Issuu on Google+

Développement durable, culture et projets de territoire Portrait de démarches québécoises et étrangères exemplaires

Projets de développement intégré à Saint-Camille « Un village du Québec ne voulait pas mourir… À l’initiative de quelques-uns de ses habitants, il s’est pris par la main en misant sur son intelligence collective et sur la solidarité pour tenter d’enrayer son déclin. L’accumulation d’expériences locales n’est pas suffisante pour régler tous les problèmes globaux, mais cette communauté déploie des principes et des valeurs susceptibles d’être appliqués à d’autres niveaux. » Bernard Cassen, Le Monde 2006

Saint-Camille à vol d’oiseau Crédit photographique : Sylvain Laroche, 2009


2

Mise en contexte Le cas de Saint-Camille est un exemple fort intÊressant de dÊveloppement intÊgrÊ portÊ par la population. Cette municipalitÊ rurale de 491 habitants (Institut de la statistique du QuÊbec) rÊalise depuis plus de 20 ans des projets structurants qui ont contribuÊ à crÊer un cadre de vie de qualitÊ. La rÊussite de ces initiatives est telle que plusieurs municipalitÊs du QuÊbec s’inspirent des rÊalisations de cette petite communautÊ pour dynamiser leur territoire. Les expÊriences camilloises rayonnent donc au-delà des frontières de la municipalitÊ rÊgionale de comtÊ (MRC) et nombreux sont les chercheurs qui ont tentÊ de comprendre les facteurs de rÊussite de cette collectivitÊ (par exemple Girard et Langlois, 2006).

Nom : Village de Saint-Camille Lieu : Saint-Camille, Canada Initiateur du projet : Le Groupe du Coin Date de rĂŠalisation : Depuis 1986 CoĂťt : plus de 600 000$ en 2010 pour les projets phares

Saint-Camille est un exemple de dĂŠveloppement portĂŠ par la population CrĂŠdit photographique : Sylvain Laroche, 2009

La municipalitÊ de Saint-Camille est situÊe dans la MRC des Sources à 35 kilomètres au nord-est de Sherbrooke, tout juste à l’extÊrieur de la ceinture sujette aux pressions de dÊveloppement urbain de cette dernière. Saint-Camille s’apparente ainsi aux communautÊs rurales qui ont connu un important dÊclin après la Première Guerre mondiale et dont l’Êconomie repose essentiellement sur l’agriculture. C’est ainsi que la population est passÊe de 1100 habitants en 1911 à environ 440 dans les annÊes 1980 (MunicipalitÊ canton de Saint-Camille, 2010). Aujourd’hui, l’agriculture occupe encore une place importante à Saint-Camille et reprÊsente 60% de l’activitÊ Êconomique (Girard et LÊvesque, 2004). En revanche, le travail à domicile et la proximitÊ de la ville de Sherbrooke expliqueraient le faible taux de chômage ainsi que la situation de plein emploi (Girard et LÊvesque, 2004).

Situation gĂŠographique de Saint-Camille



MRC les Sources QuÊbec Canada États-Unis

    

 




3

Perspective historique et moments forts de la dĂŠmarche [1985 Ă  2010] 

 +*!0&+*!1.+1,"!1+&* 

8  %0!"(* &"*)$/&*$6*6.(,.(".+1,"!1+&* 

8 +*!0&+*!"(//+ &0&+*("0&0+*%"1.!"&*0)&(("

 8 *&#"/00&+* +*0."(#".)"01."!11."1!",+/0"  +*!0&+*!"(+.,+.0&+*!"!62"(+,,")"*0 /+ &+6 +*+)&-1"!"&*0)&(("

Ce dynamisme s’est exprimÊ à Saint-Camille avec la prÊsence d’une coopÊrative agricole soutenue de longue date par la communautÊ. En plus des services alimentaires offerts, elle comprenait une meunerie, une quincaillerie et les bureaux de la Caisse Populaire. Avec le dÊclin de la municipalitÊ, le E¤WLPHQWQHUSRQGDLWSOXVDX[EHVRLQVGHODFRPPXQDXWTXL s’Êtait alors mobilisÊe pour le transformer. Il abrite aujourd’hui les bureaux municipaux, la Corporation de dÊveloppement de Saint-Camille, le bureau de poste, la Maison des jeunes et les bureaux de la Caisse Populaire. La coopÊrative agricole de Saint-Camille est un prÊcÊdent local dans la transformation GǠXQ E¤WLPHQW SRXU DFFXHLOOLU GH QRXYHDX[ XVDJHV TXL inspireront plus tard la stratÊgie gÊnÊrale de revitalisation du village.

 8 .60&+*!1"*0."!&*0".,.600&+*!1)&(&"1.1.(

Portrait socio-ĂŠconomique de Saint-Camille: 

 %0!1,."/307.",.(".+1,"!1+&* 8 +*!0&+*!"( ++,6.0&2"!"/+(&!.&06(+.26" 8 .60&+*!11/6"!"(+12"** "  .+'"04 +("6(+&$*6""*.6/"1 8 ..&26"!*0".*"0%10"2&0"//"5&*0)&(("  &//* "!"( ++,6.0&2"!"/+(&!.&06((6!"/%),/ 8 .+'"0!"!62"(+,,")"*0!6)+$.,%&-1"!"&*0)&(("

 .60&+*!"( ++,6.0&2"!"/+(&!.&06!1*$  .+'"0!"0.*/#+.)0&+*!"(6$(&/""*/((")1(0&#+* 0&+**"((" 

!+,0&+*!1*,(*!"!62"(+,,")"*0!1.(",.()1*& &,(&06  "/0&2(&*0".*0&+*(!1)/-1"!116" 5&*0)&(("  40(&//")"*0!1/&7$"/+ &(!"5&*0)&(("  +.0+&.".1.( +))1*106,,."**0"&**+2*0""0/+(&!&."  .+'"0*+!"/0.&"

