Issuu on Google+

PROGRAMME N9

10 oct / 23 oct www.cine32.com 05 62 60 61 04

Du 17 au 23 octobre 2012

Reprise de la programmation habituelle à partir du mercredi 17 octobre

Les 48 films du FESTIVAL, en AVANT PREMIERE ci-dessous et pages 2, 3 et 6 KIRIKOU et les

hommes et les femmes

De Michel Ocelot. France/2012/1h28.

Voici les nouvelles aventures du plus petit et vaillant des héros accompagné de sa mère, des voisines, du vieux grincheux et de la sorcière Karaba. Dans ce troisième volet, composé de 4 histoires, l’astuce et la générosité seront confrontées aux problèmes quotidiens du village, à la vieillesse, au racisme. Le courage et la franchise triompheront bien vite.

LA PIROGUE De Moussa Toure. France, Sénégal/2012/1h27. Avec Souleymane Seye Ndiaye, Laïty Fall, Malamine Drame...

FOXFIRE de Laurent Cantet en sa

L’HOMME QUI RIT

Après sa Palme d’Or pour Entre les murs, Laurent Cantet a tourné cette adaptation du roman de Joyce Carol Oates Confession of a Girls Gang. Dans une ville américaine des années 50, des lycéennes de milieux populaires s’organisent pour résister aux agressions machistes qu’elles subissent. Une chronique précise, sensible et objective du parcours de jeunes filles en révolte.

Jean-Pierre Améris adapte le chef d’œuvre de Victor Hugo et aborde avec succès la reconstitution historique. Gwynplaine, un enfant enlevé à sa famille et défiguré par une cicatrice qui lui donne en permanence une sorte de rire, est recueilli dans la roulotte d’un forain haut en couleurs, Ursus (Gérard Depardieu), en même temps que Déa, une fillette aveugle.

RENDEZ VOUS A KIRUNA d’Anna Novion en sa présence et celle de Jean-Pierre Darroussin

LA MAISON TU HONORERAS TA SYNGUE SABOUR, DANS De François Ozon. France/2012/1h45. MERE ET TA MERE PIERRE DE PATIENCE De François Ozon. France/2012. Avec Fabrice

Ernest, un architecte renommé, ne vit que pour son travail. Un jour, il reçoit un appel de la police suédoise qui le décide à partir à Kiruna, en Laponie. Il doit y reconnaître le corps d’un parfait étranger, son fils qu’il n’a jamais connu ni désiré… Un beau road movie romanesque avec un prodigieux Jean-Pierre Darroussin.

de Brigitte Roüan en sa présence

d’Atiq Rahimi en sa présence.

Un film drôle, insolent, acidulé et ensoleillé : une artiste et mère de famille (Nicole Garcia) débarque en Grèce avec ses fils, pour jouer une pièce de théâtre. La pièce est annulée, mais elle veut la monter coûte que coûte. En désaccord, ses fils s’éloignent progressivement et l’arrivée de la crise financière ne va rien arranger... Un vrai bonheur de cinéma.

Atik Rahimi, écrivain et cinéaste, réalise ici l’adaptation de son roman éponyme, couronné en 2009 par le Prix Goncourt. Quelque part en Afghanistan, durant une guerre qui ne dit pas son nom, une jeune femme veille son mari plongé dans le coma par une balle dans la nuque. Première projection publique de ce film magnifique et nécessaire.

présence.

de Jean-Pierre Améris en sa présence

J’ENRAGE DE SON ABSENCE de Sandrine Bonnaire

La pirogue retrace l’odyssée quotidienne de l’immigration clandestine à travers le regard du capitaine d’une pirogue de pêche vivant à Dakar et chargé de transporter trente hommes jusqu’en Espagne. Trente hommes dont la plupart n’ont même jamais vu la mer et aucune idée de ce qui les attend à l’arrivée sur le continent européen. Un film d’une rare justesse, magnifiquement porté par les comédiens, largement récompensé à Cannes cette année.

en sa présence et celle de Dominique Besnehard

L’immense comédienne que révéla Maurice Pialat dans A nos amours, Sandrine Bonnaire, réalise un premier film de fiction qui tient les promesses de son bouleversant documentaire Je m’appelle Sabine. Un film qui parle d’un deuil et d’une naissance, ressenti par la cinéaste comme « un trou dans le ventre ».

