Page 1

LA

apéro concert Laura Campello

Musique du monde 18h30 · cour de la Cinémathèque

PELíCULA

Temps fort Cérémonie de clôture

Remise des prix de la compétition long-métrage de fiction 19h00 · Cinéma Gaumont Wilson

28 mars

9 www.cinelatino.com.fr

Le quotidien de Cinélatino • Les 27es Rencontres de Toulouse

samedi 28 mars 2015

séance spéciale

rencontre

ÉvÉnements

Le bouton de nacre de Patricio Guzmán, en sa présence

Rencontre avec Ignacio Ramonet autour de son livre Hugo Chávez, Ma première vie

Projection avec Tropik'Club : Nous irons voir Pelé sans payer

19h00 · Cinéma Gaumont Wilson Tarif unique : 5 euros

18h30 · Espace des diversités

Avec le CEDIS : La estrategia del caracol

12h30 · Librairie Ombres blanches

14h · Espace des diversités

O Duplo

Juliana Rojas, repérage du fantastique dans le quotidien

Programme de courts-métrages Juliana Rojas & Marco Dutra · brésil · 1h20 Compétition fiction, en présence de la réalisatrice 14h30 · Cinémathèque

Juliana Rojas et Marco Dutra ont étudié à l’École de Cinéma de l’Université de São Paulo où ils se sont rencontrés. Depuis, ils réalisent ensemble la majorité de leurs films. Ils ont reçu une renommée internationale dès la présentation de leurs premiers courts-métrages sélectionnés par les principaux festivals où ils ont été primés : O lençol branco à la Cinéfondation à Cannes en 2005, Um Ramo à La Semaine de la Critique en 2007, Travailler fatigue (Trabalhar cansa) leur premier long-métrage, toujours à Cannes dans la section Un Certain Regard en 2011, O Duplo en 2012 à La

Semaine de la Critique. À la différence d’autres notables coréalisateurs (Dardenne, Coen, Elkabetz, etc.) leur complicité ne repose pas sur une filiation familiale, mais davantage sur une vision audacieuse de réinventer le cinéma de genre là où on ne l’attend pas. Dans leurs films, Juliana Rojas et Marco Dutra utilisent par exemple le suspense, le fantastique, l’horreur dans une histoire où les personnages évoluent pourtant dans un contexte au fort réalisme social. Moins que le genre en lui-même, c’est la confrontation qui en résulte qui les intéresse, afin de témoigner au mieux de la psychologie de leurs personnages. Ceci les conduit à faire se rencontrer David Cronenberg, Alfred Hitchcock et les frères Dardenne en un même film, dans une mise en scène qui n’appartient qu’à eux. Une indépendance d’esprit dotée d’un regard acéré sur la société contemporaine. C.L.

Cinéma en construction La plateforme professionnelle est un dispositif constitué de Cinéma en Construction et Cinéma en Développement, tous deux dédiés à la mise en relation de films en devenir avec des réseaux de professionnels européens et latino-américains. Cinéma en Construction établit un partenariat avec deux structures : Europa Distribution, qui est une organisation européenne regroupant cent quarante distributeurs indépendants en Europe et CICAE, fédération internationale des salles classées art et essai. Des films encore en chantier sont proposés à un jury constitué de professionnels du cinéma. Pedro Barbadillo, qui est un ingénieur du son, producteur, réalisateur,

cofondateur et membre de l’association CineCiutat à Palma de Mallorque. Il fait partie, cette année, du jury CICAE. Cette association a été fondée en 2013 suite à une mobilisation citoyenne et fonctionne grâce à ses adhérents sociétaires, de manière démocratique et horizontale. " CineCiutat est un cinéma citoyen, autogéré, qui vient en aide au cinéma indépendant sous différentes formes : tout d’abord pour le programmer et le montrer dans quatre salles mais aussi pour faire connaître les auteurs et les producteurs, en organisant des présentations et des débats avec les protagonistes ", déclare Pedro Barbadillo dans un entretien du 21 mars 2015. Il ajoute que " le cinéma latino-américain occupe une place importante dans la programmation ;

L’eau mémoire Le bouton de nacre

Patricio Guzmán · France, Chili, Espagne 2015 · 1h22 Compétition fiction, en présence du réalisateur 19h00 · Cinéma Gaumont Wilson

Clôturer le 27e festival avec le dernier film de Patricio Guzmán est un grand honneur et un grand bonheur. Depuis Nostalgie de la lumière, le réalisateur chilien évolue dans un nouvel espace assez difficile à définir, qui tient à la fois de l’essai cinématographique, du documentaire scénarisé et du poème. Très engagé à maintenir vivante la mémoire de l’Histoire récente du Chili, il avait pris la voie du récit directement en prise avec la réalité (La bataille du Chili, 1975-1979), filmant le pays au moment du coup d’État de Pinochet. Ses films suivants ont été des investigations pour construire des portraits et continuer à dénoncer la dictature (Le cas Pinochet, en outre nous avons des master class avec des auteurs comme le chilien Patricio Gúzman, le cubain Rolando Almirante ". De nombreux films programmés à Cinélatino ont pu bénéficier du dispositif lors des années antérieures. Ils sont indiqués par le sigle CC dans le programme ; ainsi des œuvres ont pu voir le jour et être projetées aujourd’hui sur nos écrans. M.F.G.