ǧ 3DUPLOHVPXQLFLSDOLW«VOHVPRLQVSHXSO«HVGHOD MRC des Sources (Girard et Lévesque, 2004) ǧ GHODSRSXODWLRQGHOD05&GHVVRXUFHV *LUDUG et Lévesque, 2004) ǧ /Ǡ¤JHP«GLDQHQHVWGHDQVFRQWUHDQVSRXU la MRC et 38,8 ans pour le Québec (Statisque Canada) ǧ /Ǡ¤JHP«GLDQHQHVWGHDQVFRQWUHDQVSRXU la MRC et 41 ans pour le Québec (Statistique Canada) ǧ 7DX[GHFK¶PDJHGHFRQWUHSRXUOD05& et 8,2% pour le Québec (Girard et Lévesque, 2004) ǧ 5HYHQXWRWDOP«GLDQGHFRQWUHDX Québec (Girard et Lévesque, 2004) ǧ 9DULDWLRQGHODSRSXODWLRQHQWUHHWGH à Saint-Camille en comparaison de 1,4% pour le Québec (Statistique Canada) ǧ 9DULDWLRQGHODSRSXODWLRQHQWUHHWGH à Saint-Camille en comparaison de 4,3% pour le Québec (Statistique Canada) ǧ '«FURLVVDQFHGXQRPEUHGǠ«OªYHV¢OǠ«FROHGHHQ ¢HQ &RPPLVVLRQVFRODLUHGHV 6RPPHWVQRYHPEUH

IntÊgration des principes de dÊveloppement durable Ce qui distingue Saint-Camille des autres municipalitÊs rurales du QuÊbec, c’est le climat favorable à l’Êclosion de projets novateurs. L’esprit coopÊratif est omniprÊsent dans la MRC des Sources. DÊjà en 1941, à Asbestos, les premiers logements en coopÊrative ont ÊtÊ construits (Girard et LÊvesque, 2004). C’est aussi dans cette municipalitÊ qu’ont eu lieu les revendications des travailleurs de l’amiante en 1949 (Girard et LÊvesque, 2004).

Saint-Camille est un cas particulier : la municipalitÊ s’est dotÊe d’un plan de dÊveloppement durable en 2008 alors qu’elle rÊalisait depuis plus de 20 ans des projets exemplaires et innovants. Saint-Camille est donc passÊ du dÊveloppement organique des annÊes 1980 à un dÊveloppement intÊgrÊ qui s’arrime à prÊsent avec toutes les Êchelles de gouvernance rÊgionale, notamment le prochain Agenda 21 local de la MRC des Sources.


4

Chaque projet contribue Ă  une ou plusieurs dimensions du dĂŠveloppement, mais la dĂŠmarche prend tout son sens lorsque considĂŠrĂŠe pour sa contribution globale Ă  la municipalitĂŠ (notamment au niveau de la hausse de la qualitĂŠ de vie et de l’attrait qu’elle suscite chez les nouveaux habitants). Il ĂŠmerge alors un modèle de dĂŠveloppement en phase avec les dimensions culturelle, ĂŠconomique, sociale et environnementale. Derrière cette rĂŠussite se trouve une culture de la coopĂŠration singulière. Pour certains, l’autogestion, l’entraide et la coopĂŠration rĂŠsultent d’un sentiment de confiance de la population, d’une volontĂŠ de la communautĂŠ Ă  s’investir pour amĂŠliorer sa qualitĂŠ de vie ainsi que de l’absence de compĂŠtition malsaine entre les principaux acteurs du GÂŤYHORSSHPHQW 5ROOLQ HW 9LQFHQW   3RXU GÇ DXWUHV XQH implication durable des instigateurs, les valeurs promues par les organismes ainsi que la reconnaissance des projets par les acteurs clĂŠs sont les conditions essentielles de son succès (Girard et Langlois, 2006). Les habitants semblent ĂŠgalement prendre acte qu’une conciliation entre les besoins collectifs et individuels est nĂŠcessaire. Cette dernière condition aurait permis de dĂŠvelopper une capacitĂŠ Ă  travailler en rĂŠseau et favoriser le partage des connaissances qui rĂŠsultent de l’accumulation d’expĂŠriences positives. Le dĂŠveloppement est ainsi envisagĂŠ comme un processus d’amĂŠlioration continue sur plusieurs gĂŠnĂŠrations et implique la transmission de valeurs partagĂŠes.

Outre la culture de la coopÊration, la dimension culturelle joue un rôle essentiel dans cette dÊmarche puisque son objectif de dÊpart Êtait de sauvegarder un ensemble architectural ayant une valeur patrimoniale — le deuxième en importance pour la MRC. L’offre de spectacles et d’expositions a ÊtÊ intÊgrÊe par la suite à la vie communautaire. Un volet interculturel est aussi prÊsent tel que le dÊmontre les liens existant entre l’Association des femmes de Saint-Camille et la FÊdÊration des femmes de DÊgnÊkoro au Mali. Le dÊveloppement à Saint-Camille repose donc sur l’idÊe qu’une vie culturelle suffisamment forte et stimulante peut permettre de contrer la dÊpopulation.

Enjeux et objectifs de la dÊmarche DiffÊrents intÊrêts et besoins stimulent l’implication des PHPEUHVGHODFRPPXQDXW¢GLYHUVPRPHQWV7RXWHIRLVOD dÊpopulation est l’enjeu central qui fÊdère tous les projets. Ayant perdu plus de la moitiÊ de sa population en moins d’un siècle, Saint-Camille n’arrive plus à maintenir certains services, ce qui diminue la qualitÊ de vie et accentue l’exode vers les grands centres urbains. En outre, Saint-Camille a dÝ se battre pour conserver certains services tels que le dÊmontre la mobilisation durant les annÊes 1990 pour sauvegarder le bureau de poste. Il en va de même pour l’Êcole, infrastructure dont la prÊsence est essentielle pour attirer de jeunes familles. La municipalitÊ s’est d’ailleurs fixÊe comme objectif d’augmenter la population de 10% en 10 ans (Projet de dÊveloppement dÊmographique de Saint-Camille, 2010). Ainsi, chaque projet a des objectifs spÊcifiques pour amÊliorer la qualitÊ de vie et pour rendre la municipalitÊ plus attrayante pour les futurs rÊsidants.