Luchini, Kristin Scott Thomas, Emmanuelle Seigner.

Ce thriller raconte l’histoire d’un professeur de français (Fabrice Luchini) qui pousse un adolescent, interprété par Ernst Umhauer (« Le Cri »), à continuer à écrire. Le problème c’est que le jeune homme s’inspire de la vie de ses voisins pour ses travaux d’écriture et qu’il va se faire de plus en plus intrusif.


L’AGE ATOMIQUE d’Héléna Klotz en sa présence

La déambulation nocturne de deux jeunes gens dans Paris. Ou ce qui commence comme la recherche urbaine et libérée du plaisir, se termine dans l’abandon et la désillusion. Héléna Klotz aborde un sujet exploré dans toutes les cinématographies avec une aptitude à échapper aux stéréotypes et à surprendre le spectateur. Prix Jean Vigo 2012.

APRES MAI

d’Olivier Assayas

Après son remarquable Carlos, Olivier Assayas nous revient en beauté avec cette chronique romanesque nourrie de souvenirs de jeunesse sur les années d’après mai 68. Après mai a été couronné à la récente Mostra de Venise par le Lion d’Or du meilleur scénario.

AU DELA DES COLLINES de Cristian Mungiu

Le 3ème film de Cristian Mungiu (Palme d’Or à

Cannes en 2007 avec 4 mois, 3 semaines, 2 jours) est un film sur l’amour et le libre arbitre, sur la façon dont l’amour peut rapprocher les concepts de Bien et de Mal. Magistralement interprété par deux comédiennes qui ont reçu le prix d’interprétation à Cannes cette année.

AUGUSTINE d’Alice Winocour, en sa présence.

Quand Charcot, célèbre médecin fasciné par l’hystérie féminine dans la France du XIXème siècle, découvre en Augustine, jeune bonne illettrée, la malade idéale, il s’en empare littéralement. Entre les deux, le trouble s’installe. Comme un duel. Alice Winocour évoque justement la place des femmes dans la société française, celle du XIXème siècle mais aussi la nôtre.

BEAUTIFUL VALLEY

d’Hadar Friedlich. En présence de Yaël Fogiel, productrice. Les derniers feux du kibboutz s’éteignent sous les yeux d’Hanna, 80 ans. Hadar Friedlich suit ce personnage d’un regard caressant mais lucide. Hanna est perdue dans cette société nouvelle, elle voit le projet de toute sa vie s’effondrer dans l’indifférence de tous. Un film impressionniste, juste, comme un documentaire qui épouse le rythme de son personnage. Un film authentique, simplement beau.

LES BETES DU SUD SAUVAGE de Benh Zeitlin.

Cœur de la Louisiane. Hushpuppy, une petite fille de six ans, part à la recherche de sa mère quand son père est victime d’une étrange maladie, sur fond de bouleversements écologiques qui vont profondément modifier le mode de vie des habitants du Bayou. Caméra d’Or et Prix Fipresci à Cannes, Grand Prix à Sundance.

LE CAPITAL

DJECA

Sarajevo)

(Enfants de d’Aida Begic

À travers l’histoire de deux orphelins, Aida Begic dessine le portrait d’une génération grandissant dans une ville en transition, marquée par une perte de valeurs. Elle pose une question à la fois simple et provocante : quel héritage laisset-on à cette nouvelle génération, incarnant notre futur, qui n’a connu que la guerre, l’aversion et un lavage de cerveau nationaliste ?

d’Alex van Warmerdam.

La ressortie du film qu’Alex van Warmerdam a réalisé en 1992. Un film inracontable, fou et drôle. Certains pensent à Tati, d’autres à Buñuel. En vérité, ça ne ressemble à rien. Les Habitants est un film qui se situe entre l’absurde et le réalisme, entre le no man’s land inventé et le pays identifié. Entre l’angoisse et le rire.

