu’il faut identifier afin de parfaitement connaître le marché sur lequel nous sommes désireux de nous implanter. Les produits proposés sont des services autours de la communication pour les agences de communication et les studios graphiques, sont principalement du graphisme, de l’audiovisuel et de l’internet.

Secteurs d'intervention graphisme 19%

design produit

25%

animation audiovisuel 3%

17% 8%

architecture agence de publicité internet

17%

8%

3%

autres

(Source http://www.pixelcreation.fr/graphismeart-design/graphisme/remunerations/)

9


On retrouve diffèrents statuts chez nos concurrents en fonction du type de structure qui les accueillent. Afin de situer notre entreprise, il nous faut connaître le domaine où elle se situe, nous serons une entreprise privée avec un but lucratif. Toutes ces recherches, nous permettrons également de définir le statut de notre entreprise.

Principales fonctions de nos concurrents graphiste 0%

directeur artistique

15%

4%

27%

illustrateur

4%

webdesign

0% 8%

0%

maquettiste

0%

infographiste designeur produit

15%

27%

architecte enseignant

Principaux statuts de nos concurrents

28%

5%

Salarié du privé Salarié du public 67%

Freelance/indépendant Enseignant

0%

(Source : http://www.pixelcreation.fr/graphismeart-design/graphisme/remunerations/ )

10


La plupart des entreprises concurrentes font appel tout comme nous le ferons à des graphistes et des webdesigners. Que proposent nos concurrents ? Nous avons analysé l’offre déjà présente sur le marché, ces concurrents sont notre première menace. Néanmoins, il n’existe pas selon nous de structure proposant le même type de service que celle que nous voulons créer.

Les prix de la concurrence. Nos concurrents proposent des formations de toutes sortes autour de diffèrents logiciels. Afin de nous implanter, nous avons étudier leurs ventes et aussi leurs prix. Pour notre entreprise, le but de la formation est un peu diffèrent, il s’agit plus d’un accompagnement à la création. Les prix des formations de la concurrence varient plus ou moins. Formation graphiste/ maquettiste (Sur les logiciels :Indesign/ Photoshop/Illustrator) Formation graphiste/ maquettiste (Sur les logiciels :Indesign/ Photoshop/Illustrator)

15 jours 5600€ 5 jours 2240€

OU Devenir webmaster (Maîtrise du langage HTML/XHTML/DHTML/XML.) Devenir Webmaster niveau 1 (Dreamweaver/ Flash/ Photoshop) inter-entreprise, par groupe de 6 maximum

10 jours 4350€ 5 jours 1500€

(Source : http://www.cegos.fr/, http://www.atao.fr/formation_webmaster.php, http://www.demos.fr/ ) De là, nous alignerons nos prix sur la concurrence afin de rester dans le marché. Il nous faudra tout de même prendre en compte nos frais par rapport à nos investissements à rembourser afin de ne pas nous retrouver en déficit au sein de notre entreprise. Ainsi, nous avons analysé la première partie des acteurs de notre marché. Désormais, nous allons voir la seconde partie, celle des consommateurs, la demande.

11


2.2 Connaissance des attentes et des comportements. Les demandes en matière de service sont toujours importantes et se développent de plus en plus avec le marché des services comme nous l’avons vu précédemment. Nous avons (suite à notre idée d’entreprise) visé certaines cibles qui pourraient être intéressées par notre projet. Nous pensons en effet nous adresser aux écoles, aux associations, aux mairies et aux collectivités tout cela dans le secteur de Rennes. Les collectivités sont des centres d’aide sociale ou encore des organismes comme Rennes métropole. Quant aux écoles, elles regroupent tous les enseignements.

Nos différentes cibles 450 nombre de structures

400 350 300 250 200 150 100 50 0 Série1

Collectivités 53

Enseignement 222

Associations 408

Mairies 38

(Sources : http://www.pagesjaunes.fr/) 12


Après avoir identifier et repérer nos cibles, nous les avons interrogées par une étude qualitative. Un petit entretien avec certaines de nos cibles afin d’en savoir un peu plus sur leur fonctionnement et surtout sur la part de leur budget consacrée aux projets de création comme ceux que nous proposons.(cf documents annexes entretien avec le Conseil Général et la MJC de la Paillette) De plus, les entreprises se doivent d’allouer 1,6% de leur chiffre d’affaire à la formation professionnelle de leurs salariés.

Budget consacré aux projets de création Série1

Associations

Enseignements

Mairies

Collectivités

5000

8900

7500

17000

(Sources : interviews des cibles) Nos « clients possibles » attendent ainsi de nous un service qui soit accessible en fonction de leur budget. Si nous nous tournons vers les associations, il nous faudra adapter notre budget, en effet ces dernières sont très demandeuses de ce genre d’offre mais bien souvent elles ont des petits moyens. Notre valeur ajoutée est notre coté pédagogique, c’est ce point que nous devons mettre en avant lors de nos présentations pour la recherche de clients. 13


2.3 Les décisions stratégiques. Notre projet d’entreprise va ainsi s’inscrire dans le secteur des services qui se trouve en pleine extension. Le secteur Rennais est lui aussi un atout pour l’installation de notre entreprise, en effet, ce dernier favorise le développement de futurs entreprises. Sur le secteur, on retrouve près de 80 agences de graphisme et seulement une vingtaine de centre de formation. Pour notre part, nous proposons un cumul des deux au sein de la même entreprise ce projet très innovant représente un réel potentiel positif pour notre société. En outre, la demande est de plus en plus importante dans le domaine de la formation garantie par la nouvelle loi obligeant les entreprises à allouer 1,6% de leur chiffre d’affaire à la formation de leurs employés. Soit pour nous une source de travail à long terme. Nous ciblons plus particulièrement les associations d’une part parce qu’elle représente la majorité de notre clientèle potentielle et d’autre part parce qu’elles sont toujours en demande de formation et de création pour développer et promouvoir leurs causes. Notre entreprise possède également plusieurs voies de développement possible, elle pourra bien sûr s’adapter aux situations et favoriser une de nos activité plus que l’autre entre la création graphique et la formation pour répondre au plus près aux diffèrentes demandes.

14


3 Plan marketing. Le plan marketing est une étape importante dans la création d’une entreprise, il permet, après une étude de marché, d’adapter les méthodes de marketing aux cibles visées par le projet afin d’établir une stratégie de vente, de distribution et de communication. Nos cibles sont toutes bien distinctes : les collectivités, les écoles, les associations et les mairies. Elles demandent donc des techniques de communication et de promotion différentes car elles n’ont pas les mêmes habitudes ou modes de fonctionnement. Les moyens de promotion. Nous avons pensé à 7 supports de diffusion : l’affichage papier, la distribution de flyers dans des lieux bien définis, la distribution de cartes de visite avec visites chez de possibles clients, la promotion de nos services dans des magazines spécialisés, des annonces dans la presse, une vitrine sur internet, des annonces sur des sites spécialisés. Pour chacun de ces supports nous avons réalisé des études comparatives et rechercher les prix en vigueur au moment où nous réalisons cette étude.

3.1 La promotion papier.

Nous avons choisi 3 imprimeries pour comparer les prix de réalisation d’affiches, de flyers et de cartes de visite : Copyroom une imprimerie basée à rennes, Rapid-flyer une imprimerie en ligne basée à Tourcoing et Les Grandes Imprimeries une imprimerie elle aussi en ligne et basée à Voiron. a. Les affiches. Les affiches seront placées dans des établissements clés pour la promotion de notre activité, par exemple dans des salons des associations, des créateurs d’entreprise, dans les halls d’accueil d’universités, de grandes écoles, des mairies et des collectivités.

15


affiches A3 / 500 exemplaires les grandes imprimeries

rapid-flyer

copyroom

368,37 1

111 319

b. Les flyers. Les flyers seront distribués et mis à disposition dans les mêmes établissements que ceux cités pour les affiches, distribués lors de manifestations ayant pour public nos principales cibles, congrès, colloques, salons, etc.

flyers 15*21 recto/verso 1000 exemplaires les grandes imprimeries

rapid-flyer

copyroom

224,85 1

84 209

16


c. Les cartes de visite. Les cartes de visite seront utiles lors des démarchages chez de futurs clients, mais c’est aussi un outil indispensable pour une bonne communication, toujours en avoir sur soi pour en distribuer au grès des rencontres.

cartes de visite 500 exemplaires les grandes imprimeries

rapid-flyer

copyroom

64,58 1

27 89

d. La publicité dans les magazines et la presse. Les pages consacrées à la publicité dans les magazines ou journaux connus sont trop chers pour un début d’activité (12 000€ la page quadri dans Arts Magazine, 2 500€ la page dans Advanced Creation, 33 000€ la page dans Télérama). Il faudrait donc penser à des encarts publicitaires dans des journaux locaux.

17


3.2 La promotion sur internet.

Nous devons penser à la création d’un site internet, véritable vitrine et outil indispensable à toute entreprise de communication et de création aujourd’hui. Pour ce qui est du design et du développement cela peut être fait en interne car nous pouvons assurer la création et la mise à jour du site nous même. Il faut donc penser à l’achat du nom de domaine et à l’hébergement du site internet. Un nom de domaine sur Gandi.net :

L’hébergement sur un an avec OVH :

18


3.3 Le local aux couleurs de la société.

Pour rendre notre local visible il faut penser à une signalétique permettant aux clients venant suivre une formation dans nos locaux de trouver le batiment très facilement et à un batiment qui se détache du paysage urbain. Pour cela nous devons installer des pancartes le long de la route menant au local, à des carrefours importants ou à des endroits où une erreur d’aiguillage est possible. Pour le batiment en lui même nous prévoyons une pancarte de 3m sur 1m représentant le logo avec le nom de notre société et la surface des murs, des encadrements de fenêtre et la porte reprenant les couleurs du logo. L’extérieur du batiment créant un ensemble aux couleurs de la société. L’intérieur du batiment, le mobilier et la décoration reprendront aussi ces couleurs.

