Page 1


Sommaire ///

3

Sommaire

--

6 News 14

Actu cinĂŠ

16 Les chroniques 28

Street Art

32 Portfolio 52

Portraits

66 Merveilles du Monde 80

Les Restes du Monde

82 A la mode de chez nous 90

Agenda

96 nOUVELLE DE LA FAIM


-- Edito 4

///

edito

Et si nous ne commencions pas par le début ?! Loin de nous une quelconque pensée pseudo révolutionnaire… nous souhaitons simplement informer le plus grand nombre sur l’activité culturelle de notre ville, de notre région, de notre pays, du monde entier et de l’univers, et ainsi faire part au plus grand nombre de nos coups de cœur, de nos émotions (oui, cela existe toujours !) et ainsi, transmettre une partie de notre (non)culture, de notre âme, oui Mademoiselle, oui Madame, oui Monsieur ! En effet, l’art se meurt et le Marché (pas le super, ni l’hyper) prévaut. Il est donc à notre sens grand temps de foncer tête baissée afin d’apporter un remède au mal, à cette atrophie cérébrale, causée par un monde où on ne parle plus de Musique ou de cinéma mais d’industrie musicale ou cinématographique, ce monde au sein duquel écrire en phonétique est « in », ce monde où apprécier la poésie fait de vous un « ringard », ce monde appauvrissant inexorablement la culture ainsi que la sensibilité artistique de nos chères petites têtes blondes… Nous espérons bien entendu que notre fibre artistique vous sera contagieuse et comme dirait l’autre : Au revoir (et à tout de suite). Samy et toute l’équipe de CityZen Moove. ONT PARTICIPE A L’AVENTURE : Ondine Senac, Ophélie Senac, Virgile Popote, Emma Bordis, Maxime Bellocq, Alice Bellocq, Loric Testemale, Maxime Bedochaud, Jessica Weils, Lisa Rübel. COUVERTURE : Ondine Senac, Loric Testemale et Samy Ellaouzi C i t y Z e n M o o v e est édité par l’EURL Hermes Press and Advertising. L’éditeur décline toute responsabilité quant aux visuels, photographies, illustrations, libellés des annonces fournis par ses annonceurs, omissions ou erreurs figurant dans cette publication. Tous droits d’auteur réservés pour tous pays. Toute reproduction, même partielle, par quelque procédé que ce soit, ainsi que l’enregistrement d’informations par système de traitement de données à des fins professionnelles, sont interdites et donnent lieu à des sanctions pénales. M a g a z i n e

G r a t u i t

Ne pas jeter sur la voie publique

cityzenmoove@hpaa.fr w w w.facebook .com/Cit yZ enMoove REDACTION / GR APHISME / PUBLICITE : Samy Ellaouzi G R A P H I S M E : L o r i c Te s t e m a l e Hermes Press and Advertising 3 7 r u e D u r a n t e a u 3 3 0 0 0 B o r d e a u x 0 5 5 6 4 4 9 5 5 8 DIRECTEUR : Samy Ellaouzi c o n t a c t @ h p a a . f r


wescbordeaux.com

WeSC store Bordeaux 17 rue du pas St Georges

33000 Bordeaux


6

NEWS ///

News

--

Mis en bouteille Théâtre Victoire 18 rue des Augustins 33000 Bordeaux Jusqu’au lundi 4 juin 2012 Tous les 1er lundi du mois à 20h30 L’une des troupes d’improvisation les plus réputéeNouveau de la ville,dossier revient sur le devant de la scène Bordelaise. Ad Arenas ! Histoires du Palais-Gallien de Bordeaux Archéopôle d’Aquitaine Domaine Universitaire 8 esplanade des Antilles 33607 Pessac Du lundi au vendredi De 9h00 à 12h30 De 14h00 à 17h30 Jusqu’au vendredi 8 juin 2012 Inscrite dans le cadre du programme d’étude et de recherche du Palais-Gallien, cette expositon à pour objectif de présenter les résultats des recherches entreprises sur le site, et de retracer l’histoire de l’amphithéâtre de Burigala, de la période de l’antiquité à nos jours. Gratuit

Tarif : 12€

Mathissime Cap Sciences Hangar 20 Quai de Bacalan 33300 Bordeaux Du mardi au vendredi de 14h00 à 18h00. Les samedi et dimanche de 14h00 à 19h00. Jusqu’au vendredi 31 Août Une expo ayant le potentiel de nous faire aimer les mathématiques ? Oui mesdames et messieurs ! Une promenade tout ce qu’il y a de plus ludique dans le monde des maths dès l’âge de 5 ans ! Tarif : 5.50€/3.80€


7

Le saviez-vous ?

News

--

Le dimanche 1° avril 2012 est la journée sans voiture, dans votre centre ville, à Bordeaux ! Envie petit

d’effectuer geste citoyen

un ?

Les parcours du coeur ont lieu le dimanche 1° avril à la place polyvalente des chartrons.

Le conseil municipale de votre ville est programmé le lundi 2 avril 2012. Le 5 avril , est la date du départ de la route des vins à la voile Bordeaux-Bristol. Le salon du job d’été, au Musée d’Aquitaine, débute le 11 Avril.

1° tour des élections présidentielles le... 22 AVRIL.

Maintenant, vous savez !


8

News

--

Les marchés de votre ville

Marché des Pins Francs Place Eugène Gauthier 33200 Bordeaux Le mercredi de 7h à 13h Marché de la Lumineuse Rue Achard 33000 Bordeaux Le vendredi de 7h à 13h Marché de la Lumineuse Rue Achard 33000 Bordeaux Le vendredi de 7h à 13h Marché Royal (St-Michel) Place Duburg et Quai des Salinières 33000 Bordeaux Le samedi de 7h à 13h Marché des Quais Quais des Chartrons 33000 Bordeaux Le dimanche de 7h à 16h Marché Saint-Victor/Dupeux Place d’Arlac 33000 Bordeaux Le mardi de 7h à 13h Marché des Capucins (plein Air) Place des Capucins 33800 Bordeaux Du lundi au dimanche de 7h à 12h30

En pensant à consommer Local :


Marché Pey-Berland Place Pey-Berland 33000 Bordeaux Le dimanche de 9h à 16h Marché Neuf (Saint Michel) Place Duburg et Quais des Salinières 33000 Bordeaux Le lundi de 7h à 16h Marché Gaviniès Place Gaviniès 33000 Bordeaux Le samedi de 8h à 14h Marché Calixte Camelle Place Calixte Camelle 33000 Bordeaux Le jeudi de 7h à 13h Marché du soir Allée de Serr 33000 Bordeaux Le vendredi de 16h à 21h Marché du Grand Parc Place de l’Europe 33000 Bordeaux Le vendredi de 7h à 13h Marché des Capucins (couvert) Place des Capucins 33800 Bordeaux Du mardi au vendredi de 6h à 13h Le samedi de 5h30 à 14h Le dimanche de 6h à 14h

Vous vous faites du bien Vous dynamisez l’économie locale Vous ne payez pas forcément plus

9

--

News

Les marchés de votre ville


12

News

--

Stage

de Jeu en groupe Rock School Barbey 18 cours Barbey 33800 BORDEAUX Du 16 au 20 Avril 2012

Il s’agit d’un stage de jeu en groupe destiné aux jeunes entre 12 et 17 ans et pratiquant d’ores et déjà d’un instrument. Cet atelier à pour but de proposer aux ados un réel travail de composition, de mise en place rythmique et de jeu de scène . Enfin, un concert de restitution est organisé le 20 Avril dans le club Barbey, dès 18h. Entrée Libre

Stage de Jeu en groupe Espace Jean Louis Stutter 18 cours Barbey 33800 BORDEAUX Jusqu’au 7 Avril 2012 Exposition de peintures de l’artiste Jacqueline Le Droff Entrée Libre

Les ateliers d’initiation multimédia Bibliothèque Mériadeck Entrée Rez-de-dalle Terrasse Rhin et Danube 85 cours du Maréchal Juin 33000 Bordeaux Du jeudi 1 mars 2012 au lundi 30 avril 2012 Durant près de deux mois, des ateliers d’initiation à l’utilisation de l’outil informatique vous seront proposés. De la rédaction d’un courrier électronique, au démarches en ligne, en passant par la recherche de voyage, des ateliers seront organisés afin de vous permettre de développer de nouvelles compétences, pour le moins essentielles, de nos jours. Entrée Libre


Cellule étudiante de la mairie de Bordeaux 05 56 10 27 03 Cette structure propose aides et conseils aux étudiants désirant s’investir par le biais de projets culturels, sportifs, etc, au sein de la ville de Bordeaux. CIJA - Centre Information et Jeunesse 05 56 56 00 56 125 cours d’Alsace et Lorraine 5 du Duffour-Dubergier 33000 Bordeaux Mission vie étudiante 05 57 57 17 76 Univ. Victor Segalen BDX 2 146 rue Léo Saignat 33000 Bordeaux CROUS oeuvres

: Centre régional des universitaires et scolaires 05 56 33 92 17 18 rue du Hamel 33000 Bordeaux

Office du tourisme 05 56 00 66 00 12 cours du 30 juillet 33000 Bordeaux Service de la vie étudiante Université Michel Montaigne Bordeaux 3 05 57 12 15 79 Maison des étudiants Pôle qualité de vie - Domaine universitaire Université Montesquieu Bordeaux 4 05 56 84 85 86 Avenue Léon Duguit

13

--

News

Les services d’accueil de votre ville


14

L'ACtU CiNE ///

actu ciné

--

Twixt Francis Ford Coppola / Val Kilmer, Bruce Bern, Elle Fanning / 11 Avril 2012 Un écrivain sur le déclin arrive dans une petite bourgade des États-Unis pour y promouvoir son dernier roman de sorcellerie. Il se fait entraîner par le shérif dans une mystérieuse histoire de meurtre dont la victime est une jeune fille du coin. Le soir même, il rencontre, en rêve, l’énigmatique fantôme d’une adolescente prénommée V. Il soupçonne un rapport entre V et le meurtre commis en ville, mais il décèle également dans cette histoire un passionnant sujet de roman qui s’offre à lui. Pour démêler cette énigme, il va devoir aller fouiller les méandres de son subconscient et découvrir que la clé du mystère est intimement liée à son histoire personnelle.

