Page 1

PROGRAMME DU 18 AVRIL AU 22 MAI 2018

MARTIGUES

KATIE SAYS GOODBYE

VIVRE ENSEMBLE

JEAN RENOIR

cinemartigues.com


Madame Hyde

Serge Bozon France, 2018, 1h35 Avec : Isabelle Huppert, Romain Duris, José Garcia… Festival de Locarno : Meilleure Interprétation Féminine.

Une timide professeur de physique est méprisée par ses élèves et ses collègues dans un lycée professionnel de banlieue. Un jour, elle est foudroyée et sent en elle une énergie nouvelle, mystérieuse et dangereuse... Quel professeur n’a pas rêvé de disposer de superpouvoirs pour transformer l’hostilité ou l’indifférence de ses élèves en intérêt ? Petite créature criarde et fébrile, surfemme luminescente ou bien enseignante à l’agonie, livrant héroïquement son cours, Isabelle Huppert est épatante à travers ses avatars. Elle participe activement à la réussite de cette fiction géométrique riche de déraillements, magique comme un prototype. Jacques Morice

Ready Player One

Steven Spielberg USA, 2018, 2h20 Avec : Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn…

2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l'OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday. Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l'œuf de Pâques numérique qu'il a pris soin de dissimuler dans l'OASIS. L'appât du gain provoque une compétition planétaire. Un jeune garçon, Wade Watts, qui n'a pourtant pas le profil d'un héros, décide de participer à la chasse au trésor…

Acteurs charismatiques, musiques endiablées, effets spéciaux novateurs... Des éléments fondamentaux, évidemment, mais ce qui fait de Ready Player One un chef-d’œuvre dans son genre science-fiction-rétro, c’est assurément le génie de Steven Spielberg qui pourrait bien en faire son œuvre-testament. Julien Dugois


The Rider

Cloé Zhao USA, 2018, 1h45 Avec : Brady Jandreau, Tim Jandreau, Lilly Jandreau… Festival de Deauville : Grand Prix Cannes 2017 Quinzaine des Réalisateurs : Art Cinéma Arward

Le jeune cowboy Brady, étoile montante du rodéo, apprend qu'après son tragique accident de cheval, les compétitions lui sont désormais interdites. De retour chez lui, Brady doit trouver une nouvelle raison de vivre, à présent qu'il ne peut plus s'adonner à l'équitation et la compétition qui donnaient tout son sens à sa vie. Dans ses efforts pour reprendre en main son destin, Brady se lance à la recherche d'une nouvelle identité et tente de définir ce qu'implique être un homme au coeur de l'Amérique.

La douceur et la simplicité de la mise en scène de Zhao trouve sa raison d’être dans ce territoire crépusculaire et apaisé : faits d’éclats impressionnistes, proches de la captation documentaire et nourris par une intimité qui n’est jamais intrusive, elle filme Brady et ses proches comme membres à part entière d’une harmonie, témoins d’un retour à l’état de nature où toutes les frontières (si cruciales dans la définition du western et de l’histoire de l’Amérique) se brouillent. Thomas Choury

Vent du Nord

Walid Mattar Belgique, France, Tunisie, 2018, 1h29 Avec : Philippe Rebbot, Mohamed Amine Hamzaoui, Kacey Mottet Klein…

Nord de la France. L'usine d'Hervé est délocalisée. Il est le seul ouvrier à s'y résigner car il poursuit un autre destin : devenir pêcheur et transmettre cette passion à son fils. Banlieue de Tunis. L'usine est relocalisée. Foued, au chômage, pense y trouver le moyen de soigner sa mère, et surtout de séduire la fille qu'il aime. Les trajectoires de Hervé et Foued se ressemblent et se répondent. Délocalisation, exploitation, chômage, rêves de lendemains qui ont vite fait de déchanter: le tableau est sombre et le film de Walid Mattar ne laisse guère d'illusion ni d'espoir. Pourtant, loin d'une vision noire qui la rendrait vite insoutenable, il donne à la chronique sociale qu'il développe une sorte de tendresse amusée qui regorge de chaleur humaine. Humour et humanité se conjuguent pour dénoncer les absurdités d’un système économique mondial qui broie les individus.


Vendredi 27 Avril 15h

Melancholia

Samedi 28 Avril

Lars von Trier France, Danemark, 2h10 Avec : Kirsten Dunst, Charlotte Gainsbourg, Alexander Skarsgård, John Hurt, Charlotte Rampling…

21h

À l'occasion de leur mariage, Justine et Michael donnent une somptueuse réception dans la maison de la sœur de Justine et de son beau-frère. Pendant ce temps, la planète Melancholia se dirige vers la Terre... Ce film appartient à la catégorie (rare) des classiques instantanés. Libération Le prologue est tellement fort qu'il avive une émotion et une puissance d'envoûtement sidérales. La suite n'en reste pas moins éblouissante avec une profusion d'idées de cinéma. Lars Von Trier ne pouvait pas trouver meilleure incarnation pour cette fin du monde à la fois suave et désespérée. Excessif

Vendredi 27 Avril Under The Skin

21h

Samedi 28 Avril

Jonathan Glazer Angleterre, 2014, 1h48 Avec : Scarlett Johansson, Jeremy McWilliams, Lynsey Taylor Mackay

17h10

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs Une extra-terrestre arrive sur Terre pour séduire des hommes avant de les faire disparaître. Voici sans conteste l'un des objets les plus étranges et fascinants sorti récemment sur les écrans. La preuve que le cinéma n'a pas besoin de la 3D pour nous procurer des expériences nouvelles. Charlie Hebdo Under the skin est un film autre, un alien. C'est un récit de science-fiction, un poème érotique et romantique, un labyrinthe de miroirs qui exacerbe délicieusement les ambiguïtés du jeu dramatique. L'un des longs-métrage les plus excitants que l'on ait vus ces derniers mois. Le Monde


Vendredi 27 Avril

Version Restaurée 17h15 Haute Définition

Soleil Vert

Dimanche 29 Avril En présence de 17h

Joe Dante

Richard Fleischer USA, 1974, 1h37 Avec : Charlton Heston, Edward G. Robinson, Leigh Taylor-Young