19


4 L’aspect juridique. 4.1 Le choix du statut. Au sein de notre projet, la question du statut de l’entreprise s’est vite posée à nous. Dans un premier temps, il fallait savoir si nous montions une entreprise seul ou à plusieurs. Etant donné que nous étions 4 au sein du projet, nous sommes donc obligés de nous tourner vers une société ou une association. Le fait d’être à plusieurs apporte des moyens financiers, matériels, des compétences et des connaissances supplémentaires. Être en groupe permet la caution solidaire c’est à dire de s’associer au lieu de prendre des individus extérieurs comme garants. Nous avons donc décidé de créer une société à plusieurs pour des raisons diverses, quelles soient patrimoniales, économiques, fiscales ou encore sociales. Ces différentes raisons ont motivé notre projet. Notre association de personnes à donc pour intérêts d’associer nos compétences, nos connaissances, ou encore nos carnets d’adresses et nos réseaux. Nous avions donc à partir de ces volontés et avec le nombre d’associés que nous sommes, eu la possibilité de choisir entre le statut juridique de la SARL classique ou celui d’une SARL avec une dimension plus coopérative et sociale, une SCOP . On compte aujourd’hui près de 1 500 000 SARL, ce qui correspond aux deux tiers de toutes les sociétés commerciales. La SARL est particulièrement adaptée pour les petites et moyennes entreprises. Elle compte au moins deux personnes pour sa création et elle permet de faire des investissements sans être imposé. On reprend donc cette base de SARL pour la forme, mais sur un mode de coopération, en SCOP.

20


Le fait de choisir un mode coopératif s’est effectué pour diverses raisons : - des raisons sociales : La nature de l’activité de notre entreprise, par sa dimension d’accompagnement de projets créatifs et d’apport de connaissances (formations), a une dimension sociale et solidaire fortement ancrée dans ses intentions, sa philosophie et ses prestations de services. De plus, nous souhaitons cette même dimension au sein même de l’entreprise, avoir un esprit de coopération, d’échange de compétences et de savoirs entre les associés. Les salariés-coopérateurs sont associés majoritaires de leur entreprise dont ils détiennent au moins 51 % du capital et 65% des droits de vote, ce qui induit une implication de leur part et un investissement (sur le plan du travail, sur le plan financier, …) sûrement plus importante et donc une liaison avec l’entreprise et les autres salariés-coopérateurs plus étroite et vraisemblablement plus forte. - des raisons économiques : Le choix de la SCOP permet de répartir les bénéfices d’une façon spécifique , et adaptée si on souhaite que les bénéfices reviennent à ceux qui travaillent dans l’entreprise et que cela permette la bonne conduite de l’entreprise et lui confère une bonne santé économique. - des raisons fiscales : Une défiscalisation de la taxe professionnelle existe pour les SCOP, forme particulière de SARL. Possibilité de défiscalisation pour l’IS (impôt sur les sociétés) à 100% sous quatre conditions : - Signature d’un accord de participation, - Mises en réserve égale au montant mis en participation, - Réserves affectées en PPI (provision pour investissement) à investir dans les 4 ans, - Aucune distribution de dividendes.

21


- des raisons patrimoniales : Dans notre entreprise, nous souhaitions que les salariés et les coopérateurs-associés, soient les véritables décideurs et acteurs de l’entreprise. Dans une SCOP, les associés majoritaires, les salariés détiennent au moins 51 % du capital social et 65 % des droits de vote, ce qui fait d’eux les véritables acteurs de leur entreprise et les lient plus fortement avec elle. Les bénéfices réalisés par l’entreprise vont au service de ceux qui travaillent dans l’entreprise et ne reviennent pas à des actionnaires tiers de l’entreprise, ils reviennent d’abord aux salariés, sous forme de participation, d’intéressements transformés en « part travail » ou en participation versée à tous les salariés (associés ou non) (les dividendes ne seront pas reversés dans notre cas pour avoir accès à la défiscalisation de la taxe professionnelle ). Une partie des bénéfices est aussi reversée à l’entreprise elle-même sous la forme de réserves supplémentaires (une réserve provision pour investissement par exemple dans notre cas) qui consolident les fonds propres et garantissent sa pérennité au service d’un emploi durable et d’une bonne santé de la société. La SCOP définit l’entreprise comme un espace de démocratie fort, ou tout à chacun parle à voix égale à celle de son associé ou collègue de travail, peut importe le capital de la société. Nous souhaitons cet notion de démocratie dans notre entreprise. L’équipe de créatifs se doit d’être impliquée au sein de l’entreprise, et la SCOP induit de part son statut une implication toute particulière dans l’entreprise. Le choix d’un fonctionnement coopératif pour notre entreprise stimule le partage des l’informations entre salariés, avec une finalité d’autonomie, dans un esprit de responsabilisation et avec l’intention d’être moteur et acteur. Le dirigeant de la SCOP peut être coopérateur-associé mais il est également salarié. Dans notre choix d’une SCOP SARL, le dirigeant de notre entreprise est salarié et est bénéficiaire de la protection sociale qui est induite, sur les questions de santé, retraite et chômage. Notre SCOP sous forme de SARL. Notre activité à une fin mixte, à la fois sociale et économique, elle a pour intentions de former et d’accompagner, de transmettre du savoir ce qui en fait sa finalité sociale mais également économique, car il est bien évidemment question d’avoir suffisamment pour faire vivre et faire perdurer notre entreprise, se renouveler et payer les salaires des acteurs notre société. 22


4.2 L’organisation patrimoniale de notre société. Comment envisageons-nous le management de notre entreprise ? Comment se répartiront les pouvoirs décisionnels et les résultats de l’entreprise ?

Le management de l’entreprise se fera dans un esprit de réciprocité, d’échanges et de cohésion. Le gérant de l’entreprise a pour vocation de fédérer l’ensemble de l’équipe sans pour autant avoir plus de pouvoir décisionnel que ses collaborateurs, cependant il engage sa responsabilité civile et pénale. Il est entendu que l’ensemble des coopérateurs associés ainsi que les salariés jouissent des même droits et devoirs vis à vis de l’entreprise. Les associés (les personnes physiques ou morales) ne peuvent en aucun cas détenir ensemble plus de 35 % du total des droits de vote (49% si associés coopératives). Les salariés-coopérateurs sont associés majoritaires de l’entreprise dont ils détiennent au moins 51 % du capital et 65 % des droits de vote. Les associés devront se réunir au minimum une fois par an pour une assemblée générale ordinaire. De plus, le dirigeant peut être révoqué par l’assemblée de salariés-coopérateurs. et donc par l’assemblée même qui l’avait initialement nommé à ce poste. Le dirigeant est donc élu par l’assemblée générale des salariés-coopérateurs, et ce pour une durée de 4 ans, avec la possibilité d’une réélection pour un second mandat. La nomination et les pouvoirs du gérant sont fixés, soit dans les statuts, soit par un acte séparé. La libre négociation pour la transmission des parts s’effectue entre les associés. La cession de tout ou partie de parts est soumise à une approbation de l’AG suivant les conditions des statuts. Il n’y a pas de partage entre associés coopérateurs à la suite d’une liquidation, selon la réglementation Scop. Les subventions iront à d’autres coopératives faisant partie d’un même réseau en termes de localisation géographique et en termes de services similaires et / ou de domaines approchant. Il y aura alors une possible réserve de revalorisation des parts. Il est important de penser au décès à la création de l’entreprise, nous souhaiterions donc que la transmission des parts de l’associécoopérateur salarié se fasse avec une approbation de l’AG, et que son proche choisi et inscrit dans un acte séparé, devienne alors un associé-coopérateur tiers, quelqu’un qui serait ou non salarié interne à l’entreprise. Sa qualité d’associé-coopérateur dans l’entreprise permettrait alors de conserver des parts dans l’entreprise. 23


Quels seront les rôles et responsabilités de chacun d’entre-nous ? Quelle type d’organisation mettons-nous en place ? Quelle est la formation de l’équipe ? Nous mettons en place une organisation coopérative, les associés-coopérateur / salariés se retrouve alors dans un environnement de travail fortement établit sur les principes de cohésion social, de coopération, de société solidaire. Donc d’un espace de travail régit et dirigé par les personnes qui l’ont mis sur pied et qui y sont associés et qui y travaillent. La formation de l’équipe, nos compétences les rôles et responsabilités de chacun d’entre-nous : L’équipe à la création de l’entreprise, est constituée de deux associés – coopérateurs, d’un salarié, et d’un graphiste freelance sollicité de façon occasionnelle . -L’associé- coopérateur, mademoiselle Marie-Anne Ligoure : Compétences : Management d’équipe, démarchage client, design graphique édition papier, direction de projet, formatrice développement projets créatifs. Compétences logiciels : Adobe Photoshop, illustrator, Indesign, Flash, Quark Xpress, Microsoft office -L’associé- coopérateur, mademoiselle Claire Hamoniaux : Compétences : Management d’équipe, démarchage client, design graphique édition papier, webdesign, direction de projet, formatrice, dévellopement projets créatifs. Compétences logiciels : Adobe Photoshop, illustrator, Indesign, Flash, Dreamweaver, Microsoft office -Le salarié, monsieur Thomas Laure : Compétences : Management d’équipe, démarchage client, design graphique édition papier, webdesign, direction de projet, formateur, développement projets créatifs. Compétences logiciels : Adobe Photoshop, illustrator, Indesign, Flash, Dreamweaver, Première, Microsoft office -Le graphiste freelance , monsieur Nicolas Rouxel : Compétences : Management d’équipe, design graphique édition papier, webdesign, direction de projet, formateur, développement projets créatifs. Compétences logiciels : Adobe Photoshop, illustrator, Indesign, Flash, Dreamweaver, Microsoft office 24


4.3 La constitution du capital pour le fonctionnement de l’entreprise. De quels capitaux disposons-nous à la création de l’entreprise (apports personnels, prêts, aides…) ?

