Issuu on Google+

Livret de Paroles


1. OUVERTURE Le Grand Fabulo (parlé) :

Bienvenue à la cour des rêves ! Je suis le Grand Fabulo Ici, tout est faux, tout est fou, tout est rêve Nous sommes les maîtres de l’illusion Mesdames, Messieurs, fermez les yeux et dormez, tout simplement, nous sommes là pour vous faire rêver Nous, Fabulines et Fabulins, travaillons pour vos songes jusqu’au petit matin

2. CHANSON DES FABULINS Un Fabulin :

2

Quand s’apaise le jour et qu’arrive la nuit (Fabulins : Dormez, dormez !) Quand s’assagit la vie sur la ville endormie (Rêvez, rêvez !) Tous les Fabulins s’éveillent Les histoires s’ensommeillent derrière les volets clos (Dormez, dormez !) Tous les contes sont lus et les enfants bientôt (Rêvez, rêvez !) Seront dans les bras de Morphée Si tendrement cajolés Et si doucement aimés Tous les Fabulins :

Ils sont là et ils veillent tout au long de la nuit (Dormez, dormez !) Quand les humains s’en vont cet univers prend vie (Rêvez, rêvez !) Oui les Fabulins travaillent Tous les songes bizarres, fantasmes évanouis (Dormez, dormez !) Tous les rêves étranges sont conçus ici (Rêvez, rêvez !) Au creux des bras de Morphée Si tendrement concoctés Méticuleusement inventés

Tout a commencé le soir où l’homme que vous voyez là s’est endormi, affalé près de sa machine à écrire Il devait boucler son article avant la nuit afin qu’il soit imprimé pour le tirage du lendemain. Quand tout à coup... Le directeur du journal :

Allô J’écoute Philippo de la Scienta :

Passez-moi le directeur, vite ! Le directeur du journal :

C’est moi... Philippo de la Scienta :

Je dois vous dire ! Ca y est ! Ma machine... ! Ma machine... ! Le directeur du journal  :

Et bien ? Philippo de la Scienta :

Elle marche... Elle fonctionne... Sacré non de non... ! Le directeur du journal :

Non ! Philippo de la Scienta :

Si ! Je viens d’inventer la première machine à voyager dans les rêves ! J’ai déjà envoyé là-bas Onirix, mon prototype cybernétique. Il m’a parlé de Fabulins... Ou de Fabulons, je n’sais plus... C’est fantastique ! Fantastique ! Le directeur du journal :

Nom d’un scoop ! Philippo de la Scienta :

Si vous voulez tripler vos ventes, envoyez-moi une équipe sur le champ ! Directeur /Journalistes :

3. AU JOURNAL

Je vous prie de bien m’écouter Qu’est-ce qu’il veut ?

Le Grand Fabulo (parlé) :

Directeur / Journalistes :

Laissez-moi vous raconter l’histoire survenue récemment au Royaume des Rêves, royaume dont je suis l’humble rapporteur... Pour vous servir !

Venez, approchez et notez C’est le vieux !


11


10


Directeur :

Si je vous réunis à peine à minuit ce n’est pas pour d’la gnognote ou du bla-bla Journalistes :

Croyez-moi ! Directeur/Journalistes :

Je viens d’recevoir un coup d’fil Un coup d’fil Directeur/Journalistes :

Une information explosive ! De la ville Directeur/Journalistes :

Le scoop en puissance qui mène la danse (parlé) Je vous envoie sur le champ, journalistes, en avant ! Journaliste 1 (parlé) :

Apportez-moi toutes les informations nécessaires pour élucider ce mystère Journaliste 2 (parlé) :

Surtout n’évitez pas le scandale, ça fait marcher le journal Directeur :

Déontologique, journalistique, ça fait du fric, quand c’est tragique Journalistes / Directeur :

Il s’agit d’un coup médiatique C’est logique Journalistes / Directeur :

Ou d’une invention magnifique Magnifique ! Journalistes :

Ça n’a pas l’air sérieux, mais nous n’avons - rien d’mieux à nous mettre - sous la dent - pour l’instant Journaliste (Groupe 1) / Journaliste (Groupe 2) :

L’information n’est pas très claire Pas très claire ! Journaliste (Groupe 1) / Journaliste (Groupe 2) :

Il s’agira d’avoir du flair Sans en avoir l’air ! Directeur (parlé) :

Un type très curieux prétend qu’il peut voyager dans les rêves

3


4. PHILIPPO DE LA SCIENTA (solo de Philippo)

Philippo de la Scienta :