Le maintien des services est un enjeu important CrĂŠdit photographique : Sylvain Laroche, 2009


5

Instigateurs et partenaires du projet

DĂŠmarches et processus de mise en Ĺ“uvre

À Saint-Camille, un ensemble de leaders sont derrière les projets les plus novateurs et partagent une vision semblable du dÊveloppement. Ils se sont associÊs et ont fondÊ en 1986 le Groupe du Coin. D’un point de vue lÊgal, il s’agit d’une corporation à but lucratif (Girard et LÊvesque, 2004). Concrètement, l’organisation dont le nombre de membres varie regroupe des philanthropes originaires de Saint-Camille qui ont à cœur la survie de leur municipalitÊ. Cette organisation privÊe pour le bien commun, comme aime le rappeler un de ses membres, n’est pas à l’origine de tous les projets. On retrouve par contre ses membres dans plusieurs autres organisations locales et à la tête de la municipalitÊ de telle sorte que ses valeurs et son expertise sont largement diffusÊes dans la communautÊ.

Saint-Camille s’est dÊveloppÊ au grÊ des occasions de projets. En premier lieu, la dÊcroissance de la population a eu pour consÊquence de libÊrer des espaces et un bon QRPEUH GH E¤WLPHQWV VH VRQW UHWURXYV YDFDQWV /H Groupe du Coin a procÊdÊ de manière analogue à la transformation de la coopÊrative agricole de Saint-Camille. Il a rachetÊ des propriÊtÊs laissÊes à l’abandon, les a rÊnovÊes et y a implantÊ de nouveaux usages qui profitent à toute la communautÊ. Ses propriÊtÊs ont ÊtÊ revendues ou louÊes à des coopÊratives de solidaritÊ qui en assurent le fonctionnement et l’animation. Une pÊriode de rÊflexion prÊcède gÊnÊralement le choix du nouvel usage et permet de consulter la communautÊ pour dÊterminer leurs besoins. De nombreux partenaires publics et privÊs se greffent ensuite à chaque projet et assurent un soutien technique ou financier. Au-delà de la protection du patrimoine, les activitÊs du Groupe du Coin permettent aux UVLGDQWVGHVHUDSSURSULHUOHXUYLOODJH3DUPLOHVE¤WLPHQWV qui ont profitÊ de cette stratÊgie, on compte le magasin gÊnÊral, le presbytère et un ancien garage.

Les partenaires varient en fonction des projets. Par exemple, pour la coopĂŠrative du Rang 13, ils incluent :  ǧ $VVRFLDWLRQLe Pâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur de Saint-Camille;  ǧ &DLVVHV'HVMDUGLQVORFDOHHW&DLVVHGÇ ÂŤFRQRPLHVROLGDLUH Desjardins;  ǧ &HQWUHORFDOGHGÂŤYHORSSHPHQWGHOD05&GHV6RXUFHV  ǧ &RRSÂŤUDWLYHGHGÂŤYHORSSHPHQWUÂŤJLRQDOGHOÇ (VWULH  ǧ &RUSRUDWLRQGHGÂŤYHORSSHPHQWFRPPXQDXWDLUHGHV6RXUFHV  ǧ &RUSRUDWLRQGHGÂŤYHORSSHPHQWGH6DLQW&DPLOOH  ǧ Â&#x2039;FROHSULPDLUH&KULVW5RL  ǧ 0<YRQ9DOOLÂŞUHV'ÂŤSXWÂŤSURYLQFLDOGH5LFKPRQG  ǧ 0$QGUÂŤ%DFKDQG'ÂŤSXWÂŤIÂŤGÂŤUDOGH5LFKPRQG$UWKDEDVND  ǧ 0LQLVWÂŞUHGHV$IIDLUHVPXQLFLSDOHVGHV5ÂŤJLRQVHWGH lâ&#x20AC;&#x2122;Occupation du territoire;  ǧ 0LQLVWÂŞUHGX'ÂŤYHORSSHPHQW'XUDEOHGHOÇ (QYLURQQHPHQW et des Parcs;  ǧ 05&GHV6RXUFHV  ǧ 0XQLFLSDOLWÂŤGH6DLQW&DPLOOH  ǧ 6RFLÂŤWÂŤFDQDGLHQQHGÇ K\SRWKÂŞTXHVHWGHORJHPHQW  ǧ 6RFLÂŤWÂŤGÇ DLGHDXGÂŤYHORSSHPHQWGHODFROOHFWLYLWÂŤ 7DQGLVTXHSRXUOHPâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur, les partenaires sont :  ǧ &HQWUHORFDOGHGÂŤYHORSSHPHQWGHOD05&GHV6RXUFHV  ǧ &HQWUHORFDOGÇ HPSORL ǧ &RQIÂŤUDQFHUÂŤJLRQDOHGHVÂŤOXVGHOÇ (VWULH  ǧ &RUSRUDWLRQGHGÂŤYHORSSHPHQWGH6DLQW&DPLOOH  ǧ 'ÂŤYHORSSHPHQWGHV5HVVRXUFHV+XPDLQHVGX&DQDGD  ǧ )RQGVGHOXWWHFRQWUHODSDXYUHWÂŤ ǧ )RUXPMHXQHVVH(VWULH  ǧ 0<YRQ9DOOLÂŞUHV'ÂŤSXWÂŤSURYLQFLDOGH5LFKPRQG  ǧ 0$QGUÂŤ%DFKDQG'ÂŤSXWÂŤIÂŤGÂŤUDOGH5LFKPRQG$UWKDEDVND  ǧ 0LQLVWÂŞUHGHOD&XOWXUHGHV&RPPXQLFDWLRQVHWGHOD Condition fĂŠminine;  ǧ 0LQLVWÂŞUHGHOÇ (PSORLHWGHOD6ROLGDULWÂŤVRFLDOH  ǧ 0LQLVWÂŞUHGX3DWULPRLQHFDQDGLHQ  ǧ 0XQLFLSDOLWÂŤGH6DLQW&DPLOOH ǧ 0XQLFLSDOLWÂŤUÂŤJLRQDOHGHFRPWÂŤGHV6RXUFHV  ǧ 3DUWHQDULDWUXUDOFDQDGLHQ ǧ 0LQLVWÂŞUHGHV$IIDLUHVPXQLFLSDOHVGHV5ÂŤJLRQVHWGH lâ&#x20AC;&#x2122;Occupation du territoire;  ǧ 6RFLÂŤWÂŤGÇ DLGHDXGÂŤYHORSSHPHQWGHODFROOHFWLYLWÂŤ

