Page 1

page 1:page 1

M N CJ

21/01/10

9:59

Page 1

POUR LA SNCF : "WAGON ISOLÉ, TGV NON RENTABLES... ON SUPPRIME" PAGE 3

ÉLECTIONS RÉGIONALES

L’HUMAIN D’ABORD La liste du Front de Gauche en Nord/Pas-de-Calais a été présentée samedi dernier à Lille. Conduite par Alain Bocquet, elle se déclare “candidate à la direction de la région”.

PAGES 6, 7 et 8 JEUDI 4 FÉVRIER À 18H30 - SALLE JEAN NOHAIN À LENS

M E E T I N G AVEC ALAIN BOCQUET ET JACKY HÉNIN DANS LE CADRE DES ÉLECTIONS RÉGIONALES DE MARS 2010 128, B OULEVARD B ASLY - 62300 LENS -T ÉL . 03.21.74.89.89- FAX 03.21.74.89.88 (e-mail : liberte.62@wanadoo.fr) - 1,30

€ - N°897 DU J EUDI 22 AU J EUDI 28 J ANVIER 2010


Page 3:Page 3

21/01/10

9:55

Page 1

Événement

POUR LA SNCF : "WAGON ISOLÉ,

TGV NON RENTABLES... ON SUPPRIME"

M N CJ

C

Le service public à l'encan

Les cheminots tiennent à fustiger une politique de casse du service public, avec l'abandon du wagon isolé et la transformation de la gare en "coquille vide"...Développer le dit service public des transports de marchandises est un paramètre découlant d'une revendication récurrente et fondamentale. Huit sites sur onze ont déjà été supprimés dans la région et dans un proche avenir, il ne subsistera en France pas plus que quatre gares de triage... OMMENT en est-on arrivé là ? La SNCF, politique commerciale oblige, sʼapprête à injecter des millions de camions sur les routes, aggravant ainsi la situation écologique et lʼinsécurité routière des citoyens empruntant toutes les infrastructures routières. LʼEtat nʼest-il pas garant de la sécurité publique ? Le triage, c'est le coeur de métier et un savoir-faire exemplaire des salariés de Somain, salariés qui, menacés au quotidien par la perte de leur emploi, ne baissent pas les bras et sont unis à défendre le fret SNCF. Comment une gare (Somain) mise en service en 1846 peut-elle disparaître ? Comment diversifier les offres et les demandes ? Toute la manœuvre de la SNCF n'a pour objectif que de faire peur, dʼanesthésier et d'empêcher la résistance au nom des prérogatives prises en haut lieu au mépris des pratiques élémentaires d'un transport "propre"... et, bien évidemment, des postes de travail. Les grandes lignes du plan «Fret ferroviaire de lʼavenir» annoncées par JeanLouis Borloo ne rassurent pas non plus. Ce plan profitera avant tout aux «autoroutes ferroviaires» et au «fret à grande vitesse» et non au «wagon isolé», qui permet pourtant dʼapprovisionner de petites entreprises qui nʼont ni les moyens ni le besoin dʼaffréter un train complet. Mais la SNCF ne veut plus de cette activité jugée pas assez rentable. Pour la SNCF, le schéma directeur n'est pas finalisé, le gouvernement parle de son application, il y a un décalage entre les deux parties et cela mérite d'être éclairci. Les élus et les syndicalistes, décidés à poursuivre leurs démarches, savent qu'il n'y a pas de temps à perdre et lorsque la question sur la pérennité de la gare est posée directement au ministre de tutelle, la réponse ne doit souffrir d'aucune ambiguïté. Lʼéquilibre RailRoute-Voies navigables doit être un axe prioritaire mais aucun engagement n'est pris pour les emplois. La mobilisation à tous les niveaux de la profession est réelle, elle concerne tous les cheminots,

é dA i t o

toutes catégories confondues. La démographie est un leurre, car il faudra attendre 2018, pour avoir un rééquilibrage entre actifs et retraités, aujourdʼhui, on compte 300 000 retraités pour un peu plus de 160 000 actifs. Le régime spécial a été créé en 1909 pour tenir compte des contraintes de notre métier : spécificité des tâches, obligations de sécurité, continuité du service public. Nous ne sommes plus au temps de la vapeur, mais ces contraintes existent toujours. 120 000 cheminots ont des horaires atypiques ou décalés. Ce que le gouvernement prévoit, cʼest la remise en cause des droits sociaux des cheminots actifs et retraités provoquant un nivellement par le bas. La prochaine suppression de lignes TGV (ParisArras et Lille-Strasbourg, pour la région), c'est le service public à l'encan. Aujourd'hui, de nombreuses personnalités et édiles locaux s'en émeuvent. Qui sera demain aux côtés des cheminots dans leurs actions pour la pérennité du service public ? La question mérite d'être posée... P.P.

LES CHEMINOTS CGT DU NORD/PAS-DE-CALAIS :

"LES MÉFAITS DE L'OUVERTURE À LA CONCURRENCE"

Lʼannonce de la possible suppression de TGV jugés «non rentables» par la SNCF fait grand bruit sur notre région, de par le fait que deux lignes (Arras/Paris et Lille/Strasbourg) seraient directement impactées par cette décision.

L

ES Médias et plus généralement les citoyens commencent à sʼapercevoir des méfaits de lʼouverture à la concurrence ! Si lʼon peut se féliciter de cette prise de conscience, elle nous semble quand même pour le moins contradictoire avec la stigmatisation que font de nombreux médias et citoyens sur les cheminots comme étant des «privilégiés-gréviculteurs» ! Ce nʼest pas dʼaujourdʼhui que la SNCF dit que le TGV nʼest pas un Service Public et quʼà la CGT nous le dénonçons. Il est en train de se passer sur le TGV ce que la SNCF applique

bureaux de Poste en milieu rural ou éloignés, la SNCF est en train dʼappliquer la même logique celle de la rentabilité et cela sous le prétexte de se préparer à lʼentrée de la concurrence. Mais la concurrence, elle ne se placera pas si ce nʼest pas rentable, car il faut rémunérer les actionnaires, ce que nʼa pas à faire lʼentreprise de service public quʼest «encore pour le moment» la SNCF. Le Budget qui sera soumis au Conseil dʼAdministration le 21 janvier prévoit une modification en profondeur de lʼévolution du groupe SNCF. En effet lʼEPIC (maison mère SNCF) ne représentera plus

que 59% du chiffre dʼaffaires en 2010 alors quʼil représentait 75% en 2008. Cela signifie une montée en puissance des filiales. Quant à lʼemploi, après avoir supprimé 21500 emplois depuis 2002, la SNCF prévoit dʼen supprimer 3600 de plus dont 2600 au Fret. Dʼores et déjà la CGT a proposé aux autres Organisations Syndicales un mouvement de grève de 24h pour TOUS les cheminots le 3 février prochain. Une fois encore, cette action de grève ne sera pas contre les Usagers, mais bien pour obtenir les moyens de fournir un véritable Service Public au service du public.

Ensemble, les élections régionales, c’est parti !

LORS que certains arrivent à laisser croire que notre Fédération est lʼune des plus identitaires, notre département peut se targuer dʼêtre parmi les premiers à avoir défini un partenariat élargi avec lʼensemble des composantes fondatrices du Front

Liberté 62 n°897 - Le 22 Janvier 2010

depuis plusieurs mois sur dʼautres activités. Au Fret, le Wagon Isolé : «pas rentable, on supprime !», conséquences retour à la route de milliers de camions. Auto-Train de Seclin, la possibilité de mettre votre voiture sur le train pour descendre dans le sud de la France : «pas rentable, on supprime !», conséquences retour à la route de milliers de voitures. Liaisons Corail inter-cités : de grandes villes à grandes villes, là ou il nʼy a pas le TGV : «pas rentable, on supprime !» A lʼinstar de ce qui se passe à la Poste où nos camarades CGT dénoncent la suppression des

de gauche reconstitué à lʼoccasion de ces élections régionales. Au-delà de porter une grande ambition pour notre région avec Alain Bocquet, ce rassemblement apporte une réponse citoyenne à celles et ceux qui portent lʼexigence dʼune gauche de combat

rassemblée face à celle du renoncement et de la résignation. Nombreux sont ceux qui souffrent et qui rêvent à la possibilité dʼun monde meilleur, dʼune gauche qui ne rechigne pas sur ses valeurs, qui les revendiquent et qui les portent haut ! -3-

Nombreux sont ceux qui souhaitent une gauche inventive, aux bases sociales, écologistes et citoyennes. Cette gauche espérée est née dans notre Région avec le Front de Gauche que conduira Alain Bocquet avec lʼambition de guider la destinée du Conseil Régional en

plaidant lʼHumain dʼabord ! Il nous reste à le faire vivre pour nous conduire à la victoire ! Ensemble, les élections régionales en Nord-Pas-deCalais, cʼest possible ! Thomas Boulard


page 4:page 5

21/01/10

9:54

Page 1

Social Auchan Nord/Pas-de-Calais M N CJ

LA PRIME DE PROGRÈS, UNE PEAU DE CHAGRIN, MAIS CHUT... IL NE FAUT PAS EN PARLER

Lors d'initiatives multiples, des délégués CGT de Castorama, dʼAuchan, dʼenseignes plus petites, ont apporté leurs expériences et leurs pratiques propres à chaque type de travail et d'activités professionnelles. La zone commerciale de Noyelles-Godault, lʼune des plus importantes au nord de Paris, est un lieu incontournable du passage des militants cégétistes. À Nœux-les-Mines, à Leclerc, des plaintes ont été déposées aux Prudʼhommes par une dizaine de salariées pour harcèlement sur leur lieu de travail. Carrefour, Leclerc, Auchan, Casino, Cora, Champion, Match : ce secteur économique connaît depuis plusieurs années un phénomène de concentration important qui impose ses lois aux producteurs et aux consommateurs. Les magasins “discount” ne sont pas en reste, Lidl, Aldi, Penny Market, Ed.