Miracle

en

Alaska

Ken Kwapis / Kristen Bell,Drew Barrymore, John Krasinski / 18 Avril 2012 Tiré des événements qui ont conquis le cœur de milliers de personnes dans le monde, le film raconte l’incroyable histoire d’un reporter local (John Krasinski) et d’une militante de Greenpeace (Drew Barrymore), rejoints par les dirigeants de superpuissances rivales, pour sauver une famille de baleines grises emprisonnées dans les glaces du cercle polaire arctique. Alors que les regards du monde entier se tournent vers la pointe du globe, le sauvetage des baleines devient la cause commune de nations ri vales menant à un épisode unique de dégel au cœur même de la Guerre Froide.


15

actu ciné

--

Margin Call J.C Chandor / Kevin Spacey, Paul Bettany, Jeremy Irons / 25 Avril 2012 Tiré d’une histoire vraie, ce long métrage traite du milieu des finances tel qu’il est et illustre la dernière nuit d’une équipe de trader, avant le crash. Pour sauver leur peau, un seul moyen : ruiner les autres…

Aux

Yeux

de

Tous

Cédric Jimenez, Arnaud Duprey / Mélanie Doutey, Olivier Barthelemy, Francis Renaud / 4 Avril 2012 673 000 caméras de surveillance et des millions de webcams en France. Un hacker anonyme a piraté toutes les caméras de Paris et observe la ville à son insu. Petits délits et moments d’intimité volés, il voit tout. Jusqu’au jour où un attentat dévaste la gare d’Austerlitz. La police se met sur la piste d’un groupe satellite d’Al Qaida. Le hacker réussit, lui, à trouver les images de l’explosion et découvre que c’est un jeune couple qui a posé la bombe… A l’aide des caméras de la ville, il décide de traquer les coupables. Sans le savoir il va mettre le doigt dans un terrible engrenage.


les chroniques d’une note

Les CHRONIQUES /// Radio Moscow Rock’n’Roll !!! http://radiomoscow.net/

Texte : Maxime Bedochaud

Radio moscow est un groupe de Blues/Rock psychédélique originaire de l’Iowa formé en 2004 autour d’un projet solo mené par le guitariste et désormais leader du groupe Parker Griggs. Leur musique s’inscrit dans la lignée des fers de lance du mouvement tel que le Jimi Hendrix Experience, Blue cheer ou encore les MC5. Après avoir écouté une démo de Griggs, Dan Auerbach (guitariste-chanteur des Black Keys) décide de produire son 1er album éponyme en 2007 sous le label Alive Records. Avec le successeur « Brain Cycle » sortie en 2009 suivi du troisième opus : « The Great Escape of Leslie Magnafuzz » Radio Moscow s’écarte peu à peu de ses racines blu-

d'une NOte

16

--

es pour évoluer dans un style plus hard rock. A l’heure où la vague rock psychédélique semble définitivement éteinte, Parker Griggs soutenu par le label indépendant Alive Records (Left Lane Cruiser, Black Diamond Heavies), tente de faire renaître de leurs cendres (non sans mal) Led Zeppelin, Blue Cheers et autres MC5. Après un premier album construit sur les bases classiques du genre, suivi d’une confirmation dans laquelle le groupe s’est finalement trouvé une véritable identité, Radio Moscow se heurte désormais au troisième essai dans un registre où le renouvellement se révèle parfois laborieux.


17

les chroniques d’une note

--

Là où les Black Keys ont pu laisser leur authenticité au placard au profit de « la soupe populaire », les trois originaires de l’Iowa ont choisi d’asseoir leurs prouesses techniques avec un album à l’allure pompeuse. Mais voilà, Radio Moscow est une jeune formation et utilise ainsi sa fougue pour nous assommer dès l’entame, grâce à un solo crasseux aux frontières du larsen pour finalement dériver vers une composition qui donnera le fil conducteur de cet album : éprouvant mais efficace. La suite nous fait part d’un déluge de riffs agressifs soutenue par une batterie aux remplissages et ruptures oppressants, le tout baigné dans un esprit qui tend vers le punk (Little Eyes, No Time, Turtle Back Rider, I Don’t Need Nobody). Pa rmi ce s morceau x bourré s au x amphétamines on nous laissera de quoi

reposer nos nerfs avec un retour aux sources sur des compos relativement épurées (Speedfreak, Creepin’, Insideout). Les pistes s’enchaînent à un rythme endiablé, et on prend un certain plaisir à perdre pied dans les solos de Griggs boostés aux effets déroutants de Fuzz et de Wah-Wah. Même si l’on se réjouit du fait que « The Great Escape of Leslie Magnafuzz » joue sur les racines des deux précédents albums, on peut douter que ce tour de force ne suffise à satisfaire les plus exigeants et que le groupe devra probablement faire preuve de plus d’imagination à l’avenir. C’est finalement sur scène que la puissance du groupe opère et ce n’est pas le récent départ de la section rythmique qui risque de l’enrayer, puisque Griggs revient pour la cinquième fois en France courant avril (le 16 à Bordeaux), avec sa nouvelle formation.


les chroniques d’une note

--

Les Chroniques /// The Human Abstract Digital Veil Quand le Néo-Classique rencontre le métal… http://www.myspace.com/thehumanabstract

Texte : Samy Ellaouzi

Formé en 2004, The Human Abstract est un groupe de metal progressif de Los Angeles, Californie ayant signé chez Hopeless Records, label sous lequel la formation produisit deux albums, pour finalement signer chez E1 Music et nous pondre Digital Veil. R e c e v o i r u n e c l a q u e n ’a q u e rarement été plaisant, pour quelqu’un de sensé me direz-vous... Mon intégrité mentale ne doit donc p a s ê t r e t e ll e q u e j e l a p e n s a i s . Quel pied!!!

d'une note

18

L’ in f luen c e n é o - c la s sique s e f a it s e n t i r d è s l e s p r e m i e r s a r p è ge s . On sent parfaitement que la délicatesse, la finesse, la précision du toucher des guitaristes classiques a été intégré par Minet te. Il serait néanmoins réducteur que de limiter le jeu du guitariste à un simple toucher. En ef fet, de par la structure même - p o ur l e m o in s t o r d u e - d e s r i f f s (syncopes, polyrythmies à gogo), de par la batterie épileptique et véloce, la t echnique e s t là et le cock t a il mét al proposé est à la fois détonnant et envoutant. Rien de violent,


19

les chroniques d’une note

--

le tout étant par faitement équilibré. La délicatesse et la finesse du jeu sont mises en valeur par un chant des plus inspirés, Travis Richter assure (aussi bien en chant hurlé qu’en voix claire) et ses parties torturées ajoutent une sensibilité extrême aux passages les plus « chaotiques ». Il faut tout de même noter qu’ à l’heure actuelle, se démarquer dans un registre où très régulièrement un groupe plus talentueux techniquement et à la production encore plus impressionnante que ses prédécesseurs voit le jour, relève de l’exploit. The Human Abstract y par vient haut la main et fait un pied de nez quasi indécent à l’ensemble du milieu métal. L’ é m o t i o n e s t p a l p a b l e d u d é b u t à l a f i n d e l a g a l e t t e (d ’u n e cohérence hor s norme) et le chant p l u s q u ’o s é ( p o u r l e r e g i s t r e) n e dépa reillera it pa s da ns Mus e s a ns

pour autant singer bêtement Bellamy… Avec une élégance toute néo-classique, THA marie avec brio un métal intense et technique à l’émotion d’une œuvre baroque, mélancolique, grandiloquente. The Digital Veil fait partie de ces œuvres (sans) comple xe(s), rares mais n’en restant pas moins accessibles où chaque écoute est une nouvelle surprise tant les compositions sont travaillées… Si on ajoute à tout cela une production de grande classe (ahurissante de clarté, de puissance et d’équilibre), un concept futuriste ainsi qu’un ar t work intrigant et original, un seul défaut subsiste alors : trentesi x cour t e s minut e s a u compt eur…


20

les chroniques d’une lettre

--

Les Chroniques /// L’homme qui voulait vivre heureux Laurent Gounelle Texte : Ophélie Senac

L’ h o m m e q u i v o u l a i t v i v r e heureux de Laurent Gounelle Vo u s vi v e z da n s un 2 0 m è t r e s carrés dans lequel la salle de bain fait aussi of fice de cuisine et il ose vous regarder droit dans les yeux en vous af firmant qu’on a toujours le choix, que si vous en êt e s là a ujourd ’ hui c ’e s t pa rc e que vous en avez décidé ainsi ! Peut-être se moque-t-il de vous ? Où cache-t-il sa caméra ? Il essaie très certainement de vous tester ! Et bien dét romp e z - vous c her s lecteurs ! Maître Samtyang détient la clef d’une existence heureuse !

Nous vous conseillons vivement ce livre qui redonne espoir à ceux qui n’en ont plus, le sourire aux défaitistes et cloue le bec à ceux qui sont plein de certitudes ! Laurent Gounelle manie à la per fec tion l ’ humour avec cet t e rencontre surprenante entre Julian, un enseignant américain pensant tout connaître de la vie et un vieux sage balinais qui lui ouvre les yeux sur la réalité de son quotidien.


d'une Lettre

21

les chroniques d’une lettre

--

A moi pour toujours Laura Kasischke Texte : Ophélie Senac

Un t it re t rè s é voc a t eur, une cou ver ture rouge couronné d ’un cœur plein de froufrous dans lequel on peut lire « To my Valentine »… Messieurs ne fuyez pas !! B i e n q u’a u p r e m i e r a b o r d tous les ingrédients pour une histoire à l’eau de rose semblent au complet , vous faites fausse route. La romancière tient entre ses mains la recette parfaite pour s’emparer de vous et vous plonger dans la vie de Sherry, un professeur d’université au quotidien monotone qui voit son existence chamboulée

par un mot déposé dans son casier. L a ur a K a s i s c h k e n e s e p r i v e p a s de m ot s c r us , c ha qu e t er m e a s a place, chaque page est source de surprises et le dénouement est pour le moins inattendu… Pourquoi le chien des voisins ne cesse-t-il pas de gém ir da n s l e ja r din d e S h er r y ? S’ il ne se fait pa s plus lèveront le voile secret ou plutôt sur terre qui dissimule

discret , ils sur son l ’a m a s d e le corps.