En 2002, une nouvelle possibilitĂŠ de dĂŠveloppement se prĂŠsente avec la recherche-action Â&#x2039;FROH ÂŤORLJQÂŤH HQ UÂŤVHDX (CEFRIO, MELS) et lâ&#x20AC;&#x2122;arrivĂŠe prochaine sur le territoire dâ&#x20AC;&#x2122;un rĂŠseau Internet haute vitesse. Le tĂŠlĂŠtravail est rendu possible JU¤FHDX[QRXYHOOHVSRVVLELOLWÂŤVGHGLIIXVLRQGHOÇ LQIRUPDWLRQ Pour saisir cette occasion, la municipalitĂŠ se donne comme objectif dâ&#x20AC;&#x2122;augmenter la population de 10% en 10 ans. Issu dâ&#x20AC;&#x2122;une consultation publique, le projet de dĂŠveloppement dĂŠmographique aura permis Ă  deux dĂŠveloppements immobiliers de voir le jour, soit le Parc Agro-Villageois et les Fermettes du Rang 13. Ces deux projets immobiliers ont contribuĂŠ de manière significative Ă  accroĂŽtre la population de Saint-Camille en diversifiant lâ&#x20AC;&#x2122;offre immobilière de manière Ă  rĂŠpondre au besoin de sĂŠcuritĂŠ des jeunes familles ayant des enfants et Ă  rĂŠduire les nuisances liĂŠes Ă  la circulation de transit. Au regard des diffĂŠrentes initiatives pour contrer la dĂŠpopulation, les Camillois et Camilloises se sont donnĂŠs les outils nĂŠcessaires pour atteindre leur objectif de dĂŠveloppement: ǧ /H*URXSHGX&RLQXQHFRUSRUDWLRQ¢FDSLWDOGH risque solidaire; ǧ /D&RUSRUDWLRQGH'ÂŤYHORSSHPHQWGH6DLQW&DPLOOH une organisation sans but lucratif qui effectue la mĂŠdiation entre les ĂŠlus et la sociĂŠtĂŠ civile; ǧ /H3ODQVWUDWÂŤJLTXHGHGÂŤYHORSSHPHQWGXUDEOH un moyen de donner du sens au dĂŠveloppement de la municipalitĂŠ; ǧ /HIRUXPPXQLFLSDOXQRXWLOGHFRQFHUWDWLRQHQWUHOD municipalitĂŠ et les citoyens; ǧ /HVFRRSÂŤUDWLYHVGHVROLGDULWÂŤXQHVWUXFWXUHOÂŤJDOH assurant lâ&#x20AC;&#x2122;implication des citoyens et la prise en compte de leurs besoins.


6

Actions et projets spĂŠcifiques La qualitĂŠ et la cohĂŠrence globale des nombreuses initiatives ont permis Ă  Saint-Camille de se dĂŠmarquer et dâ&#x20AC;&#x2122;attirer de nouveaux habitants. Elle contraint ainsi lâ&#x20AC;&#x2122;exode de sa population vers les grands centres urbains. IntĂŠgrant lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble des dimensions du dĂŠveloppement, ces actions ont nĂŠcessitĂŠ une importante mobilisation de la collectivitĂŠ et ont permis Ă  la municipalitĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;afficher Ă  nouveau une croissance dĂŠmographique.

La ClĂŠ des Champs innove sur le plan de lâ&#x20AC;&#x2122;agroalimentaire CrĂŠdit photographique : Sylvain Laroche, 2009

La ClĂŠ des Champs est une coopĂŠrative qui innove sur le plan de lâ&#x20AC;&#x2122;agroalimentaire, participe au dĂŠveloppement rĂŠgional et sâ&#x20AC;&#x2122;implique dans des ĂŠchanges interculturels. Outre la culture maraĂŽchère, la coopĂŠrative est très active dans le domaine agroforestier. Elle encourage la production de produits forestiers non ligneux et permet de ce fait, une diversification de lâ&#x20AC;&#x2122;agriculture dans la rĂŠgion. Sa mission consiste Ă  prendre en charge la transformation et la commercialisation des matières premières afin dâ&#x20AC;&#x2122;effectuer une mise en marchĂŠ directe. Ses principaux objectifs sont (La ClĂŠ des Champs, 2010) : ǧ 2XYULUOÇ HVSDFHDJULFROH¢ODUHOÂŞYHSDUOÇ DFFÂŞV¢OD propriĂŠtĂŠ collective; ǧ 0HWWUHVXUSLHGGHVLQLWLDWLYHVVWUXFWXUDQWHV inspirantes et coopĂŠratives afin de faciliter lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtablissement dâ&#x20AC;&#x2122;une relève agricole diversifiĂŠe; ǧ 6XSSRUWHUOÇ LPSOLFDWLRQGHODFROOHFWLYLWÂŤORFDOH¢OD sauvegarde du patrimoine agricole et rural; ǧ &RQWULEXHU¢ODWUDQVPLVVLRQGHVVDYRLUIDLUHGX milieu.

