Issuu on Google+

page 1:page 1

28/05/09

9:26

Page 1

BOSAL (ANNEZIN) M N CJ

L’OUTIL DE TRAVAIL PRIME SUR TOUTE AUTRE CONSIDÉRATION PAGE 3

DIMANCHE 7 JUIN

LE FRONT DE GAUCHE PEUT CRÉER LA SURPRISE Il reste 10 jours pour assurer l’élection de députés européens soucieux des intérêts du monde du travail. PAGES 4, 5, 6 ET 14

128, B OULEVARD B ASLY - 62300 LENS -T ÉL . 03.21.74.89.89- FAX 03.21.74.89.88 (e-mail : liberte.62@wanadoo.fr) - 1,30

€ - N°863 DU V ENDREDI 29 M AI AU J EUDI 4 J UIN 2009

Page 3:Page 3

M N CJ

28/05/09

L

9:46

Page 1

Événement BOSAL (ANNEZIN)

L’OUTIL DE TRAVAIL PRIME SUR TOUTE AUTRE CONSIDÉRATION

Échange de points de vue entre les délégués CGT et les secrétaires de Béthune du PCF

présence de A lʼAutomobile et des équipementiers est à situer dans le cadre de la reconversion du bassin minier. Lʼavenir est un enjeu de taille. Quel avenir, donc, pour lʼindustrie automobile en Nord/Pas-de-Calais ? Il y a plusieurs manières dʼaborder un dossier social comme Bosal, sʼen tenir aux informations de la direction, du représentant du comité dʼentreprises, de lʼadministrateur judiciaire ou encore de participer à un dialogue entre des défenseurs du site et de lʼoutil de travail. Cʼest cette voie que nous avons choisie en participant, récemment, à une rencontre entre les délégués de la CGT et, Henri Tobo, Jacques Delelis, secrétaires de Béthune du Parti communiste. 435 emplois à temps plein sont dans la balance ; lors de la création de lʼentreprise, en 1978, lʼeffectif dépassait les 2000 personnes avec un volant de 300 intérimaires. Installée sur une superficie de 36 000 mètres carrés, lʼusine dʼAnnezin a un certain poids dans le parc de lʼimmobilier dʼentreprises (évalué à quatre millions dʼeuros pour le bâtiment et deux millions dʼeuros pour les machines). Lʼusine fut agrandie en 1994. Lʼactivité du pot dʼéchappement, la spécialité de Bosal, battrait-elle de lʼaile ? Certes pas, mais le redéploiement pratiqué à outrances et une certaine forme de délocalisation ont amené des pertes énormes de production à partir du site dʼAnnezin. Les potentialités industrielles existent mais la filière est condamnée dans sa forme actuelle. Épée de Damoclès...

La direction fuit son bilan désastreux. Depuis janvier dernier, lʼépée de Damoclès pèse sur la tête de chaque salarié ; pour Didier Beauchet, délégué syndical CGT (et 28 années dʼancienneté), “il est hors de question de rester les bras croisés , le 11 mai dernier, le dépôt des dossiers des repreneurs était entériné par la justice.

L

Édito

Depuis la division syndicale, en germe depuis des mois, se poursuit et cela est dommageable pour tous. Notre parole nʼest pas pour conforter le patronat. Les enjeux sont précis, cʼest le sauvetage du site dʼAnnezin et lui seul qui nous intéresse ; la discussion sur les primes de départ fait évidemment le jeu de la direction représentée par lʼadministrateur judiciaire (Il y a

patron, cʼest Karel Bos, cʼest lui qui veut vendre son usine du Pasde-Calais. Habitué, en son temps, dans les années 1950 et 1960, à des relations de condescendance avec les travailleurs dʼAfrique du sud (cʼest là quʼil fit fortune en partant des mines de diamant et ensuite des activités pour lʼautomobile) il pensait agir de la sorte avec les salariés français et il le

est une date butoir, cʼest ce jour là que nous allons connaître le repreneur. Il est vrai que la loi de 1985 sur les redressements judiciaires ne privilégie aucunement ni lʼemploi, ni les moyens économiques. Nous sommes dans le “mieux disant” financier et le syndic ne se soucie pas de la perspective du développement industriel. Nous sommes dans ce cadre précis.

Sauver l’emploi à Bosal : échanges de points de vue, le 18 mai dernier, entre la CGT et le PCF. (Photo Liberté 62)

redressement judiciaire avec un sursis qui court jusque fin juin et non pas liquidation judiciaire...). Refuser le fatalisme, cʼest avancer vers un avenir avec des emplois.

pense toujours aujourdʼhui... Devant le juge, on parle de tout, sauf de lʼemploi.” Et Didier Beauchet de reprendre la balle au bond, “lʼimpression géné-

Deux des trois repreneurs éventuels, comme Cintrax ou Cassier ont pignon sur rue, le troisième ne lʼa pas. Tant que lʼargent est bien orienté, lʼadministrateur judiciaire

Diviser les salariés est une pratique usitée par le patronat.” Philippe Laversin, délégué CGT, est sur la même position, “Le

rale qui se dégage de toute cette situaton est une orientation très nette vers un saucissonnage de lʼemploi et des activités. Le 19 juin

(avec la complicité de syndicalistes peu scrupuleux) va tout faire pour une valorisation du bâtiment et essayer de se débarrasser des

La véritable bataille va commencer avec le jugement du tribunal, en juin. Faire reculer le patronat, c’est un bon argument de lutte.

machines...” Se pose alors la question du stock de pièces et la réponse des délégués de la CGT est sans appel, “sʼil nʼy a pas de stock, on ne pourra pas lutter. La véritable bataille va commencer avec le jugement du tribunal, en juin. Faire reculer le patronat, cʼest un bon argument de lutte. Son fondement en est lʼemploi et tout ce qui peut être sauvé.” Urgence

Pour les responsables du PCF de Béthune, “Il y a urgence, comme toujours en pareil cas, de mesurer la gravité de la situation et y répondre en conséquence. Ce qui vient de se passer à FaureciaAuchel nous interpelle. La direction de Bosal, depuis des années, suit la stratégie, celle de la rentabilité évidente, en plaçant ses billes dans de nouvelles usines, (en Europe de lʼest) mais aussi au Maroc, au détriment, des unités en France, que ce soit à Annezin ou à Beine-Nauroy, dans la Marne. Ce que nous dénonçons également, cʼest la stratégie suivie par Renault et PSA, les donneurs dʼordre, qui tergiversent et handicapent lʼoutil industriel. Le pourrissement de la situation est voulue. Notre message politique est clair, notre rôle est de soutenir le monde du travail avec toutes nos forces sans aucun esprit de propagande, ce temps là est révolu ! Les banques ont reçu de lʼargent du gouvernement. À quoi sert lʼaide des fonds publics ?” Depuis une bonne dizaine dʼannées, des choix stratégiques ne vont pas dans le sens de lʼactivité industrielle mais dans un sens très orienté de la priorité financière, autrement dit la rentabilité au détriment de lʼemploi. Le transfert des richesses vers le capital est inacceptable. La finance, lʼéconomie, la technique sont intimement liées dans un contexte de répartition des usines. Une véritable menace pèse sur la tête des salariés. Lʼemploi est la cible directe dʼune restructuration profonde dans un domaine - tel lʼAutomobile - où la crise actuelle fait office de bouclier expiatoire. Pierre Pirierros

LE 7 JUIN, AVEC LE FRONT DE GAUCHE, SANCTIONNONS LES VOLEURS

E rejet du Traité Constitutionnel en 2005 a été une grande victoire pour tous ceux, qui à gauche combattent lʼEurope libérale. Or, par la ratification parlementaire du Traité de Lisbonne, copie conforme du texte ultralibéral de 2005, les Français se sont fait voler leur vote ! Même chose en Irlande, où, quand le peuple a dit «NON» au traité de Lisbonne, la seule réponse fût… de le faire revoter jusquʼà ce quʼil dise «OUI» ! Quelle grande europe démocratique, quel attachement à la souveraineté populaire !

Liberté 62 n°863 - Le 29 Mai 2009

Avec les élections européennes, nous pouvons sanctionner ceux qui nous ont volé notre NON : la droite U.M.P et le MODEM, bien sûr, mais également la «gauche» molle, PS et VERT, sans laquelle SARKOZY nʼaurait pas pu faire passer le Traité de LISBONNE par la voie parlementaire. Martine AUBRY nous refait le coup du vote utile, pour essayer de rameuter les électeurs socialistes déçus, elle ne trompera sans doute pas grand monde : oui le P.S a bien trahi son électorat populaire, en lui chantant la douce rengaine de «lʼEurope sociale». Europe sociale !? «Anne,

ma sœur Anne, ne voit tu rien venir ???» Mais si, on lʼa vu venir leur Europe sociale, celle de lʼélargissement à lʼEst, avec ses bas salaires qui ont favorisé les délocalisations industrielles ; celle de la privatisation des services publics… etc. Et que dire de ces «antilibéraux», comme José BOVÉ, réduits à coller aux basques dʼun Daniel COHN BENDIT, farouche partisan du OUI, …tout ça pour décrocher un poste de député ! Des électeurs écoeurés par ces pratiques, et par cette Europe qui ne leur apporte rien de bon, sont -3-

tentés de sʼabstenir. Je les comprend, mais cʼest une erreur. Avec le Front de gauche, initié par le P.C.F, on peut tout à la foi élire des députés européens utiles au mouvement populaire, comme lʼont été Francis WÜRTZ et Jacky HÉNIN, en dénonçant par exemple, le projet de directive BOLKENSTEIN ; et enclencher une dynamique politique nouvelle dans notre pays. Le mouvement social a besoin de trouver un débouché politique. Lʼalternance que propose le PS sʼapparente trop au «bonnet blancblanc bonnet», pour inquiéter SARKOZY. Les gesticulations de