Q

UANT aux consommateurs, à en croire les agriculteurs qui dénoncent cette mainmise de la grande distribution sur leur activité, ils sont unanimes à déclarer que si les prix dʼachat de leurs produits par les grandes enseignes sont toujours tirés vers le bas, le consommateur ne profite pas de cette baisse et continue à payer ses produits au prix fort. Cité Europe à Coquelles. La caissière tourne le dos... Lʼimage est connotée. Lors des rencontres de la CGT à Calais avec les syndicalistes de diverses branches professionnelles, il y eut un échange avec ceux de la grande distribution et du commerce. Cela se passait, dans la zone commerciale de la Cité de lʼEurope, à Coquelles. À un moment donné, un délégué CGT sʼavance vers une caissière de Carrefour pour lui donner un tract, cette dernière quitte ostensiblement son poste de travail et lui tourne le dos. La surprise nʼen était pas une puisque lʼambiance générale est "habituellement" au harcèlement et à la suspicion envers tout le mouvement syndical organisé. Ce geste est révélateur

L

de lʼambiance quotidienne au travail et cette caissière a réagi selon les consignes de la direction. Bien sûr, des “candidats libres et autonomes” ne gênent nullement les directions. Aussi, pour entretenir des liens étroits avec les personnels des grandes surfaces, la CGT organise des actions ciblées dans toute la région. Pas de garanties

Comment rendre la CGT plus forte ? Le patronat de ce secteur cherche à liquider les garanties collectives, à l'exemple de la dénonciation de la convention collective des grands magasins. A ces revendications s'ajoutent celles d'un emploi stable, à temps plein, et d'un salaire convenable en rapport avec la qualification des travailleurs. Comment pointer, par exemple, la responsabilité des donneurs d'ordres qui ont recours à la sous-traitance, comme dans la prévention sécurité ? Symbole de cette solidarité syndicale et interprofessionnelle, les motions de soutien aux personnels de Kiabi ainsi qu'à ceux des McDo. Lʼaccueil réservé à la CGT ne gêna nullement les personnels

dʼAuchan, notamment, le commerce le plus important de NoyellesGodault avec 900 salariés. Mais les discussions les plus franches se sont tenues à lʼécart des caméras “mirador”, celles qui permettent de voir ce qui se passe à lʼextérieur du magasin. Dès que le personnel était hors du champ de la caméra, la discussion reprenait de plus belle et beaucoup de questions nous étaient directement adressées ainsi quʼà un délégué central CGT dʼAuchan France. Les questions récurrentes : les salaires de base, les mutuelles, les contrats de travail, la prime de participations aux bénéfices, (une fois par an, elle n'excéde pas les 8% dans le meilleur des cas) les rémunérations 2010, etc. etc. Chez Auchan, faire une déclaration à la presse n'est pas chose facile, en ce qui concerne (bien sûr) les salariés. Une déléguée CGT de Noyelles-Godault nous précisait récemment que l'ambiance sociale y est mauvaise et la dernière prime de "progrès" (trimestrielle,

elle) n'est guère élévée... Et puis on fait aux chiffres ce que l'on veut. Un groupe mondial

Auchan est un groupe mondial (les enseignes russes en sont les fleurons en termes de bénéfices) avec plusieurs directions opérationnelles, une Banque, (la banque Accord), un secteur immobilier important avec Immochan. “A chaque fois que lʼon distribue un tract à Auchan, dit la CGT, la direction répond aussitôt, coup pour coup. Et elle va discuter directement avec les personnes contactées par la CGT. Aussi, pour faire passer le message, il ne nous reste plus que le contact direct avec les salariés aux abords des magasins et ce dès les premières heures. À Auchan Noyelle-Godault, par exemple, il faut y être pratiquement, dès 5 heures du matin, tellement la flexibilité touche un grand

nombre de secteurs et les personnels qui en dépendent.” Quant aux formations, une notion très importante dans la grande distribution, les commentaires critiques sur les contenus de ces formations ne manquent pas. “C'est une évidence, il sʼagit de stages bidons, dit un salarié ; pourtant je crois que ces fameux stages entrent dans le cadre d'un plan de formation et que toute formation doit se solder pour le salarié par une remise d'attestation de fin de stage. Si on relève le nombre de stages imposés par Auchan à ses salariés, on peut conclure que les employés du groupe sont qualifiés.” Un salarié syndiqué “isolé” doit pouvoir recevoir et diffuser les informations syndicales sur les lieux de travail ; cʼest une conquête de mai 68. Cela concerne, aussi, tous les personnels de la Grande distribution et du commerce. Pierre Pirierros

PRATIQUES ABUSIVES AVEC LES FOURNISSEURS...

'ETAT, 'ETAT il y a quelque temps, a assigné devant les tribunaux de commerce neuf enseignes de la grande distribution pour des pratiques abusives avec des fournisseurs, a annoncé mercredi le secrétariat d'Etat au Commerce. Auchan, Carrefour, Leclerc, Casino, Cora et Système U font partie des enseignes assignées. La direction de la concurrence, de la consommation et de répression des fraudes a contrôlé 400 contrats type et parmi eux "plusieurs centaines de contrats avaient des clauses litigieuses", Ces clauses abusives concernent par exemple les contrats qui imposent aux fournisseurs de racheter leur marchandise invendue au même prix ou qui prévoient de fortes pénalités imposées par le distributeur en cas de retard de livraison du fournisseur. Sont concernés aussi les contrats qui obligent les fournisseurs à accepter de faire un rabais sur leurs produits sans contrepartie réelle. Depuis cette annonce faite fin octobre 2009, c'est aujourd'hui, le silence total sur ce genre de pratiques...

Gérard Mulliez : "Le mal ne fait pas de bruit ; le mépris fait beaucoup de mal" Une conclusion dévastatrice pour les "salariés" de la famille se croyant actionnaires. "Le groupe Mulliez a fait 1,6 mil- Mulliez est le suivant (bénéfice : Jules (sociaux) : + 24,7 millions perte de Tape à lʼœil est entièreExtrait : ment due à des pertes exceptiondʼeuros ; liards dʼeuros de bénéfices en + ; perte : -) :

"PORTRAIT DE FAMILLE"

"Tous les petits porteurs de parts Valauchan seront donc heureux dʼapprendre quʼils ne partagent pas la même pitance que ceux qui les dirigent. Mais après tout, ces derniers ont des décisions difficiles à prendre : nʼest-ce pas à eux que lʼon sʼadresse lorsquʼil sʼagit dʼexpliquer les réductions dʼeffectifs ?" Groupe Mulliez - 1,6 milliards dʼeuros de bénéfices en 2008.

2008. Diramode, la société mère française de Pimkie, a fait pour sa part 10,9 millions dʼeuros de bénéfices. En comparaison, le résultat net consolidé des groupes Carrefour (2ème groupe mondial de grande distribution, derrière Wal Mart) et Casino est respectivement de 1,5 milliards dʼeuros et 0,5 milliard dʼeuros (Rallye – qui comprend Casino et Go Sport – réalise 0,3 milliard dʼeuros de bénéfices). Le détail du calcul pour le groupe

groupe Auchan (consolidé) : + 727,0 millions dʼeuros ; groupe Adeo (Leroy-Merlin, consolidé) : + 448,4 millions dʼeuros ; groupe Décathlon (consolidé) : + 283,5 millions dʼeuros ; 3 Suisses International (44% du résultat consolidé, part de lʼAFM) : + 75,3 millions dʼeuros ; Kiabi Europe (sociaux) : + 37,7 millions dʼeuros ; Norauto (consolidés : dernière année publiée 2006-07) : + 30,3 millions dʼeuros ; -4-

groupe Agapes (Flunch … ; consolidé) : + 20,9 millions dʼeuros ; Kiloutou (sociaux) : + 13,9 millions dʼeuros ; Diramode (sociaux – enseigne Pimkie) : + 10,9 millions dʼeuros ; Brice (consolidé) : + 10,3 millions dʼeuros ; Groupe Maisons de Famille : + 3,0 millions dʼeuros ; Phildar et Cannelle : + 1,3 millions dʼeuros ; Afin de rassurer les enseignes qui sont en perte pour lʼannée 2008, la

nelles ; chez Boulanger, la perte est liée à la cession de la filiale espagnole ; enfin, chez Tapis Saint Maclou, la perte est liée au désengagement de la filiale Allied Carpets. Comme les comptes publiés pour trois de ces enseignes (Tape à lʼœil, Top Office et Tapis SaintMaclou) sont incomplets, lʼévaluation de ces éléments nʼest pas possible ; ils ne semblent pas avoir dʼaspect récurrent, et relèvent de choix des directions." Liberté 62 n°897 - Le 22 Janvier 2010


page 5 :page 4

20/01/10

15:15

Page 1

Social LE NORD/PAS-DE-CALAIS, DEUXIÈME RÉGION PAPETIÈRE DE FRANCE

MAIS AVEC DES EFFECTIFS EN NETTE DIMINUTION...

M N CJ

STORA-ENSO :

les salariés contestent leur licenciement et ne sʼen laissent pas conter. Ils plaident leur cause devant les conseils de prudʼhommes avec une ténacité indéfectible. 63 papetiers de Corbehem ont dit combien leur licenciement en 2006 ne reposait sur aucun fondement. Cʼétait lʼarbitraire et la loi du plus fort, pour tous les dommages moraux et matériels encourus, ils demandent 48 mois dʼindemnités. Lʼaspect judiciaire dans tous ces dossiers recouvre le droit le plus élémentaire des travailleurs à se défendre. Et là, les stratégies de division de la direction vis-à-vis des syndicats, des salariés et des équipes restantes, nʼont plus cours. Les Prudʼhommes dʼArras ont écouté les salariés de Stora-Enso ; la Cour dʼappel de Douai a, elle, confirmé lʼimmobilisation des machines 3 et 4 de lʼentreprise jusquʼau jugement sur le fond. Par ailleurs, les “Géants de Papier solidaires” (association regroupant des ouvriers, employés, techniciens, cadres) contestent la décision du tribunal de commerce dʼArras sur la propriété des machines. Tout cela souligne lʼimportance de nouvelles donnes dans un combat décisif contre une multinationale qui se sert des salariés comme de simples matricules sur un échiquier mondial. Tout est dans la nuance et la direction se retranche derrrière des arguments de “politique financière” et de “revitalisation du bassin

dʼemploi”... Dʼun côté, elle licencie et de lʼautre, elle participe à “recréer lʼemploi”... Et lʼavocat des salariés de préciser que seule la rentabilité compte pour Stora Enso ! Restructuration de grande ampleur

Le Nord/Pas-de-Calais, deuxième région papetière française derrière Rhône-Alpes, subit de plein fouet la crise mondiale qui frappe la filière du papier-carton, avec quelque 900 emplois directs qui passent à la trappe. L'érosion des effectifs n'est pas récente. Alors qu'elle employait entre 13.000 et 14.000 salariés dans la région il y a une quinzaine d'années, la filière, touchée dans toutes ses composantes, n'en compte désormais plus qu'environ 8.000. Octobre 2005, la direction de Stora Enso à Corbehem annonce une restructuration de grande ampleur, avec des centaines de licenciements à la clé. Aujourdʼhui, le combat se poursuit sur la scène judiciaire et oppose la direction à lʼAssociation des géants de papier solidaires. Les “Géants de papier solidaires” engagés dans une démarche de production alternative avec des machines de la Papeterie (les “3” et “4”), issue possible à la suite de négociations serrées mais promesse ne veut pas dire acte, voilà un point de vue que Stora Enso défend au tribunal. Le litige porte donc sur la possibilité de travailler

L’EMPLOI, UN ENJEU DÉTERMINANT

Et lʼon sait pertinemment quʼune activité industrielle amputée est condamnée à terme. La situation de lʼemploi est désastreuse dans la région, dans les deux départements, dans lʼArrageois, dans le Douaisis. Lʼavenir industriel de la région est un enjeu qui concerne toute la population.