Le Pâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur est le premier projet initiĂŠ par le Groupe du Coin et une action phare pour la communautĂŠ. Le PDJDVLQ JÂŤQÂŤUDO XQ E¤WLPHQW FHQWHQDLUH D ÂŤWÂŤ DFKHWÂŤ en 1986 pour la somme de 40 000$ (Girard et LĂŠvesque,   $SUÂŞV OÇ DYRLU UÂŤQRYÂŤ JU¤FH ¢ OÇ DLGH Č&#x160;QDQFLÂŞUH GH la Caisse Desjardins locale, il fut brièvement louĂŠ Ă  diffĂŠrentes personnes (Girard et LĂŠvesque, 2004). Puis en 1988, le Pâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur voit le jour, lorsque Sylvain Laroche et Serge GagnĂŠ, des membres du Groupe du Coin, dĂŠcident de former une association pour faire de lâ&#x20AC;&#x2122;ancien magasin gĂŠnĂŠral un centre culturel et communautaire. Un loyer très faible ĂŠtabli en fonction des revenus est payĂŠ au Groupe du Coin. Ce montant permet dâ&#x20AC;&#x2122;entretenir lâ&#x20AC;&#x2122;immeuble et de payer une partie de lâ&#x20AC;&#x2122;hypothèque. En 1996, lâ&#x20AC;&#x2122;opportunitĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;acquĂŠrir lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠdifice se prĂŠsente. En effet, la collaboration avec le Conseil rĂŠgional de dĂŠveloppement de lâ&#x20AC;&#x2122;Estrie nâ&#x20AC;&#x2122;est possible que si lâ&#x20AC;&#x2122;Association du Pâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur est SURSULÂŤWDLUHGXE¤WLPHQW(QYHQGDQWOÇ ÂŤGLČ&#x160;FHOHGroupe du Coin rĂŠcupère son investissement, tandis que lâ&#x20AC;&#x2122;Association du Pâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur paye une hypothèque plutĂ´t quâ&#x20AC;&#x2122;un loyer. NommĂŠe le Pâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur en hommage Ă  FĂŠlix Leclerc, lâ&#x20AC;&#x2122;ancienne ĂŠpicerie-quincaillerie accueille aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui des activitĂŠs culturelles telles que des spectacles de musique et des expositions. Lieu de diffusion des arts de la scène reconnu par le Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition fĂŠminine et par le Ministère du Patrimoine canadien, le Pâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur rayonne dans toute la MRC JU¤FH¢VDSURJUDPPDWLRQFXOWXUHOOHYDULÂŤH %LHQYHQXHDX Pâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur de Saint-Camille, 2010). Le Pâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur est aussi un lieu convivial pour tous. Lâ&#x20AC;&#x2122;implication de nombreux bĂŠnĂŠvoles permet dâ&#x20AC;&#x2122;organiser la Popote roulante et la Pizza du vendredi. Ces activitĂŠs favorisent le rapprochement des membres de la communautĂŠ en plus dâ&#x20AC;&#x2122;encourager lâ&#x20AC;&#x2122;appropriation du E¤WLPHQW SDU OHV UÂŤVLGDQWV GH 6DLQW&DPLOOH 'H SOXV des cours et des confĂŠrences ont dĂŠjĂ  ĂŠtĂŠ dispensĂŠs, en particulier un cours dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠthique appliquĂŠe de lâ&#x20AC;&#x2122;UniversitĂŠ Sherbrooke qui abordait les questions de dĂŠveloppement durable.

La ClĂŠ des Champs a obtenu la certification biologique *DUDQWL%LRÂ&#x2039;&2&(57HWHOOHHVWODSUHPLÂŞUHFRRSÂŤUDWLYH Ă  avoir adoptĂŠ lâ&#x20AC;&#x2122;agroforesterie sous couvert forestier au Canada. La coopĂŠrative est prĂŠsente sur la scène internationale puisquâ&#x20AC;&#x2122;elle est jumelĂŠe avec des fĂŠdĂŠrations paysannes du Mali et quâ&#x20AC;&#x2122;elle a participĂŠ Ă  deux reprises Ă  7HUUD0DGUH, une rencontre mondiale de 5000 communautĂŠs nourricières (Guide du citoyen, 2009).