BESANCENOT ne font que servir la droite, qui lʼutilise (comme MITTERRAND lʼavait fait avec le FN en son temps), pour diviser la gauche, alors que lʼaspiration à lʼunité à gauche nʼa jamais été aussi forte. Alors, le 7 juin prochain, en votant pour la liste du Front de gauche menée par Jacky HÉNIN et Alain BOCQUET, nous allons créer la surprise dont les travailleurs en lutte ont besoin…et nous sanctionnerons ceux qui nous ont pris pour des imbéciles. Bertrand Péricaud

page 4:page 5

27/05/09

15:45

Page 1

Social/Élections européennes DÉBAT À BOULOGNE-SUR-MER AVEC LES CANDIDATS DU FRONT DE GAUCHE

M N CJ

LE 7 JUIN, POURSUIVRE L'ÉLAN DU "NON" À L'EUROPE LIBÉRALE

T

EMPS de la réflexion, écoute des syndicalistes et des salariés, discussion sur tous les aspects de la vie, voilà comment les militants du PCF débattent des prochaines élections européennes. Volonté de changer les règles en France et en Europe : les communistes du Boulonnais ont invité Jacky Hénin, à débattre des enjeux du scrutin européen, à quelques jours du 7 juin. La salle du CCAS, rue Butor, a servi de cadre à cette manifestation qui a rassemblé une centaine de personnes. Après une introduction de Jacky Hénin et de Laurence Sauvage, candidats du Front de gauche pour la circonscription du Nord-Ouest, le débat fut engagé sur les questions fondamentales en cours dans l'Europe des 27. Toute élection partielle a ses particularités. En ce qui concerne le scrutin du 7 juin prochain, cʼest lʼapproche dʼune autre donnée politique qui est mise en avant, celle du rassemblement autour des candidats du Front de gauche (PCF, Parti de Gauche, Gauche unitaire) pour poursuivre l'élan du "Non" au référendum sur le traité constitutionnel européen. Lʼabstention est une autre réalité quʼil faut combattre. Il y va du poids électoral réel.

J

Débat général

La mobilisation des communistes du Boulonnais pour lʼélection européenne est à situer dans la configuration dʼun débat général qui concerne des pans entiers de la vie de tous les jours. "Quels enjeux, pour quelle politique ?“ Crise de la pêche, crise du libéralisme, baisse du pouvoir d'achat et augmentation du chômage, toutes ces questions ont alimenté un fructueux débat. Débat au cours duquel tout le système capitaliste fut pointé du doigt. Les mécontentements apparaissent de plus en plus au grand jour ; la croissance diminue, cʼest la récession des pays riches et ce sont toujours les mêmes qui paient les pots cassés. La pertinence du Front de gauche correspond à une attente chez les gens de gauche au moment où l'opinion publique attend autre chose que des discours habituels sur le consensus tel qu'il existe dans l'Europe actuelle. La crise est lʼoccasion pour les entreprises dʼoutrepasser sans sʼinquiéter le Code du travail. Lorsque des salariés d'un même secteur n'ont pas les mêmes droits, la colère est légitime. C'est le cas pour les primes de paniers dans les entreprises de la marée alors que

la convention collective dit autre chose. Traduire des attentes fortes pour la réponse aux besoins et des exigences en matière de conquête sociale passe par des actions concertées et l'unité à la base. Sur ce dossier de fond, les syndicalistes de la transformation du poisson ont longuement interrogé les candidats du Front de gauche. Et Jacky Hénin de situer “la place offensive quʼont les milieux de la finance. Ils nʼont aucun scrupule et montrent leur vrai visage avec leurs salaires (qui ne sont quʼune partie de leurs revenus) en hausse vertigineuse. Devant lʼobstination de la droite, il sʼagit de créer un rapport de forces décisif. Lʼavenir de notre société en dépend. Certains parient sur lʼalternance politique, un bon système pour pérenniser des choix fondamentaux combattus par ailleurs. Cette Europe veut casser les acquis sociaux et va continuer de plus belle ; respecter les

hommes et les femmes du Nord/Pas-de-Calais, ce mot dʼordre retentit - et doit retentir avec force actuellement et de surcroît dans cette zone du littoral”. La pêche a une place prépondérante sur cette zone géographique. Les pêcheurs jugent très excessives les réductions des quotas de poisson et sont dans le combat pour leur survie. “La défense des pêcheurs est à opposer aux diverses directives de lʼUnion européenne qui - sous couvert de la défense des fonds marins - mettent en place des quotas de captures". Ce sujet épineux divise pêcheurs et défenseurs de l'environnement sur l'état des ressources halieutiques. Autrefois, ce fut la même chose avec le hareng et maintenant les pêcheurs boulonnais nʼont plus le droit de le pêcher. Ce sont d'autres pêcheurs, d'autres pays qui s'en chargent. Et les pêcheurs boulonnais dʼattendre de leur ministère de véritables réponses,

réponses qui ne doivent pas être “masquées” par la crise actuelle. Aux questions élémentaires sur la réalité d'aujourd'hui, c'est-à-dire, celle contenue dans l'Europe libérale, les candidats du Front de gauche ont stigmatisé la construction de l'Europe qui a été faite uniquement pour le capital au détriment de toute autre stratégie. Le Parlement européen est la voix des citoyens au sein de cette Europe qui peut paraître lointaine mais qui nous concerne directement, tous les jours. Certes le recul de lʼÉtat avec la ligne définie à Lisbonne est effectif, à nous de faire le maximum pour marquer la rupture avec ce traité. Les militants PCF du Boulonnais, ceux du Parti de gauche, s'engagent dans cette bataille pour changer la donne. Les échanges constants avec le monde du travail jouent un rôle déterminant à lʼheure dʼune crise économique du système. P.P.

VISITE DU SITE TEREOS DE LILLERS PAR LES CANDIDATS DU FRONT DE GAUCHE

MAINTENIR UNE PRODUCTION SUCRIÈRE DE QUALITÉ

ACKY HÉNIN, Laurence Sauvage, candidats du Front de gauche aux élections européennes, Alain Bocquet, député, Lucien Andriès, maire de Lillers, et des représentants du PCF et du Parti de Gauche ont visité l'usine Tereos de Lillers et y ont été reçus par la direction locale. La visite des installations, notamment la distillerie, s'est faite dans un climat d'échanges d'informations techniques et sociales. Le travail de l'élu recouvre aussi la connaissance du monde industriel et le dialogue constructif lors de cette visite confirme le bien fondé d'une telle démarche. Cela se passait le 25 mai dernier à l'occasion de la journée des candidats et élus dans ce secteur géographique. Jacky Hénin est intervenu à maintes reprises pour défendre les salariés et la profession au Parlement européen. Pour ce dernier, "le maintien en France et en Europe dʼune production sucrière

pas jugées assez attrayantes par la filière. Pour la Commission européenne, si l'objectif de réduction de la production n'est pas atteint en 2010, "elle procèdera à des réductions obligatoires de quotas de production”. La réforme du marché du sucre a été initiée en 2004 et lancée par la commission européenne en 2006. Le site lillérois (sucrerie et distille-

Les chiffres

de qualité respectueuse de lʼenvironnement est primordial." Les professionnels du sucre en Europe vont se voir “offrir des incitations plus grandes pour réduire

leur production”, selon un plan d'action adopté par les ministres de l'agriculture de l'Union européenne. Les incitations financières ne sont -4-

rie) traite annuellement 1,5 millions de tonnes de betteraves provenant de près de 3000 agriculteurs de la grande région Nord. Il traite 14 000 tonnes par jour de miseptembre à décembre, c'est la pleine saison. Des produits pour l'industrie comme pour le grand public sortent des installations de Tereos. P.P.

Le site de Lillers transforme 14 000 tonnes de betteraves par jour et emploie 145 salariés permanents et 80 saisonniers. La Sucrerie travaille 16 500 hectares de betteraves produites par 2 900 associés-coopérateurs. Elle fabrique 100 000 tonnes de sucre. Elle produit 110 000 tonnes de sirop qui sera cristallisé pendant l'intercampagne et 65 000 tonnes de mélasses pour fabriquer de l'alcool. La sucrerie produit 73 000 tonnes de pulpes surpressées et 65 000 tonnes de pulpes déshydratées. Le site de Lillers produit également 80 000 m3 d'alcools par an. Liberté 62 n°863 - Le 29 Mai 2009

page 5 :page 4

27/05/09

15:44

Page 1

Élections européennes PRÉSENTATION OFFICIELLE DE LA LISTE DU FRONT DE GAUCHE, À LILLE

“RASSEMBLEMENT ET UNITÉ, POUR FAIRE RÉÉLIRE JACKY HÉNIN”

M N CJ

C

OMMENT exprimer la nature même de lʼEurope et ses dramatiques conséquences sur toute la population et notamment sur les salariés ? Le lundi 25 mai dernier, date de lʼouverture de la campagne officielle des élections européennes, a été présentée, à Lille, (notre photo), la liste du Front de gauche pour la circonscription du Nord-Ouest.