Vous pourrez peut-être voir l'année prochaine les films en compétition Cinéma en Construction de cette année : • A cidade onde envelheço de Marília Rocha, Brésil-Portugal • Desde allá de Lorenzo Vigas, Venezuela • Eva no duerme de Pablo Agüero, Argentine-France-Espagne • Los nadie de Juan Sebatián Mesa Bedoya, Colombie • Maquinaria panamericana de Joaquín del Paso, Mexique • Vida sexual de las plantas de Sebastián Brahm, Chili

La mémoire obstinée, Salvador Allende). Depuis quelques années, les films documentaires de Patricio Guzmán sont investis par le champ de l’imaginaire. De cette démarche sont nés Nostalgie de la lumière et aujourd’hui Le bouton de nacre. Obstinément, et par un combat personnel revendiqué, il établit une articulation entre la mémoire collective et les histoires individuelles et familiales, de la mémoire privée à la mémoire publique voire historique. Il révèle les signes des relations – et les contradictions - entre futur et passé. Le film connecte ainsi le cosmos, la culture ancestrale des Selknams et le fond de l’Océan pacifique dans un dialogue poétique sur l’Histoire, la mort et la mémoire. M.F.G., P.O., A.A. Ce film a reçu l'Ours d’argent du Meilleur scenario à la Berlinale 2015

Tous les jours à l’entrée de la Cinémathèque les médiateurs de l’accueil public sont heureux de vous informer, vous conseiller et échanger avec vous.

Ils vous attendent ! 06 01 18 04 67

Retrouvez-nous sur le site !

www.cinelatino.com.fr


à propos de ChÁvez

Distribution des prix Le festival en images

Hugo Chávez, Ma première vie. Conversations avec Ignacio Ramonet de Ignacio Ramonet aux éditions Galilée, Paris, Mars 2015

Projection au cinéma ABC

Samedi 28 mars, à 17h00 à l’Espace des Diversités et de la Laïcité, le journaliste et ancien directeur du Monde Diplomatique Ignacio Ramonet viendra évoquer le livre Conversations avec Hugo Chavez (éditions Galilée), qu'il a consacré au leader vénézuelien, mort en 2013. Fruit de très nombreuses heures d'entretien, l'ouvrage revient principalement sur la vie du jeune et futur président, cherchant à comprendre comment s'est forgée la personnalité d'un des dirigeants politiques les plus influents du XIXe siècle. Figure charismatique et paradoxale, militaire converti tardivement au socialisme, Chávez est dépeint par Ramonet sous les traits d'un autodidacte et d'un esprit curieux, à la croisée de diverses sources intellectuelles (Marx et Nietzsche, la théorie militaire et la Révolution chrétienne). Possédé par l'idée de " libérer " son pays, Chávez laisse, selon l'auteur, une société vénézuelienne plus juste, éduquée et prospère. Ce portrait " amoureux " aidera peut-être à comprendre un peu mieux l'action d'une personnalité diversement appréciée en France, mais dont plusieurs mouvements politiques européens revendiquent, aujourd'hui, l'influence. On peut aussi se prendre à rêver de ce que le cinéma latino-américain pourrait faire d'un tel personnage bigger than life, à moins qu'Hollywood ne s'en occupe avant, à sa manière. L.D.R.

Rencontre proposée par Cinélatino en partenariat avec la librairie Ombres Blanches et les Amis du Monde Diplomatiques

saviez-vous que…

REVUE

… les dix courts-métrages en compétition sélectionnés cette année pour la 27e édition de Cinélatino concourent pour trois prix différents ? - Le prix COURTOUJOURS est décerné par un jury de cinq étudiants (Elise Aranguren, Teona Betlemidze, Flavie Cannelle, Simon Pillais, Claire Bourdin) réuni par le CROUS. Le film primé sera sous-titré sur DVD et diffusé dans les campus et lieux de vie étudiants. - Le prix SIGNIS (association catholique mondiale

pour la communication) du court-métrage est décerné par un jury de trois personnes (Elodie Buzuel, Louis-Marie Soler, Carlos Minondo Veron). - Le prix RÉVÉLATION est décerné par un jury de trois professionnels du cinéma et permettra au film lauréat d'être proposé aux exploitants du réseau ACREAMP (Association des Cinémas d'Art et d'Essai en Aquitaine, Limousin et Midi-Pyrénées) pour une diffusion lors de la 28e édition de Cinélatino en mars 2016. Rendez-vous le vendredi 27 mars à 19h à l’ABC pour la remise des prix de la compétition courtmétrage !