LES HAUTS DE ELEFANTE BLANCO HURLEVENT d’Andréa Arnold. de Pablo Trapero. Elefante blanco s’attache à des prêtres ouvriers qui officient dans un bidonville de Buenos Aires, en première ligne de la faillite sociale, morale et politique de nos sociétés. Trapero filme la déshérence avec une acuité documentaire, décortique les processus divers qui aboutissent à la misère : incurie étatique, rôle trop faible de l’église, corruption, violence policière…

L’histoire d’amour fou sur la lande anglaise, entre Katherine aristocrate désargentée et Heathcliff, enfant adopté venu de nulle part, est l’un des romans du 19ème, signé Emily Brontë, les plus adaptés au cinéma. L’anglaise Andrea Arnold, réputée pour ses premiers deux longs métrages urbains et contemporains (Red Road et Fish Tank), en livre une nouvelle version, en costume et naturelle.

ERNEST ET CELESTINE HERITAGE

de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane de Costa-Gavras. Tiré du roman éponyme de Stéphane Osmont, Aubier. Le Capital, référence au célèbre ouvrage de Véritable fable délicatement écrite et dessinée, Karl Marx, raconte la folle ascension d’un Ernest & Célestine est à la fois un hommage jeune polytechnicien, Marc Tourneuil (Gad à sa défunte créatrice Gabrielle Vincent et la Elmaleh), dans le monde amoral de la finance preuve que plusieurs talents peuvent collaborer et de la spéculation lancé dans une course folle ensemble sans dévorer l’espace créateur aux profits, laissant les pays et les individus des autres. Un beau film d’animation délicat comme on n’en voit que trop peu. exsangues.

COMME UN LION

ETRE LA

Après L’Apprenti où Samuel Collardey suivait un jeune d’un Lycée agricole pendant l’année de son stage auprès d’un fermier du Haut-Doubs, le réalisateur continue à raconter le destin de jeunes des classes populaires d’aujourd’hui en nous contant l’histoire de cet adolescent sénégalais victime de cette nouvelle traite : celle des « jeunes footballeurs africains ».

Après Nous, Princesses de Clèves, Régis Sauder pose sa caméra dans le service psy de la prison des Baumettes à Marseille. C’est un film qui bouleverse, qui coupe le souffle souvent, qui fait mal, et qui ne passe pas à côté de toute la complexité de la situation. Il ne tait rien de cet harassant combat contre le chaos et la barbarie.

de Samuel Collardey en sa présence.

LES HABITANTS

présence.

2

de Régis Sauder en sa

d’Hiam Abbas, en présence d’Hafsia Herzi, comédienne.

Hiam Abbas, actrice arabe israélienne qui a joué sous la direction de nombreux réalisateurs de renom, réalise son premier long métrage. D’après un scénario d’Ala Hlehel, Héritage raconte l’histoire d’une famille réunie pour un mariage dans le nord de la Galilée en 2006. Alors que la région est dans un climat de guerre, la famille se livre également des combats sans merci. Hafsia Herzi joue le rôle principal.

HORS LES MURS

de David Lambert. Dans Hors les murs, David Lambert assume totalement son envie de cinéma. Il emmène Matila Malliarakis et Guillaume Roux, ses deux acteurs principaux, sur la pente délicate du coup de foudre, prend le parti de l’intime, explore autant la féminité que la masculinité des personnages et les suit jusqu’au bout de la passion.


LES INVISIBLES de Sébastien MARIAGE A Lifshitz, en présence de Bruno Nahon, producteur MENDOZA d’Edouard Deluc. Nés entre les deux guerres, ils sont homosexuels et témoignent avec honnêteté, humour et verdeur devant la caméra de Sébastien Lifshitz. Le titre désigne à la fois ceux qu’une société, pour laquelle ils faisaient scandale, refusa de voir si longtemps. Ceux qui ont tu leur préférence sexuelle, et sont donc devenus transparents. Mais aussi ceux, qu’à leur âge, on ne remarque plus.