Oui c’est moi, Philippo, le savant prophétique, le génie - excentrique Oui c’est moi, Philippo, inventeur fantastique, ingénieur - poétique Biologiste, alchimiste, spécialiste en botanique, implosion, explosion Infusion, destruction de la matière organique, confusion d’électrons

4

(parlé) Pédalo nucléaire pour toutes les Grand-mères Une brosse à dents solaire, avec des poils en fer Un piano atomique, un toutou mécanique Des cheveux synthétiques, une moustache en plastique Transposeur de réel, transformateur virtuel Le compresseur révèle, des troubles irrationnels Les songes obsessionnels, souvent ascensionnels Sont des maux fractionnels, multidirectionnels (chanté) Regardez, admirez, cette invention sublime, respectez, vénérez Et pensez, j’ai transcen-dé, repoussé les limites imposées du passé Voyager, transplanter, transposer le ré-el(e) dans le mon - de rêvé Dans cet es - pace ca - ché, cet univers masqué, dirigé - par Morphée Déclaration à la presse :

Moi, Philippo De la Scienta, je révèle aujourd’hui à la presse du monde entier qu’il sera désormais possible de voyager dans le monde des rêves La 5ème dimension, à savoir la dimension onirique, ne sera bientôt plus un mystère pour personne puisqu’il sera bientôt possible pour tout un chacun d’y pénétrer autrement que par le sommeil Mes travaux tendent à prouver que le monde des rêves s’organise en plusieurs couches et est géré par des êtres mystérieux

surnommés Fabulins Ces Fabulins sont à priori plutôt accueillants, bien que surprenants... enfin, je ne suis encore vraiment sûr de rien... mais disons ue la probabilité est très forte, étant donné la tension vectorielle de mon appareil, sous entendu la marge d’erreur acceptée, et l’éventuelle surprise du chef... bien sûr, il ne faut rien négliger Enfin, mes amis, prenez note (...) du fait que rien, non vraiment rien n’est à laisser au hasard, en dépit des apparences, et que, sur ces entrefaites, il n’est pas négligeable de constater, et ce, quoi qu’on en dise, que la route est longue et difficile, mes amis, la route est longue et difficile... Mais, je m’égare... Avant de me téléporter moi-même, j’ai d’abord envoyé Onirix, un cyborg de mon invention... J’attends de ses nouvelles d’une minute à l’autre. Onirix ! Onirix ! Parle-moi du pays des rêves et fais de moi un grand homme de science, adulé par tous !

5. LE PASSAGE (solo d’Onirix) Je suis dans l’univers des rêves J’ai bien accompli mon voyage J’ai bien traversé le Passage J’ai le destin d’une machine Soumise à la loi des turbines D’un cœur sorti tout droit d’usine  hilippo prends bien les données P Que je voudrais bien t’envoyer Sur le monde qui fait vos rêves  et univers de liberté C Que je voudrais pouvoir toucher Qui m’est interdit à jamais  et univers de liberté C Que je voudrais pouvoir toucher Qui m’est interdit à jamais Je suis dans l’univers des rêves J’ai bien accompli mon voyage J’ai bien traversé le Passage


Journalistes et Fabulins (chanté) :

Toi le Cyborg, l’indigne invention Le truc en toc en tube et en crépon Un journaliste (parlé) :

Pour nos rêves, crois-moi, nous saurons nous battre! Onirix (parlé) :

Les forces du mal sont miennes À moi, Trolls, Farfadets et Elfes malicieux, J’en appelle à tous les êtres néfastes assoiffés de vengeance Il est temps de redonner le pouvoir aux êtres nuisibles, obscurs et malheureux Journalistes et Fabulins (chanté) :

Nous sommes des hommes nous sommes nous sommes des femmes, nous sommes... (12 fois) Onirix (parlé) :

Tout cela est dérisoire comparé à ma souffrance Moi qui ne suis que machine Je hais les hommes et leurs rêves ridicules Un journaliste (parlé):

Les Fabulins ont dit qu’il fallait l’enfermer dans un rêve Un journaliste (parlé) :

Oui, tentons le tout pour le tout, enfermons-le dans un rêve! Philippo de la scienta (chanté) :

Les forces du rêve sont bien plus puissantes Bien plus terribles, bien plus solides, et bien plus belles Ensemble, nous les garderons, ensemble, nous sauverons Philippo / Fabulins / Journalistes (chanté) :

Les forces du rêve, je sais qu’elles vaincront, Contre le mal, cet animal sordide, ensemble, nous les garderons, Ensemble oui nous les sauverons Onirix (parlé) :