L

ʼÉVOLUTION de la situation nʼest guère favorable à lʼemploi, cʼest le moins que lʼon puisse dire. Quid de la production alternative à Corbehem? “Stora, soulignent les syndicalistes, doit être un cas dʼécole pour les cotisants du Medef ; cʼest ici que tout a été fait par la multinationale pour éviter un conflit social en pratiquant la division en faisant croire à tout le monde quʼun avenir est encore possible sur le site.” Stora Enso considère que la crédibilité du projet de reprise des machines n'est pas suffisante et que les risques de cette opération sont trop élevés pour poursuivre les négociations. Qui peut faire pression sur la multinationale ? Il nʼy a pas de fatalité à la crise de lʼemploi. Qui peut croire un instant quʼun État comme la France ne peut discuter sérieusement avec le PDG dʼune multinationale ? Cʼest un autre débat qui sʼinstaure, sur les pratiques en cours dans cette Europe libérale, rejetée massivement en mai 2005.

Liberté 62 n°897 - Le 22 Janvier 2009

Les profits des actionnaires...

Les actionnaires se sont octroyés des profits très confortables ces dernières années. Cʼest le plan “profits 2007” qui sert de référence aux cadres dirigeants de Stora Enso ; qui dit “profits” dit aussitôt dégraissage et manoeuvres en tous genres pour se débarrasser des postes de travail et investir ailleurs, là où la main dʼoeuvre est moins chère. Mais comble du paradoxe, dans un domaine - le papier - où tout se tient, cʼest ramener à un coût le plus bas possible pour pouvoir réorganiser les marchés et éventuellement réimporter la marchandise, à forte valeur ajoutée, dans les pays demandeurs. La tactique de la direction est de mettre en concurrence les salariés pour augmenter le profit financier des actionnaires. Comment rendre crédible et justifier un arrêt de machines et des licenciements quand on demande de produire des milliers de tonnes de papier ? Les experts indiquent que le marché du papier va croître dʼici à 2020. Pierre Pirierros

sur ces deux machines ; la direction ne veut pas les céder et préfère les vendre à un groupe étranger. Aujourdʼhui, le tribunal de commerce dʼArras a à trancher ce noeud gordien, après une première séance en date du 7 mars dernier, le verdict a été mis en délibéré au vendredi 28 mars prochain... Licenciements, dépôts de bilan, fermeture dʼentreprises, rachats, arrêts de machine, tout cela se fait dans un climat délétère ; il va sans dire. Dans le cadre d'un vaste plan euro-

péen de restructuration, le géant finlandais du papier avait annoncé en octobre 2005 l'arrêt de deux de ses trois machines à Corbehem et suppression d'environ la 450 emplois (sur 800). Après avoir donné un accord de principe à la reprise de ces deux machines le 8 septembre 2006, Stora était revenu sur sa décision quelques jours plus tard, avant de suspendre les négociations début octobre. La situation faite aux salariés de Stora Enso à Corbehem est plus quʼinquiétante ; ces derniers

engagent solennellement la riposte au patronat et aux pouvoirs publics. “Cʼest inadmissible et inacceptable de voir tout ce gâchis, social, humain, économique, disent-ils, la direction de la multinationale suédo-finlandaise porte lʼentière responsabilité de la casse de lʼemploi ; mais elle nʼest pas la seule, les pouvoirs publics, et en premier lieu, les ministres concernés ont été et sont incapables dʼobtenir la moindre réponse sur la production alternative de la part du PDG.” P.P.

L’INDUSTRIE GRAPHIQUE EN DANGER,

DÉVELOPPER LES CAPACITÉS INDUSTRIELLES ET L’EMPLOI

Un événement aussi important que Intergraphic ne peut se désintéresser de la situation réelle et grave de lʼindustrie graphique dans notre pays et particulièrement du groupe Maury à lʼheure actuelle.

I

L vient de déposer le bilan dʼune des plus prestigieuses imprimeries de notre pays, Brodard Graphique Coulommiers et les perspectives évoquées par la direction sont une poursuite dʼactivité avec un périmètre réduit avec, au passage, la liquidation de près de 50% des 230 emplois. Après la disparition de nombreuses imprimeries ces cinq dernières années et la suppression de 20 000 emplois, le secteur de lʼindustrie graphique compterait encore 30% de surcapacité en Europe. La seule réponse que le patronat trouve est la liquidation dʼentreprises sans considération aucune pour les salariés. Ainsi, lʼindustrie graphique est dʼabord malade dʼune politique patronale qui visait à baisser les prix sous la pression des éditeurs de presse, des donneurs dʼordre publicitaire. M. Maury a été un ardent artisan de cette politique par laquelle il pensait éliminer des concurrents. La situation à Coulommiers, mais aussi dans -5-

lʼensemble du groupe Maury démontre lʼinanité de cette manière de faire. La FILPAC dénonce depuis des années ces pratiques qui conduisent à fermer des usines pour réduire les capacités de production, à détruire des emplois qualifiés, sans sʼattaquer aux causes réelles de la crise. Pourtant lʼindustrie graphique figure parmi les 8 secteurs pour lesquels le président de la République estimait que des mesures dʼurgence devaient être prises pour assurer leur pérennité. Or, depuis ces promesses, rien de concret nʼest intervenu. Combien dʼentreprises devraient être liquidées, avant que des initiatives soient prises ? De nombreuses imprimeries sont actuellement menacées. Lʼincidence importante des technologies du numérique nécessite que lʼensemble des acteurs se penchent sur ses conséquences et sur lʼavenir : certes, le volume imprimé sera affecté, il faudra trouver des solutions aux conséquences qui

en découlent. Mais même dans un univers dominé par le numérique, le papier imprimé continue dʼavoir une place et pas un simple strapontin. Cʼest pour cela que partir dans ce monde nouveau en détruisant les outils de production et de travail est une hérésie. Cʼest pourquoi la FILPAC-CGT revendique la mise en place dʼun «plan industrie graphique», en complément du «plan numérique» pour lequel le gouvernement a mis en place un secrétariat dʼEtat. Ce plan devra trouver des solutions aux conséquences que connaît la filière graphique en raison de la politique des éditeurs et du patronat graphique dʼune part, et les évolutions prévisibles de la mise en œuvre des technologies du numérique dʼautre part. La FILPAC-CGT revendique également un moratoire sur lʼensemble des plans de licenciements dans lʼattente de lʼouverture des négociations sur le plan graphique.


page 6:page 7

20/01/10

16:51

Page 1

Élections régionales

M N CJ

«

ET SI LA GAUCHE RETROUVAIT LE GOÛT DE L’OPTIMISME ?

«LʼHumain dʼabord», la liste du Front de gauche en Nord-Pas-de-Calais, a été présentée samedi dernier à Lille. Elle sera conduite par Alain Bocquet et se déclare «candidate à la direction de la région».

Une liste dʼunion, de rassemblement, une liste grand angle à gauche». Cela faisait plusieurs semaines quʼAlain Bocquet avait planté le décor. La liste quʼil conduirait pour les élections régionales de mars prochain viserait plutôt large. Au moment de dévoiler la liste des 117 noms (74 pour le Nord, 43 pour le Pas-de-Calais) qui solliciteront les suffrages au printemps, le député-maire de Saint-Amand-les-Eaux pouvait se féliciter dʼavoir accompli sa mission. Ou plutôt dʼêtre en capacité de lʼengager. «Maintenant tout commence» souriait la tête de liste du Front de gauche au terme de la présentation de celle-ci, samedi dernier à Lille. «Nous sommes 117 prêts à partir à la rencontre de la population. Nous allons commencer par convaincre dix personnes, qui elles-mêmes vont en convaincre dix, et ainsi de suite… Nous pensons que le peuple du Nord-Pas-de-Calais peut nous faire confiance». Un logo vert et rouge, comme pour conjuguer les cultures et les engagements

Sourire et optimisme : Alain Bocquet illustre finalement lʼétat dʼesprit des candidats et des soutiens de cette liste qui, il faut bien le dire, peut offrir enfin des raisons dʼespérer voir la gauche reprendre des couleurs, après les désillusions de ces dernières années. Elle sʼappelle «Lʼhumain dʼabord». Elle affiche une volonté : représenter la «gauche combative, sociale, écologiste et citoyenne». Son logo est coloré de vert et de rouge. Une manière dʼindiquer le choix de conjuguer les cultures, les compétences et les engagements. À noter : elle comporte 60 % de candidats présentés pour la première fois à une élection régionale. Amorcé aux élections européennes, le rapprochement entre les forces politiques et sociales qui nʼont pas abandonné lʼambition de rompre avec les logiques capitalistes se poursuit. Le Front de gauche sʼest «élargi». La liste comportera des militants et élus du PCF (notamment des parlementaires : hormis Alain Bocquet, le député du Nord, Jean-Jacques Candelier, la sénatrice Michelle Demessine et le sénateur du Pasde-Calais, Jean-Claude Danglot) du Parti de gauche (dont le fondateur du parti, le député du Nord Marc Dolez) et de la Gauche unitaire, cʼest-à-dire des trois formations fondatrices du Front. Mais elle sʼest également enrichie de candidats des Alternatifs et de la Gauche alternative. De manière individuelle, des socialistes comme Francis Berkmans, lʼancien maire dʼEscautpont ou lʼancien champion dʼathlétisme, lʼanzinois Michel Bernard, ou encore lʼactuel maire de Beuvrages, le «divers gauche» André Lenquette illustrent le choix dʼancrer cette liste à gauche, en nʼoubliant pas

que celle-ci possède des racines socialistes et populaires, surtout dans une région comme le NordPas-de-Calais. Karel Yon, chercheur, militant «anticapitaliste», ancien responsable national du NPA, sera parmi les candidats nordistes. Cʼest pour que le combat écologiste évite les ambiguïtés dont il souffre aujourdʼhui (on pense notamment au flou idéologique autour de lʼengagement de Daniel Cohn-Bendit, favorable à des alliances avec le centre, au sein dʼEurope Écologie), que Michel Autés a lui aussi rejoint ce combat. Vice-président Verts de lʼexécutif régional sortant, adjoint au maire de Seclin, il estime que lʼon ne peut pas «résoudre les questions posées par lʼécologie, si lʼon ne résout pas celles que posent les inégalités sociales». La liste de ceux qui résistent

