Page 1

Le quotidien de Cinélatino • Les 26es Rencontres de Toulouse

APÉRO-CONCERT 18h30 · Cinémathèque

PELíCULA

TEMPS FORT RENCONTRES avec

Juan « Tata » Cedrón, Fondateur et musicien du Cuarteto Cedrón 17h30 · librairie Ombres Blanches

26 MARS

21h · Espace des diversités et de la laïcité

MERCREDI 26 MARS 2014

RENCONTRES

• Avec le comité de rédaction de la Revue Cinémas d’Amérique latine 12h30 · librairie Ombres Blanches

• Avec Philippe Grenier, à l’occasion de la sortie de son livre Histoires du bout du monde

SÉANCE SPÉCIALE

CHANGEMENTS

• Ouverture de Cinéma en Construction avec la projection de L’été des poissons volants en présence de la réalisatrice Marcela Said 20h · cinéma ABC

19h · librairie Terra Nova

22h · cinéma Gaumont Wilson

José est un père aimant, qui travaille dur pour subvenir aux besoins des siens. Mais tout bascule lorsque son fils est soudainement attaqué. Après un procès bâclé, son agresseur sort de prison bien rapidement et la famille se trouve désarmée face au harcèlement de l’homme, toujours plus inquiétant et agressif. S’inspirant d’un fait divers, Alejandro Fernández Almendras dépeint ici un Chili aux violences urbaines quotidiennes, où la délinquance est un paysage commun. Le film témoigne aussi de la difficulté des classes moyennes à faire valoir leurs droits, face à une police chilienne paralysée par la lenteur administrative.

Le laxisme des agents est criant et la famille se retrouve bien seule. Peu à peu, la peur s’installe face à cette impunité généralisée. Le réalisateur questionne donc les recours possibles pour cette famille banale. Dans ce contexte, se faire justice soi-même peut-il être une option envisageable ? Doté d’un sens du suspense indéniable, le film interroge ainsi avec talent le sentiment de culpabilité d’un homme ordinaire, auquel le spectateur pourra facilement s’identifier. L.B. Matar a un hombre est le troisième longmétrage du réalisateur, après Huacho et Sentados frente al fuego. Il a remporté le grand prix du jury dans la section drame du festival américain Sundance en janvier dernier. Sur le blog, découvrez un article sur l’œuvre du réalisateur.

• Le programme Courts-Métrages : Panorama Fiction est entièrement sous-titré en français. Durée : 1h31 • Projection de Matar a un hombre : Séance reculée à 22h au lieu de 21h45 au Gaumont Wilson

QUI JOUE AU LOUP ?

MEURTRE ORDINAIRE ALEJANDRO FERNÁNDEZ ALMENDRAS· CHILI, FRANCE 2014· 1h22 Compétition fiction

www.cinelatino.com.fr

LA

UNCLE JOE

Calypso-Mento

MATAR A UN HOMBRE

6

O LOBO ATRÁS DA PORTA

FERNANDO COIMBRA ·  BRÉSIL 2013 ·  1h40 Compétition fiction, en présence du réalisateur 20h05 · Cinémathèque

Lorsque Sylvia arrive à la sortie de l’école, elle découvre avec horreur que sa fille de 6 ans a été confiée à une inconnue. Craignant un kidnapping, elle alerte la police. Face à l’inspecteur, Bernardo, l’époux de Sylvia, accuse une femme susceptible d’avoir enlevé sa fille : il s’agit de sa maîtresse. Le film commence sur les chapeaux de roue, animé d’une énergie fiévreuse : on est bien dans un thriller où la tension évolue au fil des révélations. Durant l’interrogatoire au poste de police, chacun donne sa version des faits, parfois contradictoires. Même s’il est question de passion et d’amour, les portraits des personnages ne sont guère tendres.

C’est que la manipulation entre les uns et les autres n’a plus de limite lorsque la passion devient destructrice. Le titre du film rappelle que les contes pour enfants sont bien cruels et que l’effroyable loup, pour se saisir du malheureux Chaperon Rouge, peut prendre les apparences les moins attendues. Il résulte de ce film un impitoyable constat social où les relations entre les êtres sont gangrenées par le machisme. Nul ne ressortira indemne et le spectateur lui-même ne pourra rester insensible à cette histoire. C.L.

Pour mettre en images cette histoire, le réalisateur a fait appel à Lula Carvalho, chef opérateur brésilien réputé des films de José Padilha, de Tropa de elite, au récent RoboCop.