Le capital est librement fixé ou variable dans une SCOP , il est de ¼ (25 %) à la souscription, le reste dans les 5 ans. Le capital doit être de 30 euros minimum à la souscription. Le capital de l’entreprise : 49 300 Euros Dont 25 % sont versé à la création, soit 12 325 Euros Dont 75 % sont à verser dans les 5 ans qui suivent la création de l’entreprise, soit 36 975 Euros (soit le capital à percevoir à inscrire au bilan) Ces capitaux propres non négatifs sont à inscrire au bilan. La mise en réserve légale et obligatoire de 16% (réserve impartageable) des bénéfices viendront accroîtrent les capitaux propres. Une seconde réserve de 16% (égale à la réserve légale et impartageable) et allouée aux PPI (provisions pour investissements) est à mettre en place. Nos apports personnels : Afin de permettre d’injecter des fonds au début de la création de notre entreprise, notre SCOP contiendra deux associés-coopérateurs (les deux porteurs féminins du projet, à savoir Mlle Marie-Anne Ligoure et Mlle Claire Hamoniaux). Ces deux associées-coopérateurs injecteront 10 000 euros net chacune. Mr Thomas Laure sera salarié sous contrat à la création de l’entreprise, il passera au sein de l’entreprise avec la qualité d’associé-coopérateur à court termes, dans les deux ans, sous la condition d’un apport personnel de sa part à la hauteur de ce que les autres associés ont injecté, soit 10 000 euros au maximum, et sous la condition également d’une approbation par l’AG. Les prêts que l’on contracte: Afin de soutenir notre trésorerie et de compléter le financement de l’achat de matériel, nous souscrirons un emprunt de 20 000 €, sur une durée de 5 ans, qui figurera au bilan. Nous rembourserons donc la somme de 3996 € la première année et aurons des intérêts de l’ordre de 5 % qui seront eux payés à la fin des 5 années. Nous développerons sur les aides qui nous sont allouées dans la partie suivante. 25


Comment allons-nous financer les premiers temps d’exploitation ? Les premiers temps de l’exploitation sont à prendre en compte dans l’emprunt que nous souscrivons départ à la banque, et figuera au bilan.

4.4 Le partage des résultats. Dans une SCOP le partage est libre, on partage les parts de l’entreprise à notre guise mais il n’est pas possible d’exclure totalement l’une des personnes. Les Scop sont assujeties à la répartition suivante : Minimum 16 % (max 75%) « réserves impartageables », Maximum 33 % versés sous forme de dividendes aux associés. Minimum 25 % (max 84%) transformé en « part travail » ou en participation versée à tous les salariés (associés ou non). Il en suit que nous avons établie la répartition suivante pour notre société : 16 % en « réserves impartageables », (réserve légale) 16 % en « réserves PPI», (réserve provision pour investissement) 0 % de versé sous forme de dividendes aux associés. 68 % transformé en « part travail » ou en participation versée à tous les salariés (associés ou non).

4.5 Accord de participation pour défiscalisation. Le régime SCOP offre la possibilité d’une défiscalisation pour l’IS à 100% sous réserve de quatre conditions : - Signature d’un accord de participation, - Mise en réserves égale au montant mis en participation, (= 16 % « réserves PPI», (réserve provision pour investissement)) - Réserves affectées en PPI (provision pour investissement) à investir dans les 4 ans, - Aucune distribution de dividende (= 0 % versés sous forme de dividendes aux associés-coopérateurs.)

26


Notre entreprise accepte donc la signature d’un accord de participation et une mise en réserve égale au montant de la réserve impartageable (soit 16 %), ainsi que le fait qu’il n’y ait aucune distribution sous forme de dividendes aux associés-coopérateurs. Nous ne seront alors pas assujettis à l’impôt sur les sociétés par cette accord de participation. L’accord de participation sera signé par l’ensemble des coopérateurs à la création de l’entreprise et lors d’une AG.

27


5 L’installation de l’entreprise. 5.1 La recherche de financements. L’obtention d’aides. Il existe deux canaux de financement traditionnel pour notre entreprise : Le premier est le canal le plus classique, la banque (pour ce qui relève des emprunts, des escomptes, ...). Un autre canal de financement est envisageable, à creuser, dans le cadre de notre recherche de financements : le financement public, c’est-à-dire l’ensemble des Aides et Subventions allouées aux entreprises. En parcourant des sites références tels que Oséo.fr ou encore apce.com, nous avons trouvé des aides et subventions susceptibles d’appuyer par des financements et/ou un soutien à la création d’entreprise (par un accompagnement du montage et de la création de l’entreprise par ex). Dans cette recherche de subventions et d’aides financières, nous avons pris en considération des caractéristiques propres à notre entreprise (son statut), mais également sa localisation et son périmètre d’action, le fait que nous soyons de jeunes créateurs d’entreprise, ou encore que les deux créatrices et associées-coopérateurs de départ de la SCOP soient des femmes. Les différentes subventions, aides et financements : Nous nous sommes arrêtés sur différentes subventions, aides et financements, en suivant ces critères de recherches. Dans la poursuite de la création et du montage de l’entreprise, nous avons à analyser en profondeur, à valider ou non les aides et subventions suivantes, ainsi qu’effectuer par la suite les démarches nécessaires dans les différents organismes et institutions.

a. Les aides financières.

AIDE A LA CREATION D’ENTREPRISE INNOVANTE /OSEO ALLEGEMENT DES COTISATIONS SOCIALES DUES PAR LES NON-SALARIES EN DEBUT D’ACTIVITE /URSSAF BOURSE DEFI JEUNES -Direction Départementale de la Cohésion Sociale GARANTIE DU FINANCEMENT DE LA CREATION - OSEO DISPOSITIFS Régionaux Le PCE - PRET A LA CREATION D’ENTREPRISE - OSEO Le dispositif nacre. 28


b. Une aide fiscale.

Exonération d’impôts locaux (taxe professionnelle, taxe foncière, taxe pour frais de CCI ou CMA)

c. Des aides pour la création d’entreprise par des femmes.

Aide RACINES / CLEFE AIDE Femmes et entreprises

DESCRIPTIF DES AIDES. DETAIL

a. Les aides financières/ détail.

AIDE A LA CREATION D’ENTREPRISE INNOVANTE /OSEO Innover / Créer / Financer : cette aide à la création d’entreprise innovante concerne tout ou partie des opérations destinées à valider le projet de création d’entreprise innovante :
conception et définition du projet, études de faisabilité ou de vérification technique, juridique ou commerciale,
 recherche de partenaires, ... Montants : L’aide couvre jusqu’à 50 % des dépenses éligibles. ALLEGEMENT DES COTISATIONS SOCIALES DUES PAR LES NON-SALARIES EN DEBUT D’ACTIVITE /URSSAF Créer / Reprendre : les cotisations d’assurance maladie et maternité, d’allocations familiales des travailleurs non salariés non agricoles dues en début d’activité et les cotisations d’assurance vieillesse des professions artisanales, industrielles ou commerciales dues au titre de la première année civile d’activité sont calculées à titre provisionnel sur une base forfaitaire qui ne peut excéder 18 fois la valeur de la base mensuelle de calcul des prestations familiales en vigueur au 1er octobre de l’année précédente ; celles dues au titre de la deuxième année civile d’activité sont également calculées à titre provisionnel sur une base forfaitaire qui ne peut excéder 27 fois cette valeur, sauf revenu réel connu supérieur à cette base. 29


Montants : Les cotisations sont calculées sur une base forfaitaire qui ne peut excéder :
- au titre de la première année d’activité, 18 fois la valeur de la base mensuelle de calcul des prestations familiales en vigueur au 1er octobre de l’année précédente,
- au titre de la deuxième année d’activité, 27 fois la valeur précédente. La base mensuelle de calcul des prestations familiales est de 377,83 € pour le calcul des cotisations 2009. Pour la première année civile : 18 x 377,83 = 6 801 €. Pour la deuxième année civile : 27 x 377,83 = 10 202 €. Le taux de cotisation d’allocations familiales est de 5,40 % (le taux est différent pour les autres cotisations). La première année, un versement sera effectué à chaque échéance : 1/4 (6 801 x 5,4 %) = 91,81 €, La deuxième année, un versement sera effectué à chaque échéance : 1/4 (10 202x 5,4 %) = 137,27 €, La troisième année, les fractions de cotisation, au titre des 4 trimestres, seront calculées, à titre provisionnel, sur le revenu professionnel de l’avant-dernière année : 1/4 (RP n-2 x 5,4 %). BOURSE DEFI JEUNES -Direction Départementale de la Cohésion Sociale Créer / Reprendre / Financer : la Bourse Envie d’Agir-Défi Jeunes a pour but d’aider les jeunes à entreprendre et à concrétiser leurs projets à visée professionnelle (création d’activité économique, ou première création culturelle, scientifique ou technique). Tout jeune âgé de 18 à 30 ans ayant un projet original et innovant, quels qu’en soit la forme, la durée ou le domaine peut bénéficier des appuis d’Envie d’Agir-Défi Jeunes. Montants : Le montant des bourses Envie d’Agir-Défi Jeunes au niveau régional est compris entre 2 000 et 6 000 €, représentant au maximum 50 % du montant du projet. Des bourses nationales récompensent les meilleurs projets dans chaque domaine.