S

Michelle Demessine, sénatrice du Nord, tient à souligner lʼimportance du scrutin du 7 juin pour déjouer tout ce qui a été promis au nom de lʼEurope. Jacky Hénin, tête de liste, évoque, dʼemblée, son enthousiasme à participer à ce grand rassemblement de la gauche de la gauche (PCF, Parti de Gauche, Gauche unitaire) et de la volonté du “tous ensemble”, mot dʼordre singulier, scandé lors des récentes et nombreuses manifestations du mouve-

ment social. Le paradoxe dans cette situation précise est la multiplication des sondages favorables à lʼUMP, le parti présidentiel. Ce paradoxe tient à la nature même du scrutin et au peu dʼempressement des grands médias à entrer dans une explication dʼun enjeu qui nous concerne tous au quotidien. La constitution du Front de Gauche ouvre des perspectives ; à partir d'un espace politique donné, elles viennent en contrepoint de la faiblesse de campagne dʼun PS qui focalise son existence sur son rôle dʼopposant naturel. Mais là, il y a contradiction car au Parlement européen PSE (socialistes) et PPE (droite, centre), sont unis. Un large consensus s'y opère (dans la plupart des cas) dans des dossiers déterminants pour la vie économique du pays et au-delà de lʼEurope des 27. Ce sentiment est partagé par Marc Dolez, député du Nord, et fondateur du Parti de la gauche avec Jean-Luc Mélenchon. Pour Antonio De Almeida, syndicaliste à Renault-Cléon, candidat sur cette liste, “on sait bien quʼil est impossible de séparer, le politique, le social et lʼéconomique. Permettre

une réelle accélération des convergences est une des priorités dʼune action déterminée qui se décline à partir des entreprises, des salariés et, bien sûr, des territoires. Nous sommes dans notre rôle, ce n'est pas une simple posture électoraliste.” Action politique Pour Alain Bocquet, député PCF et figurant en troisième position sur cette liste, “l'action politique ne peut ignorer la sphère économique dans laquelle le modèle libéral est en train de sʼimposer comme unique modèle, à force de propagande outrancière, de mécanismes juridiques et financiers. Le Front de gauche travaille dans le sens de lʼutilité”. Michèle Ernis, deuxième de liste, après 35 ans passés à la LCR, a rejoint le Front de gauche pour impulser, notamment, une alternative à la politique actuelle dans un contexte élargi de convergences nettes et précises. Face à un patronat qui établit ses règles, la liste conduite par Jacky Hénin, regrette la position de cavalier seul du NPA. Laurence Sauvage a rejoint également cette liste pour faire avancer

les choses autour dʼune dynamique sociale. Les enjeux se mesurent à lʼaune dʼune volonté de changement, comme la proposition commune aux députés PCF et du Front de gauche, déposée ce 28 mai à lʼAssemblée nationale pour interdire les licenciements boursiers. La mondialisation suggère un autre rapport de forces. À la question sur lʼennemi à combattre, la réponse est, on ne peut plus claire de la part des candidats du Front de gauche, “cʼest naturellement Sarkozy et la droite et tous ceux qui nʼhésitent pas un seul instant à Bruxelles ou à Strasbourg à établir des lois qui tournent le dos au peuple. La question dʼarriver devant ou derrière X, Y ou Z, importe peu. Lʼimportant est de rassembler le plus largement possible, lʼunité avec le Front de gauche recouvre la notion de lutte pour cette unité. Lʼessentiel est de faire le meilleur score possible pour élire et réélire Jacky Hénin, le 7 juin prochain. Toutes les voix sont les bienvenues, lʼabstention est un piège.” Pierre Pirierros

LILLERS : RENCONTRE AVEC LES SYNDICALISTES

FAIRE COÏNCIDER LE TRAVAIL DE TERRAIN AVEC LES ENGAGEMENTS D’ÉLUS

ERVICE public, entreprises privées, même combat. En la salle Charles de Lillers se tenait, lundi 25 mai dernier, une assembléerencontre avec Jacky Hénin, Laurence Sauvage, candidats du Front de gauche pour ces élections européennes, Alain Bocquet, députémaire de Saint-Amand-les-Eaux, René Gonet, représentant le Parti de la gauche. Hervé Poly, secrétaire de la fédération du PCF participait également à cette réunion. La récente grève victoire des Faurecia à Auchel est un élément incontournable pour lancer le débat. Il est vrai que sur cette zone industrielle dʼAuchel, il nʼy a pas si longtemps ce fut la fin du dernier peignage français où le reclassement des salariés dʼAuchelaine, voire un autre emploi, dans une zone géographique difficile, pose avec acuité les recherches dʼun poste de travail identique voire similaire. Mais la réalité est toute autre et les reclassements ont disparu comme neige au soleil... Dewavrin est toujours propriétaire des bâtiments dʼAuchelaine mais ne veut en aucun cas mettre la main à la poche pour la dépollution des sols. À la casse sociale sʼajoutent des dégâts écologiques majeurs. Le parallèle est établi et les syndicalistes cégétistes de Faurecia-Auchel ont tout misé sur lʼaction pour sauver lʼoutil de travail et lʼemploi. Les négociations furent âpres, longues, difficiles, exténuantes mais au bout du compte une belle victoire car jamais le groupe Faurecia nʼest revenu sur sa décision, le plan “synergie Nord” nʼa pas été appliqué à la lettre puisque une partie du site est préservée. Pouvoir dʼachat

Pour Jacky Hénin, malgré une campagne officielle qui ferait croire autre Liberté 62 n°863 - Le 29 Mai 2009

tarifs réglementés menée par la Commission européenne rejoint les exigences de rentabilité financière des actionnaires. Suez-Gaz de France affaiblit lʼopérateur public. Cʼest une anomalie à un moment où la sécurisation des approvisionnements énergétiques de la France et de lʼEurope est stratégique. Lʼénergie fait partie dʼun marché et sur ce domaine lʼEurope libérale à tout loisir dʼen fixer la libéralisation. Demain, ce sera le tour à la SNCF (janvier 2010) et à La Poste (2011) ! Jacques Delelis (Béthune) insiste sur lʼaction dʼenvergure et lʼunité du mouvement social. Engagements pris

chose, ce sont bien le pouvoir dʼachat et lʼemploi qui sont au coeur de lʼenjeu du scrutin européen avec un dossier sensible comme lʼétablissement dʼun smic européen (à 1600 €) défendu par les communistes. De nombreuses interventions furent consacrées à la défense des services publics et non pas aux services dʼintérêt général (la dénomination en cours à Bruxelles), à la bataille des électriciens, gaziers, des salariés de la sucrerie, des ouvriers du Bâtiment. Ces derniers réclament avec la CGT-Construction lʼouverture à une véritable reconnaissance de la pénibilité au travail alors que le pouvoir ne leur donne que des bribes dʼinformations. Cela fait des années que ce combat a commen-

cé. Un syndicaliste de chez Desquennes (Auchel) ne mâche pas ses mots sur ce sujet. Roger Veste, syndicaliste à Téréos met lʼaccent sur lʼoutil de travail et souligne que la casse de lʼemploi à Pont dʼArdres fut un coup très dur pour le secteur concerné, du fait des difficultés à retrouver un emploi qualifié. Un métallurgiste de ThyssenKrupp (Isbergues) revient sur les séparations des branches de lʼentité et font que les reclassements dʼun secteur à un autre ne sont pas automatiques ; les craintes exprimées par les salariés pour lʼavenir sont tout à fait légitimes. ThyssenKrupp brade lʼemploi comme cʼest le cas à Jeumont. Lʼintérêt économique de -5-

lʼentreprise ne passe aucunement par la case “reclassement des effectifs dégraissés.” Un syndicaliste dʼEDF tient à apporter des précisions sur la libéralisation du marché de lʼénergie. Outre les menaces quʼelle fait peser à plus ou moins court terme sur lʼégalité dʼaccès à lʼénergie, la privatisation dʼEDF place la sécurité de la production et du transport énergétique, ainsi que la maîtrise des politiques énergétiques de demain, à la merci de marchés qui ne connaissent quʼune exigence : la rentabilité. Sur un point précis, qui nʼest pas un détail, EDF a obligation de racheter lʼéolien alors que ce nʼest pas le cas pour les autres entreprises... Lʼattaque en règle contre le principe même de

Jacky Hénin comme Alain Bocquet soulignent le bien fondé dʼune résistance à lʼheure où les 360 milliards dʼeuros sont “donnés” aux banques, non pas pour les ménages, mais pour conforter leur politique de toujours plus de bénéfices. Tout cela amène élus, syndicalistes, responsables dʼorganisations dʼunités locales à préparer la riposte devant tous les mauvais coups qui tombent et qui vont tomber. Le sentiment général qui se dégage à lʼissue du débat fait coïncider le travail des candidats avec les engagements pris : défense du secteur public et lutte contre le chômage, “Les pratiques de terrain le montrent, la convergence de vues et dʼaction aussi. Elles sont des exemples précis pour contrecarrer la politique de Sarkozy et de la droite. Nous sommes les relais des luttes des concitoyens”, explicitent les candidats du Front de gauche. “Ne soyons pas frileux, organisons le rapport de forces nécessaire pour battre lʼEurope du fric contenue dans le traité de Lisbonne.” Pierre Pirierros

page 6:page 6

L

27/05/09

15:47

Page 1

Élections européennes UNE ASSEMBLÉE SAVEUR “FRONT DE GAUCHE”

Jacky Hénin appelle à ne pas relâcher les efforts durant ces derniers jours de campagne.