«Le Front de gauche devient un Front populaire» se réjouit pour sa part Nicole Taquet-Leroy, de la Gauche unitaire. Car «lʼHumain dʼabord» cherchera dʼabord à être le porte-voix des hommes et des femmes qui tentent de résister à une politique qui fait la part belle aux actionnaires et aux fossoyeurs du service public. Autrement dit, lʼaccent a été mis sur le mouvement social et les combats citoyens. La présence dʼAnnick Battalan, militante nordiste connue en faveur des droits de lʼHomme en est une illustration. De même quʼil nʼest pas anodin de retrouver en deuxième position de la liste

nordiste non pas une habituée de la vie politique mais une… déléguée syndicale dʼune entreprise du groupe Mulliez, Valérie Pringuez, une des animatrices de la lutte qui sʼest déroulée en décembre à Pimkie après lʼannonce dʼun plan social. Engagement évidemment courageux pour cette femme. «Le gouvernement laisse faire les patrons. Il faut des lois qui les empêchent de licencier alors quʼils font des profits et qui les obligent à -6-

reconvertir les salariés licenciés». Des responsables syndicaux des cheminots, dʼEDF, de La Poste sont également présents sur la liste. La liste du Pas-de-Calais a également intégré des personnalités du monde syndical à lʼimage de Evelyne Largillière, ancienne responsable syndical de Arc International, de Pascal Thiebaux, cheminot, de Edmond Bruneel, de la Poste, de Franck Sailliot, du secteur papeterie, «Nous allons

mener une campagne tambour battant» promet Alain Bocquet, persuadé que la possibilité existe de «faire bouger les lignes à gauche», afin de «combattre une politique au service du CAC 40». «Nous sommes candidats à la direction de la région» nʼhésite pas à faire savoir Marc Dolez. Combative, sociale, écologiste… Et si la gauche redevenait aussi optimiste ? Bruno Cadez Liberté 62 n°897 - Le 22 Janvier 2010


page 7:page 9

20/01/10

15:04

Page 1

Élections régionales

LISTE DU PAS-DE-CALAIS M N CJ

L'HUMAIN D'ABORD ! UNE GAUCHE COMBATIVE, SOCIALE, ÉCOLOGISTE ET CITOYENNE POUR MA RÉGION ENSEMBLE AVEC ALAIN BOCQUET

Liste de rassemblement du Front de Gauche élargi, présentée par le Parti Communiste Français, le Parti de Gauche, la Gauche Unitaire, les Alternatifs, la Gauche Alternative et des acteurs du mouvement social, écologiste et associatif. 1. Jacky Hénin PCF Conseiller municipal de Calais, Député européen

2. Cathy Apourceau-Poly PCF Employée de la fonction publique, Conseillère régionale - Avion

3. Jean Haja PCF Maître de formation IUT de Lille 3, Maire de Rouvroy, VicePrésident de la Communauté d'Agglomération d'Hénin-Carvin 4. Laurence Sauvage PG Responsable relations extérieures, sans emploi - Fruges

5. Daniel Dewalle PCF Educateur, maire d'Houdain, Conseiller régional

6. Brigitte Passeboc PCF Professeur d'Education Physique et Sportive, 1ère Adjointe au Maire de St Etienne-au-Mont, Conseillère régionale, Présidente de la Commission "Sports et Jeunesse"

7. Bernard Baude PCF Cadre associatif d'éducation populaire, Maire de Méricourt, Vice-Président de la Communauté d'Agglomération de Lens-Liévin

8. Carole Dubois PCF Cadre territorial, Adjointe au maire de Lillers Liberté 62 n°897 - Le 22 Janvier 2010

9. Roland Delattre PG Professeur dans l'enseignement public, Syndicaliste et militant mutualiste - Calais

10. Evelyne Largillière Syndicaliste Arc International Wardrecque

11. Pascal Thiebaux PCF Cheminot, Syndicaliste, Conseiller municipal d'Etaples

12. Catherine Lemoine PCF Employée en pharmacie, Adjointe au Maire de Divion, Conseillère régionale, Vice-Présidente de la Communauté du Bruaysis

13. Edmond Bruneel PCF Postier en retraite, Syndicaliste, Conseiller municipal de Montignyen-Gohelle

14. Laurence Louchaert PCF Employée de la Fonction publique territoriale, Conseillère municipale de Grenay

15. Manuel Tourbez Agent territorial - Carvin

PCF

16. Peggy Flament PG Animatrice d'une association caritative, Adjointe au Maire d'Estevelles

17. J.-Jacques Guillemant PCF Directeur d'école, Adjoint au Maire de Beaurains, Syndicaliste

18. Michèle Moren PCF Gérante d'entreprise, Conseillère municipale d'Annay-sous-Lens

19. Jean Clarisse PCF Enseignant, Maire d'Auchy-lesMines, Vice-Président d'Artois Comm

20. Nathalie Stanislawski PCF Adjointe au Maire de Marles-lesMines, Présidente d'une association de parents d'élèves

21. Bertrand Péricaud PCF Attaché parlementaire, Secrétaire fédéral du PCF 62 - Calais

22. Laurence Zaderatzky PCF Mère au foyer, Responsable associative d'un mouvement de parents d'élèves, Militante pour le Droit au logement - Lens

23. Bernard Blondel PCF Chef d'entreprise, Adjoint au Maire, Vice-Président d'Artois Comm - Oblingem

24. Véronique Buard PCF Assistante de formation, Adjointe au Maire d'Evin-Malmaison

25. Hervé Jaspart PG Principal honoraire - Lapugnoy

26. Sandra Dusautoir PCF Enseignante artistique - Izel

27. David Gobe

-7-

PCF

Cheminot, Syndicaliste, Conseiller municipal d'Outreau, Conseiller communautaire, Membre du CESR

28. Sandrine Leroy PCF Directrice de centre de formation, Conseillère municipale d'Harnes, Militante pour le Droit au logement

29. Franck Sailliot PCF Papetier, Responsable syndical Delettes

30. Joëlle Moncel PG Militante d'éducation populaire et des droits de l'Homme - Arras

31. Jean Lecomte Enseignant, Maire de Beaurainville

PCF

32. Sylvianne Beaucourt PCF Adjointe au Maire de Courrières

33. Marc Bernalicis PG Attaché territorial, Directeur de services, Militant culturel - HéninBeaumont

34. Elisabeth Delalleau PCF Directrice d'école maternelle, Militante syndicale - Labeuvrière

35. René Hocq PCF Agent de maîtrise GDF, Maire de Burbure, Vice-Président de la Communauté d'Artois Lys, Conseiller général

36. Dominique Henot PCF Adjointe au Maire de Fouquièresles-Lens

37. Jean-Claude Danglot PCF Sénateur du Pas-de-Calais, Conseiller régional - Loison-sousLens

38. Fabienne Nathan Enseignante - Arras

PCF

39. Eric Lebas PG Contrôleur principal des douanes - Longuenesse

40. Micheline Trepagne PCF Orthophoniste, Conseillère municipale déléguée - Berck-sur-Mer

41. Denis Duporge PCF Conducteur d'engins, Responsable syndical du Bâtiment et Travaux Publics Auchel

42. Annie Boulet PG Retraitée de l'Education nationale, Militante altermondialiste Arras

43. Gilbert Rolos PCF Directeur d'école honoraire, Maire de Sallaumines, Conseiller régional, Vice-Président de la Communauté d'Agglomération de Lens-Liévin, Président de la Mission Bassin Minier Nord-Pasde-Calais, 1er Vice-Président de l'EPINORPA


page 8:page 6

20/01/10

16:49

Page 1

Élections régionales

PESER PLUS FORT POUR UNE AMBITION RÉGIONALE À LA HAUTEUR DES ATOUTS DU NORD-PAS-DE-CALAIS

M N CJ

Dédicace par Alain Bocquet d'Un Marx et ça repart à l'Espace culture de l'hypermarché d'Outreau, conférence de presse sur la zone Capecure de Boulogne, rencontre avec des syndicalistes en lutte à Desvres, interventions au cours de la cérémonie des vœux de la section communiste de Calais, c'est sur le littoral de la Côte d'opale que s'est engagée, officiellement, jeudi 14 janvier, la campagne d'Alain Bocquet et de Jacky Hénin, têtes de liste du Front de Gauche pour les Régionales dans le Nord et le Pas-de-Calais.

L

E lieu choisi se voulait un symbole fort dans un territoire de la région Nord-Pas-de-Calais au potentiel économique et humain indéniables mais particulièrement sinistré par les politiques de soutien à la casse industrielle et de désengagement de l'Etat menées depuis presque dix ans par les droites au pouvoir. Dédicace et conférence de presse

Après la dédicace par Alain Bocquet, en compagnie des communistes du Boulonnais, d' Un marx et ça repart à l'Espace culture de l'hypermarché d'Outreau, c'est sur la zone industrielle Capecure du port de Boulogne que se sont rendus Alain Bocquet et Jacky Hénin pour une conférence de presse à laquelle étaient associés Brigitte Passeboc, David Gobé et Roland Delattre, candidats de la liste du Front de Gauche aux Régionales représentant cette partie du littoral. «L'objectif dans la bataille qui s'engage avec ces élections a expliqué Alain Bocquet devant la presse, c'est de faire se lever la mobilisation et la conscience pour en finir avec cette politique insupportable menée par le gouvernement avec son cortège de réformes antisociales et antidémocratiques». «Il suffit d'en voir les résultats a continué Alain Bocquet : «Des licenciements par centaines, récemment par exemple, chez Total menacée de fermeture à Mazingarbe et à Mardyck dans le Nord ! L'annonce scandaleuse de 650 nouvelles suppressions de postes dans l'Education nationale et ceci dans une région sous-équipée en matière d'enseignement !» Une situation «absolument inadmissible» a martelé l'élu communiste qui a en outre souligné le mépris constant de l'Etat à l'égard du Nord-Pas-deCalais. «Nous voulons mettre l'accent sur toutes les luttes» a continué Alain Bocquet, l'enjeu des élections régionales étant à la fois local et national. «Le problème de la santé, de l'emploi, des retraites, du pouvoir d'achat, de la défense de l'environnement et des services publics, toutes ces questions nous les mettons en exergue dans la bataille» a souligné Alain Bocquet.