30


GARANTIE DU FINANCEMENT DE LA CREATION - OSEO Créer / Garantir : la garantie des financements pour la création d’entreprise couvre les organismes de fonds propres, les banques et sociétés de crédit-bail lorsqu’ils sont amenés à financer pour le compte de PME en création les opérations suivantes :
- investissements matériels (immobiliers, mobiliers, équipements, aménagements, ...) et immatériels (droit au bail, dépenses de recherche et développement, dépenses de lancement industriel et commercial, ...),
- BFR (besoins en fonds de roulement),
- besoins liés au cycle d’exploitation,
acquisition de fonds de commerce,
- délivrance de caution sur marché France ou export. Montants : OSEO garantit jusqu’à 70 % du crédit dans le cas des créations d’entreprises ex-nihilo par une ou plusieurs personnes physiques (non actionnaires majoritaires ou dirigeants d’entreprise existante) et jusqu’à 50 % les autres projets. Une commission annuelle représentant 0,60 % (en fonction du type de concours accordé) du montant garanti est due à OSEO. DISPOSITIFS Régionaux Prêt de 15 à 90 k€ Le PCE - PRET A LA CREATION D’ENTREPRISE - OSEO Emprunt de 2 à 7 K€ en cofinancement d’un emprunt bancaire Le PCE a vocation à améliorer le financement des jeunes entreprises créées ou reprises. Il vise à :
- répondre à l’insuffisance de fonds propres ou quasi-fonds propres des entreprises de 0 à 3 ans en finançant essentiellement leur trésorerie,
- améliorer l’accès au crédit bancaire,
- diminuer les risques d’échec dues à une trésorerie trop faible,
- favoriser l’accompagnement des entreprises nouvelles. Créer / Financer : le PCE - Prêt à la Création d’Entreprise - a pour but d’inciter la création d’entreprise en finançant en priorité les besoins immatériels (trésorerie de départ, investissements immatériels tels que les frais commerciaux, publicité, loyers, frais de démarrage). La création d’entreprise comprend les reprises totales ou partielles de fonds de commerce. Toutes les entreprises sont concernées quelque soit leurs secteurs d’activité (hors agriculture, activité financière ou activité de loca31


tion immobilière) et leur forme juridique. Elles doivent être en phase de création et ne pas avoir encore bénéficié d’un financement à moyen et long terme. Les entreprises doivent avoir obtenu leur numéro SIREN. Montants : Il est compris entre 2 000 € et 7 000 €, sans caution personnelle. Le prêt est accordé à un taux fixé le jour du décaissement et s’aligne sur le taux du prêt bancaire. Exemple de financement d’une création avec le PCE
 Besoins Machines Véhicule Frais de démarrage Trésorerie Total

14 000 10 000 5 000 6 000 35 000

Ressources Apports personnels Prêt d’honneur PCE Prêt bancaire associé

7 000 3 000 7 000 18 000 35 000

A qui s’adresser ?

 Soit directement à l’une des agences des principaux réseaux bancaires : Société Générale, BNP Paribas, LCL, Banques Populaires, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, CIC, Caisses d’Epargne, Crédit du Nord, Crédit Coopératif, etc.

 Soit à un réseau d’aide et d’accompagnement de la création d’entreprises (Chambres de commerce et d’industrie, Chambres de métiers et de l’artisanat, Boutiques de gestion, France Active, France Initiative, Réseau Entreprendre, ADIE, etc.).
 LE DISPOSITIF NACRE. Dans le cadre de la réforme des aides d’État à la création/reprise d’entreprise, Eden et les chèques conseils sont remplacés, à compter du 1er janvier 2009, par le parcours Nacre : Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d’Entreprise. 32


Bénéficiaires Peuvent prétendre à ce dispositif : les demandeurs d’emploi indemnisés, bénéficiaires de l’allocation de retour à l’emploi (ARE),
 les bénéficiaires de l’allocation de solidarité spécifique (ASS), les bénéficiaires de l’allocation temporaire d’attente (anciennement allocation d’insertion), les demandeurs d’emploi non indemnisés inscrits à l’ANPE 6 mois au cours des 18 derniers mois,
 les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA),
les jeunes de 18 à 25 ans et les jeunes de moins de 30 ans non indemnisés ou reconnus handicapés, les salariés qui reprennent leur entreprise en redressement ou liquidation judiciaire, les titulaires d’un contrat d’appui au projet d’entreprise (Cape),
les personnes qui créent leur entreprise en zone urbaine sensible (ZUS), les bénéficiaires des prestations d’accueil pour jeune enfant complément libre choix d’activité (CLCA),
les personnes de 50 ans et plus inscrites sur la liste des demandeurs d’emploi

 Nature de l’aide Il s’agit d’un dispositif global ayant pour objectif de donner aux porteurs de projet le maximum de chances de réussite et comprenant une aide au montage du projet et au développement de l’entreprise, une aide financière. Aide au montage de projet et au développement de l’entreprise. L’accès à des conseils, qui était permis par les chéquiers conseils, est étendu. Des organismes labellisés et conventionnés par l’Etat et la Caisse des Dépôts accompagnent le parcours du créateur avant la création/reprise de son entreprise, dans le montage de son projet, puis dans la recherche de financements et la négociation avec les banques.
Cet accompagnement se poursuit jusqu’à trois ans après la création de l’entreprise. Le créateur/repreneur a le libre choix de l’organisme conventionné qui l’accompagne. Il conclut avec lui un contrat d’accompagnement création/reprise d’entreprise Nacre qui organise son parcours.
Il sera possible de recourir à des experts spécialisés pour optimiser la préparation et le développement de l’entreprise créée/reprise. Le parcours prévoit un appui systématique pour obtenir un partenariat avec une banque.

 Un prêt à taux zéro Nacre, qui remplace l’avance remboursable Eden, peut être accordé pour aider à la création/reprise de l’entreprise. Ce prêt d’un montant de 1 000 à 10 000 euros, est un prêt sans intérêt d’une durée maximale de 5 ans. Il est attribué après expertise du projet de création ou de reprise d’entreprise dans le cadre du parcours d’accompagnement Nacre. Il doit être couplé avec un prêt bancaire dont le montant et la durée doivent être supérieurs ou égaux au montant et à la durée du Prêt à taux zéro. Modalités de remboursement : mensualités constantes ou progressives

33


Conditions : L’offre de service s’adresse aux porteurs de projet ayant déjà une idée précise du projet d’entreprise qu’il souhaite créer ou reprendre. Chacune des phases du parcours correspond à un type d’accompagnement auquel peut prétendre le porteur de projet selon ses besoins et selon le niveau de finalisation de son projet. Le porteur de projet peut ainsi entrer dans le parcours : Si l’entreprise n’est pas encore créée : - soit via la phase d’aide au montage de projet si le porteur de projet (ou sa société) n’est pas immatriculé(e) ;
- soit directement via la phase de structuration financière. Si l’entreprise est créée depuis moins de 2 ans et que le porteur de projet atteste du bénéfice de l’Accre, il peut rentrer directement dans le parcours par la phase d’appui au démarrage et au développement de l’entreprise. En cas de création ou reprise sous forme de société : Le bénéficiaire doit exercer le contrôle effectif de l’entreprise, c’est-à-dire : - soit détenir plus de 50 % du capital (seul ou en famille (*) avec au moins 35 % à titre personnel),
- soit être dirigeant dans la société et détenir au moins 1/3 du capital (seul ou en famille (*) avec au moins 25 % à titre personnel) sous réserve qu’un autre associé ne détienne pas directement ou indirectement plus de la moitié du capital. (*) Notion de famille : sont prises en compte les parts détenues par le conjoint, les ascendants et descendants de l’intéressé. Plusieurs personnes peuvent obtenir séparément l’aide pour un seul et même projet à condition :
- qu’elles détiennent collectivement plus de 50 % du capital,
- qu’un ou plusieurs d’entre eux aient la qualité de dirigeant,
- et que chaque demandeur détienne au moins 1/10ème de la fraction du capital détenue par la personne qui possède la plus forte.
Ex. : le «plus grand associé» détient 50 % des parts sociales, chaque bénéficiaire doit détenir au moins 5 % des parts.

b. Une aide fiscale / détail.

Exonération d’impôts locaux (taxe professionnelle, taxe foncière, taxe pour frais de CCI ou CMA) pendant 2 ans, sur délibération en ce sens des collectivités territoriales et organismes consulaires concernés (entreprises remplissant les conditions d’exonération d’impôt sur les bénéfices des entreprises nouvelles). Art. 1383 A, 1464 B, 1464 C et 1602 A du CGI 34


c. Des aides pour la création d’entreprise par des femmes / détail.

Aide RACINES / CLEFE Réseau d’accompagnement des créations et des initiatives par une nouvelle épargne de solidarité (Racines) Objet : Racines est une structure d’appui au développement d’entreprises ayant pour objectif l’insertion des femmes dans la vie économique et financière. Elle propose aux créatrices les services suivants : Un outil financier : le Clefe (Club local d’épargne pour les femmes qui entreprennent).
Il existe à l’heure actuelle environ 25 clubs qui accordent des prêts à des entreprises gérées et créées par des femmes (montant du prêt : entre 3 049 à 7 622 euros).
Ils sont mis en place à l’initiative de structures locales ou de créatrices. Un accompagnement en aval (suivi de gestion d’une durée minimale de 2 ans). AIDE Femmes et entreprises Objet : Accueillir toute femme porteuse d’un projet de création d’entreprise et lui apporter des informations et des conseils en matière économique, juridique et financière,
 une aide dans le montage de dossiers (Accre, FGIF, dossiers bancaires, etc.),
 un accompagnement tout au long du projet. NB : bien que située à Nanterre, l’association peut recevoir des créatrices de toutes régions. Femmes et Entreprises, Préfecture des Hauts de Seine, 167 avenue Joliot Curie, 92000 Nanterre, Tél. : 01 40 97 21 92, E-mail : femmesentreprises@hotmail.com

35


5.2 Les aides que nous sollicitons. Nous sollicitons les trois aides suivantes dans le cadre de notre création d’entreprise : -L’aide financière pour la création d’entreprise chez les jeunes, la bourse défi jeune qui propose un prêt d’une somme moyenne de 4000€. -L’aide fiscale d’exonération d’impôts locaux par les collectivités. -L’aide à la création d’entreprise par les femmes. Racines (Réseau d’accompagnement des créations et des initiatives par une nouvelle épargne de solidarité) qui propose l’accès aux différents services, un accompagnement mais également un outils financier le CLEFE avec un prêt au montant moyen de 5300€. Ces différentes aides et subventions seront à inscrire dans la partie ressources de notre plan de financement.