JEAN DE LA LUNE

Porté par des personnages attachants, des situations hilarantes et des dialogues ciselés, ce road-movie exploite magnifiquement un des pays parmi les plus cinégéniques du monde, l’Argentine. De Buenos Aires à Mendoza, province à la frontière de la Pampa, deux frères (excellemment interprétés par Philippe Rebbot et Nicolas Duvauchelle) vont rencontrer une foule de personnages excentriques.

MUD

de Bence Fliegauf.

Le cinéaste hongrois Bence Fliegauf réalise un film politique fort parce qu’effroyable et, hélas, réel. Les assassinats de familles tsiganes par des milices font en effet l’actualité de la Hongrie actuelle. La cause principale de ces actes barbares : le ressentiment d’une partie de la population hongroise sans ressource, contre une communauté jugée assistée.

NO

présence

Adapté de la nouvelle Vétérans de Rachel Ingalls, c’est l’histoire d’Oliver Sherman qui recherche le soldat qui lui a sauvé la vie pendant la guerre. Ce dernier, Franklin Page, est passé à autre chose et la stabilité qu’il s’était donné du mal à construire est bientôt menacée, la violence qu’il pensait avoir laissée derrière lui réapparaît peu à peu...

D’après un scénario de Jérôme Tonnerre et tiré du livre Le Tableau amoureux de Jean Renoir, le film nous présente la fin d’une carrière (Auguste Renoir) et les prémices d’une autre (Jean Renoir) ; des visions du monde qui s’affrontent mais qui finiront par se rejoindre à travers l’art. Des personnages incarnés par des acteurs merveilleux : Michel Bouquet, Vincent Rottiers et Christa Theret.

de Laurent Firode, en sa présence et celle d’Irène Ismaïloff, comédienne

LE REPENTI

De quoi est-on capable par amour ? Du meilleur comme du pire… La tragédie et le mélodrame ont exploré le sujet. Ce film propose de renouveler ce thème si cher aux classiques en essayant de l’aborder sous un jour proche du naturalisme. Au travers de six histoires, six destins amoureux.

Dans Le Repenti, Merzak Allouache montre avec délicatesse le parcours impossible du deuil, dans une société algérienne elle aussi meurtrie. Un récit bouleversant porté par une nouvelle génération d’acteurs algériens au jeu nuancé et percutant.

en sa présence.

de Merzak Allouache

QUEEN OF ROCK THE CASBAH Horowitz. MONTREUIL de Sólveig Anspach, deLorsYariv de la première Intifada de 1987, de jeunes en présence de Jean-Luc Gaget, scénariste.

de Pablo Larraín.

Derrière ce titre sec, No, Pablo Larrain signe un film galvanisant sur le renversement en 1988, à l’issue d’un plébiscite, du régime d’Augusto Pinochet. Troisième volet d’une trilogie sur la dictature chilienne, No n’est pas moins noir, pas moins dérangeant que les deux précédents. Notamment parce que, au-delà de sa spécificité historique, le sujet qu’il aborde semblera familier à quiconque a suivi une campagne électorale médiatisée.

LOUYRE, NOTRE VIE TRANQUILLE d’Andrew Kötting. NUIT #1d’Anne Émond, en présence L’inclassable réalisateur britannique Andrew Kötting livre, avec Louyre, notre vie tranquille, un patchwork saisissant d’intensité lyrique et d’impressions libres. Intime sans tomber dans le narcissisme, c’est un «home movie» qui est tout sauf hermétique. A Louyre, dans une ferme abandonnée des Pyrénées, Kötting vit régulièrement avec sa fille, Eden souffrant du syndrome de Joubert et sa mère, Leila.

RENOIR de Gilles Bourdos, en sa

de Ryan Redford.

PAR AMOUR

de Jeff Nichols. de Stephan Schesch. En présence d’Andréa Huyof et Clara Sarah Weber, monteuse. Mud se regarde comme on lit du Mark Twain. Adapté du best seller de Tomi Ungerer, Jean de Très vite on pense à Tom Sawyer (l’île, le la lune conte l’histoire d’un tendre personnage, Mississippi...), mais aussi à Stand By Me en résident captif de la lune, qui trouve la vie bien suivant Ellis et Neckbone, ces deux petits durs ennuyeuse. Une comète le descend sur Terre. de 14 ans que la vie n’a pas épargnés. On En son absence, les enfants ne s’endorment pas y plonge corps et âme et l’identification est et lui ne songe plus qu’à échapper au terrible inévitable. Qui n’a pas, un jour, rêvé de vivre Général Président et à rentrer chez lui. Qui l’aventure de sa vie, à cet âge des possibles, l’aventure qui marquera à jamais de son l’aidera à remonter sur son astre ? empreinte indélébile l’adulte qui sommeille.