En 2022, les hommes ont épuisé les ressources naturelles. Seul le soleil vert, sorte de pastille, parvient à nourrir une population miséreuse qui ne sait pas comment créer de tels aliments. Omniprésente et terriblement répressive, la police assure l'ordre. Accompagné de son fidèle ami, un policier va découvrir, au péril de sa vie, l'effroyable réalité de cette société inhumaine. Avec Soleil Vert, Richard Fleischer nous offre l'un de ses derniers diamants, témoin de son talent de metteur en scène, de son sens aigu de la narration et de l'esthétique. Un film qui marque irrémédiablement tous ses spectateurs, même quarante ans après son tournage. Dvdclassic

AVANT-PREMIERE

Dimanche 29 Avril La Particule Humaine

20h

Semih Kaplanoglu Turquie, France, 2018, 2h08 Avec : Jean-Marc Barr, Ermin Bravo, Grigoriy Dobrygin Grand Prix du 30e Festival international du film de Tokyo

Dans un futur proche et incertain, un brusque changement climatique a mené la vie sur Terre vers son extinction. Dans ce monde aux frontières redessinées, les migrants sont parqués dans des camps en attendant de pouvoir intégrer les villes protégées par des boucliers magnétiques. Le chemin du Pr. Erol Erin, généticien spécialiste des semences, va croiser dans la région des "Terres Mortes", celui du Pr Cemil Akman, qui a dû quitter la ville à cause de ses recherches. Le voyage qu'ils vont entreprendre à la recherche des graines qu'ils pourront faire germer, va bouleverser tout ce qu'Erin a connu jusqu'ici.... Les choses doivent changer maintenant. Pas dans un mois ou dans un an mais maintenant ! Ma grosse interrogation personnelle c’est après avoir parcouru le monde, tourné dans des films, j’ai le sentiment d’une fin proche pour l’humanité. Peutêtre je ferais parti de cette population éradiquée. La prise de conscience doit être profonde pour changer radicalement la façon dont l’humain se comporte. Peut-être, est-ce aussi la fin des nations comme nous les connaissons, nous devrions peut-être tous ensemble nous unir afin que les choses changent. Jean Marc Barr


Vendredi 27 Avril 18h50

Samedi 28 Avril

19h Version Restaurée Haute Définition Dimanche 29 Avril Blade runner, Director’s Cut

10h30

Ridley Scott USA, 1982, 1h50 Avec : Harrison Ford, Rutger Hauer, Sean young

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs Dans les dernières années du 20ème siècle, des milliers d'hommes et de femmes partent à la conquête de l'espace, fuyant les mégalopoles devenues insalubres. Sur les colonies, une nouvelle race d'esclaves voit le jour : les répliquants, des androïdes que rien ne peut distinguer de l'être humain… Exit la voix off et le happy end : entre sa première sortie en salles, en 1982, et sa version finale, en 2007, le thriller futuriste Blade Runner a gagné en noirceur. Une victoire pour le réalisateur, qui a bataillé ferme contre les producteurs afin de leur arracher le “final cut”. Ce montage final, sans doute le meilleur, est son « préféré » qui n’aurait probablement jamais vu le jour sans la notoriété grandissante du réalisateur dont la filmographie, comporte une ou deux œuvres marquantes par décennie depuis la fin des années 1970. Télérama

Samedi 28 Avril

Version Restaurée 15h Haute Définition Dimanche 29 Avril

14h45

E.T. L’extra-terrestre

Lundi 30 Avril

Steven Spielberg USA, 1982, 2h00 Avec : Henry Thomas, Drew Barrymore, Dee Wallace…

14h30

Une soucoupe volante atterrit en pleine nuit près de Los Angeles. Quelques extraterrestres, envoyés sur Terre en mission d'exploration botanique, sortent de l'engin, mais un des leurs s'aventure au-delà de la clairière où se trouve la navette. Celui-ci se dirige alors vers la ville. C'est sa première découverte de la civilisation humaine. Bientôt traquée par des militaires et abandonnée par les siens, cette petite créature apeurée se nommant E.T. se réfugie dans une résidence de banlieue… Le film culte de Steven Spielberg ressort aujourd'hui sur les écrans, dans une nouvelle version, avec un son remastérisé, des effets visuels intensifiés grâce à la technologie numérique, et quelques scènes inédites, qui ne modifient guère le film, et n'altèrent en rien son exceptionnelle qualité. Le Monde


CINÉ-LUTTES

Jeudi 3 Mai

En présence de 20h30 Yannis Youlountas

Mademoiselle Paradis

Barbara Albert Allemagne, Autriche, 2018, 1h37 Avec : Maria-Victoria Dragus, Devid Striesow, Lukas Miko

Vienne, 1777, la pianiste aveugle de 18 ans, "Wunderkind", Maria Theresia Paradis, a perdu la vue à l'âge de trois ans. Après d'innombrables expériences médicales ratées, ses parents l'emmènent au domaine du controversé médecin Franz Anton Mesmer, où elle rejoint un groupe de patients extravagants. Elle goûte la liberté pour la première fois dans ce monde rococo, mais commence à remarquer que si le traitement de Mesmer lui permet de recouvrer la vue, elle perd sa virtuosité musicale. Derrière la réussite esthétique de ce biopic historique, la réalisatrice pose surtout, avec vigueur, cette étonnante question : renoncer à la cécité et voir le monde tel qu’il est ne limite-t-il pas l’expérience de la liberté et n’empêche-t-il pas de percevoir l’existence avec intensité ? Damien Leblanc

L’amour et la révolution Yannis Youlountas France, Grèce, 2018, 1h17

Dix ans après les premières émeutes les médias ne parlent plus de la crise grecque. Tout laisse croire que la cure d’austérité a réussi et que le calme est revenu. Ce film prouve le contraire. A Thessalonique des jeunes empêchent les ventes aux enchères de maisons saisies. En Crète des paysans s’opposent à la construction d’un nouvel aéroport. À Athènes un groupe mystérieux inquiète le pouvoir en multipliant les sabotages. Dans le quartier d’Exarcheia menacé d’évacuation le cœur de la résistance accueille les réfugiés dans l’autogestion. Un voyage en musique parmi celles et ceux qui rêvent d’amour et de révolution.