22

les chroniques d’une bande

--

Les Chroniques /// Detachment

A l’école de madame Nicole

Texte : Virgile Popote

Réalisateur : Tony Kaye Avec : Adrien Brody M. Gay Harden James Caan


d'une bande

Dans ce film Tony Kaye traite de l’éducation après avoir abordé le racisme dans « American Story X ». Ce thème a déjà été traité dans différents films tels que « Half Nelson », « Entre les murs », « Esprit rebelle », mais la ressemblance la plus flagrante semble être avec « Precious » de Lee Daniels. Tous les ingrédients du film grand public sont présent s tout en essayant néanmoins de conserv e r u n a s p e c t f i l m d ’a u t e u r : – la citation d’auteur (ici Albert Camus) comme présentation du film. – Un acteur en déclin (Adrien Brody oscar pour « Le Pianiste » puis rien) – Un réalisateur culte ou plutôt d’un film culte. – Plusieurs acteurs reconnus de séries (Mad Men, Les experts, Breaking Bad) – Une voix-off Le réalisateur n’hésite pas à jouer des clichés afin de bien faire passer son message critique envers le système « socialo-éducatif » américain : un gentil professeur WASP se retrouve dans un lycée de banlieue New-Yorkaise intégralement peuplé d’élèves haineux car incompris, et, c’est au milieu de toutes ces « joyeuseries » que le personnage ponctue la nar-

--

ration de confessions à…on ne sait qui ! Alors pourquoi une voix off ?! « L’ indulgenc e e s t la for me la plus polie du détachement » Le personnage de Henry Barthes se défini à travers cette citation d’Abel Bonnard. Ce professeur n’ayant pour famille qu’un grand père gâteux hospitalisé, est le seul à croire aux jeunes de banlieues et va même jusqu’ à recueillir une jeune prostituée chez lui (le bougre !), afin de lui indiquer le chemin de la rédemption, comme tout bon américain se respectant. Cette approche utopiste contraste littéralement avec le désespoir ambiant du film. En effet le montage accentue (parfois trop…) les conditions difficiles dans lesquelles les professeurs américains peuvent souvent travailler. Tout comme dans « Precious », le cliché de l’obèse mal dans sa peau et celui de l’enseignant sauveur sont bel et bien présents, mais l’ajout de la prostituée en rédemption confère au personnage principal une dimension humaine à défaut d’apporter une quelconque once d’originalité. Malheureusement le film à quelques trains de retards…L’école comme reflet de la société américaine et l’importance du système éducatif a malheureusement été vu et « re vu », le tout au carré, avec plus au moins de réussite. Le film n’arrive donc pas à se « détacher » et transporter comme il se doit le spectateur, allant parfois même jusqu’à se perdre dans des thématiques d’adolescente pré pubère, qui auraient pu s’être inspirées de certaines interprétations de Britney Spears…

les chroniques d’une bande

Henr y Bar thes est un professeur remplaçant. Il est a ssigné durant trois semaines dans un lycée pour le moins difficile de la banlieue newyorkaise. Lui qui s’efforce de toujours prendre ses distances vis-àvis du monde qui l’entoure, va voir sa petite vie bouleversée par son passage dans cet établissement...

23


24

Les chroniques retro DVD

--

Les Chroniques /// e X i s t e n Z

Four Rooms

David Cronemberg / Jennifer Jason Leigh, Jude Law, Ian Holm / 1999

A.A, A.R, R.R, Q.T / Bruce Willis, Madonna, Antonio Ban deras et bien d’autres ! / 1995

Dans un avenir proche, Allegra Geller créatrice de jeux vidéo de génie, invente une nouvelle génération de jeu se connectant directement au système nerveux humain : eXistenZ. Lors de la séance de présentation du jeu, un fanatique tente de la tuer. Allegra est sauvée par un jeune stagiaire en marketing de la marque, Ted Pikul. S’en suit une poursuite effrénée s’engageant autant dans la réalité que dans l’univers schizophrénique, où peu à peu réalité et fiction se confondent.

Foor Rooms est un film à sketches américain : The missing ingredient, The wrong man, the misbehavers, The man from Hollywood ; réalisés dans l’ordre par Allison Anders, Alexandre Rockwell, Robert Rodriguez et Quentin Tarantino.

Au bord du pastiche, avec ses héros incongrus et apprenant sur eux-mêmes, au même titre que le spectateur, au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire, la leçon de mise en scène de la part de Cronemberg est évidente. Si l’œuvre reste un « objet modeste », le charme n’en opère pas moins et son humour omniprésent voire sa séduction narquoise le rende purement et simplement jouissif.

Cet ovni difficilement descriptible sans s’attarder des heures est une pure satire sociale comme on en fait rarement. Totalement délirant de par la manière dont ils sont abordés, les sujets traités ils n’en sont pas moins on ne peut plus banals voire quotidiens : rapport entre homme et femme, relationnel familial, vanité…


25

Retro DVD

Frank Oz / Matthew MacFadyen, Keeley Hawes, Andy Nyman / 2007 Lors des funérailles d’un patriarche d’une riche famille anglaise, tout l’entourage le plus proche et certains membres de cette dynastie se retrouvent avec leurs problèmes et leurs vieux démons. Martha, la cousine, souhaite faire accepter à son père pour le moins vieux-jeu son nouveau fiancé, qui a accidentellement avalé une pilule hallucinogène, un invité mystérieux (un nain) menace de dévoiler un terrible secret de famille… Les bases sont donc posées pour des obsèques délirantes. Véritable pastiche de la comédie fadasse dont la Fox, TF1 et consorts savent nous gratifier est un chassé-croisé délirant de treize personnages (ou douze et demi). Cette comédie décapante fait son miel des tabous… Humour so british, Frank Oz démontre à nos réalisateurs le retard qu’ils peuvent avoir dans le domaine de la comédie humoristique… Noire, une pure

scabreuse, réussite !

S u n s h i n e Danny Boyle / Chris Evans, Cillian Murphy, Rose Byrne / 2007

2057, le soleil se meurt, entrainant ainsi l’extinction même de l’humanité. Le vaisseau spatial ICARUS II avec à son bord un équipage de 7 personnes dont l’objectif est de faire exploser un engin nucléaire à la surface du soleil afin d’en relancer son activité. Néanmoins, les astronautes reçoivent un signal de détresse d’ICARUS I, disparu 7 ans auparavant. Suite à un accident, ils se voient obligés de modifier leur trajectoire, et doivent maintenant lutter pour rester en vie et mener à bien leur mission, essentielle à la survie de l’humanité. Cette invitation de Dany Boyle (trainspotting, 28 jours plus tard) qu’il serait fâcheux de décliner nous émerveille tant visuellement parlant que de par les pistes de réflexion existentielles abordées, sans pour autant tomber dans le pensum démonstratif, grâce à son suspens hors norme et son aventure métaphysique. Digne héritier de 2001, l’Odyssée de l’espace ?

les chroniques retro Dvd

Joyeuses Funérailles

--


26

Les chroniques retro DVD

--

Un Crime Farpait Alex de la Iglesia / Guillermo Tolledo, Monica Cervera, Luis Varela / 2005

Que Justice Soit Faite F. Gary Gray / Gerard Butler, Jamie Foxx, Leslie Bibb / 2010

Accidentellement, un séduisant vendeur d’un grand magasin de prêt à porter tue son rival. Une vendeuse du rayon parfumerie témoin de l’accident et éperdument amoureuse de lui, profite de l’occasion pour engager un perfide chantage affectif et sexuel.

Dix ans après le meurtre de sa femme et de sa fille, un homme se dresse contre le procureur en charge du procès des meurtriers, ayant décidé une entente avec l’un d’entre eux. Sa vengeance menace tout aussi bien l’homme qui leur a accordé la clémence que le système juridique et la ville elle-même…

Comédie rythmée (et c’est peu dire) et totalement déjantée. Réglée comme une horloge et brillamment exécutée, elle s’avère être d’une efficacité désespérément noire. Véritable tout de force, tous les protagonistes paraissent méprisables sans que l’on puisse les détester pour autant et Alex de la Iglesia tire à boulets rouges sur une société avide de paraître, égocentrique et ethnocentriste, tout en nous rappelant chaque instant que nous en sommes…malgré nous ? Diabolique, choquant et réjouissant !

Encore une banale histoire de vengeance me direzvous ? Oui ! Mais non !!! Véritable ode à la rébellion, ce thriller noir et ultra violent (dans la directe lignée de seven pour l’aspect visuel et la mise en scène très crade) va loin, très très loin. Un héros dont l’apparente banalité confère une charisme fou, se dresse contre l’injustice de la machine juridique et nul besoin d’en dire davantage tant les rouages de sa vengeance son ingénieux. Une mise en scène nerveuse sert parfaitement ce « petit film » dont personne n’a du entendre parler et confère en ces périodes pré électorales, plus que propices aux beaux discours sans fonds, une folle envie de lancer un pavé dans la marre. Brillant !


27

--

Starship Troopers Paul Verhoeven / Casper Van Dien, Dina Meyer, Denise Richards / 1998

A près de 30 ans, Shaun ne fait pas grand-chose de sa vie. Il partage un appartement avec ses potes et passe le plus clair de son temps au pub. Sa ravissante petite amie, Liz, souhaite que cela change. Excédée par ses vaines promesses et son incapacité à se consacrer à leur couple, cette dernière décide finalement de rompre. Shaun est bien décidé à réparer ses erreurs coûte que coûte et tant pis si une horde de zombies déferle sur Londres…

Au X XIV°, l’ordre et la vertu règnent sur Terre. Une fédération exhorte la jeunesse à la lutte, au devoir et au sacrifice de soi. Mais aux confins de la gala xie, une civilisation d’arachnides se dresse contre l’espèce humaine et ces insectes rasent en quelques secondes la ville de Buenos-Aires. Cinq jeunes volontaires, tout juste sortis du lycée, partent en mission pour combattre l’envahisseur, à des lieues de connaître les atrocités qui les attendent.

Une incroyable fraîcheur se dégage du long métrage d’Edgar Wright. Le mélange du burlesque et du registre horrifique prend parfaitement et confère une approche faussement naïve, déroutante du début à la fin. La passivité fataliste de la jeune génération au service de sa majesté y est dénoncée avec brio, et illustre parfaitement l’anesthésie générale des 18-35 ans, tout en nous invitant a un voyage macabre qui a tout de l’hommage au maître Romero… Percutant !