«Un projet fédérateur et un programme mobilisateur pour que dans les dix ans qui viennent, notre région soit à la hauteur des cinq premières régions françaises»

Rappelant que le Nord-Pas-deCalais, avec ses quatre millions d'habitants, était une région comparable, en terme démographique, à huit pays de l'Union européenne, Alain Bocquet a insisté : «Malgré des efforts indéniables, l'institution régionale ne met pas la barre assez haut au point de vue de l'ambition pour cette région. Il faut que le Nord-Pasde-Calais cesse de tomber dans le déclin et notamment dans le déclin

sur le plan industriel, dans le déclin au niveau de l'emploi. Notre ambition, c'est d'avoir un projet fédérateur et un programme mobilisateur pour que dans les dix ans qui viennent, notre région soit à la hauteur des cinq premières régions françaises.» Tel est le but, a expliqué Alain Bocquet, d'une liste du Front de Gauche qui met «l'humain d'abord» au coeur de son projet avec «une liste du Front de gauche élargi représentant une gauche dynamique, une gauche sociale, une gauche citoyenne et une gauche écologiste.» «Il n'est plus possible d'accepter qu'on ferme les entreprises et qu'on ne fasse que de l'accompagnement social des plans de casse»

«Il n'est plus possible d'accepter qu'on ferme les entreprises et qu'on ne fasse que de l'accompagnement social des plans de casse, a souligné pour sa part Jacky Hénin. «Cette région de quatre millions d'habitants a des besoins, a-t-il expliqué, et c'est à partir des besoins de la population que nous voulons, nous, peser plus fort pour avoir un autre regard sur le tissu industriel, tissu industriel qui sert à stabiliser les créances publiques, qui sert à abonder les caisses de l'État et qui permet d'offrir aux habitants dans les régions dans lesquelles ils se trouvent, des services de bonne qualité.» «Quand une entreprise disparaît ce sont des possibilités d'aide aux habitants qui disparaissent a souligné Jacky Hénin : «Dans notre région, nous avons des entreprises qui sont uniques en leur genre comme Cuno aux Attaques qui fabrique des filtres pour les centrales nucléaires ou comme Desvres. Il faut maintenir et développer leurs activités et, pourquoi pas, sur la base d'une autre organisation de l'entreprise.» «Il est important de considérer que l'industrie et l'industrie de transformation notamment sont indispensables non seulement pour la région Nord-Pasde-Calais mais pour la France», a-til conclu.

souligné Alain Bocquet : «C'est un enjeu régional et national. Les choix stratégiques financiers des groupes et des multinationales comme chez Renault qui envisage de faire fabriquer la Clio en Turquie, chez Total ou chez Desvres où le patron veut fermer parce qu'il veut faire fabriquer à moindre coût les carrelages qui y sont produits en Turquie ou au Portugal doivent être contrecarrés. Il faut organiser la lutte contre ces choix du grand patronat et du pouvoir qui est à sa botte.» Député, Alain Bocquet s'est engagé en ce sens à demander la mise en oeuvre d'une commission d'enquête pour la faïence dans le Pas-de-Calais, démarche parlementaire sur le problème particulier de Desvres mais aussi de la faïence en général, dans le département et la région. L'humain d'abord

Mettre «l'humain d'abord» au centre d'un projet de développement ambitieux pour le Nord-Pas-de-Calais et non pas le profit dans une perspective de court terme c'est aussi ce sur quoi ont insisté Jacky Hénin et Alain Bocquet au cours de la cérémonie des vœux de la section PCF de Calais qui s'est déroulée en soirée. Mettre «l'humain d'abord» et porter un parti pris ambitieux aussi concernant la situation des migrants a insisté Alain Bocquet. «Je fais le constat que tous les choix qui ont été faits depuis de nombreuses années par les pouvoirs publics, par l'État et même par l'Europe sont en échec», a expliqué Alain Bocquet : «En 2002, on fermait

Sangatte avec les accords du Touquet. Il y a quelques mois, brutalement, sauvagement, on a supprimé la «jungle» de Calais. Avec quels résultats ? C'est toujours la même situation qui s'aggrave : on n'a pas réglé le problème sur le fond. Or, cette question de régler le problème sur le fond se pose maintenant avec une acuité forte parce que cela ne concerne pas seulement Calais mais l'ensemble de la région NordPas-de-Calais.» «Je ne pense pas que ce soit avec des méthodes de ce genre a continué Alain Bocquet, des méthodes dures, des méthodes de choc, des méthodes d'images, pour faire «semblant», que nous allons pouvoir régler une question de ce genre qui doit se traiter avec beaucoup d'humanité. On ne peut pas laisser sur le dos des associations, des élus, de la Région une telle question qui est d'abord internationale et qui concerne au premier chef L'Union européenne.»

«Je fais une proposition solennelle ce soir a conclu sur ce point Alain Bocquet : «Il faut pour étudier un règlement humain efficace et durable de ce problème, que se tienne un sommet européen sans attendre, un sommet pris en charge par l'Union européenne et les chefs d'État concernés. Ce sommet pourrait se tenir dans notre capitale régionale, à Lille. A ce sommet seraient associés les ONG, les associations concernées, les élus du territoire pour étudier, ensemble, les solutions humaines d'envergure nécessaires pour faire cesser cette situation des migrants à Calais comme ailleurs. Tout en veillant à ce que la GrandeBretagne ne puisse pas profiter de l'Europe tout en ayant le comportement qu'elle a sur ce sujet.» Une intervention et une proposition applaudies avec chaleur par les plus de 250 personnes présentes dans la salle calaisienne. Jérôme Skalski

Rencontre avec les syndicalistes mobilisés du site de Longfossé de la faïencerie de Desvres

Une idée reprise dans l'après-midi lors de la rencontre des têtes de liste du Front de Gauche avec les syndicalistes du site de Longfossé de la faïencerie de Desvres mobilisés pour la défense de leur entreprise. Menacée de restructuration sur la base d'un déficit proclamé par sa direction, l'entreprise SA Desvres du groupe Koramic fait actuellement l'objet d'une expertise comptable. La dernière usine du Pas-de-Calais produisant du carrelage devrait-elle fermer et délocaliser son activité ? Les élus du Parti communiste et les candidats du Front de Gauche au Conseil régional ne s'y résolvent pas. «Il faut défendre la production de carrelage dans le Pas-de-Calais» a

De gauche à droite : Jean-Claude Juda, Brigitte Passeboc, Alain Bocquet, David Gobe, Roland Delattre, Jacky Hénin. (Photos J.-L. Degrémont)

-8-

Liberté 62 n°897 - Le 22 Janvier 2010


page 9:page 14

19/01/10

15:07

Page 1

Calais

DES VŒUX ET DES PROPOSITIONS CONCRÈTES JEUDI 14 JANVIER À CALAIS

M N CJ

À ce jour, aucune organisation politique locale ne s'est «risquée» à l'organisation des voeux de sa formation. Ni l'UMP qui détient depuis deux ans la municipalité de Calais, ni le MODEM ou les socialistes dissidents qui ont permis l'élection en 2008 de la municipalité Sarkozyste, encore moins le FN qui avait permis l'élection de l'UMP Bouchart en se retirant au 2ème tour... Retour sur les voeux de la section de Calais du PCF jeudi 14 janvier salle Paul Caron avec plus de 250 militants dans le quartier des Cailloux.

▼ Alain Bocquet et Jacky Hénin ont rappelé qu'avec la décentralisation UMP d'août 2004, l'État doit aujourd'hui près de 600 millions d'euros aux départements du Nord et du Pas-de-Calais et à la Région. 600 millions d'euros qui sont maintenant payés par les contribuables d'ici.

▼ Après une séance dédicace fin septembre dans la librairie du Channel, Scène nationale, suivie d'un débat autour de son livre «Un Marx et ça repart», Alain Bocquet a dédicacé 15 livres de plus jeudi dernier.

▼ 250 participants pour un souffle que les communistes veulent porter avec le «Front de gauche grand angle» pour qu'une alternative se lève enfin dans notre pays et se fasse entendre dans notre région.

▼ Plus de 1300 emplois en moins en un an ici, et il parait que «ça va mieux !» ça suffit ! Il faut enfin un vrai projet de développement pour l'emploi sur la façade maritime sinon le projet «Calais port 2015» sera une nouvelle coquille vide !

L’ACTUALITÉ DE LA SEMAINE VUE PAR BABOUSE

DIMANCHE 14 FÉVRIER SALLE DU COMPLEXE SPORTIF DE MARCK

GRAND LOTO ORGANISÉ PAR LA SECTION DU PCF Liberté 62 n°897 - Le 22 Janvier 2010

-9-


page 14:page 14

21/01/10

10:30

Page 1

Annonces légales

AVIS DE CONSTITUTION

M N CJ

Par acte SSP en date du 15/01/2010, il a été constitué la société suivante : Dénomination : A.D.L. Forme : Société à Responsabilité Limitée Siège social : 21 rue Joseph Carlier 62540 LOZINGHEM. Objet : Commerce sédentaire dʼalimentation générale et articles divers. Durée : 99 ans. Capital : 8.000 euros Gérant unique : Monsieur ETTAMLAOUI Abderrahim, demeurant 158 rue Roger Salengro 62700 BRUAY LA BUISSIÈRE. Immatriculation au RCS de Arras. Pour avis, le gérant. _________

CHANGEMENT DE GÉRANT

SARL ALIMENTATION DIVIONNAISE au capital de 8.000 euros Siège social : 68 rue Achille Bodelot 62460 Divion, RCS Arras TGI 514 012 228. LʼʼA.G.E. réunie le 02/01/2010 a approuvé à lʼunanimité les cessions de parts et le changement de gérant de la société. Ancien gérant : Monsieur Karim DEMBRI, demeurant 7 rue Cail 62700 Bruay La Buissière. Nouveau gérant : Monsieur Khalid TAMLAOUI demeurant 77 rue Roger Salengro 59590 Raismes, pour une durée illimitée. Les articles 8,9 et 40 des statuts seront modifiés en conséquence. Le dépôt des actes sera effectué auprès du greffe du TGI dʼArras. La gérance. _________