M N CJ

A Fédération du Pas-deCalais du PCF organisait jeudi 21 mai son traditionnel banquet républicain, l'occasion de réunir des adhérents et militants communistes venus de tout le département et de partager, à moins de trois semaines de l'élection européenne, un moment de convivialité dans la fraternité militante. Plus de 400 militants communistes ont répondu présent et étaient réunis dans la salle de la Cendrée, à Harnes, en présence de nombreux élus du secteur : JeanClaude Danglot, sénateur du Pasde-Calais, Michelle Demessine, sénatrice du Nord, Gilbert Rolos, Maire de Sallaumines et conseiller régional, Bruno Troni, Maire de

Billy-Montigny et conseiller général, André Delcourt, Maire de Calonne-Ricouart et conseiller général, Cathy Poly-Apourceau, conseillère régionale, Christian Champiré, Maire de Grenay, Brigitte Passebosc, conseillère régionale, mais aussi Thomas Boulard, adjoint au maire de Divion, Jean-Jacques Guillemant, adjoint au maire de Beaurains, Véronique Buard, adjointe au maire d'Evin-Malmaison, JeanMichel Humez, secrétaire de section et conseiller municipal de Lens, David Noël, secrétaire de section et conseiller municipal d'Hénin-Beaumont, Jean-Louis Fossier, secrétaire de section et conseiller municipal de Courrières, Guillaume Sayon, secrétaire fédé-

ral des Jeunes Communistes du Pas-de-Calais... Hervé Poly, premier secrétaire de la Fédération du PCF 62 s'est félicité de l'affluence à ce banquet républicain, signe de la bonne santé et de la mobilisation du Parti Communiste, avant de céder la parole à Jacky Hénin, député européen, dont le discours offensif contre la droite et la logique libérale de l'Union Européenne a été très applaudi. Les militants communistes ont ensuite fait honneur au repas... quelques moments de détente bien mérités alors que s'ouvre la dernière ligne droite d'une campagne européenne dans laquelle le Front de Gauche pourrait bien créer la surprise.

AVION : RÉUSSITE DU BANQUET DE LA SECTION DU PCF construction européenne, l'arrêt de la casse des services publics et une politique ambitieuse en matière de protection de l'environnement..... Bref, les communistes, dans les collectivités locales, à l'Assemblée nationale, au Sénat et au Parlement européen sont porteurs de ces propositions audacieuses et indispensables pour sortir (suppression de plus d'un million d'emplois dans les mois qui viennent selon une étude de l'INSEE). Cathy Poly Apourceau est aussi reve-

S

AMEDI dernier, 300 personnes s'étaient données rendez-vous au centre culturel Fernand Léger pour un moment convivial et fraternel. En effet, les communistes d'Avion tenaient leur banquet de section en ayant en ligne de mire les élections européennes du 7 juin prochain. Vers 20h30, Cathy Poly Apourceau, accompagnée d'Hervé Poly, premier secrétaire de la fédération du PCF du Pas-de-Calais, de Jean-Claude Danglot, sénateur du Pas-de-Calais, d'Alex Ruiz, de Pascale Danel, de Didier Zeni, de Claude Bernard, de Guillaume Sayon et de Jean-Luc Flahaut, a fait un tour d'horizon de la situation politique nationale et interna-

nue sur la situation avionnaise en rappelant que les élus qui ont quitté, en janvier dernier, l'équipe municipale ne l'ont pas fait au titre d'ambitions personnelles, mais bel et bien suite à un profond désaccord avec la manière dont le maire et ses adjoints gèrent la commune. Ceux-ci bafouent les règles les plus élémentaires de la démocratie en imposant un successeur, en refusant toute commission “Logement”, toute commission “du Personnel”, toute commission “Jumelage” et en étant mauvais élève

en terme de démocratie participative… On ne parle même pas de la situation financière préoccupante de la ville… La soirée s'est ensuite prolongée dans la bonne humeur autour d'un couscous ou d'un cassoulet avec une musique festive et entrainante. Rendez-vous est maintenant donné le 7 juin pour faire élire Jacky Hénin, dans les rues pour défendre nos salaires et nos droits et dans le débat public dans notre ville pour faire Avion autrement.

tionale en rappelant qu'il n'est pas acceptable que les salariés payent cette crise historique du capitalisme. Il est pour le moins indécent que des milliards d'euros soient mis au service de la finance et des grands groupes financiers et industriels. Par contre, rien nʼest fait pour la sécurisation de l'emploi, pour une véritable orientation des aides publiques vers les salaires, pour la revalorisation des pensions et des minima sociaux. Toutes ces mesures permettraient de doper le pouvoir d'achat des ménages et ainsi relancer la machine économique. L'urgence cʼest : la création d'un salaire minimum européen (1600 € brut), le contrôle du crédit en nationalisant les banques, la ré-orientation de la

ARRAS : LE FRONT DE GAUCHE FAIT SON CHEMIN

C

'EST à la résidence SaintPol, dans les quartiers populaires d'Arras-Ouest que s'est déroulée la deuxième réunion publique du Front de Gauche dans l'Arrageois. Nous avons eu la chance d'accueilir à cette occasion des personnalités du monde du travail et de la

Gauche d'être porteur d'un projet de société, à l'image du Front Populaire de 1936 né de la convergence des luttes. Ce qui a provoqué une cascade de réactions… Jean-François Carré de la CGT se nourrissant de l'exemple des expériences d'Amérique latine pour démontrer qu'une alternative au capitalisme existe. Pour lui, les luttes sont désormais à construire à l'échelle européenne et mondiale. Pour Hervé Poly, secrétaire de la Fédération du Pas-de-Calais, le PCF a vocation à "transformer radi-

création, d'horizons très divers. Romain Gény, enseignant et représentant du SNES-FSU s'est livré à un exposé clair et percutant sur le processus de libéralisation du système éducatif. L'articulation avec l'enjeu des prochaines élections européennes est évidente, la mise en "concurrence

libre et non faussée", règle d'or du Traité de Lisbonne s'applique de la même manière à l'éducation. Autre moment fort du débat, l'intervention de Didier Andreau, travailleur social et militant associatif n'a pas manqué de soulever la question de l' "après" élection et de la nécessité pour le Front de -6-

calement la société", la "socialdémocratie c'est la pédagogie du renoncement". Candidate sur la liste conduite par Jacky Hénin, Laurence Sauvage (PG) veut y croire. Se définissant comme fille du peuple, que rien ne semblait destiner à la politique, cette syndicaliste et féministe chevronnée porte l'espoir du changement. Ignoré par les grands médias, le Front de Gauche porté par ses militants est en passe de créer la surprise.

De gauche à droite, Francis Boulet (PG), Laurence Sauvage (PG), Jean-François Carré (CGT métallurgie), Jean-Claude Danglot (sénateur du Pas-de-Calais PCF), Hervé Poly (secrétaire de la Fédération PCF). Liberté 62 n°863 - Le 29 Mai 2009

page 7:page 14

27/05/09

15:52

Page 1

Social SORTIR DE LA CRISE M N CJ

LES DÉPUTÉS COMMUNISTES FONT DES PROPOSITIONS

D

Ce jeudi 28 mai, trois propositions de loi communistes ont été débattues à l'Assemblée nationale. Ce fut l'occasion de présenter un plan de lutte efficace contre la crise. De nombreuses délégations de salariés ont soutenu cette initiative. ANS le cadre de la réforme de la Constitution, les députés disposent désormais de journées d'initiatives parlementaires. Cette pratique, très formelle au demeurant, permet de débattre dans l'hémicycle de propositions issues des rangs de l'opposition. Les députés communistes se sont emparés de cet espace de discussion et soumettent au vote de la représentation nationale une série de mesures sociales fortes dans l'intérêt du monde du travail. Si l'issue du vote se faisait, aucun doute, les textes ayant déjà été rejetés en commission, cette niche parlementaire fut l'occasion pour les députés communistes de présenter un plan de relance face à la crise tout en obligeant l'ensemble des députés à se positionner sur des propositions concrètes. Nous y reviendrons la semaine prochaine. L'ordre du jour fut des plus intéressants et en particulier pour les salariés qui attendent des réponses claires et des solutions crédibles pour faire face à la crise et répondre à la justice sociale. Il en est ainsi de la suppression du bouclier fiscal, des stocks options et des parachutes dorés, de l'interdiction des licenciements dans les entreprises distribuant des dividendes, du plafonnement des rémunérations des dirigeants à vingt fois le montant du salaire minimal dans l'entreprise. C'est dans cet esprit, pour redonner du pouvoir d'achat aux Français, que les députés communistes proposent entre autres de supprimer les franchises médicales et d'instaurer un SMIC à 1.600 euros brut mensuels.