Le Pâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur, projet phare

CrĂŠdit photographique : Sylvain Laroche, 2009


7

VĂŠritable laboratoire, le projet des Fermettes du Rang 13 est un exemple de dĂŠveloppement en harmonie avec les valeurs locales. De plus, le projet rĂŠpond directement Ă  la problĂŠmatique de la dĂŠpopulation et sert dâ&#x20AC;&#x2122;exemple en matière dâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠgration des nĂŠo-ruraux. 300 acres de forĂŞt ont ĂŠtĂŠ achetĂŠes puis divisĂŠes en 25 lots (Mes Sources, 2010). DestinĂŠs Ă  accueillir de nouvelles familles, ces lots, GLVSRQLEOHV¢XQFR½WDERUGDEOHVRQWVLWXÂŤV¢NLORPÂŞWUHV du village. Pour les futurs rĂŠsidants, ce projet exige de construire une maison quatre saisons Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠrieur de cinq ans et de dĂŠvelopper un projet agroforestier (SaintCamille, 2010). Ces conditions garantissent une installation permanente et une diversification de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie locale. Les familles qui ont choisi de sâ&#x20AC;&#x2122;installer dans ce nouveau dĂŠveloppement doivent aussi devenir membres de la coopĂŠrative de solidaritĂŠ. La solidaritĂŠ, lâ&#x20AC;&#x2122;autogestion, la diversification ĂŠconomique et le respect du tissu communautaire en place sont les principales valeurs vĂŠhiculĂŠes par le projet (MunicipalitĂŠ canton de Saint-Camille, 2010). Elles sont essentielles Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;implantation durable des nouvelles familles et Ă  leur implication active au sein de la communautĂŠ camilloise. Outre cette importante dimension sociale, les projets agroforestiers reprĂŠsentent autant dâ&#x20AC;&#x2122;occasions de dĂŠvelopper lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie locale et de faire la promotion dâ&#x20AC;&#x2122;une agriculture alternative. Ce projet collectif a nĂŠcessitĂŠ la mobilisation de près de 20 partenaires pour sa rĂŠalisation. Le projet des Fermettes du Rang 13 connaĂŽt dĂŠjĂ  un succès notable. Les 25 terrains ont dĂŠjĂ  ĂŠtĂŠ vendus et, en 2010, treize maisons ĂŠtaient en construction. De nombreuses autres mises en chantier sont prĂŠvues (Mes Sources, 2010). On estime Ă  80 personnes la population totale de ce nouveau dĂŠveloppement, ce qui signifie une augmentation GHGHODSRSXODWLRQGH6DLQW&DPLOOH 0HV6RXUFHV 2010). Parmi les nouvelles familles qui ont choisi dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlire GRPLFLOHRQWHQWUHHWDQV'HSOXVWURLVPLOOLRQV de dollars ont ĂŠtĂŠ investis dans ce projet qui valorise lâ&#x20AC;&#x2122;autogestion (90% du coĂťt des infrastructures est financĂŠ par les membres de la coopĂŠrative). Ces infrastructures incluent deux kilomètres de chemins neufs municipalisĂŠs rĂŠalisĂŠs par la coopĂŠrative du Rang 13, quatre kilomètres de chemin de colonisation mis Ă  niveau par la municipalitĂŠ ainsi que 4,3 kilomètres de ligne dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlectricitĂŠ (SaintCamille, 2010). Enfin, quatre entreprises se sont dĂŠjĂ  installĂŠes dans le projet des Fermettes du Rang 13 ce qui devrait stimuler lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie locale et permettre de crĂŠer des emplois (Mes Sources, 2010). Au plan environnemental, la construction de maisons ĂŠcologiques est prĂŠvue. Le souci pour la prĂŠservation de lâ&#x20AC;&#x2122;environnement naturel passe aussi par la crĂŠation dâ&#x20AC;&#x2122;une zone humide protĂŠgĂŠe de 50 acres (Mes Sources, 2010).

Le projet des Fermettes du Rang 13 permet au territoire dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvoluer dans une perspective de dĂŠveloppement durable CrĂŠdit photographique : Sylvain Laroche, 2010

En raison de la baisse des fidèles et de la population, il nâ&#x20AC;&#x2122;y a plus de curĂŠ rĂŠsidant Ă  Saint-Camille et en 1998, le Groupe du Coin achète le presbytère. Après deux ans de rĂŠflexion et une consultation de la population de 50 ans et plus, la coopĂŠrative La CorvĂŠe, fondĂŠe pour lâ&#x20AC;&#x2122;occasion, dĂŠcide en 2000, de transformer le presbytère en rĂŠsidence SRXUSHUVRQQHV¤JÂŤHVHWHQFHQWUHGHVRLQ(QSOXVGÇ XQH dĂŠpopulation typique (ex.: migration des jeunes vers les grands centres pour les ĂŠtudes et le travail), SaintCamille connaĂŽt aussi une perte des populations plus ¤JÂŤHVTXLGÂŤPÂŤQDJHQW¢SUR[LPLWÂŤGHVVHUYLFHVDGDSWÂŤV Ă  leurs besoins. Lâ&#x20AC;&#x2122;originalitĂŠ de La CorvĂŠe, est dâ&#x20AC;&#x2122;allier deux coopĂŠratives : une coopĂŠrative de logements pour SHUVRQQHV ¤JÂŤHV HW XQH FRRSÂŤUDWLYH GH VRLQV GH VDQWÂŤ qui profite Ă  tous les rĂŠsidants de Saint-Camille. Faisant GÇ XQHSLHUUHGHX[FRXSVODWUDQVIRUPDWLRQGXE¤WLPHQW patrimonial a permis dâ&#x20AC;&#x2122;amĂŠliorer lâ&#x20AC;&#x2122;offre de logements SRXU SHUVRQQHV ¤JÂŤHV HW OÇ RIIUH GH VRLQV GH VDQWÂŤ (Q partenariat avec la SociĂŠtĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;habitation du QuĂŠbec, cinq logements adaptĂŠs ont ĂŠtĂŠ construits en plus des logements crĂŠĂŠs Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠrieur du presbytère. Le nom, ÂŤ la CorvĂŠe Âť, rappelle lâ&#x20AC;&#x2122;esprit dâ&#x20AC;&#x2122;entraide et de solidaritĂŠ, valeurs fondamentales de la coopĂŠrative. La CorvĂŠe a ĂŠtĂŠ rĂŠcipiendaire du Prix RuralitĂŠ 2002 lors de la 6e ĂŠdition de la SoirĂŠe des prix dâ&#x20AC;&#x2122;excellence dâ&#x20AC;&#x2122;Agriculture et Agroalimentaire Canada.