JUST THE WIND

OLIVER SHERMAN

de Dimitri Storoge, comédien Pour son premier long métrage, cette jeune réalisatrice de 30 ans nous raconte toute la complexité d’une relation entre un homme et une femme qui aurait pu durer une semaine, un mois, un an, voire une vie. Et pourtant tout est là, ramassé dans une seule nuit.

Queen of Montreuil suit les aventures de la poétesse islandaise, amatrice de marijuana (Didda Jónsdóttir) confrontée à la survie dans le quartier de Montreuil. Léger comme une bulle de savon, le film impose son charme fragile sans coup férir, comme certains flirts sans conséquence qu’on oublie vite et dont on se souvient avec une jolie nostalgie.

RENGAINE

de Rachid Djaïdani.

Sabrina, Algérienne, et Dorcy, qui est noir, s’aiment et désirent se marier. Mais il n’en est pas question. Une musulmane avec un chrétien? Non ! Pourquoi ? Parce que. C’est comme ça. L’inacceptable, l’inenvisageable sont le postulat de départ de Rengaine. Petit frère de Donoma (présenté au festival en 2011) qui comme lui, allie avec bonheur petit budget, esprit de troupe et incroyable liberté.

3

soldats israéliens inexpérimentés se trouvent logés dans la maison d’une famille arabe de Gaza, opposée à leur présence. Yariv Horowitz était photographe dans l’armée israélienne en 1991, alors que la première Intifada faisait rage. C’est à ce moment que l’idée de ce film lui est venue.

ROYAL AFFAIR

de Nikolaj Arcel. Le réalisateur Nicolaij Arcel revient sur un événement qui s’est déroulé au XVIIIème siècle à la cour du Danemark : un médecin allemand accompagne le Roi dans sa tournée européenne. Le médecin profite de l’instabilité psychique du monarque pour exercer de plus en plus d’influence sur les affaires de l’Etat. De plus, il fait un enfant à la Reine. Un film d’amour, teinté d’énigme policière, qui va bien au-delà des classiques films de costumes.


SEANCES EN ETOILE Dix films du festival dans les salles du Gers, en présence de leurs équipes.

LE REPENTI

de Merzak Allouache en sa présence NOGARO/Jeu 11 Oct/19H30

TANGO LIBRE

de Frédéric Fonteyne en sa présence

FLEURANCE/ Jeu 11 Oct/19h

JEAN DE LA LUNE

de Stephan Schesch.En présence de Sarah Clara Weber, monteuse, et Andréa Huyoff, designeuse des personnages. MARCIAC/Jeu 11 Oct/19H

COMME UN LION de Samuel COLLARDEY en sa présence

EAUZE/ Vend 12 Oct/ 19h

FOXFIRE

de Laurent CANTET en sa présence

L’ISLE-JOURDAIN /Vend12 Oct/19h

4


SEANCES EN ETOILE

TEMPETE SOUS UN CRANE de Clara BOUFFARTIGUE en sa présence

VIC-FEZENSAC/Ven 12 Oct/19h MIRANDE/ Sam 13 Oct/ 19h

QUEEN OF MONTREUIL

de Solveig ANSPACH avec J.Luc GAGET, scénariste

SAMATAN/Vend 12 Oct/19H30

PAR AMOUR

de Laurent FIRODE en sa présence et celle d’Irène ISMAILOFF, comédienne. PLAISANCE/Sam 13 Oct/19h

AUGUSTINE

d’Alice WINOCOUR, en sa présence. LECTOURE/Sam 13 Oct/19h

RENDEZ-VOUS A KIRUNA

d’Anna NOVION en sa présence et celle de Jean Pierre DARROUSSIN CONDOM/Sam13 Oct/19h

5


Une histoire d’amour, le premier long métrage d’Hélène Fillières, inspiré du roman de Régis Jauffret, «Sévère», et de l’affaire Édouard Stern où Lætitia Casta incarne la call-girl, maîtresse du banquier (interprété par un Benoît Poelvoorde) et embarquée dans un amour sulfureux.