Avec son Space Opéra, Paul Verhoeven frappe un grand coup, et dénonce avec brio les travers d’une société ultra patriotique, aveuglant délibérément la jeunesse pour mieux l’instrumentaliser. Sa réalisation en fait un film à grand spectacle qui n’en reste pas moins grave et cérébral de par les sujets traités. Encore une fois, Verhoeven fait mal aux plus hautes instances mondiales grâce à une satire des plus efficaces.

les chroniques retro Dvd

Shaun of the Dead Edgar Wright / Simon Pegg, Nick Frost, Dylan Moran / 2004


Street ART ///

www.bhcollective.com


Texte : Forest Loomb

Black Hole and revelations


30

street art

--

L’aventure BH se compose d’un trio de photographes aux univers différents. Munis d’impressions photographiques, d’un sceau de colle et de pinceaux, ils s’adonnent à une réappropriation du mobilier urbain partant du contexte que la rue est leur galerie. Simple et efficace, loin d’être sage comme des images et sans concessions, ces chats de gouttières aux pattes de velours redorent les

façades et les murs mourant - à leurs risques et périls - d’une société ayant la fâcheuse tendance de budgétiser la « karcherisation » des œuvres de sa pléiade d’artistes de rue. Ces artistes emploient donc la rue en tant que support médiatique afin de véhiculer leurs idéologies et, en ouvrant une fenêtre dimensionnelle, Black Hole offre la possibilité aux contemplateurs de s’interroger, de s’évader.


31

street art

--


Portfolio ///

http://lailook.free.fr


Texte : Samy Ellaouzi

Lila Testemalle Macropolis


35

portfolio

--

Nous autres mortels avons bien souvent du mal à profiter de l ’ instant présent. Notre quotidien, sans que l ’on s’en aperçoive, nous happe et nous méprisons bien des a sp e c t s d e n ot r e en vir onn em ent . Pour t a nt , de bre f s ins t a nt s , d ’ in fimes détails peuvent nous façonner. Posons-nous. Prenons le temps d’obser ver, d’analyser, de ressentir. Chaque être humain à sa propre sensibilité, aussi difficile puisse-t-il être de la révéler. Des goûts, des couleurs, des formes, le schéma n’est jamais ident ique d ’un indi vidu à l ’a ut re . Lila, passionnée de photographie et autodidacte s’est peu à peu rapprochée d’un monde dont peu se soucient,

des êtres vivants qui l’attirent de par leurs incroyables détails, de par leur discrétion et leur extrême fragilité. Dif f icile de croire que ce s photo g ra phie s a ient ét é pr is e s pa r une «petite blonde en jea n », da ns un paisible hameau landais ? Pourtant, ces êtres discret s que bien souvent n o us piét in on s , s’a v èr ent êt r e d e pures mer veilles visuelles, quand on se donne la peine de les obser ver … Certes, la beauté est subjective, néanmoins, elle peut se trouver partout mes amis…oui, nous ne sommes pa s tous égaux et cer tains ont moins de difficultés que d’autres à la révéler au grand jour et pour sa part, tout aussi discrètement que s e s modèle s , s a ns prét ent ion aucune, Lila par vient à le prouver.


portfolio 36

--


portfolio 38

--


portfolio 40

--


41

portfolio

--


portfolio 46

--


47

portfolio

--


portfolio 48

--


portrait 52

--


Portrait ///

53

Marc Large Un Résistant ! Texte : Samy Ellaouzi

Marc Large, dessinateur de presse, auteur de bandes dessinées, de livres et de romans travaille également pour le cinéma et la télévision. Il est originaire de Da x et né d’une famille de dessinateurs. Un grand père professeur d’arts plastiques et un père graphiste, Marco dessine depuis toujours, la légende dirait même qu’il savait crayonner avant d’apprendre à parler. Ainsi, par le biais de son entourage, il a pu intégrer dès son plus jeune âge les bases même du dessin

http://www.marclarge.fr http://large.canalblog.com

(perspectives, volumes, etc), ce malgré sa volonté de ne pas emprunter le « chemin des écoles ». Marco est autodidacte et tant mieux, au diable le formatage imposé par bon nombre de structures scolaires académiques, les codes, l’art et l’expression de son art priment avant tout. Admiratif des œuvres de Renaud depuis toujours (et vice versa, Renaud écrivit par ailleurs la préface de son livre « Xan de l’ours »), ses préférences sonores tendent vers la MUSIQUE à textes ainsi que

portrait

--


54

Aux antipodes du pseudo réac qui n’a de réactionnaire que le titre, Marco va au bout de ses idées, de ses convictions et réalise des dessins de presse pour le moins directs pour Siné Hebdo, Vigousse (presse Suisse), Rue89, La Mèche, Zelium et bien d’autres, sans se fixer de barrière « politiquement correcte » et contournant délibérément les limites désormais imposées par la bienséance et le non-dit, à la presse Française. Amuser en instruisant et/ou

portrait

--

développé un concept : utiliser son crayon en tant qu’arme. Une arme contre la censure et les censeurs, une arme contre l’injustice, une arme pour prôner des valeurs humaines qui lui (nous) sont chères et ainsi éveiller les consciences en épinglant les travers de nos politiques.

dénonçant, voilà son leitmotiv. Petite bouffée d’oxygène afin de s’évader de la noirceur du paysage politico-économique qui est au final son environnement quotidien, Marco est également auteur de dessins réalistes et d’aquarelles pour des carnets de voyages, dans lesquels il se transcende où son art et son talent prennent toute leur mesure dont « Pyrénées Sauvages », « Landes Secrètes », vouant un culte aux grands espaces de son pays natal, où le temps s’arrête


De bons dessins valant mieux qu’un long discours et en ayant terminé avec les présentations, nous vous laissons découvrir les œuvres de Marco.

face à la démesure et la magnificence de ces paysages… Ce grand sensible et amoureux de la nature passionné par les ours, a donc arpenté les Pyrénées avec des spécialistes de l’ours (notamment Yves Salingue) afin de mieux comprendre les caractéristiques de cet animal. La légende, toujours la légende, dirait que Marc et son équipe ont pu rencontrer furtivement le dernier ours des Pyrénées : Canelle. Le 2 juin 2011, avec l’autorisation de la manicipalité, un ovni atterrit sur la ville de Da x : le festival de la satire « Satirada x » (le premier en France) organisé par Marco et l’association Satirailleurs. L’équipe du Groland, des humoristes (Christophe Alevec, Dider Porte), des projections de film avec leurs équipes de

55

--

portrait

tournage, des concerts (les Wampas, Didier Super et bien d’autres) ont littéralement enflammés la ville de Da x trois jours durant, n’en déplaise aux jaloux et ils remettent le couvert cette année du 21 au 24 Juin.


portrait 56

--


57

portrait

--


portrait 58

--


59

portrait

--


portrait 60

--


Portrait ///

http://soundcloud.com/clarksfr https://www.facebook.com/pages/Mc-Teelex/116162815121257


Texte : Samy Ellaouzi

Bring it On !

Clarks & MC Teelex


portrait 64

--


Il pratiquait alors la batterie à ses heures perdues, mais a toujours eu un penchant pour « le mec balançant du gros rap » sur des riffs métal et, comme environ 90% des jeunes loups passionnés par la musique, Teelex rêva très rapidement de monter sur scène afin de pouvoir exprimer ses idées et son art. Il se lança finalement dans l’écriture et se rapprocha peu à peu du courant drum&bass anglais. Quelques temps après, suite à la rencontre d’un Mc pour le moins réputé, Mc Youthstar (Mc de Dirtyphonics, Chinese Man, Tha New Team, etc), avec lequel il se lia d’amitié, et surtout, suite à la rencontre de Clarks, au BT59 alors qu’il « posait », accompagnant un Dj, avec lequel il partage maintenant des affiches pour le moins prestigieuses dans le

sud-ouest de la France, du festival de Garorock à l’IBOAT, en passant par le Rocher de Palmer et la Rock School Barbey. Teelex s’est également lancé dans la production d’instrus drum & bass et dub step, que nous vous proposons de découvrir sur sa page facebook. Clarks, quant à lui, découvrit pour la première fois en 2003 le mix et les platines vinyles. Autodidacte (un de plus!), il s’est servi des conseils des Djs dont il a croisé la route pour devenir l’artiste que l’on connaît aujourd’hui, pour peu que l’on s’intéresse au milieu musical électronique… Ainsi, il commença à faire ses armes lors de raves et de technivals et arpenta la France 3 années durant, pour ensuite s’éloigner des forêts et investir les clubs. Repéré par un organisateur événementiel (the local Rock’ords), il crée ensuite le label Burn Toast avec Faakz & Vostro, en avril 2011 et travaille sur son album avec son comparse Teelex.

65

--

portrait

Mc Teelex, jeune MC Bordelais (bien que d’origine anglaise) a, au début des années 2000, été marqué au fer rouge par la déferlante néo metal : Korn, Limp Bizkit et consort lui ont ainsi donné l’envie de s’exprimer par le biais d’un chant « parlé ».


Merveilles Du

Photographies libres de droits tirées de “google images” et du site internet http://www.thehighline.org


High Line Les Jardins Suspendus

Monde

Texte : Samy Ellaouzi


69

merveilles du monde

--

Le projet High Line consiste à requalifier une voie ferrée aérienne désaffectée pour la transformer en espace public vert. Le projet est localisé sur la rive Ouest de Manhattan, au sein d’un secteur industriel en voie de revitalisation. L’infrastructure visée par le projet est un rail construit dès 1929, sur une structure surélevée, dans l’optique de soulager la congestion urbaine. Cette voie, appelée High Line, franchit 22 îlot construits de la 34ème rue à la rue Gansevoort, traversant à de multiples reprises de vieux entrepôts. Après un dernier trajet dans les années

80, la nature reprit ses droits sur la voie ferrée désormais désaffectée, graduellement envahie par une végétation diverse (mauvaises herbes, fleurs, arbustes). Malgré de nombreux projets architecturaux soumis aux instances new-yorkaises (Steve Holl notamment proposa dès 1979 un réaménagement en jardins et logements sociaux), dans les années 90, cette relique fut vouée à la démolition par l’administration du maire Rudy Guliani. Et en effet, devant la démesure du projet, la longueur de la voie ferrée atteignant les 2.3 km, sa largeur variant de 9 à 18 m