AUTRES FILMS EN COMPÉTITION PROJETÉS LE 26 MARS : • EL GRILL DE CÉSAR DARÍO AGUIRRE ÉQUATEUR, SUISSE, ALLEMAGNE 2013 1h28

14h · cinéma ABC

• EL CERRAJERO NATALIA SMIRNOFF ARGENTINE 2014 1h17

PAPA, QUI T’ES ? DURAZNO

YASHIRA JORDÁN·  BOLIVIE, ARGENTINE 2012 ·  1h25 Compétition documentaire, en présence de la réalisatrice et des productrices 18h05 · cinéma ABC

Non, ce n’est pas une réécriture de la chanson de Stromae, mais c’est la question que se pose un jeune homme qui a peur de trouver la solution. Si peur qu’il a besoin d’un double. Lequel double entre si bien dans son rôle qu’il finit par hériter de la détresse de son modèle. Dans un jeu de miroirs extrêmement complexe, la sensibilité des deux jeunes gens donne au film une dimension d’analyse très profonde de ce qui préoccupe l’arpenteur. Emportant le spectateur dans leur roadmovie improbable à travers les contrées

septentrionales de l’Argentine, les deux personnages partent à la recherche d’un père qui joue l’Arlésienne : au détour d’un témoignage plus détaillé, d’un lieu parcouru, celui-ci prend un certain relief ; puis de nouveau, il s’évanouit. Comme dans un théâtre d’ombres qui reconstitue le temps perdu ou comme dans une légende, on ne sait jamais vraiment dans quel degré de témoignage ou de fiction se situent les traces de cet homme mythique qu’est le père qu’on n’a pas connu. Servi par une belle photo qui montre ces jeunes hommes dans leurs fragilités, sensibles et entreprenants, allant au bout des choses, ce documentaire propose une réflexion dense sur l’identité personnelle ainsi que sur l’âpreté ou le confort de la vie. O.B.

14h · cinéma Gaumont Wilson

• SAUDADE JUAN CARLOS DONOSO GÓMEZ ÉQUATEUR, ARGENTINE, CANADA, 2013 1h36

16h · cinéma ABC

• COURTS-MÉTRAGES : COMPÉTITION 2 durée : 1h17

22h15 · Cinémathèque

Tous les jours à l’entrée de la Cinémathèque les Médiateurs de

l’accueil public sont heureux de vous

informer, vous conseiller et échanger avec vous.

ILS VOUS ATTENDENT ! 06 29 59 02 85

RETROUVEZ-NOUS SUR LE BLOG DU FESTIVAL www.arcalt.fr/blog


TROIS ARTISTES CEDRÓN

DU PROJET À L’ÉCRAN

Atelier jeune public

AGNUS DEI

LUCÍA CEDRÓN ·  ARGENTINE, FRANCE 2008 · 1h28 MUESTRA Femmes de cinéma, en présence de Juan “Tata” Cedrón 21h · Espace des Diversités et de la Laïcité

Trois artistes de la famille Cedrón nous font découvrir des facettes de l’Argentine au XXe siècle par le cinéma, la bande dessinée et la musique. L’un d’eux, le musicien Juan “ Tata ” Cedrón présente le mercredi 26 mars à Ombres Blanches le livre La racine de l’ombú : une bande dessinée (récit de Julio Cortazar et illustrations d’Alberto Cedrón). Il présente également Agnus dei réalisé par sa nièce, Lucía Cedrón. Pour son premier long métrage, Lucía Cedrón touche juste. Agnus Dei témoigne d’une fascinante maturité en sortant des codes du récit historique classique et proposant au fil du film une réflexion sincère et universelle sur le dialogue possible entre générations. Le film séduit par l’intelligence de son propos et la grande liberté de multiples lectures offerte à chaque spectateur, même s’il connait peu l’Histoire argentine. Cet équilibre entre grande Histoire et drame familial intimiste est d’un bout à l’autre du film conservé, grâce à un savant sens de la narration qui sait surprendre sans pour autant reposer sur des effets scénaristiques de surprise. Sur le thème douloureux de la dictature, la cinéaste fait la gageure d’éviter un manichéisme simplificateur pour oser faire les premiers pas vers la réconciliation. C.L.

PLATEFORME PROFESSIONNELLE

Un jour, un-e cinéaste a une idée : un rêve, une envie, un propos. De nombreux acteurs de l’ombre agissent alors pour qu’existe l’œuvre. L’ARCALT contribue à la réalisation et à la distribution des films en offrant aux cinéastes et producteurs latino-américains un espace de rencontres avec des professionnels européens grâce à trois dispositifs : Cinéma en Développement pour des films présentés à l’état de scénarios ; Cinéma en Construction pour la post-production des films ; EDEN pour la distribution européenne. Cette année, est programmé Oaxaca la voie des sansvoix, produit par la société toulousaine “ Les Films Figures Libres ”. La productrice est présente à Toulouse pour soutenir ses films mais aussi pour rencontrer de nouveaux réalisateurs d’Amérique latine pour assurer la coproduction des projets. “ Eaux Vives Productions ” est une société qui participe à la post-production de films latino-américains : partenaire de Cinélatino depuis plusieurs années, elle est présente cette année dans le jury qui sélectionnera les films à soutenir. Cette année le festival programme vingt-quatre films qui ont bénéficié de Cinéma en Construction, repérés dans le catalogue par le logo . Du projet à l’écran, de nouveaux films en perspective. M.F.G. Retrouvez l’intégralité de l’article sur le blog.