Le monde n’a jamais changé du fait d’une majorité. De plus, il faut souvent bien peu de choses pour que tout bascule très vite. Le plus souvent quand on ne l’attend pas. En Grèce, nous assistons à une véritable gestation depuis neuf ans, bientôt dix… La leçon de cette période exceptionnelle est sans doute qu’une seule façon d’agir ne suffit pas, que la diversité est notre richesse, que le respect mutuel parmi ceux qui luttent devrait nous accompagner partout et qu’on ne sait pas d’où viendra la goutte d’eau qui fera déborder le vase. Mais une chose est certaine, c’est que pour sortir de l’impasse mortifère, changer profondément la société et sauver la vie, nous n’avons pas d’autre choix que l’amour et la révolution. Yannis Youlountas


Katie says goodbye

Wayne Roberts USA, France, 2018, 1h28 Avec : Olivia Cooke, Christopher Abbott, Mireille Enos…

Interdit aux moins de 12 ans Katie, jeune femme du sud ouest américain rêve d'une nouvelle vie à San Francisco. Elle vit ses premiers amours et se révèle d’une honnêteté désarmante. Son empathie compulsive envers les autres fait d’elle une proie facile. Sa ténacité et sa jeunesse seront mis à l'épreuve par ceux qu'elle aime le plus au monde. Point de violons sirupeux, de bonne étoile à suivre ou de miraculeux coups du destin, Katie Says Goodbye s’ancre dans une éreintante réalité, celle laissant de frêles épaules encaisser le poids du sort et subir, sur tous les fronts, les plus viles attaques de l’existence. Wayne Roberts ne cherche jamais à édulcorer la violence mais s’oblige à ne pas la brandir en étendard. Sa caméra trouve ainsi une juste distance, quelque part entre une crudité surprenante et une absence totale de complaisance. Malgré la noirceur ambiante, le film y conserve une lumière salutaire qui accompagne l’itinéraire complexe d’un beau personnage féminin. Olivia Cooke prête ses traits à cette héroïne des temps modernes malmenée dans un univers déserté par l’ambition. Méconnaissable, elle lui insuffle un mélange de douceur et de détermination en rendant profondément touchant le combat d’une résiliente persuadée qu’un monde meilleur existe. Katie s’impose comme l’illustration vivante du « tomber sept fois, se relever huit », l’inaltérable flamme de l’éternelle optimiste soufflant sur les braises jusqu’aux dernières lueurs. Céline Bourdi

La Mort de Staline

Amando Iannucci USA, France, Angleterre, 2018, 1h48 Avec : Steve Buscemi, Simon Russell Beale, Jeffrey Tambor

Dans la nuit du 2 mars 1953, un homme se meurt, anéanti par une terrible attaque. Cet homme, dictateur, tyran, tortionnaire, c'est Joseph Staline. Et si chaque membre de sa garde rapprochée comme Beria, Khrouchtchev ou encore Malenkov - la joue fine, le poste suprême de Secrétaire Général de l'URSS est à portée de main. (Inspiré de faits réels...) La Mort de Staline, comédie sur la perversité et l’absurdité d’un régime totalitaire en pleine démence, est


Kings

Deniz Gamze Ergüven France, USA, 1h32 Avec : Halle Berry, Daniel Craig, Kaalan Walker…

1992, dans un quartier populaire de Los Angeles. Millie s’occupe de sa famille et d’enfants qu’elle accueille en attendant leur adoption. Avec amour, elle s’efforce de leur apporter des valeurs et un minimum de confort dans un quotidien parfois difficile. A la télévision, le procès Rodney King bat son plein. Lorsque les émeutes éclatent, Millie va tout faire pour protéger les siens et le fragile équilibre de sa famille. La réalisatrice turque révélée par Mustang en 2015, ne cherche pas à reconstituer l’affaire, mais à humer l’air suffocant de la poudrière, à capter le crépitement des premières étincelles, jusqu’à l’embrasement total. Le 29 avril 1992, à Los Angeles, la justice acquitte les quatre policiers qui, un an plus tôt, ont sauvagement battu Rodney King, le jeune noir qu’ils venaient d’interpeller. Des émeutes sans précédent éclatent aussitôt : une semaine de chaos, 4 000 personnes arrêtées, et plus d’une cinquantaine de morts. Les armes à feu s’affichent partout. Dans les mains des flics à cran, du voisin d’à côté, des gamins de la rue, ou d’une épicière, transformée en meurtrière pour un jus d'orange volé. Peu à peu, le sentiment d’injustice embrase le film, et la chronique se convulse, s’incarne dans une galerie de personnages forts et dans le mouvement perpétuel des émotions. Une esthétique de la rage, de toutes les rages, y compris celle de vivre, qui rappelle celle des gamines rebelles de Mustang. Sur un sujet qui reste, vingtcinq ans plus tard, d’une brûlante actualité aux Etats-Unis, ce beau film dur ne donne pas de leçons : il tire juste in extremis un peu d’espoir du brasier. Cécile Mury interprété par un casting choral au diapason. Iannucci témoigne d’une science certaine pour provoquer le rire nerveux. Les joutes verbales, à la fois très littéraires et très crues, sont la marque de fabrique d’Armando Iannucci. Il leur ajoute, ici, un vrai sens du burlesque grâce au fils taré de Staline, un général d’opérette alcoolique et imprévisible qui fait basculer le film dans l’univers des Marx (Brothers, pas Karl). Samuel Douhaire


éc o u

to u s

L’Ile aux Chiens

ur

àd

v r ir p o

Wes Anderson Allemagne, USA, 2018, 1h41 Festival de Berlin 2017 : Meilleur Réalisateur

.F En V.O. et V

En raison d’une épidémie de grippe canine, le maire de Megasaki ordonne la mise en quarantaine de tous les chiens de la ville, envoyés sur une île qui devient alors L’Ile aux Chiens. Le jeune Atari, 12 ans, vole un avion et se rend sur l’île pour rechercher son fidèle compagnon, Spots. Aidé par une bande de cinq chiens intrépides et attachants, il découvre une conspiration qui menace la ville. L’Ile aux Chiens de Wes Anderson est magnifique. Comme Fantastic Mr. Fox, c’est un film en stop motion, technique d’animation image par image avec des figurines et objets en trois dimensions. Le résultat de ce travail de fourmi, dont le tournage a duré deux ans, est plastiquement superbe. La mise en scène d’Anderson demeure aussi exigeante qu’en prises de vues réelles : ses mouvements de caméra et son utilisation de la profondeur de champ, par exemple, restent d’une invention constante. Là encore, il ne s’agit plus exactement d’une histoire de famille, comme dans ses premiers films, mais d’orphelins livrés à eux-mêmes dans un monde menacé par la barbarie. Comme si les gosses de Moonrise Kingdom et les animaux de Fantastic Mr. Fox se retrouvaient propulsés dans une guerre plus avancée encore que celle du Grand Budapest Hôtel, hantée par l’horreur concentrationnaire. Seule réponse à cette violence : la colère des enfants et l’élégance des chiens, derniers sursauts de tendresse, de fidélité et de dignité dans un monde apocalyptique. Marcos Uzal

EN AVANT-SÉANCE CE MOIS-CI... DU 18 AVRIL AU 1ER MAI L'ILLUSTRATION EN COURTS !