70

merveilles du monde

-- pour une superficie totale de l’espace

à aménager (situé de 5.5 à 9 m de hauteur, rappelons-le) s’élevant à 27 000 m2 pour un coût estimé à 100 millions de dollars, la municipalité new-yorkaise éprouvait sans doute un certain vertige et aurait probablement rasé le tout sans l’intervention d’un comité de citoyens appelé Friends of the High Line (FHL), fondé en 1999 par Josha David et Robert Hammond. FHL est composé de résidents de la zone, de commerçants, de professionnels de l’architecture et de l’urbanisme, de politiciens ainsi que de groupes communautaires et culturels qui gagnèrent le soutien de la mairie en mars 2002, suite à l’élection de Michael Bloomberg. Le projet de réaménagement de la High Line se vit par la suite allouer un budget de 43.5 millions de dollars. FHL lança donc une campagne de sensibilisation de la communauté et publia un ouvrage sur la High Line afin d’amasser des fonds supplémentaires. La ville modifia par la suite ses règles sur l’urbanisme pour réglementer les nouvelles constructions autour du site et ainsi en préserver l’authenticité et les corridors visuels. En 2003, FHL et la ville de New York organisèrent un concours de design qui attira 720 participants de 36 nationalités différents, à la suite duquel fut retenu, début 2004, un groupement mandaté afin de produire un plan d’aménagement : la compagnie d’architectes paysagistes James Corner Field Operations,

l’agence d’architecture Diller Scofidio + Renfro, ainsi que des experts en horticulture, ingénierie, sécurité, art public et autres disciplines. Ils présentèrent leur concept ainsi : « Keep it simple, keep it wild, keep it quiet, keep it slow ». L’objectif était donc clair : aménager la High Line de façon à créer un sentier pédestre et des places publiques. La végétation naturelle fut préservée et accentuée par des plantations indigènes. Cette approche fut qualifiée d’ «agri-tecture » reproduisant l’entrelacement existant entre éléments industriels et naturels. L’ancienne administration de la ville souhaitait détruire l’édifice, qui fut finalement sauvé par la suivante, permettant ainsi de (re)dynamiser tout un quartier. En cela, le projet de la High Line constitue un exemple de mise en valeur d’une composante de l’histoire industrielle et illustre à merveille l’évolution sociétale de la notion patrimoniale ainsi que le démarrage d’une prise de conscience écologique. Selon Dorrel-Ferré (1998), deux approches peuvent être mises en avant concernant la sauvegarde du patrimoine industriel : la muséification ou la réhabilitation fonctionnelle. En choisissant cette seconde option, la ville de New York a su mettre en valeur son héritage et lui conférer un usage social, réintégrant la nature au sein de la ville et contribuant à son identité visuelle. Avant- gardiste, tout simplement !


72

merveilles du monde --


74

merveilles du monde --


76

merveilles du monde --


merveilles du monde

77

--


78

merveilles du monde --


80

Les restes du monde ///

Les Restes du Monde

E N G L A N D Texte : Jessica Willes

--

L’année 2012 sera inoubliable pour les anglais. Dans le cadre des Jeux Olympiques, l’Angleterre repousse toutes les limites et organise le plus grand festival à travers tout le pays. Les festivités ont débuté depuis le mois de janvier et vont se poursuivre pour atteindre leur summum entre le 21 Juin 2012 et le 9 Septembre 2012. Au total, il y aura plus de 1000 événements partout dans le pays, dont la plupart seront gratuits. Evidemment, des génies anglais comme William Shakespeare et Alfred Hitchcock seront célébrés de manière phénoménale. Des pièces de Shakespeare seront interprétées à travers tout le pays par des troupes de comédiens anglophones mais aussi Irakiennes, Chinoises et Russes, quant à Hitchcock, ses neuf films muets seront diffusés à Londres, accompagnés par un orchestre. Londres sera aussi gâté au niveau musical avec deux grands festivals : un à Hackney où on trouvera environ 80 musiciens et Djs anglophones et internationaux, l’autre se trouvera partout dans la capitale où l’on pourra voir des spectacles représentant les nations participant aux Jeux Olympiques de 2012. Mais il y aura aussi des évènements dédiés à la gastronomie, le

L O N D O N

F E S T I V A L

mode, les arts du cirque et bien sûr la danse, qui aura une place importante avec la BIG DANCE 2012. L’événement Big Dance 2012 consiste à faire participer n’importe qui à des cours, des ateliers et des spectacles de danse dans toutes les grandes villes du Royaume-Uni, dans des lieux insolites et variés tels que des parcs, des centres commerciaux, etc. Les amateurs de comédies musicales ne seront pas en reste. En effet, Les Misérables, Chicago et bien d’autres seront jouées à Trafalgar Square durant tout un weekend. L’Angleterre a bien donc l’intention de faire de cette édition des JO un évènement à la fois sportif et culturel d’une ampleur inouïe…


81

Dès son inauguration en 1990, l’avenir du bâtiment abritant la Künstlerinitiative Tacheles (initiative d’artistes Tacheles) est plus qu’incertain. Devenu l’un des plus célèbres squats d’artistes de la ville, ce symbole de la culture alternative berlinoise se bat actuellement pour son droit d’existence, comme jamais dans son histoire. Face à une vente judiciaire et l’évacuation du 5ème étage en 2011, l’un des principaux pôles d’attraction artistique et touristique (du moins pour les touristes recherchant le charme urbain pour le moins insolite de la ville Berlin) est en danger. Déjà en avril 2011, une partie des membres s‘est retirée en acceptant un dédommagement d’un million d’Euro de la part des promoteurs. En effet, il existait depuis longtemps des tensions entre artistes au sein même du Tacheles. Ainsi, leur objectif commun initial, qui était de créer un espace libre pour l’art alternatif, au plan international, n’a pu souder la communauté lors des dernières années. Peu après la chute du mur, l’initiative d’artistes Tacheles, composée d’artistes venant de l‘Allemagne de l’Est et de l’Ouest a pu obtenir que le bâtiment désaffecté ne soit pas rasé -à cause de son trop mauvais état-. Au contraire : après avoir été expertisé une nouvelle fois, le bâtiment a été classé monument historique, ce qui a donné le signal de départ aux artistes activistes de Tacheles. En 1998, la surface a été vendue à la Fundus-Gruppe, l’une des plus grandes entreprises immobilières en Allemagne alors qu’elle était jusquelà gérée par l’organisme du quartier Berlin-Mitte. Les membres de Tacheles e. V. (l’association Tacheles, e.V -eingetragener Verein- étant le synonyme allemand du statut associatif français) et le nouveau propriétaire ont négocié un contrat de bail

--

T A C H E L E S

Les Restes du Monde

D E U T S C H L A N D Texte : Lisa Rübel

de dix ans avec un loyer symbolique d’une Mark (0,50 Euro) par mètre de carré. En 2008, le contrat n’a pas pu être renouvelé et le Tacheles e. V. a dû se déclarer insolvable en 2009. La date de la vente judiciaire a été fixée par la banque proprié taire HSH Nordbank au début du mois d’avril 2011 et depuis, la plupart des artistes sont en attente permanente du prochain avis d’expulsion. Ainsi, l’impression générale se dégageant est qu’une réelle opposition existe vis-à-vis de ce projet “contre-culture”, si apprécié des habitants et des visiteurs de la capitale. Le Tacheles fait partie intégrante du patrimoine culturel berlinois ainsi que du renouveau de la ville. Ce type d’édifice permet à Berlin d’avoir une réputation de ville dynamique, artistique, jeune et branchée et c’est en cela que la politique des élus est paradoxale. La tendance au sein de la ville de Berlin est pourtant à la disparition des espaces libres comme les centres culturels, résidences d’artistes et autres projets alternatifs d’autant plus, que le Tacheles e. V. persiste dans la lutte contre la commercialisation et le « travestissement artistique» de la capitale allemande. Par ailleurs, l’expression allemande “Tacheles reden” tire ses origines dans le yiddish et on l’utilise pour parler et s’exprimer ouvertement et/ ou directement. Et c’est vrai : les « tachelésiens » restants n’y vont pas avec le dos de la cuillère lorsqu’il s’agit de critiquer la politique Allemande. Leur nouveau projet en 2012, la Biennale Tacheles sous le signe de « L’art et la politique“ ne doit rien au hasard. En effet, selon les organisateurs, il n’y a pas de meilleur exemple que le Tacheles pour prendre conscience de la corrélation entre l’art et la politique.


82

a la mode de chez nous

--

A la mode de chez nous /// Venga Venga Drôles de dames Texte : Samy Ellaouzi

Collection Printemps/Eté 2009 - Beaux Arts de Limoges Scénographie : Pauline Lespiau - Artiste indépendante Deux amies, Roxane et Alice décident de s’associer en 2008, afin de créer la marque de vêtements Venga Venga. Celle-ci est déposée fin 2009, et, début 2010 Jeanne rejoint nos deux comparses et va coordonner les projets, la production d’évènements et la communication externe de la marque. Le parti pris de ces demoiselles est de défier toute convention, se nourrissant d’influences de tous bords, intemporelles et sans complexe : du vintage au street wear, les créatrices travaillent selon leurs émotions, leur ressenti, n’ayant que faire des normes. En effet, à l’heure de l’uniformisation et de la standardisation, les filles réinventent sans cesse et parviennent à trouver le juste

équilibre entre création vestimentaire et excentricité, jouant sur un mélange inattendu des matières et des couleurs. Marque alternative avant tout, elles n’hésitent pas à s’associer avec d’autres artistes (graphistes, sérigraphes) dans le but d’apporter une toute nouvelle dimension à la marque. En 2010, elles investissent un local, à Saint Michel, quartier populaire de la ville de Bordeaux, qu’elles baptisent « l’Officine » et donnent ensuite naissance à l’association « OFF », qui a pour but de favoriser l’échange et la promotion de l’Art, avec un grand « A », organisant divers évènements, vernissages, etc. Nous vous laissons donc découvrir une partie de leur collection.