5.3 Les décisions opérationnelles. Les entreprises, collectivités ou encore écoles souhaitant monter un projet créatif comme une publication, un DVD, ou même faire leur propre communication sans passer par des professionnels par manque de moyens peuvent faire appel à nous pour former leur personnel aux techniques de création du projet qu’ils veulent monter. Nous les accompagnons dans la réalisation de celui-ci tout en les formant aux outils correspondants. Un devis est établi en fonction de la complexité de leur projet, du temps à passer sur celui-ci et des moyens mis en œuvre. La conception d’un DVD comprenant des entretiens avec des personnel de l’entreprise prendra plus de temps que la conception d’une publication au format A4. Il faut réaliser les films, apprendre à utiliser la caméra, le montage, l’authoring, la jaquette. Nos prix sont donc variables en fonction de chaque situation et du niveau de la/les personnes à former. Nos formations peuvent accueillir plusieurs personnes sur un même thème. Cela permet à l’entreprise cliente de former plusieurs personnes et donc de multiplier les compétences pour qu’ils puissent monter un projet seuls dans un futur proche.

36


En ce qui concerne les tarifs des formations, sur le marché au regard du tarif de nos concurrents, et dans un premier temps au démarrage de l’activité, il vaut mieux que ceux-ci soit compétitifs pour nous assurer une clientèle et une réputation. C’est pourquoi dans le bilan financier un devis de moyen de 1000€ est établi, avec 5 jours de formation à ce tarif nous pouvons attirer des cibles disposant de moins de fonds et donc élargir notre clientèle. Pour nous faire connaître, un budget publicité est alloué au commencement de l’activité, il permet de publier tracts, affiches ou livrets de formations pour nous faire connaître auprès du public. Un nom et une communication pour notre entreprise sont donc à mettre en place pour lui donner une identité visuelle propre et ainsi lui permettre une visibilité au sein de la région rennaise. Nous avons donc défini que le nom de notre société serait «la coop visuelle». Nous souhaitions conserver la notion d’échange et l’esprit de coopération que l’on a souhaité dès le départ dans notre projet. Proposition de logo possible :

Le logo reprend le nom de l’entreprise qui est associé à un oeil stylisé. L’œil a ici pour rôle de véhiculer l’idée d’attention et d’observation au sein des formations, mais également l’idée de graphisme et de produits de communication visuelle. 37


Par ailleurs, un démarchage téléphonique, postal ou mailing list ciblé pour nous faire connaître et nous vendre est essentiel tout au long de l’activité de l’entreprise pour aller chercher de nouveaux clients et nous faire connaître auprès des entreprises qui évoluent et se construisent. Ou même explorer des secteurs d’activités qui dans un premier temps ne faisaient pas partie de nos cœurs de cible, mais qui pourraient être intéressés pour promouvoir leur société en créant leur propre publicité par exemple. Pour finir, nous accompagnons le projet du client jusqu’à sa finalisation et sa livraison. Dans le cadre d’une publication nous assurons le lien avec l’imprimeur. Les personnes formées le sont aux logiciels et outils nécessaires. Ce ne sont pas des formations approfondies aux logiciels dans un premier temps. Même si une extension de l’activité est possible dans ce domaine si nous ne pouvons subvenir à nos besoins en gardant notre projet actuel. Dans le cadre de l’extension de l’activité, cela ferait de nous les concurrents directs d’autres sociétés qui ne proposent, elles, que les formations aux logiciels.

5.4 Les besoins techniques et humains. Dans un premier temps, ce qui paraît essentiel est d’avoir un local, d’en avoir un correspondant à notre besoin en espace et surtout d’en avoir un correspondant à notre localisation pour nos cibles, un local facilement accessible tout en étant visible est un grand plus pour nous. Il faut donc prévoir et aménager ces locaux, (travaux d’aménagement, déménagement, formalités d’inscription auprès des sociétés d’électricité, eau, service téléphonique, raccordement internet, location hébergement internet), prévoir la publicité extérieure du local. a. Le choix du local pour notre entreprise. Location d’un bel espace de 70 m2, 2 bureaux communicant et une pièce de réunion / formation. Wc, couloir, placard dans chaque pièces. Situé à Vezin le Coquet – Rennes, Route de Lorient. Proche rocade et stade rennais. Zone d’activité, proche commerces et restaurants également. Loyer de 680 Euros/ mois hors charges.. Charges d’environ 85 Euros par mois (syndic + eau + entretien + minuterie)

38


Nous avons choisi ce local à Rennes et qui est facile d’accès pour que la société soit implantée au sein du secteur d’action qu’on a défini pour l’exercice de notre activité, à savoir la région rennaise. Pour démarrer notre entreprise, une fois que le local réservé, il nous faut assurer notre entreprise. Toute activité professionnelle engendre des risques auxquels ils faut penser. Il faudra donc faire l’inventaire de nos risques et leurs conséquences en parallèle avec les lois éventuelles liées à notre secteur d’activité. Il faut déclarer très précisément nos activités à notre assureur ainsi que les éventuels changement par la suite. Dans un second temps, pour exercer notre activité nous avons besoin d’un parc informatique afin que nos clients puissent se former aux logiciels sans avoir besoin d’acheter les logiciels au préalable ou même d’apporter leur matériel. Puisque nous les formons à l’utilisation d’outils, nous devons posséder ces outils pour que durant la formation, ils puissent les utiliser. Nous avons donc besoin d’ordinateurs, de logiciels, de matériels numériques, tels que caméra, appareil photo, scanner, imprimante et autres médiums. Mais également de mobilier pour accueillir les clients, pour pouvoir travailler. 39


Listing récapitulatif de nos besoins matériels et logiciels : Matériel Ordinateur Logiciel Adobe Master collection Matériel numérique - Imprimante - Scanner - Appareil photo - Caméra vidéo - Vidéo projecteur Total

1500 3586 290 60 700 600 350

x12 x4

18000 14344 2000

34344

De notre coté, nous avons également besoin d’outils, de mobilier et de logiciels pour pouvoir travailler, démarcher, suivre les projets après la formation. Pour finir, il nous faudra inscrire l’entreprise. Formalités, procédures et démarches administratives à effectuer : Pour que notre entreprise soit officiellement créée, il est nécessaire de procéder à son immatriculation. Un certain nombre de formalités administratives doivent être accomplies pour qu’elle soit inscrite.

40


5.5 L’immatriculation de la société. a. Avant l’immatriculation. 1) VERIFIER que nous remplissons bien les conditions requises 2) EFFECTUER SI NECESSAIRE LE STAGE OBLIGATOIRE DE GESTION 3) OBTENIR DES AIDES (cf : aides et subventions) 4) DONNER UN NOM A NOTRE SOCIETE (cf : nom et communication de notre entreprise « la coop visuelle ») et s’assurer auprès de l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) que le nom choisi n’est pas utilisé par une autre entreprise ou protégé. 5) TROUVER UN LOCAL POUR ETABLIR LE SIEGE SOCIAL DE L’ENTREPRISE cf. le choix du local de notre entreprise 6) DETERMINER LA NATURE ET LE MONTANT DES APPORTS * L’apport en numéraire, le plus courant, correspond à une somme d’argent. L’associé qui s’engage à apporter une certaine somme d’argent doit la verser préalablement à la signature des statuts. On dit alors qu’il libère son apport. Dans notre SCOP-SARL : La libération doit être intégrale, au plus tard la veille de la signature des statuts. Exemple : les associés ont promis d’apporter 10 000€. Ils doivent verser 10 000 €. La loi permet : -de ne verser que le quart à la veille de la signature des statuts. -de libérer le surplus, soit les trois-quarts, dans un délai maximum de trois ans selon un calendrier fixé par le conseil d’administration ou l’assemblée générale. 41


* L’apport en nature est constitué par tout bien autre que de l’argent (bien meuble -corporel ou incorporel - ou immeuble), susceptible d’une évaluation pécuniaire et dont la propriété ou la jouissance sont transférables, comme du matériel, un véhicule, un fonds de commerce. La valeur de l’apport doit être obligatoirement estimée avant la rémunération sous forme de parts sociales. Dans notre SCOP-SARL : La valeur de chacun des apports est fixée dans les statuts. Les associés sont libres de déterminer la valeur des biens mais ils ne peuvent le faire qu’après avoir fait désigner un commissaire aux apports désigné par le tribunal de commerce et chargé d’établir sous sa responsabilité, la valeur des biens. Depuis le 1/1/1985 les associés peuvent, à l’unanimité, décider de ne pas nommer de commissaire aux apports si deux conditions sont remplies : -aucun apport en nature n’excède 50 000 F (7700€) -la valeur totale des apports en nature n’excède pas la moitié du capital social. Certains apports peuvent être soumis à un droit spécial de mutation comme l’immeuble, le fonds de commerce, les droits immobiliers, le droit au bail. * Montant minimum des apports : Dans notre SCOP-SARL : Chaque associé apporte une somme d’argent et/ou un ou plusieurs biens correspondant à une valeur égale ou supérieure au montant individuel des autres associés. 7) SIGNER LES BULLETINS DE SOUSCRIPTION Toute souscription de parts est constatée par un bulletin signé par l’associé . Ce bulletin, obligatoire, indique la volonté formelle de l’associé de souscrire au capital de la société. Une copie sera remise à l’associé. 42


8) ETABLIR ET FAIRE SIGNER L’AUTORISATION DU CONJOINT Si au moins un des associés de notre société est marié sous le régime de la communauté (universelle ou réduite aux acquêts) avec une personne non associée, faire obligatoirement une lettre indiquant que le conjoint non associé a bien pris connaissance de l’apport de l’associé concerné et qu’il renonce ainsi à devenir associé pour ces parts. La lettre est une garantie contre tous les désaccords risquant de survenir entre les époux. Ainsi, la société ne peut en subir les inconvénients. Elle conservera cette lettre dans son dossier juridique . 9) ETABLIR LA LISTE DES SOUSCRIPTEURS La liste des souscripteurs devra être présentée à la banque. Elle sera remise également au Centre de Formalités des Entreprises de la Chambre de Commerce ou des Métiers. Il faudra établir cette liste en 2 exemplaires. 10) REUNIR LES FONDS CONSTITUANT LE CAPITAL Déposer les fonds (apport en numéraire) de tous les associés auprès d’une banque sur présentation de la liste des souscripteurs et d’un exemplaire (photocopie) des projets de statuts. En échange du dépôt des fonds qui resteront bloqués jusqu’à l’obtention du numéro d’immatriculation de la société au Registre du Commerce, la banque nous remettra en 3 exemplaires une attestation de dépôt des fonds dont 2 exemplaires nous seront nécessaires pour le Centre de Formalités des Entreprises . 11) ELABORER, ADOPTER ET SIGNER LES STATUTS Prendre rendez-vous avec l’Union Régionale des SCOP qui nous aidera dans la rédaction des statuts. Pour préparer cet entretien il faudra imprimer le document intitulé grille de réflexion pour l’élaboration des statuts et noter avec nos futurs associés les principales options retenues. Etablir 5 exemplaires originaux des statuts (1 pour la recette des impôts, 2 pour le greffe du tribunal de commerce, 1 pour la SCOP, 1 pour le ministère du Travail).