ET DU

9 AU 15 MAI

3 courts métrages d'animation mettront à l'honneur l'univers, le graphisme et la poésie d'artistes illustratrices exposées au musée ziem : A quai de Sara - technique papier déchiré Les morceaux d'amour de Géraldine Alibeu - technique collage, crayons, aquarelle La petite casserole d'Anatole d'Eric Montchaud d'après l’œuvre originale d'Isabelle Carrier - technique marionnettes Film et livre se répondent, se font écho, se prolongent, deux manières de raconter l'histoire, mais pas vraiment la même...une invitation au livre, au cinéma d'animation et à la découverte des planches originales magnifiquement présentées au musée Ziem. L’exposition que le musée vous propose de découvrir, en partenariat avec la médiathèque Louis Aragon, regroupe les planches de huit illustrateurs jeunesse, dont six femmes. Le contenu de leurs ouvrages, destiné à un public d’enfants, n’en est pas pour autant réducteur ou secondaire. Avec poésie, tendresse ou humour, ces artistes nous parlent de tolérance, de beauté, de partage et d’amour, ce qui nous concerne tous plus que jamais..


Place publique

Agnes Jaoui France, 2018, 1h38 Avec : Agnès Jaoui, Jean-Pierre Bacri, Léa Drucker…

Castro, autrefois star du petit écran, est à présent un animateur sur le déclin. Aujourd'hui, son chauffeur, Manu, le conduit à la pendaison de crémaillère de sa productrice et amie de longue date, Nathalie, qui a emménagé dans une belle maison près de Paris. Hélène, sœur de Nathalie et ex-femme de Castro, est elle aussi invitée. Quand ils étaient jeunes, ils partageaient les mêmes idéaux mais le succès a converti Castro au pragmatisme (ou plutôt au cynisme) tandis qu'Hélène est restée fidèle à ses convictions. Leur fille, Nina, qui a écrit un livre librement inspiré de la vie de ses parents, se joint à eux. Alors que Castro assiste, impuissant, à la chute inexorable de son audimat, Hélène tente désespérément d'imposer dans son émission une réfugiée afghane. Pendant ce temps, la fête bat son plein... Choc générationnel, immigration, confrontations sociales, célébrité et réseaux sociaux... Dans Place publique le duo Bacri-Jaoui reprend du service et appuie là où ça fait mal. Et où ça fait rire.

La Route sauvage

Andrew Haigh USA, 2018, 2h00 Avec : Charlie Plummer, Steve Buscemi, Chloë Sevigny…

Tout juste arrivé dans l’Oregon, le garçon se trouve un petit boulot chez un entraineur de chevaux et se prend d’affection pour Lean on Pete, un pur-sang en fin de carrière. Le jour où Charley se retrouve totalement livré à lui-même, il décide de s’enfuir avec Lean on Pete, à la recherche de sa tante dont il n'a qu’un lointain souvenir. Dans l'espoir de trouver enfin un foyer, ils entament ensemble un long voyage…. La Route sauvage, dont le titre français sonne comme celui d'un western de John Ford ou d'Henri Hattaway, est un grand beau film à la fois exaltant et désenchanté. Andrew Haigh décrit l'univers agité et pathétique des courses de chevaux de deuxième zone, petits gagnants et grands perdants, avec ses entraîneurs magouilleurs dont on ne sait trop si on doit les trouver antipathiques ou pittoresques. Et puis il y a le plaisir du voyage dans ces espaces où nulle frontière d'Etat ne semble pouvoir vous arrêter, de la balade dans ces immensités qui font partie intégrante de l'histoire du cinéma américain et de l'amour qu'on lui porte, ici magnifiées par le travail remarquable du directeur de la photographie. C'est surtout le film d'une reconstruction, celle de Charley (impressionnante interprétation du jeune Charlie Plummer), adolescent formidablement attachant qui, avant de basculer dans l'âge adulte dont il pressent bien tous les renoncements qui l'accompagnent, veut retrouver coûte que coûte la chaleur d'un foyer incarné par cette tante perdue dont il cherche inlassablement la trace à l'autre bout de l'Etat, autant dire à l'autre bout du monde. Et cette quête est aussi bouleversante que le voyage lui-même. Utopia


CINÉ-MUSÉE EN PARTENARIAT AVEC L’AAMM (ASSOCIATION POUR L'ANIMATION DU MUSÉE DE MARTIGUES)

Jeudi 17 Mai 17h

Renoir

Gilles Bourdos France, 2013, 1h52 Avec : Michel Bouquet, Christa Théret, Vincent Rottiers… César 2014 : Meilleurs Costumes

1915. Sur la Côte d’Azur. Au crépuscule de sa vie, Auguste Renoir est éprouvé par la perte de son épouse, les douleurs du grand âge, et les mauvaises nouvelles venues du front : son fils Jean est blessé… Mais une jeune fille, Andrée, apparue dans sa vie comme un miracle, va insuffler au vieil homme une énergie qu’il n’attendait plus. Éclatante de vitalité, rayonnante de beauté, Andrée sera le dernier modèle du peintre, sa source de jouvence. Lorsque Jean, revenu blessé de la guerre, vient passer sa convalescence dans la maison familiale, il découvre à son tour, fasciné, celle qui est devenue l’astre roux de la galaxie Renoir. Et dans cet éden Méditerranéen, Jean, malgré l’opposition ronchonne du vieux peintre, va aimer celle qui, animée par une volonté désordonnée, insaisissable, fera de lui, jeune officier velléitaire et bancal, un apprenti cinéaste… Renoir est un film sur la beauté ensorcelante des paysages du Sud écrasés de soleil ou bleutés par les ombres au crépuscule. Michel Bouquet, le visage mangé par une barbe de patriarche est tout simplement admirable face au Jean élégant et fragile de Vincent Rottiers. Emmanuelle Giuliani