83

a la mode de chez nous

--

Collection Printemps/Eté 2010 - A “la bonne étoile”


84

a la mode de chez nous

--

Collection Printemps/Eté 2010 - A “la bonne étoile”


85

a la mode de chez nous

--

Collection Printemps/Eté 2011 - A “la bonne étoile” Robes sérigraphiées par l’association Ötrema Photographie : Jonass


86

a la mode de chez nous

--

Collection Printemps/Eté 2010 - A “la bonne étoile”


87

a la mode de chez nous

--

Affiche de la marque


88

a la mode de chez nous

--

Défilé Fête de la Musique 2011 - Bordeaux


89

a la mode de chez nous

--

Défilé Fête de la Musique 2011 - Bordeaux


90

agenda

--

Agenda /// Tout établissement souhaitant voir sa programmation événementielle intégrée à notre agenda peut nous contacter à l’adresse suivante : cityzenmoove@hpaa.fr

Dimanche 1er Avril /// Grand-Théâtre 11h00 /// Trio Roussel et ses amis /// Classique 15h00 /// La fête de la Baleine autour de François Rossé /// Musique Théâtre des Quatre Saisons /// Grand-Théâtre 15h00 /// Gershwin Tempo /// Danse 20h30 /// Dark Dark Dark - Mirel Wagner /// Folk Rocher de Palmer - Cenon

///6€ ///13/24€ ///8/40€ ///10€

Lundi 2 Avril 17h00 /// Ensemble Orchestral Molto Assaï /// Classique /// Casino Théâtre Barrière///10.50/20.50€ /// Grand-Théâtre 20h00 /// Gershwin Tempo /// Danse ///8/40€

Mardi 3 Avril 19h00 /// Le Bain : Cie les marches de l’été /// Théâtre 20h00 /// Gershwin Tempo /// Danse 20h30 /// R-wan /// Chanson Française 20h30 /// Dj Krush - Ghostpoet 20h30 /// Les femmes savantes /// Théâtre 20h30 /// [ Suite ] /// Théâtre 21h30 /// Léa Patou /// Chanson Française 21h00 /// Brat Farrar - Complication /// Garage Punk

/// Le Glob Théâtre /// Grand-Théâtre /// IBOAT /// Rocher de Palmer /// TNBA

///8/40€ ///10/12€ ///10/17€ ///11/12€

/// Le carré Les colonnes /// Congo Café

///9/16€ ///Gratuit

/// Le Saint Ex

/// 5€


Mercredi 4 Avril

/// Théâtre /// Le carré Les colonnes ///9/12€

/// Jeunesse /// IBOAT /// Total Heaven 18h00 /// Exposition Caroline Cesaro /// Vernissage 19h00 /// Le Bain : Cie les marches de l’été /// Théâtre /// Le Glob Théâtre /// TNBA 19h30 /// Les femmes savantes /// Théâtre /// Grand-Théâtre 20h00 /// Gershwin Tempo /// Danse /// Rocher de Palmer 20h30 /// Orchestre d’harmonie du Conservatoire 20h30 /// Rhapsody Of Fire - Odd Dimension - From the Depth /// /// Metal (!) /// Rock School Barbey /// Heretic Club 20h30 /// Maybeshewill - Howard J.K. /// Post Rock 21h00 /// Ignition 800 - The Klonk ! - Tourist Information /// Le Saint Ex /// Electro - Cold Wave /// Scène ouverte 21h30 /// Jam Cadijo Blues /// Congo Café

Jeudi 5 Avril

14h30 /// Les femmes savantes (scolaire) /// Théâtre /// TNBA 19h00 /// Le Bain : Cie les marches de l’été /// Théâtre /// Le Glob Théâtre 19h30 /// Les femmes savantes /// TNBA /// Théâtre 19h30 /// Le petit chaperon /// Théâtre /// Le carré Les colonnes 20h00 /// Gershwin Tempo /// Grand-Théâtre /// Danse 20h00 ///Ryan / Lewis : Bach - Mozart - Haydn /// Palais des Sports /// Classique 20h00 /// Skai : Cie le Soleil Bleu /// Le Glob Théâtre /// Théâtre 20h30 /// Black Out /// Théâtre /// Théâtre Jean Villar 20h30 /// Boban I Marko Markovic Orkestar /// /// Musique des Balkans /// Rocher de Palmer 20h30 /// Little Barrie + Invités (en Club) /// Pop rock /// Rock School Barbey 20h30 /// Mickaël Miro /// Variété /// Casino Théâtre Barrière 20h45 /// Miousik Papillon /// Théâtre /// Théâtre des Quatre Saisons /// Le Saint Ex 21h00 /// Roller Derby Party : SAP + Guests /// Rock /// Congo Café /// Scène ouverte 21h30 /// Funk Session 00h00 /// Résidence Crème Fraîche - Prince Club /// Techno /// IBOAT

Vendredi 6 Avril

/// Gratuit ///Gratuit ///11/12€ /// 8/40€ /// Gratuit /// 24/26€ /// 6/8€ /// 5€ ///Gratuit ///11/12€ ///11/12€ ///9/12€ /// 8/40€ /// 6/30€ /// 8/16€ /// 10/17€ /// 15€ ///25€ /// 8/20€ /// 5€ ///Gratuit /// 8€

/// Art /// IBOAT /// Gratuit 18h00 // Vernissage POLA /// Le Glob Théâtre /// Théâtre 20h00 /// Skai : Cie le Soleil Bleu 20h30 /// Les femmes savantes /// Théâtre /// TNBA ///11/12€ 20h30 /// The Stranglers /// Pop rock /// Rock School Barbey /// 29.50€ /// IBOAT /// 8/10€ 20h30 /// Hype William /// Electronica 20h30 /// Jeremy Ferrari /// Humour /// Casino Théâtre Barrière/// Complet 21h00 /// Z’ A4 /// Chanson Française / Acapella /// Le chat Gourmand /// 5€ 21h00 /// Madison Street Family - Foolish King - The Starsheep Groovers /// Rock - Soul - Funk /// Le Saint Ex /// 4€ /// Heretic Club 21h00 /// Victims - Black Breath - Tormented /// Metal /// 5€ /// Congo Café ///Gratuit 21h30 /// Blues Jam Session /// Scène ouverte 00h00 /// Seek Sick Sound - Erol Alkan /// Electro /// IBOAT /// 12/15€ 00h00 /// Dave The Drumer - PE1 - Azier /// Electro /// Respublica /// 5€

91

--

agenda

14h30 /// Le petit chaperon rouge 14h30 ///Histoires à danser debout


9 2

Sam edi 7 Avril

/// Théâtre 20h00 /// Skai : Cie le Soleil Bleu /// Le Glob Théâtre 20h00 /// Expo - Concert /// Peinture - Pop Acoustique /// Le chat Gourmand /// 5€ /// Théâtre 20h30 /// Les femmes savantes /// TNBA ///11/12€ 20h30 /// Soirée lycée Sud Medoc : Woody Blues - Green Socks - Space Cowboy Crew /// Salem - Le Haillan /// 8/40€ 20h30 /// Build An Ark/// /// Jazz /// Rocher de Palmer /// 10€ 20h30 // Mani /// Pop Fr /// IBOAT /// 10/12€ 20h30 /// As de Trefle + guests /// Chanson - Rock /// Rock School Barbey /// 5/7€ 21h30 /// Cent Noms /// Pop rock /// Congo Café ///Gratuit 00h00 /// Be Trash Party /// Electro /// BT 59 /// 5€ 00h00 //Azuli - Prosumer - Kate Simko - Pepperot - Burski /// Deep House /// IBOAT /// 12/15€ 21h00 /// Tuairoze - Lewis & Fan Noise - Greg Nördmale - Lionel Fantomes - Mondowski /// House /// Heretic Club /// 8€ 00h00 /// Worakls - Füzzy & Renö - Sacha Milano - Mario K - Noods - Dee & Ddum /// Electro /// Respublica /// 10€

agenda

--

Dimanche 8 Avril

17h00 /// Oudaden /// Musiques du monde 21h00 /// Un Pyjama pour 6 /// Théâtre 00h00 /// Yugo - Dozem - Finzy - Mario K /// Tech house 00h00 /// Clarks - Phenotype - Julian Fray /// Electro 20h30 /// Dum Dum Girls

/// Rocher de Palmer /// Le Zèbre - Arcachon /// IBOAT /// Respublica

Lundi 9 Avril /// Indie rock

/// 10€ /// Résa. /// 10€ /// 5€

/// IBOAT /// 10/12€

Mardi 10 Avril 14h30 // Projection jeune public /// Jeunesse /// IBOAT 19h00 /// Le Bain : Cie les marches de l’été /// Théâtre /// Le Glob Théâtre 20h00 /// Allumette /// Ciné-Spectacle //Molière Scène d’Aquitaine 20h00 /// Skai : Cie le Soleil Bleu /// Théâtre /// Le Globe Théâtre 20h00 ///Ensemble Sagittarius /// Musique Baroque /// Eglise Notre Dame 20h30/// Sizzla /// Reggae Dancehall /// Rocher de Palmer 20h30 // For a minor reflexion /// Post Rock /// IBOAT 20h30 /// Le petit chaperon rouge /// Théâtre /// Le carré Les colonnes 21h00 /// Clara Clara - Lispector - House Of John Player /// Clapping Music - Pop... /// Le Saint Ex 21h30 /// Mademoiselle Gabrielle /// Chansons Morpionnes /// Congo Café

Mercredi 11 Avril

/// 3€ /// 6/10€ /// 8/40€ /// 22/25€ /// 7/10€ ///9/12€ /// 6€ ///Gratuit

19h00 /// Le Bain : Cie les marches de l’été /// Théâtre /// Le Glob Théâtre 20h00 /// Allumette /// Ciné-Spectacle// Molière Scène d’Aquitaine /// 6/10€ /// Théâtre 20h00 /// A place to Bury /// Krakatoa /// 15€ /// Théâtre 20h00 /// Skai : Cie le Soleil Bleu /// Le Glob Théâtre 20h30 /// Musica Nuda /// Pop - Soul - Lyrique /// Salle du Vigean - Eyesine /// 12/20€ 21h30 /// Alain Ruiz /// Guinguette /// Congo Café ///Gratuit


19h00 /// Le Bain : Cie les marches de l’été /// Théâtre /// Le Glob Théâtre 20h00 /// Berlioz - Beethoven /// Palais des Sports /// 6/30€ /// Classique /// Théâtre 20h00 /// Skai : Cie le Soleil Bleu /// Le Glob Théâtre 20h30 /// Chick Corea & Gary Burton /// Jazz /// Rocher de Palmer/// 33/37€ 20h30 /// Airnadette /// Air-Music /// Rock School Barbey /// 25€ 20h30 /// Symfonia Piesni Zalosnych /// Danse /// Casino Théâtre Barrière /// 8 /25€ 20h30 /// 5 tetes, 4 sous /// Théâtre musical /// Le carré Les colonnes ///9/12€ 20h30 /// Mary Philips /// Contes /// Le chat Gourmand /// 5€ 21h00 /// Datcha Mandala - The Socks - RDV /// Indie Pop /// Le Saint Ex /// 5€ 21h30 /// Funk Session /// Scène Ouverte /// Congo Café///Gratuit 00h00 /// Be Trash Party /// Electro /// BT 59 /// 5€ 00h00 /// Soirée radio Nova Sauvagine /// Indie /// IBOAT /// 5€