43


Quelques précisions : Signature et mentions dans les statuts, = Chaque exemplaire des statuts doit être paraphé sur chacune des pages (initiales en bas de chaque page) et signé sur la dernière page de celui-ci (cette signature est accompagnée de la mention «lu et approuvé»). Dater les statuts en dernière page. Le Gérant (dans notre SCOP-SARL) doit faire précéder sa signature de la mention «Bon pour acceptation des fonctions de gérant». De même, le commissaire aux comptes devra porter la mention «bon pour acceptation des fonctions de commissaire aux comptes» et signer. Nominations dans le cadre de SCOP-SA : Administrateurs : Les statuts contiennent la nomination des premiers administrateurs dont la durée du mandat ne peut excéder trois ans. PDG : Il est nommé par le conseil d’Administration qui se tient immédiatement après la signature des statuts. Commissaire aux comptes : le nom du premier commissaire aux comptes et de son suppléant doivent figurer dans les statuts. Il est nommé pour six ans. Nominations dans le cadre de SCOP-SARL : Gérant : Nommer le gérant dans les statuts est préférable pour éviter la multiplicité des documents. 12) ETABLIR LES CERTIFICATS DE PARTS Le décret 79-67 du 18.01.1979 relatif aux parts sociales émises par les SCOP a organisé un système particulier de représentation matérielle des parts des SCOP. L’article 2 du décret prévoit la remise au souscripteur, soit d’un certificat de parts, soit d’un livret individuel. Ce certificat de parts est obligatoire, comme l’acte constatant la souscription. En effet, ce certificat constate le versement de l’apport et le matérialise.

44


13) DOCUMENTS A PREPARER AVANT D’ACCOMPLIR LES FORMALITES DE CONSTITUTION *SCOP-SARL : -extrait de naissance du gérant datant de moins de trois mois, ou copie carte d’identité du gérant ou fiche individuelle d’état civil en cours de validité -déclaration de non condamnation du gérant *SCOP-SA : -extrait de naissance de chacun des administrateurs datant de moins de trois mois ou copie de la carte d’identité ou fiche individuelle d’état civil -préciser date et lieu de naissance du commissaire aux comptes -déclaration de non condamnation de chaque administrateur et du PDG 14) PUBLIER LA CONSTITUTION DE LA SOCIETE L’avis de constitution doit être publié dans un journal d’annonces légales du département du siège de la société. (déposer ou envoyer le texte au journal). Commander en 5 exemplaires le numéro du journal publiant l’annonce. Le tarif de l’annonce, à la ligne, est théoriquement identique quel que soit le journal choisi, (fixé chaque année par décret, au niveau du département), mais en réalité ce tarif est très variable. Après paiement d’une avance, le journal nous remettra une attestation de parution, qui nous permettra de poursuivre nos démarches sans attendre la publication effective de l’annonce.(conservez précieusement ce document). 15) FAIRE ENREGISTRER LES STATUTS DE LA SOCIETE Les 5 exemplaires des statuts doivent être enregistrés, à la recette des Impôts dont dépend le siège social, dans le délai d’un mois à compter de leur signature. Tout enregistrement tardif nous expose au paiement d’intérêts de retard. Un exemplaire sera conservé par l’administration fiscale. Cette formalité est gratuite depuis le 1/1/2000 45


b. Le jour de l’immatriculation. 16) SE RENDRE AU CENTRE DE FORMALITES DES ENTREPRISES Les chambres de Commerce et des Métiers disposent de Centre de Formalités des Entreprises (CFE), qui sont habilités à recevoir les demandes d’immatriculation des sociétés commerciales. Le Centre de formalités des Entreprises se charge d’effectuer à la place des créateurs un certain nombre de formalités auprès des organismes concernés par la création d’entreprise : greffe du tribunal de commerce, URSSAF, caisses d’assurance vieillesse, ASSEDIC, centre des impôts, INSEE. Rappel des éléments du dossier à fournir pour l’inscription : 2 exemplaires des statuts enregistrés 2 exemplaires de l’attestation de dépôt des fonds (document délivré par la Banque) Le journal d’annonce légales où est parue l’annonce ou le récépissé de la demande d’insertion Les déclarations de non-condamnation (gérant, administrateurs, PDG) Les extraits d’acte de naissance (gérant, administrateurs, PDG) ou les copies des cartes d’identité ou les fiches individuelle d’état civil. Autorisation de siège social ou copie bail 2 exemplaires du Procès verbal de constitution de la SCOP (uniquement SCOP-SA). Enfin remplir le formulaire MO (création personnes morales) remis par le Centre de formalités des entreprises. Il nous faut penser à conserver une copie de tous ces documents Cette formalité est la plus coûteuse, puisque le C.F.E. vous réclamera les émoluments du Greffe du Tribunal de Commerce, qui sont d’un montant d’environ 180€. Si nous éprouvons des difficultés à remplir certains documents, nous pouvons demander assistance auprès d’un préposé du CFE. Le C.F.E. peut nous réclamer des frais dès lors que leurs préposés nous fourniront un conseil, une assistance dépassant le cadre de leurs attributions. 46


Le numéro d’immatriculation au Registre du Commerce et/ou au répertoire des métiers, notifié par courrier, vous sera délivré dans les quinze jours, à compter de la demande. Vous recevrez des extraits Kbis, attestant que notre société a bien été immatriculée. Ce document vous sera réclamé par de nombreux organismes, conservez-le (ou les) très précieusement. l’I.N.S.E.E vous adressera un document précisant votre numéro SIRENE (9 chiffres identifiant votre société) et SIRET (14 chiffres identifiant votre société), ainsi que votre code NAF (3 chiffres, 1 lettre identifiant votre activité). c. Après l’immatriculation. 17) DEBLOQUER LES FONDS A LA BANQUE Il suffit pour cela de présenter un Extrait Kbis à notre banquier. Le compte bloqué de notre société sera alors viré sur un compte courant traditionnel. 18) DECLARATION DE L’ENTREPRISE A LA POSTE Cette démarche se fait directement auprès du bureau de poste, elle vous permet de régler en chèque au guichet. 19) OUVERTURE D’UNE LIGNE TELEPHONIQUE ET D’UNE LIGNE FAX France Télécom met à la disposition des créateurs une offre préférentielle sur les services et produits vendus à ses agences. N’oublions pas de demander le bénéficie de cette offre (20% sur les matériels, nombreuses réductions sur les autre services...). 20) DEMANDER L’INSTALLATION EDF-GDF, eau. 21) ADHESION DE L’ENTREPRISE AUX CAISSES DE RETRAITE Seule est obligatoire, dans les 3 mois de l’immatriculation, l’adhésion de l’entreprise à une caisse ARRCO (non cadres). L’ARRCO est l’organisme qui regroupe toutes les caisses complémentaires. La caisse complémentaire est parfois imposée par la convention collective. Si tel n’est pas le cas, le créateur dispose de trois mois pour choisir sa caisse. L’adhésion à une caisse AGIRC (cadres) et à une caisse de prévoyance n’est obligatoire qu’à compter de l’embauche du 1er cadre. 47


22) ADHESION A LA CAISSE DE CONGES PAYES SCOP POUR LES SCOP DE BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS 23) SOUSCRIRE TOUS LES CONTRATS D’ASSURANCE Au minimum la responsabilité civile de l’entreprise et l’assurance automobile pour usage professionnel. 24) DECLARATION UNIQUE D’EMBAUCHE Pour les salariés embauchés après l’immatriculation envoyer par salarié une déclaration unique d’embauche à l’URSSAF 25) DECLARATION A LA MEDECINE DU TRAVAIL N’oublions pas de déclarer les salariés à la médecine du travail qui planifiera une visite médicale. 26) PRENDRE RENDEZ-VOUS AVEC L’EXPERT-COMPABLE pour organiser la comptabilité. 27) ACHETER ET FAIRE PARAPHER LES LIVRES REGLEMENTAIRES Au plan juridique - le registre des procès-verbaux de l’assemblée : coté et paraphé - le registre des mouvements - le registre de présence du Conseil d’Administration - le registre des procès-verbaux du conseil d’administration : coté et paraphé Au plan comptable - le livre journal : coté et paraphé - le grand livre - le livre d’inventaire : coté et paraphé Il est possible d’utiliser des documents informatiques écrits à la place du livre journal et du livre d’inventaire. Ces documents doivent alors être identifiés, numérotés et datés dès leur établissement. Au plan social - le registre d’appointements et salaires (livre de paie) : coté et paraphé - le registre unique du personnel - le registre destiné à l’inspecteur du travail

48


Nous pouvons nous procurer tous ces documents dans une librairie papeterie spécialisée. Le greffier du tribunal de commerce se chargera de les coter et parapher. 28) ETABLIR ET ADRESSER LES DECLARATIONS D’EXISTENCE Il est obligatoire d’adresser une déclaration d’existence dès l’obtention du numéro de Registre du Commerce, au centre des impôts dont nous dépendons (siège social). 29) COMPLETER LE DOSSIER D’INSCRIPTION SCOP AVEC L’UNION REGIONALE DES SCOP L’union régionale nous aura remis un dossier comprenant 1. L’adhésion au mouvement (ur, confédération, fédération, union sociale) 2. Le dossier ministère pour l’inscription de votre SCOP sur la liste du ministère du travail. 3. La révision coopérative comprenant le contrat d’ARESCOP Ce dossier devra être complété et vérifié avec l’aide de l’Union Régionale des SCOP de la Région bretagne.