Un débat crucial à dix jours des élections européennes

Le vote de la proposition de résolution communiste visant à interdire l'application de la directive Bolkestein et à promouvoir les ser-

respecter les législations nationales en matière de droit du travail et reconnaître pleinement la spécificité des services sociaux. A l'heure où les partisans du traité de Lisbonne, de l'UMP au Modem, en passant par le PS, se présentent

européen qu'il propose aux électeurs. En tout état de cause, ces trois propositions sont surtout l'expression du rôle indispensable des élus communistes et républicains. C'est en siégeant dans les ins-

vices publics en Europe fut l'occasion d'éclaircir les positions des uns et de mesurer le double langage des autres à une semaine des élections européennes. Cette résolution communiste s'inscrit dans la continuité du programme des candidats du Front de gauche. Elle oblige l'Union européenne à

comme les défenseurs de l'Europe sociale, leur position respective sur ce texte a permis de constater que derrière les déclarations électoralistes, persiste le souhait pour la droite de perpétuer le modèle capitaliste de la construction européenne et pour les socialistes de se contredire sur le manifeste

tances politiques que le débat démocratique prend tout son sens et que les propositions portées par les mouvements sociaux et les organisations syndicales peuvent être relayées. En outre, cette démarche s'inscrit pleinement dans la campagne des élections européennes. Le 7 juin,

Les militants communistes popularisent les propositions du PCF pour sortir de la crise.

le Front de gauche permettra de porter dans les urnes toutes ces propositions contre le dumping social, les délocalisations, pour la protection des salariés et une vraie relance sociale. Tout le contraire de ce qu'il convient bien d'appeler une campagne abstentionniste déguisée. Celle du PRCF, dans le bassin minier, est, elle, bien visible. Tracts, affiches appelant à l'"abstention citoyenne", comme si l'abstention pouvait être un acte citoyen au moment où la droite et la social-démocratie n'ont que faire des attentes populaires. Si des sondages donnent pour l'heure l'UMP en tête, il n'en reste pas moins que la droite craint l'expression de la contestation des politiques libérales en France et en Europe. Aussi, Nicolas Sarkozy reprend son activisme coutumier pour occuper tout l'espace médiatique. Nicolas Sarkozy n'est pas le seul à refuser le débat sur l'Europe. Le PS se sait en difficulté sur l'ambiguïté qu'il y a à mener une campagne anti-Sarkozy et, d'un autre côté, à accompagner les politiques anti-sociales au plan européen. De toute part, partis de droite et socialistes tentent de déconnecter les enjeux de la crise actuelle des enjeux du scrutin européen. C'est pourquoi, à gauche, ceux qui veulent rester cohérents avec euxmêmes et qui refusent le repli dans la contestation stérile, ceux qui refusent toute fuite en avant dans l'acceptation du traité de Lisbonne contenu dans le Manifeste socialiste, ceux qui ont voté non en 2005, tous disposent du Front de gauche pour faire entendre leurs voix. Jean-Michel Humez

Les 3 lois déposées par les députés communistes démontrent la possibilité et l'efficacité de réponses politiques, en écho avec l'opinion et les mouvements sociaux. Elles ont été soumises au vote des parlementaires ce 28 mai.

UNE AUTRE LOGIQUE POUR COMBATTRE LA CRISE

PROPOSITIONS DE LOI N°1 (résumé)

Mesures urgentes de justice sociale en faveur de l'emploi, des salaires et du pouvoir d'achat

✔ Art.1 : Modification de la définition du licenciement économique pour exclure notamment de ce champ les entreprises qui ont dégagé des bénéfices, constitué des réserves distribué des dividendes ou reçu des aides publiques. ✔ Art.2 : Renchérissement du coût du licenciement pour éviter le recours abusif. ✔ Art. 3 : Droit pour les salariés de saisir le juge des référés en cas de licenciement jugé abusif. Liberté 62 n°863 - Le 29 Mai 2009

✔ Art. 4 : Suppression des allègements de cotisations et dʼexonérations dʼimpôts sur les heures supplémentaires pour favoriser la création dʼemplois. ✔ Art. 5 : Fixation du SMIC à 1600 euros bruts avant la revalorisation du 1er décembre pour répondre aux besoins, relancer la demande et lutter contre la financiarisation de lʼéconomie. ✔ Art. 6 : et 7 : Pour renforcer les pouvoirs des salariés et la négociation salariale à lʼentreprise, réunion dʼune Conférence annuelle sur les salaires et suppression des exonérations de cotisations patronales pour les employeurs qui ne rendent pas conclusive la négociation salariale annuelle.

✔ Art. 8, 9 , 10 et 11 : Renforcement de lʼindemnisation du chômage partiel, de lʼAllocation solidarité et abaissement de lʼâge ouvrant droit au RSA. ✔ Art. 12, 13 et 14 : Suppression des franchises médicales, revalorisation des critères sociaux des bourses et affaiblissement des crédits revolving. ✔ Art. 15 : Financement de ces mesures. PROPOSITIONS DE LOI N°2 (résumé)

Promouvoir une autre répartition des richesses

✔ Titre 1 : Suppression du bouclier fiscal, rétablissement de la progressivité de lʼimpôt sur le reve-7-

nu et augmentation progressive de lʼimpôt sur les grandes fortunes. ✔ Titre 2 : Suppression des paradis fiscaux. ✔ Titre 3 : Encadrement de la rémunération des dirigeants dʼentreprise, notamment par son indexation sur le salaire minimum de lʼentreprise et transparence de celles-ci, interdiction des stockoptions, des parachutes dorés et limitation à deux des participations aux Conseils dʼadministration. ✔ Titre 4 : Création dʼun pôle public national du crédit associant lʼÉtat, la Caisse des dépôts et les établissements bancaires qui favoriserait lʼinvestissement productif dans la formation, la recherche et la création dʼemplois de qualité.

PROPOSITIONS DE LOI N°3 (résumé)

Statut de la société privée européenne et services sociaux dʼintérêt général dans lʼUnion européenne ✔Art. unique : Pour contrer la directive Bolkestein, cette proposition vise à reconnaître au niveau européen la spécificité des services publics et sociaux et à affirmer lʼobligation de respecter les législations nationales en matière de droit du travail.

☛ Pour consulter l'intégralité des propositions de lois déposées par le groupe des députés communistes, républicains et du Parti de gauche : http://www.groupe-communiste.assembleenationale.fr/ ou www.groupe-crc.org/ Pour trouver les coordonnées mail de votre député-e www.assemblee-nationale.fr/ - liste des députés.

page 8:page 7

M N CJ

L

28/05/09

11:03

Page 1

Région 49e CONGRÈS DE LA CNL À LOMME

RENFORCER L’ORGANISATION ET LA MOBILISATION POUR LE LOGEMENT

E 49e Congrès de la Confédération Nationale du Logement sʼest tenu à Lomme du 21 au 24 mai. Les militants ont élu une nouvelle direction nationale. Serge Incerti Formentini, ancien secrétaire confédéral, succède à Jean-Pierre Giacomo à la présidence de lʼassociation. Autre temps fort : la décision de lancer un appel au rassemblement des habitants et des consommateurs et dʼinstaurer une journée nationale du droit des habitants. Près de 350 délégués se sont réunis le week-end dernier lors du 49e Congrès pour élire de nouveaux responsables et décider de nouvelles orientations. La Fédération du Pas de Calais était fortement représentée et Francis Gauthier, président départemental, a été élu à la Commission Administrative Nationale. Durant ce Congrès, les militants

ont réaffirmé leur combativité, leur volonté et leur détermination à renforcer lʼaction et la représentativité de la CNL. Autour du mot dʼordre «actifs, solidaires, organisés, la CNL, ses militants, partout, pour tous», ils appellent les habitants et les consommateurs à se rassembler pour agir ensemble et imposer le gel des loyers dans tous les secteurs locatifs, la revalorisation de 20 % des aides personnelles et la prise en compte dans le calcul de la totalité du coût des charges locatives ainsi que

l'arrêt de toutes les saisies et les expulsions. Lʼappel de la CNL demande aussi aux usagers du logement et de la consommation de réclamer la baisse des charges locatives récupérables, notamment en rejetant toute modification de la liste limitative du décret et de se battre pour la construction annuelle de 180000 logements locatifs véritablement sociaux, la création d'un véritable Service Public du logement et de l'habitat et le renforcement des moyens et la reconnais-

sance des organisations de consommateurs. «Avec les habitants, nous allons tout mettre en œuvre pour continuer à nous opposer à la mise en oeuvre de la loi Boutin et dès maintenant, nous exigeons son abrogation immédiate. Nous demandons également la mise en oeuvre d'Etats Généraux du logement et de l'habitat afin de définir une véritable politique sociale du logement efficace économiquement et socialement», précise Serge Incerti Formentini, président de la CNL. Lors de ce Congrès, la CNL a décidé de la mise en place dʼune «journée nationale des droits des habitants» annuelle. La date, pour cette année, est fixée au lundi 5 octobre 2009. Sur une base revendicative et conviviale, cette initiative se veut être une journée de rencontres, de rassemblements, de revendications, sur le thème du logement, de l'habitat et du vivre ensemble. ● A propos de la Confédération Nationale du Logement (CNL)

Première organisation nationale dʼhabitants avec 85 000 adhérents et 727 représentants élus dans les Conseils dʼadministrations des organismes HLM et SEM, sa mission principale consiste à défendre lʼintérêt des locataires et des accédants à la propriété. Elle milite pour un droit au logement pour tous. Fondée en 1916, la Confédération Nationale du Logement est une association de consommateurs agréée. Elle siège dans toutes les instances concernant le logement et la consommation.