étincelle. Deux hommes, l’air ténébreux, le regard sombre, sourcils froncés, se toisent. Ca sent la rixe. Soudain, ils s’étreignent, et se lancent dans une danse à la fois souple et virile, mâle et gracieuse : un tango. Cette belle idée de cinéma, on la doit à Frédéric Fonteyne, dont Tango Libre a reçu le Prix spécial du jury dans la section Orrizzonti à la Mostra de Venise 2012.

LA SIRGA

TRAVIATA ET NOUS

de William Vega.

La Sirga est une auberge perdue, en rénovation. Alicia y a trouvé un refuge paisible, à l’écart de la violence, mais où une tension règne quand même de façon omniprésente. La Sirga est un établissement délabré s’effondrant sur lui même et Alicia participe à sa réparation. Le lieu devient ainsi la métaphore, à la fois d’une Colombie qui cherche sans cesse à panser ses plaies et se relever, et de la voie de la reconstruction personnelle d’Alicia.

de Philippe Béziat, en sa présence et celle de Philippe Martin, producteur

Traviata et nous nous plonge au cœur de l’œuvre en nous immergeant dans le travail de création en train de s’accomplir, pas à pas, d’hésitations en trouvailles, de tâtonnements en fulgurances, de doute en accomplissement. Philippe Béziat réussit le tour de force d’être aussi exigeant que les artistes qu’il filme, aussi précis, aussi pointu sans que jamais le spectateur, même néophyte, ne se sente mis à l’écart, pris de haut, sans que jamais il décroche.

TEMPÊTE SOUS UN CRÂNE de Clara Bouffartigue, en sa présence

TABOU

de Miguel Gomes

Tabou est construit comme un envoûtement. Son image n’appartient pas à la vie, elle est une vision carrée, noire et blanche et diffuse. Son bruit n’est pas celui du monde mais un enchantement tenu par une voix off qui, sans verser dans une poésie béate, pratique avec la bonne distance la mélancolie sans illusion, mais sans acrimonie non plus. Prix de la critique internationale et Prix de l’innovation Alfred Bauer au Festival de Berlin 2012.

de Frédéric Fonteyne, en sa présence

Une maison d’arrêt, des gardiens sur des coursives, l’heure du quartier libre pour les prisonniers. L’atmosphère est à la fois calme et pesante, à la merci de la moindre

d’Andres Wood, en présence d’Angel Parra, auteur du livre Violeta Parra, ma mère, dont le film est une adaptation.

L’Edith Piaf ou la Bob Dylan chilienne ? On hésite tant les parentés et les comparaisons s’imposent dès que l’on parle de l’icône de la musique chilienne - et sud américaine - qu’est devenue, avec le temps, Violeta Parra. Une chanteuse et une artiste «culte», dirait-on aujourd’hui.