SÉANCE

: LUNDI 21 MAI 15 H 45

Hanne Karin Bayer voit le jour un mois de septembre (je ne vous dis pas l’année, ça ne se fait pas). Sa mère est costumière et son père est un marin au long cours qui quitte le foyer conjugal lorsqu’elle a un an. Elle passe une enfance de grande solitude, fuyant une mère peu aimante par d’incessantes fugues. En 1957, à tout juste 17 ans, elle quitte le Danemark, son pays natal, pour venir à Paris où elle se met en quête de petits boulots. Elle est bientôt repérée à la terrasse des Deux Magots par Catherine Harlé, directrice de la plus grande agence de mannequinat de l’époque. Cette fée du hasard la présente à Pierre Cardin et surtout à Coco Chanel qui la baptise Anna Karina. C’est ainsi que Godard la remarque, alors qu’elle batifole dans une baignoire pour une publicité pour le savon Palmolive. Il lui propose un petit rôle dans À bout de souffle mais elle le refuse, car elle ne veut pas être nue à l’écran. Godard s’obstine et lui offre un an après le rôle principal du Petit Soldat. Puis, Anna tourne Ce soir où jamais de Michel Deville, grâce auquel Godard découvre son sens de la comédie. Ce sera Une femme est une femme, avec Brialy et Belmondo. Godard tombe fou amoureux, elle devient sa muse. Ils vivent trois ans de passion dévorante et tournent huit films ensemble dont Pierrot le Fou, apothéose de leur fusion artistique. Au fil des années, elle parvient pourtant à s’affranchir de son image d’égérie de la Nouvelle Vague et d’inspiratrice de Godard. Elle tourne avec Rivette La Religieuse, qui subit les affres de la censure, et débute une carrière internationale avec des maîtres comme Cukor, Richardson, Visconti, Delvaux. De sa rencontre avec Serge Gainsbourg naît une comédie musicale Anna dont la chanson « Sous le soleil exactement » devient un tube. Plus récemment, elle renoue avec la musique avec Philippe Katherine, et début 2000 sort l’album « Une histoire d’amour  » qu’elle chante sur les scènes du monde entier. J’aime Anna Karina car elle seule, et c’est sa marque existentielle, peut passer en un plan de la réflexion la plus intense aux rires les plus clairs… Un mythe ! Dominique Besnehard


CINÉ-CULTE ! Mardi 22 Mai 20h

En présence d'Anna Karina Vivre Ensemble

Anna Karina Version Restaurée Haute Définition France, 1973, 1h30 Avec : Anna Karina, Michel Lancelot… Un jour, Alain (Michel Lancelot), jeune professeur à la vie rangée, tombe amoureux de Julie (Anna Karina). Il quitte son épouse pour mener, auprès de cette jeune femme marginale, une existence insouciante, entre Paris et New York. De retour des États-Unis, la vie reprend le dessus et le couple s’étiole… Une sincérité, une force de conviction, auxquelles il est difficile d'échapper. LE MONDE Magnifique premier film... plein de fougue, de fraîcheur, de lumière. FRANCE INTER Vivre ensemble, 1er long métrage signé et interprété en 1973 par l’égérie de la Nouvelle Vague, assume sa fière indépendance. LES CAHIERS DU CINÉMA Vivre ensemble est une rareté. On y respire le parfum d'une époque (...) C'est du cinéma à la première personne. Attention, film-culte ! LE FIGARO

B UFFET /F ILM (T ARIF U NIQUE : 8 EUROS )


Cornélius, Le Meunier Hurlant

Yann Le Quellec France, 2018, 1h42 Avec : Bonaventure Gacon, Anais Demoustier, Gustave Kervern, Dennis Lavant… Festival Entrevues de Belfort : Prix du Public

D’après l’œuvre d’Arto Paasilinna

Lorsque Cornélius, le meunier, décide de construire son moulin tout en haut de la montagne au-dessus d'un petit village, il est loin de se douter que sa présence, toute en sincérité et en énergie brute, va remettre en question l'ordre général. Cornélius fait preuve d'une énergie tellurique qui a vite fait d'inquiéter les villageois. Seule la belle Carmen semble capable de l'accepter tel qu'il est… même lorsqu'il hurle à la nuit tombée, possédé par une force qu'il ne peut maîtriser.

Avec ce récit burlesque et tragique, où les corps et décors en disent bien plus que les mots, Yann Le Quellec poursuit l'exploration d'un univers ultra physique et chorégraphié, qui associe habilement l'art du cinéma à celui de la BD. Et filme avec grâce une nature profondément ambivalente, faite de souffrance et d'immense beauté. Laurence Reymond

Comme des rois

Xabi Molia France, 2018, 1h24 Avec : Kad Merad, Kacey Mottet Klein, Sylvie Testud…

Joseph ne parvient pas à joindre les deux bouts. Sa petite entreprise d’escroquerie au porte-à-porte, dans laquelle il a embarqué son fils Micka, est sous pression depuis que le propriétaire de l’appartement où vit toute sa famille a choisi la manière forte pour récupérer les loyers en retard. Joseph a plus que jamais besoin de son fils, mais Micka rêve en secret d’une autre vie. Loin des arnaques, loin de son père... Kad Merad et Kacey Mottet-Klein forme un tandem père-fils très crédible et restituent à merveille la complexité de la relation entre les deux personnages, à mi-chemin entre amour et haine, fascination et pudeur. Ce duo dresse un portrait émouvant de l’amour souvent muet qui est celui des familles issues des classes populaires. Benjamin Blandin


Transit

Christian Petzold Allemagne, France, 2018, 1h41 Avec : Franz Rogowski, Paula Beer, Godehard Giese…

De nos jours, à Marseille, des réfugiés de l'Europe entière rêvent d'embarquer pour l'Amérique, fuyant les forces d'occupation fascistes. Parmi eux, l'Allemand Georg prend l'identité d'un écrivain mort pour profiter de son visa. Il tombe amoureux de Marie, en quête désespérée de l'homme qu'elle aime et sans lequel elle ne partira pas...