49


6 Les prévisions financières. 6.1 Les ressources.

a. Les subventions.

Les subventions choisies sont de l’ordre de trois niveaux. Aide financière pour la création d’entreprise chez les jeunes. Bourse défi jeune qui propose un prêt d’une somme moyenne de 4000€. Aide fiscale d’exonération d’impôts locaux par les collectivités. Aide à la création d’entreprise par les femmes. Racines (Réseau d’Accompagnement des Créations et des Initiatives par une Nouvelle Epargne de Solidarité) qui propose l’accès aux différents services, un accompagnement mais également un outils financier le CLEFE avec un prêt au montant moyen de 5 300€. (cf le descriptif de ces subventions se trouvent en 5.1) Subventions Bourse défi jeune

Aide RACINE/CLEFE Total

4000 5300 9300

b. L’emprunt.

Nous pouvons souscrire un prêt de 20 000€ sur 5ans. Nous rembourserons 3 996€ la première année et les intérêts de 5% seront payés à la fin des 5 années. Emprunt Mois Année

333 3996

c. L’apport personnel.

Au départ les deux créatrices pourront apporter 10 000€ chacune, cela diminue les frais du prêt. Donc nous pouvons compter sur une somme de départ de 20 000€ 50


6.2 Les charges.

a. Les investissements.

Pour démarrer notre activité nous avons besoin d’un parc informatique, avec les logiciels associés ainsi que du matériel tel qu’appareil photo, imprimante, scanner, caméra numérique. D’ordinateurs (1 500€), de logiciels de création associés ADOBE Créative Suite 4 Master collection comprenant les logiciels suivants couvrant tous les différents besoins créatifs (3 586€) : Acrobat 9 Pro / Dreamweaver CS4 / Flash CS4 Professional / Fireworks CS4 / Illustrator CS4 / InDesign CS4 / Photoshop CS4 Extended / Flash CS4 Professional / after effect CS4 / première pro CS4 / Contribute CS4 / Soundbooth CS4 Ce matériel sera amorti sur une durée de 3 ans pour les ordinateurs (immobilisations corporelles) et pour les logiciels (immobilisations incorporelles). Le matériel numérique lui (immobilisations corporelles), sera amortis sur une durée de 5ans. Matériel Ordinateur Logiciel Adobe Master collection Matériel numérique - Imprimante - Scanner - Appareil photo - Caméra vidéo - Vidéo projecteur Total

1500 3586 290 60 700 600 350

12 4

18000 14344 2000

34344

Pour le mobilier, nous prévoyons un budget de 1 000€ pour tables et chaises afin d’accueillir les clients en formation, ainsi que les différents rangements nécessaires à une bonne organisation.

51


b. Les services extérieurs.

Nous avons dans cette rubrique les frais liés au local qui abrite notre activité. Le coût du loyer est de 680€ par mois. En plus de cela vient s’ajouter les charges de gestion et de copropriété. Services extérieurs

Loyer Charges Loyer (syndic + eau + entretien + minuterie) Assurance du local Total achat

8160 1000 500 9660

c. Les autres services extérieurs.

Dans cette rubrique, les honoraires (6 000€) correspondent au salaire de l’expert comptable chargé de suivre notre comptabilité. Nous avons également un budget (4 500€) correspondant à 3 semaines de formation, pour faire appel à une personne extérieurs ayant des compétences particulières, dont nous aurons besoin pour répondre au projet d’un client. Les divers frais d’électricité, de chauffage et d’eau. Il y a également les frais de publicité (1 500€) qui sont essentiels au lancement de l’entreprise. Les frais administratifs tels que l’affranchissement, la location du nom de domaine et l’hébergement du site internet, le forfait internet et les services bancaires. Autres services extérieurs Personnel extérieur (comptable) Personnel extérieur (Freelance) Publicité Affranchissement Internet Hébergement site VEOLIA EDF GDF Services bancaires Total achat

6000 4500 1500 250 600 71,64 70 900 150 50 14091,64

52


6.3 Les frais de personnel. Ces frais sont constitués des salaires et des charges afférentes. Ces coûts sont estimés à partir de salaire moyen, tout en prenant en compte la jeunesse de l’entreprise. Les collaborateurs étant les deux personnes fondatrices de l’entreprise ayant un salaire inhérent à leurs charges. Charges de personnel

Salaire brut Salaire chargé Budget an 1750 2600 31200 1750 2600 31200 1550 2200 26400 88800

Collaborateur Collaborateur Salarié Total

6.4 Les frais d’amortissement. Les amortissements ont été calculés sur la base de la valeur brute d’achat et la durée d’amortissement. Amortissement Ordinateur Logiciel Adobe Master collection Matériel numérique - Imprimante - Scanner - Appareil photo - Caméra vidéo - Vidéo projecteur Total

valeur d'achat 1 500,00 € 3 586,00 € 290,00 € 60,00 € 700,00 € 600,00 € 350,00 €

durée d'amortissement 3 ans 3 ans 4 ans

valeur d'amortissement 500,00 € 1 195,00 € 400,00 €

2 095,00 €

53


6.5 Le compte de résultats. Feuille1

CHARGES Achats

Parc informatique Matériel numérique Logiciels Mobilier Total achat

Services extérieurs

Loyer Charges Loyer (syndic + eau + entretien + minuterie) Assurance du local Total achat

Autres services extérieurs

Personnel extérieur (comptable) Personnel extérieur (Freelance) Publicité Affranchissement Internet Hébergement site VEOLIA EDF GDF Services bancaires Total achat

Charges de personnel

Rémunération du personnel + charges Total achat

Autres charges

Taxe professionnelle Autres Impôts et charges (Hors I.S) Impôts sur les sociétés Charges financières (remboursement prêt) Dotation aux amortissements Total autres charges Total Charges

Feuille1

€ (TTC)

PRODUITS 18000 2000 14344 1000 35344

8160 1000 500 9660

Ventes de produits et services

Produit de notre activité Total

Subventions

Bourse défi jeune et Aide RACINE/CLEFE Total Total Produits Résultat (excédent ou déficit)

192000 192000

9300 9300 201300 37528,36

6000 4500 1500 250 600 71,64 70 900 150 50 14091,64

88800 88800

0 700 0 3996 11180 15876 163771,64

54


6.6 Le bilan de cloture. ��������

��������

&�

����� ���������� ����� �������������� �������� ����������������������� ������������������ ������� �������� ��������������������� ��������������������� �� �������"��#��������#�� �� �������"������� �������������� ��������������������� ���������$��

��������������

�����

����

����� !��� ����

���� ��� �

�������������� ���� ���� ����� �!��� ���� ���� � �

���������������� �����

�����

��������������� ��� ���!� ���"�������#������� �������%�#&������&�'��� ��"����������������� �������(�� �� �������%�����

� ���� ���� ����$%�� �����)�� ����

���������������������

�$��$%��

�����������

"������(�������� ���&��*��*��� +#�������&���,�-������ .��'������� �������������(��������� )����� /�*���������&�����

������������

�' !���� ���!�)�� ���� ��$�$%��

�����

$�$��%��

$�$��%��

55


7 Conclusion. Ce projet de création d’entreprise nous a permis de découvrir les outils nécessaires à l’ouverture de cette dernière. Nous avons pu plus ou moins découvrir la face cachée des créations d’entreprise avec les notions d’étude de marché, de financement et de l’aspect juridique qui sont des points importants à ne pas négliger avant de monter son affaire. Nous nous sommes rendu compte au cours du dossier, des contraintes posées par l’environnement de l’entreprise et des recherches à anticiper pour créer cette dernière. La partie étude de marché est une partie centrale du dossier à ne surtout pas négliger, il s’agit d’une étude à mener précisément. De cette dernière découle en partie le bon fonctionnement futur de l’entreprise. Dans notre cas, notre entreprise possède sa place sur le marché et peut donc s’implanter dans le secteur Rennais. Elle se trouve à la frontière de deux domaines existants mais propose quelque chose de réellement nouveau avec sa partie pédagogie qui est notre point fort et que nous mettons en avant lors de la présentation de cette dernière. D’après notre étude qualitative nos cibles sont plutôt intéressées par notre activité notamment les associations que nous plaçons en cible principale. Notre étude de marché est donc viable pour notre future entreprise et nous permet donc de nous lancer à moindre risque. Du point de vue du statut juridique, le choix d’une SCOP-SARL semble être en adéquation avec les motivations profondes qui ont motivés l’objet de la création de notre entreprise, à savoir l’aspect formation, les échanges et suivis de projets, ou encore la pédagogie. Tous ces aspects témoignent d’une envie de créer à la fois une entreprise qui propose des services marchands tout en ayant une dynamique de fonctionnement qui soit sociale et solidaire dans sa démarche. La SCOOP nous permet d’envisager par ailleurs plus de cohésion entre les membres de notre équipe et dans notre société . De plus, le choix de la SCOP-SARL permet des défiscalisations sur l’impôt pour les sociétés, ou encore d’être exonéré de la taxe professionnelle. Pour finir, le choix de ce statut juridique nous permet de mettre en place une répartition des bénéfices qui prend en compte la société elle même, et donc qui vise à assurer sa pérennité.