AVIS DE CONSTITUTION

L

Région COURRIÈRES : VŒUX DE LA SECTION DU PCF

ES vœux des Militants et Elus communistes et républicains de Courrières ont rassemblé une belle et combative assistance ce dimanche, sous la présidence de Jean-Louis Fossier, secrétaire de section et animateur du groupe des élus au Conseil municipal de Courrières. Avaient pris également place au bureau : Hervé Poly, secrétaire départemental du PCF, Sylvianne Beaucourt, Adjointe au Maire et candidate aux élections régionales sur la liste du Front de Gauche, Marc Bernalicis, représentant le Parti de Gauche, Jean-Marc Lhernould, Marie-Line Ustyanowski, Conseillers municipaux, Rénald Poivre, du secrétariat de section. Fut également notée la présence amicale et militante dʼautres candidats aux régionales parmi lesquels Jean Haja, Maire de Rouvroy, Edmond Bruneel de Montigny, et Manuel Tourbez de Carvin. Dans son intervention, Jean-Louis Fossier adressera tout dʼabord deux messages de solidarité, lʼun au peuple haïtien et lʼautre aux «Conti» en butte à la vindicte du

gouvernement pour avoir défendu leurs vies, celle de leurs familles et de leur entreprise. Furent également évoqués en chiffres malheureusement très parlants, les résultats de la politique de Sarkozy : 3,4 millions de ménages en «précarité énergétique», 1,5 million de demandes de logement non satisfaites, + 14% dʼaugmentation de la fréquentation des Restos du Cœur dont 27.000 bébés, 671.600 chô-

C

ONDUITE par Dominique Watrin, président de l'ADECR 62, les élus communistes ont déposé une motion auprès du secrétaire général. Cette motion exprime l'indignation face à l'entreprise de destruction de la démocratie locale et des politiques publiques qu'elle engendre. C'est bien cela qui est voté avec la suppression de la taxe professionnelle et des politiques publiques qu'elle engendre. C'est bien cela

_________

LOCATION DE GÉRANCE

Suivant acte sous seing privé en date du 15 janvier, Madame Laëtitia Maluchnick, immatriculée 50390252000017, domicilié 17 rue Denfer Rochereau 62750 Loos en Gohelle, a donné à bail, à titre de location-gérance à Madame Laurence Delobel, un fonds de commerce ambulant exploité à Liévin à compter du 1er février 2010 pour une durée de 12 mois. En vertu de ce contrat, Madame Delobel Laurence, exploitera le fonds de ses risques et périls et sous son entière responsabilité. Madame Laëtitia Maluchnick ne sera tenu dʼaucune dette ni dʼaucun engagement contracté par le gérant et le fonds ne pourra en aucun cas être considérée comme le gage des créanciers du locataire. AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donné de la constitution dʼune Société présentant les caractéristiques suivantes : Dénomination : STH père & fils Forme : Société à Responsabilité Limitée Siège social : 56 rue Casimir Beugnet 62430 Sallaumines. Objet : Gros oeuvre et second oeuvre. Durée : 99 ans. Capital : 1.000 euros Gérants : M. Mohamed Stoutah demeurant 56 rue Casimir Beugnet 62430 Sallaumines et M. Nordine Stoutah demeurant Appt 28, Résidence Beregovoy rue du 11 Novembre 62218 Loison sous Lens, nommés pour une durée indéterminée. Immatriculation au RCS de Arras.

128, boulevard Basly 62300 Lens 03 21 74 89 89 Fax : 03 21 74 89 88 E-Mail : Liberte.62@wanadoo.fr

S.A.R.L. D’ÉDITION PRESSE HEBDO SARL au capital de 7.622,45 euros SIR 389 113 333000 22 Banquet Scalbert-Dupont 62300 Lens n°229 100 105 390 • Gérant Directeur de la publication : Hervé Poly • Responsable du Comité de Rédaction : Hervé Poly. Commission paritaire : n°83075 Dépôt légal : ISSN 160-822 X. Publicité : • MULTIPUB, SARL DʼÉDITIONS PRESSE HEBDO au capital de 7.622,45 euros • Comédiance : 32, rue Jean-Jaurès - 93528 Saint-Denis Cedex. Journal dʼannonces légales. Montage et photogravure : Liberté62. Membre inscrit à « Diffusion Contrôle » Bureau de la presse payante : OJD Imprimé à l’imprimerie de l’Avesnois L’Observateur, rue Pierre Charpy à Avesnes/Helpe.

Une délégation des élus communistes et républicains du Pas-deCalais a été reçue en sous-préfecture pour exiger le retrait des projets de réformes des collectivités locales et de la taxe professionnelle.

LENS : HALTE AU MASSACRE

Avis est donné de la constitution dʼune Société présentant les caractéristiques suivantes : Dénomination : CLAIR HABITAT Forme : Société à Responsabilité Limitée Siège social : ZI du Château rue Denis Papin 62220 Carvin. Objet : Fermeture habitation et vérandas. Durée : 99 ans. Capital : 10.000 euros Gérants : Messieurs Frédéric Duterrier - 9 rue de Bruay 62620 Ruitz, David Bédu - 66 rue du Général de Gaulle 59151 Estrées nommés pour une durée indéterminée. Immatriculation au RCS de Arras.

_________

meurs de plus en un an, et 1 million de chômeurs en fin de droit en 2010. De tout cela les médias ne parlent pas en resservant à longueur dʼantenne la main de Thierry Henry, le mur de Berlin, la grippe A ou lʼidentité nationale. Jean-Louis Fossier démontrera également en quoi lʼobsession du PS de conclure des alliances à droite avec le MODEM, ou son incapacité à sʼécarter, dans les exécutifs régionaux, dʼun

accompagnement légaliste et capitulard des politiques lʼEtat, ne pouvaient quʼaggraver la situation en empêchant notre région dʼaccéder à la place qui devrait être la sienne dans le concert des régions françaises. Hervé Poly situera plus précisément les enjeux politiques du débat et des propositions anticapitalistes portés par le Front de Gauche, y compris par rapport aux préoccupations écologiques, la loi capitaliste de la rentabilité à court terme laminant aussi bien la vie des hommes que les ressources planétaires. Il rappellera également que la colère rouge des gens dʼici ne doit pas se traduire par un vote noir en faveur du FN, lequel nʼa jamais appelé une seule fois à soutenir une grève des salariés en lutte pour défendre lʼemploi contre une loi du fric dont le FN sʼest toujours très bien accommodé. Cette réception de vœux sʼest terminée par des échanges plus informels et toujours dʼune grande richesse conviviale et solidaire autour dʼun apéritif buffet.

qui est visé avec la suppression de la taxe professionnelle et l'étranglement financier, la fusion des régions et des départements, la case du statut de la fonction publique et la disparition à la clé de centaines de milliers d'emplois publics. Une politique émanant directement du programme de l'Europe voulu par la droite et les socialistes.

ARRAS Les 12

èmes

LE CIDEFE PAS-DE-CALAIS vous invite à ses 12èmes RENCONTRES-FORMATIONS destinées aux élus locaux du Pas-de-Calais LES INCIDENCES DE LA RÉFORME TERRITORIALE

RENCONTRES-FORMATIONS

le mercredi 27 janvier à 18 heures à Méricourt - Salle Jean Vilar (face à la mairie) Cette rencontre-formation sera suivie des vœux de lʼADECR et du CIDEFE autour dʼun apéritif dinatoire

On s’abonne à Liberté 62 ! Nom : ...................................................................................................... Prénom : ................................................................................................. Adresse : ................................................................................................ .................................................................................................................. Ville : ....................................................................................................... Code postal : .......................................................................................... Signature Durée de l’abonnement : ❐ 1 an ➔ 65 euros ❐ 6 mois ➔ 35 euros ❐ 3 mois ➔ 17 euros ❐ 1 mois ➔ 7 euros Coupon à retourner à LIBERTÉ 62 128, boulevard Basly - 62300 - LENS (Pour plus de renseignements, faites le 03 21 74 89 89) - 14 -

HOMMAGE A JEAN CORBEAU, NOTRE AMI, NOTRE CAMARADE

L

E 13 janvier dernier, notre camarade et ami Jean Corbeau nous a quittés. Le 19 janvier, nombreux furent ceux qui l'ont accompagné en sa dernière demeure, tant il était perçu par tous comme un homme d'une rare qualité. Ancien haut fonctionnaire des finances - il a en particulier travaillé au sein de Cours des Comptes Régionales - il a vécu sa retraite à Arras, retraite bien remplie par sa participation à la vie politique, culturelle et associative de la ville

au sein du PCF, de l'ANACR dont il était le Président départemental, de l'Association France-Russie... Il avait adhéré au PCF en 1949 et en 2009, il était toujours membre du Comité de section de l'Arrageois. Intellectuel rigoureux et modeste, il parlait peu mais chacune de ses interventions impressionnait son auditoire et faisait avancer le débat. Fidèle à ses engagements, il a toujours soutenu ceux qui en avaient besoin, a beaucoup travaillé au devoir de mémoire envers les Résistants ainsi que tous ceux qui ont souffert de la guerre, oeuvrant ainsi à la réconciliation des peuples et à la paix. Nous pensons bien sûr à son épouse Dominique, et à toute sa famille : au delà des condoléances, nous voulons leur dire que nous sommes fiers d'avoir eu Jean comme camarade et ami et que son souvenir restera en nos mémoires. Tant que des hommes comme toi existeront, il y aura toujours au bout du chagrin une fenêtre éclairée, il y aura toujours un rêve qui veille, un désir à combler, il y aura toujours une main tendue, une fenêtre ouverte, des yeux attentifs et un souvenir à s'approprier.

Liberté 62 n°897 - Le 22 Janvier 2010


page 15:page 14

20/01/10

14:09

Page 1

Monde

TREMBLEMENT DE TERRE EN HAÏTI : M N CJ

L'AIDE INTERNATIONALE

Le 12 janvier, un séisme secouait Port au Prince et les six petites villes avoisinantes. Toutes les télévisions du monde montraient un spectacle de désolation : des bâtiments effondrés, tordus, des voitures calcinées, des cadavres jonchant les rues. On ne connaît pas encore le bilan exact de la catastrophe : les forces américaines évoquent jusqu'à 200.000 morts ou disparus. La secousse a fait au moins 250.000 blessés et 1,5 million de sans-abri. 43 équipes internationales soit 1739 secouristes avec 161 chiens sont engagés sur place. Pourtant, mardi 19 janvier soit une semaine après le séisme, seules 121 personnes ont pu être dégagées des décombres.