HOUDAIN

VIVE PROTESTATION CONTRE LA FERMETURE DU TRIBUNAL

Fête de La Terre LA CELLULE COMMUNISTE MARC LANVIN D'ARRAS-OUEST FÊTE LA TERRE LE SAMEDI 13 JUIN Salle des Fêtes d'Adinfer (14 km au sud d'Arras, direction Bucquoy) • 9h : Randonnée, visite d'un élevage traditionnel et dégustation de produits du terroir, • 13h : apéritif, cochon grillé (possibilité de repas sans porc) (15 €, boissons non comprises). APRÈS-MIDI FESTIF ET MILITANT : ANIMATIONS, ANCIENS, STANDS ASSOCIATIFS, MUSIQUE, TOMBOLA... • 16h : débat : Nourrir la Planète , un défi pour l'humanité avec Gérard Le Puill (journaliste pour l'Humanité et la Terre, auteur de Planète Alimentaire ) • Soirée concert : — 18h : Les Joyeux mutins (à confirmer), Jef Kino. Contact/ Réservations : pcfarras@yahoo.fr Section PCF Arras, 14 Avenue de l'Hippodrome 62000 - Arras - Tél. :03.21.51.66.80.

À

lʼinitiative de Daniel Dewalle, maire dʼHoudain, quelques 80 personnes se sont rassemblées, mardi de la semaine dernière, devant le Tribunal dʼInstance situé sur la commune. Le gouvernement a décidé de délocaliser ce tribunal à Béthune dès le 1er janvier 2010. La protestation est vive devant une telle décision. Dans un cercueil confectionné dans un gros carton, Daniel Dewalle, soutenu par les élus de la ville et par les -8-

représentants des fonctionnaires de justice, a enfermé dans ce cercueil le cadavre symbolique du ministère de lʼInjustice et du Mépris, œuvre diabolique de Nicolas Sarkozy et de Rachida Dati. Une infamie qui ne mérite que la proie des flammes. Ainsi, avant de mettre le cercueil en feu, le maire dʼHoudain a fustigé la politique du gouvernement dans le domaine de la justice. Il en fut de même du représentant qui sʼest exprimé au nom des organisations

syndicales. André Delcourt, maire de Calonne-Ricouart et conseiller général, et de Danièle Seux, maire de Divion, ont élargi le propos sur la politique européenne qui casse les services publics. Cette action symbolique fera-t-elle revenir le gouvernement sur cette décision ? De toute façon, elle aura eu le mérite de soulever le problème du manque de services publics dans notre département. J.M.H.

Liberté 62 n°863 - Le 29 Mai 2009

page 9:page 9

26/05/09

15:58

Page 1

Calais Une semaine militante pour gagner une à une les voix qui seront décisives le 7 juin

M N CJ

▼ La chape de plomb médiatique est particulièrement pesante dans le Calaisis. Au dernier point de presse local du Député européen, manquaient à lʼappel la radio locale Radio 6 et la TV locale. Il a fallu menacer dʼintervention auprès du C.S.A. pour obtenir, enfin, quelques instants de discussion avec les journalistes, mais les reportages ne sont pas passées sur les ondes…

▼ À la rencontre des salariés des dix départements de la circonscription Nord Ouest (ici à Calais avec des syndicalistes du secteur public), Jacky Hénin lʼa redit hier à lʼassemblée de 200 militants réunis à Calais : «cʼest vous qui allez faire la décision maintenant !».

Dans chaque localité, des dizaines de voix à gagner par le vote par procuration mais pas nécessairement dans le même bureau. Durée de validité : la procuration est établie pour le scrutin déterminé, donc le 7 juin car il nʼy a quʼun tour. Où faire établir sa procuration ?

D

ANS chaque localité, des dizaines de voix à gagner par le vote par procuration. Si vous ne pouvez pas vous déplacer ou être présent dans votre commune dʼinscription électorale, vous avez la possibilité de confier un mandat à un autre électeur inscrit dans la même commune que vous.

Généralités : La procuration en quelques points : Cʼest, pour un électeur absent ou empêché, la possibilité de choisir un autre électeur pour accomplir à sa place les opérations de vote. • Lʼélecteur qui choisit est le mandant ; • Lʼélecteur qui vote est le mandataire. • Mandant et mandataire doivent être inscrits dans la même commune

Lʼautorité localement habilité à établir une procuration pourra varier selon les endroits et sera : • Soit le tribunal dʼinstance ; • Soit le commissariat de police ; • Soit la brigade de gendarmerie. Que doit-on faire pour établir une procuration ?

Aucune disposition législative ou réglementaire ne fixe de date limite pour lʼétablissement dʼune procuration de vote. Les électeurs ont intérêt à se présenter dans les services compétents avant jeudi prochain pour que la procuration puisse être acheminée en mairie et au mandataire en temps utile.

Le mandant Le mandant est la personne qui ne pourra pas aller voter.

Qui peut voter par procuration ?

Grandes catégories de personnes concernées par le vote par procuration (art. L.71 du Code électoral) : • Les électeurs attestant sur lʼhonneur, quʼen raison dʼobligations professionnelles, en raison dʼun handi-

cap, pour raison de santé ou en raison de lʼassistance apportée à une personne malade ou infirme, il leur est impossible dʼêtre présents dans leur commune dʼinscription le jour du scrutin ou de participer à celui-ci en dépit de leur présence dans la commune ; • Les électeurs attestant quʼen raison de formation, parce quʼils sont en vacances ou parce quʼils résident dans une commune différente de celle où ils sont inscrits sur une liste électorale, ils ne sont pas présents dans leur commune dʼinscription le jour du scrutin. Les démarches à accomplir :

Le mandant doit se présenter personnellement et être muni : • Dʼune pièce dʼidentité ; • Dʼune déclaration sur lʼhonneur précisant quʼil se trouve dans lʼune des catégories énumérées ci-dessus. Cette déclaration est intégrée au formulaire ; • Indiquer les Nom, Prénom et adresse de la personne qui votera pour lui et son bureau de vote. • Les officiers de police judiciaire compétents se déplacent à la demande des personnes dont lʼétat de santé ou physique ne leur permet pas de se déplacer. Le mandataire : Le mandataire est lʼélecteur qui vote à la place du mandant. Les conditions pour être mandataire : • Jouir de ses droits électoraux ;

L’actualité de la semaine vue par Babouse

Liberté 62 n°863 - Le 29 Mai 2009

-9-

• Être inscrit dans la même commune que le mandant. Le choix du mandataire est libre, sous réserve des deux conditions précitées, et sa présence nʼest pas nécessaire lors de lʼétablissement de la procuration. Modalités de vote : Le mandataire ne reçoit plus le volet de procuration. Cʼest au mandant de

L

prévenir le mandataire de lʼétablissement de la procuration. Le mandataire ne peut disposer que dʼune procuration dont une seule établie en France (art. L.73). Pour toute information, sʼadresser : • Au tribunal dʼinstance ; • Au commissariat de police ; • À la brigade de gendarmerie.

LA FRANCE, MADE IN SARKO VÉRITÉ ENTIÈRE

E présent est là avec son chevauchement de relations de l'actualité, cʼest tellement important. Le dernier recueil de Babouse nous indique notre sens de la responsabilité y compris à lʼautre. Sa force tient à sa forme même. La fantaisie du trait démarre du slogan et aboutit à un graphisme net, sans fioritures, visible, à travers un vécu et les actions. La méthode convient au dessin et la question est de savoir jusquʼà quel point lʼartiste peut lui donner une décharge thématique, car le dessin (en noir et blanc ou en couleurs) à un moment précis de la vie, est dans la signification du réel et donc de l'existence. Cette vie qui embrasse toute une région toute une population. La vérité nʼest pas mitigée, elle est entière. P.P.

page 13:page 13

28/05/09

11:25

Page 1

France Répondant à l'appel intersyndical de mobilisation nationale contre la précarité dans les écoles, ils étaient une cinquantaine de personnes, mercredi, devant la préfecture du Pas-deCalais à Arras, à s'être rassemblée pour manifester en faveur de la sauvegarde des postes d'Emploi de Vie Scolaire (EVS) et d'Auxiliaire de Vie Scolaire (AVS).

MOBILISATION CONTRE LA PRÉCARITÉ DANS LES ÉCOLES

M N CJ

D

ANS le cadre de contrats annuels renouvelables deux ou trois fois (Contrat dʼAccompagnement dans lʼEmploi ou Contrat dʼAvenir), Emplois et Auxiliaires de Vie Scolaire travaillent à l'accomplissement de tâches administratives, accompagnent des sorties scolaires, four-

U

nissent une aide précieuse dans les bibliothèques et les salles informatiques, secondent les directeurs d'école ou accueillent des enfants handicapés. A la rentrée prochaine, ce sont, à l'échelle nationale, près de 30 000 postes qui sont menacés dont 1000 pour le seul Pas-de-Calais.

Près de 30 000 postes menacés dont 1000 pour le seul Pas-de-Calais

Après avoir alerté et interpellé en vain le gouvernement sur le sort et l'avenir de ces personnels dont les contrats arrivent à terme le 30 juin prochain, une intersyndicale ras-

UNE STRATÉGIE DE DÉLOCALISATIONS DÉGUISÉES

Des responsables CGT de Renault, PSA Peugeot et de plusieurs équipementiers ont estimé mercredi que les deux constructeurs français avaient une large responsabilité dans les difficultés de la filière automobile, où les suppressions d'emplois se sont accélérées. Ils ont également dénoncé, lors d'une conférence de presse, "la vision à court terme et l'opacité des aides attribuées dans le cadre du Fonds de modernisation des équipementiers automobiles" (600 M euros), cofinancé par Renault, PSA Peugeot et l'Etat. "Il n'y a pas de transparence sur l'utilisation de ce fonds aujourd'hui, on sait qu'il y a 250 demandes d'aides, mais ce sont les constructeurs qui décident", a jugé Michel Ducret, de la fédération CGT métallurgie.