Radio Buena Onda (Radio Campus)

Apéro-concert Kasi’tres

REVUE DE PRESSE « BLAGNAC.

REX : JUAN CARLOS, UN RÉALISATEUR PARAGUAYEN HEUREUX

PALABRAS

Dans le cadre du festival Cinelatino, le Rex a reçu Juan Carlos Maneglia, réalisateur paraguayen, une rareté car dans l’histoire de ce petit pays d’Amérique du Sud, la production totale se monte à… 25 films ! […] “ J’ai fait ce film avec Tana Schembori pour le public paraguayen. Nous avons tourné dans le marché bondé avec un appareil photo numérique. ” […] Et le film a connu un énorme succès au Paraguay, totalisant 350 000 entrées. Le record était détenu par Titanic avec 150 000 entrées et la fréquentation moyenne

« Lo que no entiendo es esto de “ recuperar las tierras ”, hablan de la “ deuda historica ” ; qué deuda historica? Si nunca han sido dueños de nada. »

« Ce que je ne comprends pas c’est cela de “ récupérer leurs terres ”, ils parlent de “ la dette historique ”; quelle dette historique? S’ils n’ont jamais rien possédé. »

BAPTISTE.

MADEUF@ GMAIL .COM

REVUE

Dans le film L’été des poissons volants de Marcela Said

CINÉMAS D’AMÉRIQUE LATINE

Entrevues, analyses filmiques: focus sur les femmes des cinémas d’Amérique latine. Une publication de l’ARCALT et des PUM. Vente : à l’accueil public et toute l’année à Ombres Blanches et Terra Nova.

Rencontre avec le comité de 15€ rédaction : Mercredi 26 • 12h30 • Café Ombres Blanches Jeudi 27 • 12h45 • Maison de la Recherche de l’UTM

pour un film est de 20 000 ! Dans la foulée il a remporté le prix au festival de San Sebastián. “ C’est un petit miracle qu’il soit parti à l’étranger, confie Juan Carlos. San Sebastián nous a amené des fonds pour la postproduction et il a participé à plus de 100 festivals. ” » Article de P.C. LADEPECHE.FR - 25 mars 2014

Rencontre avec les réalisateurs des documentaires en compétition Directeur de publication : Francis Saint-Dizier Coordination générale : Muriel Justis Coordination : Marie-Françoise Govin et Anaïs Armanville Assistants de rédaction : Anaïs Armanville, Marie-Françoise Govin et Cédric Lépine Conception graphique : Martina Santuari et Barbara Govin Rédacteurs : Odile Bouchet, Lola Boudreaux, Marie-Françoise Govin, Cédric Lépine Mise en page : Baptiste Madeuf Photographies : Pierre-Nicolas Despoisse-Chagot, Evelin Flores, Beatriz Matias Galan

LA

RADIO BUENA ONDA

PELíCULA

Jusqu’au 28 mars, retrouvez un studio radio en public et en direct du festival dans le hall de la Cinémathèque. ›› Mercredi 26 mars : RADIO FMR (89.1 FM) 17h-19h

SAVIEZ-VOUS QUE… ? Saviez-vous que le rôle initial des festivals de cinéma, qui est de montrer aux publics des films, s’élargit aujourd’hui ? Ces manifestations tiennent parfois une place importante dans le domaine de la production et deviennent ainsi des soutiens importants à la création cinématographique. La mise en place de nouveaux dispositifs, comme

Cinéma en Construction (depuis 2002) à Cinélatino par exemple, favorise alors l’éclosion de films dits fragiles. Ces initiatives tendent à promouvoir une certaine diversité et richesse cinématographique. Pour en savoir plus, voir la revue Cinémas d’Amérique Latine n°20 (2012)

Retrouvez Cinélatino sur

mediapart

Cinémas d’Amérique latine... et plus encore Un aperçu au long cours des vies des cinémas d’Amérique latine. Un vaste champ qui englobe les territoires, les sociétés, les luttes et les cultures dans lesquels ces cinémas se développent.

http://blogs.mediapart.fr/edition/ cinemas-damerique-latine-et-plus-encore

mediapart.fr

Imprimé et plié par nos soins ! Ne pas jeter sur la voie publique

La pelicula 6 _ 2014  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you