Les forces du mal sont miennes À moi, Trolls, Farfadets et Elfes malicieux, j’en appelle à tous les êtres néfastes assoiffés de vengeance. Il est temps de redonner le pouvoir aux êtres

nuisibles, obscurs et malheureux À moi ! Les forces du mal... J’en appelle à tous les êtres... Assoiffés de vengeance... Il est temps... Il est temps... Redonner le pouvoir... Aaaaah ! Journalistes et Fabulins :

Nous sommes des hommes, nous sommes nous sommes des femmes, nous sommes (12 fois): Le Grand Fabulo (parlé) :

Et c’est ainsi qu’Onirix finit sa vie, enfermé dans un rêve Lui qui ne voyait que par le cauchemar et la vengeance... il vit maintenant un repos bien forcé. Mais après tout, il n’est peut-être pas si mal, là où il est... Si jamais vous tombez sur lui au cours d’une nuit un peu orageuse, ne vous inquiétez pas... Ce n’est qu’un mauvais rêve...

17. RÉPONDEZ LA TERRE Journalistes & Fabulins :

Allô ! Répondez la terre ! Ce sont les enfants qui vous parlent enfin Nous sommes dans les rêves Répondez-nous Oh oui ! C’est si beau les rêves Il faudra songer à les protéger Comme un miroir fragile Que la nuit habille Le Grand Fabulo (parlé) : Philippo, quant à lui, a fini par détruire sa machine... Aussi, il a dû promettre aux Fabulins de ne plus jamais rien inventer Mais d’autres Philippo viendront, et jusqu’à quand les Fabulins pourront-ils travailler tranquillement ?

18. RÉPONDEZ LA TERRE (Bis) Instrumental

9


13. BALLET DES CRÉATURES 14. PRIÈRE POUR LES HOMMES Journaliste solo :

Philippo :

Je sens frémir dedans mon corps comme une douleur aiguë Comme une lame meurtrière que je n’avais pas vue Suis-je vraiment parmi ceux-là que l’on nomme les hommes ? Ce goût amer qui m’empoisonne quand je cherche une issue Oh, Viens, rêve avec moi d’un autre monde Rêve avec moi d’une autre terre Où l ‘homme n’aurait plus de bombes Où l’homme n’aurait plus de guerres

Je paye l’amère rançon, le lourd tribut de l’invention A l’avenir, il faudra songer ne plus nuire à l’humanité Il y a sur’ment une faille, un talon d’Achille, une issue Ce n’est qu’une machine après tout, elle ne peut pas nous rendre fou !

Les journalistes :

8

Journalistes :

Philippo réparez votre erreur ! (Philippo ! Réparez votre erreur) Ne laissez pas les hommes avoir peur (Ne laissez pas les hommes dans la peur !)

Pièce dansée

Cette prière pour que les hommes peut-être un jour grandissent En espérant que d’ici là, cette fleur ne périsse Pays des rêves, royaumes libres, errances passagères Préservez-vous, préservez-nous, écoutez ma prière Les Journalistes :

Oh, Viens, rêve avec moi d’un autre monde Rêve avec moi d’une autre terre Où l’homme n’aurait plus de bombes Cette prière… Journalistes et Fabulins :

Oh, Viens… Journaliste solo :

Où l’homme n’aurait plus de bombes Où l’homme n’aurait plus de guerres

15. MEA CULPA Philippo :

Si ma créature m’a trahi, ne m’accablez pas je vous prie Unissons nos forces et trouvons, il y a sur’ment une solution Il y a sur’ment une faille, un talon d’Achille, une issue Ce n’est qu’une machine après tout, elle ne va pas nous rendre fou

Journalistes :

Philippo réparez votre erreur ! (Philippo ! Réparez votre erreur) Ne laissez pas les hommes avoir peur (Ne laissez pas les hommes dans la peur !) Un Fabulin :

Enfermez-le, neutralisez-le ! Séquestrez-le, dans un rêve dans un rêve bleu Un autre Fabulin :

Enfermez-le, neutralisez-le ! Séquestrez-le, ans un rêve dans un rêve bleu Journalistes :

Enfermez-le, neutralisez-le ! > (Fabulins : Il faut le faire taire !) Séquestrez-le, dans un rêve dans un rêve bleu Fabulins :

Enfermez-le, neutralisez-le > (Journalistes: Il faut le faire taire !) Séquestrez-le, dans un rêve dans un rêve bleu

16. LA CONFRONTATION Journalistes & Fabulins :

Fini le temps de la négociation Il est grand temps de passer à l’action Fabulin 1 (parlé) :

Réagir en force, et souder notre union


6. CHANSON DES JOURNALISTES

7. RÉVEIL Pièce dansée

Journalistes :