I

l est vrai que les secours se localisent dans le centre de Port au Prince, laissant à l'abandon les quartiers pauvres éloignés et les petites villes. Les secouristes étrangers ont d'abord pensé à dégager leurs ressortisants. Pire, les habitants affamés cherchent des vivres dans les décombres, ce que certains journaux osent appeler pillages. Si nombre de ministres ont perdu la vie dans le séisme, ainsi que de nombreux policiers, le président René Préval est toujours vivant ainsi que le premier ministre J.M. Bellerive. Pourtant les journalistes parlent d'État décapité et du chaos sans doute pour justifier l'intervention extérieure. Cependant, le gouvernement a décrété l'état d'urgence jusqu'à la fin du mois et a décidé un deuil national de 30 jours. Mais au demeurant, plus d'une semaine après le séisme, malgré les promesses de millions de dollars et d'aide, la plupart des Haïtiens attendent toujours cette aide, l'aide d'urgence à savoir la nourriture, l'eau, les médicaments, les soins. Ce sont donc surtout les ONG qui sont sur place, les équipes étrangères installées depuis plusieurs années comme les médecins cubains et les casques bleus de la Mimistak (Mission de stabilisation de l'ONU en Haïti) qui ont réalisé les premiers secours et donné un peu de nourriture. Il y a certes des raisons objectives à cette situation : les routes sont parfois coupées, mais il y a aussi un manque de coopération dû en particulier au fait que les États-Unis ont voulu imposer leur «leadership». L'aide américaine : l'installation de l'armée

Dès l'annonce du séisme et de la catastrophe humanitaire, le président Barak Obama a réuni une partie de son gouvernement et de ses conseillers faisant de l'aide à Haïti, la priorité absolue du gouvernement en déclarant que cet événement était capital «pour le leadership américain» et appelant à l'unité nationale en vue de cet objectif. Il a confié la coordination à son prédécesseur G.W. Bush, sans doute pour son action pour la Nouvelle Orléans frappée par l'ouragan Katrina. Il a appelé aussi à l'aide B. Clinton, envoyé spécial de l'ONU. G.W. Bush et B. Clinton sont chargés de recueillir les fonds pour aider à la reconstruction du pays. L'organisation de l'aide sur place a été confiée à l'armée. Le rôle de l'armée

Barak Obama avait annncé l'envoi de 3500 G.I. et de 2000 marines. Mais très vite, ces effectifs ont été portés à 12.500, soldats d'infanterie, parachutistes et marines. Les moyens employés sont énormes : un porte avion nucléaire avec 19 héliLiberté 62 n°897 - Le 22 Janvier 2010

coptères, d'autres navires. Les Américains se sont d'abord emparés de l'aéroport de Port au Prince contrôlant ainsi tout le trafic aérien et ne permettant pas l'attérissage à tous les avions étrangers venant apporter leur secours. C'est le cas d'un avion français affrêté par Médecins sans Frontière qui transportait un hôpital de campagne, mais aussi le cas d'un avion argentin, d'un avion mexicain. Ces avions ont été détournés vers Saint Domingue dans le meilleur des cas, voire vers Panama : le transfert ensuite de St Domingue à Port au Prince est ensuite très long (18 heures parfois). L'armée américaine contrôle aussi les ports. Mardi enfin, 50 à 100 parachutistes emmenés par 6 hélicoptères attérissant dans le jardin du Palais présidentiel ont investi le Palais présidentiel : un symbôle de la tutelle politique des États-Unis sur l'île que ne justifie en rien l'aide humanitaire. En fait, l'armée américaine se comporte en pays conquis. Quant à l'aide humanitaire ellemême : 400 secouristes travaillaient à la recherche de survivants. Les hélicoptères avaient largué jusqu'au 17 janvier 130.000 rations individuelles de nourriture et 70.000 bouteilles d'eau. Un avion hôpital est attendu pour le 20 janvier. Les mobiles de l'aide américaine

B. Obama a invoqué «la longue histoire qui lie nos deux pays» : en effet, occupation de 1915 à 1934 avec répression féroce de la résistance des paysans expropriés de leurs terres, soutien à la dictature des Dewatier, soutien aux coups d'État et destitution du président Aristide en 2004 expatrié en Afrique du Sud... Hilary Clinton a expliqué que l'action américaine pouvait durer des semaines, des mois et même plusieurs années. Elle récidivait dimanche en déclarant, «comme le président Obama l'a dit, nous serons ici aujourd'hui et par la suite». Tout indique que les Américains se préparent à une occupation de l'île. Pourquoi ? Certes les ressources de l'île (cuivre, or, uranium et même pétrole à exploiter) attirent les convoitises. Les intérêts américains sont déjà bien présents dans le pays. On comprend

aussi pourquoi les entreprises américaines et notamment la banque Morgan Stenley et la Bank of América proposent «leur aide». Mais surtout, l'intérêt est géostratégique : après les sept bases militaires installées en Colombie, après le coup d'État au Honduras qui vient de quitter l'ALBA (Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique) les ÉtatsUnis s'offrent une nouvelle base proche de Cuba et du Vénézuéla, leur permettant de contrôler les Caraïbes et l'Amérique latine. Cette politique a été dénoncée dès dimanche par Daniel Ortéga président du Nicaragua et par Hugo Chavez : «Il semble qu'ils sont en train de profiter de la tragédie pour occuper militairement Haïti». En revanche, les États-Unis sont parvenus à se trouver des alliés : le Canada qui a envoyé 1500 soldats et des navires de guerre mais aussi le Brésil qui a fourni le plus gros contingent à la Ministah. Alors que le Brésil s'oppose aux bases en Colombie et qu'il s'oppose au coup d'État du Honduras, il accepte cette fois la collaboration avec les États-Unis. Il participe à la conférence diplomatique du 25 janvier à Montréal pour préparer une conférence internationale, avec le premier ministre haïtien, le premier ministre canadien, Hilary Clinton et un représentant français. Cette conférence internationale proposée par N. Sarkozy en coopération avec B. Obama, organisée sur le modèle de la conférence internationale de Bonn en 2001 après l'invasion de l'Afghanistan par les américains, pour la reconstruction du pays, a pour conséquence, une fois de plus, de contourner l'ONU. L'aide des autres puissances

1) Les pays d'Amérique Latine sont très mobilisés pour l'aide à Haîti, mais en dépit d'organisations unitaires comme l'UNASUR, il y a peu de coordination. Le Brésil agit seul, collabore avec les États-Unis. Il a le plus gros contingent dans la Ministah. Deux exceptions : la CARICOM (Communauté des Caraïbes) avec laquelle coopère Cuba et l'ALBA (Alliance bolivarienne des peuples de notre Amérique). Aux États-Unis, des médias mal - 15 -

intentionnés ont souligné l'absence de Cuba. Or, Cuba avait sur place plus de 400 coopérants dont 344 personnels médicaux répartis dans 227 communes sur les 337 d'Haïti. Ils ont été renforcés par la brigade médicale de 60 personnes. Les médecins cubains travaillent avec les 400 médecins haïtiens formés à l'école de la Havane. Le 1er hôpital de campagne a été mis en place par les Cubains, un 2e a été installé. Dimanche, Chavez a annoncé que le Vénézuéla allait donner 5625 tonnes de vivres et «tout le combustible nécessaire». Lundi, un navire avec 225.000 barils partait pour Haïti via la République Dominicaine. Le ravitaillement transite par un bateau de l'ALBA et deux autres navires vénézuéliens. Trois avions vénézuéliens ont transporté une partie de l'aide (vivres, médicaments, eau). Le gouvernement russe a mis à disposition du Vénézuéla, deux avions cargos pouvant transporter 40 tonnes. 2) La Chine a été le 1er pays à envoyer une mission de secours à Haïti, devançant les États-Unis. 3) La France a envoyé, dès mercredi, deux missions de secouristes avec des chiens, à partir de Marseille et de Paris. Des difficultés pour l'acheminement sont apparus avec les États-Unis. Le secrétaire d'État à la coopération a protesté quand les Américains ont refusé l'atterrissage d'un avion français transportant un hôpital de campagne. Il a fallu 48H pour que l'avion puisse atterrir alors qu'il y a urgence. Cependant, B. Kouchner affirme qu'il n'y a aucun problème de relation avec les États-Unis et que la coopération est très bonne sur le terrain. Lundi pourtant avant la réunion du conseil de sécurité de l'ONU, A. Joyaudet récidivait : «L'ONU est en train de travailler. J'espère que nous aurons une décision. J'espère que les choses seront précisées quant au rôle des États-Unis... Il s'agit d'aider Haïti, il ne s'agit pas d'occuper Haïti. Il s'agit de faire en sorte qu'Haïti puisse reprendre vie». La France s'est activée auprès de l'Union européenne. Lundi, le Conseil des ministres européens a décidé une aide de 429 millions d'euros dont 122 pour l'aide d'urgence (92 millions fournis par les États, 30 par la commission européenne), 107 millions pour l'aide non humanitaire (pris sur les fonds européens). 200 milions pour le moyen et long terme. Cent cinquante personnes de la force de gendarmerie européenne serait envoyées à Haïti. Par rapport à la politique américaine, la France et l'Union européenne se sont finalement alignées. Le rôle de l'ONU

Jusqu'au lundi 18 janvier, l'action de l'ONU a été décidée par le secrétariat de l'ONU et surtout par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki Moon qui s'est rendu à Haïti le dimanche 17 janvier. L'ONU est présente à Haîti par les

casques bleus de la Ministah depuis 2004 et la destitution d'Aristide. La Ministah a été touchée par le séisme : son siège a été détruit, 40 membres ont été tués, 330 restent disparus sur un effectif de 11.000 soldats. Parmi les morts, le chef de mission Hedi Annabi. 1750 sauveteurs des Nations Unies ont été dépêchés en Haïti et l'ONU a lancé un appel d'urgence pour récolter 500 millions de dollars pour venir en aide pendant 6 mois. Mais Ben Ki Moon semble avoir laissé faire les Américains. Le Conseil de sécurité n'a été réuni que lundi et l'assemblée générale de l'ONU ne s'est pas exprimée. En juillet 2009, et alors qu'Haïti avait été touché en 2008-2009 par 4 cyclones (comme Cuba) faisant 900 morts et 900.000 sinistrés, Bill Clinton avait été nommé envoyé spécial de l'ONU pour Haïti. Cette nomination a été critiquée, notamment l'UG1G (Union générale des travailleurs guadeloupéens qui dénonce un conflit d'intérêts puisque Clinton dirige une fondation internationale, la «Clinton global initiative» chargée de recueillir des fonds pour l'aide générale internationale. Compte tenu du rôle assigné par Obama à B. Clinton, on ne sait plus pour qui travaille ce dernier... Clinton est un expert d'Haïti, et l'on se souvient que le coup d'État de 2004 contre Aristide a été exécuté sous la présidence de B. Clinton. Au conseil de sécurité de lundi, Ben Ki Moon a demandé le renfort de la Ministah par 2000 soldats et 1500 policiers. Les organisations dépendantes de l'ONU sont également actives. Le PAM (programme alimentaire mondial) fournit des vivres. La TAO (organisation pour l'agriculture et l'alimentation) a lancé un appel à l'aide en faveur des agriculteurs. L'UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l'enfance) a mis en garde contre la précipitation avec laquelle les pays développés organisent l'adoption d'enfants haïtiens, soi-disant orphelins mais qui, souvent, sont pris en charge par la famille élargie. Un trafic d'enfants pourrait se développer... Compte tenu de la situation créée par l'armée américaine chargée d'affirmer le «leadership» étatunien, l'ONU pourra-t-elle reprendre la main ou le veut-elle ?

