Issuu on Google+

et

les garรงons


Long, très long, trop long .... C'était cool, c'est vrai, mais un peu beaucoup trop long. Au départ c'était génial c'est sûr et surtout inattendu. Méga surprise, mec. A peine la bagarre s'est tassée on se trouve sur la plus rapide des planches à s'en aller au hasard des humeurs de bons dieux se trimballer d'une aventure à l'autre. On va dire see, sex and sun quoi. Et du vent. Du bon vent. Enfin pas tout le temps mais on s'en sortait. Vrai, on a eu quelques pertes, quelques côtes cassées mais, on ne peut pas passer des années de vacances, et quelles putain de vacances de rêve sans laisser deux, trois copains au bord de la route, la route, hein, manière de parler. Mais la majorité de l'équipe rentre, c'est le principal. On n'était plus loin. Nan. C'est qu'on était près, même. Le boss a une fâcheuse tendance à laisser traîner ses larges épaules devant moi ou bien, c'est moi, son second qui lui colle tout le temps au dos, mais voilà en ce moment j'étais encore à rien voir derrière lui. Lui oui, il la voyait. Il paraît que c'était la bonne, cette fois. Il est presque sûr que nous sommes enfin chez nous. Impressionné par l'importance du moment je tremblotai et pire encore je me sentis faible. Je croyais avoir oublié ce mot. Vomir. Et puis non, voilà qu'après vingt ans de croisière avec des potes entre les Cyclades il me revint et pas seul mais avec une envie de gerber tout ce que je sais, tout ce que j'ai retenu pendant ce temps fou derrière nous.

– Arrête-le ! Je vais... – Arrête-le ! Je vais...

et puis c'est con, non, qu'est-ce que je raconte, oublie, oublie, je peux gerber par-dessus le bord à bâbord, à tribord au choix ...

Il ne m'entendit même pas, Heureusement

– On y est, regarde, regardez les gars ... elle est la plus belle ... ya pas de photo c'est la plus belle !

– C'est quoi photo ?

2


Hellènes et les garçons

– Sais pas mais c'est fort comme expression, non ? Alors ? Qu'est-ce quet'en dis ? – Ouais. – C'est tout ? – Tu veux quoi, au juste : que je m'extasie ? Photo ? Allez, c'est pas mauvais mais sans plus.

– Non, putain. Bien sûr que non. Je te parle de ce qui est devant nous, notre île ! Eh, les gars on est chez nous, définitivement on est les meilleurs ! Les cris derrière moi, individuels au départ se réunirent dans un seul hurlement assourdissant et plus que ça que l'on n'entendit même aucun bruit au moment où les gamelles en fonte jetées en l'air touchèrent le pont en retombant. Les regards d'un sanglier halluciné les gars se précipitèrent tous vers la proue pour la voir finalement, notre île. Elle était là à peine à cinq minutes de nage devant nous. Trop ! Tout le monde plongea dans la mer. Quelqu'un cria : larguez les amarres, mais ce qui fut largué ce fut l'idée même de larguer quoi que ce soit et surtout pas les amarres afin de respecter les arts nautiques! Les garçons sentirent le fond sablé et marchaient poussant de l'eau à côté avec une frénésie époustouflante. Les premiers sortis de la mer se jetaient sur la plage et pleurant et riant en même temps restaient allongés épuisés et heureux. Le patron, son chien Argos et moi nous étions les derniers. Argos se mit à renifler autour de lui et le long de la plage en s'aventurant un peu dans la partie boisée derrière la rive. –Il sent, il sait que nous sommes chez nous. Mais ce qu'il ne savait pas c'était qu'il y avait d'autres clébards dans les parages. Heureusement que le petit chien avait gardé sa vélocité malgré le long séjour sur un bateau. Nous le vîmes courir vers nous chassé par deux gros chiens noirs. Le patron le prit dans ses bras mais ce n'était pas ce qui arrêta les deux autres. Ceux qui essayaient de les calmer se retrouvèrent par terre. Ils avaient la force d'une ourse ces chiens-là. Tout d'un coup ils se tournèrent et partirent en courant vers deux hommes qui les sifflaient et qui se rapprochaient de nous. On avait été absent longtemps oui, c'est incontestable, on revient sans prévenir, c'est pas faux non plus mais c'est à nous ce putain de bout de terre que les dieux ont fait émerger de la mer pour nous l'offrir. Qu'ils se soient égarés avec leur barque ça passe encore mais nous envoyer leur tueurs noirs, trop c'est trop. Le capitaine posa Argos par terre et partit à leur rencontre. Ils s'arrêtèrent devant nous et nous regardaient avec pas mal de dégoût et aves beaucoup d'autorité. –Qui êtes-vous ? La voix d'Ulysse, la voix du roi légitime ne les impressionna pas plus que les aboiements d'Argos n'avaient effrayé les deux bêtes. – Wer seid ihr ? Hier ist ein privat Bezitz ! - Pas possible ! Mais c'est des Francs ! Ce sont des Germains ! Ils demandent qui nous sommes.