8. LE MAGASIN DES RÊVES

Enfin voyager dans les rêves Transportés dans un autre monde Téléportage interstellaire Téléguidage planétaire Oublie tes doutes, prends ton souffle et va ! Au-delà des rêves, bien au-delà ! Journalistes 1 :

Partir visiter l’univers C’est vraiment le monde à l’envers. Un retour à la création C’est un vrai film de fiction Oublie tes doutes, prends ton souffle et va ! Au-delà des rêves bien au-delà ! Journalistes 2 :

C’est un vrai scoop, c’est incroyable Je n’y crois pas, c’est formidable C’est une idée invraisemblable C’est une machine redoutable Oublie tes doutes. Prends ton souffle et va ! Au-delà des rêves bien au-delà ! Philippo de la Scienta :

Cette machine, c’est la plus grande de mes inventions Pensez-donc ! C’est moi le génie de la création Maintenant ! Oui l’univers des rêves m’appartient Philippo ! Tu as marqué le siècle de ton sceau Journalistes :

Complet’ment fou, c’est diabolique Surnaturel, métaphysique C’est dur à croire, mais ça existe Restons sereins et réalistes Journalistes & Philippo :

Oublie tes doutes prends ton souffle et Au-delà des rêves va au-delà... Philippo de la Scienta (parlé) :

Notez bien tout ce qui se passe là-bas ! Nous restons en contact radio pathique permanent! Soyez sans crainte ! Mes amis, à vous la gloire et à moi l’éternité ! Vous devriez très vite rencontrer quelques Fabulins ! Bon voyage au Pays des Rêves !

Le Grand Fabulo :

Bienvenue à vous les amis, vous êtes au pays des rêves, le pays où rien n’est impossible Bravo d’avoir franchi le pas, ici, tout a été conçu pour votre confort et votre sécurité Convivialité et accueil, c’est la devise du pays des rêves, le pays où rien n’est impossible Choisissez vos rêves : rêves d’amour ou d’humour, rêves de poursuite ou d’assassinat Vous voulez faire la révolution ? Libérez vos pulsions C’est la grande quinzaine du rêve, profitez en ! Voici nos animateurs, laissez-vous aller, écoutez-les ! Fabulins :

Bienvenue à vous, bienvenue à toi, bravo d’avoir franchi le pas Ici c’est chez vous, ici c’est chez toi, tout à été conçu pour ça Bienvenue, c’est une terre d’asile, un pays refuge, c’est un lieu de rêves et de droits Si tu n’en veux pas, c’est tant pis pour toi, c’est un lieu de fêtes et de joies Si tu sais nager tu pourras plonger, jusqu’au fond des mers Si tu veux bouger tu pourras remuer, le ciel et la terre Attention tout de même, moment du réveil, passage délicat Pas tout mélanger, rêves déconnectés, envers et endroit Le Grand Fabulo (parlé) :

Alerte Rouge ! Alerte Rouge ! Ces individus ont pénétré notre royaume par une autre voie que celle du sommeil Il y a une faille à notre système  Mise en action du processus de Démémorisation Qu’ils ne rapportent aucun souvenir de notre royaume, ils ne doivent rien savoir sur le monde de leurs rêves

5


9. DÉMÉMORISATION (Fabulins + Voix Off)  Un Fabulin :

Oublie, oublie, oublie le pays Oublie, oublie, ce que tu vois ici Oublie, oublie Fabulins (Voix 1) :

Il est temps pour moi de venger Mes frères de circuits imprimés Il est temps pour moi de changer Le visage de l’humanité

Oublie, oublie, oublie le pays Oublie, oublie, ce que tu vois ici Oublie, oublie

(parlé) Vos rêves seront chaque soir, Transformés en cauchemars

Voix off :

(chanté) Oui méfiez-vous d’un cyborg Trop bien conçu pour penser Trop bien pensé pour se soumettre Pourquoi la vie est-elle injuste, pourquoi porter ce lourd fardeau ? Je détruirai, anéantirai, les rêves de vos nuits

Mesdames, messieurs ! Il s’agit d’un blocage de réseau, une machine d’origine non humaine, dépourvue de rêves cherche à enrayer le système d’exploitation. Composez le ZX 320 sur votre télé-rêve. Attention ! Ce n’est pas un numéro bleu !

10. LE MESSAGE D’ONIRIX (solo d’Onirix)

6

J’ai la force d’un animal Toute l’intelligence humaine Dans cette carcasse, qui me gène

Le monde des rêves est très beau Mais totalement inaccessi-ble Pour un Humain-Robot Privé de matière sensible Mais la machine semble dépasser Ce que l’homme avait inventé Je sens frémir dans ma carcasse Comme un désir de liberté Comme un désir de m’évader Comme un désir de me venger Venger Venger Venger...