Transit est un roman de l’Allemande Anna Seghers qui raconte un chassé-croisé amoureux sur fond d’exil d’un certain nombre d’intellectuels allemands pendant la seconde guerre mondiale. Christian Petzol transpose l’histoire dans le Marseille d’aujourd’hui. Paris est bien tombé aux mains des Allemands et les fascistes progressent, menaçant de mettre leurs compatriotes en fuite dans des camps, mais cela se passe de nos jours. Une forme de dystopie qui fait toute l’originalité de ce film et permet au réalisateur d’évoquer indirectement la question des migrants dont l’accueil dans son pays fait toujours débat. Tous les personnages vont se croiser, se soutenir, se trahir, s’aimer dans l’espoir de survivre. Le parti pris original et la présence des comédiens, tous excellents, filmés comme des fantômes dans cette ville noyée de soleil, en font une œuvre osée…

Manifesto

Julian Rosefeldt Allemagne, 2018, 1h38 Avec : Cate Blanchett, Ruby Bustamante, Ralf Tempel

Actrice magistrale s’il en est, Cate Blanchett brille de tous ses éclats dans cette version cinématographique d’une installation de l’artiste et cinéaste allemand Julian Rosefeldt (The Creation) où elle incarne 13 personnages. Modulant avec maestria sa voix incomparable, empruntant avec brio différents accents, regardant avec intensité la caméra, la comédienne caméléon déclame des extraits de différents manifestes artistiques. Parmi ces textes, dont certains sonnent toujours d’actualité et d’autres déconstruisent avec humour des idées reçues, se trouvent le manifeste du futurisme de Marinetti, le manifeste surréaliste de Breton et le manifeste de Dogme 95… On se laisse séduire par la beauté des images, lesquelles rappellent celles du magnifique documentaire de Jennifer Baichwal, Paysages manufacturés. Et on se surprend même à rire, notamment dans cette scène jubilatoire où, aux funérailles de son mari, une femme traite les invités d’idiots en récitant des extraits de textes dadaïstes. Manon Dumais


Professeur Balthazar

L'inventeur génial qui réalise les rêves les plus fous

s

Zlatko Grgic

an

à part

ir de 3

Programme de courts métrages Croatie, 2018, 45mn

Tout est imaginable avec le Professeur Balthazar : fabriquer des arcs-en-ciel, conduire un tramway volant ou acheter des nuages… Inventeur génial, il aide en permanence les habitants de Balthazarville à réaliser leurs rêves les plus fous. Le Professeur Balthazar voit le jour en 1967 dans un dessin animé appelé « L’inventeur de chaussures » crée par le célèbre dessinateur croate, Zlatko Grgić. Le succès de ce premier épisode est immédiat et la production d’autres histoires est lancée. La série séduit tout le monde et bien que ces films aient été initiés pour les enfants, ils trouvent également grâce aux yeux des adultes.

jections Le niveau sonore deplus spro tits… pe aux pté ada est e ir d 3 a

à part

Marek Benes Programme de 5 courts métrages /Marionnettes République Tchèque, 2018, 40 min

ns

Pat et Mat déménagent

Pat et Mat ont posé leurs cartons dans une toute nouvelle maison. Les deux inséparables bricoleurs ont des idées à la pelle pour améliorer leur quotidien. Mais leur nouveau terrain de jeux va-t-il résister à leurs expériences farfelues ? L'histoire de Pat et Mat commence en 1976 à la télévision tchèque, sous la forme d'une série animée. Créée par Lubomir Beneš (le père de Marek), la série Pat et Mat compte plus de 90 épisodes réalisés sur plusieurs décennies. Elle connut un important succès public, autant dans son pays d'origine qu'à l'international.  Grace à son studio d'animation Patmat, Marek Beneš prolonge les aventures des personnages créés par son père : il est l'auteur de  Pat et Mat (2014) et  Les Nouvelles aventures de Pat et Mat (2016), deux programmes de courts métrages pour le cinéma. Pat et Mat déménagent ! en est le troisième volet.

à part

s

Steven Spielberg USA, 1982, 2h00

ir de 8

an

E.T. L’extra-terrestre

Version Restaurée Haute Définition

E.T. l'extra-terrestre fait partie de ces films qui ont marqué et continuent de marquer durablement l'esprit des enfants. Rarement la science-fiction et le merveilleux n'auront été si proches au cinéma. Le réalisateur invite le spectateur à vivre aux côtés d'Elliot et d'E.T. une aventure au-delà du réel, à partager leur innocence, et leur amitié qui n'en est que plus bouleversante.


LE GRAND ÉCRAN DES PETITS... s

Croc-Blanc

Alexandre Espigares France, Luxembourg, USA, 2018, 1h25

D’après Croc-Blanc de Jack London

Croc-Blanc est un fier et courageux chien-loup. Après avoir grandi dans les espaces enneigés et hostiles du Grand Nord, il est recueilli par Castor Gris et sa tribu indienne. Mais la méchanceté des hommes oblige Castor-Gris à céder l’animal à un homme cruel et malveillant. Sauvé par un couple juste et bon, CrocBlanc apprendra à maîtriser son instinct sauvage et devenir leur ami. Oscarisé en 2014 pour son court métrage Mr Hublot, le réalisateur luxembourgeois  Alexandre Espigares se lance dans le long-métrage avec un film d'animation adapté du chef d’œuvre de Jack London,  Croc-Blanc. Cette version animée bénéficiera des voix de Virginie Efira, Raphaël Personnaz et Dominique Pinon pour sa sortie en France. C'est le compositeur Bruno Coulais (Les Choristes, Le Peuple Migrateur, Microcosmos...) qui signe la bande-originale du film.

s

Programme de courts métrages d'animation République Tchèque, 1946-1960, 35mn

ir de 5

an

La révolte des jouets

à part

à part

an

ir de 8

La berceuse de Hermina Tyrlova (7mn – 1947) L'aventure de minuit de Bretislav Pojar (13 mn – 1960) La révolte des jouets de Hermina Tyrlova (14mn - 1946)