Déjà vendu

3


Hellènes et les garçons

C'était Ritalix, le seul Romain parmi nous qui les comprit, il avait beaucoup voyagé et pouvait comprendre les peuples du nord. Ceux du sud aussi mais ceci n'avait pas d'importance dans notre situation où on n'avait que ces deux rouquins devants nous. – Ah bon, alors voilà, moi aussi je vais être franc, qu'ils dégagent leurs gros ventres hors de mon île. Est-ce que je vais moi avec Argos squatter les bords du Rhin ? Ritalix traduit et eux ils restaient sans bouger. Même mouillés nous étions, tout de même une petite armée et nous pensions les chasser en avançant d'un pas vers eux. Sauf que ces types n'avaient pas franchement le profil à avoir peur. Ils ne reculèrent même pas d'un pied. Ils sifflèrent et quelques instants plus tard nous vîmes arriver des hommes, presque les mêmes que les deux autres, tous plutôt blonds, la plupart plutôt gros, plutôt à quatre cette fois. Mais plusieurs fois à quatre. Ils nous entourèrent et le plus âgé d'entre eux expliqua quelque chose aux siens à mi-voix et puis il nous parla à nous. Il parlait notre langue même s'il prononçait les mots bizarrement. Avec un accent franc, quoi. –Respecté Ulysse et les autres valeureux marins, nous vous souhaitons la bienvenue sur l'île d'Ithaque. Il se lança dans un long discours. Les mecs, je veux dire nos mecs, les Grecs, déjà fatigués commencèrent à s'assoir l'un après l'autre abasourdis par ce que ce putain d'orateur à l'accent nous servait. Bref : pendant que nous nous bagarrions avec ce malabar Polyphème et pendant que nous étions mille fois mis en danger par des méchants ou par des tempêtes terribles sur des mers connues et inconnues il se trouve que les rois restés douillettement chez eux ont dilapidé tout l'or et tout le pognon et pour s'en sortir ils ont vendu des trucs, des trucs différents, comme par exemple notre île d'Ithaque. .

- Penelope ? Et mon fils Télémaque ? - Penelopeu, répondit le vieux Franc menteur, elle est la cuisinière en chef d'Itakahof, une maison de repos et de séjours des gens qui ont participé à l'acquisition de ce domaine. Et Le jeune Télémaque sera le guide touristique. Le tourisme est le nom donné à la traditionnelle hospitalité locale mais commercialisée. . Militairement nous ne pouvions pas nous y opposer. Fatigués, abattus par cette nouvelle, moins nombreux nous ne pouvions que rejoindre notre bateau. Ulysse est le plus malin de tous, il va trouver une parade, pensais-je. Je ne m'étais pas trompé. Vers minuit il vint vers moi, je ne dormais pas. Personne ne dormait. Il me dit – Te souviens-tu de l'histoire de cette fille que Zeus vit un jour se promener au bord de la mer. - Oui, oui, il tomba follement amoureux d'elle, prit la forme d'un taureau..

– Je vois que tu sais. Avec elle il est parti et ils se sont unis et ils ont eutrois enfants ... Ses trois frères à la nana la cherchèrent partout et ils amenèrent un peu partout le savoir et Déjà vendu

4


Hellènes et les garçons

la culture phénicien et de plus loin. Cette fille s'appelait Europe. Allons la chercher allons la rappeler la nuit où elle traversa la mer sur le dos de ce taureau qui était Zeus, allons lui dire que nous pensons que cette mer et les cailloux dans cette mer, les îles ne peuvent pas être vendus, qu'elle doit les défendre et que nous sommes avec elle et que nous nous battrons pour elle, même avec une révolution s'il le faut ..

– C'est quoi ça ‘'révolution'' – Sais pas mais c'est fort comme expression, non ? – Oui, oh oui putain !

Déjà vendu

5


Hellènes et les garçons

Déjà vendu

6


Hellenes et les garçons