8

On retrouve plusieurs autres projets structurants Ă  Saint-Camille:  ǧ /HSURMHWÂ&#x2039;FROHÂŤORLJQÂŤHHQUÂŤVHDX;  ǧ /HMusĂŠe de la Souvenance;  ǧ /Ç DQFLHQQHVWDWLRQVHUYLFHWUDQVIRUPÂŤHHQHVSDFH de crĂŠation pour artistes;  ǧ /HSURMHWGXParc agro-villageois;  ǧ /HSentier familial de Saint-Camille;  ǧ /HSURMHWInode Estrie;  ǧ /DWUDQVIRUPDWLRQGHOÇ ÂŤJOLVHHQVDOOHPXOWLIRQFWLRQQHOOH ǧ /HFestival international du masque du QuĂŠbec Ă  SaintCamille; ǧ /HRegroupement des artistes vivant en ruralitĂŠ (RAVIR); ǧ /HVFRQFHUWVGHODFKDSHOOH6DLQW$QWRLQH

RetombĂŠes et bĂŠnĂŠfices Il est difficile dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvaluer avec prĂŠcision lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble des retombĂŠes de ces expĂŠriences. Souvent, les bĂŠnĂŠfices sont indirects ou LQWDQJLEOHV7RXWHIRLVODPXQLFLSDOLWÂŤDUHQRXÂŤDYHFODFURLVVDQFH dĂŠmographique, enjeu majeur du dĂŠveloppement pour SaintCamille, ce qui suppose une vĂŠritable reconnaissance des efforts quâ&#x20AC;&#x2122;elle dĂŠploie pour amĂŠliorer son cadre de vie. Au plan culturel : ǧ ¢VSHFWDFOHVSURIHVVLRQQHOVSDUDQQÂŤH  ǧ ¢H[SRVLWLRQVHQDUWYLVXHOVDQQXHOOHPHQW  ǧ $WHOLHUVHWFRQIÂŤUHQFHVRIIHUWVVXUSODFH  ǧ Â&#x2039;FKDQJHLQWHUFXOWXUHODYHFOH0DOL  ǧ 5D\RQQHPHQWLQWHUQDWLRQDODVVXUÂŤORUVGHFROORTXHVRX dans des revues et journaux;  ǧ &UÂŤDWLRQGHQRPEUHX[HVSDFHVSURSLFHV¢OÇ ÂŤSDQRXLVVHPHQW de la crĂŠativitĂŠ et Ă  la diffusion des arts (Pâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur, atelier dâ&#x20AC;&#x2122;artiste, MusĂŠe de la Souvenance);  ǧ 8QIHVWLYDOLQWHUQDWLRQDOGHPDVTXH  ǧ Â&#x2039;WDEOLVVHPHQWGXVLÂŞJHVRFLDOGH5$9,5¢6DLQW&DPLOOH Au plan ĂŠconomique : ǧ ,PSOLFDWLRQHWVRXWLHQGHVDFWLYLWÂŤVSDUGHVSDUWHQDLUHV publics et privĂŠs;  ǧ &UÂŤDWLRQGHQRXYHDX[HPSORLV  ǧ 0DLQWLHQGÇ XQHVLWXDWLRQGHSOHLQHPSORL  ǧ $XJPHQWDWLRQGHVPLVHVHQFKDQWLHU  ǧ 0DLQWLHQGHVVHUYLFHV¢ODSRSXODWLRQ  ǧ 'LYHUVLČ&#x160;FDWLRQÂŤFRQRPLTXH  ǧ NLORPÂŞWUHVGHFKHPLQDPÂŤQDJÂŤ

Au plan environnemental : ǧ 3URWHFWLRQGHDFUHVGHPLOLHX[KXPLGHV  ǧ 3URWHFWLRQGXPLOLHXIRUHVWLHU  ǧ '«YHORSSHPHQWWHUULWRULDOVHQVLEOHDX[HQMHX[  environnementaux;  ǧ '«YHORSSHPHQWGǠXQHDJULFXOWXUH¢«FKHOOHKXPDLQH  ǧ &RQVWUXFWLRQGHU«VLGHQFHV«FRORJLTXHV  ǧ '«YHORSSHPHQWGHQRXYHDX[SURGXLWVDJURIRUHVWLHUV Au plan social : ǧ $XJPHQWDWLRQSU«YXHGHODSRSXODWLRQGH  ǧ $P«OLRUDWLRQGHODTXDOLW«GHYLH  ǧ &U«DWLRQGǠXQPLOLHXGHYLHDGDSW«DX[EHVRLQVGHV   SHUVRQQHV¤J«HV  ǧ $FFXHLOGHQRXYHOOHVIDPLOOHV  ǧ 2IIUHGHVHUYLFHGHVRLQVGHVDQW«  ǧ '«YHORSSHPHQWGǠXQHH[SHUWLVHGDQVOǠDFFXHLOGH nouveaux habitants;  ǧ 5HQIRUFHPHQWGHODFRK«VLRQVRFLDOHJU¤FH¢OǠDQLPDWLRQ des lieux publics;  ǧ 3DUWLFLSDWLRQDXSURMHW/DERUDWRLUHVUXUDX[GXTX«EHF  ǧ 3DUWLFLSDWLRQ¢GLII«UHQWHVUHFKHUFKHVXQLYHUVLWDLUHV

Points forts de la dĂŠmarche

   

ǧ ,QWÂŤJUDWLRQGHVQRXYHDX[UÂŤVLGDQWV¢ODG\QDPLTXH communautaire; ǧ 0RELOLVDWLRQGHV&DPLOORLVHW&DPLOORLVHV ǧ ,PSOLFDWLRQGXUDEOHGHVLQVWLJDWHXUV ǧ 9RORQWÂŤGÇ LQYHVWLUHWGHSUHQGUHGHVULVTXHVČ&#x160;QDQFLHUV personnels pour le bien de la communautĂŠ; ǧ 6\QHUJLHHQWUHOHGÂŤYHORSSHPHQWFXOWXUHOHWODFRPPXQDXWÂŤ

DĂŠfis Ă  relever ǧ 0DLQWHQLUOHVVHUYLFHVH[LVWDQWV  ǧ &RQWLQXHU¢DWWLUHUGHQRXYHOOHVIDPLOOHV  ǧ Â&#x2039;WDEOLUXQPÂŤFDQLVPHGÇ ÂŤYDOXDWLRQHWGHVXLYL Valeurs : Le plaisir, la crĂŠativitĂŠ, lâ&#x20AC;&#x2122;innovation, la convivialitĂŠ, lâ&#x20AC;&#x2122;entraide, lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠthique, la confiance, le partage des connaissances, la solidaritĂŠ, lâ&#x20AC;&#x2122;union, la protection de lâ&#x20AC;&#x2122;environnement, lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠducation, lâ&#x20AC;&#x2122;utopie, le travail en rĂŠseau, lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠgalitĂŠ intergĂŠnĂŠrationnelle, la famille, le respect.