Comment peut-on enseigner aujourd’hui au collège ? Le documentaire de Clara Bouffartigue nous livre une réponse pleine d’entrain, en nous plongeant au vif d’une classe de 4ème à Saint-Ouen, aux côtés des enseignantes de français et d’arts plastiques. Le résultat, magistral, déjoue les pièges convenus du genre : ni misérabilisme ni angélisme, ni thèse sociologique ni stigmatisation identitaire, le film donne à voir l’invisible de la relation pédagogique, ce qui se passe dans l’acte de Jacques Doillon, en sa présence d’enseigner et de transmettre. Après la vie commune, les habitudes, la routine et une petite fille, un couple se sépare. Alors que la petite Lina a sept ans, les ex-amants ressentent de nouveau une attirance l’un pour l’autre. Jacques Doillon de Meni Yaesh présente son 26ème long métrage, dans Avi, Kobi et Yaniv sont jeunes, ils savent lequel sa fille Lou et Samuel Benchetrit se battre, Avi est leur chef. Ils surveillent tiennent les rôles principaux. les tenues des femmes, font respecter le shabbat, et s’assurent que les Arabes de la ville de Jaffa n’entrent pas dans le quartier avec leurs voitures diffusant de la de Ben Wheatley. musique tonitruante. Premier long métrage Touristes c’est du plaisir coupable. d’un jeune réalisateur né en 1980. Il Cynique, odieux mais divin, c’est le cri de dresse un portrait contemporain d’Israël tous les meurtriers refoulés qui ont déjà eu et d’une nouvelle génération d’extrémistes envie de passer leurs nerfs sur les effrontés, religieux.. les insolents, les éhontés qui se moquent ouvertement de ceux qui les entourent. Bref, ces chalands qui vous gâchent les vacances, Chris les exécute pour le bien de l’humanité et celui de l’environnement. D’ailleurs, le meurtre, c’est bio, ça aide d’Hélène Fillières, en sa présence à réduire les émissions de CO² que ces impertinents produisent.

UN ENFANT DE TOI

LES VOISINS DE DIEU

TOURISTES

TANGO LIBRE

VIOLETA

UNE HISTOIRE D’AMOUR

6


SUITE DES FILMS PROGRAMMES du 17 au 23 octobre

LES TARIFS DU CINÉMA TARIF PLEIN / 7 € TARIF RÉDUIT / 5,50 € séances de 18h / lundi, mardi, mercredi, jeudi, sauf jours fériés étudiant, lycéen, - 15 ans, demandeur d’ emploi (sur justificatifs )

TARIF ADHÉRENT / 5 € (sur justificatifs ) CARTE JLC (Jeunes Lycéens au Cinéma) / 3 € ECRANS ENCHANTES ( -12 ans, 6ème place offerte ) /4 € TARIF RSA : 3 € (6ème place offerte) CARNET DE 10 tickets / 55 € Pass Culturel : 5,5 € (sur présentation du Pass) Adhésion : 20 € / Adhésion couple : 35 €

3D / supplément de 2 € 12h15 et 10h / 4 €

ASTERIX ET OBELIX : L’IMPERATRICE ROUGE Au service de sa Majesté

CinéRétro - Cycle «Visage de Stars» De Josef von Sternberg. EU/1935/1h50. Avec Marlene Dietrich,

De Laurent Tirard. France/2012.

Voici le quatrième volet des aventures du célèbre «couple» d’opiniâtres gaulois. Cette fois-ci le vaillant Astérix est incarné par Édouard Baer et affiche un côté dandy, un peu arrogant, intellectuel et moderne. Quant à César c’est Fabrice Luchini qui campe un petit tyran capricieux et enfantin : « un kingbaby». Kyrielle d’acteurs et voyage 50 ans avant Jésus Christ au gré des conquêtes de César et de ses glorieuses légions vers cette île située aux limites du monde connu, ce pays mystérieux appelé Brittania, la Bretagne ! La victoire est rapide et totale. Enfin... presque. Un petit village breton parvient à lui résister ... avec l’aide d’un autre petit village. Mais Astérix et Obélix sont déjà bien occupés avec Goudurix, le neveu du chef, jeune tête à claques fraîchement débarquée de Lutèce, dont ils sont censés faire un homme. Ce voyage semble une excellente occasion pour parfaire son éducation...

Dans un ouragan de passion destructrice et de faste, L’Impératrice rouge s’attache au destin extravagant de Catherine II, depuis son enfance de princesse espiègle promise par sa mère aux plus hautes destinées, jusqu’à sa conquête sanglante du pouvoir. Quoi de plus excitant pour la fascinante Marlene qu’incarner une adolescente de seize ans, petit papillon dans sa chrysalide, qui, de plus en plus sublime à mesure que le film avance, se transforme en une veuve noire mangeuse d’hommes ?

LES SEIGNEURS

De Olivier Dahan. France/2012/1h37. Avec José Garcia, Jean-Pierre Marielle, F.Dubosc...