Vendredi 13 Avril 19h00 /// Le Bain : Cie les marches de l’été /// Théâtre /// Le Glob Théâtre 19h00 /// Apero Boat Lucha Party - Bobo/// Afterwork /// IBOAT/// Gratuit 20h00 /// Skai : Cie le Soleil Bleu /// Théâtre /// Le Glob Théâtre 20h30 /// Miossec /// Chanson /// Rocher de Palmer /// 22€ 20h30 /// La femme /// Surf Rock /// IBOAT /// 7/10€ 00h00 /// Technicolor #7 - Pleasurekraft - Jermy Casella - Ian Tocor /// Electro /// IBOAT /// 7/10€ 20h30 /// Symfonia Piesni Zalosnych /// Danse /// Casino Théâtre Barrière /// 8 /25€ 21h00 /// The Rockin’ Peachers - Guests Rock Steady /// Heretic Club /// 7€ 21h00 /// Note à Mot /// Chanson française acoustique /// Le chat Gourmand /// 5€ 21h00 /// Blues Jam Session /// Scène ouverte /// Congo Café ///Gratuit 21h00 /// Underground Blast Fest : Withdrawn - JE - F.O.A.D - Bursthead Heboidophrenie - Alive Dissection, etc. /// Metal /// Le Saint Ex /// 10€ 00h00 /// Overlopez - Lutin des bois - Zambu Gaufrette - White Spoon - Post Human /// Electro /// Respublica /// 10€

Samedi 14 Avril

20h30 /// Youssoufa - Tony Kila & Ladea /// Rap Rock School Barbey ///20/25€ 15h00 /// La fille d’en haut /// Session Acoutstique /// Médiathèque Mérignac /// Libre 20h00 /// Skai : Cie le Soleil Bleu /// Le Glob Théâtre /// Théâtre 20h30 /// The Stalls + guests /// Salem - Le Haillan /// 8/40€ /// Rock /// Théâtre /// Espace des deux rives/// 13.70€ 20h00 /// Richard Bohringer 00h00 /// Wunderboat w Robert James /// Dirty House /// IBOAT/// 10/14€ 21h30 /// Vilanes Band /// Pop Rock /// Congo Café ///Gratuit 21h00 /// Soror Dolorosa - Alois - Herein - Walk Away /// 5€ /// Metal - Cold Wave /// Le Saint Ex 00h00 /// Oxya - Finzy - Mario K - Alban G Odys /// Electro /// BT 59 /// 10€ 22h00 /// Underground Blast Fest Part II /// Metal /// Heretic Club /// 15€ 00h00 /// Overlopez - Lutin des bois /// Electro /// Respublica /// 10€

9 3

--

agenda

Jeudi 12 Avril


9 4

Lundi 16 Avril

20h30 /// Radio Moscow - James Leg

agenda

--

/// Blues Rock

/// IBOAT /// 10/12€

/// Rap /// Rap / Hip Hop /// Acoustique

/// Total Heaven ///Gratuit /// IBOAT /// 10/12€ /// Congo Café ///Gratuit

Mardi 17 Avril

18h00 /// Show Case : Bus Driver 20h30 /// Bus Driver - Beasty 21h30 /// Thé Acoustique

M ercredi 18 Avril

20h30 /// Blues Control - Laraaji & Arji /// Psychedelic /// IBOAT /// 7/10€ 20h30 /// Chano Dominguez /// Jazz /// Rocher de Palmer /// 10/17€ 21h30 /// Jam Cadijo Blues /// Scène ouverte /// Congo Café ///Gratuit

Jeu di 19 Avril

20h30 /// Rover - Dillon /// Pop Rock /// IBOAT /// 7/10€ 20h30 /// Ewert and the two Dragons /// Pop Rock /// Rocher de Palmer /// 10/12€ 21h00 /// Le démon de midi /// Théâtre Le Zèbre /// Resa 21h00 /// La Otracina - Petula Clark /// Garage- Metal - Screamo /// Le Saint Ex /// 6€ 00h00 /// Wax Nacht - Esther Duijn - Reminiscence Music - SGS - Tuairoze /// Electro /// IBOAT /// 7€ 21h30 /// Funk Session /// Scène ouverte /// Congo Café ///Gratuit

Vendredi 20 Avril

/// Musiques du monde /// Rocher de Palmer 17h00 /// Oudaden /// 10€ 21h00 /// Le démon de midi /// Théâtre /// Le Zèbre - Arcachon /// Resa. 21h00 /// Animal Trophies - Cellaroids /// Garage-punk - Garage /// Le Saint Ex /// 5€ /// Scène ouverte 21h30 /// Blues Jam Session /// Congo Café ///Gratuit /// Electro 00h00 /// Germans do it Better - Ellen Alien /// IBOAT /// 12/15€ 00h00 /// Bass Invaders /// Dubstep - Drum&Bass /// BT 59 /// 10€ 00h00 /// Koolness - Nebz - Diskal - Zoidberg - Groundzero /// Electro - Drum&Bass /// Respublica /// 10€

Samedi 21 Avril

18h00 /// Show Case : June Hill /// Total Heaven ///Gratuit /// Pop 20h30 /// Sharitah Manush & Total Heaven Dj’s /// Pop /// Total Heaven ///Gratuit 20h00 /// A State Of Mind - 0800 /// Hip Hop / Soul / Electro Rap /// Krakatoa /// 12€ /// Théâtre /// Le Zèbre - Arcachon /// Resa. 21h00 /// Le démon de midi 21h00 /// Boys Noize Record Party - Djedjotronic - SCNTST - Heroine /// Electro /// IBOAT /// 12/14€ 21h30 /// Red Medoc /// Blues /// Congo Café ///Gratuit 00h00 /// Synthetik Chaos - Kinesis - HP Krymoditif - Fred X - Vortex - Madam Jones /// Trance /// BT 59 /// 12€ 00h00 /// Tremplin DJ - DJ Art School /// Dubstep - Drum&Bass /// Respublica /// 10€

Dimanche 22 Avril

13h30 /// Mix’up Battle 5 : Les associés Crew & 4° Art /// Hip Hop /// Rocher de Palmer

/// 5€


95

Mardi 24 Avril

agenda

19h/22h /// Processing BX#4 - Martial Geoffre-Rouland /// Workshop /// Rock 21h30 /// And All Guns

--

/// IBOAT ///Gratuit /// Congo Café ///Gratuit

Mercredi 25 Avril

/// Total Heaven 18h00 /// Show Case : Manuel J Grotesque /// Poésie 20h30/// Whomadewho Stal /// Electro Pop /// IBOAT /// Metal (!) /// Rock School Barbey 20h30 /// Epica 21h00 /// Dan Sartain - Guests /// Garage-punk - Garage /// Le Saint Ex 21h30 /// Alain Ruiz /// Guinguette /// Congo Café

Jeudi 26 Avril

13h30 /// Orchestre Arabo-Andalou de fès /// Musiques du monde /// Rocher de Palmer 20h30/// Chapelier Fou /// Post Classique - Electroacoustique /// IBOAT /// Electro Beach Boys /// Rock School Barbey 20h30 /// Django Django 21h00 /// Le démon de midi /// Théâtre /// Le Zèbre - Arcachon 21h00 /// The Doctors - Phospho /// Post Punk - Funk Punk /// Le Saint Ex 21h30 /// Funk Session /// Scène ouverte /// Congo Café 00h00/// Club Nautique - Slagsmagklubben + Upset /// Electro /// IBOAT

Vendredi 27 Avril

///Gratuit ///10/12€ /// 24/26€ /// 6€ ///Gratuit /// 10/17€ ///8/12€ /// 15€ /// Resa. /// 5€ ///Gratuit

///7€

13h30 /// Fabien Boeuf “ Dans les cordes” /// Chanson /// Rocher de Palmer /// Resa. 17h00 /// Oudaden /// Musiques du monde /// Rocher de Palmer /// 10€ 20h00 /// Sortie de résidence : Effort 2 Conscience /// Atelier Instrumental /// Krakatoa /// 3€ 21h00 /// Le démon de midi /// Théâtre /// Le Zèbre - Arcachon /// Resa. 21h00 /// Take Off /// Peinture - Pop Acoustique /// Le chat Gourmand /// 5€ 21h00 /// Dub In Town /// Dub /// Le Saint Ex /// 5€ 21h30 /// Blues Jam Session /// Scène ouverte /// Congo Café ///Gratuit 00h00 /// Jeff 23 - Lego - Diskal /// Techno /// BT 59 /// 8€ 00h00/// Still Going Dj - Dj Crois pas - Leroy /// Disco House /// IBOAT ///10/12€

Samedi 28 Avril

21h00 /// Simon Dray interprète Jacques Brel /// Le Zèbre - Arcachon /// 12 € /// Classique 20h00 /// Altinoglu / Gubisch /// Grand-Théâtre /// 8/35€ 21h00 /// Frank Williams & The Ghost dance Guest /// Rock /// Le Saint Ex /// 5€ /// Rock 21h30 /// Degre Rock /// Congo Café ///Gratuit /// Techno 00h00 /// Paco Osasuna - Finzy - Mario K /// BT 59 /// 10€ 00h00/// Round Table Knights - KÖlsch - D. Fine /// IBOAT ///12/14€ /// Electro

Lundi 30 Avril

00h00 /// Miguel Campbell - Leroy Washington - Faon & Lacier /// Techno

/// BT 59 /// 13/15€


96

la nouvelle de la faim

--

La NOUVELLE DE LA FAIM /// Alice Bellocq Le bon cru

Le Péruvien et moi sommes vaguement en train de nous réveiller, ce dimanche glacial de février. Il règne dans l’appartement exigu une ambiance de fin du monde, et vraisemblablement une odeur de clope froide, encore inodore, mais, me semble-t-il, presque palpable dans la lumière grise. Les filles dorment encore. Les bribes de la nuit précédente me reviennent par saccades, une virée tardive et brumeuse chez les hipsters, dans un appartement qui devait coûter trois fois le prix de mon presque salubre / ingénieusement agencé logement ; on y fêtait un anniversaire, ou juste un samedi.

sur la mélanchoniste de salon qui avait entrepris de détailler son alimentation « sympathisante vegan », j’observais le Péruvien, qui devisait avec entrain et convoitise d’une drogue quelconque. Il revenait de quatre mois en Asie, et palliait le mal du voyage en buvant du rouge comme d’autres une petite verveine, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Occasionnellement, il glissait à son interlocuteur un discret « Mais… t’en as ? » ou « Mais… tu sais où en trouver ? » qui provoquait une réponse négative l’accablant chaque fois un peu plus.