CINÉMAS D’AMÉRIQUE LATINE

Entrevues, analyses filmiques: focus sur les femmes des cinémas d’Amérique latine. Une publication de l’ARCALT et des PUM. Vente : à l’accueil public et toute l’année à Ombres Blanches et Terra Nova.

Rencontre avec le comité de 15€ rédaction : Vendredi 27 mars • 12h30 • librairie Ombres Blanches

Vous avez peut-être reçu, à l’entrée d’une salle, un coupon vous demandant ce que vous pensiez du film que vous veniez de voir. Vous avez ainsi participé au Prix du Public - La Dépêche du Midi, qui soutiendra une œuvre de fiction lors de sa sortie en salles à Toulouse. Mais il y a bien d’autres jurys. Les élèves d’une classe du lycée agricole de Saint-Gaudens, qui se sont réunis pour débattre pendant plusieurs matinées et choisir un documentaire, des médiathécaires, un groupe d’électriciensgaziers et un autre de cheminots, des journalistes, des critiques de cinéma, des membres de l’association catholique mondiale pour la communication (SIGNIS), des étudiants réunis par le CROUS, des exploitants de salles, … autant de sensibilités, autant de conceptions du cinéma pour se passionner, défendre son point de vue et sélectionner LE film. Et cette année, un nouveau prix a fait son apparition, il s’agit du prix Révélation pour le courtmétrage qui permettra au film lauréat d’être diffusé dans le réseau de salles de l’ACREAMP. Vous trouverez tout le palmarès dans La Película de demain, disponible dès samedi soir à l’accueil Cinélatino et dans les salles. Pour clore en beauté le festival, plusieurs séances dominicales vous permettront de découvrir les films primés : à 16h à l’ABC le lauréat du prix du documentaire des Médiathèques de Midi-Pyrénées ; à 18h, à la Cinémathèque, le film Grand Prix Coup de Coeur ; à 20h, à l’ABC, le gagnant du prix du public. La remise des prix des compétitions documentaire et court-métrage aura lieu le vendredi 27 mars à l’ABC à 19h et sera suivie de la projection du documentaire On est vivants de Carmen Castillo. Quant à la remise des prix de la compétition long-métrage de fiction, elle se tiendra le samedi 28 mars au Gaumont Wilson à 19h. La cérémonie sera suivie de la projection du Bouton de nacre de Patricio Guzmán qui clôturera cette 27e édition. M.F.G. et A.A.

¡ que viva la mÚsica !

Atelier avec les enfants

Cinéma en Construction

Soirée au Abattoirs

Repas à la Cantina des bénévoles

Forro Pifado, apéro-concert

Paroles de réalisateurs

laura campello

Apéro-concert · 18h30 · Cour de la Cinémathèque

Laura Campello est une compositrice et interprète venue du sud de l’Espagne. Passionnée de musiques du monde, chante accompagnée de Malex Diaz à la guitare et au cajon flamenco. Émotion.

Au cinéma, pour installer une situation dramatique, ce n'est pas la peine de parler, il y a les regards, les réactions, des dialogues qui n'ont rien à voir : le soustexte. Jairo Boisier, réalisateur de Fabiola

Retrouvez Cinélatino

LA

PELíCULA

sur mediapart Cinémas d’Amérique latine... et plus encore

Coordination : Marie-Françoise Govin Rédacteurs : Anaïs Armanville, Adeline Bourdillat, Loïc Diaz-Ronda, Alessandra Doronzo, Marie-Françoise Govin, Cédric Lépine, Paula Oróstica Conception graphique : Barbara Govin Mise en page : Barbara Govin et Sandra Nguyen Crédits photo : Piernick Pavaldech

Un aperçu au long cours des vies des cinémas d’Amérique latine. Un vaste champ qui englobe les territoires, les sociétés, les luttes et les cultures dans lesquels ces cinémas se développent.

http://blogs.mediapart.fr/edition/ cinemas-damerique-latine-et-plus-encore

Directeur de publication : Francis Saint-Dizier Coordination générale : Muriel Justis

mediapart.fr

Imprimé et plié par nos soins ! Ne pas jeter sur la voie publique

Profile for Arcalt Association

La pelicula 9 web  

La pelicula 9 web  

Advertisement