EPUIS les années 80, les constructeurs ont orchestré le démantèlement des tissus de fournisseurs en Europe de l'Ouest selon le processus suivant : on filialise une activité, puis on la vend, ensuite on exerce une pression sur le fournisseur pour baisser les prix, une fois le seuil atteint, on l'incite à délocaliser", ont déclaré des responsables CGT de la filière auto. Pour René Lebourvellec, délégué à la fonderie SBFM (Morbihan), placée

Liberté 62 n°863 - Le 29 Mai 2009

J.S.

DÉBLOQUAGES POUR CAUSE D'EXAMENS

Après quatre mois de mobilisation dans les universités contre les réformes du gouvernement, seule blocage entamé début mars, tandis que la situation restait perturbée à Aix-Marseille-I et à Caen. NE assemblée générale le site aixois Robert Schuman, blo- Marseille-I (Saint-Charles) qui d'étudiants de Toulouse-II a qué depuis plus de deux mois. La n'est plus bloqué, une AG devrait décidé lundi de reconduire le veille, les enseignants-chercheurs se réunir en début de semaine blocage. Le président de l'université avaient voté la suspension de l'arrêt prochaine tandis que des cours Daniel Filâtre a prévenu que seule des cours et appelé à lever le bloca- ont repris cette semaine malgré la une réouverture mercredi permet- ge. La situation restait toutefois reconduction de la grève lundi, a trait la tenue d'examens en juin. Les confuse, les étudiants ayant parallè- indiqué un porte-parole du collectif personnels ont également tenu lement voté la reconduction de la d'étudiants grévistes. lundi une assemblée générale (AG) grève. Des délégations réunissant A Caen, malgré un vote lundi pour et ont aussi voté pour la poursuite professeurs, personnels administra- reconduire le blocage, les cours du mouvement. A l'Université de tifs et étudiants devraient discuter de rattrapages et les examens ont Provence (Aix-Marseille-I), une AG de la question des examens dans déjà commencé, selon Françoise étudiante a voté mardi par 320 voix chaque département. Epinette, vice-présidente de l'unicontre 295 la levée du blocage sur Sur le site marseillais d'Aix- versité. A Nancy-II, le campus de la facul-

"D

semblant SNUipp, seUNSA, CGT, FO, SGEN CFDT ainsi que l'Union Nationale des Collectifs EVS a organisé une journée nationale unitaire d'action contre la précarité dans les écoles ce mercredi 27 mai. Point de ralliement partout en France, le seuil des préfectures et, à Paris, Matignon, avec envoi

de délégations et dépôts de centaines de signatures recueillies par pétition. Fin de non recevoir A Arras, ils étaient une cinquantaine de personnes à s'être rassemblée ce jour devant la préfecture. Une délégation a été reçue. Face à la demande portée par l'intersyndicale - la pérennité des emplois de vie scolaire et leur transformation en postes statutaires non précaires pour les personnels en place – les représentants de l'Etat ont opposé une fin de non recevoir indiquant que les personnes concernées seraient dirigées vers le Pôle emploi à la fin de leur contrat. «Nous avons été correctement reçus mais les réponses qui nous avons été faites ne nous ont pas satisfaites», explique Dominique Copin, secrétaire départementale du SE-UNSA 62 : «Nous, ce que nous souhaitons, c'est que ces personnels, personnels qui ont montré qu'ils étaient véritablement indispensables dans les écoles, soient recrutés sur de véritables postes avec des salaires décents.» La politique du mépris, constante du gouvernement en matière de service public d'éducation, n'a donc pas été écornée. L'intersyndicale appelle à la poursuite de la mobilisation et à la signature de sa pétition, consultable et disponible, notamment, en ligne.

en redressement judiciaire, "c'est exactement ce qui s'est passé pour la SBFM et maintenant, les constructeurs nous aident au quotidien au niveau de la trésorerie pour qu'on puisse payer les salaires car ils ont besoin de nous, c'est absurde". Pour la CGT, la stratégie des constructeurs relève de la "délocalisation déguisée". "En cinq ans, la part des achats de Renault dans les pays à bas coûts est passée de 20 à 40%", a avancé Michel Ducret.

C

celle de Toulouse-II Le Mirail a poursuivi mardi le mouvement de té de lettres et sciences humaines a rouvert mardi après une semaine de fermeture administrative, consécutive à plusieurs semaines de grève et de blocage. Une AG tenue dans un jardin public de la ville a voté le principe de la réouverture et les cours se sont déroulés normalement dans l'aprèsmidi, selon le secrétariat de la présidence. A trois semaines de la session d'examens, des discussions sur les modalités d'évaluation des connaissances vont débuter.

Enfin, les étudiants du campus d'Amiens (lettres, langues, histoire-géo, arts, sciences humaines et sociales, philosophie) avaient voté lundi en AG la reprise des cours après plus de deux mois de blocage. La présidence a invité tous les étudiants du campus à rejoindre leurs facultés respectives dès mardi matin. Le déblocage a été accepté après que la présidence eut proposé d'organiser une série d'examens supplémentaires, en septembre.

UNE FOULE D'INITIATIVES LOCALES POUR LA JOURNÉE D'ACTION INTERSYNDICALE DE MARDI

D'un "barbecue de lutte" à Amiens à une remise de prix des "pires dérives patronales" à La Défense, en passant par de multiples rassemblements, la journée d'action des syndicats de mardi a donné lieu à une foule d'initiatives locales. ETTE nouvelle journée à l'appel droits", "supprimer la défiscalisation 10.000 manifestants à Toulouse, des huit confédérations, dans des heures supplémentaires et le mais 2.000 à Rennes et entre 300 et le sillage des 1er mai, 19 mars et bouclier fiscal" ou mettre fin aux sup- 450 à Lille et près de 300 à 29 janvier, a été qualifiée de "journée pressions d'emplois dans la Fonction Strasbourg. A Marseille, les manifesrelais" par Gérard Aschieri (FSU). publique. tants étaient entre 2.400 (police) et 15.000. A Reims, un cortège unitaire Une "journée relais" "Mettre le paquet" a rassemblé entre 2.500 et 3.000 perle samedi 13 juin Après les défilés du 1er mai, largement sonnes. Grenoble a vu défiler plus fournis que d'habitude, les syndi- La journée a été ponctuée de bar- 5.000 personnes, Roanne (Loire) cats veulent désormais "mettre le rages filtrants -comme à Dunkerque 2000, et Lyon 3.000, tandis qu'ils paquet" le samedi 13 juin en appelant par les salariés d'ArcelorMittal- pique- étaient 2 à 3.000 à Rouen, 500 au public et privé à manifester. Marcel niques, chaînes humaines, rassem- Havre 2.500 à 3.000 à Lorient, et à Grignard (CFDT) a souligné des ini- blements et même à La Défense Brest 200 pour un pique-nique. "Un tiatives mardi "extrêmement diverses d'une remise de prix "des pires pique-nique de luxe" a aussi réuni à dans les territoires (...) dans l'objectif dérives patronales" aux entreprises Orléans près de 1.000 personnes. A d'avoir le 13 juin une mobilisation que qui, selon les syndicats, "avec la crise Caen, 1.500 à 2.500 personnes, dont nous espérons massive". Les syndi- profitent de l'effet d'aubaine". A Paris, des salariés de Bosch et Valeo, se cats ont précisé leur plate-forme 500 personnes se sont réunies sont retrouvées devant le siège du revendicative : "revaloriser le SMIC", devant la Bourse. En région, les Medef. Les manifestants étaient entre "prolonger l'indemnisation des manifestations ont eu une ampleur 1.800 et 3.000 à Bordeaux, et 1.000 à demandeurs d'emploi en fin de très variable avec par exemple 4.000 à Limoges. - 13 -

page 14:page 14

L

27/05/09

11:26

Page 1

Monde ÉLECTIONS EUROPÉENNES

LES PARTISANS DU TRAITÉ DE LISBONNE

M N CJ

Au niveau européen, comme au niveau national, la droite, les socialistes et les Verts avaient soutenu le traité constitutionnel. Ils ont persévéré et soutenu le traité de Lisbonne, copie plus compliquée, du traité constitutionnel européen. À l'heure des élections européennes, leur programme s'inscrit toujours dans ce cadre.