Dans ce programme, qui réunit 3 chefs-d’œuvre restaurés de l’animation tchèque, les jouets ne sont pas de simples objets inanimés, ils ont le pouvoir de prendre vie ! Ils peuvent ainsi endormir un bébé, affronter l’arrivée menaçante d’un train électrique ou se révolter contre la folie destructrice d’un officier de la Gestapo. Au plus proche de l’esprit de l’enfance, ces fables célèbrent l’imagination, la liberté et la poésie. Le film d’animation est un conte de fées mobile du XXe siècle. Mon objectif est de faire revivre les objets : des jouets, des marionnettes  ou des objets quelconques qui entourent les enfants. Je pense que les enfants ressentent le besoin de beauté, du sentiment et surtout de la joie.  Et c’est ce que j’essaie de leur procurer par l’intermédiaire de mes films.   Hermina Tyrlova C’est en quelque sorte un premier Toy Story, mais encore plus frappant, car ce sont de vrais jouets. Un émerveillement d'enfant. Michel Ocelot Prix des places : 5,50 € Projections 3D + 1€ (lunettes) + de 60 ans : 4,50 € Adhérents, demandeurs d'emploi, étudiants : 4 € enfants (-14 ans) : 3,50 € / Carnets 10 séances : 45 € Abonnement 10 séances : 40 € (sur présentation de la carte) Pass jeune (- 25 ans) 8 films : 28 € / RSA : 3,50 €

Plus d’informations sur les films :

cinemartigues.com

Le cinéma Jean Renoir est financé majoritairement par la Ville de Martigues, par le Conseil Départemental 13, le CNC, la région PACA, la DRAC PACA.

CINÉMA JEAN

RENOIR

rue Jean Renoir Martigues cinéma 09 63 00 37 60 adminis. 04 42 44 32 21

e-mail : administration.renoir@sfr.fr


MARTIGUES

CINEMATHEQUE GNIDZAZ cinemartigues.com

CINE-ARCHIVES MARTIGUES-VILLE D’ART ET D’HISTOIRE MARTIGUES 1974, UN FILM ENQUÊTE DE PAUL CARPITA

© D.R

Paul Carpita, 1974, 1H38, avec le concours des élèves du conservatoire de musique et la Chorale du C.E.S Pablo Picasso. Dans les années 70, sous le mandat de Monsieur Paul Lombard, le cinéaste Paul Carpita ( Le Rendez-vous des quais , Marche et rêve ! Les Homards de l’utopie) enquête sur la ville de Martigues. Le pont autoroutier, la piscine municipale les nouvelles tribunes du stade Francis Turcan sont inaugurés. Le centre de vacances d’Ancelle et l’Hôpital de Martigues sont en pleine construction. Un bond de plus de 40 ans dans le passé afin de découvrir ou revivre les grandes transformations de la commune dans sa vie industrielle, culturelle et sportive. Film issu du fonds Canal Maritima. Copie BETA SP, numérisée.

LES ATELIERS !

POUR LES ENFANTS ! à part

à part

EN PARTENARIAT AVEC LE THÉÂTRE DES SALINS

Mardi 24 Avril

s

s

Mercredi 18 Avril

an

ir de 8

an

ir de 8

ATELIER

14h

LANTERNE MAGIQUE

14h

PARCOURS GEORGES MELIES Visite commentée de l'exposition Le voyage dans la lune, une peinture en mouvement au Théâtre des Salins Suivie d'un atelier sur les effets spéciaux de Georges Méliès à la Cinémathèque.

ENTRÉE LIBRE SUR RÉSERVATION

Inventée au 17ème siècle, la Lanterne magique est le premier objet de projection lumineuse. Après une introduction sur son utilisation, crée une histoire en trois vignettes dessinées sur des plaques de verre.

ENTRÉE LIBRE SUR RÉSERVATION


EXPOSITION

L’ETRANGE CINEMA DE JOE DANTE DU 27 AVRIL AU 9 JUIN 2018

Vendredi 27 Avril INAUGURATION EN PRÉSENCE DE

JOE DANTE 18h

GRANDE FIGURE DU CINÉMA DE SCIENCE-FICTION

ET PÈRE DES GREMLINS.

En partenariat avec la ville de Martigues, le Festival du Film de science-fiction, la Cinémathèque française et la Cinémathèque Régionale de Bourgogne Jean Douchet

A l'occasion du Martigues SF Film Fest’, la Cinémathèque Gnidzaz propose de célébrer l'oeuvre du cinéaste Joe Dante. Au travers d'une centaine de documents, l'exposition donne à découvrir un cinéma d'un nouveau genre, drôle, sombre et subversif. Critique, monteur, scénariste et réalisateur, la carrière de Joe Dante est, de toute évidence, caractérisée par sa passion cinéphilique, ses relations avec les influents Roger Corman et Steven Spielberg et son goût pour la contre-culture. Ce qui fait de Joe Dante un cinéaste à part.

Vendredi 27 Avril

EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR

RÉGIS DUBOIS 19h

RÉGIS DUBOIS EST DOCTEUR EN CINÉMA, AUTEUR, JOURNALISTE, RÉALISATEUR ET ENSEIGNANT EN BTS & BACHELOR AUDIOVISUEL.

Il a écrit pour CinémAction, Africultures, Le Monde Diplomatique, Télérama, Brazil, Tausend Augen, CQFD… et publié de nombreux ouvrages ...

VIOLENCE, SEXE, DROGUE & ROCK’N’ROLL : UN VOYAGE AVEC JOE DANTE À TRAVERS LE CINÉMA D’EXPLOITATION

Régis DUBOIS, 2013, 50'. Depuis quelques années, à la suite notamment du succès de Quentin Tarantino qui ne cesse de leur rendre hommage, les films d'exploitation reviennent sur le devant de la scène. Mais de quoi s’agit-il au juste ? Essentiellement de productions fauchées dont l’argument principal repose sur les interdits et tabous de la société américaine comme la violence, le sexe, la drogue, les monstres, le gore… Un genre qui vit son âge d’or durant les décennies 1950-1970 et que connait particulièrement bien Joe Dante, le réalisateur de Piranhas et de Gremlins, qui nous convie ici à un voyage étonnant à travers cette cinématographie longtemps décriée. AVRIL 2018 MARTIGUES 1974, UN FILM ENQUÊTE DE PAUL CARPITA PARCOURS GEORGES MELIES AVRIL 2018 INAUGURATION EXPOSITION L’ÉTRANGE CINÉMA DE JOE DANTE VIOLENCE, SEXE, DROGUE & ROCK’N’ ROLL : UN VOYAGE AVEC JOE DANTE À TRAVERS LE CINÉMA D’EXPLOITATION ATELIER LANTERNE MAGIQUE MAI 2018 MARTIGUES 1974, UN FILM ENQUÊTE DE PAUL CARPITA VIOLENCE, SEXE, DROGUE & ROCK’N’ ROLL : UN VOYAGE AVEC JOE DANTE À TRAVERS LE CINÉMA D’EXPLOITATION MAI 2018 MARTIGUES 1974, UN FILM ENQUÊTE DE PAUL CARPITA VIOLENCE, SEXE, DROGUE & ROCK’N’ ROLL : UN VOYAGE AVEC JOE DANTE À TRAVERS LE CINÉMA D’EXPLOITATION MAI 2018 VIOLENCE, SEXE, DROGUE & ROCK’N’ ROLL : UN VOYAGE AVEC JOE DANTE À TRAVERS LE CINÉMA D’EXPLOITATION