PAULINE DETECTIVE De Marc Fitoussi. France/2012/1h41. Avec Sandrine Kiberlain, Audrey Lamy, Claudio Santamaria...

Plaquée par son petit ami, Pauline se laisse entraîner par sa sœur dans un palace de la riviera italienne. Au lieu de savourer les joies du farniente, elle se persuade qu’un crime a été commis dans l’hôtel et s’improvise détective, embarquant dans ses investigations un séduisant maître-nageur. Une comédie policière et romantique en clin d’oeil aux romans de la Bibliothèque rose ou verte et une esthétique stylisée « rétro », deux personnages féminins très glamours, font un film, à la fois léger et littéraire «mené tambour battant grâce à une adorable peste, enquiquineuse mais malicieuse, qui triomphe de toutes les embûches». Généralement aux côtés d’un bougon somme toute assez conciliant et bien sûr charmant ! Sandrine Kiberlain (Pauline) « semble jouer une partie de Cluedo grandeur nature».

Avec un casting réunissant quelques pointures de la comédie française (Garcia, Sy, Dubosc, Elmaleh...), Olivier Dahan livre un «feel-good movie» de la rentrée.

TAKEN 2

De Olivier Megaton. France/2012/1h38. Avec Liam Neeson, Maggie Grace, Famke Janssen....

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs Dans Taken Bryan Mills, ex-agent de la CIA avait réussi à sauver sa fille des griffes d’un gang de mafieux. Dans ce nouveau volet, il va devoir faire face à la vengeance du chef de ces gangsters qui est prêt à tout pour l’assouvir.

LA VIERGE, LES COPTES, ET MOI

De Namir Abdel Messeeh. France, Qatar, Egypte/2012/1h31.

Drôle de premier film qui tient à la fois du journal intime, du documentaire, du reportage et de la comédie pure et loufoque. Namir part en Égypte, son pays d’origine, faire un film sur les apparitions miraculeuses de la Vierge au sein de la communauté copte chrétienne. Très vite l’enquête va impliquer tout le village dans une rocambolesque mise en scène…

7


GRILLE

INFOS PRATIQUES

Participation aux frais : - A la séance : 5,50€ / 7€ - Accréditations « public » : 20€/ 45€ / 60€ (Accès à toutes les séances dans la limite des places disponibles). - Carte 6 projections : 27€ / 37€ - Vous pouvez retirer les accréditations « public » et « professionnels » à partir du mercredi 10 Octobre, 10h, dans le hall du cinéma. - Afin de mettre toutes les chances de votre côté pour avoir une place, nous vous conseillons d’arriver au minimum ½ heure avant le début de la séance. Restauration, deux lieux sont à votre disposition sur le site du festival : - Le Caféciné de Ciné 32, avec ses formules habituelles. - Le restaurant la Cant’Auch au CIRC, qui vous propose des menus à 16€ ou à 13€ de 12h à 14h30 et de 18h45 à 22h15, à partir du jeudi (midi) jusqu’au dimanche (midi) Parking : un parking de 520 places est à votre disposition juste à côté du cinéma !

EN PARALLELE DES PROJECTIONS : - Samedi 13 Octobre.11h. Salle 5. Rencontre avec Nicola DELON, architecte du collectif ENCORE HEUREUX qui a conçu et coordonné la construction de notre complexe cinématographique. Dans le cadre des conférences organisées par le Pays d’Art et d’Histoire. - Une exposition de portraits d’invités du festival photographiés depuis 2003 par Jean-Jacques ADER sera installée au rez-de-chaussée du cinéma pendant la durée du Festival. Pour plus de renseignements, vous pouvez vous rendre sur le site du cinéma : www.cine32.com et consulter la rubrique « Festival », ou nous joindre au 05 62 63 50 62.

Bon Festival !

Directeur de publication : Ciné 32 - Allée des Arts 32000 Auch - tél : 05 62 60 61 11 - Courriel : cine32@cine32.com Création : B. Bonnefrite Impression : S3G imprimerie 47130 Estillac - ne pas jeter sur la voie publique


Programme Cine32 du 10 au23 oct 2012