Saint-Camille est une communautĂŠ rurale reconnue pour la qualitĂŠ de son cadre de vie CrĂŠdit photographique : Sylvain Laroche, 2008


9

RĂŠfĂŠrences Bienvenue au Pâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur de Saint-Camille. [En ligne]. Page consultĂŠe le 20 dĂŠcembre 2010, [http://www.ptitbonheur.org] CASSEN, C. (2006). ÂŤ Un village-monde au QuĂŠbec Âť, Le Monde diplomatique, no. 629, aoĂťt 2006, page 11, [En ligne]. Page consultĂŠe le 25 mai 2010, [http://www.mondeGLSORPDWLTXHIU&$66(1@ GIRARD, J-P. et LANGLOIS, G. (2006). ÂŤ CoopĂŠratives de solidaritĂŠ, dĂŠveloppement et pĂŠrennitĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;une innovation sociale. Une ĂŠtude comparative de deux expĂŠriences quĂŠbĂŠcoises Âť, Annals of Public and Cooperative Economics, SDJHV *,5$5'-3HW/Â&#x2039;9(648(% GLU   m/D&RRSGH solidaritĂŠ en soins et services de Saint-Camille et son impact sur la cohĂŠsion sociale Âť, Cahiers du CRISES, Collection Â&#x2039;WXGHVGHFDVGÇ HQWUHSULVHVGÇ ÂŤFRQRPLHVRFLDOHQR(6 85 pages. +DUYH\5  m'ÂŤYHORSSHPHQWFXOWXUHO8QQRXYHO espace rural Âť, Le Devoir, ĂŠdition du samedi 12 et du GLPDQFKHPDL La ClĂŠ des Champs, coopĂŠrative de solidaritĂŠ, panier ASC. [En ligne]. Page consultĂŠe le 20 dĂŠcembre 2010, [http://www. cle-des-champs.qc.ca/] Mes Sources : MRC des Sources. [En ligne]. Page consultĂŠe le 20 dĂŠcembre 2010, [http://www.messources.org]

6DLQW&DPLOOHÇ&#x153;5ÂŤXVVLWHUXUDOHVÇ&#x153;0$0527>(QOLJQH@3DJH consultĂŠe le 5 janvier 2011, [http://www.mamrot.gouv.qc.ca/ developpement-regional-et-rural/ruralite/reussites-rurales/ saint-camille/] Vivre ensemble pour la planète. [En ligne]. Page consultĂŠe le 20 dĂŠcembre 2010, [http://vivreensemblepourlaplanete. blogspot.com/2009/05/rencontre-avec-sylvain-laroche-artisan. html]

Mots clĂŠs: RuralitĂŠ, dĂŠpopulation, dĂŠmographie, Pâ&#x20AC;&#x2122;tit Bonheur, Rang 13, ClĂŠ des Champs, CorvĂŠe, cohĂŠsion sociale et intergĂŠnĂŠrationnelle, dĂŠmocratie participative, autogestion, diversification ĂŠconomique, bĂŠnĂŠvolat, innovation sociale, qualitĂŠ de vie, attraction de nouvelles populations, famille, travail en rĂŠseau.

Cette fiche a ĂŠtĂŠ rĂŠalisĂŠe par lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠquipe de recherche de la Chaire en paysage et environnement de lâ&#x20AC;&#x2122;UniversitĂŠ de MontrĂŠal en collaboration avec Denis Lemieux, architecte, conseiller en dĂŠveloppement durable, Direction du lectorat et des politiques, ministère de la Culture, des Communications et de la Condition fĂŠminine.

MunicipalitĂŠ canton de Saint-Camille. [En ligne]. Page FRQVXOWÂŤHOHGÂŤFHPEUH>KWWSZZZVDLQWFDPLOOHFD@ Projet de dĂŠveloppement dĂŠmographique de Saint-Camille. [En ligne]. Page consultĂŠe le 20 dĂŠcembre 2010, [http:// ZZZUXUDOLWHTFFDIUSURXHVVHVUXUDOHV352-(7'( '(9(/233(0(17'(02*5$3+,48('(6$,17&$0,//(@ 52//,1-HW9,1&(179  m$FWHXUVHWSURFHVVXV dâ&#x20AC;&#x2122;innovation sociale au QuĂŠbec Âť, RĂŠseau quĂŠbĂŠcois en LQQRYDWLRQVRFLDOHSDJHV Saint-Camille, (2009). Guide du citoyen, 16 pages. 6DLQW&DPLOOH>(QOLJQH@3DJHFRQVXOWÂŤHOHGÂŤFHPEUH 2010, [http://www.slideshare.net/fjat2010/saintcamille]

Ă&#x2030;quipe de rechercheǧ6\OYDLQ3DTXHWWHHW3KLOLSSH3RXOODRXHF*RQLGHF GLUHFWLRQVFLHQWLČ&#x160;TXH ǧ0DUF&KHQRXGD UHFKHUFKHUÂŤGDFWLRQHWPLVHHQSDJH ǧ'DQQ\$XELQ PLVHHQSDJH


Portrait de Saint-Camille