Ne m’étant mêlé à la grappe de convives que pour intercepter des bières, je ne saisissais qu’occasionnellement des fragments de conversation.

Je finis mon troisième Ricard. Je pars vers la cuisine me servir un verre. Une espèce de barbu potelé portant une chemise à carreaux verts se fraie un accès à l’évier. Je lui demande si ce n’est pas trop dur de couper du bois toute la journée. Il me regarde d’un air perplexe. Je bois nerveusement une gorgée de rosé infâme. Il me toise de toute sa hauteur massive et m’indique qu’il est en effet ébéniste. « Menuisier ? » « Non. Ébéniste. »

« - Non mais je saisis une incohérence fondamentale au cœur même de la notion de communisme libéral. » « - Mais j’adore les fringues, c’est la faute de mon ex, elle m’a transformé en pétasse. » « - Un CV ! La gonzesse, 23 ans, journaliste, chercheuse, écrivain ! écrivain ! Y’a vraiment des gens qui se la pètent. » « - Mais moi j’ai bien envie de voter Mélenchon moi. » Cette dernière venait de notre hôtesse, Béné, qui venait de terminer un cursus – forcément brillant – en lettres, et réalisait qu’elle allait probablement devoir passer le CAPES. Ce qui l’angoissait tellement qu’elle se réorientait dans le théâtre (Papa connaissait un metteur en scène, mais il était un peu réticent à actionner ce levier. Cher Papa). Elle enchaîna sur sa passion pour le yoga d’un air fiévreux, contactant son diaphragme, censément pour mobiliser son foie. Pendant ce temps, la Baronne et Namasté encerclaient les enceintes de manière à décourager tout fâcheux ayant dans l’idée d’interrompre leur musique électronique stridente. Gardant une oreille

Il repart et je me demande s’il se fout de ma gueule. Il me prend pour le dernier des ploucs. Je suis le dernier des ploucs, étouffé par le poids de ses préjugés. Je suis également coincé dans une soirée d’artistes fantoches – qui n’est pas artiste de nos jours ? Même moi, qui suis caissierécrivain (et non plus écrivain-caissier, car je n’ai strictement rien à dire, je crois bien), je suis un artiste, comme eux, par « passion ». Je me raccroche au fait que ma « passion » ne requiert aucun appareil phallique à 2000 €. Je me sens mieux. Je me sens mal à nouveau, ce n’est pas le mélange d’alcools, et un sourd sentiment d’absurdité m’agrippe, bordel, tout ça n’a ni queue ni tête. Je connais ces gens ! Depuis que je vis ici je suis allé 300 fois à cette soirée, j’ai joué à chaque fois un personnage différant subtilement du vrai, je sais précisément ce qu’ils vont dire, et pourquoi, et même à quel moment.


97

Alors que la soirée avance, les groupes vont se déliter en paires mixtes, personne ne tient vraiment à parler géopolitique. Avec un peu de chance, nous serons peut-être deux ou trois à ressentir un besoin impérieux de hurler à la mort, de faire quelque chose d’absurde pour

réanimer cette

lumière

artificielle.

--

la nouvelle de la faim

La brune aux yeux fêlés là-bas, commence toujours par parler à ce blond trop apprêté de la dureté de son métier d’éducatrice, de « ces petites bouilles de black trop mignonnes », dit qu’elle en rie, mais qu’il ne faudrait pas trop gratter le vernis satyrique pour tomber sur des abîmes de doute. Le blond va agrandir ses yeux de sollicitude, lui qui ne peut qu’imaginer la gratification quand on arrive à toucher un de ces gosses à problèmes, lui qui aurait adoré être prof – avant que la vie et les bulletins de salaires anorexiques de l’enseignement n’en décident autrement. La brune esquisse invariablement le même sourire courageux. Aucun des deux ne croit jamais que la gratification rachète quoi que ce soit. Avachis sur le canapé, le bûcheron, un type avec un appareil photo gigantesque autour du cou et un rebut de la fac de droit, comme de juste, n’ont rien à se dire, font mine d’avoir des opinions, la discussion s’enflamme alors que personne ne ressent ce qui est dit ailleurs que dans son ego. Près du yucca, un couple incongru dans cette soirée de célibataires va commencer à se jeter des regards torves. Lui se demande généralement pourquoi il s’emmerde avec une névrosée qui utilise le mot « attachiante » pour se définir, elle n’en revient jamais que pour la troisième fois de l’année il parte en vacances sans elle en la prévenant une semaine à l’avance. Un peu plus tard, le blond, plus débraillé et les yeux engorgés de rhum, entame son couplet avec deux créatures graciles. Elles sont actrices, de théâtre évidemment, leurs parents sont journalistes, metteurs en scène, politiques – je n’en ai pratiquement jamais vues évadées de leur Creuse natale, fuyant leurs fonctionnaires moyens de géniteurs. Leurs voix sont pointues et elles se trouvent fascinantes. La pétasse masculine ponctue cette partition en chavirant de fille en fille, diluant chacune d’entre elles dans l’idée qu’elle est la femme la plus intéressante de la soirée, que dit-il, de SA VIE, essayant de rendre sa voix aigrelette un peu plus suave.

Et puis tout le monde se ressert un verre. Dans mon studio, où nous nous sommes entassés à 6h du matin et -4°C, je pioche dans un bol de cacahuètes rances pour éponger la gueule de bois. Je vois que le Péruvien me regarde en coin d’un air circonspect, et je me souviens d’une leçon de morale d’anthologie, car non seulement je suis parti de chez Béné sans dire au revoir, mais encore en cachant deux bouteilles de vin et du pâté dans ma parka. Le Péruvien est la personne la plus honnête que je connaisse, ce qui surprend généralement ceux qui ne connaissent que son amour de la défonce. Il me regarde d’un air peiné quand je jette une clope dans le caniveau. Il panique à l’idée de prendre une amende dans le métro. Il ne veut pas être un putain de voleur. Ses remarques me culpabilisent maintenant, alors que la Baronne se fout de moi. Elle défend la beauté de la connerie affreuse, sale, méchante et gratuite, surtout pour traumatiser des cons. D’un autre côté, je suis presque sûr qu’elle a jeté une poubelle dans le fleuve hier soir, glapissant d’un rire d’ivrogne en crise maniaque. À qui me fier ? Namasté s’en fout, elle nous regarde paisiblement en jouant avec ses longs cheveux. Elle a passé la soirée d’hier froide et raide comme la justice. Je ne l’ai entendue parler qu’à un seul des convives, l’homme au gros objectif. Elle lui a demandé s’il était photographe. « - Non… non, je ne suis que photographe par passion. » « - Ha ouais, d’accord ouais. » Et, laissant derrière elle une nuée de mépris, elle lui a tourné un dos tout régalien.


VEN 04.05 BORDEAUX

04.05 C/O POP FESTIVAL

CONCERT ELECTRO POP ROOSVELT LIVE (COLOGNE/GERMANY) VIMES LIVE (COLOGNE/GERMANY) 7*/10 € CLUB SOUND OF COLOGNE TOBIAS THOMAS (KOMPAKT) HUFSCHLAG & BRAUN LIVE CHRISTIAN S 10*/12 € PASS CONCERT + CLUB 10 € C/O POP. 30 000 VISITEURS EN UNE RÉPUTATION QUI NE CESSE DEPUIS SA CRÉATION EN 2003 RÉUNIT ARTISTES SUR LE POINT TÊTES D’AFFICHES CONFIRMÉES.

MY BEST FEST. ON AIMERAIT POUVOIR GARDER CETTE LÉGÈRE EUPHORIE, QUI NOUS HABITE APRÈS AVOIR ASSISTÉ À UN FESTIVAL, TOUTE L’ANNÉE. MAIS S’IL EST IMPOSSIBLE DE FAIRE UN FESTIVAL DE 365 JOURS, L’I.BOAT PROPOSE UNE ALTERNATIVE RÉJOUISSANTE : MY BEST FEST. UNE FOIS PAR MOIS, LE BATEAU ACCUEILLERA UN FESTIVAL DE NOTORIÉTÉ INTERNATIONALE VENU PRÉSENTER, LE TEMPS D’UNE SOIRÉE, SA PROGRAMMATION. DE « FILMER LA MUSIQUE » À « MUTEK » EN PASSANT PAR « LES NUITS SONORES », ATTACHEZ VOTRE CEINTURE, ET LAISSEZ VOUS PORTER PAR MY BEST FEST ET L’I.BOAT. ET POUR LE MOIS DE MAI, L’I.BOAT REÇOIT LE MYTHIQUE C/O POP DE COLOGNE.

MOYENNE, ET DE GRANDIR; LE C/O POP DE PERCER ET

LE C/O POP SE TIENT DONC EN MARGE DES GROS FESTIVALS INTERNATIONAUX ET PRONE UNE AFFICHE COHÉRENTE LAISSANT LA PART BELLE À SA SCÈNE LOCALE TOUT EN PRÉSENTANT AU PUBLIC SES COUPS DE COEUR DE L’ANNÉE QU’ILS SOIENT POP, INDIE OU ELECTRO. AINSI DES GROUPES COMME FRANZ FERDINAND OU ARCADE FIRE SONT PASSÉS PAR LÀ DÈS (VOIR MÊME AVANT!) LA SORTIE DE LEUR PREMIER ALBUM, CONFIRMANT LE TALENT DE DÉFRICHEUR DE CE FESTIVAL. THE WHITEST BOY ALIVE ET AUSTRA ONT AUSSI PARTICIPÉ À L’AURA DE CE FESTIVAL UNIQUE. CETTE ANNÉE LE C/O POP SE TIENDRA À COLOGNE DU 20 AU 24 JUIN ET À L’I.BOAT LE 4 MAI.


CityZen Moove Magazine - Episode 1  

CM - Ep 1 - Avril 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you