MAR. 17 MERC. 18 JEUD. 19 VEND. 20

15h

14h

MAR. 24 MERC. 25 JEUD. 26 VEND. 27

SAM. 21

16h SAM. 28

18h 19h

15h

14h MAR. 01

MERC. 02 JEUD. 03 VEND. 04 SAM. 05

15h

16h

VEND. 11

SAM. 12

férié

fermée

16h

JEUD. 17

VEND. 18

SAM. 19

férié

15h MAR. 08 MERC. 09 JEUD. 10

férié

15h MAR. 15

MERC. 16

L’ESPACE MUSEAL

présente un parcours depuis le pré-cinéma jusqu’à nos jours. La Cinémathèque est un lieu de conservation, de diffusion et d’éducation à l’image. ENTREE LIBRE MARDI, JEUDI, VENDREDI : 14H/18H MERCREDI & SAMEDI : 10H/12H 14H/18H 4 rue du Colonel Denfert - Martigues O4 42 10 91 30 espacinema@gmail.com

15h

TOUTES NOS SÉANCES SONT PUBLIQUES, GRATUITES ET NON-COMMERCIALES.


PROGRAMME DU 18 AVRIL AU 22 MAI 2018

Tous les films non francophones, sont diffusés en Version Originale sous-titrée. MERC. 18

MERCREDI 18 AU MARDI 24 AVRIL MADAME HYDE READY PLAYER ONE THE RIDER VENT DU NORD PAT ET MAT DÉMÉNAGENT PROFESSEUR BALTHAZAR

MERCREDI 25 AVRIL AU MARDI 01 MAI

JEU. 19

VEND. 20

19h00 20h30

16h30 20h45 19h00 14h30 15h30

20h45

MERC. 25

JEU. 26

20h30 MARTIGUES SF FILM FEST' AVANT - PREMIÈRE : LA PARTICULE HUMAINE MELANCHOLIA UNDER THE SKIN

VEND. 27

15h00 21h00 18h50 17h15

THE RIDER

20h30 16h30 18h30

16h30 19h00 20h45

PAT ET MAT DÉMÉNAGENT

15h30

15h30

READY PLAYER ONE

MERCREDI 02 AU MARDI 08 MAI

KINGS CROC-BLANC

MERCREDI 09 AU MARDI 15 MAI

MERC. 02

18h30 16h30/VF 20h30 15h00 MERC. 09

L'ILE AUX CHIENS20h3016h15/VF 20h30 PLACE PUBLIQUE LA ROUTE SAUVAGE 18h15 CROC-BLANC 14h30

MERCREDI 16 AU MARDI 22 MAI CINÉ-MUSÉE : RENOIR CINÉ-CULTE : ANNA KARINA : VIVRE ENSEMBLE CORNÉLIUS, LE MEUNIER HURLANT COMME DES ROIS TRANSIT MANIFESTO LA RÉVOLTE DES JOUETS

Vacances Scolaires + férié

MERC. 16

JEU. 03

15h45 14h45

17h30 19h30 15h30 16h30

SAM. 28

DIM. 29

21h00 17h10 19h00 15h00/VF

VEND. 04

20h30 18h30/VO 16h45 15h00

JEU.10 10 JEU.

VEND. 11

18h30/VO 16h45 20h30 15h00

17h00/VF 19h00 20h50

JEU. 17

Evénements

19h00 20h45

MAR. 24

18h15 20h00

20h30 16h00 18h30

16h30 15h30 14h30 LUN. 30

20h00 10h30 14h45/VF 17h00

14h30/VF

VEND. 18

17h00

Jeune Public

MAR. 01

* * * * * * * * *

14h45/VF

14h30/VF

SAM. 05

DIM. 06

LUN. 07

MAR. 08

17h00/VF 20h30 19h00 15h30 SAM. 12

20h00 16h45/VO 18h30 15h00 DIM. 13

19h00 20h45

LUN. 14

19h00/VO 18h45/VO 21h00 16h45/18h30 20h45 20h10 16h45 15h00 15h00 SAM. 19

DIM. 20

LUN. 21

15h45 20h30 19h00

15h00

15h00/VF

17h00 20h30 17h00 15h30 19h00 20h45 14h45

LUN. 23

* * *

20h3020h30 15h00/VF 17h00 18h40

11 DIM. 22

16h45 19h15 20h45

E.T. L'EXTRA-TERRESTRE

CINÉ-LUTTES : L'AMOUR ET LA RÉVOLUTION LA MORT DE STALINE L'ILE AUX CHIENS KATIE SAYS GOODBYE

16h45 18h30 21h00

20h30

BLADE RUNNER E.T. L'EXTRA-TERRESTRE SOLEIL VERT MADEMOISELLE PARADIS

20h45 18h45 17h00

SAM. 10 21

15h45 17h30 20h45 19h00 15h00

16h45 10h30/18h30 20h00

19h15 17h45 21h00

16h00

15h00

16h30 18h30/VO 20h30 15h00 MAR. 15

20h45 18h30

MAR. 22

20h00

18h15

Cinema Renoir Martigues Programme avril mai 2018  

Cinéma Jean Renoir Evénements, Films, Jeune Public... Site: cinemartigues.com

Cinema Renoir Martigues Programme avril mai 2018  

Cinéma Jean Renoir Evénements, Films, Jeune Public... Site: cinemartigues.com

Advertisement