11. ONIRIX LE CYBORG (Solo d’Onirix + Journalistes & Fabulins) Onirix :

Je ne suis qu’une simple machine Processeurs, circuits et turbines Des tuyaux, des bouts de plastique Un simple objet technologique

Journalistes & Fabulins :

Oui tu n’es qu’une simple machine, Processeurs, circuits et turbines Des tuyaux des bouts de plastique, Des tuyaux des bouts de plastique, Oui tu n’es qu’un bout de métal, T’as la force d’un animal Toute l’intelligence humaine, Dans cette carcasse qui te gène Non tu n’es pas né pour aimer, ni même pour être aimé On t’a cré-é pour t’envoyer, Du vécu au monde rêvé Tu dois effectuer ta mission, As-tu bien appris ta leçon ? Onirix :

Il est temps pour moi de venger, Mes frères de circuits imprimés Journalistes & Fabulins :

Il est temps pour toi d’oublier Tous ces ridicules projets

Je ne suis pas né pour aimer Ni même pour être aimé

Onirix (parlé) :

On m’a créé pour m’envoyer Du vécu au monde rêvé Si j’ai bien compris ma mission Une fois d’plus, je ne suis qu’un pion

Journalistes & Fabulins :

Je ne suis qu’un bout de métal

Vos rêves seront chaque soir, Transformés en cauchemars ! Oui méfiez-vous d’un Cyborg, Trop bien conçu pour penser Trop bien pensé pour se soumettre


Pourquoi la vie est-elle injuste, pourquoi porter ce lourd fardeau ? Peut-il détruire, anéantir, les rêves de nos nuits ? (bis)

12. LA CHANSON DES MEDIAS Les Journalistes :

Oui, le grand jour vient tout juste d’arriver Le scoop du siècle enregistré Oui, le grand jour, comme une résurrection Le journal va crever son plafond Journaliste 1 :

«Allô, patron, vous pouvez m’augmenter : le scoop du siècle va arriver» Journaliste 2 :

Je vous la faxe dans la minute qui suit : ce sera dans l’édition de nuit Les journalistes :

Le journalisme est un merveilleux métier C’est le témoin de l’humanité Ha! quand je pense au futur chiffre d’affaires Les concurrents vont devenir verts Et en avant, perdons pas d’temps ! Vite au boulot, vite au bureau ! Fabulins :

Mais vous êtes fous, vous perdez vraiment la tête ! Les hommes sont-ils toujours aussi bêtes ? Il s’agit là, d’une question de survie Pas de plan de carrière réussie Comment vivrez-vous au milieu des cauchemars Une fois qu’il sera bien trop tard ? Et vos enfants seront-ils des enfants Sans magiciens sans princes charmants ? Le journalisme est un odieux métier Une erreur(e) de l’humanité Ah, ! Pensez bien au futur chiffre d’affaires Lorsque vos nuits seront un enfer Réagissez, c’est votre vie ! Ce sont vos rêves, votre survie ! Journalistes :

Effectuer mission, jusqu’à la démolition Continuons mission, jusqu’à totale destruction Fabulins :

Préserver sauver, c’est mieux que de constater

Journalistes :

Informer et diffuser, c’est à nous de jouer ! Journalistes :

Oui le grand jour, vient tout juste d’arriver Le scoop du siècle enregistré Fabulins :

Mais vous êtes fous, vous perdez vraiment la tête ! Les hommes sont-ils toujours aussi bêtes ? Journalistes :

Je vous la faxe dans la minute qui suit Ce sera dans l’édition de nuit Fabulins :

Comment vivrez-vous au milieu des cauchemars Une fois qu’il sera bien trop tard ? Journalistes :

Le journalisme est un merveilleux métier C’est le témoin de l’humanité Fabulins :

Ah, pensez bien au futur chiffre d’affaires Lorsque vos nuits seront un enfer ! Réagissez, c’est votre vie Ce sont vos rêves, votre survie ! Journalistes :

Effectuer mission, jusqu’à la démolition > (Fabulins : Médias !) Continuons mission, jusqu’à totale destruction > (Fabulins : Pas ça !) Fabulins :

Préserver sauver, c’est mieux que de constater > (Journalistes : Où ça ?) Journalistes :

Informer et di-ffuser, c’est à nous de jouer ! > (Journalistes : Médias !) Le Grand Fabulo :

Alerte! Alerte au Pays des Rêves ! Recrudescence anormale de cauchemars, de monstres et de créatures... Tous à vos postes !

7



Livret de Chants - Alerte au Pays des Rêves