E Parti populaire européen, dont est membre l'UMP, a tenu son congrès les 29 et 30 avril derniers à Varsovie. À ce congrès participaient F. Fillon, A. Merkel, S. Berlusconi mais aussi I. Timochenko, 1er ministre d'Ukraine et Saakhachvili, président de Géorgie. Un manifeste a été adopté, plateforme électorale pour les élections européennes. Leurs slogans ? Relever le challenge du changement climatique, du changement démographique, de la sécurité, de la sécurité alimentaire et du rôle de l'Union européenne dans le monde. Le manifeste du PPE a ainsi défini cinq priorités. «Une Europe plus prospère reposant sur une économie de marché sociale, pour une Europe plus sûre dans sa lutte contre la crise organisée, la corruption et l'immigration illégale, la lutte contre le changement climatique et les menaces démographiques dont le vieillissement de la population, le renforcement du rôle de l'Europe sur la scène mondiale». Le Parti socialiste européen avait adopté son programme en décembre 2007, qui se donnait pour tâche de relever les défis auxquels est confrontée l'Union européenne : le défi économique (une économie sociale de marché donnant à chacun sa chance de réussir) le défi politique (des actions concrètes pour protéger l'environnement et assurer une nouvelle croissance économique) le défi énergétique (développer les énergies produites en Europe et faire de l'Union européenne le leader mondial de la lutte contre le changement climatique) le défi migratoire (combattre l'immigration clandestine et le trafic d'être humains, une solution humaine) le défi démocratique (combattre le terrorisme et l'extrêmisme. L'Europe doit agir hors de ses frontières). Le 2 décembre 2008 à Madrid, le PSE a adopté un manifeste sur la base du programme de 2007. Ce manifeste, «citoyens d'abord, un nouveau sens pour l'Europe» avait pris en compte l'avis d'ONG et de la société civile. Il comprend 74 propositions dans 6 chapitres (l'économie, le progrès social, le changement climatique, l'égalité des sexes, l'immigration, le partenariat pour la paix). Pour le PSE, «l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne rendrait l'Europe mieux à même de relancer les défis communs de façon démocratique, transparente et efficace». Dans un discours présentant le manifeste du PSE, M. Aubry a déclaré : «L'Europe est le seul continent qui n'accorde pas une confiance aveugle dans les forces mécaniques du marché qui veut porter haut l'émancipation de chacun maîtriser notre présent et préparer l'avenir»... Un avenir aussi réjouissant sans doute que le passé et le présent. Les Verts européens devenus «Europe-écologie» ont tenu un congrès (congrès de rassemblement de tous les courants) le 27 mars 2009 à Bruxelles : D. Cohn Bendit en est le président. Le congrès a adopté 27 propositions pour un «New Deal vert».

On sait que, pour D. Cohn Bendit, partisan du traité de Lisbonne, la bataille contre le traité constitutionnel est derrière nous. Le programme vert définit cinq piliers (économique et social, la connaissance, la diversité et la justice sociale, la démocratie). Il s'agit d'élaborer un «Pacte pour les générations futures», un «changement de civilisation». Il faut une Europe fédérale pour dépasser «l'impasse des États-nations» et les Verts proposent la tenue d'une Constituante pour régler le problème institutionnel, sans remettre en cause le fondement même de l'Union européenne, «l'économie de marché» qu'elle soit «économe de marche sociale» selon le PPE, «économie sociale de marché» selon le PSE ou économie de marché écologiste selon les Verts. En somme, le capitalisme est indépassable. C'est la raison pour laquelle, quelles que soient ailleurs les différences les points de rencontre sont nombreux entre les partisans du traité de Lisbonne.

Changement climatique et énergie

Le changement climatique est la grande question. Sans nier l'importance de ce sujet, notons que cela évite de parler du chômage et des conditions de vie. Le PPE reprend les propositions des Conseils européens (diminution des gaz à effet de serre, augmenter de 20% les énergies renouvelables d'ici 2020 développer les technologies vertes). Le PSE veut faire de l'Union européenne le champion de la lutte contre le réchauffement climatique. Il faut laisser à chaque état le choix de recourir au nucléaire mais il faut un contrôle européen. Les Verts veulent sortir du nucléaire et proposent une taxe climat énergie

Europol ) assurer la sécurité alimentaire. En revanche, il faut «attirer les talents qualifiés» pour une économie plus compétitive et intégrer l'immigration légale. Le PSE propose un pacte européen pour l'emploi et d'aider les entrepreneurs à anticiper un cadre européen pour les services publics (service d'intérêt général ?) et un salaire minimum calculé dans chaque état membre (et non un salaire minimum européen) ce qui n'empêchera donc pas les délocalisations à l'intérieur de l'Europe). Il demande une charte européenne des droits des femmes (un appui aux femmes chefs d'entreprise, la lutte contre les violences faites aux femmes). En matière d'immigration, il faut, selon lui, des règles connues pour

Pour le PPE, l'action de l'Union européenne se résume surtout à une confiance dans les organisations internationales. Ils veulent renforcer le partenariat avec les États-Unis et proposent une charte de voisinage (ce qui rappelle le partenariat oriental avec les ex-républiques soviétiques d'Europe). Le PSE rappelle la coopération policière et judiciaire de l'Union européenne et estime que la lutte contre le terrorisme est une priorité. Il souhaite que l'effort soit porté sur la prévention et la résolution des conflits et approuve les missions du maintien de la paix dans les zones à risque (c'est très exactement l'objectif de l'OTAN) dans le cadre de l'ONU. Il propose une union de la Mer Noire et un partenariat oriental (la politique actuelle de l'Union européenne).

l'immigration légale, une charte européenne pour l'intégration des immigrés, développer la lutte contre l'immigration clandestine avec une politique commune de contrôle des frontières (création d'un corps européen de gardes frontières) des règles communes pour ceux qui fuient les persécutions. Les Verts proposent un bouclier social, un contrat de sécurité-emploi maximum pour tous les salariés, un revenu (et non un salaire) minimum et un revenu maximum (assuré par une taxe) dans chaque état membre en fonction d'un revenu médian (ce qui n'empêchera nullement les délocalisations). Ils veulent des emplois mieux répartis (?) et non délocalisables (?).

Le Parlement européen à Bruxelles. Photo AFP

Les solutions à la crise économique

Les trois partis, outre le soutien au traité de Lisbonne, ont approuvé les décisions de la réunion du 20, cherchant à moraliser et à réguler le capitalisme. Dans la crise actuelle, le PPE dénonce aussi la crise des valeurs. Il faut donc restaurer les valeurs et surtout sauvegarder les valeurs familiales. Pour sortir de la crise, selon le PPE, il faut baisser les impôts des entreprises et des particuliers, accorder la préférence européenne à l'embaucher ce qui pouvait «freiner» l'entrée des immigrés clandestins, continuer les réformes, créer de nouveaux métiers, investir dans l'éducation et la formation tout au long de la vie, mieux coordonner les politiques fiscales et monétaires, reconstruire l'architecture financière internationale, investir dans les technologies vertes. Les banques doivent conserver leur fonction vitale pour les citoyens mais ont besoin de transparence et de surveillance. L'agriculture doit être rénovée en assurant l'équilibre entre la sécurité alimentaire et la compétitivité. Pour le PSE, il faut relancer l'économie et éviter le retour des crises financières, une stratégie européenne pour une croissance écologique innovante , proposer un pacte européen pour l'emploi et aider les entrepreneurs à anticiper. Les Verts proposent un pacte écologique et solidaire pour l'Europe, créer 10 millions d'emplois verts (?) dans le bâtiment, les transports, les énergies renouvelables, les services à la personne. Leur opposition à l'industrialisation apparait dans leur proposition d'un «contrat de conversion écologique de l'industrie automobile» (des voitures propres mais aussi en diminuant la production par des fermetures de sites). Sans remettre en cause la BCE (banque centrale européenne) ils estiment qu'il faut lui donner des instructions (lesquelles ?).

pour augmenter le prix de l'énergie fiscale (et donc aussi pour les consommateurs). Problèmes sociaux

Outre la préférence européenne à l'embauche, le PPE propose la flexibilité «des modalités de travail plus souples au niveau de la journée et de la semaine de travail (NDLR : la directive européenne sur la durée hebdomadaire ?) et tout au long de la vie professionnelle. Les périodes de travail pourraient précéder ou succéder à des périodes consacrées à la formation, aux loisirs, à la famille, au travail social». Le PPE veut un nouvel agenda pour l'emploi, l'entreprise et la famille qui est «le centre de la société». Il propose d'améliorer la viabilité des systèmes de protection sociale, des réformes de la retraite adaptées à la démographie et en plus du système des retraites, un financement privé pour un complément de retraite, une meilleure politique de la famille et de l'enfance. Selon le PPE, il faut une coopération globale contre le terrorisme, protéger l'Europe contre le crime organisé, l'immigration illégale (frontex et - 14 -

Problèmes de sécurité et de défense

Alors que l'OTAN tient une place essentielle dans les traités européens de Maastricht à Lisbonne (le traité de Lisbonne renforce même le rôle de l'OTAN par rapport au traité constitutionnel européen), les partis partisans du traité de Lisbonne ignorent l'OTAN de même qu'ils ignorent le mot même de désarmement.

Il se prononce pour l'adhésion des Balkans et semble-t-il de la Turquie (le PPE n'évoque pas cette dernière question mais à signaler que l'AKP, le parti islamique turc actuellement au pouvoir est membre associé du PPE). Les Verts sont pour un «New Deal Vert» de l'ONU et pour une taxe mondiale analogue à la taxe Tobin sans pour autant toucher à l'OMC. Et après le 7 juin ?

Les partis partisans du oui, pour attirer les électeurs, affirment leur unité. Rien n'est moins sûr. Les divers courants verts se sont rassemblés. Pour combien de temps ? Le PSE songe à changer de nom pour se dénommer «alliance des socialistes et démocrates» (pour accueillir Bayrou ?) et l'ensemble du parti démocrate italien). Les conservateurs anglais ont annoncé qu'ils quitteraient le PPE après les élections pour former un autre groupe de droite eurosceptique avec les Polonais et les Tchèques. Peu importe leur avenir, leurs propositions ne sont pas à même de sortir les travailleurs de la crise. Liberté 62 n°858 - Le 24 Avril 2009


Liberté 62 862