56


La partie comptabilité nous permet de définir si notre projet d’entreprise est viable ou non. A l’installation qu’elles sont nos ressources et où les trouver. Et au bilan de l’année, de définir si l’entreprise a été rentable ou si elle est en déficit. A partir de notre étude, il en découle que notre entreprise est viable et peut fonctionner si celle ci travaille toute l’année. De plus, nous pouvons réduire nos charges en ne prenant pas de salarié tout en restant compétitif au niveau de la charge de travail. Nos coûts principaux étant notre matériel, il en ressort qu’au fur et à mesure de la popularité de notre entreprise, plus nous accueillerons de monde durant une même formation plus celle-ci sera bénéfique et rentabilisera nos coûts matériels. Donc l’entreprise peut fonctionner sur le marché des entreprises de formations. Avec notre plus, nous espérons que celle-ci fasse parler d’elle. Après avoir étudié tout le coté étude de faisabilité, statut juridique et comptabilité nous pourrons enfin nous consacrer à la partie communication et marketing qui requiert plus notre domaine de compétence de base. La création d’un logo simple, reconnaissable et qui a de l’impact, une diffusion de l’information avec des moyens papier et internet, une architecture extérieure et intérieure du batiment à nos couleurs. Cette partie est elle aussi très importante et à ne pas prendre à la légère car une bonne communication nous apporte une réelle visibilité, une reconnaissance dans le monde des entreprises de formations et donc plus de clients possibles. Cette partie communication ne nous est pas étrangère mais il est toujours bénéfique de la confronter à de réels projets. Cette expérience est un réel point positif pour notre avenir professionnel puisqu’elle est riche de nouveaux savoirs et de bases importantes pour l’installation d’une entreprise. Nous pensons avoir maintenant quelques acquis sur des domaines dont nous n’avions aucune connaissance et qui pourront être réutilisés lors de notre futur professionnel.

57


8 Biblio/Webographie. l’INSEE (institut national de la statistique et des études économiques),www.insee.fr et www.alisse.insee.fr (Accès en Ligne aux Statistiques Structurelles d’Entreprises) l’INPI (institut national de la propriété intellectuelle), www.inpi.fr le SESSI (service d’études des stratégies et des statistiques industrielles), www.sessi.fr le CREDOC (centre de recherche et de documentation sur les conditions de la vie), www.credoc.fr l’INC (institut national de la consommation), www.inc60.fr http://www.pixelcreation.fr/graphismeart-design/graphisme/remunerations/ www.jardinmoderne.org/annuaire/29/print http://www.paysderennes.fr http://www.cegos.fr/ http://www.atao.fr/formation_webmaster.php http://www.demos.fr/ http://www.pagesjaunes.fr/ http://www.copyroom.fr http://www.rapid-flyer.com http://www.lesgrandesimprimeries.com http://www.tarifspresse.com http://www.ovh.com https://www.gandi.net http://ikea.fr http://www.scop.coop/LIMOUSIN/liblocal/docs/Guide%20de%20la%20création%20Limousin%20Berry.doc http://www.spratley-conseil-bretagne.com/ http://www.oseo.fr/ http://www.apce.com/

58


9 Annexes. 60

23 organismes de formation rennais.

61

Liste des agences multimédia / infographie / graphisme.

62

Entretien Conseil général.

63

Entretien MJC La Paillette.

59


23 organismes de formation rennais ARRAKIS ass. l’Autre Idée (bureau du Finistère) ass. l’Autre Idée (bureau Ille-et-Vilaine -siège-) Ass. Roazhsound BAZAR SONIC (LE) BUG CFMI Rennes 2 CFPM RENNES Conservatoire National de Région CRIJ BRETAGNE E.S.R.A. Groupe ESC Rennes Lycée Jeanne d’Arc M.B.A. Multimédia Mandragore OREF OSCR SPECTACLE VIVANT EN BRETAGNE SYNTHESE TEMPO MUSIK FORMATION TOUCOULEURS Un . Rennes 2 - Villejean WEST SOUND FORMATIONS

60


Liste des agences multimédia / infographie / graphisme

(Rennes et alentours)

Atexel 14 r Vasselot 35000 RENNES Artefacto 11 r André et Yvonne Meynier Le ponthus Hall B 35000 RENNES VIRTUOFACTO Agence Grand Ouest 1 Bis r d’Ouessant 35760 SAINT GRÉGOIRE CEDEX Réalité 3D Le Chateau de la Ville Olivier 35140 MÉZIÈRES SUR COUESNON Vingt-Quatre Graphisme 4 E r Bordage 35510 CESSON SÉVIGNÉ Comes’design 3 r Hippolyte Lucas 35000 RENNES ODEBI ZI Lorient Le Forum 4 J r Lieutenant Colonel Dubois 35000 RENNES Populaire + Compagnie 19 rue Saint-Michel 35000 RENNES Ad Hoc Communication 167 rte Lorient Parc Monier 35000 RENNES Delkographik Studio 28 pl Lices 35000 RENNES Graphicus creatare 50 r Motte Baril 35000 RENNES Indice 3 r Coulabin 35000 RENNES PUZZLE Rennes 22 r Châteaudun 35000 RENNES Studio Le Guellec 25 r Guillaume Lejean 35700 RENNES A linea infographie et création 18 r Rigourdiére 35510 CESSON SÉVIGNÉ Estampes Domaine du Plessis 35770 VERN SUR SEICHE JP CREATION 37 Bis r Notre Dame 35500 VITRÉ Studio Bigot 15 r Buhotière 35136 SAINT JACQUES DE LA LANDE Yam Communication rue îles Kerguelen parc Edonia bât M 35760 SAINT GRÉGOIRE Envol Créations graphiques 22 r des vaquantes 35800 SAINT BRIAC SUR MER Kosak Production 13 r Louis Postel 35000 RENNES

61


Entretien Conseil général Cible : Collectivité Le Conseil Général est toujours à la recherche de transmissions de savoirs et connaissances dans le genre de celle que propose notre entreprise. Cependant il est plus demandeur de produits ayant une approche journalistique pour la communication de certains projets. Les grandes collectivités ont besoin d’avoir un interlocuteur avec qui elles ont un langage commun car il aura des compétences techniques et un regard sur le sujet. Une simple approche de l’ordre d’une communication créative ou graphique ne suffira pas pour ce genre de projet. Pour le choix de la structure qui réalise les différents projets, le processus est celui des marchés publics avec un appel d’offre ou encore un appel publique à concurrence dans la presse dans la rubrique du bulletin officiel des marchés publics (BOMP). Cette méthode permet une mise en concurrence sur 3devis. Les prestataires choisis le sont pour plusieurs années. Actuellement le CG travaille avec « ouest audio-visuel » et ce pour une période de 3 ans. Sur cette période le budget du Conseil Général est d’environ 50 000€. Pour pouvoir répondre à ces appels d’offre il faut penser à référencer notre entreprise auprès des bonnes structures et opérer un choix stratégique sur les différentes manières de se promouvoir. Pour les grosses structures, les procédures sont longues et très difficiles. Par contre, les petites communes sont elles plus à la recherche du genre d’offre que nous pouvons proposer tout comme les associations. En ce qui concerne les formations au sein du Conseil Général celles-ci sont réalisées par des entreprises qu’elles choisissent après une publication d’appel d’offre ou alors via des organismes spécialisés comme le centre de formation journalistique. Mais ils recherchent aussi des compétences autres que des bases techniques, dans ce sens, notre idée d’accompagnement de projet couplé d’une formation aux outils permettant de le réaliser est intéressant pour eux.

62


Entretien MJC La Paillette Cible : Association La MJC de la Paillette a un véritable besoin de communication pour les ouvertures de saisons, le but de l’association est d’avoir un maximum d’adhérents c’est pourquoi ils multiplient les supports de communication. Cela va des plaquettes papier au site internet. Pour les stages organisés ou les spectacles la MJC demande une communication ponctuelle, sous forme de tracts, flyers et affiches. Ceux-ci organisent aussi des « chantiers amateurs » qui ont pour aboutissement un spectacle de fin d’année qui lui aussi à besoin d’une communication plus importante. La MJC de la Paillette accueille aussi des créations et des résidences d’artistes, ils accompagnent les compagnies de la création de la pièce à sa représentation. Leur part du contrat est d’effectuer toute la communication, la publicité dans les journaux, les interviews pour promouvoir ces artistes, leur but étant bien sûr qu’il y ai le maximum de spectateur durant les représentations. Le choix de la personne ayant à réaliser leur communication se fait sur appel d’offre mais ce processus n’est pas obligatoire. En ce moment presque toute la communication est effectuée par le Jardin Graphique, mais à cause de réduction de budget, elle tend à devenir interne. En effet certains flyers ou journaux sont ainsi imprimés à la MJC dans le but d’avoir un tirage ajusté même s’il est de qualité moindre. Une personne est donc dédiée à la communication pour des réalisations ponctuelles et pour établir une stratégie de communication. A la MJC aujourd’hui une personne se forme pour la mise en page et l’impression des différents supports papier. Plutôt que de demander à l’agence de communication la création des flyers ou journaux ceux-ci leur demande juste une identité visuelle (pictogrammes, logos, police de caractère) ainsi de leur fournir une bibliothèque d’éléments graphiques que l’association a juste à intégrer où ils veulent. Cela leur coute nettement moins cher. C’est donc dans une idée de réduction des couts que la MJC serait intéressée par notre projet. En effet c’est ce qu’il se passe actuellement, c’est le stagiaire qui « montre » à ses différents collègues comment utiliser un logiciel de mise en page. Celui-ci a aussi était formé par le Jardin Graphique pour pouvoir s’occuper seul de la mise en place du contenu et de la mise à jour quotidienne du site internet. L’association serait bien sûr intéressée par notre projet si celui-ci fait la différence du point de vue du cout par rapport à une agence de communication.

63


entreprenariat 2009 2010  

notre dossier de création d'entreprise réalisé dans le cadre du master pro créateur de produits multimedias artistiques et culturels

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you