En concluion : les médias oublient de parler des initiatives des pays du sud, hormis la proposition du Sénégalais, le président Wade de céder une partie de son pays aux Haïtiens pour qu'ils viennent s'installer en Afrique d'où les ancêtres sont originaires... L'aide de ces pays existe pourtant, à la mesure de leurs moyens, à l'exemple de Cuba. Signalons l'aide symbolique des Palestiniens de Gaza qui ont voulu exprimer leur solidarité. Au delà de l'aide des États, il y a la solidarité généreuse des peuples s'exprimant à travers des ONG.


page 16:page 14

19/01/10

15:14

Page 1

Sciences et Techniques

OCÉANS : LES VARIATIONS DU PASSÉ ÉCLAIRENT L’AVENIR

M N CJ

Il y a environ 20000 ans débutait une période de réchauffement climatique. La fin de la dernière ère glaciaire sʼest accompagnée dʼune fonte accélérée des immenses calottes de glace qui occupaient des larges surfaces du globe. A lʼépoque les océans étaient à 120 mètres en dessous de leur niveau actuel. Une équipe de chercheurs français coordonnée par E. Bard (1) vient de préciser la vitesse de montée du niveau des océans entre - 14000 ans et - 9000 ans. glaces, libéré de ce surpoids, le ● Publiée dans continent remonte lentement. La

«Science Express» du 14 janvier, lʼétude porte sur les coraux de Tahiti.

Les coraux sont des animaux marins qui forment des colonies fixes. Leur survie dépend dʼune symbiose avec une algue et cette algue a besoin de lumière pour son activité de photosynthèse. Les coraux vivent donc dans la couche supérieure, bien éclairée, de lʼocéan. Ainsi, les récifs formés par les coraux sont un bon indicateur des fluctuations du niveau de la mer. Cependant, fluctuation ne signifie pas forcément hausse du niveau des eaux, cela peut signifier également enfoncement du substrat rocheux sur lequel se forme le récif. Les récifs coralliens de Tahiti se sont formés au sommet de volcans sousmarins qui sʼenfoncent très lentement. La correction entre hausse du niveau des eaux et baisse du fond océanique est donc facilitée par rapport à dʼautres sites. La vitesse dʼenfoncement du fond marin est de lʼordre de 0,25 mm par an. Lʼétude porte sur une série de sondages forés dans la barrière de coraux de Papeete. La différence de la température moyenne entre lʼère glaciaire et la période interglaciaire, dans laquelle nous sommes encore, est de lʼordre de 5°C. Lʼaugmentation de température a été de 3°C dans la période entre -14000 ans et -9000 ans étudiée par les auteurs. Elle est corrélée à une augmentation du niveau de la mer dʼenviron 50 mètres. Cette période récente est plutôt bien connue et lʼon sait que lʼélévation de température nʼa pas été constante. Un épisode plus frais est observé entre -13000 ans et -12000 ans. Variation de rythme

Les résultats de lʼétude montrent que la sortie de cet intervalle plus frais, et l'entrée dans la période plus chaude, que nous vivons encore, ont été marquées par une accélération du rythme moyen de la hausse du niveau des océans.

réaction est du même type que lorsque lʼon charge et décharge un navire. Les roches solides ne font que réagir plus lentement que lʼeau. Ainsi, le bouclier Scandinave sort lentement des eaux à une vitesse de quelques millimètres par an, et la mer Baltique, dont le niveau baisse, a tendance à se vider. Par ailleurs, on mesure mal pour lʼinstant lʼinfluence des variations du surpoids des glaces polaires sur lʼobliquité de lʼaxe de rotation de la Terre et le ralentissement de celle-ci. Deux éléments dont lʼinfluence sur les variations climatiques est, sans doute, loin dʼêtre négligeable. Les circulations océaniques

Extension de la calotte glaciaire dans l’hémisphère nord (en gris sur les continents), il y a 20 000 ans.

Sur lʼensemble de la période étudiée (entre -14000 ans et - 9000ans), le niveau des océans sʼest élevé en moyenne de 10 millimètres par an. La période «plus fraîche», est marquée par un ralentissement de la montée des eaux calculée à 7,5 millimètres par an. Au contraire, la période du rebond de la hausse des températures est marquée par une élévation plus rapide du niveau des océans (12 millimètres par an). Ce qui est plus étonnant est que cette même observation vaut pour la période qui précède le rafraîchissement de 1000 ans ! Améliorer les modèles

La hausse du niveau des océans est liée à la hausse des températures. Comme toute matière, lʼeau océanique se dilate lorsque sa température augmente. Cʼest la première cause de hausse du niveau de la mer. Cet élément est intégré de longue date dans les modèles de prévisions climatiques. Les médias parlent abondamment de la fonte des glaciers

En bref… limites…

LES CORBEAUX UTILISENT DES OUTILS…

On sait depuis un certain nombre dʼannées que lʼutilisation, voire le façonnage dʼoutils, nʼest plus lʼapanage de lʼespèce humaine. Chimpanzés et bonobos montrent de grandes capacités dans ce domaine. Aujourdʼhui ce sont les corbeaux qui se montrent donc plus malins que les renards… Lʼensemble de la famille des corbeaux, les corvidés, est connu de longue date pour son intelligence. Une équipe de lʼUniversité dʼOxford avait déjà observé la capacité des corbeaux de Nouvelle-Calédonie à utiliser des outils pour toutes sortes dʼactivités, notamment pour attraper une de leur nourriture favorite, des

larves qui vivent dans des troncs dʼarbres morts. La nouvelle étude qui porte sur 1800 heures dʼenregistrements vidéos réalisées en pleine nature apporte de nouveaux enseignements. Les corbeaux ne prennent pas leurs outils, rameaux, brindilles, au hasard. Ils les sélectionnent en fonction de leur rigidité et de leur longueur. Ainsi, plus les terriers sont profonds, plus les rameaux utilisés sont longs. De plus, lorsquʼun outil est particulièrement efficace, ils peuvent le conserver pour aller fouiller dʼautres points riches en larves. Lʼautre nouveauté remarquable : les chercheurs ont observé que les individus plus âgés étaient plus habiles que les plus jeunes dans le maniement des outils. Lʼusage dʼoutils serait donc, chez les corbeaux de

comme élément déterminant de cette hausse. Les mesures réalisées au cours des 20 dernières années font état dʼune hausse moyenne comprise entre 2,5 et 3 millimètres par an. De nombreuses études récentes sur les calottes glaciaires du Groenland et de lʼAntarctique montrent que la fonte des glaciers devrait influencer, de manière significative, le niveau des océans au cours des siècles à venir. La dynamique température - fonte des glaces - hausse du niveau de la mer est très complexe. La contribution des glaciers nʼa dʼailleurs fait lʼobjet que dʼune évaluation approximative dans les modèles mis en œuvre pour le dernier rapport du GIEC. Précisons toutefois que les masses dʼeau fixées dans les glaces de nos jours sont infiniment plus faibles que celles des calottes glaciaires dʼil y a 20000 ans. Lʼampleur des hausses du niveau des océans, due au réchauffement climatique envisagé pour le siècle à venir, sera donc infime en comparaison de celle quʼont connue nos ancêtres.

Nouvelle-Calédonie, le résultat dʼun apprentissage social et donc une pratique acquise, une culture technique en quelque sorte ! LES LIMACES VERTES : ANIMAL OU VÉGÉTAL ?

Une des espèces de limaces de mer qui vit sur la côte est des USA est de couleur verte. Cette couleur est due au fait quʼelle contient de la chlorophylle. Cette particularité intrigue les biologistes depuis longtemps. La nourriture favorite de ces limaces est une algue verte dont elles «volent» les chloroplastes, ces petits organites qui contiennent de la chlorophylle. Cette ingestion leur permet de se nourrir très peu car, exposées au soleil, les limaces «détournent» à - 16 -

Baisse de la Baltique

Parmi les leçons contradictoires du passé, lʼune est connue depuis longtemps : la remontée progressive des sols dans les zones occupées par des glaciers lors de la dernière glaciation. Les calottes glaciaires font peser un poids considérable sur les zones continentales quʼelles occupent. Sous ce poids, les roches sʼenfoncent lentement et le niveau du sol baisse. Après la fonte des

leur avantage la capacité de photosynthèse de la chlorophylle et peuvent sʼalimenter à partir dʼéléments minéraux simples ce qui est la caractéristique du monde végétal. Ces phénomènes de symbioses existent aussi chez dʼautres espèces animales, notamment chez les coraux. Une équipe de chercheurs australiens vient de démontrer que chez ces limaces, il ne sʼagit pas seulement de récupération de chloroplastes dʼalgues ingérés par lʼanimal, mais que ces animaux possédaient la capacité de synthétiser leurs propres molécules de chlorophylle. Une première dans le monde animal qui estompe un peu plus la limite entre le règne végétal et le règne animal.

Lʼintégration des venues dʼeau douce dans les océans pose également problème pour les modèles utilisés actuellement. En effet, on ne sait pas aujourdʼhui quelle influence aura lʼarrivée massive dʼeau douce sur les courants marins. Une baisse de la salinité au niveau des pôles peut avoir pour conséquence un ralentissement du plongement vers la profondeur des eaux de surfaces, mouvement qui contrôle lʼensemble des courants marins. Les enseignements tirés des résultats de cette étude des coraux de Tahiti permettront dʼaffiner considérablement les modèles actuels. Le passé vient au secours de la capacité à prévoir lʼavenir. A.C.

(1) En savoir plus : Edouard Bard (sous la direction de) “LʼHomme face au climat” - Ed. Odile Jacob.

HOMME-CHIMPANZÉ, UN Y TRES DIFFÉRENT

Le chromosome Y est le propre du mâle. Le séquençage de lʼADN du chromosome Y du chimpanzé vient dʼêtre terminé par une équipe de lʼUniversité de Cambridge. Il a pu être comparé au chromosome Y humain. Le résultat est surprenant vu la proximité entre ce singe et nous. En effet, les deux Y diffèrent fortement, tant pour la structure de lʼADN que pour les gènes. Les chromosomes Y, à la différence du reste de nos caractéristiques génétiques, ont donc évolué très rapidement au cours des 7 ou 8 millions dʼannées, période où, semble-t-il, les chimpanzés et le genre humain ont commencé à diverger. Liberté 62 n°897 - Le 22 Janvier 2010

Liberté 62 897  

Liberté 62 n°897

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you