Page 8

Mike : Vraiment, tu trouves ? Pourtant il y a eu des échanges de mails de la commission pénale instituée par l’Ordre et de représentants de l’U.J.A.G. Paule : Crois moi, cela va être la pagaille car l’avocat qui est de permanence sera par monts et par vaux. Mike : Au contraire, puisque la permanence se fera sur 3 ou 4 jours au lieu d’une semaine, avec un triumvirat. Par ailleurs, c’est plus intéressant de suivre un dossier de la garde à vue jusqu’à l’audience de jugement ou d’instruction. Le lien de confiance entre l’avocat et le client sera plus fort. Paule : Le seul avantage que j’y vois, c’est la réduction de la durée de la permanence. Autrement je trouve qu’il y a beaucoup d’arbitraire : non seulement dans le fait de nous imposer des co-équipiers et puis dans le fait d’établir un tableau sur six mois. Mike : Pourtant avec l’ancien système on ne choisissait ni l’un ni l’autre. Paule : Mais au moins je choisissais le mois durant lequel je voulais être de permanence et les procédures auxquelles je souhaitais être affectée. Ceci me permettait de prévoir mes vacances et de ne pas faire des procédures qui m’ennuient ! Mike : Pour ce qui est de tes vacances, tu n’auras qu’à t’entendre avec les 2 autres confrères qui forment ton équipe ! Ceci était déjà le cas avant et l’intérêt d’être à trois c’est de ne pas faire supporter à un seul la défaillance de l’un. Paule : Il reste que je risque de me farcir les audiences disciplinaires en prison, les audiences devant le juge des enfants. Et pire ! Les gardes-à-vue en pleine nuit ! Quand on est en couple avec un bébé c’est juste impensable ! Toi tu peux te permettre ce genre de chose mais pas moi. Mike : Eh bien là encore, il suffit de s’entendre avec tes coéquipiers et d’ailleurs, il y a des confrères qui ont accepté d’être appelés de nuit en cas de défaillance des confrères de permanence. Paule : Pfff ! Mike : Eh puis cela permet de mettre un terme aux privilèges accordés à certains qui ne faisaient que des gardes-à-vue, que la défense des victimes… Il n’y aura plus cette liste non officielle des personnes affectées aux hospitalisations d’office. Fini l’arbitraire dans tout le Barreau ! Paule : Ton enthousiasme me surprend car sauf erreur de ma part, les confrères de Basse-Terre ne sont pas concernés… Mike : …Ne sont pas encore concernés ! Ceci dit, comment peux-tu prétendre être pénaliste s’il y a des procédures que tu refuses de faire ? Rien ne t’oblige à figurer sur la liste des volontaires. D’autres personnes, notamment les futurs confrères qui prêteront serment, souhaiteront sans doute être à ta place. Paule : Hanw ! ! tu vois encore une incohérence, le tableau est fixé sur 6 mois, sans possibilité d’y inclure les nouveaux confrères. Tchip ! Mike : Rien n’est figé. Avant d’adopter un système, il faut l’essayer et sur une période assez longue. A l’issue des 6 mois un bilan doit être fait. Paule : Dans 6 mois on aura un autre bâtonnier. Mike : Les choses qui fonctionnent survivent au bâtonnier... Paule : J’aurais préféré être un peu plus concertée. Mike : Que l’on te concerte toi personnellement ou que l’on concerte tous les confrères ? Car sur ce point tu exagères, il y a eu beaucoup de communication. La preuve, tu t’es portée volontaire et tu as signé la charte. Paule : Ouais ! Et je regrette déjà… Mike : Mais non cessons de polémiquer ! As-tu au moins noté que nous sommes dans la même équipe ! Tu ne pouvais pas tomber sur un confrère plus compréhensif et disponible que moi. Paule : Ah oui ? C’est chouette ! Et qui est le troisième homme ? Mike : Jean TRANSSENE.

8

Lettre UJA 3 & 4  

UJA, LETTRE

Lettre UJA 3 & 4  

UJA, LETTRE

Advertisement